Desktop versionMobile version

Les attaches de l’homme

 | 
Jean-Luc Racine

II

6. Structure agraire et formes de mobilité : deux villages du Dakshina Kannada

K. Nagaraj

Full text

Deux villages contrastés dans leur cadre régional

  • 1 Je remercie mes collègues du MIDS et mes amis de l’Institut français, J.L. Racine en particulier, (...)

1Les deux districts du Dakshina Kannada et de l’Uttara Kannada (appellés autrefois Sud-Canara et Nord-Canara) constituent la frange côtière du Karnataka, prolongeant en quelque sorte l’État du Kérala, sis plus au sud1. Le Dakshina Kannada s’étend du nord au sud sur une langue de terre relativement étroite entre la mer d’Arabie à l’ouest, et les montagnes des Ghâts orientaux à l’est. La pente croît donc d’ouest en est. Tout le district est parcouru par de nombreux petits cours d’eau qui, en descendant des Ghâts pour se jeter dans la mer d’Arabie, ont déposé une riche couche alluviale. Le district est arrosé en abondance par les pluies qu’apporte la mousson du sud-ouest de juin à septembre, la moyenne annuelle des précipitations étant de 3932 mm. Ces pluies apportent toujours assez d’eau pour la récolte kharif, mais érodent fortement la couche superficielle des sols, emportée par le cours rapide des rivières et des ruisseaux.

2Du nord au sud, le district peut être subdivisé en trois grandes « zones » ou « régions » : un liseré côtier à l’ouest, les Ghâts à l’est, et la région intermédiaire, qu’on appellera ici « l’intérieur ».

3Le liseré côtier consiste en basses terres densément peuplées. Étiré entre la mer et la route nationale (NH 17) qui longe la côte, ce liseré ne consiste souvent – en sa largeur – qu’en un seul finage villageois. Cette zone fortement marquée par les échanges, le commerce et les activités bancaires, donne l’impression d’un espace marchand développé. On y cultive surtout du riz, et du point de vue de son système agricole, elle s’inscrit dans le prolongement de l’intérieur, sa seule culture spécifique, si l’on peut dire, étant le cocotier que l’on plante abondamment le long de la côte. Mais en termes de relations agraires – et donc de structure économique – le liseré côtier s’oppose fortement à l’intérieur, opposition dont nous verrons en détail ci-dessous le rôle central qu’elle joue.

Le liseré littoral dépasse à peine la NH 17.
Figure 1. Le Dakshina Kannada

4La région des Ghâts comprend la partie montagneuse des Ghâts occidentaux proprement dits, grossie de ses marges. Cette zone porte un riche couvert forestier sempervirent et une faible densité de peuplement. Son économie repose largement sur les cultures commerciales, la principale étant l’aréquier, auquel s’ajoutent le poivre, l’hévéa, et dans une moindre mesure la cardamome.

5Si ces cultures, qu’on trouve en fait dans toute cette zone, sont bien appropriées au piémont des Ghâts occidentaux, elles n’y deviennent principales que dans le sud. Dans la partie nord du taluk de Coondapoor, où sont situés les villages retenus par notre étude, s’étendent de vastes espaces agricoles dominés par le riz.

6La ceinture médiane ou l’intérieur, espace le plus vaste de la région, présente une suite alternée de basses terres séparées par des collines qui s’avancent à partir des Ghâts. C’est un milieu purement agricole, consacré principalement au riz, culture de subsistance.

7Les zones que nous venons de décrire correspondent à une régionalisation géographique du district et ne coïncident pas avec ses huit subdivisions administratives, les taluks de Mangalore, Udupi, Coondapoor, Bantval, Karkal, Beltangadi, Puttur et Sulya. Le liseré côtier s’étire sur une part des trois premiers taluks. Ce qui reste de ces deux premiers appartenant à la zone médiane, tandis que le troisième – Coondapoor – s’étend sur les trois zones. Le taluk de Bantval est le seul à se trouver entièrement compris dans la zone médiane. Trois des quatre autres taluks (Karkal, Beltangadi et Puttur) chevauchent cette zone médiane et les Ghâts, le troisième, Puttur, se trouvant en grande partie dans ces derniers, et plus encore le quatrième, Sulya (fig. 1).

8Nous l’avons dit précédemment, les cultures commerciales ne sont dominantes que dans la partie sud des Ghâts, celle-ci coïncidant à peu près avec les deux taluks de Sulya et Puttur. Ainsi, la partie des Ghâts comprise dans les taluks de Coondapoor, Karkal et Beltangadi, où le riz est la culture principale, a plus de traits communs avec la zone médiane qu’avec la partie sud des Ghâts du district, espace montagneux par excellence du Dakshina Kannada.

Structure socio-économique et organisation régionale du Dakshina Kannada

9Le district est marqué de façon frappante par les différences de structure économique et de développement entre le liseré côtier – zone dynamique où le secteur tertiaire est important – et l’intérieur qui apparaît relativement sous-développé.

10Le secteur primaire du district pris dans sa totalité est caractérisé par une dualité marquante : d’une part, les cultures commerciales de très bon rapport (comme l’aréquier et le cocotier), les produits forestiers et ceux de la pêche contribuent largement au revenu agricole du Dakshina Kannada ; d’autre part la culture vivrière majeure, le riz, dont vit une grande partie de la population du district, est conduite en usant de techniques très peu évoluées, et dans un cadre social arriéré. En d’autres mots, la dualité du secteur primaire résulte de ce que, techniquement et socialement à la traîne, il n’en contient pas moins une forte composante commerciale. Le liseré côtier et l’intérieur ne s’opposent pas du fait de leur système de production – le riz est dominant ici et là –, mais par la nature des relations agraires qui les différencient.

11Si l’on en croit les statistiques globales, le district serait plutôt industrialisé, mais il s’agit surtout d’industries de transformation largement dépendantes du secteur primaire, comme la tuilerie, le conditionnement de la noix de cajou, la torréfaction du café, les fabrications à base de fibre de coco et le roulage de beedi. L’on trouve certes, dans les franges péri-urbaines de Mangalore, le chef-lieu du district, des usines métallurgiques de taille moyenne. Mais le district ne comptait pas de grande industrie jusqu’au milieu des années 1970, lorsqu’on implanta une usine d’engrais, toujours à proximité de Mangalore. Au total, ce type d’industrialisation favorisa une assez grande dispersion des activités industrielles, en particulier sur le liseré côtier (tuileries et roulage de beedi entre autres). La plupart des tuileries sont en effet installées près de la côte, sur les rives des nombreuses petites rivières qui traversent le Dakshina Kannada. Le roulage de beedis se concentre lui aussi sur le liseré côtier, bien qu’il soit pratiqué partout à domicile : c’est l’une des plus importantes activités du district. En résumé, le district, et particulièrement son liseré côtier, est caractérisé par un mince tissu industriel ponctué de centres d’activités de taille petite et moyenne, dont les tuileries forment une composante marquante.

12Le trait le plus frappant de l’économie du district est la forte part du secteur tertiaire, particulièrement visible, une fois de plus, sur le liseré côtier. Le Dakshina Kannada est le district indien le mieux pourvu en banques, et commerce et transports y sont fort développés. La croissance soutenue du secteur tertiaire pendant ces dernières décennies, particulièrement pendant les années 1970, est remarquable. Cette croissance s’est manifestée par le développement des activités bancaires, par un excellent réseau de systèmes de transports, et par l’aménagement du port de Mangalore aujourd’hui utilisable en tous temps. Ce port, dans les années 1970, est devenu l’un des plus importants de la côte occidentale de l’Inde. Les activités commerciales, nourries par le secteur primaire du district et de son hinterland, et le tissu industriel diffus – lié à son tour aux activités marchandes générées par le secteur primaire –, ne peuvent expliquer à eux seuls cette forte présence du secteur tertiaire, et en particulier des activités bancaires.

13Bien des indicateurs de développement social donnent au district – et au premier chef à son liseré côtier – une image dynamique : taux relativement élevé d’alphabétisation ; grand nombre d’institutions d’enseignement supérieur, dont plusieurs de formation professionnelle ; système de santé bien présent.

14La structure socio-économique du district présente donc certains déséquilibres. Le premier oppose le niveau de développement du liseré côtier à celui de l’intérieur, bien plus à la traîne. Un autre déséquilibre affecte les niveaux de développement des différents secteurs de l’économie : le tertiaire hautement développé et dilaté – ballonnement partiellement nourri de détresse – coexiste avec des secteurs agricole et industriel caractérisés par un bas niveau de technicité. Soulignons encore un troisième type de déséquilibre entre les statuts socio-économiques des différentes sections ou classes de la population du district. Comme dans d’autres parties de l’Inde rurale, ces disparités sont très accentuées, et la structure de caste de la population en est un facteur important.

15Les hautes castes du district comprennent des Brahmanes, des Bunts et des Jains. Les Bunts et les Jains demeurent essentiellement des agriculteurs, la plupart des propriétaires fonciers traditionnels du district appartenant à ces deux castes. Récemment, ils ont clairement tendu à diversifier leurs activités dans des domaines non agricoles comme la tuilerie et la briquetterie, l’exploitation de l’argile, ainsi que dans les professions médicales, d’ingénieurs, etc.

16Les Brahmanes exercent un plus large éventail d’activités, et si nombre d’entre eux sont agriculteurs, peu doivent être considérés comme des propriétaires traditionnels. Les Brahmanes sont essentiellement des « élites » qui monopolisent presque les professions de l’enseignement, de la médecine, de l’ingénierie, et celles des services bancaires et commerciaux institutionnalisés. Une section particulière de Brahmanes, les Gowd Saraswat Brahmins, contrôle virtuellement toute la sphère des activités commerciales du district à tous les niveaux, de l’échoppe à la grande organisation commerciale.

17Les communautés de basses castes les plus importantes du district sont les Mogaveeras (pêcheurs) et les Poojaris ou Billavas (malafoutiers). Le gros des tenanciers sans terre, des paysans pauvres et des ouvriers agricoles en provient.

