Version classiqueVersion mobile

Inde-France (1870-1962) : Enjeux Culturels

 | 
Samuel Berthet

Première partie. Culture française et dynamiques nationales en Inde

Les foyers de reception de la culture française en inde

Texte intégral

1En 1930, le mathématicien André Weil analyse les motifs qui attirent les élites indiennes vers la France de la manière suivante :

  • 16 AMAE N – SOFE n° 219 - Indes anglaises - André Weil à SOFE, le 18.08.1930.

« Je me convaincs qu’il y aurait en ce pays un champ immense pour les français s’ils savaient s’y mettre. L’Indien n’est nullement xénophobe par nature, bien au contraire ; il a fallu une longue, et parfois pesante domination étrangère pour lui donner une solide haine des Anglais, en tant que nation. Mais du reste l’Anglais même, pour peu qu’il fasse quelques avances et se montre adaptable, reçoit chez les Indiens le meilleur accueil. Le Français est sûr d’être bien mieux reçu encore, car les Indiens sont charmés de pouvoir faire, entre le Français et les Anglais, des comparaisons défavorables à ceux-ci. Très sensibles au prestige de la culture européenne (qu’ils connaissent peu), souffrant d’être intellectuellement livrés à la culture anglaise, grands admirateurs aussi de la Révolution française et de Rousseau (…), il y a là un terrain tout préparé (…), ils se plaisent à penser qu’avec les Français ils auraient fait meilleur ménage. Surtout, ils apprécient que le Français ne se considère pas supérieur à eux, et ils sont ravis qu’il s’assimile à leurs habitudes, qu’il goûte à leur cuisine, qu’il puisse se faire à vivre à leur mode, qu’il apprenne leur langue : cela est aussi dans la tradition des coloniaux du XVIIIe . »16

2Le développement de la culture française en Inde compte ses principaux promoteurs parmi les élites indiennes et quelques rares francophones d’Europe. Le rôle des Indiens ayant séjourné en France est souligné, à de nombreuses reprises, dans les dépêches des consuls. Toutefois, cet intérêt précède l’installation d’une communauté indienne en France, à la fin du XIXe siècle. La culture française permet en effet aux élites indiennes de contribuer à l’affirmation de leur modernité, et de se distancier par rapport à la position assujettie dans laquelle la puissance tutélaire tenderait à les confiner, au moins depuis Macaulay et la victoire des Anglicistes sur les Orientalistes en 1835.

3Du fait de son « antériorité » et de son influence déterminante sur la culture britannique, depuis les invasions normandes, l’acquisition de la culture française offre une certaine assurance aux élites indiennes dans le contexte du développement de la culture moderne anglo-saxonne.

4La philosophie révolutionnaire française, ses expressions entre 1789 et 1870, les différents courants philosophiques qu’elle a suscités, constituent une référence politique pour des élites déçues du libéralisme britannique et des promesses restées en suspens de la monarchie parlementaire.

5Au même moment, l’installation d’une communauté française en Inde augmente les possibilités d’échanges et de développement culturels. Une frange certes infime de la population, mais très influente, suit un processus de francophilie, qui surprend certains témoins. Rencontrant des parsies de Bombay, Désirée Lévi a l’impression de se retrouver au milieu de dames de la bonne société parisienne. En 1930, Weil souligne l’importance que représente le séjour des Indiens en France pour les relations des deux pays :

  • 17 AMAE N – SOFE n° 219 - Indes anglaises - André Weil, lettre du 18.08.1930.

« Le moindre encouragement donné aux touristes indiens, n’importe quel arrangement leur facilitant un peu le séjour en France, ferait à la France des amis en nombre incalculable. »17

6La culture française se développe en Inde à partir de plusieurs centres. Ce développement répond à des paramètres sociaux différents, en fonction du contexte régional. Il y a cependant un rapport direct entre la proximité des élites indiennes avec le pouvoir britannique et l’émulation culturelle qui en découle, et dont les conséquences bénéficient à la culture française. Au Bengale, la diffusion de la culture française s’inscrit dans une tradition de culture érudite ainsi qu’une démarche idéologique liées à une certaine vision progressiste de la construction nationale. À Bombay, elle repose sur un dynamisme économique, ainsi que sur la refondation culturelle et identitaire dans laquelle l’élite parsie s’engage. D’autres foyers de francophilie, voire de francophonie, apparaissent dans les États princiers, comme à Baroda, à Hyderabad ou à Patiala, mais aussi au Népal. Le même souci de rééquilibrage vis-à-vis de la culture britannique encourage un rapprochement avec la culture française.

Renaissance Bengalie et culture française

  • 18 Calcutta reste jusqu’en 1911 la capitale de l’empire britannique des Indes.
  • 19 Elle est issue parfois des hautes castes, comme c’est le cas pour la famille Tagore au service de l (...)
  • 20 SARKAR S., 1997 : « L’entrée dans le siècle : la première révolte », p. 28, in RACINE J-L (Dir.) Ca (...)
  • 21 MÉTIN A., 1903 : L’Inde aujourd’hui, Etude sociale, p. 218, Paris : Colin, 301 p.

7La rencontre entre l’Occident et le Bengale représente un des phénomènes les plus intéressants de l’histoire de la culture moderne. Le Bengale constitue le point d’appui et la base de l’expansion britannique en Inde.18 Au XIXe siècle, l’influence anglaise ne s’y exerce nulle part en Inde de façon plus forte. Une fois consolidé leur monopole commercial au Bengale, les Britanniques favorisent les représentants marwaris dans le rôle d’intermédiaires pour leurs opérations commerciales. L’élite bengalie s’oriente, elle, vers l’administration.19 Véritable métropole, Calcutta devient le foyer de la classe moyenne bengalie et des étudiants des différentes parties de la Présidence.20 Dans le denier quart du XIXe siècle, cette élite bengalie est montrée du doigt par les autorités britanniques. Les « babus agitators » sont considérés comme les premiers responsables des troubles nationalistes . Ainsi, en 1903, André Métin note : « Partout on parle avec mépris des babous bengalis, la catégorie la plus nombreuse des lettrés et des opposants indigènes. »21

  • 22 ACHARYA P.,1990 : « Education in Old Calcutta », p. 90 in CHAUDURY S., Calcutta the living city, vo (...)
  • 23 BARTHÉLÉMY J.S.H de, 1887 : L’Inde anglaise et son état actuel précédé d’une introduction sur l’Ang (...)

8Avant même que les rapports avec le pouvoir britannique ne se radicalisent, cette élite se place à l’avant-garde d’un renouveau culturel, qualifié de « Renaissance » bengalie. Cette élite joue également un rôle pionnier dans la promotion de la culture britannique en Inde, notamment au moment de la querelle des Orientalistes. Avant le dernier quart du XVIIIe siècle, on compte déjà une école anglaise dirigée par un Bengali, suivie par la création de plusieurs autres similaires, dès avant la fin du XIXe siècle.22 En 1784, William Jones y crée l’Asiatic Society. En 1800, est créé le Fort College, et en 1817, l’Hindu College, les plus anciens établissements d’enseignement supérieur de type occidental en Asie. La culture anglaise commence alors à jouer un rôle déterminant dans la formation des nouvelles élites bengalies. La décision du gouverneur Lord William Bentick, en 1829, d’enseigner l’anglais aux Bengalis, plutôt que le persan ou le bengali aux Britanniques, va institutionnaliser cette tendance. Le Précis d’éducation de Macaulay, fervent défenseur de l’enseignement en anglais contre les langues indiennes, auxquelles il dénigre toute valeur, devient la bible du système éducatif anglais en Inde. Le milieu du XIXe siècle voit se mettre en place de très nombreuses écoles primaires et secondaires ainsi que de collèges universitaires. Une université voit le jour à Calcutta en 1857, de même que dans les autres capitales de Présidence, Bombay et Madras. Il se crée parmi la population bengalie une élite influente qui côtoie les colons anglais et envoie ses enfants compléter leur éducation en Angleterre, dès qu’elle en a les moyens. En 1882, la presque totalité des 40 candidats reçus aux examens de M.A., c’est-à-dire de maîtrise ès arts qui est alors le troisième et dernier degré dans le système universitaire en Inde, sont de Calcutta.23 La même année, sur 3 916 établissements d’enseignements secondaires recensés en Inde, c’est-à-dire des collèges et des lycées, près de 1 900 sont situés au Bengale, soit plus de 48 % de la totalité. À partir du début du XXe siècle, sous la houlette d’Asoutoush Mukherji, son vice-chancelier, l’université de Calcutta devient une institution enseignante qui attire les plus grands professeurs de l’Inde, comme Praphul Chandra Ray et Jagadish Chandra Bose, scientifiques de renommée internationale. À Santiniketan, les institutions éducatives créées par le prix Nobel, Rabindranath Tagore, attirent également professeurs de l’Inde et de nombreux autres pays.

9Soucieux de se démarquer d’une culture occidentale exclusivement britannique, les intellectuels bengalis se montrent rapidement curieux de ce que le reste de l’Europe a à leur offrir. L’histoire de la famille Tagore est emblématique du rôle socioculturel des élites bengalies dans le Raj, tout autant que de leur attachement à la culture française. Cette famille est attachée au service de la Compagnie depuis les premiers temps de son implantation au Bengale. Né en 1794, Dwarkanath Tagore est surnommé le "Prince" pour sa fortune et son rôle de mécénat dans de nombreux domaines. Il prend une part active dans la modernisation de la Province par plusieurs entreprises : la création de la première banque du Bengale, celle de la société des propriétaires indiens, son soutien à l’essor de la presse, l’organisation du collège universitaire de médecine de Calcutta, ou l’envoi des premiers étudiants bengalis en Angleterre. Il est un des principaux animateurs du Brahmo Samaj, une société réformatrice à laquelle on retrouve également attaché le nom de Rammohan Roy. Lors de son premier voyage en Europe, il est accueilli par la reine Victoria. Celle-ci lui propose le titre de Lord qu’il décline, dit-on, au nom du patronyme qu’il porte déjà (« Thakur », translittéré par Tagore en anglais), et juge supérieur à celui qu’on lui offre.

10Son fils, Debendranâth est un membre influent au sein du Brahmo Samaj. Il porte une attention particulière à l’éducation de ses quinze enfants, tant du point de vue artistique que scolaire. L’aîné, Dwijendranath est poète, philosophe et mathématicien. En 1864, c'est un autre frère Satyendranath qui devient le premier Indien membre de l’Indian Civil Service. Les premiers Indiens intégrant le prestigieux corps administratif du Raj sont d’ailleurs tous Bengalis. Le cinquième fils de Debendranâth, Jyotirindranâth, est musicien. Il est également connu pour ses traductions de drames sanscrits et de classiques français. Le goût de la culture, le sens de l’innovation, l’érudition et l’éclectisme distinguent les membres d’une famille liée à l’histoire de la culture contemporaine de leur pays. Le symbole, tout à la fois de cette symbiose et des conflits produits par la rencontre de la culture indienne et de la culture occidentale, est bien sûr le quinzième et dernier enfant, Rabindranath. Ce dernier se voit consacré, le 13 novembre 1913, pour son recueil de poème, Gitanjali, par l’Académie suédoise qui lui décerne son prix par treize voix sur quinze. Traduite du bengali par l’auteur, mais largement remaniée par le poète W.B. Yeats, c’est la première œuvre poétique à recevoir cette distinction. Du reste, elle émane d’une personne appartenant au monde colonisé. L’œuvre artistique de Rabindranath est protéiforme, parfois purement artistique, d’autres fois didactique et politique. Voulant mettre en pratique ses idéaux, il fonde, en 1901, à 150 kilomètres de Calcutta, les institutions scolaires de Santiniketan. L’objectif est de dispenser une éducation moderne indienne, dans un lieu de rencontre entre les cultures du monde.

  • 24 KHAN C., État et développement des études françaises dans le monde indien : l’exemple de la provinc (...)
  • 25 Voir, par exemple, la nouvelle Jibito o Mrito, (Le Vivant et le Mort). ROY K., 1988 : Rabindranath (...)

11Les racines des relations entre la culture française et la famille Tagore remontent à Dwarkanath Tagore. Lors de son second voyage en Angleterre, il se rend à Paris où il est reçu par Louis-Philippe. Dans la capitale française, il rencontre l’indianiste Eugène Burnouf, ainsi qu’un des élèves de ce dernier, Max Muller. Le "Prince" donne même un récital vocal. Sa grande distribution de châles, pour remercier ses hôtes parisiennes, restera dans les mémoires. De retour en Inde, « il jette dans sa nombreuse famille la semence d’un culte tenace pour les lettres françaises ».24 Deux générations plus tard, Jyotindranath Tagore, traduit du français en bengali des œuvres de Molière, Racine, Gautier, Victor Cousin, Pierre Loti, Balzac, Hugo, Copée et Maupassant. L’influence de Maupassant sur l’essor de la nouvelle dans la littérature bengalie contemporaine est reconnue. Les études de ses œuvres par Jyotindranath encouragent les Bengalis à pratiquer un mode littéraire qui deviendra très répandu dans l’Inde contemporaine. Rabindranath lui-même s’y illustre. Dans ses nouvelles, on décèle en effet l’empreinte de l’auteur des Contes de la Bécasse.25 Rabindranath revendique également l’influence de Victor Hugo. Les deux hommes sont souvent comparés pour le caractère prolifique et polymorphe de leur génie artistique. Par ses traductions des œuvres de Molière – notamment Le Bourgeois Gentilhomme -, Jyotindranath contribue aussi à l’éclosion de la farce à connotation sociale. De 1789 à 1924, on peut recenser au moins seize différents traducteurs en bengali des œuvres de Molière. À partir d’éditions anglaises, Dumas, Zola, Verne et Hugo sont traduits en bengali et deviennent des auteurs populaires. On peut aussi recenser des anthologies de poésie française à partir d’éditions originales, comme, par exemple, celle d’Indira Devi Chauduri, nièce de Rabindranath Tagore, titulaire d’un B.A. de français obtenu dans les années 1890. Son mari, Pramatha Chauduri, est lui-même l’auteur de sonnets influencés par les lettres françaises, à la diffusion desquelles il participe activement.

  • 26 SARKAR S., 1990 : « Calcutta and the ‘Bengal Renaissance’ », p. 101, in CHAUDHURI S. (Ed.), Calcutt (...)
  • 27 KHAN C., État et développement des études françaises dans le monde indien : l’exemple de la provinc (...)
  • 28 Notamment ses deux ouvrages de réflexion religieuse, dont une Vie de Krishna - Ibid.

12La culture française se retrouve à de nombreuses étapes et dans de nombreux domaines du mouvement culturel au Bengale : la littérature, la philosophie, l’indianisme, et plus tard la peinture. Dès le début du XIXe siècle, par l’intermédiaire des grandes figures de la pensée réformatrice que sont Rammohan Roy et ses disciples, l’élite bengalie un intérêt très approfondi se manifeste. Les émules de Rammohan Roy lisent Voltaire en français. Ce dernier se rend en France, en 1831.26 Dès le milieu du XIXe siècle, le positivisme fleurit parmi les cercles intellectuels de Calcutta où se créent un nombre important de sociétés. La réforme de l’hindouisme, à laquelle le nom de Rammohan Roy reste lié, est marquée par l’influence du déisme français du XVIIIe siècle.27 Dès 1839, à la demande de Gourmohan Adhya, un Français, Hermann Geoffroy, vient diriger à Calcutta l’Oriental Seminary. Créé en 1823, cette institution est alors considérée comme la plus importante dans le domaine de l’enseignement supérieur, après le Hindu College. L’Oriental Seminary forme plusieurs générations d’intellectuels. Sous la plume de Bengalis francophiles paraissent également des traductions en anglais d’œuvres philosophiques françaises telle que Les Aventures de Télémaque, de Fénélon, mais aussi des œuvres d’Auguste Comte, de Voltaire ou de Rousseau. À côté de ces traductions en langue anglaise paraissent des traductions en langue bengalie. Les auteurs de ces traductions comptent parmi les plus grandes plumes de la littérature indienne d’expression anglaise, comme Michael Madhusudan Dutt, ou d’expression bengalie, comme Bankim Chandra Chatterji. Outre celles de Rousseau et de Comte, les œuvres de B. C. Chatterji, écrivain emblématique du nationalisme indien, portent également la marque de l’influence de Hugo et de Renan.28 La culture française contribue donc à l’évolution des idées en Inde, et donc à l’élaboration de la culture nationaliste indienne.

  • 29 DUTT T., 1879 : Le Journal de Mademoiselle d’Arvers.

13Si la culture française participe à cet essor culturel au Bengale, dans la mesure où un hindou anglicisé s’efforce de lire tout ce que lit un Anglais cultivé du XIXe siècle, le choix parmi les œuvres françaises se fait selon des critères propres aux intérêts de cette élite bengalie, concourant à l’élaboration d’une culture moderne et originale. Ces choix dénotent un goût particulier pour les penseurs réformateurs, particulièrement Auguste Comte, et les écrivains novateurs, voire provocateurs, tels que Baudelaire ou Maupassant. Dès le milieu du XIXe siècle, les intellectuels bengalis apportent leur propre contribution à la diffusion de la culture française. En 1876, deux jeunes poétesses, Toru et Aru Dutt, publient à Londres une anthologie de la poésie française, A Sheaf Gleaned in French Fields, qui connaît un certain succès et plusieurs éditions. Décédée prématurément, en 1877, à l’âge de 21 ans, Toru Dutt laisse un roman posthume en français, Le Journal de Mademoiselle d’Arvers.29 Les deux sœurs sont également les auteurs de la première traduction des Fleurs du Mal en Inde. L’œuvre de Baudelaire connaîtra un succès étonnant à travers de multiples traduction en bengali, et dans les langues indiennes les plus parlées. Enfin, il faut signaler que la mission catholique du Bengale est attachée à la mission belge de la Compagnie de Jésus qui joue un rôle prépondérant au collège universitaire de Saint Xavier. Créé à Calcutta, en 1835, c’est le premier collège universitaire jésuite en Asie après la restauration de l’ordre en 1814. Déménageant dans les années 1850, dans la célèbre Park Street, le collège universitaire est installé dans un ancien théâtre public, Le Sans-Souci. Dès 1862, il est affilié à l’université. Le père Lafont l’anime de 1865 à 1908. Promoteur du développement des sciences modernes en Inde, décoré du titre d’officier d’académie par le gouvernement français en 1902.

  • 30 Le frère du prix Nobel, également un des artistes les plus importants de son temps, ne se rendra to (...)

14La première école française en Inde qui apparaisse dans les archives du Quai d’Orsay est celle créée par le commis du consulat général, au début des années 1890. D’autres professeurs de français ont pu diffuser un enseignement du français dans le cadre d’écoles anglaises ou à titre de leçons particulières, mais nous ne disposons pas, avant cela, de traces d’écoles qui se consacrent exclusivement à l’enseignement du français. En 1893, entre six et douze élèves suivent les cours de l’école de le Faucheur, avant qu’il ne reçoive un soutien de l’Alliance française qui lui permet d’élargir son auditoire. Le Faucheur enseigne également le français au City College. De 1898 à 1900, il apparaît comme délégué de l’Alliance française à Calcutta. À partir de 1910, nous retrouvons à Calcutta un autre délégué de l’Alliance française, en la personne du représentant des Messageries maritimes. Un petit foyer de culture française existe donc dans la capitale bengalie. Un artiste français, Jean-Jacques Belnos, a un studio dans le quartier de Kasaitola où il donne des cours de peinture, pour 20 roupies par mois, et vend ses minitiatures. À la même période, le violoniste Phillipe Sandré devient le premier directeur du premier conservatoire de musique classique. De passage à Calcutta, en mars 1912, Alexandra David-Néel assiste à un de ses récitals. En 1913, le Bulletin de l’Alliance française annonce la création d’une association qui se donne pour objectif la diffusion de la culture et des arts français. Cette association se présente comme le Cercle français de Calcutta, section de la Société pour la propagation des littératures. On retrouve l’influence de Phillipe Sandré dans la création de cette association, puisque le Bulletin de l’Alliance signale que le cercle a été fondé : « sous les auspices du Conservatoire de musique de Calcutta dont le comité de patronage comprend les plus hautes personnalités ». Au même moment, Suzanne et Andrée Karpelès passent plusieurs années de leur enfance dans la capitale du Raj, et acquièrent des rudiments de bengali. Elles grandissent dans cette atmosphère d’effervescence culturelle particulière à la ville et contribuent à la diffusion de l’œuvre du futur prix Nobel, certainement avant Alexandra David-Néel et Saint John Perse. Dès 1914, elles participent à l’organisation à Paris d’une exposition de peintures d’artistes bengalis réunis par Abindranath Tagore.30

  • 31 DAVID-NÉEL A., Correspondance avec son mari, édition intégrale 1904-1941, p. 119 (lettre du 16 janv (...)

15La famille Tagore constitue un véritable point de ralliement pour les visiteurs étrangers. En 1912, David-Néel est introduite dans le giron de la famille et de son entourage. Devant l’évidence d’un talent dont la réputation est déjà solidement établie au Bengale, elle rend compte de sa rencontre avec Rabindranath aux milieux littéraires français, et notamment au Mercure de France. On retrouve la trace de cette rencontre avec le poète dans une de ses lettres à son mari.31 Plus tard elle livrera ses impressions sur cette soirée dans une de ses lettres à une personnalités du monde littéraire parisien :

  • 32 Archives de Rabindra Bhavan à Santiniketan - Correspondance Tagore - Alexandra David-Néel.

« Atmosphère d’art, d’intellectualité, de haute spiritualité, toutes les impressions délicieuses que j’ai goûtées en franchissant le seuil de l’aristocratique demeure de sa famille… »32

16Avant sa reconnaissance internationale, l’œuvre de Rabindranath Tagore est introduite dans les cercles littéraires français. Ceci explique que la traduction de Gide, commencée en 1912, peut paraître dès 1913, l’année même de sa consécration internationale. Encore faut-il préciser que deux autres traductions étaient déjà entreprises. C’est à l’initiative et avec le soutien très actif de Saint John Perse qui, toujours en 1912, rencontre le poète à Londres, que Gide obtient les droits exclusifs pour la traduction de l’œuvre qui allait être consacrée par l’académie suédoise. En 1932, Gide livrera ce témoignage sur sa découverte de l’œuvre de Tagore : « Les lecteurs de Rabindranath Tagore, étaient alors, même en Angleterre, très peu nombreux, lorsque, en 1912, je traduisais son Gitanjali. »

  • 33 A. DAVID-NÉEL A., Correspondance avec son mari…, p. 138, (lettre du 16 janvier 1912).
  • 34 LÉVI S., 1985 : Le Népal, étude historique d’un royaume hindou, p. 37-38, GABORIEAU M., G. TOFFIN ( (...)
  • 35 DÉ N., 2000 : Madame Lévir Diari (translittération du bengali), p. 141-146, Kolkata : Ananda Publis (...)

17A Calcutta, David-Néel, rencontre également « un jeune homme chimiste, ayant pris ses diplômes à Paris, ami de Sylvain Lévi ».33 Le professeur s’est rendu dans la capitale du Raj au cours d’un séjour en 1898. Du rapport qui a suivi sa mission au Népal, nous ne tirons pas d’informations sur son séjour à Calcutta,34 où ses travaux acquièrent une solide réputation. En 1913, l’université de Calcutta lui décerne le grade de docteur honoris causa, décerné la même année à Tagore.35 La venue de l’éminent philologue pour recevoir son diplôme est annulé par la guerre, mais son séjour au début des années 1920 confirmera le prestige dont il jouit.

Calcutta et Santiniketan : l’élaboration de la culture contemporaine indienne

18C’est entre les deux guerres que les institutions de Rabindranath Tagore acquièrent toute leur importance sur le plan institutionnel, au niveau national, et international sur le plan culturel. De simple réfectoire, au milieu des rizières, Santiniketan devient un centre éducatif réunissant de nombreux établissements. En 1921, il fonde une université, Visva-Bharati. Nombre d’intellectuels et d’artistes indiens, consacrés ou en devenir, s’y croisent, comme Nandolal Bose et Satyajit Ray. Un institut agronomique et différents établissements d’enseignement des pratiques artisanales sont fondés aux institutions scolaires et universitaires. Les institutions de Tagore présente un caractère indien par rapport aux autres centres éducatifs du Raj, basés sur le modèle britannique. On retrouve toutefois des influences anglo-saxonnes dans leur ambition réformatrice. Lors de ses voyages en Asie, en Amérique et en Europe, Tagore invite de nombreux professeurs à venir collaborer à son entreprise, qui prendront part, à Santiniketan, aux activités de ce qui devient un centre de coopération international. Presque tout ce que le monde comprend alors d’indianistes, amateurs et universitaires, y fera une étape. À Santiniketan, la collaboration intellectuelle et artistique franco-indienne écrit certaines de ses pages les plus belles. Le lieu où l’on enseigne le français et transmet le goût de la culture française va surtout jouer le rôle d’école de l’Inde pour des ressortissants français qui influeront sur le cours des relations culturelles entre les deux pays.

Les Français à Santiniketan, laboratoire de la culture indienne

  • 36 TAGORE R., 1964 : Souvenirs d’enfance, p. 160, BOSSENNEC C. et DATTA R. (trad.), Paris : Gallimard, (...)

19Tagore aimait à résumer la vision de son rôle dans l’histoire à travers son nom : « … l’Est et l’Ouest s’unirent fraternellement en ma personne. Aussi me fut-il donné de réaliser dans ma propre vie le sens de mon nom. »36 Alain Daniélou, ami du poète, qui séjourne à de nombreuses reprises à Santiniketan entre 1932 et 1945, rappelle dans ses mémoires le rôle fondateur de l’école du poète pour l’histoire de l’Inde :

  • 37 DANIÉLOU A., 1993 : Les Chemins du Labyrinthe, p. 105-106, Monaco : Le Rocher.

« Santiniketan était le seul lieu en Inde où des Européens pouvaient rencontrer des Indiens sur un plan d’égalité, dans une atmosphère indienne, même si cette atmosphère n’était pas traditionnelle, car le poète appartenait au brahmo samaj, secte réformiste (…) et refusait tous les interdits qui rendaient les contacts avec les hindous difficiles. Nombreux étaient les visiteurs : poètes écrivains, artistes, philosophes et savants. Les plus célèbres professeurs d’Oxford ont fait des séjours à Santiniketan. C’est de cette pépinière que sont sorties beaucoup de personnalités qui ont joué un rôle clé dans l’Inde indépendante, y compris Indira Gandhi ».37

  • 38 GUPTA U., 1977 : « Santiniketan and Sriniketan, a historical introduction », p. 270-325, in Visva-B (...)
  • 39 Ibid.

20En 1903, le premier étudiant étranger rejoint Santiniketan. C’est un Japonais venu étudier le sanscrit.38 Les nombreux voyages qu’effectue Tagore de par le monde font germer dans son esprit l’idée d’un centre de coopération avec le reste de l’Asie. L’exacerbation des nationalismes, lors du premier conflit mondial achève de le convaincre d’ouvrir Santiniketan non seulement à l’Asie, mais au reste du monde. En 1916, lors d’un séjour au Japon, l’idée d’une université internationale s’affirme donc chez le poète. Il reçoit notamment les encouragement de Sylvain Lévi, Romain Rolland et Paul Richard.39 Dans la désolation qui suit la guerre et la montée du mécontentement dans les colonies, le poète bengali semble être celui qui peut rapprocher l’Est et l’Ouest, deux notions autour desquelles s’organise alors la représentation du monde parmi les élites. À partir de 1918, il entreprend le projet de création de Visva-Bharati, une université à caractère international. Ses membres fondateurs sont majoritairement issus de l’avant-garde de la renaissance bengalie.

21Les institutions du poète s’inscrivent dans une perspective d’émancipation des élites indiennes. Dans une dépêche, le consul général, Lucien Laronce, explique ainsi la démarche de Tagore :

  • 40 AMAE P – AO 1918-1940 - PB n° 22-consu cal à AE, le 07.12.1921.

« Le but de l’institut est de former une élite intellectuelle dont l’influence se fasse sentir dans l’Inde et au-delà. Le poète tient à ce que ses élèves aient une parfaite connaissance des littératures, des sciences et des théories philosophiques de l’Europe et en retirent tout le fruit possible afin de leur permettre la comparaison avec les méthodes employées aux Indes actuellement et anciennement ».40

22Cette appréciation traduit l’adhésion à une initiative qui, menée par quelqu’un d’autre que Tagore, aurait éveillé la suspicion des agents du Quai d’Orsay. La personnalité du poète, auréolée de sa reconnaissance internationale, l’affranchit des préventions habituellement de rigueur.

  • 41 DEBONATH P., 2000 : Rabirtithé Bidéshi (translittération du bengali), Calcutta : Mitra & Gosh Publi (...)
  • 42 LÉVI D., 1925 : Dans l’Inde, de Ceylan au Népal, p. 83-84, Paris : Rieder.
  • 43 id., p. 27-28 et p. 41.

23En plus des grandes personnalités indiennes et des pandits tibétains venus y enseigner, on note le séjour de centaines de personnalités étrangères au sein de ces institutions au milieu de la campagne bengalie. Du Japon aux États-Unis, en passant par la Chine et la Palestine, et quasiment tous les pays d’Europe, la liste des pays dont ces personnalités sont originaires est impressionnante. Nous y retrouvons notamment Stella Kramrish, la spécialiste de l’architecture indienne d’origine autrichienne, Alfred Foucher, Sten Konow, l’orientaliste norvégien, les orientalistes italiens Carlo Formichi et Jiuseppe Tucci, le professeur Julius Germanus de Hongrie, Moritz Winternitz de Tchécoslovaquie, Tsusho Byodo, Yone Noguchi, le grand peintre chinois Jupéon.41 En 1922, Désirée Lévi évoque le « flot ininterrompu de visiteurs des deux mondes ».42 Avec l’aide des plus grands professeurs de l’Inde, Santiniketan devient ce que l’épouse du professeur appelle « … (une) sorte de Port-Royal souriant, indulgent et heureux… », ou encore une « Sorbonne sous les tropiques ».43

La coopération intellectuelle autour de Lévi et Tagore

  • 44 DÉ N.,Madame Lévir Diari, p. 1.
  • 45 DUTTA K., ROBINSON A., Rabindranath Tagore, The myriad minded man, p. 228, Delhi : Rupa, & Co.
  • 46 Suite à la réintégration de l’Alsace et de la Lorraine dans le territoire français, le gouvernement (...)
  • 47 DÉ N., Madame Lévir Diari, Bhumika (introduction).
  • 48 Ibid.
  • 49 LÉVI D., Dans l’Inde, de Ceylan au Népal, p. 53, op. cit.
  • 50 DÉ N. : Madame Lévir Diari, Bhumika (introduction).

24La première rencontre entre le professeur Sylvain Lévi et le prix Nobel de littérature a lieu en 1920.44 La personnalité de Lévi enthousiasme le poète d’autant plus vivement que les attentes du poètes ont été déçues par les critiques essuyées lors de son séjour en Angleterre, précédant son arrivée France.45 En avril 1921, les deux hommes se retrouvent à l’université de Strasbourg.46 L’université décide alors de parrainer et de subventionner la future université de Visva-Bharati, qualifiée d’université sœur avant même son inauguration officielle. Tout annonce une coopération basée à la fois sur les valeurs scientifiques et sur celles de l’amitié. Ainsi le prix Nobel invite-t-il le philologue à participer à l’élaboration de son université, en tant que visiting professor.47 Sollicité au même moment par l’université de Harvard, Lévi lui préfère l’invitation du poète.48 Avec l’aide de l’université de Calcutta, Tagore obtient les fonds nécessaires pour les frais de voyage et de séjour au Bengale du professeur de la Sorbonne. Ce séjour durera douze mois et une semaine. Sylvain Lévi et son épouse se rendront également au Népal, à Mysore et à Bombay.49 Le 18 octobre 1921, ils embarquent sur un navire des Messageries maritimes à Marseille, et débarquent deux semaines plus tard à Colombo.50 À Calcutta, ils bénéficient de l’hospitalité des Tagore dans leur maison familiale de Jorasanko, au cœur du quartier indien, et, le 9 novembre, ils arrivent à Santiniketan. Cinq jours plus tard, une cérémonie est organisée en l’honneur du professeur :

  • 51 Archives privées de M. et Mme VERMEIL.

« De la part des étudiants de Visva-Bharati, nous vous exprimons toute notre sincère gratitude pour la peine que vous avez prise en venant jusqu’à notre ashram, mettant pour un moment de côté les sollicitations d’autres personnes plus proches de vous.
Professeur, avant que nous commencions à recevoir nos leçons de vos mains, autorisez-nous à saisir l’opportunité de vous assurer de notre respect pour votre personnalité qui a mêlé en elle l’amour de la vérité avec un immense intérêt pour l’humain, une alchimie nécessaire pour un professeur idéal.
Nous vous souhaitons la bienvenue dans la contrée de nos parents pour laquelle, dans le but d’explorer son passé, vous avez dédié votre vie et nous sommes fiers de savoir que vous nous aiderez. »51

  • 52 LÉVI D., Dans l’Inde, de Ceylan au Népal, p. 39 et p. 83, op. cit.

