Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vividhatīrthakalpaḥ

Chapitre II. Représentation et fonctions du tīrtha : Les monts sacrés

Texte intégral

§ 1 Cinq monts sacrés (9 k.)

  • 1 Cf. p. ex. Glasenapp 1925 p.438.
  • 2 Cf. p. ex. Guerinot 1925 p.280 et Sankalia 1941 p. 106-11.

1Quatre des cinq monts sacrés pour la Tradition jaina1 font l’objet d’un k. dans le VTK : Śatruñjaya (1 : 5 p.), Girnar (2, 3, 4, 5 : 5 p.), Abu (8 : 2 p.), et l’idéal Mont Aṣṭāpada (18, 49 : 4 p.). Curieusement, le Sammetaśikhara où, selon la Tradition (ĀvN v. 307), de nombreux T. ont atteint la Libération, est absent du VTK. On trouve à sa place, comme cinquième mont sacré, Vaibhāra (11), Tune des sept collines qui entourent le site de Rājagṛha, capitale antique : Jinaprabha s’y est rendu en 1307 (11 v. 29). L’importance religieuse de Śatruñjaya, Girnar et Abu au Moyen Age est corroborée par le déploiement architectural qui connut son apogée entre les 11e et 13e siècles2.

§ 2 Symbolisme du lieu saint

2Neuf k. sont dédiés aux monts sacrés : les k. 1, 3, 8, 11, 18 sont du type des kalpa-stotra (cf. I § l.1.) ; le k.5 est de structure mixte (cf. I § 1.5.) ; le k.49 est un kalpa-litanie (cf. I § 1.2.) ; le k.2 et le k.4, enfin, sont atypiques (cf. I § 1.5.).

  • 3 Cf. annexe 4 no 3.
  • 4 Cf. annexe 4 no 2.
  • 5 Cf. annexe 4 no l.

3Dans ces k., Jinaprabha ne donne jamais une description précise et détaillée qui aiderait le lecteur à se représenter le lieu saint. La description est symbolique et doit imprégner l’éventuel pèlerin de ses vertus (cf. Introduction § 6). A cette fin, l’auteur souligne la perfection de ce véritable paradis terrestre où sont présentes toutes les plantes de la création (5 § 2, 3 v. 18, 8 v. 27, 11 v. 6) et où les animaux vivent paisiblement (1 v. 41, 11 v. 10). Déjà merveilleux naturellement, le lieu saint embelli (śobhita, etc.)3 et purifié (pavitrita, etc.) 4par la présence de toutes sortes de temples, de statues, etc., possède un aspect extraordinaire qui le signale au visiteur. Tout élément du lieu est resplendissant : une série de temples (1 v. 20) ou la seule statue de Ṛṣabha à Śatruñjaya (1 v. 91), la rivière Mandākinī et les plantes à Abu (8 v. 29), les maisons jaina à Girnar (5)7.5, l’ensemble de la ville de Rājagṛha au pied de Vaibhāra (11 v. 13), etc.5.

§ 3 Légende et réalité

  • 6 Cf. KalpS 228.
  • 7 Cf. Shah 1955 p. 57-59 et p. 116-117.

4Le symbolisme de la géographie sacrée ne fait pas de démarcation nette entre le réel et l’imaginaire : l’Aṣṭāpada, le Kailāsa des jaina où la Tradition (KalpS) situe la Libération de Ṛṣabha6, est devenu le prototype des lieux saints. Le temple idéal Siṃhaniṣidyā, dont la description est stéréotypée (49 § 2)7, est un modèle pour la description des temples effectivement présents sur les autres lieux saints.

5Quand il s’agit d’orienter le lecteur ou le visiteur dans le symbolisme du lieu saint, la frontière n’est pas clairement délimitée non plus entre la légende et l’histoire : la foi du pèlerin met sur le même plan la légende de Rājimatī, à laquelle une sainte grotte doit son nom (3 v. 19), et l’histoire des monuments les plus célèbres, tels les œuvres de Vastupāla et de Tejaḥpāla à Girnar (3 v. 9, v. 12). Même quand les renseignements sont précis (dates de construction du Vimalavasahi (1031), du Lūṇigavasahi (1231) et de leur restauration dans le k. dédié à Abu (8), la légende interfère avec l'histoire. En mentionnant le temple Vimalavasahi, Jinaprabha rappelle brièvement la légende de Vimala, commanditaire du temple. Les mêmes faits essentiels apparaissent dans les versions de PK 121-122, PPS 51-52, VṛP 89 : protection de Vimala par la divinité locale, recherche d’un emplacement propice à la construction du temple jaina, présence d’une statue de bronze. Mais, tandis que le texte du VTK reste très allusif en ce qui concerne l’acquisition du terrain, les autres versions de l’épisode, plus détaillées, montrent l’imbrication de la légende et de l’histoire. Dans PK, Ambā explique à Vimala qu’elle doit consulter son amie Śrīmātā avant de lui faire obtenir ce terrain (121.24-25). PPS consacre un paragraphe aux relations d’amitié entre Śrīmātā et Ambā : Śrīmātā propose à Ambā de s’installer auprès d’elle sur le mont Abu pour lui éviter l’aller et retour entre Girnar et Abu. La déesse jaina accepte à condition d’avoir un temple à elle (51.30-52.1). Ce trait de légende reflète la situation conflictuelle entre hindous et jaina.

6L’interférence de la légende et de la réalité invite à vérifier la crédibilité des renseignements qui paraissent précis. La date de construction du Vimalavasahi (1031) est confirmée par une inscription du temple datant de 1321 (cf. Kielhorn EI IX p. 149). De même, la date de la construction du Lūṇigavasahi (1231) est corroborée par la série d’inscriptions du temple de Neminātha analysées par Lüders EI VIII p. 200-226. L’inscription no 2 mentionne, comme Jinaprabha (8 v. 45), l’existence de cellules (devakulikā) et d’une salle aux éléphants (hastiśālā) dans le temple ; l’inscription no 1 (v. 61-64) atteste la présence de dix statues des membres de la famille de Tejaḥpāla (8 v. 45). Jinaprabha semble avoir utilisé aussi des sources historiques pour la date de la restauration de ces deux temples (1321) : l’inscription du temple de Vimala datée de 1321 (cf. Kielhorn EI IX p. 149-150) a pour objet de rappeler que Lalla, fils de Maṇasiṃha et Vijaḍa, fils de Dhaṇasiṃha, ont restauré le temple (8 v. 49) ; Pethada, le nom de la personne qui a restauré le temple de Tejaḥpāla figure sur une inscription du Lūṇigavasahi (no 1743 de la liste de Cousens EI IX p. 150).

§ 4 Fonction religieuse du tīrtha

  • 8 Cf. annexe 4 no 14.
  • 9 Cf. annexe 4 no 15.
  • 10 Cf. annexe 4 no 16.
  • 11 Cf. annexe 4 no 19.

7Les Perfectibles (bhavya) qui ont accompli un pèlerinage, sont sensibles au symbolisme du lieu saint : ils ressentent aussitôt les effets bénéfiques d’un contact visuel avec le tīrtha. Ils connaissent d’abord une sensation de bien-être physique transmise par le regard8 : la vue du temple de Śānti rafraîchit leurs yeux (1 v. 100)9, la statue de Ṛṣabha y applique un baume de nectar (1 v. 70)10. Les statues des Yakṣa leur assurent bien-être matériel et moral en "supprimant les obstacles qui se présentent à la communauté11". Et surtout, ils obtiennent le bénéfice spirituel qui les a fait venir sur le lieu saint : dès qu’on l’a touchée, l’empreinte de Nemi à Girnar supprime tous les péchés (3 v. 6) ; la roche où ce T. a été libéré met fin aux mauvaises destinées (4 v. 4) et à Śatruñjaya, même la poussière a une action purifiante (1 v. 127).

§ 5 Pratiques sur le tīrtha

8Les mérites que s’acquièrent les pèlerins en se livrant à divers rites croissent proportionnellement au degré de sainteté du tīrtha. A Girnar, pūjā, bains, dons, ascèses peuvent assurer la Libération aux Perfectibles (3 v. 20). Seul, le k. de Śatruñjaya détaille les pratiques courantes sur un lieu saint (jeûnes, offrandes de fleurs, dons de nourriture, d’aumône, d’objets variés : v. 41 à 67) et apprend au lecteur qu’à mérite égal, plus le lieu est saint, moins l’ascèse est difficile : v. 44 par exemple, "le mérite qu’on obtiendrait (sur un autre lieu saint) au prix d’une sévère ascèse et du vœu de chasteté, on l’obtient à Satruñjaya en y demeurant dans une attitude déférente." Dans ces conditions, la Libération devient, à Śatruñjaya, dont la seule vue permet d’appréhender l’ensemble des lieux saints (1 v. 46), un bonheur accessible à tous : même les animaux, doués d’intentions pures du fait de la majesté de ce lieu saint, vont vers une destinée heureuse (1 v. 41) ; ils gagnent aussi la Libération (1 v. 88).

§ 6 Fonction magique du tīrtha

9Toutes les plantes qui existent sur le lieu saint sont comme lui parfaites : elles sont douées du pouvoir miraculeux de guérir les maladies (11 v. 6, 8 v. 31). Le magique se superpose ainsi au sacré : les bassins sont remplis d’eau purifiante (celle du Gajendrapada, 3 v. 11), miraculeuse aussi (8 v. 32), ou encore de magique mercure (1 v. 102, (2)6.18, 11 v. 4, etc.). L’alchimie a exploité les croyances dans les vertus particulières que possèdent les éléments du lieu saint. Le k.4, seul en son genre dans le VTK, illustre cette tendance : il existe à Girnar des arbres de couleur d’or ; leur suc bleu est un mercure qui transmue à mille fois son propre poids (v. 14). Dans ce même k., diverses recettes sont mentionnées qui promettent la réalisation d’or (v. 19 à v. 22, v. 27 à v. 29, v. 32) ou d’argent (v. 6, v.  18, v. 26) ou encore de potions capables d’arrêter les blessures (v. 17, v. 24).

§ 7 Rites magico-religieux sur le tīrtha

  • 12 Selon Shah 1987 p.62 et 278, la Nāgī Vairoṭyā est une divinité mineure importante dans je jinisme a (...)

10La religion a, elle aussi, exploité ce caractère magique attaché au lieu saint. Le k.2 dédié à Girnar donne des indications sur un parcours à suivre, avec des distances précises (à cent sept pas, à cinquante pas, vingt hasta°, etc.) et des rites spécifiques : on doit se tenir tantôt à croupetons, dans la position du trayeur de vaches (godohiâsana), tantôt dans la position du cygne (vara-haṃsa-ṭhiatta) et observer plusieurs séries de trois jeûnes. Grâce à la faveur d’Ambā, on voit finalement une source de mercure, une statue en pierres précieuses de Rājimatī et d’Ambā et de nombreuses plantes magiques en argent. Une pareille ascèse initiatique est évoquée dans le k. 1 (v. 104 à v. 108) où sont notés les distances précises (v. 104 : 30 dhanus°, v. 107 : 500 dhanus°), la pratique de jeûnes (v. 104, v. 106, v. 108), l’hommage à la statue de Ṛṣabha (v. 106), la faveur de Vairoṭyā (v. 105), l’une des Vidyādevī (6 v. 5)12, l’obtention finale du puits de mercure. La religion récupère ainsi le magique de l’alchimie (§ 6) et sauvegarde le sacré.

49 : Kalpa du mont Aṣṭāpada

Site

11Aṭṭhāvaya (Aṣṭāpada), mont légendaire de la cosmologie jaina, identifié au Kailāsa (BR I p. 533 ; Glasenapp 1925 p.438 ; 1928 p. 126-7 ; Shah 1955 p.57-59 et 116-117) : celui-ci sert de prototype aux autres lieux saints : cf. II § 3.

Structure du texte

12§ 1 Description stéréotypée.

13§ 2 Merveilles du tīrtha : 2a Libération de Ṛṣabha ; 2b Merveilleux temple Siṃhanisijjā ; 2c Autres constructions.

14§ 3 à § 9 Résumés de légendes.

Bibliographie et parallèles

15Traduction anglaise : Cort 1990 p. 269-273.

16§ 2 Toute la description du temple Siṃhanisijjā suit de près le texte de Tris 1.6.V. 566-637 : manquent seulement, en règle générale, les comparaisons. Je donne les références précises en note.

17§ 3 à § 9 Cf. annexe 1 Usaha*, Mahāvīra*, Goama*.

Traduction

[āryā] Après m’être prosterné devant Usaha, le (1er T.)
au corps à l’éclat d’or et à l’existence fondatrice
(aṭṭhāvaya-deha-pahaṃ bhava-karia-ṭṭhāvayaṃ),
je dis sommairement le kalpa
de la montagne Aṭṭhāvaya.

  • 13 La mesure est idéale et traditionnelle : cf. (13)24.10, § 5 et Triṣ I.2. v. 912.
  • 14 Cf. ĀvN v.  382, v. 383 et 13 § 2.
  • 15 Ou "elle a des nuages qui flottent alentour".
  • 16 Cf. I § 1.1. et annexe 4.

18§ 1 (91.3-10) Il existe, ici même, sur l’île du Pommier Rose, dans la moitié sud du pays de Bharaha, une ville de neuf yojana de long sur douze yojana de large : Aujjhā13. Cette (ville) fut le lieu de naissance des Jina Usaha, Ajia, Abhinaṃdaṇa, Sumai, Anaṃta14. Et douze yojana au nord de cette (ville), il y a la charmante Reine des Montagnes, haute de huit yojana, que l’on nomme Aṭṭhāvaya ou encore Kelāsa ; elle est faite du cristal le plus pur et, de ce fait (ittucia+), elle est connue aussi dans le monde sous le nom de Dhavalagiri ("Montagne éblouissante"). Aujourd’hui encore, quand on se tient sur la pointe de l’Uḍḍaya ( ?), qui se trouve aux abords d’Aujjhā, on voit, si le ciel est très clair, l’éblouissante chaîne des pics de cette (montagne). – Par ailleurs cette (montagne) a quantité de grands étangs, de plantureux arbres à suc, de cascades ou de réservoirs. Elle offre de l’eau en abondance à qui se promène par-là (paripāsa-saṃcaraṃta-jalahara)15 ; elle retentit des pépiements des foules d’oiseaux ivres, paons et autres ; elle est pleine de charme grâce à ses Kiṃnara, ses Khecara et ses charmantes jeunes femmes ; elle est terre d’accueil pour les cāraṇa° ou autres ascètes qui viennent se prosterner dans le temple ; à peine aperçue (āloa-mitteṇaṃ°°pi), elle fait cesser faim et soif (khuhā-pivāsâvaharaṇa°°) ; elle est agrémentée enfin de l’étang Māṇasa situé à proximité16.

  • 17 Est-ce une allusion à la place de jeux des dieux (cf. Kirfel 1921 p.224) dans la cosmologie jaina m (...)

19Les habitants de Sākea ont (toujours) joué à toutes sortes de jeux sur ses côteaux (uvaccaya*)17.

  • 18 Cf. Triṣ I.6.v. 461 : caturdaśena tapasā.
  • 19 Cf. Triṣ 1.6.v. 484.
  • 20 Cf. Triṣ 1.6.v. 491-2 : Johnson I p. 360-1.
  • 21 Cf. Triṣ I.6.v. 522 : Johnson I p. 363.
  • 22 Cf. Triṣ 1.6.v. 524-526 : Johnson I p. 365.
  • 23 Cf. Triṣ I.6.v. 562.

20§ 2a (91.10-13) Et sur le pic de cette même montagne, au terme d’un jeûne de treize repas18 dans la posture paryaṅka°, le Seigneur Usaha atteignit19, avec dix mille autres moines20, la Libération, sous la constellation de la Victoire, à l’aube du treizième jour de la quinzaine sombre du mois de Māgha (janvier-février). A cet endroit, Sakka et les autres dieux purifièrent (Sakk’āiehiṃ sakkāriyaṃ) le corps du Seigneur21. A l’est, il y a le monticule funéraire du Seigneur, au sud, celui des Ikkhāgu et à l’ouest, celui de tous les autres moines22. Dans ces trois sites funéraires les dieux ont érigé trois stūpa23.

  • 24 Vaḍḍhai-rayaṇeṇa : litt. par le joyau qu’est l’Architecte, un des sept joyaux dotés de cinq sens qu (...)
  • 25 Cf. Triṣ 1.6.v. 566-567.
  • 26 Cf. supra : Parallèles.
  • 27 Triṣ 1.6.v. 577 : mahatī maṇi-pīṭhikā. Mahai-mahāliā de VTK est vraisemblablement une façon de rend (...)
  • 28 Ce passage, ne figurant pas dans Triṣ 1.6.v. 578, est sans doute une interpolation : il est répété (...)
  • 29 Ed 91.20 hutthā = abhavan dans Triṣ I.6.v. 580 : intention archaïsante de VTK, ou source plus ancie (...)
  • 30 Candrānana est un T. de la présente ère dans le Videhakṣetra ; Vāriṣena est le 24e T. de la présent (...)
  • 31 Cf. Triṣ 1.6.v. 581-582 : l’ordre est inversé : 1) stūpa, 2) piédestaux, 3) arbres.
  • 32 Ed 91.22 ’ti sovāṇā : lire en composé ti-sovāṇā (cf. Triṣ I.6.V. 584 : trisopānā).
  • 33 Ed 91.22 saccha-sīalā puṇṇā : lire en composé sīalâpuṇṇā (cf. Triṣ I.6. v. 585 : svaccha-śīta-jalâp (...)
  • 34 Cf. annexe 4 no 2 et no 4.
  • 35 Cf. n. 16.
  • 36 VTK mentionne les noms des Jina, que ne donne pas Triṣ, d’ordinaire pourtant plus développé.
  • 37 C’est-à-dire bleu azur ? La couleur traditionnelle de ces Jina est un bleu-foncé.
  • 38 Sur aṅka, cf. Finot 1896 p. 137.
  • 39 C’est-à-dire d’un rouge écarlate. Cette explication ne figure pas dans Triṣ : on retrouve dans d’au (...)
  • 40 Gemme non identifiée : de couleur foncée, écrit Johnson I p. 368, n.o 408.
  • 41 Sorte de Nāga.
  • 42 VTK exprime de facon analytique ce qui figure dans un composé Triṣ I.6.v. 606 :
    Nāga-Yakṣa-Bhūta-Kuṇ
    (...)
  • 43 Hutthā = Triṣ babhūvuḥ : cf. n. 17.
  • 44 J’ai traduit sāla par remparts au vu du parallèle Triṣ I.6.v. 614b indukānta-vapreṇa śobhitam. Cf. (...)
  • 45 Ed 92.11 vaṇalayā vicittam : lire en composé vanalayā-vicittam.
    Cf. Triṣ I.6.v. 616a : vanalatâbjala (...)
  • 46 C’est-à-dire "de toutes les couleurs”. Cf. k.9, n.10.
  • 47 Cf. II § 2 et annexe 4 no 1 à no 4.
  • 48 Cf. n. 12.

212b (91.13-92.21) Près du lieu de purification du Seigneur, le roi Cakravartin Bharaha fit construire en pierres précieuses par l’Architecte24 le temple Siṃhanisijjā long d’un yojana, large de la moitié et haut de trois gavyūta°25. Les quatre portes du temple furent faites de cristal26. Près de chacune d’elles, il y a, des deux côtés, seize pots de santal en pierres précieuses. Pour chaque porte, il y a seize arcatures (toraṇa) en pierres précieuses. A chaque porte, il y a seize (fois les) huit objets auspicieux (aṭṭha-maṃgalāiṃ°). A chaque porte, il y a quatre grands halls frontaux (muha-maṃḍava). Devant les halls frontaux, il y a quatre salles de spectacle (pekkhā-maṃḍava). Au centre des salles de spectacle, il y a des salles de justice (akkhavāḍa) en diamant. Au centre de chaque salle de justice, il y a un trône en pierres précieuses. Devant chaque salle de spectacle, il y a des piédestaux faits de gemmes. Sur chacun des piédestaux, il y a des stūpa de temple faits de gemmes. Devant les stūpa de temple, dans chaque direction, il y a de très grands (mahai-mahāliā)27 piédestaux faits de gemmes. [Au-dessus, il y a les arbres du temple (ceiya-pāyava)]28. Et face aux stūpa de temple, il y a29, comme dans l'île Naṃdīsara, les ravissantes statues de (quatre) Jina éternels : Usaha, Vaddhamāna, Caṃdāṇaṇa et Vārisena30 avec leur taille de cinq cents dhanus°, leurs membres entièrement faits de joyaux et leur posture paryaṅka°. Devant chaque stūpa de temple, il y a des arbres du temple. Devant chaque arbre du temple, il y a des piédestaux faits de gemmes31 ; au-dessus de chacun d’eux, il y a la bannière d’Iṃda. Devant chaque bannière d’Iṃda, il y a des bassins semblables à des lotus (naṃdā-pukkhariṇī) avec des arcatures (sa-toraṇā) et trois volées de marches (ti-sovāṇā)32 : pleins d’eau transparente et fraîche33, tout comme de lotus variés, ils ravissent tels les bassins semblables à des lotus des (monts) Dahimuha34. Dans la partie centrale de ce grand temple, il y a un très grand (mahai-mahāliā)35 piédestal fait de gemmes. Au-dessus, il y a un dais (devacchaṃda), fait de diverses gemmes. Au-dessus, il y a un baldaquin (ulloa), d’un tissu bariolé. Dans le baldaquin et sur les côtés, il y a des piques en diamant. Suspendus à ces piques, il y a des colliers faits de perles grosses comme des myrobolans : on ne les mesure que par kumbha°. Et aux extrémités de ces colliers, il y a de pures guirlandes de gemmes et aux extrémités de ces guirlandes de gemmes, il y a des guirlandes de diamants. Dans les murs du temple, il y a des œil-de-bœuf faits de gemmes variées, où s’accumule toute la fumée de l’aloès en combustion. Sur le dais, le Cakravartin Bharaha a fait sculpter en pierres précieuses les statues des vingt-quatre Jina, Usaha, etc., avec l’emplacement, la taille, la couleur qui revenaient à chacune. Seize d’entre elles : Usaha, Ajia, Sambhava, Abhinaṃdaṇa, Sumai, Supāsa, Sīala, Sijjaṃsa, Vimala, Aṇaṃta, Dhamma, Saṃti, Kuṃthu, Ara, Nami, Mahāvīra, sont en or36. Celles de Muṇisuvvaya et Nemi sont en lapis-lazuli (rāyāvaṭṭa)37. Celles de Caṃdappaha et de Suvihi, en cristal (phaliha), celles de Malli et Pāsanāha en aigue-marine (verulia), celles de Paumappaha et Vāsupujja en rubis (paumarāya). Les ongles de toutes ces statues sont en aṅka38, avec des teintures de lohitākṣa (lohiakkha-paḍisega*). — On dit paḍisega*, parce qu’on verse sur le bout des ongles du suc de la gemme lohitākṣa, couleur de la teinture extraite de la cochenille (jāvaya)39 —. Le nombril, la place de la tonsure (kes’aṃta-bhūmī), la langue, le palais, la mèche de cheveu sur le torse (sirī-vaccha), les mamelons, les paumes des mains, les dessous des pieds sont en or blanc (tavaṇijja), les cils, les pupilles (kaṇīṇigā*), les moustaches, les sourcils, les poils, les cheveux sont en riṣṭa40. Les lèvres sont en corail (vidduma), les dents en cristal (phāliha), le crâne en diamant (vayara), le nez en or avec, dans les (narines), des teintures de lohitākṣa, les yeux enfin, en aṅka, avec, dans les coins, des teintures de lohitākṣa. Et derrière chacune de ces statues, il y a la statue d’un porteur de parasol en pierres précieuses : il porte un parasol blanc pourvu d’un manche de cristal et des guirlandes faites de perles, de coraux, de cuivre blanc et de fleurs de koraṃta. A côté de chacune d’elles, il y a les (statues) faites de gemmes des porteurs de chasse-mouches qui tiennent, suspendus, des chasse-mouches en pierres précieuses. Devant chacune des statues, il y a, à chaque fois, deux statues de Nāga, deux de Yakṣa, deux de Bhūta, deux de Kuṇḍadhāra41 : (toutes) en pierres précieuses, resplendissant°° de tous leurs membres, les servent mains jointes42. Sur le dais, il y a vingt-quatre cloches et autant de miroirs en pierres précieuses ; on trouve aussi, fixées en cet endroit, des lampes en or puis des coffrets en pierres précieuses, des boîtes (caṃgerīā*) à fleurs, des pinceaux (lomahattha), de petites boîtes, des coffrets à parures en or, des brûloirs à encens, des lampions (ārattia), des lampes auspicieuses en pierres précieuses, des aiguières en pierres précieuses, des plats en pierres précieuses, des récipients en or blanc, des pots à santal en pierres précieuses, des trônes en pierres précieuses, les huit objets auspicieux en pierres précieuses, des petits pots à huile en or, des boîtes à encens en or, des boîtes à lotus (uppala-hatthaga ?) en or. Voilà tout ce qu’il y a43 devant chacune des statues. Le temple est embelli de remparts en pierre de lune (caṃdakaṃta-sāla-sohia°°)44. Il est charmant45 avec ses lianes qui abritent loups, taureaux, singes, chevaux, hommes, Kiṃnara, oiseaux, veyver, antilopes, cerfs, buffles, éléphants. Il a quantité de piliers en pierres précieuses, il est agrémenté (ramaṇijja°°) de bannières, embelli (maṃḍia°°) de mâts, d’étendards en or et retentit du son de leurs clochettes ; au sommet, il resplendit avec ses chapiteaux en rubis (paumarāya-kalasa-virāia°°), et un enduit d’essence de santal gośīrṣa lui donne du caractère ; des statues en bois de śāl incrustées de gemmes (māṇikka-sāla-bhaṃjiā) aux postures variées, soutiennent ses fondations ; des deux côtés de chaque porte, il est orné (alaṃkia°°) de deux pots enduits de pâte de santal et charme le regard (ramma°°) avec ses guirlandes parfumées et embaumantes, liées et suspendues à l’horizontale ; il a le seuil orné de fleurs de cinq couleurs (paṃca-vaṇṇa-kusumaraia°°)46 ; il est noirci par la fumée d’un encens de camphre, d’aloès et de musc ; il est fréquenté par une foule d’Apsara et honoré des Vidyādharī. Devant, de côté et derrière, les beaux arbres du temple et les piédestaux de gemmes rehaussent sa beauté47. Sur l’ordre de Bharaha, il a été construit selon les règles, par l’Architecte (vaḍḍhairayaṇa)48.

