Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les attaches de l’homme

 | 
Jean-Luc Racine

II

4. Migration et enracinement dans le Maidan

Frédéric Landy

Texte intégral

« Il sort, Monseigneur, tous les ans, de la plupart de nos paroisses, une quantité prodigieuse de gens qui abandonnent le pays natal d’où la misère les chasse et où ils manquent de pain, pour devenir mercenaires dans les contrées d’abondance. L’Espagne, par exemple, nous en enlève beaucoup ; les autres vont maçons, couvreurs, scieurs de long, dans diverses provinces du royaume. Ils portent quelque argent, dirat-on, à leur retour ; sur dix de ces ouvriers ou de ces voyageurs qui reviennent, il n’y en a pas deux qui réussissent : les maladies, le voyage, le libertinage leur consomme tout ; et les espèces qui en reviennent d’ailleurs à notre province peuvent-elles réparer tout le tort que ces gens-là font aux progrès de l’agriculture ? »
Rapport des habitants de St-Pardoux-la-Croisille (Limousin) à leur intendant Turgot (1762) L’identité de la France (Braudel 1986 :58).

1Ces doléances proviennent d’une province française du xviiie siècle. On est loin du Karnataka de l’Inde du xxe siècle. Et pourtant, elles décrivent une situation qui prévaut dans bien des pays du Tiers Monde contemporain : un important volume d’émigrants, quittant leurs campagnes pour tenter leur chance dans des régions plus prospères, puis rentrant au pays les poches presque aussi vides qu’au départ, dans un village dont l’économie locale pâtit de l’émigration.

2La situation est-elle aussi noire aujourd’hui dans le Maidan, au cœur du plateau de Mysore ? On verra que les zones sèches étudiées, certes désertées par « une quantité prodigieuse de gens », bénéficient de nombreux retours d’émigrés qui compensent une partie des départs. En outre, le bilan de ces mouvements n’est pas aussi négatif que pour le Limousin ; on peut même affirmer que, soupape de sûreté, elle permet en fait le maintien au pays du plus grand nombre.

3Par ailleurs, les zones irriguées de la région, qui bénéficient, elles, d’immigration, paraissent sous certains aspects les images inversées, en négatif, des zones sèches. En effet, au cœur des platitudes du Deccan seulement bosselées de quelques inselbergs, jouissant d’un climat semi-aride assez uniforme où les précipitations moyennes annuelles sont de 800 mm pour 12,5° de latitude N, le district de Mandya connaît pourtant de multiples contrastes du fait de l’action humaine sur l’écosystème. En particulier, la présence ou non d’irrigation gravitaire grâce à de gros barrages suffit à différencier fortement des systèmes ruraux pourtant voisins.

4Leur comparaison peut se révéler fructueuse sur le sujet des migrations, puisque l’irrigation, en augmentant les rendements des cultures, en étendant la durée des travaux agricoles et donc la demande de main-d’œuvre, entraîne le plus souvent une immigration, saisonnière ou définitive. Quant aux locaux, enrichis par l’irrigation, ils ont moins de raisons d’émigrer à la recherche d’un gagne-pain. Dans les zones demeurées sèches au contraire, la tentation de partir est grande, soit vers ces zones irriguées, soit vers les villes et un emploi non agricole.

  • 1 Ces lignes sont écrites après 11 mois passés dans les deux villages étudiés. Je remercie particuli (...)

5Dans les pages qui suivent, deux systèmes ruraux, l’un irrigué et l’autre non, seront ainsi mis en comparaison en insistant sur les phénomènes migratoires. Mais pour ne pas tomber dans les défauts d’une analyse ex post n’expliquant que les causes des migrations et non leurs éventuelles non-occurences, une troisième partie sera consacrée à ce qui reste un fait marquant même dans des zones qui connaissent des migrations : un fort maintien de la population dans le village d’origine. Si en 1981 82,2 % des hommes et 58,8 % des femmes de la population rurale du Karnataka étaient nés sur le lieu de leur recensement, le pourcentage pour la population rurale du district de Mandya allait respectivement, sur ce point, jusqu’à 89,1 % et 62,5 %. Tant il est vrai que rarement le terme « exode rural » aura correspondu plus mal à la réalité régionale : les mouvements n’atteignent jamais l’ampleur d’un « exode », et ils ne sont pas tous orientés vers les villes1.

Mottahalli, un village irrigué où domine l’immigration

  • 2 Cette étude de Mottahalli reprend en partie, après révision, l’article de l’auteur : «Migrationsti (...)
  • 3 Les noms de villages sont authentiques mais les noms de personnes sont des pseudonymes.

6En 1932, le maharaja de Mysore voyait enfin achevé le grand barrage du Krishnarajasagar sur la Kaveri, commencé à l’initiative de son diwan, Vishveshvarayya2. Avec cet ouvrage, une bonne partie du district de Mandya se trouvait irrigable, et aujourd’hui l’ensemble du réseau alimente en eau 72 160 hectares au total. Toutes les terres n’en profitent pas de la même façon, les plus favorisées étant celles situées le plus en amont. C’est le cas du village de Mottahalli, qui se trouve juste sur le canal principal Vishveshvarayya (fig. 1) et bénéficie donc d’une alimentation toute l’année, sauf sécheresse. Cela permet la culture de la canne à sucre, responsable de l’importance de l’immigration à Mottahalli3.

