Version classiqueVersion mobile

Inde-France (1870-1962) : Enjeux Culturels

 | 
Samuel Berthet

Première partie. Culture française et dynamiques nationales en Inde

Naissance et développement de l’enseignement du français

Texte intégral

  • 362 SAID Edward, 1993 : Culture and Imperialism, p. XII-XIII, London : Vintage.

1La diffusion de l’enseignement en Inde par les Britanniques répond initialement au besoin de formation des employés nécessaires au fonctionnement de l’administration de la Compagnie, puis du Raj. Les buts initiaux sont rapidement dépassés et les différentes réformes du système éducatif consistent alors à contenir l’émancipation des élites indiennes qui y ont accès. Ces réformes vont toucher directement la langue française, signe de distinction et privilège des élites européennes. En dehors de l’aspect social, au sens mondain du terme, attaché à la culture française, il y a un enjeu plus crucial expliquant les réactions virulentes et les mesures prises sous le Raj à l’encontre de son développement. Cet intérêt pour la culture française participe du processus d’appropriation de la capacité narrative intimement lié à celui de construction de la nation, décrit par Edward Saïd.362 Le développement de la francophilie et de la francophonie en Inde participe précisément de ce mouvement d’acquisition du pouvoir narratif lié au processus de construction de la nation indienne. Ceci explique les réactions du Raj à l’égard du dévelopement du français en Inde et la virulence de la propagande gallophobe anglo-indienne.

  • 363 AAf-P - Bulletin de l’Af n° 38 (10-12.1891), p. 132-133.

2Tout d’abord enseigné au Bengale, la langue française se développe ensuite dans la région de Bombay, à partir des années 1870. Ce dynamisme est concommitant à l’essor économique que connaît la ville. Le rôle de Pedraza, un professeur espagnol, y est déterminant. Ce dernier, « réfugié espagnol, ardent patriote, voyant l’impossibilité de rien faire aux Indes pour la gloire nationale, avait reporté sur le français, comme l’aînée des langues latines, ses affections de latin ».363 Pedraza est, en effet, à l’origine de l’introduction de l’enseignement du français dans leshigh schools, puis au sein de l’université de Bombay, dans les années 1870. Il soutient le courant francophile de cette ville qui aboutit à la création du Cercle Littéraire. En 1886, des voyageurs français font part, avec une certaine surprise, de l’usage répandu de la langue française qu’ils ont pu constater à Bombay :

« La connaissance de notre langue est d’ailleurs infiniment plus répandue, parmi les classes élevées, dans l’Inde, qu’on ne le croirait. À l’hôtel du gouvernement et dans les promenades publiques on rencontre toujours un certain nombre d’Indiens, de Parsis, ou de Mahométans qui ont visité notre pays et qui sont heureux d’avoir l’occasion de parler français. »

3Cette présence de la langue française en Inde s’appuie à la fois sur le développement important des communications avec l’Europe et sur celui du français dans le système d’enseignement du Raj.

4En 1875, deux élèves présentent le français aux examens de Matriculation, à l’université de Bombay pour la première fois. Cet enseignement va prendre une importance suffisante pour que les autorités tentent de le marginaliser, voire de le supprimer. L’histoire du développement du système éducatif britannique en Inde se divise en plusieurs périodes que nous pouvons rappeler brièvement pour mieux situer dans quel cadre s’inscrit la question de l’enseignement du français. Inspiré du modèle britannique, le système d’enseignement qui se développe dans le Raj s’en distingue cependant par diverses particularités liées au contexte colonial qui préside à son établissement, et à la variété des situations que présentent les différentes régions de l’Inde. Du fait de ces différences, il est difficile de donner une présentation précise de son évolution applicable à l’ensemble de la péninsule indienne. Quelques grandes étapes peuvent néanmoins être distinguées.

L’établissement du système éducatif britannique en Inde

Introduction et développement du système éducatif

  • 364 Il s’agit d’écoles privées.

5Avec l’organisation du Raj, le nombre d’agents britanniques en Inde étant relativement faible, se pose rapidement la question de la formation d’agents et de fonctionnaires indiens qui maîtrisent l’anglais. La création de ce système d’enseignement répond donc initialement au besoin de former une classe d’intermédiaires et d’administrateurs subalternes. Relayé par l’initiative privée indienne, ce système prend rapidement de l’ampleur et suscite un large phénomène culturel. Les Indiens ne tardent, en effet, pas à insuffler une dynamique à ce système qui laisse une place importante à l’initiative privée à travers notamment les public schools.364 Les schools et les colleges vont se multiplier, soutenus par des organisations et des mécènes indiens. Avec le développement du système d’enseignement, l’administration du Raj se cantonne au rôle d’autorité de contrôle, son investissement budgétaire demeurant très bas. Du reste, ce système laisse une place importante aux établissements confessionnels, ce qui permet à certaines congrégations chrétiennes de jouer un rôle dans la diffusion du français.

  • 365 ACHARYA P., « Education in Old Calcutta », p. 89, in CHAUDURY S., Calcutta the living city, vol. I.
  • 366 C’est-à-dire un établissement dispensant un enseignement supérieur, universitaire ou technique. Ces (...)

6La date de la première English school de Calcutta varie entre 1727 et 1734.365 Avant 1850, dans la même ville, on compte 62 écoles de ce type, parallèlement aux nombreuses écoles indiennes elles-mêmes, ou pathshalas. Des associations s’organisent pour fournir des livres scolaires et enseigner la langue anglaise aux étudiants. Indiens, Anglais et missionnaires chrétiens participent à un mouvement pour la mise en place et la diffusion d’un système d’enseignement inspiré du modèle anglo-saxon. En 1815, le Chapter Act attribue un lakh de roupies pour les besoins de l’Instruction, et permet une activité croissante des missionnaires chrétiens sous la protection de l’Etat. Inspiré du mouvement pour l’accès à l’éducation des classes populaires qui se développe au début du XIXe siècle en Angleterre, les élites de la capitale bengalie établissent la Calcutta Book School, et la Calcutta School Society respectivement en 1817 et 1818. En ce qui concerne l’enseignement supérieur, dès 1782 on compte un college366 musulman, the Calcutta Madrassa, qui se consacre notamment au droit islamique et au persan. En 1791, un autre collège universitaire est créé à Bénarès. Puis c’est le tour du Fort College et de l’Hindu College, aussi appelé l’Anglo-indian College, respectivement en 1800 et 1817. La morale et la littérature anglaise y sont inculquées aux côtés des matières classiques, du bengali, de l’hindustani, et du persan.

7Une controverse se développe dans les années 1820 entre partisans d’un enseignement accordant une place prépondérante à l’anglais contre les partisans de la continuité d’un enseignement accordant une place centrale aux études classiques orientales. 1839 voit la victoire des anglicistes sur les orientalistes. L’influence de Macaulay, dont le nom reste attaché à l’histoire du système éducatif dans l’Inde contemporaine, est déterminante dans cette victoire. Membre du conseil du gouverneur, Macaulay considère que la valeur des disciplines « orientales » ne justifie pas un encouragement de l’État. Sa victoire est également l’affirmation d’une croyance en la supériorité de la culture anglaise, et plus largement de la culture occidentale, sur la culture indienne. Au cours de cette controverse, de 1825 à 1839, de nombreux collèges universitaires voient le jour.

8Dans les années 1850, l’enseignement primaire et secondaire, selon les normes éducatives anglo-saxonnes, se développe donc à son tour. Cet enseignement reste toutefois le plus souvent dispensé par le moyen des langues vernaculaires. Le nombre d’écoles de ce type devient important au Bengale, puis dans la région de Madras et enfin dans celle de Bombay. En 1855, on compte au Bengale plus de 13 000 établissements d’enseignement intégrés au système éducatif du Raj. La période 1855-1870 est marquée par l’extension de l’enseignement secondaire avec l’encouragement donné aux high schools dans lesquelles l’anglais est la langue d’instruction. Peu à peu l’anglais s’impose donc comme la langue d’enseignement des établissements secondaires et supérieurs, les langues indiennes étant employées dans les classes élémentaires. L’idée selon laquelle l’anglais doit être enseigné, partout où on le réclame, est désormais admise.

  • 367 ACHARYA P., « Education in Old Calcutta », p. 92.
  • 368 Au Bengale, il existe alors déjà quatorze collèges universitaires, dont neuf à Calcutta.

9L’idée d’une université est avancée à Calcutta dès 1845. Elle est alors rejetée par les directeurs de la East Indian Company.367 En 1857, chacune des trois Présidences voit la création d’une institution dotée de la capacité de délivrer des diplômes universitaires.368 Elles sont fondées sur le modèle de l’université de Londres. Un premier cursus de deux années permet de présenter l’examen de First Arts Examination, et un second cursus de deux années, l’examen de Bachelor. En 1863, le premier diplôme de Master of Arts est délivré. Les examens d’admission à l’université, de même que l’enseignement, se donnent en langue anglaise. Les examens sont préparés dans tous les collèges universitaires et écoles d’Etat, municipaux ou libres. Ils sont passés devant une commission d’examinateurs, qui sont généralement des professeurs. Ces examinateurs sont désignés chaque année par le vice-chancelier de l’université, ou par le vice-recteur ; le chancelier ou le recteur étant le vice-roi, symbole du contrôle des autorités du Raj sur l’enseignement. Ces diplômes sont exigés afin de pouvoir présenter sa candidature à un grand nombre d’emplois publics.

10Plus d’un demi-siècle après son établissement, le missionnaire Schmidt, enseignant au college de Bangalore donne la description suivante du système universitaire en Inde :

  • 369 ASME : SCHMIDT P. E., 1923 : « Au collège de Bangalore », in Les Annales de la Société des Missions (...)

« Ces universités ne ressemblent en rien aux vénérables universités d’Oxford et de Cambridge, uniques même en Angleterre et probablement dans le monde. Elles sont modelées sur des universités anglaises plus récentes, telles que Londres, Manchester, etc., c’est-à-dire qu’elles ne sont pas enseignantes. Elles sont plutôt des corps examinants, qui par le moyen de leurs "Sénats" dressent des programmes d’études, sur lesquels seront examinés les candidats aux grades académiques. Ces candidats, sauf de rares exceptions, doivent être des élèves des collèges affiliés aux universités, par conséquent reconnus et approuvés par le Sénat de l’université. Cette approbation a lieu après une inspection minutieuse par un ou des membres délégués par le Sénat, et sur rapport favorable de ces inspecteurs. »369

  • 370 C’est-à-dire en fait l’enseignement des high schools comprenant les classes, IX et X.
  • 371 ASME - SCHMIDT P. E., « Au collège de Bangalore », p. 209-216.

11Il faut également préciser l’entendement du mot college dans le système d’enseignement du Raj. Jusque dans les années 1920, à ces collèges universitaires du premier ou du deuxième degré peuvent également être attachées des classes préparatoires à l’examen du Matriculation370, qui conditionne l’admission au cycle d’enseignement proprement universitaire. Les études en Angleterre néanmoins constituent encore un passage obligatoire pour les Indiens qui veulent intégrer les plus hautes fonctions administratives qui leur sont accessibles, notamment celles de l’Indian Civil Service. À l’université de Calcutta, les deux premiers étudiants à être reçus à l’examen de First Arts sont Jadunath Basu et le célèbre écrivain B. C. Chatterji. Jusqu’en 1881-1882, pour la même université, on compte 356 étudiants ayant reçu le diplôme de First Arts, 105 celui de Bachelor of Arts, et 32 celui de Master of Arts.371

  • 372 Voir MENANT D., Histoire des Parsis…, ., p. 299-300.

12Au cours du XIXe siècle, la diffusion de l’enseignement en anglais représente en Inde un phénomène majeur dont les implications sont multiples et qui prépare le terrain d’une réforme profonde de la littérature et de la pensée indiennes qui se poursuit bien au-delà de la présence anglaise. Les Indiens y perçoivent rapidement un moyen d’évolution sociale qu’ils se donnent les moyens d’investir. Les Britanniques ne tardent pas à s’inquiéter alors des conséquences de ce mouvement qui dépasse leurs intentions. Ainsi, par exemple, Lord Elphinstone, gouverneur de Bombay de 1819 à 1827, qui a laissé son nom à un prestigieux college,372 prévoit que la diffusion de cet enseignement, tout en servant de support à l’émancipation des élites indiennes, provoquera la perte du contrôle de l’Inde par la Grande-Bretagne. L’exemple des États-Unis est encore dans les mémoires. Ainsi, plus les Indiens prennent en main le système d’enseignement développé sur le modèle britannique, plus le soutien des autorités du Raj fléchit et son contrôle se renforce.

  • 373 BARTHÉLÉMY H.S.J., L’Inde anglaise et son état actuel, p. 181.
  • 374 MENANT D., Histoire des Parsis…, p. 299-300, op. cit.

13À partir de 1871, d’après le projet de décentralisation du vice-roi Lord Mayo, le gouvernement du Raj transfère la charge de l’Instruction publique aux gouverneurs des Provinces.373 Les autorités centrales délèguent aux acteurs privés et aux autorités locales l’administration des écoles, des high schools et des collèges universitaires pour n’en conserver que la surveillance : « … et ne remplir pour ainsi dire que le rôle d’un aimable visiteur et d’un critique bienveillant ».374

14Ce mouvement de décentralisation et de désengagement de l’État dans le système éducatif se poursuit au cours des années 1880, comme l’écrit un pére jésuite français :

  • 375 Archives des Jésuites – centre de Paris/ Fmd 100, n° 3, documentation concernant la visite canoniqu (...)

« La commission chargée par le gouvernement de visiter tous les collèges de l’Inde en 1882 et 1883 fit un rapport à la suite duquel le gouvernement adopta une politique plus libérale envers les institutions privées, ferma plusieurs collèges gouvernementaux ».375

  • 376 Parmi lesquels cinq jeunes filles sur six candidates.
    BARTHÉLÉMY S.H. de, L’Inde anglaise et son éta (...)
  • 377 Id., p. 174.

15Malgré cela, le système éducatif poursuit son développement. En 1882 on compte 7 423 candidats aux examens de Matriculation.376 La même année on compte 697 candidats aux examens de B.A.377

  • 378 CHAILLEY J., 1910 : L’Inde britannique, société indigène et politique indigène. Les idées directric (...)
  • 379 Il s’agit alors certainement de Patiala, d’Hyderabad, et de Mysore ou de Baroda.

16Par ailleurs, deux nouvelles universités sont créées dans le Raj, à Lahore en 1882, et à Allahabad en 1887. En 1901, on compte environ 150 000 établissements scolaires publics, quelque 4 000 000 d’élèves, et 43 000 institutions privées qui réunissent 600 000 élèves. La même année, 149 collèges universitaires de lettres sont recensés, dont 64 au Bengale. Ils rassemblent 17 600 étudiants.378 Il s’y ajoute 46 collèges professionnels comprenant 5 300 cent étudiants. Sur les 149 collèges universitaires de lettres, 26 sont dirigés par le département de l’Éducation, 5 par des municipalités, 3 par des États princiers,379 et tous les autres - soit 115, c’est-à-dire plus de 77 % -, par des institutions privées.

17En 1905, Ernest Pirion dans une étude sur l’Inde contemporaine observe les résultats étonnants obtenus par les élites indiennes aux examens. L’année de son séjour en Inde, c’est un brahmane, précise-t-il, qui est reçu premier au concours du Civil Service :

  • 380 PIRION E., 1905 : L’Inde contemporaine et le mouvement national, Paris : Félix Alcan.

« … laissant loin derrière tous ses compétiteurs britanniques (…) L’Hindoustan s’anglicise. Il est plus fort, plus “up to date” que ses maîtres. L’éducation anglo-saxonne porte ses fruits (…) Et prenez, en effet, un étudiant de Bombay et un étudiant de Cambridge, ils se ressemblent, à les confondre. Ils sortent de la même matrice : les professeurs viennent d’Angleterre, les programmes, les exercices, les examens, le thème et le vers, rien n’y manque du bagage classique. »380

18Le père Schmidt écrit quant à lui :

  • 381 Archives des Missions-Étrangères - SCHMIDT P. E., « Au collège de Bangalore ».

« Le corps professoral est recruté parmi les Européens et les Indigènes (…). De nos jours, dans les institutions qui dépendent directement du gouvernement (et c’est le petit nombre), les Européens sont en minorité. Des Indiens gradués, dont beaucoup ont suivi les cours dans les universités de l’Angleterre, de l’Allemagne ou de l’Amérique, occupent la plupart des chaires, et l’on doit reconnaître qu’ils ne sont pas inférieurs à leurs maîtres européens. On trouve parmi eux des hommes vraiment remarquables dans vraiment toutes les branches des sciences. »381

19La mise en place de ce système d’enseignement a des conséquences directes sur la présence et le développement de la culture française en Inde. Partie intégrante de l’enseignement des élites en Grande-Bretagne, le français le devient progressivement en Inde. Ainsi, le français est au programme de l’Indian Civil Service. L’enseignement du français en Inde constitue un des éléments de capital socio-culturel que les autorités britanniques ont introduit dont elles vont rapidement craindre l’usage que peuvent en faire les élites indiennes. Aussi, vont-elles s’attacher à dévaloriser et limiter l’enseignement du français, tandis que, au contraire, les élites indiennes vont entreprendre de le développer.

Le français et l’organisation de l’enseignement : l’exemple de l’université de Calcutta en 1893

20Sans être sous administration directe du gouvernement central du Raj, les collèges universitaires, ou colleges, n’en sont pas moins sous son autorité par l’intermédiaire du sénat de chaque université qui les contrôle. L’Etat tout en s’abstenant à l’ordinaire de les diriger peut agir sur eux par l’intermédiaire des sénats des universités, composés en majorité de membres qu’il nomme et qui peuvent décider d’accorder ou non l’affiliation qui leur permet de présenter leurs élèves aux examens.