  • 49 Daṇḍa-rayaṇena : litt, par le joyau du bâton. Le daṇḍa "bâton" est un des sept joyaux a un sens que (...)

22§ 2c (92.16.21) A cet endroit, Bharaha fit encore sculpter les statues de ses quatre-vingt-dix-neuf frères en divines pierres précieuses et (aussi) la sienne, toutes exprimant une attentive dévotion. A l’extérieur du temple, il fit bâtir un stūpa pour le Vénérable Seigneur Usaha et quatre-vingt-dix-neuf (autres) pour ses frères. A cet endroit encore, pour éviter au (temple) d’être dégradé par les allées et venues des hommes, il fit faire des gardiens en fer (lohajaṃta-mayā ārakkhaga-purisā). Cette (mesure) le rendit inaccessible. Les aspérités de la montagne furent tranchées par le daṇḍa49, si bien que la montagne devint impossible à escalader. Il fit faire aussi, à un yojana d’intervalle, huit pas qui sont des terrasses infranchissables par les hommes. Voilà comment naquit le nom célèbre d’Aṭṭhāvaya ("Aux huit pas").

  • 50 Lire cole au lieu de bole : cf. Triṣ II.5.v. 137 :
    sahasra-yojanāṃ cole parikhāṃ sararâtmajāḥ
    cakhnuṣ
    (...)
  • 51 L’édition ed (ms. A ; B) lit aussi vajjhā, mais corrige en viṃjha.
    La supposition semble fondée : cf (...)
  • 52 Ed 92.25 vajjhā-majjhe dakkhiṇeṇaṃ magahānaṃ uttareṇaṃ. dakkhiṇeṇaṃ reste en suspens. Triṣ II.6.v.  (...)
  • 53 Cf. Triṣ II.6.v. 576a : tataḥ prabhṛti tat tīrthaṃ Gangā-sāgara ity abhūt.

23§ 3 (92.22-26) Avec le temps, pour protéger le temple, les soixante mille fils du Cakravartin Sagara creusèrent la terre avec le joyau du daṇḍa et firent une fosse de mille yojana tout autour (cole)50. Ensuite, ils fendirent la berge du Gange avec le joyau du daṇḍa et la remplirent d'eau. Alors, après avoir empli le fossé, le Gange se mit à inonder les villages, villes, cités et autres (groupements humains) qui avoisinaient l'Aṭṭhāvaya. Ensuite sur l’ordre de Sagara, le prince Bhagīraha, fils de Jaṇhu, canalisa (āyaḍḍhia*) le Gange dans le joyau du daṇḍa et le fit descendre au (beau) milieu du pays des Kuru, au sud d’Hatthiṇāura à l’ouest du Kosala, au nord de Payāga, au sud du Kāsi, puis de nouveau au (beau) milieu des Vajjha ( ? Vindhya)51, au sud (des Aṃga)52 et au nord du pays des Magaha enfin. De la sorte, entraînant (kaṭṭaṃtī*) les rivières sur son chemin, le (fleuve) atteignit l’océan de l’Est. A partir de ce moment naquit le lieu saint (du nom de) Gaṃgāsāgara53.

24§ 4 (92.27-28) Sur cette même (montagne), le Seigneur (Usaha), ses huit petit-fils et ses quatre-vingt-dix-neuf fils, Vālu, Vāli, et les autres, soit cent huit au total furent libérés, tout d’un coup, prodigieusement, au milieu d’un éclair.

  • 54 Au cours d’une assemblée plénière à Campā : cf. 35 § 14 et annexe 1 Mahāvīra.
  • 55 Puṇḍarīka et Kaṇḍarīka sont deux frères. Alors qu’il désire, lui-même, devenir moine, Puṇḍarīka acc (...)
  • 56 Cf. k.1, n. 28.
  • 57 Compagnon est un sens plus habituel de sāmāṇia, mais, comme le remarque Johnson VI p. 342, on s’exp (...)
  • 58 Chacun des trois Maîtres est accompagné du nombre traditionnel de 500 moines.
  • 59 L’épisode a un ordre quelque peu différent dans Triṣ : 1 (VTK) Gautama escalade l'Aṣṭāpada / = 1 (T (...)

25§ 5 (92.29.93.4) Le Seigneur Vaddhamāṇa (Mahāvīra*), lui-même, fit les louanges (de cette montagne) en ces termes54 : "Tout homme qui, sans autre force que la sienne, escalade cette montagne puis se prosterne dans le temple, obtient la Libération dès cette même existence. En entendant la (proclamation de Mahāvīra), le Vénérable Seigneur Goama, (véritable) réserve de mérites, se mit à escalader cette montagne. Il se prosterna dans les temples et, sous un aśoka, devant Vesamaṇa, il prêcha aux moines l’amaigrissement par l’ascèse, tout en étant lui-même bien replet. Pour empêcher Vesamaṇa de se dire que ce (Maître) disait une chose et en faisait une autre, il prononça la leçon Puṃḍarīa. Tout gros qu’il était, dit en effet la Tradition, Puṃḍarīa55 atteignit le Ciel Sarvārthasiddha56, grâce à la pureté de son être. Au contraire, tout émacié qu’il était, Kaṃḍarīa alla dans le septième Enfer. L’habitant du Sâmâna ( ? Sāmāṇieṇa)57, Vesamaṇa, entendit Goama prononcer la leçon Puṃḍarīa et la médita. Il devint, dans le Tuṃbavaṇa, l'embryon de Sunaṃḍâ, épouse de Dhaṇagiri, et vit le jour en tant que Vairasāmi, connaisseur des dix Pūrva. Descendant de l’Aṭṭhāvaya, le Seigneur Goama ordonna moines les ascètes Koḍiṇṇa, Diṇṇa, Sevāli, soit, en tout, mille cinq cent trois ascètes58. Or après avoir appris de la rumeur publique la parole de Vīra, selon laquelle rendre hommage au temple de ce lieu saint apportait, ici même, le Salut, Koḍiṇṇa et les deux autres (Diṇṇa, Sevâli), dit-on, escaladèrent, chacun, dans l’ordre, l’un, la première, les autres, la deuxième et la troisième ceintures. Tandis qu’ils étaient incapables d’aller plus loin, ils virent avec surprise le Seigneur Goama atteindre (le sommet) sans obstacle. Ils furent alors éveillés et délivrés59.

  • 60 Nom de la dernière subdivision du chapitre Gaṇḍiyâṇuyoga, faisant partie de la 4e et dernière secti (...)

26§ 6 (93.5-7) Sur cette même montagne furent libérés d’innombrables koṭi° de grands ascètes, le Cakravartin Bharaha à leur tête. Et là même, d’après la Cittaṃtara-gaṃḍiycā60, Subuddhi, le grand ministre du Cakravartin Sagara, expliqua (vāharitthā) devant les fils de Sagara, Jaṇhu et les autres, que, dans un délai de cinquante lakhs de koṭi ° de sāgaropamā° à partir d’Āiccajasa, les ṛṣi royaux de la dynastie du grand roi Bharaha obtiendraient cette double bonne fortune : le Ciel Sarvārthasiddha puis la Libération.

  • 61 I.e. acquise au jinisme.
  • 62 Cf. (18)31.20, v. 17. Damayanfī fut dans une existence antérieure la déesse Vīramatī. A sa mort, el (...)
  • 63 Jugala-dhammi-bhavam : s’agit-il d’une autre existence de Damayanfī, omise par Triṣ ? Les Yugala-dh (...)

27§ 7 (93.8-10) Conduite sur cette même montagne par une divinité porteuse de la Bonne Parole (pavayaṇa-devayā)61, Vīramaī62 plaça des tilaka en or sertis de joyaux sur le front des statues des vingt-quatre Jina. Elle obtint alors l’existence de Dhūsarī, et de Jugaladhamma63, puis l’existence d’un dieu et enfin l’existence de Damayantī : il lui vint (alors) naturellement sur le front un tilaka de nature à chasser la masse des ténèbres.

  • 64 Se tenant en position de kāyotsarga° sur le Mont Aṣṭāpada, Rāma forme comme un nouveau pic de cette (...)
  • 65 C’est-à-dire 1008, nombre symbolique.
  • 66 Le detail du remplacement de la corde du luth par la veine du bras de Rāvaṇa manque dans Triṣ.
  • 67 Ed 93.18 sattī-rūva-kāriṇī : lire séparés sattī rūva-kāriṇī. Cf. Triṣ VII.2.v. 276 :
    uktvā iti Amogh (...)

28§ 8 (93.11-18) Sur cette même montagne, le grand ascète Vāli (Rāma) se tint en position de kāyotsarga°. Alors Dassagīva, déjà exaspéré par l’immobilisation de son char, se souvint (en outre) de son ancienne hostilité (contre Rāma)64. (Aussi) fit-il un trou dans la terre, y pénétra et se dit : "Je vais soulever mon ennemi et le Mont Aṭṭhāvaya, puis je les jetterai dans l’océan Lavana." Ensuite, son intelligence le fit se souvenir des mille sciences65 et il put soulever la montagne. Mais, prévenu grâce à l'avadhi°, le roi des ascètes pressa (caṃpitthā*) légèrement de son orteil la cime de la montagne pour protéger le temple. Alors, les membres contractés, Dasāṇaṇa vomit du sang et poussa un hurlement (ārāvaṃ milhitthā). C’est l’origine (tattuccia+) du nom célèbre de Rāvaṇa. Relâché ensuite par le grand ascète pris de compassion (dayālu*), Rāvaṇa tomba à ses pieds, demanda pardon et s’en retourna chez lui. Ici même, le maître de Laṃkā offrit un spectacle devant les Jina ; le hasard voulut que la corde de son luth se brisât. Pour empêcher une interruption de la saveur du spectacle, il coupa l’artère de son propre bras (nia-bhuāuhṇāruṃ)66 et la fixa sur le luth. Satisfait de la dévotion intense (de Rāvaṇa), du fait qu’il jouait du luth avec (l’artère de) son bras, Dharaṇiṃda, venu se prosterner sur le tïrtha, donna à Rāvana la lance Amohavijayā et la science qui permet la métamorphose (rūva-kāriṇī vijjā)67.

  • 68 Du 3e au 6e Jina.
  • 69 Du 7e au 14e Jina. Ed. 93.20 lire duvāre Sūpās’āīṇam au lieu de duvāresu Pāsāīṇam : cf. (13)24.15, (...)
  • 70 Du 15e au 24e Jina.

29§ 9 (93.19-21) Sur cette même montagne, le Seigneur Goama entra par la porte Sud du temple Siṃhanisijjā et rendit hommage d’abord aux statues des quatre Jina : Saṃbhava, etc.68, ensuite, dans le sens de la pradakṣiṇā, il (entra) par la porte de l’Ouest et (rendit hommage à celles) des huit Jina : Supāsa, etc.69, puis par la porte du Nord, à celles des dix Jina : Dhammanāha, etc.70, enfin par la porte de l’Est, à celles des deux Jina Usaha et Ajia.

  • 71 Telle quelle, l’āryā est incorrecte : une première correction serait peut-être de supprimer le prem (...)

1 [āryā] Ce lieu saint est imprenable
avec ses inaccessibles forêts de cristal
qui le protègent des conflits :
toute personne perfectible et pure qui voit71

2 [āryā] les bannières et les pots de ses temples
reflétés dans l’eau
et réalise ici même hommage et bains
obtient le fruit de (ses actes pieux), pèlerinage et autres ;
et ce fruit apparaît dès cette existence (bhāvoccia+).

3 [āryā] Ceux qui se prosternent ici
devant les stūpa de temple et leurs images,
construits sur l’ordre de Bharaha, puis les célèbrent,
sont des gens fortunés, de (véritables) trésors de prospérité.

4 [āryā] Puisse la prospérité échoir (ullasai) à ceux
qui se pénètrent l’esprit
de ce kalpa de l’Aṭṭhāvaya
composé par le Maître Jinapaha.

  • 72 Il s’agit peut-être du k.18. Le "nous" désigne-t-il Jinaprabha ou un compilateur ultérieur ? Noter (...)

5 [sk., anuṣṭubh] Nous venons d’exposer
en détail dans ce kalpa
l’esprit du message qui était célébré en résumé
dans un précédent hymne dédié à l’Aṣṭāpada72.

18 : Kalpa du grand lieu saint Aṣṭāpada

Site : cf. k.49

Structure et matière du texte : cf. I § 1.1. et II § 2

30Sont résumés dans ce k. divers éléments du k.49 : je renvoie en notes aux paragraphes du k.49 correspondants.

Mètre : āryā

Bibliographie

31Traduction anglaise : Cort 1990 p.260-263.

Traduction (18)31.3-27

  • 73 Pavitritavān ? Je donne un sens actif : cf. infra v. 10 varṇitavān.
  • 74 C’est-à-dire Dharmaghosa : cf. Schubring 1944 p.380. Selon Jhavery 1944 p.225, Dharmakīrti devient (...)
  • 75 Vidyānanda et Dharmaghoṣa, élèves de Devendra, ont composé des hymnes (Girinārakalpa de Dharmaghosa (...)

1 Victorieuse est l’Aṣṭāpada, la Reine des Montagnes,
celle que purifia73 l’excellent DharmakīrtiṚṣabha74,
successeur de Vidyānanda,
celle que loua (aussi) Devendra75.

  • 76 L’auteur joue sur les divers sens possibles du mot aṣṭāpada, que je ne suis pas sûre d'avoir identi (...)

2 Victorieuse est l’Aṣṭāpada, la Reine des Montagnes,
où vécut l’octopède (aṣṭāpada) Ṛṣabha,
d’un or éblouissant, capable de supprimer
un lakh de défauts, (comme) en premier l’aṣṭāpada76.

  • 77 = furent libérés ? Je n’ai pas trouvé la référence à cet épisode

3 Victorieuse est l’Aṣṭāpada, la Reine des Montagnes,
où les quatre-vingt-dix-neuf fils de Ṛṣabha,
Bāhubalin à leur tête, (tous) excellents ascètes,
partagèrent l’ambroisie77.

  • 78 Cf. (49)91.10-11, § 2a.

4 Victorieuse est l’Aṣṭāpada, la Reine des Montagnes,
où dix mille ascètes
ont attelé le joug de la Libération
en même temps que le Seigneur (Ṛṣabha), comme s’ils tremblaient d’en être séparés78.

  • 79 Cf. (49)92.27-28, § 4.

5 Victorieuse est l’Aṣṭāpada, la Reine des Montagnes,
où, de concert avec Ṛṣabha,
ses huit petit-fils, (et) ses quatre-vingt-dix-neuf fils
atteignirent la Libération en un instant79.

  • 80 Cf. (49)91.11-13, § 2a. Les trois stūpa sont comme la concrétisation du Triple Joyau : Foi, Science (...)

6 Victorieuse est l’Aṣṭāpada, la Reine des Montagnes,
où Indra fit installer,
à la place de trois monticules, trois stūpa
en forme du triple joyau80.

  • 81 Cf. (49)91.13-14, § 2b.

7 Victorieuse est l’Aṣṭāpada, la Reine des Montagnes,
où Bharata fit ériger le sanctuaire
bien quadrangulaire du nom de Siṃhaniṣidyā
où se trouvent des statues des Jina81.

  • 82 Cf. (49)91.13-14, § 2b.

8 Victorieuse est l’Aṣṭāpada, la Reine des Montagnes,
où, sur la cime, resplendit (virājati°°)
(ce) sanctuaire long d’un yojana, large de la moitié
(et) haut de trois krośa°82.

  • 83 Cf. (49)92.16-17, § 2c.

9 Victorieuse est l’Aṣṭāpada, la Reine des Montagnes,
où Bharata fit installer les statues de ses frères,
les statues des vingt-quatre Jina
et sa propre statue83.

  • 84 Cf. (49)91.27-28, § 2b.

10 Victorieuse est l’Aṣṭāpada, la Reine des Montagnes :
c’est ici que Bharata a donné le modèle
des statues des Jina à installer dans le temple,
en les caractérisant chacune avec les forme, taille, couleur et emblème
qui leur revenaient84.

  • 85 Cf. (49)92.17-18, § 2c.

11 Victorieuse est l’Aṣṭāpada, la Reine des Montagnes,
où le Souverain (Bharata) érigea
les stūpa de ses quatre-vingt-dix-neuf frères avec leur statue
et (aussi) le stūpa de l’Arhant (Ṛṣabha)85.

12 Victorieuse est l’Aṣṭāpada, la Reine des Montagnes,
qui resplendit (śuśubhe°°) avec ses huit yojana.
C’est elle qui possède le śarabha aux huit pieds
réalisé par Bharata pour tuer, si je puis dire, le lion de l’égarement.

  • 86 Cf. (49)93.5, § 6.

13 Victorieuse est l’Aṣṭāpada, la Reine des Montagnes,
où d’innombrables koṭi° de grands ascètes,
tels le Cakravartin Bharata,
ont atteint la Libération86.

  • 87 Cf. (49)93.5-7, § 6 et k.1, n.28.

14 Victorieuse est l’Aṣṭāpada, la Reine des Montagnes,
où Subuddhi proclama
devant les fils de Sagara que les ascètes de la lignée du roi Bharata
obtiendraient le (Ciel) Sarvārthasiddhi puis la Libération87.

  • 88 Cf. (49)92.22-26, § 3. Lire en composé rakṣati-kṛtaye.

15 Victorieuse est l’Aṣṭāpada, la Reine des Montagnes,
où pour la protéger tout autour,
les fils de Sagara ont pratiqué une ouverture,
un océan (parikhā-sāgaram), sur l’ordre de Sagara88.

16 Victorieuse est l’Aṣṭāpada, la Reine des Montagnes :
ce (mont) jaina, comme pour faire purifier ses péchés,
est entouré de tous côtés par le Gange,
aux eaux sans cesse déferlantes tout autour.

  • 89 Lire comme ed : āpe (et non Ed api).
  • 90 Cf. (49)93.8-10, § 7.

17 Victorieuse est l’Aṣṭāpada, la Reine des Montagnes,
où pour avoir donné un tilaka aux Jina,
Damayantï obtint89 une juste récompense,
un tilaka sur son front à la naissance90.

  • 91 Cf. (49)93.11-16, § 8.

18 Victorieuse est l'Aṣṭāpada, la Reine des Montagnes :
tandis qu’il la précipitait de colère dans la mer (akūpare kopāt),
Rāvaṇa fut suffisamment écrasé par le pied de Vālin
pour pousser le cri de douleur qui lui valut son nom
(ārāvi Rāvaṇo ’ram)91.

  • 92 Cf. (49)93.16-18, § 8.

19 Victorieuse est l’Aṣṭāpada, la Reine des Montagnes,
où grâce à la corde de son bras, l'Indra de Laṅkā (Rāvaṇa)
célébra la fête jaina et obtint de Dharaṇendra
un pouvoir (dénommé) Vijayāmogha92.

  • 93 Lire séparé aṣṭa, daśa.
  • 94 Cf. (49)93.19-21, § 9.

20 Victorieuse est l’Aṣṭāpada, la Reine des Montagnes,
où le gaṇadhara° (Gautama) rendit hommage
aux statues des Jina : quatre à l’Ouest,
puis huit, dix93, deux, respectivement aux autres points cardinaux94.

  • 95 Cf. (49)92.29-30, § 5.

21 Victorieuse est l’Aṣṭāpada, la Reine des Montagnes,
que Vīra caractérisa en ces termes :
"Toute personne, qui sans autre force que la sienne,
rend hommage aux Jina sur cette montagne
obtient un sort inébranlable (la Libération)"95.

  • 96 Cf. (49)92.34-93.1, § 5. Que signifie daśama dans ce vers ?

22 Victorieuse est l’Aṣṭāpada, la Reine des Montagnes :
pour avoir étudié la leçon Puṇḍarīka prononcée par le Seigneur (Vīra),
le dieu (Vaiśravaṇa) devint ici
le dixième lotus connaisseur des dix Pūrva (Vajrasvāmin)96.

  • 97 Cf. (49)93.1-2, § 5.

23 Victorieuse est l’Aṣṭāpada, la Reine des Montagnes,
où le gaṇadhara° Gautama fit l’éloge du Guide jaina (de Vīra)
et donna l’Enseignement
à mille cinq cents ascètes97.

  • 98 Cf. n.4.

24 Victorieuse est l’Aṣṭāpada, la Reine des Montagnes :
j’ai décrit (ce) grand lieu saint,
stable et fait de huit pieds (aṣṭāpada-),
semblable à une montagne d’or (aṣṭāpada-parvata iva)98.

1 : Kalpa du lieu saint de Śatruñjaya

Site

32Śatruñjaya est le mont le plus sacré aux yeux des jaina de nos jours ; il domine Pālitāna (Kathiawar) : IGI XIX p. 361-6 ; Glasenapp 1925 p. 438 ; Burgess 1976 (1 1869) "The temples of Śatruñjaya". Bombay ; Burgess 1873 "Papers on Śatruñjaya and the Jains. v.  Śatruñjaya Hill" in Indian Antiquary 2 p. 354-7 ; J.P. Jain 1980 "Spatial System and Ritual Use of Śatruñjaya Hill" in Art and Archeology Research Papers 17 p. 47-51, etc. De nombreuses études ont été consacrées à ce site.

Structure du texte : cf. I § 1.1 et II § 2

33§ 1 Gloire du tīrtha.

34§ 2 Vertus merveilleuses.

35§ 3 Légende de Jāvaḍi.

36§ 4 Autres merveilles du tīrtha.

37§ 5 Rites magico-religieux.

38§ 6 Hymne au Mont Aṣṭāpada.

Mètre : anuṣṭubh

Bibliographie et parallèles

39Traduction anglaise : Cort 1990 p. 246-251.