Un village irrigué

  • 4 Langue du Karnataka.

7Au cœur de la saison sèche, vers mars, le vert de la canne à sucre ou du paddy contraste avec les ocres des autres finages situés immédiatement au sud du canal, à quelques centaines de mètres de Mottahalli : 74 % de la surface cultivée du village sont irrigués. La canne à sucre, culture qui exige un an pour parvenir à maturation, en occupe 39 % en octobre, le paddy 30 % (moins en saison sèche), l’éleusine irriguée (ragi en kannada4, Eleusine coracana) 5 % seulement. Le reste correspond à quelques pauvres cultures pluviales de millets et légumineuses.

  • 5 La taille moyenne des exploitations est de 1,5 ha.

8Du fait de l’irrigation, cette agriculture est intensive, avec sur les meilleures terres deux récoltes de riz par an, et de bons rendements par rapport à la moyenne indienne, dépassant souvent les 65 q/ha de paddy ou les 100 t/ha de canne. Avec un demi-hectare irrigué, une famille de 5 personnes peut (chichement) vivre5. Aucune jachère sur les terres irriguées. Et le calendrier agricole montre bien qu’il n’existe aucun temps mort dans l’année culturale, même si l’on peut distinguer des creux accentués en mai et décembre (figure 2). Les travaux agricoles proprement dits procurent 65 000 jours de travail par an (y compris pour la main-d’œuvre familiale), soit seulement une centaine de jours de travail par actif, mais lors de la saison de pointe, notamment de juillet à novembre, la main-d’œuvre locale ne suffit pas à satisfaire la demande de travail. Sur l’année, la canne procure 56 % des jours de travail, 67 % même si l’on inclut l’emploi dans les 26 moulins artisanaux de Mottahalli (alemane, anglais crusher), où l’on broie les tiges, fait bouillir puis refroidir le jus de canne qui devient alors du sucre non raffiné (bela, anglais jaggery, français pondichérien jagre).

9Le jagre est ensuite vendu aux enchères au « marché réglementé » de Mandya, ville de 121 000 habitants (1991) qui vit de la canne à sucre. Mandya abrite aussi la raffinerie sucrière qui représente pour les producteurs de canne un autre débouché possible, plus sûr que les moulins puisque l’on y vend la canne à un prix fixé au début de la campagne. Mandya est à 9 km de Mottahalli, et s’y trouve reliée par 31 autocars quotidiens (bondés) : une distance assez grande pour ne pas avoir transformé le village en simple banlieue peuplée de travailleurs pendulaires, insuffisante toutefois pour empêcher toute in fluence urbaine ou une grande accessibilité (ne serait-ce que pour le cinéma, élément essentiel de la vie indienne contemporaine, tant urbaine que rurale).

Figure 1. Mottahalli : carte de situation

  • 6 Devoir, loi religieuse.

10Il est vrai que Mottahalli dispose de certains services, comme d’une coopérative de crédit et une middle-school. Mais le village abrite une population fondamentalement agricultrice, dont la vocation économique est renforcée par la composition des castes : 70 % des habitants appartient à la caste Vokkaliga, caste dominante aussi bien numériquement qu’économiquement puisqu’elle possède 92,5 % des terres cultivées. Or c’est foncièrement une caste d’agriculteurs (leur nom ne signifie pas autre chose en kannada), que M.N. Srinivas (1976) ne désigne même jamais que sous le nom de peasants. S’il ne possède pas de terre, il est du dharma6 d’un Vokkaliga d’en cultiver, comme fermier ou métayer (bien que la réforme agraire de 1974 ait interdit le faire-valoir indirect), ou même comme ouvrier agricole. Voilà qui ne peut que jouer un rôle dans l’enracinement de la population. Le Vokkaliga n’est guère tenté a priori par une diversification économique ou un départ à la ville, et l’arrivée de l’irrigation n’a fait que renforcer cette tendance. A contrario, T.S. Epstein (1962) note que dans le village voisin de Mottahalli qu’elle étudia, une seule des 15 familles musulmanes qui y habitaient avant l’irrigation y demeurait encore en 1955, les autres étant parties ouvrir de petits commerces à Mandya, ville alors en pleine croissance (+ 58 % entre 1951 et 1961).

11Et pourtant, Mottahalli est le siège de multiples mouvements de population impliquant des changements de résidence (des « migrations ») aussi différents que :

  • les migrations, essentiellement féminines, ayant trait au mariage ;
  • une forte immigration de travail, tant saisonnière (pour le travail de la canne à sucre notamment) que permanente ;
  • une émigration beaucoup plus faible, liée notamment à des exigences de scolarité ou à des emplois qualifiés, souvent urbains.

12On trouve donc à Mottahalli des migrations aussi bien saisonnières que définitives ; de l’immigration comme de l’émigration ; des migrations à raisons essentiellement économiques comme d’autres ayant trait à la vie sociale ou même à la religion ; des migrations de paysans sans terre ni qualification aussi bien que des départs de diplômés de l’Université.

Les mariages, facteur essentiel de mobilité féminine

  • 7 C’est très rarement le marié qui part vivre dans le village de ses beaux-parents, sauf si ceux-ci (...)