21L’organisation de l’université de Calcutta nous fournit un exemple concret concernant l’organisation des examens de l’enseignement supérieur en Inde. En 1893, cette université comprend quatre facultés qui sont l’école d’ingénieurs, la faculté de droit, celle de médecine, et enfin, celle des arts qui regroupe l’enseignement des lettres et des langues, mais aussi des sciences physiques, chimiques et naturelles, et des arts proprement dits. Les diplômes de la faculté des arts ont alors pour équivalents en France les trois degrés de bachelier, licencié et docteur. Les épreuves se présentent de la manière suivante :

    • 382 Série C administrative, 1876-1907/C35/Alliance française (G-M)/ 138 – consu cal à AE, le 10.10.1893

    Examen d’entrée, ou Matriculation : obligatoire pour pouvoir subir les différents examens dans les quatre facultés. « Le français est exigé en très petite quantité pour cet examen pour les filles et garçons », précise le consul en 1893.382

  • Premier examen en art (F.A. in Arts ou First Examination in Arts équivalent du diplôme de bachelier en France). Les élèves le présentent en seconde année. Après cet examen, la faculté des arts se divise en littérature et en science. Le français est obligatoire pour les filles et garçons.

  • Bachelor of Arts (B.A. équivalent du diplôme de licencié en France). Il peut être présenté à l’issue de deux années après le F.A. Le français n’y est plus obligatoire que pour les filles.

    • 383 Ibid. Voir également BARTHÉLÉMY H. J. S de, L’Inde anglaise et son état actuel, p. 174, op. cit.

    Master of Arts (équivalent du diplôme de docteur de France). Il peut être présenté une année ou deux après le B.A. Les matières que l’on peut choisir sont les langues, l’histoire, la philosophie, les mathématiques, pures et appliquées, et les sciences naturelles. Sa valeur est surtout honorifique. Le français qui n’est plus obligatoire pour personne est une matière optionnelle.383

22On note que pour l’examen de B.A. le français est signalé comme obligatoire seulement pour les filles, ce qui ne signifie pas qu’il leur est uniquement réservé comme ce sera le cas quelques années plus tard. En dehors de ces examens, il faut également signaler la possibilité d’un enseignement du français dans les high schools et dans le cadre de l’examen optionnel de Diploma qui se présente en dehors du cursus universitaire principal.

Approche quantitative de l’enseignement du français en Inde en 1893

23Le 26 mai 1893, à l’initiative de l’Alliance française, une circulaire ministérielle est adressée aux postes consulaires français pour évaluer l’état de diffusion du français. Les différentes réponses à la circulaire, malgré leurs lacunes, nous permettent de retracer la naissance et le développement de l’enseignement du français au sein des institutions éducatives du Raj.

A – Tableaux relatifs à l’enseignement du français dans la circonscription consulaire de Calcutta en 1893.384

  • 384 Archives du MAE de Paris - Série C administrative, 1876-1907/C35/Alliance française (G-M)/ 138 – co (...)
  • 385 Nous reportons le tableau sur la page suivante pour qu’il puisse être lu dans son intégralité.

24En ce qui concerne la vaste circonscription consulaire de Calcutta, nous disposons de différents relevés. Ils sont rapportés ici sous formes de tableaux qui concernent essentiellement la capitale du Bengale. Leur valeur est indicative et non exhaustive. En dehors de la modeste école du commis du consulat général, l’enseignement du français dans la capitale est dispensé dans des établissements English medium.385

Tableau I : L’enseignement du français à Calcutta

Tableau I : L’enseignement du français à Calcutta

1 Par les autorités.

  • 386 Pour toute cette période, bien que sous un statut différent au sein de l’empire britannique, Ceylan (...)

Tableau II : L’enseignement du français dans les Présidences de Calcutta et de Madras en 1893.386

Tableau II : L’enseignement du français dans les Présidences de Calcutta et de Madras en 1893.386
  • 387 Archives du MAE de Paris - Série C administrative, 1876-1907/C35/consu cal de Calcutta à AE, le 10. (...)

Tableau III : L’enseignement du français dans les cinq provinces sous autorité directe du vice-roi en 1893.387

Tableau III : L’enseignement du français dans les cinq provinces sous autorité directe du vice-roi en 1893.387

L’Enseignement du français à Bombay en 1893 et la progression de sa diffusion depuis les annéees 1870 –

  • 388 AMAE P - Série C administrative, 1876-1907/C35/Af (G-M)/ 138, consu Bom à AE, le 05.07.1893.

25Pour la ville de Bombay, on compte douze institutions d’enseignement supérieur, high schools ou collèges universitaires dispensant des cours de français.388 Pour le reste de la circonsription consulaire les informations font défaut. Dans les villes d’Ahmedabad, de Pune et de Karachi, un enseignement du français est néanmoins avéré. Afin de faciliter la comparaison et proposer un tableau de l’ensemble de la question en Inde, nous avons choisi d’analyser les réponses du consul à Bombay dans sa circonscription sous la forme d’un tableau présentant les différents établissements concernés. Le premier est le Scottish High School, d’où sont issues, les premières élèves qui présentèrent le français à l’examen de Matriculation dans la circonscription de Bombay en 1875. Il y eut peut-être des précédents à Calcutta ou Madras, mais c’est le premier cas pour l’Inde signalée par les archives étudiées ici. On notera, en outre que, selon le consul, la mise en place de l’enseignement du français dans la capitale de la Présidence a lieu au cours des années 1870 et que sa diffusion est exponentielle :

  • 389 Ibid.

« En 1870, le français n’était enseigné dans aucune école de la présidence de Bombay. Actuellement il fait, pour ainsi dire, partie intégrante de l’instruction dans toutes les écoles supérieures (High Schools) anglo-indiennes, dans les deux plus importantes écoles supérieures parsies comprenant à elles seules près de 2000 élèves et dans les collèges Wilson et Elphinstone (…) »389

Tableau IV : Bombay (et remarques générales relatives à l’enseignement du français à Ahmedabad, Karachi, et Pune)

Tableau IV : Bombay (et remarques générales relatives à l’enseignement du français à Ahmedabad, Karachi, et Pune)

1 Non précisé (NP)
2 Evaluation à partir des chiffres donnés par le consulat de France pour la ville de Bombay. Il faut y ajouter les élèves des autres écoles, notamment Pune, Ahmedabad et Karachi, pour lesquels les chiffres ne sont pas donnés.
3 Ce chiffre n’inclut ni les élèves de l’Alexandra Native Girls Institution, certainement relativement nombreuses puisqu’on y compte deux professeurs, ni les élèves des cours particuliers.

26Le consul ajoute qu’un enseignement du français est également dispensé dans les villes d’Ahmedabad, Pune et Karachi. De ces trois centres proviennent le cinquième des élèves qui présentent le français à l’examen de Matriculation. En ce basant sur cette donnée, nous pouvons donc estimer à un peu moins d’une cinquantaine le nombre des élèves apprenant le français dans ces villes.

Lecture des tableaux relatifs à l’état de l’enseignement du français en Inde en 1893.

27Le chiffre du total des élèves qui apparaît au bas des tableaux correspond au total des élèves recensés dans les régions concernées, et non au total des élèves de français. Si l’on peut estimer que ces chiffres sont relativement fiables pour les villes de Calcutta et de Bombay, leur valeur reste approximative concernant les autres régions de la péninsule, lorsqu’une estimation est proposée. La situation en Inde du Sud est totalement ignorée par les services consulaires. Lors de l’envoi du tableau relatif à l’enseignement dans les cinq Provinces rattachées directement à l’autorité du vice-roi, le consul général de France à Calcutta ne manque pas de préciser :

« J’ai commencé une enquête qui sera fort longue probablement sur les écoles des autres grandes villes de l’intérieur où le français peut être enseigné. Je puis seulement dire, dès maintenant, d’après les renseignements qui me sont fournis par le Département de l’Instruction publique, qu’il n’y a nulle part dans ces villes, d’écoles françaises proprement dites et pouvant, par la suite, être subventionnées par l’Alliance française, mais seulement des écoles du Gouvernement, riches par elles-mêmes, et qui enseignent le français, surtout aux filles ».

28Nous devons aussi considérer que les données transmises par le consul ont été fournies par les autorités du Raj peu intéressées par la promotion de cet enseignement.

29Ces réserves énoncées quant à la précision des données fournies par les deux consulats, plusieurs éléments apparaissent distinctement. Tout d’abord, il n’existe qu’une école française à proprement parler en Inde. Il s’agit de l’école de Le Faucheur, commis au consulat général de Calcutta. C’est une école modeste dont l’objet premier semble être de compléter les revenus de son unique professeur. Son existence répond également à une demande locale et ce dernier enseigne aussi au City College, une institution privée créée en 1881. L’enseignement du français se fait donc essentiellement par la voie du système éducatif mis en place par les Britanniques. Il faut signaler la part croissante prise dans son enseignement par les établissements dirigés par les Indiens, comme nous pouvons le voir à Bombay, notamment avec les Parsis. Un autre élément important à signaler est la forte proportion de femmes parmi les élèves.

30La Province de la Frontière du Nord-Ouest, les Provinces Centrales et le Punjab sont inclus dans la circonscription consulaire de Calcutta. Cependant, elles appartiennent géographiquement à des régions distinctes et fort éloignées du Bengale. Le recensement des élèves de français dans ces provinces permet de constater qu’il existe un enseignement du français dans le nord et le centre de la péninsule.

31Les chiffres concernant la Province de la Frontière du Nord-Ouest indique 222 élèves recevant un enseignement du français, sans plus de précisions quant à la localisation et à la nature des établissements auxquels ils sont rattachés. Pour le nord de la péninsule, nous disposons de peu d’informations.

32Pour le Bengale, nous disposons du chiffre de 191 élèves pour la ville de Calcutta, et de celui de 353 pour l’ensemble de la Présidence. Ceci nous indique tout d’abord que le français est implanté dans la région du Bengale, en dehors de la seule ville de Calcutta. Le pourcentage d’élèves apprenant le français à Calcutta est de 54 % pour 46 % dans le reste de la Présidence. En ce qui concerne les 46 % d’élèves étudiant le français dans d’autres établissements que ceux de la ville de Calcutta, nous ne savons pas s’ils se trouvent à Dhaka, à Darjeeling, ou ailleurs ; tout juste sait-on qu’il n’en est signalé aucun à Chittagong. Les chiffres rapportés sont plus élevés pour la ville de Calcutta que celle de Bombay, ce qui paraît logique, la capitale du Bengale présentant un nombre plus élevé d’établissements d’enseignement.

33Ces chiffres sont en revanche moins importants si l’on se réfère aux chiffres qui concerne l’ensemble du Bengale par rapport à ceux qui concerne la Présidence de Bombay et les régions environnantes. Il faut, en effet, tenir compte de l’enseignement du français dispensé dans les centres proches comme Pune et Ahmedabad. Ces centres constituent des foyers reconnus de l’enseignement du français. Or, le consul ne transmet pas de données précises à leur sujet. Il faudrait également y ajouter Baroda, qui développe également cet enseignement au tournant du siècle, et plus généralement le nord-ouest de l’empire des Indes britanniques avec notamment les États princiers de Patiala ou de Kapurthala.

34Pour la ville de Bombay, il faut ajouter un autre élément : les cours particuliers qui touchent une population socialement importante, ainsi que l’indique le consul :

« Quant aux élèves formés par les cours particuliers de M Pedraza (1873) ils sont très nombreux et on les rencontre un peu partout soit comme professeurs dans les écoles et collèges, soit dans le barreau, la magistrature, la faculté de médecine, l’administration et les grandes maisons de commerce. »

35Concernant ces élèves des cours particuliers, nous ne disposons également d’aucun chiffre. La langue française s’implante donc très probablement plus tôt dans la Présidence de Calcutta, par le biais des écoles anglaises, des érudits bengalis, et des missionnaires, que dans la Présidence de Bombay. À partir du dernier quart du XIXe siècle, il semble toutefois que cet enseignement soit porté par une dynamique plus vive dans cette dernière Présidence.

36L’action du professeur espagnol Pedraza n’est pas la seule contribution des représentants de la péninsule ibérique en faveur de la diffusion du français en Inde. De même qu’au royaume du Portugal, le français est la seconde langue dans le système d’enseignement officiel, l’Inde portugaise constitue un autre pôle de diffusion du français.

37Le Bulletin de l’Alliance française corrobore ce fait de façon précise. Ascanio Sebastiao dos Remedios e Costa, avocat à la cour royale de Goa, attire l’attention d’un adhérent de l’association pour lui signaler l’existence de quatre chaires de français dont les titulaires sont rémunérés par le gouvernement. Ces chaires se trouvent au lycée de Pangim, résidence du gouverneur général, au lycée de Morgao, chef lieu de la Province de Salsette, la troisième est au séminaire de Salsette, et la quatrième au lycée de Mapura, chef-lieu de la province de Bordes. Ces quatre chaires font de l’Inde portugaise un centre de diffusion du français de premier plan dans la péninsule, ce qui, étant donné le rôle de la diaspora goanaise, notamment à Bombay, mérite d’être signalé. La liste des membres du Cercle Littéraire, pour l’exercice 1900-1901, fait d’ailleurs état de neuf noms d’étymologie lusophones.

  • 390 Middle schools : classes préparant à celle des high schools, l’équivalent de nos collèges actuels e (...)

38Enfin, le point le plus étonnant est l’absence totale de recensement concernant l’enseignement du français dans le sud de la péninsule. Nous disposons du témoignage dans le Bulletin de l’Alliance française du grand collectionneur d’art, Emile Guimet, après son voyage en Inde du Sud, dans la région de Madras, en 1894. Il y est fait état d’une francophilie, et même d’une francophonie de certains brahmanes. Que des pôles d’une francophilie ou même d’une francophonie ait existé dans la péninsule, sans que les agents du Quai d’Orsay ne le sachent, ou n’y prêtent attention, ceci est très probable. Mais il manque des éléments précis pour corroborer les dires de Guimet. Gallois-Montbrun souligne également, dans le Bulletin de l’Alliance française toujours, que de nombreuses adhésions à l’association pour la propagation de la langue française dans le monde pourraient être obtenues dans la haute société indigène de la présidence de Madras. En 1894, on note que plusieurs élèves de Madras et des comptoirs commencent à choisisr le français comme seconde langue, à la place du sanscrit dans le middle school390 :

  • 391 AAf-P - Bulletin de l’Af n° 52 (10-12.1894), p. 199-231.

« Plusieurs des élèves des écoles de l’Inde française se présentent maintenant au examens d’entrée de l’université de Calcutta avec le français comme deuxième langue (au lieu du sanscrit). Il en est de même pour les examens anglais du Middle School à Madras. »391

39Dans un rapport de la commission des universités indiennes de 1902, il est mentionné comme étant une matière ouverte aux étudiants des deux sexes. Il est donc possible que le français ait commencé à être enseigné à l’université de Madras au cours des années 1890. Cette allusion dans le rapport semble néanmoins faire état d’un enseignement moins prisé qu’à l’université de Bombay.

40On note également dans les bulletins de l’Alliance française des initiatives en direction de la création d’écoles et d’un comité de l’Alliance française. Dans son assemblée générale du 18 septembre 1897, le comité d’action de Pondichéry annonce comme objectif la création ou le développement de l’enseignement du français dans six écoles privées, dont deux à Madras. Mais aucune information n’est ensuite communiquée concernant le fonctionnement de ces écoles. En 1900, une allocation de l’Alliance française est toutefois attribuée à une école de Madras, présentée comme l’école de Radjassamy. En 1913, le bulletin n° 133 signale la création d’un groupe de l’Alliance française à Madras. Le bulletin suivant précise que ce comité est créé par : « M. Tamby, un "hindou", ancien élève du Collège colonial”, et réunit un petit groupe d’adhérents ».

41L’activité du comité est confirmée en 1914. Une première réunion se tient sous des auspices apparemment très favorables, puisqu’elle se déroule au Pachiappa’s College sous la présidence de M.S. Srinivasa Iyengar, avocat à la haute cour et sénateur de l’université de Madras. On perd la trace de cette initiative. pendant la Première Guerre mondiale.

42La France entretient dans le sud de l’Inde une situation tout à fait paradoxale. D’un côté, elle y est présente plus que dans n’importe quelle autre partie de la péninsule, sa présence missionnaire, constituant la majeure partie de la colonie française, s’y trouve en effet largement concentrée. De l’autre côté, elle n’y entretient aucun poste consulaire et donc aucune représentation. L’absence d’enseignement du français signalé dans le sud de l’Inde par les chiffres de 1893 reflète-t-elle son absence de diffusion ou le manque d’information ? La dernière réponse paraît plus probable, puisqu’il apparaît qu’un enseignement du français y a été developpé au tournant du XIXe siècle. L’étude de la présence des missionnaires français permettra de revenir plus en détail sur la complexité de cette question.

43Pour conclure sur ces informations transmises par les consuls à Bombay et à Calcutta, on notera que le nombre total d’élèves recensés comme recevant un enseignement du français s’élève à 1012 personnes, pour l’année 1893. Ces chiffres incomplets, restent relativement importants, le français ayant été introduit depuis peu dans les programmes secondaires universitaires. Ils permettent de constater une présence établie de la langue française parmi les élites scolarisées dans le système éducatif du Raj. Les facteurs dynamiques qui président à l’évolution de l’enseignement du français peuvent aider à mieux comprendre et interpréter ces chiffres.

L’évolution de l’enseignement du français : attaques anglaises et soutien indien

44A partir des années 1870, le français s’implante et se développe dans le système éducatif mis en place en Inde par les autorités anglaises, mais sa reconnaissance officielle doit encore être acquise. À ce sujet le plus grand nombre de sources nous provient de Bombay, par l’intermédiaire du Cercle Littéraire, qui constitue un lobby très actif pour la promotion et la défense de l’enseignement du français, le seul sur le territoire du Raj.

