Version classiqueVersion mobile

La ville, la maison

 | 
Robert Dulau

La maison

Texte intégral

1La maison est le lieu privilégié où l’on habite. Quelles que soient ses dimensions, sa beauté, sa valeur même, le lieu où l’on vit n’est jamais un espace neutre, ordinaire, indifférencié. Le lieu où "j’habite" garde toujours sa spécificité, son caractère exemplaire puisque chaque jour, chaque nuit je l’investis de ma présence.

2Dans le chapitre sur la rue, on a tenté de mettre en lumière certaines spécificités des maisons tamoules et des anciennes maisons coloniales. Mais on a volontairement préféré se borner à la vision, à la perception que l’on peut avoir des maisons en se promenant dans la rue. A présent, il s’agit de continuer l’exploration et d’entrer dans l’intimité de la maison. Notre attention se portera plus particulièrement sur la maison tamoule traditionnelle. A ce propos, on tentera d’identifier les différentes pièces, d’en analyser la répartition et de voir en quoi l’ensemble de ces informations nous éclairent sur la notion "d'adaptation à un milieu" et nous renseignent sur les traits spécifiques d’une culture.

3La maison tamoule traditionnelle, à Pondichéry, se décline de façon différente selon qu’il s'agit d’une simple demeure de village "transplantée" en milieu urbain ou d’une maison nettement plus élaborée pouvant comporter deux, voire trois cours intérieures et, parfois, deux étages.

4Dans ces lignes, on s’attachera plus particulièrement à présenter une vision simplifiée de la maison tamoule ordinaire bâtie en rez-de-chaussée telle qu’on peut la voir encore à Pondichéry. Rappelons que ces maisons sont construites en brique et mortier de chaux. Le toit se compose de tuiles canal en terre cuite, la terrasse est en brique, les supports, les colonnes du tiṇṇai, de la véranda et de la cour intérieure sont généralement en bois.

5La répartition des espaces obéit à un souci de protection et de fonctionnalité. Mais ces deux notions doivent être reliées à trois autres critères : la société, la famille, la nature.

Description sommaire de la maison

6Après avoir traversé le tiṇṇai, franchi le seuil de la porte d’entrée (une marche marque une première limite entre l’espace domestique et l’espace public), on pénètre dans un corridor qui mène à la cour intérieure.

7Dans la portion d’espace située entre la porte d’entrée et la cour intérieure, le corridor dessert une ou deux pièces dont l’usage n’est pas absolument défini. Elles peuvent être destinées à l’accueil d’une personne étrangère, à l’étude, ou ne sont parfois qu’un simple poste d’observation. Il faut signaler que seules ces deux pièces, qui possèdent des fenêtres étroites, donnent sur la rue. (Il est relativement rare, en effet, de trouver des fenêtres dans les autres pièces.) L’ensemble des autres pièces ne reçoit ainsi jamais directement la lumière. Elles ne sont éclairées que par la lumière zénithale provenant de la cour intérieure, ou bien par la lumière de l’arrière-cour à ciel ouvert quand la porte est ouverte. Le corridor conduit à la cour intérieure, le "murram". Le murram est un espace intérieur à ciel ouvert. De forme généralement carrée, il est supporté par des colonnes en bois. Parfois le murram peut recevoir une sorte de dais de protection en bambou destiné à empêcher le soleil de frapper l’intérieur de la maison. Le niveau du sol du murram est situé au-dessous du niveau de la margelle. Il récolte directement les eaux pluviales.

8De part et d’autre du murram, des pièces, généralement sans fenêtres, sont destinées notamment au repos et au sommeil.

9Quand on quitte le murram pour aller vers la cuisine et vers la pièce réservée au stockage des denrées, on emprunte à nouveau un corridor situé dans le même axe que le premier couloir d’entrée de la maison. Ce deuxième corridor dessert la cuisine et la réserve. Originellement, le combustible utilisé était le bois.

10La cuisine ouvre directement sur une cour fermée, bordée d'un mur, comprenant généralement un puits, les toilettes et une pièce pour les ablutions.