13On oublie parfois qu’en Inde, la mobilité matrimoniale représente l’essentiel des migrations. Le recensement de 1981 nous révèle que 28,3 % de la population rurale du Karnataka avait migré depuis 1971 – c’est beaucoup – mais que 48,4 % de ces mouvements étaient dus aux mariages : 67,5 % des migrantes se sont déplacées en raison de leurs noces ! Cela explique du même coup que les migrants en Inde soient avant tout des migrantes... En effet, au sud du Karnataka, le mariage a un caractère virilocal qui oblige la jeune épousée à venir habiter dans la maison de son mari, soit bien souvent à changer de village7.

Les travaux effectués par la main-d’œuvre familiale autant que salariée sont inclus. On a exclu les travaux liés aux soins du bétail.
Figure 2. Calendrier des jours de travail disponibles, par sexe et par mois, à Mottahalli

14Cependant, dans le sud de l’Inde, le mariage idéal concerne des parents souvent très proches. C’est pourquoi (Pesneaud 1984) les migrations matrimoniales sont en général peu lointaines, par rapport à celles du nord de l’Inde où les parentés sont plus éloignées. Mottahalli en est un bon exemple.

15Les Vokkaligas, caste fondatrice du village, connaissent des mariages plus ancrés dans le terroir que les autres castes, toutes immigrées depuis plus ou moins longue date. Cependant, celles-ci, pourtant a priori moins enracinées que les Vokkaligas, font davantage de mariages intravillageois, peut-être parce qu’étant minoritaires et moins bien intégrées elles sont plus solidaires et vivent davantage sur elles-mêmes, repliées sur le village.

Tableau 1. Mottahalli : lieu de mariage des filles ou lieu de naissance des épouses

Caste

 % à Mottahalli même

 % dans un rayon de 5 km (Mottahalli exclu)

 % au-delà de 5 km

Vokkaliga
lignée :
– Tundageriamma
– Borappa
– autre (en général immigrés)

25
31
40

38
43
30

37
26
30

Harijan (Intouchables)

41

5

54

Vodda (tailleurs de pierres)

31

15

54

Achari (forgerons, menuisiers)

13

0

87

16Si l’on considère maintenant la carte des mariages (fig. 3), on s’aperçoit que le facteur de proximité est essentiel. Cependant, la couronne autour de Mottahalli est loin d’être homogène, et de nombreux villages pourtant proches sont complètement ignorés, d’autres au contraire étant privilégiés. Cette inégale répartition est accentuée par un mouvement migratoire circulaire qu’on pourrait qualifier de « troc matrimonial », et qui consiste à marier une jeune fille dans le village natal de sa mère, souvent pour épouser son oncle maternel. Comme le dit galamment le dicton kannada (cité par Srinivas 1976 : 260) : « Le veau doit être rapporté à l’endroit où la vache a été donnée. » Si le mariage est facteur de migrations féminines, il favorise au contraire, par la prévalence de la virilocalité, l’enracinement masculin. Quand les relations agnatiques par parenté directe sont ainsi privilégiées, on ne peut observer ce qui se passe par exemple chez les Kammas d’Andhra Pradesh (Rao 1986) ou à Madagascar (Raison 1986), quand le marié vient le plus souvent s’établir chez ses beaux-parents. Au Karnataka, la terre reste dans la famille de l’époux. La terre provient des ancêtres en ligne directe. La terre c’est le sang.

Enquête concernant 50 % des maisonnées. Le nombre des migrantes est proportionnel à la base des flèches, non à leur volume.
Figure 3. Les migrations matrimoniales à Mottahalli : lieu de naissance des épouses et lieu de mariage des filles des habitants de Mottahalli

17Le mariage peut cependant jouer le rôle de catalyseur de migrations masculines, et nombre d’immigrés saisonniers ou permanents de Mottahalli sont arrivés sur les conseils de leurs beaux-parents qui vivaient ici et pouvaient leur porter secours.

Spontanée ou forcée ? L’immigration saisonnière

  • 8 Une roupie valait 0,33 F à la mi-1990. Un repas complet végétarien dans un restaurant de classe mo (...)

18Le calendrier agricole montre une période de forte demande de main-d’œuvre entre juillet et novembre, due à la transformation de la canne à sucre en jagre. Cette demande est telle qu’elle attirait déjà nombre de saisonniers avant même le début des années 1960, quand les moulins artisanaux furent pourvus de moteurs électriques. On ne compte pas moins aujourd’hui de 28 moulins à Mottahalli, employant chacun une équipe de 6 à 8 ouvriers, soit 196 personnes pour la saison 1989 (il existe des rotations d’équipes et d’individus). Seules cinq personnes se trouvaient d’origine locale, les autres étaient des immigrants saisonniers. En effet, les ouvriers agricoles (kuli, coolie) de Mottahalli sont en général davantage intéressés par la coupe de la canne ou par les travaux rizicoles, qui ont lieu en même temps et sont mieux rétribués, que par le travail en moulin, labeur pénible en raison de la chaleur qui y règne, de la longueur de la journée de travail qui commence souvent bien avant l’aube, et dont le salaire, non négligeable pourtant en théorie (jusqu’à 20 Rs8 par journée complète en fonction du tonnage produit), est trop souvent amputé par une alimentation en canne ou en électricité défectueuse, ou par des pluies ayant trempé la bagasse qui sert de combustible. Les enfants à partir de 12 ans peuvent travailler dans le moulin à s’occuper des feux, ainsi que les femmes, ce qui explique qu’on ait parfois toute une famille nucléaire qui émigre à Mottahalli pour une saison. Elle dormira dans le moulin ouvert à tous les vents, fera sa nourriture avec les autres membres de l’équipe, en pensant avec nostalgie à ceux qui sont restés au village pour s’occuper des terres et des bêtes.