L’introduction du français à l’université (1875-1894)

Des high schools au programme de l’université

45En 1875, deux élèves de la Scottish High School, école écossaise réservée aux Européens et aux métis, présentent le français à l’examen de Matriculation à l’université de Bombay. C’est le premier exemple avéré d’élèves présentant le français à cet examen. Le courant en faveur du français nourri par l’enseignement de Pedraza amène la faculté des Arts de l’université de Bombay à soumettre une proposition visant à l’inscription de la langue française parmi les secondes langues pour les examens de post-admission. La proposition reçoit le soutien du syndicat de l’université.

  • 392 NOTI S.J.S., DAVAR J.E. 1902 : A Letter From The Bombay Cercle Littéraire Français, Bibliothèque Di (...)

46C’est seulement en avril 1886, après deux réunions, que le sénat de l’université entérine à une grande majorité cette proposition. On retrouve dans ce sénat Pirozeshah Mehta, un des membres fondateurs du parti du Congrès, et le grand sanscritiste J.K. Trimbak Telag.392 Le gouvernement de Bombay approuve à son tour la proposition et l’entérine au titre de la résolution N° 1073 datée du 12 juillet. La résolution qui insistait, en première instance, sur l’intérêt particulier de cet enseignement pour les femmes, abandonne finalement toute mention discriminatoire.

47En 1893, il semble qu’un soutien pour l’enseignement de la langue française se soit constitué. Ainsi, ette dernière évolue dans les programmes universitaires du Raj et élargir la base de son audience dans les établissements secondaires :

  • 393 AMAE P - Série C administrative, 1876-1907/C35/Alliance française (G-M)/ 138 consu Bom à AE, le 05. (...)

« L’école supérieure d’Elphinstone, qui est sans contredit la plus importante institution du Gouvernement et que l’on considère comme l’école modèle de la Présidence, n’avait pas jusqu’alors consenti à ouvrir chez elle des cours de français, mais tout récemment, elle a rompu avec la vieille tradition et a décidé qu’à partir du 1er juillet courant, un professeur de français serait chargé de faire des cours. Notre langue, comme on peut le voir, prend donc de plus en plus d’expansion et il est à supposer que cette marche en avant continuera à s’accentuer. »393

48L’évolution de l’enseignement du français dans la présidence de Bombay amène à constater que son cheminement au sein des institutions du Raj ne se fait pas sans difficulté. Dans le milieu professoral anglo-indien, enseignement du français ne rime pas avec francophilie, comme le souligne le consul :

« Dans les écoles anglo-indiennes, nous ne pouvons nous dissimuler que le français est plutôt étudié par devoir que par plaisir. Cela se comprend d’autant plus que les professeurs, tous Anglais ou profondément imbus d’idées anglaises, ne sauraient être suspects de sympathies pour la France ; qu’ils ne négligent aucune occasion de diminuer notre prestige ou notre mérite et surtout de nous faire passer aux yeux des élèves pour un peuple licencieux dont la littérature est d’un dévergondage et d’une immoralité révoltante, tandis que nos poètes sont incomparablement inférieurs aux leurs (…). Je ne dissimule pas que de tels arguments peuvent avoir un effet considérable sur la jeunesse toujours prête à accepter les opinions plus ou moins effrontées et intransigeantes de ses éducateurs. »

49Les professeurs anglo-indiens dispensent l’enseignement du français avec un mépris ouvertement affiché. Les élites indiennes, en revanche, loin d’y percevoir une matière en concurrence avec celle ayant trait à leur propre culture, semblent le concevoir plutôt comme une opportunité. Ainsi, toujours selon le consul, ce sont elles qui deviennent rapidement les principaux défenseurs de sa propagation :

« Il ne faut pas perdre de vue que dans les écoles anglo-indiennes le français est la seule langue vivante qui y soit enseignée (après l’anglais bien entendu), il n’en est pas de même dans les écoles parsies, où le français y est, avec le persan, facultatif. Or malgré la concurrence redoutable que le persan fait à notre langue, d’abord parce qu’il est enseigné gratuitement – ce qui n’a pas lieu pour le français - ensuite parce qu’il demeure une tradition à laquelle tout Parsi est attaché, nous n’en voyons pas moins nombre de jeunes gens suivre les cours de français avec une application et une ardeur sans égale et cela pendant 4 ans, 4 heures par semaine. »

50En 1886, le français est intégré aux cours de post-admission à l’université de Bombay. Il l’est probablement simultanément à l’université de Calcutta, puisque nous l’y retrouvons, en 1893, institué jusqu’aux examens de B.A. À Madras, il y est certainement intégré à la même date, ou peu après, puisqu’il y est signalé aux examens de B.A. en 1902. Le français semble donc être rentré dans les programmes des universités indiennes. Pourtant, s’il est reconnu pour les cours, il n’est pas reconnu pour les examens post-admission. Cette situation contradictoire est l’expression de la réticence des autorités britanniques à normaliser la diffusion du français parmi les élites indiennes.

Admission du français aux examens de B.A. : deux étudiantes parsies contre le Sénat

51En 1891, alors que les autorités de l’université de Bombay ne se résolvent toujours pas à l’inscription du français comme matière classique, dans les programmes de l’université pour les examens de B.A.. Les démarches de Pedraza et de deux jeunes filles parsies, Ratnabai et Mihirbai Ardéchir, vont les amener à céder :

  • 394 AAf-P - Bulletin de l’Af n° 38 (10-12.1891), p. 132-133.

« Ils [des étudiants Parsis] demandèrent que le français fût mis au rang des matières classiques dans le programme de l’université. Le Sénat résista longtemps : il dut à la fin céder devant l’impétuosité de l’attaque conduite par un Espagnol, le senor Pedraza, et deux jeunes filles, Mlles Ratnabai et Mihirbai, filles de l’avoué Ardéchir. (Pedraza), professeur de français, avait formé un grand nombre d’élèves qu’il avait pénétrés de son enthousiasme pour notre langue et notre littérature et, dans le nombre, les demoiselles Ardéchir. Une fois maîtresses de la langue, ces demoiselles se présentèrent aux examens de bachelier ès-arts (B.A.). On leur demanda quelle langue classique elles avaient choisie ; elles répondirent : le français. Le Sénat observa que le français n’était pas un des sujets classiques pour le B.A. ; elles répondirent que c’était les programmes qui avaient tort, que le français était accepté pour les examens de Matriculation et que la logique demandait qu’il le fût aussi pour le B.A. On leur répondit que la logique était une chose, et les programmes une autre : elles répliquèrent que le dernier mot doit appartenir à la logique ; et, comme ce que femme veut, Dieu le veut, elles l’emportèrent enfin, après une lutte de trois années ».394

52Finalement, le français est admis en 1894 aux examens de B.A. par l’université de Bombay au rang des matières classiques. Aussi, jusqu’en 1902, suite à ce tour de force des filles Ardéchir, le programme pour les langues aux examens de l’université de Bombay se présente de la manière suivante :

  • les examens de Matriculation (entrée à l’université) comprennent les matières suivantes : l’anglais, une seconde langue au choix du candidat, l’arithmétique et l’algèbre, la géométrie, l’histoire et la géographie, et les sciences élémentaires. Cette seconde langue peut être le sanscrit, l’arabe, l’hébreu, le persan, le français, le portugais, le marathi, le gujarati, le kanarèse (kanada), l’hindoustani ou le sindhi,

  • pour l’examen intermédiaire, les langues facultatives sont réduites à sept, dont le français,

  • pour l’examen des B.A. et B.Sc., ces langues sont réduites à cinq, dont toujours le français,

  • pour le master, neuf langues sont admises, y compris le français et l’allemand.

53Selon le consulat de Calcutta, l’importance du nombre d’élèves féminins parmi les élèves de français trouve une explication d’ordre pratique : « Deux langues (une vivante, une morte, le latin et le français) étant facultatives pour l’obtention de diplômes et le latin plus nécessaire pour les emplois du gouvernement surtout, les garçons préfèrent apprendre le latin ». Il pourrait être argué que les femmes ayant atteint un niveau d’éducation font peut-être preuve de plus d’audace, si l’on en croit les parcours des sœurs Dutt ou Ardéchir.

54Simultanément à cette progression dans les programmes des universités, l’audience des cours de français poursuit son élargissement.

Le temps du développement (1894-1902)

55Au tournant du XXe siècle, le développement de l’enseignement du français en Inde est attesté par des chiffres communiqués en 1901par le consul à Bombay au Ministère des Affaires étrangères. Ainsi, à la New High School, qui comprend plus de mille élèves hindous, musulmans, et parsis, 350 élèves étudient le français une heure par jour sous la direction de Pedraza, alors qu’on en signalait que « fort peu » en 1893. Au Wilson College, une soixantaine d’élèves de français se prépare aux diplômes de bachelier ès arts et ès sciences (B.A. et B.Sc.), et de M.A., contre une vingtaine seulement huit ans plus tôt. Toujours en 1901, au St Xavier College, un établissement dirigé par des jésuites allemands qui se refusaient encore à inclure le français à leur programme en 1893, 75 élèves suivent alors son enseignement. Enfin, la prestigieuse et « fort bien fréquentée » Fort and Proprietary High School, dispense à environ 150 élèves des classes de français. Parmi ces quatre établissements, nous pouvons recenser plus de 635 élèves étudiant le français. Les prévisions d’accroissement du nombre d’élèves de français, formulées par le consul en 1893, se trouvent largement confirmées. Ce mouvement de diffusion paraît totalement endogène. C’est, en effet, cette année seulement, pour la première fois, que le consul demande un soutien du gouvernement français pour les classes de français dans ces différents établissements et réclame quelques estampes et quelques livres.

56Bien que l’intitulé des examens révèle un niveau d’exigence satisfaisant, et même « difficile » selon le Bulletin de l’Alliance française, l’étude de la langue française dans les écoles et collèges universitaires de Bombay devient de plus en plus populaire et « chaque année voit plus nombreux les candidats aux examens spéciaux. L’année passée, 46 jeunes gens ont passé, en français, l’examen de matriculation qui ouvre les portes des collèges universitaires. Au début de la présente année scolaire on en comptait 13 de plus ».

57Les conséquences de l’attitude hostile des jésuites allemands vis-à-vis de l’enseignement du français prouve que celui-ci est devenu un critère de sélection des établissements pour les étudiants de la Présidence de Bombay :

  • 395 Il sagit du St Xavier’s College.

« Le seul établissement395 qui, jusqu’ici, se soit refusé à la diffusion de notre langue est celui des jésuites allemands, où l’on apprend surtout le latin, aussi un grand nombre d’étudiants hindous et parsis l’ont-ils déserté, préférant de beaucoup à l’étude d’une langue morte celle d’une langue moderne qui peut leur rendre bien plus de services et leur faciliter l’accès à des emplois souvent rémunérateurs. »

58Un recensement de l’année 1902 vient complèter celui de 1901 et porte à 675 le nombre d’élèves de français recensés. Aux élèves recensés par le consul dans les quatre institutions citées précédemment s’ajoutent ceux de l’Alexandra Native Girls Institution, qui est dirigée par une parsie et qui comprend une classe de français d’environ 25 élèves. Le Bulletin de l’Alliance française signale également une classe de français comptant une vingtaine d’élèves environ à l’Empress High School, école libre de jeunes filles parsies créée en 1889. Selon le même bulletin, si elle recevait un signe d’encouragement de la part de la France, cette classe serait susceptible d’augmenter de façon très conséquente ses effectifs. Enfin, le bulletin précise que la Sir Jamsetjee Jijeebhoy Institution est en train d’ouvrir une classe de français. Il souhaite également la donation de quelques ouvrages sur l’art, ou d’une ou deux monographies d’artistes français, à la Sir Jamsetjee Jijeebhoy School of Arts.

59En 1902, le nombre d’élèves de français recensés pour seulement six institutions s’élève donc à plus de 675 contre 238 élèves recensés pour douze établissements en 1893, soit une progression de plus de 183 % pour un recensement effectué sur une base de moitié plus restreinte. Les établissements pour lesquels nous disposons de chiffres, montrent une progression de plus de 575 % de leurs effectifs concernant les classes de français entre 1893 et 1901-1902. Surtout, on notera avec intérêt que, dans les deux collèges universitaires pour lesquels un recensement existe, on dénombre plus de 135 d’étudiants apprenant le français.

Tableau V : Comparaison de l’évolution de l’audience des cours de français entre 1893 et 1902, à travers deux lycées et deux collèges universitaires de Bombay

- Etablissement -

- Nombre d’élèves de français en 1893 -

- Nombre d’élèves de français en 1902 -

New High School

« fort peu »

350

Fort and Proprietary
High School

Une soixantaine (Fort
High School)

150

Wilson College

Une vingtaine

Une soixantaine

Saint Xavier’s College

Pas de cours

75

Total

Inférieur à 100

Supérieur à 675

60À l’augmentation très importante du nombre d’élèves des classes de français dans les établissements depuis 1893, s’ajoutent les élèves des nouvelles classes qui se sont ouvertes. Un véritable engouement a donc suivi l’admission de la langue française dans les programmes universitaires dans les établissements de la Province de Bombay. Aucun recensement n’est proposé concernant l’université de Calcutta. Un certain développement de l’audience des classes de français y est toutefois vraisemblable, puisque, en 1902, son enseignement va faire l’objet de restrictions de la part des autorités britanniques.

  • 396 Voir plus loin.

61Cet engouement suscite une réaction rapide et forte des autorités britanniques, qui, par l’intermédiaire de la commission Raleigh de réforme des programmes universitaires, tente d’en restreindre l’enseignement aux femmes.396 Le Cercle littéraire orchestre alors une campagne active et persévérante auprès des autorités pour la défense de la langue française.

Les arguments avancés par la Commission contre le français et leur réfutation

  • 397 S.J.S.NOTI, J.E. DAVAR, 1902 : A Letter From The Bombay Cercle Littéraire Français, Bibliothèque Di (...)

62Après l’annonce des conclusions de la réforme des programmes, le Cercle littéraire adresse au Sénat de l’université de Bombay une lettre-plaidoyer pour que le français reste accessible à tous les étudiants dans les programmes de l’université. Cette lettre ne manque pas de pointer les contradictions qu’implique la décision de la commission : « Le français a été admis depuis longtemps parmi les sujets optionnels pour le Service Civil indien, ceylanais aussi bien qu’anglais. »397

63Au sujet de la facilité supposée du français qui en ferait une langue convenant particulièrement, voire exclusivement, au public féminin, le Cercle littéraire oppose une réfutation sans équivoque :

  • 398 id., p. 4-5.

« L’idée populaire est que c’est sans doute une langue facile à maîtriser ; mais nous voudrions affirmer sans peur d’être contredit, que c’est une méprise et une aberration populaire basées comme la plupart des aberrations sur l’ignorance et des informations non vérifiées. L’assertion également comme quoi la facilité de la langue française convient à l’envergure intellectuelle des filles et des femmes est aussi fallacieuse que gratuitement insultante à leur encontre ».398

64Ce dernier point, déjà soulevé, l’association du degré de facilité d’un travail intellectuel avec les aptiudes féminines est caractéristique de l’idéologie coloniale et de son schéma antagoniste qui oppose les vertus supposées de l’Occident colonisateur de masculinité, ardeur au travail, force, autour du rêgne de la loi, aux faiblesses prêtées à l’Orient de sensualité, féminité, paresse, faiblesse dans un état de désordre. Il est intéressant de noter la réaction sans ambiguïté de la part du Cercle littéraire, qui refuse totalement de se laisser entraîner sur le terrain de la discrimination entre les genres. Le caractère moderne de la culture française et de l’éducation des femmes se retrouvent à travers les orientations du Cercle littéraire et, plus génralement, du lien des élites indiennes avec la culture française.

65Le second argument de la commission est que l’enseignement du français est choisi au détriment des « langues classiques de la Province ». Tout d’abord les auteurs de la lettre pour la défense du français débattent du contenu donné à cette expression, et arrivent à la conclusion que les langues ainsi nommées sont le sanscrit, l’arabe et le persan. Or, selon eux, l’enseignement du français ne peut en aucun cas détourner de l’apprentissage du sanscrit et de l’arabe ceux pour qui l’acquisition de ces langues est indispensable à leur avenir professionnel. L’enseignement avec lequel le français entrerait en concurrence serait donc le persan. Or, selon eux, cette langue était choisie auparavant par défaut, par les étudiants qui voulaient éviter le sanscrit et l’arabe. S’ensuit un long exposé comparatif entre les deux langues, concluant sur les nombreux bénéfices attachés à l’apprentissage de la langue française.

66Cet argumentaire est d’autant plus intéressant que ce sont des représentants de la communauté parsie, eux-mêmes, qui défendent le français contre le persan.

  • 399 id., p. 6.

« Il suffit que nous présentions devant eux brièvement les nombreux avantages que l’étude de la langue et de la littérature française offre à nos étudiants, pour les priver de ce qui constitue une argumentation sans fondement, selon notre point de vue, sur un sujet d’une haute importance pour l’avancement dans le domaine de l’éducation et le domaine intellectuel. »399

Les arguments pour la diffusion du français avancés par le Cercle

67Les failles du raisonnement sur lequel la Commission fonde sa décision vont être soulevées par les membres du Cercle littéraire. Ses représentants s’insurgent contre les mesures de la Commision de réforme des universités concernant l’enseignement du français et à porter la question sur la place publique. Si le consul se montre très sceptique sur l’issue de cette campagne, étant donné les motivations qui poussent l’administration du Raj à imposer cette restriction, les dirigeants du Cercle littéraire paraissent au contraire confiants dans une démarche qu’ils jugent liée au processus irréversible de modernisation dans lequel leur pays est engagé :

  • 400 Le secrétaire honoraire du Cercle Littéraire à consu bom, le 28.10.1902

« … le Conseil d’administration du Cercle vient d’adresser une supplique à son Excellence le Vice-roi… contre la recommandation de la Commission. Vous y observerez que le Conseil a fortement montré par des arguments irréfragables combien la langue française s’est rendue utile partout et qu’elle mérite sa place comme une des meilleures langues modernes (…). Je suis sûr que son Excellence le Vice-roi ne fera pas la sourde oreille à notre prière et qu’il ne permettra pas que cette langue soit biffée de la liste des langues classiques de l’université. »400

68Les auteurs appuient également leur réplique sur la comparaison avec la situation du français dans les autres pays d’Europe et, au premier rang, de l’Angleterre elle-même, où l’étude du français occupe une place importante et reconnue dans l’enseignement supérieur. Cette importance de la langue française dans la culture britannique est étayée par de nombreuses citations d’éminents intellectuels britanniques, que les rédacteurs de la lettre ne manquent pas de citer.