18La communauté des Harijans du district est considérable. Dans l’intérieur et dans les Ghâts, ces membres des Scheduled Castes sont des domestiques ou des ouvriers agricoles souvent engagés dans divers rapports d’asservissement avec les propriétaires traditionnels ; mais sur le liseré côtier, ils ne vivent que de modestes tâches. On les voit rarement être cultivateurs, tenanciers ou paysans.

19On trouve aussi au Dakshina Kannada un grand nombre de communautés tribales ; les Kudbis, Marathis, Kulals, Gowds, etc., dont les membres sont principalement des tenanciers ou des ouvriers agricoles.

20Ce chapitre traite essentiellement de la mobilité – de sa nature, de ses différents modes d’existence, de ses conséquences – et aussi des facteurs qui la restreignent, tels qu’on les observe dans différents groupes socioéconomiques. Il ne s’agit pas d’une étude détaillée de ce phénomène, où les foyers des villages de l’enquête seraient distingués en classes selon leur statut socio-économique, et le mode de mobilité ou les freins à la migration seraient analysés pour chacune d’elles : on ne conduit pas ici une analyse de classe des migrations. Mais nous pensons avoir engagé un premier pas dans cette direction, étant donné l’étroite corrélation entre caste et statut socioéconomique qu’on observe dans nos deux villages, en étudiant en détail les modes de mobilité concernant les deux grands groupes de castes en présence : d’une part les basses castes comprenant les Mogaveeras, les Bhillavas, les Harijans et les tribus ; d’autre part les hautes castes, Brahmanes et Bunts (il n’y a pas de Jains dans ces deux villages), et les castes intermédiaires comme les Acharis (charpentiers). Ce second groupe rassemble donc – et on les appellera de ce nom par commodité – les « autres castes ».

21La caractéristique principale de la structure socio-économique – l’opposition entre le liseré côtier et l’intérieur – est liée à la diversité des relations agraires. Détaillons un peu, puisque ce travail s’efforce d’étudier les modes de mobilité en fonction des groupes socio-économiques, perçus dans le contexte plus large des structures socio-économiques qui les ont constitués, les structures agraires tenant ici un rôle central.

22Le facteur le plus important en matière de propriété foncière, dans l’intérieur du district, est la présence d’une classe assez fermée de gros propriétaires fonciers traditionnels, la classe possédante par excellence. Ils appartiennent exclusivement aux communautés Jains et Bunts du district. Leur domaine familial peut être très vaste, de 50 acres à quelques centaines d’acres, s’étendant généralement sur plusieurs villages. Ceci doit être mis en rapport avec certaines particularités du mode d’héritage matrilinéaire, dénommé aliya santhana, que suivent tous ceux qui sont originaires de cette région, Bunts et Jains, mais aussi basses castes comme les Mogaveeras et les Bhillavas. Dans ce système, les droits fonciers d’un individu lui viennent de sa mère et ne peuvent être transmis à ses enfants, mais le sont à ceux de sa sœur (aliya en kannada signifie « fils de sœur »), La famille indivise, manethana, comprend tous les vivants descendant en ligne féminine d’une ancêtre éponyme. Le plus âgé des membres masculins « contrôle » le domaine, mais ne peut le diviser ni vendre de la terre sans le consentement de toutes les femmes du lignage, le manethana en sa totalité possédant la terre et tout autre bien. Grâce à l’institution du manethana, les familles possédantes peuvent contrôler de très grands domaines fonciers, et se maintiennent ainsi sous forme de familles indivises. La rareté des partages, directement liée aux modalités du système d’héritage, contribue fortement à l’étendue des exploitations des manethanas.

23Fait d’importance pour notre propos, et contrairement à l’usage indien le plus général, la femme, après son mariage, ne quitte pas la maison de ses parents pour rejoindre celle de son mari. Elle y reste, et c’est son mari qui l’y rejoint. Ceci n’est pas sans poser ici quelques problèmes de définition, quant à savoir qui est un émigrant. Nous y reviendrons.

24En ce qui concerne la structure agraire, le mode de culture de la terre possédée par de grands propriétaires traditionnels est, au moins pour partie, de type domanial. De vastes terres entourent la résidence du maître, qui les exploite lui-même avec une main-d’œuvre rémunérée pour une part, à laquelle s’ajoute le travail gratuit des tenanciers. Ce qui reste des terres, soit une bonne proportion du total, est en effet cédé à un grand nombre de tenanciers – une centaine parfois –, en lots de diverses superficies, allant souvent jusqu’à dix acres.

25Ces grands propriétaires traditionnels jouent un rôle central dans la structure agraire de l’intérieur. On trouve aussi cependant un grand nombre de moyens propriétaires, invariablement membres des hautes castes : Brahmanes, Bunts et Jains, qui font cultiver une partie de la dizaine d’acres qu’ils possèdent par de la main-d’œuvre salariée et louent le reste à des tenanciers. Du point de vue de leur statut socio-économique et de leur pouvoir, il n’y a pas de commune mesure entre eux et les grands propriétaires.

26Les membres des plus basses castes de la région, Bhillavas, Mogaveeras, Harijans et tribaux sont des tenanciers ou des ouvriers agricoles. Leur statut socio-économique, en termes de revenu, alphabétisation etc., est très bas, et ils sont plus souvent que jamais soumis à des conditions extrêmement pesantes et à des restrictions qui portent atteinte à leur liberté. Le prélèvement du surplus aux dépens des tenanciers se fait sous forme de loyers exorbitants, de prestations de service gratuites et d’intérêts usuriers sur des prêts à la consommation en nature (par un système de prêts appelles holi). D’autre part, les travailleurs ruraux voient leur liberté bornée de diverses façons. Cela va des formes extrêmes de l’asservissement pour dette (ce qui est rare) à une forme largement prévalente de travail à la demande, par laquelle un propriétaire (ou un employeur) jouit d’un droit de premier appel sur un travailleur, système appelé localement husi okkalu ou coolie okkalu, parce que l’employeur a fourni au travailleur un lopin pour construire sa maison, ou lui a avancé un prêt à la consommation.

  • 2 L’usage des mots « féodal » ou « semi-féodal » n’implique évidemment pas qu’on trouve dans les cam (...)

27En somme, la structure agraire des terres intérieures porte la marque prédominante de ce qu’on appelle, dans le contexte indien, des relations « féodales » ou « semi-féodales »2. Dans ce système nettement différencié, presque bipolaire, nous avons à un extrême les propriétaires fonciers traditionnels, qui concentrent en leurs mains un énorme pouvoir socio-économique et politique, et à l’autre, des tenanciers et des ouvriers agricoles exploités et arriérés, vivant dans une misère noire, et dont la liberté souffre de telles restrictions qu’ils s’en trouvent parfois asservis. Le sous-développement socio-économique général de la région – faible taux d’alphabétisation, système de communication inadéquat, etc. – est à la fois cause et conséquence d’un tel système « semi-féodal », dont on comprend facilement qu’il implique un amoindrissement de la mobilité de la population.

28Ce que nous venons de dire de la structure agraire suffirait à en donner une image correcte jusqu’à la fin des années 1970. Mais une réforme agraire, The Karnataka Land Reform Rules, 1974, supposée profonde, est venue ensuite modifier quelque peu la situation. Les grands domaines des familles possédantes ont été partagés d’une façon significative. Les termes et conditions des tenures – définissant les prélèvements dont les paysans étaient les victimes – sont devenus moins lourds. Quelques tenanciers ont même pu acquérir des droits de propriété sur le lopin qu’ils cultivaient, particulièrement sur la terre qu’ils louaient à des propriétaires de moindre envergure que les grandes familles possédantes. Ainsi, la réforme foncière a-t-elle certainement réussi à fissurer, voire à ouvrir jusqu’à un certain point, un système exploiteur fortement clos sur lui-même. Le pouvoir socio-économique des propriétaires traditionnels s’en est trouvé quelque peu réduit, et le statut socio-économique des tenanciers s’est apparemment amélioré d’autant. Mais il serait très excessif d’affirmer que la réforme agraire a entraîné des changements fondamentaux dans l’intérieur du district, car le système agraire a conservé toutes ses caractéristiques archaïques féodales et semi-féodales, fût-ce avec une virulence atténuée.

29Quant au liseré côtier, sa structure agraire est tout à fait différente : on n’y trouve pas de ces gros propriétaires traditionnels, mais des propriétaires moyens, la plupart de hautes castes, Brahmanes en particulier, souvent absentéistes, et souvent engagés dans une profession non agricole. Ces propriétaires louent une grande partie de leurs terres à un grand nombre de petits tenanciers, appartenant généralement aux basses castes, souvent des Bhillavas et des Mogaveeras, dont une bonne part est par ailleurs constituée d’ouvriers agricoles sans terre. Bien que la situation économique des tenanciers, des paysans pauvres et des ouvriers agricoles soit ici aussi très pénible, l’exploitation dont ils pâtissent n’y est jamais aussi rude qu’à l’intérieur. Les tenanciers n’ont pas à travailler gratuitement, ni à s’acquitter d’intérêts usuraires sur des prêts à la consommation. Le droit de premier appel sur les travailleurs dépendants se rencontre aussi, mais pas autant que dans l’intérieur, et les formes extrêmes d’asservissement sont pratiquement inconnues. La réforme agraire de 1974 a eu ici aussi d’importantes conséquences. Le système de tenure semble maintenant avoir été plus ou moins éliminé, nombre de tenanciers ayant obtenu des droits de propriété.

30Le contraste entre le système agraire de l’intérieur et celui du liseré côtier se trouve accentué du fait, entre autres facteurs, que la population de ce dernier est plus alphabétisée, et que le secteur tertiaire y est plus développé. Ceci retentit sur les modes de mobilité respectifs, eux aussi fort contrastés, que cette présente étude se propose de mettre en lumière.