19Qu’un tel travail puisse cependant attirer s’explique en partie par la figure 4, montrant la provenance des saisonniers. On y discerne deux grandes zones de départ, qui ne jouissent ou d’aucune irrigation, ou de fort peu (par la Kabani), et subissent donc l’attraction de la zone alimentée par le barrage de Krishnarajasagar. La première zone, mineure, concerne des villages voisins de Mottahalli. La seconde occupe les taluks (subdivision de district) de Chamrajnagar et de Gundlupet, au-delà de la Kaveri : ces villages ont peut-être à l’origine choisi Mottahalli parce qu’il est le plus méridional de l’aire irriguée, et donc le plus proche. Mais en fait, c’est « l’arbitraire » de circuits migratoires établis il y a longtemps qui frappe, hasards d’une parenté, d’une amitié, d’une rencontre, d’un contact quelconque qui en permettant la migration d’un ou deux individus pionniers a finalement, par phénomène de boule de neige, permis le déplacement de dizaines de personnes.

20Entre les deux zones, aucun départ vers Mottahalli : ces régions bordent la Kaveri, bénéficient donc de l’eau de canaux qui, pour être en général moins bien alimentés que celui de notre village, ne permettent pas moins une récolte de paddy dont les opérations agricoles doivent être effectuées pendant la saison du jagre à Mottahalli. Quant au nord de la carte, pourtant non irrigué, il n’envoie quasiment aucun saisonnier. On pourrait croire que les émigrants de ces régions s’arrêtent dans les villages les plus proches de leur zone d’origine, à savoir dans le nord du taluk de Mandya. On montrera cependant plus bas que bien des villages de cette zone ignorent la région sucrière de Mandya, pourtant toute proche. Là encore se manifeste l’arbitraire apparent des circuits migratoires, qui pèsent plus qu’un simple déterminisme de proximité.

21Un bon exemple en est, dans le taluk de Chamrajnagar, l’ensemble de hameaux centré sur Kuderu qui n’envoie pas moins de 58 travailleurs à Mottahalli en 1989. Soit deux hameaux éloignés de 500 m seulement, dépourvus tous deux d’irrigation, voués tous deux à de pauvres cultures de sorgho ou d’éleusine, tous deux peuplés exclusivement de membres de la caste Uppaliga Shetty : l’un n’envoie aucun saisonnier, ni à Mottahalli ni ailleurs, mais toutes les familles se livrent au tressage de cordes en agave. L’autre au contraire n’a que peu de cordiers, puisque l’essentiel de la diversification correspond à l’émigration, tout entière dirigée vers Mottahalli. L’absence d’irrigation représente donc une cause nécessaire à l’émigration, mais est loin d’être une cause suffisante.

  • 9 B.N. Shivalingappa note plus bas qu’au contraire, dans les régions de plantations de café des Ghât (...)

22Devant les terres ingrates de Kuderu on comprend mieux pourquoi tous les ans, fin juin, les hommes désertent ce hameau, alors même que c’est la saison des cultures pluviales. La productivité et les besoins en main-d’œuvre d’une telle agriculture sont si faibles qu’on préfère rendre pires des rendements qui n’auraient été que mauvais pour aller à Mottahalli produire du jagre9. Certes, en raison de la nourriture qu’il faut bien acheter, ainsi que des beedi (petites cigarettes), thés et assez courantes soûleries, on ne parviendra pas à rapporter du pauvre salaire plus de 200 ou 300 Rs par mois dans son village, ce qui suffit tout juste à assurer les dépenses de consommation pendant quelques petites semaines. Mais les récoltes sur ces terres sont trop aléatoires pour qu’on leur sacrifie une migration qui est bien de misère. D’autant plus que les modes de fonctionnement des moulins sont suffisamment souples pour que les immigrants puissent songer à rentrer quelques jours dans leur village, notamment lorsqu’il s’agit d’opérations importantes comme la vente des vers à soie, en cas de culture de mûrier.

23Par ailleurs, tous ces saisonniers ont-ils le choix ? La plupart de ces migrations peuvent en fait être définies comme des migrations « forcées », quoique d’une manière assez douce. En effet, la quasi-totalité de ces coolies a pris l’année précédente une avance sur salaires, dépassant parfois les 1000 Rs, auprès du propriétaire du moulin employeur, et par l’intermédiaire d’un contremaître de leur village (qui se trouve d’ailleurs en général dans la même situation de dépendance que les autres). Le plus souvent, ils n’ont pas pu ou pas voulu déduire cette avance de leurs gages et, à la saison écoulée, ils se retrouvent avec l’obligation de retourner à Mottahalli afin de s’acquitter de leurs dettes. Ou bien, si l’avance a été remboursée, ils ont souvent dû en prendre une autre ultérieurement pour assurer la soudure : leur lien s’en trouve renforcé. Certes, cette avance est donnée sans intérêt : dans une région où le crédit se fait au minimum à 2 ou 3 % par mois... pour les personnes solvables, cela n’est pas un moindre avantage ; c’est même la raison principale pour laquelle les saisonniers viennent à Mottahalli. Mais il s’agit bien dans les faits d’une forme douce de ce que la loi interdit depuis 1976 sous le nom de bonded labour (« travail asservi ») : « Jusqu’à ma mort, je travaillerai pour ce crusher ! » s’exclame ce Shetty venu en famille avec ses trois fils, tous salariés dans les moulins de Mottahalli. « Si je ne revenais pas, ils me mettraient une corde au coup pour me tirer jusqu’ici ! »

