Version classiqueVersion mobile

Inde-France (1870-1962) : Enjeux Culturels

 | 
Samuel Berthet

Première partie. Culture française et dynamiques nationales en Inde

La diaspora indienne en France

Texte intégral

1Dans le contexte colonial de la fin du XIXe siècle et du début du 20ème, le développement des échanges avec l’étranger représente un enjeu majeur pour l’émancipation des élites indiennes et pour la modernisation du pays. Ces échanges occupent une place centrale dans le courant pour la formation dans lequel les élites indiennnes s’engagent, notamment pour remédier à certaines lacunes du système d’enseignement dans la péninsule, mais aussi pour s’affranchir de l’unilatéralité du rapport colonisateur/colonisé et élargir le spectre de leur accès au savoir. Les archives et les témoignages amènent à constater une présence indienne en France plus importante que ce que l’état actuel des études pourrait le laisser supposer. Elle est à mettre à l’actif des Indiens, et non à une politique du gouvernement français, à l’inverse, par exemple, des raisons qui expliquent la présence d’une communauté estudiantine chinoise au début du XXe siècle. Cette communauté indienne prend part à l’effervescence scientifique et artistique en France entre les deux guerres et renvoie l’image d’un pays en pleine structuration.

  • 485 Lors d’une réunion préliminaire en vue de la création d’un comité de l’Af qui finalement ne verra p (...)

2Le courant qui porte les étudiants indiens vers l’étranger concerne tout d’abord l’Angleterre, puis très rapidement les États-Unis, le Japon et l’Europe. Une petite communauté indienne estudiantine se crée ainsi en France. le 24 août 1884, à l’institution Sainte-Marie de Chandernagor,485 Pankristo Chauduri évoque les enjeux que représente à l’étranger le séjour pour les étudiants Indiens :

  • 486 AAf-P - Bulletin de l’Af n° 3-4, janvier-mars 1885, p. 20- 24.

« Les universités de Calcutta, de Bombay, de Madras forment tous les ans un très grand nombre de gradués. Le temps n’est pas éloigné lorsque beaucoup parmi ceux-là auront à se mettre en quête de moyens de gagner leur vie en dehors de l’Inde. Nous voyons le nombre de jeunes gens qui partent pour l’Angleterre augmenter chaque année, bien que les résultats qu’ils obtiennent soient malheureusement hors de proportion avec les ennuis et la dépense qu’ils éprouvent. C’est vrai que le jeune indien peut gagner beaucoup en Angleterre en se préparant pour le barreau, la magistrature, le service médical, le génie civil, etc. En Angleterre, cependant la vie est chère sous tous les rapports, et les programmes des examens si stricts, que bien peu ont les moyens de dépenser autant d’argent et de temps, et souvent beaucoup sont obligés de revenir désappointés et découragés. De plus, l’Inde ne peut retirer grand profit des candidats qui réussissent parce qu’ils se mettent tous dans le service. Ce qui profiterait réellement au pays serait qu’un grand nombre de jeunes gens allassent en Europe étudier les arts, les métiers, les sciences pratiques. Tel étant le cas, c’est vers le Continent que doivent se tourner les regards de notre jeunesse ».486

3Les souhaits de Pankristo Chauduri se réalisent rapidement, de plus en plus d’étudiants indiens choisissant d’autres destinations que la Grande-Bretagne. Au Bengale, l’Association Pour l’Avancement de l’Education scientifique et industrielle des Indiens, encourage les candidats aux études à l’étranger. En 1907, le consul général qui assiste à la structuration de ce mouvement, en mesure la portée :

  • 487 AMAE P – CCC Cal n° 12 - (f° 2-5), le 06.03.1907, Les boursiers de voyages indiens.

« Il s’est formé au Bengale une Association pour l’avancement de l’éducation scientifique et industrielle des Indiens qui se propose de donner à des jeunes gens, élèves des écoles supérieures et secondaires, les moyens d’aller s’instruire à l’étranger dans les différentes branches d’industrie. C’est la mise en pratique des conseils prodigués par le Gulkovar de Baroda à la dernière conférence industrielle. C’est aussi une preuve très frappante du sérieux et de l’avenir, au point de vue économique, de ce mouvement swadeshi ».487

4Selon lui, la France n’est pas concernée par ce mouvement. Un seul étudiant choisit la France parmi les 91 qui reçoivent le soutien de l’association. Aux yeux du consul général, cet unique représentant de l’Inde constitue pourtant un motif d’étonnement et de satisfaction.

5Ce n’est pas le premier étudiant qui bénéficie du soutien de cette association et choisit l’Hexagone. Il y en eut au moins un précédemment. Selon le consul général, ce choix est une décision courageuse de la part de ces étudiants et le début d’une aventure curieuse :

  • 488 Ibid.

« Un nombre considérable de jeunes gens – 91 – a été désigné cette année. Cela dépasse de beaucoup les chiffres précédemment atteints (…). La liste nominative m’a été envoyée par le Secrétaire de la Société. Je ne m’étonne pas de n’y trouver qu’un seul nom d’étudiant pour la France ; l’étonnant c’est plutôt qu’il y en ait un. Il n’y en a pas pour l’Allemagne.
Tous ces jeunes gens reçoivent, dans les collèges et à l’université de Calcutta, une éducation purement anglaise. J’avais donc admiré, l’année dernière, le courage du jeune Chakroborty, bachelier ès lettres, qui, sans savoir un mot de français, bravement s’en fut à Paris apprendre la fabrication du savon, et se préparer, disait-il, à l’école polytechnique. Je crus devoir lui conseiller, de préférence, celle des Arts et Métiers ; mais cette belle confiance me toucha. Je le recommandai à mon fils. Il paraît se plaire en France où il fréquente, notamment, le Professeur de sanscrit de l’École des Langues Orientales et j’espère qu’il possédera bientôt notre belle langue indo-germanique, qui n’est au fond que du sanscrit mal prononcé, assez complètement pour suivre avec fruit des leçons pratiques de saponification, sinon pour se présenter à l’École polytechnique.
Cette année notre hôte indien sera le jeune S.N. Roy, de Dacca, également bachelier. À titre purement personnel et comme simple témoignage de sympathie privée, j’adresse pour lui au Trésorier de la Société une légère contribution destinée à l’achat de quelques livres français pouvant lui être utiles ».488

  • 489 DAVID-NÉEL A., Correspondance avec son mari, lettre du 14 mars 1912, p. 135.

6Sylvain Lévi, toujours attentif et bienveillant vis-à-vis des étudiants indiens en France, rendra profitable le séjour de Chakraborty. De retour en Inde, ce dernier deviendra le directeur de l’Oriental Soap à Calcutta et David-Néel verra en lui un interlocuteur privilégié des Français de passage.489

7La rareté des étudiants choisissant la France pour destination traduit l’absence de structures d’accueil pour eux dans l’hexagone et l’absence de propagande française en Inde. À l’inverse, on retrouve au premier plan les pays développant une campagne active auprès des élites indiennes, et notamment les princes qui jouent un rôle de mécennat dans ce mouvement des étudiants à l’étranger :

  • 490 Ibid.

« Après le discours du Gulkovar, il est tout naturel que la majorité des jeunes gens se portent vers les États-Unis. On sait quelle profonde impression l’enseignement technique américain a laissé dans l’esprit de ce prince progressiste, depuis son dernier et récent grand voyage d’études à travers le monde. Là, du reste, l’étudiant indien, avec sa connaissance de l’anglais, ne se trouve pas dépaysé. Plus de la moitié des noms portés sur la liste, quarante-sept sur quatre-vingt-onze, sont pour l’Amérique. Vient ensuite le Japon, trente et un. Douze jeunes gens seulement ont choisi l’Angleterre. »490

8 Le nombre d’étudiants partant pour le Japon indique que la question de la langue constitue un obstacle que les étudiants indiens ont appris à dépasser.

9Au début des années 1920, lors de son voyage en France, le jeune intellectuel Kalidas Nag transcrit dans son journal les efforts des élites intellectuelles indiennes pour développer les échanges universitaires :

  • 491 NAG K., 1991-1994, Memoirs, , p. 9-11, vol I, Calcutta : Writers Workshop. Traduit par l’auteur.

« (Retour à Paris : 23 septembre 1921 – 31 octobre 1921). Depuis Ceylan, je rejoignis Paris, via Marseille. Un an plus tôt exactement, en septembre 1920, maître Tagore était là pour m’accueillir. Maintenant je reviens à Paris pour entreprendre sérieusement mon travail sur Kautilya. Trois de mes amis de l’université de Calcuta seront avec moi : Dr S.K. Chatterjee, Dr S.K. Mitra et Pr P.N. Gosh, tandis que d’autres amis de Londres, Oxford, Cambridge, Birmingham etc., ont l’habitude de me rendre visite pendant leurs vacances. Je fis mon trou dans un Paris vibrant de vitalité, et dans lequel nous avions réussi à développer une sorte de "centre indien" où les responsables français, les professeurs, les journalistes, les écrivains et les artistes pouvaient obtenir des informations fiables sur la situation en Inde dans ses années critiques (1920-1921) (…). Monsieur et Madame Rana me mirent en contact avec tous les plus importants hommes d’affaires de Paris, comme Mehta, Banker, Shah, etc., et Mademoiselle Khurshed-behn Naoroji (la petite-fille du grand Dadhabai) avait l’habitude de rendre fréquemment visite à ses camarades indiens et de les divertir avec de la musique (…). Madame Cole, Mademoiselle Bloch, Mademoiselle Karpelès et d’autres dames européennes commencèrent également à être prises d’un vif intérêt pour l’Inde et à nous aider de toutes les façons possibles, développant ainsi une rare tradition de coopération et de camaraderie, seulement possible dans le milieu culturel de Paris (…). M. Saha et K. P Chattopadhyay venaient souvent nous voir, Suniti et moi, pour parler de leurs récentes découvertes en physique et en anthropologie. Je commençais à rassembler des informations sur les possibilités offertes aux étudiants indiens à Lyon, Nancy, Bordeaux et dans les autres universités de province en France ».491

  • 492 POPPLEWELL R. J., 1995 : Intelligence and Imperial Defence, British Intelligence and the Defense of (...)

10La seule évaluation concernant les étudiants indiens en France nous vient des services secrets britanniques, à un moment où ceux-ci s’intéressent de près à la communauté indienne, pour des raisons de politique et de sécurité. Elle fait état d’environ 250 personnes constituant une communauté décrite comme composée essentiellement de courtiers et d’étudiants.492 Les étudiants indiens arrivent en France avant le début de l’extension du mouvement nationaliste indien à l’Europe. Dès les années 1870, le nouvel itinéraire reliant l’Inde à l’Europe facilite en effet l’installation d’une communauté indienne en France.

  • 493 AMAE P -CCC-Bombay n° 5 (f°275), le 27.09.1890.
  • 494 AMAE P -CCC- Bombay n° 5 (f°280), le 20.11.1890.

11Au début des années 1870, Toru Dutt réalise un rapide séjour d’études secondaires dans un pensionnat à Nice. En septembre 1890, Mihirbai Ardéchir, désirant être reçue au collège de médecine de Paris, saisit le consulat à Bombay d’une requête au sujet des conditions d’admission aux cours des facultés françaises pour les étudiants étrangers.493 Le Ministère de l’Instruction publique et des Beaux-Arts, par décision du 13 novembre de la même année, y répond favorablement.494 Dès lors, la faculté de médecine de Paris compte une étudiante indienne dans ses rangs.