31La structure socio-économique du liseré littoral offre un autre caractère essentiel qui affecte profondément la mobilité de la population : l’organisation de cette très importante activité qu’est la pêche, marquée par de récentes transformations. La pêche traditionnelle était collective dans la plupart des cas. Dans chaque village côtier, la communauté des pêcheurs se structurait en trois ou quatre groupes disposant chacun d’une senne appelée mari bale, et leur propre panchayat, avec à sa tête un chef (dénommé gurikara) et des responsables, tel le comptable par exemple, tous élus. Chacun de ces groupes formait une unité cohérente, et tous leurs membres contribuaient à la pêche commune presque quotidiennement, sauf pendant les quatre mois les plus durs de la mousson. Chaque jour le produit de cette pêche était vendu aux enchères sur la grève. Une partie du revenu était versée à un fonds commun, et le reste partagé parmi les membres du groupe. Le fonds commun servait principalement à entretenir et à acheter les filets et les embarcations, et assurait un niveau de consommation minimum, même faible, aux foyers membres du groupe, qui recevaient une petite somme les jours de prise insignifiante, ou pendant la morte-saison qu’impose la mousson.

32Pour de multiples raisons, ce système de filet collectif a été presque complètement démantelé ces dix dernières années. L’a remplacé une pêche plus commerciale et plus capitaliste. Les bateaux motorisés – largement possédés par des membres des hautes castes – ont supplanté les filets collectifs, et les pêcheurs travaillant autrefois en groupe sont devenus des travailleurs salariés. Le démantèlement du système de pêche traditionnel, et la disparition du minimum de sécurité alimentaire qu’il procurait aux pêcheurs, ont d’importantes implications quant à la mobilité des membres de cette communauté.

33La structure socio-économique du Dakshina Kannada qu’on vient de décrire explique qu’une partie significative de sa population soit très mobile. Dans ce processus, la nature de l’économie agraire peut agir comme un facteur répulsif, poussant à quitter le village. Le bas niveau de technicité de la riziculture (et le faible niveau de productivité qui en résulte), la pression démographique sur la terre, la prépondérance des petites exploitations non rentables, l’absence d’emploi rémunérateur pendant une grande partie de l’année pour une proportion élevée de la population, l’exploitation à grande échelle de la paysannerie sont autant de facteurs rendant presque impossible, pour bon nombre de paysans, de tirer de la terre ne serait-ce que de simples moyens de subsistance. Par ailleurs, le taux d’alphabétisation élevé, et le grand nombre d’institutions éducatives et d’enseignement professionnel existant dans le district, offrent à une part de la population l’éducation et les compétences – et donc les motivations – pour migrer. Si instable soit-elle en raison de sa dépendance envers les marchés extérieurs, la base industrielle essentiellement constituée de petites unités agro-industrielles dispersées, comme le secteur tertiaire hautement développé, renforcent cette mobilité en attirant de la main-d’œuvre. L’ensemble de ces facteurs suscite d’importants mouvements migratoires lointains et permanents aussi bien que proches et saisonniers, et génère également une considérable « population flottante » au sein du district, migrants pendulaires ou voyageurs pour affaires : pareils déplacements quotidiens sont naturellement favorisés par le développement conjoint du secteur tertiaire et du réseau de transports.

34Ce district offre ainsi les caractéristiques de ce qu’on peut appeler une « société en mouvement », particulièrement dans le cas du liseré littoral, on a dit pourquoi. En termes de nature et d’extension de la mobilité, le contraste est vif entre ce liseré et les terres de l’intérieur : là, les obstacles ou les restrictions à la mobilité sont bien plus sévères, et les modes de mobilité y sont fort différents.

Navunda et Haladi

  • 3 Il y a deux villages fiscaux (revenue villages, ou finages) nommés Haladi dans le taluk de Coondap (...)

35Ce chapitre se donne pour but l’étude des modes de mobilité et des principales contraintes freinant le processus migratoire, au Dakshina Kannada. Les fortes différences de structure socio-économique entre le liseré littoral et l’intérieur appellent à cet égard une approche comparée, conduite ici par le biais d’enquêtes menées au niveau des foyers dans deux villages situés dans le taluk de Coondapoor, le plus septentrional du district : Navunda sur le littoral et Haladi à l’intérieur3 (fig. 2). Du point de vue socio-économique, on l’a dit, la section des Ghâts est dans ce taluk similaire à la zone médiane de l’intérieur. Il ne nous a donc pas semblé nécessaire d’y choisir un troisième village d’enquête.

36Quelques données majeures concernant Navunda et Haladi ont été rassemblées dans le tableau 1, qui fait bien ressortir leurs différences. Navunda, village côtier situé au bord de la route nationale (NH 17) qui le rend très accessible, a une très forte densité de population (672 h/km2 en 1981). Il doit faire vivre un grand nombre de personnes par unité de surface cultivée, bien que l’agriculture n’y semble pas très lucrative si l’on en juge par le faible pourcentage de terres irriguées. Une grande proportion de sa force de travail est d’ailleurs occupée à des activités non agricoles, et il s’y trouve plusieurs écoles. Haladi, un village essentiellement agricole, a par contre une population plus clairsemée. Environ un tiers de son finage est couvert de forêts. En matière d’équipement et d’infrastructure, écoles, communications, etc., il est bien moins développé que Navunda.

Tableau 1. Quelques données majeures sur Navunda et Haladi

Caractéristiques

Navunda

Haladi (76)

1

Superficie (hectares)

622,92

1503,63

2

Population (1981)

4185

2672

3

Nombre de foyers (1981)

558

348

4

Densité démographique (personnes/km2)

672

178

5

Personnes par foyer

7,50

7,68

6

Sex ratio (femmes pour 1000 hommes)

1218

1001

7

Surface cultivée totale (hectares) en 1981

412,20

348,72

8

Personnes par hectare cultivé

10,15

7,66

9

Pourcentage de la surface cultivée irriguée

2,46

35,96

10

Pourcentage d’agriculteurs dans la force de travail

47,20

65,93

11

Pourcentage d’ouvriers agricoles dans la force de travail

23,13

19,11

12

Pourcentage de travailleurs non agricoles dans la force de travail

29,67

14,96

13

Surface forestière en pourcentage de la surface totale

30,35

14

Taux d’alphabétisation masculin (1981)

48,49

43,82

15

Taux d’alphabétisation féminin (1981)

22,50

23,34

16

Pourcentage de sc et ST dans la population (1981)

0,74

7,41

17

Nombre d’écoles (1981)
- primaires
- middle school
- high school

3
3
1

2

37La différence la plus manifeste et la plus déterminante entre ces deux villages doit certainement être éclairée en termes de structure agraire : Haladi demeure socialement, économiquement et politiquement dominé par une unique famille possédante – celle du patel de Huyyar. Ses basses classes de tenanciers et d’ouvriers agricoles, autrefois soumises à une dure exploitation et à de sévères atteintes à leur liberté, les subissent encore aujourd’hui sous une forme atténuée, quoique leur situation se soit considérablement améliorée depuis une dizaine d’années. Bref, Haladi représente la quintessence d’une structure agraire de type « féodal » ou « semi-féodal ».

38A Navunda, à l’inverse, on croise rarement un tenancier aujourd’hui. La plupart d’entre eux, surtout des Bhillavas et des Mogaveeras, ont acquis de la terre, même si leur lopin ne dépasse pas souvent une acre. On n’y rencontre pas non plus de grand possédant traditionnel. Quelques propriétaires moyens, possédant de 5 à 10 acres au plus, se situent au sommet de la hiérarchie foncière. Les filets de pêche communautaires ayant disparu au fil de la dernière décennie, la plupart des pêcheurs sont salariés sur des embarcations motorisées basées à Gangoli, un petit port de pêche à environ 3 km au sud du village.

39L’enquête dans les deux villages a été menée en deux temps, en 1990. Nous avons d’abord dénombré tous les foyers des villages pour les classer en deux groupes : ceux qui comptent au moins un émigrant, et les autres, ceux-ci subdivisés à leur tour en trois catégories : ceux qui comptent au moins un immigrant, ceux comptant au moins un migrant pendulaire, et les autres. A partir de cette typologie, nous avons constitué des échantillons aléatoires pour leur soumettre un questionnaire portant sur différents aspects de la mobilité (l’annexe à ce chapitre donne la composition détaillée de ces échantillons). Le dénombrement des foyers fut conduit en janvier à Navunda et en mai à Haladi, et le questionnaire administré de février à avril à Navunda, et de septembre à novembre à Haladi. Le questionnaire visait à obtenir des données sur les points suivants :

  1. incidence de la migration,
  2. nature de la migration : destination, étapes, modes de mobilité,
  3. les implications de la migration quant au statut socio-économique des foyers.

40Au risque de nous répéter, soulignons qu’il n’était pas question d’étudier chacun de ces points isolément. On a voulu au contraire considérer le processus de mobilité dans son contexte socio-économique le plus large – en relation en particulier avec la structure agraire, elle-même affectée d’importants changements. Ce contexte et ses évolutions pèsent nécessairement très lourd sur l’ensemble des modes de mobilité, pour la simple raison qu’ils déterminent la nature et la vigueur des rapports répulsifs favorisant les départs – telle la pauvreté villageoise ? – aussi bien que la nature et la vigueur des contraintes faisant obstacle à la mobilité de différentes composantes de la population villageoise. Comparer les modes de migration des différents groupes dans deux contextes socio-économiques aussi différents que le sont Navunda et Haladi devrait permettre de mettre en lumière ce vaste jeu de corrélations.

Les mouvements migratoires : ampleur et limitations

41Avant de procéder à ces analyses comparatives, clarifions quelques-uns des concepts et définitions adoptés. Nous avons identifié les migrants à l’aide du concept de « dernière résidence » utilisé entre autres par les services du recensement : un migrant est une personne qui a été recensée (en ce présent cas par notre enquête) en un lieu différent de celui de sa « dernière résidence ». Cette définition n’entraîne aucun problème d’identification des immigrants – ce sont des résidents dont le lieu de dernière résidence était ailleurs qu’au village. Il a été plus difficile en revanche d’identifier les émigrants, ou les familles qui sont parties. L’information permettant de connaître qui est un émigrant dans un foyer doit être obtenue des autres membres du foyer restés au village. Mais comme nous n’avions pas stipulé en stricts termes de parenté qui peut être considéré comme membre du foyer, les réponses des résidents quant à savoir si un émigrant, à eux apparenté, était un membre de leur foyer ont varié beaucoup d’un foyer à l’autre. Car l’idée qu’on se fait de ce qui constitue la famille ou le foyer en terme de parenté varie beaucoup. Ainsi, fournissant des détails sur les membres de la famille résidant hors du village, certaines personnes n’ont considéré comme membres du foyer que les enfants célibataires du chef de famille, alors que d’autres ont été jusqu’à considérer comme migrants des petits-enfants mariés et installés hors du village. La situation est d’autant plus complexe qu’un grand pourcentage des familles sont encore matrilinéaires et suivent une règle de résidence matrilocale, ce qui fait qu’un parent, comme un fils de sœur par exemple, est considéré comme faisant partie de la famille. Etant donné ces complications, nous avons décidé de suivre le principe suivant pour identifier les migrants : premièrement, nous avons laissé la personne interrogée décider de son propre chef qui est considéré membre de la famille ; deuxièmement, parmi les « émigrants » ainsi identifiés, nous n’avons considéré comme tels que ceux qui avaient avec les résidents les relations suivantes :

  1. l’émigrant est un descendant immédiat, ou un germain, de sexe masculin ou féminin, d’un membre résidant au foyer ;
  2. l’émigrant est l’époux ou l’épouse, ou un parent d’un membre résident du foyer.

