Version classiqueVersion mobile

La ville, la maison

 | 
Robert Dulau

Introduction

Texte intégral

1Redécouvrir la ville qui est la nôtre, l’analyser plus profondément, être réceptif à l’infinie variété des visages, et parfois des masques qu’elle peut revêtir, c’est un peu comme si on relisait un livre difficile mais que l'on aime, avec en soi le désir d’entrer davantage en intimité avec les personnages. Au début de l’histoire, pourtant bien connue, il est aisé de reconnaître le rôle, le sentiment attribué à chacun des héros, et puis soudain, par oubli, par ignorance, le sens d’un mot échappe et l’histoire devient alors incompréhensible. Or, la ville se livre également comme un espace privilégié mais complexe qui nécessite souvent, pour l’appréhender, de faire appel à plusieurs niveaux de lecture. Certes, être l’habitant de la ville confère une longue complicité des lieux, permet de s’orienter, d’identifier les repères, les monuments, être familier d'un quartier autorise également à se sentir en intimité avec la rue tant de fois arpentée, tant de fois revisitée. Mais souvent, l’habitude, l’impression de "déjà vu" ne stimule ni la curiosité ni l’exploration. Or, une ville n’est pas une simple addition de rues, de maisons ni seulement un nombre d'habitants mentionné dans un livre de statistiques. Une ville est avant tout l’expression profonde d’une culture. Elle reflète aussi les contradictions, les espoirs de ses habitants. Sur le milieu urbain vivant pèse de tout son poids le passé : passé architectural, historique. A Pondichéry également, des angoisses, des interrogations présentes dans une ville en mutation se traduisant par la fascination pour une certaine idée de la modernité entraînent de profondes transformations au niveau du bâti et l'abandon relatif de certaines habitudes culturelles. C’est pour cette raison que nous proposons modestement dans ces quelques pages des outils d'analyse et de réflexion destinés aux élèves, aux étudiants qui, avec l'aide de leurs enseignants, pourront davantage s’approprier le lieu singulier, original qui est le leur et retrouver ainsi l’esprit des lieux.

2La démarche proposée est simple. Après le rappel de quelques notions générales sur la situation et le site de Pondichéry, on s’attachera à donner quelques explications sur l’histoire de la morphologie de la ville : sa forme, la nature et les raisons du plan adopté Quelques comparaisons seront faites avec d’autres villes indiennes. On privilégiera ensuite le paysage urbain de la rue, à la fois celui de l’ancienne "ville blanche" et celui de l’ancienne "ville noire". A chaque fois, on tentera d’utiliser plusieurs approches : réalité physique et factuelle (approche architecturale, urbaine, et historique), réalité sensible (aspects socio-culturels). Chacune de ces approches éclaire un aspect particulier du paysage urbain. Elles ne s’excluent pas mais au contraire elles s’enrichissent mutuellement. La même démarche sera utilisée dans le chapitre qui concerne la maison, plus spécifiquement la maison tamoule, l’objectif étant bien de tenter de rendre compte de la diversité de cette réalité physique et factuelle (aspect architectural, rôle des matériaux, adaptation à un milieu climatique) ainsi que de la réalité sensible (aspects symboliques, pratiques culturelles...).

3Répétons-le, ces aspects ne s’additionnent pas, ne se compensent pas l’un l’autre, ils participent tous deux du même désir de cerner une réalité et de reconnaître, de requalifier le sens des lieux.

4Trois chapitres portant sur les repères et les signes, les limites, ainsi que sur l'approche purement sensible sont proposés en guise d’approfondissement. La conclusion met l’accent sur les problèmes de préservation d’un patrimoine vivant et sur la difficulté à choisir parmi les aspects de la modernité ceux qui sont les meilleurs sans qu’il y ait oubli de la spécificité de sa propre culture. Les illustrations : plans, relevés, élévations, photographies sont le complément indispensable d’une lecture de la ville. Il est évident que chaque enseignant choisira selon la nature de son cours ce qui lui semblera le plus approprié pour illustrer ses propos. Le professeur d'histoire sera sans doute plus sensible au chapitre concernant le plan de la ville ainsi qu’à l’influence stylistique européenne identifiable sur les façades des maisons tamoules.

5Des itinéraires dans la ville avec les étudiants et les élèves peuvent fournir "in situ" une illustration vivante de la variété des espaces urbains analysés.

6Mais la réappropriation de la ville recèle également une autre portée. Il s’agit, à travers ce document et les débats qui pourront s’ensuivre, de sensibiliser aussi les élèves et les étudiants aux enjeux majeurs de la vie d’une cité. C'est, en effet, à travers une prise de conscience réelle, une perception claire des logiques différentes qui s’opposent au sein de la cité qu'ils pourront, dans cette grande démocratie que constitue l’Inde, encore plus efficacement exercer leur rôle de citoyen et par exemple alerter l’opinion sur le danger représenté par la destruction du patrimoine vivant, proposer des solutions qui concilient apport de la modernité et maintien des traits culturels, rendre vigilante la population sur l’équilibre à préserver dans une ville entre le cadre végétal et celui du bâti...

7L’essentiel est de toujours mieux concevoir le "sens" du milieu urbain et de permettre à chaque habitant de s’y trouver mieux et de l’aménager de manière satisfaisante pour la raison comme pour le coeur.

© Institut Français de Pondichéry, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search