  • 495 Très probablement un parsi. AAf-P - Bulletin de l’Af n° 76 (15.10.1899), p. 193. Il n’a malheureuse (...)

12Toujours en 1890, on note la création par l’université de Paris de cours de français pour les étrangers pendant l’été. Ces cours sont ensuite organisés toute l’année. À partir du début du XXe siècle, un nombre croissant d’universités met en place ce type de classes. Aux cours de français de l’Alliance française de Paris, on trouve rapidement des étudiants indiens, comme par exemple, en 1899, Bajorji Sorabji.495 Le cas du jeune prince de Kapurthala a également été évoqué. Ce ne sont ici que quelques cas particulier que les archives ou la postérité permettent de retrouver. Aucun relevé systématique n’existe, mais on peut affirmer que très probablement ces différents cas constituent des exemples signalant le début d’un courant qui amène certains Indiens à choisir la France pour compléter leurs études, à la fin du XIXe siècle. Ce courant amène à la constitution d’une petite communauté estudiantine en France.

  • 496 Voir SINGARAVÉLOU P., 1999 : L’Ecole française d’Extrême-Orient ou l’Institution des marges (1898-1 (...)

13Le témoignage de Coedès sur les fameuses tables ouvertes organisées, au début du siècle, chez Sylvain Lévi, rue Guy de la Brosse, qui réunissent personnalités du monde intellectuel et étudiants asiatiques, nous confirme cette présence d’étudiants indiens : « Entouré de sa famille, il y accueillait ses élèves, on y trouvait à coup sûr Louis Finot, Alfred Foucher, Antoine Meillet, Marcel Mauss, Henri Huber, François Macher, Isidore Lévy, plus des étudiants indiens, chinois, et japonais ».496 Ce témoignage est confirmé par un autre convive du grand philologue, le sociologue et ethnologue Marcel Mauss :

  • 497 Archives privés de M. et Mme VERMEIL. Lettre de Marcel Mauss, daté du vendredi 19 novembre 1935.

« Pendant les quinze ou vingt ans qui ont précédé la (Première) guerre (mondiale), les lundis soirs, dans la modeste maison de la rue Guy-de-la-Brosse où (Sylvain Lévi) logeait acquirent une célébrité universelle. On y rencontrait des vices rois de l’Inde, des Maharajas, des pauvres étudiants, Antoine Meillet, Marguerite Moreno et Marcel Swob, Vandervelde, Yvonne Serruys et Pierre Meille, Rabindranath Tagore, Jean Perrin, Langevin, Pelliot, Paul Boyer, Philippe Berthelot, Foucher, Finot, des explorateurs, des prêtres bouddhistes, des Pères des Missions, des savants de tous continents, des jeunes gens en foule.
Le buffet ne comportait guère que des cigarettes bleues et de la bière fraîche. La gaieté, l’esprit, la culture, l’information, la jeunesse et le génie faisaient de ces soirées des haltes uniques dans la vie de Paris et du monde ».497

  • 498 On a même retrouvé des lettres manuscrites du philosophe en français.

14Ce témoignage rappelle la présence d’une communauté indienne de haut rang politique, social et intellectuel avec notamment la famille Tata, Krishnavarma, S.R. Rana, le Maharaja de Kapurthala, en plus de Tagore lors de ses différentes passages. Le philosophe Vivekenanda séjourne en France, chez l’écrivain Jules Blois, à la fin de l’année 1900 et s’essaye même, avec un certain succès, à l’exercice épistolaire dans la langue de Hugo.498

15Parallèlement au développement des cours de français pour étrangers, le Quai d’Orsay commence à organiser la diffusion de l’information concernant les études dans les universités françaises. Malgré un terrain propice et l’existence d’une demande, elle n’étend pas cette action à l’Inde. Ainsi, en 1910, le consul signale l’envoi par le Service des œuvres françaises à l’étranger de seulement :

  • 499 AMAE P – CPC Nouvelle série – Inde n° 33 – Relations avec la France (f°127), Bombay, le 03.1910.

« deux exemplaires du “Livret de l’étudiant”, pour être répartis entre les diverses personnes qui dans le pays de ma résidence me paraîtraient susceptible de s’intéresser à notre Université. Je me suis empressé de remettre l’un de ces exemplaires à M. Filippi, Professeur au Collège de Baroda et l’autre à M. Peltier, Professeur aux Collèges Wilson et Elphinstone à Bombay (…). Toutefois, je serai particulièrement reconnaissant au Département s’il jugeait possible de me faire tenir trois autres exemplaires de cette brochure, afin que ce Consulat puisse en distribuer deux de plus, et un garder un à la disposition des jeunes gens qui, comme il arrive parfois, viennent lui demander des renseignements sur l’organisation de notre enseignement dans nos Facultés ».499

  • 500 AMAE N – SOFE n° 298 - Sylvain Lévi à AE, le 31.03.1933.
  • 501 Cet ancien préparateur à l’école des Mines, diplômé de l’université de Calcutta, deviendra un relai (...)
  • 502 NAG K., 1923 : Les Théories diplomatique de l’Inde ancienne et l’Arthaçâstra, Paris : Maisonneuve. (...)
  • 503 JOSHI H. C., 1928, Recherches sur les conceptions économiques et politiques aux Indes anciennes d’a (...)
  • 504 AMAE P – AO 1918-1940 - PB n° 36 Bombay, 04.05.1926 : “Lecture at the Sorbonne on history of Parsis (...)

16À Paris, l’activité et l’autorité de Lévi encouragent plusieurs étudiants indiens de venir y compléter leurs études. À travers l’Association française des Amis de l’Orient, il appuie auprès du Service des Œuvres françaises à l’Étranger les demandes de bourses.500 C’est le cas, par exemple, pour la prolongation du séjour de Sivasunder Deb, étudiant en France, en 1933, en géologie appliquée.501 Le parcours universitaire de plusieurs professeurs indiens est marqué par leurs études en France. Dans les années 1920, on peut signaler plusieurs doctorats soutenus par des Indiens, comme celle de Paranjpe, en 1923, les thèses de lettres des professeurs Nag, ou de Parasthuram Vaidya de Bombay.502 On peut encore noter la publication des thèses de Prasad Ishwari, L’Inde du VIIe au XVIe siècles, d’Adavani Gopal sur la géographie du Sind, et de Hem Chandra Joshi sur Les conceptions politiques et économiques dans l’Inde ancienne.503 Aboutissement de plus d’un siècle d’échanges entre la culture zoroastrienne et la France, l’université de Paris crée une chaire d’histoire et de religion parsies, en 1924, dont le tenant se nomme Katrak.504

  • 505 LABROUSSE P., 1995 : Langues’O 1795-1995, Deux Siècles d’Histoire de l’École des Langues Orientales(...)
  • 506 id., p. 215.

17Aux Langues’O, on retrouve deux répétiteurs indiens venus étudier l’art indien et l’archéologie sous la direction d’Alfred Foucher, notamment B. C. Sen. Etudiant à la faculté des lettres de Paris ainsi qu’à l’École pratique des Hautes Études, il prend, en 1930, en charge les cours de bengali en tant que répétiteur temporaire.505 Pour les cours d’hindoustani, on note la présence comme répétiteur temporaire du nom de Jamil en 1924-1925, puis d’Ali Rahmat, étudiant à Paris depuis 1927, et doctorant en 1933. Ce dernier occupe ensuite le poste de répétiteur auxiliaire de 1934 à 1940.506

  • 507 id., p. 222.
  • 508 Créée par les Indiens de Paris, celle-ci se propose l’envoi, chaque année, d’un étudiant français e (...)
  • 509 AAf-P - Revue de l’Af.
  • 510 Ibid. Il est possible qu’un même étudiant se soit présenté à plusieurs sessions.

18Parmi les associations étudiantes de Paris, il convient enfin de noter l’existence d’une Association pour le développement de l’amitié indo-française et celle de la Société Tagore.507 Il faut également signaler l’existence de la Fondation Krishnavarma, du nom de l’intellectuel nationaliste, qui prévoit la venue d’étudiants indiens en France, et qui se voit compléter après la mort du philologue, d’une bourse Lévi.508 La présence régulière d’étudiants indiens, de un à quatre, est également attestée à chaque session des cours de l’Alliance française de Paris.509 Entre l’hiver 1928-1929 et le printemps 1934, on peut repérer 36 participations d’étudiants « hindous » aux différentes sessions de cours de français de l’Alliance française de Paris.510

  • 511 On peut citer par exemple les travaux de doctorat présentés à l’université de Montpellier par Gopal (...)
  • 512 BOARDMAN P., The worlds of Patrick Geddes Biologist, Town planner, Reeducator, Peace-Warrior, Henle (...)
  • 513 Raja Rao servira également d’interprète lors de la rencontre entre Nehru et Malraux à Paris en 1936 (...)
  • 514 GEDDES P. in NAG K. (Ed), 1931 : The Golden Book of Tagore, p. 83-87, Calcutta.

19Les étudiants indiens ne se cantonnent pas à la capitale. À Montpellier, par exemple, à l’intérieur de la Cité universitaire, Patrick Geddes développe une structure qui comprend une résidence et dispense des cours de français en anglais pour les étudiants étrangers. En 1927, il crée le Collège indien, collège universitaire qui accueille plusieurs doctorants indiens.511 Gopal Adavani en sera d’ailleurs le secrétaire pendant un temps.512 Raja Rao originaire de Mysore, puis étudiant à Hyderabad y séjourne à la fin des années 1920, avant d’aller poursuivre ses recherches à Paris.513 À la création du Collège, le prix Nobel bengali en est le président honoraire. En 1931, Patrick Geddes écrit à Tagore : « J’ai de grands espoirs que notre Collège indien ici – que vous avez honoré à sa naissance en acceptant sa présidence et que vous aurez un jour j’espère, l’occasion de visiter et réinspirer – puisse transmettre votre message éducatif et son élan de futurs collèges-sœurs de notre Cité universitaires ».514

  • 515 Citons par exemple la thèse de médecine d’Ambaj Nath Bose en 1928, celle de Taha Taha également en (...)

20Après avoir grandi avenue de l’Opéra, Jehangir Ratanji Dadabhoy Tata intègre le lycée Janson-de-Sailly et fait son service militaire à Lyon. Il gagne l’Angleterre, dans les années 1920, et joint l’entreprise familiale dont il prendra la tête dans les années 1940. À Ahmedabad et à Bombay, on peut noter que l’université de Grenoble bénéficie d’une solide réputation auprès des professeurs indiens ayant étudié en France. D’autres universités comme celle de Strasbourg, et d’autres écoles spécialisées attirent également quelques étudiants indiens. Il faut y ajouter les universités de Belgique et de Suisse. Louis Vallée de la Poussin, à l’université de Gand, jouissant d’une autorité reconnue dans le domaine de l’indianisme, ce qui lui vaut d’attirer des étudiants indiens. Plusieurs thèses sont soutenues par des étudiants indiens à l’université de Lausanne, particulièrement en médecine.515

Les Indiens et les premières tentatives de coopération

Le Comité Franco-Indien

  • 516 AMAE P – CPC - Nouvelles Série – Inde n° 33 - (f°49-52).
    La signature de cette lettre de présentati (...)