42Ainsi, le fils marié du chef du foyer – ou d’un quelconque des membres du foyer – résidant hors du village ne sera pas considéré comme un émigrant, a moins qu’il n’ait laissé son épouse ou ses enfants au village de l’enquête.

43Prendre en compte ces réserves s’est toutefois souvent avéré difficile en raison, en particulier, de la règle de résidence matrilocale qui implique que dans plusieurs communautés du district la femme continue de résider avec ses parents après son mariage. Bien souvent dans de telles familles le mari – qui peut résider dans un autre village ou en ville – a été considéré et enregistré comme un membre de la famille. Mais il serait un peu exagéré de le considérer comme un émigrant, et nous avons dû éliminer prudemment ces cas de nos données.

44Une des conséquences des difficultés rencontrées pour définir et identifier les émigrants est que certains flux de migrants n’ont pas été pris en compte. Ainsi le cas – en familles patrilinéaires – des épouses ayant quitté leur village suite à leur mariage, et celui des fils ou filles mariés qui ont fondé une famille hors du village, mais qui continuent d’aider financièrement et régulièrement leurs parents au village. Bref, notre définition de l’émigration hors du village a plutôt été restrictive. Notons encore que nos villages – le village côtier en particulier – peuvent nous offrir une image légèrement différente de celle que nous obtiendrions à partir d’autres villages. Notons aussi que le taluk de Coondapoor, où nos villages-témoins ont été choisis, est moins avancé sur le plan socio-économique comme en matière de communication que le sud du Dakshina Kannada. On imagine donc que la mobilité – émigration, déplacements pendulaires, mouvements flous – est plus marquée au sud du district qu’au nord. Le but de cette étude n’étant pas de fournir une estimation précise de la mobilité dans le district, mais d’élucider les rapports entre la structure socio-économique et les modes de mobilité, la sélection de nos deux villages reste, pensons-nous, justifiée.

45Ceci étant, quelle est l’importance de l’émigration à Navunda et Haladi ? Nous avons deux indices pour l’estimer : le pourcentage des foyers qui comptent au moins un émigrant, par rapport au nombre total de foyers ; et le nombre d’émigrants pour mille personnes de la population totale, celle-ci étant définie comme la somme des résidents et des émigrants. Le tableau 2 nous fournit ces pourcentages.

46Comme attendu, l’émigration paraît plus importante à Navunda qu’à Haladi, mais de façon peu significative. Le tableau 2 sous-évalue en effet les différences de mobilité entre les deux villages parce qu’il ne prend en compte qu’un des multiples flux de la population. Le tableau 3, qui fournit en sus des informations quantitatives sur d’autres flux montre mieux que la mobilité est plus grande à Navunda qu’à Haladi. Navunda a une plus grande proportion de foyers comptant un ou plusieurs migrants pendulaires, et l’on y trouve aussi plus de foyers comptant un ou plusieurs immigrants. Mais ce tableau 3 sous-estime lui aussi les différences entre les deux villages, parce que nombre de mouvements flous n’ont pas été pris en compte, tels ceux des résidents de Navunda sans emploi fixe, qui travaillent chaque jour en divers lieux, hors du village. Nous donnerons plus bas quelques informations qualitatives sur de tels mouvements.

Tableau 2. Importance de l’émigration à Navunda et Haladi

Village

Foyers d’émigrant(s) en % du total des foyers

Nombre d’émigrants pour 1000 habitants

Navunda

33,46

74

Haladi

30,77

69

Enquête de terrain.

Tableau 3. Foyers de Navunda et d’Haladi marqués par la mobilité

Tableau 3. Foyers de Navunda et d’Haladi marqués par la mobilité

Enquête de terrain.
Les chiffres entre parenthèses donnent les pourcentages de chaque type par rapport au nombre total de foyers.

47Voilà notée la différence entre les deux villages quant au degré global de mobilité de leur population. Aussi remarquables, voire plus intéressantes encore sont les différences entre les deux villages en matière de degré de mobilité selon les groupes socio-économiques, telles qu’elles apparaissent dans le tableau 4.

48Le mode de mobilité dépend fortement du sexe et de l’âge, l’émigration étant naturellement beaucoup plus forte parmi les hommes en âge de travailler (15-59 ans) tant chez les basses castes que chez les autres castes, dans les deux villages.

49La différence entre Navunda et Haladi ressort encore mieux si l’on compare l’importance de la mobilité entre les deux grands groupes de castes de chaque village. Alors qu’à Navunda la mobilité est beaucoup plus grande pour les basses castes que pour les autres, c’est l’inverse à Haladi. La mobilité des basses castes d’Haladi est bien plus faible que celle des basses castes de Navunda, village plus développé, et la mobilité des « autres castes » d’Haladi est bien plus élevée que celle des « autres castes » de Navunda.

Tableau 4. Importance de la mobilité des différents groupes socio-économiques de Navunda et d’Haladi

Tableau 4. Importance de la mobilité des différents groupes socio-économiques de Navunda et d’Haladi

Enquête de terrain.
Les « basses castes » de Navunda comprennent les Billavas et les Mogaveeras, et les « autres castes » les Bunts, les Brahmanes, les Ganigas, les Acharis, les Madivalas, les Devadigas, les Nayiris et des musulmans. Les « basses castes » d’Haladi comprennent les Harijans et les tribaux (sc & st), les Billavas et Mogaveeras. Les « autres castes » comprennent ici les Bunts, les Brahmanes, les Madivalas, les Acharis, les musulmans, etc.

50Comment expliquer cette différence entre les modes de migration rencontrés dans les deux villages ? Doit-on lier la plus forte mobilité des basses castes de Navunda aux niveaux socio-économiques qui sont les leurs ?

51Dans une enquête comme la nôtre, il est difficile d’appliquer les indicateurs standards de niveau de vie, tels que niveaux de revenu et de consommation. Nous avons donc décidé de leur trouver des substituts. Le logement – selon la qualité de la construction pucca (en dur) ou kuccha (en matériaux fragiles), avec ou sans raccord au réseau électrique, entres autres caractéristiques aisément appréciables – est ainsi un assez bon indicateur du niveau de vie socio-économique du foyer. Autre indicateur, le niveau d’alphabétisation peut aussi être indexé, particulièrement pour la population adulte (comme l’enseignement primaire est assez développé, et que ce développement a eu lieu pendant les dix ou vingt dernières années, les niveaux d’alphabétisation des enfants ne varient pas beaucoup dans les villages du district.) Les données relevées pour ces indicateurs sont rassemblées dans le tableau 5.

Tableau 5. Quelques indicateurs socio-économiques pour différents groupes de population à Navunda et Haladi

Tableau 5. Quelques indicateurs socio-économiques pour différents groupes de population à Navunda et Haladi

Enquête de terrain.

52D’après les conditions de logement et les niveaux d’alphabétisation, les basses castes, qui représentent la plupart des sections déshéritées, sont beaucoup plus démunies à Haladi qu’à Navunda. A Haladi, plus de la moitié d’entre elles habitent des maisons kuccha et aucune n’a l’électricité. Leur niveau d’alphabétisation est extrêmement bas. A Navunda par contre, presque la moitié des basses castes habitent des maisons pucca, presque la moitié de celles-ci ayant l’électricité. Le niveau d’alphabétisation est certainement plus élevé, bien qu’assez bas, en particulier pour les femmes.

53Donc, si la pauvreté et les privations constituaient le seul critère de mobilité – un facteur incitatif au départ – la mobilité des basses castes d’Haladi serait aussi forte, voire plus forte que celle des basses castes de Navunda. Mais la réalité est autre : les basses castes de Navunda sont beaucoup plus mobiles, ce qui pose clairement le problème des obstacles à la migration jouant à Haladi, et du rôle des structures économiques à cet égard.

54On a souligné plus haut combien la structure socio-économique d’Haladi était oppressive pour les basses couches de la paysannerie et les travailleurs agricoles qui appartiennent pour la plupart aux basses castes : on voit combien ce facteur crucial restreint même la mobilité géographique des pauvres (et pas seulement leur mobilité sociale).

55A l’inverse, la structure socio-économique de Navunda favorise doublement la mobilité des pauvres : d’abord parce que les relations agraires n’y opposent pas de rudes obstacles ; ensuite parce que certains systèmes sécurisants – comme celui des filets de pêche communautaires – se sont brisés. Comparant nos deux villages-témoins, le tableau 6 met en évidence les limitations de type semi-féodal qui pèsent sur les pauvres.

Tableau 6. Quelques données socio-économiques concernant les basses castes de Navunda et d’Haladi.

Tableau 6. Quelques données socio-économiques concernant les basses castes de Navunda et d’Haladi.

Enquête de terrain.