24Si l’agriculture de Mottahalli est « capitaliste », au sens le plus simple, c’est parce qu’elle utilise une grande quantité de capitaux. Mais ces capitaux, loin de correspondre tous à une forme « moderne » d’agriculture, consistent pour une bonne part en ces avances qui immobilisent des fonds, mais qui assurent en contrepartie, pour l’employeur, une main-d’œuvre, et le maintien des salaires à un bas niveau alors même que la demande est forte. (Les salaires sont toutefois supérieurs ou égaux à ceux pratiqués dans les zones non irriguées du district.) Cette exploitation des saisonniers, qui rejoint un peu ce qui a été décrit par J. Breman (1978) sous le titre Écrasement de la canne et de la force de travail, correspond en fait à l’utilisation d’une région pauvre, lieu de départ, par une autre, irriguée, lieu d’arrivée : un mode de production paysan pré-capitaliste se trouve articulé à un mode de production capitaliste (Scott, in Harriss 1982). Malgré son aspect « Révolution Verte », l’agriculture de Mottahalli, loin d’engendrer un type de salariat « moderne », a recouru grâce aux migrations à une forme d’emploi traditionnelle en Inde, dans laquelle le prix à payer pour la sécurité de l’ouvrier est la perte de liberté.

Le nombre des migrants est proportionnel à la base des flèches, non à leur volume.
Figure 4. Lieux d’origine des immigrés saisonniers employés dans les moulins à canne de Mottahalli

25Un tel mode de production, une segmentation du marché du travail immigré, aussi bien socialement (rôle des avances) que géographiquement (prépondance d’un ou deux villages-réservoirs) fonctionne également grâce aux migrations permanentes induites par la prospérité due à l’irrigation.

Un réservoir de main-d’œuvre bon marché : l’immigration définitive

26Tout village est né d’une migration. Mottahalli n’échappe pas à la règle : ses fondateurs appartiennent à la lignée Tundageriamma des Vokkaligas, qui à une date oubliée, il y a plusieurs siècles, s’installèrent sur le site.

  • 10 Ceci explique l’importance des pèlerinages propres à chaque lignée, les Tundageriammas se rendant (...)

27Le mythe de son origine fait la part belle aux migrations. En Andhra Pradesh vivait jadis la déesse Tundageriamma aux mille vertus et beautés. Un beau jour, un raja vint la demander en mariage. Il était de caste plus basse qu’elle, mais avait pour lui la puissance et la force. Comment donc résister, si ce n’est par la ruse ? Elle fit donc semblant d’accepter et invita le roi et sa famille chez elle, apparemment pour arranger le mariage, en fait pour tuer le prétendant. Le piège fonctionna. Elle s’enfuit alors avec toute sa famille, les survivants de la suite du roi à ses trousses, mais trouva bientôt sa retraite coupée par le cours de la Godaveri, gros fleuve bouillonnant dépourvu de gué. Alors elle se mit à prier pour que les ondes s’ouvrent... Ce qui fut fait. Les eaux se retirèrent pour la laisser passer, et se refermèrent sur l’entourage royal. Tundageriamma était sauvée. Elle finit par s’établir à Belakavadi, non loin de Bangalore (aujourd’hui capitale du Karnataka), et ce fut de Belakavadi que partirent les ancêtres de l’actuelle lignée Tundageriamma pour fonder Mottahalli10.

28Il est sûr que mythes et religion peuvent engendrer des migrations tout autant que l’économie, sinon avec la même ampleur. A l’échelle de la caste, par exemple : la lignée Harijan (Intouchable) des Hucharasayamas habitait jadis le village de Lalankere, à 3 km de Mottahalli. Mais du fait de conduites « immorales » (ils ne se lavaient plus, ils ne sacrifiaient plus aux rites), le dieu de ce village leur montra son courroux en faisant s’abattre sur eux maladies et malédictions, tuant notamment tous les nouveau-nés. Aussi les Hucharasayamas durent-ils fuir à Mottahalli, tout en gardant leurs terres à Lalankere. La colère du dieu ne les poursuivit pas jusqu’ici, étant donné que son pouvoir demeurait circonscrit à un village.

29Cependant, l’essentiel des migrations définitives à Mottahalli a des causes économiques liées à l’attrait de l’irrigation et des possibilités d’emploi agricole. Un journalier à Mottahalli peut compter sur plus de 150 jours par an et gagner jusqu’à 2500 Rs l’an. C’est suffisant pour attirer des paysans de zones non irriguées, qui avec 1 ha « sec » là-bas gagnent moins que simples journaliers sans terre à Mottahalli.