11La répartition et la qualification des espaces dans la maison tamoule reflète la subtilité des rapports et des usages existant dans une vie communautaire et familiale ordinaire.

12Trois zones peuvent être délimitées : un espace semi-ouvert qui autorise et accepte la venue de l’étranger, un espace semi-ouvert avec des zones d’intimité renforcée, un espace ouvert qui clôt la maison.

13La première zone comprend la véranda, le tiṇṇai, éventuellement les pièces desservies par le premier corridor Cet espace, qui s’ouvre vers l'extérieur, est plus spécialement réservé aux relations que l’on entretient avec le monde. C’est par excellence l’espace des échanges, des rencontres entre voisins et parfois des activités professionnelles ; c’est aussi un lieu de repos, de fraîcheur et d’observation pour les personnes âgées. Le passant peut être admis à se reposer sous le tiṇṇai, mais selon le degré d’intimité que la famille lui reconnaît, il franchira ou non la première limite que constitue le seuil de la maison.

14Le passage d’une zone à une autre s’effectue au moyen de divers franchissements caractérisés par des marques sensibles seuil de la porte, marches séparant la cour intérieure de la cuisine, marche isolant les pièces en front de rue de la cour intérieure. Toutes ces marches, limites, constituent des paliers se traduisant par une différence de niveau au sol. Ces franchissements forment des étapes, des degrés, limites fines entre les différentes natures d'espace.

15La seconde zone, le murram, constitue le point central de la maison. Espace intérieur à ciel ouvert, il laisse pénétrer la lumière. C’est une sorte de lien entre la nature et l’habitat. Il met en relation avec le ciel (expression d’une certaine verticalité) la cour intérieure, dite aussi espace de Brahma, mais il ancre aussi l’ordinaire de la vie dans les occupations domestiques (expression d’une certaine horizontalité). Il autorise aussi le regard à se porter vers la rue. En un sens, le murram semble être un espace ambivalent, ouvert et fermé à la fois.

16La porte d’entrée et le corridor franchis, on pénètre dans le murram. Pénétrer dans le murram, après s’être déchaussé, c’est entrer en intimité avec le rythme de la vie familiale de la maison. Le murram semble être une sorte de point d’équilibre entre l’extérieur, la nature en tant qu’environnement et la famille.

17Autour du murram, sous la véranda intérieure (tālvāram) qui enserre la cour, se déroule l’essentiel des actes de la vie communautaire. C’est un lieu de retrouvailles, de repos, de parole aussi.

18Autour du murram également, s’articulent des pièces généralement closes, sans fenêtres. L’une d’entre elles sert d’oratoire : la cāmi-arai, chambre du Dieu que l'on vénère et que l’on sert. Les autres pièces permettent à certains moments de pouvoir s’isoler. Elles deviennent alors un lieu d’intimité renforcée destiné au sommeil et propice à "se retrouver".

19Le second corridor permet l’accès à la cuisine. Celle-ci et la réserve dans une moindre mesure, sont strictement un espace féminin. Le corridor traduit la répartition des tâches et place cette zone sous influence féminine par excellence (dans les maisons tamoules élaborées, on peut trouver des cours intérieures, les unes plutôt réservées aux femmes, les autres plutôt aux hommes).

20La cour "de derrière" constitue l’ultime partie de la maison tamoule. Elle est bornée par un mur ; parfois une porte donne sur la rue (s'il s’agit d'une parcelle traversante). Cet espace, qui jouxte la cuisine, est en étroite liaison avec l’espace féminin, sans toutefois être un lieu exclusivement réservé aux femmes. Un puits, quelques arbres structurent l’espace. Mais il ne s’agit ni d’un jardin ni d’un potager, plutôt d’un espace fonctionnel en liaison avec les occupations domestiques.