56On constate en premier lieu que la diversification professionnelle – hors de l’agriculture en particulier – est plus poussée chez les basses castes de Navunda que chez celles d’Haladi, ce relâchement des liens à l’agriculture étant en soi favorable à une plus grande mobilité à Navunda. On note aussi que les contraintes de nature semi-féodale sont plus fortes à Haladi qu’à Navunda : le fait se vérifie à l’échelle de tous les foyers, mais aussi au sein même des foyers agricoles du village côtier. La proportion des tenanciers parmi les cultivateurs est bien plus grande à Haladi, et ces tenanciers, nous l’avons vu d’emblée, sont sujets à une dure exploitation restreignant leur liberté. Un cinquième seulement des travailleurs sans terre de Navunda – la plupart sont ouvriers agricoles – « louent » le lopin sur lequel leur maison est construite, alors que presque tous les sans-terre sont dans ce cas à Haladi. Ce sont les husi okkalu ou coolie okkalu déjà évoqués, et qu’on sait liés au propriétaire qui leur accorde ce lopin contre un droit prioritaire sur leur travail, ce qui implique évidemment une restriction de la mobilité du travailleur.

  • 4 Dans le reste de cette section, ainsi que dans les deux suivantes où il est question de la nature (...)

57Une comparaison entre les foyers comptant des émigrants4 et d’autres foyers parmi les basses castes (tableau 7) conforte ce que nous venons de dire. Diversification professionnelle dans les spécialités non agricoles, étendue de la prolétarisation ou ampleur des restrictions de type semi-féodal qui pèsent sur les foyers : chaque fois, au sein des basses castes, une différence bien tranchée se manifeste entre les foyers d’émigrants et les autres, particulièrement à Haladi.

Tableau 7. Quelques données socio-économiques concernant les foyers des émigrés et les autres foyers parmi les basses castes de Navunda et d’Haladi

Tableau 7. Quelques données socio-économiques concernant les foyers des émigrés et les autres foyers parmi les basses castes de Navunda et d’Haladi

Enquête de terrain.

58Entraînant une plus grande liberté d’une part, mais brisant les systèmes traditionnels de sécurité de l’autre, le relâchement des relations et des liens de type semi-féodal ne se manifeste pas seulement dans la sphère de l’économie (plus large diversification professionnelle hors de l’agriculture, plus grande proportion de sans-terre, moins de tenanciers, etc.). Il affecte aussi la sphère des relations sociales en dissociant progressivement des segments de lignée constituant la famille indivise, voire en faisant éclater celle-ci en familles nucléaires. On peut supposer que pareil phénomène encourage la migration. Le tableau 8 met en évidence une telle corrélation : le pourcentage de familles nucléaires est beaucoup plus fort dans les foyers de basse caste comptant des émigrants que dans ceux n’en comptant pas. Il en va ainsi dans nos deux villages, le contraste entre les deux types de foyers étant étonnamment plus fort à Navunda. Plus surprenant encore, la proportion des familles nucléaires, parmi les basses castes, est beaucoup plus forte à Haladi, contrairement à ce qu’on pourrait attendre. C’est que le gros des foyers de basses castes de Navunda sont des Billavas ou des Mogaveeras, communautés matrilinéaires et matrilocales. En pareil système, il est assez rare de trouver un foyer ne comprenant que parents et enfants célibataires : habituellement une ou deux filles mariées en sont restées membres. A l’inverse, le gros des foyers de basses castes d’Haladi consiste en Harijans et tribaux, qui ne suivent pas le système matrilinéaire.

Tableau 8. Pourcentage de familles nucléaires parmi les basses castes à Navunda et Haladi

Tableau 8. Pourcentage de familles nucléaires parmi les basses castes à Navunda et Haladi

Enquête de terrain.

59Noter ainsi le rôle de la structure familiale dans le processus migratoire conduit à une remarque plus générale. Les effets de la structure socio-économique – ceux de la structure agraire en particulier – ne traduisent pas des causalités purement économiques. Ils ne se limitent pas aux restrictions imposées à la mobilité des basses castes par les relations employeurs-employés, ou par les types de tenure. Jouent en l’affaire bien d’autres dimensions, bien des ramifications : toute une gamme de relations et de conditions d’ordre économique, social, familial et même politique, tous ces aspects étant pour l’essentiel des reflets de la structure socio-économique de base, reflets ou effets qui poussent à la mobilité ou qui lui font obstacle, en quelque section de la population que ce soit.

60Voyons maintenant les formes de migration parmi les castes autres que basses, appelées ici « autres castes », dans nos deux villages-témoins. On sait que ces migrations sont plus importantes à Haladi qu’à Navunda, et qu’à Haladi les « autres castes » sont beaucoup plus mobiles que les basses, tandis qu’à Navunda c’est l’inverse, quoique la différence entre basses et « autres castes » y soit moins prononcée (tableau 4). On sait aussi que la situation socio-économique des « autres castes » d’Haladi n’est pas pire que celle des « autres castes » de Navunda (logement, alphabétisation, etc.). Elle y est même meilleure (tableau 5). Pourquoi ces « autres castes » d’Haladi, dans ces conditions, sont-elles marquées par une plus forte tendance à migrer ?

61Une explication possible : les obstacles à la mobilité imposés par la structure socio-économique ne jouent pas dans le cas des « autres castes », ou jouent beaucoup moins que dans celui des basses castes (tableau 9). Dans cette perspective, et étant donné que leur situation socio-économique est certainement meilleure que celle des basses castes, il est tentant de soutenir que tout le processus de migration – son ampleur, sa nature, son mode, etc. – renvoie à une logique différente. Comme le facteur répulsif poussant au départ pour cause de conditions de vie difficile – une mauvaise situation socio-économique – et les obstacles à la migration peuvent ne pas jouer dans leur cas, le processus de migration chez les « autres castes » serait davantage déterminé par des facteurs attractifs que par des facteurs répulsifs, ainsi que par les occasions qui se présentent à eux et qu’ils peuvent saisir. On peut ainsi considérer que les « autres castes » d’Haladi, bénéficiant de meilleures conditions socio-économiques, disposent de plus de possibilités de migrer, et sont à même de les exploiter (alphabétisation, contacts avec le monde extérieur, etc.).

Tableau 9. Quelques données socio-économiques concernant les « autres castes », Navunda et Haladi

Tableau 9. Quelques données socio-économiques concernant les « autres castes », Navunda et Haladi

Enquête de terrain.

62Bien qu’elle contienne certainement quelque élément de vérité, cette explication reste partielle. En effet, ce que nous avons appelé les « autres castes » est un ensemble assez disparate comprenant des hautes castes ainsi que nombre de castes moyennes. Or si dans le cas des basses castes la corrélation est forte entre le statut socio-économique et celui de la caste, il n’en va pas de même avec les « autres castes », ni même avec les hautes castes. Alors que la plus grande part des foyers de basses castes est pauvre, tous les foyers des « autres castes » n’appartiennent pas aux sections plus aisées. Nombre de familles des « autres castes » – et des castes moyennes en particulier – sont économiquement pauvres et socialement déshéritées. Dès lors, le facteur répulsif poussant au départ jouerait alors un rôle même parmi les « autres castes », dont les migrations ne résulteraient pas seulement des opportunités qu’elles pourraient saisir hors du village. Remarquons aussi ici que les différences des conditions socio-économiques que présentent les « autres castes » entre les deux villages sont bien trop faibles pour expliquer ce qui les différencie largement du point de vue de la mobilité. Les « autres castes » d’Haladi, d’après nos indices, ne sont que marginalement plus aisées que celles de Navunda. Elles sont pourtant beaucoup plus mobiles que les « autres castes » du village côtier.

63L’analyse du tableau 9 vient conforter ce que nous venons de dire. La catégorie des « autres castes » est beaucoup plus disparate à Navunda qu’à Haladi. Presque un quart d’entre elles en fait, sont des ouvriers agricoles à Navunda, tandis que la proportion correspondante à Haladi est inférieure à un vingtième. Les contraintes socio-économiques qui pèsent sur les migrations pour cette classe d’ouvriers agricoles peuvent donc jouer un rôle significatif dans le cas des « autres castes » à Navunda, mais pas à Haladi. Et ceci peut expliquer en partie pourquoi les mouvements migratoires sont plus faibles à Navunda dans cette catégorie.

64Une autre raison, plus importante, doit être aussi invoquée. A Navunda, les activités professionnelles des foyers des « autres castes » sont plus diversifiées qu’à Haladi, les chefs de presque la moitié de leurs foyers ne travaillant pas dans l’agriculture. (A Haladi la proportion correspondante n’est que d’un quart environ.) Navunda étant situé sur le liseré côtier plus développé, on y trouve bien davantage qu’à Haladi des opportunités d’emplois non agricoles, dont profitent les hautes castes, plus à même de les saisir. Alors que les membres des hautes castes d’Haladi doivent habituellement émigrer pour trouver un emploi non agricole, leurs homologues de Navunda peuvent choisir de se déplacer quotidiennement pour leur travail, en raison des moyens de transports existants. Nous reviendrons sur ce point.

65Le tableau 9 illustre d’ailleurs cette relation entre diversification et maintien au village. A Navunda comme à Haladi la diversification des activités non agricoles est plus forte – et par conséquent moindre le besoin de migrer – chez les foyers sans émigrants que chez ceux qui ont l’un des leurs au loin.

66Pour conclure sur ce point nous pensons avoir éclairé le rôle déterminant que joue la structure socio-économique dans l’existence du phénomène migratoire, comme en témoignent les diverses réactions relevées en matière d’émigration, au sein des deux villages-témoins comme au sein des différents groupes socio-économiques. Mais les effets de la structure économique affectent aussi d’autres composantes du phénomène migratoire (destination, étapes, modes, logiques, etc.). Il faut maintenant s’y arrêter.

Nature des mouvements de longue durée

Les destinations

67Premier fait à noter : la très grande majorité des émigrants des deux villages résident actuellement en ville. Sur les 92 émigrants d’Haladi, trois seulement – tous de basses castes – vivent en milieu rural, et tous les émigrants de Navunda sont urbanisés (tableau 10 et fig. 3). L’émigration vers la ville est ainsi commune aux deux villages, et aux divers groupes socio-économiques. En revanche, de nettes différences apparaissent quand on porte attention à la distance parcourue par le migrant.

68Les migrations à grande distance sont plus communes à Navunda, dont près des deux tiers des émigrants résident hors de l’État, la proportion correspondante à Haladi n’étant qu’un cinquième. En revanche, les migrations au sein du Dakshina Kannada, c’est-à-dire à courte distance, ne concernent que 10 % des émigrants permanents de Navunda, contre presque 20 % de ceux d’Haladi.