40Je réserve pour un travail ultérieur l’analyse de l’abondant matériel textuel qui existe à propos de Śatruñjaya ; ci-dessous, je n’ai utilisé que les parallèles suivants :

  • Kumārapālaprabodhaprabandha (KPP) édité dans le Kumārapālacaritasaṃgraha, SJS 41 (référence à la page et à la ligne de l’édition) : parallèle proche ; malaisé à situer étant donné l’absence d’auteur et de datation ;

  • Śatruñjayamāhātmya (ŚM) de Dhaneśvara : éléments utilisés dans ce k. L’analyse de Weber 1966 (11858) a été d’une aide précieuse pour exploiter cette source ; je donne en note les références précises de ŚM.

Traduction

§ 1 (1.1-2.19)

  • 99 Cf. annexe 4 no 8.

1 Vous bénisse le dieu°°99 rehaussant
le temple qui (lui-même) forme un diadème
pour le pic de la montagne nommée Puṇḍarīka :
(j’ai nommé) Nābheya (Ṛṣabha,1er T.).

  • 100 L’indication est traditionnelle : cf. p. ex. KPP 104.14.
  • 101 Cf. n.2. Dharmaghosa se réfère aussi à Nārada dans son Girinārakalpa cf. Schubring 1944 no 664.

2 La majesté du lieu saint Śatruñjaya,
que l’omniscient
Atimukta100 avait dite jadis
devant l’ascète Nārada101,

  • 102 Cf. Introduction § 6.

3 je vais la dire très brièvement (leśato)
pour la rappeler aux nôtres et aux autres.
Sont dignes de l’écouter les Perfectibles,
s’ils ont le désir de détruire leurs péchés (pāpa-nāśana-kāmyayā°°)102.

  • 103 Puṇḍarīka est le premier gaṇadhara° de Ṛṣabha, libéré du vivant même de Ṛṣabha cf. p. ex. Triṣ 1.6. (...)
  • 104 Cf. p. ex. ŚM V. v. 154.

4 A Śatruñjaya, l’ascète
Puṇḍarīka103, suivi de cinq koṭi° d’ascètes,
atteignit le But suprême le jour de la pleine lune de Caitra (mars-avril).
Voilà pourquoi ce (mont) est connu sous le nom de Puṇḍarīka104.

  • 105 Cf. n.8.

5 (On dit aussi) : Siddhikṣetra105, Tīrtharāja,
Marudeva, Bhagīratha,
Vimalādri, Bāhubalin,
Sahasrakamala,

6 Tāladhvaja, Kadamba,
Śatapatra, Nagādhirāṭ,
Aṣṭottaraśatakūṭa,
Sahasrapattra,

7 Ḍhaṅka, Lauhitya,
Kapardinivāsa
Siddhiśekhara.
On dit encore Śatruñjaya, Muktinilaya,
Siddhiparvata,

  • 106 Ces mêmes vingt et un noms (à l’exception de Siddharāja dans KC au lieu de Tīrtharāja de VTK) figur (...)

8 et enfin Puṇḍarīka :
dieux, hommes, sages chantent
pour ce lieu saint
vingt et un noms106.

  • 107 Cf. Weber 1966 (11858) p. 22-23 : ŚM mentionne vingt et une montagnes appartenant à la même chaîne (...)
  • 108 Cf. II § 2 et annexe 4 no 1.

9 Cinq sommets, le Ḍhaṅka107, etc.,
ont ici la faveur des dieux.
Ils resplendissent°° avec leurs sources de nectar, leurs gisements
de pierres précieuses, leurs grottes et leurs plantes magiques108.

10 Ḍhaṅka, Kadamba, Lauhitya,
Tāladhvaja et Kapardin,
ces cinq (cimes) ont été avec le temps
accaparées par les adeptes de fausse croyance (mithyā-dṛgbhir urīkṛtāḥ).

11 "Quatre-vingts yojana dans le premier rayon,
dans le deuxième soixante-dix,
soixante dans le troisième rayon,
dans le quatrième cinquante,

  • 109 Cf. p. ex. KPP 104.31-32.

12 dans le cinquième douze
et sept ratni° dans le dernier" :
voilà comment les gens compétents ont chanté
la taille de cette montagne dans l’ère descendante109.

  • 110 Cf. p. ex. Triṣ I.6.V. 416 (= ŚM V. v. 17).
  • 111 Pour l’assemblée plénière de Ṛṣabha, cf. p. ex. Triṣ.I.6.v. 417.

13 Elle était large de cinquante yojana à la base,
de dix au sommet
et s’élevait à huit yojana110,
au moment où Yugādīśa (Ṛṣabha) pratiquait son ascèse111.

  • 112 Cf. KPP 104.32-33. Ṛṣabhaseṇa est un gaṇadhara° de Rsabha : cf. p. ex. ĀvCū I 158.6-7.

14 Innombrables furent, en cet endroit, de grands ascètes
tels Ṛṣabhaseṇa112,
qui tinrent leur assemblée plénière,
et qui, rois de ces lieux saints,
furent libérés, une fois leur temps écoulé.

  • 113 Cf. KPP 104.33.

15 Les guides jaina de l’ère future,
Padmanābha113 en tête, tiendront leur assemblée plénière
en cet endroit,
purifiant le monde de leur gloire (kīrti-pāvita-viṣṭapa).

  • 114 Cf. p. ex. KPP 104.33-105.1.

16 Vingt-trois Arhant,
de Nābheya (Ṛṣabha) à Vīra,
à l’exception du Souverain Nemi,
tinrent ici leur assemblée plénière114.

17 Pour Ādīśvara (Ṛṣabha),
qui avait obtenu l’omniscience,
le Cakravartin Bharata,
cet homme à la pensée pure,

18 fit bâtir, ici, au cours de cette ère descendante,
un grand sanctuaire en pierres rares,
d’une hauteur d’un yojana,
avec les statues de vingt-deux Jina

  • 115 Cf. k.49, n.26.
  • 116 Cf. KPP 105.2.

19 en or, en argent, etc.,
la statue de Nābheya (Ṛṣabha)
en pierre aṅka
115et vingt-deux petites cellas116.

  • 117 Cf. annexe 4 no 1

20 Resplendit (bhāti°°)117 ici une série de temples,
avec les statues en argile
de vingt-deux Jina, chacune avec ses
caractéristiques et avec les empreintes de leurs pas (pādukā-yutā).

  • 118 Cf. KPP 105.10.

21 Et, en hauteur, le roi Bāhubalin
fit ériger, ici, en même temps
qu’un hall pour les assemblées plénières,
un temple dédié à Marudevī118.

  • 119 Cf. n.14.

22 Ici, à l’ère descendante, le premier gaṇadhara°
du premier Tīrthaṅkara, premier
fils du premier Cakravartin (Ṛṣabhasena)
fut le premier à être libéré119.

  • 120 Cf. KPP 105.4.

23 En ce lieu, Nami et Vinami,
grands ascètes, princes des Khecara,
allèrent à la Libération en compagnie
de deux koṭi° de grands ascètes120.

  • 121 Cf. SM VII v. 218 et KPP 105.4.

24 Ici, Draviḍa, Vālikhilya
et d’autres rois ont gagné
le Séjour suprême
avec leurs dix koṭi ° de moines121.

  • 122 Cf. SM IX v. 538-539 et KPP 105.8.
  • 123 Cf. p. ex. KPP 105.9.

25 Trois koṭi° de rois-ascètes,
Jaya, Rāma, etc., sont venus ici122.
Par ailleurs, quatre-vingt-onze lakhs d’ascètes,
Nārada, etc., sont venus à la Félicité123.

  • 124 Cf. p. ex. Ant IV sūt. 2 et KPP 105.9.

26 Pradyumna, Samba
et d’autres princes encore
ont atteint ici la Cessation (d’existence)
en compagnie de huit koti° et demi de moines124.

27 En même temps que d’innombrables
śreṇi au nombre
de quatorze lakhs, etc. (manu-pramita-lakṣâdi),
les rois descendants de la lignée de Nābheya (Rsabha)

  • 125 Cf. ŚM VI v. 290-292.
  • 126 Cf. KPP 105.8. Sarvārthasiddha est le nom du ciel suprême : cf. p. ex. Kirfel 1920 p.294.
  • 127 Cf. ŚM VI v. 295.

28 depuis Ādityayaśas125 jusqu’à Sagara,
ont obtenu, pendant cinquante koṭi° et quatre lakhs d’années,
le Ciel Sarvārthasiddha126,
puis la Libération127.

  • 128 La légende de Śailaka et Śuka fait l’objet du cinquième adhyāyana de Nāyādhammakahāo, mais leur Lib (...)

29 Les enfants de Bharata, ses fils
Śailaka, Śuka, etc.,
en tout, d’innombrables koṭi° de koṭi°
ont été libérés ici, après avoir controlé leurs sens128.

  • 129 Dans la tradition suivie p. ex. par Triṣ VIII.12.v. 127, les cinq Pāṇḍava atteignent la Libération (...)

30 En compagnie de Kuntī et de vingt koṭi°
de moines, les cinq Pāṇḍava
qui avaient inauguré une statue de l’Arhant
furent ici libérés129.

  • 130 Cf. p. ex. KPP 105.9-10.

31 Les deuxième et seizième Souverains jaina,
Ajita et Śānti,
passèrent les quatre mois de la saison des pluies
dans ce lieu saint dont ils avaient fait leur résidence130.

  • 131 Cf. Schubring SII 2 1923 p. 178-203, réimpr. Kl. Schriften p. 274-299, "Zwei Heiligen-Paare im Prei (...)

32 Venu en pèlerinage sur les indications de Nemi,
le gaṇadhara° Nandiṣeṇa composa ici
la louange (-stavam) d’Ajita et de Śānti
qui chasse toutes les maladies (sarva-rujâpaham°°)131.

  • 132 Cf. p. ex. KPP 105.3.

33 Dans ce grand lieu saint furent
innombrables les restaurations faites par les hommes,
innombrables les statues132,
innombrables aussi les sanctuaires.

  • 133 Cf. p. ex. ŚM V v. 401-410.

34 Si on se prosterne avec dévotion
devant les statues (arcā) que fit sculpter Bharata,
qu’elles soient dans de petits bassins ou dans des grottes133,
on n’a plus qu’une renaissance(ekâvatāra-bhāk).

35 Saṃprati, Vikramāditya
Sātavāhana, Vāgbhaṭa
Pādalipta, Āma et Datta
sont connus comme des restaurateurs de ce lieu saint.

  • 134 Cf. p. ex. KPP 105.1.
  • 135 Cf. n.36.

36 Même s’ils habitent le Videha,
ceux qui ont une vue juste
se souviennent de ce lieu saint134.
C’est là, d’après la Tradition, ce que Śakra
dit un jour, en présence du Maître Kālika135.

37 En ce lieu, où l’on avait inauguré l’image
de Jāvaḍi, il y eut avec le temps
le lac Anupamā
à la place du temple d’Ajita.

  • 136 Cf. p. ex. KPP 105.13-14.
  • 137 C’est le nom d’un roi du futur : pour sa légende, cf. p. ex. Triṣ X. 13.v. 74-152 Johnson VI. 339-3 (...)

38 En ce lieu, le roi Meghaghoṣa136,
petit-fils de Kalkin137, restaurera,
en homme avisé, les temples
de Marudevī et de Śānti.

  • 138 Cf. p. ex. ŚM XV v. 224 et KPP 105.17-18 citant ĀcaN v. 522.

39 Le roi Vimalavāhana
effectuera la dernière restauration
de ce (lieu saint) sur les indications
du Maître Duṣprasaha138.

  • 139 Cf. p. ex. KPP 105.19-20, citant ĀcaN v. 523.

40 Même une fois saccagé, ce lieu saint,
connu sous le nom de Ṛṣabhakūṭa et honoré des dieux,
sera l’objet d’un culte
jusqu’au (futur) Tīrthaṅkara Padmanābha139.

§ 2 (2.20-3.20)

  • 140 Pour les v. 41-67, cf. II § 4 et 5.

41 Les animaux qui demeurent ici,
abandonnent la plupart de leurs péchés.
Ils vont vers la Bonne Destinée grâce à leurs intentions pures
du fait de la majesté de ce lieu saint (tīrtha-māhātmyād viśadâśayāh)140.

42 Les craintes humaines nées de (dangers divers) : lion, feu,
océan, serpents (vyāla), rois (bhūpāla), poison, combats,
ou encore voleurs, ennemis, maladies (caurâri-māri),
peuvent être détruites, au (seul) souvenir de ce lieu saint.

43 Si on médite sur soi, comme allongé sur le flanc
de l’Àdijinesitṛ (Ṛṣabha)
en argile (lepya) réalisé par Bharata,
on peut surmonter toutes les craintes (sarva-bhaya-jid°° bhavet).

  • 141 Cf. p. ex. KPP 104.15-16, citant ÀcaN v. 515.

44 Le mérite, qu’ailleurs on obtiendrait
au prix d’une sévère ascèse et du vœu de chasteté,
on l’obtient en demeurant à Śatruñjaya,
en pratiquant le contrôle de soi (tan nivasan prayataḥ)141.

45 Qui donne de la nourriture aux nécessiteux
dans un (quelconque) lieu saint, au prix de plusieurs koṭi,
obtient le même mérite sur Vimalācala (Śatruñjaya),
après un seul jeûne.

  • 142 Cf. KPP 104.25-26, citant ĀcaN v. 520.

46 Tout lieu saint qui existe
dans les trois mondes, terre, espace intermédiaire, éther,
est visible dans son ensemble,
dès lors qu’on a rendu hommage à Puṇḍarīka142.

47 En ce lieu, aujourd’hui encore, à moins d’(annoncer) un mauvais
présage (vinâriṣṭam),
il n’apparaît pas le moindre
oiseau de mauvais augure (ariṣṭa-pakṣiṇām),
bien qu’il y ait présence d’aliments dans les salles à aumônes
(satrāgāra-bhojyeṣu).

48 En faisant don de nourriture ici, celui qui vient
en pèlerinage (pour la première fois), gagne un mérite dont la valeur
(se mesure) en koṭi° ;
s’il revient, après avoir (déjà) fait ici un pèlerinage,
il a, cette fois, un mérite d’une valeur infinie.

49 Qui fait don d’aumône à la communauté (pratilābhayataḥ saṅgham),
sans avoir vu Vimalācala,
peut (bien) avoir un mérite d’une valeur d’un koṭi° ;
mais, s’il l’a vu, il a un mérite d’une valeur infinie.

  • 143 Cf. p. ex. KPP 104.17-18, citant ĀcaN v. 515.

50 Qui a rendu ici un hommage, a rendu hommage
à tous les lieux saints
où se sont produits l’omniscience
et la Libération des (Jina) magnanimes143.

51 Les fêtes célébrant la naissance, l’ordination,
l’omniscience et la Libération,
ont lieu n’importe où ailleurs en l’honneur d’un Jina en particulier ;
elles ont lieu ici pour l’ensemble des Jina.

52 Soit les villes Ayodhyā* (13), Mithilā* (19), Campā* (35),
Śrāvastī* (37), Hastināpura* (16, 50),
Kauśāmbī* (12), Kāśi* (38), Kākandī*,
Kāmpilya* (25), Bhadrila*,

53 Ratnavāha* (20), Śauryapura*,
Kuṇḍagrāma*, Apāpā* (21),
Candrānanā*, Siṃhapura*
et aussi Rājagṛha* (11)

  • 144 Cf. p. ex. KPP 104.19-20, citant ĀcaN v. 517. Cf. annexe 3 no 7.

54 ou encore les Monts Raivataka* (2, 3, 4, 5),
Saṃmeta*, Vaibhāra* (11), Aṣṭäpada* (18, 49),
le fruit qui s’obtient avec un pèlerinage ici (à Śatruñjaya)
vaut cent fois un pèlerinage dans ces lieux-là144.

  • 145 Cf. p. ex. KPP 104.21-22, citant ĀcaN v. 518.

55 Comparé au mérite que vaut une offrande (faite) ici,
le mérite que vaut l’installation d’une image est cent fois supérieur,
celui que vaut un temple mille fois supérieur,
celui que vaut la sauvegarde de ce (lieu saint) infiniment supérieur145.

56 Si on fait sculpter, à son sommet,
une statue ou un sanctuaire,
on bénéficie de pouvoirs surnaturels sur la terre de Bharata
et on obtient la Gloire du ciel (svarga-śriyam aśnute).

57 Tout homme qui entame une ascèse,
en rendant hommage,
peut obtenir, au (seul) souvenir de Puṇḍarīka (Śatruñjaya),
le fruit que lui vaudraient (sinon) des ascèses supérieures.

58 Au seul souvenir de ce lieu saint,
si on est pur en pensée, en parole, en action,
on peut obtenir le fruit d’ascèses
de six mois ou davantage.

59 Aujourd’hui encore, quand on fait,
sur la montagne Puṇḍarīka, le jeûne ultime,
on gagne aisément le ciel (sukhena svargam ṛcchatï),
même si on a vécu sans moralité aucune (bhūtvā śila-vihīno’pi).

60 Offre-t-on, ici, parasols, chasse-mouches,
jarres, bannières ou vases,
on devient un Vidyādhara ;
donne-t-on un char, on devient un Cakravartin.

61 En faisant ici une offrande de dix guirlandes de fleurs,
on est purifié des existences ;
se nourrit-on, on n’en obtient pas moins
le fruit d’un jeûne jusqu’au quatrième repas.

62 Si on offre deux fois plus de guirlandes,
(on obtient le fruit d’un jeûne) jusqu’au sixième repas,
trois fois plus, (celui d’un jeûne) jusqu’au huitième,
quatre fois plus, jusqu’au dixième repas.

63 Et le fruit est celui d’un jeûne jusqu’au douzième repas,
si on en donne cinq fois plus :
il est admis que le fruit augmente
proportionnellement à l’accroissement (du nombre) des guirlandes.

  • 146 Cf. p. ex. KPP 104.23-24, citant ĀcaN v. 519.

64 En faisant seulement offrande et bain de l’image,
à Vimalācala, on obtient un mérite
qu’on n’obtiendrait pas dans les autres lieux saints,
en donnant or, terre ou parures146.

65 En mettant de l’encens, on obtient
le fruit d’un jeûne d’une quinzaine
et en faisant une offrande de camphre, on obtient
le fruit d’un jeûne d’un mois.

66 Qui fait ici don aux moines
d’aliments et autres aumônes sans souillure aucune,
bénéficie du fruit que vaudrait un jeûne
pendant le mois de Kārtika (octobre-novembre).

67 Ici, en disant trois fois par jour un mantra, après s’être baigné,
en ne mangeant pas pendant les mois de Madhu (avril-mai) et Ūrja
(octobre-novembre) ou en méditant sur la formule "Salut aux Arhant"
(namo arhadbhyaḥ padam),
on obtient de renaître comme Tīrthaṅkara.

  • 147 PCi 100.16-17 p. ex. mentionne l’existence d’un caitya de Mahāvīra, lors du passage du ministre Vas (...)

68 A Pādaliptapura brillent (bhātaḥ°°)
les deux temples de Pārśva et de Vīra147,
et au pied de cette montagne,
se trouve le grand temple de Neminātha.

  • 148 Vāgbhaṭa est le nom du ministre du roi Caulukya, Kumārapāla (ca. 1144-1173) connu d’après les autre (...)
  • 149 Pour la mention de la construction d’un temple à Śatruñjaya, cf. PCi 87.5-7 et KC 26.22-24. La somm (...)

69 Moyennant la dépense d’une fortune
de trois koti° moins trois lakhs, Vāgbhaṭa148,
le meilleur des conseillers, restaura
le temple de Yugādīśa (Ṛṣabha)149.

  • 150 Cf. II § 4 et annexe 4 no 2, no 14 et no 15.

70 Sitôt vue (dṛṣtaiva°°), à la première
approche (d’un fidèle) dans ce lieu saint,
la pure image (viśadā°° mūrtiḥ) d’Ādimārhant (Ṛṣabha)
applique un baume de nectar sur ses yeux (dṛsor amṛta-pāraṇam°°)150.

§ 3 (3.21-4.1)

  • 151 Cf. SM XV v. 281. Sur l’ensemble de la légende de Jāvaḍa, cf. ŚM XV v. 168-281.

71 Cent huit années depuis
le début de (l’ère) Vikrama,
Jāvaḍi, moyennant une lourde dépense,
fit installer ici une image151.

72 Elle est sur la pente de la montagne
Mammāṇa à l’éclat étincelant (bhāsvara-dyuti°°),
la pierre nommée jyotīrasa
avec laquelle on a sculpté l’(image), dit la Tradition.

  • 152 Cf. SM XV v. 191.
  • 153 Cf. SM XV v. 213. Vairasvāmin est un prakritisme pour Vajrasvāmin.

73 Résidant jadis dans la ville de Madhumatī152,
le négociant Jāvaḍi
apprit de Vairasvāmin153
la majesté de Śatruñjaya.

  • 154 Yakṣiṇī traditionnelle de Ṛṣabha : cf. p. ex. Guerinot 1926 p. 101.

74 Se réjouissant à l’idée de faire des ablutions d’eau parfumée,
il purifia l’image d’argile.
Se souvenant de Cakreśvarī154,
il se rendit à la mine de la montagne Mammāṇa.

75 En ce lieu, il fit sculpter une statue de pierre (aśmanīṃ mūrtīm),
la plaça sur un chariot,
et, se rendit, avec son épouse, en direction de Vimalādri,
de jour, sur une route favorable.

  • 155 Les démons sont responsables de la disparition de la statue :
    cf. ŚM XV v. 229 : niśāyām uṣite sangh (...)

76 Mais, tout le chemin parcouru
de jour, le chariot avec la statue
le rebroussait ensuite
de nuit, miraculeusement155.

  • 156 Cf. ŚM XV v. 231.
  • 157 Vajrasvāmin ordonne au Yakṣa Kapardin de monter la garde dans le ciel et il enjoint aux époux de se (...)

77 (Tout) abattu, il invoqua Kapardin156,
vit la raison (dṛṣṭvā hetuṃ) et obéissant à l’injonction (donnée),
il se jeta à terre à l’horizontale
sur le chemin du char avec son épouse157.

78 Grâce à la divinité que sa vaillance
avait bien disposée, il fit monter
le chariot avec son image sur le sommet de la montagne  :
qu’y a-t-il de difficile à réaliser pour les Perfectibles ?

  • 158 Cf. SM XV v. 243.
  • 159 Il s’agit d’après ŚM XV v. 246-252 de l’ancien Kapardin qui se cache à l'intérieur de la précédente (...)

79 Jāvaḍi installa alors Mūlanāyaka (Ṛṣabha)158 mais,
quand l’image fut déposée à sa place,
sous l’effet du tintement de l’image d’argile,
la montagne éclata en morceaux159.

  • 160 Je ne suis pas sûre d'avoir compris cette phrase et le parallèle n’est pas exact avec ŚM.

80 L’éclair, émis par l’image (d’argile)
à cause de l’image du marchand, blessa sa main :
il s’était échappé, trouant les escaliers
et fendant la montagne160.

  • 161 Litt. les poils dressés sur tout le corps. Cf. ŚM XV v. 273-4.

81 Une fois monté au sommet du temple,
dans l’intensité de sa joie,
Jāvaḍi, tout frémissant (cañcad-romāñca-kañcuka)161,
dansa frénétiquement (narinartti sma) avec son épouse.

  • 162 Jâvadi fit construire un temple, etc. L’expression est allusive. Dans ŚM XV v. 192-199, dix-huit na (...)

82 Les dix-huit bateaux (venant) de contrées étrangères
(apatīrthika-bohittha*)
arrivèrent à l'improviste au bout d’un an.
Avec l’argent de leur cargaison, le négociant
fit s’épanouir en cet endroit la foi jaina162.

  • 163 Cf. ŚM XV v. 275.

83 A cet endroit, après avoir fait installer les statues
d’Ādyārhant (Ṛṣabha), de Puṇḍarīka et de Kapardin,
Jāvaḍi fut l’hôte
des palais célestes163.

  • 164 Cf. ŚM I v. 502. On trouvera un écho de l’existence de ces deux statues dans la légende de Jāvaḍi : (...)

