Version classiqueVersion mobile

Inde-France (1870-1962) : Enjeux Culturels

 | 
Samuel Berthet

Annexe

Annexe

Texte intégral

Documents d’archives

11. Discours de Prankristo Choudury sur l’intérêt de l’enseignement du français, prononcé à Chandemagore le 22 août 1884.

22. Invitation pour l’inauguration du Cercle Littéraire envoyé au Consul de France à Bombay.

33. Extrait du programme d’inauguration du Cercle Littéraire, le 20 novembre 1886.

44. Extrait du programme des examens pour le civil service de 1894 incluant la langue et la littérature françaises.

55. Liste des membres d’honneur du Cercle littéraire (sans date)

66. Texte de James Darmesteter sur le Cercle « franco-parsi », 2 novembre 1891.

77. La protestation du Cercle envoyé aux autorités de Bombay contre l’exclusion du français des programmes universitaires, le 20 octobre 1902.

88. Lettres aux éditeurs français au sujet du poète Rabindranath Tagore par l’écrivain voyageur Alexandra David Néel, mars 1912.

99. Réponse du Ministère de l’instruction publique concernant le projet de coopération du professeur Sarkar, le 30 décembre 1920.

1010. Rivalités franco-allemandes autour des visites de Tagore en Europe, mai 1921.

1111. Chansons en l’honneur de Sylvain Lévi lors de sa visite de l’Asiatic Society de Bombay en 1922 (version bilingue).

1212. Réponse du Service des Œuvres décourageant Georges Dumézil à maintenir sa candidature pour un poste d’enseignant à l’université d’Ahmedabad, 14 avril 1930.

1313. Lettre de Champion, administrateur de Chandernagor, à Rabindranath Tagore, le 11 mai 1931.

1414. Lettre d’Alain Daniélou à Rabindranath Tagore après sa première visite à Santiniketan (sans date, certainement 1934-35)

1515. La France et le Népal, article du Statesman, le 30 mai 1934.

1616. Dépêche et coupure de presse envoyé par le consul de France à Bombay à l’occasion de la célébration du cinquantième anniversaire du Cercle Littéraire, juillet 1937.

1717. Visite de Pondichéry par un élève des cours de français à Loyola College, annual report 1938.

1818. Trois lettres de Tagore à Christine Bossennec (s.d., avril et mai 1940)

1919. Extraits de l’orchestration de l’hymne et du chant national de l’Inde par Alain Daniélou.

2020. Lettre du chargé d’affaires en faveur de l’action scientifique et technique, le 7 février 1948.

2121. Projet d’institut français à Pondichéry, note de Charles Bettelheim, décembre 1954.

2222. L’activité culturelle française en Inde, lettre de l’ambassadeur du 17 mai 1957.

2323. L’action culturelle française en Inde, en Iran et au Japon, note à l’occasion du voyage de Malraux en Asie, 18 novembre 1958.

2424. Chandernagor : un héritage culturel controversé, coupures de presses, Statesman du 1 septembre et du 4 octobre 1960

2525. L’action culturelle allemande en Inde du Sud vue par le consul de France à Madras, le 24 novembre 1960.

2626. Rapport et bilan de la semaine France Inde à Madras par le consul de France. 20 et 23 décembre 1960.

2727. Extraits des instructions de la direction des Affaires culturelles à Jean-Paul Garnier, ambassadeur de France en Inde, le 5 mars 1961.

2828. Note sur l’action culturelle en France, le 25 avril 1961.

2929. Premier télégramme de l’ambassadeur de France en Inde au sujet de la ratification du traité de cession des établissements, le 24 octobre 1961.

3030. Deuxième télégramme de l’ambassadeur de France en Inde au sujet de la ratification du traité de cession des établissements, le 24 octobre 1961.

(1) Discours du 22 août 1884 sur l’intérêt d’apprendre la langue française pour les étudiants indiens, par Prankristo Choudury

(2) Invitation de Davar, secrétaire du Cercle, au consul de France à Mumbay pour l’inauguration le 10.11.1886

(3) L’Inauguration du Cercle littéraire, le 20 novembre 1886

(4) Extrait du programme des examens pour le civil service en 1894

(5) Liste des membres d’honneurs du Cercle littéraire (s.d.)

(6) « Le Cercle franco-parsi », texte de James Damesteter du 2 novembre 1891

LE CERCLE FRANCO-PARSI DE BOMBAY.

31“Les palmes d’officier d’académie, qui fleurissent parfois sur des poitrines inattendues, viennent d’être accordées à un modeste Parsi employé de la maison Dinshaw Petit, à Bombay. Voilà une décoration qui en fera pardonner bien d’autres ; car peu d’hommes ont rendu, à l’étranger, plus de services à la cause de notre langue que M. Davar, secrétaire du Cercle franco-parsi de Bombay.

32La création de ce Cercle, qui remonte à l’année 1886, est un des épisodes les plus honorables de l’histoire de l’influence française à l’étranger ; c’est un hommage actif rendu spontanément à notre civilisation et sans qu’il ait été provoqué ou inspiré par aucune ingérence française, officielle ou officieuse. Une sorte de reconnaissance scientifique et religieuse avait d’abord attiré l’élite de la jeunesse parsie vers l’étude du français : c’étaient deux Français, Anquetil et Burnouf, qui avaient, l’un par son héroïsme, l’autre par son génie, ramené au jour les livres religieux de leur race et fondé l’étude scientifique de la doctrine des adorateurs du feu. La curiosité littéraire avait achevé l’œuvre de la gratitude religieuse. Les Parsis sont de toutes les populations de l’Inde celle qui est la plus ouverte aux idées de l’Occident et la plus fière d’être dans le mouvement. Ils demandèrent que le français fût mis au rang des matières classiques dans le programme de l’Université. Le Sénat résista longtemps : il dut à la fin céder devant l’impétuosité de l’attaque, conduite de deux côtés opposés par un Espagnol, le senor Pedraza, et deux jeunes filles, Mlles Ratanbai et Mihirbai, filles de l’avoué Ardéchir. M. Pedraza, réfugié espagnol, patriote ardent, mais voyant l’impossibilité de rien faire aux Indes pour la gloire nationale, avait reporté sur le français, comme l’aînée des langues latines, ses affections de Latin. Professeur de français, il avait formé un grand nombre d’élèves qu’il avait pénétrés de son enthousiasme pour notre langue et notre littérature, et, dans le nombre, les demoiselles Ardéchir. Une fois maîtresses de la langue, ces demoiselles se présentèrent aux examens de bachelier ès arts (B.A.). On leur demanda quelle langue classique elles avaient choisie ; elles répondirent le français. Le Sénat observa que le français n’était pas un des sujets classiques pour les B.A. elles répondirent que c’étaient les programmes qui étaient en tort, que le français était accepté pour les examens de matriculation et que la logique demandait qu’il le fût aussi pour le B.A. ; On leur répondit que la logique était une chose, et les programmes une autre, elles répliquèrent que le dernier mot doit appartenir à la logique ; et comme ce que femme veut, Dieu le veut, la logique, représentée par les deux filles de l’avoué, l’emporta, enfin, après une lutte de trois années.

33Pendant que le français entrait ainsi par la brèche dans l’Université et l’enseignement officiel, il pénétrait sans lutte dans la société privée. Quelques jeunes amateurs de français se réunissaient et formaient un Club et une bibliothèque française. La bibliothèque devait contenir d’abord tous les ouvrages français relatifs à l’existence des Parsis, de leur religion et de leurs antiquités ; ensuite tout ce que l’on pourrait recueillir par achats ou par don de journaux, revues ou livres français. Le Rothschild parsi, M, Dinshaw Petit, donna 10,000 fr. ; M. Petit lui-même ne connaît pas notre langue, mais il est fier de son nom français de Petit, sobriquet que les marins français donnaient à son grand-père, courtier de commerce à Surate, au commencement du siècle, et qui, adopté comme nom de famille, à présent, a sur la place de Bombay le retentissement métallique du nom de Crésus ou de Rothschild. Le Club sert de lieu de lecture et de conférences ; tous les mois, on y vient entendre des lectures de vers, de prose, voir la comédie ; de jeunes Parsis jouent les Fourberies de Scabin ; le chancelier du consulat, M. Gués, vient lire des vers français d’une saveur piquante et ou le gujerati et le mahratti rajeunissent et enrichissent de leurs longues sonorités les rimes appauvries de notre langue. C’est là qu’on reçoit les rares Français de passage et qu’on fête ceux qui ont fait quelque chose pour la littérature ou la science : c’est un coin de France exotique, une colonie spirituelle et née d’une génération spontanée. Le Club compte à présent près de deux cents membres : plus de la moitié sont Parsis ; le reste comprend les principaux Français de Bombay, quelques Anglais, quelques Juifs, quelques Portugais ; les Musulmans et les Hindous commencent à s’y joindre.

34Le succès du Club est dû surtout au dévouement, à l’intelligence et à l’esprit de suite de M, Dávar, qui a été l’âme de l’institution nouvelle ; il a été récompensé de son abnégation par le succès de l’Œuvre.

35La France, en lui donnant une haute marque de sa reconnaissance, reste encore sa débitrice. Le vrai moyen de payer notre dette envers ces amis lointains qui viennent à nous d’eux-mêmes, c’est de leur envoyer ce qu’ils nous demandent : de bons livres. Toutes les librairies qui publient de la littérature honnête devraient se faire un point d’honneur d’offrir leur œuvre au Club franco-parsi (44 Tamarind Lane). S’il n’y a plus de lecteurs pour les bons livres en France, il y en a encore à Bombay,”

36J.D.

37(c.a.d.) JAMES DARMESTETER.

38JOURNAL DES DEBATS.”

392 Novembre 1891.

(7) La protestation du Cercle contre l’exclusion du français de programmes universitaires, le 20 octobre 1902

40CERCLE LITTERAIRE FRANCAIS,

41BIBLIOTHÈQUE DINSHAW PETIT,

42FORT.

43BOMBAY ; 20TH OCTOBER 1902.

44THE SECRETARY TO THE GOVERNMENT OF INDIA,

45HOME DEPARTMENT,

46CALCUTTA,

47Sir,

48We have the honour, by direction of the Managing Committee of the Bombay Cercle Littéraire Français, to request you to be so good as to submit for the consideration of His Excellency the Right Honourable the Viceroy and Governor-General in Council, the following representation on the subject of the Indian universities Commissions proposal to abolish the French language (except for female students) as an alternative for a classical language from the University Examinations in Arts.

492. In the first place, we beg to be permitted to State for the information of His Excellency that the Bombay Cercle Littéraire was founded in 1886, with the view of encouraging and facilitating the study of the French language and literature. In its early stage it happily found a patron in that farseeing man of business and philanthropist, the late Sir Dinshaw Manockjee Petit Baronet; and it was owing to his generosity the Cercle new presses an excellent and still growing library of the works of the best

502

51and most approved French authors, both ancient and modern. One section of this library is devoted to the Works of French savants, relating to Oriental Literature and the East generally. The work of the Cercle, is carried on by means of periodical lectures and debates in the French language, and by social gatherings, at which plays are acted and recitations given. in French, and where Parsees, Hindus, Mussulmans, and Europeans mingle on a common platform to their mutual profit and enjoyment. The Cercle endeavours to keep in touch with the student class, by allowing them for a nominal fee the use of its extensive library as well as its reading-room, which is amply furnished with French reviews and illustrated periodicals carefully selected; and by presenting annual prizes to those who pass in the French language with the highest marks in several of the University Arts Examinations. The Educational Department of France has been so pleased with its object and working, that the French Minister of Public Instruction presents it annually with many valuable books relating to Education and published in France.

523. Many distinguished French. visitors have, from time to time, visited the Cercle and have expressed themselves extremely gratified and flattered at finding an Institution in Bombay. At one of its earlier Annual General Meetings, Sir John Scott (then one of the Judges of the Bombay High Court), who presided and who, from his long connection with the British administration of Egypt, could speak with authority on the subject, expressed himself as follows

" In my opinion the French language is not only the beautiful language of a great nation, rendered illustrious by a magnificent literature, it is much more; it is the most exact and precise language that the world possesses for the expression of thought, –it is the most elegant of languages, and if I was not an Englishman, I should be tempted to add–it is the richest and most perfect language in the world. A Society founded for promoting the study of such a language needs no argument in its favour, it has already fully deserved and gained the approbation and support of all the intellectual classes in Bombay.”

53The Cercle is managed by an influential Committee composed of French, English, and Native gentlemen, the latter of whom are well known for their knowledge of French. For the last fifteen years it has been doing its work with considerable success. We have given this resumé of the character

543

55the Cercle Littéraire to show that we do not venture to make this representation without sufficient knowledge and experience of the subject.

564. Coming now to the subject in hand, we cannot but feel extreme surprise and regret at the proposal made by the Commission to practically abolish the; study of one of the most important and splendid of living languages from the University curriculum. We respectfully submit the measure proposed is of an extremely retrograde character, and evidently the result of imperfect inquiry.

575. Prior to 1888 French was not recognized as one of the second languages in the higher Arts Examinations of the Bombay University. It was included only in the course prescribed for the Entrance or Matriculation Examination. This fact, however, in itself, as well as the growing intercourse between India and Europe since the early seventies, the great influx into England of Indian students for prosecuting their studies for the services and the learned professions, and the increasing number of native gentlemen and ladies who have taken to studying French, served effectively to open the eyes both of students and parents and tutors to the immense advantage of studying the French language as a medium of high culture, and professional success.

