Version classiqueVersion mobile

La ville, la maison

 | 
Robert Dulau

Quelques éléments de géographie physique et humaine pour explorer Pondichéry et son site

Texte intégral

1Une ville ne surgit pas au hasard, elle s’inscrit dans un site particulier. Le climat, la nature du paysage nous renseignent sur les traits essentiels de 1 environnement qui ont permis un mode spécifique d’implantation humaine.

2Reconnaître une ville, c’est pouvoir la localiser sur une carte. Pondichéry est située sur la côte est de l’Inde, appelée côte du Coromandel, face au golfe du Bengale. Sa latitude est de 12°5’et sa longitude de 79°6’.

3Le relief à Pondichéry et dans le territoire est très peu prononcé, ce qui explique que sur un socle aussi régulier les rivières arrivent perpendiculairement à la côte.

4Comprendre une ville géographiquement, c’est aussi identifier le climat auquel elle appartient. Pondichéry et sa région bénéficient d’un climat tropical chaud et humide, mais la chaleur y est légèrement atténuée en raison de la proximité du bord de mer (apport de brise marine). Le climat tropical se caractérise par une très faible amplitude. L’amplitude est l’écart entre la température moyenne du mois le plus chaud de l’année et celle du mois le plus froid. A Pondichéry, l’écart annuel excède rarement 12°C (25° en décembre et 37° en juin).

5Pondichéry et sa région sont aussi soumises à l’alternance des moussons. Les vents de la mousson d’été soufflent en provenance du sud-ouest mais les pluies sont beaucoup moins abondantes que celles apportées par les vents du nord-est de la mousson d’hiver. Ce sont les pluies d’hiver qui alimentent d’octobre à décembre les deux principales rivières du territoire de Pondichéry : la rivière de Gingee (Varahanadi) au nord et la rivière Ponnéar au sud, et qui assurent le remplissage du Grand Etang d’Ousudu La régularité de la venue de la mousson d’hiver et les fortes précipitations conditionnent en partie l’alimentation en eau nécessaire aux plantations et aux récoltes, mais il faut rappeler que depuis plusieurs siècles, l’habitant tamoul du territoire de Pondichéry a appris à ne pas être tributaire uniquement des pluies de la mousson. De nombreux barrages, des canaux, des étangs réservoirs ont été créés pour détourner l’eau des crues en vue de l’irrigation régulière des cultures. Cette adaptation et cet esprit d’invention appliqués à un milieu géographique donné témoignent des liens étroits existant entre les formes physiques (hydrographie) et les modes humains d'utilisation des sols.

6C’est la richesse des sols qui explique également la remarquable diversité de la flore. Deux grands types de récoltes peuvent être distingués les cultures humides (riz, canne à sucre, bananiers, bétel), les cultures sèches (sésame, arachide)...

7Ces aspects élémentaires de géographie physique sont de simples rappels susceptibles de resituer la nature de l’environnement de la ville de Pondichéry, mais quelques informations complémentaires propres à la géographie humaine peuvent nous renseigner sur d’autres aspects du territoire, en particulier ceux concernant la population, la langue, la religion.

8La population de la ville de Pondichéry et de ses aidées s'élève à environ 400 000 personnes.

9Les langues. Le territoire de Pondichéry, qui s’étend sur 290 km2, constitue dans le Tamil Nadu une sorte d'enclave qui témoigne de l’ancienne présence française. Cependant, aujourd’hui, le français n’est parlé que par une minorité de la population, à peine 4 %. C’est la langue tamoule qui est majoritaire, elle représente 92 % des langues pratiquées. Viennent ensuite le telugu 3 % et le malayalam 1 %. Il convient de rappeler qu’une importante littérature apparue dès le début de notre ère fait du tamoul la première langue vernaculaire littéraire de l’Inde. Le Tolkappiyam ou le Tiroukkoural représentent l’essence même de la culture tamoule classique.

10Les religions. C’est la religion hindoue qui est dominante dans le territoire de Pondichéry. Elle représente en milieu rural près de 92 %. Dans la ville de Pondichéry, ce pourcentage s’abaisse à 70 % ; trente-deux temples hindous y sont dénombrés, dont 20 dédiés au dieu Shiva.

11La religion chrétienne représente, elle, près de 10 % Son implantation à Pondichéry date de la fin du XVIIème siècle. La ville possède plusieurs églises dont une cathédrale, N.D. de l’immaculée Conception. La cathédrale est une église où siège un évêque. L’évêque est le plus haut dignitaire de la prêtrise chrétienne. Il dirige spirituellement une assemblée de fidèles. L’évêque a sous sa responsabilité religieuse un évêché. Un évêché est un territoire comprenant plusieurs églises. Les prêtres attachés à ces églises sont directement soumis à l’autorité spirituelle de l'évêque.

12La religion musulmane vient en troisième position. Cette religion était déjà implantée au début du XVIIème siècle à Pondichéry, avant même l’arrivée des Français. La mosquée (lieu où l'on adore Dieu) est le sanctuaire consacré au culte musulman. On compte aujourd'hui sept mosquées dans la ville de Pondichéry. La mosquée est placée sous la responsabilité spirituelle du Cadi, qui est également une autorité judiciaire.

© Institut Français de Pondichéry, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search