69Face à cette reconnaissance de la valeur de la langue française en Europe, cette décision d’en interdire l’accès aux étudiants en Inde n’en paraît que plus inexplicable :

  • 401 id., p. 7.

« Il nous apparaît en conséquence incompréhensible qu’il puisse même être envisagé de barrer l’accès à un tel temple de lumière à nous Indiens (…). Les avantages de l’acquisition de la langue française sont si évidents et si nombreux que nous faisons sincèrement confiance aux responsables de la diffusion de l’Education, dans ce pays, afin qu’ils ne manquent pas de volonté dans leurs efforts pour l’encourager et la développer. »401

  • 402 id., p. 8.

70En outre, les auteurs soulignent avec précision les graves préjudices qu’entraînerait l’exclusion du français pour les étudiants des facultés de médecine, pour les nombreux étudiants d’Arts Faculty qui envisagent de poursuivre leurs études en Angleterre afin d’y passer le concours du Civil Service, intégrer le Barreau, ou y obtenir des diplômes supérieurs dans une université anglaise, ainsi que pour tous ceux qui envisagent d’intégrer le corps des professions libérales.402

  • 403 id., p. 8.
  • 404 Ibid.

71Les auteurs étayent leur argumentation en citant d’autres cas particuliers. Ils mettent ainsi en avant les inconvénients que cette suppression du français dans les programmes des universités entraînerait pour la formation à l’entretien et l’exploitation forestières, étant donné l’importance de cette question en Inde et la qualité de la formation, en France dans ce domaine.403 À travers la question de l’enseignement du français, les possibilités de coopération technique entre les deux pays sont donc mises en avant par les élites indiennes. Les auteurs rappellent que le français ouvre aussi la voie aux professions commerciales et à celles de l’enseignement, remarquant que ce dernier secteur : « offre de nos jours beaucoup d’ouvertures avec le développement général de l’éducation et les relations croissantes avec l’Europe. »404

  • 405 Ibid.

72En dehors des arguments relatifs aux questions socio-professionnelles, les auteurs de la lettre pour la défense de l’enseignement du français avancent des arguments moraux et civiques. Selon eux, en effet, cet enseignement offre : « des outils d’amélioration morale et parachève (le) bagage social, comme peu d’autres études pourraient aussi complètement y parvenir, de telle manière qu’il ne puisse être qu’un bon citoyen et un membre utile de la société. »405

  • 406 id. p. 9.

73Enfin, la protestation adressée par les membres du Cercle Littéraire aux autorités de l’université de Bombay insiste sur l’utilité de la langue française pour rester en contact avec la pensée et les sciences européennes, pour conclure que ce devrait être : « une des fonctions de l’université de la placer à la portée des étudiants, plutôt que de la leur rendre inaccessible. »406 Le français est donc présenté comme une langue liée au progrès social et moral ainsi qu’aux connaissances scientifiques et techniques. En ce début de XXe siècle, il représente donc aux yeux des élites indiennes un vecteur essentiel de la modernité. L’activité commerciale qui existe alors entre la place de Bombay et la France entretient également cette relation.

74Le 24 janvier 1903, le comité nommé par le Sénat pour étudier les lettres du gouvernement de Bombay, faisant suite au rapport de la Commission indienne des universités, publie un rapport en 16 articles.

  • 407 Report of the Committee appointed by the Senate to consider and report on the letters from the Gove (...)

75Dans l’article 12, le sénat stipule qu’il est : « dans l’impossibilité d’approuver (i) l’exclusion de l’histoire et de l’économie politique des cours obligatoires d’Arts, (ii) l’exclusion du français comme alternative d’une langue classique à l’exception des étudiantes (…) »407

76L’action du Cercle littéraire permet le retrait, pour l’université de Bombay, de la mesure discriminatoire prise unilatéralement par la Commission des universités à l’encontre de l’enseignement du français. Cependant, dans les universités de Calcutta et de Madras, il est exclu des matières qu’il est possible aux candidats de sexe masculin de présenter aux examens. La réputation de "langue féminine" du français se trouve validée.

77Dans la Présidence de Bombay, en 1902, la langue de Ronsard devient orpheline de son promoteur historique, le père Pedraza. Louis Peltier, délégué de l’Alliance française arrivé en novembre 1901, va prendre la relève. Il remplace Pedraza en tant qu’examinateur, annonce rapidement son intention de s’employer à changer les méthodes et le contenu de l’enseignement. Le délégué de l’Alliance française crée un French Club, le 14 septembre 1903, qui vient en concurrence du Cercle Littéraire et qui, comme nous l’avons vu précédemment, va nuire aux relations de ce dernier avec la France. Cette dégradation affaiblit probablement les positions de l’élite parsie lors de la nouvelle campagne contre la langue française déclenchée en 1911. La nouvelle institution créée par Peltier n’en prouve pas moins la vitalité de la culture française dans la cité.

78En 1907, l’Elphinstone College, une des institutions les plus prestigieuses de la ville, charge Peltier de donner des cours dans le cadre des programmes universitaires, ce qui indique l’importance accordée à cet enseignement. Toutefois, même si une bataille a été partiellement gagnée pour la sauvegarde du français dans les programmes universitaires de la Présidence de Bombay, la situation administrative de son enseignement reste précaire. D’autant que les autorités britanniques n’ont pas désarmé et se trouvent bientôt de nouveaux alliés.

Nouvelles menaces : la campagne des jésuites allemands en 1911

  • 408 Paul Louis Charlier, né le 23 juillet 1875 à Isles sur Suippe (Marne). Membre de la faculté des Let (...)

79Signe de la bonne santé de l’enseignement du français dans le nord-ouest de l’Inde en ce début de XXe siècle, on note l’installation de deux professeurs de français avec celle du professeur Paul Louis Charlier qui s’ajoute à celle de Louis Peltier.408 À partir de 1910, le premier enseigne au Government High School d’Ahmedabad et au Ahmedabad College. Les deux professeurs s’installent avec leur famille dans la ville où ils exercent leur profession. Cette vigueur de l’enseignement du français, dans la présidence de Bombay et les régions proches, ne tarde cependant pas à être mise à mal par de nouveaux assauts des autorités du Raj, mais aussi des jésuites allemands.

  • 409 Avant cela, l’université de Bombay se limitait à la définition des programmes des examens de Matric (...)

80Une nouvelle fois, la campagne contre l’enseignement du français prend pour cadre une réforme des programmes. Simultanément à sa transformation en une institution enseignante, en 1911,409 l’université de Bombay entreprend une nouvelle réforme des programmes pour mettre en place la préparation au diplôme des honours, ou B.A. with honours, qui requiert une année d’étude supplémentaire par rapport à celui de B.A..

  • 410 AMAE P – CPC n° 32 (f°174-175), Consu Bom à AE, Bombay, le 21.10.1911.

81Les personnalités parsies sont une fois de plus en première ligne pour défendre la langue française, ainsi que le souligne le consul : « J’ai l’honneur de faire connaître au Département que le Sénat de l’université de Bombay vient, au cours de sa discussion sur l’enseignement, de décider de créer un degré supérieur à celui de B.A.. Il sera intitulé “B.A. with honours”. Le professeur Wadia, secondé par M. Mody, secrétaire du Panchayat parsi de Bombay, a demandé l’introduction du français, de l’avesta et du pelvi comme sujets de cet examen. Le directeur de l’Instruction publique a combattu cette proposition qui a finalement été rejetée. Il semble que M. Shap qui, ainsi que je le signalais dans ma précédente communication, avait insisté auprès du Gouverneur de Bombay pour que le français fût porté au programme des cours, s’est finalement rendu au désir de Sir George Clarke dont l’intention est de ne pas encourager l’étude du français ».410

  • 411 Voir plus loin.

82Alors même que se crée une Société des Amis de la France dans l’Inde britannique,411 composée par des représentants des autorités du Raj, les attaques contre l’enseignement du français redoublent, ainsi que le signale le consul général : « Comme le sait le Département, le gouverneur de la Présidence de Bombay a témoigné ces derniers temps d’une opposition très résolue à l’égard de l’enseignement du français dans son université. Mais son action n’était pas sortie du domaine administratif. »

83Après lui avoir adressé une lettre au sujet des positions qu’il a exprimées sur la langue française, le consul reçoit cette réponse du gouverneur de la présidence de Bombay : « Nous ne pouvons pas encourager cet enseignement – eu égard aux nécessités beaucoup plus pressantes de l’Instruction publique –, mais, nous ne songerons pas à l’abolir quand il pourra être donné sans que le gouvernement ait à engager des dépenses ». Les jésuites du Saint Xavier College, à Bombay, dont l’influence dans les conseils de l’université est jugée « prépondérante » par Peltier, aurait réussi, à l’occasion de cette réforme, à convaincre le gouverneur de la Présidence, Lord Sydenham, de supprimer l’enseignement du français. Ils reprennent l’argument, déjà mis en avant en 1902, selon lequel celui-ci concurrence l’enseignement du persan et du sanscrit.

84Le gouverneur décide de ne pas approuver le programme d’études secondaires permettant de présenter l’examen d’admission aux universités que Charlier et Peltier avaient établi, sur la demande du directeur de l’Instruction publique de la Présidence. Les jésuites allemands ne s’arrêtent pas là. Ils tentent d’obtenir la suppression de l’enseignement du français dans les lycées gouvernementaux. L’administration universitaire et le directeur de l’Instruction publique informent Peltier de ces menées. Ce dernier essaie d’intervenir, mais il est tenu à l’écart et ses requêtes ne sont pas prises en considération. Cependant professeurs et étudiants de français parviennent à prouver, en réponse à une enquête du gouvernement, que les accusations portées contre l’enseignement du français, similaires à celles de 1902, sont infondées.

85La nouvelle campagne ne reste pas sans conséquences. Au moment où l’on institue des examens pour le diplôme d’honneur en anglais, sanscrit, latin et persan, le représentant du gouvernement demande que l’on refuse l’institution de ce diplôme pour le français. Il est suivi dans sa requête par la très grande majorité du Sénat de l’université. L’évolution au sein des programmes universitaires du français est donc arrêtée et ses étudiants se voient interdire l’accès du degré universitaire le plus élevé alors en vigueur. La volonté mise en avant par le gouverneur de Bombay « de ne pas encourager le français » est donc un euphémisme pour désigner l’action des autorités du Raj en vue de dissuader les élites indiennes de se consacrer à l’étude du français.

Le français mis hors-la-loi scolaire

86Peltier juge que cette décision est la conséquence directe de la campagne menée par les jésuites allemands. Il considère que « le préjugé hostile au français (a) été tout de même renforcé ». Leur campagne allemande n’aurait eu d’effet sans le relais des autorités du Raj. Ainsi, Lord Sydenham aggrave la mesure adoptée par le Sénat de l’université de Bombay en décidant, presque quatre décennies après son introduction, de ne plus reconnaître l’enseignement du français dans les écoles secondaires.

87Ne pouvant plus bénéficier du statut officiel de professeur, la situation des enseignants de français devient précaire. De plus, la campagne semble avoir réussi à convaincre les représentants de la communauté musulmane des conséquences néfastes de l’enseignement du français pour celui de la langue persane, mais aussi du caractère immoral de la langue française. Ils ont su également mettre à profit des propos tenus par un professeur français, Filippi, agrégé de l’université, délégué par le ministre de l’Instruction publique et l’Alliance française. Certainement peu au courant des fondements du système éducatif britannique en Inde, ce dernier soutient que le français n’appartient pas à la catégorie des langues classiques, que l’étude des auteurs doit être limitée aux auteurs contemporains et que l’enseignement doit se consacrer à la conversation. Ces propos sont répercutés dans les journaux et auprès des autorités universitaires, fournissant un argument supplémentaire contre l’admission du français aux honours.

88Si la responsabilité des jésuites allemands est donc grande dans cette campagne préjudiciable à l’enseignement du français en Inde, celle-ci n’aurait certainement pas abouti sans la volonté des autorités britanniques de le supprimer, une volonté clairement et publiquement exprimée par le gouverneur de Bombay. Les mesures à l’encontre du français et la campagne de dénigrement ne semblent pas affecter de manière générale l’intérêt que portent les Indiens à la langue française, comme le constate le consul à Bombay : « Il est utile de signaler que, malgré cette opposition, l’étude du français n’a pas sensiblement varié. Notre langue est fréquemment choisie aux examens dans lesquels elle peut être prise comme sujet. »

  • 412 Voir SALON A., L’action culturelle de la France dans le monde, Analyse critique, p. 102 et 293-299.

89Au cours des XIXe et XXe siècles, l’Angleterre et l’Allemagne sont les principaux opposants aux prétentions "messianiques" de la France.412 Même si la France n’y affiche aucune ambition, l’opposition de ces deux pays à la culture française peut se vérifier en Inde. De même, l’action de Pedraza ainsi que la diffusion du français à Goa, met en relief la francopholie des pays de culture latine.

90Si l’enseignement du français représente un phénomène important parmi les étudiants. Il ne se limite pas au seul cadre universitaire. C’est un mouvement d’une ampleur suffisante pour que les mesures britanniques ne parviennent pas à le briser, même si elles limitent sa progression exceptionnellement forte, comme nous avons pu le noter entre 1893 et 1902.

La question du français en Inde de 1914 à 1940

91À la veille de la Première Guerre mondiale, le français occupe une place importante dans l’enseignement des établissements secondaires ainsi que dans l’enseignement universitaire de la présidence de Bombay, tandis que dans les universités de Calcutta et de Madras, il est réservé aux seules étudiantes, ou bien cantonné à un enseignement facultatif. L’étude de l’évolution de l’enseignement du français entre les deux guerres est rendu difficile par l’exclusion de l’Inde du champ d’action par le Quai d’Orsay. Les sources du Ministère des Affaires étrangères au sujet de l’enseignement du français en Inde sont très partielles et éparses. La diversité du système d’enseignement ajoute à cette difficulté. Il faut rappeler à nouveau l’importance du rôle joué par les établissements privés. En outre, une source importante d’information disparaît pour cette période, puisque, à la fin de la guerre, le Bulletin de l’Alliance française est remplacé au profit de laRevue de l’Alliance française, au contenu plus pédagogique et général. Les rapports des délégués et comités d’actions continuent de paraître de manière sporadique après 1918, puis cessent d’être publiés.

  • 413 Voir Archives de l’Indian Office, le fonds numérotés V/26, la sous-série n° 864.

92Les archives de l’Indian Office ne contiennent également aucun relevé sur l’enseignement du français, ce qui est explicable par le rôle du secteur privé et du système très décentralisé de l’enseignement en Inde. Divers rapports des autorités britanniques concernant le fonctionnement des universités413 permettent néanmoins d’observer une réintroduction progressive du français aux côtés de l’allemand, dans le cadre de la constitution de départements de Modern European Languages, et plus généralement dans le cadre de l’introduction des langues étrangères modernes dans les universités indiennes.

  • 414 Archives de l’Indian Office à Londres : V/26/864/6 à 9/ Calcutta University Commission, 1917-1919.

93Cette réintroduction prend place dès 1919 au Bengale, et en 1931- 1932 dans le sud de l’Inde, en ce qui concerne les programmes de B.A.414 Elle permet au français, à la fin de cette période, d’être présenté aux examens de M.A. Le français reste la seconde langue européenne. Dans le contexte d’un système universitaire qui s’indianise, du renforcement de la prédominance de la culture anglo-saxonne et du développement de l’allemand, le soutien, aux cercles francophiles, aux professeurs et aux étudiants de français indiens devient plus que jamais nécessaire.

La réintroduction du français (1919-1920)

94Pendant la guerre, les deux principales associations consacrées à la diffusion de la culture française en Inde le Cercle littéraire et la Salle Française à Bombay, poursuivent leurs activités. En 1918, profitant de l’alliance entre la France et la Grande-Bretagne et du remplacement des jésuites allemands par des jésuites luxembourgeois au Saint Xavier’s College, Peltier lance une campagne pour l’inscription du français au programme des honneurs. Il obtient gain de cause en 1919.

La situation du français au lendemain de la guerre

  • 415 AMAE N – SOFE n° 219 - Propagande intellectuelle dans l’Inde britannique - Propositions d’André Wei (...)

95Suite à la mobilisation sur le front du nord de la France de son fondateur et directeur, l’activité de la Salle française décline. Elle se maintient tout de même grâce à deux personnes nommées Da Cunha et Lévy. Peltier retourne en Inde en 1916 et reprend immédiatement son action en faveur de la diffusion du français, comme le note le consul : « Il est revenu à Bombay en octobre 1916 et a repris avec plus d’activité que jamais la propagande de notre langue ».415

  • 416 AMAE P – AO 1918-1940 - PB n° 23 – consu bom à AE, le 24.09.1918.
  • 417 Ibid.