« Un Comité Franco-Indien s’inspirant des affinités qui rapprochent les deux pays va être constitué à Paris dans le but de travailler à une entente de plus en plus étroite entre l’Inde et la France.
J’ai rapporté de mon récent voyage aux Indes l’impression que la France pouvait occuper une belle place dans ce grand pays, aussi bien par son prestige intellectuel et moral que par son activité commerciale. »516

21En 1914, la première tentative d’organisation des échanges culturels avec l’Inde en France prend forme à l’initiative d’un Indien, le docteur Krishna. Cette année-là, les autorités françaises reçoivent un projet de Comité franco-indien, présenté par Krishna et soutenu par de nombreuses personnalités françaises. Le motif avancé est le suivant : il faut que la France prenne part à la concurrence que se livrent les grandes nations en Inde pour le développement de leur influence.

22Le Temps du 5 juin 1914 rapporte ainsi la création du Comité :

  • 517 AAf-P - Bulletin de l’Af p. 316, n° 137 (15.07.1914). Article du journal Le Temps repris dans le bu (...)

« Sous l’inspiration du Dr Krishna, un Comité Franco-Indien vient de se créer à Paris. Son objet est de développer les relations intellectuelles, scientifiques, artistiques et économiques entre la France et l’Inde, de favoriser l’envoi en France d’étudiants hindous, de populariser l’usage de la langue française dans l’Inde, etc. »517

  • 518 AMAE P – PC -Nouvelle série-Inde n° 33 – (f°49-52) : KRISHNA (Dr), Projet du Comité franco-indien.

23Les grandes personnalités françaises impliquées dans l’action de la France en Asie sont parties prenantes de ce projet, notamment Philippe Berthelot, directeur de l’Asie au Affaires étrangères, Paul Doumer, ancien gouverneur de l’Indochine, Lebon, ancien ministre des Colonies, directeur de la Compagnie des messageries maritimes, Morel, ancien ministre des Colonies. Sont également mentionnés comme membres du Comité franco-indien des représentants de l’Inde française tel qu’Etienne Flandin, sénateur de l’Inde Française, et de nombreux représentants des intérêts commerciaux de la France comme Henry Gabelle, conseiller d’État, directeur au Ministère du Commerce et de l’Industrie et les présidents des chambres de commerce de Lyon, du Havre et de Paris ; enfin des grands représentants de l’État comme Deschanel, président de la Chambre des députés, ou Albin Bozet, député, président de la commission des Affaires extérieures. L’initiative reçoit donc le soutien des représentants de la politique étrangère française.518 Le président d’honneur de l’association est le fervent défenseur de la cause orientale en France, l’écrivain et membre de l’Académie française, Pierre Loti. À ces côtés, on retrouve l’explorateur Gervais-Courtemont.

24Le projet en appelle donc à une mobilisation face au développement de l’influence des nations concurrentes, évoquant son glorieux passé pour tenter de convaincre la France qu’elle a encore un rôle à jouer en Inde :

« Ces hommes clairvoyants sont à juste titre inquiets de voir se répandre dans tous les pays, sauf en France, un grand nombre d’étudiants indiens ; ils savent que ces jeunes gens reviendront du Japon, d’Amérique, d’Allemagne, avec une empreinte destructrice du génie de leur race et qu’ils seront, par la suite, les mauvais dirigeants de cette multitude indienne dont ils ne comprendront plus les aspirations.
C’est à la France seule que devrait, logiquement, revenir ce rôle d’initiatrice. Pierre Loti l’a dit : “Le génie de la France est celui qui saura le mieux s’associer à celui de l’Inde”. La France a laissé dans l’Inde des souvenirs assez glorieux, elle y est encore assez admirée et assez aimée pour qu’il soit facile d’attirer vers elle la jeunesse indienne désireuse de rechercher la culture moderne, qu’elle saura leur donner sans détruire le génie propre de leur race. »

25Le projet évoque également le contexte des nationalismes en Asie. Selon Gervais-Courtemont, auteur de l’introduction du projet, ces mouvements trouvent dans la France et sa culture une référence et un espoir :

  • 519 Id., COURTEMONT G., « Présentation du Projet du Comité franco-indien ».

« … les Indiens tournent leurs regards vers la France qu’ils considèrent, parmi toutes les grandes nations européennes, comme la terre d’élection de la Liberté. Notre Révolution semble les captiver, comme elle séduisit les Japonais, les Turcs et les Chinois ».519

26Toutefois, le projet – qui insiste sur la nécessité de développer une coopération culturelle, scientifique et commerciale – se défend de vouloir prendre part à une quelconque action politique :

« Avec le concours précieux des grands Français qui ont accepté de s’associer à nos efforts, notre Comité Franco-Indien se propose de travailler activement au développement des relations amicales, intellectuelles, scientifiques et commerciales entre la France et l’Inde (…) Le Comité Franco-Indien, s’inspirant de sentiments de la plus haute et de la plus large conciliation, n’est guidé par aucune pensée de lutte ou hostilité envers quiconque. Il veut très simplement et très loyalement, favoriser les relations amicales entre deux pays si bien faits pour s’entendre. Par les soins du Comité Franco-Indien, les travaux des savants et des artistes français seront facilités, de même que les talents de toute sorte qui se manifestent actuellement aux Indes trouveront en France des appuis pour se faire connaître. Les échanges commerciaux seront également favorisés et les industriels ou commerçants français trouveront ainsi des débouchés nouveaux du plus grand intérêt. Les voyageurs sauront où trouver un appui et des conseils désintéressés. »

27Dans ce programme de coopération, le projet accorde une attention particulière à la question des étudiants indiens : « Et, tout spécialement, le Comité s’efforcera d’augmenter le nombre des étudiants indiens envoyés en France ; il constituera, pour eux un appui précieux contre les difficultés de la vie moderne, un trait d’union avec la patrie lointaine. »

28C’est certainement ainsi que la première association franco-indienne voit le jour en France, avec déjà cette volonté affichée de constituer un trait d’union entre les deux pays. Plus qu’une initiative nationale, cette association est le fruit du dynamisme d’une communauté indienne cherchant à structurer les échanges entre les deux pays. Les événements tragiques qui dominent la scène internationale peu de temps après sa crétation mettent prématurément fin au Comité franco-indien.

29Dans le contexte du premier conflit mondial et de la présence d’importantes troupes indiennes sur le sol français, les exigences de la Grande-Bretagne en matière de surveillance et d’extradition des membres de la communauté indienne accroissent en intensité et en intransigeance. Ce qu’il est intéressant de noter, c’est l’aspiration des élites indiennes au développement d’une coopération avec la France, et particulièrement de donner un cadre aux échanges universitaires. On retrouvera entre les deux-guerres cette même aspiration, et ce même dynamisme de la communauté indienne en France.

Le role de la diaspora dans la promotion de la coopération

30En 1930, la communauté indienne de Paris se réunit autour des événements dans la péninsule. Une note du Ministère de l’Intérieur rapporte :

  • 520 AMAE P – AO 1918-1940 - PB n° 73 - Ministère de I’Intérieur à MAE, le 19.08.1930.

« La colonie hindoue de Paris a organisé hier, dans une salle du Petit Journal, une réunion à laquelle ont participé quatre-vingt personnes résidant pour la plupart dans le quartier et fréquentant les diamantaires. La salle avait été louée par le nommé Dalal, pour permettre à un avocat du barreau de Bombay, M. Mazimdar, de faire à ses compatriotes une conférence sur les événements qui se déroulent actuellement dans l’Inde (…).
Des renseignements recueillis, il résulte que M. Mazimdar est venu en France pour traiter des affaires et aussi pour faire un appel en faveur du parti “gandhiste“. D’ailleurs, la plupart de ses compatriotes résidant à Paris sont partisans de l’indépendance de leur pays. »520

31Ce document, le seul des archives des Affaires étrangères à livrer une évaluation numérique, évoque donc une communauté d’au moins 80 individus à Paris. Il est autrement difficile de donner une évaluation précise de la communauté indienne en France. S’ajoute au nombre mentionné dans ce rapport la famille de certains des participants à cette réunion, ceux résidant dans la région parisienne n’ayant pas pu s’y joindre et les Indiens résidant loin de Paris. Du reste, il est possible que ce chiffre inclue certains ressortissants indiens de passage.

32De 1914 à 1940, la composition sociologique de la communauté indienne est similaire à celle de la période précédente, à savoir des hommes d’affaires, des étudiants et des aristocrates. Le nombre d’hommes d’affaires semble toutefois s’élargir. En outre, Paris reste un pôle d’attraction pour les artistes, les lettrés et les scientifiques indiens, et notamment pour ceux qui, installés dans les autres villes d’Europe et particulièrement la Grande-Bretagne et l’Allemagne, en profitent pour venir visiter l’Hexagone. Paris n’est pas le seul foyer d’implantation de ces élites qui résident également en Normandie, sur la Côte d’Azur ou dans les principales villes universitaires.

  • 521 AMAE P – AO 1918-1940 - PB n° 24 (émigration hindoue) - Le Préfet de Police à Ministère AE, le 19.0 (...)

33Le dynamisme de cette communauté se traduit par sa volonté de créer un cadre pour le développement des relations entre les deux pays, comme l’Association Sociale et Commerciale Hindoue, créée à Paris au début des années 1920. Celle-ci se présente comme une petite organisation de type presque consulaire. Il faut y ajouter l’Association des Hindous de Paris constituée en décembre 1920. Son siège est situé au 17, de la rue Sommerard. Le Préfet de police envoie au Quai d’Orsay un rapport sur ce groupe, ainsi que sur l’Association Sociale et Commerciale Hindoue qui recouvre des objectifs proches et trouve à sa tête des membres communs.521 Ce rapport, comme celui du consul à Bombay, présente des représentants d’un statut social souvent très élévé.

  • 522 Ce dernier est connu comme un des premiers promoteurs du planning familial, de la contraception et (...)

34Lors de sa création, le président de l’Association des Hindous de Paris est Raghunath Karve Dhondo,522 orignaire du Maharashtra et fils de Dhondo Keshava Karve, grand réformateur et promoteur de l’éducation. Dhondo, professeur de mathématiques à Bombay, arrive en France en octobre 1919, en vue de se perfectionner dans la pratique du français. Ambalal Bahabal Mehta et Sobharam Hariram Khanna, les deux vice-présidents, sont courtiers en perles fines. Le rapport du Préfet nous apprend que Mehta demeure au 26, rue Lamartine depuis 1909, et « paraît être dans une situation aisée ». Quant à Khanna, il travaille pour la maison Khanna de Bombay, demeure à Garches, en Seine-et-Oise, ses bureaux étant rue Bleue à Paris. L’association a son siège chez le trésorier Rama Edakrow, rue de Sommerard. Fils d’un riche planteur, ce dernier fait ses études de médecine à Paris. Il est venu apprendre le français et s’occuper d’affaires commerciales.

35Le préfet décrit les buts de cette association qui semblent essentiellement orientés vers le service à aux Indiens en France. Parmi celles-ci, on retiendra la publication d’une revue en français, certainement la première revue indienne publiée en France, et écrite en français :

  • 523 Ibid.