25Les contributions de Lévi aux activités de l’université sont nombreuses : enseignement du sanscrit, du pali, du chinois, du tibétain, et de la littérature bouddhique.52 Visva-Bharati est alors la seule université en Inde à proposer un enseignement du tibétain, illustrant ainsi sa démarche panasiatique, une dimension de l’histoire intellectuelle à laquelle contribuent de manière décisive le poète et le philologue français. Ce dernier donne également des cours sur les relations de l’Inde avec la civilisation occidentale. On trouve parmi ses élèves de grands érudits, parmi lesquels Haricharan Bandhopadyaya, des bouddhistes cingalais. Tagore lui-même assiste à ses classes et lui enseigne le bengali en retour.

  • 53 LÉVI D., Dans l’Inde, de Ceylan au Népal, p. 20, op. cit.
  • 54 DÉ N. : Madame Lévir Diari, Bhumika (introduction).
  • 55 LÉVI D., Dans l’Inde, de Ceylan au Népal, p. 23, op. cit.

26Désirée Lévi prend en charge l’enseignement de la littérature française, permettant ainsi d’approfondir l’enseignement donné parallèlement par Morris, le professeur parsi de Bombay, responsable des cours de français à l’université.53 On note alors un essor important des cours de B.A. French, comprenant des classes de langue et de littérature françaises ouvertes depuis 1919.54 Désirée Lévi prend également part aux cercles de discussions organisés par les femmes. Elle y disserte du rôle des femmes en Europe, pendant la guerre. Au cours de ces différentes activités, elle mesure les effets bénéfiques de l’envoi d’ouvrages depuis la France : « J’espère bien les apprivoiser et le français m’y aidera, ce français que notre arrivée et les caisses envoyées par les Amis de l’Orient, le Ministère, Strasbourg mettent tout à fait à la mode. J’ai un élève de plus et les cours de Morris, sont de plus en plus suivis ».55

27L’intérêt pour la culture française se trouve incontestablement augmenté par ces ouvrages envoyés par le gouvernement français, de l’université de Strasbourg et de l’Association française des Amis de l’Orient, dont le philologue est un des piliers. Ils enrichissent la bibliothèque de l’université qui compte alors parmi les mieux fournies de l’Inde. À l’occasion du séjour des Lévi, le consul général se rend à Santiniketan, les 29 et 30 novembre 1921. Témoin de la bonne tenue des institutions, il encourage le Ministère des Affaires étrangères à soutenir l’œuvre de Tagore :

  • 56 AMAE P – AO 1918-1940 - PB n° 22-consu cal à AE, le 07.12.1921.

« L’Institut, outre les bâtiments destinés aux élèves et aux professeurs, comprend un laboratoire, une bibliothèque, déjà considérable, si l’on songe que la fondation remonte à une année tout au plus. Je crois utile, et en cela je suis tout à fait d’accord avec M. Sylvain Lévi, de signaler à votre Excellence, l’intérêt que nous pourrions avoir au point de vue de la diffusion de notre culture, de nos idées, de notre influence enfin, d’encourager l’œuvre de Tagore par le don de quelques ouvrages d’art, de littérature, d’histoire et d’érudition, à l’exclusion des romans. »56

  • 57 SARKAR S., « L’entrée dans le siècle, la première révolte », p. 39, op. cit.
  • 58 ELIADE, M., 1992 : Journal des Indes, p. 79, Paris : Ed. de l’Herne, 220 p.

28Pour la première fois, un agent du Quai d’Orsay exprime clairement l’intérêt qu’il y a pour la culture et l’influence françaises de soutenir une initiative indienne, alors même que celle-ci s’inscrit dans un contexte d’émancipation de l’Inde, même si elle se situe plus sur le plan culturelle, intellectuelle, et éducationnel que politique.57 Une dizaine d’années plus tard, Mircea Eliade, jeune étudiant roumain, constate : « La première surprise : la bibliothèque. Très grande, très riche. Toutes les publications scientifiques, philosophiques et critiques sont un don du gouvernement français, suite à une demande de Rabindranath ».58

29Le consul général n’est pas le seul à abandonner les précautions habituellement de mise chez les représentants français. Le ton admiratif et chaleureux des propos de Champion, administrateur de Chandernagor à Tagore se retrouve dans cette lettre de 1929, faisant suite à la réception des vœux envoyés par le poète pour le quatorze juillet :

  • 59 Archives de Rabindra Bhavan à Santiniketan de correspondance Tagore-France : Champion à Tagore, le  (...)

« Vénéré maître,
Pardonnez-moi d’avoir tant tardé à vous écrire. Je l’aurais fait plus tôt si le photographe avait été plus diligent. Nous aurions aimé vous avoir près de nous en ce jour de joie, vos vœux nous ont été particulièrement précieux et le portrait si beau et si fidèle qui les accompagnait perpétuera pour nous, le souvenir d’un beau pays où nous avons goûté les plus pures joies d’amitié sur lequel resplendit votre esprit génial de penseur et de poète universellement admiré (…). C’est avec le plus grand plaisir que nous acceptons votre aimable invitation de vous visiter un jour ».59

30Ou cette autre lettre pour les soixante-dix ans du poète :

  • 60 Écrit par B.C. Chatterjee et mis en musique par Tagore.
  • 61 Archives de Rabindra Bhavan à Santiniketan de correspondance Tagore-France, Lettre du 11.05.1930 de (...)

« Je vous souhaite une existence longue et heureuse qui vous permettra de continuer votre œuvre admirable en faveur de l’humanité et de l’universal brotherhood et fais également des vœux pour que votre dernier message "Bandé Bhataram60" soit apprécié par tous comme il convient ».61

31Ainsi, en 1930, l’administrateur d’une colonie française salue le message lancé par le représentant d’un pays colonisé, qui deviendra dix-sept ans plus tard le chant national de l’Inde.

32Une amitié franco-indienne fleurit à Santiniketan au sujet de laquelle, Christine Bossennec, directrice de la section féminine à partir de 1935, rapporte ce trait d’humour du poète :

  • 62 Conférence prononcée par Christine Bossennec lors du 100e anniversaire de la naissance de Tagore, i (...)

« Quand (Tagore) habitait Santiniketan, il avait conservé un bateau sur la rivière Hooghly qui est un bras du Gange. Il faisait même le projet de partir de Chandernagor pour rejoindre par petites étapes la maison lointaine de sa jeunesse à l’Est du Bengale. N’ayant pu réaliser ce rêve, il se contentait de passer les mois les plus chauds de l’été près de Chandernagor. Il faisait plus frais sur la rivière que dans la plaine. Avec cet humour malicieux qui était un des grands charmes de sa conversation, il me disait un jour : "Vous partez pour la France. Moi Aussi !" Devant mon étonnement : "Mais oui, je vais à Chandernagor" ».62

Visiteurs et résidents français

  • 63 id., p. 59.

33La contribution des Lévi appartient à l’histoire de Santiniketan. Le vendredi 23 décembre 1921, ils participent tous deux à l’inauguration officielle de l’université internationale, en la présence du philosophe Brajendranath Seal.63 Sylvain Lévi est donc à la fois le premier visiting professor et l’un des membres fondateurs de Visva-Bharati.

  • 64 Archives de Rabindra Bhavan à Santiniketan- corespondance Tagore-France - Foucher à Tagore, le 7.01 (...)
  • 65 DEBONATH P., Rabirtithé Bidéshi. p. 14-15.
  • 66 Voir également au sujet de Fernand Benoît, ROLLAND R., 1961 : Rabindranath Tagore et Romain Rolland(...)
  • 67 DEBONATH P. : Rabirtithé Bidéshi, p. 107-108.

34Malgré des querelles intellectuelles et politiques qui surviendront par la suite entre l’indianiste et le poète, Désirée Lévi restera en correspondance avec Tagore. Le philologue et le poète se revoient d’ailleurs à Calcutta, en 1928, lors du dernier passage de Sylvain Lévi en Inde. À cette occasion, le philologue vient faire ses adieux à Santiniketan. D’autres personnalités francophones prennent une part active dans cette aventure. Ils sont presque tous, à différents titres, des partisans du dialogue entre l’Inde et la France, ou plus largement de l’Orient et de l’Occident. Le premier visiteur français dont on trouve la trace est l’éminent indianiste Alfred Foucher. Le 7 janvier 1920, il envoie une lettre au poète, depuis Calcutta, dans laquelle il exprime toute sa joie d’avoir pu visiter son école, au cours d’un séjour qui fut sans doute bref.64 En janvier 1921, Paul Richard, ancien consul de France au Japon et époux de Mira Richard, participe pour quelques semaines à l’enseignement du français.65 En mai 1922, Fernand Benoît, linguiste originaire de Suisse allemande, vient à son tour épauler Morris, tout en enseignant parallèlement l’allemand. Il séjourne à Santiniketan jusqu’en 1925.66 Traducteur en français d’un ouvrage de Tagore, il contribue régulièrement à la revue Visva-Bharati Quaterly entre 1923 et 1929.67 Il est un des acteurs du dialogue qui prend place au sein du groupe d’intellectuels associés à Tagore, Kalidas Nag et Romain Rolland.

  • 68 GEDDES A., 1923 : La Civilisation rurale du Bengale Occidental et les facteurs démographiques, DEMA (...)

35Patrick Geddes, intellectuel écossait connu autant comme archéologue que sociologue et pédagogue rencontre Tagore à Paris, en 1921. Celui-ci l’invite alors à se joindre à son université, ce qu’il fait quelques mois plus tard, pour quelques semaines. Maître assistant en sociologie à l’université de Bombay, son fils, Arthur, part rejoindre le Bengale, l’année suivante. À Sriniketan, le centre d’agronomie de l’université de Tagore, il réalise une recherche ethnologique sur les villages du Bengale, dans le cadre d’une thèse de doctorat présentée à l’université de Montpellier en 1923.68A partir de 1926, Patrick Geddes est chargé de la maison des étudiants étrangers de Montpellier où il crée un collège indien.

  • 69 DEBONATH P., Rabirtithé Bidéshi, p. 33-35.

36En 1922, la peintre française, Andrée Karpelès, qui a passé plusieurs années de son enfance à Calcutta, devient professeur de Kala Bhavan. Sous la houlette du neveu du poète, Abanindranath Tagore, de Mukul Dey et de Nandolal Bose, le département des Beaux-Arts représente alors le centre d’avant-garde de l’art contemporain en Inde. Grâce à Karpelès, admiratrice des post-impressionnistes, les étudiants peuvent se familiariser avec les courants picturaux les plus contemporains en Europe. Elle initie également l’enseignement de la poterie. De son côté, elle apprend la technique de la gravure sur bois auprès du grand frère du poète. Après son départ, en 1923, elle reste un trait d’union très actif entre l’Inde et la France.69

  • 70 id., p. 42-43.
  • 71 AMAE N – SOFE n° 219.
  • 72 Plus tard elle publie Ce que l’Inde m’a appris, de l’Angoisse à la Joie, poèmes dédiés à Alice Bone (...)
  • 73 LÉVI S., BRULH O., 1937 : Aux Indes. Sanctuaires, Paris : Hartmann, 136 photos commentées, 14 p. El (...)
  • 74 DEBONATH P. : Rabirtithé Bidéshi, p. 81, Archives de Rabindra Bhavan à Santiniketan- Visva-Bharati (...)

37Laurent Bogdanov, linguiste d’origine russe, arrive à Santiniketan, en 1923,70 après avoir vécu quatre ans à Kaboul où il a exercé les fonctions de secrétaire à la légation de France. Francophone, auteur d’études du kabouli reconnues par la communauté scientifique, il devient, de 1923 à 1930, professeur de persan à Santiniketan, puis rejoint Calcutta où il est employé au consulat général. Il en assure même la gérance en 1931.71 En 1933, la danseuse Jeanne Ranay vient donner un récital de danse et organise l’exposition d’une sélection de poèmes français.72 La même année, Edmond Privat, spécialiste de la civilisation islamique, visite l’école du poète pendant une semaine. En 1936, lors d’une mission d’études pour l’université de Paris sur la sculpture et l’architecture indiennes Odette Bruhl y fait également étape.73À partir de la même année, l’administration de la maison des invités est confiée à Gaëtan Fouquet, membre de l’association des Amis de Tagore, créée par Alain Daniélou. Influencé par son expéricence bengalie, il deviendra par la suite une figure du tourisme international.74

38Une visite s’est produite entre-temps, celle de deux jeunes voyageurs de retour d’un voyage d’exploration en Afghanistan. Il s’agit de Raymond Burnier, photographe suisse, et d’Alain Daniélou, artiste, musicologue et chercheur autodidacte. Ce dernier mène de front pratique chorégraphique et recherche musicologique, notamment aux côtés du compositeur Max d’Ollone et de l’ingénieur Maurice Marthenot. Cette visite, à la fin de l’année 1932, marque le début d’une série de séjours et d’une collaboration avec le poète et son institution. Avec Tagore, les deux hommes forment le projet de créer en Europe un réseau d’écoles sœurs de Santiniketan. Dans le but de récolter des fonds pour son institution du poète auprès de ses amis, le poète les charge de créer l’Association des Amis de Tagore.

  • 75 Le Rabindra Bhavan conserve encore une importante partie de cette collection dont les photos sont s (...)
  • 76 CHANDA R., 1995 : Shob Hoté Apan, p. 110-112. Kolkata : Visva-Bharati. DANIÉLOU A., Les Chemins du (...)

39À Santiniketan, Raymond Burnier exécute de photographies des lieux et de portraits de Tagore qui deviendra historique.75 Par le biais de ses activités artistiques, et particulièrement musicales, Alain Daniélou commence une longue coopération avec le Sangit Bhavan, département de musique de l’université chargé de la diffusion des chansons du poète. Ces dernières constituent une partie majeure de l’œuvre de l’artiste, puisqu’on considère qu’il en a composées plus de deux mille. Max d’Ollone lui-même compose en 1935 une pièce musicale s’intitulant Deux poésies, à partir d’écrits du poète. Très populaires au Bengale, elle sont traduites dans de nombreuses langues. L’une d’elles sera choisie comme hymne de l’Inde indépendante. Tagore confie la responsabilité de ce département au jeune breton, avant que d’autres projets ne mènent les deux compagnons à Bénarès en 193876. La collaboration avec Santiniketan ne s’arrête pas pour autant. Daniélou publie des articles dans la revue de l’université, où il se rend encore à plusieurs reprises jusqu’en 1949. Il va également traduire et écrire des arragements pour orchestre des chansons du poète, notamment celle de Jana Gana Mana, l’hymne national, et Bandé Mataram, le chant national.

  • 77 Archives de Rabindra Bhavan à Santiniketan- Visva-Bharati News
    Archives privées de M et Mme Youennou (...)
  • 78 Ibid. Voir également : CHANDA R., Shob Hoté Apan.

40La venue à Santiniketan d’une autre personnalité française, Christine Bossennec, enseignante à Sainte Marie de Neuilly, ancienne préceptrice d’Alain Daniélou et de Zaher Shah, marque une étape dans l’histoire de l’école du poète. Elle aura des répercussions sur celle des relations culturelles des deux pays. Sa venue est à mettre à l’actif de Burnier et Daniélou à qui le poète s’était adressé en vue de trouver une personne pour la direction de la section féminine de son institution, créée en 1930.77 En 1935, ils organisent et financent la venue et le séjour de cette professeur de l’école Sainte-Marie de Neuilly, spécialiste de littérature grecque et romaine. Bossennec se distingue rapidement, tant par la rigueur de son travail que par son intelligence et ses qualités relationelles. Elle réorganise et transforme la section féminine qui connaît ainsi ce qui sera plus tard évoqué comme un petit âge d’or.78 Elle prend également en charge l’enseignement du français. En outre, elle apprend le bengali, et se trouve rapidement adoptée par le poète et son entourage.

41De nombreuses personnalités indiennes, qui vont jouer un rôle important dans l’Inde indépendante, sont alors présentes à Santiniketan. Elles garderont pour elle une sympathie profonde qui contribuera au rayonnement de l’Alliance française de Calcutta après la guerre. En 1940, Bossennec quitte l’école du poète pour Darjeeling, où elle continue à enseigner le français. Elle reste cependant en contact avec Santiniketan. Lorsqu’elle quitte Santiniketan, Visva-Bharati News salue ainsi son départ :

  • 79 Son véritable prénom était Christiane, mais une erreur au moment de son inscription après sa naissa (...)
  • 80 DEBONATH P., Rabirtithé Bidésh, p. 92-93. Christine Bossennec resta néanmoins encore longtemps en c (...)

« Nous avons le regret d’annoncer le départ de Christiane79 Bossennec (…). Elle laisse derrière elle des états de service uniformément brillants et il sera très difficile de la remplacer. »80

  • 81 Voir post-face de 1964 : Souvenirs d’enfance, BOSSENNEC C. et DATTA R. (trad.), Paris : Gallimard, (...)

42La même année, elle accompagne le poète malade à Kalimpong. C’est au cours de ce séjour qu’il dicte ses mémoires devant ses amis réunis.81 Il meurt en 1941, à 80 ans, ayant puisé jusque dans ses ultimes ressources pour soutenir les institutions de Santiniketan en organisant et en prenant part à des tournées, à travers toute la péninsule, au cours desquelles il donne des représentation de ses pièces de théâtre avec les élèves de son école.

  • 82 Cette utopie humaniste en inspira à travers le monde. Nous pouvons citer Darlington Hall, en Anglet (...)

43Sous la direction de Tagore, Santiniketan devient un point de ralliement pour passionés de l’Inde, orientalistes et humanistes, prêts à entreprendre le voyage vers la péninsule. Dans ce centre culturel, véritable point de rencontre entre l’Est et l’Ouest, plusieurs facettes de l’Inde indépendante se dessinent. L’œuvre de Tagore et des nombreuses personnalités autour de lui préfigurent en effet le projet internationaliste de l’Inde, créant ainsi un lieu où l’unilatéralisme du mode de rapport colonial est outrepassé. À l’initiative de Tagore, grâce à la collaboration de Lévi, mais aussi d’autres personnalités comme Andrée Karpelès, Daniélou et Bossennec, l’Inde et la France y trouvent un terrain de rencontre et d’échanges qui trouvent des prolongement bien au-delà de ce bout de campagne bengalie.82

44Le séjour à Santiniketan de Lévi permet au philologue de concrétiser une collaboration avec des institutions et des chercheurs indiens autour du concept de Grande Inde qu’il poursuit ensuite pendant plusieurs années, en France, où il accueillera de nombreux doctorants bengalis. En outre, avec l’arrivée de Bossennec aux fonctions de directrice de la section féminine et de professeur, la culture française occupe une place importante dans cette institution aux apparences bucoliques. Son arrivée plus tard à la tête du centre culturel de Calcutta, puis plus tard son retour à Paris permettront de valoriser ses liens privilégiés. Entre Santiniketan, fruit de la renaissance bengalie, et Calcutta, la ville natale de Tagore et le berceau de cette renaissance, les interactions sont en effet permanentes.

Calcutta, ferveur nationaliste et culture française

  • 83 AMAE P – nouvelle Série – Inde n° 33 – (f°167) – consu cal à AE, le 20.12. 1916.
  • 84 Archives privés de Ruby Palchoudury - R PALCHOUDURY, « Discours prononcé à l’Af pour le bicentenair (...)
  • 85 Ibid. Les programmes des réunions du 7 et du 21 décembre sont joints.

45Entre les deux guerres, les clubs se multiplient à Calcutta. La ville n’est plus la capitale du Raj, mais reste à l’avant-garde de la culture indienne. Le Cercle français, signalé en 191383 par le Bulletin de l’Alliance française prend le nom de Société Artistique et Littéraire le 16 novembre 191684. Les activités de ce groupement s’inscrivent dans une dynamique de propagation de la langue et des arts français : « [L’association] se propose de faire la propagande, non pas seulement de notre langue, mais aussi de notre musique qui paraît l’objet dans ce pays d’un véritable ostracisme, tellement elle y est peu connue. »85 On retrouve ici l’influence du directeur du conservatoire de la ville, le musicien français Sandré. L’adresse de la Société Artistique et Littéraire est le fameux 2, Park Mansions, future adresse de l’Alliance française et du Centre culturel de Calcutta. Les archives sont malheureusement très limitées au sujet de cette association, et le Bulletin de l’Alliance française, qui est alors entièrement tourné vers l’effort de guerre, cesse de publier les rapports sur l’activité de ses comités à l’étranger. On sait néanmoins que Sandré prend une part active dans cette initiative.

  • 86 LÉVI D., Dans l’Inde, p. 53.

46La ville bénéficie du passage des visiteurs en route vers Santiniketan. Parmi eux, la personnalité la plus importante est le chef de file de l’indianisme français. Sylvain Lévi est, en effet, tout aussi attendu à Calcutta qu’il ne l’est à Santiniketan. Lors de son séjour dans les institutions de Tagore, le professeur de la Sorbonne se rend fréquemment dans l’ancienne capitale du Raj. Au cours de la deuxième quinzaine du mois de décembre, il y reçoit le diplôme de docteur honoris causa, qui lui avait été décerné en 1913,86 et, à nouveau, à la fin du mois de janvier 1922, pour un congrès. L’unanimité se fait autour de son nom :

  • 87 AMAE P – AO 1918-1940 - PB n° 22-consu cal à AE, le 04.02.1922.

« Dés le premier jour M. Sylvain Lévi était désigné comme président. (…) Les savants s’occupant de littérature indienne ancienne et moderne, de philologie, d’art et de sculpture, de numismatique, étaient venus de tous les points de l’Inde. Pendant son séjour à Calcutta, M. Sylvain Lévi a été l’hôte du gouverneur et l’objet d’attentions les plus flatteuses dans les milieux intellectuels européens et indigènes. Le professeur Sylvain Lévi se propose de visiter l’université de Dacca (Bengale) où il est invité à faire une série de conférences. »87

  • 88 Les week-end à Santiniketan étant le mardi après-midi et le mercredi, contrairement au reste de l’I (...)
  • 89 LEVI D., Dans l’Inde, de Ceylan au Népal p. 33.
  • 90 id., p. 43.

47Le week-end,88 des chercheurs se déplacent en nombre de Calcutta à Santiniketan, pour assister à ses classes. Désirée Lévi note ainsi : « 27 novembre. - Lecture de S. sur les Ecritures bouddhiques. Une vingtaine d’auditeurs étaient venus de Calcutta, trois d’entre eux nous ont fait après une longue visite. »89 De ces échanges vont naître des projets d’études, « déjà quelques étudiants ont demandé des directions, des rendez-vous de travail », poursuit-elle.90

  • 91 SINGARAVÉLOU P., 2002 : « Les Indianistes français et le Greater India », p. 307-324, in WEBER J. ( (...)
  • 92 LÉVI S., 1938 : L’Inde civilisatrice, Paris : A. Maisonneuve (Publications de l’Institut de civilis (...)
  • 93 COEDES G., 1948 : Les Etats hindouisés d’Indochine et d’Indonésie, Paris : Les éditions du Broccard (...)
  • 94 SINGARAVÉLOU P., « Les Indianistes français et le Greater India ».
  • 95 Directement attaché à la Société asiatique, les élèves de Sylvain Lévi (Alfred Foucher, Louis Renou (...)

48Prabodh Bagchi, Kalidas Nag, Subodh Mukherjee et Niranjan Prasad Chakravarty, de l’université de Calcutta, poursuivront ainsi leurs travaux de recherche sous la direction du chef de file de l’indianisme français. S’inspirant des travaux de Lévi, ils réaliseront une série de travaux marquant « une ère nouvelle dans l’histoire de l’indianisme hindou », pour reprendre Georges Coedès.91 Ainsi le concept d’une civilisation indienne au-delà des frontières du sous-continent, mis en avant par Lévi, va prendre son essor et pour se transformer en celui d’une Inde civilisatrice.92 Ce dernier s’appuie sur l’idée d’une colonisation indienne par le biais de la culture, principalement dans le sud-est asiatique, où les vestiges hindous et bouddhistes sont nombreux. Ces vestiges sont l’objet des recherches achéologiques dans l’empire colonial français.93 Des liens se nouent donc entre les écoles indianistes indiennes et françaises autour du concept de la Grande Inde. Santiniketan et Tagore lui ont donné une impulsion, les intellectuels de Calcutta vont la soutenir et la développer.94 La Greater India Society est fondée, en 1926, dans la capitale bengalie. Son journal accueille des articles de nombreux membres de l’EFEO. En, 1927, à Paris, Sénart fonde l’Institut de civilisation indienne. C’est le premier institut d’indianisme en France, il sera dirigé par Sylvain Lévi qui présidera à ses orientations.95

  • 96 AMAE P – AO 1918-1940 - PB n° 71-consu cal à AE, le 30.12.1932.
  • 97 id., p. 245.

49Ce courant d’échanges avec le Bengale dépasse le cadre de l’indianisme. Lorsque, en 1932, le consul général évoque l’admiration des élites indiennes pour la France et de cellules constituées par les professeurs indiens au retour de leur séjour dans l’hexagone, il parle en premier lieu des professeurs bengalis.96 Une des figures emblématiques de ces intellectuels bengalis est Kalidas Nag. Parallèlement à l’histoire de la civilisation indienne, ce dernier enseigne le français à l’université de Calcutta : « Beaucoup de mes élèves peuvent maintenant lire des livres français et nous avons fondé une Société Indo-Latine où je devrais discuter de certains de vos travaux », écrit-il à Romain Rolland.97 L’écrivain indien Nirad Chauduri, compte parmi ses élèves.

50Dans une lettre à Romain Rolland, Nag décrit la vivacité des débats qui agitent la communauté bengalie francophone. Sa traduction d’une des œuvres de l’auteur français suscite, selon lui, des critiques de certains membres de cette communauté, qu’il qualifie de néo-parisiens :

  • 98 id., p. 242-243.

« … maintenant nos compatriotes néo-parisiens essayent de me ridiculiser et d’abaisser mon héros [Romain Rolland] à qui ils essayent de faire porter la réputation de plus ou moins anti-français (…). Je pense vivement, Maître, que votre autobiographie doit être poursuivie à tout prix, juste pour ouvrir les yeux à ces “Indians Parisians” ! »98

  • 99 Le mari, Pramatha Chauduri, a connu la France pendant ses années d’études en Angleterre, et son frè (...)

51Quelques années auparavant, le couple Lévi avait mesuré le degré de connaissance de la culture française de certains membres de l’élite bengalie. Dans la maison familiale du poète, où ils logent, ils sympathisent avec le grand scientifique Jagadish Chandra Bose. Rendant visite à Pramata et Indira Devi Chauduri,99 l’érudition du couple impressione l’épouse du grand indianiste :

  • 100 LÉVI D., Dans l’Inde, de Ceylan au Népal, p. 50. Il s’agit d’Indira Devi Chauduri et des frères Pra (...)

« Tous deux savent le français, et la connaissance que monsieur a de notre littérature, le sens qu’il en a, de Villon à Jean-Richard Bloch, est étonnant. Sa bibliothèque comporte à peu près ce que nous avons de meilleur. Il a su apprécier ce doute, qui n’est pas la négation, ce besoin de clarté que notre langue exprime si bien. Et il fait, depuis des années, apprécier le français autour de lui ».100

52Désirée Lévi décrit ainsi la diffusion du français parmi les représentantes de l’élite bengalie :

  • 101 LÉVI D., Dans l’Inde, de Ceylan au Népal, p. 53-54.

« Durant ces trop courtes journées, nos hôtes nous firent connaître leur famille, leurs amis. Réunions inoubliables. Aucun pays ne peut rassembler plus jolis visages, les beaux yeux, les nobles démarches, tant de grâce et de dignité, et les vêtements somptueux, chatoyants, véritable fête pour les yeux. Presque tous sont venus en Occident, c’est-à-dire en Angleterre, quelques dames ont étudié chez nous, savent, parlent même le français, et tiennent chez elles de véritables cénacles français. »101

53La tradition de francophonie, illustrée cinquante ans auparavant par Aru et Toru Dutt se poursuit donc.

  • 102 NAG K. (éd.), 1935 : India and the World, p. 70, Calcutta : Indian Bureau.

54En 1934, le contenu du numéro 3 de la revue India and The World, publiée à Calcutta et dirigée par Kalidas Nag, est révélateur des orientations prises par les relations culturelles entre le Bengale et la France. Sur la couverture, on trouve en exergue la citation de Condorcet : « La Vérité a vaincu, le genre humain est sauvé. »102

  • 103 id., DAS GUPTA D.C., « Jean Jacques Rousseau And His Contribution To Modern Education », p. 46 inNa (...)
  • 104 id., NAG., « L’Académie Française and an Indian Academy », p. 46- 51.
  • 105 id., « World of Books », p. 64.
  • 106 id., « International Forum », p. 64.

55La revue s’ouvre ensuite sur un message de Sebastien Charléty, recteur de l’université de Paris. Le premier article est consacré à la contribution de Jean-Jacques Rousseau concernant l’éducation moderne.103 Le second, écrit par Nag, retrace l’histoire de l’Académie française et de l’Institut de France, présentant les membres les plus éminents des deux institutions, avec un intérêt particulier pour les orientalistes et leur contribution à la découverte de la culture indienne en Occident.104 En conclusion, l’article préconise la formation d’institutions similaires en Inde. Les compte-rendus d’ouvrages sont consacrés à L’Académie française 1629-1793, de Frédéric Masson, l’Institut de France, de H. Laurens, Les Ages de Léon Brunschvicg, Anquetil-Duperron, de Raymond Schwab ainsi que l’édition de Martineau du livre de Victor Jacquemont, État politique et Social de l’Inde du Sud.105 La rubrique International Forum106attire l’attention sur l’ouvrage Aux Indes Sanctuaires et les éditions Van Hoest qui publient des « documents précieux ».

56La même rubrique consacre une chronique à Marie Curie et en profite pour donner un aperçu des avancées de la recherche scientifique en France. Si on ne s’étonne pas que les travaux des indianistes français, avec qui les chercheurs bengalis collaborent, suscitent un grand intérêt, le choix des sujets des articles et des compte-rendus privilégient également deux autres centres d’intérêts : les institutions et les sciences. À l’heure d’une intense réflexion des élites indiennes sur le futur État indépendant, certaines institutions françaises sont considérées comme une source potentielle d’inspiration. L’attention portée aux travaux de Marie Curie s’inscrit dans un courant d’échanges, et plus particulièrement la collaboration entre la scientifique française et son homologue de Calcutta, Satyendranath Bose.

57En 1932, le consul général à Calcutta attire l’attention du Quai d’Orsay sur les cercles d’affinités que forment autour de la culture française les professeurs indiens de retour de leurs études en France :

  • 107 AMAE P – AO 1918-1940 - PB n° 71, consu cal à AE, le 30.12.1932.

« Ceux qui ont fait des études en France se groupent généralement et forment dans les centres où ils se trouvent des cellules que nous aurions tort de ne pas utiliser pour étendre notre influence intellectuelle. Ils nous demandent seulement de les aider. Ce qu’il faut surtout, à mon avis, c’est que les professeurs qui les ont connus restent en contact avec eux. Il faut empêcher que les liens qui les unissent aux universités dans lesquelles ils ont fait leurs études ne se relâchent ou soient brisés. »107

58Il s’agit donc de maintenir et d’entretenir les liens de ces professeurs avec l’hexagone, et plus particulièrement avec leur ancienne université, afin que restent vivaces, malgré l’éloignement, ces cellules ou ces foyers de culture française qu’ils créent autour d’eux. Danjou, le consul général, semble conscient de ce potentiel puisqu’il écrit au sujet des intellectuels bengalis :

  • 108 AMAE P – AO 1918-1940 - PB n° 71-consu cal à AE, le 30.12.1932

« Ils étaient habitués en France à avoir à leur disposition nos bibliothèques. Ici, ils ne trouvent presque rien. Ils ont besoin de documentation pour leurs travaux : il faut la leur fournir. De façon qu’ils ne puissent pas dire que les professeurs qui ont étudié en France sont moins bien informés que ceux qui ont étudié en Allemagne. Il leur faut, notamment, des ouvrages de statistiques. Ne serait-il pas possible d’en envoyer à l’Indian Bureau que dirige M. Kalidas Nag et à l’International Bengal Institute, dont M Benoy Kumar Sarkar est un des directeurs ? J’ai donné à l’Indian Bureau un assez grand nombre de publications, parmi celles qui sont envoyées à ce consulat. »108

  • 109 Archives de Rabindra Bhavan à Santiniketan- corespondance Tagore-France - A. Lehuvaux (orthographe (...)
  • 110 Archives privées de Henry Bourgeot : 20ème anniversaire de l’Af de Calcutta.
    L’Af de Calcutta a été (...)
  • 111 COLETTE K., État et développement des études françaises…, p. 81, op. cit.
  • 112 Archives privés de Henry Bourgeot : 20ème anniversaire de l’Af de Calcutta.
  • 113 Archives privées de M et Mme Youenou : LINÉ S. (éd.) : Témoignage des amis de Christine.