586. This led to an appeal being made to the Senate of the Bombay University for the admission of French as a second language in the higher examinations in Arts. The Faculty of Arts of the Bombay University passed a resolution in favour of the proposal, the University Syndicate recommended it; and in April 18S6, after the matter had been thoroughly sifted and discussed at two meetings of the Senate, the proposition was adopted by a large majority that French be added to the list of second languages in the higher examinations in Arts,” and it was duly approved and sanctioned by the Government of Bombay by their Resolution No. 1073 (Eudcational Department), dated 12th July 1886. Is may be mentioned the motion before the Senata was proposed by Mr. James Jardine, M. A., Barrister-at-Law, seconded by the Honourable Phirozeshah M. Mehta, M. A., and strongly supported by the College Professers like the late Dr. P. Peterson, Mr. MacMillan, and Mr. E. Forrest and by the late Mr. Justice Kasinath Trimbak Telang, himself a great Sanskrit scholar. It is true the appeal to the Senate was made in the first instance in the interests of female students, but the Bombay University rightly and important reform in favour of higher education has been acclaimed and taken advantage of by students of both sexes ever since to their manifest advantage to the greater encouragement of liberal education, and to the satisfaction of all concerned.

597. It is this much desired reform, achieved after due inquiry and deliberation and which, we submit, has worked most satisfactorily for these sixteen years, that the Universities Commission propose to abrogate by recommending at page 65 of their Report, that “French should not, except for female students, be accepted as an alternative for classical languages.”

60The grounds on which this proposal is based are stated in para 100 of the Report They appear to be twofold: 1st., “The comparative easiness of the examination 2ndly., that French is taken up by a number of students to the detriment of the study of the classical languages of the Province.” We most respectfully submit that these grounds or reasons for the practical abandonment from the University course of a language of such acknowledged merit, beauty and educational value as French, are insufficient and unsatisfactory.

619. Confining ourselves to the Presidency of Bombay, it is difficult, owing to the somewhat inexact language used and the perfunctory manner in which the matter is disposed of, quite to understand what is meant by the terms comparative easiness of the examination,” and “The classical languages of the Province.” If by the first is to be understood that the examination in French is rendered too easy by the examiners, the defect is surely one of easy cure; the examiners may be warned to be more strict and more searching, or the standard of qualifying marks may be raised throughout. We do not think there could be any legitimate objection to either of these courses being followed, since we consider that an University Examination, whether in Arts, Philosophy or Science, must be something worth passing.

6210. If, however, the words are intended to convey that the French language is easy to learn or acquire, we would emphatically deny that this is the case. The French language has arrived at its present perfection after a process of formation, and so to say, minting, that has taken nine hundred years. From every point of view, the difficulties it presents to the students are immense and such as could only be overcome by a combination of strenuous mental effort, industry and persistent zeal. The popular idea doubtless is that it is a language easy to master ; but we would assert without fear of contradiction, that this is a popular fallacy and hallucination, based as most hallucinations are on ignorance or an unverified data. The assumption too, that the French language is easy enough to suit the intellectual calibre of girls and women, is as fallacious as it is gratuitously insulting to them.

6311. We next come to the second ground that the study of French is detrimental to the study of the classical languages of the Province.” It is not quite clear what are the provincial classical languages here referred to. We could hardly suppose that the ordinary vernaculars of this Presidency are intended, such as Gujarati, Marathi, Sindhi, and the more or less debased Hindustani. We may take it, however, that the language of the Report refers to the classical languages of India such as Sanskrit, Arabic and Persian.

6412. We may dismiss the first two of these with the remark, that the study of French bas not, so far as we are aware, detrimentally affected or competed with Sanskrit and Arabic. These languages are chiefly taken up by those students who have some ulterior purpose in view, in which a knowledge of them is deemed indispensable, or by those who, having had a proper grounding in their own Vernaculars derived therefrom, think they have thus a better prospect of mastering them. Before French was admitted throughout the University curriculum those who wished to avoid Sanskrit and Arabic took up Persian. The absence or presence thus of French from or in the list of University second languages, could not, we think, much interfere with the study of these ancient languages one way or the other.

6513. It is the Persian language then that is evidently intended by the Commission as suffering from competition with French. This is to some extent true; but we submit in all confidence, that this is not a well-founded or sufficient argument for vetoing from the University curriculum a Language so progressive and so unmeasurably superior in every respect as French, in order to favour a language that is pronounced on all hands to be of little or no practical value from an academical view-point. Now-a-days, not only Indian students, but those of other nationalities, Anglo-Indian, Eurasian, Portuguese, flock to our University; and the important question is whether it is just, right and fair, especially to the non-Indian student, to be deprived of the immense and varied benefits assured to him by the study of French, and to be reduced to take up so barren and unprofitable-a language-as Persian ? We would unhesitatingly answer his question in the negative, and we hope we may confidently expect that His Excellency the Viceroy and Governor-General in Council will favour. this view.

6614. We have no desire whatever to depreciate the Persian language. It is undoubtedly a fine and elegant language; it possesses too some value as being something of a lingua Franco in the remote regions that border the North and North-West frontiers of India, but for all the high intellectual purposes of modern life, it must, we think, be classed as practically value less; and considering the state of affairs in Persia at present, we may venture to affirm, it does not offer much prospect of future improvement. The range of its literature is remarkably circumscribed. When we have mentioned half a dozen names, chiefly in the domain of Poetry, such as those of Ferdausi, Hafez, Khakani, Saadi, Jami, Nizami, Mowlana Jallal-oo-din Rumi, and may be the over praised Omar Khaiyam, we have exhausted its list of great names. To the student of History, of Philology, of Philosophy, of Jurisprudence, of Political Economy, of Arts and Sciences in all their manifold branches, it offers little or nothing of value.

6715. On the other hand, the subject of the extent, excellence and value of the French language and literature and of the advantages a study of the same must procure, is so vast that it would not be possible to do anything like full justice to it within the space at our disposal here ; nor need we, we think, attempt to essay it, seeing that we are addressing so eminent a scholar and so gifted a man of culture as His Excellency the Viceroy, and men so distinguished as the members of his Council in all matters of science, taste and learning. It will suffice, if we place before them briefly the many advantages a study of the French language and literature offers to our students, to deprive them of which without valid grounds is, in our apprehension, a matter of serious import to the educational and intellectual advancement of this country.

6816. The necessity of studying French is, in these days, recognized in the amplest manner in England and in all other countries that can boast of any intelligent System of higher education; and the reason for this is easily conceivable. In the opinion of so eminent a critic and authority as Mr. Geo. Saintsbury, to the French language “belongs in a supreme degree, the charm of precision, of elegance, of expressing what is expressed in the best possible manner.” The special characteristics of the genius of French may be said to be clearness, polish of form and expression, and a certain quality which perhaps cannot be so well expressed by any other word as by alertness.” As to French literature, he considers, " the best work of the 17th century has no rivals." "For volume and merit taken together the product, of the last eight centuries of French literature excels that of any otherEuropean nation”. These views and opinions, we may confidently say, are the views and opinions of all educated Europe and every civilized country. For depth, richness, beauty, variety and vigour no other language of modern times (excepting perhaps English, which indeed is much indebted for its admirable qualities to French) can we think, compete with French; whilst the same essential qualities enrich the literature of France and render it famous throughout the civilized world.

6917. It is not possible here to go into details; but speaking broadly a literature that is rendered great and illustrious in every department of thought, learning and culture, by such immortal names as Montaigne, Corneille. La Fontaine, -Fénelon, Molière, Pascal, Racine, Boileau, Bossuet, Montesquieu, Descartes, Voltaire, Rousseau, Marmonfel, Chateaubriand, Buffon, Balzac, Lamartine, Laplace, Cuvier, Lamarck, Saint-Simon, Auguste Comte, Victor Hugo, Bornouf, De Musset, Guizet, Michelet, De Tocqueville, Taine, Thiers, Darmesteter, Sainte-Beuve and a host of others, cannot, we submit, be treated with disregard or indifference in any well-regulated system of higher education. Her great Poets, Historians, Philosophers, Scientists, Scholars, Jurists, Lawyers, Moralists, Orators have indisputably rendered the name of France supremely glorious ubique it omnibus ; and the magnificent literature they have built up as a vast treasure-house of knowledge, instinct as it were with life and immortality, and unique in the annals of the literary world, is a precious heritage of infinite value open and available to all mankind. The same may be said of the latter-day and contemporary scientific, literary and art work of France. It appears to us then incomprehensible that it should even be contemplated to bar the doors of such a temple of light to our Indian, Undergraduates and for no better purpose than the supporting of another language, the chief recommendation of which is, that it is Oriental.

7018. The advantages of learning French are so apparent and so manifold that we earnestly trust that those responsible for the spread of Education in this country will never be wanting in their endeavours to encourage and advance it. French has long been admitted among the optional subjects for the Indian and Ceylon as well as English Civil Services; and it is taken up in all the higher examinations of the English Universities. At the Bar, and in the profession of Medicine, a knowledge of French is invaluable. Many of our most promising Undergraduates, whom it in the interest of our Universities to encourage to take their Arts’ degrees in India, pursue their studies here with a view to proceed to England for the Civil Services Examinations, for being called to the Bar and for degrees at the Universities there, to fit them for the various learned professions; to debar them from studying French thoroughly (and that can only be done by studying it for the higher Arts Examinations) would be to grievously handicap them. Forestry again is a line, which considering the needs of India, our educated young men should be encouraged to take to. As is well known, some of the best schools of forestry are in France; a student proceeding to one of these, after graduating here, if not well equipped in French would find himself at a great disadvantage.

7119. A sound knowledge of French, moreover, such as we aver, is attainable in our present University curriculum up to the degree, presents the student with numerous opportunities; so that even if he fails in other directions, he could turn it to good account in after-life in the mercantile or in the educational line, which offer now-a-days many openings, what with the general spread of education and the increasing intercourse with Europe. To the educated gentleman, who without having to depend on his education for his livelihood, works for an University degree to improve his status, a knowledge of French offers means of moral and mental improvement and of social equipment and finish, such as few other studies could so completely bestow; and such as cannot but make him a good citizen and a useful member of society. To force him to take up anything so useless as Persian or so difficult and recondite as Sanskrit, would subject him to serious hardship, or deter him from taking advantage of a University career in India.

7220. Whether then it be the student, the scholar, the gentleman merely, the man of the world, the professional gentleman, or the official, the knowledge of so beautiful a language as the French, with its magnificent literature, which daily grows in volume and worth, cannot but be of infinite advantage to him. Experience has taught us that the French language possesses powers and influences for mental discipline, culture, and enrichment, such as the Indian student should not be required to neglect or forego. It helps him not only to material benefits, but to moral improvement and intellectual pleasures of the highest order. We may, we think, confidently claim for it, that it expands his vision, quickens his faculties, humanizes his character, liberalizes his ideas, exercises his mind, awakens his senses, and

73enables him continually to extend his knowledge and thus his usefulness, by affording him a ready and effective means of keeping himself in touch with European thought and European sciences as they develop towards perfection day-by-bay. In short, the advantages are such, that a knowledge of French must always be reckoned on as a valuable asset and a most desirable acquisition, such as we submit, it should be one of the functions of an University to place within the Indian student’s reach, rather than to snatch it away from his grasp.

7421. The more we consider the matter, the more we are taken aback at this proposal to do away with French from the University Curriculum, and we feel it to be our duty, in the true interests of the students of this country, though with the utmost deference to Commissioners, to protest against it and to deprecate its acceptance by the Government of India. To enforce this proposal would, we are confident, entail great hardship and serious loss on a large number of our students, without ensuring to them any compensating benefit, would greatly hamper the full, free and due course of liberal education and culture in India, and would expose our educational authorities to the reproach and even ridicule of Western nations.

7522. We would here crave leave to state that whilst we view with the utmost satisfaction the desire and anxiety which the Government of India has evinced from time to time, to maintain and encourage the great Oriental languages as well as the provincial vernaculars, we respectfully submit this admirable object is capable of being achieved effectively enough, in many different ways, without sacrificing the study of a language. so important, so serviceable and so universally popular as the French.

7623. In conclusion we most respectfully and earnestly pray that His Excellency the Viceroy and Governor-General in Council, fully appreciating the great and undoubted merits of the French language and its immense capabilities, both present and future, as one of the most active forces of civilization and progress, and as an unerring and effective medium of scientific teaching, taste, culture, and higher Education generally, and taking into consideration the needs, aims and aspiration of the Indian students and of those interested in their welfare, will be pleased favourably to entertain this humble representation by withholding his sanction from the proposal in question or by leaving it open to each University to retain the French language in its curriculum of studies as is done at present by the Bombay University, or in such modified form as the needs and circumstances of each Province may demand.

77We have the honour to remain,

78Sir,

79Your most obedient Servants,

80S. NOTI, S. J,

81(Professor of French, St. Xavier’s College,)

82PRESIDENT.

83JEHANGIR EDALJI DAVAR,

84(J. P.

85Fellow of the Bombay University.

86Officier d’Académie Univ. Gallic.)

87HONORARY SECRETARY.

(8) Lettres d’Alexandra David-Néel aux éditeurs parisiens au sujet de Rabindranath Tagore (mars 1912)

(9) Le 30 décembre 1920, réponse de l’instruction publique au sujet du projet Sarkar.

(10) Mai 1921, rivalités franco-allemandes autour des visites de Tagore en Europe

(11) 1922, chansons en l’honneur de Sylvain Lévt lors de sa visite à Mumbay

(12) Le 14 avril 1930, réponse du Bureau d’école à la candidature de Georges Dumézil

(13) Le 11 mai 1931, lettre de Champion, administrateur à Chandernagor, à Tagore

(14) Lettre d’Alain Daniélou à Tagore après sa première visite à Santiniketan (s.d.)