« Son but est d’encourager et de prendre des mesures de prévoyances pour les relations sociales et pour l’assistance mutuelle aux Indiens venant en France pour leurs affaires et leurs études. Cette association est un bureau de renseignement au point de vue littéraire, scientifique et industriel, initiant les hindous, qui viennent à Paris à la vie matérielle et sociale de notre pays. Elle organise des réunions et conférences et possède même une publication qui paraît de temps à autre : Le Bulletin d’information indienne. Se défendant d’être en rapport avec les sociétés nationalistes de l’Inde, elle se borne, dans cette revue, à relater, sans commentaires les questions publiques, qui se posent actuellement dans l’Inde ».523

  • 524 Ibid. L’autre secrétaire, Paranjpe Vasudev Gopal « est instituteur dans l’Inde. Il est venu à Paris (...)
  • 525 Il s’agit probablement d’Abel Lévi. Ainsi Kalidas Nag écrit dans ses mémoires : « Le professeur Lév (...)
  • 526 AMAE P – AO 1918-1940 - PB n° 24 - Le Préfet de Police à Ministère AE, le 19.01.1922. Amithaba Gose (...)

36Un des secrétaires de l’association est Amitabha Gose, engagé volontaire à Pondichéry en 1916, pour la durée de la guerre, et qui a fait campagne en Argonne et à Verdun.524 Il réside rue Saint-Vincent de Paul, dans un appartement où, en association avec un Français nommé Lévi, il a fondé une affaire commerciale appelée Comptoir d’Extrême-Orient.525 Il est également fondateur d’une Association des étudiants hindous à Paris.526

37Ainsi, voit-on dans les années 1920, différentes initiatives en vue d’organiser la communauté indienne et faciliter l’installation des Indiens en France. Ces organisations tentent également d’ancrer les échanges franco-indiens dans la durée. Au sujet de l’Association des Hindous de Paris, et de l’Association Sociale et Commerciale Hindoue, le préfet de police remarque

  • 527 Ibid.

« Ces groupements ont à leur tête des personnes parfaitement honorables mais animées de sentiments anglophobes ».527

38En 1934, le préfet de Paris signale une nouvelle initiative :

  • 528 AMAE P – AO 1918-1940 - PB n° 24 - Le Préfet de Police à Ministère AE, 05.1934.

« Il y a trois semaines est arrivée à Paris une délégation hindoue, dirigée par un nommé Kabil, de Calcutta, lequel a pour adjoint et interprète un nommé Marry.
Tous les membres de cette délégation sont descendus à l’Hôtel Ambassador, boulevard Hausmann. M. Kabil qui est soutenu financièrement par plusieurs chambres de commerce de son pays, représente des tendances nationales modérées. Les buts de sa mission sont les suivants :
1° Réunir toute la documentation susceptible de servir de base à des échanges intellectuels et économiques entre l’Inde et l’Europe.
2° Étudier tous les moyens de nature à réaliser un rapprochement et une collaboration entre l’Inde et l’Europe (correspondance, recherches, voyages). La délégation cherche actuellement des locaux pour y installer des bureaux. Des pourpalers à ce sujet seraient engagés avec la “Maison France“, avenue des Champs-Élysées. M. Kabil envisage l’édition d’un journal en plusieurs langues et de brochures de propagande. Il prépare, d’autre part, un voyage en Europe en août prochain avec des représentants des Chambre de commerce de l’Hindoustan. »528.

39Il n’est pas fait état de suite à cette dernière initiative. On remarquera l’accent mis par cette délégation indienne sur la propagande et l’échange d’informations.

40Dès janvier 1921, c’est au tour de Bennoy Kumar Sarkar de proposer une coopération franco-indienne centré sur la presse dans son projet intitulé La France et l’Inde. L’idée mise en avant est celle d’un bureau facilitant l’échange d’informations :

  • 529 AMAE P – AO 1918-1940 - PB n° 24 - La France et l’Inde, le 26.01.1921.

« Journalisme : Un bureau fondé à Paris, s’appliquerait à faciliter un commerce intellectuel entre les deux pays. a) Il fournirait aux revues françaises des renseignements scientifiques et intellectuels sur l’Inde, et réciproquement. b) Il demanderait, pour la presse française, à des écrivains indiens qualifiés des études sur les problèmes importants et réciproquement. »529

41De même que pour les initiatives mentionnées précédemment, on ne trouve nul trace d’une suite de la part du gouvernement français dans les archives.

  • 530 AMAE P – AO 1918-1940 - PB n° 36 -consu cal à AE, le 01.07.1927.
  • 531 AMAE P – AO 1918-1940 - PB n° 36 -consu cal à AE, le 14.01.1925.
  • 532 AMAE P – AO 1918-1940 - PB n° 36 -consu cal à AE, le 26.01.1925.

42Les occasions pour la France d’entreprendre une collaboration avec les journalistes indiens sont nombreuses. Les représentants de l’Indian Associated Press se rendent régulièrement en Europe à l’occasion de rencontres internationales. Ces visites sont parfois signalées au Ministère des Affaires étrangères, comme par exemple celle de C.K. Roy, à la conférence internationale de la presse à Genève qui se tient au début du mois d’août 1927.530 Plusieurs journalistes se rendent directement en France en vue de nouer des contacts directs. C’est le cas de Gurdit Singh Dara, directeur du journal Hind de Calcutta, éditeur à Londres de l’Indian Journal, collaborant aux journaux français tel que l’Usine et Le Correspondant, et à divers publications anglaises. Il est précisé à son sujet que « … tout en faisant de la propagande gandhiste (il) cherche à entrer en relation avec les industriels français ».531 Arrivé en France, le 25 août 1924, il semble déterminé dans sa démarche. Il présente un projet de groupement de presse franco-indien autour d’une quinzaine de journaux indiens : « Il aurait l’intention de se fixer définitivement à Paris où il se propose d’éditer un journal. Il reçoit chaque jour des journaux indiens. »532

  • 533 RAO R., « Quand Malraux rencontre Nehru », p. 44-55, op. cit.

43Par ailleurs, de nombreux représentants des élites indiennes se rendent dans la capitale, à l’occasion d’un voyage aux en Angleterre, en Allemagne ou aux États-Unis. Aux résidents indiens en France, il faut donc ajouter les visiteurs, comme par exemple le nizam d’Hyderabad, le physicien S. N. Bose, ou le mathématicien R.V. Raman. En 1936, Jean Guéhenno, directeur de la revue littérraire Europe – dans laquelle Rolland publie ses « Courriers de l’Inde », à partir de 1931 – et Raja Rao, écrivain de langue anglaise, organisent la première recontre entre Nehru, de passage en France, et Malraux, le début d’une longue association entre l’écrivain français et l’Asie méridionale.533

Les arts indiens en France : tradition et avant-garde

44La traduction d’une partie de l’œuvre de Rabindranath Tagore, la publication d’ouvrages consacrés à son architecture et à sa sculpture contribuent à la reconnaissance de l’art et de la civilisation de l’Inde. Cette reconnaissance se traduit par la venue d’artistes. Ces manifestations semblent marquées par un succès certain comme cette délégation historique de peintres contemporains du Bengale sous la conduite d’Abanindranath Tagore en 1914 :

  • 534 AMAE N – SOFE n° 256 - 15e Assemblée générale de l’Association des Amis de l’orient, le 29 06 1935  (...)

« M. E. B. Havell avait encouragé le noyau d’artistes vivants qui, autour d’Abindranath Tagore, cherchaient à s’affranchir de l’imitation de l’Occident et à retrouver leur tradition nationale. Il était venu organiser à Paris en 1914 au Salon de la Nationale, une exposition d’artistes contemporains bengalais qui eut du succès ».534

45Cette exposition de peintres bengalis rassemblés par Abanindranath Tagore se tient à Paris avec l’aide de Suzanne et Andrée Karpelès, marque le début d’un courant d’échanges dans le domaine des arts contemporains.

  • 535 Au sujet de Goloubew : SINGARAVÉLOU P., L’École française d’Extrême-Orient…, p. 325-326.
  • 536 Voir les catalogues de la Librairie française pour toutes ses références.
  • 537 MASSON OURSEL P., STERN H de WILMA N-GRABOWSKA, 1933 : L’Inde antique et la civilisation indienne, (...)

46Au début des années 1920, les traductions des travaux d’Ananda Commaraswamy, conservateur du musée des Beaux-Arts de Boston d’origine sri-lankaise, participent à la diffusion de la connaissance de l’art hindou. Le premier de ses ouvrages traduit en français paraît en 1921. Il s’agit de Scupltures çivaïstes de l’Inde, écrit en collaboration avec E. B. Hawell et le collectionnaur d’art Victor Goloubew,535 membre de l’EFEO, et le sculpteur Rodin. L’année suivante voit la parution du recueil d’essais La danse de Çiva, auquel Coomaraswamy collabore aux côtés notamment de Rolland. Paraissent ensuite Les arts et métiers de l’Inde et Ceylan (1924), Pour comprendre l’art hindou (1926), Les miniatures de la collection Goboulew au Museum of Fine Arts de Boston (1929).536 Les avancées dans la connaissance de l’histoire de l’art et de la civilisation de l’Inde en France aboutissent à la publication d’un pretigieux ouvrage collectif sous la direction de Paul Masson Oursel.537

  • 538 MUKHERJEE S.C., 1926 : Rasa, essai sur l’esthétique indienne, Paris : Alcan.

47La traduction en français des ouvrages d’Abanindranath Tagore renforcent cette diffusion : L’Alpona ou les décorations rituelles du Bengale et Arts et Anatomie hindous, tous deux édités à deux reprises en 1921 et 1935, et Sadanga ou les six canons de la peinture hindoue édité en 1935. Ces ouvrages sont traduits par Andrée Karpelès, tandis que le second est préfacé par Victor Goloubew. On peut ajouter à ces publications les travaux universitaires menés en France par Subodh Chandra Mukherjee pour une thèse publiée en 1926, intitulée Rasa, essai sur l’esthétique indienne.538

  • 539 SHANKAR R., 2000 : « Amar Dada », p. 47-48, in Desh, 10 juin 2000, Calcutta (bengali).
    DANIELOU A., (...)

48Dans les années 1920, on note le séjour en France d’un étudiant indien en art plastique. Son expérience de la scène marque un tournant dans sa carrière, et, par la même occasion, celle de son jeune frère. Né à Udaïpur, fils d’un ministre d’un petit État princier, Uday Shankar étudie tout d’abord à la J.J. School of Arts à Bombay, et au Royal College Arts de Londres, de 1920 à 1923. Entre 1923 et 1924, il est intégré à la troupe de la grande danseuse et chorégraphe Anna Pavlova, pour les besoins d’un spectacle sur un thème oriental.539 Ainsi naît la vocation du père du ballet moderne indien. Sa carrière en tant que chorégraphe commence vraiment en 1924, à Paris.

  • 540 DECORET-AHIHA A., 2004 : Les danses exotiques, p. 196-197, Pantin : Centre National de la Danse.
  • 541 ERDMAN J. L. « Who remembers Uday Shankar ? », Annual Conference of the Society of Danse History Sc (...)

49Dans la capitale parisienne, la danse indienne est une mode qui s’est établie progressivement depuis les bayadères de Triouvendy-Pouram, sanctuaire vishnouïte près de Pondichéry, débarquées à Bordeaux en 1838. Elle marquent le début d’un engouement que nourrit leur longue tournée d’un spectacle immortalisé par Théophile Gautier jusqu’aux performances au Musée Guimet de Mata Hari devant le président Clémenceau.540 Entre les deux guerres, de nombreuses artistes rencontrent un certain succès en entretneant l’attraction exercée par les danses indiennes.541 C’est le cas de Simkie, Simone Barbier, de son vrai nom, avec laquelle Uday Shakar s’associe un temps. Jusqu’en 1929, ils se produisent sur les scènes parisiennes avec des danses qui mettent en scène des thèmes tirés de la mythologie indienne.