96En 1918, la Salle française, compte toujours une centaine de membres de différentes nationalités, et elle organise deux réunions par semaine ainsi qu’une conférence toutes les quinzaines.416 Peltier à fort à faire, car, au lendemain de la guerre, la situation de la langue française reste pour le moins paradoxale. Suite à une décision de l’ancien gouverneur de la Présidence, le français, bien que largement enseigné, n’a plus aucune reconnaissance officielle. Ce dernier avait, en effet, refusé pendant plusieurs années consécutives de sanctionner le programme d’études de français pour les établissements secondaires « basé sur une étude plus variée et plus étendue de la langue et de la littérature » établi par les professeurs de français, sur la demande du directeur de l’Instruction publique. « Officiellement, le français n’est pas reconnu comme étant enseigné dans les écoles secondaires et pourtant, il l’est. Situation anormale, pour ne pas dire plus ! »,417 s’insurge le gérant du consulat à Bombay.

97Du fait de cette attitude des autorités britanniques, la situation des professeurs de français est marquée par une grande précarité. Peltier dépeint ainsi les conditions difficiles d’exercice de son métier :

« L’Université de Bombay a admis en 1893 notre langue au même rang que les autres secondes langues. Mais l’étude du français n’y est encore que tolérée par le gouvernement de Bombay. C’est pour cela qu’il n’y a pas de chaire de français dans ses collèges, que M. Charlier à Ahmedabad depuis 1910, et moi, à Bombay depuis 1902, n’occupons que des postes temporaires et révocables d’un jour à l’autre avec un traitement fixe sans augmentation aux trois dixièmes du traitement des professeurs officiels, et ne jouissant d’aucun droit aux congés payés et à la retraite qu’on donne à tous. »

  • 418 Les principaux collèges étant l’Elphinstone College, le Wilson College, et le Saint Xavier’s Colleg (...)
  • 419 AMAE P – AO 1918-1940 - PB n° 23 – consu bom à AE, le 24.09.1918.

98Malgré ces mesures hostiles des autorités britanniques et ses conséquences pénalisantes pour son enseignement, la langue française poursuit tout de même sa progression. Son enseignement est signalé dans cinquante écoles secondaires sur les 200 reconnues par l’université de Bombay.418 Le cycle des cours de français dans ces établissements secondaires dure quatre ans. La grammaire, les versions et les thèmes sont à la base de l’enseignement. Ceux qui arrivent au terme de ces quatre années sont jugés comme connaissant « passablement notre langue ».419

La réintroduction officielle du français dans les programmes

  • 420 Ibid.

99En 1918, suite à l’alliance entre les deux pays pendant la guerre, les autorités britanniques acceptent la mise en place d’un cours, sous forme d’un cycle de 24 conférences publiques, en vue de la préparation à la licence, c’est-à-dire le diplôme au Masters of Arts.420 Cette décision appelle ce commentaire de la part du gérant du consulat à Bombay : « Il est certain qu’avant la guerre l’Université aurait refusé une telle décision ».

100En 1918, l’université de Bombay charge un de ses professeurs de l’enseignement de la littérature française au 16e siècle, pour le programme des étudiants de M.A. Peltier profite de ce changement d’attitude des autorités universitaires pour tenter de conforter l’institutionnalisation du français dans les programmes de l’université :

  • 421 AMAE P – AO 1918-1940 - PB n° 23 - Peltier à AE, le 07.12.1918.

« J’ai commencé une campagne académique pour faire instituer un diplôme d’honneur pour le français comme il en existe déjà pour l’anglais, le sanscrit, le latin et le persan ».421

101En 1919, Peltier constate la baisse des préjugés à l’égard de son enseignement, et espère entrevoir la fin de « cette calomnie malfaisante et si répandue touchant la soi-disante immoralité du peuple français ».

102Un peu plus d’un an plus tard, il fait état de l’heureuse issue de sa campagne, le sénat de l’université de Bombay déclarant au sujet de l’inscription du français à la liste des honneurs :

  • 422 AMAE P – AO 1918-1940 - PB n° 23 - Peltier à AE, le 18.04.1919.

« Nous recommandons (…) que le français soit ajouté à la liste des langues dans lesquelles les honneurs se donnent. L’étroite intimité destinée à se perpétuer entre la France et l’empire britannique semble être une raison suffisante pour revenir sur la décision prise il y a huit ans ».422

103Le lien entre la décision du sénat de l’université de Bombay et les événements politiques est évidente. Peltier se félicite de cette décision et envisage l’avenir de manière optimiste : « Nous avons fait un grand pas, et nous pouvons espérer réussir ».

104Parallèlement, après les travaux de la Commission de l’université Calcutta (1917-1919), on relève dans son rapport la mention suivante :

  • 423 Archives de l’Indian Office V/26/864/6/ Calcutta University Commission, 1917- 1919, Vol II, part I, (...)

« Nous sommes heureux de constater que l’université ait pu mettre en place des classes de français, d’allemand, de hollandais, de tibétain moderne, de chinois et de japonais pour le bénéfices des professeurs et des étudiants des niveaux supérieurs, et du désir ardent avec lequel l’admission à certaine de ces classes est recherché par les professeurs et les étudiants chercheurs est un signe encourageant de la réussite qui sera vraisemblablement atteinte par une administration judicieuse ».423

105Et plus loin, parmi les conclusions de l’université de Dacca, associée aux travaux de la même commission :

  • 424 Archives de l’Indian Office V/26/864/7 : Calcutta University Commission, 1917- 1919, Vol. IV, part (...)

« Nous approuvons entièrement la suggestion de nos prédecesseurs selon laquelle des fonds devraient être accordés pour l’enseignement du français et de l’allemand, de manière à permettre aux étudiants de lire ce qui peut se rapporter à leurs études dans ces langues ».424

  • 425 AMAE P – AO 1918-1940 - PB n° 23 - Peltier à AE, le 10.07.1919 (Cours de littérature française inst (...)

106En avril 1919, l’université de Bombay ouvre neuf nouveaux cours. Parmi ces cours, elle propose d’ouvrir un cours pour le vieux français, et, trois mois plus tard, Peltier devient le premier professeur en Inde chargé officiellement d’un cours de français par une université dans l’Inde britannique. Ce cours est intitulé : « La littérature française au XVIIe siècle ».425 Au mois de juillet 1919, l’enseignement du français semble en voie de reconquérir sa reconnaissance dans les programmes officiels des universités en Inde.

  • 426 Presque simultanément des cours de français sont initiés à l’université de Santiniketan. Toutefois (...)

107Cependant, il ne s’agit encore que de cours sur le vieux français.426 Désireux de ne pas limiter l’enseignement de la littérature française au vieux français, Peltier en appelle au Ministère de l’Instruction publique pour subventionner des cours de littérature classique et moderne afin que, après avoir été introduits, ces cours puissent également être reconnus par l’université. À la faveur de cette conjoncture exceptionnellement favorable qui amène les autorités à abandonner leur attitude hostile à l’encontre de l’enseignement du français, le délégué de l’Alliance française veut consolider sa place dans les programmes de l’enseignement supérieur :

« L’université de Bombay semble vouloir restreindre ses cours au vieux français. Si le gouvernement pouvait subventionner des cours sur la littérature classique et moderne que je ferais, ou même ferais faire, à la Salle française, l’université les reconnaîtrait officiellement, comme ceux qui se font dans les colleges ».

108Il présente au Ministère des Affaires étrangères le programme qu’il se propose d’établir dans les années à venir pour les examens du bac et de la licence. Peltier tente d’ajouter aux sujets de vieux français, un enseignement de la littérature française classique et moderne. Pour les examens de B.A., alors équivalent du baccalauréat, il propose les matières suivantes, pour les examens de 1920 :

  1. littérature dramatique au XVIIe siècle (à partir de l’étude spécialement du Cid et du Misanthrope).

  2. Le genre épistolaire en France, avec choix de lettres du XVIIe siècle.

109Pour l’année 1921 :

  1. Le genre dramatique, et le Misanthrope.

  2. Les grands écrivains depuis la mort de Louis XIV jusqu’à la Révolution.

  3. Les poètes du XVIIIe siècle, avec étude spéciale de La Mérope de Voltaire.

110Enfin, pour l’année 1922 :

  1. Les grands écrivains dramatiques et le Misanthrope

  2. L’éloquence au XVIIe siècle avec étude spéciale des Oraisons Funèbres de Bossuet.

  3. Poésie : morceaux choisis, de Malherbe à Racine.

111En 1920, une quarantaine de candidats présente le français aux examens de B.A.

112Pour les examens de M.A., équivalent de la licence, le programme des cours pour les années 1919, 1920 et 1921, établi par Peltier, est le suivant, en 1920 :

  1. Les historiens français du XIXe siècle, extraits par Julian ;

  2. Première méditations poétiques de Lamartine ;

  3. Le 16e siècle en France.

113Pour l’année 1921 :

  1. Les historiens français du XIXe siècle, extraits par Julian ;

  2. Tocqueville, l’Ancien Régime et la Révolution ;

  3. E. Rostand, Cyrano de Bergerac.

114Enfin, pour l’année 1922 :

  1. Tocqueville, l’Ancien Régime et la Révolution ;

  2. E. Rostand, Cyrano de Bergerac ; histoire des Chansons de Geste avec une étude spéciale de La Chanson de Rolland ;

  3. Montaigne, extraits par Petit de Julleville, Delagrave.

115En 1920, cinq candidats se présentent aux examens de M.A. Pour le B.A. honours, diplôme intermédiaire entre ceux de B.A. et M.A., et réservé aux langues classiques, de l’année 1919-1920, dix élèves sont inscrits, deux étudiants réussissant l’examen. Cinq nouveaux candidats s’inscrivent pour passer cet examen l’année suivante. Peltier précise que les deux autres cours qui sont donnés en même temps, ceux d’économie politique et de persan, ne réunissent chacun que deux auditeurs. La langue française semble donc en voie pour s’établir au même titre que les autres matières reconnues officiellement par l’université en Inde. Pourtant sa situation et celle des enseignants de français restent précaires.

L’enseignement du français dans les différents centres du Raj

L’importante présence du français à Bombay

116À Bombay, dans les années 1920, l’enseignement du français continue de faire de nombreux adeptes. Il garde une place privilégiée parmi les langues étrangères, et, en 1929, presque un demi-siècle après son introduction dans l’université de Bombay, le consul peut écrire : « De toutes les langues européennes, à part l’anglais qui est la langue officielle, c’est le français qui est la mieux connue, la plus répandue et la mieux étudiée dans l’Inde et surtout dans la présidence de Bombay ».

117Dans les années 1920, dans la Présidence de Bombay, les programmes universitaires s’élargissent. L’enseignement du français n’est plus restreint aux seules femmes et le nombre des secondes langues augmente : on y trouve aux côtés du sanscrit, du persan, du pali, du prakrit, de l’avesta, du pehlvi, du grec, du latin, et de l’hébreu, le portugais, l’allemand, le gujarati, le marathi, le sindhi, etc. Cet élargissement du programme des secondes langues ne nuit pas à la diffusion du français qui paraît consolider sa position au sein de l’université de Bombay.

118Par ailleurs, l’enseignement du français peut être reçu comme seconde langue à partir de l’âge de douze ans. Ainsi le cycle d’enseignement du français peut aller jusqu’à dix années, soit quatre années supplémentaires par rapport aux autres régions, où, hormis dans certains établissements secondaires privés, il n’est généralement accessible qu’à partir de l’enseignement supérieur, c’est-à-dire l’examen de Matriculations. En 1929, dans la Présidence de Bombay, 12 % des élèves des lycées choisissent le français pour seconde langue. En effet, sur 25 000, 3 000 suivent, cette année-là, un enseignement du français. Parmi eux, 800 le présentent comme seconde langue aux examens de Matriculations, contre 3 000 environ pour le sanscrit et de 900 à 1 000 pour le persan. Dans les collèges universitaires, l’enseignement de la seconde langue n’est plus obligatoire pour ceux qui se sont orientés vers les sciences, la médecine, le commerce, la technologie et l’agriculture. La seconde langue reste obligatoire pour les étudiants de lettres pendant la deuxième année, puis devient facultative.

119Une soixantaine d’étudiants présentent le français pour le diplôme B.A. avec l’anglais et un autre sujet ; de douze à quinze étudiants le présentent comme sujet principal du B.A. Honours. On note donc bien une progression par rapport à 1920, ainsi que l’indique le consul : « Le français occupe dans les programmes officiels de l’université de Bombay une place qui au cours des années, est devenue de plus en plus importante ». Ceux qui réussissent l’examen de B.A. Honours continuent généralement deux années de plus jusqu’à l’examen de M.A. Le français est donc inscrit dans l’intégralité du cycle des études supérieures. Chaque année, une soixantaine d’étudiants environ le choisissent pour un cycle de six ans, et une dizaine d’étudiants pour un cycle de douze ans.

Tableau VI : Progression du nombre d’étudiants de français à l’université de Bombay (1921 – 1929)

Examens

B.A.

B.A. honours

1920

40

10

1929

60

12-15

Augmentation

50 %

20-50 %

  • 427 Oxford ou Cambridge Junior et Senior Local Examinations.

120Le consul à Bombay juge que le niveau de l’enseignement correspond à celui des universités des autres pays anglo-saxons : « Les programmes officiels de l’Université de la ville de Bombay sont au même niveau que ceux des universités anglaises et supérieurs à ceux des américaines ». À ces étudiants des universités il faut ajouter ceux des établissements privés ou écoles européennes qui ne dépendent pas de l’université de Bombay, comme les écoles qui préparent les élèves « enfants d’européens, et de parsis » aux examens de fin d’études secondaires des universités anglaises.427

121Dans ces écoles où l’enseignement se fait en anglais, le français est signalé comme étant la principale seconde langue : « Dans la présidence de Bombay les élèves de ces écoles choisissent généralement le français comme deuxième langue, et cela de préférence au latin ou à l’allemand ». Si la concurrence avec la langue allemande se confirme, le français est cependant encore très présent dans le choix des étudiants de la présidence de Bombay, à la fin des années 1920.

122Lorsque les professeurs Peltier et Charlier cessent leurs activités, respectivement en 1924 et 1930, aucun d’eux ne trouvent de successeur français. Rattachés tous deux à l’université de Bombay, ils avaient fondé un foyer en Inde. Bien qu’il ait exercé sa profession depuis 1902, cumulé les délégations des diverses associations françaises susceptibles de soutenir son œuvre, telles l’Alliance française, la Ligue française et le Touring club, et qu’il ait mis en place des structures lui permettant de dispenser des cours rémunérés, lorsque il décède brusquement, en 1924, Peltier laisse une famille démunie. Le consul doit formuler une requête auprès du Quai d’Orsay pour permettre le rapatriement de son épouse anglaise et de leur fille en Angleterre. Pour leur fils, le consul tente de lui trouver une place dans une maison française de la ville. Quant au professeur Charlier, il a épousé une gujaratie et, après vingt années de professorat, il est décrit comme totalement adapté à la vie indienne.

123À partir du début du XXe siècle, Peltier et Charlier ont contribué au maintien et au développement du français au sein des programmes universitaires. En ce qui concerne Calcutta et sa région, aucun rapport consacré spécifiquement à la question de l’enseignement du français n’est disponible dans les archives diplomatiques à Paris, à Nantes ou Londres. Toute évaluation quantitative du public concerné est donc impossible. L’enseignement du français est néanmoins avéré, lié au prestige attaché à la culture française.

Le Bengale et Calcutta : érudition et langue française

124Malgré les recommandations des universités de Calcutta et de Dacca visant à instituer un enseignement des langues modernes européennes, c’est-à-dire essentiellement du français et de l’allemand, les conclusions de la Commission de l’université de Calcutta en 1919 se montrent prudentes :

  • 428 Archives de l’Indian Office V/26/864/7 : Calcutta University Commission, 1917- 1919, p. 168, Vol. I (...)

« Dans un premier temps, nous ne recommandons pas l’établissement d’un département des langues européennes modernes, mais nous pensons qu’un professeur compétent devrait être nommé afin de prodiguer un enseignement en français et en allemand aux étudiants qui auraient besoin de cours dans ces langues afin de poursuivre leurs études spécialisées, que ce soit dans les arts ou en science. Le développement de l’enseignement des langues européennes modernes devrait être poursuivi progressivement ».428

  • 429 LÉVI D., Dans l’Inde, de Ceylan au Népal, p. 53-54.
  • 430 NAG K., ROLLAND R., 1996 : Correspondence, The Tower and the Sea, GUHA C. (trad. prés. et notes), C (...)
  • 431 Archives privées de Henry Bourgeot

125Les conséquences de la suppression des restrictions imposées à l’enseignement du français pour l’université de Calcutta sont difficiles à évaluer. Si les archives font défaut pour répondre précisément à cette question, on sait à travers différents témoignages que la pratique de la langue française a cours au sein de certains cercles ou cénacles d’intellectuels, ainsi que nous l’avons évoqué précédemment. En 1922, Désirée Lévi évoque de « véritables cénacles français »,429 et Kalidas Nag, en 1928, ses nombreux élèves qui peuvent lire des livres français à l’université de Calcutta.430 Cette année-là, il crée la Société Indo-Latine autour du français. Des controverses animent les cercles francophiles de la ville à propos de la traduction de certains ouvrages. Le parcours de personnalités comme Ruby Palchoudury confirme que certaines congrégations religieuses, qui dirigent des écoles fréquentées par les enfants européens et indiens de la haute société de Calcutta, comme le Loretto College, dispensent des cours de français.431

126Après la guerre, le français trouve également rapidement sa place dans l’enseignement de l’université créée par Tagore à Santiniketan. Un professeur de français du nom de Morris, originaire de Bombay, est nommé en 1919. La maîtrise de la langue française de ce professeur atteste de la qualité de l’enseignement du français dispensé à Bombay. Morris, de confession parsie, apparaît dans la liste des membres du Cercle littéraire. Avec lui sont réunis les deux pôles majeurs de diffusion de la culture française en Inde : Bombay et le Bengale.

  • 432 Ce dernier est le grand-père d’Amartya Sen Prix Nobel d’économie en 1999.