84 A la droite du Vénérable (Ṛṣabha),
se trouve ici le premier Puṇḍarīka ;
à sa gauche, resplendit (dīpyate)
le second que fit installer Jāvaḍi164.

§ 4 (4.2-13)165

  • 165 Cf. II § 2 et § 4.

85 D’innombrables koṭi° de koṭi°
de la lignée des Ikṣvāku et de Vṛṣṇi
furent libérés ici : cette montagne
manifeste le tilaka de koṭi° de koṭi°.

  • 166 Cf. SM I v. 283b : ke mī pañca narāḥ svāmin sa-strikā lepa-nirmitāḥ. Cf. aussi n.31.

86 Les cinq Pāṇḍava et Kuntī, leur mère
allèrent (ici) à la Félicité :
voilà ce qu’enseignent, dans ce lieu saint,
leurs six images d’argile (ṣaḍ-eṣāṃ lepya-mūrtayaḥ)166.

  • 167 Cf. ŚM I v. 271.

87 Grâce à la fortune extraordinaire de la communauté,
Räjädana, l’arbre du temple,
(tel) la foule des rayons de la lune,
fait pleuvoir un lait pareil à de l’ambroisie167.

88 Du fait qu’ils ont pour lot la Libération,
les animaux, tigres et paons en tête,
ont gagné ici le monde des dieux,
après s’être prosternés aux pieds d’Ādīśa (Ṛṣabha).

  • 168 Un temple de ce nom est mentionné PCi 100.19.
  • 169 Le Śakunikāvihāra, mentionné PCi 100.19 et KC 26.13, est, selon la Tradition, situé à Bhṛgupura (Br (...)

89 A gauche, il y a le Satyapurāvatāra*168,
le temple de Mūlajina (Ṛṣabha) est à droite
et derrière le Śakunīcaitya169,
se trouve l’Aṣṭāpada.

  • 170 Un temple (Nandiśvaraprāsāda) est en effet construit sur le Śatruñjaya par Vastupāla d’après PPS 63 (...)

90 Nandīśvarāvatāra*170, Stambhanakāvatāra*,
Ujjayantāvatāra* ont ici leur assise
pour augmenter sans peine
les mérites chez les Perfectibles.

  • 171 La représentation iconographique en question fait probablement allusion à l’épisode suivant : alors (...)

91 Assisté de Vinami qui avait brandi son épée
et aussi de Nami,
Näbheya (Ṛṣabha) resplendit (prabhāsate°°)
dans son temple qui monte vers le ciel (svargârohaṇa-caitye°°)171.

92 Śreyāṃsa, Śānti et Nemi embellissent (alaṅkurvate°°)
un deuxième pic élevé.
Quant aux autres sommets de cette montagne,
ce sont Ṛṣabha, Vīra et les autres Jina qui les rehaussent.

  • 172 Burgess 1976 (11858) p.19-20 signale sur le côté nord de Śatruñjaya l’existence d’un petit temple d (...)

93 Une fois qu’il a rendu hommage ici dans son temple
à la Vénérable Marudevī172
qui brise (le cercle des) existences (bhava-cchid°°),
l’homme pieux considère son devoir accompli.

  • 173 Sur la légende de conversion de Kapardin, cf. k.30 et VI § 4. Cf. aussi annexe 4 no 19.

94 (Véritable) arbre des désirs pour qui se prosterne devant lui,
le roi des Yakṣa, Kapardin173
fait ici voler en éclats (marddayati sphuṭam°°) les obstacles divers
que rencontre la communauté des pèlerins.

  • 174 Il est peut-être fait allusion ici à la guerre qui opposait Kṛṣṇa et Jarāsaṃdha : tandis que son ar (...)

95 Sur les indications de Nemi,
Kṛṣṇa habita (ici) huit jours,
après s’être concilié le Yakṣa Kapardin
dans une grotte de la montagne174.

  • 175 Les trois images représentent Ṛṣabha et les deux Puṇḍarīka : cf. v. 84 et n.66.

96 Aujourd’hui encore, il protège ( ?agopayat) les trois images 175
dignes d’être honorées par Śakra.
Aujourd’hui encore, on entend parler
de la venue de Śakra en cet endroit, selon la Tradition.

§ 5 (4.14-25)176

  • 176 Cf. II § 7.

97 En un lieu, au nord du Ṛṣabha
que firent installer les Pāṇḍava,
se trouve aujourd’hui encore la caverne
qui mène à un petit bassin (yāvat kṣulla*-taḍāgikā).

  • 177 Cf. n.28.

98 Sur les indications du Yakṣa (Kapardin),
on peut voir ici les (trois) statues, dit-on.
C’est là précisément qu’Ajita et Śānti
passèrent la saison des pluies177.

  • 178 PPS 63.30-31 p. ex. rapporte l’aménagement de ce lac (mentionné aussi PCi 100.23), œuvre de Vastupā (...)

99 Leurs deux temples face à l’Est
se trouvaient ici,
et, à proximité du temple d’Ajita,
il y avait le lac Anupamā178.

  • 179 Cf. annexe 4 no 15.

100 Près de Marudevī, se trouve le temple de Śānti,
rafraîchissant les regards (-caityaṃ śaitya-karaṃ dṛśām°°)179 :
il était jadis de nature à briser
pour les Perfectibles l’errance dans les existences
(bhava-bhrānti-bhiduraṃ°° bhavya-dehinām)

  • 180 Cf. KPP 105.10-11.

101 Devant le temple de Śānti,
à trente hasta° plus loin,
et à sept puruṣa° au-dessous,
(se rencontrent) deux mines, (l’une) d’or, (l’autre) d’argent180.

  • 181 Cf. KPP 105.11.

102 En s’éloignant de cent pas,
vers l’est, on trouve un puits (kūpikā)181 ;
à huit hasta° au-dessous,
il est plein de parfait mercure (śrī-siddha-rasa-pūritā).

  • 182 Cf. KPP 105.12.

103 Le Maître Pādalipta,
une fois achevée la restauration du lieu saint (tīrthôddhāra-kṛte),
fit installer à proximité, dit-on,
une (image) en pierres précieuses et en or182.

104 A l’est de Ṛṣabha et
en dessous de Ṛṣabhakūṭa,
à trente dhanus° de là,
on pratique trois jeûnes.

  • 183 Vairotyā, Yakṣiṇī traditionnelle de Vimala, 13e T. (cf. p. ex. Guerinot 1926 p. 106), compte parmi (...)

105 Une fois qu’on a accompli les règles de l’offrande, etc.,
Vairotyā183 se manifeste.
Sur son invite, on déplace une roche
et, la nuit, on pénètre au centre.

106 Là, à la suite d’un jeûne,
tous les succès sont acquis.
Une fois qu’on a rendu là hommage à Ṛṣabha,
on ne connaît qu’une (autre) renaissance.

107 Devant, à cinq cents dhanus°,
il y a un bassin en pierre.
Une fois qu’il a parcouru sept pas à partir de là,
un homme avisé procède à la règle de l’offrande.

108 Là, une fois que la roche est déplacée,
tout homme plein de mérites,
moyennant deux jeûnes,
a un puits de mercure sous les yeux.

§ 6 (4.26-5.16)

  • 184 Le fils de Kalkin est aussi connu sous le nom de Datta. Sa conduite dharmique est mentionnée p. ex. (...)

109 Le fils de Kalkin sera
le très croyant Dharmadatta.
Chaque jour, il installera une image de Jina
et ne prendra qu’ensuite son repas184.

110 Son fils, le roi Jitaśatru,
auteur d’une restauration
de Śatruñjaya, aura
une gloire royale de trente-deux ans.

111 Son fils nommé Meghaghoṣa
restaurera ici, sur les indications
du Yakṣa Kapardin, le temple
de Śānti et de Marudevī.

112 Le maître Nandi, ainsi qu’Ārya,
Śrīprabha, Māṇibhadraka,
Yaśomitra, Dhanamitra,
Vikaṭadharmaka,

  • 185 Cf. p. ex. KPP 105.15-18 citant ÀcaN v. 521-522.

113 Sumaṅgala, Sūrasena :
voilà les restaurateurs de ce lieu saint
avant Duṣprasaha
jusqu’au futur Vimalavāhana185.

  • 186 Cf. à ce sujet la légende de Kalkin : p. ex. SM XV v. 193-208 et Triṣ X 13 v. 79-120.

114 Qui maltraite les pèlerins,
ou leur soutire leur argent,
tombe avec sa famille dans le terrible enfer
sous le poids de ses péchés186.

115 (En revanche), qui accomplit ici pèlerinage, hommage,
assure la protection des biens ou fait l’éloge des pèlerins,
(celui-là) est célébré avec sa famille
dans le monde des dieux.

  • 187 Le nom de Pethada figure sur une inscription du Lūṇigavasahi : cf Kielhorn El IX p. 150.

116 Si on dit les œuvres de Pīṭhaḍa*187, etc.,
Faisant suite a celles de Vastupāla*,
et célèbre ici les lieux dharmiques,
on ne va pas à l’autre rive.

117 Ayant prévu un futur saccage
des Barbares alliés à l’ère duḥṣamā,
le maître des ministres, l’intelligent
Vastupāla*, frère aîné de Tejaḥpâla*,

118 fit sculpter, dans un très beau marbre,
une statue d’Ādyārhant (Ṛṣabha)
et de Puṇḍarīka, et les installa
dans une cella souterraine extrêmement pure.

  • 188 Cf. III § 4 et annexe 4 no 6.

119 Horreur ! En l’année
1369 de l’ère Vikrama (1312),
les Mleccha* brisèrent-à cause de l’ère kali-
l’image qu’avait fait installer Jāvaḍi188.

120 En l’an 1371
de l’ère Vikrama (1314),
l’Honnête Samara
entreprit la restauration de Mūlanāyaka (Ṛṣabha).

121 Ceux qui, dans ce lieu saint, furent
maîtres de communauté, comme ceux qui le sont
ou qui le seront,
sont fortunés. Puissent-ils se réjouir longtemps de leur prospérité !

  • 189 Cf. KPP 104.30-31.

122 Autrefois, à partir du Kalpaprābhṛta,
Bhadrabāhu composa le kalpa de Śatruñjaya
puis ce fut Vajra(svāmin)
et, ensuite, le Maître Pādalipta189.

  • 190 Cf. Introduction § 6.

123 Puisant dans ces sources et les résumant,
le Maître Jinaprabha
rédigea le présent kalpa,
qui est de nature à exaucer les désirs (kāmita-prada°°)190.

124 Une fois que les Perfectibles, pleins de dévotion,
ont lu, médité, exposé,
récité ou entendu ce kalpa,
ils obtiennent la Perfection lors de leur troisième existence.

  • 191 Cf. I § 1.1.

125 O Śatruñjaya, Maîtresse des Montagnes
quels sont les êtres qui, tout avisés qu’ils soient,
peuvent bien réussir à décrire jusqu’au bout
et dans le moindre détail tes qualités191 ?

126 Les esprits des humains qui entreprennent un pèlerinage
jusqu’à toi, sont généralement,
une fois qu’ils ont appréhendé ce lieu saint,
tournés vers le bien uniquement.

127 La poussière soulevée par les chariots, les sabots des chevaux
et des chameaux, ou par les fidèles de la communauté
partis pour un pèlerinage jusqu’à toi,
enlève leurs péchés aux Perfectibles,
lorsqu’elle s’attache à leurs membres.

128 Alors que la destruction de karman
a lieu ailleurs après un jeûne d’un mois,
elle a (ici) lieu à la suite d’une (simple) bonne action
en ta faveur, accompagnée d’une marque d’hommage.

129 O toi, qui as abrité Nābheya,
O toi, dont la majesté est digne de l’éloge de Vāsava (Śakra),
en pensée, en paroles et en actes,
salut à toi, ô Siddhakṣetra.

130 Que le mérite que j’ai acquis
en composant ton kalpa
moi qui suis faible d’esprit,
rende l’univers plein d’un réel bonheur.

  • 192 Cf. Introduction § 6.

131 Pour qui célébrera ce kalpa,
même s’il est consigné dans un manuscrit192,
les félicités souhaitées
réussiront dans leur totalité.

  • 193 Il s’agit de Muḥammad bīn Tughluq au pouvoir de 1325 à 1351.

132 Au début, le Grand Roi de ce (lieu saint)193
était bien disposé envers la communauté.
Que triomphe longtemps
le kalpa appelé de ce fait Rāja-prasāda ("Bienveillance du roi").

133 Il a été composé un vendredi,
le septième jour de la quinzaine claire,
du mois de Tapas (janvier-février) en l’an 1385
de l’ère Vikrama (1328).

48 : Kalpa de la tigresse

Site

41Śatruñjaya : cf. k.1.

Structure du texte : cf. II § 2

Mètre : anuṣṭubh

Bibliographie

42Traduction anglaise : Granoff in BEI 10 1992, Worship as Commemoration : Pilgrimage, Death and Dying in Medieval Jainism (paru en 1994).

Traduction (48)90.1-16

  • 194 Cf. Introduction § 6.

1 Tout être qui se concilie (la tigresse)
connaît, s’il fait son éloge, un bonheur certain.
C’est en quelque sorte dans cette pensée
que je prononce le kalpa de la tigresse194.

2 Autrefois se tenait quelque part par là
une tigresse qui bloquait l’accès (pratolī*-dvāram)
à l’enceinte d’un temple de Satruñjaya
dédié à Nābheya (Rsabha).

3 En la voyant (là) immobile,
les fidèles, malades d’appréhension,
ne s’aventurèrent plus (à venir) de l’extérieur
rendre hommage au Jina.

4 Un ksalriya audacieux
passa à côté d’elle.
Elle n’entreprit rien contre lui,
pas le moindre mouvement de violence.

  • 195 J’ai traduit ainsi tasya viśvasya.

5 Le ksatriya de cette communauté195 prit
de la viande quelque part
et la laissa devant elle :
elle ne l’effleura pas même du regard.

6 Ensuite le fidèle s’approcha ici,
(toute) peur abandonnée, devant elle,
et tout de suite, lui offrit
boisson et nourriture délicieuses.

7 En voyant que même cela ne l’alléchait pas,
les gens se dirent en eux-mêmes :
"En vérité, elle se souvient de ses naissances (antérieures)
et a entrepris un jeûne à mort dans ce tīrtha.

  • 196 Les quatre aliments sont les suivants : plat principal (asana), boisson (pāna), aliments sucrés, i. (...)
  • 197 Ed 90.9 nirīksyate. J’ai préféré la leçon du ms. C nirīksate.

8 Même son existence d’animal est louable,
puisqu’elle renonce à la quadruple alimentation196 ;
de son œil attentif,
elle ne contemple que le dieu197."

9 Les fidèles vivant selon le dharma
lui rendirent hommage avec parfums, guirlandes ou autres
et lui témoignèrent leur respect
avec quantité de fêtes et de chants.

  • 198 Le terme technique habituel est pratyākhyāna° : la confusion est facile entre -t- et -n- dans les m (...)

10 Ils firent pour elle
un renoncement absolu (nirākāraṃ pratyākhyātam°)198.
Dans sa dévotion,
elle accepta cela avec joie.

  • 199 Cf. II § 4.

11 Ainsi, grâce à la majesté de ce tīrtha,
la tigresse, en qui s’épanouissaient les pensées pures,
jeûna une huitaine de jours
et gagna le Ciel, libre de péchés199.

12 Les jaina réduisirent en cendres son corps
avec santal et aloès.
Au côté sud de la porte de l’enceinte (pratolī*),
ils installèrent une statue de pierre.

  • 200 Cf. II § 5.

13 Puisse vaincre ce joyau des tīrtha,
(j’ai nommé) Vimalācala (Śatruñjaya),
où même les animaux
peuvent être de la sorte les meilleurs fervents200.

14 Puisse le mérite que le Maître Jinaprabha
s’est acquis en composant
ce kalpa de la tigresse,
apporter le bonheur à la communauté.

3 : Hymne de louange de l’Ujjayanta

Site

43Ujjayanta = Raivata (k.2, k.5) = Girnar (cf. n. 1), 21°30’N. et 70°42’E., à quinze km environ de Junagarh (Kathiawar) : IGI XII p. 247-248 ; Tod 1839 p. 359-401 ; Burgess 1971 (11874) p. 154-177.

Structure et matière du texte : cf. I § 1.1. et II § 2

Mètre : anustubh

Bibliographie

44Traduction anglaise : CORT 1990 p. 253-254.

Remarques

45Grâce à sa situation géographique privilégiée, le mont Girnar, exalté aussi sous les noms de Raivata et d Ujjayanta (cf. infra n.1), offre, le paysage merveilleux que recherche l’imaginaire religieux ou alchimique : cf. k.2 (infra) et k.4 (JA 1995 à paraître).

Traduction (3)7.2-26

  • 201 Raivata, Ujjayanta et Girnar sont ici présentés comme des synonymes, bien qu’ils semblent à l’origi (...)
  • 202 Nemi (22e T.) vécut trois grands événements de sa vie sur le Mont Girnar : cf. (2)6.3-4, (5)10.11, (...)

1 (Je loue) celle qui est devenue célèbre sous les noms
de Raivata et d’Ujjayanta201,
et que rendit pure Nemi 202,
Je loue Girnar, la reine des montagnes.

2 Cet endroit porte à juste titre le nom
de Surāstra ("Beau Royaume") dans les mondes,
parce que cette montagne est une marque
sur le front de l’amante qu’est la terre.

  • 203 Pour une description du temple, cf. Tod 1971 (11839) p. 393-394.
  • 204 A Junagadh : cf. Tod 1971 (11839) p. 363-366.
  • 205 Cf. Tod 1971 (11839) p.391-392. Cf. aussi annexe 4 no 3.

3 Tandis que Rsabha et d’autres Jina203
rehaussent°° la forteresse Khangāradurga*204,
Pârsva, lui, embellit°° Tejalapura,
(la ville) au pied de cette montagne205.

  • 206 Cf. annexe 4 no 1 et no 2.

4 Sur son pic d’une hauteur de deux yojana,
une enfilade de temples jaina,
(pareille à) un agglomérat de mérites,
resplendit, immaculée comme les rayons de la lune d’automne
(ābhāti śarac-candrāṃsu-nirmalā°°)206.

  • 207 Cf. Tod 1971 (11839) p.394 et Burgess 1971(11874-5) p. 166-167. Cf. aussi annexe 4 no 1.

5 Avec le mât, le chapiteau,
et le disque (āmalasāraka) en or qui l’ornent,
le joli temple du Seigneur Nemi
brille sur cette montagne (cāru-caityam cakāst°°)207.

  • 208 A l’est du Bhairavajap, selon Burgess 1971(11874-5) p. 175
  • 209 Cf. II § 2 et § 4.

6 On peut voir ici l’empreinte de pied (padukā)
de ce dieu°°8, Śivāsūnu (Nemi)208.
Si on l’effleure et lui rend hommage, elle chasse
tous les péchés jusqu’au dernier
(sprstârcitā ca śistānām pāpa-vyūham vyapohati°°)209.

  • 210 Mahavratam : singulier collectif, désignant les cinq vœux de la loi jaina. Cf. aussi k.2, n.2.

7 Ayant renoncé à son riche royaume (prājyam rājyam parityajya),
comme s’il s’agissait d’un vieux fétu de paille,
le Seigneur délaissa les parents qui lui étaient attachés
et adopta, ici, l’ensemble des (cinq) grands vœux210.

  • 211 Cf. k.2, n.3.
  • 212 Cf. k.2, n.4.

8En ce même endroit, le même dieu°°
obtint aussi l’omniscience211,
et, tandis qu’il recherchait le bonheur des êtres de ce monde,
il vint à épouser la Libération212.

  • 213 Cf. k.5, n.35.

9 Voilà pourquoi Vastupāla*, le meilleur des ministres,
érigea ici
un temple des trois grands événements de sa vie :
il émerveille le cœur des Perfectibles (camat-kārita-bhavya-hrt)213.

  • 214 Cf. k.5, n.36 et annexe 4 no 1.

10 S’ils se tiennent ici, dans l’Indramandapa*
qui abrite les images des Princes jaina,
pour baigner Nemi,
les gens brillent tels des Indra (indrā iva cakāsati°°)214.

  • 215 Aujourd’hui Hathi-paglā : cf. Burgess 1971(11874-5) p. 169.

11 Un bassin du nom de Gajendrapada*
orne la cime de cette (montagne)215 :
il est rempli d’eaux pareilles à du nectar
où peuvent se baigner ceux qui sont dignes de ce bain.

  • 216 Cf. k.5, n.34.

12 Dans le Śatruñjayāvatāra*
que fit construire ici Vastupāla*,
(on voit) Ṛṣabha, Puṇḍarîka,
l’Aṣṭāpada et le Nandīśvara216.

  • 217 Il existe à Girnar un ancien temple dédié à Ambā, Yaksinī traditionnelle de Nemi : cf. Burgess 1971 (...)

13 On voit, ici, couleur d’or, sur son véhicule le lion,
avec ses fils Siddha et Buddha
et son bouquet de mangues rouges à la main
la (divine) Ambā qui enlève les obstacles de la communauté
(saṅgha-vighna-h°)217.

  • 218 Cf. (2)6.4. Le pic Avalokana où Neminātha fut libéré est aussi appelé Neminātha ou Dattātreya selon (...)

14 En apercevant le pic du nom
d’Avalokana* qu’ont purifié
les pieds-lotus de Nemi218,
les Perfectibles voient leurs désirs exaucés (yānti ktārthatām).

  • 219 Cf. k.5, n.42.

15 Sur le pic élevé de cette montagne, Śāmba,
fils de Jāmbavatī, (tout comme) le très glorieux (mahādyumna)
Pradyumna, fils de Kṛṣṇa,
ont pratiqué une ascèse difficile à pratiquer (tepāte dustapaṃ tapaḥ)219.

  • 220 Pour les vers 16 à 21, cf. Il § 2.
  • 221 Cf. (2)6.23.

16 Quantité de plantes magiques de toutes sortes
luisent°° ici la nuit220.
Etincellent°° aussi au sommet les (roches)
Ghaṇṭa(śilā) *-Akṣara(śilā)*-Chattra(śilā)*221.

  • 222 Où Neminātha obtint l’omniscience : cf. (2)6.3.
  • 223 Où Neminātha délivra l’Enseignement : cf. (2)6.3.

17 Le Sahasrāmravana*222,
le Lakṣārāma*223et bien d’autres bois encore,
ont ici la faveur des concerts
des paons, des coucous et des abeilles noires
(mayūra-kokilā-bhngī-saṅgīti-subhagā).

18 Il n’est d’arbre, de liane,
de fleurs ou de fruits,
que les adeptes ne puissent voir sur cette montagne :
ainsi disent ceux qui connaissent la Tradition
(yad ity aitihya-vido vidah).

19 Qui donc ne vénérerait pas
Rājīmatī à l’intérieur de sa grotte,
elle qui fit passer Rathanemi
du mauvais au bon chemin (unmārgāt sanmārgam) !

20 Offrandes, bains, dons
et ascèses réalisés ici
procurent la joie de la Libération
aux humains qui sont perfectibles.

21 Quiconque arrive sur cette montagne,
même au terme d’une errance, même par un chemin quelconque,
peut voir, dans le temple,
les statues des Jina baignées et révérées.

  • 224 Cf. 5 § 1.

22 Sur les indications de Kūṣrmāṇḍī,
le (marchand) Ratna, venu du Kāsmīr,
déposa une statue en pierre de Nemi
à la place de la statue d’argile (lepya-bimbâspade)224.

  • 225 Cf. I § 1.1.

23 Le compte des rivières, cascades, bassins,
mines et arbres aussi  :
qui donc, même s’il sait compter,
pourrait, ici, le savoir225 ?

  • 226 Cf. annexe 4 no 3.

24 Hommage à ce grand lieu saint protecteur,
dont l’apparence est ravissante °°!
Hommage au Mont Raivata,
dont la cime est ornée°° de temples226 !

  • 227 Cf. supra : Remarques et II § 6.

25 Voilà ma louange.
Que le Mont Girnar,
à l’éclat non trompeur ( ? avrjina-prabha),
dépeint par le Prince des Maîtres,
que cette terre où se réalisent or et argent227,
vous soit une source de joie !