(15) « La France et le Népal », article du Statesman du 30 mai 1934.

(16) Juillet 1937, cinquantième anniversaire du Cercle Littéraire

88Le "Cercle Littéraire" de Bombay vient d’inaugurer les fêtes du cinquantième anniversaire de sa fondation.

89Constituée an 1876 par un petit groupe d’amateurs de notre langue, sous le nom de "Cercle Franco-Parsi", cette association compte actuellement près de 250 membres inscrits groupant, à côté de la plupart de nos compatriotes établis à Bombay, des représentants de toutes les races et communautés indigènes, ainsi que quelques anglais et d’autres étrangers.

90Bien qu’il ne s’agisse numériquement que d’une société de moindre importance, pour une ville de plus d’un million d’habitants, les efforts qu’elle déploie en faveur de l’expansion de notre langue et de notre culture, et l’attrait qu’elle exerce dans les milieux intellectuels et en particulier parmi les jeunes étudiants de Bombay, en font un organisme qui présente de notre point de vue une importance incontestable. Au cours des années dernières, la puissance de rayonnement de ce seul et unique groupement francophile s’est considérablement accrue, du fait surtout de l’heureuse activité de M. Bahadurji, Parsi, le dévoué Secrétaire Général du Comité, et de deux de nos compatriotes : le B.P. Caius, Missionnaire Jésuite, savant chimiste et professeur de français au St-Xavier College, Officier de l’instruction Publique, qui est le Président du Cercle, et de M. Yves Petit-Dutaillis, artiste-décorateur, récemment nommé Délégué de l’Alliance Française et Officier d’Académie. M. Petit-Dutaillis est un excellent conférencier, d’une culture très large et versé autant dans les questions d’art que de littérature ou de philosophie. Grâce à eux, les réunions hebdomadaires du "Cercle Littéraire" deviennent de plus en plus le rendez-vous de l’élite intellectuelle de la ville.

91Toutefois, le nombre de ses adhérents pourrait et devrait même être sensiblement plus élevé qu’il n’est, et c’est là qu’un appui matériel un peu efficace de notre part serait de nature à produire des effets particulièrement salutaires.

92Tout d’abord, la bibliothèque du Cercle ne répond plus aux exigences du jour, ni aux buts poursuivis. Ce Consulat a déjà eu l’occasion d’indiquer an Département les lacunes à combler. J’y ajouterais encore le besoin absolu d’une documentation touristique aussi complète et aussi détaillée que possible : affiches, cartes, brochures, dépliants, etc.etc...

93Le second élément, non moins important, qui freine actuellement le plein épanouissement de l’activité de cette association est l’installation véritablement vétuste et pauvre de sa salle de réunions, qui décourage le snobisme de beaucoup de nos amis. Dans un pays où le culte du "Club" est poussé à un degré aussi élevé qu’à Bombay, le siège du Cercle ne souffre de comparaison avec aucun des immeubles dont disposent les clubs et associations anglais, allemand, italien, véritables centres de réunions mondaines.

94La gestion financière du Cercle, entre les mains de Parsis, est prudente et bonne, et ses administrateurs seraient à même d’accomplir des prodiges avec un crédit de quelque importance, permettant par exemple l’installation d’une ligne de téléphone, l’achat d’un appareil de réception radiophonique, d’un appareil de projections lumineuses, ou enfin, la rétribution de conférenciers occasionnels de renom, français ou étrangers (payement de leurs frais de voyage, etc.).

95Peut-être serait-il possible à Votre Excellence d’examiner la possibilité d’une subvention forfaitaire ou annuelle qui fût à la fois le témoignage de l’intérêt de notre Gouvernement au Cercle Littéraire, et une marque d’appréciation des services réels rendus par lui à notre cause.

96Les quelques coupures de journaux ci-jointes montrent l’importance de la place réservée par la Presse locale à la réunion solennelle du "Cercle Littéraire" qui fut un évènement mondain de tout premier ordre ./.

97Signé : E. VANURA.

(17) Texte français d’un élève du Loyola college de Chennai (annual report 1938).

(18) Trois lettres de Tagore à Christine Bossennec (s.d., et avril et mai 1940)

(19) Extraits de l’orchestration des deux hymnes nationaux de l’Inde, Jana Gana Mana et Bandé Mataram, par Alain Daniélou :

(20) Le 7 février 1948, priorité scientifique et technique pour l’action française en Inde

(21) Décembre 1954, la note de Charles Bettelheim pour le projet d’institut français à Pondichéry

(22) Le 17 mai 1957, note de l’ambassadeur sur l’activité culturelle française en Inde

NOTE SUR L’ACTIVITE CULTURELLE FRANCAISE EN INDE

98Cette activité peut être envisagée sous deux chefs principaux :

  • dans l’Inde en général

  • à Pondichéry

I.– L’Inde en général.

99Dans l’Inde en général, notre action culturelle semble devoir porter essentiellement sur deux points :

  • l’aide à l’enseignement du français

  • les bourses,

100sans exclure, bien entendu, la diffusion culturelle et les échanges intellectuels de tous ordres.

A) L’Enseignement du français.

101Il se fait essentiellement dans les Alliances Françaises et dans les Universités. Il existe également un enseignement du français dans les Etablissements d’Enseignement Secondaire mais il a peu d’importance et il est destiné à disparaître assez rapidement. Le Ministre de l’Education Indien envisage, en effet, de rendre désormais trois langues obligatoires dans l’Enseignement Secondaire : la langue locale qui sera la langue dans laquelle sera donné l’Enseignement ; l’anglais et le hindi. Dans les régions où le hindi est la langue locale, les élèves seraient tenus d’apprendre une autre langue de l’Inde. Il est évident, dans ces conditions, que l’enseignement du français ne pourra se maintenir que dans les Universités et encore à un niveau assez élémentaire, comme nous le verrons plus bas.

I) Les Alliances françaises

102Il y en a quatre : Calcutta, Bombay, Madras et Delhi. Elles reçoivent toutes une subvention du Département. L’essentiel de le rôle est l’enseignement du français pratique et c’est véritablement sur elles que repose cet enseignement en Inde.

103Calcutta : L’activité de l’Alliance se confond avec celle du Centre Culturel dirigé par M. Pierre Amado qui est assisté depuis un an d’un jeune instituteur, M. BOURGEOT.

104Le nombre des élèves de français est maintenant de plus de 700. Cela a été rendu possible par l’extension des locaux de l’Alliance et par la participation à l’enseignement du français en outre de MM. AMADO, BOURGEOT et de Mme DERAY, secrétaire du Centre Culturel, de plusieurs français de Calcutta, M. FOURNIER en particulier. Le budget du Centre est de 32.000 roupies environ Si l’augmentation de ce budget était un jour envisagée, elle permettrait plutôt l’accroissement des "activités culturelles" que l’enseignement.

105Le Centre aide à l’enseignement du français à l’Université de Calcutta où M. AMADO faisait récemment encore 9 h. de cours par semaine.

106Bombay : Le Département détache à Bombay deux instituteurs M. et Mme GRIMBERG qui sont aidés dans une certaine mesure par le "boursier lecteur" auprès de l’Université de Bombay (actuellement M. HERMAN). Les locaux de l’Alliance où l’on ne peut guère faire que deux classes à la fois ne permettent pas d’accroître sensiblement, pour le moment, le nombre des élèves.

107Comme celle de Calcutta mais sur une moindre échelle, l’Alliance de Bombay, qui est bien installée, a une bonne bibliothèque, une discothèque, etc... est un centre actif et important d’enseignement du français et de diffusion culturelle française.

108Les deux autres Alliances ont une activité bien moindre. Leur fondation est plus récente. Elles sont installées dans des villes moins importantes et où la vie intellectuelle est bien moins active qu’à Calcutta ou Bombay.

109Madras : Se débat dans des difficultés financières et de personnes. L’Alliance arrive pourtant à donner des cours de français grâce à l’aide de personnes de bonne volonté. Le boursier-lecteur à l’Université, M. POURCHER, tient lieu de secrétaire et donne quelques cours. (Il reçoit, à cet effet, du Département une indemnité, de 200 roupies par mois). Mais il va partir bientôt. Son départ risque de désorganiser l’Alliance. Le détachement à plein temps par le Département ou le prêt d’un professeur de Pondichéry (qui passerait deux ou trois jours par semaine à Madras et le reste du temps enseignerait à l’Institut) paraissent les seules solutions possibles pour assurer la survie de l’Alliance et pour assurer notre présence culturelle dans la capitale de l’Inde du Sud. Mais l’une comme l’autre suppose l’envoi d’une personne de plus en Inde.

110Delhi : C’est la dernière née des Alliances. Ses cours de français n’ont été organisés d’une manière tout à fait sérieuse que depuis septembre 1955 avec un professeur qui y consacre dix heures par semaine. Le nombre des élèves est de 100. Il pourrait être sensiblement plus grand mais il est limité par le fait qu’il n’y a qu’un professeur et qui ne peut donner de cours que le soir. Un membre du Centre Culturel pourrait sans doute se charger d’un ou deux cours (tel était le cas, il y a 2 et 3 ans mais cela n’est pas possible, étant donné que le Conseiller Culturel et son adjoint ont à voyager, que s’ils sont capables tous les deux de faire une classe de français.

2.– Les UNIVERSITES.

111Le nombre des étudiants indiens qui étudient le français comme matière à option pour le B. A. ou le M.A. (la licence), ce qui suppose une certaine connaissance de la littérature et de la civilisation françaises est faible et va en décroissant. Par contre le nombre de ceux qui préparent un ’’certificate’’ ou "diplôme" de français, c’est-à-dire qui l’étudient pendant une ou deux années scolaires seulement, s’accroît d’année en année. Sans doute ces étudiants en savent-ils peu. La plupart ne désirent pas parler français mais seulement être capables de lire les publications en langue française dans les domaines qui les intéressent. Ce sont, en majorité, et c’est là un point intéressant, des étudiants de sciences, des ingénieurs et techniciens. Ceci dit, le niveau des études de français dans les universités indiennes est généralement assez bas. Les professeurs sont peu compétents et se servent de méthodes archaïques. Les fonds français de bibliothèques sont inexistants ou presque. Il s’en faut de beaucoup, enfin, que le français soit étudié dans toutes les Universités.

112L’effort doit donc porter sur le développement des études de français et sur leur amélioration. C’est au demeurant ce que l’Ambassade s’est toujours préoccupée de faire.

113Il faut, dans ce but, s’efforcer d’augmenter les moyens d’enseignement et d’information sur la France dont disposent le professeurs. Les tenir au courant des méthodes modernes d’enseignement. Les inciter à recourir à la méthode "directe". Tenter d’améliorer leur connaissance (souvent sommaire) du français par des stages de perfectionnement et des bourses d’études en France.

114Plusieurs universités reçoivent actuellement des boursiers du Gouvernement indien qui font également office de lecteurs de français. Ils sont ordinairement au nombre de six ou sept. Ils ont rendu et ils rendent encore des services mais ils ont aussi causé beaucoup de déboires. On obtiendrait des résultats bien meilleurs en ne demandant au Gouvernement de l’Inde que deux ou trois bourses attribuées à des chercheurs qui ne feraient plus office de lecteurs et en amenant les Universités qui le désirent à recruter des “lectureres" permanents de français qui auraient pu être formés en France ou à Pondichéry. Les traitements offerts par les Universités indiennes (250 roupies par mois, d’ordinaire) ne permettent pas d’envisager le recrutement de Français pour de pareils postes.

115Un plan plus séduisant, mais beaucoup plus coûteux, auquel on pourrait, peut-être, cependant songer un jour, serait d’envoyer de France dans certaines Universités (Allahabad, Baroda, Benarès, Bombay, Calcutta, Delhi, Lucknow, Poona, par exemple), de jeunes enseignants français qui feraient, pour une certaine période, office de lecteurs.

116On pourrait peut-être penser aussi à des lecteurs itinérants dont le port d’attache pourrait être Delhi ou Pondichéry. Ils devraient être au courant des méthodes les plus modernes d’enseignement et ils passeraient un certain temps dans chaque université, y donnant une série de conférences, des cours et exercices pratiques. Ils rendraient ainsi plus vivant l’enseignement du français et ils s’efforceraient par l’exemple d’amener une amélioration des méthodes. Cette solution serait moins coûteuse que la précédente mais exigerait pourtant le traitement de deux ou trois instituteurs ou licenciés plus des frais de voyage.

117Il serait intéressant, enfin, de voir ce que l’Ambassade, l’Institut de Pondichéry ou les Alliances pourraient faire pour aider les personnes qui désirent apprendre le français mais qui habitent dans une ville où ne se trouvent pas de professeurs. Il s’agirait là soit de recourir à des méthodes telles qu’Assimil (dont l’Ambassade possède deux séries qu’elle prête sans cesse) soit de cours par correspondance.

B.– Les BOURSES

118– L’attribution du plus grand nombre possible de bourses à des étudiants indiens est la meilleure façon de développer notre influence culturelle dans ce pays.

119Le contingent des bourses des Affaires Culturelles pour 1957-1958 est de 25 contre 22 l’an dernier. C’est appréciable sans être considérable. Mais l’augmentation très sensible des bourses d’Assistance Technique (de 5 à près de 50) compense ce chiffre assez faible.