127Lorsque le couple Lévi arrive à l’université de Santiniketan, en 1921, l’enseignement du français à Visva-Bharati semble encore embryonnaire. Leur séjour va donner une impulsion à son développement. Si aucun chiffre précis n’est disponible, on peut en revanche relever plusieurs personnalités parmi les élèves : Dinendranath Tagore, le neveu du poète, Prabodh Mukhopadhyaya, Seyad Mustapha Mujtoba Ali, qui deviendra un écrivain célèbre, Bidusekhar Bhattacharya Sastri, sanscritiste, et Kitimohan Sen.432

128Entre 1922 et 1925, le Suisse Fernand Benoit enseigne tout à la fois l’allemand et le français. Dès 1924, fait remarquable, le français est proposé depuis le primaire jusqu’aux examens de B.A. Honours à Santiniketan. De 1935 à 1940, c’est Christine Bossennec qui prend en charge les cours de français. À partir de 1940, elle poursuit ses activités professorales au sein de la New School, lycée anglais de Darjeeling. La réputation d’une langue liée aux arts et à une longue tradition intellectuelle s’impose à Santiniketan, ce qui, au regard du rôle de ce lieu dans l’histoire du Bengale et de l’Inde, n’est pas sans conséquence. En outre, l’installation de Bossennec à Darjeeling confirme l’existence de cours de français en dehors de Calcutta.

  • 433 Archives de l’Indian Office/ V/11/799/The Calcutta Gazette, 3.10.1940, part 1 B, Educationnal notic (...)

129A l’université de Calcutta, le français est enseigné jusqu’à l’examen de M.A.433 Le programme de 1940 pour cet examen est le suivant : Histoire de la littérature (Lanson, Des Granges, Lalou, Taine) ; Braunschvig, Brunetière, Molière, Racine, Rostand, de Curel (La nouvelle idole) ; Vieux français ; Le mouvement classique : La Fontaine, Bossuet, Saint Simon ; Le mouvement romantique : Hugo, Lamartine, de Vigny, Chateaubriand ; Le XVIIIe siècle et la révolution française : Montesquieu, Voltaire, Rousseau, Prevost, Lesage ; Le XIXe siècle jusqu’en 1870 : Sand, Balzac, Stendhal, Sainte-Beuve, Flaubert, Baudelaire ; Littérature moderne entre 1870 et 1914 : Verlaine, Péguy, Anatole France, Barres, Fromentin, Bourget ; 1914 à nos jours : Rivière, Valery, Proust, Gide, Duhamel, Claudel ; Grammaire et rédaction.

130La langue française est donc présente au sein des institutions scolaires et universitaires du Bengale où un prestige certain reste attaché à la langue française. Le nombre d’élèves y est vraisemblablement inférieur à celui de Bombay, mais il faut noter qu’entre 1918 et 1940, c’est au Bengale, et non à Bombay, que s’installent Benoît et Bossennec, deux professeurs francophones. À partir de 1940, le succès des cours organisés par l’Alliance française confirmera le grand potentiel qui existe pour l’enseignement du français au Bengale.

  • 434 Archives de l’Indian Office/V/26/864/4 : Punjab University Enquiry Commitee, 1932-1933, report, Lah (...)
  • 435 DESPONT J. (Abbé), 1951 : Nouvel atlas des missions, p. 16, Paris et Lyon : Bureaux de l’œuvre de l (...)
  • 436 AMAE N – SOFE n° 219consu cal à AE, le 28.07.1930.
  • 437 AMAE N – SOFE n° 219consu cal à AE, le 23.11.1931.

131En dehors du Bengale, il faut rappeler que l’immense circonscription de Calcutta comprend également les universités de Madras, d’Allahabad, d’Aligarh, de Lahore, de Bénarès et de Mysore. Dans l’université du Punjab à Lahore, aucune mention n’est faite en 1933, d’un enseignement du français.434 En 1938, un centre franco-indien voit le jour à Lahore que les archives ne donnent plus de précisions sur une institution dont la création précède de peu le déclenchement de la guerre. Au Rajastan, à Ajmer et Mhow, où l’on relève une forte présence missionnaire française,435 un enseignement du français est dispensé au niveau primaire jusqu’aux classes de 8e et de de 9e. L’école Saint Antoine à Ajmer prépare les jeunes capucins indiens aux études de théologie et de philosophie en France, et propose deux classes et deux études d’une heure chaque semaine.436 Toujours à Ajmer le pensionnat des capucins dispense des cours de français de la classe première à la classe de 8e : une heure par semaine de la classe première à la classe de 6e, deux heures et demie pour la classe de 7e, et jusqu’à cinq heures pour la classe 8e.437

  • 438 AMAE N – SOFE n° 211-Arrêté du MAE, du 03.07.1931.
  • 439 Le dossier Inde anglaise contenu dans le carton SOFE n° 211 est réduit à quelques pages. Les archiv (...)

132Le pensionnat de Mhow tenu par la même congrégation dispense un enseignement du français d’une demi-heure pour la classe de 1ère, à six heures pour la classe de 9e. Pour 1931-1932, les archives du Service des Œuvres françaises à l’Étranger font état d’un soutien aux œuvres scolaires des frères capucins du Rajputana à hauteur de 10 000 francs,438 un soutien irrégulier et très ponctuel.439

  • 440 Groupe créé en 1933 par des mathématiciens de l’Ecole Normale Supérieure dans le but d’unifier les (...)
  • 441 VARADAJAN V.S., « The Apprenticeship of a Mathematician – Autobiography of André Weil », in Notices (...)
  • 442 AMAE N – SOFE n° 219 - Indes anglaises - MIP à AE, le 04.01.1930 : « André Weil, docteur ès science (...)

133Le cas d’Aligarh et d’André Weil est intérressant. Le futur grand mathématicien, cocréateur du groupe Bourbaki,440 rencontre à plusieurs reprises Sylvain Lévi qui lui transmet le goût de la philosophie indienne.441 En 1929, le philologue l’introduit auprès de Syed Roos Masood, vice-chancelier de l’université musulmane d’Aligarh, dans les Provinces unies, près de Delhi. Ce dernier propose au jeune mathématicien de lui confier une chaire de civilisation française qu’il projette de mettre en place. Le projet échoue, probablement faute de soutien des autorités. Weil est alors invité à venir occuper la chaire de mathématiques laissée vacante en 1930. Ainsi commence un séjour de plus de deux ans en Inde pour ce jeune passionné de culture indienne intégré officiellement au corps professoral de l’université indienne.442 Aux côtés des jésuites Caïus et Racine, il contribue aux échanges culturels sur le terrain scientifique. Son séjour en Inde influencera la réflexion de ce grand intellectuel, de même que celle de la philosophe Simone Weil, sa sœur.

  • 443 AMAE N – SOFE n° 219 - ENLOV, Paris, le 12 mai 1930.

134Quittant Santiniketan en 1925, Fernand Benoit s’installe à Bénarès dans un premier temps, puis à Allahabad, vraisemblement en 1930, répondant à l’appel à candidature que l’université adresse au Quai d’Orsay cette année-là.443 Au lendemain de l’Indépendance, on l’y retrouve installé depuis de nombreuses années, ayant créé autour de lui un foyer de culture française qui réunit des professeurs et des intellectuels de premier plan. Sa présence encourage plusieurs diplômés de cette université à aller compléter leurs études en France.

Le sud de l’Inde

135Traversant en 1930 la Présidence de Madras depuis Colombo, pour rejoindre son poste à Calcutta, André Danjou dresse le portrait suivant de l’état des missions françaises :

  • 444 AMAE P – AO 1918-1940 - PB n° 53 – consu cal à AE, le 29 .04.1930.

« Je suis venu de Colombo par le train. J’ai visité en passant, le collège des jésuites à Madura, l’établissement des sœurs de St Joseph de Lyon. À Madras, j’ai rencontré l’Archevêque, un Français - un salésien-, j’ai visité le collège des Jésuites. Les missions catholiques sont solidement implantées dans le sud de l’Inde (…). Les prêtres que j’ai vu font l’impression d’être restés de bons français. Je crois que mes prédécesseurs se sont peu occupés des missions (…). Nos missionnaires pourraient nous être utiles. Ce sont des foyers d’influence qui sont presque éteints ».444

136À Palamcottah, au lycée dirigé par les jésuites s’ajoute, en 1919, un collège universitaire :

  • 445 Archives des jésuites à Paris – « Le Collège St François Xavier », Relation demandée par le R.P. De (...)

« Il le fallait pour mettre un frein à l’influence protestante dans ce district, qui de tout temps, fut un fief très soigné par eux. Affilié à l’université de Madras comme collège du Second degré (pour les intermediate classes) en 1921. Deux ans après venait l’affiliation du premier degré. Le collège était fondé. Le P. Lebeau en fut le premier Principal et Manager, et en 1926, le RP. Gnanapragasam, son premier recteur" ».445

137La matière enseignée pour la première partie du programme d’Intermediate est l’anglais, pour la seconde, le tamoul, le malayalam ou le sanscrit, au choix. Pour les bacheliers de sciences, B.Sc., les élèves ont le choix pour la troisième partie du programme entre les mathématiques, la physique et la chimie, ou la physique, la chimie et l’histoire naturelle, ou bien encore la chimie, la logique et l’histoire naturelle. Pour cette troisième partie, les bacheliers d’arts, B.A., ont quant à eux le choix entre l’histoire moderne, l’histoire ancienne et la logique, ou bien l’histoire moderne, l’histoire ancienne et l’histoire indienne. On ne note donc pas d’enseignement du français.

  • 446 Archives des jésuites à Paris - Catalogue of the College Library, Madras : The Hogart Press, 1927, (...)

138Les rapports annuels des collèges universitaires Saint Joseph à Trichinopoly, Ignace Loyola à Madras et Saint François Xavier à Palamcottah permettent de constater une réforme des examens de B.A., instituant l’examen de B.A. new regulations. Celle-ci donne lieu à une réorganisation des programmes et élargit le nombre des secondes langues. Ce programme propose de choisir une langue parmi ces trois groupes : le groupe des langues classiques (sanscrit, grec, latin, arabe, perse, et hébreu), celui dit des langues indiennes (tamoul, marathi, télougou, oriya, malayalam, burmais, canara, cingalais, urdu et hindi) ou celui dit des langues modernes européennes (français et allemand) ; l’anglais étant la langue principale et obligatoire. Les premiers élèves de français peuvent le présenter comme seconde langue aux examens de B.A. à la fin de l’année 1931-1932. Il est intéressant de noter que, dès 1927, on trouve, dans le catalogue de la bibliothèque du Loyola College de Madras, 687 références d’ouvrages relatifs à la culture française, dont un peu moins d’une centaine en anglais et le reste en français.446 Il faut mettre ce nombre en parallèle avec les 5459 références relatives à la culture anglaise, et celles relatives aux autres secondes langues. Le nombre de références est de 396 pour le latin et le grec réunis, de 78 pour le sanscrit, de 362 pour le tamoul, de 99 pour le télugu, de 75 pour le malayalam, de 8 pour le russe et d’une pour chacune des langues suivantes : allemand, italien, malais, malgache, provençal, serbe et espagnol. Pour l’italien, le malais, malgache, le malais, le provençal, le serbe et l’espagnol, les ouvrages sont en français, ainsi que trois des références pour le russe. Le français apparaît donc la seconde langue européenne dans cet établissement ouvert en 1925.

  • 447 Archives des jésuites à Paris - Annual report, Madras : Loyola College, February 1931, 54 p.

139Dès 1930-1931, un département de français apparaît dans le collège universitaire de Loyola. Il est dirigé par le révérend Saulière assisté par Abranaswami, « French bachelier ». Le poste du frère Saulière est mentionné comme lecteur de français pour les cours de Diploma, et non pour ceux de seconde langue au programme du B.A.447 Ceci confirme donc que le français a certainement été enseigné dans les collèges affiliés à l’université de Madras, dans le cadre de cours facultatifs, avant son introduction comme seconde langue lors de la réforme des programmes du diplôme de B.A., effective à partir de 1931-1932. Ceci expliquerait la présence, dès 1927, de références si nombreuses sur la littérature française dans la bibliothèque du collège.

  • 448 AMAE N – SOFE n° 219 - Bonhoure àconsu cal, non daté (1930 ou 1931).

140Ces informations rejoignent les très rares documents disponibles qui concernent l’Inde dans le fonds du Service des Œuvres françaises à l’Étranger. En 1931, un de ces documents fait état de 4 classes réunissant 80 élèves dans l’établissement Saint Joseph de Trichinopoly. Selon le père Bonhoure, recteur du collège, ce nombre d’élèves représente un effectif en forte baisse par rapport aux années précédentes : « J’ai eu une classe facultative de près de 200 élèves. Elle ne put être continuée faute de personnel ».448

  • 449 AMAE N – SOFE n° 211 - Arrêté des AE, du 30.03.1931.

141À Trichinopoly, les jésuites français entretiennent donc une chaire de français. Pour 1922-1923, ils obtiennent d’ailleurs une subvention de 25 000 francs, qui s’interrompt ensuite. En 1930 et 1931, plusieurs requêtes sont adressées au Quai d’Orsay pour le rétablissement de cette subvention. Mais, pour 1930-1931 et 1931-1932, ils n’obtiennent que 10 000 francs, une médaille et des livres.449 Les quelques lettres disponibles du père Bonhoure révèlent un soutien très irrégulier du Quai d’Orsay. Il faut rappeler que la distance qui sépare Calcutta et Trichinopoly rend difficile un suivi régulier de l’œuvre des jésuites par le consulat.

142Les publications de fin d’année des collèges universitaires Saint Joseph à Trichinopoly et Ignace de Loyola à Madras permettent d’établir les tableaux suivants concernant la répartition des étudiants selon la seconde langue choisie après l’entrée en vigueur du B.A. new regulation :

  • 450 Centre des archives des Jésuites à Paris. Réalisé à partir des chiffres publiés dans The magazine, (...)

Tableau VII : Répartition par langue du nombre de candidats aux examens de B.A. intermediate et final (new regulation) au Saint Joseph College de Trichinopoly (1932-1934 ; 1937-1939)450

Tableau VII : Répartition par langue du nombre de candidats aux examens de B.A. intermediate et final (new regulation) au Saint Joseph College de Trichinopoly (1932-1934 ; 1937-1939)450

(n.i. : chiffre non indiqué)

  • 451 Centre des archives des Jésuites à Paris. Réalisé à partir des chiffres publiés dans les annual rep (...)

Tableau VIII : Répartition des élèves ayant réussi les examens de B.A. final (new version) au Loyola College de Madras (1932-1934 ; 1937-1938)451

Tableau VIII : Répartition des élèves ayant réussi les examens de B.A. final (new version) au Loyola College de Madras (1932-1934 ; 1937-1938)451

(n.i. : chiffre non indiqué)

143Quelques remarques s’imposent à la lecture détaillée des listes d’élèves. Tout d’abord le taux de réussite aux examens des étudiants de français est souvent supérieur à celui des étudiants des autres langues. Ensuite, parmi les élèves de français au collège universitaire Ignace Loyola à Madras, on note une proportion importante de candidats portant des noms d’origine britannique ou bien portugaise.

  • 452 Archives des jésuites à Paris - Calendar for 1934-1935, Madras : Loyola College, 1934, p. 91 et 96.
  • 453 Archives des jésuites à Paris - Voir les différents annual reports.
  • 454 Archives des jésuites à Paris - « The Chronicle », in Annual report, p. 5-6, Madras : Loyola Colleg (...)

144Pour l’année 1934-1935, nous disposons de la liste des ouvrages français au programme. Pour le B.A. intermediate, on retrouve Iphigénie, de Racine, La Chute, d’Hugo et French poetry for schools, de J. Boielle ; et pour le B.A. final : Hernani d’Hugo, Petite et Nadie de Paul Régnier, Contes choisis de Fr. Copée, et Israeli d’A. Maurrois.452On note également l’existence de neuf associations, autour du Kerala, de l’Andra Pradesh, du Karnataka, du sanscrit etc., mais aucune concernant la France ou le français.453 En revanche, on relève qu’un jésuite français, le père Varin, est mentionné dans le rapport de l’année 1938-1939 pour son rôle important dans le collège. La même année est signalé un don de la France de 195 ouvrages par l’intermédiaire de l’agent consulaire Salzani.454

  • 455 Archives des jésuites à Paris - RACINE C., 1934 : Trichinopoly, fête de la Toussaint.
  • 456 Archives des jésuites à Paris - The magazine, Trichinopoly : St Joseph College. Annual report, for  (...)

145Il faut souligner le rôle des jésuites dans l’enseignement des sciences avec, par exemple, le révérend père Leroyer, professeur de physique au collège Saint Joseph à Trichinopoly, du début du siècle jusqu’en 1916, puis à nouveau à partir de 1927, ou bien encore le révérend père Vion, professeur de mathématiques au Loyola College, et surtout, succédant à ce dernier à partir de 1934, le révérend père Racine. Si le collège Loyola à Madras constitue un centre intellectuel notable, ce n’est pas le cas du collège Saint Joseph à Trichinopoly, du moins selon l’avis de Racine. En 1934, il exprime des jugements très sévères sur une institution qu’il présente sur le déclin et dont le personnel enseignant serait : « médiocre, d’une notable infériorité intellectuelle et, dans l’ensemble, satisfait de ses routines traditionnelles, ne manifestant aucune ferveur intellectuelle ».455 On trouve au collège Saint Joseph la mention d’un département de français pour l’année 1937-1938, constitué par les pères Bonhoure et Schneider.456

  • 457 Archives des jésuites à Paris – « Litterae Rev. R. rectoris Collegii Sti. Francisci Xaverii Palemco (...)

146En ce qui concerne le collège Saint Xavier à Palamcottah, le même père Bonhoure écrit en 1937, à sa hiérarchie à Toulouse : « Aux cours déjà approuvés par l’université, j’ai dû ajouter des cours de français, pour l’Intermediate, sur la demande des élèves. Nous avions ces cours-là jadis, mais le manque d’élèves nous obligea à les laisser. Nous les avons repris. »457

  • 458 Son influence se retrouve aujourd’hui à travers le Racine Research Centre, créé en 1991, pour les c (...)