  • 542 Celle-ci va prendre une part déterminante dans le renouveau de la danse indienne avant de se consac (...)
  • 543 BONER A., 1993 : Alice Boner Diaries : India 1934-1967, Delhi : Motilal Banarsidas.
  • 544 Ibid.
  • 545 D’abord intégré à la troupe, ce dernier trouvera finalement sa voie dans la musique avec un des plu (...)
  • 546 Bien avant sa reconnaissance internationale, Alain Daniélou enregistrera les premières morceaux de (...)

50En 1929, la rencontre d’Uday Shankar avec Alice Boner,542 artiste zurichoise et riche héritière installée à Paris, marque une seconde étape. Ensemble, ils partent en Inde, en janvier 1930, pour étudier la danse indienne, et constituer une troupe avec des musiciens et des danseurs recrutés sur place.543 Ils créent la Compagnie des Danseurs et Musiciens Hindous et reviennent à Paris en automne.544 Parmi les membres de cette troupe constituée d’amis et de membres de la famille du danseur, se trouve Ravi Shankar, son jeune frère.545 De retour en France, la troupe s’installe dans une maison à Boulogne-sur-Seine. Après cinq mois de répétition, la troupe donne sa première représentation le 3 mars 1931, au Théâtre des Champs Elysées. Le public est conquis, le succès dépasse les espérances. C’est le début d’une longue tournée en Europe et en Amérique qui dure de 1931 à 1938. Cet épisode de l’histoire de la danse indienne s’écrit donc entre Paris et l’Inde. Alain Daniélou, alors lui-même jeune danseur, suivra d’abord à Paris, puis en Inde, le parcours des deux frères.546

51La scène artistique indienne en France ne se résume pas aux seuls artistes bengalis, même s’ils y occupent une place prééminente. Ainsi, le séjour à Paris d’Amrita Sher-Gil, artiste originaire de l’Inde du Nord-Ouest marque l’histoire de l’art. Elle est considérée comme la première peintre indienne de la période contemporaine à être consacrée internationalement. Née en 1913, à Budapest, d’un père sikh et d’une mère hongroise, elle part avec sa famille à Florence, puis à Paris dans les années 1920. Dans la capitale, elle étudie la peinture à l’école des Grandes Chaumières, puis aux Beaux-Arts de 1930 à 1934. Lucien Simon et Pierre Vaillant y sont ses professeurs. En 1934, pour sa peinture Conversation, elle est la première représentante asiatique et la plus jeune artiste à recevoir le prix international du Grand Salon. Cette année-là, marque aussi son installation en Inde. Malgré son décés prématuré en 1941, l’œuvre de cette artiste fulgurante laisse une influence durable.

  • 547 GARDE A., RAULT S., Salon indien, p. 29-31, op. cit.
  • 548 Ibid.

52Une rencontre entre l’art indien et l’art français prend également place dans le domaine de la bijouterie, par les échanges au cours des années 1910 et 1920 entre les princes indiens et les bijoutiers de la place Vendôme. Au milieu des années 1920, ces derniers demandent à la maison Cartier, ou au joaillier parisien Boucheron, de redessiner certains de leur bijoux et parures dans un style alliant l’Art déco et les formes traditionnelles indiennes.547 Ainsi voir le jour l’Art déco indien. Le point culminant de cette rencontre a lieu en 1928, lors d’une exposition rue de la Paix au cours de laquelle sont exposés les joyaux Indo-Art déco du maharaja de Patiala. Cette exposition constitue un véritable événement auquel viennent assister Indiens, Européens et Américains fortunés. La presse commente largement l’événement qui est immortalisé par un album photographique de 36 pages.548

Une voix indienne en France : Tagore

  • 549 GIDE A., in The Golden Book of Tagore, cité dans KRIPALANI K., Rabindranath Tagore : a biography, p (...)

« L’incomparable pureté poétique de ce petit livre a brillé si fortement à mes yeux que je considère comme un honneur d’en offrir à la France un reflet. À travers la guerre et au-delà de nos dissensions politiques et confessionnelles, cette étoile fixée a continué de briller et de dispenser au monde une paisible lumière d’amour, de confiance et de paix. Je suis heureux d’apporter aujourd’hui ma contribution à cet hommage et d’exprimer ma gratitude à cette grande figure… »549

  • 550 CHARTIER F., 2000 : Rabindranath Tagore, l’Unité dans la Diversité, DEA d’Anglais sous la direction (...)
  • 551 CHARTIER., 2001 : « Bibliographie » in Santiniketan : legs de Tagore - Rencontre avec l’Inde Consei (...)
  • 552 Voir à « Littérature indienne » dans Catalogue de la Librairie française.
  • 553 Il faut préciser que pratiquement toutes ses œuvres sont traduites de l’anglais.

53Présenter sommairement l’œuvre de Tagore reste un défi, même en se limitant à sa seule production littéraire. Perçu en France essentiellement comme un poète, il fut aussi essayiste, dramaturge, romancier, pédagogue, chansonnier, compositeur, chorégraphe, acteur, peintre… On dénombre près de 2 000 chants, environ 1 000 poèmes, 25 pièces de théâtre, huit romans, huit recueils de nouvelles, une cinquantaine de traités et de nombreux autres textes qui vont des manuels d’écoliers aux récits de voyage, ainsi qu’une correspondance pléthorique.550 On compte au moins 33 ouvrages de Tagore traduits en France avant 1940, rare succès pour un écrivain contemporain non francophone en provenance du monde colonisé.551 En 1930, la Librairie française dans son Catalogue des Ouvrages en vente relève plus de seize titres, dont sept œuvres littéraires publiées par la N.R.F., mais aussi quatre essais : À quatre voix, préfacé par Romain Rolland, La Religion du Poète, La Maison et le Monde et Nationalismes. On compte également pendant cette période au moins six études en langue française consacrées à Tagore. Si cela reste peu comparé à l’ensemble de son œuvre, ces traductions constituent une grande partie de la littérature indienne traduite en France entre les deux guerres.552 C’est également exceptionnel pour un auteur contemporain non-occidental.553

  • 554 LINÉ S., Tagore, Pèlerin de Lumière ; et CHARTIER F., Rabindranath Tagore, l’Unité dans la Diversit (...)
  • 555 Archives de Rabindra Bhavan à Santiniketan- corespondance Tagore-France
    CHARTIER F., « Rapports épi (...)
  • 556 BERTHET S. : « Santiniketan, ou les avatars du rêve d’un poète moderne », p. 101-118, in Rencontre (...)
  • 557 Cité dans CHARTIER F., Rabindranath Tagore, l’Unité dans la Diversité, p. 106, op. cit.

54Rétrospectivement, la popularité de Tagore en France continue d’étonner. Son nom est lié à celui de personnalités telles Saint John Perse, Bergson, Gide, Clémenceau, Yourcenar, Cocteau, la Comtesse de Noailles, ou Romain Rolland.554 L’étude des auteurs des lettres reçues de France par Tagore est très significative.555 À côté des lettres de grandes personnalités, on trouve des lettres de professeurs d’école de province, de militaires, de militants pacifiques, etc. Elles révèlent la pénétration du poète dans l’affectif des Français. À partir de 1913, Tagore fait en effet partie des lectures de la bourgeoisie française, petite et grande. Dans une France traumatisée par les horreurs de la guerre, ces lettres soulignent l’espoir suscité par la vitalité qui émane de son œuvre. Semblant venir d’un monde perdu, sa voix raisonne à la fois d’un lyrisme bouleversant et d’une harmonie apaisante.556 Saint John Perse écrit à ce sujet : « Sa poésie sans âge et sans demeure, éprise de l’éternel, recherche au pas de l’homme sa source familière et la berge d’argile où se dépouille la nuit de l’homme ».557 Cette intemporalité prêtée au poète et son œuvre, les deux étant volontairement confondus dans une même glorification, font d’ailleurs obstacle à la compréhension de la complexité d’une œuvre polymorphe et ancrée dans le réalité de son temps. Son engagement politique, tout autant que sa peinture le placent en effet aux côtés des plus contemporains de ses homologues, artistes et intellectuels.

55C’est en grande partie à la scène artistique française qu’il devra son accession au statut de peintre internationalement reconnu, cette dernière étant jugée plus ouverte aux formes d’expression contemporaine. Les passages de Tagore en France constituent à chaque fois des événements qui rappellent l’enthousiasme suscité par sa personnalité, mais aussi les enjeux qui pèsent sur le dialogue entre la France et l’Inde. Au cours de ses nombreux voyages à travers le monde qui le mènent dans trente pays, Tagore réalise trois séjours en France, en 1920, 1921 et 1930. Il s’y arrête également en 1924, pour embarquer en Amérique du Sud, et en 1926 dans le cadre d’une grande tournée de conférences en Europe. Ces différents séjours correspondent à différentes étapes dans l’itinéraire de l’action internationale de Tagore. En 1920, il lance l’idée de l’université de Santiniketan ; en 1921, il prépare son inauguration ; en 1930, c’est la première grande exposition de ses peintures.

  • 558 DUTTA K., ROBINSON A., Rabindranath Tagore, p. 227-228.
  • 559 Ibid.

56Le premier séjour a lieu au cours de l’été 1920, après un voyage en Angleterre. Un des motifs en est l’élaboration de l’université de Visva Bharati.558 Tagore séjourne six semaines à Boulogne-sur-Seine, chez le mécène Albert Khan, directeur du Cercle Autour du Monde. La réputation de Tagore est déjà établie. Après un séjour en Angleterre qui le laisse quelque peu amer, son séjour en France ravive son enthousiasme. En dehors de Sylvain Lévi, le prix Nobel rencontre Henri Bergson, Anna de Noailles - qui deviendra une fidèle amie du poète -, Georges Clémenceau et de nombreuses autres personnalités.559 Tagore visite le musée Guimet. Il se rend également sur les lignes du front de la Grande Guerre. Au cours de ce séjour, c’est l’Association française des Amis de l’Orient qui est chargée de l’accueillir. Une anecdote de Suzanne Karpelès, secrétaire de cette association, rappelle tout à la fois l’événement que représente la venue de Tagore et l’ambiguité de la position officielle du gouvernement français :

  • 560 LINÉ S., Tagore, Pèlerin de Lumière, p. 181.

« Pour éviter toutes difficultés avec le gouvernement britannique, ce fut notre société que le Ministre des Affaires étrangères chargea d’organiser des réceptions dignes du lauréat du prix Nobel (…). Je me rappellerai toujours la foule venant nous harceler pour obtenir une invitation à l’une de ces réceptions. On allait jusqu’à nous offrir des billets de banque pour être admis à voir Tagore ».560

  • 561 Id.

57Dès 1920, Sylvain Lévi fait part à Tagore de la création de l’Association française des Amis de l’Orient, et en 1921, l’association invite Tagore à y présenter une conférence.561

  • 562 DÉ N., Madam Lévir Dyari, p. 18, op. cit.
  • 563 Id., p. 18.
  • 564 Archives Rabindra Bhavan à Santiniketan (communiquées par Fabien Chartier).
  • 565 Braganca Da Cunha Francisco, né le 11.01.1887 à Chandor (Goa), mort à Paris le 25.09.1954. Homme de (...)
  • 566 Vasudev Gopal Paranjpe.