69Ces différences entre villages ne renvoient pratiquement qu’aux différences de modes de migration entre leurs basses castes. Alors que le nombre des migrations à longue distance, c’est-à-dire hors de l’État, est presque le même pour les « autres castes » des deux villages, il est beaucoup plus grand pour les basses castes de Navunda que pour celles d’Haladi. Presque les trois quarts des émigrants permanents pauvres de Navunda sont établis hors de l’État, alors qu’il n’y en a qu’un sur 25 à Haladi. Inversement, moins de 5 % des émigrants des basses castes de Navunda sont établis dans le district, alors qu’ils sont plus d’un tiers dans ce cas à Haladi.

70Tentons d’expliquer ces phénomènes. Notons d’abord (tableau 10) que les émigrants des deux villages tendent à se concentrer en quelques localités (différentes selon le village de départ), qu’elles soient situées dans ou hors de l’État : ceux de Navunda sont pour moitié à Bombay et pour presque un quart à Bangalore. Moins concentré, le gros des émigrants d’Haladi n’en est pas moins réparti en quelques centres, dont le plus important est Bangalore, qui rassemble environ un cinquième des émigrants. Les autres centres d’attraction, au sein du Karnataka, sont les villes du Deccan : Dharwar, Hubli, Belgaum, etc., où l’on trouve un autre cinquième des migrants. Parmi les émigrants de Navunda le degré de concentration est plus marqué chez les basses castes que chez les « autres castes », Bombay et Bangalore rassemblant plus de 80 % des émigrants de basses castes, dont les deux tiers sont à Bombay. Ces deux agglomérations ont également attiré près de la moitié des émigrants des « autres castes », à commencer par Bangalore, qui en compte 40 %. De telles différences ne marquent pas les émigrants d’Haladi, du moins pas si nettement, Bangalore et les villes du Deccan comptent ensemble 50 % des émigrants de basses castes (Bangalore à elle seule 24 %), les pourcentages correspondants pour les « autres castes » n’étant que de 40 % (Bangalore et autres villes du Deccan) et 22 % (Bangalore seule).

Figure 3. Ampleur et destination des mouvements d’émigration au départ de Navunda et d’Haladi

Tableau 10. Destinations des émigrants de Navunda et d’Haladi

Tableau 10. Destinations des émigrants de Navunda et d’Haladi

Logiques migratoires et modes de migration

71Cette concentration d’émigrants dans quelques centres urbains renvoie à d’autres questions portant sur la nature des migrations. Rappelions d’abord que la définition de l’émigrant ici adoptée exclut plusieurs flux, et ne retient que ceux – surtout adultes – qui sont partis à la recherche d’un emploi, ou de meilleures opportunités d’emploi, ou pour faire des études. Sept des 101 émigrants de Navunda, et 4 des 92 d’Haladi sont partis pour poursuivre leurs études, tous les autres pour trouver un emploi. Si notre définition avait embrassé tous les autres flux migratoires – la migration après le mariage par exemple –, nous aurions assurément identifié des destinations plus diverses.

72La concentration des émigrants dans quelques villes résulte, en second lieu, du processus migratoire lui-même, une proportion dominante des émigrants de notre échantillon, 78 sur 101 à Navunda (soit 77 %) et 55 sur 92 à Haladi (soit 60 %) ont été aidés par des parents ou amis déjà établis au lieu de destination de leur migration. Les émigrants de basses castes ont plus recours que les autres à ce genre de contact préalable au départ : c’est le cas à Navunda pour 62 des 70 migrants de basses castes, soit 89 %, alors qu’il y en a 16 sur les 31 parmi les « autres castes », soit 52 %. Les données correspondantes à Haladi sont à peu près du même ordre : 19 sur 25, soit 76 % chez les basses castes, et 36 sur 67, soit 54 % chez les « autres castes », ont eu recours à cette pratique.

73L’importance de ces contacts, qui tendent à se constituer en filières, rend compte des fortes concentrations d’émigrants dans quelques centres. Que les émigrants de Navunda soient plus concentrés, en particulier ceux de basses castes, s’explique par la part faite aux contacts noués préalablement à la migration.

74Le fait que les migrations à longue distance dans les grands centres urbains comme Bombay et Bangalore soit plus courantes à Navunda, y compris parmi les basses castes, doit être considéré à la lumière de ce qui vient d’être dit. Plus avancé en termes socio-économiques, plus ouvert aux réseaux de communications, Navunda a noué avec le monde extérieur des contacts plus denses et de plus grand rayon que Haladi, et a sans doute une histoire migratoire plus longue que les villages de l’intérieur. Une fois établies, de telles filières nouées avec les grandes villes – Bombay en particulier, et aussi Bangalore – tendent à se nourrir d’elles-mêmes et perpétuent la migration. A Haladi, les rapports avec le monde extérieur sont beaucoup plus diffus et de portée plus courte qu’à Navunda : claire conséquence du retard socio-économique d’Haladi.

75Que les migrations des basses castes se fassent davantage par le biais de contacts préalables ne signifie pas que ces castes disposeraient d’un réseau de contacts plus large et plus fort que les « autres castes ». Disons plutôt que les options qui leur sont accessibles se limitent presque exclusivement à ces migrations reposant sur des contacts préalables. Migrer sans ces contacts nécessiterait un meilleur accès à l’information (par exemple, sur le marché du travail), et impliquerait que l’on sache se débrouiller seul, au moins pendant la période immédiatement postérieure à la migration : autant d’impératifs que ces émigrants ne satisfont sans doute pas suffisamment. La caste n’est pas seule en jeu à cet égard. La migration par contacts préalables est plus fréquente chez les basses castes de Navunda que chez celles d’Haladi, car les premières, placées dans un contexte socio-économique plus avancé, ont noué avec le monde extérieur des rapports plus ouverts et plus soutenus que les basses castes d’Haladi n’ont pu le faire.

76Bien que la migration par contacts préalables soit la plus fréquente, elle n’est pas nécessairement opérée d’un coup : souvent les émigrants transitent par plusieurs étapes avant de se fixer quelque part, si tant est qu’ils se fixent.

Les migrations en chaîne

77Le tableau 11 résume les données portant sur les migrations en chaîne au départ de Navunda et d’Haladi. Pour des raisons de fiabilité, nous nous sommes limités aux étapes migratoires de ces dix dernières années : au-delà d’une décennie, les personnes interrogées, qui ne sont pas elles-même des migrants, peuvent ne pas savoir ou ne plus se souvenir des itinéraires des émigrants, l’identification des tout premiers maillons de la chaîne étant dès lors sujette à caution. Le nombre des migrations en chaîne recensées dans notre échantillon est donc sous-estimé, mais l’éclairage qualitatif porté sur les logiques et les modes de mobilité ne devrait pas en souffrir.

78La part des migrations en chaîne est la même dans les deux villages, environ un tiers de l’ensemble des émigrants, mais elle se différencie selon les groupes de castes. Les émigrés des basses castes de Navunda procèdent davantage par étapes, presque la moitié d’entre eux en ayant parcouru plus d’une ces dix dernières années, contrairement à ceux des autres castes de Navunda, qui pour un huitième seulement ont recouru à ce mode de migration. A Haladi, il n’y a pas de différence entre les groupes de castes sur ce point, environ un tiers des émigrants procédant par étapes dans chacun des deux groupes.

Tableau 11. Migrations en chaîne à Navunda et Haladi

Tableau 11. Migrations en chaîne à Navunda et Haladi

Enquête de terrain.
Les nombres entre parenthèses représentent les pourcentages par rapport à tous les émigrants.

79L’ampleur des migrations par étapes parmi les basses castes de Navunda reflète essentiellement un manque d’assise : dans leur cas, la multiplication des étapes ne résulte pas d’une quelconque mobilité professionnelle. A l’inverse, la faible ampleur des migrations en chaîne parmi les « autres castes » de Navunda témoigne sans doute de mouvements mieux orientés, plus réfléchis, et marqués par une meilleure insertion sociale. Rappelons aussi que, comparées aux basses castes d’Haladi, celles de Navunda disposent d’un plus large réseau de contacts, qui explique aussi pourquoi les migrations en chaîne y soient plus nombreuses que dans le village de l’intérieur.

80Nous avons jusqu’à présent souligné le rôle des structures socio-économiques sur l’ampleur et la nature de l’émigration dans nos deux villages-témoins. Démarche incomplète et univoque, puisque le processus migratoire influence à son tour la structure socio-économique. L’impact de l’émigration sur cette structure ne pourrait être saisi dans ses dimensions dialectiques que par une approche historique, inabordable dans le cadre de ce chapitre. Nous nous limiterons à fournir ici que des informations portant sur le présent.

L’impact de l’émigration

81L’émigration peut avoir de multiples effets sur la structure socio-économique des campagnes. Le plus souvent, les migrants continuent d’entretenir diverses relations – économiques, sociales et culturelles – avec leur village, et y transmettent des valeurs et des forces acquises dans le monde extérieur, ce qui peut être lourd de conséquences pour la société rurale. A un autre niveau, l’impact de l’émigration est plus tangible l’amélioration de la situation économique des foyers par les envois d’argent réguliers ou les changements induits dans la vie familiale en offrent deux exemples. On portera l’attention – de façon très schématique – sur quelques-uns de ces effets en retour.

Émigration et alphabétisation

82La disparité des taux d’alphabétisation entre la population résidante et les émigrants est très accentuée (tableau 12). C’est particulièrement vrai pour les basses castes et, en leur sein, pour les femmes. On peut interpréter ce contraste frappant en termes opposés, en supposant d’une part que les émigrants tendent à s’instruire après leur départ ou, d’autre part, en estimant que la propension à migrer est plus forte chez les alphabétisés. Sans doute convient-il ici de distinguer selon les sexes : si l’émigration permanente des femmes à la recherche d’emplois est un phénomène qui reste presque complètement confiné aux alphabétisées, une proportion significative d’émigrants masculins reçoit une éducation après avoir migré.

Tableau 12. L’alphabétisation des émigrants de Navunda et d’Haladi, comparée à celle des résidents (en pourcentage)

Tableau 12. L’alphabétisation des émigrants de Navunda et d’Haladi, comparée à celle des résidents (en pourcentage)

Enquête de terrain.