30Vingt-huit pour cent des maisonnées recensées à Mottahalli avaient un chef de famille d’origine extra-villageoise, 33 % même si l’on inclut celles ayant eu un chef de famille aujourd’hui décédé qui fût né hors de Mottahalli. Parmi elles, seules 30 % étaient situées dans le village même, le reste étant regroupé dans un lotissement créé par l’administration en 1977 et symptomatiquement nommé « Colonie de la Pauvreté » (Garibi Colony), où des lopins furent donnés gratuitement afin que ces sans-terre aient au moins une maisonnette à eux. Ce quartier, situé de l’autre côté du canal, à 500 m du village, regroupe des exclus socialement aussi bien que géographiquement, dans une zone où l’alcoolisme, l’adultère et le jeu expliquent le mépris dans lequel les tiennent les propriétaires de Mottahalli. Il en est de même pour deux autres zones d’habitations situées à la périphérie immédiate du village, dans une zone qui il y a encore 40 ans était vouée à l’agriculture sèche. C’est d’une part le quartier des Acharis, une caste de menuisiers-forgerons arrivée vers 1945, attirée par l’absence à Mottahalli de tels artisans, alors que les villages environnants dont ils sont originaires connaissaient une saturation de la demande. Mais ils sont aujourd’hui huit familles, et nombre d’hommes doivent travailler comme simples ouvriers agricoles. D’autre part, l’administration a créé en 1975 un prolongement du quartier traditionnel Harijan de manière à le décongestionner. On trouve sur ces lopins concédés gratuitement les deux lignées Intouchables de Mottahalli : la première est autochtone et dispose de quelques terres irriguées car elle descend des donne (gardes-champêtres) auxquels avaient été allouées des terres. La seconde est celle des Hucharasayamas, dont la nature allogène a déjà été évoquée.

31Ces trois sites sont tous à la périphérie du noyau originel, c’est-à-dire au-delà des limites du village telles qu’elles existaient en 1932 (date de la dernière carte du finage). Franges géographiques, ils représentent aussi les « franges sociales » du village, se trouvant à l’écart de ce que les sociologues indiens nomment le « courant principal » (mainstream) de la société rurale.

32Quatre-vingt-cinq pour cent des immigrés permanents sont sans terre, ceux qui en possédaient dans leur village natal l’ayant laissée à des parents ou l’ayant même parfois vendue. En outre, le prix de la terre à Mottahalli (250 000 Rs/ha irrigué) la rend inaccessible à des ouvriers agricoles. C’est donc en raison de l’immigration que Mottahalli ne compte pas moins de 29 % de sans-terre. D’autre part, les quelques petits propriétaires recensés parmi les immigrés (15 %) ne possèdent pas assez pour éviter de travailler plusieurs semaines par an comme journaliers afin d’obtenir un revenu d’appoint. En fait, le degré d’ancienneté de l’établissement au village correspond à une certaine hiérarchie socio-économique, à tel point que souvent, l’appartenance à une basse caste se trouve compensée par un enracinement ancestral, sinon en ce qui concerne le statut de pureté religieuse, du moins en ce qui touche la classe sociale (tableau 2).

Tableau 2. Pourcentage de sans-terre par caste, à Mottahalli

Caste ou lignée

 % de maisonnées sans terre

lignée Vokkaligas Tundageriamma

8

Vokkaligas Borappa (arrivés postérieurement)

5

autres Vokkaligas pour la plupart immigrés récents

39

lignée Harijans Mahalakshmi installation ancienne

19

autres Harijans

50

Linagayats (caste supérieure mais immigrés récents)

83

Voddas (tous immigrés récents)

100

33C’est ainsi que telle famille indivise Harijan de 15 personnes dispose d’un demi-hectare irrigué, de deux bufflesses laitières, et s’est construit une grande maison à toit de tuiles grâce aux salaires des six ouvriers agricoles de la maisonnée (comme ils utilisent leur propre attelage lors de leurs « journées », le salaire est de 25 Rs au lieu de 10 Rs par jour de labour). Le fils aîné, Honeiah, vient d’obtenir son diplôme de Bachelor of Arts. C’est que ces Harijans sont depuis des générations au village, donc possèdent un peu de terre. Ne sont-ils pas plus favorisés qu’un Vokkaliga de la Garibi Colony, qui, bien que de caste supérieure, n’a ni propriété foncière, ni attelage, ni diplôme ? Qu’on entende bien : certes, un Harijan demeure un Harijan, et il demeurera toujours en bas de l’échelle des castes. Mais un riche propriétaire s’adressera avec la même morgue au Vokkaliga sans terre qu’à Honeiah.

34Le statut d’immigré parvient même à influer sur la place de la caste dans la hiérarchie de pureté hindoue. Ainsi, les tailleurs de pierre Voddas forment dans leur Tamilnad natal une caste classée assez bas certes, mais nettement au-dessus des Harijans. Or à Mottahalli, même les Intouchables se refusent à accepter une quelconque nourriture de leurs mains ! La migration leur a donné le statut de paria.