59En mars 1939, l’Alliance française envoie un délégué chargé de créer un comité de l’association et une chaire de langue française à l’université, à Calcutta.109 Au cours de son séjour en Inde, qui s’achève en mai 1939, ce délégué engage des démarches, notamment auprès de Tagore. L’Alliance française de Calcutta est créée le 1er mars 1940.110 Colette Khan parle « des érudits et des penseurs du comité initial »,111 présentant donc les créateurs de cette alliance comme un cénacle d’intellectuels. Les documents relatifs au vingtième anniversaire de l’association évoquent également « les personnalités si bien connues du premier comité », sans qu’aucun nom ne soit également mentionné.112 En 1945, un témoignage du professeur Lacombe fait état d’une Alliance française très active.113 Le développement exceptionnel que prendra l’Alliance française au lendemain de la Seconde Guerre mondiale est le fruit des contacts noués au cours de cette période à Santiniketan et Calcutta.

60Jusqu’en 1944, les élites bengalies font donc preuve d’un intérêt soutenu pour la culture française qui s’inscrit dans la dynamique d’élaboration de la culture nationale indienne, à l’image des relations entre Sylvain Lévi et Rabindranath Tagore et plus largement avec les intellectuels de Calcutta. Dans le domaine artistique, le rôle de Suzanne Karpelés et celui d’Alain Daniélou méritent d’être rappelés. Avec Christiane Bossennec, une des plus belles pages de l’amitié franco-indienne commence à s’écrire.

L’aventure culturelle francophone au Bengale après 1947

  • 114 AMAE P – RC 1944-1959 n° 95, attaché culturel à consu cal, le 20.08.1948.

61Dans l’Inde indépendante, c’est à Calcutta que l’action culturelle française se déploie le plus précocément. Elle participe à l’effervescence culturelle de la capitale bengalie. En 1948, alors que la question du transfert des services culturels est posée, le conseiller culturel insiste sur le rôle central que joue encore la ville : « L’importance de Calcutta comme plaque tournante de cette région du monde est loin de disparaître, en dépit du fait que le siège du gouvernement central soit à la nouvelle Delhi. »114

62A partir de 1945, les élites bengalies francophones qui ont présidé à la création de l’Alliance française sont soutenues par la présence de l’attaché culturel et de Bossennec. En 1947, au départ de Lacombe, cette dernière prend la direction du Centre culturel et de l’Alliance française. Les relations culturelles franco-indiennes connaissent de riches heures, notamment à l’occasion du tournage du film Le Fleuve, de Jean Renoir.

Calcutta, centre pionnier de la coopération française

63D’un projet initial de "Maisons de la France" ou de création d’instituts esquissé après la Seconde Guerre mondiale, seul le Centre culturel de Calcutta voit le jour. Il est lié à l’Alliance française de la même ville. Olivier Lacombe, le premier attaché culturel de la France en Inde, arrive en 1945 dans l’ancienne capitale du Raj, aux côtés du chef de la représentation consulaire. Lorsqu’il repart en France, en 1947, il note :

  • 115 LACOMBE O., « J’ai fait la connaissance de Christine. », in LINÉ S. (éd.) : Témoignage des amis de (...)

« Je laissais derrière moi un Centre culturel que l’on pouvait considérer comme une antenne de notre ambassade. Ledit centre coexistait et coopérait avec l’ancienne Alliance française de Calcutta et que j’avais trouvée encore vivace à mon arrivée en Inde en 1945. Christine Bossennec continua d’animer efficacement cette double institution. »115

  • 116 Ibid.
  • 117 AMAE P – AO 1944-1955 - Inde-100 - DAO – Note pour la DGRC, le 06.08.1945
  • 118 LACOMBE O., « J’ai fait la connaissance de Christine » in LINÉ S. (éd.) : Témoignage des amis de Ch (...)

64En 1945, à l’arrivée d‘Olivier Lacombe, l’Alliance française affiche déjà en effet une vitalité certaine. Après avoir rejoint le bureau d’information à Delhi, à la fin l’année 1944, Bossennec demande son rattachement aux services de l’attaché culturel à Calcutta, à la fin de l’année 1945.116 Alors privé de tout collaborateur, Lacombe appuie cette demande, soulignant que « … professeur à l’université de Tagore pendant de nombreuses années, Bossennec jouit auprès des milieux intellectuels locaux d’une réputation dont notre prestige doit bénéficier. »117 L’attaché culturel appréciera cette aide précieuse : « Je ne pouvais que me féliciter de sa venue. La connaissance intime qu’elle avait de la société cultivée du Bengale allait m’être d’un grand secours. »118

  • 119 RENOIR J., 1974 : Ma vie mes films, p. 236, Paris : Flammarion.

65Les liens d’amitié noués autour de Santiniketan permettent à l’Alliance française de constituer un lieu de rencontre pour l’élite bengalie. Le cinéaste Jean Renoir, qui séjourne à plusieurs reprises au Bengale, entre 1949 et 1950, note à propos des gens qu’il rencontre à l’Alliance française et qui l’entourent pendant le tournage : « Ce groupe était le modèle même de la bourgeoisie indienne éclairée. Il comprenait des professeurs, des avocats, des médecins, des fonctionnaires, des gens de profession libérale. Beaucoup de filles sortaient de l’université de Santiniketan. »119 Cette histoire franco-indienne, tissée autour de Tagore, se retrouve également avec Lady Ranu Mukerjee, présidente de l’Alliance française à parti du début des années 1950, une grande figure du mécennat artistique qui fut une des égéries du poète.

66Le Centre culturel et l’Alliance sont regroupés dans le même bâtiment de Park Street, là-même où se situait le centre de la Société Artistique et Littéraire et, à partir de 1947, Bossennec dirige les deux institutions. Sous la houlette de l’ancienne directrice de la section féminine de Santiniketan, l’Alliance française devient le rendez-vous de l’élite intellectuelle, ce qu’atteste un témoignage d’André Ross, chancelier au consulat :

  • 120 ROSS A., « Il y a un an j’apprenais par Alain Daniélou… », in LINÉ S., Témoignage des amis de Chris (...)

« C’est en février 1949, à mon arrivée à Calcutta, que j’ai fait la connaissance de Christine (…). J’avais entendu parler d’une Bretonne qui avait fait partie de l’entourage de Tagore et enseigné à Santiniketan et qui dirigeait maintenant l’Alliance française (…). Grâce à elle, je fus rapidement intégré dans un cercle d’amis sympathiques, groupés autour de Ranu Mukherjee. Dirais-je aussi l’atmosphère de chaude amitié française qui régnait en ce temps-là à Calcutta et à laquelle Christine avait tant contribué. »120

  • 121 BATBEDAT J., « Je voudrais évoquer Christine à Calcutta… », in LINÉ S. (éd.) : Témoignage des amis (...)

67Nous trouvons les mêmes échos dans le témoignage de l’ambassadeur Jean Batbedat, alors stagiaire d’Orient à l’ambassade : « En écrivant ces lignes, je revis les soirées musicales chez Rajeshwari et Suddin Datta, où nous parlions aussi de poésie bengalie ou française. Les visites chez les Bose, le grand savant et sa femme Nalini. »121

  • 122 BATBEDAT J., « Je voudrais évoquer Christine à Calcutta… », in LINÉ S. (éd.) : Témoignage des amis (...)

68L’expérience et la connaissance de Bossennec, de Claude Journot, ancien étudiant à l’Inalco, qui a succédé à Lacombe, et de Daniélou facilite l’adaptation des agents de la représentations française, souvent venus faire leurs premières armes.122

  • 123 CHATTOPADYAYA B., TAGORE R., 1947 : Bandé Mataram, arrangements et orchestration d’Alain Daniélou, (...)
  • 124 Entretiens avec Chidanda Das Gupta et Jean Batbedat.

69Concernant Alain Daniélou, bien qu’établi à Bénarès, il reste en contact avec Calcutta et Santiniketan. Son autorité est désormais reconnue dans le domaine de la musique classique indienne. À l’université de Bénarès, il occupe le poste de directeur adjoint du département de musicologie, un département qu’il a créé aux côtés d’Omakarnath Thakur, grand interprête de musique hindustanie. En 1947, Ratindranath Tagore, le fils du poète, lui confie l’orchestration de l’hymne national Jana Gana Mana, une composition de son père, et du chant national Bandé Mataram, de B.C. Chatterji et mis en musique par son père.123 Daniélou la réalise en France avec l’aide du compositeur Max d’Ollonne. Il participe également parfois à l’animation des soirées réunissant Bengalis et Français en donnant des récitals vocaux124. En 1950, à Calcutta, il est nommé président de l’All Music Conférence.

  • 125 AMAE P – AO 1944-1955 - Inde 100 – consu cal à AFI, le 27.09.1949.
  • 126 Ibid.

70Le succès de l’Alliance française de Calcutta rejaillit sur ses activités d’enseignement illustrant la place que le français peut occuper dans l’Inde contemporaine. En 1948, l’Alliance française propose une classe de quarante élèves. De 1948 à 1950, quatre nouvelles classes de débutants sont ouvertes. La première génération d’étudiants de l’Alliance française est en marche. En 1949, le consul constate « les progrès de l’influence culturelle française au Bengale ».125 Au mois de septembre de cette année-là – mois qui marque la fin de la mousson et le début de la saison artistique – se tient une exposition de reproductions de peintres français patronnée par la Society of Fine Arts, alors principal groupement d’art de l’Inde.126

  • 127 Ibid.
  • 128 Ibid.
  • 129 SEN P. : « Painting », p. 72-78, in VATIN (éd.), Calcutta, 1994, Singapore, 281 p.
  • 130 Séances de discussions

71L’exposition attire plus de cent personnes par jour et suscite des articles élogieux de la part de la presse qui la qualifie de manifestation culturelle la plus importante depuis la guerre.127 Journot s’illustre dans son organisation.128 Le consul général préconise, en retour, l’organisation d’une exposition d’œuvres de peintres indiens. Du reste, les séjours en France de peintres indiens sont nombreux et se retrouvent dans l’évolution de leurs œuvres.129 L’ancienne capitale du Raj aime d’ailleurs se comparer à Paris. Un des points communs souvent relevés sont les addas,130 conversations qui se tiennent dans les coffee ou chai shop lors desquelles on peut retrouver artistes, intellectuels, étudiants et autres habitants de la ville, férus de l’art oratoire. Ces addas sont souvent comparés aux discussions tenues dans les cafés parisiens.

  • 131 Christian Belle, chargé d’affaires de France assure la transition entre le départ de Daniel Lévi et (...)
  • 132 AMAE P – AO 1944-1955 - Inde 100 – AFI à AE, le 02.10.1950.
  • 133 Ibid.

72En 1950, le chargé d’affaires131 décrit les bases de l’Alliance française et du Centre culturel comme solides, sa clientèle « toujours croissante », de même que l’intérêt du public pour les nombreuses manifestations organisées.132 Il conclut : « Ces activités ont assuré, dès maintenant, à notre organisation culturelle à Calcutta, sa place dans la vie intellectuelle de la cité. »133 Daniélou la considère comme le centre culturel le plus attractif de toutes les délégations étrangères dans la ville.

  • 134 RENOIR J., 1998 : Correspondance 1913-1978, p. 227, Paris : Plon.

73Un événement contribue à faire de 1949 et 1950 des années fastes pour les relations culturelles : le tournage du film The River par Jean Renoir. Il le réalise entre sa période américaine et son retour en France. Le cinéaste décide d’adapter, pour son premier film en technicolor, le roman anglo-indien de Rumer Godden. Assisté de son neveu Claude et d’une équipe indienne, il réalise l’œuvre qui restera la préférée de sa filmographie.134

74Les repérages, au début 1949, et le tournage du film de Renoir, de fin 1949 à mai 1950, donnent lieu à de nombreuses rencontres. L’aide de Bossennec pour rassembler l’équipe de tournage, organiser des rencontres entre le cinéaste et la population, se révèle très précieuse. Daniélou collabore à la partie artistique du projet, et organise la rencontre entre le cinéaste et la danseuse Radha Sri Ram, fille du président de la société de Théosophie. Dans ses mémoires le cinéaste rappelle ces événements :

  • 135 RENOIR J., Ma vie et mes films, p 237, op. cit.

« C’est à Bénarès, la ville sainte que nous fîmes connaissance de la danseuse Radha. Nous avions rencontré son futur mari, Raymond Burnier, chez l’attaché culturel français à Calcutta, Christine Bossennec, qui m’avait demandé de faire une conférence aux élèves de l’école. Il nous invita à passer les fêtes de Noël dans le palais qu’il habitait à Bénarès (…). C’est chez lui que je rencontrai Alain Daniélou, le musicologue qui connaît si bien l’Inde. Radha me fit connaître les danses dites “katakali”. »135

  • 136 Satyajit Ray (1921-1992).
  • 137 Chidananda Dasgupta est d’ailleurs le président des critiques de cinéma en Inde, le père de la gran (...)
  • 138 Cinéaste, compagnon de Satyajit Ray depuis l’adolescence avec qui il partage la même passion, Chida (...)

75La personnalité de Radha amène un aménagement du scénario pour le développement de l’importance du rôle de la danseuse. Le tournage scelle également la rencontre entre deux réalisateurs majeurs de l’histoire du cinéma, celle de Renoir avec le jeune Satyajit Ray, encore inconnu. Ce dernier, fils du célèbre écrivain, humoriste et caricaturiste Sukumar Ray, est un ancien étudiant des Beaux-Arts de Santiniketan.136 En 1947, il a créé avec Chidananda Das Gupta137 la Calcutta Film Society.138

  • 139 RENOIR J., Correspondance 1913-1978, p. 227.

76Le futur cinéaste, alors employé dans une agence de publicité, est autorisé par Renoir à se rendre sur le tournage à chaque fois que Ray le souhaite. Ce denier ne manque pas de faire le déplacement lorsque son travail le lui permet. En compagnie d’autres personnalités bengalies, il prend aussi part aux addas auquel Renoir se prête. L’érudition et la personnalité chaleureuse du cinéaste français sont appréciées de tous. Cette estime est d’ailleurs récirpoque, Renoir écrivant, au moment des repérages : « J’ai tourné des bouts d’essai avec un camaraman hindou et une équipe indienne. Je les ai montés avec un chef monteur indien. Ils sont tous compétents et ont pour notre métier un respect que j’aimerais trouver chez nos techniciens blancs. Nous avons rencontré des jeunes gens, des étudiants, et ils sont passionnants. »139

  • 140 « L’Inde et les Indiens m’ont aidé à me débarasser de mes dernières traces de nationalisme. J’ai pa (...)

77Ce tournage laisse des souvenirs marquants pour le cinéaste français qui y fera très souvent mention par la suite.140 Il en laisse également chez ses partenaires indiens. Cette rencontre a également eu une influence sur les choix de Ray. Le jeune cinéaste indien fut pas influencé stylistiquement par le réalisateur de La Règle du Jeu, et il ne fut pas non plus son assistant comme cela a souvent été écrit. Il l’a en revanche souvent rencontré sur les lieux de tournage et a pu échanger avec le cinéaste français ses vues sur le cinéma.

  • 141 DASGUPTA C., 1998 : « Quelques souvenirs du passage de Jean Renoir à Calcutta », p. 4-7, inLa Lettr (...)

78Au cours de leurs discussions, Renoir essaya de le convaincre de choisir une histoire indienne pour scénario de son premier film, et de faire éclore son propre style, plutôt que de suivre le modèle de Hollywood, qui impressionne alors fortement le jeune artiste.141 Les conseils de Renoir, ainsi que la découverte du néo réalisme italien, avec notamment Le Voleur de Bicyclette de De Sica, déterminèrent Ray dans le choix de Pather Panchali comme scénario de son premier film, avec le succès que l’on sait. En 1956, la palme du meilleur film documentaire à Cannes, pour l’adaptation de ce roman de Bibhouti Bushan Bandhopadyaya, est l’épilogue de cette rencontre, qui fait référence dans l’histoire du cinéma. Quant au film Le Fleuve, sa sortie en décembre 1951 ne suscita pas d’attention particulière de la part de la critique française, plus préoccupée alors par l’événement représenté par le retour de Renoir des États-Unis, que par son interlude indien. Le Fleuve obtient toutefois le 1er prix de la Biennale de Venise, et représente le plus grand succès commercial et le film préféré de sa filmographie.

Une activité florissante (1951 – 1954)

  • 142 AMAE P – AO 1944-1955 - Inde 101 – consu cal à AE, le 08.12.1951.

79En décembre 1951, le nouveau consul général, dresse le bilan d’une saison culturelle très active pour l’Alliance française et des inscriptions toujours en hausse.142 En 1952, l’année démarre en fanfare avec l’exposition de gravures Cents chefs d’œuvre de l’art français qui se tient dans le prestigieux Marble Palace. Toute la persuasion du consul général a été nécessaire pour obtenir l’autorisation d’organiser cette exposition dans le grand palais de la ville, alors qu’elle venait d’être refusée à la République populaire de Chine. Les bonnes relations qu’entretiennent les représentants français à Calcutta avec les autorités y ont contribué, mais l’élément déterminant est l’assurance du caractère strictement culturel de l’exposition, le gouverneur de l’État du Bengale voulant éviter l’utilisation du Marble Palace à des fins de propagande politique. Les qualités techniques de l’exposition contribuent également à son succès, chaque gravure est accompagnée de commentaires reproduits en français, bengali, hindi et anglais. Le gouverneur du Bengale préside l’inauguration qui réunit quatre cents personnes. Les jours suivants, la moyenne des visiteurs varie de cent à six cents, comprenant de nombreux groupes d’étudiants. L’effet dans la presse est retentissant. La peinture française s’établit un peu plus au premier rang dans les références des artistes bengalis.

80En visite à Calcutta, quelques semaines après avoir pris possession de son nouveau poste, Ostrorog ne tarit pas d’éloges sur le fonctionnement de l’Alliance française conduite par Christine Bossennec. La salle de conférence peut alors accueillir quatre-vingt personnes et l’institution compte deux bibliothèques. Il peut constater toute la sympathie dont jouit cette association mais relève toutefois des lacunes :

  • 143 AMAE P – AO 1944-1955 - Inde 101 – AFI à AE, le 19.02.1952.

« Maintenant des appareils de réfrigération sont installés partout sans que la chose ait plus un caractère de luxe que l’éclairage électrique ou le téléphone. Seuls les établissements français s’attachent aux vieilles coutumes, ce qui permet à bien des gens de dire que nos institutions vieillissent et sont impuissantes à suivre le rythme de la vie moderne. »143

  • 144 AMAE P – AO 1944-1955 - Inde 101 – consu cal à AE, le 15 .04.1952.

81L’engouement pour les grandes manifestations culturelles organisées par le Centre culturel et l’Alliance française ne se dément pas. Suite au succès de Cent chefs d’œuvres de l’art français et convaincu du caractère strictement culturel de ces manifestations, le gouverneur du Bengale saisit lui-même les représentants français d’une proposition d’organiser régulièrement d’autres expositions, à raison d’une tous les six mois.144 L’exposition Le Siècle des Lumières est arrêtée pour le mois de novembre de la même année. Au mois de juillet 1952, l’exposition Les Arts graphiques dans la France d’aujourd’hui, qui se tient à l’Alliance française, rencontre la faveur du public. À son issue, une requête est envoyée à l’Institut industriel d’Art appliqué, par le directeur de l’Indian Institute of Art in Industry, en vue d’un partenariat entre les deux institutions. En 1953, Bossennec qui œuvre depuis presque vingt ans pour la culture française se voit décorée de la Légion d’Honneur, consacrant ainsi l’amitié franco-bengalie.

  • 145 AMAE P – AO 1944-1955 - Inde 101 – directeur du centre culturel à consu cal, le 13.11.1954.
  • 146 Entretien avec Pierre Amado.

82En 1954, l’activité d’enseignement de l’Alliance française de Calcutta poursuit son essor : neuf nouvelles classes de débutants se sont ouvertes et, faute de moyens, l’association doit refuser certaines inscriptions.145 En outre, le développement très important des activités de l’Alliance française de Calcutta met en relief les limites restreintes de son budget. Son nouveau directeur, Pierre Amado s’interroge sur le rôle de l’action culturelle de la France en Inde, et plus spécialement au sein de la société indienne et l’avenir des étudiants orientés vers les voies de la francophonie. Il en appelle donc à la mise place d’une véritable coopération, notamment sur le plan technique, suceptible de donner toute son utilité à l’enseignement de l’Alliance.146 C’est également l’expression d’une volonté d’inscrire enfin l’action culturelle française dans le moyen terme, voir le long terme.

Un centre précurseur (1955 – 1962)

  • 147 Archives privées de Henry Bourgeot.
  • 148 Entretien avec Pierre Amado.

83Dès le milieu des années 1950, il se forme un amicale des élèves qui compose un vivier de personnalités porteuses de la francophonie au Bengale, comme Ruby Palchoudury, future présidente de l’Alliance française.147 En outre, dès 1955-1956, l’Alliance française de Calcutta commence à dispenser des cours de français aux techniciens indiens, avant que ceux-ci n’aillent poursuivre une formation technique en France. C’est notamment le cas pour des techniciens des chemins de fer indien.148 En 1957, l’Alliance française, avec l’aide notamment de Jean Fournier, ancien lecteur à Lucknow, accueille plus de sept cents élèves. Amado propose neuf heures de cours par semaine à l’université de Calcutta. Le directeur du Centre culturel va s’attacher à l’extension des activités vers les institutions indiennes. Dès 1958, l’ambassadeur peut, en effet, le constater :

  • 149 AMAE P – AO 1956-1967 - Inde 193 – AFI à AE, le 24.02.1958.

« Le séjour que je viens de faire à Calcutta m’a permis de constater combien l’action se développe et se consolide. Le nombre d’Indiens qui s’inscrivent à l’Alliance française augmente de jour en jour. Avec le concours de M. Bourgeot (...), M. Amado a pu organiser des cours de français aux universités techniques de Jadavpur et Kharanagpur, pour répondre à la requête dont il était saisi et ne pas laisser toute la place aux Allemands. »149

  • 150 Ibid.

84Parallèlement, les activités artistiques proposées suscitent toujours le même engouement. C’est le cas, par exemple - toujours en 1958 -, des représentations d’Amal et la Lettre du Roi, interprétée par des résidents français, et du Médecin Malgré Lui, interprétée par des Indiens. Bien que payant, le spectacle réalise salle comble. L’ambassadeur conclut : « Même le public difficile et critique de Paris eût applaudi à ce concours. »150

  • 151 PINIAU B., ROCHE F., Histoires de diplomatie culturelle…, p. 98 et 112.

85A l’occasion de son séjour à Calcutta, l’ambassadeur remet la Légion d’honneur à Lady Ranu Mukherjee. La qualité et le rôle dans la vie culturelle de cette dernière donnent à cette cérémonie, selon Naïdu, gouverneur général de l’État du Bengale, « un éclat public ». La même année, un des premiers centre audio-visuel d’enseignement du réseau mondial des Alliances françaises est installé avec succès.151

  • 152 AMAE P – AO 1956-1967 - Inde 195 - AFI à AE, le 02.09.1961.

86En 1961, l’Alliance française poursuit sa coopération scientifique, en dispensant des cours aux chercheurs du fameux Institut de Statistique – dirigé par le grand scientifique Mahalanobis –, à l’Institut de Physique nucléaire, à la Ramakrishna Mission, au collège technique de Sibpur. Parallèlement, elle entretient des relations avec les universités de Calcutta et de Jadavpur, l’Institut de Technologie de Kharagpur. Elle collabore en tout avec huit établissements.152

  • 153 AMAE P – AO 1956-1967 - Inde 141 - AFI à AE, le 03.09.1961.

87Ainsi, l’Alliance française de Calcutta et le Centre culturel développent leurs activités en direction de la coopération scientifique et technique. En 1961, la bibliothèque de l’Alliance française contient environ 5 000 volumes et s’enrichit de trente nouveaux titres par mois.153 Elle compte également 418 disques, et 75 films en 16 mm. Elle compte une salle de lecture pour les journaux et les périodiques, une salle de conférence capable d’accueillir une centaine d’auditeurs, un laboratoire audiovisuel, un service de diffusion du film, un fichier de documentation, tenu par un documentaliste traducteur, et sept salles de classes, dont deux nécessitent d’être rénovées. Depuis 1960, il faut également noter l’existence d’un service du film qui connaît un succès immédiat.

88Au début de l’année 1961, 445 étudiants sont inscrits, pour une capacité maximum de 500 élèves. L’ouverture de deux nouvelles classes est prévue au début du mois d’août, une pour débutants et une de préparation au diplôme supérieur. La capacité maximum est alors atteinte.

89En visite à Calcutta en octobre 1961, Jean-Paul Garnier, le nouvel ambassadeur, peut écrire au Quai d’Orsay :

  • 154 Ibid.

« J’ai pu constater la parfaite courtoisie et même l’empressement aimable du Gouvernement du Bengale à l’égard du Représentant de la France (…). Deux réceptions, l’une au consulat général, l’autre à l’Alliance française, me permirent enfin de faire connaissance avec les membres de notre colonie et les nombreux Bengalis, professeurs et étudiants en particulier, dont l’attachement à notre culture est réconfortant. »154

  • 155 AMAE P – AO 1956-1967 - Inde 141 – consu cal, Activité du poste en 1961.
  • 156 Ibid.

90Finalement à la fin de 1961, on peut compter vingt-deux classes réunissant 608 étudiants, parmi lesquels vingt reçoivent le diplôme attribué par l’Alliance française de Paris, également reconnu par l’université de Calcutta pour l’inscription au M.A French.155 Dans son rapport d’activités pour l’année 1961, l’Alliance française de Calcutta fait état de l’organisation de dix séances de cinéma, de quatorze conférences, de six expositions, de plusieurs récitals de musique, de la commémoration du centenaire de Tagore. En revanche, si les locaux sont mentionnés comme étant bien aménagés, le système de climatisation reste hors d’usage, ce qui nuit à leur fréquentation.156

  • 157 Elève de Michel Bréal, spécialiste de l’Iran ancien, et professeur au Collège de France. Il est le (...)

91À partir du dernier quart du XIXe siècle, de l’autre côté de la péninsule, Bombay, capitale de Province du Raj, devient un véritable pôle de culture française. Comme au Bengale, l’intérêt des élites Bombayotes pour la culture française s’inscrit dans un courant de modernisation et d’émancipation de l’Inde. Cet élan est soutenu par le Cercle littéraire, véritable centre culturel francophone d’initiative indienne, soutenu par la communauté parsie. Le Cercle littéraire, créé en 1886, illustre la place de celle-ci dans les stratégies sociales des élites indiennes occidentalisées. Comme le note l’orientaliste James Darmesteter,157 la création du Cercle Littéraire constitue un événement remarquable pour l’histoire de la culture française non seulement en Inde mais dans le monde :

  • 158 AMAE N – consu bom n° 12 , Le Cercle Littéraire : DARMESTETER J., « Le Cercle Franco-Parsi de Bomba (...)

« La création de ce cercle qui remonte à l’année 1886, est un des épisodes les plus honorables de l’influence française à l’étranger ; c’est un hommage rendu spontanément à notre civilisation et sans qu’il ait été provoqué ou inspiré par aucune ingérence française, officielle ou officieuse. »158

92Trente ans après l’hommage de Darmesterter, Désirée Lévi peut mesurer les effets du développement de la francophilie parmi les élites de Bombay :

  • 159 LÉVI D. : Dans l’Inde, de Ceylan au Népal, p. 228, . (Tout laisse à supposer qu’il s’agit de la fam (...)

« Nous sommes ici en France ; la conversation qui s’engage en anglais à cause de Tagore se termine toujours, portée par une pente naturelle et irrésistible, dans le parler de chez nous. La jeune fille qui nous reçoit en l’absence de sa mère (…) a une façon de dire : C’est fantastique ! qui me rappelle toutes mes nièces. Son frère fera son service militaire, devoir à remplir d’autant plus allègrement accepté que ce sera pendant dix-huit mois la vie en France où ses deux enfants sont nés, où ils ont été élevés, où leurs trois frères et sœurs séjournent en ce moment même pour leur éducation. Singulier milieu que cette société parsi, si étrangère à l’Inde, si indifférente à elle, dont elle ne connaît rien, dont elle ne se soucie de rien connaître, si complètement occidentalisée. Mlle T. et son frère n’ont jamais vu de l’Inde que Bombay et ses environs. Le moindre temps de vacances ou de liberté, on vient le passer en Europe. »159

La culture française à Bombay

Le Cercle Littéraire et les parsis

  • 160 MENANT D., 1898 : Les Parsis, histoire des communautés Zoroastriennes de l’Inde, Paris : Leroux, p. (...)
  • 161 Wadia Ruttonjee Ardeshir, 1964 : Scions of Lowjee Wadia, Bombay : Godrej Memorial Printing.

93En 1885, le Ministère des Affaires étrangères adresse au consulat à Bombay une circulaire concernant les activités de l’Alliance française, récemment mise sur pied. Le consul annonce alors au Quai d’Orsay une étonnante nouvelle, celle de la création par des habitants de Bombay – essentiellement parsis – d’une société réunie autour de la langue et de la culture françaises. Emigrés originaires de la Perse, les parsis arrivent en Inde au 8ème siècle. Ils y bénéficient de l’hospitalité du Rana de Sajan, dans l’actuel Gujarat.160 De Sajan, ils s’établissent dans les localités avoisinantes. À la fin du XVIIIe, les parsis sont établis à Canton, où ils ont obtenu le monopole du commerce entre l’Inde et la Chine, jusqu’en 1842, et prenant une part très active dans le commerce de l’opium. Au milieu du XIXe siècle, ils occupent une position sociale élevée à Bombay et à Baroda, plus largement dans le Gujarat et le Broach. Ils possèdent également des établissements à Calcutta et en Angleterre. Leur présence est attestée dans l’Inde entière et on retrouve des maisons de commerce parsies dans de nombreux autres pays, à Ceylan, sur la côte Mozambique, à Zanzibar, à Madagascar, au Cap, en Amérique du Nord, à Macao, Hong Kong et Singapour, en Indonésie, au Japon, en Australie et bientôt en France. Les liens privilégiés entre parsis et Français remontent à la fin du XVIIIe siècle, et aux activités de courtage. Au début du XIXe siècle, ces relations prennent une tournure officielle. Jehangir Nusserwanjee Wadia est déclaré broker of the French People, puis French Broker on the Malabar Coast . Ces relations sont entretenues par des rencontres entre des membres éminents de la communauté zoroastrienne et Louis-Philippe, puis Napoléon III.161

94Au XIXe siècle, le port de Bombay supplante celui Surate sur la côte ouest de péninsule indienne. Les parsis prennent une part prépondérante dans son dynamisme commercial, notamment sur le plan financier. Leur position leur permet de profiter du formidable essor du commerce du coton au moment de la guerre civile aux États-Unis. Certains de ses représentants s’orientent alors vers les activités industrielles. En 1855, Sir Dinckshaw établit l’Oriental Spinning and Weaving Mill qui permet la création d’autres usines. L’industriel le plus remarquable de l’Inde est un autre parsi, Jamshedji Nasarvanji Tata.

  • 162 id., p. 328-329.
  • 163 SARKAR S., « L’entrée le siècle : la première révolte ».

95Employé dans la maison de commerce de son père, il voyage tout d’abord en Chine, puis en Europe. En 1877, il construit l’usine de Nagpur, en Inde centrale, et, en 1887, achète les Swadeshi Mills à Coorla, près de Calcutta. C’est le début d’un empire industriel aux ramifications innombrables. En 1879, sur 58 usines en Inde, 30 se trouvent dans l’île de Bombay et emploient 40 000 ouvriers. En 1895, sur 144 usines utilisant comme source d’énergie la vapeur, 100 se situent dans la province de Bombay, elles emploient 139 000 ouvriers.162 À la fin du XIXe siècle, la ville connaît une croissance industrielle rapide. Le dynamisme économique de la ville est largement soutenu par les capitaux indiens.163

96La communauté parsie apparaît dans la plupart des livres ou articles français consacrés à l’Inde dans la seconde moitié du XIXe siècle. En 1857, on la retrouve dans un article de L’Illustration, mais aussi au cours des années 1870, dans les récits de voyage en Inde d’Alfred Grandidier et de Louis Rousselet, pour la revue Le Tour du Monde. En 1913, dans son récit A travers l’Inde, le capitaine Claude Lafontaine, en donne cette description :

  • 164 Il s’agit de Ratanji Dadabhoy Tata mariée qui épouse Suzanne Brière en 1902. Suite à ce mariage Suz (...)
  • 165 Le créateur de l’école des arts à laquelle réfère l’auteur est Sir Jam Jeejeebhoy. LAFONTAINE C., 1 (...)