120Ces bourses sont attribuées :

  • à des professeurs de français, au nombre de deux ou trois par an. Cela rejoint ce qui a été dit sur l’effort d’amélioration des études de français. Ces professeurs doivent pouvoir rester deux ou trois ans en France.

  • à des indianistes. Non pas que cela soit d’une très grande conséquence sur le plan des relations culturelles mais cela n’est pas inutile et c’est, en tout cas, inévitable. Une ou deux par an.

121Le plus grand nombre des bourses est attribué à des étudiants de toutes les autres disciplines nais en insistant très nettement sur les études scientifiques et techniques, éventuellement médicales. Les étudiants entrent dans des grandes écoles scientifiques et techniques, préparent des thèses d’ingénieur ou d’ingénieur-docteur. Il y a intérêt à n’envoyer en France que des étudiants ayant déjà fait des études du niveau de la licence.

122Dans ce domaine, les bourses d’assistance technique désintéressées vont rendre les plus grands services.

123L’envoi en France d’un plus grand nombre de boursiers pose toutefois un problème, celui de leur connaissance de la langue française. L’Ambassade n’a pas eu de peine jusqu’à présent à trouver chaque année 15 à 18 boursiers sachant à peu près le français mais elle aura grand mal à en avoir 30 ou 50.

  • Dans l’immédiat, nous avons la possibilité d’obliger les boursiers qui ne savent pas assez le français à suivre à Pondichéry un stage de 2 à 3 mois. Mais il faudrait :

    1. prévenir les intéressés de cette condition préliminaire dès que la Commission-Mixte a retenu leur nom ;

    2. que l’Ambassade soit avertie de l’approbation de leur bourse par Paris à temps pour leur permettre de suivre ce stage avant de quitter l’Inde. Il serait utile à cet égard que les boursiers d’Assistance Technique puissent partir pour la France à la même époque ou presque que ceux des Relations Culturelles ;

    3. donner aux futurs boursiers en séjour à Pondichéry une petite bourse (100 à 150 roupies par mois environ) leur donnant le moyen d’y vivre. De telles bourses figurent déjà au budget de l’Institut de Pondichéry (section française).

  • Dans un avenir plus éloigné, l’augmentation du nombre de nos bourses, et surtout la publicité qui lui sera faite, jointe dans un avenir moins immédiat encore, au développement et à l’amélioration des méthodes de l’enseignement du français, nous fournira un plus grand nombre de candidats valables ayant de notre langue une connaissance suffisante.

124Cela rejoint d’ailleurs tout le travail d’information et de diffusion culturelle qui forme l’essentiel de l’activité quotidienne du Service Culturel de l’Ambassade et une part appréciable de celle du Centre Culturel de Calcutta et de l’Alliance de Bombay. Ce travail croît sans cesse, ce qui témoigne de l’intérêt accru porté à la France dans les milieux indiens les plus divers.

125Il n’est pas nécessaire de traiter ici des problèmes qui se posent à cette occasion : ils sont les mêmes ou presque dans tous les postes.

II.– PONDICHERY.

126Lorsque les Etablissements français furent cédés à l’Inde, il fut convenu que la France pourrait conserver et créer à Pondichéry certaines institutions culturelles. Pondichéry deviendrait ainsi, selon l’expression consacrée : "Une fenêtre ouverte sur la France”. Mais comme la France n’avait pratiquement rien fait dans ses anciens comptoirs comme pénétration culturelle, cette fenêtre n’ouvrait, en réalité, sur presque rien. Tout était à faire. Beaucoup a été fait déjà en deux ans mais beaucoup reste encore à faire et cela ne se fera pas sans de grosses dépenses.

127Quelles sont donc nos positions culturelles à Pondichéry et quels problèmes s’y posent-ils ? On en traitera sous trois rubriques :

  • le Collège

  • l’Institut

  • l’Ecole de Médecine.

A) LE COLLEGE.

128Nous avons entièrement conservé l’ancien Collège Colonial de Pondichéry afin de continuer à y donner une éducation française, en français, menant à des diplômes français.

129Le nombre des élèves du collège, petites classes comprises, est de cinq cents environ.

130Nous n’avons intérêt à maintenir ce collège, qui nous coûte cher, que s’il attire des élèves de toute l’Inde ou, tout au moins, de l’Etat de Madras et cela ne peut se faire que si cet établissement est adapté aux conditions propres à l’Inde. En effet, le rôle du Collège n’est plus maintenant de fournir des fonctionnaires subalternes à une petite colonie et de former des bacheliers qui iront ensuite dans des Universités et Grandes Ecoles françaises, mais de donner à ses élèves qui sont des citoyens indiens une formation qui leur permette de participer par la suite à la vie de l’Inde moderne. Sans doute reste-t-il toujours possible que quelques élèves du Collège aillent en France poursuivre toutes leurs études supérieures. Mais leur nombre ne pourra qu’être infime, à moins que nous n’augmentions très considérablement le nombre de nos bourses, et encore n’est-il pas certain que cela suffise pour inviter des étudiants indiens à faire chez nous toutes leurs études.

131Il faut donc :

  • donner au Collège un enseignement dont la qualité soit telle qu’elle incite les parents à lui confier leurs enfants plutôt qu’à des institutions similaires indiennes. Cela suppose que l’on ne lésine pas sur l’équipement du Collège et que l’on y envoie tous les maîtres nécessaires.

  • adapter cet enseignement aux nécessités de l’Inde, donc modifier sensiblement les programmes mais sans abandonner les méthodes ni l’esprit d’un enseignement qui doit rester français, faute de quoi nous n’aurions aucun intérêt à conserver le Collège. Cette adaptation est en cours.

  • régler avec les autorités indiennes le problème des équivalences de diplômes afin que les élèves du Collège puissent entrer, comme ceux des écoles indiennes, dans les Universités et dans les services administratifs indiens. Ce dernier problème qui se pose pour le baccalauréat est le plus difficile, le plus important aussi car si les bacheliers de Pondichéry ne sont pas assurés d’être admis dans de bonnes conditions dans l’enseignement et l’administration de l’Inde, le recrutement du Collège se tarira.

132Nous nous sommes efforcés, mais sans succès jusqu’à présent, de faire admettre au Ministre indien de l’Education l’équivalence du baccalauréat avec le B.A. des Universités indiennes.

133Les objections que font les Indiens à une telle équivalence sont tirées d’abord de la différence des programmes mais c’est là un point sur lequel un terrain d’accord n’est pas difficile à trouver puisque nous avons accepté de modifier nos programmes de façon à les adapter à l’Inde. Cette modification est, en fait, déjà très largement réalisée. Mais l’objection la plus importante à laquelle on se heurte est tirée du fait qu’il faut une année de plus pour arriver au B.A. à partir du "matriculation" (qui est reconnu depuis longtemps comme équivalent au B.E.P. C.). Cette objection peut paraître faible car avec des méthodes différentes on peut arriver à couvrir le même programme en une année de moins. Elle est encore affaiblie du fait qu’à Pondichéry on est plutôt bachelier à 19 ou 20 ans qu’à 17 ou 18, comme en France. Enfin, le niveau intellectuel et de connaissances d’un bachelier suppose avantageusement la comparaison avec celui de titulaire d’un B.A. d’une Université indienne. Mais, en dépit de la valeur des arguments que nous pouvons avancer en faveur d’une équivalence pure et simple du baccalauréat avec le B.A., les Indiens semblent peu disposés à l’admettre. S’ils ne cèdent pas, il faudra prévoir une équivalence du B.A. avec un cycle d’études allongé d’une année. Ici deux solutions sont possibles :

134– L’une consisterait à prévoir l’équivalence du B.A. non avec le baccalauréat mais avec la propédeutique. Cette solution paraît assez satisfaisante en théorie. Elle permettrait aux Pondichériens qui le désireraient d’accéder directement aux Universités Françaises. En outre, si l’on prévoyait la propédeutique-sciences, elle serait équivalente au B. Sc. (dont le programme de sciences est nettement supérieur à celui du baccalauréat). Enfin, puisque, comme on le verra, on a créé à Pondichéry une ’’premedical year’’ qui n’est, en fait, rien d’autre que notre P.C.B., les professeurs de sciences que l’on ferait venir pour la propédeutique serviraient aussi au P.C.B.

135Cette solution se heurte toutefois à des objections :

136D’abord, dans la mesure où on la justifie par la facilité d’accès aux Universités françaises ; en effet, on l’a dit, à peu près aucun étudiant pondichérien n’ira faire toutes ses études chez nous. Et, s’il s’en trouve, ils peuvent faire aussi bien leur propédeutique en France. Elle est, ensuite, relativement coûteuse car on n’organise pas la propédeutique, lettres ou sciences, avec des licenciés. Il faudra donc envoyer à Pondichéry sinon des professeurs de facultés, du moins des agrégés. Ce n’est d’ailleurs peut-être pas une objection très grave, l’envoi d’un agrégé de sciences semblant inévitable pour le P.C.B.

137Plus importante est l’objection suivante :

138Admettre l’équivalence propédeutique- B.A. c’est demander aux élèves du Collège de passer trois examens (bachot Ière et 2ème partie et propédeutique) là où leurs camarades des collèges indiens n’en passeront que 2 (BA previous et BA final) et qui sont plus faciles que les nôtres.

139Or, c’est s’illusionner que de croire que les jeunes Indiens accepteront ce surcroît de travail pour le seul avantage de recevoir une formation française et de bien connaître notre langue. Sans doute y a-t-il de plus en plus d’étudiants qui désirent apprendre le français, mais en suivant un cours pendant un ou deux ans au cours de leurs études universitaires, sans plus. On pourrait sans doute pallier cet inconvénient en rendant les trois examens plus faciles mais ce serait une mauvaise solution. Il faut maintenir la qualité de notre enseignement.

140– L’autre solution serait d’allonger le deuxième cycle de nos études secondaires en ajoutant une année, soit au début, soit à la fin de ce cycle. Elle a l’avantage de ne pas se heurter aux mêmes objections que la précédente. Mais elle a l’inconvénient d’exiger de nous une modification importante des études du Collège et elle risque de ne pas paraître acceptable au Ministère de l’Education Nationale à Paris.

141On voit que les solutions possibles ont chacune leurs inconvénients. Il faudra pourtant choisir l’une ou l’autre. Il convient, toutefois, d’ajouter qu’il n’est pas encore absolument exclu que le Ministère indien de l’Education et les Universités indiennes finissent par reconnaître notre baccalauréat, une fois son programme modifié, comme équivalent du B.A. cela nous éviterait ce choix, mais cela ne s’obtiendrait pas sans peine.

B.– L’INSTITUT :

142Il est divisé en trois sections, avec chacune un directeur :

143– Indianisme : autrement dit, "Institut français d’Indologie" de Pondichéry, dirigé par le Dr. FILLIOZAT. Son existence et son activité ne posent aucun problème, sinon qu’il est difficile de maintenir dans les faits l’égalité de principe entre les trois directeurs, lorsque l’un des trois est professeur au Collège de France et a une connaissance beaucoup plus grande de l’Inde que les autres.

144– Sciences, dirigée par M. LEGRIS, assisté de deux chercheurs indiens détachés par l’Université de Bombay. Elle se consacre pour le moment aux sciences botaniques et agricoles et prépare une carte de la végétation du Sud de l’Inde. La collaboration scientifique franco-indienne que l’on y poursuit peut être du plus vif intérêt. Son développement futur dépendra des crédits que nous pourrons lui accorder,

145– Civilisation et langue françaises, dirigée par M. GELIBERT, proviseur du Collège. Ses activités sont, ou seraient les suivantes :

  1. des cours pratiques de langue française destinés soit aux habitants de Pondichéry (fonctionnaires essentiellement) soit aux nouveaux étudiants de l’Ecole de Médecine, soit aux étudiants auxquels nous attribuons des bourses d’études en France.

  2. des cours d’interprétariat. Ils étaient suivis il y a trois mois par 25 personnes environ,

  3. une section de langue et de civilisation françaises, dont les cours, répartis sur un ou deux ans, formeraient l’essentiel de l’activité de cette section et devraient donner une connaissance sérieuse de la France et du français. Ces cours, qui ont été prévus, n’ont jamais fonctionné, faute d’étudiants. Des étudiants indiens ne viendront, en effet, jamais à Pondichéry pendant un ou deux ans dans le seul but de faire du français. La section française de l’Institut ne fonctionnera donc autrement que comme une Alliance Française donnant des cours pratiques que lorsque autre chose que l’institut attirera les étudiants à Pondichéry. Cela ne se produira que lorsque les autorités indiennes créeront à Pondichéry une université, ou un "collège’’ affilié à une université voisine. Les étudiants de cette université, alors, suivront les cours de l’Institut tout en poursuivant leurs études, la section fonctionnant un peu comme un "French Department" de l’Université. La création de cette université a été annoncée et des crédits auraient été prévus à cette fin dans le deuxième plan de cinq ans. Mais, à la fin de 1956, rien n’était encore fait pour créer cette université et nous ignorons si elle sera créée, en définitive. La section française de l’Institut conserve donc une activité réduite.

146La section devait aussi organiser des stages de perfectionnement pour les professeurs de français ; un stage a eu lieu en octobre dernier, mais Pondichéry est loin et d’accès difficile et les professeurs de français préfèrent que ces stages aient lieu chaque année en un point différent de l’Inde.

147Bien entendu, si l’on organise une propédeutique-lettres, c’est à la section française de l’Institut qu’elle fonctionnera.