Quelques aspects historiques

21La maison, comme une langue maternelle, reflète une part de culture. La maison n’est pas seulement un simple abri qui nous protège, elle raconte aussi l’histoire qui est la nôtre. Les racines de la maison tamoule remontent loin dans le temps. Le mot "murram" apparaît dans les textes littéraires dès le deuxième siècle. Dans sa présentation du Vāstuśāstra attribué à Viśvakarmā, M. Vāsudeva Śāstrī remarque que le commentaire dit clairement que "toute maison, toute habitation doit posséder une cour intérieure". La cour intérieure, appelée "catvara" en sanskrit, symbolise les yeux. Une maison, une habitation dépourvue de cour intérieure est comparée à un homme aveugle. Il est dit également que la cour intérieure peut recevoir un dais ; suivent des considérations sur les aspects fonctionnels de la maison. La fonctionnalité est l’une des caractéristiques de la maison tamoule.

22L’adaptation au milieu est souvent une des priorités de celui qui construit une maison. Il s’agit de se protéger des conditions climatiques particulièrement éprouvantes. La lutte contre la chaleur se traduit par la recherche d’ombre et d’air (d’autant plus qu’à Pondichéry l’écart de température entre l’été et la saison des pluies n’excède pas 8 degrés centigrades — la moyenne des températures, en effet, oscille entre 25° C et 33° C). Or la maison tamoule est conçue de telle façon qu’elle ménage le plus possible des espaces d’ombre et de fraîcheur. Peu d’ouvertures sont pratiquées dans les murs, hormis sur la façade principale de la maison. La présence du tiṇṇai prolongé par le toit de la véranda crée des espaces retirés qui isolent de la lumière directe du soleil. A travers la cour intérieure, les corridors, et les portes largement ouvertes se produisent une circulation d’air et une ventilation naturelle qui procurent une sensation de fraîcheur. La présence d’un dais qui vient parfois couronner la cour intérieure accentue encore la pénombre.

23Les matériaux de construction expriment également ici tout particulièrement l’influence du milieu, d’autant plus qu’ils sont issus du milieu lui-même. La brique, boue argileuse cuite fait encore partie, dans le Tamil Nadu, d’une tradition culturelle vivante. (Cette tradition dans les maisons construites aujourd’hui est partiellement abandonnée ; les superstructures sont en béton, seul le remplissage demeure en brique.) Les murs en briques d’environ trois pieds de large retiennent peu de la chaleur extérieure. Un mur directement exposé au soleil met de quatre à cinq heures pour absorber la chaleur. La maison traditionnelle était généralement couverte de tuiles canal. Ce mode de construction est actuellement en voie de disparition en site urbain.

24La maison tamoule traditionnelle constitue l’exemple même d’une maison intelligente, parfaitement bien adaptée à un milieu. Cette adaptation est particulièrement remarquable dans la mesure où les contraintes imposées et fixées par la nature d’un climat n'ont nullement empêché l'invention, la création de formes spécifiques qui peuvent s’insérer dans une analyse typologique.

25Les maisons tamoules en site urbain témoignent d’un art populaire particulièrement élaboré et codifié. Les reconnaître, tenter de les préserver, c’est toujours tenter de redonner "sens" au lieu et de se réapproprier son patrimoine.

***

26La maison que vous habitez est-elle une maison traditionnelle ? Une maison moderne ? Un autre type d'habitat ?

27Quelles différences essentielles relevez-vous entre ces deux modes d’habitat ?

28Quels sont, selon vous, les avantages respectifs de la maison traditionnelle et de la maison moderne ?

29Quels sont les matériaux de construction utilisés dans la maison tamoule ? Dans la maison moderne ?

30Quelles différences peut-on relever entre la façade d’une maison moderne et celle d’une maison traditionnelle ? L’organisation des espaces extérieurs et intérieurs est-elle la même ?

31Pensez-vous que la maison tamoule traditionnelle puisse s’adapter aux exigences de confort demandées par les propriétaires ?

32Avez-vous le sentiment que la maison moderne telle qu’elle est vantée dans les publicités corresponde vraiment à un "idéal" d’habitat ?

33Dans quelle mesure peut-on dire que la maison tamoule traditionnelle nous renseigne sur l’histoire de la culture tamoule ?

© Institut Français de Pondichéry, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search