« Les Parsis sont 94 000 aux Indes (census de 1901) et vivent pour la plupart à Bombay ; ils sont commerçants, banquiers, presque tous fort riches et philanthropes, ils occupent, bien que peu nombreux, une place considérable à cause de leur fortune ; ils sont instruits, ouverts à tous les progrès et ont plus d’un point commun avec les Européens. L’un d’eux M. Tata, a épousé dernièrement une parisienne.164 Non seulement ils ont le sens des affaires mais ils ont le sens politique ; ils ont su plaire aux Anglais, malgré leurs richesses, par des dons importants, des créations d’hôpitaux. L’un d’eux, Dinshaw Petit, fondateur d’un asile, a été anobli par la reine Victoria, un autre a créé l’École des Arts. »165

97Se trouve ici résumé certaines caractéristiques de la communauté parsie : pouvoir économique, rôle politique, mécénat dans le domaine éducatif. Les trois richissimes membres de la communauté parsie citées par Lafontaine ont entretiennent des liens avec la culture française par le Cercle littéraire .

  • 166 Parmi les publication françaises sur la communauté parsie, sa langue et sa culture, nous pouvons si (...)

98Les liens entre la culture française et la communauté parsie commencent à prendre toute leur signification à travers la vie et l’oeuvre d’Anquetil-Duperron. À la fin du XVIIIe siècle, ce dernier s’attache à l’étude du Zend Avesta, livre sacré de ce peuple de tradition zoroastrienne. Au cours de son séjour, celui qui est considéré comme un des pères de l’indianisme français, part à la recherche du manuscrit pour en effectuer la première traduction intégrale à partir du texte original. L’intérêt des indianistes français pour la tradition des parsis se poursuit tout au long du grand mouvement de traduction et d’études comparées du XIXe siècle par Eugène Burnouf, Ignace Pietraszewski, Francis Meunier, Charles de Harlez, Abel Hovelaque, et James Darmesteter poursuivant les recherches menées sur la langue zende.166

99Ces relations prennent une dimension socio-culturelle majeure dès les années1840, dans le cadre de la reconstruction de l’identité parsie. La conversion de deux de leurs membres par le révérend Wilson et la propagande dévalorisante qu’il déploie cette occasion à l’encontre de la culture parsie provoquent une réaction parmi les représentants de cette communauté. Les élites parsies trouvent un matériau précieux dans les travaux des orientalites français, et notamment Eugène Burnouf, Ernst Bopp, Joachim Menant ou encore Jules Mohl, traducteur du Livre des Rois. Alors que les parsis subissent les attaques des missionnaires évangélites, l’école orientaliste française voit en eux les descendants des souverains de l’Empire perse.

  • 167 MODI Jivanji Jamshedji, 1933 : K.R . Cama, p. 31, Bombay : K.R. Cama Oriental Institute.

100En 1841, Burnouf accueille Manockji Cursetjee, beau-père du savant et philantrope Kharshedji Rustomji Cama. Il s’engage alors une correspondance dans laquelle Burnouf célèbre les « nobles débris d’un des peuples les plus héroïques et les plus grands de l’antiquité », « une des nations les plus respectables de l’Asie » et « le travail et l’exercice constants de leurs devoirs religieux et moraux », tout en regrettant le manque d’intérêt en Inde pour la langue ancienne des parsis.167 Les étudiants parsis de l’université de Bombay commencent alors à s’intéresser au français, une langue qui donne accès à une approche scientifique moderne de leur culture et de leurs origines. D’autant que, plus de mille ans après s’être installés en Inde, ils ont progressivement abandonné la langue zende au profit du gujarati. Ainsi, en 1857, venant à Londres avec Dadabhai Naoroji pour fonder la première maison de commerce indienne, K.R. Cama se rend à Erlangen et Paris pour s’enquerir des méthodes d’investigation européennes appliquées à la culture zoroastrienne. À son retour en Inde, il donne une nouvelle impulsion aux études de l’Avesta. La visite de K.R. Cama à Paris, en 1859, et sa rencontre avec les professeurs Burnouf, Bopp, Menant, de Harlez, Mohl et Oppert permet de concrétiser ces échanges. Ceux-ci se perpétuent grâce aux liens entretenus avec les élites parsies par James Darmesteter, examinateur pour les examens d’Avesta en 1887 à la Sir Jamsetjee Jejeebhoy Zarthoshti Madressa, et à Delphine Menant, fille du professeur Menant et auteur d’une monographie sur les descendants perses de la communauté zoroastrienne.

Les parsis et l’éducation dans le Raj

  • 168 En 1837, la Native School fusionne avec l’Elphinstone College pour devenir l’Elphinstone Institutio (...)
  • 169 Lycées.
  • 170 Membres du corps enseignant des collèges universitaires.

101Dès la création de la Bombay Native Education School, en 1822, les parsis prennent part au développement du système éducatif dans le Raj. En 1827, ils coopèrent à la création de l’Elphinstone College.168 Suite à son élévation à la dignité de Knighthood, en 1842, Jamshedjee Jeejeebhoy entreprend la création d’un établissement à la fois éducatif et philanthropique : le Sir Jamshedjee Jeejeebhoy Parsee Benevolent Institution, qui ouvre ses portes en 1849. Il comprend 23 écoles réparties dans la ville et la région du Gujarat. De nombreuses high schools169 sont entre les mains des parsis. Ils fondent 18 institutions enseignantes à Bombay et 23 dans toute l’Inde. Sur les 320 fellows170 que compte l’université de la ville, depuis sa création à 1893, 69 sont des parsis, soit plus de 21 %, une part considérable pour une communauté numériquement si réduite. En 1893-94, sur 412 juges de paix, 110 sont parsis, soit plus de 26 %. Parmi eux, 36 sont des avocats inscrits au barreau en Angleterre et à Bombay.

102Les femmes de la communauté parsie jouent un rôle majeur dans l’enseignement. Dans son étude de l’Inde, Albert Métin, professeur à l’école coloniale des hautes études commerciales, écrit à leur sujet :

  • 171 MÉTIN A., 1903 : L’Inde aujourd’hui, Etude sociale, p. 21-22, Paris : Colin, 301 p.

« Les dames parsies rivalisent avec les Anglaises pour la bicyclette ou pour le tennis (…). À Bombay, les institutrices sont parsies quand elles ne viennent pas d’Europe et, dans la présidence, les Parsies sont à peu près les seules femmes qui soient entrées dans l’enseignement. À Poona, la grande ville militaire du Deccan, l’ancienne capitale marathe, les professeurs femmes des deux écoles secondaires de jeunes filles sont des Parsies. À Baroda, capitale d’un État indigène, la surintendante chargée d’organiser et de diriger l’école normale d’institutrice est parsie ».171

103C’est d’ailleurs la persévérance de Ratnabai et Mihirbai Ardéchir, deux étudiantes parsies, qui permet à la langue française de progresser dans les programmes universitaires. En 1897, à la mort de Ratnabai Ardéchir, entre-temps devenue enseignante de français au Wilson College, une bourse éponyme est créée. Elle est destinée à récompenser chaque année un étudiant pour ses résultats obtenus aux examens de français. Quant à sa sœur, dès 1891, elle poursuit des études à la faculté de médecine de Paris.

L’introduction du français à l’université de Bombay et la naissance du Cercle Franco-Parsi

104Le Cercle Littéraire, baptisé dans un premier temps le Cercle Franco-parsi, est inauguré en novembre 1886, six mois après la réunion qui a présidé à sa création. Le nom est modifié afin de ne pas éveiller les suspicions des autorités britanniques. Les dons de richissimes représentants de la communauté parsie, au premier rang desquels Sir Dinshaw Petit, permettent la constitution de cette association, véritable centre de promotion et de diffusion de la culture française. La création du Cercle littéraire est clairement présentée par deux de ses membres les plus actifs, S.J.S. Noti et J.E. Davar, comme la conséquence directe de l’admission du français parmi les secondes langues aux examens universitaires, de l’accession sociale des élites indiennes à l’intérieur du Raj, et plus généralement comme la conséquence du développement des contacts directs entre l’Inde et l’Europe :

  • 172 NOTI S.J.S., DAVAR J.E., 1902 : A Letter From The Bombay Cercle Littéraire Français, Bibliothèque D (...)

« Avant 1886, le français n’était pas reconnu comme une des secondes langues pour les examens des cours d’enseignement supérieur par l’université de Bombay. Il n’était inclus que dans le programme des matières prescrites pour les examens d’entrée ou d’immatriculation. Ce fait en lui même, aussi bien que les rapports de plus en plus importants entre l’Inde et l’Europe depuis le début des années 70, le grand afflux d’étudiants indiens pour la poursuite de leurs études pour les emplois administratifs et les professions libérales, et le nombre de plus en plus grand de messieurs et de mesdames qui avaient entrepris l’étude du français, permit effectivement d’ouvrir les yeux des étudiants comme des parents et des tuteurs sur l’immense avantage de l’étude de la langue française comme outil de grande culture, et de succès professionnel. »172

  • 173 DARMESTETER J., 1891 : « Le Cercle Franco-Parsi de Bombay », in Le journal des débats, 2.11. 1891, (...)

105James Darmesteter retrace également dans un article consacré au Cercle littéraire, l’enchaînement des événements : « Pendant que le français entrait par la brèche dans l’université et l’enseignement officiel, il pénétrait sans lutte dans la société privée. Quelques jeunes amateurs de français se réunissaient et formaient un club français et une bibliothèque française. »173 Dans son ouvrage Lettres sur l’Inde, il évoque la fondation du Cercle de la manière suivante :

  • 174 DARMESTETER J., 1888 : Lettres sur l’Inde, À la Frontière Afghane, p. 338, Paris : Alphonse Lemerre

« 22 novembre : Par un hasard heureux, j’arrive juste à temps pour assister à une fête française des plus inattendues, et d’autant plus précieuse que l’initiative française n’y est pour rien et le génie de la France y est pour tout. On ouvre ce soir le Cercle Littéraire, fondé par des étudiants parsis pour l’étude de la langue et de la littérature française. L’hsitoire vaut la peine d’être contée.
Il y a trois ans, deux jeunes filles parsies, Mihirbai et Ratnabai, filles de l’avoué Ardéchir, se présentèrent en demandant à être interrogées sur le français. On refusa et on leur dit : Passez une des six langues classiques : latin grec, sanscrit, arabe, hébreu, ou persan. Le père envoie une pétition au Sénat de l’Université pour que le français soit introduit comme septième langue classique. La pétition est repoussée ; nouvelle pétition, appuyée par un vif mouvement d’opinion parmi les parsis et défendue avec énergie dans le Sénat par un Espagnol, le professeur Pedrazza, le véritable créateur du mouvement français. »174

  • 175 DARMESTETER J., « Le Cercle Franco-Parsi de Bombay ».

106Darmesteter souligne également le rôle des œuvres de Duperron et Burnouf : « Une sorte de reconnaissance scientifique et religieuse avait d’abord attiré l’élite de la jeunesse parsie vers l’étude du français. La curiosité littéraire avait achevé l’œuvre de gratitude religieuse. »175

107C’est donc la reconnaissance, en 1886, de la langue française par l’université qui provoque une vague d’enthousiasme chez les étudiants parsis, qui décident alors de créer un groupement :

  • 176 AAf-P - Bulletin de l’Af n° 13-14 (01.09-01.11.1886), Paris.

« … par suite de l’admission de notre langue par l’université de Bombay, une cinquantaine de jeunes gens, presque tous des parsis, se sont réunis sous la présidence d’un professeur de langues, pour former une association à laquelle ils voulaient donner en premier lieu le nom de Club français qu’ils ont ensuite changé en Cercle littéraire.
Cette association rencontrera sans doute plusieurs difficultés, mais elles ne seront pas insurmontables et grâce au caractère persévérant des parsis, ainsi qu’à l’aide qu’ils pourront recevoir d’autres membres de la communauté des Mahométans et des Hindous, en dernier lieu des quelques Français habitant Bombay, il y a tout lieu d’espérer de bons résultats. »176

La réunion du 20 novembre 1886

  • 177 Voir plus loin sur son rôle dans le développement de l’enseignement du français dans la Province de (...)

108Créé le 23 juin 1886 sous la présidence de Pedraza, professeur français d’origine espagnole,177 l’inauguration du Cercle littéraire se déroule donc six mois plus tard, le 20 novembre 1886 :

  • 178 AAf-P - Bulletin de l’Af n° 15-16 - (01.01-01.03 1887).

« Le 20 novembre 1886 a été inauguré à Bombay, par M. Henri Follet, Consul de France, le Cercle Littéraire fondé six mois auparavant par des étudiants de langue française. La cérémonie a eu lieu dans le local du Cercle Church Gate Street. On remarquait dans l’assistance, à côté de M. Follet, M. Henri Moet, vice-consul de France, Son Excellence Mirza Hussein Kulikhan, consul général de Perse, l’Honorable M. F-F. Adam, les professeurs Darmesteter, Woodworth et Pedraza, de l’université de Bombay, les Honorables Juges à la cour suprême, MM. West et Jardine ; les docteurs J. Gerson, de Cunha, J.-A. de Gama, Cowasjee, Pestonjee, etc. Durant toute la séance la langue française seule a été employée (…). M. J.E. Davar a lu un rapport sur l’origine et la fondation de la société. Quelques étudiants qui avaient acquis par une étude personnelle, une connaissance suffisante du français, cherchaient les moyens de se perfectionner dans la pratique de cette langue. Un professeur de français, M. Lawrence, leur suggéra l’idée de fonder un club où toutes les personnes sachant le français pourraient échanger leurs idées, lire, réciter, etc., en français. Un comité provisoire fut institué et son premier soin fut de réclamer le concours du professeur Pedraza, le fondateur et le père des cours de français à Bombay. Celui-ci comptait plusieurs de ses anciens élèves parmi les promoteurs de l’œuvre, il consentit à présider le 23 juin 1886 un meeting, tenu à la Fort High School, où la fondation du Cercle Littéraire fut résolue. Il se composait de 35 membres ; ce nombre s’est accru depuis, et il est aujourd’hui de 70, sans compter vingt-cinq membres honoraires. Les souscriptions s’élèvent à une somme de 6 000 roupies (près de 45 000 francs). »178

  • 179 Environ 9 000 francs de l’époque.

109Cette inauguration se tient en présence d’une prestigieuse assemblée où l’on retrouve à côté du consul de France, James Darmesteter, d’éminents représentants de la communauté parsie, le professeur Pedraza et J.E. Davar, secrétaire du Cercle. Parmi les membres honoraires, on remarque également deux français Vernin et Paul, de Paris. Molière est à l’honneur. Une récitation est donnée de la scène neuf de l’acte deux des Fourberies de Scapin ainsi qu’un résumé de la vie et des œuvres d’Alexandre Dumas et un poème de Barbier sur Napoléon. Dinshaw Petit fait un don de 4 000 roupies179 destiné à la fondation d’une bibliothèque, qui portera son nom. Jehangir Nusserwanjee Mody et Jamsetjee Nusserwantjee Petit offrent chacun 500 roupies.

Un organe de propagation de la langue française

  • 180 Les minutes du procès Dreyfus y furent suivies avec beaucoup d’attention.

110Grâce à ses donateurs, le Cercle littéraire acquiert des ouvrages d’auteurs classiques et modernes, ainsi que des études scientifiques, des revues et des périodiques illustrés. Dès les années 1890, la bibliothèque contient 1 836 ouvrages sur des thèmes très variés qui attestent d’un « savant éclectisme ». Ainsi trouve-t-on au catalogue des ouvrages de Rimbaud, Renan, Lavisse, Faguet, Simon, Taine ou encore Maspéro. C’est certainement la première bibliothèque indienne d’ouvrages exclusivement français sous le Raj qui permet d’entretenir un contact avec la France et son actualité.180 Enfin, le Cercle offre des récompenses aux étudiants qui obtiennent les meilleures notes aux examens de français, certainement les premiers prix décernés de ce genre en Inde britannique. Au sujet de Sir Dinshaw Petit, « Rotschild parsi », il est intéressant de noter que, s’il a adopté un surnom français, ‘Petit’, un sobriquet donné au début du siècle par les marins français à son grand-père, courtier de commerce à Surate, il n’est pas francophone. Dinshaw Petit tint néanmoins à s’associer au Cercle littéraire par son mécenat, en laissant son nom à la bibliothèque. Signe de la progression du français parmi cette élite financière de Bombay, son fils Jehangir Petit lui est francophone.

111Le Cercle Littéraire ne tarde pas à s’agrandir, et, en 1891, il compte déjà près de 200 adhérents. Il s’élargit également aux membres des autres communautés de la ville. À côté des rares Français de Bombay, on y retrouve quelques Européens – Anglais et Portugais - des hindous, des juifs, et des musulmans. La moitié des membres reste toutefois composée par la communauté parsie. En 1892, Davar, le secrétaire de l’association, et Pedraza, son fondateur, reçoivent les palmes d’officier de l’Académie pour leur action en faveur de l’enseignement du français.

Un coin de France

112L’envoi du catalogue de la bibliothèque du Cercle littéraire à l’Alliance française en 1892 est suivi d’une invitation lancée aux voyageurs français : « Tout français ou ami de la France qui passerait à Bombay sera certain d’être bien accueilli au local du Cercle, 15, Rope Walk Street, Fort ». Le Cercle littéraire devient en effet le lieu d’accueil des Français de passage, comme le confirme un voyageur français au Bulletin de l’Alliance française :

« C’est là qu’on reçoit les rares français de passage et qu’on fête ceux qui ont fait quelque chose pour la littérature ou la science : c’est un coin de France exotique, une colonie spirituelle née d’une génération spontanée. »

113Papillaud et Leroy, deux voyageurs français réalisant un tour du monde à pied, goûtent également à cette hospitalité et peuvent apprécier la bibliothèque du Cercle :

  • 181 AAf-P - Bulletin de l’Af n° 58, 01-02.1896, p. 76.

« Bien grande a été la satisfaction que nous avons éprouvée en trouvant au milieu d’une ville à peu près muette et vide des choses françaises, un important cercle d’études où de sympathiques membres (…) parlant et écrivant notre langue, viennent demander aux livres uniquement français d’une riche bibliothèque une prompte initiation aux chefs d’œuvres de notre littérature.
Le cercle, hospitalier envers tous nos compatriotes de passage, est donc un coin de France… »181

114Albert Métin livre des impressions similaires :

  • 182 METIN A. L’Inde aujourd’hui, p. 22-23, op. cit.

« On nous avait dit, non sans raison, que nous rencontrerions chez eux quelque sympathie pour la France : à l’hôtel, en chemin de fer, dans la rue, des parsis nous ont questionné avec curiosité sur la France et ont témoigné pour elle un intérêt marqué (…). On nous a présentés au club parsi où se trouvaient plus de vingt gentlemen parlant le français et nous y avons passé la plus gaie de toutes nos soirées de Bombay, la seule sans étiquette et sans habit. On nous conduisit au Cercle Littéraire parsi, la seule institution de toute la présidence de Bombay qui figure sur l’annuaire de l’Alliance française pour la propagation de notre langue. »182

  • 183 Ainsi, en 1904, le consu Bom formule une demande de palme d’académie pour le R.P. Noti, professeur (...)
  • 184 Indianiste, président de la Société asiatique de 1908 à sa mort en 1928.

115Au début du siècle, probablement en 1903, c’est auprès du Cercle littéraire, en la personne d’un de ses éminents représentants, J.S. Noti, que Fontainieu, membre de l’EFEO, trouve une aide dévouée pour compléter la collection de livres sanscrits de l’institut français d’études indianistes.183 Par ailleurs, des patronymes prestigieux figurent dans la liste des membres d’honneur du Cercle : le Prince Henri d’Orléans, le linguiste Michel Bréal, l’orientaliste Emile Sénart,184 ou encore le comte de Potier. En 1902-1903, neuf membres sont mentionnés comme résidant à Paris et un à Toulouse.

  • 185 DARMESTETER J., « Le Cercle Franco-Parsi de Bombay ».

116Au début de l’année 1902, l’association poursuit ses activités en bonne entente avec Vossion, le consul de France. Lors de sa réunion du 17 février, le programme propose la présentation d’un conte birman Le Rubis Perdu, écrit par le consul, et d’extraits de l’œuvre de La Fontaine et de Molière. La même année, le Cercle littéraire s’illustre par sa réplique contre la tentative d’exclusion du français des programme des universités. L’action du Cercle littéraire permettra effectivement l’annulation de la mesure discriminatoire à l’encontre du français proposée par la Commission indienne des universités. À partir de 1886, la langue française a donc trouvé un lobby pour sa promotion et sa défense sur le sol indien. Il est composé par des représentants de l’élite indienne la plus entreprenante. Ainsi, en 1891, Darmesteter n’hésite-t-il pas à déclarer : « S’il n’y plus de lecteurs pour les bons livres en France, il y en a encore à Bombay. »185

1914-1944 : confirmation ou déclin ?

  • 186 AMAE N – consu bom n° 12 -consu cal à AE, le 28.05.1929.
  • 187 AMAE P – AO 1918-1940 - PB n° 73- consul à AE, le 10.03.1933.

117En 1929, le consul à Bombay signale la possibilité pour des enseignants français de venir s’installer en Inde pour donner des classes et des leçons privées, ainsi que quelques cours dans les écoles européennes ou les collèges universitaires.186 Cette année-là, le paragraphe de son rapport s’intitule Le français en vogue. Bombay et sa population sont de plus en plus ouvertes aux diverses influences, notamment celles venues des autres nations occidentales. En 1933, le consul note que, malgré le nombre important d’étudiants qui choisissent le français à l’université : « Très peu jusqu’à présent sont allés continuer et terminer leurs études dans les universités françaises, mais l’exemple donné dernièrement par trois ou quatre d’entre eux, en encouragera certainement d’autres. »187

118En revanche, de même qu’à Calcutta, les diplômés indiens qui ont étudié en France jouent un rôle important :

  • 188 Ibid.

« Il y a lieu de mentionner M. Charlier (…), Le père Caïus (…), les Pères du Collège St Xavier, notamment les R. P. Dühr et Fell (Luxembourgeois) sans omettre leurs anciens élèves tant Indiens que Parsis qui, après quelques années passés en France, sont revenus enseigner notre langue à leurs compatriotes. »188

119Puis, le consul insiste sur le rôle des francophones, d’origine étrangère ou bien indienne :

  • 189 Ibid.

« Enfin des sympathies latentes existent également pour nous parmi les éléments belges, luxembourgeois, suisses, ainsi que parmi ceux des membres des autres communautés étrangères ou indiennes qui ont vécu en France et parlent notre langue. »189

Difficultés et renouveau du Cercle littéraire dans les années 1920

  • 190 Les archives sont d’ailleurs muettes sur cette visite.
  • 191 Le cercle littéraire répond également à l’appel d’Aristide Briand, et envoie une contribution de pl (...)

120Les visites du président Clémenceau et du professeur Lévi marquent des moments historiques dans les relations entre les élites Bombayottes et la France. Au cours du voyage qu’il entreprend, après avoir été battu aux élections, en 1920, le président Clémenceau se rend en Inde et visite Bombay. C’est le premier voyage d’un président français en Inde. Cependant Clémenceau n’étant plus à la tête de l’État français, il s’agit là d’un voyage à caractère touristique.190L’Illustration publie à cette occasion un article qui donne à voir le Tigre assis sur une chaise à porteur devant un éléphant. Au Mount Petit, devant les membres du Cercle Littéraire il prononce un discours. La même année, le Cercle célèbre le centenaire de Pasteur.191

121Contrairement au président, lorsqu’il arrive à Bombay, au mois d’août 1922, le couple Lévi arrive de la péninsule indienne. Le séjour d’un mois et demi du professeur de la Sorbonne constitue un événement pour les élites de la ville. À son arrivée à la gare, le couple trouve un comité d’accueil composé d’éminents intellectuels et de francophiles fervents. Parmi eux, un membre au moins leur est déjà connu :

  • 192 LÉVI D., Dans l’Inde, de Ceylan au Népal, p. 217,

« Nous arrivons en gare de Bombay ; de loin je vois mon élève de Santiniketan, le professeur de français Morris qui nous attend (…), avec lui notre hôte, M.R.D. Tata, le banquier également parsi, ainsi que Nariman, le journaliste, qui l’accompagne et avec eux Rao, hindou celui-là, le même homme qui nous écrivait, le 12 septembre 1914, sur une simple carte : le jour de gloire est arrivé. »192

  • 193 Khurshed Framji Nariman (1883-1948). Il fut notamment maire de Bombay en 1935-1936, président du Co (...)
  • 194 Ibid. Rama K. Rao (1896-1961). Collaborant aux plus grands journaux, plus de 18 d’entre eux, il ser (...)
  • 195 LÉVI D., Dans l’Inde, de Ceylan au Népal, p. 224.

122En dehors de R.D. Tata et Morris, on note donc la présence d’un autre parsi, Nariman, un éminent intellectuel,193 et d’un des journalistes les plus importants du pays, Rao.194 La visite du professeur Lévi est très attendue : « Par où commencerai-je cette lettre ?, écrit son épouse. Nous vivons dans un tel tourbillon de réceptions, meetings, visites à recevoir ou à donner, sans parler de la conférence quotidienne, que je ne sais plus trop bien où j’en suis. »195

  • 196 Ibid.
  • 197 Id., p. 227-228.

123Au cours de ce séjour, Désirée Lévi constate le dégré d’influence de la culture occidentale, et plus particulièrement française, parmi les dames de la haute société parsie : « Avec Les Parsis on est en Occident, ils connaissent tous la France et Paris surtout, ses magasins et ses modes (…) et Les Parsis n’ignorent rien de nos élégances ».196 La communauté « marathe de Bombay » célèbre également la venue du couple. Sous la conduite de Rao, ils organisent également fêtes et réceptions, offrant notamment une représentation, en français, du Bourgeois Gentilhomme.197

Le rétablissement des relations entre le Cercle et le consulat

124Un document non daté, mais qu’on peut situer autour de 1920, fait état de la période difficile traversée par le Cercle littéraire suite à une rupture en 1915 des relations avec le consulat provoquée par la concurrence de groupements créés par Louis Peltier, un professeur de français, affilié à l’Alliance française.

125Ce dernier crée en effet un French Institute et une Salle française. Peltier monopolise dés lors l’attention du représentant du Quai d’Orsay à Bombay. En outre, l’Alliance française impose le contrôle de ces finances comme condition à une affiliation du Cercle, formule peu souple et inadaptée à l’esprit entreprenant et indépendant des membres de la communauté parsie.

  • 198 AMAE N – consu bom n° 12 : Cercle Littéraire : consul à AE, le 14.05.1921.

126En 1921, le nouveau consul, René Vadala, fait état de « l’oubli total dans lequel le Ministère de l’Instruction publique a tenu le Cercle Littéraire depuis plusieurs années ».198 Et, il poursuit :

  • 199 Ibid.

« La moindre générosité va tout droit au cœur des dirigeants qui sont pour la plupart de riches et notables Parsis. Déjà gagnés à notre littérature et à nos idées, ils ne manqueront pas demain de faire bon accueil à nos produits de notre industrie si nous savons entretenir leurs bons sentiments. »199

  • 200 AMAE P – AO 1918-1940 - PB n° 41 - consul à AE, le 21.08.1924.
  • 201 Ibid.

127Suite au décès prématuré, le 27 mars 1924, de Louis Peltier, représentant de l’Alliance française, le Cercle redevient la seule institution de promotion de la langue et de la culture françaises à Bombay.200 En 1921, Vadala, agent clairvoyant, fondateur de la Chambre de commerce française de Bombay, décide de renouer les relations avec le Cercle : « À mon arrivée j’ai pensé que je devais sans hésitation accepter la main tendue par le Cercle et les relations sont dès lors excellentes. »201 L’association retrouve progressivement sa vigueur et, une dizaine d’années après, son sucesseur en donne cette description :

  • 202 AMAE P – AO 1918-1940 - PB n° 73- consul à AE, le 10.03.1933.

« Comme le département ne l’ignore pas, il existe à Bombay, depuis de longues années, un “Cercle littéraire“qui dispose d’une bibliothèque bien achalandée et qui s’efforce d’organiser régulièrement des causeries en langue française. »202

  • 203 AMAE N – Consu bom n° 12 : Cercle Littéraire : French Honours for Parsis
  • 204 J.E. Davar, officier de l’Instruction Publique, en 1906 secrétaire honoraire du Cercle depuis a fon (...)
  • 205 AMAE N – consu bom n° 12 : Cercle Littéraire : French Honours for Parsis.
  • 206 Ibid.

128Depuis l’arrivée de Vadala, les relations avec le Cercle sont donc au beau fixe et les consuls successifs occupent à nouveau le rang de président d’honneur de l’association. En 1925, le Cercle littéraire affiche à nouveau ses activités au grand jour avec éclat et organise une grande soirée de fin d’année dans le fameux hôtel le Taj Mahal, dont le propriétaire n’est autre que R.D. Tata. Cette soirée s’ouvre par des pièces musicales de Debussy, de Chopin, d’Ambrosio, de Masseut et de Duparc. Les réjouissances sont conduites par le père Dühr. Venant de rejoindre son poste, le consul Sudreau est également présent.203 Le professeur Modi reçoit la décoration de chevalier de la Légion d’honneur, tandis que E.J. Davar, fils du professeur J.E. Davar, ancien secrétaire du Cercle,204 reçoit les palmes d’officier d’Académie. Le père Dühr déclare qu’à travers les deux hommes, c’est à toute la communauté parsie qui est distinguée. Modi rappelle une nouvelle fois les liens qui unissent la communauté parsie aux savants français. En fin de soirée, le consul décerne les prix Sir Dinshaw Petit et J.E. Davar Memorial aux étudiants qui ont obtenus les meilleurs notes aux examens de français.205 À partir de la fin des années 1920, Caïus assure la présidence de l’association. La bibliothèque du Cercle compte alors plus de 3 000 ouvrages.206

  • 207 AMAE N – consu bom n° 12 : Cercle Littéraire : État de l’enseignement du français dans la présidenc (...)

129Après les graves difficultés des années 1910, sous la présidence de Dühr, puis de Caïus, les activités du Cercle ont donc repris, et l’association retrouve ainsi sa place sur la scène culturelle de la ville.207 Sa bibliothèque continue de s’enrichir d’ouvrages achetés à Paris. À côté des travaux des orientalistes, une grande diversité de choix s’offre au lecteur :

  • 208 AMAE N – Consu bom n° 12 : Cercle Littéraire - non daté, la fin des années 1920 ou du tout début de (...)

« Pour ceux qui aiment la beauté sévère des classiques il y a des pages majestueuses de Corneille ou de Boileau, pour les dispositions romantiques, il y a la poésie passionnée de Musset, et de Lamartine, tandis que les lecteurs de romans ne manquent jamais de trouver presque tous les livres qui ont contribué au développement du roman français - les romans de Flaubert, de de Goncourt, de Balzac, de Zola, de Paul Bourget, de Pierre Loti, et parmi les contemporains, entre autres, de François Mauriac, d’André Maurois, et d’André Gide. La bibliothèque contient aussi les sections de poésie, de la littérature, des essais et belles-lettres, de l’histoire, de la science, de la biographie… »208

  • 209 Ibid.

130Un comité du livre est mis en place, afin de prendre en compte les propositions des membres du Cercle pour la sélection des livres à commander. Le cabinet de lecture propose un panel varié de revues et journaux français. On y trouve notamment L’Illustration, Les Annales, le Journal des Débats, Le Monde Illustré, La Revue des Deux mondes, La Nouvelle Revue, La Revue Bleue, La Revue Musicale, Commerce, Pour Vous, etc.209

  • 210 AMAE N – Consu bom n° 12 : Cercle Littéraire - État de l’enseignement du français dans la présidenc (...)
  • 211 AMAE N – Consu bom n° 12 : Cercle Littéraire - Rapport du conseil d’administration du Cercle Littér (...)

131Avec l’aide du révérend père Caïus, et en relation étroite avec le consulat de France,210 les conférences et les débats en français reprennent et rencontrent une audience de plus en plus nombreuse.211 Le choix des intervenants reste toutefois limité et on peut percevoir une certaine nostalgie des allocutions données par les prestigieux visiteurs du Cercle au cours des décennies précédentes. Aussi, le consul pose-t-il la question des conférenciers :

  • 212 AMAE P – AO 1918-1940 - PB n° 73- consul à AE, le 10.03.1933.