147Dans la Présidence de Madras, à partir des années 1930, le français passe des classes facultatives au programme de B.A., en tant que seconde langue optionelle, ce qui lui permet de confirmer sa place de seconde langue européenne. La présence des pères des Missions-Étrangères et de la Compagnie de Jésus soutient son enseignement. Leur influence ne se limite pas à la langue française, elle s’exerce également dans le domaine des sciences, par l’intermédiaire du père Racine notamment.458 Toutefois, en l’absence d’un consulat français dans le sud de la péninsule, cette présence ne peut générer une action culturelle d’envergure.

Le français face aux évolutions de la société indienne

148Au cours de cette période de transition dominée par la question nationaliste, le système d’enseignement public s’indianise. Dès 1922, Asoutosh Mukherjee abolit l’usage de l’anglais comme langue d’enseigne-ment supérieur à l’université de Calcutta. D’autres universités suivent. En 1929, selon le principal du collège Saint Xavier à Palamcottah, le choix d’une langue indienne devient obligatoire dans les lycées. Relayant cette information, le consul général exprime ses inquiétudes sur l’avenir de l’enseignement du français :

  • 459 AMAE N – SOFE n° 219 -consu cal à AE, le 11.02.1930.

« les quelques élèves qui donnaient la préférence au français, jusqu’ici accepté comme seconde langue, vont être malheureusement amenés à abandonner l’étude de notre langue déjà si peu parlée dans les Indes ».459

149Le principal précise son inquiétude en indiquant les conséquences pratiques de ce changement de régime :

  • 460 AMAE N – SOFE n° 219 - le Sg. A. Gnanapragasam àconsu cal, le 05.02.1930.

« Jusqu’ici nos étudiants trouvaient un avantage à prendre le français : ils pouvaient se dispenser de prendre une langue indigène ; maintenant ce privilège est supprimé et nous n’avons pas d’espoir de voir se présenter de nouveaux candidats pour le français, au moins pendant quelque temps ».460

150Les conséquences de cette mesure ne se font pas attendre. Dans une société où l’anglais reste nécessaire pour de nombreux emplois, le français se trouve repoussé dans les programmes au rang d’éventuelle troisième langue. Hormis dans la région de Bombay, le français va tendre à disparaître des programmes des lycées publics indiens, où l’on enseigne désormais la langue indienne de la province concernée et l’anglais.

  • 461 AMAE N – SOFE n° 219 - ambassade de France près le Saint Siège à MIP, le 12.07.1930.

151En 1930, le Père Bonhoure, recteur du Saint Joseph’s college de Trichinopoly, alerte le Ministère de l’Instruction publique, par l’intermédiaire de l’ambassade de France au Vatican, au sujet de la situation des professeurs français en Inde, suite à un décret du gouvernement français accordant l’équivalence du baccalauréat français au diplôme de Matriculations anglais. Cette mesure a pour but de faciliter les études des étudiants anglais en France en leur accordant la possibilité de présenter la licence sans obtenir le baccalauréat. Jusqu’en 1929, cette équivalence était accordée pour le diplôme de B.A. La conséquence directe de cette mesure est qu’elle supprime : « le privilège pour les bacheliers français à l’étranger d’enseigner en vertu de leur grade français ».461 Suite à cette modification des équivalences, le baccalauréat subit une dévalorisation, ses titulaires se voyant retirer la capacité d’enseigner qu’il conférait lorsqu’il était l’équivalent du B.A. La situation des religieux français qui enseignent en Inde, le plus souvent titulaires du baccalauréat, est donc remise en cause.

152Entre les deux guerres, les informations dont nous disposons semblent faire état d’une progression de l’enseignement du français en Inde d’un point de vue général. Ceci fait suite à l’élargissement des programmes, avec notamment la fin de l’interdiction pour les élèves de sexe masculin de présenter le français aux examens. Par ailleurs, à partir de 1919, pour les universités de Bombay et de Calcutta, et de 1931, pour celle de Madras, la langue française est admise comme seconde langue aux examens de B.A.

153À Bombay et Calcutta, son enseignement est attesté jusqu’aux examens de M.A. Malgré ces éléments, qui constituent incontestablement une évolution bénéfique, l’indianisation du système d’enseignement, la concurrence croissante de l’allemand, et le manque de soutien du Ministère des Affaires étrangères peuvent laisser craindre un déclin de la considération accordée à la langue française. À moins que la France n’impose une image attractive à travers les moyens modernes de représentation qui se développent et ne joue un rôle de plus en plus important dans les représentations socio-culturelles.

Le français et le système d’enseignement indien après 1947

  • 462 AMAE P – AO 1944-1955 - Inde 100 - AFI à AE, le 15.10.1948.

154L’Indépendance est marquée par un certain engouement pour l’enseignement du français dans les universités qui se traduit par la création de plusieurs chaires de français entre 1946 à 1948, notamment à Calcutta, Delhi, Santiniketan, Allahabad et Mysore.462 Mais cet engouement n’est pas entretenu par la France, les services culturels sur place ayant des capacités d’action très limitées, et l’intérêt pour le français semble connaître un certain déclin, dès le début des années 1950.

155Voyant que des espaces s’ouvrent pour la langue française au sein des établissements et du système d’enseignement en Inde, le député de l’Inde française, Lambert Saravane, manifeste dès 1946 son inquiétude sur la capacité de la France à saisir cette opportunité :

  • 463 AMAE P – AO 1944-1955 - Inde 100 - Lambert au gouverneur des établissements français Dans l’Inde, d (...)

« L’université de Delhi a accepté de créer une chaire de français, mais Paris est réticent et tarde à envoyer un professeur de français. Alors qu’une chaire de russe va fonctionner à partir du 1er juillet, la France viendra-t-elle toujours trop tard ? »463

  • 464 Voir précédemment.

156Ces remarques sont exactement similaires à celles du conseiller de l’ambassade lors de sa visite à l’université d’Allahabad en 1948.464 Les inquiétudes du député de l’Inde française se voient confirmées. Ainsi, en 1953, Ostrorog dresse un tableau sombre de l’évolution de la place du français :

  • 465 AMAE P – RC 1945-1959 n° 95, AFI à AE, le 14.05.1953.

« La langue française, qui figurait comme seconde langue au programme de la plupart des universités, perdait chaque année du terrain : absence de professeurs qualifiés, l’indifférence ou l’hostilité des autorités anglaises, la concurrence des langues locales, les malheurs subis par la France détournaient de nous l’attention. »465

157Malgré l’enthousiasme manifesté pour la langue française au cours de la période qui entoure l’Indépendance, l’enseignement du français tend à se limiter aux seules alliances françaises et à un enseignement universitaire relativement marginal, à l’exception de Bombay.

158Toujours pour l’année 1953, les récompenses scolaires délivrées par l’ambassade sont adressées, par ordre d’importance, aux Alliances françaises et aux universités de Bombay et de Calcutta et à un college de Delhi. Ensuite viennent les universités d’Allahabad, de Lucknow et Pune, l’université de Ceylan, et enfin l’Alliance française de Madras. Une dépêche fait le point sur le niveau des différents types d’enseignement de français dispensés :

  • 466 AMAE P – RC 1945-1959 n° 95 (9- Livres- revues), AFI à AE, le 04.11.1953.

« Un élève de B.A. est capable de lire un ouvrage de difficulté moyenne comme un roman de Maurois ou une étude historique. Pour les élèves d’Intermediate, il faudrait des livres plus simples, et où les illustrations tiennent plus de place. En revanche les élèves de nos alliances à qui sont destinés des prix ont une bonne connaissance de notre langue et sont en mesure d’apprécier à peu près n’importe quel ouvrage à l’exception d’un Molog ».466

  • 467 AMAE P – AO 1944-1955 - Inde 101 - AFI à AE, le 16.11.1954.
  • 468 Ibid.

159L’enseignement du français dans le cadre des programme d’Intermediate et de B.A. tend à décliner au profit d’un enseignement pour les cursus moins exigeants de Certificate et de Diploma. En novembre 1954, le premier stage de perfectionnement destiné aux professeurs de français en Inde est organisé par l’ambassade de France en Inde. Il réunit une quarantaine de professeurs. La tenue de ce stage répond à un besoin précis : « C’est un moyen d’action qui peut pallier dans une certaine mesure l’éloignement des deux pays, au défaut de contact et à l’éloignement et à l’insuffisance du nombre des bourses prévues pour l’Inde ».467 Pour les professeurs de français indiens, ce stage représente une occasion rare de converser en français. Lors de cette rencontre, on note qu’une mention votée par l’assemblée des professeurs réunis stipule que la langue française ne sera désormais plus enseignée comme une langue morte.468

Déclin dans les établissements secondaires et les universités

  • 469 AMAE P – AO 1956-1967 - Inde 193 - AFI : Note sur l’activité culturelle française en Inde, p. 1, le (...)
  • 470 Il faut également y ajouter bien souvent le sanscrit.
  • 471 Encore faut-il préciser que cette réglementation touche les établissements publics, et non les nomb (...)

160Dans les années 1950, suite au développement de l’enseignement obligatoire de trois langues dans les établissements secondaires, le français est appelé à nouveau à régresser.469 Après celui de 1929, ce nouveau règlement ajoute, en effet, une langue supplémentaire au programme des établissements secondaires. Celui-ci s’établit donc ainsi : les deux langues officielles, hindi et anglais, et une autre langue indienne, celle de l’État pour ceux dont la langue n’est pas le hindi.470 Bien que le hindi ne soit en fait que peu enseigné en Inde du Sud, la situation de multi-linguisme de la péninsule s’affirme dans le système éducatif de l’Inde indépendante.471 Et les élèves indiens doivent souvent faire face à une situation de trilinguisme.

161Ainsi, rapidement, la place du français dans les universités va devenir précaire. Ainsi, en 1957, l’ambassadeur dresse le tableau suivant de l’enseignement du français dans les universités :

  • 472 AMAE P – AO 1956-1967 - Inde 193 - AFI : Note sur l’activité culturelle française en Inde, le17.05. (...)

« Le niveau des études de français dans les universités indiennes est généralement assez bas. Les professeurs sont peu compétents et se servent de méthodes archaïques. Les fonds français des bibliothèques sont inexistants ou presque. Il s’en faut beaucoup enfin pour que le français soit enseigné dans toutes les universités ».472

162Alors qu’au XIXe siècle et au début du XXe siècle, plusieurs bibliothèques d’établissements d’enseignement prestigieux à Bombay, Calcutta, Santiniketan ou Madras intégraient un fonds d’ouvrages français, dans la seconde motié du XXe siècle, la situation change, les publications françaises se font rares dans les bibliothèques universitaires où le français ne représente plus systématiquement la seconde langue étrangère.

163La phase de déclin que connaît l’enseignement du français est probablement la conséquence d’une évolution inévitable, mais elle résulte également du manque de soutien de la France pour le rendre attractif tant culturellement que socialement. Le français décline face à la concurrence de l’enseignement des autres langues étrangères soutenu par des programmes d’échanges mieux organisés et la présence d’enseignants qualifiés plus nombreux. Face aux nouvelles réalités sociales, le temps pour les élites n’est plus tant à cultiver la connaissance d’une langue de prestige et d’érudition qu’à apprendre une langue reliée à des réalités professionnelles.

  • 473 AMAE P – AO 1956-1967 - Inde 193 - AFI à AE : Visite de M. Lequiller à Bangalore et Hyderabad, le 1 (...)

164La fin de la considération du français comme langue scientifique, et ce au profit de l’allemand n’est également pas sans conséquence pour l’enseignement du français. À la fin des années 1920 et au début des années 1930, les deux langues paraissaient encore sur un pied d’égalité. Dans la seconde moitié du XXe siècle, l’allemand s’impose comme la langue scientifique. En 1959, le conseiller culturel, Jean Lequiller en fait l’amer constat lors d’une discussion avec un professeur responsable de l’enseignement des langues étrangères à l’université d’Hyderabad, dans laquelle, au contraire du français, un enseignement de l’allemand est proposé aux étudiants de sciences : « De plus, il serait inacceptable que "naturellement" (selon le mot du Dr. Subbarao - un mot que j’ai entendu souvent dans la bouche de scientifiques indiens) les étudiants de science apprennent l’allemand et non pas le français ».473

165Ceci nous est encore confirmé par le témoignage d’un conférencier :

  • 474 AMAE N – Consu bom n° 11 - Rapport de la mission du professeur André Bourde, de la faculté des lett (...)

« Rares sont, en effet, les écoles secondaires où le français est enseigné, puisqu’à part les universités que nous allons citer, il n’offre aucun débouché universitaire. En outre, il est concurrencé par l’allemand, langue des "sciences" (comme on me l’a dit souvent) notion qu’il s’agirait, en tout état de cause, de faire réviser en démontrant que le français peut lui aussi être une clef indispensable à la connaissance des sciences modernes ».474

  • 475 C’est le cas par exemple de Melle Cordier lorsqu’elle rencontre la professeur de biologie du collèg (...)
  • 476 AMAE P – AO 1956-1967 - Inde 193 - AFI : Note sur l’activité culturelle française en Inde, p. 1, le (...)

166Du reste, la langue française souffre également d’un manque d’information générale sur la France qui se fait ressentir de plus en plus distinctement. Nombreux sont les chargés de missions rencontrant dans les universités des étudiants, voire des professeurs, étonnés d’apprendre que la langue française est encore d’usage en France.475 L’enseignement du français dans le système éducatif indien est donc progressivement appelé à ne se maintenir que dans certaines universités, « et encore à un niveau assez élémentaire » précise l’ambassadeur.476

Du cycle B.A- M.A. à celui de Certificate - Diploma

  • 477 Ibid.
  • 478 id., p. 4.
  • 479 Les résultats obtenus à ces examens ne rentrent pas en compte pour le diplôme principal du cursus g (...)
  • 480 Les questions pédagogiques d’enseignement du français appliquées à l’Inde méritent une étude partic (...)

167Le français est désormais choisi de manière très marginale par les étudiants pour les examens de B.A. et M.A. Son enseignement est de plus en plus réservé à la préparation des seuls examens de Certificate et Diploma. En revanche, pour ces examens il garde une audience importante, comme le constate l’ambassadeur en 1957 : « Sans doute y-a-t-il de plus en plus d’étudiants qui désirent apprendre le français, mais en suivant un cours pendant un ou deux ans au cours de leurs études universitaires, sans plus ».477 Le nombre d’étudiants qui apprennent le français dans le cadre d’un B.A. ou d’un M.A. tend donc à baisser tandis que celui de ceux qui suivent son enseignement dans le cadre d’un Certificate et d’un Diploma augmente parallèlement.478 Cependant, ces deux derniers diplômes, qui nécessitent respectivement deux ans et un an de préparation, sont présentés en plus du cursus général et nécessitent une connaissance bien moins approfondie.479 Leur obtention ne requiert pas la maîtrise orale de la langue. Ceux qui les préparent recherchent soit une capacité minimale de lecture, pour avoir accès aux publications dans leur spécialité, soit, une ligne supplémentaire à leur curriculum vitae.480

168Face à ce déclin de l’étude du français dans le système d’enseignement en Inde, l’ambassade, suivant les priorités définies par le Quai d’Orsay, dirige son effort principal vers l’amélioration de cette situation :

  • 481 AMAE P – AO 1956-1967 - Inde 193 - AFI : Note sur l’activité culturelle française en Inde, le 17.05 (...)

« L’effort doit donc porter sur le développement des études du français et leur amélioration. C’est au demeurant ce que l’ambassade s’est toujours efforcé de faire. Il faut, dans ce but, s’efforcer d’augmenter les moyens d’enseignement et d’information sur la France dont disposent les professeurs. Les tenir au courant des méthodes modernes d’enseignement, les inciter à recourir à la méthode "directe". Tenter d’améliorer leur connaissance (souvent sommaire) du français par des stages de perfectionnement et des bourses d’études en France ».481

  • 482 AMAE P – AO 1956-1967 - Inde 193 – Consu bom à AE, le 05.07.1958.

169Pour cela il est nécessaire de recenser les professeurs de français en Inde, afin de les contacter et de les soutenir, et d’établir un réseau des enseignants de français en Inde. C’est ce que tentent de faire, avec des moyens limités, les agents français engagés dans l’action culturelle, et notamment Amado au Bengale ou Dumont à Pune.482

  • 483 AMAE P – AO 1956-1967 - Inde 193 - AFI à AE, le 16.02.1959.
  • 484 AMAE P – AO 1956-1967 - Inde 193 – consu mad à AFI, Au sujet de notre action culturelle, le 10.12.1 (...)

170En 1959, lors d’une visite à Bangalore et Hyderabad, Jean Lequiller, conseiller culturel, revient sur la nécessité d’établir un contact à la fois avec et entre les enseignants de français, et ce par le biais d’un agent de l’ambassade chargé spécialement de répondre à leurs besoins pédagogiques, de coordonner leur action et de leur distribuer de la documentation.483 Les conclusions du consul à Madras, relatives à l’action culturelle française en Inde du Sud, rejoignent celles du conseiller culturel. Il insiste, en effet, sur la nécessité d’établir un poste de professeur à Madras pour coordonner l’enseignement et diffuser le matériel pédagogique et informatif.484

171À la fin des années 1950, l’enseignement du français en Inde est donc toujours présent, mais à travers un cursus qui rend sa position plus marginale. Il y a plusieurs explications à cela. Le passage d’un enseignement de type européen contenant des matières spécifiquement indiennes, à un système d’enseignement nationalisé entre les années 1920 et 1950, dans lequel l’anglais garde une position dominante, mais où les langues indiennes acquièrent une place plus importante. L’espace à occuper pour le français s’en trouve forcément diminué. De plus, la langue allemande s’impose de plus en plus comme la langue des sciences, une association dont bénéficiait le français jusqu’au début du XXe siècle.