35Au total, à part la lignée de Harijans déjà citée, et les Lingayats dont beaucoup ont été appelés pour desservir les temples de Mottahalli mais ne reçoivent pas de véritable salaire, les raisons de ces migrations sont d’ordre économique. « L’emploi est l’âme du peuplement », écrivait déjà Arthur Young en 1774. Cela est confirmé par la figure 5, qui montre les lieux d’origine : essentiellement des villages non irrigués, ou très mal. On ne voit pas apparaître de région dominante, mais on peut remarquer que cette carte, tout comme d’ailleurs la carte des origines des migrants saisonniers, apporte des informations qui plus généralement correspondent aux provenances des immigrés dans le district de Mandya tout entier. En effet, dans ce district auquel appartient Mottahalli, 43,4 % des immigrés masculins en zone rurale viennent du district de Mysore (au sud et à l’ouest de Mottahalli) et 32,2 % de celui de Bangalore (à l’est).

36D’autre part, une comparaison avec la carte des migrations de mariage (fig. 3) ne prouve guère que les immigrés gardent des relations matrimoniales avec leur lieu d’origine. Les interviews de l’enquête montrent cependant un maintien des liens, mais cela est occulté sur la carte des mariages par l’importance des données concernant la population née au village.

37La carte atteste enfin la présence de migrations en chaîne (en provenance d’un même village), ainsi que des zones de provenance spécifiques pour certaines castes. C’est le cas des Voddas, tous nés au Tamilnad, même si leur origine plus lointaine est l’Andhra Pradesh (Bhat 1984). Traditionnellement tailleurs de pierres ou puisatiers, ils sont venus pour la première fois dans la région pour le creusement du canal Vishveshvarayya, engagés sous contrat par des entrepreneurs en travaux publics. Sur place, des contacts ont été noués. Et quand les travaux d’irrigation ont pris fin, certains Voddas sont restés tandis que d’autres, une fois de retour au Tamil Nadu, ont parlé des potentialités de la région à leurs familles ou amis. Ce qui fait qu’aujourd’hui tout le sud du Karnataka connaît à la périphérie des villages ces campements de quelques huttes misérables, peuplés de ces éternels migrants que sont les Voddas.

38Sont-elles en effet établies pour longtemps, les huit maisonnées Voddas de la Garibi Colony ? Les Voddas habitent à la périphérie du lotissement, au bord de la route, débordant des terrains alloués et sans cesse menacés d’expulsion, marginaux des marginaux. Et pourtant ils ne sont pas si pauvres. Si socialement ce sont des immigrés, méprisés même par les Harijans, économiquement ce sont des travailleurs qualifiés, gagnant 25 à 30 Rs par jour s’ils ont du travail dans des chantiers qui peuvent se trouver à plusieurs kilomètres du village et les obliger à coucher plusieurs jours de suite sur place.

Recensement par échantillon de 50%.»
Figure 5. Lieux de naissance des chefs de famille immigrés installés définitivement à Mottahalli

39On voit en tout cas qu’il n’y a eu aucune improvisation dans leur installation à Mottahalli. D’ailleurs, tout prouve que les migrations n’ont rien à voir avec le hasard, et que loin d’être un déracinement complet suivi d’une marche à l’aventure, il s’agit au contraire de mouvements préparés, soutenus par certaines assurances qui permettent de limiter les risques au maximum. C’est ainsi que la plupart des migrations définitives ont eu pour origine des migrations saisonnières, individuelles ou non, « de reconnaissance ». Puis, quand l’établissement définitif a paru assuré, c’est l’ensemble de la famille nucléaire qui a émigré à Mottahalli pour y retrouver le chef de famille.

40Si la cause économique est essentielle, elle n’est jamais la seule et unique cause de départ. On l’a souvent affirmé : c’est une cause nécessaire, mais non suffisante. Car pour déclencher la migration, il faut un catalyseur. Celui-ci peut se présenter sur le lieu de départ : dispute, père trop dirigiste, frères spoliateurs... Plus souvent cependant, le facteur décisif se situe sur le lieu d’arrivée, avec la présence sur place d’un ami, d’un parent, d’une relation quelconque qui sera en mesure d’attirer le migrant potentiel par ses descriptions d’un village jouissant du plein-emploi, de préparer son arrivée en lui assurant un logement, et de lui garantir une aide matérielle et psychologique au moins les premiers mois, le temps pour le nouvel arrivant de se faire à sa nouvelle vie. Ainsi,

  • 31 %des immigrés permanents sont venus « invités » par des parents agnatiques déjà sur place ;
  • 31 % par l’intermédiaire de leur belle-famille, leur femme étant née à Mottahalli ;
  • 15 % (dont les Voddas) par contrat, en général enrôlés sur le lieu d’origine par un intermédiaire ;
  • 11 % par des amis ;
  • 12 %divers.

41Dans la grande majorité des cas, il s’agit bien de migrations « en chaîne », où la contingence joue un bien faible rôle. La figure 6 montre à l’inverse comment des facteurs spécifiques – ici les alliances matrimoniales – déterminent mouvements et itinéraires. Il convient de plus de souligner l’importance des « gros » propriétaires (plus de 2 ha irrigués) de Mottahalli dans la canalisation de ces flux. Ce sont eux en effet qui bien souvent attirent le migrant en lui assurant un logement provisoire, hutte construite sur un de leurs terrains, place dans leur moulin, ou même chez eux, ou du moins sous leur véranda. Surtout, ils offrent une avance sur gages, d’environ 500 Rs, pour s’assurer une main-d’œuvre agricole pendant la pleine saison, sur le même principe que l’avance donnée aux saisonniers des moulins. Parfois même l’immigré se lie plus complètement à l’employeur, et devient un ouvrier attaché en permanence à l’exploitation : l’avance dépasse alors les 1000 Rs, mais l’employé devra travailler tous les jours, d’avant l’aube jusqu’après le crépuscule, pour un salaire dépassant rarement les 6 Rs par jour (mais avec trois repas). Tel est le prix de cette assurance paternaliste contre le sous-emploi et d’éventuels accidents. Immigration à Mottahalli se conjugue avec clientélisme.