58Le séjour de Tagore en France, en avril 1921, se situe lors de l’étape finale de la préparation de Visva-Bharati devant mener à son inauguration, à la fin de la même année. Une fois de plus, le poète loge chez Albert Khan. À Paris, Tagore rencontre Romain Rolland. Puis il se rend le 27 avril à Strasbourg, où il retrouve Sylvain Lévi.562 Sous la direction du philologue, l’université de Strasbourg parraine celle de Visva-Bharati qualifiée d’université sœur au cours d’un hommage rendu au poète. Cette amitié entre les deux universités est scellée par un Comité Tagore.563 Le but du Comité Tagore est de réunir les fonds nécessaires destinés à offrir à l’université de Visva Bharati une collection d’œuvres classiques de la littérature française. En Juin 1921, le Cercle des étudiants célèbre même une « fête hindoue » en l’honneur du « souvenir inoubliable » laissé par son passage.564 La soirée réunit des personnalités indiennes et des orientalistes. Sylvain Lévi présente une conférence sur Tagore et la tradition hindoue. Parmi les personnalités indiennes nous retrouvons Francisco de Bragança da Cunha,565 Kalidas Nag, V.G. Paranjpe,566 B. Mukherjee, J. Gauba qui donnent des récitations et un récital de poème « de leur prestigieux pays ». L’exemple de Strasbourg illustre combien le prestige du poète rejaillit sur sa patrie. Par sa personnalité, apparaît possible un dialogue entre les deux pays dépassant le clivage Orient – Occident.

  • 567 Ibid.

59En outre, au cours des années 20, l’œuvre de Tagore donne lieu à de nombreuses publications : théâtre, poésie, chansons et essais. Tandis que Pierre Jean Jouve co-traduit La Machine et participe à la mise en scène du répertoire de Tagore, André Gide réalise une seconde traduction d’une oeuvre de l’écrivain bengali, une pièce de théâtre, La Lettre du Roi. Toujours à Paris, une Société Tagore est présentée comme une des associations d’étudiants les plus dynamiques de la capitale. En 1931, elle donne un autre drame écrit par le prix Nobel, Le Sacrifice..567 Les Feuilles de l’Inde, une série de luxueuses publications artistiques est éditée par Dal Högman, mari d’Andrée Karpelès. Ces publications consacrent une large part à l’œuvre du poète et à Santiniketan. En 1926, le musée Guimet reçoit à nouveau le poète pour une conférence devant une salle comble.

  • 568 KRIPALANI K., Rabindranath Tagore : a biography, p. 365.
  • 569 DUTTA K., ROBINSON A., Rabindranath Tagore, p. 289.

60Parmi les pages de son œuvre qui s’écrivent avec la France, il faut souligner la diffusion de son œuvre picturale. En 1930, lorsque Tagore se rend en France pour la première exposition de ses peintures. Elle se tient se tient du 2 au 10 mai à la galerie Pigalle, connue pour son avant-gardisme. Le catalogue est écrit par la comtesse de Noailles qui fait feu de toute sa verve poétique pour évoquer les rêves à la fois éveillés et hallucinés transcrits par Tagore sur la toile. Victoria Ocampo compare l’événement à une exposition de dessins de Victor Hugo ou de Jean Cocteau.568 Le tout-Paris fait de l’exposition un "succès fou".569 Ce succès parisien donne à Tagore, alors âgé de 69 ans, la confiance nécessaire pour poursuivre son œuvre de peintre. Il ouvre les porte à la consécration mondiale des peintures du poète.

61Plus tard, Tagore livra ce témoignage à Alain Daniélou sur la genèse et le déroulement de l’exposition historique de ses œuvres à Paris :

  • 570 Il s’agit de Victoria Ocampo, intellectuelle, traductrice, auteur de nombreuses études et de traduc (...)
  • 571 Il s’agit de Georges Henri Rivière du Musée de l’Homme.
  • 572 Archives privés de Jacques Cloarec.

« Le banquier Kahn chez qui je séjournais me dit : "Ne montrez pas vos peintures à Paris, les gens sont très critiques, vous avez une bonne réputation, ne la ruinez pas (…). Une amie argentine570 s’intéressa si vivement à ma peinture qu’elle réunit une élite d’écrivains et d’artistes. Paul Valéry, André Gide, etc. Ils étaient dans le hall, je me sentais trop timide et j’attendais dans l’autre pièce. Quand je revins, un critique, Rivière571 je crois, me dit : "Je savais que vous étiez un grand homme mais je ne vous aurais jamais cru si grand".
La critique fut très bonne mais je ne pus vendre parce que le franc était trop bas. J’eus aussi un bon succès à Berlin. La Galerie nationale voulut acheter cinq de mes peintures, mais je leur en fis présent ».572

62Depuis l’exposition de peinture d’artistes bengalis de 1914, jusqu’à la consécration d’Amrita Sher-Gil au Grand Salon, en 1934, en passant par celle de la Galerie Pigalle en 1930, les spectacles de la troupe d’Uday Shankar ou les représentations des pièces de Tagore, les arts contemporains indiens participent à l’effervescence artistique de la France d’entre deux-guerres. Si en Inde, la France occupe une place importante dans le monde artistique contemporain, c’est en grande partie grâce à l’expérience des Uday Shankar et autre Amrita Sher-Gil. À leur suite, vont se lancer de nombreux autres artistes dans ce qui restera pour longtemps, en Inde, une des Mecque de l’art contemporain. Cette création croisée entre l’Inde et la France reste en grande partie passée sous silence dans les ouvrages d’histoire de l’art en France, et qu’elle n’ait fait d’aucune étude spécifique en dehors de la danse. Cette absence d’inscription dans l’histoire contemporaine de la France s’applique également aux échanges scientifiques et techniques.

Le développement des sciences en Inde et la France

  • 573 VARADAJAN S., « Le point de rencontre », , p. 4, in AFI (éd.), 1998 : 50 ans de coopération scienti (...)
  • 574 Il quittera Calcutta pour joindre l’Indian Institute of Science à Bangalore en 1939.

63Au cours de l’histoire contemporaine, les échanges mutuels entre l’Inde et la France influencent leur développement scientifique respectif. Dès la fin du XIXe siècle, l’Inde est au diapason de la science moderne occidentale. La création des filières d’enseignement d’ingéniérie de Roorkee, Calcutta et Poona, ainsi que la création d’instituts spécialisés nourissent un courant portant qui permet à l’Inde de participer à la production scientifique internationale. À Calcutta, l’Association indienne pour la promotion des sciences joue à cet égard un rôle pionnier. Les travaux de Pasteur, Becquerel, Marie Curie, ou Irène et Frédéric Joliot-Curie suscitent l’attention des plus grands scientifiques indiens.573 Créée en janvier 1876, par le physicien Mahendralal Sarkar, l’Association indienne pour la promotion des sciences est le premier centre moderne de recherche scientifique en Inde. Il est entièrement fondé par des Indiens. Le chimiste Prafulla Chandra Ray est l’un des jeunes étudiants qui bénéficie des cours dispensé dans cet établissement. En 1907, c’est Chandrasekhara Venkata Raman, futur physicien de renom, qui bénéficie de cette structure pour ses recherches.574 Entre temps, Jagadish Chandra Bose crée le Bose Institute en 1901, toujours dans la capitale bengalie. À la même époque, l’université de Calcutta, devient la première institution à offrir un enseignement scientifique de troisième cycle. Plus tard, en 1909, l’Indian Institute of Science est créé à Bangalore, par J.N. Tata en collaboration avec le maharaja de Mysore, tandis qu’à partir de 1913, l’organisation du Congrès Indien des Sciences se réunit annuellement.

  • 575 Marcelin Berthelot Paris 1827- id.1907. Chimiste et homme politique français. Réussit plusieurs syn (...)

64Si l’histoire scientifique des deux pays connaît plusieurs épisodes pendant la période moderne, la collaboration scientifique du grand chimiste Praphul Chandra Ray et Marcelin Berthelot, chimiste et homme politique français, marque un épisode important pour la période contemporaine.575 La lecture de l’ouvrage de Berthelot consacré à la chimie en Grèce ancienne, amène son homologue indien à s’intéresser à l’histoire des connaissances de l’Inde ancienne et à lui envoyer son article sur le Rasendrasara Sangraha, un célèbre traité sanscrit. Ce dernier soutient sa publication et rédige une introduction dans laquelle il souligne tout l’intérêt de ce travail. En outre, il demande à Ray de poursuivre ses recherches sur les textes anciens pour un ouvrage consacré à la chimie hindoue. Après plusieurs années de recherche, Ray publie The History of Hindu Chemistry, qui rencontre les faveurs de la communauté scientifique. En 1904, cette collaboration est scellée par leur recontre lors d’un voyage du chimiste indien en Europe.

  • 576 Réactions de la Matière Vivante et Non Vivante (1926), Physiologie de l’ascension de la sève (Préfa (...)

65Plusieurs épisodes de la carrière de J.C. Bose sont liés à la France et à la francophonie. Jeune élève originaire de Faridpur, près de Dacca, J.C. Bose devient un protégé du père Eugène Lafont, jésuite belge enseignant au college Saint Xavier de Calcutta. Le rôle de Lafont – qui décéde en 1908 lors d’une démonstration du fonctionnement du gramophone à ses élèves – contribue à jeter des ponts entre les jeunes scientifiques de la capitale du Raj et la France. Après être allé complété ses études en Angleterre, au début des années 1880, Bose retourne à Calcutta pour se consacrer à l’enseignement et à la recherche. En 1896, son article sur les ondes électro-magnétiques lui vaut la reconnaissance internationale. À la fin des années 1890, il retourne en Europe, et en 1900, lors de la Conférence internationale des physiciens à Paris, il fait sensation avec la présentation de ses travaux sur les ondes radios. Les travaux sur les plantes de J.C. Bose connaissent des traductions en français. On en dénombre au moins cinq entre 1926 et 1934.576 Par ailleurs, ce dernier se rend très fréquemment en Europe, notamment en France, et rencontre à plusieurs reprises Rolland en Suisse.

66Les deux plus grands scientifiques indiens de leur temps, P. C. Ray et J.C. Bose entretiennent donc des contacts avec la France. La génération suivante, notamment Satyendranath Bose, Meghnad Saha ou C.V Raman va les poursuivre. Entre les deux guerres, ce courant d’échanges scientifiques continue donc de se développer. Les échanges scientifiques et techniques concernent également les étudiants, ainsi que nous l’avons déjà vu concernant Chakroborty à l’école Polytechnique, et Mihirbai Ardéchir à l’école de médecine de Paris.

67Le projet que propose l’intellectuel indien Benoy Kumar Sarkar, en collaboration avec Victor Basch, insiste d’ailleurs sur la nécessité de donner un cadre à ces échanges intellectuels pour les faire déboucher sur une véritable coopération :

  • 577 AMAE P – AO 1918-1940 - PB n° 24 - « La France et l’Inde », Par M. Benoy Kumar Sarkar, le 26.01.192 (...)