2 : Résumé du kalpa de Raivata

Site

46Revaya (Raivata) = Girnar : cf. k.3.

Structure et matière du texte : cf. II § 7

Bibliographie

47Traduction anglaise : Cort 1990 p. 253-254.

Remarques

48Ce k., d’un type inhabituel dans le VTK (cf. 1.1.5.), donne un écho de l’univers merveilleux du tīrtha, encore embelli par les constructions réalisées par des héros divins, et fait allusion aux croyances et pratiques alchimiques qui avaient cours à Girnar au Moyen Age : cf. k.3 et surtout k.4 in JA 1995.

Traduction

  • 228 Le vers introducteur de ce k. est probablement corrompu, ou désarticulé, tel qu’il figure Ed 6.2 = (...)

[āryā] Après une prosternation devant le Jina Nemi (22e T.),
dans le kalpa de la reine des montagnes, Revaya,
(voici ce qui a été) dit par l’élève
de Vaira et aussi par Pālitta228.

  • 229 Le détail est différent dans KalpS 173.
  • 230 Cf. KalpS 174.
  • 231 Cet élément est absent de KalpS.
  • 232 Cf. KalpS 182.
  • 233 J’ai analysé kallāṇa-tigaṃ (Ed 6.4) comme apposé à ceia-tigaṃ.
  • 234 Ed 6.5 Aṃbādeviṃ ca kārei : j’ai compris qu’il s’agissait d’une statue ; peut-être s’agit-il d’un t (...)
  • 235 Ed 6.5-6 = ed 19.7-10 ; Be 3b.l7-4a 2 répète les constructions de Samba identiques à celles d’Iṃda. (...)
  • 236 Siddhavināyaka est une forme de Gaṇeśa : cf. Liebert 1976 p. 339, Gupte 1972 p. 47-48, Shah 1987 p. (...)
  • 237 Sept est un chiffre auspicieux : on trouve une semblable liste de sept héros ayant pratiqué l’ascès (...)
  • 238 C’est-à-dire Juṇṇadugga ? Cf. (5)10.6, § 2.
  • 239 C’est-à-dire Rāimaī-guhā* : cf. 3 v. 19.
  • 240 Cf. (2)6.3-4, 3 v.  16 et (5)10.12-13, § 2.

49(2)6.3-30 Près de Chattasilâ*, sur un trône de pierre, Nemi vécut l’ordination229 ; dans le Sahassambavana*, ce fut l’omniscience230 ; à Lakkhārāma*, ce fut l’enseignement231 et sur l’Avaloana, à la cime élevée, ce fut la Libération232. Sur un versant du Revaya, Kanha fit ériger, (symbolisant les) trois grands événements de sa vie233, trois temples ornés de statues grandeur nature en or et en pierres précieuses du Seigneur (jīvamtasāmi*) et sculpter une Ambādevī234. Ayant frappé ( ? koreūna) la montagne de son foudre, Imda fit faire un temple en argent avec un pavillon d’entrée (balānaya) en or et des statues en pierres précieuses (des Jina) avec la taille et la couleur qui leur revenaient, en haut de cette montagne, sur la cime de l’Avaloana, dans la salle principale (du temple) d’Ambā ; Samba les fit faire, lui, sur la cime de l’Avaloana, dans le pavillon d’entrée (balānaya-rmmdava)235. Le portier est Siddhavināyaga236. Ayant appris l’emplacement de la Libération de la bouche de Nemi, Kanha fit placer la réplique de ce Jina (tap-padirūva*) aussitôt après sa Libération. En outre, sept descendants de Jau, pareils à Dāmoyara, devinrent des divinités protectrices grâce à leur sévère ascèse, faite comme en se jouant ( ? tivva-taveṇaṃ kīḍaṇeṇaṃ) : Kālameha, Mehanāda, Girividârana, Kapāta, Simhanāda, Khodika et Revaya237. Et là, Mehanāda, à la juste foi, est attaché avec dévotion aux pieds de Nemi. Girividārana fit par magie cinq restaurations (uddhārā viuvviā*) dans le pavillon d’entrée en or. Là (tattha egaṃ), devant Ambā, au nord, à cent sept pas, il y a une grotte, et, là, quand on a fait un jeûne de trois repas, puis procédé à la règle de l’offrande et soulevé (ensuite) une roche, on trouve, au milieu, une statue de Girividārana. Et là, quand on avance de cinquante pas et qu’on a rendu hommage à la statue de l’éternel Jina que fit sculpter Baladeva (Kṛṣṇa), on trouve, au nord, à cinquante pas, trois entrées ( ? vārī*-tigaṃ). Quand on a passé la première entrée dans la position du trayeur de vaches (go-dohiâsaṇa*) et qu’on a fait trois cents pas, on voit apparaître, après cinq jeûnes, grâce à la pureté (acquise), la forme terrifiante d’une abeille (bhamara-rūvaṃ dāruṇaṃ). On entre, comptant sept pas, tête baissée, dans le pavillon d’entrée, et on doit placer, sur un grillage d’or (suvaṇṇa-jālī*), après lui avoir rendu hommage, la déesse Ambā, que fit sculpter le Yaksa Dhanaya (Kubera) sur les indications d’Imda. Quand on se tient là, on doit rendre hommage à la statue principale du prince des Jina, Nemi. A la seconde entrée, quand on a rendu hommage à l’un de ses pieds et cheminé quarante pas au-delà du réservoir Sayamvara, on trouve, à sept cents pas exactement de la deuxième entrée, un puits. Là, dans la position du cygne (vara-haṃsa*-ṭhiatta), on doit, ici même, rendre hommage au guide principal (Nemi). A la troisième entrée, on n’entre par la porte principale que sur l’indication d’Ambā. Tel est le chemin qui mène au pavillon d’entrée en or. Et là, devant Ambā, à vingt hasta°, il y a une grotte. Là, sur les indications d’Ambā, quand on a fait trois jeûnes et ouvert une roche, on trouve, à vingt hasta° (de là), sept poignées de portes (sampuda*), cinq coffrets ; en dessous, une source de mercure jaillit à chaque première nuit de la nouvelle lune (rasa-kūviā amāvasāe amāvasāe ugghaḍai). Et là, quand on a fait trois jeûnes sur les indications d’Ambā, après avoir rendu hommage et procédé à des offrandes, on peut y puiser. De la même façon, à Junnakūda238, quand on a fait trois jeûnes, on peut atteindre, par un chemin direct, après offrandes et marques d’hommages, Siddhavināyaga. Et à cet endroit, la puissance magique est envisageable ; il faut se tenir là pendant un jour et, si on fait ainsi, elle se manifeste. Et dans la grotte de Raima !239, à cent pas, quand on est en posture du trayeur de vaches (go-dohiyā*), il y a une source de mercure (rasa-kūpikā), une liane tachetée de noir (kasiṇa-cittaya-vallī), une statue en pierres précieuses de Rāīmaī et aussi une Ambā et de nombreuses plantes magiques en argent. Sont en outre célèbres trois roches : Chattasilā*, Ghamtasilā* et Kodisilā*240. Au milieu des anfractuosités de la roche Chattasilâ*, il y a une liane d’or (kaṇaya-vallī). A Sahassaṃbavana*, il y a vingt-quatre images de Jina en argent et en or. A Lakkhārāma* sont connues les soixante-douze grottes des vingt-quatre Jina. Devant Kālameha, en allant à trois cent six pas à partir de la rivière Suvaṇṇavāluā, il y a, au nord, une grotte. Une fois qu’on y est entré, qu’on s’est aspergé d’eau et qu’on se tient là, après avoir observé un jeûne, on peut ouvrir la porte. Au milieu, par la première porte, il y a une mine d’or ; par la deuxième porte, il y a une mine d’argent créée magiquement par Ambā pour la communauté. Là, il y a cinq trésors de Kaṇha. Un autre se trouve près de Dāmoara. Sous la pierre Aṃjaṇa, il y a de la poussière d’argent et d’or connue de tous.

1 [āryā] Dans un (endroit) invisible de cette (montagne), il y a l’auspicieuse plante devadālī et la réalisation de mercure : Vaira a exposé cela pour extraire (les échardes dans l’esprit de) la communauté.

  • 241 Selon BR, il s’agit d’une pierre précieuse, peut-être d’une sorte d’émeraude.
  • 242 Comme le vers introducteur (cf. n.1), le vers final est inhabituel et déroutant :
    sassaka-ḍāhaṃ majj (...)

2 [āryā] Si on prend un poêlon de sasyaka241 et qu’on mélange, au milieu, une goutte (de mercure ayant le pouvoir de transmuer) dix millions de fois (sa propre quantité), on obtient de l’antimoine (aṃjaṇa*) à partir d’un mélange de poudre (provenant de la roche) Ghaṃṭasilā*242.

50Sur les indications du Vijjāpāhuḍa a été composé le reste du kalpa de Revaya.

5 : Kalpa du Mont Raivata

Site

51Revaya (Raivata) = Girnar : cf. k.3.

Structure du texte

52§ 1 Légende de Ratna : cf. I § 1.4.

53§ 2 Merveilles de Girnar.

Bibliographie et parallèles

54Traduction anglaise : CORT 1990 p. 256-258.

55§ 1 Légende de Ratna : SM XIII v. 354-432, PK 96.28-97.20 ; Revantagirirasa (RR) v. 1-12 in SKK (référence à la page et à la ligne du recueil) 101.9-17. La trame de la légende est la même dans les quatre versions : la statue de Nemi fond sous l’effet de quelque substance (eau : SM, PK ou safran : VTK et sans doute SKK) qu’elle reçoit en offrande. Le laïc Ratna se désespère. La déesse Ambikā lui apparaît. Ratna obtient d’elle une statue en pierres précieuses.

56Je donne en note les divergences ou ressemblances notables entre les différentes versions.

57§ 2 Légende du temple construit par Sajjana : PPS 34.4-15, PCi 65.15-21, PCa 194.29-195.7. Sans avoir eu l’autorisation du roi Jayasimha, Sajjana a utilisé, trois années durant, l’argent de la collecte des impôts.

58Il obtient l’aide des commerçants pour rembourser le roi en cas de besoin. Lorsque le roi vient, au bout de quatre ans, réclamer l’argent, Sajjaṇa lui donne à choisir entre l’argent et le mérite. Naturellement, Jayasiṃha opte pour le mérite.

Traduction

  • 243 Cf. annexe 4 no 5.
  • 244 Variantes : la communauté PK 96.28 ; Ratna seul ŚM XIII v. 361. La version de RR 101.9 est semblabl (...)
  • 245 L’origine n’est pas précisée PK 96.28. Ratna est arrivé au Kāśmīr après avoir quitté sa ville Mithi (...)
  • 246 Au vu du parallèle de RR 101.10 (harasa-vasina), je propose de corriger Ed 9.14 = ed 31.5-6 (rasaha (...)
  • 247 On asperge d’eau la statue PK 96.28 et ŚM XIII v. 370. Dans RR 101.10, l’expression est plus concis (...)
  • 248 Cf. PK 96.28-29, ŚM XIII v. 371a, RR 101.11.
  • 249 L’expression du désespoir est plus développée PK 96.30-97.1, RR 101.11-12 et ŚM XIII v. 372-377.
  • 250 Le détail est le même RR 101.13, différent dans les deux autres versions : après soixante repas (PK (...)
  • 251 Encore une fois, RR 101.14 est très proche du texte de VTK :
    uṭṭhevinu siri-Nemi-biṃbu tuliu turaṃta (...)
  • 252 Pour RR, cf. n.9. Le motif du regard en arrière apparaît aussi, un peu modifié, dans PK 97.9-10. Ma (...)
  • 253 Cf. PK 97.9 : āma-sūtra-tantubhiḥ ; ŚM XIII v. 410 : tantubhiḥ sūkṣmaiḥ.
  • 254 Même détail RR 101.15. Dans PK 97.2, ce pavillon d’entrée (fait par Indra, kāñcana-balānâkhye Indra (...)
  • 255 Même détail RR 101.16 ; dans PK 97.11, Ratna regarde en arrière parce qu’il se demande en souriant (...)
  • 256 Même détail RR 101.17 et PK 97.12. Ensuite le parallélisme cesse entre le texte de PK et celui de V (...)
  • 257 Cf. RR 101.17.
  • 258 Cf. SKK 101 v. 10-11.
  • 259 Même détail et expression très semblable RR 101.20. Cf. aussi ŚM XIII v. 409 : Ambikā met en garde (...)

59§ 1 (9.12-21) A l’ouest, dans la contrée du Suraṭṭhā, il y a sur la cime de Revaya, la reine des montagnes, le temple au śikhara élevé°°243 de Nemināha. Il y avait là, autrefois, dit-on, une statue en argile (lippa) du Vénérable Nemināha. Un beau jour, les deux frères Ajia et Rayana244, à la tête d’une communauté, quittèrent le Kamhīra245, cette parure du nord, et s’en vinrent à Girināra. Sous l’effet de leur joie246, ils procédèrent au bain (de la statue) avec des jarres pleines d’épais suc de camphre (ghaṇa-ghusiṇa-rasa)247. La statue d’argile de Nemināha fondit (galiā)248. Dans leur profonde affliction, ils renoncèrent à (toute) nourriture249. Après (qu’ils eurent terminé) vingt et un jeûnes250, s’en vint la Vénérable déesse Ambiā en personne. Elle réveilla le chef de la communauté. A la vue de la déesse, il poussa le cri de "Victoire, victoire". Alors, la déesse lui dit : "Prends cette image251, mais tu ne dois pas regarder en arrière252 ". Alors, le maître de la communauté, Ajia, emporta, en la tirant avec un unique fil (ega-taṃtu)253,l'image de Nemi jusqu’à un pavillon d’entrée en or (kaṃcana-balāṇa)254. Mais, après l’avoir placée dans la cella du premier temple, sous le coup d’une curiosité trop forte, le chef de communauté regarda en arrière255. L’image s’immobilisa à cet endroit exactement256. La déesse fit tomber une averse de fleurs257. Le cri de "Victoire, victoire" retentit. Le jour de la pleine lune du mois de Vaiśākha (avril-mai), le chef de communauté fit installer cette image dans le temple orienté vers l’ouest qu’il avait tout nouvellement fait ériger. Ajia et son frère célébrèrent des fêtes avec bain, etc., puis regagnèrent leur contrée258. Comme la déesse Aṃbiā savait que les gens avaient l’esprit vicié à l’ère kali, elle dissimula le charme de l’image faite de gemmes resplendissantes (kalikāle kalusa-cittam janam jāniūna jhalahalanta-mani-maya-bimbassa kamtī Ambiā-devīe chāiā259.

  • 260 Cf. RR 100.16 et PCi 65.14-15.
  • 261 Je n’ai pas trouvé confirmation de la date — en accord avec celle du règne de Jayasimha — donnée pa (...)
  • 262 Sur le mot âmalasâra, cf. Sircar 1966 p. 16. Pour l’épisode, cf. p. ex. RR 101.5-8.
  • 263 Kumārapāla règne de 1143 à 1174 selon les prabandha. Les dates sont confirmées par le témoignage de (...)
  • 264 Il s’agit du gouverneur Āmbaka au vu des parallèles textuels ; PPS 34.24-25 et RR 100.5.
  • 265 Ed 9.25 = ed 32.11 = Be 5b.7.
  • 266 Cf. PPS 34.4 et RR 100.6.
  • 267 Ca. 1219-1244 : cf. Choudhary 1954 p. 163 et p. 302-310.
  • 268 Vastupāla et Tejahpāla sont deux personnages illustres, célébrés dans la littérature des prabandha  (...)
  • 269 . Cf. PK 117.10-11 et RR 99.12.
  • 270 Cf. annexe 4 no 4.
  • 271 Cf. PCi 100.32-101.1 et RR 99.13-14.
  • 272 Cf. n.25.
  • 273 Cf. RR 99.15.
  • 274 Cf. RR 99.16-17. Les autres prabandha ignorent ces éléments topographiques. Cf. annexe 3 no 6.
  • 275 Cf. RR 99.18.
  • 276 Cf. RR 99.19.
  • 277 Il s’agit du ministre Vastupāla dans RR 100.2.
  • 278 Cf. RR 101.24-25.
  • 279 De la vie de Nemi : cf. k.2 et 3 (v. 8 et v. 9) et RR 101.26.
  • 280 Cf. RR 102.1.
  • 281 Cf. RR 102.2. On lit aussi le nom de ce bassin PK 116.24. Burgess 1874-75 p. 169 mentionne l’existe (...)
  • 282 Cf. RR 102.3.
  • 283 Cf. RR 102.5.
  • 284 Cf. RR 102.7-8.
  • 285 Cf. RR 102.15-16.
  • 286 Cf. RR 102.17.
  • 287 Cf. RR 102.19.
  • 288 Cf. I § 1.1. et annexe 4 no 1.

60§ 2 (9.22-10.18) Autrefois, au Gujarat, le roi Jayasiṃha* tua le roi Khaṃgāra*, institua (à sa place) Sajjaṇa*, son gouverneur (daṃḍâhiva)260. Et il fit construire un tout nouveau temple pour le Souverain jaina Nemi en l’an 1185 V.S. (1128)261. L’Honnête (sādhu*) Bhāvaḍa, (cette) principale parure de la contrée du Mālava, fit construire un disque (āmalasāra)262 en or. Le gouverneur du Suraṭṭha, un descendant de la lignée des Sirimāla, installé par le Souverain Cālukka Kumārapāla*263, fit construire des marches (pajjā) en l’an 1220 V.S. (1163)264. Plus tard, par dévotion envers ce lieu ( ? tabbhavaṇā)265, Dhavala fit apporter un réservoir266. Quand on monte ces marches, on voit au sud le Lakkhārāma*. Dans la ville d’Aṇahillavādapaṭṭaṇa vivaient les fils d’Āsarāya et de Kumaradevī, qui étaient l’ornement de la lignée des Poravāḍa et les figures de proue du royaume du roi Vīradhavala267, souverain du Gujarat, les frères Vatthupāla* et Tejapāla*, ces deux excellents ministres268. Là, au flanc de Girnar, le ministre Tejapāla* fit construire à son nom la ville de Tejalapura269 que rendent ravissante forteresse, marchés, fontaines, temples, jardins extraordinaires (pavara-gaḍha-maḍha-pavā-maṃdira-ārāmaramma°°)270. Puis il fit ériger là aussi un temple de Pāsanāha au nom de son père, l’Āsarāyavihāra271. Et au nom de sa mère, il fit aménager un étang, le Kumarasara272. A l’est de Tejalapura se trouve la forteresse Uggaseṇagaḍha, resplendissante avec ses temples dédiés aux Jina, à commencer par Jugāināha (Ṛṣabha)273. On connaît trois noms pour cette (forteresse) : Uggaseṇagaḍha*, Khaṃgāragaḍha* et Juṇṇadugga*. Au sud de la forteresse, il y a les places Cauriā*, Veī*, Laḍḍuaovariā*, Pasuvāḍaya*274. Au nord, il y a le Dasadasāramaṇḍava* rehaussé de piliers et de halls imposants275. Et au pied de la montagne, on trouve le cinquième Harī Dāmoara sur la berge de la rivière Suvaṇṇarehā*276. Les membres de la communauté, qui, depuis longtemps, étaient près de Kālameha, furent convoqués (bolāviā*) par le ministre Tejapāla* et rassemblés ensuite sur le mont Ujjayamta277. Le ministre Vatthupāla* fit construire le temple Sittujjayāvayāra*, l’Aṭṭhāvayamaṃdava et le Saṃmeamaṃdava ainsi que les temples du Yakṣa Kavaḍḍi et de Marudevi278. Le ministre Tejapāla* fit faire le temple des trois grands événements279. Le ministre Depāla fit restaurer l’Iṃdamaṇḍava280. On trouve (aussi) le bassin Gaiṃdapāya, orné du sceau de l’empreinte de l’éléphant Erāvaṇa281. En se purifiant dans ce (bassin), les pèlerins se lavent à pleines mains de leurs malheurs282. Sur le pourtour de Chattasilā* se trouve Sahassaṃbavaṇārāma*, où le Vénérable fils de Sivā et de Samuddavijaya (Nemi), flambeau de la dynastie des Jāyava, vécut (trois) grands événements : ordination, omniscience et Libération283. Quand on est monté à la cime de la montagne, on voit le temple de la déesse Aṃbiā284. De là, (on voit) la cime du nom d’Avaloana, (ainsi nommée parce que :) si on se tient là, dit-on, on peut apercevoir, dans les dix directions, le Seigneur Nemi285. (On voit) le prince Samba sur la première cime et Pajjunna sur la deuxième cime286. Sur cette montagne, de place en place, on voit baigner et honorer constamment dans les temples les images des Jina en pierres précieuses ou en or287. Qui plus est, on voit scintiller la terre d’or, source de sucs et minéraux nombreux288. Et la nuit, on voit luire, comme des lampes, les plantes médicinales. A chaque pas, on rencontre de beaux arbres, des lianes, des feuilles, des fleurs et des fruits de toutes sortes.

  • 289 Cf. I § 1.1.

61Et on peut entendre les bruissements des coucous et des abeilles qu’enivrent les clapotis des cascades qui s’écoulent sans interruption289.

  • 290 Cette expression suggère que ce k. se rattache à un autre à l’origine. S’agit-il du k.2 ?

[anuṣṭubh] Voilà le fragment restant du kalpa
(kappa-sesa-lava)290
du grand lieu saint d’Ujjayaṃta :
le Prince des ascètes, Jinappaha l’a écrit,
ici, selon la Tradition.

8 : Kalpa du Mont Arbuda

Site

62Abu 24°36’N. et 72°43’E. (Rajasthan) : IGI V p. 3-7 ; Tod 1839 p. 51-73 ; Burgess 1903 p.96-99 ; Jayantavuaya 1954 Holy Abu. Translated by U.P. Shah. Bhavnagar. Non daté.

Structure du texte

63§ 1 Légende de Śrīmātā : cf. IV § 4 et § 5.

64§ 2 Perfection du tīrtha : cf. II § 2.

65§ 3 Merveilles du Mont Abu : cf. II § 3.

Mètre : anustubh

Bibliographie et parallèles

66Traduction anglaise : Cort 1990 p. 258-260.

67§ 1 Légende de Śrīmātā : PCi 109.15-110.32 : Tawney p. 176-178, PPS (B.P.) 84.1-29, PPS (G) 84.30-85.-8, LPS in Sandesara 1972 p. 74-76.

68§ 3 Légende de Vimala : PK 121-122, PPS 51-52, VṛP 89.

Remarques

69Le k.8 comporte des indications historiques précises et exactes (§ 3) qu’avait déjà remarquées Kielhorn (EI IX p. 149) : cf. II § 3 et annexe 2 Vimala. Il est fait également allusion aux conflits religieux entre hindous et jaina à travers les légendes de Śrīmātā (§ 1) et de Vimala (§ 3) : cf. II § 3. La vie religieuse est évoquée aussi (v. 26) avec les noms des ascètes Goggalika et Rāstrika dont l’existence est attestée par une inscription du Lūnavasahi datée de 1230 (cf. infra : n.16). Réalité et imaginaire s’entremêlent pour glorifier le lieu saint : sont exaltés (§ 2) les pouvoirs magiques, liés aux croyances alchimiques, des éléments qui composent le paysage du tirtha : cf. II § 6.

Traduction

1 Après m’être prosterné devant les deux
Jina, Nābheya (Rsabha, 1er T.) et Nemi (22e T.),
je dis très brièvement le kalpa (kalpam jalpämi leśatah)
du grand Mont Abu.

  • 291 Il existe encore à l’heure actuelle, derrière le temple Vimalavasahī, un temple dédié à Srīmātā ou (...)

2 Pour commencer, je vais dire, selon la Tradition,
l’origine de la déesse Srlmàtâ (à cet endroit)291,
puisque c’est à cause de la présence de cette (déesse)
que ce mont est devenu célèbre sur la terre.

§ 1 (15.4-25)

  • 292 Variantes : Ratnaśekhara : PCi 109.15 ; PPS (G) 84.31 ; Ratnapuñja : PPS (B.P.) 84.1, LPS p. 73.