C.– L’ECOLE DE MEDECINE :

148Nous l’avons cédée aux Indiens, mais ceux-ci l’ont conservée, y ont maintenu à leurs frais les médecins français qui y exerçaient et ont pourvu au remplacement de ceux qui rentraient en France. Enfin, après des mois d’incertitude, ils ont décidé de garder cette école en lui donnant un caractère franco-indien. L’enseignement y serait bilingue, les professeurs français et indiens. L’Inde nous a donc demandé d’y envoyer des médecins pour y enseigner et nous allons, en effet, en envoyer deux au titre de l’Assistance technique. Peut-être sera-t-il possible de développer plus largement cette collaboration plus tard. Sans doute risque-t-il d’être difficile de faire coopérer dans une école de médecine des médecins de formation française et anglaise Mais si la chose est possible, elle sera du vif intérêt.

149Il est à noter que l’Ecole de Médecine n’est pas une école de plein exercice, elle ne forme pas des docteurs en médecine, mais ce que nous appellions autrefois des "officiers de santé". Pour être docteurs, il leur faudra terminer leurs études soit en Inde, ce qui ne pose pas de problèmes, soit en France, ce qui en pose. L’ancienne école de Médecine n’était, en effet, pas reconnue chez nous, ses élèves ne pouvaient pas terminer leurs études médicales en France, entre autres raisons parce qu’ils n’avaient pas de P.C.B. Or, les autorités indiennes ont créé cette année à Pondichéry un ’’pre-medical year’’, qui, par la force des choses, puisqu’il n’y a dans cette ville que des professeurs français qui soient qualifiés, est devenu un P.C.B.

150Si nous voulons que des étudiants de l’Ecole de Médecine viennent en France terminer leurs études, – et il est souhaitable que les meilleurs le fassent – il faut faire reconnaître ce P.C.B. par une Faculté des Sciences puis les quatre années d’école par une Faculté de Médecine. Cela ne paraît pas impossible par des professeurs considérés en France comme suffisamment qualifiés. Pour le P.C.B., en particulier, il faudra, sinon un professeur de Faculté des Sciences, du moins un agrégé de Physique.

151Nous aurons donc, en ce qui concerne l’Ecole de Médecine, des dépenses nouvelles à faire ; mais elles en valent la peine.

°
° °

152Ceci peut amener à poser la question de savoir s’il vaut vraiment la peine de faire de pareilles dépenses à Pondichéry, En effet, si nous pouvions consacrer au détachement de lecteurs et de professeurs dans les Alliances Françaises et les Universités indiennes, à l’envoi de professeurs et de techniciens en mission temporaire et à l’accroissement du nombre des bourses, et de nos moyens de diffusion culturelle dans l’Inde en général, les crédits que nous affectons en ce moment à Pondichéry, nous obtiendrions certainement des résultats spectaculaires. Alors que Pondichéry est une petite ville somnolente, mal reliée au reste de l’Inde et qui ne semble pas avoir d’avenir, à moins que le Gouvernement de l’Inde ne soit disposé à y investir des sommes considérables, éventualité qui n’est d’ailleurs pas entièrement exclue.

153Il serait certainement plus intéressant d’avoir un Institut ou un collège dans une grande ville de l’Inde, mais c’est à Pondichéry, non ailleurs, que nous avons reçu, par traité, la possibilité de créer et de conserver des établissements culturels.

154Il serait, en outre, difficile, pour des raisons politiques, d ’abandonner nos positions culturelles à Pondichéry. D’autre part, nous avons la possibilité de continuer à donner, au Collège français, à un petit nombre d’individus, une formation en profondeur que nous ne pourrions pas donner ailleurs.

155Former quelques sujets d’élite, imprégnés de notre culture, n’est-ce pas aussi intéressant que de nous faire connaître superficiellement par un grand nombre ? Ajoutons qu’il y a, à Pondichéry trois institutions qui semblent mériter entièrement les dépenses que nous y faisons ou que nous y ferons ; les sections d’indianisme et de science de l’Institut et l’Ecole de Médecine. C’est pour le Collège et l’Institut, section française, que la question se pose. Il ne semble pas, toutefois, qu’on puisse y répondre dès maintenant de façon catégorique ; pour l’Institut, il faut savoir si les Indiens créeront une université à Pondichéry. Pour le collège, il faut résoudre le problème du baccalauréat et voir si le recrutement, non seulement se maintient, mais s’élargit à toute l’Inde. Mais il ne faut pas oublier que nos institutions et nos professeurs à Pondichéry n’attireront du monde dans cette petite ville que par la valeur de leur enseignement et de leurs travaux ; il faut donc y mettre le prix, ou alors ne rien faire. La plus mauvaise solution serait certainement la demi-mesure./.

(23) Le 18 novembre 1958, note sur l’action culturelle de la France en Inde, en Iran et au Japon

156I. - En Iran, les circonstances politiques, l’action des services du Point IV, le luxe extraordinaire des moyens mis en œuvre par les services d’information américains, l’appât des situations bien rémunérées ont créé pour la langue anglaise un engouement qui, dans les établissements secondaires, se traduit par les chiffres suivants : environ 90 % des élèves choisissent cette langue, 10 % seulement demeurent fidèles au français. Par voie de conséquence peu de lycées iraniens en organisent l’enseignement, le recrutement de professeurs de français va diminuant, au point que les lycées sont souvent obligés de faire appel, pour les classes de français qui subsistent, à des professeurs d’autres disciplines. Le niveau des études s’en ressent, ce qui accentue encore la déchéance de notre langue. C’est malheureusement un long avenir qui se trouve ainsi compromis.

157Il reste que l’attachement d’une partie de l’élite iranienne à notre culture, comme le désir de beaucoup d’universitaires et d’hommes politiques de préserver l’influence de la France pour faire contrepoids à une propagande américaine un peu trop envahissante, devraient permettre de tirer parti des moyens que nous conservons pour préparer le redressement de cette situation. Sur le plan économique et technique les résultats des efforts que nous avons accomplis peuvent faire espérer que le mouvement qui porte la jeunesse iranienne vers l’étude de l’anglais peut encore être infléchi. Enfin, il est des domaines comme l’archéologie et certaines études d’iranologie où le rôle de la culture et de la science françaises apparaît irremplaçable ; on peut penser que, quelle que soit son évolution politique, l’Iran n’aura pas intérêt à se priver du prestige de son passé littéraire et artistique et que nous possédons donc une base durable et importante pour le maintien de notre influence intellectuelle.

158II. – La situation de l’Inde, à cet égard, est presqu’inverse, puisque la Grande-Bretagne avait monopolisé à son profit les relations de ce continent avec l’occident et qu’à l’exception de l’Etat de Pondichéry, il nous fallut, en pratique, après l’indépendance, tout construire. Mais le souci des autorités et de l’élite intellectuelle indiennes d’équilibrer l’influence britannique sur la plan culturel et sur le plan technique, leur désir de ne pas trop élargir, pour des raisons politiques, la position de départ, relativement modeste, des Etats-Unis, l’existence d’une tradition d’études indiennes dans l’université française et sans doute plus profondément le prestige très particulier sur la pensée indienne de la pensée et de la civilisation de la France offraient à cette action des conditions assez favorables. N’y fait sérieusement obstacle que le préjugé des milieux intellectuels indiens contre le "colonialisme” français.

159Mais le terrain ainsi couvert à notre influence reste évidemment limité, tant en raison de la position de la Grande-Bretagne et de la langue anglaise, de l’effort culturel systématique et souvent efficace de l’U.R.S.S. et du monde communiste, de l’ignorance quasi totale du français, que de l’étroitesse des domaines – médecine, mathématiques, physique principalement – où les études indiennes ont atteint un niveau élevé. Au surplus, en dépit de l’action des pouvoirs publics et d’un mécénat privé, comme celui des entreprises "TATA”, qui s’exerce souvent en notre faveur, la situation en général modeste des milieux intellectuels freine naturellement les échanges avec l’occident.

160III. – Le Japon est, de tous les pays d’Orient, sans doute le plus avide de culture française. Le besoin d’un rattachement à l’Occident y est très fort et c’est la France qui en bénéficie actuellement pour une large part. Les excès de la propagande culturelle américaine, le souvenir de la guerre, l’action fort efficace de notre pays entre les deux guerres, en particulier sous l’impulsion de Paul CLAUDEL, expliquent ce fait. Le Japon est encore aujourd’hui extraordinairement réceptif à notre influence dans tous les domaines, qu’il s’agisse de littérature, d’art, de science ou de technique.

161Les difficultés de langue, les positions acquises de certains pays dans des disciplines importantes – c’est le cas notamment de l’Allemagne pour la médecine – et surtout le coût élevé de tout échange avec l’Europe occidentale et les moyens relativement limités du pays en devises étrangères sont les principaux obstacles qui, du côté du Japon, empêchent que notre influence s’y exerce avec toute l’ampleur qui est souhaitée.


∗ ∗

162Sur un terrain qui reste ainsi très prometteur en Iran, qui est favorable en Inde et largement ouvert au Japon, notre action, très diverse et en développement continu, est limitée avant tout par l’insuffisance des moyens financiers. La politique culturelle moderne qui, pour prendre sa pleine efficacité, doit illustrer la pensée par le spectacle et par les objets de la culture, qu’il s’agisse des oeuvres d’art, des livres ou du matériel scientifique et technique, coûte cher pour les pays lointains.

163Compté tenu de cet obstacle financier permanent, notre action dans les trois pays considérés s’exerce, dans le cadre d’ensemble de notre politique culturelle, avec les particularités suivantes :

  • Maintien et accroissement de notre effort dans les domaines où nous avons une situation privilégiée, même s’ils n’intéressent que des groupes limités de spécialistes : iranologie, archéologie en Iran ; indianologie, mathématiques, physique en Inde ; médecine, mathématiques, océanographie au Japon ;

  • maintien et modernisation des établissements scolaires ou scientifiques que nous possédons dans ces pays ;

  • coopération accrue, dans tous les domaines, mais en particulier dans le domaine scientifique et technique, avec les services publics et les entreprises de ces pays, développement des échanges de personnes (envoi d’experts, de missions, accueil des boursiers...) ;

  • utilisation accrue des moyens collectifs de diffusion de la pensée et effort d’adaptation à des publics nouveaux ; cinéma, disques, radio, télévision, publications traductions ;

  • effort pour la diffusion de la langue française en utilisant notamment les moyens les plus modernes (laboratoire audio-visuels) et, au besoin, en simplifiant l’étude du français, en particulier au bénéfice des boursiers, des disciplines scientifiques et des stagiaires de coopération techniques ;

  • développement accru des échanges artistiques de tout ordre qui, pour ces pays lointains, étaient trop longtemps restée insuffisants.

164Avec de telles modalités, l’objectif de cette action est, en définitive, – et c’est la mesure de sa complexité –, de permettre aux élites nouvelles qui cessent de plus en plus d’accorder à l’Occident le préjugé du disciple pour le maître, et qui par nécessité se tournent vers l’économie et la technique, de faire appel à la France, à la fois comme à un pays libéral, en dépit de son passé de puissance coloniale, comme à un pays de science et de technique et cependant comme au représentant des valeurs les plus hautes de la culture et de la civilisation.

165Le tableau qui suit précise les éléments les plus importants de notre action culturelle en Iran, en Inde et au Japon.

I. – IRAN.

166a) – La Mission archéologique française permanent poursuit, sous la conduite de M. GHIRSHMAN, les Bouilles de Suse. D’autre part, M. GODARD, ancien directeur des Antiquités iraniennes et ancien Doyen de la Faculté des Beaux-Arts de Téhéran, est retourné en Iran en qualité de Conseiller technique du Gouvernement iranien. Sa mission devant expirer prochainement, nous nous proposons de soumettre aux autorités iraniennes la candidature de M. Jean DESHAYES, spécialiste de l’archéologie du Moyen-Orient.

167L’Institut franco-iranien continue, sous la direction de M. CORBIN, ses travaux d’inventaire et d’édition de manuscrits ismaéliens et persans ; l’actuel pensionnaire scientifique est M. MOLE.

168b) – En ces qui concerne l’enseignement ; c’est cet institut qui constitue le noyau de notre action officielle. Il est en net développement ; ses effectifs qui étaient de 300 étudiants, atteignent maintenant le chiffre de 900. Il sert de cadre aux manifestations culturelles françaises et donne des cours de langue et de civilisation. Il a créé, d’autre part, des centres culturels en province.

169Les autres établissements français connaissent un succès analogue. Le lycée franco-iranien de la mission Laïque compte actuellement 500 élèves. S’y ajoutent neuf établissements religieux et plus de 20 écoles de l’Alliance Israélite Universelle.

170La totalité des places dans ces établissements ne dépasse guère 10.000, ce qui est déjà un chiffré réduit. Au surplus, aucun d’entre eux ne possède un statut bien défini, aucun n’est reconnu officiellement par les autorités iraniennes, simplement tolérée, ils peuvent être à n’importe quel moment contraints de fermer leurs portes et, en 1949 et en 1952, ils n’ont évité ce sort que grâce à l’intervention de personnalités iraniennes influentes.

171Instruments indispensables du maintien pour la langue française d’une position de base, ces établissements sont ainsi, dans un pays dont l’enseignement officiel se tourne en masse vers l’anglais, à la fois insuffisants en capacité et vulnérables à toute tension politique. Au surplus les écoles privées ont des professeurs de qualité insuffisant, des locaux en général vétustes et posent toutes de graves problèmes financiers que les congrégations intéressées paraissent incapables de résoudre avec leurs propres ressources.

