Version classiqueVersion mobile

Les rondes de saint Antoine

 | 
Brigitte Sébastia

Avant propos

Texte intégral

À la mémoire du dr. Ittacandy Sourindhrin

1Il n’aurait pas été possible de mener avec précision cette étude sans une longue présence sur le terrain. Cela a été facilité par l’attribution d’une bourse de recherche de l’Institut français de Pondichéry (IFP) qui m’a permis également de bénéficier des compétences de nombreuses personnes boursières, affiliées ou salariées de l’IFP. Il est impossible d’ouvrir cet ouvrage sans avoir une pensée affectionnée pour toutes les personnes croisées à Puliyampatti qui ont nourri l’analyse et la réflexion. Ma gratitude s’adresse tout particulièrement aux nombreux patients qui m’ont témoigné de l’amitié et se sont prêtés à l’étude en acceptant de répondre à mes questions et d’être photographiés malgré la situation de détresse dans laquelle ils se trouvaient. Bien souvent, en écoutant leurs récits de vie, plus terrifiants les uns que les autres, j’ai été étonnée par leur grande capacité à contrôler leur détresse. En dépit de l’affliction et l’extrême pauvreté d’un bon nombre de patients et de leurs familles, l’atmosphère du sanctuaire est rarement oppressante grâce aux relations d’amitié et de solidarité nouées au cours du séjour et à la capacité à accepter les situations tragiques.

2L’étude de ce sanctuaire a largement bénéficié de l’aide du père Lurduraj, chargé de la paroisse au moment de l’étude. Je tiens vivement à le remercier ainsi que les villageois de Puliyampatti qui m’ont réservé un excellent accueil, invité à toutes les occasions festives, et qui ont, comme Susaikaninadar, l’ancien catéchiste ou le barbier ampattaṉ, contribué à la richesse de ce travail. Ma profonde gratitude s’adresse aux nombreuses personnes qui, à un moment ou à un autre, m’ont apporté leur aide en Inde, et tout spécialement au docteur Idyakandy qui a eu la gentillesse de me faire assister à ses consultations de psychiatrie, à mes deux assistants traducteurs, Adi et Little flower, dont les qualités relationnelles, la ténacité et l’habilité à ajuster les questions ont incontestablement enrichi le contenu des entretiens, ainsi qu’à mon époux Christian qui, en plus de me faire partager ses impressions, a réalisé le plan castral du village, un CD de photographies et un film ethnographique.

3Enfin, mes vifs remerciements s’adressent à toutes les personnes qui ont pris le temps de lire ce manuscrit et de me faire part de leurs remarques : Marine Carrin, Jean Pierre Albert, Inès Zupanov, Robert Deliège et Jean Benoist, à celles qui ont rendu possible sa publication : Laurent Pordié et Anne-Marie Moulin, ainsi que l’IFP et les éditions Aux lieux d’être.

© Institut Français de Pondichéry, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search