3 Dans la ville de Ratnamāla
vivait le roi Ratnaśekhara292.
Malheureux de n’avoir pas d’enfant,
il envoya des augures (śākunikà) à l’extérieur (de la ville).

  • 293 Même détail PPS(G) 84.33 ; la chouette est sur une noix de coco dans LPS p. 72 et PPS (B.P.) 84.3.

4 Ils remarquèrent une chouette sur la tête
d’une malheureuse femme (durgāṃ durgata-striyāḥ)293, porteuse de bois,
et ils firent savoir au roi  :
"Le fils de cette (femme) sera (roi) à ta place."

5 Le roi enjoignit à ses hommes de les tuer,
elle et son embryon, à la nuit (tombante).
On la jeta dans un cachot. Prétextant
des besoins naturels (kāya-cintā-vyājāt), elle s’en échappa.

6 Elle enfanta un fils et, dans sa terreur,
le laissa bien vite dans la forêt.
(Les gardes) la ramenèrent au cachot,
puis la tuèrent sans savoir ce qui s’était passé.

  • 294 Ed 15.8 = ed 48.14 = Be 33a. 15 ṭaṅka-śālā Mahālakṣmyāḥ : à lire en composé comme ed, avec ṭanka-sā (...)

7 Une gazelle, attirée par ses mérites (puṇyêritā),
allaitait le nourrisson à la mamelle à l’aube et au crépuscule.
Il grandit. Un beau jour, on apprit
qu’on avait trouvé, dans l’hôtel de la monnaie (tankaśālā*)294,
devant la déesse Mahālakṣmī

  • 295 Même expression PCi 110.3 et LPS 74 ; drammā. PPS (G)85.2.

8 et sous les quatre sabots de la gazelle,
une pièce de frappe récente (nūtana-nāṇaka*)295
à l’effigie de l’enfant (śiśu-rūpa).
La rumeur publique propagea la nouvelle.

  • 296 Ed 15.10 = ed 46.1 = Be 33a.16 ; cf. PCi 110.3 navino nṛpo.

9 Ayant entendu dire qu’il y avait un nouveau roi (navyo nṛpo)296,
le roi envoya ses soldats
pour le tuer. Ils le virent,
mais dans leur crainte de tuer un enfant,

  • 297 Cf. PCi 110.5 ; PPS (G)85.2-3 ; pratolī-dvāre LPS 74.

10 ils l’abandonnèrent, le soir, à la porte de la ville,
sur le chemin d’un troupeau qui s’en venait297.
L’(enfant) y resta exactement ainsi : c’était son destin.
Un taureau avançait en tête.

  • 298 Cf. PCi 110.9-10 ; PPS (G) 85.3 ; LPS 75.

11 Il plaça l’enfant entre ses quatre pattes
et fit passer (le troupeau).
A cette nouvelle, suivant l’avis de ses conseillers,
le roi l’adopta comme fils légitime avec joie298.

  • 299 Cf. PCi 110.10-11 ; PPS (G) 85.4 ; LPS 75.

12 Plus tard, il devint le roi Śrīpuñja,
il eut une fille,
Śrīmātā. Elle était belle,
cela malgré son visage de guenon299.

13 De dégoût, elle se détacha des objets des sens,
et voici qu’un jour, elle se souvint de ses naissances antérieures.
Elle informa son père de son existence passée :
"Précédemment, j’étais une guenon ;

14 tandis qu’à Abu, j’allais et venais sur la branche d’un arbre,
un (mécréant) me transperça le cou.
Alors, mon corps tronqué, dédaigné,
tomba dans un bassin au pied de l’arbre.

15 Par la majesté de ce lieu saint adorable (kāmita-tīrtha),
je renaquis (avec une forme) humaine,
mais ma tête resta identique ;
voilà pourquoi j’ai maintenant encore un visage de guenon."

  • 300 Cf. PCi 110.11-18 ; PPS (G) 85.4-6 ; LPS 75-76.

16 Śrīpuñja dépêcha ses hommes
et fit jeter la tête dans le bassin.
Alors, elle eut un visage humain,
et pratiqua l’ascèse sur le Mont Abu300.

17 Un beau jour, un yogin qui allait par la voie des airs
l’aperçut et fut éperdu par sa beauté.
Il descendit du ciel et lui dit amoureusement :
"A quelle condition veux-tu de moi, la belle ?"

18 Elle répondit : "La première veille de la nuit
s’est maintenant écoulée.
Cependant, si, d’ici le chant du coq,
tu bâtis, grâce à une science quelconque,

19 douze belles marches sur ce mont,
tu seras mon époux. "Il les fit construire
par ses serviteurs (ceṭa*)
en deux veilles.

20 Mais elle, grâce à son propre pouvoir,
contrefit le cri du coq.
Bien qu’éconduit, il ne cessa pas (de songer)
au mariage, puisqu’il connaissait sa ruse.

21 Sur le bord de la rivière, tandis que la sœur
(du yogin) avait fait les préparatifs du mariage,
la (princesse) lui dit : "Laisse-là ton trident
et prépare-toi à m’épouser."

  • 301 Cf. PCi 110.18-28 ; PPS (G) 6-9 ; la version de LPS 77 est très écourtée. Cf. aussi IV § 5.1.

22 Il obéit. Tandis qu’il s’avançait vers elle,
elle lui envoya dans les jambes des chiens
qu’elle avait créés par magie et le tua
de son trident lancé en (plein) cœur301.

  • 302 Ed 15.24 = ed 50.14 sikharaṃ tatra : préférer la leçon de Be 33b.8 śikhare tatra.

23 Voilà comment cette (femme) dont la vertu était restée intacte
depuis sa naissance,
vécut et obtint le ciel.
A cet endroit, Śrīpuñja fit bâtir en son honneur
un temple sur la cime (de cette montagne)302.

  • 303 La version de PCi 110.30-31 qui, seule, mentionne aussi cet élément de la légende, est aussi allusi (...)

24 Six mois plus tard, un serpent du nom d’Arbuda
rampa au pied de cette montagne.
Alors, la montagne trembla. C’est pourquoi tous
les temples sont dépourvus de śikhara303.

70Les non jaina disent (laukikās* tv āhuh) :

§ 2 (15.26-16.4)

  • 304 Il est fait évasivement allusion ici à une légende purānique (Skanda Purāṇa Prabhāsa-khaṇḍa II 37-6 (...)

25 Nandivardhana était autrefois le nom
de cette montagne née de l’Himādri.
Avec le temps, du fait que le serpent Arbuda
y séjournait, elle fut nommée Arbuda304.

  • 305 D’autres sources littéraires (Arbudâcalapraśasti in SKK 67.14-15) et épigraphiques (inscription no  (...)
  • 306 Sur une inscription du Lūṇavasahikā datée de 1230 (cf. Lüders El VIII p. 206 et Arbudâcalapraśasti (...)

26 Sur cette montagne sont implantés douze villages
qui regorgent de richesses (dhanôddhura)305.
Les ascètes Goggalika et Rastrika 306
(y résident) par milliers.

27 Il n’est pas un arbre, pas une liane,
pas une fleur, pas un fruit,
pas un bulbe, pas une mine
qu’on n’aperçoive à cet endroit.

  • 307 Sur les v. 28-30 : cf. annexe 4 no 1 à no 3.

28 De grandes plantes magiques luisent (jājvalanti°°)
ici comme des lampes (pradīpavat°°) durant la nuit307
Il s’y trouve aussi des bosquets de deux sortes,
odorants ou résineux (surabhīṇi rasâḍhyāni vanāni).

29 Ici resplendit (bhāti°°) la rivière Mandākinī :
avec ses eaux pures qui jaillissent à volonté
(sva-cchandôcchalad-acchôrmiḥ°°),
avec sa parure de fleurs et d’arbres sur sa berge
(tīra-dru-kusumâñcitā°°),
elle est la joie des assoiffés (pipāsu-kḷptânandā°°).

30 Par milliers resplendissent (cakāsati°°)
les pics élevés de cette (montagne),
sur lesquels oscillent un instant
les chars du soleil.

  • 308 Cf. II § 6.

31 On voit ici, en tout lieu,
quantité de plantes, des caṇḍālī,
des euphorbes (vajra), des noix de cajou (taila), des ibhakanda
ou autres qui réalisent chacune leur office (tat-tat-kārya-sādhikāḥ)308.

32 Tous les endroits de cette montagne sont charmants
avec les bassins qui font chacun leurs miracles particuliers,
avec leurs mines de minerais précieux (dhātu-khani)
et leurs cascades aux flots d’ambroisie (nirjjharaiś câmṛtôdakaiḥ).

  • 309 I.e. "Où l’on a poussé un cri strident".

33 Du bassin Kokūyita*309,
ainsi nommé parce qu’un cri strident y avait été poussé soudain,
on voit couler un torrent (vāḥpūra)
qui bruit (kurvan khalahalā-ravam).

  • 310 Cf. n.1.
  • 311 Acalesvara est une des épithètes de Śiva. Cf. Jayantavijaya 1954 p. 160-164 : les hindous croient q (...)
  • 312 Ed. Vasiṣṭhāśrama. Il s’agit vraisemblablement d’un lieu saint destiné à rappeler la légende puräni (...)

34 Il y a ici Śrīmātā*310, Acaleśvara*311
et Vaśiṣṭhāśrama*312.
Ce sont des lieux saints des non jaina (amī laukikās* tīrthāḥ).
Il y a aussi la Mandākinī, etc.

§ 3 (16.5-22)

35 Les souverains de cette grande montagne
étaient les rois de la dynastie Paramāra*.
Ils avaient pour capitale la ville
de Candrāvatī, trésor de splendeurs.

36 Faisant appel à son esprit sans souillure (vimalāṃ buddhiṃ),
le gouverneur (du nom de) Vimala*
fit ériger ici pour Ṛṣabha un temple
orné de statues de bronze (paittala).

  • 313 La version de PK est plus développée : "Le clairvoyant Vimala avait deux désirs, le désir d’une des (...)

37 S’étant concilié la Vénérable Ambā,
le gouverneur (daṇḍêṭ) renonça à son désir
d’être gratifié d’un fils et sollicita
l’emplacement d’un lieu saint313 ; près d’un campaka,

  • 314 Cf. PK 121.27. Cf. aussi I § 1.4 et annexe 8, endroits auspicieux.

38 il vit une bouse de vache, en forme de museau de vache
(gomaya-gomukha),
illuminée par une guirlande de fleurs (puṣpa-sragdāma-rucira)314 ;
il fit alors l’acquisition de cette terre
à proximité du temple de Śrīmātā.

  • 315 Le texte de PPS 51.22-23 et 52.2-4 est plus explicite : "dédaignant l’hommage à rendre au roi Bhīma (...)
  • 316 Même indication PPS 52.11.

39 (Vimala*) se gagna par sa dévotion
le souverain du Gujarat (Bhîma I*)
qui était courroucé contre son vassal, (le roi) Dhāndhūka*315.
Il le fit donc revenir de Citrakūṭa (Chitor) usant de son autorité316.

  • 317 Cf. PK 121.28-29. Sur le Vimalavasahi, cf. Jayantavijaya 1954 p. 22-84.

40 Et, en l’an 1088 V.S. (1031),
il fit ériger,
à grands frais, un beau temple
appelé le Vimalavasati317.

  • 318 Cf. VI § 3 et annexe 4 no 19.

41 La déesse Ambikā,
si elle est honorée avec des cultes variés,
anéantit les insurmontables obstacles
pour la communauté qui se soumet à un pèlerinage
(yātrôpanamra-saṃghasyânighna-vighna-vighātanam kurute°°)318.

  • 319 Jayantavijaya 1954 p. 31 mentionne l’existence d’une statue de Vimala sur un cheval devant l’entrée (...)

42 Ici, devant le temple de Yugādideva (Ṛṣabha),
un artisan
fabriqua, en une seule nuit,
un merveilleux cheval de pierre319.

  • 320 Cf. II § 3.

43 En l’an 1288 V.S. (1231),
le plus éblouissant des ministres fit construire
un temple en l’honneur de Nemi,
le Lūṇigavasati320.

  • 321 Cf. PK 122.18 : kaśopala-mayaṃ bimbam. Cf. aussi Jayantavijaya 1954 p. 91.
  • 322 Cf. annexe 4 no 16.

44 Tejahpāla*, premier des ministres,
déposa, à cet endroit, une image en jaspe noir (kaśopala)321,
véritable ambroisie pour les regards (dṛk-sudhâñjana°°)322,
qui provenait de Stambhatirtha (Cambay).

  • 323 Ct. PCi 101.28 : pūrva-puruṣa-mūrti-yuta-gajānāṃ śālā. Cf. II § 3.

45 A cet endroit, il fit installer
les statues de ses ancêtres (mūrttīḥ sva-pūrva-vaṃśyānāṃ)
ainsi qu’une Salle aux Eléphants (hasti-śālā)323
sur l’ordre de Soma(siṃha).

46 Ah ! Oui ! Pour prix de son habileté à ériger ce temple,
il obtint, comme il le méritait, le nom
de Śobhanadeva,
diadème des architectes.

  • 324 Il est fait allusion à la légende suivante : au temps jadis, les montagnes avaient des ailes et s’e (...)

47 Maināka, le frère cadet de cette montagne,
fut sauvé de la foudre par l’océan324.
Et cette montagne sauva de l’existence
les deux océans qu’étaient ces deux excellents ministres.

48 Alors que, par la volonté du destin, les Mleccha* avaient saccagé
ces deux lieux saints,
deux personnages en entreprirent la restauration
en l’an 1243 de l’ère Saka (1321).

  • 325 Cf. II § 3.

49 L’auteur de la restauration du premier lieu saint
fut Lalla*, fils de Mahaṇasiṃha ;
Pīthaḍa*, fils de Caṇḍasiṃha,
(restaura), lui, le (second) lieu saint325.

50 Le roi Kumārapāla*,
astre de la lignée des Caulukya*,
fit construire un temple en l’honneur de Vīra
sur un sommet élevé de cette (montagne).

  • 326 Cf. I § 1.1.

51 Fortunés sont ceux qui voient le Mont Abu,
couvert de curiosités de toutes sortes,
jonché de plantes de toutes sortes,
et purifié°° par de nombreux lieux saints326.

  • 327 Cf. Introduction § 6 et annexe 8, stéréotypes-kalpa.

52 Le Maître Jinaprabha a composé ce kalpa,
ambrosiaque nectar pour l’ouïe (śrotra-sudhā-kalpa°°)327.
Que les personnes avisées méditent (caturaiḥ pariāyatām)
ce glorieux kalpa du Mont Abu !

11 : Kalpa du Mont Vaibhāra

Site

71Vaibhāra : une des sept collines autour de l’antique ville de Rājagṛha 25°2’N. et 85°26’E. (Bihar) : ASI I p. 16-34 ; ASI VIII p.85-100 ; IGI XXI p. 72-73.

Structure et matière du texte : cf. I § 1.1

Mètres : 1 à 28 anuṣṭubh ; 29 sragdharā

Remarques

72Outre les merveilles du tīrtha, on note dans ce k. les allusions aux autres communautés religieuses, les bouddhistes qui ont la moitié des maisons (v-18), ou les hindous qui ont leurs tīrtha spécifiques (v. 7).

Traduction (22.5-23.6)

  • 328 Cf. Introduction § 6.

1 Voici le kalpa de Vaibhara.
Le Maître Jinaprabha
le compose en forme de louange
afin qu’il plaise par un éclat concentré (saṃkṣipta-ruci°°-toṣāya)328.

  • 329 Ed 22.7 = ed 72.4 = Be 14a.8 nirbharaṃ bhāratā buddhiṃ bhāratī : j’ai traduit bhāratīṃ buddhiṃ.

2 Dans la description de la foule des qualités
du mont Vaibhāra, Bhāratī
a généreusement apporté son intelligence et sa voix (bhāratīṃ)329.
Qui sommes-nous (pour nous y risquer) ici ?

  • 330 Cf. Introduction § 6.

3 Etincelant de notre foi en ce lieu saint (tīrtha-bhaktyā taralitās°°),
nous osons louer le roi des lieux saints
qui rayonne (rājantaṃ°° tīrtha-rājaṃ) d’imposantes qualités,
tout simplet que nous soyons330.

  • 331 Cf. Ghosh 1939 p. 1.
  • 332 Cf. I § 1.1.

4 Ici, de qui les fontaines de mercure,
dont les pièces font fuir la misère,
de qui les bassins aux eaux tièdes (tapta-śîtâmbu-kuṇḍa)331
ne piqueraient-ils pas la curiosité332 ?

  • 333 Cf. II § 2 et annexe 4 no 1.

5 Trikūṭa, Khaṇḍika et les autres
pics de cette (montagne) resplendissent (cakāsati°°)333
et les forêts couvrent (avanāni vanāni)
le village de Karana tout entier.

  • 334 Cf. II § 6.
  • 335 Pour les vers 6 à 8, cf. I § 1.1.

6 Il pousse ici des plantes magiques douées de vertus
contre toutes sortes de maladies, de dépérissement, etc.334,
et (aussi) des rivières aux eaux charmantes
sans une souillure, la Sarasvatī et d’autres335.

  • 336 Cf. annexe 3 no 6.
  • 337 Cf. annexe 4 no 18.

7 Il y a plus d’un lieu saint non jaina (laukika*)
Magadhā*, Locanā*, etc.336,
où, dans les temples, les images
des Arhant chassent les tumultes (dhvasta-ḍimba°°)337.

8 Que ceux qui savent le nombre des fleurs
des quatre jardins du Meru
sachent compter
tous les lieux saints (qui existent) en ce lieu !

  • 338 Cl. Mar v. 444-446 et Triṣ X.9.v. 136-181 : Johnson 6 p 259-262

9 On a vu les ascètes Śālibhadra, Dhanya,
faire ici, sur des roches brûlantes,
l’abandon de leur corps
et chasser (ainsi) leurs fautes d’hommes (puṃsāṃ pāpam apohataḥ)338.

  • 339 Cf. II § 2, § 7 et k.48.

10 Les bêtes féroces, lions, tigres,
ours, buffles, etc.,
ne commettent, grâce à la majesté de ce lieu saint,
absolument jamais d’agression ici339.

11 Ici, on voit aussi en tout lieu,
des monastères bouddhistes ;
c’est après avoir escaladé cette (montagne),
que de grands ascètes ont atteint la Délivrance.

  • 340 Rauhiṇeya est un voleur de Rājagṛha. Conformément au vœu qu’il a fait à son père, il se rend à Rāja (...)

12 Devenues célèbres autrefois par la présence
de héros tels Rauhiṇeya340,
les grottes ténébreuses et inaccessibles
(tamaskāṇḍa-durvigāhā guhāḥ)
font ici l’objet de louanges (nicāyyante).

  • 341 Rājagṛha est traditionnellement (ĀvN v. 383) le lieu de naissance de Munisuvrata (20e T.). Cf. anne (...)

13 Au pied de cette montagne
resplendit (bhāti°°) la ville de Râjagṛha341,
qui a porté successivement les noms
de Kṣitipratiṣṭha, etc.

  • 342 Ces différents noms de Rājagṛha sont traditionnels : cf. ÀvN v. 1279 et p. ex. ĀvCū II 158.2-10.

14 Elle s’appela, en effet, Kṣitipratiṣṭha,
Caṇakapura, Ṛṣabhapura,
Kuśāgrapura
puis Râjagṛha342.

  • 343 L’auteur opère insensiblement un glissement du mont Vaibhāra à la ville de Rājagṛha.
  • 344 Guṇaśila est le nom traditionnel d’un sanctuaire de Rājagṛha : cf. p. ex. Triṣ X.8.v. 327 : Johnson(...)
  • 345 Cf. annexe 4 no 15.

15 Et ici343, il y avait le sanctuaire Guṇasila344,
qui rafraîchissait les regards (caityaṃ śaitya-karaṃ dṛśām°°)345 :
à cet endroit, le Seigneur Vīra
avait tenu une assemblée plénière devant des foules.

  • 346 Cf. ĀvCū I 494.7-495.11.

16 A cet endroit, Metārya fit construire
un mur en or et,
grâce à un dieu, son ami dans une existence antérieure,
il fit émettre des joyaux à une chèvre (manïṃś câjīhadac chagaṃ)346.

  • 347 Cf. n.11.

17 Śālibhadra et beaucoup d’autres
marchands naquirent en ce lieu347 :
leur fortune et le plaisirs qu’elle procurait
étonnaient le monde entier.

  • 348 C’est-à-dire les jaina.

18 On raconte qu’ici se trouvent
trente-six mille maisons de marchands.
Et là, la moitié appartient à des bouddhistes,
la moitié à ceux qu’on appelle les Arhant348.

  • 349 On a ici un exemple d’utprekṣā (Porcher 1978 p.98-109). Sur la recherche stylistique des kalpa-stot (...)

19 En voyant les beautés extraordinaires
des palais qui se succèdent en ce lieu,
les demeures des dieux, privées de leur arrogance,
ont acquis, si je puis dire (manye), le nom de Vimāna
("Sans arrogance")349.

  • 350 Cf. p. ex. ÄvN v. 383.

20 En cet endroit vécut (cet) ami du monde, ami (aussi)
pour le lotus de la lignée de Sumitra,
qui prononça les vœux à Aśvāvabodha :
(j’ai nommé) le Jina Suvrata350.

  • 351 Roi de Rājagṛha : cf. p. ex. ĀvCū I 492.1-8.
  • 352 Roi de Rājagṛha, contemporain de Mahāvīra : cf. p. ex. ĀvCū II 61.11.
  • 353 Künika et les rois suivants sont tous fils de Śrenika.

21 En cet endroit vécurent aussi
Jarāsandha351, Śrenika352, Kūṇika353,
Abhaya, Megha, Halla, Vihalla
et Nandisena.

  • 354 Cinquième gaṇadhara° de Mahāvīra (KalpS Therâvali 3).
  • 355 Marchand de Rājagṛha devenu disciple de Mahāvīra : cf. p. ex. ÄvCü I 467.3-469.3.
  • 356 Disciple de Prabhava, lui-même disciple de Jambu (cf. n.25).
  • 357 Epouse du roi Śrenika (v. 21).

22 Jambūsvāmin354, Krtapunya355,
Śayyambhava 356, entre autres excellents ascètes,
naquirent en cet endroit,
de même que les fidèles épouses telles Nandā357.

23 En cet endroit, les onze gaṇadhara°
de Mahāvīra
atteignirent le séjour de la Libération
après un jeûne d’un mois dans une immobilité totale (pādapôgama°).

  • 358 Cf. p. ex. AvN v. 595.

24 Prabhāsa, onzième gaṇadhara°
de Vīra, maître de gaṇa,
purifia cet endroit
par sa naissance358,

  • 359 Cf. p. ex. KalpS 122.
  • 360 Cf. I § 1.1.

25 Comment l’endroit où, pour l’ornement de Nālandā,
le Seigneur Vīra passa
quatorze saisons des pluies359,
ne serait-il pas source de purification
(tat katham nâstu рāvапат)360 ?

26 Que Nālandā, où il y a des lieux saints en grand nombre,
que Nālandā, cette source de joie pour les Perfectibles,
cette gloire des regards,
nous purifie !

  • 361 S’agit-il du nom du fils de Rāvaṇa ?
  • 362 Cf. I § 1.1.

27 Meghanāda361, le meilleur des Kṣetrapāla,
poussant son cri de guerre
contre les ennemis sur le champ de bataille,
n’exauce-t-il pas tous les désirs des hommes
(kāmān kāṃs kān puṃsāṃ piparti na)362 ?

  • 363 Cf. annexe 4 no 15.

28 Le temple de Gautama,
à proximité du stūpa auspicieux (kalyāṇa-stūpa-saṃnidhau),
fait croître, dès qu’il est aperçu (dṛṣta-mātram api°°)363,
la joie chez ceux qui se prosternent devant lui.

  • 364 La date est indiquée par un chronogramme : sarasvad = 4, rasa = 6, śikhi = 3, ku = 1.

29 Que soit méditée par les personnes avisées
et pleines de dévotion
cette composition, aux mots clairs et doux,
de Jinaprabha,
achevée en l’an 1364 V.S. (1307)364 :
elle abonde de l’éloge
des qualités de Vaibhāra, ce roi de la terre,
ce diadème des lieux saints
que servent les divinités,
ce véritable arbre des désirs
accordant la prospérité
à ceux qui lui sont dévoués !