« Il y a parmi ses cent-cinquante membres, en dehors des trop rares Français de la ville, quelques anglais et quelques autres étrangers. La vitalité du “Cercle littéraire“augmenterait, je crois, rapidement si des conférenciers pouvaient venir de temps à autre lui apporter un peu d’air frais de France. »212

132En plus de sa bibliothèque et de ses conférences, le Cercle confirme sa vocation d’association pour la propagation de la langue française, grâce à ses distributions de prix. Ces remises de prix aux étudiants de français donnent lieu à de grandes réunions, soirées animées de performances musicales ou dramatiques… autant de rendez-vous mondains qui peuvent réunir plus de 250 personnes, membres et invités, et que préside souvent le consul. À la fin des années 1930, le Cercle a reconquis sa place dans la société Bombayotte :

  • 213 AMAE N – consu bom n° 12 : Cercle Littéraire - consu bom à AE, le 27.07.1937.

« Les efforts que (l’association du Cercle Littéraire) déploie en faveur de l’expansion de notre langue et de notre culture, et l’attrait qu’elle exerce dans les milieux intellectuels et en particulier parmi les jeunes étudiants de Bombay, en font un organisme qui présente de notre point de vue une importance incontestable. Au cours des années dernières, la puissance de rayonnement de ce seul et unique groupement francophile s’est considérablement accrue. »213

  • 214 AMAE N – consu bom n° 12 : Cercle Littéraire - The Bombay Sentinel du 22.07.1937, et The Bombay Chr (...)
  • 215 Ibid.
  • 216 Ibid.
  • 217 MARQUER A., 2000 : Alliances 2000, p. 111-112, Paris : Alliance française de Paris.

133Le 21 juillet 1937, sous la présidence d’honneur du consul, le Cercle célèbre le cinquantième anniversaire de sa fondation, toujours à l’hôtel le Taj Mahal.214 La fête réunit plus de 300 personnes. On retrouve notamment Sir Pirose Pethna, gouverneur de la Présidence, le consul général d’Italie, et d’autres éminents personnages, dont les membres de la famille Tata. Le consul distribue deux prix aux étudiants de français de la part du Quai d’Orsay. L’association en distribue trois, le J.E. Davar, le Sir Dinshaw Petit, déjà cités, auxquels s’ajoute le Mlle Menan Memorial. En tout, neuf étudiants de français sont ainsi récompensés.215 Le Cercle a retrouvé sa place dans la vie mondaine et intellectuelle : « Les réunions hebdomadaires du Cercle Littéraire deviennent de plus en plus le rendez-vous de l’élite intellectuelle de la ville. »216 L’année suivante, Yves Petit Dutaillis, un décorateur français résidant à Bombay, crée une branche de l’Alliance française.217 Ses activités s’interrompent pendant la guerre.

  • 218 AMAE N – consu bom n° 12 : Cercle Littéraire - Rapport du conseil d’administration du Cercle Littér (...)
  • 219 AMAE N – consu bom n° 12 : Cercle Littéraire - consu Bom à AE, le 27.07.1937.
  • 220 Ibid.

134Dans son rapport de fin d’année, en 1938, le Cercle présente une belle santé. Sa bibliothèque s’est enrichie de 510 nouveaux livres, grâce notamment à un don de 252 livres du gouvernement français qui s’ajoute aux achats du Cercle et aux dons de représentants privés ou d’institutions françaises comme le Centre d’Etude de Politique étrangère, le Centre Polytechnicien d’Etude économique de Paris et l’Alliance française218. Cette année-là, elle compte 5 400 ouvrages. À la veille de la Seconde Guerre mondiale, le Cercle est donc redevenu un centre qui participe à l’animation de la vie culturelle de Bombay et soutient la diffusion du français. Néanmoins, le consul souligne qu’il manque un petit effort de la part de la France pour qu’il puisse avoir tout le rayonnement que la qualité et le dévouement de ses membres permettent d’espérer : « … le nombre de ses adhérents pourrait et devrait même être sensiblement plus élevé qu’il n’est, et c’est là qu’un appui matériel un peu efficace de notre part serait de nature à produire des effets particulièrement salutaires. »219 Il signale également une lacune majeure concernant, la bibliothèque du Cercle, « le besoin absolu d’une documentation touristique aussi complète et aussi détaillée que possible : affiches, cartes, brochures, dépliants, etc. »220

  • 221 AMAE N – consu bom n° 12 : Cercle Littéraire - consu Bom à AE, le 27.07.1937.
  • 222 Ibid.

135La question des locaux constitue un autre obstacle pour les activités du Cercle. Elle permet de souligner que ce dernier n’est pas la seule association pour la promotion d’une culture étrangère dans la ville. Or, par rapport aux locaux des autres centres culturels, le Cercle, fondé il y a plus d’un demi-siècle, paraît pauvrement loti. Une aide du Ministère des Affaires étrangères permettrait de le moderniser, le rendre plus attractif et de le voir ainsi installé au premier rang des institutions culturelles et mondaines de la ville.221 Le consul, Emile Vanura, propose donc l’attribution d’une subvention soit forfaitaire, soit annuelle. Selon lui, une telle subvention constituerait à la fois : « … le témoignage de l’intérêt de notre gouvernement au Cercle Littéraire, et une marque d’appréciation des services réels rendus par lui. »222

  • 223 Ibid.

136En outre, il souligne qu’une telle subvention permettrait de doter le Cercle des outils d’un centre culturel moderne, à savoir l’installation d’une ligne téléphonique, d’un appareil de projection lumineuse ou la rétribution de conférenciers. Enfin, il rappelle que la gestion de l’association « … entre les mains des parsis, est prudente et bonne, et ses administrateurs seraient à même d’accomplir des prodiges avec des crédits de quelques importances ».223

  • 224 AMAE N – consu bom n° 12 : Cercle Littéraire - Rapport du conseil d’administration du Cercle Littér (...)

137Le rapport du conseil d’administration du Cercle, à la fin de l’année 1938, permet de noter que le Quai d’Orsay n’a donné suite aux requêtes du consul ni concernant l’envoi de documentation touristique, ni concernant une subvention.224 Ceci montre le manque de soutien de la France vis-à-vis d’une association regroupant des membres si éminents et qui contribue, depuis plus de cinquante années, à la diffusion de la langue et de la culture françaises en Inde.

Les années 1950 : un dynamisme renouvelé

  • 225 AMAE N – consu bom n° 12, attaché culturel à AE, le 29.11.1949.

138Au lendemain de la guerre, on note l’existence de trois groupements proposant des activités liées à la culture française, le Cercle littéraire, l’Alliance française, et l’Institute for Foreign Languages. La diffusion de la culture française, loin d’être élargie, s’en trouve divisée et affaiblie.225 Ainsi, la somme des activités de ces différentes associations est nettement moindre que celle déployée par le seul Cercle littéraire dans les années 1930. Ce dernier pâtit à nouveau de la concurrence d’un représentant de l’Alliance française. Sous la conduite de Dutaillis, celle-ci présente également un visage moribond, et ne joue pas le rôle de fédérateur des sympathies francophiles et des activités francophones que souhaiterait lui voir jouer les services culturels. De 1945 à 1950, l’activité culturelle française marque un ralentissement.

139Pendant la même période, les premières tentatives de coopération scientifique, initiées par le Tata Institut of Fundamental Research (TIFR), ne portent pas encore leurs fruits. Impulsée par l’ambassade et soutenue par les élites Bombayottes, une coopération franco-indienne va cependant renaître. Enseignement, manifestations culturelles et coopération scientifique se mettent peu à peu en place autour de l’Alliance française, en étroite relation avec le consulat. Ce dernier obtient, en 1958, le rang de consulat général. Il reste cependant très modestement pourvu. Il faut aussi signaler un intérêt pour le français à Pune, qui se concrétise par la mise sur pied d’un cercle francophile et de cours de français.

Un renouveau nécessaire

  • 226 AMAE P – AO 1944-1955 - Inde 77 – consu bom, Note sur le fonctionnement des organismes de propagand (...)
  • 227 L’auteur du livre, The Serpent and the Rope, que nous avons déjà évoqué précédemment, est décrit pa (...)

140En 1947, l’Alliance française de Bombay ouvre à nouveau après une période d’interruption entraînée par la guerre. Au début du mois de février, une note du consul de France informe de la réouverture de l’association dans d’excellentes conditions, avec Dutaillis pour secrétaire.226 La note signale également l’existence d’un "restaurant francophile" qui comprend une bibliothèque et propose des réunions et des expositions. L’écrivain Raja Rao, patronne l’ouverture de ce lieu nommé Chetama.227 Plus aucune nouvelle de ce lieu n’est donnée par la suite. La bibliothèque Dinshaw Petit est présentée comme décrépite. Elle est dirigée par le père Dühr, un jésuite décrit comme aussi francophone que peu francophile. Toutes ces informations doivent évidemment être prises avec prudence.

  • 228 Entretiens de Jean Batbedat.

141Contrairement aux dires du consul, de 1947 jusqu’au milieu de l’année 1950, l’Alliance française de Bombay est très peu active. Au regard de ses états de service depuis les années 1920, l’attitude hostile attribuée au père Dühr peut étonner. On retrouve un schéma similaire à celui du début du XXe siècle. Comme Peltier, Dutaillis s’est imposé comme l’intermédiaire auprès des services culturels et diplomatiques français. Mais, contrairement à son prédécesseur, il n’est l’auteur de presque aucune action en faveur de l’enseignement du français.228 Il n’en est pas moins l’auteur de quelques réalisation intéressantes, comme l’ouvrage qu’il coécrit avec Mani Mulla, L’Inde. Ce livre présente un contenu d’un grand intérêt. Il y dresse un tableau relativement complet et précis de l’état de l’Inde contemporaine, de ses fondements et de son économie.

  • 229 AMAE P – AO 1944-1955 - Inde 81 - consu bom à AE, le 14.04.1948.
  • 230 Le premier numéro paraît le 11 avril 1948, il porte en sous-titre cette mention en anglais : « Un h (...)
  • 231 AMAE P – AO 1944-1955 - Inde 81 - consu Bom à AFI, le 20.04.1948.

142En 1948, il crée Le Courrier des Indes, un hebdomadaire bilingue en langue française et anglaise.229 Cette revue se propose de diffuser des informations sur les Français, en anglais, et sur les Indiens, en français. Dans l’éditorial de son premier numéro, elle cherche à créer un « trait d’union », une vitrine de l’Inde pour la France, et réciproquement.230 Cependant, la rédaction de cette revue, dont Dutaillis semble avoir été le principal – si ce n’est l’unique – rédacteur se fait au détriment de l’Alliance française, dont il apparaît de plus en plus évident qu’il ne peut en assumer le fonctionnement. Aussi réunit-elle un nombre de membres très limité, celui des élèves étant presque négligeable. Parallèlement, on note un afflux d’élèves vers l’Institut of Foreign Languages pour y suivre des cours de français. Cet institut offre des cours dans dix-sept langues différentes. En 1948, bien que cet établissement ne jouisse pas d’une grande considération et que les cours qu’il propose sont onéreux, sur une centaine d’élèves, soixante-dix y suivent des cours de français.231

143A partir de 1948, les relations entre Dutaillis et le consul vont se dégrader. Ce dernier tente de rapprocher le Cercle et l’Alliance. Ce rapprochement est un temps entrevu. Mais, finalement, après plusieurs tentatives, il échoue en 1950. La faute en est imputée au refus de coopérer de Dutaillis.

  • 232 AMAE P – RC 1945-1959 n° 96, attaché culturel à AE, le 08.03.1950.
  • 233 AMAE N – consu bom n° 12, conseiller culturel à AE, le 18.10.1949.
  • 234 Id., le 29.11.1949.

144En 1949, l’Alliance française ne compte que soixante-dix adhérents, dont quarante actifs, et seulement quinze élèves,232 contre désormais quatre-vingt à l’Institut of Foreign Language.233 Le représentant de l’Alliance française, qui reçoit la majeure partie des modestes subventions que le Quai d’Orsay consacre à la ville de Bombay, fait l’objet de critiques de plus en plus vives de la part du conseiller culturel. Ce dernier décide de réduire les subventions accordées à l’association. Finalement, le conseiller culturel se rend sur place en vue de rétablir la situation. À l’issue de son séjour, il sollicite la suppression du poste de Dutaillis et l’envoi d’un jeune professeur.234

  • 235 Ibid.

145Pour la période 1947-1950, le principal événement pour l’action culturelle française à Bombay est l’arrivée de Jean Batbedat. Ce dernier arrive en août 1950 avec la double charge de lecteur à l’université et de secrétaire de l’Alliance. Pour Journot, il s’agit de redonner sa place au français et à la culture française, « le nombre des membres de l’Alliance française dans une ville traditionnellement considérée comme la plus ouverte de l’Inde à l’influence française atteignant à peine cent. »235 Pendant trois années, Batbedat œuvre avec une efficacité exemplaire à la création d’un vrai centre de diffusion culturelle et d’enseignement. Après une période de stagnation, les bases d’un renouveau de l’action culturelle, scientifique et technique vont être posées.

L’Alliance française de 1951 à 1954

  • 236 AMAE N – consu bom n° 12 - conseiller culturel à AE, le 12.03.1951.
  • 237 Ibid.

146En 1951, les élections du conseil d’administration de l’Alliance française de Bombay marquent le renouvellement de l’association sous la houlette de Jean Batbedat. Jusqu’ici, exclusivement composé d’un cercle d’amis de Dutaillis, il voit l’entrée de trois nouveaux membres. Pour la première fois depuis la fin de la guerre, une assemblée nombreuse s’est réunie pour élire le représentant du Commissariat général du Tourisme et deux industriels français, tandis que les deux membres les plus actifs restent en place.236 Dès lors, le redressement est spectaculaire, l’association devenant le nouveau cercle francophone de Bombay. Elle propose des séances de conversation, de musique et de cinéma. Avec le concours du consulat et de Nariman, une parsie élevée en France, l’Alliance organise des sorties et des soirées. Des liens sont noués avec l’université pour l’organisation de cours de français. Le renouveau de l’activité culturelle française dans la ville est engagé. En mars 1951, Journot peut énumérer avec satisfaction les changements opérés : « Il n’y a donc pas de doute que cet hiver aura vu une reprise considérable de vitalité de l’Alliance française de Bombay, due essentiellement à l’allant de M. Batbedat, bien appuyé par notre consulat, et aidé par les amis qu’il a su se faire tant dans les milieux indiens qu’auprès des Français, sans lesquels il n’est pas possible de faire vivre une Alliance. »237

  • 238 AMAE N – consu bom n° 12 - Programme de l’Af de Bombay, liste des activités d’août 1950 à juillet 1 (...)
  • 239 AMAE N – consu bom n° 12 - conseiller culturel à AE, le 01.09.1951.
  • 240 Ibid.

147Par l’élargissement de son champ d’intervention et sa collaboration avec des institutions de formation, l’association participe à l’établissement et au développement d’une coopération franco-indienne. Parallèlement, les animations se multiplient : conférences, films, soirées de musique enregistrée, soirées dansantes à l’hôtel le Taj. le nombre des manifestations atteint progressivement le rythme de deux événements par semaine.238 Au cours des festivités du 14 juillet, 300 personnes ovationnent la représentation de la pièce Les Jours Heureux, 400 personnes se retrouvent ensuite pour la soirée dansante, « marquant ainsi de façon exceptionnelle, en ces temps de prohibition, l’intérêt et la sympathie que suscite notre fête nationale »,239 note le conseiller culturel. Grâce à l’amitié francophile d’une part de l’élite Bombayotte, à l’enthousiasme de la communauté française, et à l’infatigable activité du directeur de l’Alliance et du représentant au Tourisme, les adhésions se multiplient, leur nombre passant de moins de 100 à 280, entre 1949 et 1951, et celui des élèves de moins d’une vingtaine à 130. Seul l’absence d’un second professeur empêche l’ouverture de classes supplémentaires.240

  • 241 AMAE N – consu bom n° 12 - Liste des membres de l’Af de Bombay (1953).
  • 242 Ibid.

148La participation de la famille Tata aux activités de l’association traduit le virage opéré. J.R.D. Tata, alors patron de l’immense groupe industriel et commercial,241 et D.R.D. Tata deviennent, en effet, membres de l’Alliance française, le second en étant même le président. L’association semble avoir trouvé, au sein de la capitale économique de l’Inde, une place équivalente à celle que pouvait occuper précédemment le Cercle Littéraire, avec notamment une forte composante parsie. En 1953, une liste de ses 221 membres permet de mieux comprendre son rôle. On y retrouve vingt-huit représentants de la communauté française.242

  • 243 Id., Liste des sympathisants de l’Af de Bombay (1953).
  • 244 Il faudrait y ajouter les consuls de Grèce, du Brésil, du Portugal, d’Iran, de Yougoslavie, du Luxe (...)
  • 245 Id., Liste des sympathisants de l’Af de Bombay (1953).
  • 246 Un des artistes majeurs de l’art contemporain indien fortement influencé par la peinture française. (...)
  • 247 Id., Liste des membres de l’Af de Bombay (1953).

149Parmi eux, outre quelques représentants de maisons françaises, on peut noter la présence de la célèbre danseuse, et ancienne partenaire d’Uday Shankar, Simone Barbière, devenue Simkie Ganguly. On dénombre huit professeurs de français parmi les membres et trois parmi les sympathisants.243 De nombreux représentantes françaises de couples mixtes franco-indiens sont signalées.244 Le père Dühr, alors directeur de la section française de l’université de Bombay, est membre du conseil d’administration.245 Les autres composantes de l’élite de la ville et de sa région sont également présentes : professeurs, artistes, journalistes, commerçants, scientifiques et étudiants. Parmi les étudiants et les chercheurs, certains préparent leur séjour d’études en France. À côté des étudiants de français, on retrouve les artistes réputés H.G. Hussain et S. Raza,246 mais aussi les scientifiques F. D. Barucha, T. Carvalho, K.M. Iyar, G. B. Mani.247 Ces deux derniers sont chercheurs au TIFR. S. Damdekar bibliothécaire du même institut est également adhérent de l’Alliance.

  • 248 Id., Liste des sympathisants de l’Af de Bombay (1953).

150Parmi les soixante-douze sympathisants, hormis les représentants des légations étrangères, on relève, entre autres, les noms de plusieurs écrivains, dont celui du célèbre écrivain et philosophe, Mulk Raj Anand, celui de Sophie Wadia, secrétaire du P.E.N. de Bombay, et celui de Haugh, secrétaire de l’Institut indien de la Culture à Bangalore. On peut noter aussi les noms de M. P.M. Shah éditeur à The Indian Exporter and Importer, M. Telo de Mascarenhas, avocat et journaliste, M.H.O. Mascarenhas, du lycée Saint Sebastian de Goa.248 À l’Alliance française, comme auparavant au Cercle Littéraire, la communauté goanaise confirme sa présence parmi les élites francophiles de l’Inde.

151L’Alliance française fédère les différentes composantes de la communauté française, et de la communauté francophone et francophile indienne ou étrangère de Bombay et sa région. La liste des membres et des élèves de l’Alliance française de Bombay peut être mise en parallèle avec la description socio-culturelle des élites de la ville donnée par Ostrorog :

  • 249 AMAE P – AO 1944-1955 - Inde 2 – AFI à AE, le 14.01.1952.

« … l’opulente et victorienne cité de Bombay n’est pas une ville morte, loin de là. Ce n’est pas davantage une ville anglaise. Là, une sorte de société d’apparence internationale s’est formée, qui, dans une certaine mesure adopte les usages britanniques. Elle réunit les divers éléments de l’Union indienne : Hindous, Musulmans, Parsis et Chrétiens. Tout le monde parle anglais, ce qui finit par imposer un certain mode de pensée. Tout le monde aspire à connaître l’Europe ou à y retourner, à envoyer les fils, même parfois les filles, en Angleterre pour y achever leurs études, et entrer ainsi dans la classe privilégiée des Indiens ayant acquis la formation occidentale. Ce monde dont je parle est naturellement assez restreint : c’est celui de l’administration et des grandes affaires (…).
Au cours de mon séjour, j’ai pu constater qu’à Bombay, plus qu’à Delhi, nombre d’Indiens commencent à s’intéresser à la France, comprenant que l’anglais n’est pas tout en Europe et que notre langue et notre culture présentent de l’intérêt pour toutes personnes ayant des activités d’ordre international (…).
Nous ne pourrons jamais prétendre ici à une position dominante étant donné le caractère particulier des liens subsistants avec l’Angleterre et puisque l’anglais reste la langue européenne d’usage courant. Seule une élite pourra s’offrir le luxe d’y ajouter l’étude et la connaissance du français. Mais, s’agissant d’une ville qui compte aujourd’hui trois millions d’habitants, et où les relations internationales sont plus développées que partout ailleurs en Inde, cette élite pour restreinte qu’elle soit, ne doit pas être négligée. Les gens qui la composent exercent leur influence sur tous les plans, en affaires comme en politique. Nous sommes donc justifiés à faire un effort pour développer notre action culturelle à Bombay. L’organisation de base existe c’est l’Alliance française. »249

152Bien que solide, cette base pourrait alors encore être élargie et développée. Il reste en effet une place à occuper auprès de l’élite bombayotte, pour une nation de culture autre qu’anglo-saxonne, le processus d’assimilation de cette dernière étant déjà à un stade extrêmement avancé. Pour cela, il faut pouvoir offrir une image attractive, l’Alliance française étant devenue, pour la France, le lieu désigné. Ceci suppose un investissement qui, en 1952, fait encore défaut :

  • 250 Ibid.

« Autant l’organisation m’a fait bon effet du point de vue des personnes, autant j’ai été péniblement surpris par l’installation matérielle et l’état des lieux où l’on convoque des gens pour leur donner une image de ce qu’est la France. Dans un immeuble misérable (…), deux petites chambres sont affectées à l’Alliance française, vingt personnes peuvent malaisément s’y tenir. L’impression générale est la pauvreté honteuse. J’ai pu constater que grâce au dévouement des membres français et indiens du comité, grâce surtout à l’inlassable activité et à l’influence personnelle de M. Batbedat, des résultats sont obtenus auprès de nombreux indiens qui cherchent à s’informer sur la France. Mais aucune action sérieuse ne peut être entreprise à défaut d’un cadre plus décent. »250

153La collaboration des élites parsies permet, en partie, de masquer cette pauvreté. En 1953, les célébrations du 14 juillet se déroulent dans le cadre prestigieux du Petit hall, la résidence de Sir Dinshaw Petit, descendant du célèbre fondateur de la bibliothèque du Cercle littéraire, et beau-frère du président de l’association, D.R.D. Tata. Le point d’orgue des célébrations est, comme il se doit, une pièce de théâtre tirée du répertoire de Molière, Les Fourberies de Scapin, interprétée par une troupe cosmopolite réunie pour l’occasion.

154Toujours en 1953, la situation matérielle du consulat semble connaître quelques modestes améliorations, comme le note Michel Thesmar, consul à Bombay :

  • 251 AMAE P – AO 1944-1955 – Inde 2 – consu bom à AE, le 01.08.1953.

« Il est dorénavant possible de recevoir au consulat en période de mousson (…). Grâce à la remise en état du toit il n’a pas été nécessaire cette année de parsemer le dallage du salon de bassines destinées à la fois à recueillir l’eau de pluie et à signaler les points de chute aux invités soucieux de ne pas souiller leurs vêtements. »251

  • 252 AMAE P – RC 1945-1959 n° 101 - DG des RC (Bureau des missions) à AFI, le 12.1954.

155Les bases d’un renouveau sont toutefois posées. A partir de 1954-1955 une collaboration scientifique et technique va progressivement s’organiser en collaboration avec le consulat et l’Alliance.252 À la fin des années 1950, le développement de cette coopération va aboutir à une participation directe de l’Alliance aux activités d’institutions de recherches, et tout d’abord le TIFR.

Modernisation et interrogations (1955 – 1962)

156Entre 1954 et 1962, l’Alliance française de Bombay poursuit l’extension de ses activités et sa modernisation. En dehors des classes et des manifestations artistiques, elle prend directement part à la coopération scientifique et tente de coordonner l’enseignement du français à Pune. Henri Dumont, consul général, qui joue un rôle déterminant dans le succès des activités de l’Alliance, écrit au sujet des deux villes :

  • 253 AMAE P – AO 1956-1967 - Inde 193 – consu cal à AFI, le 18.09.1958.

« Les deux villes en question renferment des établissements qui dispensent un enseignement supérieur à près de trente mille étudiants et techniciens dans les domaines les plus divers des arts et des sciences. Une partie importante des ingénieurs, des professeurs, des administrateurs de l’Inde de demain sont formés à Bombay et à Poona. »253

  • 254 AMAE N – consu bom n° 12 - Bulletin de l’Amicale des Elèves de l’Af de Bombay, vol. 1 n° 3, février (...)

157Dès 1955, comme à Calcutta, une Amicale des élèves de l’Alliance française est créée et débute la publication d’un bulletin.254 Le président de l’Alliance est toujours D.R.D. Tata. Maurice Grinberg est son nouveau secrétaire.

  • 255 AMAE P – AO 1956-1967 - Inde 193 – consu cal à AFI, le 30.01.1958.
  • 256 Id., le 17.04.1958.
  • 257 Ibid.

158Avec le départ du commissaire général au tourisme pour New York, la fin de l’année 1957 voit la fermeture du bureau du tourisme français. Cette fermeture ne marque cependant pas une régression de l’action française dans la ville. Au contraire, libérant des locaux bien situés, elle permet au consul d’envisager l’ouverture de nouvelles classes, et la mise en place d’un hall d’exposition permanente. Il formule même l’espoir de voir se créer, à cette occasion, la mise en place d’un centre culturel « sur le modèle de celui de Calcutta ».255 Cinq nouvelles classes sont ainsi créées, accueillant une centaine d’élèves. En avril 1958, au rez-de-chaussée de ces anciens bureaux, l’inauguration d’un hall d’exposition permanente en présence du président de la haute cour de Bombay constitue un grand événement. La ville ne disposant alors que d’un seul groupe de salles d’exposition, la création de ce nouvel espace s’avère particulièrement bienvenue. L’exposition inaugurale accueille soixante-trois tableaux de vingt-trois peintres différents.256 L’écrivain Mulk Raj Anand et l’éminent mathématicien Chadrasekharan adressent des éloges publics à ce nouveau lieu culturel décrit comme simple et élégant. Sa décoration est l’œuvre de mademoiselle Annie Tribel, élève de l’Ecole des Arts Déco, alors employée par une firme Bombayotte. Le Bombay Chronicle écrit dans son édition du 17 avril : « La Galerie souligne les relations cordiales qui existent entre l’Inde et la France ».257 L’augmentation des classes porte en cette année 1958, le nombre des élèves de l’Alliance française à une moyenne de 320.

  • 258 Id., Au sujet de l’expansion culturelle française à Bombay, transmission du rapport de S. P. Godrej (...)

159Soutenu financièrement par ses membres pour l’agrandissement de ses locaux, l’Alliance française connaît en 1958 une expansion très rapide qui l’amène aux limites des capacités de son personnel et de son cadre matériel. D’avril à septembre 1958, alors que le nombre de salle de cours est passé de deux à quatre, et le nombre de professeurs de deux à sept, le nombre de classes est passé de quatorze à vingt-cinq et celui des heures de cours dispensés chaque semaine, de vingt-huit à soixante-sept. Enfin, le nombre des élèves est passé de 280 à 507 !258

160L’intense activité déployée par l’association durant cette période est inséparable de celle du consul général. Le jeune représentant qui a fait ses premiers pas dans la diplomatie à Delhi, bénéficie des rapports les plus cordiaux avec les représentants indiens, particulièrement ceux de la communauté parsie et de l’armée. Comme Amado à Calcutta, il est convaincu de l’importance du développement d’une coopération sur les plans technique et scientifique. De 1958 à 1962, Dumont va tenter de répondre aux nombreuses sollicitations dont le consulat et l’Alliance sont saisies, notamment en dehors de Bombay :

  • 259 AMAE P – AO 1956-1967 - Inde 193 – consu cal à AE, le 24.01.1958.

« Dans le domaine culturel, ce consulat général assure, au mieux de ses moyens, le soutien de l’Alliance française locale, qui est pratiquement sans président depuis près d’un an, la liaison avec l’université et les institutions scientifiques de la ville (Département d’Énergie atomique, Institute of Medical Research, etc.), l’université de Poona et son Association Française et l’université de Baroda. Mes efforts ont été, en particulier, dirigés vers l’établissement de relations solides entre l’Institut français et les universités de Bombay et de Poona. »259

  • 260 Ibid.

161L’année 1959 voit la mise en place d’une coopération simultanément avec le Post Graduate Training Center, le TIFR, et le laboratoire de recherche nucléaire de Trombay, également placé sous l’autorité de Bhabha. 281 élèves s’ajoutent à la liste des étudiants de l’Alliance répartis en dix classes, chacune des classes recevant trois heures de cours hebdomadaires. Ce développement des activités de l’Alliance est à la charge des institutions qui en bénéficient. Ainsi les établissements concernés versent-ils dix roupies par heure de cours et par classe. Les livres fournis par l’Alliance sont payés par les élèves, tandis que l’entretien du matériel audiovisuel est gracieusement assuré par le personnel de la section électronique du département de l’Énergie atomique.260

  • 261 Ibid.

162Paradoxalement, faute de personnel, ces nouvelles activités entraînent un ralentissement des autres activités de l’association. Cependant à travers ce choix, l’action de l’Alliance est en phase avec les orientations de l’ambassade. En outre, comme le souligne le consul, la qualité des établissements concernés justifie ce choix : « J’ai pensé qu’il fallait profiter toutefois de la chance qui nous était offerte de prendre pied dans deux organisations dont l’importance scientifique et industrielle ne peut aller qu’augmentant. »261

  • 262 AMAE P – RC 1945-1959 n° 101 - AE (DGACT -Service de coopération internationale - coopération bilat (...)

163Au cours du mois de 1959, on note la célébration du jubilé de diamant de l’Institut Haffkine, fondé en 1899. La commémoration réunit de nombreuses délégations étrangères, parmi lesquelles une délégation de quatre médecins français. Le buste du professeur, Louis Pasteur, et de son élève, Waldemar Haffkine, décorent l’estrade officielle. Au mois de mars de la même année, le siège de l’Alliance française à Paris décide de mener un projet pilote de centre audio-visuel d’enseignement avec l’antenne de son association à Bombay. Le Quai d’Orsay donne son accord pour l’aménagement, voire l’agrandissement, des locaux en vue de l’installation de ce centre.262

  • 263 AMAE P – AO 1956-1967 - Inde 194 -consu cal à AFI, le 03.09.1959.

164Au tournant des années 1950, Bombay, qui entretient une tradition déjà presque séculaire de l’enseignement du français, constitue donc un centre majeur de l’action culturelle. En 1959, Dumont relève cinquante-six écoles secondaires dispensant un enseignement du français ainsi que treize collèges universitaires pour des cycles de deux ou quatre années. Ces différents cours s’ajoutent aux vingt-six classes de l’Alliance française.263 La même année, c’est à plus de 100 lauréats que le consul général remet des prix.

  • 264 Ibid.

165Cet intérêt pour la langue française est nourri par le développement d’une coopération scientifique qui offre à l’enseignement du français des perspectives pratiques et professionnelles. Ainsi, lors de la remise des prix aux lauréats de français, en septembre 1959, le vice chancelier de l’université fait-il référence aux universités de Paris et de Grenoble, cette dernière étant particulièrement réputée pour la qualité de ses recherches dans le domaine de la physique. Toutefois, le consul général écrit en 1959 : « Faute de moyens nous n’avons pas de relations avec ces institutions dont les qualités tant en ce qui concerne l’enseignement du français que l’enseignement général doivent être très diverses. »264

  • 265 Ibid. S. P. Godrej à Marc Blancpain.

166Une réorganisation des activités culturelles à Bombay devient urgente. Dans un rapport d’activité qu’il adresse à Marc Blancpain, secrétaire général de siège de l’association à Paris, Godrej, le président de l’Alliance française de Bombay demande que lui soit accordé le soutien nécessaire afin de pouvoir poursuivre les évolutions engagées : « Comme vous le constatez à la lecture de ce document l’Alliance française a fourni un gros effort financier depuis juin 1958, mais nous atteignons un sommet qu’il nous paraît, sans votre aide, difficile de dépasser. »265 Le consul général soutien sa requête :

  • 266 AMAE P – AO 1956-1967 - Inde 193 -consu cal à AFI, le 18.09.1958.

« La première étape de cette orientation serait comme le demande M. Godrej, la nomination d’un professeur supplémentaire à l’Alliance. Elle permettra de faire face à la demande actuelle et laissera à M. Sanna, un peu plus de temps pour se consacrer aux contacts nécessaires avec l’extérieur. Comme seconde étape, il serait nécessaire d’envisager, dès maintenant, la création d’un centre culturel semblable à celui de Calcutta, disposant de locaux, de personnel, donc de crédits. Je sais tout ce que ce dernier mot impliquera comme réactions ; je l’écris toutefois, croyant qu’il est de notre intérêt pour le présent comme pour l’avenir de développer notre influence culturelle dans ce pays et dans cette région de l’Inde en particulier. »266

  • 267 AMAE P – AO 1956-1967 - Inde 194 - AFI à AE, le 27.06.1960.