Structure de l’emploi chez les émigrants

83Presque tous les émigrants exercent des activités hors du secteur agricole (tableau 13), une grande proportion d’entre eux étant employés dans ce que l’on peut appeler le « secteur informel », et tout particulièrement dans l’hôtellerie et la restauration.

84C’est le cas des émigrants de Navunda, employés pour près des deux tiers dans le secteur informel, 58,4 % d’entre eux travaillant dans l’hôtellerie et la restauration. L’emploi informel est relativement moins important pour l’ensemble des émigrants d’Haladi (47,8 %), particulièrement dans le cas des « autres castes ». On peut l’expliquer en prenant en compte deux faits déjà notés : d’une part l’existence à et autour de Navunda de nombre d’emplois non agricoles, et d’autre part la diversité socio-économique des « autres castes » de Navunda, catégorie comptant beaucoup plus de pauvres que les « autres castes » d’Haladi. En conséquence, la capacité de ces pauvres des « autres castes » de Navunda à trouver un emploi dans le secteur formel au terme d’une migration est plus faible. Argument conforté par le fait que l’emploi dans le secteur informel est bien plus important pour les émigrants des basses castes des deux villages.

85En définitive, l’impact des migrations en matière d’alphabétisation et de structure de l’emploi n’est pas toujours net. L’émigration entraîne vraisemblablement des taux d’alphabétisation (et d’éducation) plus élevés et une part d’emplois accrue dans le secteur non agricole. Mais le bas statut socio-économique d’une grande majorité d’émigrants réduit fortement leur aptitude à changer de métier. Pour autant les « bénéfices » de la migration, sur le plan de l’alphabétisation comme sur celui de l’emploi des émigrants, ont des effets sur la société rurale d’origine. Effets tangibles, tels les versements réguliers d’argent (tableau 14). Effets plus subtils aussi, dont on ne donnera qu’un exemple, mais d’importance, dans le domaine des structures agraires.

86La réforme agraire promulguée en 1974 a notablement modifié la structure agraire du Dakshina Kannada, en particulier sur le liseré côtier du district, où la pratique des tenures a diminué. L’émigration y a sans conteste joué un rôle dans le succès de la réforme. Presque chaque foyer de tenancier, appartenant généralement aux basses castes (Mogaveeras et Bhillavas), compte en ville un émigrant sachant lire et connaissant le monde : voilà qui a certainement contribué à renforcer le pouvoir de négociation des tenanciers. Dans l’intérieur du district, la faible pratique de l’émigration parmi les basses castes explique pour une part pourquoi, à l’inverse, la réforme n’a pas vraiment réussi. Que la structure économique du liseré côtier soit moins oppressive et plus ouverte est à la fois cause et conséquence de l’émigration qui en est issue.

87Reste un autre effet de l’émigration, qu’on évoquera brièvement. Le processus de migration est très sélectif en termes de sexe et d’âge, et devrait donc marquer profondément la structure démographique du village et la composition des familles. Le tableau 15 rassemble quelques données sur ce point. Les « distorsions » qu’entraîne l’émigration sont ici évidentes. Elles auront à leur tour d’importants effets sociaux, culturels et démographiques sur les foyers d’émigrants et sur la structure sociale du village.

Tableau 13. Structure de l’emploi chez les émigrants de Navunda et d’Haladi

Tableau 13. Structure de l’emploi chez les émigrants de Navunda et d’Haladi

Enquête de terrain.
* Trois des cinq émigrants d’Haladi sont cultivateurs.

Tableau 14. Versements reçus des émigrants

Basses castes

Autres castes

Toutes castes

Village Navunda
– % de foyers d’émigrants recevant des versements

94,29

86,36

91,23

Village Haladi
– % de foyers d’émigrants recevant des versements

93,33

70,27

76,92

Village Navunda
– versements mensuels moyens en Rs par foyer

121 (128)

168 (195)

139 (152)

Village Haladi
– versements mensuels moyens en Rs par foyer

126 (135)

96 (137)

105 (137)

Enquête de terrain.
Les nombres entre parenthèses indiquent le montant reçu en Rs par mois par foyer bénéficiant effectivement de versements.

Tableau 15. Quelques caractéristiques démographiques des foyers d’émigrants à Navunda et Haladi

Tableau 15. Quelques caractéristiques démographiques des foyers d’émigrants à Navunda et Haladi

Enquête de terrain.

Quelques autres modes de mobilité

88Nous ne nous sommes intéressés jusqu’à présent qu’à un seul des nombreux flux migratoires, le plus considérable, peut-être, dans le contexte de cette étude : celui des émigrants de longue durée. Il convient maintenant de porter l’attention sur d’autres modes de mobilité, moins importants d’un point de vue quantitatif, mais pourtant très significatifs.

Les mouvements pendulaires

89C’est à Navunda bien plus que dans les terres de l’intérieur qu’on quitte le village quotidiennement pour aller travailler. Il faut à cet égard distinguer entre les mouvements pendulaires à destination fixe, et ceux des travailleurs en déplacement résidant au village.

90Deux flux principaux canalisent les mouvements quotidiens à Navunda. L’un prévaut chez les basses castes, l’autre chez les « autres castes ». Parmi les basses castes, la plupart des pêcheurs Mogaveeras, devenus salariés sur des embarcations motorisées, se rendent chaque jour au port de Gangoli, à environ 3 km du village, le plus souvent en marchant sur la grève. D’autres vont se faire embaucher successivement dans différents ports de pêche – Gangoli, Malpe, Mangalore, etc. – pour ne revenir au village qu’après un certain temps.

91Les mouvements pendulaires des « autres castes » de Navunda résultent de l’essor du secteur tertiaire formel ou informel, dans le village et alentour. Comme Navunda est sur la route nationale, et donc bien relié aux villes proches comme Coondapoor, Byndoor, etc., nombre de villageois vont travailler chaque jour dans des banques ou des écoles, dans ces villes ou dans des villages voisins. Des commerçants – petits poissonniers musulmans de village en particulier – partent pour « affaires » chaque jour, mais pas toujours pour la même destination.

92Ainsi les changements de la structure économique de Navunda déjà évoqués (abandon des filets collectifs, essor du tertiaire dans le district), ont-ils entraîné l’augmentation des mouvements pendulaires au départ de Navunda, situation qui contraste avec celle d’Haladi où ce genre de mouvement reste pratiquement sans importance.

Les migrations saisonnières

  • 5 Au point que le mot sheregarana lekkha signifiant « comptes de sheregarana » est usité dans le par (...)

93Le Dakshina Kannada connaissait autrefois – au départ de la côte aussi bien que de l’intérieur – de grandes migrations saisonnières vers les Ghâts des districts voisins de Shimoga, Hassan et Coorg, où les migrants travaillaient à la fois dans les plantations d’aréquiers et dans les rizières. Des rabatteurs de main-d’œuvre, localement appelés sheregaras ou maistris, entraient en contact avec des planteurs ou des riziculteurs qui leur donnaient une provision d’argent avancée comme prêts aux travailleurs devant migrer. Après avoir emmené ces travailleurs dans les Ghâts, les maistris les logeaient, leur payaient un salaire fixe et leur vendaient aussi des produits alimentaires de base (sel, piments, noix de coco, etc.). Ils se réservaient de tenir les comptes, que beaucoup savaient frauduleux5. Déduction faite de ces coûts d’approvisionnement grevés d’un intérêt, et d’une partie du principal du prêt initial, les maistris ne devaient presque plus rien aux travailleurs, qui revenaient les mains vides. Le prêt grossissait, et il n’était pas rare qu’un travailleur endetté parte ainsi avec le même maistri plusieurs années de suite.

94Depuis vingt ou trente ans, l’ampleur et la nature des migrations saisonnières issues du district ont beaucoup changé. Tout d’abord, ces mouvements ont considérablement diminué, particulièrement au départ du liseré côtier, ce qu’explique le changement de la structure des emplois disponibles dans le district. Le passage d’une économie dominée par l’agriculture – et la riziculture en particulier – à une autre où le secteur tertiaire en grande partie informel joue un rôle essentiel, a fortement contribué à disperser les postes de travail, à en diversifier la nature (une même personne étant tour à tour engagée dans l’agriculture et dans des activités non agricoles) et à modifier le calendrier des activités. Les jours de travail, bien inférieurs aux 365 jours du calendrier, sont désormais distribués tout au long de l’année, de sorte qu’un travailleur dispose désormais difficilement d’une morte-saison suffisamment longue pour pouvoir migrer.

95Les migrations saisonnières ont également changé de nature. Les rapports entre les ouvriers et leurs employeurs des Ghâts sont devenus directs, les intermédiaires qu’étaient les maistris ayant pratiquement disparu. Reste que certains migrants se sont endettés auprès de leur employeur, et doivent travailler pour lui jusqu’à remboursement de leur prêt. Quelques personnes, à Haladi, pratiquent encore ce genre de migration saisonnière liée à l’endettement.

L’immigration

96A Navunda, on compte 16 foyers d’immigrants sur un total de 541, et à Haladi 2 sur 377. Sept de ces seize foyers de Navunda sont constituées de familles ayant migré en bloc, les neuf autres ne comptant que des individus – un migrant ou davantage. Tous les foyers d’immigrants d’Haladi appartiennent à cette dernière catégorie. Les migrations consécutives aux mariages n’ont pas été prises en compte ici.

97Une seule de ces sept familles immigrantes de Navunda est de basse caste. Tous les chefs de ces foyers ont trouvé un emploi dans le secteur tertiaire : deux dans le commerce du poisson (des musulmans), deux sont instituteurs, un travaille dans une banque, un est fonctionnaire, et un autre a installé un débit de thé dans le village. Ne possédant ni terre ni maison au village, ils n’y ont aucune racine. Les marchands musulmans illustrent, et ils le disent, une évolution générale : les prises s’étant considérablement accrues suite à la motorisation des embarcations, un grand nombre de marchands de poisson sont venus s’établir dans la région. Les employés du secteur formel, quant à eux, sont venus au village sur mutation.