« 2. Sciences : Certaines facilités seraient offertes dans les laboratoires, les hôpitaux, les usines et les Écoles des Arts et Métiers de Paris, Lyon, Strasbourg, Bordeaux etc, aux étudiants et savants indiens qui viendraient en France pour faire des recherches sous la direction d’experts français, au sujet des problèmes intéressants particulièrement l’Inde. »577

  • 578 Satyendranath Bose (1894-1974).
  • 579 Il a mis à jour le phénomène physique qui porte son nom : l’effet Raman, sur la diffusion de la lum (...)

68Satyendranth Bose, est l’auteur d’une description statistique du rayonnement qu’il décrit comme un gaz de particules identiques et indiscernables. Reprise par Einstein, cette description est connue sous le nom de statistiques Bose-Einstein et les particules auxquelles elles s’appliquent sont appelées les bosons.578 Avant de partir travailler en collaboration avec le scientifique allemand, qui a déjà traduit un de ses articles, Satyendranath Bose profite d’une bourse de l’université de Dacca pour poursuivre des travaux dans le laboratoire de recherche de Marie Curie et l’équipe de l’Institut du radium, en 1924, pendant une année. L’année suivante, il rejoint Einstein à Berlin. Ses contacts avec la France ne s’arrêtent pas là. Il reste en liaison épistolaire avec plusieurs scientifiques français et, en 1926, il retrouve Marie Curie pour de nouveaux travaux. Cet érudit d’exception est également un polyglotte. Il maîtrise la langue française qu’il utilise dans ses conversations avec Marie Curie. Bose est d’ailleurs l’auteur de traduction de plusieurs nouvelles françaises. Ses travaux ont ouvert la voie à certains des développements les plus avancés de la physique moderne et son oubli par l’académie suédoise demeure un mystère. En revanche, elle n’oublie pas le physicien Chandrasekhara Venkata Raman, né sur les rives de la rivière Cavéry, à Tiruchirapalli qu’elle honore en 1930.579

  • 580 VADARAJAN S., « Le Point de Rencontre », p. 6.
  • 581 Ibid.
  • 582 Id., p. 4.
  • 583 Ibid.

69Dès 1929, C.V. Raman devient membre associé étranger de l’Académie française des sciences, et docteur honoris causa de l’université de Paris.580 Au cours de voyages aux États-Unis et en Allemagne, il visite la France à plusieurs reprises.581 D’autres scientifiques indiens de premier plan ont des contacts plus ou moins nourris avec la France. Ainsi, Meghnad Saha rend visite à ces amis de la communauté indienne installée en France, tandis que Srinivas Ramanujam est en contact épistolaire avec ses homologues français.582 Enfin, Sisir Kumar Mitra et Nikhil Ranjan Sen poursuivent leurs travaux de recherche à la Sorbonne et au Collège de France, à partir de 1920, avant d’obtenir leur doctorat d’État en 1925.583

  • 584 AMAE P – AO 1918-1940 - PB n° 73.

70Enfin, signe de l’indianisation de l’appareil administratif du Raj, on note dans les archives la multiplication de demandes d’informations ou de missions en France par les membres d’instituts et d’aministrations indiennes, surtout à partir des années 30. Celles-ci viennent de provenance les plus diverses : la sylviculture, toujours avec l’Institut forestier de Dehra Dun, la viticulture, l’agriculture par l’intermédiaire du collège agricole de Pune, le service zoologique de l’Inde, le conseil législatif des Provinces-Unies, le département des travaux publiques du Punjab pour l’étude du réseau routier, les asiles de nuit par la municipalité de Bombay, etc.584

  • 585 http://www.indiancultureonline.com/indian_hero/JRD_Tata
  • 586 AMAE P – AO 1918-1940 - PB n° 73 - consu Bom à AE, le 18.10.1932.
    Le consul, M. Chalant signale en (...)

71Un épisode précurseur de la coopération dans le domaine technologique est celle de J.R.D. Tata, alors Français, avec le célèbre aviateur Louis Blériot.585 Les deux hommes se côtoient, le célèbre aviateur prodiguant au jeune Français de confession parsie ses premiers enseignements en matière de pilotage. En 1929, J.R.D. Tata devient le premier Indien à être titulaire d’une licence privée d’aviateur. En 1930, il réalise un vol Bombay – Londres en solitaire. Il crée ensuite la première compagnie commerciale d’aviation indienne, Tata Airlines. En octobre 1932, reliant Bombay depuis Karachi, il inaugure lui même le premier vol de la ligne Karachi – Bombay – Madras, aux commandes d’un Puss Moth.586

72Les liens entre scientifiques indiens et français sont donc nombreux. Les différents parcours individuels d’étudiants, d’artistes, ou de chercheurs montrent que les visions politiques souvent antagonistes qui dominent à partir de 1911-1912, ne sont pas toujours rédhibitoires. Longtemps avant l’indépendance de l’Inde, les deux pays s’enrichissent mutuellement par un dialogue dans les domaines culturel, scientifique et technique.

73Ces échanges sont le fait d’initiatives privées, faute de politique ou de soutien du gouvernement français. On ne note, en effet, aucune mission de scientifiques français en Inde, et aucun système d’encouragement de la part du gouvernement français à destination des chercheurs ou des étudiants indiens, que ce soit par des aides financières, la mise en place d’une structure ou d’un système d’accueil, ou bien même simplement la diffusion d’informations sur l’enseignement supérieur en France.

74Les Indiens venant en France s’y rendent par leurs propres moyens, parfois à la faveur d’une bourse d’une institution indienne, où d’un soutien ponctuel et personnel d’un homologue français. Souvent, ils profitent d’un voyage en Angleterre, en Allemagne ou aux États-Unis.

  • 587 Archives de l’Indian Office, V/26/864/13 : Report of the Committee on the Indian students, 1921-192 (...)

75À titre comparatif, dès 1920-1921, il y a plus de 202 étudiants indiens aux États-Unis répartis dans plus de cinquante établissements, contre neuf en Allemagne, huit au Japon, et vraisemblablement quatre en France.587 Tous les faits relatifs à la venue d’étudiants, de professeurs et d’artistes indiens en France indiquent combien une action en vue de développer les échanges dans le domaine de l’enseignement supérieur aurait été susceptible d’entraîner un courant d’échanges d’une ampleur significative. Etant donné le rôle des Indiens ayant étudié en France, à leur retour en Inde, une telle action du gouvernement français aurait incontestablement pu contribuer à diffuser la culture française dans la péninsule et renouveler son image.

Notes

485 Lors d’une réunion préliminaire en vue de la création d’un comité de l’Af qui finalement ne verra pas le jour.

486 AAf-P - Bulletin de l’Af n° 3-4, janvier-mars 1885, p. 20- 24.

487 AMAE P – CCC Cal n° 12 - (f° 2-5), le 06.03.1907, Les boursiers de voyages indiens.

488 Ibid.

489 DAVID-NÉEL A., Correspondance avec son mari, lettre du 14 mars 1912, p. 135.

490 Ibid.

491 NAG K., 1991-1994, Memoirs, , p. 9-11, vol I, Calcutta : Writers Workshop. Traduit par l’auteur.

492 POPPLEWELL R. J., 1995 : Intelligence and Imperial Defence, British Intelligence and the Defense of the Indian Empire 1904-1924, p 126, London : Franck Cass & Co Ltd.

493 AMAE P -CCC-Bombay n° 5 (f°275), le 27.09.1890.

494 AMAE P -CCC- Bombay n° 5 (f°280), le 20.11.1890.

495 Très probablement un parsi. AAf-P - Bulletin de l’Af n° 76 (15.10.1899), p. 193. Il n’a malheureusement pas été possible de faire un relevé systématique. Cette présence est néanmois avérée.

496 Voir SINGARAVÉLOU P., 1999 : L’Ecole française d’Extrême-Orient ou l’Institution des marges (1898-1956), essai d’histoire sociale et politique de la science coloniale, Paris : l’Harmattan.

497 Archives privés de M. et Mme VERMEIL. Lettre de Marcel Mauss, daté du vendredi 19 novembre 1935.

498 On a même retrouvé des lettres manuscrites du philosophe en français.

499 AMAE P – CPC Nouvelle série – Inde n° 33 – Relations avec la France (f°127), Bombay, le 03.1910.

500 AMAE N – SOFE n° 298 - Sylvain Lévi à AE, le 31.03.1933.

501 Cet ancien préparateur à l’école des Mines, diplômé de l’université de Calcutta, deviendra un relais pour l’action culturelle française au Bengale après l’Indépendance

502 NAG K., 1923 : Les Théories diplomatique de l’Inde ancienne et l’Arthaçâstra, Paris : Maisonneuve. VAIDYA V. L., 1923 : Etudes sur Ayurdeva et son Catuhsataka (chap. VII - XVI), Paris : Paul Geuthner.

503 JOSHI H. C., 1928, Recherches sur les conceptions économiques et politiques aux Indes anciennes d’après les Rig-Veda. Thèse pour le doctorat de la Faculté des Lettres de Paris, Paris : Jouve.

504 AMAE P – AO 1918-1940 - PB n° 36 Bombay, 04.05.1926 : “Lecture at the Sorbonne on history of Parsis”. Il s’agit très certainement de Sohrab Kawasjee Hormusjee (Hormuzdyar) Katrak, né et décédé à Karachi (1892-1972). Chercheur reconnu at a également occupé les fonctions de maire de la ville de Karachi. Il est l’auteur entre autres de Who are the Parsees ?

505 LABROUSSE P., 1995 : Langues’O 1795-1995, Deux Siècles d’Histoire de l’École des Langues Orientales, p. 222, Paris : INALCO-Hervas.

506 id., p. 215.

507 id., p. 222.

508 Créée par les Indiens de Paris, celle-ci se propose l’envoi, chaque année, d’un étudiant français en Inde.

509 AAf-P - Revue de l’Af.

510 Ibid. Il est possible qu’un même étudiant se soit présenté à plusieurs sessions.

511 On peut citer par exemple les travaux de doctorat présentés à l’université de Montpellier par Gopal Adavani sur le Sind rural en 1926, et par Arthur Geddes sur le Bengale rural en 1927. ADAVANI G., 1926 : Etude sur la vie rurale dans le Sind, Impr. De la Manufacture de la Charité, Montpellier, 90 p. GEDDES A., 1928 : La civilisation rurale du Bengale Occidental et ses facteurs géographiques, DEMANGEON A. (préf.), Université de Montepellier 1927, Paris : Colin.

512 BOARDMAN P., The worlds of Patrick Geddes Biologist, Town planner, Reeducator, Peace-Warrior, Henley-on-Thames : Routledge & Kegan Paul.

513 Raja Rao servira également d’interprète lors de la rencontre entre Nehru et Malraux à Paris en 1936, organisée par Jean Guéhenno. Hormis le prestige que revêt a posteriori la rencontre des deux futurs hommes d’État, il a toutefois peu de chose à relever concernant directement notre étude au sujet de cette rencontre.
RAO R., « Quand Malraux rencontre Nehru », p. 44-46, in AFI, 1996 : Malraux et l’Inde, itinéraire d’un émerveillement, New-Delhi.

514 GEDDES P. in NAG K. (Ed), 1931 : The Golden Book of Tagore, p. 83-87, Calcutta.

515 Citons par exemple la thèse de médecine d’Ambaj Nath Bose en 1928, celle de Taha Taha également en médecine en 1929, toutes deux à l’Université de Lausanne.

516 AMAE P – CPC - Nouvelles Série – Inde n° 33 - (f°49-52).
La signature de cette lettre de présentation est difficilement lisible mais est très vraisemblablement signée de la main de l’explorateur Gervais-Courtemont.