167L’année 1960 voit se concrétiser les inquiétudes exprimées par le consul. Le retour en France du couple Sanna, tous deux professeurs détachés, oblige une réduction du nombre des élèves : « Déjà, sur le conseil de M. Dumont et d’accord avec M. Lequiller, la rentrée du 1er juin a été prévue de manière restreinte, avec une réduction de moitié des élèves du Département d’Énergie atomique, peu d’ouverture de classes nouvelles à l’Alliance, pas d’admission de nouveaux élèves au centre audio-visuel. »267 Au début des années 1960, les activités de l’Alliance française ralentissent donc.

  • 268 AMAE N – Consu bom n° 11 - Rapport de la délégation de l’Assemblée nationale, p. 45, le 22.04.1964, (...)
  • 269 600 élèves signalés dans le rapport de l’Assemblée nationale en 1964. Ibid.
  • 270 Un intérêt qui étonne la délégation de l’Assemblée nationale en 1964. Ainsi le rapporteur de la dél (...)

168En outre, les locaux trop exigus et dépourvus de système de climatisation, restent inadaptés aux besoins.268 Malgré cela, les cours continuent de rassembler un nombre important d’élèves.269 Ce nombre pourrait toutefois être largement supérieur si on considère l’enseignement du français à l’université et l’intérêt des élites dirigeantes de l’État pour la culture française.270A la fin des années 1950, les initiatives menées en collaboration avec différentes institutions de Pune s’ajoutent aux activités organisées à Bombay. Elles ne font que renforcer les interrogations sur l’adéquation des structures existantes pour répondre aux besoins de l’action culturelle de la France en Inde.

169Un autre foyer de réception de la culture française dans la péninsule indienne s’avère être les Etats princiers, du moins certains d’entre eux, du moins ceux qui sont le plus engagés dans le processus de modernisation parmi la myriade de ceux qui subsistent sous le Raj. Les princes indiens présentent deux points communs avec les élites parsies et bengalies : leur contact direct avec les Britanniques et un rôle actif dans l’administration de la péninsule indienne, dans leur propres États, à des stades d’avancement fort divers, mais parfois supérieur à celui des Provinces et Présidences britanniques.

  • 271 DUTTA K., ROBINSON A., 2000 : Rabindranath Tagore, p. 78-79 et 129-130.
  • 272 MORROW A., 1998 : The Maharajas of India, Delhi : Shrishti Publishers & Distributors. LATIF B., 198 (...)

170Plusieurs princes font appel à la coopération étrangère pour le développement d’infrastructures, comme ceux de Mysore, de Baroda ou d’Hyderabad. Ils soutiennent parfois la modernisation de l’Inde, en dehors de leurs territoires. Les institutions de Santiniketan, par exemple, sont soutenues financièrement à plusieurs reprises par des princes, notamment le maharaja de Tripura qui finance également les travaux de J.C. Bose.271 En outre, une élite d’administrateurs de banques, d’institutions éducatives, gravite autour de ces princes, voyage et étudie en Europe à leur suite, plusieurs possèdant une résidence en France.272 Cela vaut également pour les royaumes à la périphérie des Indes britanniques, tel le Népal.

La culture française dans les États princiers et les "confins ".

171Comme les élites bengalies et parsies, les princes tentent, à des degrès divers, d’ouvrir des brêches dans les restrictions politiques, culturels et économiques imposées par la tutelle coloniale. Au cours du XIXe siècle, un jeu s’instaure entre les princes indiens, cherchant à préserver leur autonomie, et les autorités britanniques, soucieuses de préserver leur souveraineté et de contrôler toutes les initiatives à l’intérieur de leur empire. Aussi, pour certains princes indiens, une coopération culturelle avec la France apparaît comme un moyen de contrebalancer la tutelle anglaise. L’action des souverains de la Birmanie et du Népal s’inscrit dans cette perpective. Pour les souverains birmans, la France est un partenaire avec qui une coopération serait susceptible d’éviter l’intégration à l’empire des Indes. Au cours de l’année 1885, année charnière dans l’histoire du royaume, le consul à Bombay rencontre une délégation birmane à l’occasion du passage dans la ville de Woon Douk Taw Thanjet Woon Min, ambassadeur du roi de Birmanie. L’ambassadeur s’exprime parfaitement en français :

« Il est accompagné de deux secrétaires et emmène aussi une douzaine de jeunes gens qu’on a l’intention de mettre dans un de nos collèges. Il part pour Paris depuis Bombay, et ne prévoit pas d’aller à Londres, suite à un désaccord lors d’une rencontre avec les autorités britanniques à Simla en 1882. M. l’ambassadeur autant que ses deux secrétaires ont paru très anxieux de plaire à notre gouvernement. »

  • 273 Spectateurs privilégiés de l’évolution des événements, les consuls de France en Inde s’en reportent (...)

172Finalement la Birmanie est intégrée aux « Possessions britanniques d’Asie ». La France se contente dès lors d’y entretenir une ou deux agences consulaires. Le terrain abandonné, les Britanniques s’appliquent de leur côté à affirmer leur domination et à effacer les traces de présence française. L’exemple de la Birmanie offre un raccourci de l’attitude d’une France qui, en Inde et dans ses confins, s’efface devant les prérogatives britanniques.273

Le Népal

173Les années 1846-1951 sont connues comme la période Rana, du nom de la dynastie à l’intérieur de laquelle se transmet la fonction de Premier ministre, qui porte le titre de maharaja. Pour éviter toute régence, le pouvoir se transmet aux frères du maharaja, puis à l’aîné des neveux. Le roi, ou maharajadhiraja, n’exerce lui qu’un pouvoir nominal. Les rapports entre le royaume du Népal et la couronne britannique ont été réglés par un accord signé en 1816 stipulant que chaque pays sera représenté par un ministre. Un ministre anglais réside effectivement dans la capitale népalaise. Il surveille avec une vigilance sourcilleuse les contacts des souverains avec l’extérieur. Les maharajas possèdent un palais à Calcutta et n’envoient un ministre à Londres qu’à partir de 1934. Nominalement indépendant, le Népal est de facto sous un régime de protectorat. Les souverains népalais essaient de se défendre contre ce lien de vassalité, tandis que la couronne britannique tente d’intégrer le royaume à son empire, au même titre que les autres États princiers. C’est dans ce contexte que se situent les tentatives de développement d’une coopération culturelle des souverains népalais en direction de la France. La première mission de deux mois de Sylvain Lévi en 1898 avait déjà permis d’observer les premiers signes d’ouverture envers la France de la part des souverains népalais. Pendant la Première Guerre mondiale, de nombreux souverains indiens saisissent l’occasion pour montrer leur loyauté et leur capacité à prendre part aux événements aux côtés des autres nations. Ainsi le Népal apporte une contribution très importante en envoyant 200 000 soldats, dont 45 000 sur le front en Europe. Relativement isolé jusque-là, le royaume du Népal tend ensuite à s’ouvrir et les souverains du royaume cherchent à engager leur pays sur la voie de la modernisation. Les autorités anglaises, quant à elles, restent vigilantes et tentent de canaliser, voire d’empêcher toute tentative d’ouverture et d’émancipation.

L’ouverture du royaume du Népal, Sylvain Lévi et la France

  • 274 Leur séjour au Népal dure du 21 mars 1922 à la fin du mois de juillet de la même année.

174L’invitation en Inde du poète Tagore à Sylvain Lévi offre l’occasion à ce dernier de retrouver, en 1922, le royaume himalayen.274 Dès son arrivée, à la fin du mois de mars, son épouse observe les mutations en cours :

  • 275 LÉVI D., Dans l’Inde, de Ceylan au Népal, p. 126, op. cit.

« En arrivant nous avons eu le courrier d’Europe ! Le meilleur salut d’arrivée ; la poste fonctionne très bien. D’ailleurs les temps sont proches où le Népal entrera dans le grand mouvement international ; une grande route se construit… nous avons la lumière électrique, et un collège – au sens anglais – a été ouvert l’an dernier. »275

175La première visite au maharaja permet de constater la vivacité d’une amitié, vingt-quatre ans après la première visite de Lévi. Ainsi, les autorités népalaises mettent tout en œuvre pour que le séjour du professeur soit fructueux :

  • 276 LÉVI D., Dans l’Inde, de Ceylan au Népal, p. 123.

« Il a été reçu comme l’est un très vieil et très bon ami ; il a trouvé, encadré dans le salon, un de ses portraits ; des ordres ont été donnés pour que les recherches soient facilitées, les manuscrits trouvés, les meilleurs pandits mis aux ordres de l’historien du Népal. Ce sont des droits d’auteur auxquels nous n’avions jamais pensés, un lien réel avec les gens d’ici, une véritable reconnaissance. »276

176Les hôtes reçoivent un traitement princier et le travail du philologue peut s’engager, prenant la forme d’une véritable collaboration avec les lettrés traditionnels du pays :

  • 277 Id., p. 146.
    Et puis encore, p. 167-168 : « Le Rajgourou, pour qui S. a une si vive admiration, a dé (...)
  • 278 Il s’agit du collège universitaire de l’université de Kathmandou.
  • 279 LÉVI D., Dans l’Inde, de Ceylan au Népal, p. 167-168.

« Des hommes sont envoyés pour battre le pays, rechercher inscriptions et manuscrits ; les piliers ou dalles enfouies sont déterrés ; les estampages sont pris et le directeur spirituel du palais, le rajgourou, a fait envoyer tout ce qu’il avait récemment acquis pour la bibliothèque, afin qu’à loisir les vieux manuscrits puissent être examinés, analysés, identifiés (…).277
A notre première visite au palais, le rajgourou était là, mais c’est plus tard qu’il s’est décidé à retrouver S(ylvain) à la bibliothèque ; il a fallu encore quelques semaines pour que ces rencontres devinssent régulières et de plus en plus goûtées. Ce sont maintenant de vraies séances auxquelles le troisième fils du Maharaja, le général Kaisar, érudit administrateur et chasseur, a demandé d’assister. des manuscrits sont apportés, discutés, et enfin maintenant c’est par brassées que les vieux textes s’entassent pour un examen dans notre Mahal : tout le monde s’y est mis.
Ces petites réunions à la bibliothèque, auxquelles dévotement – et silencieusement – assistent le principal du Collège278 et les pandits, font penser à ces séances de sociétés d’histoire et d’archéologie, si nombreuses dans nos provinces, mais l’histoire locale ici embrasse tout un monde, presque toute l’Asie. »279

  • 280 AMAE P – AO 1918-1940 - PB n° 39 - Lévi à AE, 29.09.1922.

177Les recherches orchestrées se déroulent dans l’enthousiasme. La France bénéficient du produit des fouilles archéologiques et de cette recherche. Le philologue envoie en effet sept caisses contenant des manuscrits, des estampages, des inscriptions, ainsi que nombreux autres objets d’étude.280

  • 281 LÉVI D., Dans l’Inde, de Ceylan au Népal, p. 147, op. cit.

178Pendant le séjour des Lévi, le royaume himalayen tente d’entreprendre tout un train de réformes. L’année 1922 voit l’abolition de l’esclavage et la création d’un fond pour le rachat des esclaves que leurs maîtres ne voudraient pas libérer. La baisse de l’impôt de la moitié au sixième des revenus est une autre mesure significative. Une université est par ailleurs ouverte à Katmandou. Parallèlement, le royaume bénéficie de la rente du gouvernement anglais pour sa participation militaire à la Première Guerre mondiale. Aussi le Népal connaît-il une certaine prospérite attestée par « les belles maisons particulières, sans parler d(es) innombrables palais » qui fleurissent autour de Katmandou et de Patan.281

179Les souverains népalais ont conscience de la nécessité pour leur État de développer ses relations avec l’extérieur afin de garantir son indépendance face au pouvoir britannique. Ils cherchent à promouvoir et développer l’éducation et la recherche. La collaboration avec Lévi s’inscrit dans ce mouvement, son séjour représentant l’occasion d’échafauder des plans. Face à de telles perspectives, il en vient à regretter son âge et compte sur Prabodh Bagchi – alors jeune chercheur de Calcutta l’accompagnant dans ses recherches – pour mener à bien un projet de développement de la recherche historique au Népal :

  • 282 Id., p. 167-168.

« … le général Kaisar, qui vient d’être nommé président de la municipalité de Katmandou, s’est promis de surveiller les travaux de terrassements pour recueillir les vieilles pierres et les vieilles monnaies qui apparaîtraient ; enfin S. pense, espère, qu’une ère nouvelle commence pour les recherches dans un pays qui a encore tant à rendre et je crois bien que, n’étaient sa vie et les obligations dont elle est remplie, et la famille et les amis chers, il… nous nous enfermerions ici quelques années pour épuiser toutes les chances. Quelques années ? Combien nous en reste-t-il devant nous ? D’ailleurs, il semble bien que le jeune Bengali qui nous accompagne Prabodh Bagchi, puisse prendre un jour en main la direction des travaux et des recherches à poursuivre ici. Dans ce pays tout le monde sait que Prabodh doit suivre son maître en Europe, où il étudiera deux ans, puis qu’il passera un an à Hanoi ; le Maharaja a demandé à le voir hier, et le petit Bengali, timide comme un vrai Hindou, est revenu excité et bavard comme nous ne l’avions jamais vu. Sa Hautesse l’a interrogé et lui a dit que, ses études terminées, il lui demanderait de venir prendre un poste ici. Voilà un avenir qui semble heureusement fixé pour ce jeune homme. »282

180La trame d’une collaboration "népalo-franco-indienne" se dessine. Le maharaja met Lévi à contribution dans le domaine de la recherche historique et archéologique, mais aussi en ce qui concerne la réforme du système d’enseignement :

  • 283 Id., p. 177.

« Le Maharaja est un autocrate qui veut faire de son pays un pays moderne et lui donner un outillage et des écoles (…). S. est prié de réfléchir à quelque plan d’instruction pour le Népal et de vouloir bien le soumettre. »283

  • 284 Id., p. 170.

181Pendant ce temps, son épouse est investie des fonctions de préceptrice des petits enfants du maharaja. Celle-ci commence avec les deux jeunes princes, puis le lendemain les fils du général Baiber, un des princes héritiers, se joignent aux classes de français. « Et nous voilà enseignant tout le panthéon brahmanique : Vishnou, Shankar, Mrigendra, Brahma. Un véritable succès », écrit-elle au sujet de son auditoire princier.284

  • 285 Id., p. 167-168.

182De son côté Bagchi, enthousiasmé par la perspective des travaux futurs, s’attelle à se perfectionner dans la langue de Hugo.285 Une certaine ferveur francophile et francophone règne donc à la cour du royaume népalais.

  • 286 Id., p. 180.

183Le séjour du couple à la cour du Népal permet de constater les échos que trouve le mouvement nationaliste indien dans le royaume. Suivant la décision d’Asoutosh Mukherjee d’adopter les langues indiennes pour l’enseignement à l’université de Calcutta, le maharaja décide de l’adoption du parbatiya à l’université de Katmandou.286

  • 287 Id., p. 183.

184Les Lévi constatent en outre l’état des rapports avec le pouvoir britannique : « Il (le général Kaisar) apportait de récentes publications anglaises parues dans l’Inde, le Gazetteer où successivement le Népal a été présenté comme État vassal, au même titre que le Mysore par exemple, puis, sur les observations très fermes du Maharaja, en deux étapes, reconnu enfin État indépendant ».287

  • 288 AMAE N – consu cal n° 4 : Népal
    Il faut rappeler que des tensions existent alors entre le Népal et l (...)

185Malgré ces tentatives de résistances, les autorités britanniques obtiennent, dès 1923, la signature d’une convention sur le transport des armes, présentée comme un traité pour consolider l’amitié des deux pays.288 Le 16 février 1927, la première ligne ferroviaire reliant le Népal au réseau indien est inaugurée.

186Alors que le professeur Lévi reste en contact épistolaire avec les souverains, en 1925, son fils, Daniel Lévi, accompagné de Maurice Garreau-Dombasle - attaché commercial de France en Inde -, rendent visite au maharaja. En 1929, de retour d’une mission au Japon, le philologue passe à nouveau quelques jours au Népal. Du 19 au 24 novembre, c’est au tour de Ratton, consul général, de s’y rendre, avec son épouse et son fils, pour décerner la grand croix de la Légion d’honneur au maharaja. Le lendemain, le maharaja décède d’une pneumonie, et son frère, ancien commandant en chef, le remplace sur le trône.

  • 289 AMAE N – consu cal n° 4 : Népal – consu cal à AE, le 27.11.1929.
    AMAE P – AO 1918-1940 - PB n° 53 -c (...)
  • 290 Voir aussi RIEFFEL R., 1982 : Le Népal, p. 64-65, Paris : Presses universitaires de France.

187Le consul prévoit une succession sans difficulté estimant que ce dernier jouit d’une grande estime, et poursuivra la politique sage et progressiste de son frère : « Le Maharaja Bhim Shum Shere, frère de feu le Maharaja Chandra Shum Shere, fut son conseiller et collaborateur éclairé pendant de nombreuses années et il doit, en toute justice, partager les mérites de celui qu’on a surnommé le "Père du Népal moderne" ».289 Effectivement, le frère de l’ancien maharaja s’avère poursuivre la politique d’ouverture engagée.290 La même année, on signale la visite d‘une personnalité française, la comtesse Dormy, au Népal. Les souverains népalais se montrent toujours aussi accueillants envers les visiteurs français :

  • 291 AMAE P – AO 1918-1940 - PB n° 53 -consu cal à AE, le 22.12.1930.

« Je sais que le maharaja Bim Sham Shere est très bien disposé à l’égard de nos compatriotes et que les Français qui iront au Népal seront bien accueillis. Il a eu l’année dernière des attentions délicates pour la Comtesse de Dormy qui était allée visiter le Népal. »291

  • 292 AMAE N – consu cal n° 4 : Népal – consu cal à AE, le le 24.12.1930.

188En 1930, le maharaja prévoit de se rendre en France avec sa femme et son fils. Le consul rapporte qu’on dit à son sujet qu’il lit "Voltaire et Rousseau".292

Tentatives de rapprochement pour une coopération culturelle

189Au cours des années 1930, la volonté d’émancipation des souverains népalais se traduit par des appels ouverts à la collaboration avec l’étranger, et notamment par des démarches auprès des représentants de la France pour un programme de coopération éducative et technique. Pour mener ces démarches, les souverains doivent tenir compte de la vigilance et du contrôle accrus des autorités britanniques.

190A la fin de 1930, le major N.J. Rana, un des princes héritiers, affiche ouvertement son opposition à l’autorité britannique et s’inscrit en faux contre l’attitude de cette dernière qui consiste à vouloir empêcher les contacts du royaume avec les étrangers. A cause de ses prises de positions trop fermes, il doit quitter la péninsule. Il part alors chercher refuge en France :

  • 293 AMAE N – consu cal n° 4 : Népal – consu cal à AE, le 24.12.1930.

« (Il) dit qu’il hait les Anglais que l’Angleterre s’efforce toujours d’empêcher les étrangers, Français, Japonais, Allemands etc., d’aller au Népal. (Il) dit qu’elle considérait comme un geste inamical le fait pour le Népal de faire venir des étrangers. Est-ce cela l’indépendance ?, dit Rana. Il dit que son pays en fait n’est pas indépendant. Le consul d’Italie aurait conseillé à Rana d’aller se fixer en Italie. Il préfère aller en France. Il semble que Rana appartient à une classe de gens qui veulent secouer le joug anglais ».293

  • 294 AMAE N – consu cal n° 4 : Népal – le Major R.N. Rana à consu cal, Cannes le 21.01.1932.
  • 295 AMAE N – consu cal n° 4 : Népal – consu cal à AE, le 23.10.1932.

191Au début de l’année 1932, N. J. Rana envoie depuis Cannes une lettre au consul général dans laquelle il réitère son attachement à la France : « Yours is a beautiful country, the more one loves here, the more he loves La Belle France ».294 Le nouveau maharaja, quant à lui, poursuit la politique de réforme en insistant sur la question de l’éducation. Il prend ses fonctions le 14 octobre. Le 16, il prononce un discours devant les fonctionnaires, les commerçants et les nobles du pays. Dans ce discours, il présente les réformes qu’il entend mettre en place : développement de l’instruction, des routes, des lignes téléphoniques, réorganisation du département des postes, introduction des mandats-postes, organisation d’expositions agricoles et industrielles, construction d’une nouvelle usine électrique, encouragement aux industries indigènes, mise en place d’un système de caisse de retraite pour l’armée qui est prévu d’être étendu à l’administration civile en cas de succès, avance aux commerçants et marchands à des taux raisonnables, soutien aux agriculteurs, etc.295

  • 296 AMAE N – consu cal n° 4 : Népal – consu cal à AE, le 25 .01.1933 (communiqué à l’Indochine). Tradui (...)

192En janvier de l’année 1931, à l’occasion d’une distribution annuelle des prix aux étudiants, il réaffirme ses intentions dans un discours qui fait figure de véritable programme de modernisation nationale basé sur le développement de l’industrie et du commerce. Il lance un appel aux jeunes générations népalaises « qui ont entre les mains, plus que leurs aînées, l’avenir de (leur) pays ».296 Puis, il poursuit :

  • 297 Ibid.

« … Quelque soient les mesures que les aînés peuvent projeter pour le développement d’un pays, c’est aux jeunes qu’il appartient d’en assurer le succès. (…). Vous ne devez pas ne pas tenir compte des facilités de la vie moderne, vous contenter de diplômes et de distinctions académiques. Vous devez vous efforcer de vous montrer à la hauteur des circonstances, et d’adapter votre idéal scolaire aux nouvelles conditions de la vie dans le monde moderne.
Ce que j’entends par instruction, ce n’est pas seulement le fait d’acquérir un diplôme qui vous permette un emploi dans les services du gouvernement. La formation dont vous avez besoin est celle qui fera de vous des industriels et des commerçants. La connaissance que j’ai acquise au cours de mes voyages à l’étranger montre clairement qu’aucun pays ne peut être prospère s’il n’a pas d’industrie et de commerce, et c’est relativement à cela que nous sommes en retard.
Ce dont notre pays a le plus besoin aujourd’hui ce n’est pas d’une instruction générale, mais d’une instruction technique et industrielle qui augmentera la richesse matérielle de notre pays en nous donnant les moyens de construire des usines et des ateliers : nous pourrons ainsi procurer du travail à ceux de nos frères qui sont pauvres. Naturellement, au début nous aurons besoin d’experts étrangers pour nous diriger et pour enseigner, et je suis prêt à faire venir ces experts chaque fois que cela sera nécessaire. Mais il ne faut pas oublier que les contrats que nous ferons avec eux ne devront être faits que pour une courte période, jusqu’à ce que nos jeunes soient capables de les remplacer et de remplir leur emploi d’une façon satisfaisante. Il ne faut pas que nous dépendions trop de l’aide des étrangers pour le développement des ressources de notre pays, mais un effort doit être fait dans cette direction.
Je suis donc disposé à donner toutes les facilités possibles aux étudiants qui veulent abandonner les chemins battus et étudier l’agriculture, la botanique, la géologie, la zoologie, la chimie industrielle et appliquée ».297

  • 298 AMAE N – consu cal n° 4 : Népal – Amarendra Nath. Basu - Nepal Educationnal Service àconsu cal, le  (...)
  • 299 AMAE N – consu cal n° 4 : Népal – Exemple d’une lettre du 17.03.33 de A. N. Basu à André Danjou le (...)

193Pendant plusieurs années les souverains népalais vont tenter de poursuivre les objectifs présentés ici par le maharaja. Au moment où il lance ce programme de coopération et de modernisation, Amarendra Nath Basu, responsable du Nepal Educationnal Service, et précepteur du prince héritier, approche à plusieurs reprises le consul général de France. Par l’intermédiaire de l’attaché commercial, il s’enquiert confidentiellement auprès de lui des possibilités d’envoi de professeurs et de techniciens français. Aussi s’adresse-t-il, en janvier 1933, au consul, ainsi qu’aux autorités françaises à Chandernagor et Pondichéry et affiche clairement les intentions qui animent son souverain : « D’après ce qu’il m’a dit, le Maharaja voudrait développer le Népal, selon les méthodes adoptées autrefois par le Japon. Il aurait aussi une grande admiration pour la France. »298 Le consul se montre prudent, demandant des propositions « plus précises », et ne manifestant aucun soutien, même formel, à l’émissaire népalais dans son initiative. Après une première rencontre, une correspondance commence entre Basu et le consul. Rapidement, il n’est plus question que de démarches en vue d’obtenir une décoration pour son souverain, le projet de coopération culturelle proposé par Basu n’ayant visiblement pas rencontré d’échos favorables auprès des autorités françaises.299

  • 300 AMAE N – consu cal n° 4 : Népal – consu cal à AE, le 13.01.1935.

194A partir de 1932, les grandes nations multiplient les manifestations d’amitié et les marques de reconnaissance envers les souverains népalais. À la cour du Népal, c’est un véritable ballet des médailles et des décorations qui s’organise : délégations britanniques, italiennes, belges, chinoises, etc., se succèdent.300

  • 301 AMAE P – AO 1918-1940 - PB n° 73,consu cal à AE, le 1.09.1932.
  • 302 AMAE N – consu cal n° 4 : Népal – consu cal à AE, le 11.03.1934 : Durbar in Katmandou à l’occasion (...)
  • 303 AMAE N – consu cal n° 4 : Népal – consu cal à AE, le 19.03.1934.
  • 304 Ibid.

195Face à la multiplication de ces marques de reconnaissance, la Grande-Bretagne n’est pas en reste. En 1932, de grandes cérémonies sont organisées à l’occasion de la décoration du maharaja Bhim Sham Shere Rana de la grand croix de l’Ordre de Saint Michael et Saint Georges.301 En 1934, son successeur se voit remettre la distinction de « Chevalier Grand Commandeur Honoraire de l’Ordre le plus éminent de l’Inde »,302 à Katmandou, le 11 mars 1934. Cette cérémonie donne lieu à un véritable durbar. La couronne britannique met en scène un cérémonial grandiose et fastueux, caractéristique des manifestations officielles pendant lesquelles elle affiche son autorité sur les princes indiens. Un envoyé spécial britannique, le lieutenant-colonel C. T. Dukes, remet la distinction au maharaja du Népal Joodha Rana.303 C’est la première fois que cette distinction est accordée à un Premier ministre du Népal et Dukes ne manque pas de déclarer : « une autre étape a été franchie dans l’histoire des relations amicales du Népal avec le gouvernement britannique ».304

  • 305 Id., le 14.07.1935.

196En juillet 1935, un envoyé extraordinaire et ministre plénipotentiaire du gouvernement britannique remet les insignes de chevalier Grand Commandeur de l’Ordre de l’Etoile de l’Inde au nouveau maharaja.305 Le consul général souligne :

  • 306 Id., le 15.01.1935.

« … l’effort de pompe et d’apparat par lequel le gouvernement vice-royal, suivant une tradition déjà longue croit faire une profonde impression sur les souverains indigènes. Cet effort me paraît, en l’occurrence, plus soigné et plus poussé parce qu’il s’adresse non à un vassal de l’empereur des Indes, mais à un Premier ministre (maharaja) d’un état soi-disant indépendant ».306

  • 307 Id., le 30.05.1934.

197Par ailleurs, en juin 1934, un représentant du royaume himalayen est envoyé pour la première fois à Londres, tandis que, simultanément, le représentant britannique au Népal est élevé au rang d’envoyé extraordinaire et ministre plénipotentiaire.307

  • 308 AMAE P – AO 1918-1940 - PB n° 50 -consu cal à AE, le 26.04.1933.

198Pendant tout ce temps, les souverains népalais offrent à la France plusieurs ocasions, par l’intermédiaire du consulat général, de s’afficher comme partenaire du Népal. Ainsi, par exemple, pressent-ils le consul général d’organiser la remise de la Légion d’honneur en même temps que le grand durbar du 11 mars 1934, à Katmandou. Le consul esquive l’invitation, de peur de circonvenir aux prérogatives britanniques. Les autres nations ne montrent pas la même prudence. L’Italie, par exemple, se distingue en offrant le 7 mai 1933 les insignes de l’ordre de Saint Maurice et de Saint Lazare au nouveau maharaja, quelques mois à peine après son intronisation, le représentant britannique manquant pas de juger l’Italie bien empressée.308 Le consul général précise que cette décoration est accordée en reconnaissance de l’aide apportée aux savants italiens, chargés d’effectuer dans ce pays des études sur les origine du bouddhisme.

  • 309 AMAE N – consu cal n° 4 : Népal – consu cal à AE, le 10.04.1934 : « … en route vers Londres, pour p (...)
  • 310 AMAE N – consu cal n° 4 : Népal – consu cal à AE, le 26.06.1934.
    « Secretary’s dispproval » : « His (...)
  • 311 AMAE N – consu cal n° 4 : Népal – consu cal à AE, le 26.10.1934. La délégation adresse à cette occa (...)

199Profitant de l’effacement de la France, les autorités britanniques, comme en Birmanie un demi-siècle plus tôt, s’attachent à discréditer leur voisin d’Outre-Manche. Ainsi, lors de la visite à Paris d’une délégation népalaise de dix-huit personnes, qui accompagne le général Bahadur vers son poste de représentant du Népal à Londres,309 la presse anglo-indienne s’empresse de diffuser une image dévalorisante de la capitale de l’Hexagone.310 Malgré tout, jusqu’à l’entrée des troupes allemandes à Paris, les souverains népalais ne cesseront d’envoyer des signes d’amitié au gouvernement français.311

200Le respect des prérogatives britanniques l’emporte donc sur les intérêts culturels français dans le royaume du Népal comme dans le reste de la péninsule indienne. La France abandonne des positions qui, grâce à l’action personnelle de Lévi, permettaient d’entrevoir une coopération dans le domaine de la recherche historique, de l’éducation mais aussi de la formation technique, selon les requêtes transmises par le responsable de l’enseignement dans le royaume en 1933.

Kapurthala, Patiala, Baroda, chefs de file de la francophilie

Les états princiers dans la péninsule indienne

  • 312 Leur histoire a été retracée par Shaharyar M. Khan.
    KHAN S.M., 2001 : Le Royaume des Bégums, Paris : (...)
  • 313 Les archives font état d’actions de déstabilisation de plusieurs États princiers, actions soutenues (...)

201L’amitié indo-française héritée des aventures des Français en Inde à l’époque moderne trouve une illustration avec les Bourbons de Bhopal, ou Firingi. Louis Rousselet en dresse un portrait vivant dans son récit au début des années 1870.312 Jusqu’à l’Indépendance, les relations entre les grands princes indiens et les autorités du Raj restent ambigües, ces dernières tentant d’étouffer toute velléité d’action politique de la part des souverains.313 En outre, plusieurs souverains se conforment aux modes de vie des élites cosmopolites de leur temps.

  • 314 Nom antique de Delhi.
  • 315 POPLEWELL R. J., Intelligence and Imperial Defence, p. 24-25, op. cit.
  • 316 AMAE N – consu cal n° 4 : États princiers - Voir notamment : The Humble memorial of Prince Sudarsha (...)
  • 317 AMAE P – AO 1918-1940 - PB n° 73, Allahabad 20.04.1932 (15 p.), et le 5.05.1934 (21 p.). Le propos (...)

202Marié à la princesse de Jaïpur, le prince Sudarshan, de la famille royale d’Indraprastha,314 reçoit des leçons privées, d’un Français nommé La Touche entre 1898 et 1900. En rupture avec les autorités britanniques qui l’auraient dépossédé de ses terres, il part s’installer à Pondichéry, où il réside entre 1911 et 1916. Il n’est pas le premier aristocrate indien à avoir trouvé refuge dans le chef-lieu des comptoirs français. La voie avait était ouverte dès 1887, par Dilip Singh, fils du fondateur du royaume sikh du Punjab.315 Après s’être réfugié à Pondichéry, le prince Sudarshan s’adresse à plusieurs reprises au consul général, entre 1919 et 1924. Il réclame l’aide de la France pour la défense de ses droits.316 Par deux fois, en 1932 et en 1934, le raja Ram Baijal Suraj Kund s’adresse depuis Allahabad au président de la République française, dans des lettres fleuves rédigées en français, au nom de toutes les familles nobles de l’Inde et de leurs sujets, pour dénoncer le régime britannique.317 Il s’agit toutefois de princes en rupture de royaumes. Les « grands » princes indiens du XXe siècle s’intéressent à la culture française, non pas dans une démarche de remise en cause de l’autorité britannique, mais plutôt de modernisation de leur territoire et également en tant qu’élément social partie intégrante des attributs des élites.

  • 318 Le Gaekwar se distingue lors de réunions de la conférence industrielle de l’Inde par ses encouragem (...)