98Les raisons de l’immigration de l’autre catégorie, celle des migrants individuels, sont plus difficiles à dégager. La plupart de ces migrants sont de basses castes, et le plus souvent l’immigrant lui-même ne sait pas s’il va s’installer à demeure au village. Notons encore un troisième facteur d’immigration, ou plutôt ici, de retour : par l’application de la réforme agraire de 1974, presque tous les tenanciers du village ont obtenu des droits de propriété. Des émigrants appartenant à des familles de tenanciers ont alors décidé de revenir au village.

Conclusion

99Étudiant l’interaction entre la structure socio-économique rurale, qui évolue, et le processus de migration, nous avons insisté au fil de ce chapitre sur un point central : le poids des relations sociales, facteur contraignant dans le cas des relations de type semi-féodal qui restreignent les mouvements migratoires (particulièrement ceux de longue durée), alors que la disparition de telles relations archaïques, et celle, postérieure, de systèmes informels de protection, favorisent la mobilité. La plupart des théories des migrations – celles du type Harris-Todaro, ou celles qui se fondent sur la distinction entre facteurs répulsifs poussant hors du village, et facteurs attractifs attirant au dehors (le push and pull des auteurs de langue anglaise) –, négligent ces aspects relationnels et ne peuvent donc prendre en compte les obstacles à la migration d’une façon significative.

100Ceci étant dit, empressons-nous d’ajouter que le lien entre relations semi-féodales et frein à la mobilité ne doit pas être interprété mécaniquement. Dire qu’une personne ne peut pas migrer parce que des relations semi-féodales- sous forme, par exemple, d’une tenure dépendante marquée par l’endettement – agissent comme un obstacle à sa mobilité tient peut-être de l’évidence. Mais au-delà, il faut comprendre que toute une gamme de relations et de conditions associées à cette structure socio-économique archaïque – les relations agraires y jouant un rôle central – est source de contraintes, matérielles ou non, freinant la mobilité de la population.

101Soulignons enfin les limitations de notre étude, qui n’a abordé – parfois même schématiquement – que certains aspects du problème en jeu. L’approche a été ici assez statique, sans recul historique : limitation manifeste. En outre, elle a été partielle, même du point de vue statique qui est le sien. Redisons-le : on n’a pas tenté d’identifier systématiquement les diverses couches sociales de nos sociétés villageoises, ni étudié leur rôle respectif dans la structure socio-économique et les modes de migration auxquels chacune d’elle a eu recours. Encore n’a-t-on retenu que deux grands groupes, les basses et les « autres castes ». Tandis que les « basses castes » de notre classification constituent un groupe plus ou moins homogène (une très grande part d’entre eux sont assurément pauvres et déshérités), les « autres castes » sont en fait très disparates, et l’on n’a pu suffisamment identifier les différents modes de comportement migratoire, déterminés par la position des divers éléments constitutifs de ce groupe de castes dans la structure socio-économique globale. Cette étude n’entend être, en définitive, qu’un premier pas dans cette direction.

Annexe. Échantillons des enquêtes à Navunda et Haladi

Annexe. Échantillons des enquêtes à Navunda et Haladi

Les nombres entre parenthèses indiquent la taille des échantillons en pourcentage du nombre des foyers identifiés par notre recensement de 1990.

Notes

1 Je remercie mes collègues du MIDS et mes amis de l’Institut français, J.L. Racine en particulier, pour leurs utiles suggestions. J’adresse mes remerciements particuliers à M. Ravindra Bhat pour l’excellente assistance qu’il m’a apportée dans la conduite de cette recherche.

2 L’usage des mots « féodal » ou « semi-féodal » n’implique évidemment pas qu’on trouve dans les campagnes indiennes un décalque du Moyen-Age occidental. Dans le contexte indien, ce vocabulaire fait référence à des relations entre possédants et travailleurs qui ne se réduisent pas au binôme employeurs/employés, mais impliquent une forte dépendance des seconds envers les premiers, dépendance qui, par l’endettement le plus souvent, peut aller jusqu’à des restrictions en matière de liberté du travail. La sécurité relative de l’emploi n’est souvent offerte que dans le cadre d’un clientélisme qui peut conduire à l’asservissement. La question de la nature des relations agraires dans les temps précapitalistes, et la survivance de relations traditionnelles dans l’Inde contemporaine ont été l’objet de larges débats au Âdes chercheurs indiens (ou anglo-saxons) en sciences sociales, dans les années soixante-dix et quatre-vingt. Voir sur ce point d’importance le panorama dressé par Alice Thorner : Semi-feodalism or Capitalism. The Contemporary Debate on Classes and Modes of Production in India, Purusartha, no 6,1982, pp. 19-72. (J.-L.R.).

3 Il y a deux villages fiscaux (revenue villages, ou finages) nommés Haladi dans le taluk de Coondapoor. Ces deux villages, adjacents l’un à l’autre, sont nommés « Haladi 76 » et « Haladi 28 » dans le recensement. Nous avons retenu pour cette étude « Haladi 76 », simplement appelé ici Haladi.

4 Dans le reste de cette section, ainsi que dans les deux suivantes où il est question de la nature des migrations et de l’impact de l’émigration, les données présentées ne concernent que les foyers d’émigrants. Nous fournirons plus loin quelques détails sur les autres flux migratoires – déplacements pendulaires, etc.

5 Au point que le mot sheregarana lekkha signifiant « comptes de sheregarana » est usité dans le parler local pour « comptes frauduleux » !

List of illustrations

Caption Le liseré littoral dépasse à peine la NH 17.Figure 1. Le Dakshina Kannada
URL http://books.openedition.org/ifp/docannexe/image/5088/img-1.jpg
File image/jpeg, 465k
URL http://books.openedition.org/ifp/docannexe/image/5088/img-2.jpg
File image/jpeg, 334k
Title Tableau 3. Foyers de Navunda et d’Haladi marqués par la mobilité
Caption Enquête de terrain.Les chiffres entre parenthèses donnent les pourcentages de chaque type par rapport au nombre total de foyers.
URL http://books.openedition.org/ifp/docannexe/image/5088/img-3.jpg
File image/jpeg, 105k
Title Tableau 4. Importance de la mobilité des différents groupes socio-économiques de Navunda et d’Haladi
Caption Enquête de terrain.Les « basses castes » de Navunda comprennent les Billavas et les Mogaveeras, et les « autres castes » les Bunts, les Brahmanes, les Ganigas, les Acharis, les Madivalas, les Devadigas, les Nayiris et des musulmans. Les « basses castes » d’Haladi comprennent les Harijans et les tribaux (sc & st), les Billavas et Mogaveeras. Les « autres castes » comprennent ici les Bunts, les Brahmanes, les Madivalas, les Acharis, les musulmans, etc.
URL http://books.openedition.org/ifp/docannexe/image/5088/img-4.jpg
File image/jpeg, 137k
Title Tableau 5. Quelques indicateurs socio-économiques pour différents groupes de population à Navunda et Haladi
Caption Enquête de terrain.
URL http://books.openedition.org/ifp/docannexe/image/5088/img-5.jpg
File image/jpeg, 132k
Title Tableau 6. Quelques données socio-économiques concernant les basses castes de Navunda et d’Haladi.
Caption Enquête de terrain.
URL http://books.openedition.org/ifp/docannexe/image/5088/img-6.jpg
File image/jpeg, 98k
Title Tableau 7. Quelques données socio-économiques concernant les foyers des émigrés et les autres foyers parmi les basses castes de Navunda et d’Haladi
Caption Enquête de terrain.
URL http://books.openedition.org/ifp/docannexe/image/5088/img-7.jpg
File image/jpeg, 148k
Title Tableau 8. Pourcentage de familles nucléaires parmi les basses castes à Navunda et Haladi
Caption Enquête de terrain.
URL http://books.openedition.org/ifp/docannexe/image/5088/img-8.jpg
File image/jpeg, 62k
Title Tableau 9. Quelques données socio-économiques concernant les « autres castes », Navunda et Haladi
Caption Enquête de terrain.
URL http://books.openedition.org/ifp/docannexe/image/5088/img-9.jpg
File image/jpeg, 167k
Caption Figure 3. Ampleur et destination des mouvements d’émigration au départ de Navunda et d’Haladi
URL http://books.openedition.org/ifp/docannexe/image/5088/img-10.jpg
File image/jpeg, 161k
Title Tableau 10. Destinations des émigrants de Navunda et d’Haladi
URL http://books.openedition.org/ifp/docannexe/image/5088/img-11.jpg
File image/jpeg, 131k
Title Tableau 11. Migrations en chaîne à Navunda et Haladi
Caption Enquête de terrain.Les nombres entre parenthèses représentent les pourcentages par rapport à tous les émigrants.
URL http://books.openedition.org/ifp/docannexe/image/5088/img-12.jpg
File image/jpeg, 163k
Title Tableau 12. L’alphabétisation des émigrants de Navunda et d’Haladi, comparée à celle des résidents (en pourcentage)
Caption Enquête de terrain.
URL http://books.openedition.org/ifp/docannexe/image/5088/img-13.jpg
File image/jpeg, 112k
Title Tableau 13. Structure de l’emploi chez les émigrants de Navunda et d’Haladi
Caption Enquête de terrain.* Trois des cinq émigrants d’Haladi sont cultivateurs.
URL http://books.openedition.org/ifp/docannexe/image/5088/img-14.jpg
File image/jpeg, 118k
Title Tableau 15. Quelques caractéristiques démographiques des foyers d’émigrants à Navunda et Haladi
Caption Enquête de terrain.
URL http://books.openedition.org/ifp/docannexe/image/5088/img-15.jpg
File image/jpeg, 117k
Title Annexe. Échantillons des enquêtes à Navunda et Haladi
Caption Les nombres entre parenthèses indiquent la taille des échantillons en pourcentage du nombre des foyers identifiés par notre recensement de 1990.
URL http://books.openedition.org/ifp/docannexe/image/5088/img-16.jpg
File image/jpeg, 175k

Author

Économiste, chercheur au Madras Institute of Development Studies

© Institut Français de Pondichéry, 1994

Terms of use: http://www.openedition.org/6540

This digital publication is the result of automatic optical character recognition.
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search