Notes

1 Cf. p. ex. Glasenapp 1925 p.438.

2 Cf. p. ex. Guerinot 1925 p.280 et Sankalia 1941 p. 106-11.

3 Cf. annexe 4 no 3.

4 Cf. annexe 4 no 2.

5 Cf. annexe 4 no l.

6 Cf. KalpS 228.

7 Cf. Shah 1955 p. 57-59 et p. 116-117.

8 Cf. annexe 4 no 14.

9 Cf. annexe 4 no 15.

10 Cf. annexe 4 no 16.

11 Cf. annexe 4 no 19.

12 Selon Shah 1987 p.62 et 278, la Nāgī Vairoṭyā est une divinité mineure importante dans je jinisme ancien et au moins jusqu’au 11e s. à l’Ouest de l’Inde. Ensuite Padmāvatī l’a supplantée.

13 La mesure est idéale et traditionnelle : cf. (13)24.10, § 5 et Triṣ I.2. v. 912.

14 Cf. ĀvN v.  382, v. 383 et 13 § 2.

15 Ou "elle a des nuages qui flottent alentour".

16 Cf. I § 1.1. et annexe 4.

17 Est-ce une allusion à la place de jeux des dieux (cf. Kirfel 1921 p.224) dans la cosmologie jaina mythique ?

18 Cf. Triṣ I.6.v. 461 : caturdaśena tapasā.

19 Cf. Triṣ 1.6.v. 484.

20 Cf. Triṣ 1.6.v. 491-2 : Johnson I p. 360-1.

21 Cf. Triṣ I.6.v. 522 : Johnson I p. 363.

22 Cf. Triṣ 1.6.v. 524-526 : Johnson I p. 365.

23 Cf. Triṣ I.6.v. 562.

24 Vaḍḍhai-rayaṇeṇa : litt. par le joyau qu’est l’Architecte, un des sept joyaux dotés de cinq sens que possède un roi Cakravartin (cf. p. ex. Glasenapp 1925 p.257).

25 Cf. Triṣ 1.6.v. 566-567.

26 Cf. supra : Parallèles.

27 Triṣ 1.6.v. 577 : mahatī maṇi-pīṭhikā. Mahai-mahāliā de VTK est vraisemblablement une façon de rendre le superlatif.

28 Ce passage, ne figurant pas dans Triṣ 1.6.v. 578, est sans doute une interpolation : il est répété trois lignes plus bas en (49)91.21.

29 Ed 91.20 hutthā = abhavan dans Triṣ I.6.v. 580 : intention archaïsante de VTK, ou source plus ancienne commune à tous deux ?

30 Candrānana est un T. de la présente ère dans le Videhakṣetra ; Vāriṣena est le 24e T. de la présente ère dans l’Airāvatakṣetra : cf. Johnson I 366, n. 404. Les formes Usahā, etc., sont probablement des pluriels de majesté Plutôt que des formes féminisées (cf. DPPN s.v.) -formées sur le mot féminin paḍimā- désignant les représentations particulières des T. dans le temple.

31 Cf. Triṣ 1.6.v. 581-582 : l’ordre est inversé : 1) stūpa, 2) piédestaux, 3) arbres.

32 Ed 91.22 ’ti sovāṇā : lire en composé ti-sovāṇā (cf. Triṣ I.6.V. 584 : trisopānā).

33 Ed 91.22 saccha-sīalā puṇṇā : lire en composé sīalâpuṇṇā (cf. Triṣ I.6. v. 585 : svaccha-śīta-jalâpūrṇā).

34 Cf. annexe 4 no 2 et no 4.

35 Cf. n. 16.

36 VTK mentionne les noms des Jina, que ne donne pas Triṣ, d’ordinaire pourtant plus développé.

37 C’est-à-dire bleu azur ? La couleur traditionnelle de ces Jina est un bleu-foncé.

38 Sur aṅka, cf. Finot 1896 p. 137.

39 C’est-à-dire d’un rouge écarlate. Cette explication ne figure pas dans Triṣ : on retrouve dans d’autres k. ce goût pour l’étymoligisaition : p. ex. (15)26.15, § 1 ; (33)59.15, § l ; (36)68.21, § l.

40 Gemme non identifiée : de couleur foncée, écrit Johnson I p. 368, n.o 408.

41 Sorte de Nāga.

42 VTK exprime de facon analytique ce qui figure dans un composé Triṣ I.6.v. 606 :
Nāga-Yakṣa-Bhūta-Kuṇḍadhārāṇāṃ pratime ubhe
pratyekam agre bhagavat-pratimānāṃ babhūvatuḥ.

Nécessité linguistique en prakrit ou souci d’un style plus simple ? Cf. aussi annexe 4 no 1.

43 Hutthā = Triṣ babhūvuḥ : cf. n. 17.

44 J’ai traduit sāla par remparts au vu du parallèle Triṣ I.6.v. 614b indukānta-vapreṇa śobhitam. Cf. II § 2 et annexe 4 no 1 à no 4.

45 Ed 92.11 vaṇalayā vicittam : lire en composé vanalayā-vicittam.
Cf. Triṣ I.6.v. 616a : vanalatâbjalatābhir vicitrâdbhuta-bhaṅgikam.

46 C’est-à-dire "de toutes les couleurs”. Cf. k.9, n.10.

47 Cf. II § 2 et annexe 4 no 1 à no 4.

48 Cf. n. 12.

49 Daṇḍa-rayaṇena : litt, par le joyau du bâton. Le daṇḍa "bâton" est un des sept joyaux a un sens que possède un roi Cakravartin (cf. p. ex. Glasenapp 1925 p.256).

50 Lire cole au lieu de bole : cf. Triṣ II.5.v. 137 :
sahasra-yojanāṃ cole parikhāṃ sararâtmajāḥ
cakhnuṣ te...

51 L’édition ed (ms. A ; B) lit aussi vajjhā, mais corrige en viṃjha.
La supposition semble fondée : cf. Triṣ II.6.v. 574b : vindhântar.

52 Ed 92.25 vajjhā-majjhe dakkhiṇeṇaṃ magahānaṃ uttareṇaṃ. dakkhiṇeṇaṃ reste en suspens. Triṣ II.6.v. 574 suggère d’ajouter Angān vindhântar dakṣiṇeṇângān Magadhān uttareṇa ca.

53 Cf. Triṣ II.6.v. 576a : tataḥ prabhṛti tat tīrthaṃ Gangā-sāgara ity abhūt.

54 Au cours d’une assemblée plénière à Campā : cf. 35 § 14 et annexe 1 Mahāvīra.

55 Puṇḍarīka et Kaṇḍarīka sont deux frères. Alors qu’il désire, lui-même, devenir moine, Puṇḍarīka accepte d’exercer la royauté pour laisser son frère entrer dans les ordres. Kaṇḍarīka, cependant, est, avec le temps, rebuté par les difficultés de l’ascèse. Il revient donc prendre le trône. Mangeant plus que ne peut le supporter son corps émacié, il meurt et tombe dans le septième Enfer. De son côté, Puṇḍarīka, possède la conduite mentale appropriée malgré son embonpoint. A sa mort, il parvient donc au Ciel Sarvārthasiddha. Pour une analyse de l’épisode, cf. mette StII 1987 p. 139-148 et 1991 p. 62-63.

56 Cf. k.1, n. 28.

57 Compagnon est un sens plus habituel de sāmāṇia, mais, comme le remarque Johnson VI p. 342, on s’explique mal la présence d’un autre dieu dans le contexte. Mais je ne sais pas si Vesamaṇa était un habitant du Ciel Sāmāṇa.

58 Chacun des trois Maîtres est accompagné du nombre traditionnel de 500 moines.

59 L’épisode a un ordre quelque peu différent dans Triṣ : 1 (VTK) Gautama escalade l'Aṣṭāpada / = 1 (Triṣ X.9.v. 180-185) ; 2 (VTK) Gautama prononce la leçon Puṇḍarīka, dont est rappelée la légende / = 4 (Triṣ X.9.201-238) ; 3 (VTK) Koḍiṇṇa, Diṇṇa, Sevālin deviennent disciples de Gautama / = 3 (Triṣ X.9.190-195) ; 4 (VTK) Kodiṇṇa, Diṇṇa et Sevālin n’ont pu escalader l’Aṣṭāpada comme Gautama /= 2 (Triṣ X.9.185-190).

60 Nom de la dernière subdivision du chapitre Gaṇḍiyâṇuyoga, faisant partie de la 4e et dernière section (aṇuyoga) du Dṛṣṭivāda.

61 I.e. acquise au jinisme.

62 Cf. (18)31.20, v. 17. Damayanfī fut dans une existence antérieure la déesse Vīramatī. A sa mort, elle devint Dhūsarī, puis la déesse Kṣīraḍiṇḍīrā avant de naître comme Damayantī (= Davadantī, Triṣ). Comme signe auspicieux remarquable, elle a sur le front à la naissance, un tilaka, rival du soleil ! Cf. Triṣ VIII.3.v. 292 :
sabrahmacārī taraṇes tasyāś ca tilako’like
sahajo ’bhūn mahāpuṃsaḥ śrīvatsa iva vakṣasi.

63 Jugala-dhammi-bhavam : s’agit-il d’une autre existence de Damayanfī, omise par Triṣ ? Les Yugala-dharmin sont une catégorie de divinités.

64 Se tenant en position de kāyotsarga° sur le Mont Aṣṭāpada, Rāma forme comme un nouveau pic de cette montagne et gêne la progression du char céleste de Rāvaṇa. Ce dernier est d’autant plus courroucé qu’il soupçonne une intention perfide de Rāma : feindre la piété pour se venger de Rāvaṇa, sans par ailleurs subir sa colère.

65 C’est-à-dire 1008, nombre symbolique.

66 Le detail du remplacement de la corde du luth par la veine du bras de Rāvaṇa manque dans Triṣ.

67 Ed 93.18 sattī-rūva-kāriṇī : lire séparés sattī rūva-kāriṇī. Cf. Triṣ VII.2.v. 276 :
uktvā iti Amogha-vijayāṃ śaktiṃ rūpa-vikāriṇīṃ
so ’dād vidyāṃ Rāvaṇāya jagāma ca nijâśrayam.

68 Du 3e au 6e Jina.

69 Du 7e au 14e Jina. Ed. 93.20 lire duvāre Sūpās’āīṇam au lieu de duvāresu Pāsāīṇam : cf. (13)24.15, § 8.

70 Du 15e au 24e Jina.

71 Telle quelle, l’āryā est incorrecte : une première correction serait peut-être de supprimer le premier jaṃ qui manque dans ed et dans les ms. P, Pa, B de Ed, ou encore ? La deuxième correction serait de lire comme ed phalihā à la place de phaliha ou de phaṇihā du ms. Pa de Ed, ainsi : titthaṃ iṇaṃ agammaṃ ta phalihā-vaṇa-gahaṇasamara-vālehiṃ. Mais même ainsi la fonction de jaṃ (picche) me gêne : est-il corrélatif de ?

72 Il s’agit peut-être du k.18. Le "nous" désigne-t-il Jinaprabha ou un compilateur ultérieur ? Noter que ce dernier vers est, contrairement aux quatre vers précédents, en sk.et non en pk. ?

73 Pavitritavān ? Je donne un sens actif : cf. infra v. 10 varṇitavān.

74 C’est-à-dire Dharmaghosa : cf. Schubring 1944 p.380. Selon Jhavery 1944 p.225, Dharmakīrti devient maître sous le nom de Dharmaghosa en 1261 peu après la mort de son frère Vidyānanda et de son maître Devendra.

75 Vidyānanda et Dharmaghoṣa, élèves de Devendra, ont composé des hymnes (Girinārakalpa de Dharmaghosa : Schubring no 664, Nandistuti de Dharmakīrti et Vidyānanda : Schubring no 679). Sur Devendra, cf. Jhavery 1944 p. 225.

76 L’auteur joue sur les divers sens possibles du mot aṣṭāpada, que je ne suis pas sûre d'avoir identifiés.

77 = furent libérés ? Je n’ai pas trouvé la référence à cet épisode

78 Cf. (49)91.10-11, § 2a.

79 Cf. (49)92.27-28, § 4.

80 Cf. (49)91.11-13, § 2a. Les trois stūpa sont comme la concrétisation du Triple Joyau : Foi, Science et Morale.

81 Cf. (49)91.13-14, § 2b.

82 Cf. (49)91.13-14, § 2b.

83 Cf. (49)92.16-17, § 2c.

84 Cf. (49)91.27-28, § 2b.

85 Cf. (49)92.17-18, § 2c.

86 Cf. (49)93.5, § 6.

87 Cf. (49)93.5-7, § 6 et k.1, n.28.

88 Cf. (49)92.22-26, § 3. Lire en composé rakṣati-kṛtaye.

89 Lire comme ed : āpe (et non Ed api).

90 Cf. (49)93.8-10, § 7.

91 Cf. (49)93.11-16, § 8.

92 Cf. (49)93.16-18, § 8.

93 Lire séparé aṣṭa, daśa.

94 Cf. (49)93.19-21, § 9.

95 Cf. (49)92.29-30, § 5.

96 Cf. (49)92.34-93.1, § 5. Que signifie daśama dans ce vers ?

97 Cf. (49)93.1-2, § 5.

98 Cf. n.4.

99 Cf. annexe 4 no 8.

100 L’indication est traditionnelle : cf. p. ex. KPP 104.14.

101 Cf. n.2. Dharmaghosa se réfère aussi à Nārada dans son Girinārakalpa cf. Schubring 1944 no 664.

102 Cf. Introduction § 6.

103 Puṇḍarīka est le premier gaṇadhara° de Ṛṣabha, libéré du vivant même de Ṛṣabha cf. p. ex. Triṣ 1.6.v. 443-444 ; cf. aussi ŚM V. v. 145-6.

104 Cf. p. ex. ŚM V. v. 154.

105 Cf. n.8.

106 Ces mêmes vingt et un noms (à l’exception de Siddharāja dans KC au lieu de Tīrtharāja de VTK) figurent dans KC 104.27-30 (l’ordre est différent) ŚM I v. 333-336 énumère vingt-trois noms, différents de ceux de VTK, sur les cent huit qu’il reconnaît à Śatruñjaya.

107 Cf. Weber 1966 (11858) p. 22-23 : ŚM mentionne vingt et une montagnes appartenant à la même chaîne que Śatruñjaya : Śatruñjaya, Raivata, Siddhiksetra, Sutīrtharāj, Ḍhaṅka, etc.

108 Cf. II § 2 et annexe 4 no 1.

109 Cf. p. ex. KPP 104.31-32.

110 Cf. p. ex. Triṣ I.6.V. 416 (= ŚM V. v. 17).

111 Pour l’assemblée plénière de Ṛṣabha, cf. p. ex. Triṣ.I.6.v. 417.

112 Cf. KPP 104.32-33. Ṛṣabhaseṇa est un gaṇadhara° de Rsabha : cf. p. ex. ĀvCū I 158.6-7.

113 Cf. KPP 104.33.

114 Cf. p. ex. KPP 104.33-105.1.

115 Cf. k.49, n.26.

116 Cf. KPP 105.2.

117 Cf. annexe 4 no 1

118 Cf. KPP 105.10.

119 Cf. n.14.

120 Cf. KPP 105.4.

121 Cf. SM VII v. 218 et KPP 105.4.

122 Cf. SM IX v. 538-539 et KPP 105.8.

123 Cf. p. ex. KPP 105.9.

124 Cf. p. ex. Ant IV sūt. 2 et KPP 105.9.

125 Cf. ŚM VI v. 290-292.

126 Cf. KPP 105.8. Sarvārthasiddha est le nom du ciel suprême : cf. p. ex. Kirfel 1920 p.294.

127 Cf. ŚM VI v. 295.

128 La légende de Śailaka et Śuka fait l’objet du cinquième adhyāyana de Nāyādhammakahāo, mais leur Libération n’est pas mentionnée : cf. un résumé de la légende, Hüttemann 1907 p. 14-19.

129 Dans la tradition suivie p. ex. par Triṣ VIII.12.v. 127, les cinq Pāṇḍava atteignent la Libération sur le Mont Śatruñjaya (cf. aussi ĀvCū II 197.3), mais Draupadī (alias Kuntī) gagne le Brahmaloka.

130 Cf. p. ex. KPP 105.9-10.

131 Cf. Schubring SII 2 1923 p. 178-203, réimpr. Kl. Schriften p. 274-299, "Zwei Heiligen-Paare im Preislied". Cf. aussi Introduction § 6.

132 Cf. p. ex. KPP 105.3.

133 Cf. p. ex. ŚM V v. 401-410.

134 Cf. p. ex. KPP 105.1.

135 Cf. n.36.

136 Cf. p. ex. KPP 105.13-14.

137 C’est le nom d’un roi du futur : pour sa légende, cf. p. ex. Triṣ X. 13.v. 74-152 Johnson VI. 339-344.

138 Cf. p. ex. ŚM XV v. 224 et KPP 105.17-18 citant ĀcaN v. 522.

139 Cf. p. ex. KPP 105.19-20, citant ĀcaN v. 523.

140 Pour les v. 41-67, cf. II § 4 et 5.

141 Cf. p. ex. KPP 104.15-16, citant ÀcaN v. 515.

142 Cf. KPP 104.25-26, citant ĀcaN v. 520.

143 Cf. p. ex. KPP 104.17-18, citant ĀcaN v. 515.

144 Cf. p. ex. KPP 104.19-20, citant ĀcaN v. 517. Cf. annexe 3 no 7.

145 Cf. p. ex. KPP 104.21-22, citant ĀcaN v. 518.

146 Cf. p. ex. KPP 104.23-24, citant ĀcaN v. 519.

147 PCi 100.16-17 p. ex. mentionne l’existence d’un caitya de Mahāvīra, lors du passage du ministre Vastupāla en cet endroit (1220). Mais au siècle dernier, il ne restait dans cette ville rien des constructions anciennes : cf. p. ex. Tod 1971 (11839) p. 296-302. Cf. aussi annexe 4 no 1.

148 Vāgbhaṭa est le nom du ministre du roi Caulukya, Kumārapāla (ca. 1144-1173) connu d’après les autres prabandha : PCi 79.7 : tena rājñā pūrvôpakāra-kartuḥ śrīmad udayanasyângajaḥ śrī-Vāgbhaṭadeva-nāmā mahâmātyaś cakre. Cf. aussi PPS 42.6.

149 Pour la mention de la construction d’un temple à Śatruñjaya, cf. PCi 87.5-7 et KC 26.22-24. La somme mentionnée est différente KC 27.4 :
sapta-ṣaṣṭi-yutām ekāṃ koṭiṃ Vāgbhaṭa-mantri-rāṭ
tīrthôddhāre vyayīcakre pratiṣṭhāyāṃ punaḥ pṛthak.

150 Cf. II § 4 et annexe 4 no 2, no 14 et no 15.

151 Cf. SM XV v. 281. Sur l’ensemble de la légende de Jāvaḍa, cf. ŚM XV v. 168-281.

152 Cf. SM XV v. 191.

153 Cf. SM XV v. 213. Vairasvāmin est un prakritisme pour Vajrasvāmin.

154 Yakṣiṇī traditionnelle de Ṛṣabha : cf. p. ex. Guerinot 1926 p. 101.

155 Les démons sont responsables de la disparition de la statue :
cf. ŚM XV v. 229 : niśāyām uṣite sanghe tatraivâsura-sañcayaḥ
ratha-sthāṃ pratimāṃ bhartur avārohayitā gireḥ.

L’aller et retour de la statue dure vingt et un jours : cf. ŚM XV v. 230-234.

156 Cf. ŚM XV v. 231.

157 Vajrasvāmin ordonne au Yakṣa Kapardin de monter la garde dans le ciel et il enjoint aux époux de se coucher près des roues du chariot puis de méditer la formule d’hommage aux cinq entités. Cf. SM XV v. 235-238.

158 Cf. SM XV v. 243.

159 Il s’agit d’après ŚM XV v. 246-252 de l’ancien Kapardin qui se cache à l'intérieur de la précédente statue que Jāvaḍi remplace par celle qu’il apporte : le Yakṣa pousse un cri tel que la montagne se fend en deux parties.

160 Je ne suis pas sûre d'avoir compris cette phrase et le parallèle n’est pas exact avec ŚM.

161 Litt. les poils dressés sur tout le corps. Cf. ŚM XV v. 273-4.

162 Jâvadi fit construire un temple, etc. L’expression est allusive. Dans ŚM XV v. 192-199, dix-huit navires, perdus douze ans durant, revinrent au port le jour même où arrivait à un autre endroit le navire du Maître Vajrasvāmin ; Jāvaḍi choisit d’aller saluer le Maître.

163 Cf. ŚM XV v. 275.

164 Cf. ŚM I v. 502. On trouvera un écho de l’existence de ces deux statues dans la légende de Jāvaḍi : ŚM XIV v. 186-187.

165 Cf. II § 2 et § 4.

166 Cf. SM I v. 283b : ke mī pañca narāḥ svāmin sa-strikā lepa-nirmitāḥ. Cf. aussi n.31.

167 Cf. ŚM I v. 271.

168 Un temple de ce nom est mentionné PCi 100.19.

169 Le Śakunikāvihāra, mentionné PCi 100.19 et KC 26.13, est, selon la Tradition, situé à Bhṛgupura (Broach) et a été entrepris sur l’instigation d’Āmrabhaṭa, ministre du roi Kumārapāla : cf. PCi 87.20-24 et KC 27.5-10.

170 Un temple (Nandiśvaraprāsāda) est en effet construit sur le Śatruñjaya par Vastupāla d’après PPS 63.30 : Vimalâdrau Nandīśvarôdyāpane Nandīśvara-prāsādaḥ kāritaḥ. Cf. Burgess 1976 (1869) p.22 : il existait un temple de ce nom qui était une œuvre tardive de 1840.

171 La représentation iconographique en question fait probablement allusion à l’épisode suivant : alors que Ṛṣabha est devenu moine, ses petit-fils Nami et Vinami viennent lui demander leur part de royaume. Dharaṇa, le roi des Nāgakumāra, survient et leur fait remontrance de leurs revendications : il leur donne alors les vidyā qui doivent leur permettre de conquérir le Mont Vaiṭāḍhya (cf. p. ex. ĀvCū I 161.5-162.6). Cf. aussi annexe 4 no 1 et no 5.

172 Burgess 1976 (11858) p.19-20 signale sur le côté nord de Śatruñjaya l’existence d’un petit temple dédié à Marudevī qui contient seulement une statue de Marudevī sur un éléphant de marbre. La date de ce temple sans intérêt particulier semble ignorée. Cf. aussi le récit de Tod 1971 (11839) p. 291.

173 Sur la légende de conversion de Kapardin, cf. k.30 et VI § 4. Cf. aussi annexe 4 no 19.

174 Il est peut-être fait allusion ici à la guerre qui opposait Kṛṣṇa et Jarāsaṃdha : tandis que son armée subissait une défaite, Kṛṣṇa reçut de Nemi le conseil de rendre hommage à la statue de Pārśva une fois qu’il se serait concilié Vāsuki, selon les uns, Indra, selon les autres, ici, Kapardin, semble-t-il : cf. k.6 (11.20-30) et k.27.

175 Les trois images représentent Ṛṣabha et les deux Puṇḍarīka : cf. v. 84 et n.66.

176 Cf. II § 7.

177 Cf. n.28.

178 PPS 63.30-31 p. ex. rapporte l’aménagement de ce lac (mentionné aussi PCi 100.23), œuvre de Vastupāla.

179 Cf. annexe 4 no 15.

180 Cf. KPP 105.10-11.

181 Cf. KPP 105.11.

182 Cf. KPP 105.12.

183 Vairotyā, Yakṣiṇī traditionnelle de Vimala, 13e T. (cf. p. ex. Guerinot 1926 p. 106), compte parmi les Vidyādevī : cf. 6 v. 5.

184 Le fils de Kalkin est aussi connu sous le nom de Datta. Sa conduite dharmique est mentionnée p. ex. par ŚM XV v. 211b-313a. Cf. aussi Triṣ X.13.v. 121-122.