172c) – La coopération culturelle franco-iranienne offre des perspectives plus encourageantes. C’est assurément dans cette voie, qui n’impose pas d’investissements fixes et ne comporte pas le risque de perdre d’un coup tout le fruit de longe efforts, que nous pouvons développer notre action le plus utilement :

  • dans le domaine de l’enseignement, les pouvoirs publics ont demandé à l’Institut franco-iranien de détacher un professeur à l’Ecole Normale Supérieure de Téhéran ; de participer à la mise sur pied à la Faculté des Lettres de cette ville d’un Institut de langues étrangères ; d’organiser des cours de perfectionnement pour les professeurs iraniens de français ;

  • des missions de conférenciers sont organisées, en particulier pour les questions scientifiques. Une "Semaine scientifique française" organisée par M. LONGCHAMBON a eu lieu en 1958 ; la délégation française qui l’a inaugurée était dirigée par M. LEPRINCE -INGUET et comprenait plusieurs savants éminents. Mais un domaine où notre influence était considérable, celui de la médecine, tend à nous échapper au profit de l’Allemagne.

  • nous avons accordé 16 bourses des étudiants en 1957/58 et 23 en 1958/59, dont 8 pour la médecine, 8 pour la science et 6 pour les lettres.

173, la coopération technique franco-iranienne est active et c’est sans doute à partir de là que notre influence scientifique et culturelle pourra prendre un nouvel essor en Iran. Une dizaine d’experts français sont actuellement à Téhéran et le programme de 1959 en compte 50 ; près de 100 stagiaires recevront une bourse pour la France ; l’agriculture, la statistique organisées sur une base régionale pour tout le Moyen-Orient autour du centre de Beyrouth, l’enseignement technique, la recherche scientifique, la recherche minière et, d’une manière général l’aménagement du territoire, surtout en ce qui concerne l’Azerbaidjan, sont les principaux points d’application de notre effort.

174d) – L’exploitation des moyens collectifs de diffusion culturelle rendue plus difficile par la pauvreté de la population, est aussi plus nécessaire. Des résultats intéressants ont été obtenus.

  • l’Iran est le meilleur client des films français au Proche et au Moyen-Orient et l’on estime que 50.000 spectateurs sont touchés par trimestre par les films de court métrage dont disposent nos services culturels ;

  • la télévision n’existe pas, mais la radiodiffusion fait appel assez largement à nos programmes ;

  • il n’y a pas de librairie française, mais une clientèle stable pour nos livres et nos publications. Leur exportation est en progrès constant (81 quintaux métriques en 1955, 133 en 1957 pour les livres ; 35 en 1956 et 43 en 1957 pour les périodiques). Des crédits de près d’un million de francs et d’un demi-million ont été consacrés par le Ministère des Affaires Etrangères en 1958 pour des dons de livres aux bibliothèques iraniennes et aux bibliothèques françaises en Iran.

175e) – L’enseignement du français, en dehors de nos établissements officiels, est l’objet de tous les efforts : un centre audio-visuel a été créé auprès de l’Institut franco-iranien, deux professeurs français en ont été chargés. Si les crédits le permettent, une extension considérable de notre langue semble pouvoir être assurée du côté des nombreux établissements techniques iraniens.

II. – INDE.–

176Il faut mettre à part l’Etat de Pondichéry où l’on assiste au maintien et au renforcement de nos intérêts culturels traditionnels.

177Le Collège français y poursuit, en deux cycles secondaire et primaire, son activité ancienne d’enseignement. Les effectifs s’élèvent à 500 élèves environ appartenant à tous les milieux sociaux. Une réforme de l’enseignement est à l’étude en liaison avec le problème des équivalences entre diplômes indiens et français, afin de permettre aux élèves de continuer leurs études dans l’enseignement supérieur indien aussi bien que français.

178A côté du Collège, l’Institut français de Pondichéry, qui se compose d’une section médico-scientifique, a pour but, sous l’autorité de M. FILIOZAT, professeur au Collège de France, de permettre à ses membres de se livrer à des recherches de tous ordres portant sur des sujets intéressant l’Inde. Une collaboration étroite s’est instaurée entre les savants français de l’Institut et les chercheurs indiens du Collège médical, établissement auprès duquel le gouvernement français détache un certain nombre de médecins et professeurs. Des conversations se poursuivent entre l’Ambassade de France aux Indes et les autorités locales, tendant à la mise au point d’études médicales en français et en anglais, à la création d’un P.C.B. pondichérien et à l’octroi de bourses aux étudiants indiens qui pourraient ainsi parachever en France leurs études médicales.

179a) – Hors le cas particulier de Pondichéry, la coopération culturelle franco-indienne, de formes très diverses, paraît susceptible d’un développement continu ;

  • dans le domaine de l’enseignement, l’envoi de lecteurs auprès des universités indiennes tend à intensifier dans ces établissements l’enseignement de notre culture et de notre langue : les Universités d’Annamalaï, Madras, Bombay et Calcutta sont déjà touchées, celles de Poona et de Bengalore doivent avoir aussi des lecteurs à brève échéance.

  • des missions culturelles nombreuses et que nous nous efforçons d’organiser de manière systématique dans les disciplines les plus en faveur en Inde et autour de manifestations collectives, sont envoyés chaque année par la France, le plus souvent à la demande des autorités ou des milieux universitaires indiens. Pour les mathématiques et la physique, le "Tata Institute", qui est du niveau de notre Institut Henri Poincaré, invite tous les ans un mathématicien français. Des projets ont été formés pour participer au travail de l’Institut indien, également remarquable, des Statistiques. D’autre part, la France envoie tous les ans une délégation de 3 ou 4 savants au "Congrès de la Science indienne". Enfin, le Gouvernement indien
    a officiellement invité, pour le mois de février prochain, en prenant tous les frais de voyage et de séjour à sa charge, une mission culturelle française qui comprendra neuf personnalités des sciences, des arts, des lettres, du cinéma.

  • 25 étudiants indiens ont reçu, en 1957/58, des bourses pour la France et 25, également, en 1958/59, dont 9 pour les sciences, 7 pour les lettres et 5 pour la médecine.

  • en matière de coopération technique, notre action se développe : 10 experts français sont actuellement en permanence à Calcutta, Bengalore et Pondichéry. 70 experts français et près de 200 boursiers indiens sont prévus pour 1959. Comme au Moyen-Orient, des opérations régionales sont organisées, notamment pour l’agriculture, dans l’ensemble des pays du Sud-Est asiatique. En Inde seulement, l’électronique, divers domaines industriels, les mines, l’enseignement technique sont les principaux secteurs où s’exerce notre action, qui, en dehors de ses intérêts propres, vise à familiariser l’Inde non seulement avec nos techniques, mais avec l’étude de notre langue et de notre culture et à en faire progressivement un élément nécessaire de la formation de la classe dirigeante.

180b) – Le niveau de vie de la population, l’ignorance de notre langue rendent plus difficile notre action de diffusion culturelle collective.

  • le film français est encore Inconnu dans le circuit commercial, nos services culturels diffusent largement les films de court métrage en version anglaise ;

  • dans la radiodiffusion, plusieurs essais de coopération tentés par la R.T.J. n’ont pas abouti.

  • l’Inde ne possède pas de librairie française et seulement deux ou trois bonnes librairies anglaises à Calcutta. Le seul moyen de vente est le recrutement de clients à titre individuel par nos attachés culturels. L’exportation de livres français et de publications reste donc très réduite ; l’Inde n’est que notre 44ème client. Les dons de livres aux bibliothèques françaises en Inde et aux bibliothèques indiennes ont bénéficié les uns et les autres d’un crédit de 200.000 francs en 1958.

181e) – Des centres audio-visuels pour l’enseignement accéléré du français existent à Pondichéry et à Calcutta deux centres nouveaux seront créés l’an prochain à Bombay et à New Dehli.

182d) – Quant aux échanges artistiques, les possibilités en sont assurément très grandes, mais le coût élevé du transport n’a pas permis jusqu’ici d’organiser des manifestations très importantes. Nous avons participé en 1956 à la grande Exposition d’art bouddhique par l’envoi de peintures sur toiles du Musée Guimet et du Musée Cernuschi et par l’envoi de reproductions d’objets d’art.

183En dehors des expositions photographiques régulières du type de celles qui ont été mentionnées pour l’Iran, nous avons activement participé aux expositions fréquentes qu’organisent les Indiens pour les dessins d’enfants. Une exposition des fresques de l’Inde, mise sur pied par l’UNESCO, circule en France avec un remarquable succès d’intérêt et d’affluence.

184Mais sur le plan privé, un certain nombre de galeries parisiennes ont pu avec succès exposer des peintres indiens modernes, dont certains ont remporté des prix il y a là, en dehors de toute action des pouvoirs publics, sans doute lent à se développer, mais fécond, pour les relations artistiques des deux pays.

185Des musiciens français font des tournées en Inde. Il n’y a pas encore eu de tournées de théâtre ou de danse. Il faudra sans doute l’envisager et répondre par là à l’effort fait par l’Inde pour faire connaître à Paris sa musique et sa danse (musique indienne dans le cadre des Semaines musicales de l’UNESCO). Mais le peu de rentabilité de toute tournée dans ce pays et les frais de transport sont un sérieux obstacle. C’est peut-être dans l’envoi de jeunes troupes de théâtre ou de danse qu’une solution pourra être trouvée.

III. – JAPON

186L’accord culturel franco-japonais, signé dès le mois de mai 1953, fut la première convention de cet ordre conclue par le Japon depuis le rétablissement de sa souveraineté. Il marque officiellement la consécration de rapports culturels déjà actifs et manifeste l’orientation très particulièrement favorable à la France de la vie intellectuelle japonaise.

187a) – La Maison franco-japonaise, fondée en 1924, avec l’appui de M. Paul CLAUDEL, alors Ambassadeur de France à Tokio, par un groupe de savants et de professeurs japonais amis de la France, est un organisme mixte. Il est subventionné  et contrôlé par le Ministère japonais de l’Education et par le ministère français des Affaires Etrangères. C’est un institut de recherches ne donnant pas d’enseignement et ayant pour objectif essentiel de faciliter les contacts entre intellectuels français et japonais, ainsi que de donner à des savants français la possibilité d’étudier la civilisation japonaise. Il reçoit à ce titre des pensionnaires français, le poste de directeur étant traditionnellement réservé à une personnalité scientifique française de premier plan. L’actuel titulaire est M. René CAPITANT. La Maison accueille, d’autre part, des personnalités françaises de passage à Tokio ou des chercheurs appartenant à d’autres organismes, notamment à l’Ecole Française d’Extrême-Orient.

188Cette institution représente pour la France un élément d’influence permanent d’autant plus fécond qu’il a permis d’établir les relations franco-japonaises sur la base scientifique la plus sérieuse et la moins soumise aux caprices de la politique ou de la mode. C’est sans doute pour une part à l’activité de la Maison franco-japonaise que l’on doit la reprise si rapide et si satisfaisante des échanges culturels entre les deux pays après la guerre.

189b) – Nos établissements officiels d’enseignement sont l’Institut franco-japonais de Tokio et l’Institut franco-japonais de Kyoto .

190Le premier, qui dépendait de la maison Franco-Japonaise a, depuis 1951, une existence distincte et occupe un bâtiment construit à cette fin par le Gouvernement français. Il est dirigé par K. Auguste ANGLES, agrégé de l’Université. Les cours sont assurés par des professeurs français envoyés de France ou recrutés localement, et par des professeurs japonais. Ces cours, qui ont connu depuis quelques années une extension considérable, – de 350 élèves en 1952, l’institut est passé à 2.000 et doitrefuser des inscriptions –, portent essentiellement sur la langue, la littérature et les différents aspects de la civilisation française. L’institut sert également de cadre à des manifestations culturelles françaises. Un programme d’agrandissement de bâtiments est en voie de réalisation.

191Le second, appelé l’Institut franco-japonais du Kansaï, est de création plus ancienne, il a été fondé en 1947 sur l’initiative de Paul CLAUDEL. Il a des activités analogues à celles de l’Institut de Tokio, bien que plus réduites. Il compte environ 600 élèves, pour la plupart recrutés parmi les étudiants de l’Université de Kyoto. L’actuel directeur est M. Charles GROSBOIS, ancien Conseiller culturel de notre Ambassade en Chine.

192D’autre part, un établissement laïc d’enseignement privé et des écoles religieuses fonctionnent au Japon, mais sans donner à la langue française une place aussi importante que nous le souhaiterions.

193c) – La coopération culturelle franco-japonaise n’es pas moins active que l’enseignement donné dans nos institutions. Son domaine est des plus varié.

194– s’il est difficile, en raison de la modicité des traitements, d’envoyer des professeurs français dans les universités et écoles japonaises, nos instituts et, en particulier celui de Tokio leur prêtent le concours de leurs professeurs.

195C’est ainsi que M. ANGLES est lecteur de français à l’Université de Waseda et que M. PINGUET, agrégé de l’Université, est lecteur à l’Université de Tokio. D’autre part, l’Alliance Française et de nombreuses sociétés franco-japonaises organisent de multiples cours de français ;

196– les missions françaises envoyées au Japon fort nombreuses et éminentes, sont centrées sur les disciplines suivantes :

197la médecine où, en dépit de l’influence croissante de l’Allemagne et avec le concours de la ’’Société de Médecine franco-japonaise’’, nous envoyons deux ou trois médecins français chaque année pour des cours et des conférences. Au "Congrès national de la Médecine" de 1954, la participation des médecins français a été brillante et s’est accompagnée d’une exposition du livre médical français, d’une exposition sur la vie hospitalière en France, de la projection de films. Le prochain congrès national fixé à l’année prochaine aura également une participation française. Dans certaines spécialités, le prestige de la médecine française reste sans rival.