517 AAf-P - Bulletin de l’Af p. 316, n° 137 (15.07.1914). Article du journal Le Temps repris dans le bulletin.

518 AMAE P – PC -Nouvelle série-Inde n° 33 – (f°49-52) : KRISHNA (Dr), Projet du Comité franco-indien.

519 Id., COURTEMONT G., « Présentation du Projet du Comité franco-indien ».

520 AMAE P – AO 1918-1940 - PB n° 73 - Ministère de I’Intérieur à MAE, le 19.08.1930.

521 AMAE P – AO 1918-1940 - PB n° 24 (émigration hindoue) - Le Préfet de Police à Ministère AE, le 19.01.1922. Par ailleurs, lors de la commémoration du décès de Lévi par la Société asiatique, en 1936, on note la présence de l’Association des Négociants Hindous, par l’intermédiaire de son président S.R. Rana.

522 Ce dernier est connu comme un des premiers promoteurs du planning familial, de la contraception et de l’éducation sexuelle.

523 Ibid.

524 Ibid. L’autre secrétaire, Paranjpe Vasudev Gopal « est instituteur dans l’Inde. Il est venu à Paris en septembre 1920, quelques mois après, il s’est rendu à Strasbourg, puis est revenu à Paris pour se rendre à Berlin, le 29 octobre 1921, muni d’un passeport de six mois (aller et retour) pour l’Allemagne ». Ibid. Il sera l’auteur en 1922 de l’étude Le Vârtika de Kâtyâyana : une étude du style, du vocabulaire et des postulats, Paris : Université de Paris.

525 Il s’agit probablement d’Abel Lévi. Ainsi Kalidas Nag écrit dans ses mémoires : « Le professeur Lévi vivait dans la maison de campagne de son fils Abel à Andilly, où j’emmenai Suniti, et nous y retournâmes dans le meublé de Amithava Gosh (le fils adoptif de Sylvain Lévi et associé d’Abel). » NAG K., Memoirs.

526 AMAE P – AO 1918-1940 - PB n° 24 - Le Préfet de Police à Ministère AE, le 19.01.1922. Amithaba Gose est décrit comme le membre le plus actif de l’Association des Hindous de Paris. Il aurait également organisé la Société des Amis de la Liberté des Indes, filiale des Friends of Freedom for India de New York.

527 Ibid.

528 AMAE P – AO 1918-1940 - PB n° 24 - Le Préfet de Police à Ministère AE, 05.1934.

529 AMAE P – AO 1918-1940 - PB n° 24 - La France et l’Inde, le 26.01.1921.

530 AMAE P – AO 1918-1940 - PB n° 36 -consu cal à AE, le 01.07.1927.

531 AMAE P – AO 1918-1940 - PB n° 36 -consu cal à AE, le 14.01.1925.

532 AMAE P – AO 1918-1940 - PB n° 36 -consu cal à AE, le 26.01.1925.

533 RAO R., « Quand Malraux rencontre Nehru », p. 44-55, op. cit.

534 AMAE N – SOFE n° 256 - 15e Assemblée générale de l’Association des Amis de l’orient, le 29 06 1935 - Compte rendu pour l’exercice moral 1934-1935.

535 Au sujet de Goloubew : SINGARAVÉLOU P., L’École française d’Extrême-Orient…, p. 325-326.

536 Voir les catalogues de la Librairie française pour toutes ses références.

537 MASSON OURSEL P., STERN H de WILMA N-GRABOWSKA, 1933 : L’Inde antique et la civilisation indienne, Paris.

538 MUKHERJEE S.C., 1926 : Rasa, essai sur l’esthétique indienne, Paris : Alcan.

539 SHANKAR R., 2000 : « Amar Dada », p. 47-48, in Desh, 10 juin 2000, Calcutta (bengali).
DANIELOU A., Les Chemins du Labyrinthe, p. 101-102, op. cit.

540 DECORET-AHIHA A., 2004 : Les danses exotiques, p. 196-197, Pantin : Centre National de la Danse.

541 ERDMAN J. L. « Who remembers Uday Shankar ? », Annual Conference of the Society of Danse History Scholars, Barnard College, New York, 21.06.1997, in Interchange, 1998 (www.danceadvance.org - 03archives/shankar).

542 Celle-ci va prendre une part déterminante dans le renouveau de la danse indienne avant de se consacrer plus tard à l’étude de l’architecture hindoue.

543 BONER A., 1993 : Alice Boner Diaries : India 1934-1967, Delhi : Motilal Banarsidas.

544 Ibid.

545 D’abord intégré à la troupe, ce dernier trouvera finalement sa voie dans la musique avec un des plus grands maîtres de musique indienne, d’Allauddin Khân, qui dirige un temps l’orchestre de la troupe.

546 Bien avant sa reconnaissance internationale, Alain Daniélou enregistrera les premières morceaux de Ravi Shankar. A Paris en 1927, lors d’une de ses représentations, Uday Shankar rencontre une première fois une jeune fille bengalie de 11 ans, Amala. Cette dernière deviendra son élève, puis, douze ans plus tard son épouse.

547 GARDE A., RAULT S., Salon indien, p. 29-31, op. cit.

548 Ibid.

549 GIDE A., in The Golden Book of Tagore, cité dans KRIPALANI K., Rabindranath Tagore : a biography, p. 380,.

550 CHARTIER F., 2000 : Rabindranath Tagore, l’Unité dans la Diversité, DEA d’Anglais sous la direction du professeur GALLE E., Université de Rennes II.
Voir également : LINÉ S., Tagore, Pèlerin de Lumière, Paris : Le Rocher, 1987.

551 CHARTIER., 2001 : « Bibliographie » in Santiniketan : legs de Tagore - Rencontre avec l’Inde Conseil Indien pour les RC, p. 299-306, vol. 30 n° 2, Delhi. Voir également Le Catalogue de la Librairie française.

552 Voir à « Littérature indienne » dans Catalogue de la Librairie française.

553 Il faut préciser que pratiquement toutes ses œuvres sont traduites de l’anglais.

554 LINÉ S., Tagore, Pèlerin de Lumière ; et CHARTIER F., Rabindranath Tagore, l’Unité dans la Diversité.

555 Archives de Rabindra Bhavan à Santiniketan- corespondance Tagore-France
CHARTIER F., « Rapports épistolaires entre Tagore et la France », p. 270-292, in Rencontre avec l’Inde, vol. 30, n° 2.

556 BERTHET S. : « Santiniketan, ou les avatars du rêve d’un poète moderne », p. 101-118, in Rencontre avec l’Inde, vol. 30, n° 2.

557 Cité dans CHARTIER F., Rabindranath Tagore, l’Unité dans la Diversité, p. 106, op. cit.

558 DUTTA K., ROBINSON A., Rabindranath Tagore, p. 227-228.

559 Ibid.

560 LINÉ S., Tagore, Pèlerin de Lumière, p. 181.

561 Id.

562 DÉ N., Madam Lévir Dyari, p. 18, op. cit.

563 Id., p. 18.

564 Archives Rabindra Bhavan à Santiniketan (communiquées par Fabien Chartier).

565 Braganca Da Cunha Francisco, né le 11.01.1887 à Chandor (Goa), mort à Paris le 25.09.1954. Homme de lettres. Elève à l’EPHE de la Sorbonne. Séjourne en France de 1908 à 1912, puis de 1918 à 1921, puis à partir de 1950. Ami personnel de Léon Blum et de Nehru. Frère du militant anti-portugais Tristan Braganca Da Cunha. Auteur de L’Inde et l’avenir de l’Europe, (Paris : Maison Deuvel), et La Danse de l’Inde, (Paris : Maison Deuvel), et d’articles philosophiques dans la revue littéraire Les Quatre Vents. Voir notamment AMAE N – Consu bom n° 8.

566 Vasudev Gopal Paranjpe.

567 Ibid.

568 KRIPALANI K., Rabindranath Tagore : a biography, p. 365.

569 DUTTA K., ROBINSON A., Rabindranath Tagore, p. 289.

570 Il s’agit de Victoria Ocampo, intellectuelle, traductrice, auteur de nombreuses études et de traductions, éditrice responsable de la publication de la grande revue internationale Sur qui entre autres lança Jorgé Luis Borges.

571 Il s’agit de Georges Henri Rivière du Musée de l’Homme.

572 Archives privés de Jacques Cloarec.

573 VARADAJAN S., « Le point de rencontre », , p. 4, in AFI (éd.), 1998 : 50 ans de coopération scientifique et technologique entre la France et l’Inde, Delhi.

574 Il quittera Calcutta pour joindre l’Indian Institute of Science à Bangalore en 1939.

575 Marcelin Berthelot Paris 1827- id.1907. Chimiste et homme politique français. Réussit plusieurs synthèses, dont celle de l’acéthylène en 1860 qui bouleversa la chimie, démontrant qu’il était possible de créer artificiellement, sans intervention d’une « force vitale », des molécules entrant das la composition des êtres vivants, crée la bombe calorimétrique, étudie les explosifs et l’évolution des systèmes chimiques. Ministre de l’Instruction publique (1886 – 1887), et ministre des AE (1895 – 1896).

576 Réactions de la Matière Vivante et Non Vivante (1926), Physiologie de l’ascension de la sève (Préface de Mangin M. de l’Institut) et La Physiologie de la photosynthèse (1927), Electrophysiologie comparée par Sir Jagadis Chandra Bose (1931), Les Autographes des plantes et leurs révélations (1934).
NAG K., ROLLAND R. : Correspondence, The Tower and the Sea, GUHA C. (trad., intr. et notes).
On trouve également mention du grand physiologiste J. C. Bose (1859-1937) dans la correspondance de Romain Rolland et Tagore et dans le récit de Désirée Lévi, Dans l’Inde.

577 AMAE P – AO 1918-1940 - PB n° 24 - « La France et l’Inde », Par M. Benoy Kumar Sarkar, le 26.01.1921.

578 Satyendranath Bose (1894-1974).

579 Il a mis à jour le phénomène physique qui porte son nom : l’effet Raman, sur la diffusion de la lumière.

580 VADARAJAN S., « Le Point de Rencontre », p. 6.

581 Ibid.

582 Id., p. 4.

583 Ibid.

584 AMAE P – AO 1918-1940 - PB n° 73.

585 http://www.indiancultureonline.com/indian_hero/JRD_Tata

586 AMAE P – AO 1918-1940 - PB n° 73 - consu Bom à AE, le 18.10.1932.
Le consul, M. Chalant signale en effet le 18 octobre l’inauguration de la ligne aérienne Karachi-Bombay-Madras par la société "Tata Sons Ltd", concessionnaire du gouvernement des Indes sur un avion Puss Moth, et piloté par l’un des directeurs de la dite société.

587 Archives de l’Indian Office, V/26/864/13 : Report of the Committee on the Indian students, 1921-1922, parts 1 & 2, p. 116-118, London, 1922, 395 p. J.M. Unvala, V.G. Paranjpe, P. V. Narasu, Kalidas Nag. Le correspondant français fait état de six étudiants pour 1920-1921, mais donne une liste ou les noms de Nag et de Paranjpe sont répétés deux fois, ce qui amène le rapporteur à conclure à la présence de seulement quatre étudiants. Pour 1919-1920, on en compte trois, deux à Paris et un à Grenoble.

© Institut Français de Pondichéry, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search