203Le prince de Baroda régne sur un petit royaume enclavé dans la Présidence de Bombay qui compte deux millions d’habitants, en 1911. Il se distingue par son modernisme qui le place à la pointe de l’éducation et du développement économique.318 L’instruction primaire y est gratuite et l’État dispose d’une banque coopérative. Les parsis occupent une position privilégiée dans l’économie, notamment R.D. Tata est un proche du prince.

204En 1910, Filippi, délégué de l’Alliance française est nommé professeur au collège universitaire de Baroda où il constitue un comité d’action de l’Alliance française. Parmi les membres d’honneur on trouve le résident britannique auprès de la cour, un président à la haute cour, un ingénieur britannique, trois professeurs du collège universitaire, le consul de France, et R.D. Tata. Le prince réalise de nombreux séjours en Europe et aux États-Unis. Lorsqu’il projette un voyage en France en 1910, le consul souligne son attitude bienveillante à l’égard de la France et de sa culture :

« Ses sympathies françaises sont bien connues, il me les avait témoignées à moi-même en m’évoquant un jour son projet d’entretenir un agent commercial à Paris. Il les a prouvées par la nomination d’un professeur de français au Collège de Baroda. »

205La prudence des autorités françaises avec le Gaekwar peut paraître surprenante. Lors d’un séjour en France du prince, le consul à Bombay recommande au Ministère des Affaires étrangères un accueil tout à la fois bienveillant et empreint de la plus grande discrétion afin de ne pas éveiller les susceptibilités des autorités britanniques.

  • 319 Notamment en ce qui concerne l’enseignement technique.
    AMAE P - CCC, Cal n° 12 (f° 2-5), le 06.03.19 (...)
  • 320 AMAE P – AO 1944-1955 - Inde 77 - consu Bom, Note sur le fonctionnement des organismes de propagand (...)
  • 321 Ibid.
  • 322 Fergusson College et Nowrosjee College proposent depuis le début du siècle des cours de français.
  • 323 AMAE P – RC 1945-1959 n° 95 (1 – affaires générales), AFI à AE, le 08.01.1948.

206On peut noter en revanche que les États-Unis, le Japon, l’Allemagne et les autres grandes nations ne s’embarrassent pas de telles précautions. Suite à un séjour aux États-Unis, où il y a reçu l’accueil le plus officiel, le Gaekwar encourage les étudiants indiens à choisir ce pays pour compléter leur formation.319 Après 1948, Baroda reste un pôle de culture française.320 Des professeurs y mènent des activités à caractère francophile, comme le professeur Kalekar, ancien étudiant en France. Ils se réunissent dans le cadre d’une Société des amis de la France.321 Une exposition consacrée à l’art français, puis une section française sont organisées au musée. L’université de Baroda est riche en documents français (livres, tableaux, reproductions de tableaux etc.), et le goût des lettres françaises, bien qu’en léger déclin depuis le décès de l’ancien gaekwar, reste susceptible d’y être développé, ainsi que le signalent les diplomates français. Baroda présente, en effet, des structures favorables : deux collèges universitaires proposent des cours de français,322 et les cours à l’université rassemblent 110 étudiants.323 Mais, faute de moyens suffisants, aucun lecteur ne vient entretenir la présence francophone dans l’ancienne capitale de l’État princier, réputée pour son dynamisme économique, qui comprend en outre plusieurs institutions de qualité, et notamment l’une des deux principales écoles des beaux arts du pays.

  • 324 GARDE A., RAULET S., 1996 : Salon indien, L’influence de l’Europe sur l’architecture, les arts déco (...)
  • 325 METIN A., L’Inde aujourd’hui, Etude sociale, p. 163, op. cit.

207En 1911, le recensement dénombre cinquante et un résident de la France métropolitaine au Punjab. Trois décennies plus tôt, l’État princier de Kapurthala, enclavé dans cette dernière région, ne réunissait pas plus de 21721 âmes. Jagatjit Singh, le maharaja de l’état princier, affiche sa francophilie et se distingue comme membre à la fois du Cercle Littéraire et de la Société des Amis de la France dans l’Inde britannique. En 1911, il est mentionné par le consul comme « si connu à Paris », ce que confirme les chroniques mondaines du journal L’Illustration. De fait, le maharaja Jagatjit Singh a passé une partie de son enfance en France où il s’est pris de passion pour la culture française. Parfaitement francophone, il est une grande figure de la vie mondaine de la capitale où il réside lors de la saison estivale, profitant de sa demeure dans le bois de Boulogne.324 Il tient un journal rédigé en français et aime à communiquer dans la langue de Ronsard avec les représentants britanniques de son État, plutôt que dans l’idiome de Shakespeare.325

  • 326 « Un palais français aux Indes », le 11.07.1908, OKADA A. (préf.), L’Inde - Les Dossiers de L’Illus (...)
  • 327 GARDE A., RAULET S., Salon Indien, p. 56-57.
  • 328 OKADA A., L’Inde, Les Dossiers de L’Illustrations, op .cit.
  • 329 AMAE P – AO 1918-1940 - PB n° 53 -consu cal à AE, le 26.05.1936.

208Son palais, pour lequel il a fait appel à des architectes français, ambitionne de suivre le modèle du château de Versailles.326 Les chambres, au nombre d’une centaine, portent chacune le nom d’une ville ou d’une personnalité françaises. Pour la décoration intérieure, on retrouve des porcelaines à la manière des modèles de Sèvres, des copies de tapisseries des Gobelins, de meubles de style Louis XV, ainsi que des tapis d’Aubusson commandés spécialement à la taille des pièces.327 Le palais devient un lieu de pèlerinage mondain pour les artistocrates français à la recherche de fêtes somptueuses et de parties de chasse.328 En 1936, le Ministère des Affaires étrangères est saisi d’une proposition d’attribution de la décoration de grand officier de la Légion d’honneur au prince héritier de Kapurthala, déjà commandeur de l’Ordre national. C’est l’occasion pour le consul de rappeler que le maharaja : « … qui, chaque année réside plusieurs mois à Paris, a toujours témoigné des sentiments de vive sympathie envers notre pays. »329

  • 330 MORROW A., The Maharajs of India, , p. 62.

209La princesse Brinda Mathi, d’une famille Rajput, première épouse du prince régnant de Kapurthala, a également été élevée à Paris, passant dix années de son enfance au sein de la famille Hachette propriétaire de la maison d’édition.330 Au sujet de l’ancienne capitale du petit État de Kapurthala, on note, en 1948, que, suite à une demande de Daniel Lévi, le Quai d’Orsay envoie des livres français aux élèves de l’école et du collège universitaire de la capitale.

210À Mysore, la culture française s’établit au XIXe siècle avec la présence de missionnaires. En 1916, le Yuvaraja de Mysore fonde une université dans sa capitale. Le philosophe Brajendranath Seal, qui a également participé à la création de Santiniketan, en est le chancelier. En 1920, on dénombre plus de 10 000 écoles dans l’État. Le souverain maintient dans son royaume un niveau d’éducation et d’infrastructure salué par les visiteurs étrangers comme Désirée Lévi :

  • 331 Id., p. 232.

« La ville est remarquablement propre, les routes sont excellentes, il a bâti un magnifique hôpital, il (le Yuvaraja) a fondé l’université, dont le docteur Seal, un des plus grands savants de l’Inde, est chancelier ».331

211Dans la principauté, le couple Lévi reçoit un accueil des plus chaleureux. Les qualités du grand professeur, en visite dans le grand État princier du centre de l’Inde en compagnie de Tagore, ne manquent pas d’être mises à contribution : « J’ai laissé les deux hommes, savant et poète, aller de compagnie. C’est qu’il devenait impossible de les suivre, partout écoles, institutions les réclamant, leur demandant de parler ».

212Le Yuvaraja de Mysore connaît bien Paris, puisqu’il a reçu une partie de sa formation à la Sorbonne et que, comme de nombreux princes, il visite régulièrement la France. En 1920, il y rencontre d’ailleurs le président de la République.

  • 332 LATIF B., L’Inde où Vécut ma Mère.
    En 1939, Alys Iffirg épouse en seconde noce Ali Hyadari, fils du (...)
  • 333 Le Prince Muzzam Jah, second fils du Nizam, se maria en 1931, à Nice, à la princesse Niloufer, adep (...)
  • 334 AMAE N – consu cal n° 4 : États princiers

213Pendant cette période, on relève également les fréquents séjours en France des plus grands princes indiens et de l’élite de leur royaume. C’est le cas par exemple d’Ali Khan, un étudiant appartenant à l’entourage du nizam d’Hyderabad, qui épouse la parisienne Alys Iffirg en 1927.332 Le prince et la princesse de l’État d’Hyderabad résident également régulièrement en France,333 de même que celui du Cachemire, décoré de la légion d’honneur. Le maharaja d’Alwar lui décède à Paris, dans l’hôtel Lotti, au cours de l’automne 1937.334 La présence de ces princes indiens à Paris participe de la naissance de l’Art-déco indien.

  • 335 AMAE P – AO 1918-1940 - PB n° 42 et n° 53, et AMAE N – consu cal n° 4 : États princiers.
  • 336 AMAE P – AO 1918-1940 - PB n° 53 -consu cal à AE (f° 152).
  • 337 AMAE N – consu cal n° 4 : États princiers.
  • 338 AMAE P – AO 1918-1940 - PB n° 53 -consu cal à AE, le 16.04.1935.

214Les archives permetteraient de nourrir une chronique des séjours des princes indiens en France, ainsi que des décorations qui leur sont conférées.335 Parmi les princes indiens décorés de la Légion d’honneur, on compte le maharaja de Patiala, bien connu pour sa francophilie ainsi que sa contribution à l’effort de guerre, par l’envoi de troupes sur le front français. Le consul à Bombay rappelle à son sujet que : « … ses sentiments se sont manifestés de manière effective pendant la guerre et qu’il occupe actuellement aux Indes une situation importante ».336 Le maharaja de Patiala ne manque jamais d’adresser ses vœux au président français pour la fête nationale.337 Cette sympathie a plus qu’une simple valeur anecdotique. À partir de 1928, le prince de Patiala est, en effet, à la tête de la Chambre des Princes régnants de l’Inde.338

  • 339 Des traces de ces échanges culturels avec la France qui appartiennent à l’histoire moderne ou au dé (...)

215Aux XIXe et XXe siècles, la présence culturelle française dans de multiples points de l’Inde princière n’est pas seulement un héritage des relations entre princes indiens et aventuriers français du XVIIIe siècle mais aussi le fruit d’une évolution de la mobilité géographique et de leur appropriation de la culture occidentale. Jusqu’en 1948, plusieurs capitales princières resteront des centres propices à la diffusion de la culture française, notamment Kapurthala, Hyderabad et Baroda.339 Ceci perdurera après leur intégration à l’Union indienne.

Hyderabad, la France et l’Institut Pasteur

  • 340 AAf-P - Bulletin de l’Af n° 120, le 15.04.1910, p. XIX et p. 168.
  • 341 AAf-P - Bulletin de l’Af n° 83, le 15.04.1901, p. 150.
  • 342 AAf-P - Bulletin de l’Af n° 79, le 15.04.1900, p. 82.
  • 343 AAf-P - Bulletin de l’Af n° 104, le 15.04.1906, p. 185. Aucune mention de ce comité n’a été trouvée (...)

216Le grand État d’Hyderabad fait partie de ces États princiers qui entretiennent avec la France une relation historique particulière qui se prolonge aux XIXe et XXe siècle.340 À Secunderabad, ville voisine d’Hyderabad où se situe la grande gare qui dessert la capitale de l’Etat princier, coopération technique et culturelle se développent côte à côte. Au tournant du siècle, un français dénommé Vinay, travaille pour la société des chemins de fer, en tant que « délégué de la Société pour le Deccan ». Cinq autres compatriotes y résident.341 Dès 1900, il fonde un cercle francophile qui est reconnu comme comité de l’Alliance française.342 En 1901, ce cercle est décrit comme prospère. Les activités de ce groupe dureront plusieurs années.343

  • 344 A partir des années 1890, la question des maladies épidémiologiques occupe une place importante dan (...)
  • 345 AMAE P -CCC-Cal n° 13 - (f°394-406), Calcutta le 24-29.12.1894.

217L’État d’Hyderabad joue un rôle décisif dans l’installation du premier Institut Pasteur en Inde, l’investissement de l’administration britannique s’avèrant insuffisant, voire absent, dans le domaine de la recherche médicale en Inde, notamment dans le domaine de la recherche épidémiologique.344 Dès à la fin du XIXe siècle, les Indiens tentent de la prendre en main. Cette démarche se traduit notamment par l’organisation annuel d’un congrès national, l’Indian Medical Congress. À la fin de l’année 1894, il se tient à Calcutta réunissant plus de 500 médecins, dont la moitié d’origine indienne. On peut noter à cette occasion la participation du docteur Gallay, médecin principal des Colonies, dont la présence est jugée comme ayant laissé la meilleure impression sur le corps médical indien.345

  • 346 AMAE P -CCC-Cal n° 18 - (f° 476-478), le 18.04.1899.
  • 347 AMAE P -CCC-Cal n° 14 - (f° 126-128), le 30.08.1895.
  • 348 AMAE P -CCC-Cal n° 18 - (f°397-398), le 17.11.1898.
  • 349 AMAE P -CCC-Cal n° 14 - (f°187-188), le 16.12.1895.
  • 350 AMAE P -CCC-Cal n° 16 - (f°2-3), le 07.09.1896.
  • 351 Id., (f° 416-417), le 28.02.1897.

218A la fin du siècle, les militaires et fonctionnaires britanniques en Inde, victimes de la rage, sont envoyés à l’Institut Pasteur à Paris pour y être traités.346 Les recherches de Louis Pasteur et de son institut suscitent un vif intérêt parmi les Indiens, et particulièrement ses travaux concernant la rage, le choléra, mais aussi ceux sur le traitement des eaux. En 1895, le docteur russe Valdmar Haffkine, scientifique affilié à l’Institut, commence à mener des travaux en Inde sur la vaccination contre le choléra.347 La même année, un comité central de l’Institut Pasteur est créé.348 En décembre, le consul général souligne l’important écho que suscite la mort de Louis Pasteur.349 Dès 1896, plusieurs personnalités indiennes projettent la création d’un Institut Pasteur.350 La même année, une collaboration pour la lutte contre les épidémies est envisagée entre le docteur Calmette, directeur de l’Institut Pasteur, et la communauté scientifique à Calcutta. En 1897, c’est finalement à Bombay, que s’établit une collaboration dans le domaine de la recherche épidémiologique par l’intermédiaire du Dr Haffkine et avec la participation de l’université de Paris.351

  • 352 AMAE P -CCC-Cal n° 17 - (f°138), le 18.10.1897.
  • 353 Le consul général de France en poste en 1897, pourtant anglophile, rapporte une anecdote qui montre (...)

219Toujours en 1897, la municipalité de Darjeeling inaugure les systèmes Pasteur pour le filtrage des eaux de la ville.352 Le projet d’Institut Pasteur en Inde, quant à lui, tarde à se mettre en place. Les autorités britanniques, qui ne se montrent pas prêtes à accorder le budget nécessaire, et retardent les procédures nécessaires à son établissement.353 Aussi, en 1898, c’est le gouvernement du nizam d’Hyderabad qui reprend le projet. Le consul commente favorablement cette initiative tout en dénonçant l’attitude des autorités du Raj :

  • 354 AMAE P -CCC-Cal n° 18 - (f° 397-398), le 17.11.1898.

« Il vaut mieux avoir un Institut Pasteur à Hyderabad que d’attendre la réalisation sur le Territoire britannique de projets de ce genre. C’est une bonne note en faveur du Nizam, en même temps qu’apparaît plus nettement l’indifférence, à l’égard de cette question, du Gouvernement de l’Inde et du Comité chargé depuis 7 ans de l’établissement d’un Institut aux Indes ».354

  • 355 Id., (f°402-403).
  • 356 Id., (f° 476-478), le 18.04.1899.

220À la fin de l’année 1898, la presse anglo-indienne mène une campagne contre le traitement anti-rabique de Pasteur.355 En 1899, le gouvernement britannique ne semble toujours pas résolu à prendre des mesures financières significatives afin de faire face aux graves problèmes sanitaires que connaît l’Inde. Pour la création d’un Institut Pasteur aux Indes, le vice-roi décide, en effet, d’octroyer des moyens qui sont très modestes. Ceux-ci consistent en une allocation qui équivaut à la moyenne des fonds consacrés annuellement à l’envoi à Paris des soldats et fonctionnaires atteints par la rage.356

  • 357 Un autre centre de vaccination fut par la suite ouvert à Kausali en Himmachal Pradesh. Un laboratoi (...)
  • 358 « La résidence servit ultérieurement pour la recherche sur l’immunologie et le cancer, l’établissem (...)

221L’Institut Pasteur s’établit finalement à Coonoor permettant à l’Inde de devenir un producteur de vaccins à grande échelle.357 Quant au docteur Haffkine, il il s’établit en Inde, tout d’abord, à Calcutta, à partir de 1907, afin de s’y consacrer à la préparation de vaccins. En 1911, le gouverneur de Bombay l’invite à s’installer dans la capitale de la Présidence pour y poursuivre ses travaux de recherche.358 Le soutien du Nizam a donc été décisif dans le développement de la recherche épidémiologique en Inde.

222En 1945, à l’université Osmania de Hyderabad, l’attaché culturel rencontre une élite francophile. Ces premiers contacts permettent d’envisager une collaboration dans des brefs délais, du moins si la France répond à la demande qui est formulée :

  • 359 AMAE P – AO 1944-1955 - Inde 100 – attaché culturel à DG des RC (Hyderabad - Delhi), Calcutta, le 1 (...)

« L’opinion cultivée d’Hyderabad est restée très favorable à la culture française et à l’influence française. On nous prie instamment d’ouvrir une école de français, à proximité de l’imposante et belle université d’Osmania, dont le vice-chancelier va aussi me soumettre une demande officielle d’envoi de professeurs de français, non pas à titre permanent, mais pour des séries successives de conférences s’étendant chacune sur une période limitée de trois mois, par exemple. »359

  • 360 AMAE P – AO 1944-1955 - Inde 100 - AE à Ministère de la France d’outre-mer, le 25.05.1947.
  • 361 Ibid.

223Dans les mois qui précèdent l’Indépendance, l’État d’Hyderabad montre des dispositions particulièrement favorables au développement d’une coopération avec la France. Le Nizam, qui tente de manière désespérée de résister à l’intégration au sein de l’Union indienne, propose ainsi au gouvernement français d’établir des relations diplomatiques bilatérales. En 1947, l’agent général de l’État exprime le vœu d’organiser une visite des membres de l’EFEO. Il se déclare même prêt à recevoir une mission permanente.360 Le Ministère de la France d’outre-mer donne son accord pour une mission d’études afin de mener des fouilles sur les sites d’Ajanta et d’Ellora.361 Toutefois, aucun professeur français n’est envoyé enseigner à Hyderabad avant 1959.

Notes

16 AMAE N – SOFE n° 219 - Indes anglaises - André Weil à SOFE, le 18.08.1930.

17 AMAE N – SOFE n° 219 - Indes anglaises - André Weil, lettre du 18.08.1930.

18 Calcutta reste jusqu’en 1911 la capitale de l’empire britannique des Indes.

19 Elle est issue parfois des hautes castes, comme c’est le cas pour la famille Tagore au service de la Compagnie britannique des Indes orientales depuis son implantation au Bengale, mais le plus souvent des groupes de négociants banians et intermédiaires dewans indispensables à l’administration de la Compagnie.

20 SARKAR S., 1997 : « L’entrée dans le siècle : la première révolte », p. 28, in RACINE J-L (Dir.) Calcutta 1905-1971, au cœur des création et des révoltes du siècle, p. 35-36.

21 MÉTIN A., 1903 : L’Inde aujourd’hui, Etude sociale, p. 218, Paris : Colin, 301 p.

22 ACHARYA P.,1990 : « Education in Old Calcutta », p. 90 in CHAUDURY S., Calcutta the living city, vol. I, The past, Calcutta : OUP.

23 BARTHÉLÉMY J.S.H de, 1887 : L’Inde anglaise et son état actuel précédé d’une introduction sur l’Angleterre et la Russie, p. 174, Paris : Perrin & Cie.

24 KHAN C., État et développement des études françaises dans le monde indien : l’exemple de la province musulmane du Bengale, p. 75-76.

25 Voir, par exemple, la nouvelle Jibito o Mrito, (Le Vivant et le Mort). ROY K., 1988 : Rabindranath Tagore, p. 47, New-Delhi : National Gallery of Modern Art.

26 SARKAR S., 1990 : « Calcutta and the ‘Bengal Renaissance’ », p. 101, in CHAUDHURI S. (Ed.), Calcutta, The living city, the past.

27 KHAN C., État et développement des études françaises dans le monde indien : l’exemple de la province musulmane du Bengale, p. 75-76.

28 Notamment ses deux ouvrages de réflexion religieuse, dont une Vie de Krishna - Ibid.

29 DUTT T., 1879 : Le Journal de Mademoiselle d’Arvers.

30 Le frère du prix Nobel, également un des artistes les plus importants de son temps, ne se rendra toutefois pas dans la capitale française.

31 DAVID-NÉEL A., Correspondance avec son mari, édition intégrale 1904-1941, p. 119 (lettre du 16 janvier 1912), Paris : Plon, 2000. Archives de Rabindra Bhavan à Santiniketan - Correspondance Tagore - Alexandra David-Néel.

32 Archives de Rabindra Bhavan à Santiniketan - Correspondance Tagore - Alexandra David-Néel.

33 A. DAVID-NÉEL A., Correspondance avec son mari…, p. 138, (lettre du 16 janvier 1912).

34 LÉVI S., 1985 : Le Népal, étude historique d’un royaume hindou, p. 37-38, GABORIEAU M., G. TOFFIN (préf.), Paris : Kailash.

35 DÉ N., 2000 : Madame Lévir Diari (translittération du bengali), p. 141-146, Kolkata : Ananda Publisher.

36 TAGORE R., 1964 : Souvenirs d’enfance, p. 160, BOSSENNEC C. et DATTA R. (trad.), Paris : Gallimard, 160 p.

37 DANIÉLOU A., 1993 : Les Chemins du Labyrinthe, p. 105-106, Monaco : Le Rocher.

38 GUPTA U., 1977 : « Santiniketan and Sriniketan, a historical introduction », p. 270-325, in Visva-Bharati Quaterly, vol. 41, n° 1/4, Calcutta, May 1975-Avril 1976.

39 Ibid.

40 AMAE P – AO 1918-1940 - PB n° 22-consu cal à AE, le 07.12.1921.

41 DEBONATH P., 2000 : Rabirtithé Bidéshi (translittération du bengali), Calcutta : Mitra & Gosh Publishers, 117 p. Les recherches sur lesquelles a été fondé cet ouvrage ont permis d’augmenter la liste établie des personnalités ayant visité Santiniketan de quelques nouveaux noms de prestigieux visiteurs comme celui de la suissesse Alice Bonner, de l’orientaliste Alfred Foucher, ou du fougueux étudiant, Mircea Eliade.

42 LÉVI D., 1925 : Dans l’Inde, de Ceylan au Népal, p. 83-84, Paris : Rieder.

43 id., p. 27-28 et p. 41.

44 DÉ N.,Madame Lévir Diari, p. 1.

45 DUTTA K., ROBINSON A., Rabindranath Tagore, The myriad minded man, p. 228, Delhi : Rupa, & Co.

46 Suite à la réintégration de l’Alsace et de la Lorraine dans le territoire français, le gouvernement français envoie les plus grands professeurs à l’université de Strasbourg afin d’en faire un centre d’enseignement prestigieux.

47 DÉ N., Madame Lévir Diari, Bhumika (introduction).

48 Ibid.

49 LÉVI D., Dans l’Inde, de Ceylan au Népal, p. 53, op. cit.

50 DÉ N. : Madame Lévir Diari, Bhumika (introduction).

51 Archives privées de M. et Mme VERMEIL.

52 LÉVI D., Dans l’Inde, de Ceylan au Népal, p. 39 et p. 83, op. cit.

53 LÉVI D., Dans l’Inde, de Ceylan au Népal, p. 20, op. cit.

54 DÉ N. : Madame Lévir Diari, Bhumika (introduction).

55 LÉVI D., Dans l’Inde, de Ceylan au Népal, p. 23, op. cit.

56 AMAE P – AO 1918-1940 - PB n° 22-consu cal à AE, le 07.12.1921.

57 SARKAR S., « L’entrée dans le siècle, la première révolte », p. 39, op. cit.

58 ELIADE, M., 1992 : Journal des Indes, p. 79, Paris : Ed. de l’Herne, 220 p.

59 Archives de Rabindra Bhavan à Santiniketan de correspondance Tagore-France : Champion à Tagore, le 21.07.1929.

60 Écrit par B.C. Chatterjee et mis en musique par Tagore.

61 Archives de Rabindra Bhavan à Santiniketan de correspondance Tagore-France, Lettre du 11.05.1930 de l’administrateur Champion.

62 Conférence prononcée par Christine Bossennec lors du 100e anniversaire de la naissance de Tagore, in LINÉ S., Hommage à Christine Bossennec, op. cit.

63 id., p. 59.

64 Archives de Rabindra Bhavan à Santiniketan- corespondance Tagore-France - Foucher à Tagore, le 7.01.1920.

65 DEBONATH P., Rabirtithé Bidéshi. p. 14-15.

66 Voir également au sujet de Fernand Benoît, ROLLAND R., 1961 : Rabindranath Tagore et Romain Rolland, Lettres et autres écrits, Paris : Albin Michel.
DEBONATH P., Rabirtithé Bidéshi, p. 26-27, . Selon cette étude, Fernand Benoît, marié à une bengalie, quitte Santiniketan pour Bénarès en 1925. Là, il rejoint la Benares Hindu University et meurt en 1961. Fernand Benoît traduit également la pièce de thèâtre La Machine de Tagore.
TAGORE R., 1929 : La Machine, BENOÎT F. et CHAKRAVARTY A.C. (trad.), Paris : Rieder, 190 p.

67 DEBONATH P. : Rabirtithé Bidéshi, p. 107-108.

68 GEDDES A., 1923 : La Civilisation rurale du Bengale Occidental et les facteurs démographiques, DEMANGEON A. (préf.), Paris : Colin.

69 DEBONATH P., Rabirtithé Bidéshi, p. 33-35.

70 id., p. 42-43.

71 AMAE N – SOFE n° 219.

72 Plus tard elle publie Ce que l’Inde m’a appris, de l’Angoisse à la Joie, poèmes dédiés à Alice Boner, Pratima Devi et Tagore.
DEBONATH P., Rabirtithé Bidéshi, p. 33-35.
En 1931 et 1932, il faut également noter le passage du jeune étudiant roumain Mircea Éliade. Le poète et son école lui laissèrent un souvenir enchanté que l’on retrouve ses récits, L’Inde, 1928-1931, Paris : Presse Pocket, 1988, Le Journal des Indes, et Les Promesses de l’Equinoxe, Mémoire 1, 1907-1937, Gallimard, Paris, 1980, 455 p.

73 LÉVI S., BRULH O., 1937 : Aux Indes. Sanctuaires, Paris : Hartmann, 136 photos commentées, 14 p. Elle est également liée au Musée Guimet.

74 DEBONATH P. : Rabirtithé Bidéshi, p. 81, Archives de Rabindra Bhavan à Santiniketan- Visva-Bharati News, Novembre 1932, p. 34. ; DANIÉLOU A.: Les Chemins du Labyrinthe. (On retrouve les abris ronds au toit de chaume typiques de Santiniketan au Club Méditerranée, club de voyage à la fondation duquel Gaétan Fouquet collabore).

75 Le Rabindra Bhavan conserve encore une importante partie de cette collection dont les photos sont souvent utilisées pour illustrer les ouvrages consacrés à Tagore ou à Santiniketan. Voir aussi l’exposition Tagore, The Universal Message, Samuel Berthet, Alliance française de Chittagong, Unesco, 2012.

76 CHANDA R., 1995 : Shob Hoté Apan, p. 110-112. Kolkata : Visva-Bharati. DANIÉLOU A., Les Chemins du Labyrinthe, p. 108-109. A Bénarès, alors qu’il est progressivement associé à la société orthodoxe de la ville, Daniélou mène des travaux de recherches et de traduction d’œuvres en hindi et en sanscrit, et collecte des manuscrits anciens, notamment sur la musique indienne. Voir HELFFER M., « Alain Daniélou » in Encyclopædia Universalis France, CD Rom, 2000 France.

77 Archives de Rabindra Bhavan à Santiniketan- Visva-Bharati News
Archives privées de M et Mme Youennou : LINÉ S., Hommage à Christine Bossennec.

78 Ibid. Voir également : CHANDA R., Shob Hoté Apan.

79 Son véritable prénom était Christiane, mais une erreur au moment de son inscription après sa naissance lui a valu de porter officiellement celui de Christine.

80 DEBONATH P., Rabirtithé Bidésh, p. 92-93. Christine Bossennec resta néanmoins encore longtemps en contact avec Santiniketan. Probirkumar Debhonath conclut : « Beaucoup d’étudiants et d’étudiantes et d’habitants de Santiniketan qui lui ont été contemporains n’ont toujours pas perdu le souvenir de cette étrangère. », ce que, presque soixante ans plus tard, il m’a été donné de vérifier.

81 Voir post-face de 1964 : Souvenirs d’enfance, BOSSENNEC C. et DATTA R. (trad.), Paris : Gallimard, , 160 p. Pour la même collection Christine Bossennec a traduit Le Vagabond et Autres Nouvelles.

82 Cette utopie humaniste en inspira à travers le monde. Nous pouvons citer Darlington Hall, en Angleterre, créé par Leonard Elmhirst, le Collège indien de Montpellier.

83 AMAE P – nouvelle Série – Inde n° 33 – (f°167) – consu cal à AE, le 20.12. 1916.

84 Archives privés de Ruby Palchoudury - R PALCHOUDURY, « Discours prononcé à l’Af pour le bicentenaire de la révolution française », 1989, p. 2.

85 Ibid. Les programmes des réunions du 7 et du 21 décembre sont joints.

86 LÉVI D., Dans l’Inde, p. 53.

87 AMAE P – AO 1918-1940 - PB n° 22-consu cal à AE, le 04.02.1922.

88 Les week-end à Santiniketan étant le mardi après-midi et le mercredi, contrairement au reste de l’Inde où il correspond au week-end occidental.

89 LEVI D., Dans l’Inde, de Ceylan au Népal p. 33.

90 id., p. 43.

91 SINGARAVÉLOU P., 2002 : « Les Indianistes français et le Greater India », p. 307-324, in WEBER J. (dir.) : Les relations entre la France et l’Inde de 1673 à nos jours, Paris : Les Indes savantes.

92 LÉVI S., 1938 : L’Inde civilisatrice, Paris : A. Maisonneuve (Publications de l’Institut de civilisation indienne), 268 p.

93 COEDES G., 1948 : Les Etats hindouisés d’Indochine et d’Indonésie, Paris : Les éditions du Broccard, 468 p.

94 SINGARAVÉLOU P., « Les Indianistes français et le Greater India ».

95 Directement attaché à la Société asiatique, les élèves de Sylvain Lévi (Alfred Foucher, Louis Renou, Jean Filliozat…) lui succèdent à sa tête.

96 AMAE P – AO 1918-1940 - PB n° 71-consu cal à AE, le 30.12.1932.

97 id., p. 245.

98 id., p. 242-243.

99 Le mari, Pramatha Chauduri, a connu la France pendant ses années d’études en Angleterre, et son frère pendant la guerre.

100 LÉVI D., Dans l’Inde, de Ceylan au Népal, p. 50. Il s’agit d’Indira Devi Chauduri et des frères Pramatha et Asoutosh Chauduri. DÉ N., Trad. de Désirée Lévi : Dans l’Inde, de Ceylan au Népal, p. 45,op. cit.

101 LÉVI D., Dans l’Inde, de Ceylan au Népal, p. 53-54.

102 NAG K. (éd.), 1935 : India and the World, p. 70, Calcutta : Indian Bureau.

103 id., DAS GUPTA D.C., « Jean Jacques Rousseau And His Contribution To Modern Education », p. 46 inNag : India and the World.

104 id., NAG., « L’Académie Française and an Indian Academy », p. 46- 51.

105 id., « World of Books », p. 64.

106 id., « International Forum », p. 64.

107 AMAE P – AO 1918-1940 - PB n° 71, consu cal à AE, le 30.12.1932.

108 AMAE P – AO 1918-1940 - PB n° 71-consu cal à AE, le 30.12.1932

109 Archives de Rabindra Bhavan à Santiniketan- corespondance Tagore-France - A. Lehuvaux (orthographe incertaine reproduite à partir de la signature manuscrite) à Anil Chanda (secrétaire particulier de Tagore), le 30.03.1939.