198l’électronique, les mathématiques qui sont pour nous des domaines priviligiés : 2 ou 5 mathématiciens français vont chaque année au Japon .

199– la botanique, l’océanographie (qui bénéficie de l’intérêt très avisé de l’Empereur) ont été l’objet de missions très importantes, tout particulièrement l’envoi, pendant quatre mois, grâce à l’appui financier d’un grand journal japonais, du bathyscaphe.

200– Diverses manifestations culturelles, comme le Congrès du Pen Club, ont permis à des hommes de lettres en particulier André CHAMSON, de visiter le Japon et d’y donner des conférences.

201D’autre part la France a envoyé à l‘Exposition scientifique d’Osaka, qui se tient du 1er octobre au 1er décembre 1958, un important matériel scientifique.

202D’une manière générale, la coopération avec le Japon est dans ce domaine d’autant plus aisée que, fort bien renseignés sur la vie intellectuelle française, ce sont les savants et les universitaires japonais qui prennent souvent l’initiative des missions et choisissent eux-mêmes les conférenciers. En matière technique, la pratique japonaise de l’imitation des procédés étrangers retient parfois certains organismes français d’envoyer au Japon du matériel inédit. Le prix du voyage est également un obstacle, que l’aide financière de la presse japonaise permet dans certains cas de surmonter.

203– 30 étudiants japonais ont reçu une bourse pour la France en 1957-58 et 30, également, en 1958-59, dont 12 pour les lettres, 4 pour les beaux-arts, 6 pour les sciences, 5 pour la médecine.

204– Nous n’assurons naturellement pas au Japon, comme à l’Iran ou à l’Inde une assistance technique. Près de 30 bourses pour des stagiaires japonais ont néanmoins été prévues pour 1959.

205c) – la diffusion culturelle collective connaît au Japon un développement considérable qui n’apparaît pas comme résultant d’un engouement passager mais semble au contraire un phénomène stable encore que dans certains domaines il y ait peut-être quelques lassitude du public japonais. Le montant de la vente de nos films est passé de 86 millions de francs en 1955 à 218 millions en 1957 : toutes les classes de la société japonaise, et non ne seulement une élite, s’y intéressent ; plus qu’en France, les stars françaises y ont une popularité extraordinaire. Nos films culturels y sont, il va de soi, largement diffusés ;

206– un coopération active s’est établie avec la télévision et la radiodiffusion japonaises : à la première nous envoyons des séquences du ’’journal télévisé’’ et, bientôt, le "magazine télévisé" préparé par la R.T.F. en accord avec la Direction générale des Affaires culturelles du Ministère des Affairée Etrangères. Ce Département s’efforce également d’obtenir la possibilité de faire passer à la télévision japonaise les films dont il n’a acheté que les droits non commerciaux. Les disques français sont très largement utilisés par les organismes culturels japonais et dans nos instituts. La Radio les emprunte également ; elle reçoit aussi du représentant de la RTF à New York de nombreux programmes.

207– il n’existe pas de librairie purement française au Japon, mais les grands importateurs de livres y accordent une place importante à nos publications et ont des services fort bien renseignés sur les oeuvres françaises. Un grand nombre de traductions de livres français, y compris d’ouvrages de jeunes écrivains sans notoriété internationale, sont régulièrement offertes au public japonais. Nos exportations de livres de publications sont en augmentation continue (373 quintaux métriques en 1955, 484 en 1957 pour les livres, et, pour les périodiques ; 277 en 1955 et 332 en 1957). Des crédits de 800.000 frs et 250.000 frs ont été ouverts en 1958 à nos services culturels pour des dons aux bibliothèques japonaises et aux bibliothèques françaises au Japon.

208c) – Les échanges artistiques y sont actifs. En dehors de nombreuses initiatives privées – exportations de peintres japonais dans les galeries parisiennes, livres d’art, les grandes manifestations culturelles japonaises font largement appel à la France, tout particulièrement le Festival d’Osaka, où nous comptons envoyer en 1959 une compagnie de danse.

209La France a, d’autre part, organisé au Japon des manifestations particulières d’un très grand éclat, tout particulièrement la grande Exposition d’Art français de 1954, qui a reçu un million de visiteurs. Le Japon souhaite maintenant recevoir une exposition du même ordre à partir de l’impressionnisme : peintures, dessins, gravures et, si possible, sculptures. Le projet a été mis à l’étude pour 1960.

210D’autre part, en 1958, l’Exposition d’Art ancien japonais, organisée au Musée d’Art Moderne, en collaboration entre la France, les Pays-Bas, la Grande-Bretagne et l’Italie, a suscité un profond intérêt.

211Des musiciens français vont régulièrement au Japon, Prochainement le Théâtre populaire du Japon donnera des représentations de "Pelléas et Mélisande” avec une participation française brillante. Enfin il est prévu que la Compagnie Jean-Louis Barrault-Madeleine Renaud fera une tournée au Japon en 1960, si les crédits le permettent ./.

(24) Statesman, I septembre et 4 octobre 1960, controverses autour de l’héritage culturel à Chandernagor

(25) 24 novembre 1960, l’action culturelle allemande en Inde du Sud

212L’implantation culturelle allemande annoncée par l’ouverture du "Higher Technical Institute" à Madras où 2500 élèves sont destinés à être formés eux disciplines technologiques par des professeurs allemands, parait maintenant entrer dans une phase active. Le mois dernier, les services allemands procédaient à l’inauguration du Centre Culturel "Max Mueller Bhavan" ; un récital de piano, puis un concert sont venus attirer l’attention du public sur les aspects autres que ceux purement techniques de la culture allemande.

213Aujourd’hui, un Festival du Film vient parachever cette pénétration. A cette occasion, le Président Theodor Heuss a fait son arrivée dans la capitale dravidienne, accompagné d’une délégation comprenant, outre les membres de sa suite :

  • Dr. G. Schwarz, représentant les milieux cinématographliques allemands.

  • M. Horst Bucholz, vedette de cinéma

  • Mlle Marianne Koch, actrice

  • Mlle Sabina Sesselmann, vedette munichoise en renom.

  • Dr. Hans Borgelt, représentant l’Union des Exportateurs de films allemands

  • M. Arthur Brandt, représentant la Société Export Film Bischoff.

  • M. Hans M. Kehol, délégué de l’Union des Exportateurs de films allemands en Inde.

214Les visiteurs ont été fêtés au Palais du Gouverneur, à l’Hotel Woodlands et chez les vedettes du cinéma tamoul (qui figure parmi les grandes industries mondiales du film). Le même jour, le maire de Madras convoquait une réunion spéciale des notables de la ville pour contribuer d’urgence à un fonds d’assistance aux victimes des récentes inondations (il y en a plus de 100.000). Une première collecte rapportait sur place 10.000 roupies. Le Président Heuss ajouta sa contribution personnelle de 16.000 marks, soit plus de 17.000 roupies. Ce geste prit encore plus de valeur le lendemain (17 novembre) quand fut connu le montant dépêché à Madras par M. Nehru, au titre du "Prime Minister’s Fund" pour les sinistrés nationaux : 15.000 roupies.

215Les places réservées pour le Festival du Film, qui dura une semaine, étaient déjà presque toutes vendues avant la séance d’inauguration. Le montant total de la recette est destiné aux oeuvres de charité locales (Guild of Service).

216La presse publiait encore la nouvelle du contrat d’assistance que le Gouvernement de Bonn vient de passer avec celui de Delhi en matière économique.

217Le 20 novembre, le Président Heuss se rendait à Bangalore ; il était accueilli à l’aérodrome par le Président de la Chambre de Mysore, qui est aussi Président d’Honneur de l’Indo-German Culture Society". Le Gouvernement était représenté par le Ministre de l’Agriculture. Le but de la visite du Président Heuss était apparemment de procéder à l’inauguration d’un "Max Mueller Bhavan" qui vient d’être également instauré à Bangalore, où nombre d’experts allemands œuvrent auprès des services techniques et scientifiques du Gouvernement Fédéral installés dans ce Centre stratégique industriel.

°
° °

218Avant de quitter Bangalore, le Président Heuss a déclaré que sa tournée en Inde était effectuée à la requête du Vice-Président de l’Union Indienne ; il a par ailleurs marqué un certain étonnement à constater que Max Mueller paraît être plus populaire en Inde qu’il ne l’est en Allemagne. En fait, le célèbre philologue allemand s’était exilé en Grande-Bretagne où il fit carrière à Oxford : les services de propagande allemands ont l’habileté d’exploiter le renom de Max Mueller auprès de l’intelligentsia locale, qui voit en lui le plus grand et le plus sympathique des indianistes occidentaux.

(26) 20 décembre 1960, la Semaine France-Inde à Chennai

(27) Le 5 mars 1961, extraits des instructions de la direction des Affaires culturelles au nouvel ambassadeur Jean-Paul Garnier

v – QUESTIONS CULTURELLES

219L’écrasante prépondérance anglaise, politique, économique et surtout linguistique, ainsi que l’étendue du pays et la mesure de sa population, limitent évidemment, dans le domaine culturel nos possibilités d’action efficace en Inde et nous interdisent de lui donner priorité dans l’ensemble de notre effort en Asie du Sud-Est. Il s’y révèle néanmoins de modestes, mais intéressantes perspectives d’enseignement du français à certaines élites, de développement de notre coopération technique et scientifique, de plus large diffusion enfin de nos livres et de nos films.

2201° – En matière d’enseignement, l’essentiel de notre dispositif, surtout sous l’angle financier, est constitué par les établissements de Pondichéry (l’Institut Français spécialisé dans l’indologie et la recherche scientifique) le Collège médical avec un centre audiovisuel, l’Alliance Française ; un Collège et un établissement religieux ; le Collège Français). Ce collège compte 450 élèves répartis dans l’ensemble des classes d’un cycle d’enseignement complet, de la onzième au Baccalauréat. Son avenir ne laisse pas toutefois d’être préoccupant, les autorités indiennes n’ayant pas encore fait savoir quelle position elles entendaient adopter en matière d’équivalence de diplômes.

221On peut se demander, au reste, si le Collège pourra être longtemps maintenu en sa forme actuelle ; en effet, ses élèves n’ont désormais plus du français qu’une connaissance livresque et souvent incertaine, leurs familles s’exprimant en tamoul ou – pour les plus évoluées – en anglais. Il conviendrait, sans doute dans ces conditions, de transformer radicalement la destination du collège et, tout en gardant un enseignement français, d’axer celui-ci sur une discipline bien déterminée ; une telle formule permettrait par exemple de faire de l’établissement un Collège préparatoire au Collège Médical indien de Pondichéry. Ce nouvel établissement recruterait, au besoin par concours, ses élèves dans l’ensemble de l’Inde, les Pondichériens bénéficiant do certaines facilités d’entrée. Une autre formule, plus réaliste peut-être et sûrement moins coûteuse, consisterait à remettre les bâtiments du Collège aux autorités indiennes, sous la réserve que celles-ci acceptent le maintien d’un enseignement en français ou, à défaut, un enseignement intensif du français comme première langue étrangère.

222Ce complexe assez lourd, maintenu surtout pour des motifs d’intérêt local, compliqués d’incidences en France, apparaît disproportionné à son rendement réel, la situation géographique de Pondichéry, la médiocrité des effectifs, parfois même de l’enseignement, le manque de débouchés des éléments qui y sont formés ne lui permettent guère de jouer dans l’ensemble do l’Inde, un rôle vraiment efficace. Les Indiens eux-mêmes s’étonnent de l’importance que nous y attachons. La Direction Générale des Affaires culturelles et techniques envisage donc de l’élaguer sensiblement.

223En revanche, les Centres culturels, dotés pour la plupart de laboratoires audio-visuels, pour l’enseignement accéléré du français, ont touché, par an, en moyenne 3.000 élèves. Les ’’Alliances Françaises", que nous entretenons à Calcutta, Bombay, Delhi et Madras, nous permettent d’atteindre, d’initier au français et, éventuellement, d’envoyer se perfectionner on France un public beaucoup plus intéressant : étudiants, cadres universitaires et administratifs, techniciens et artistes. C’est là, ainsi que dans la multiplication de nos quelques lectorats auprès des Universités indiennes (trois dépendant du Département et plusieurs autres recrutés directement par les Universités), que doit porter surtout notre action en ce domaine.

224Elle serait très utilement complétée par la construction rapide à Paris du pavillon indien à la Cité Universitaire, dont le principe est déjà approuvé par le Gouvernement de New-Delhi,

225[…] ment apprécié lorsqu’il parvient à se faire jour.

226Dans le domaine des Echanges culturels, les relations entre les institutions scientifiques indiennes et nos savants se développent. De nombreux mathématiciens, physiciens, médecins français de réputation internationale, enseignent chaque année dans les Instituts de Bombay, New-Delhi et Calcutta et participent à des réunions internationales.

227Un pas important pourrait être franchi, grâce aux informations que notre Ambassadeur nous fera tenir, si l’on parvenait à mieux connaître en Inde les travaux de réputation internationale accomplis en France dans les disciplines telles que l’économie, la statistique, la sociologie, la démographie, etc...

228Enfin, nous pourrions recevoir davantage de visiteurs, si des invitations étaient adressées, à des personnalités indiennes qui se rendent en Europe, car nous ne pouvons prendre en charge que les frais de voyage de quelques invités par an.