172Il n’y a pas lieu de rentrer ici dans une discussion linguistique sur les vertus scientifiques supposées ou avérées de ces deux langues. Il est toutefois impossible de ne pas mettre en rapport cette progression de l’allemand avec le développement d’une diplomatie et d’une coopération active de l’Allemagne en Inde, et ce de manière continue depuis la fin du XIXe siècle, nous y reviendrons plus loin. Face à cette présence et ce développement, la France ne déploie pas d’action coordonnée et ne profite pas des opportunités qui se présentent à elle, notamment dans les années qui entourent l’Indépendance. Au début des années 1960, il lui reste toujours à coordonner en réseau les enseignants de français afin de les soutenir.

Notes

362 SAID Edward, 1993 : Culture and Imperialism, p. XII-XIII, London : Vintage.

363 AAf-P - Bulletin de l’Af n° 38 (10-12.1891), p. 132-133.

364 Il s’agit d’écoles privées.

365 ACHARYA P., « Education in Old Calcutta », p. 89, in CHAUDURY S., Calcutta the living city, vol. I.

366 C’est-à-dire un établissement dispensant un enseignement supérieur, universitaire ou technique. Ces établissements ne sont cependant pas habilités à organiser les examens, ni à délivrer les diplômes. Ce sont les universités proprement dites, qui ont cette capacité, de même qu’elles fixent le programme des examens.

367 ACHARYA P., « Education in Old Calcutta », p. 92.

368 Au Bengale, il existe alors déjà quatorze collèges universitaires, dont neuf à Calcutta.

369 ASME : SCHMIDT P. E., 1923 : « Au collège de Bangalore », in Les Annales de la Société des Missions-Etrangères, p. 209-216.

370 C’est-à-dire en fait l’enseignement des high schools comprenant les classes, IX et X.

371 ASME - SCHMIDT P. E., « Au collège de Bangalore », p. 209-216.

372 Voir MENANT D., Histoire des Parsis…, ., p. 299-300.

373 BARTHÉLÉMY H.S.J., L’Inde anglaise et son état actuel, p. 181.

374 MENANT D., Histoire des Parsis…, p. 299-300, op. cit.

375 Archives des Jésuites – centre de Paris/ Fmd 100, n° 3, documentation concernant la visite canonique de 1934-1935 (J. Demaux-Lagrange). Trichinopoly, Le Collège Saint Joseph, 1er novembre 1934, par le révérend père Mahé, recteur, 3 p.

376 Parmi lesquels cinq jeunes filles sur six candidates.
BARTHÉLÉMY S.H. de, L’Inde anglaise et son état actuel, p. 173.

377 Id., p. 174.

378 CHAILLEY J., 1910 : L’Inde britannique, société indigène et politique indigène. Les idées directrices, p. 439, Paris : Colin.

379 Il s’agit alors certainement de Patiala, d’Hyderabad, et de Mysore ou de Baroda.

380 PIRION E., 1905 : L’Inde contemporaine et le mouvement national, Paris : Félix Alcan.

381 Archives des Missions-Étrangères - SCHMIDT P. E., « Au collège de Bangalore ».

382 Série C administrative, 1876-1907/C35/Alliance française (G-M)/ 138 – consu cal à AE, le 10.10.1893

383 Ibid. Voir également BARTHÉLÉMY H. J. S de, L’Inde anglaise et son état actuel, p. 174, op. cit.

384 Archives du MAE de Paris - Série C administrative, 1876-1907/C35/Alliance française (G-M)/ 138 – consu cal à AE, Direction des Consulats et des affaires commerciales, sous-direction des affaires consulaires, le 23 août 1893.

385 Nous reportons le tableau sur la page suivante pour qu’il puisse être lu dans son intégralité.

386 Pour toute cette période, bien que sous un statut différent au sein de l’empire britannique, Ceylan est rattaché au Consulat général de Calcutta.

387 Archives du MAE de Paris - Série C administrative, 1876-1907/C35/consu cal de Calcutta à AE, le 10.10.1893.

388 AMAE P - Série C administrative, 1876-1907/C35/Af (G-M)/ 138, consu Bom à AE, le 05.07.1893.

389 Ibid.

390 Middle schools : classes préparant à celle des high schools, l’équivalent de nos collèges actuels en France.

391 AAf-P - Bulletin de l’Af n° 52 (10-12.1894), p. 199-231.

392 NOTI S.J.S., DAVAR J.E. 1902 : A Letter From The Bombay Cercle Littéraire Français, Bibliothèque Dinshaw Petit. On the subject of the exclusion of the French language from the University course as recommended by the Indian Universities commission., p. 3., 20 octobre 1902, Bombay.

393 AMAE P - Série C administrative, 1876-1907/C35/Alliance française (G-M)/ 138 consu Bom à AE, le 05.07.1893.

394 AAf-P - Bulletin de l’Af n° 38 (10-12.1891), p. 132-133.

395 Il sagit du St Xavier’s College.

396 Voir plus loin.

397 S.J.S.NOTI, J.E. DAVAR, 1902 : A Letter From The Bombay Cercle Littéraire Français, Bibliothèque Dinshaw Petit. On the subject of the exclusion of the French language from the University course as recommended by the Indian Universities commission, p. 7. Traduit par l’auteur pour tous les extraits cités.

398 id., p. 4-5.

399 id., p. 6.

400 Le secrétaire honoraire du Cercle Littéraire à consu bom, le 28.10.1902

401 id., p. 7.

402 id., p. 8.

403 id., p. 8.

404 Ibid.

405 Ibid.

406 id. p. 9.

407 Report of the Committee appointed by the Senate to consider and report on the letters from the Government of Bombay communicating the observations of the Governor General Council on certain points dealt with the Report of the Indian Universities Commission. (t.d.a.)

408 Paul Louis Charlier, né le 23 juillet 1875 à Isles sur Suippe (Marne). Membre de la faculté des Lettres et du Comité d’études (langues moderne) depuis 1914.

409 Avant cela, l’université de Bombay se limitait à la définition des programmes des examens de Matriculations, B.A., B.Sc, etc., d’organiser ces examens et de délivrer les diplômes. Les cours étant dispensés dans les colleges comme Wilson College ou Saint Xavier College, l’université était essentiellement une autorité de contrôle du système d’enseignement.

410 AMAE P – CPC n° 32 (f°174-175), Consu Bom à AE, Bombay, le 21.10.1911.

411 Voir plus loin.

412 Voir SALON A., L’action culturelle de la France dans le monde, Analyse critique, p. 102 et 293-299.

413 Voir Archives de l’Indian Office, le fonds numérotés V/26, la sous-série n° 864.

414 Archives de l’Indian Office à Londres : V/26/864/6 à 9/ Calcutta University Commission, 1917-1919.

415 AMAE N – SOFE n° 219 - Propagande intellectuelle dans l’Inde britannique - Propositions d’André Weil pour le développement de la coopération française en Inde (rapport du 18.06.1931 visé par Marx, Lévi, Bloch et Weil).

416 AMAE P – AO 1918-1940 - PB n° 23 – consu bom à AE, le 24.09.1918.

417 Ibid.

418 Les principaux collèges étant l’Elphinstone College, le Wilson College, et le Saint Xavier’s College à Bombay, le College du Gujerat (Ahmedabad), le College de Baroda, le College du Sindh et le College de Bahudin de Junagadh.

419 AMAE P – AO 1918-1940 - PB n° 23 – consu bom à AE, le 24.09.1918.

420 Ibid.

421 AMAE P – AO 1918-1940 - PB n° 23 - Peltier à AE, le 07.12.1918.

422 AMAE P – AO 1918-1940 - PB n° 23 - Peltier à AE, le 18.04.1919.

423 Archives de l’Indian Office V/26/864/6/ Calcutta University Commission, 1917- 1919, Vol II, part I, chap XIV -XX, Calcutta : Superintendent government printing India, 1919, p. 108.

424 Archives de l’Indian Office V/26/864/7 : Calcutta University Commission, 1917- 1919, Vol. IV, part II, chap XXXIII : Dacca university, p. 168.

425 AMAE P – AO 1918-1940 - PB n° 23 - Peltier à AE, le 10.07.1919 (Cours de littérature française institué par l’Université de Bombay).

426 Presque simultanément des cours de français sont initiés à l’université de Santiniketan. Toutefois l’université inaugurée en 1921 n’a pas reçu l’agrément des autorités britanniques.

427 Oxford ou Cambridge Junior et Senior Local Examinations.

428 Archives de l’Indian Office V/26/864/7 : Calcutta University Commission, 1917- 1919, p. 168, Vol. IV, part II, chap XXXIII : Calcutta University, p. 175.

429 LÉVI D., Dans l’Inde, de Ceylan au Népal, p. 53-54.

430 NAG K., ROLLAND R., 1996 : Correspondence, The Tower and the Sea, GUHA C. (trad. prés. et notes), Calcutta : Papyrus.

431 Archives privées de Henry Bourgeot

432 Ce dernier est le grand-père d’Amartya Sen Prix Nobel d’économie en 1999.

433 Archives de l’Indian Office/ V/11/799/The Calcutta Gazette, 3.10.1940, part 1 B, Educationnal notice.

434 Archives de l’Indian Office/V/26/864/4 : Punjab University Enquiry Commitee, 1932-1933, report, Lahore Superintendent Printing, 1933, XXXIII-387 p.

435 DESPONT J. (Abbé), 1951 : Nouvel atlas des missions, p. 16, Paris et Lyon : Bureaux de l’œuvre de la propagation de la foi, 59 p.

436 AMAE N – SOFE n° 219consu cal à AE, le 28.07.1930.

437 AMAE N – SOFE n° 219consu cal à AE, le 23.11.1931.

438 AMAE N – SOFE n° 211-Arrêté du MAE, du 03.07.1931.

439 Le dossier Inde anglaise contenu dans le carton SOFE n° 211 est réduit à quelques pages. Les archives sont parcellaires et dans un état avancé de déliquescence.

440 Groupe créé en 1933 par des mathématiciens de l’Ecole Normale Supérieure dans le but d’unifier les différentes branche de cette science. On doit notamment à ce groupe la publication du gigantesque ouvrage de référence, Éléments de mathématiques, paru en 1939.

441 VARADAJAN V.S., « The Apprenticeship of a Mathematician – Autobiography of André Weil », in Notices of the AMS, Volume 46, n° 4, p 448-456. www.ams.org/notices

442 AMAE N – SOFE n° 219 - Indes anglaises - MIP à AE, le 04.01.1930 : « André Weil, docteur ès sciences, inscrit sur la liste d’aptitude à l’enseignement supérieur, vient d’être nommé professeur de mathématiques à la Muslim University à Aligarh ».

443 AMAE N – SOFE n° 219 - ENLOV, Paris, le 12 mai 1930.

444 AMAE P – AO 1918-1940 - PB n° 53 – consu cal à AE, le 29 .04.1930.

445 Archives des jésuites à Paris – « Le Collège St François Xavier », Relation demandée par le R.P. Demaux-Lagarnge, Provincial de Toulouse, visitant la V-Province (Nov. 1934), 9 p.

446 Archives des jésuites à Paris - Catalogue of the College Library, Madras : The Hogart Press, 1927, 274 p.

447 Archives des jésuites à Paris - Annual report, Madras : Loyola College, February 1931, 54 p.

448 AMAE N – SOFE n° 219 - Bonhoure àconsu cal, non daté (1930 ou 1931).

449 AMAE N – SOFE n° 211 - Arrêté des AE, du 30.03.1931.

450 Centre des archives des Jésuites à Paris. Réalisé à partir des chiffres publiés dans The magazine, Trichinopoly : St Joseph College.

451 Centre des archives des Jésuites à Paris. Réalisé à partir des chiffres publiés dans les annual reports, Loyola College (publié chaque année au mois de février).

452 Archives des jésuites à Paris - Calendar for 1934-1935, Madras : Loyola College, 1934, p. 91 et 96.

453 Archives des jésuites à Paris - Voir les différents annual reports.

454 Archives des jésuites à Paris - « The Chronicle », in Annual report, p. 5-6, Madras : Loyola College, February 1939, Madras.

455 Archives des jésuites à Paris - RACINE C., 1934 : Trichinopoly, fête de la Toussaint.

456 Archives des jésuites à Paris - The magazine, Trichinopoly : St Joseph College. Annual report, for 1937-1938, and Distribution of prizes, 1938, Tinevelly.

457 Archives des jésuites à Paris – « Litterae Rev. R. rectoris Collegii Sti. Francisci Xaverii Palemcottensis Ad rev. P. Provincialem ». Tolosae, le 10, 02, 1937.

458 Son influence se retrouve aujourd’hui à travers le Racine Research Centre, créé en 1991, pour les chercheurs effectuant des travaux dans le domaine des mathématiques au sein du collège Loyola. Voir : www.loyolacollege.edu.

459 AMAE N – SOFE n° 219 -consu cal à AE, le 11.02.1930.

460 AMAE N – SOFE n° 219 - le Sg. A. Gnanapragasam àconsu cal, le 05.02.1930.

461 AMAE N – SOFE n° 219 - ambassade de France près le Saint Siège à MIP, le 12.07.1930.

462 AMAE P – AO 1944-1955 - Inde 100 - AFI à AE, le 15.10.1948.

463 AMAE P – AO 1944-1955 - Inde 100 - Lambert au gouverneur des établissements français Dans l’Inde, de Ceylan au Népal Delhi le 26.07.1946.

464 Voir précédemment.

465 AMAE P – RC 1945-1959 n° 95, AFI à AE, le 14.05.1953.

466 AMAE P – RC 1945-1959 n° 95 (9- Livres- revues), AFI à AE, le 04.11.1953.

467 AMAE P – AO 1944-1955 - Inde 101 - AFI à AE, le 16.11.1954.

468 Ibid.

469 AMAE P – AO 1956-1967 - Inde 193 - AFI : Note sur l’activité culturelle française en Inde, p. 1, le17.05.1957.

470 Il faut également y ajouter bien souvent le sanscrit.

471 Encore faut-il préciser que cette réglementation touche les établissements publics, et non les nombreux établissements secondaires privés.

472 AMAE P – AO 1956-1967 - Inde 193 - AFI : Note sur l’activité culturelle française en Inde, le17.05.1957, p. 4.

473 AMAE P – AO 1956-1967 - Inde 193 - AFI à AE : Visite de M. Lequiller à Bangalore et Hyderabad, le 16.02.1959.

474 AMAE N – Consu bom n° 11 - Rapport de la mission du professeur André Bourde, de la faculté des lettres d’Aix - Marseille, février 1963.

475 C’est le cas par exemple de Melle Cordier lorsqu’elle rencontre la professeur de biologie du collège des jeunes filles de Srinagar. En revanche le Secrétaire pour l’éducation du Cachemire connaît très bien la France.

476 AMAE P – AO 1956-1967 - Inde 193 - AFI : Note sur l’activité culturelle française en Inde, p. 1, le 17.05.1957.

477 Ibid.

478 id., p. 4.

479 Les résultats obtenus à ces examens ne rentrent pas en compte pour le diplôme principal du cursus général suivi par les étudiants.

480 Les questions pédagogiques d’enseignement du français appliquées à l’Inde méritent une étude particulière. Colette Khan présente, dans sa thèse le travail, le plus fourni et le plus abouti sur une question fort complexe inhérente aux aspects culturels et sociaux à l’Inde et à leur évolution.

481 AMAE P – AO 1956-1967 - Inde 193 - AFI : Note sur l’activité culturelle française en Inde, le 17.05.1957, p. 4.

482 AMAE P – AO 1956-1967 - Inde 193 – Consu bom à AE, le 05.07.1958.

483 AMAE P – AO 1956-1967 - Inde 193 - AFI à AE, le 16.02.1959.

484 AMAE P – AO 1956-1967 - Inde 193 – consu mad à AFI, Au sujet de notre action culturelle, le 10.12.1957.

Table des illustrations

Titre Tableau I : L’enseignement du français à Calcutta
Légende 1 Par les autorités.
URL http://books.openedition.org/ifp/docannexe/image/8912/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 114k
Titre Tableau II : L’enseignement du français dans les Présidences de Calcutta et de Madras en 1893.386
URL http://books.openedition.org/ifp/docannexe/image/8912/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 55k
Titre Tableau III : L’enseignement du français dans les cinq provinces sous autorité directe du vice-roi en 1893.387
URL http://books.openedition.org/ifp/docannexe/image/8912/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 62k
Titre Tableau IV : Bombay (et remarques générales relatives à l’enseignement du français à Ahmedabad, Karachi, et Pune)
Légende 1 Non précisé (NP)2 Evaluation à partir des chiffres donnés par le consulat de France pour la ville de Bombay. Il faut y ajouter les élèves des autres écoles, notamment Pune, Ahmedabad et Karachi, pour lesquels les chiffres ne sont pas donnés.3 Ce chiffre n’inclut ni les élèves de l’Alexandra Native Girls Institution, certainement relativement nombreuses puisqu’on y compte deux professeurs, ni les élèves des cours particuliers.
URL http://books.openedition.org/ifp/docannexe/image/8912/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 149k
Titre Tableau VII : Répartition par langue du nombre de candidats aux examens de B.A. intermediate et final (new regulation) au Saint Joseph College de Trichinopoly (1932-1934 ; 1937-1939)450
Légende (n.i. : chiffre non indiqué)
URL http://books.openedition.org/ifp/docannexe/image/8912/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 49k
Titre Tableau VIII : Répartition des élèves ayant réussi les examens de B.A. final (new version) au Loyola College de Madras (1932-1934 ; 1937-1938)451
Légende (n.i. : chiffre non indiqué)
URL http://books.openedition.org/ifp/docannexe/image/8912/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 37k

© Institut Français de Pondichéry, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search