Version classiqueVersion mobile

Les relations extérieures de l'Inde (I)

 | 
Jean Filliozat

Introduction

Texte intégral

1La fondation d’un Institut français d’études indiennes à Pondichéry en 1955 a été destinée à constituer au sein même du pays et auprès du peuple objets des recherches, un centre de documentation et de travail pour l’indianisme français, né au XVIIe siècle du contact de la France avec l’Inde en diverses régions de celle-ci, et particulièrement à Pondichéry.

2La caractéristique de ce contact a été le fait que l’érudition indienne a fourni tout de suite une ample documentation à l’érudition française très tôt consciente de l’importance de l’Inde dans l’ensemble du monde passé et présent. Les savants français, de leur côté, ont tout de suite apporté en contrepartie, pour complément ou pour recoupement des données fournies par les savants indiens, celles que les études gréco-latines et les études orientales, arabes, persanes, turques et chinoises déjà cultivées, pouvaient commencer à fournir sur l’Inde et sur sa place en Asie et par rapport à l’Europe.

3C’est ainsi que l’Inde est ressortie d’un isolement temporaire d’avec le reste du monde intellectuel et que son histoire est entrée dans la perspective universelle où elle avait figuré dans l’Antiquité—c’est un historien gaulois, Trogue-Pompée, dont l’œuvre nous l’atteste spécialement— mais d’où les cloisonnements religieux du Moyen-Age l’avaient exclue. Et la première branche d’études indiennes ouverte par le concours des savants de France et de Pondichéry, Joseph Deguignes et Maridas Pillai, a été celle des relations extérieures de l’Inde. Or on ne savait pas encore, il y a deux cents ans que Pondichéry avait été déjà dix-sept siècles plus tôt un point de contact du monde indien avec le monde gréco-romain. On le sait aujourd’hui grâce aux trouvailles et aux fouilles des environs immédiats de Pondichéry, au site de Virapatnam-Arikamedu reconnu par Jouveau-Dubreuil et le Fr. Faucheux, fouilles qui ont mis au jour les traces évidentes du commerce pratiqué entre l’Inde du Sud et l’Empire Romain au Ier siècle de l’ère chrétienne. On sait aussi aujourd’hui que ce commerce s’est prolongé dès les premiers siècles vers l’Extrême-Orient. M. Malleret en a découvert les apports tant romains qu’indiens, en Cochinchine, au site d’Oc Eo. Et c’est précisément au site de Virapatnam-Arikamedu qu’est venu s’établir au XVIIIe siècle, comme relais entre l’Europe et cette même Cochinchine, le séminaire dit des Cochinchinois.

4Pondichéry s est donc trouvé bien des fois une escale importante sur la grande route maritime à travers le monde eurasiatique dont l’Inde est le centre. Là particulièrement, il convient, aujourd’hui d’étudier les relations de l’Inde avec les pays étrangers qui ont eu avec elle des échanges de biens et d’idées. D’où l’entreprise de la présente collection d’études.

© Institut Français de Pondichéry, 1956

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search