229La diffusion commerciale du livre français se borne à des chiffrée infimes (203 Q.M. pour une valeur de 148.000 N.F. de livres en 1960) ; celle de nos films est encore moindre. Outre les difficultés monétaires, le principal obstacle est celui de la langue – nécessité de passer par l’anglais – et l’inadaptation do nos éditeurs et distributeurs, devant un marché à peu près inexploré. Le succès de notre "Festival du Film" en 1959, a cependant prouvé qu’il existait un public pour notre production.

230Un sérieux effort est fait, en revanche, en matière de diffusion non commerciale de nos livres, de nos courts métrages cinématographiques et de nos disques. Un projet est à l’étude de création d’une bibliothèque centrale de prêt par correspondance, à New-Delhi.

231L’action de la R.T.F. est limitée à la traduction de quelques causeries pour l’All India Radio et l’enregistrement de messages de personnalités françaises à l’occasion du Centenaire de Rabindranath Tagore. Elle est toutefois disposée à envoyer un cours d’enseignement du français, si les Indiens en exprimaient le désir.

232Après la tournée, en 1960, du Mime Marceau, il n’est pas prévu de manifestations théâtrales cette année. En revanche, participons à une Exposition Internationale de Peinture, mais les conditions climatiques rendent ces projets difficiles.

233En outre, des expositions photographiques beaucoup plus nombreuses pourraient être organisées sur des thèmes d’ordre historique, littéraire et scientifique. Elles nécessitent, cependant, de gros frais en raison de leur transport indispensable par avion.

234Il apparaît on conclusion, une très grande disparité entre nos moyens et les besoins de notre action, compte tenu des dimensions de l’Inde et des aspirations qui s’y manifestent de plus en plus vis-à-vis de notre culture. Cette disparité, inévitable, n’a guère de chances de s’atténuer. Les observations qui précèdent montrent qu’elle n’empêche pas, en certains secteurs-clefs, une action efficace. C’est à notre Ambassadeur de préciser, au mieux des circonstances locales, l’orientation et les modalités./.

(28) Le 25 avril 1961, note sur l’action culturelle de la France en Inde

NOTE

A.s. Action culturelle de la France en Inde et son avenir.

235L’action culturelle française en Inde connaît, depuis l’accession de ce pays à l’indépendance, une faveur marquée, quoiqu’elle ne puisse prétendre concurrencer l’influence anglo – saxonne, demeurée prépondérante, et que, pour des impératifs d’ordre budgétaire, elle soit encore limitée à quelques grands centres. Elle s’exerce par les moyens suivants :

2361°/ La présence de 4 lecteurs de français dans les Universités de Madras, Ayderabad, Bombay et New-Delhi, et la création, actuellement en cours, de trois autres lectorats à Bengalore, Poona et Annamalaï ;

2372°/ l’activité des Centres culturels français de New-Delhi et de Calcutta, et des Alliances françaises de Bombay, New-Delhi, Madras et Pondichéry, qui apportent des cours de langue et civilisation françaises et des manifestations culturelles à un public dépassant 2.000 élèves ou auditeurs ;

2383°/ la création, pour l’enseignement accéléré de la langue française aux futurs stagiaires de coopération technique, de Centres audio-visuels à Bombay, Calcutta, New-Delhi et Pondichéry.

2394°/ Mais c’est le rôle traditionnel joué par notre langue et notre culture à Pondichéry qui nous impose le plus important effort financier. En effet, sur un budget d’enseignement de 1.767.000 NF en Inde, Pondichéry absorbe 1.045.000 NF se répartissent ainsi :

  • 10.000 NF pour les établissements religieux.

  • 40.000 NF pour l’Alliance Française et son laboratoire audio-visuel.

  • 310.000 NF pour l’Institut Français de Recherches qui comporte deux sections d’indologie et de biologie végétale.

  • 685.000 NF pour le Collège Français.

240Ce collège, qui scolarise environ 400 élèves, est en dépit des économies déjà réalisées, l’un des plus coûteux parmi ceux que la Direction Générale des Affaires Culturelles et Techniques entretient à l’étranger.

°
° °

241Les circonstances qui contribuaient à faire de Pondichéry une terre d’expression française se sont considérablement transformées. Pondichéry regardant désormais, par la force des choses, vers l’Union indienne beaucoup plus que vers la France ou les pays qui relevaient anciennement de l’obédience française, notre langue a perdu, par le seul fait de cette situation, sa position de langue privilégiée. Les élèves du Collège Français, dont la langue maternelle est le tamoul, peuvent consacrer aux disciplines françaises le plus clair de leurs études : il n’en reste pas moins que l’anglais les sollicite de jour en jour davantage.

242Le problème fondamental de l’enseignement français à Pondichéry est qu’il n’a pu jusqu’ici s’adapter à la nouvelle situation. Notre enseignement secondaire conduit, comme par le passé, les élèves au baccalauréat français, alors qu’aucune équivalence ne leur permet de régler leur situation avec les Universités indiennes, qu’ils sont peu préparés à passer de notre système à un système universitaire de tradition anglo-saxonne et que le nouvel Etat indien ne peut leur offrir, en raison de ces mêmes traditions, que des emplois secondaires, voire subalternes. L’enseignement français à Pondichéry est au propre, dans le système actuel, une survivance sans objet.

243Il faut donc obtenir des autorités de New-Delhi que Pondichéry devienne réellement, sur le plan culturel, un témoignage d’association étroite entre les systèmes universitaires des deux pays. La coopération envisagée, dont il faut bien reconnaître que les Indiens n’ont pas paru, jusqu’ici, ressentir la nécessité, pourrait consister dans la mise au point, au Collège de Pondichéry d’un type d’enseignement analogue à celui qui fut instauré au lycée Galata Saray d’Istanbul, et appliqué par la suite, avec une égale efficacité, au lycée Hsteklal de Caboul, puis aux lycées égyptiens d’Héliopolis, de Port-Saïd et de Zamalck.

244Dans cette formule, les dépenses sont réparties, à parts sensiblement égales, entre le Gouvernement local et le Gouvernement français, ce dernier assurant le paiement des professeurs français détachés par lui. L’établissement envisagé dispense un enseignement de type local, suivant les programmes et en fonction des examens du pays considéré, à cette réserve, essentielle pour la France, que les examens, qu’ils soient turcs, afghans eu égyptiens, préparés dans ces conditions, le sont entièrement en langue française, sauf en ce qui concerne les matières dites nationales : histoire et géographie du pays considéré, éducation civique et religieuse.

245Un éventuel accord culturel franco-indien devrait donc stipuler l’institution au Collège de Pondichéry, d’un système de ce genre. L’établissement, intégré au système scolaire indien la …rerait l’enseignement des matières nationales dans la langue choisie par les autorités locales, l’enseignement du français et … l’enseignement en français des matières littéraires et surtout scientifiques.

246Une telle solution aurait l’avantage, tout en plaçant les autorités indiennes devant leurs responsabilités, de permettre à la France d’assurer ses positions culturelles à Pondichéry, et aux élèves de l’ancien comptoir de ne pas être étrangers au système universitaire de leur pays. Il va sans dire que l’institution de ce nouveau type d’enseignement à Pondichéry devrait s’accompagner de la reconnaissance, par les autorités indiennes, pour les élèves du Collège, d’une option française aux examens indiens sanctionnant les divers stades du cycle secondaire.

247L’accord culturel à intervenir devrait également prévoir une participation indienne aux frais de fonctionnement de l’Institut de Recherches de Pondichéry, lequel comprend, on l’a vu, une section d’indologie et une section de biologie végétale, spécialisés dans les recherches relatives à la flore du sud de l’Inde. Sous réserve d’une acceptation, par les autorités de New-Delhi, de cette participation financière, l’on pourrait envisager dans chacune des deux sections de l’Institut, d’accueillir des chercheurs indiens qui travailleraient côte à côte avec leurs collègues français ; de plus, l’Institut pourrait se voir doter, selon une formule voisine de celle qui est appliquée à la Maison franco-japonaise de Tokyo ou à l’Institut d’Archéologie orientale du Caire, d’un Comité de patronage groupant savant français et indiens qui pourraient ainsi établir et contrôler, en étroite collaboration, le programme des activités de l’Institut.

248Il s’agirait donc, en somme, d’obtenir des autorités indiennes qu’elles consentent à prendre leur part des responsabilités qu’exige le maintien à Pondichéry d’un enseignement français adapté aux réalités nouvelles. Dès lors, cet enseignement, qui prendrait valeur de témoignage et d’exemple, ne manquerait pas, comme il l’a fait par le passé, de rayonner sur les Etats du sud de l’Inde ./.

(29) Premier télégramme de l’ambassadeur du 24 octobre 1961 sur l’action culturelle de la France en Inde

(30) Deuxième télégramme de l’ambassadeur du 24 octobre 1961 sur l’action culturelle de la France en Inde

Atlas de l’Annuaire diplomatique et consulaire (1930)

Atlas de l’Annuaire diplomatique et consulaire (1930)

Atlas de l’Annuaire diplomatique et consulaire.

Atlas de l’Annuaire diplomatique et consulaire.

Atlas de l’Annuaire diplomatique et consulaire (1914)

Atlas de l’Annuaire diplomatique et consulaire (1914)

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/ifp/docannexe/image/8373/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 317k
URL http://books.openedition.org/ifp/docannexe/image/8373/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 150k
URL http://books.openedition.org/ifp/docannexe/image/8373/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
URL http://books.openedition.org/ifp/docannexe/image/8373/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 117k
URL http://books.openedition.org/ifp/docannexe/image/8373/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
URL http://books.openedition.org/ifp/docannexe/image/8373/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 117k
URL http://books.openedition.org/ifp/docannexe/image/8373/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 41k
URL http://books.openedition.org/ifp/docannexe/image/8373/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 435k
URL http://books.openedition.org/ifp/docannexe/image/8373/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 97k
URL http://books.openedition.org/ifp/docannexe/image/8373/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 173k
URL http://books.openedition.org/ifp/docannexe/image/8373/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 70k
URL http://books.openedition.org/ifp/docannexe/image/8373/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 475k
URL http://books.openedition.org/ifp/docannexe/image/8373/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
URL http://books.openedition.org/ifp/docannexe/image/8373/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 89k
URL http://books.openedition.org/ifp/docannexe/image/8373/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 159k
URL http://books.openedition.org/ifp/docannexe/image/8373/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 86k
URL http://books.openedition.org/ifp/docannexe/image/8373/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 67k
URL http://books.openedition.org/ifp/docannexe/image/8373/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 133k
URL http://books.openedition.org/ifp/docannexe/image/8373/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 50k
URL http://books.openedition.org/ifp/docannexe/image/8373/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 360k
URL http://books.openedition.org/ifp/docannexe/image/8373/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
URL http://books.openedition.org/ifp/docannexe/image/8373/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 189k
URL http://books.openedition.org/ifp/docannexe/image/8373/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 147k
URL http://books.openedition.org/ifp/docannexe/image/8373/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 78k
URL http://books.openedition.org/ifp/docannexe/image/8373/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 86k
URL http://books.openedition.org/ifp/docannexe/image/8373/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 59k
URL http://books.openedition.org/ifp/docannexe/image/8373/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
URL http://books.openedition.org/ifp/docannexe/image/8373/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
URL http://books.openedition.org/ifp/docannexe/image/8373/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 42k
URL http://books.openedition.org/ifp/docannexe/image/8373/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 138k
URL http://books.openedition.org/ifp/docannexe/image/8373/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 118k
URL http://books.openedition.org/ifp/docannexe/image/8373/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
URL http://books.openedition.org/ifp/docannexe/image/8373/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 330k
URL http://books.openedition.org/ifp/docannexe/image/8373/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 4,2k
URL http://books.openedition.org/ifp/docannexe/image/8373/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 117k
URL http://books.openedition.org/ifp/docannexe/image/8373/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
URL http://books.openedition.org/ifp/docannexe/image/8373/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 173k
URL http://books.openedition.org/ifp/docannexe/image/8373/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
URL http://books.openedition.org/ifp/docannexe/image/8373/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 63k
URL http://books.openedition.org/ifp/docannexe/image/8373/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
URL http://books.openedition.org/ifp/docannexe/image/8373/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 90k
URL http://books.openedition.org/ifp/docannexe/image/8373/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
URL http://books.openedition.org/ifp/docannexe/image/8373/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 102k
URL http://books.openedition.org/ifp/docannexe/image/8373/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 61k
URL http://books.openedition.org/ifp/docannexe/image/8373/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
URL http://books.openedition.org/ifp/docannexe/image/8373/img-46.jpg
Fichier image/jpeg, 103k
URL http://books.openedition.org/ifp/docannexe/image/8373/img-47.jpg
Fichier image/jpeg, 5,9k
URL http://books.openedition.org/ifp/docannexe/image/8373/img-48.jpg
Fichier image/jpeg, 194k
URL http://books.openedition.org/ifp/docannexe/image/8373/img-49.jpg
Fichier image/jpeg, 107k
URL http://books.openedition.org/ifp/docannexe/image/8373/img-50.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Atlas de l’Annuaire diplomatique et consulaire (1930)
URL http://books.openedition.org/ifp/docannexe/image/8373/img-51.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Atlas de l’Annuaire diplomatique et consulaire.
URL http://books.openedition.org/ifp/docannexe/image/8373/img-52.jpg
Fichier image/jpeg, 429k
Titre Atlas de l’Annuaire diplomatique et consulaire (1914)
URL http://books.openedition.org/ifp/docannexe/image/8373/img-53.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M

© Institut Français de Pondichéry, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search