110 Archives privées de Henry Bourgeot : 20ème anniversaire de l’Af de Calcutta.
L’Af de Calcutta a été dévastée par un incendie au cours de l’été 1999, tandis que le consulat a été précipitamment fermé au cours de l’hiver 2000. De nombreuses archives relatives à cette étude ont alors été détruites. Par ailleurs une soixantaine de dossiers d’archives du consulat de Calcutta sont en cours de traitement au centre des archives de Nantes.

111 COLETTE K., État et développement des études françaises…, p. 81, op. cit.

112 Archives privés de Henry Bourgeot : 20ème anniversaire de l’Af de Calcutta.

113 Archives privées de M et Mme Youenou : LINÉ S. (éd.) : Témoignage des amis de Christine.

114 AMAE P – RC 1944-1959 n° 95, attaché culturel à consu cal, le 20.08.1948.

115 LACOMBE O., « J’ai fait la connaissance de Christine. », in LINÉ S. (éd.) : Témoignage des amis de Christine, op. cit.

116 Ibid.

117 AMAE P – AO 1944-1955 - Inde-100 - DAO – Note pour la DGRC, le 06.08.1945

118 LACOMBE O., « J’ai fait la connaissance de Christine » in LINÉ S. (éd.) : Témoignage des amis de Christine, op. cit.

119 RENOIR J., 1974 : Ma vie mes films, p. 236, Paris : Flammarion.

120 ROSS A., « Il y a un an j’apprenais par Alain Daniélou… », in LINÉ S., Témoignage des amis de Christine.

121 BATBEDAT J., « Je voudrais évoquer Christine à Calcutta… », in LINÉ S. (éd.) : Témoignage des amis de Christine, op. cit.
Il s’agt du scientifique Satyendranath Bose.

122 BATBEDAT J., « Je voudrais évoquer Christine à Calcutta… », in LINÉ S. (éd.) : Témoignage des amis de Christine, op. cit.

123 CHATTOPADYAYA B., TAGORE R., 1947 : Bandé Mataram, arrangements et orchestration d’Alain Daniélou, N.C. Mitra, Calcutta : Visva-Bharati.
TAGORE R., 1947 : Jana Gana Mana, arrangements et orchestration d’Alain Daniélou, N.C. Mitra, Calcutta : Visva-Bharati.

124 Entretiens avec Chidanda Das Gupta et Jean Batbedat.

125 AMAE P – AO 1944-1955 - Inde 100 – consu cal à AFI, le 27.09.1949.

126 Ibid.

127 Ibid.

128 Ibid.

129 SEN P. : « Painting », p. 72-78, in VATIN (éd.), Calcutta, 1994, Singapore, 281 p.

130 Séances de discussions

131 Christian Belle, chargé d’affaires de France assure la transition entre le départ de Daniel Lévi et l’arrivée de Stanislas Ostrorog.

132 AMAE P – AO 1944-1955 - Inde 100 – AFI à AE, le 02.10.1950.

133 Ibid.

134 RENOIR J., 1998 : Correspondance 1913-1978, p. 227, Paris : Plon.

135 RENOIR J., Ma vie et mes films, p 237, op. cit.

136 Satyajit Ray (1921-1992).

137 Chidananda Dasgupta est d’ailleurs le président des critiques de cinéma en Inde, le père de la grande actrice et réalisatrice Aparna Sen.

138 Cinéaste, compagnon de Satyajit Ray depuis l’adolescence avec qui il partage la même passion, Chidananda Dasgupta est un de premiers promoteurs de la critique de cinéma en Inde. Il est d’ailleurs le président des critiques de cinéma de l’Inde et le père de la fameuse actrice et réalisatrice Aparna Sen.

139 RENOIR J., Correspondance 1913-1978, p. 227.

140 « L’Inde et les Indiens m’ont aidé à me débarasser de mes dernières traces de nationalisme. J’ai passé en Inde deux années inoubliables. Dès notre arrivée à Dum Dum, l’aéroport de Calcutta, et avant même que nous ayons quitté la passerelle de l’avion, Dido et moi nous trouvâmes entourés d’une vingtaine de jeunes gens qui nous accueillirent avec une chaleur émouvante. »
RENOIR J., Ma vie mes films, p. 260, op. cit.

141 DASGUPTA C., 1998 : « Quelques souvenirs du passage de Jean Renoir à Calcutta », p. 4-7, inLa Lettre des Critiques, n° 7, Paris, Mars 1998.

142 AMAE P – AO 1944-1955 - Inde 101 – consu cal à AE, le 08.12.1951.

143 AMAE P – AO 1944-1955 - Inde 101 – AFI à AE, le 19.02.1952.

144 AMAE P – AO 1944-1955 - Inde 101 – consu cal à AE, le 15 .04.1952.

145 AMAE P – AO 1944-1955 - Inde 101 – directeur du centre culturel à consu cal, le 13.11.1954.

146 Entretien avec Pierre Amado.

147 Archives privées de Henry Bourgeot.

148 Entretien avec Pierre Amado.

149 AMAE P – AO 1956-1967 - Inde 193 – AFI à AE, le 24.02.1958.

150 Ibid.

151 PINIAU B., ROCHE F., Histoires de diplomatie culturelle…, p. 98 et 112.

152 AMAE P – AO 1956-1967 - Inde 195 - AFI à AE, le 02.09.1961.

153 AMAE P – AO 1956-1967 - Inde 141 - AFI à AE, le 03.09.1961.

154 Ibid.

155 AMAE P – AO 1956-1967 - Inde 141 – consu cal, Activité du poste en 1961.

156 Ibid.

157 Elève de Michel Bréal, spécialiste de l’Iran ancien, et professeur au Collège de France. Il est le secrétaire de la Société asiatique de 1884 à sa mort en 1894.

158 AMAE N – consu bom n° 12 , Le Cercle Littéraire : DARMESTETER J., « Le Cercle Franco-Parsi de Bombay », p. i-iii, in Le journal des débats, 2 novembre 1891., et AAf-P - Bulletin de l’Af n° 38, le 10-12.1991, p. 132-133.

159 LÉVI D. : Dans l’Inde, de Ceylan au Népal, p. 228, . (Tout laisse à supposer qu’il s’agit de la famille Tata, J.R.D. Tata né en France ayant en effet fait ses classes chez les Spahis.)

160 MENANT D., 1898 : Les Parsis, histoire des communautés Zoroastriennes de l’Inde, Paris : Leroux, p. 367.

161 Wadia Ruttonjee Ardeshir, 1964 : Scions of Lowjee Wadia, Bombay : Godrej Memorial Printing.

162 id., p. 328-329.

163 SARKAR S., « L’entrée le siècle : la première révolte ».

164 Il s’agit de Ratanji Dadabhoy Tata mariée qui épouse Suzanne Brière en 1902. Suite à ce mariage Suzanne Brière deviendra Soonu Tata.

165 Le créateur de l’école des arts à laquelle réfère l’auteur est Sir Jam Jeejeebhoy. LAFONTAINE C., 1913 : A Travers l’Inde, p. 22-23, Paris : Plon.

166 Parmi les publication françaises sur la communauté parsie, sa langue et sa culture, nous pouvons signaler notamment : Vendidad Sade, l’un des textes de Zoroastre d’après le manuscrit zend de la bibliothèque du Roi, avec un commentaire, une traduction nouvelle et un mémoire sur la langue zende considérée dans ses rapports avec le sanscrit et les anciens idiomes de l’Europe, Paris, 1829-1832.
Etudes sur la langue et les textes zends, par Eugène Burnouf, Tome 1. 1850 ; Abrégé de la grammaire zend, par Ignace Pietraszewski, 1861 ; Etudes de grammaire comparée. Les composés syntactiques en grec, en latin, en latin, et subsidiairement en zend et en indien, par Francis Meunier, 1872 ; Grammaire de la langue zend, par Abel Hovelaque, 1869 (2 ème éd. 1878) ; Manuel de la langue de l’Avesta, par C. de Harlez ; Les observations de James Damesteter sur le Vendidad, par C. de Harlez, 1883 ; Un réformateur parsi dans l’histoire contemporaine de l’Inde, Behramji M. Malabari, trad de l’anglais d’après M. Darayam Gida, par D. Menant, 1898 ; Une voyageuse au pays des Parsis, par E. Delauney, 1894.

167 MODI Jivanji Jamshedji, 1933 : K.R . Cama, p. 31, Bombay : K.R. Cama Oriental Institute.

168 En 1837, la Native School fusionne avec l’Elphinstone College pour devenir l’Elphinstone Institution.

169 Lycées.

170 Membres du corps enseignant des collèges universitaires.

171 MÉTIN A., 1903 : L’Inde aujourd’hui, Etude sociale, p. 21-22, Paris : Colin, 301 p.

172 NOTI S.J.S., DAVAR J.E., 1902 : A Letter From The Bombay Cercle Littéraire Français, Bibliothèque Dinhaw Petit. On the subject of the exclusion of the French language from the University course as recommended by the Indian Universities commission., p. 3., 20 octobre 1902, Bombay, 10 p.

173 DARMESTETER J., 1891 : « Le Cercle Franco-Parsi de Bombay », in Le journal des débats, 2.11. 1891, p. I-III.

174 DARMESTETER J., 1888 : Lettres sur l’Inde, À la Frontière Afghane, p. 338, Paris : Alphonse Lemerre.

175 DARMESTETER J., « Le Cercle Franco-Parsi de Bombay ».

176 AAf-P - Bulletin de l’Af n° 13-14 (01.09-01.11.1886), Paris.

177 Voir plus loin sur son rôle dans le développement de l’enseignement du français dans la Province de Bombay.

178 AAf-P - Bulletin de l’Af n° 15-16 - (01.01-01.03 1887).

179 Environ 9 000 francs de l’époque.

180 Les minutes du procès Dreyfus y furent suivies avec beaucoup d’attention.

181 AAf-P - Bulletin de l’Af n° 58, 01-02.1896, p. 76.

182 METIN A. L’Inde aujourd’hui, p. 22-23, op. cit.

183 Ainsi, en 1904, le consu Bom formule une demande de palme d’académie pour le R.P. Noti, professeur de langue et de littérature française au Saint Xavier College pour les services rendus à M de Fontainieu de l’EFEO.

184 Indianiste, président de la Société asiatique de 1908 à sa mort en 1928.

185 DARMESTETER J., « Le Cercle Franco-Parsi de Bombay ».

186 AMAE N – consu bom n° 12 -consu cal à AE, le 28.05.1929.

187 AMAE P – AO 1918-1940 - PB n° 73- consul à AE, le 10.03.1933.

188 Ibid.

189 Ibid.

190 Les archives sont d’ailleurs muettes sur cette visite.

191 Le cercle littéraire répond également à l’appel d’Aristide Briand, et envoie une contribution de plus de 200 roupies au Briand Fund.

192 LÉVI D., Dans l’Inde, de Ceylan au Népal, p. 217,

193 Khurshed Framji Nariman (1883-1948). Il fut notamment maire de Bombay en 1935-1936, président du Comité du Congrès de Bombay pendant sept années et membres pendant quelque temps du Comité du All India Congress.
DÉ N., Madame Lévir Diary, p. 190-191.

194 Ibid. Rama K. Rao (1896-1961). Collaborant aux plus grands journaux, plus de 18 d’entre eux, il sera également membre du conseil d’État.

195 LÉVI D., Dans l’Inde, de Ceylan au Népal, p. 224.

196 Ibid.

197 Id., p. 227-228.

198 AMAE N – consu bom n° 12 : Cercle Littéraire : consul à AE, le 14.05.1921.

199 Ibid.

200 AMAE P – AO 1918-1940 - PB n° 41 - consul à AE, le 21.08.1924.

201 Ibid.

202 AMAE P – AO 1918-1940 - PB n° 73- consul à AE, le 10.03.1933.

203 AMAE N – Consu bom n° 12 : Cercle Littéraire : French Honours for Parsis

204 J.E. Davar, officier de l’Instruction Publique, en 1906 secrétaire honoraire du Cercle depuis a fondation jusqu’à sa mort le 29 juillet 1919. Il est remplacé par son fils E. J. Davar.

205 AMAE N – consu bom n° 12 : Cercle Littéraire : French Honours for Parsis.

206 Ibid.

207 AMAE N – consu bom n° 12 : Cercle Littéraire : État de l’enseignement du français dans la présidence de Bombay, consu bom à AE, le 28.05.1929.

208 AMAE N – Consu bom n° 12 : Cercle Littéraire - non daté, la fin des années 1920 ou du tout début des années 1930.

209 Ibid.

210 AMAE N – Consu bom n° 12 : Cercle Littéraire - État de l’enseignement du français dans la présidence de Bombay, consu Bom à AE, le le 28.05.1929.

211 AMAE N – Consu bom n° 12 : Cercle Littéraire - Rapport du conseil d’administration du Cercle Littéraire, Bibliothèque Dinshaw Petit, pour l’année finissant le 31 décembre 1938. Il faut également signaler « l’heureuse activité de M. Bahadur, Parsi, le dévoué secrétaire général du comité ».

212 AMAE P – AO 1918-1940 - PB n° 73- consul à AE, le 10.03.1933.

213 AMAE N – consu bom n° 12 : Cercle Littéraire - consu bom à AE, le 27.07.1937.

214 AMAE N – consu bom n° 12 : Cercle Littéraire - The Bombay Sentinel du 22.07.1937, et The Bombay Chronicle du 23.07.1937 documents attachés à la dépêche du consul du 27.07.1937.

215 Ibid.

216 Ibid.

217 MARQUER A., 2000 : Alliances 2000, p. 111-112, Paris : Alliance française de Paris.

218 AMAE N – consu bom n° 12 : Cercle Littéraire - Rapport du conseil d’administration du Cercle Littéraire, Bibliothèque Dinshaw Petit, pour l’année finissant le 31 décembre 1938.
La liste des revues disponibles au Cercle Littéraire cette année se compose des journaux et revues suivants L’Illustration, Le Monde Illustré, La Revue de Paris, La Revue de France, Les Nouvelles Littéraires, Le Journal, Le Temps, Le Matin, La Petite Illustration, L’État Moderne, La Chronique Filmée du Mois, Politique Etrangère, Mesures, Marsyas, La Muse Française, Centre Polytechnicien d’Etudes Economiques, Front Latin, Eurydice, La Chronologie Politique Internationale.

219 AMAE N – consu bom n° 12 : Cercle Littéraire - consu Bom à AE, le 27.07.1937.

220 Ibid.

221 AMAE N – consu bom n° 12 : Cercle Littéraire - consu Bom à AE, le 27.07.1937.

222 Ibid.

223 Ibid.

224 AMAE N – consu bom n° 12 : Cercle Littéraire - Rapport du conseil d’administration du Cercle Littéraire, Bibliothèque Dinshaw Petit, pour l’année finissant le 31 décembre 1938.

225 AMAE N – consu bom n° 12, attaché culturel à AE, le 29.11.1949.

226 AMAE P – AO 1944-1955 - Inde 77 – consu bom, Note sur le fonctionnement des organismes de propagande, le 03.02.1947.

227 L’auteur du livre, The Serpent and the Rope, que nous avons déjà évoqué précédemment, est décrit par le consul comme « assez Montparno mais très actif et entreprenant ».

228 Entretiens de Jean Batbedat.

229 AMAE P – AO 1944-1955 - Inde 81 - consu bom à AE, le 14.04.1948.

230 Le premier numéro paraît le 11 avril 1948, il porte en sous-titre cette mention en anglais : « Un hebdomadaire bilingue consacré à l’amitié Indo-française ».
« Le Courrier des Indes est le trait d’union idéal entre l’Occident et les Indes et un véhicule efficace pour la publicité commerciale. L’Inde et le Pakistan représentent un marché de 400 millions d’habitants. Les annonces peuvent être insérées en français ou en anglais », déclare le rédacteur de l’éditorial du premier numéro.

231 AMAE P – AO 1944-1955 - Inde 81 - consu Bom à AFI, le 20.04.1948.

232 AMAE P – RC 1945-1959 n° 96, attaché culturel à AE, le 08.03.1950.

233 AMAE N – consu bom n° 12, conseiller culturel à AE, le 18.10.1949.

234 Id., le 29.11.1949.

235 Ibid.

236 AMAE N – consu bom n° 12 - conseiller culturel à AE, le 12.03.1951.

237 Ibid.

238 AMAE N – consu bom n° 12 - Programme de l’Af de Bombay, liste des activités d’août 1950 à juillet 1951.

239 AMAE N – consu bom n° 12 - conseiller culturel à AE, le 01.09.1951.

240 Ibid.

241 AMAE N – consu bom n° 12 - Liste des membres de l’Af de Bombay (1953).

242 Ibid.

243 Id., Liste des sympathisants de l’Af de Bombay (1953).

244 Il faudrait y ajouter les consuls de Grèce, du Brésil, du Portugal, d’Iran, de Yougoslavie, du Luxembourg, de Hollande, de Norvège, d’Espagne et d’Iraq sympathisants de l’association.

245 Id., Liste des sympathisants de l’Af de Bombay (1953).

246 Un des artistes majeurs de l’art contemporain indien fortement influencé par la peinture française. Il expose encore régulièrement en France.

247 Id., Liste des membres de l’Af de Bombay (1953).

248 Id., Liste des sympathisants de l’Af de Bombay (1953).

249 AMAE P – AO 1944-1955 - Inde 2 – AFI à AE, le 14.01.1952.

250 Ibid.

251 AMAE P – AO 1944-1955 – Inde 2 – consu bom à AE, le 01.08.1953.

252 AMAE P – RC 1945-1959 n° 101 - DG des RC (Bureau des missions) à AFI, le 12.1954.

253 AMAE P – AO 1956-1967 - Inde 193 – consu cal à AFI, le 18.09.1958.

254 AMAE N – consu bom n° 12 - Bulletin de l’Amicale des Elèves de l’Af de Bombay, vol. 1 n° 3, février 1956. Le président termine son éditorial par cette exclamation : « Et que les idées germent ! » Voir annexe.

255 AMAE P – AO 1956-1967 - Inde 193 – consu cal à AFI, le 30.01.1958.

256 Id., le 17.04.1958.

257 Ibid.

258 Id., Au sujet de l’expansion culturelle française à Bombay, transmission du rapport de S. P. Godrej, président de l’Af de Bombay, le 18.09.1959.

259 AMAE P – AO 1956-1967 - Inde 193 – consu cal à AE, le 24.01.1958.

260 Ibid.

261 Ibid.

262 AMAE P – RC 1945-1959 n° 101 - AE (DGACT -Service de coopération internationale - coopération bilatérale) à AE, le 25.03.1959.

263 AMAE P – AO 1956-1967 - Inde 194 -consu cal à AFI, le 03.09.1959.

264 Ibid.

265 Ibid. S. P. Godrej à Marc Blancpain.

266 AMAE P – AO 1956-1967 - Inde 193 -consu cal à AFI, le 18.09.1958.

267 AMAE P – AO 1956-1967 - Inde 194 - AFI à AE, le 27.06.1960.

268 AMAE N – Consu bom n° 11 - Rapport de la délégation de l’Assemblée nationale, p. 45, le 22.04.1964, 54 p.

269 600 élèves signalés dans le rapport de l’Assemblée nationale en 1964. Ibid.

270 Un intérêt qui étonne la délégation de l’Assemblée nationale en 1964. Ainsi le rapporteur de la délégation déclare au sujet des milieux cultivés de la ville et du ministre de l’Éducation : « La délégation a été frappée par l’intérêt pour notre pays par ces personnalités ». Ibid.

271 DUTTA K., ROBINSON A., 2000 : Rabindranath Tagore, p. 78-79 et 129-130.

272 MORROW A., 1998 : The Maharajas of India, Delhi : Shrishti Publishers & Distributors. LATIF B., 1987 : L’Inde où vécut ma mère, AUBOYER J. (préf.), Paris : Des Femmes.

273 Spectateurs privilégiés de l’évolution des événements, les consuls de France en Inde s’en reportent aux conseils des autorités britanniques, qu’ils citent le plus souvent nommément, pour se forger une opinion des souverains birmans et de la situation en Birmanie.

274 Leur séjour au Népal dure du 21 mars 1922 à la fin du mois de juillet de la même année.

275 LÉVI D., Dans l’Inde, de Ceylan au Népal, p. 126, op. cit.

276 LÉVI D., Dans l’Inde, de Ceylan au Népal, p. 123.

277 Id., p. 146.
Et puis encore, p. 167-168 : « Le Rajgourou, pour qui S. a une si vive admiration, a déclaré loyalement qu’il allait réfléchir, examiner. Pour commencer, il veut se mettre à l’étude du tibétain. » Au cours de son récit, Désirée Lévi désigne son mari par l’initiale de son prénom.

278 Il s’agit du collège universitaire de l’université de Kathmandou.

279 LÉVI D., Dans l’Inde, de Ceylan au Népal, p. 167-168.

280 AMAE P – AO 1918-1940 - PB n° 39 - Lévi à AE, 29.09.1922.

281 LÉVI D., Dans l’Inde, de Ceylan au Népal, p. 147, op. cit.

282 Id., p. 167-168.

283 Id., p. 177.

284 Id., p. 170.

285 Id., p. 167-168.

286 Id., p. 180.

287 Id., p. 183.

288 AMAE N – consu cal n° 4 : Népal
Il faut rappeler que des tensions existent alors entre le Népal et le royaume voisin du Tibet, tensions avec lesquelles les autorités britanniques semblent habilement jouer.

289 AMAE N – consu cal n° 4 : Népal – consu cal à AE, le 27.11.1929.
AMAE P – AO 1918-1940 - PB n° 53 -consu cal à AE, le 20.11.1930.
Aussi, Ratton demande-t-il l’attribution de la Légion d’Honneur et en appelle à l’appui du professeur Lévi dans sa démarche : « Je ne doute pas, d’autre part, que notre éminent compatriote le Professeur Sylvain Lévi qui, au cours de ses différents voyages au Népal, a été à même d’apprécier les grandes qualités du nouveau maharaja ne soit disposé à témoigné la grande admiration que son altesse garde à notre pays. » (Le maharaja Bhim gouverne de 1929-1932).

290 Voir aussi RIEFFEL R., 1982 : Le Népal, p. 64-65, Paris : Presses universitaires de France.

291 AMAE P – AO 1918-1940 - PB n° 53 -consu cal à AE, le 22.12.1930.

292 AMAE N – consu cal n° 4 : Népal – consu cal à AE, le le 24.12.1930.

293 AMAE N – consu cal n° 4 : Népal – consu cal à AE, le 24.12.1930.

294 AMAE N – consu cal n° 4 : Népal – le Major R.N. Rana à consu cal, Cannes le 21.01.1932.

295 AMAE N – consu cal n° 4 : Népal – consu cal à AE, le 23.10.1932.

296 AMAE N – consu cal n° 4 : Népal – consu cal à AE, le 25 .01.1933 (communiqué à l’Indochine). Traduit par l’auteur.

297 Ibid.

298 AMAE N – consu cal n° 4 : Népal – Amarendra Nath. Basu - Nepal Educationnal Service àconsu cal, le 16.01.1933.

299 AMAE N – consu cal n° 4 : Népal – Exemple d’une lettre du 17.03.33 de A. N. Basu à André Danjou le priant de se souvenir de sa requête et de faire son possible de retour en France : « I hope that the nature of our conversation regarding the conference (…) is still fresh in your memory and I fervently hope that when you will be back to your fatherland you will leave no stone unturned in that particular direction ».

300 AMAE N – consu cal n° 4 : Népal – consu cal à AE, le 13.01.1935.

301 AMAE P – AO 1918-1940 - PB n° 73,consu cal à AE, le 1.09.1932.

302 AMAE N – consu cal n° 4 : Népal – consu cal à AE, le 11.03.1934 : Durbar in Katmandou à l’occasion de la remise d’une distinction de la couronne britannique « yet another stage in the history of Nepal friendly relations with the British government was performed at Kathmandu on Sunday March 11 ».
Honorary Knight Grand Commander of the most Eminent Order of the India Empire au Maharaja.
Joodha Shumshere Jung Bahadur Rana, Premier ministre du Népal, par l’envoyé britannique, le lieutenant colonel C. T. Daukes.

303 AMAE N – consu cal n° 4 : Népal – consu cal à AE, le 19.03.1934.

304 Ibid.

305 Id., le 14.07.1935.

306 Id., le 15.01.1935.

307 Id., le 30.05.1934.

308 AMAE P – AO 1918-1940 - PB n° 50 -consu cal à AE, le 26.04.1933.

309 AMAE N – consu cal n° 4 : Népal – consu cal à AE, le 10.04.1934 : « … en route vers Londres, pour prendre la tête de la légation népalaise, le Général Bahadur débarquera à Marseille le 25 mai. Il compte s’arrêter à Paris pour faire examiner sa femme atteinte d’un cancer par des médecins français. »

310 AMAE N – consu cal n° 4 : Népal – consu cal à AE, le 26.06.1934.
« Secretary’s dispproval » : « His Highness is accompied by a most enterprising staff. The secretary expressed strong disapproval of the clothes (or is it the lack of clothes ?) of the Paris Demoiselles. Nor has their moral impressed the puritan mind of the young man. » (Star of India)

311 AMAE N – consu cal n° 4 : Népal – consu cal à AE, le 26.10.1934. La délégation adresse à cette occasion de nombreux cadeaux à la France suite à quoi, le gouvernement français fait don d’un vase de Sèvres au maharaja. L’amitié népalaise envers la France se manifeste encore en 1939. Une mission népalaise se rend alors en France avec pour objet de remettre la plus haute décoration de l’État népalais au président de la République française, l’ordre d’Ojaswi Rajanya. Le 17 juillet 1940, le maharaja envoie un télégramme de soutien au président de la République française.

312 Leur histoire a été retracée par Shaharyar M. Khan.
KHAN S.M., 2001 : Le Royaume des Bégums, Paris : Fayard.

313 Les archives font état d’actions de déstabilisation de plusieurs États princiers, actions soutenues par les autorités du Raj pour justifier des interventions.

314 Nom antique de Delhi.

315 POPLEWELL R. J., Intelligence and Imperial Defence, p. 24-25, op. cit.

316 AMAE N – consu cal n° 4 : États princiers - Voir notamment : The Humble memorial of Prince Sudarshan Shrimanth Rajah Bhageeradi Krishna Govind Raj Sudarshan. Delhi, 10 p., le 21.11.1917, copie attestée le 09.08.1919.

317 AMAE P – AO 1918-1940 - PB n° 73, Allahabad 20.04.1932 (15 p.), et le 5.05.1934 (21 p.). Le propos de ces lettres est toutefois décousu.

318 Le Gaekwar se distingue lors de réunions de la conférence industrielle de l’Inde par ses encouragements moraux et matériels à la formation à l’étranger des étudiants indiens dans les différentes branches de l’industrie. AMAE P -CCC – Cal n° 12 (f° 2-5), le 06.03.1907.

319 Notamment en ce qui concerne l’enseignement technique.
AMAE P - CCC, Cal n° 12 (f° 2-5), le 06.03.1907 : Les boursiers de voyages indiens.

320 AMAE P – AO 1944-1955 - Inde 77 - consu Bom, Note sur le fonctionnement des organismes de propagande, le 03.02.1947.

321 Ibid.

322 Fergusson College et Nowrosjee College proposent depuis le début du siècle des cours de français.

323 AMAE P – RC 1945-1959 n° 95 (1 – affaires générales), AFI à AE, le 08.01.1948.

324 GARDE A., RAULET S., 1996 : Salon indien, L’influence de l’Europe sur l’architecture, les arts décoratifs et l’art de vivre en Inde, p. 56-57, Paris : Hazan.

325 METIN A., L’Inde aujourd’hui, Etude sociale, p. 163, op. cit.

326 « Un palais français aux Indes », le 11.07.1908, OKADA A. (préf.), L’Inde - Les Dossiers de L’Illustration, p. 92-93, Bagneux : Le Livre de Paris, 1987, 191 p.

327 GARDE A., RAULET S., Salon Indien, p. 56-57.

328 OKADA A., L’Inde, Les Dossiers de L’Illustrations, op .cit.

329 AMAE P – AO 1918-1940 - PB n° 53 -consu cal à AE, le 26.05.1936.

330 MORROW A., The Maharajs of India, , p. 62.

331 Id., p. 232.

332 LATIF B., L’Inde où Vécut ma Mère.
En 1939, Alys Iffirg épouse en seconde noce Ali Hyadari, fils du Premier ministre d’Hyderabad, et d’une des nièces de Badruddin Tyabji (1844-1906), président du Congrès indien. Aly Hyadari est directeur de la Banque d’Hyderabad.

333 Le Prince Muzzam Jah, second fils du Nizam, se maria en 1931, à Nice, à la princesse Niloufer, adepte de la vie parisienne, dans la villa du calife de Turquie. MORROW A., The Maharajas of India, ., p. 178. Et, LATIF B., L’Inde où Vécut ma Mère, p. 189-192.

334 AMAE N – consu cal n° 4 : États princiers

335 AMAE P – AO 1918-1940 - PB n° 42 et n° 53, et AMAE N – consu cal n° 4 : États princiers.

336 AMAE P – AO 1918-1940 - PB n° 53 -consu cal à AE (f° 152).

337 AMAE N – consu cal n° 4 : États princiers.

338 AMAE P – AO 1918-1940 - PB n° 53 -consu cal à AE, le 16.04.1935.

339 Des traces de ces échanges culturels avec la France qui appartiennent à l’histoire moderne ou au début de l’histoire contemporaine se retrouvent encore dans de nombreux musées ou résidences des princes à travers la péninsule.

340 AAf-P - Bulletin de l’Af n° 120, le 15.04.1910, p. XIX et p. 168.

341 AAf-P - Bulletin de l’Af n° 83, le 15.04.1901, p. 150.

342 AAf-P - Bulletin de l’Af n° 79, le 15.04.1900, p. 82.

343 AAf-P - Bulletin de l’Af n° 104, le 15.04.1906, p. 185. Aucune mention de ce comité n’a été trouvée dans les archives des AE.

344 A partir des années 1890, la question des maladies épidémiologiques occupe une place importante dans les dépêches des postes consulaires français. Plusieurs épidémies se succèdent, en effet, dans les différentes régions de l’Inde, et les consuls doivent en tenir informée la France, notamment à cause des mouvements maritimes entre les ports indiens et le port de Marseille.

345 AMAE P -CCC-Cal n° 13 - (f°394-406), Calcutta le 24-29.12.1894.

346 AMAE P -CCC-Cal n° 18 - (f° 476-478), le 18.04.1899.

347 AMAE P -CCC-Cal n° 14 - (f° 126-128), le 30.08.1895.

348 AMAE P -CCC-Cal n° 18 - (f°397-398), le 17.11.1898.

349 AMAE P -CCC-Cal n° 14 - (f°187-188), le 16.12.1895.

350 AMAE P -CCC-Cal n° 16 - (f°2-3), le 07.09.1896.

351 Id., (f° 416-417), le 28.02.1897.

352 AMAE P -CCC-Cal n° 17 - (f°138), le 18.10.1897.

353 Le consul général de France en poste en 1897, pourtant anglophile, rapporte une anecdote qui montre l’indifférence du gouverneur du Bengale au sujet d’une épidémie de peste qui s’est déclarée dans la juridiction de ce dernier. Les autorités hollandaises d’Indonésie l’interrogeant sur cette question, celui-ci se montre totalement indifférent face à ce problème, ce qui amène le consul à conclure : « Je puis garantir à votre excellence l’authenticité de ce récit qui atteste la profonde indifférence de l’administration de l’Inde pour tout ce qui n’affecte pas directement ses intérêts. » AMAE P -CCC-Cal n° 16 - (f°438-439), le 20.03.1897.

354 AMAE P -CCC-Cal n° 18 - (f° 397-398), le 17.11.1898.

355 Id., (f°402-403).

356 Id., (f° 476-478), le 18.04.1899.

357 Un autre centre de vaccination fut par la suite ouvert à Kausali en Himmachal Pradesh. Un laboratoire de recherches fut créé à Coonoor puis transféré à Hyderabad. VARADAJAN S., « Le point de rencontre », in 50 ans de coopération scientifique et technologique entre la France et l’Inde, p. 6, op. cit.

358 « La résidence servit ultérieurement pour la recherche sur l’immunologie et le cancer, l’établissement de diagnostiques et la fabrications de vaccins. En signe de reconnaissance à Haffkine et à son mentor Louis Pasteur, le site fut baptisé en 1933 Institut Haffkine. » - Ibid.

359 AMAE P – AO 1944-1955 - Inde 100 – attaché culturel à DG des RC (Hyderabad - Delhi), Calcutta, le 19.11.45.

360 AMAE P – AO 1944-1955 - Inde 100 - AE à Ministère de la France d’outre-mer, le 25.05.1947.

361 Ibid.

© Institut Français de Pondichéry, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search