185 Cf. p. ex. KPP 105.15-18 citant ÀcaN v. 521-522.

186 Cf. à ce sujet la légende de Kalkin : p. ex. SM XV v. 193-208 et Triṣ X 13 v. 79-120.

187 Le nom de Pethada figure sur une inscription du Lūṇigavasahi : cf Kielhorn El IX p. 150.

188 Cf. III § 4 et annexe 4 no 6.

189 Cf. KPP 104.30-31.

190 Cf. Introduction § 6.

191 Cf. I § 1.1.

192 Cf. Introduction § 6.

193 Il s’agit de Muḥammad bīn Tughluq au pouvoir de 1325 à 1351.

194 Cf. Introduction § 6.

195 J’ai traduit ainsi tasya viśvasya.

196 Les quatre aliments sont les suivants : plat principal (asana), boisson (pāna), aliments sucrés, i.e. noix de coco, fruits (kaima), aliments épicés, i.e. bétel, gingembre (sāima) : cf. Schubring 1935 p. 173 ; Caillat in JA 1965 p.295.

197 Ed 90.9 nirīksyate. J’ai préféré la leçon du ms. C nirīksate.

198 Le terme technique habituel est pratyākhyāna° : la confusion est facile entre -t- et -n- dans les ms. L’auteur emploie peut-être l’adjectif verbal dans un sens équivalent.

199 Cf. II § 4.

200 Cf. II § 5.

201 Raivata, Ujjayanta et Girnar sont ici présentés comme des synonymes, bien qu’ils semblent à l’origine avoir désigné des réalités légèrement différentes : d’après Sankalia 1949 p. 51, une inscription gupta mentionne Raivata et Ürjayanta comme étant les noms des deux collines qui forment la chaîne de Girnar.

202 Nemi (22e T.) vécut trois grands événements de sa vie sur le Mont Girnar : cf. (2)6.3-4, (5)10.11, § 2. Cf. aussi annexe 4 no 2.

203 Pour une description du temple, cf. Tod 1971 (11839) p. 393-394.

204 A Junagadh : cf. Tod 1971 (11839) p. 363-366.

205 Cf. Tod 1971 (11839) p.391-392. Cf. aussi annexe 4 no 3.

206 Cf. annexe 4 no 1 et no 2.

207 Cf. Tod 1971 (11839) p.394 et Burgess 1971(11874-5) p. 166-167. Cf. aussi annexe 4 no 1.

208 A l’est du Bhairavajap, selon Burgess 1971(11874-5) p. 175

209 Cf. II § 2 et § 4.

210 Mahavratam : singulier collectif, désignant les cinq vœux de la loi jaina. Cf. aussi k.2, n.2.

211 Cf. k.2, n.3.

212 Cf. k.2, n.4.

213 Cf. k.5, n.35.

214 Cf. k.5, n.36 et annexe 4 no 1.

215 Aujourd’hui Hathi-paglā : cf. Burgess 1971(11874-5) p. 169.

216 Cf. k.5, n.34.

217 Il existe à Girnar un ancien temple dédié à Ambā, Yaksinī traditionnelle de Nemi : cf. Burgess 1971 (11874-5) p. 174-175. Cf. annexe 4 no 19.

218 Cf. (2)6.4. Le pic Avalokana où Neminātha fut libéré est aussi appelé Neminātha ou Dattātreya selon Burgess 1971 (11874-5) p. 175 : c’est le Dhatarie de Tod 1971 (11839) p. 382. Cf. II § 3.

219 Cf. k.5, n.42.

220 Pour les vers 16 à 21, cf. Il § 2.

221 Cf. (2)6.23.

222 Où Neminātha obtint l’omniscience : cf. (2)6.3.

223 Où Neminātha délivra l’Enseignement : cf. (2)6.3.

224 Cf. 5 § 1.

225 Cf. I § 1.1.

226 Cf. annexe 4 no 3.

227 Cf. supra : Remarques et II § 6.

228 Le vers introducteur de ce k. est probablement corrompu, ou désarticulé, tel qu’il figure Ed 6.2 = ed 16.1-2 = Be 3b. 15 :
siri-Nemi-jiṇaṃ sirasā namiuṃ Revaya-gir’īsa-kappaṃmi
siri-Vaira-sîsa-bhaṇiaṃ jahā Pālittaenaṃ ca.
Il manque un verbe principal. J’ai traduit namium par un absolutif impersonnel. Mme C. Caillai suggère qu’il pourrait s’agir de la juxtaposition d’anciens pāda.

229 Le détail est différent dans KalpS 173.

230 Cf. KalpS 174.

231 Cet élément est absent de KalpS.

232 Cf. KalpS 182.

233 J’ai analysé kallāṇa-tigaṃ (Ed 6.4) comme apposé à ceia-tigaṃ.

234 Ed 6.5 Aṃbādeviṃ ca kārei : j’ai compris qu’il s’agissait d’une statue ; peut-être s’agit-il d’un temple (cf. Cort 1990 p.251) : le fait qu’Aṃbādeviṃ soit coordonné à ceiya-tigaṃ rend possible et peut-être meilleure cette solution.

235 Ed 6.5-6 = ed 19.7-10 ; Be 3b.l7-4a 2 répète les constructions de Samba identiques à celles d’Iṃda. Un copiste, jugeant cet élément superflu, a mis ce passage entre parenthèses.

236 Siddhavināyaka est une forme de Gaṇeśa : cf. Liebert 1976 p. 339, Gupte 1972 p. 47-48, Shah 1987 p. 263.

237 Sept est un chiffre auspicieux : on trouve une semblable liste de sept héros ayant pratiqué l’ascèse sur le Mont Girnar dans les sources hindoues (Nala, Nṛga, Nahuṣa, Yayāti, Dhumdhumāra, Bharata, Bhagīratha : cf. Burgess 1971<11874-5> p. 156).

238 C’est-à-dire Juṇṇadugga ? Cf. (5)10.6, § 2.

239 C’est-à-dire Rāimaī-guhā* : cf. 3 v. 19.

240 Cf. (2)6.3-4, 3 v.  16 et (5)10.12-13, § 2.

241 Selon BR, il s’agit d’une pierre précieuse, peut-être d’une sorte d’émeraude.

242 Comme le vers introducteur (cf. n.1), le vers final est inhabituel et déroutant :
sassaka-ḍāhaṃ majjhe giṇhittā koḍi-bindu-saṃyoge
Ghaṃṭasilā-cuṇṇaya-joaṇāo aṃjaṇa-siddhī.

243 Cf. annexe 4 no 5.

244 Variantes : la communauté PK 96.28 ; Ratna seul ŚM XIII v. 361. La version de RR 101.9 est semblable à celle de VTK.

245 L’origine n’est pas précisée PK 96.28. Ratna est arrivé au Kāśmīr après avoir quitté sa ville Mithilā parce qu’il y sévissait une famine : ŚM XIII v. 354-356.

246 Au vu du parallèle de RR 101.10 (harasa-vasina), je propose de corriger Ed 9.14 = ed 31.5-6 (rasaha-vasāo) en harasa-vasāo, plus satisfaisant.

247 On asperge d’eau la statue PK 96.28 et ŚM XIII v. 370. Dans RR 101.10, l’expression est plus concise que dans VTK : avec des jarres de suc épais (ghana-kalasa bharivi ti nhavaṇu karaṃtaha).

248 Cf. PK 96.28-29, ŚM XIII v. 371a, RR 101.11.

249 L’expression du désespoir est plus développée PK 96.30-97.1, RR 101.11-12 et ŚM XIII v. 372-377.

250 Le détail est le même RR 101.13, différent dans les deux autres versions : après soixante repas (PK 97.2), au bout d’un mois (ŚM XIII v. 378b).

251 Encore une fois, RR 101.14 est très proche du texte de VTK :
uṭṭhevinu siri-Nemi-biṃbu tuliu turaṃtau
pacchalu mama jœsu vaccha ! Tuṃ bhavaṇi āṇai.
Dans PK, Ambā conduit Ratna vers le pavillon d’entrée en or et lui donne une statue à choisir parmi les soixante statues de Jina. Ratna en choisit une en pierres précieuses. Mais Ambā le met en garde contre l’arrivée de l’ère kali et des mleccha et l’invite donc à prendre plutôt une statue de pierre. Ratna suit le conseil.
Dans SM, Ambikā suggère d’abord à Ratna de sculpter à nouveau une statue d’argile. Le héros laïc refuse de peur qu’un autre fidèle ne connaisse la même mésaventure. Ambikā disparaît alors. Mais Ratna renouvelle ses austérités et se concilie à nouveau Ambikā qui lui accorde une statue de pierres précieuses.

252 Pour RR, cf. n.9. Le motif du regard en arrière apparaît aussi, un peu modifié, dans PK 97.9-10. Mais il est absent de ŚM XIII v. 410b.

253 Cf. PK 97.9 : āma-sūtra-tantubhiḥ ; ŚM XIII v. 410 : tantubhiḥ sūkṣmaiḥ.

254 Même détail RR 101.15. Dans PK 97.2, ce pavillon d’entrée (fait par Indra, kāñcana-balānâkhye Indra-nirmite) est l’endroit où Ambā conduit Ratna pour lui faire choisir une statue de Nemi (cf. n.9).

255 Même détail RR 101.16 ; dans PK 97.11, Ratna regarde en arrière parce qu’il se demande en souriant si la statue suit ou non.

256 Même détail RR 101.17 et PK 97.12. Ensuite le parallélisme cesse entre le texte de PK et celui de VTK.

257 Cf. RR 101.17.

258 Cf. SKK 101 v. 10-11.

259 Même détail et expression très semblable RR 101.20. Cf. aussi ŚM XIII v. 409 : Ambikā met en garde Ratna contre l’arrivée des mleccha puis dissimule le charme de la statue. On retrouve aussi un écho de ce trait de la légende dans PK 97.6-9, quand Ambikā invite Ratna à choisir une statue de pierres (cf. n.9). Cf. un motif semblable : 9 § 1 et 21 ; 28 § 5 et 31.

260 Cf. RR 100.16 et PCi 65.14-15.

261 Je n’ai pas trouvé confirmation de la date — en accord avec celle du règne de Jayasimha — donnée par VTK.

262 Sur le mot âmalasâra, cf. Sircar 1966 p. 16. Pour l’épisode, cf. p. ex. RR 101.5-8.

263 Kumārapāla règne de 1143 à 1174 selon les prabandha. Les dates sont confirmées par le témoignage des inscriptions : cf. Sankalia 1941 p.39. Cf. aussi annexe 2 s.v.

264 Il s’agit du gouverneur Āmbaka au vu des parallèles textuels ; PPS 34.24-25 et RR 100.5.

265 Ed 9.25 = ed 32.11 = Be 5b.7.

266 Cf. PPS 34.4 et RR 100.6.

267 Ca. 1219-1244 : cf. Choudhary 1954 p. 163 et p. 302-310.

268 Vastupāla et Tejahpāla sont deux personnages illustres, célébrés dans la littérature des prabandha : cf. k.42 ; PPS 53-78 ; PCi 98-105 ; PK 101-130.

269 . Cf. PK 117.10-11 et RR 99.12.

270 Cf. annexe 4 no 4.

271 Cf. PCi 100.32-101.1 et RR 99.13-14.

272 Cf. n.25.

273 Cf. RR 99.15.

274 Cf. RR 99.16-17. Les autres prabandha ignorent ces éléments topographiques. Cf. annexe 3 no 6.

275 Cf. RR 99.18.

276 Cf. RR 99.19.

277 Il s’agit du ministre Vastupāla dans RR 100.2.

278 Cf. RR 101.24-25.

279 De la vie de Nemi : cf. k.2 et 3 (v. 8 et v. 9) et RR 101.26.

280 Cf. RR 102.1.

281 Cf. RR 102.2. On lit aussi le nom de ce bassin PK 116.24. Burgess 1874-75 p. 169 mentionne l’existence d’une pierre octogonale appelée Hathi-paglā "Pied de l’éléphant".

282 Cf. RR 102.3.

283 Cf. RR 102.5.

284 Cf. RR 102.7-8.

285 Cf. RR 102.15-16.

286 Cf. RR 102.17.

287 Cf. RR 102.19.

288 Cf. I § 1.1. et annexe 4 no 1.

289 Cf. I § 1.1.

290 Cette expression suggère que ce k. se rattache à un autre à l’origine. S’agit-il du k.2 ?

291 Il existe encore à l’heure actuelle, derrière le temple Vimalavasahī, un temple dédié à Srīmātā ou Kanyākumārī. L’image de la déesse, appelée Srlmàtâ ou Kunvārī-kanyā, qu’on révère en ce lieu, comporte une inscription datant de 1497 V.S. (1440).

292 Variantes : Ratnaśekhara : PCi 109.15 ; PPS (G) 84.31 ; Ratnapuñja : PPS (B.P.) 84.1, LPS p. 73.

293 Même détail PPS(G) 84.33 ; la chouette est sur une noix de coco dans LPS p. 72 et PPS (B.P.) 84.3.

294 Ed 15.8 = ed 48.14 = Be 33a. 15 ṭaṅka-śālā Mahālakṣmyāḥ : à lire en composé comme ed, avec ṭanka-sālā, premier terme valant génitif : la solution est possible métriquement. Les autres versions (PCi 110.2 ; PPS (G) 85.2 ; LPS p. 74) ont le locatif ṭanka-śālāyāṃ.

295 Même expression PCi 110.3 et LPS 74 ; drammā. PPS (G)85.2.

296 Ed 15.10 = ed 46.1 = Be 33a.16 ; cf. PCi 110.3 navino nṛpo.

297 Cf. PCi 110.5 ; PPS (G)85.2-3 ; pratolī-dvāre LPS 74.

298 Cf. PCi 110.9-10 ; PPS (G) 85.3 ; LPS 75.

299 Cf. PCi 110.10-11 ; PPS (G) 85.4 ; LPS 75.

300 Cf. PCi 110.11-18 ; PPS (G) 85.4-6 ; LPS 75-76.

301 Cf. PCi 110.18-28 ; PPS (G) 6-9 ; la version de LPS 77 est très écourtée. Cf. aussi IV § 5.1.

302 Ed 15.24 = ed 50.14 sikharaṃ tatra : préférer la leçon de Be 33b.8 śikhare tatra.

303 La version de PCi 110.30-31 qui, seule, mentionne aussi cet élément de la légende, est aussi allusive que celle de VTK.

304 Il est fait évasivement allusion ici à une légende purānique (Skanda Purāṇa Prabhāsa-khaṇḍa II 37-66 et II 14) qu’évoque Jayantavijaya 1954 p. 3-4 : l’emplacement du Mont Abu était auparavant une plaine. Au moment où le roi des serpents Takṣaka enleva les boucles d’oreille d’Uttaṅka et alla se cacher dans un souterrain, Uttaṅka essaya de creuser l’endroit. Indra l’aida de son foudre et fit une fosse béante. L’endroit était d’abord habité par de cruelles tribus aborigènes comme celles des Bhilla. Un jour, la célèbre vache de Vasistha du nom de Nandinī tomba dans la fosse. Alors, l’ascète invoqua Sarasvatī qui arriva et emplit d’eau la fosse. La vache réussit à nager et à sortir. Le lendemain, le sage demanda à l’Himālaya de combler cette fosse. Himalaya envoya le plus jeune de ses fils, Nandivardhana. Transporté là sur le dos du Nāga Arbuda, le mont Nandivardhana combla la fosse. Le sage Vasistha fut si content des services du Nâga Arbuda qu’il appela de son nom le mont Nandivardhana.

305 D’autres sources littéraires (Arbudâcalapraśasti in SKK 67.14-15) et épigraphiques (inscription no II du mont Abu datée de 1230 : Lüders EI VIII p. 206) donnent leurs noms : Deulavadā, Śrīmāta-mahābu, Ābuya, Orāsā, Uttaraccha, Sihara, Sala, Hethaunji, Ākhi, Kotadi (Bhāli, Bhādā). Cinq de ces villages ont été localisés par Lüders EI VIII p. 207. Cf. aussi annexe 8, stéréotypes-villes.

306 Sur une inscription du Lūṇavasahikā datée de 1230 (cf. Lüders El VIII p. 206 et Arbudâcalapraśasti in SKK 67.11-19), le nom des Guguli apparaît dans la liste des personnes auxquelles on confie le soin du temple. Les Guguli sont à présent une caste de brahmanes résidant principalement à Dvārkā : ils sont vaiṣṇava de religion et essentiellement pujāri ou prêtres dans les temples de Krsna (cf. Gazetteer of the Bombay Presidency VIII р. 146, IX part I p. 9 et suivantes, qui donne aussi la légende relative à leur origine). PK 122.8-9 rapporte en outre que les Goggulika et les Rastrika, d’obédience visnuite, nombreux sur le Mont Abu (cf. SKK 106 v. 2) ont exigé des jaina un dédommagement en especes pour la construction du Vimalavasahi (temple de Vimala dédié à Ṛṣabha). Jayantavijaya 1954 p. 27 fait allusion à cette légende.

307 Sur les v. 28-30 : cf. annexe 4 no 1 à no 3.

308 Cf. II § 6.

309 I.e. "Où l’on a poussé un cri strident".

310 Cf. n.1.

311 Acalesvara est une des épithètes de Śiva. Cf. Jayantavijaya 1954 p. 160-164 : les hindous croient qu’Acaleśvara Mahādeva est la divinité préposée au Mont Abu. Le dieu était honoré en tant que divinité tutélaire par les Paramāra du Mont Abu et aussi par les Chauhāna.

312 Ed. Vasiṣṭhāśrama. Il s’agit vraisemblablement d’un lieu saint destiné à rappeler la légende puränique de la fondation du Mont Abu à l’instigation de Vasistha : cf. n.14. Cf. aussi annexe 3 no 6.

313 La version de PK est plus développée : "Le clairvoyant Vimala avait deux désirs, le désir d’une descendance et celui d’ériger un temple. Pour les satisfaire, il se concilia la déesse Ambā après trois jeûnes. Devenue visible, la (déesse) lui dit :'Mon petit, dis-moi ton désir.’Vimala lui dit : ‘Je suis habité du désir d’une descendance et de celui d’ériger un temple au sommet du Mont Abu.’Ambā reprit : ‘Tu ne peux en obtenir deux. Dis-en un. ’Alors, Vimala renonçant au désir de descendance non essentiel – son fruit n’est que la prolongation du saṃsara –, souhaita que fût exaucé son désir d’ériger un temple." (PK 121.19-23)

314 Cf. PK 121.27. Cf. aussi I § 1.4 et annexe 8, endroits auspicieux.

315 Le texte de PPS 51.22-23 et 52.2-4 est plus explicite : "dédaignant l’hommage à rendre au roi Bhīmadeva, le roi Dhandhūka demanda secours au grand roi Bhoja [...] Abandonnant Candrāvatī, le Paramāra Dhandhūka, à cause d’un conflit avec Bhīmadeva se rendit à Dhārā. Alors, s’étant vu confier par le roi (Bhīmadeva) le parasol (chattrā), le gouverneur (dandhipati) Vimala, équipé de douze mille chevaux, se rendit à Candrāvatī". Cf. aussi annexe 2.

316 Même indication PPS 52.11.

317 Cf. PK 121.28-29. Sur le Vimalavasahi, cf. Jayantavijaya 1954 p. 22-84.

318 Cf. VI § 3 et annexe 4 no 19.

319 Jayantavijaya 1954 p. 31 mentionne l’existence d’une statue de Vimala sur un cheval devant l’entrée du temple Vimalavasahi.

320 Cf. II § 3.

321 Cf. PK 122.18 : kaśopala-mayaṃ bimbam. Cf. aussi Jayantavijaya 1954 p. 91.

322 Cf. annexe 4 no 16.

323 Ct. PCi 101.28 : pūrva-puruṣa-mūrti-yuta-gajānāṃ śālā. Cf. II § 3.

324 Il est fait allusion à la légende suivante : au temps jadis, les montagnes avaient des ailes et s’en allaient à leur guise. Les humains vivaient de ce fait dans une crainte continuelle. Aussi Indra coupa-t-il les ailes des montagnes et les mit dans une chaîne. A ce moment-là, le dieu Vāyu emporta son ami Maināka et le mit dans l'océan (cf. Mani 1975 p. 468).

325 Cf. II § 3.

326 Cf. I § 1.1.

327 Cf. Introduction § 6 et annexe 8, stéréotypes-kalpa.

328 Cf. Introduction § 6.

329 Ed 22.7 = ed 72.4 = Be 14a.8 nirbharaṃ bhāratā buddhiṃ bhāratī : j’ai traduit bhāratīṃ buddhiṃ.

330 Cf. Introduction § 6.

331 Cf. Ghosh 1939 p. 1.

332 Cf. I § 1.1.

333 Cf. II § 2 et annexe 4 no 1.

334 Cf. II § 6.

335 Pour les vers 6 à 8, cf. I § 1.1.

336 Cf. annexe 3 no 6.

337 Cf. annexe 4 no 18.

338 Cl. Mar v. 444-446 et Triṣ X.9.v. 136-181 : Johnson 6 p 259-262

339 Cf. II § 2, § 7 et k.48.

340 Rauhiṇeya est un voleur de Rājagṛha. Conformément au vœu qu’il a fait à son père, il se rend à Rājagṛha en se bouchant les oreilles pour ne pas entendre les prêches de Mahāvīra. Un jour, pourtant, il est contraint de transgresser son vœu pour retirer une épine de son pied : il entend alors Mahāvīra définir la nature divine. Sur ces entrefaites, il est fait prisonnier par les gardes du roi Śreṇika. Son ministre Abhayadeva voulant faire avouer à Rauhiṇeya qu’il est un voleur utilise un stratagème : il fait enivrer Rauhiṇeya, lui fait croire qu’il est chez les dieux et lui demande de raconter sa vie antérieure. Se rappelant les paroles de Mahāvīra, Rauhiṇeya évente la ruse. On le relâche. Il reconnaît alors la grandeur de Mahāvīra et devient son disciple. Il pratique des ascèses de plus en plus difficiles et finalement le pādapopagama° sur le Mont Vaibhāra (Triṣ X.11.v. 1-110 : Johnson VI p. 263-270).

341 Rājagṛha est traditionnellement (ĀvN v. 383) le lieu de naissance de Munisuvrata (20e T.). Cf. annexe 4 no 1.

342 Ces différents noms de Rājagṛha sont traditionnels : cf. ÀvN v. 1279 et p. ex. ĀvCū II 158.2-10.

343 L’auteur opère insensiblement un glissement du mont Vaibhāra à la ville de Rājagṛha.

344 Guṇaśila est le nom traditionnel d’un sanctuaire de Rājagṛha : cf. p. ex. Triṣ X.8.v. 327 : Johnson VI p. 212.

345 Cf. annexe 4 no 15.

346 Cf. ĀvCū I 494.7-495.11.

347 Cf. n.11.

348 C’est-à-dire les jaina.

349 On a ici un exemple d’utprekṣā (Porcher 1978 p.98-109). Sur la recherche stylistique des kalpa-stotra, cf. I § 1.1.

350 Cf. p. ex. ÄvN v. 383.

351 Roi de Rājagṛha : cf. p. ex. ĀvCū I 492.1-8.

352 Roi de Rājagṛha, contemporain de Mahāvīra : cf. p. ex. ĀvCū II 61.11.

353 Künika et les rois suivants sont tous fils de Śrenika.

354 Cinquième gaṇadhara° de Mahāvīra (KalpS Therâvali 3).

355 Marchand de Rājagṛha devenu disciple de Mahāvīra : cf. p. ex. ÄvCü I 467.3-469.3.

356 Disciple de Prabhava, lui-même disciple de Jambu (cf. n.25).

357 Epouse du roi Śrenika (v. 21).

358 Cf. p. ex. AvN v. 595.

359 Cf. p. ex. KalpS 122.

360 Cf. I § 1.1.

361 S’agit-il du nom du fils de Rāvaṇa ?

362 Cf. I § 1.1.

363 Cf. annexe 4 no 15.

364 La date est indiquée par un chronogramme : sarasvad = 4, rasa = 6, śikhi = 3, ku = 1.

© Institut Français de Pondichéry, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.