42De tels liens envers un créancier-« patron » ne sont pas pour encourager les migrations de retour. Mais l’importance de celles-ci est de toute façon difficile à évaluer. Il est fait parfois mention de tel frère ou de tel père qui, sujet au mal du pays, est rentré chez lui. Mais l’essentiel des migrants sont partis jeunes de chez eux, il y a 20 ou 30 ans, et sont encore aujourd’hui capables de travailler. Va-t-on assister dans quelques années à des «migrations de retraite » ? Il est trop tôt pour le dire. Il semble en fait que le migrant, en quittant son village d’origine, a s’il en possédait vendu ou donné ses terres à des parents restés sur place. Il lui serait ensuite ardu de les récupérer, ce qui limite les retours, d’autant plus que le séjour à Mottahalli ne permet quasiment jamais un réel enrichissement. En outre, c’est parce qu’existe la Garibi Colony que l’on peut prédire le maintien à quelques exceptions près des migrants non saisonniers à Mottahalli. Ils ont acquis une maison, ils en sont propriétaires, ils la garderont. Personne ne semble envisager de la vendre.

43S’il y a très peu de retours, il n’y a guère plus d’arrivées à l’heure actuelle. Le mouvement semble se tarir depuis dix ans, pour diverses raisons. En premier lieu, il n’y a plus de nouvelles terres mises en irrigation, sinon par quelques puits récents qui concernent de petites surfaces. Les besoins en main-d’œuvre n’augmentent donc plus. En second lieu, la croissance démographique villageoise (+182 % entre 1951 et 1981 si l’on additionne les croîts naturels et migratoires) va à l’encontre de l’immigration. Enfin, les terrains disponibles à la Garibi Colony sont presque tous occupés ; or la perspective de s’en voir attribuer un par l’administration locale était un incitatif à immigrer.

44Les saisonniers actuels risquent donc de ne jamais s’établir à Mottahalli. Mais il ne faut de toute façon pas croire que tout saisonnier soit un migrant définitif en puissance. Certains reviennent depuis des années passer quatre mois à Mottahalli sans jamais s’y établir, tandis que d’autres s’y sont fixés depuis longtemps. Trois ensembles de facteurs distinguent le saisonnier de l’immigré permanent. Le premier concerne la situation sur le lieu de départ : l’existence ou la taille de la propriété foncière, l’importance de l’excès de main-d’œuvre dans la maisonnée, la bonne ou mauvaise entente entre les différents membres de la famille peuvent être autant de raisons pour décider du caractère définitif ou non de la migration. Le deuxième facteur concerne le lieu d’arrivée : relations avec les autochtones, garanties d’emploi et de logement, etc. Quant au troisième facteur, il est beaucoup plus discutable : il touche à la distance entre le lieu de départ et Mottahalli. Existe-t-il un seuil au-delà duquel on décide de ne plus faire tous les ans le trop fastidieux et coûteux trajet et de se fixer à Mottahalli ? La comparaison des cartes des migrations saisonnières et des migrations définitives montre que les migrants permanents n’ont pas une origine plus lointaine que les saisonniers, à l’exception des Voddas. Les deux premiers facteurs ont sans doute trop d’importance pour que la distance joue un rôle notable. Reste en outre que les réponses des interrogés sur les raisons de leur migration doivent être interprétées avec précaution, tant il est vrai que l’explicite correspond rarement à la réalité des faits, notamment parce que l’immigré lui-même n’a pas toujours conscience des véritables facteurs qui l’ont poussé à partir.

Figure 6. Le rôle des alliances matrimoniales dans les migrations en chaîne
Commentaire Figure 6
Kempamma, une Vokkaliga, est née dans un village près de Kanakapura. Elle fut mariée à Nanje Gowda et vint donc vivre chez lui à Arsikere. Elle y eut un fils. Mais (magie noire selon elle, simple histoire d’adultère selon d’autres), Nanje disparut un jour. Aussi rentra-t-elle chez sa mère, à Kanakapura, où elle passa un an comme ouvrière agricole.
Par ailleurs, sa mère avait un frère, Shivanna, qui vivait à Arthakallu (Taminad) avec ses deux autres frères sur seulement 2,4 ha secs. L’exploitation étant trop petite, Shivanna vint trois années de suite travailler pendant la saison du jagre à Karasavadi et, tout près, à Mottahalli – où vivait son beau-père. Puis, la distance à parcourir tous les ans étant grande, il décida de s’établir définitivement à Mottahalli, pour y travailler dans des moulins à canne et comme salarié agricole.
C’est de Mottahalli qu’il invita ensuite sa nièce Kempamma à venir s’établir avec son enfant au village. Il s’engageait à lui trouver du travail dans un moulin pour la saison du jagre. Ce qui fut fait. Elle parvint même, tout comme Shivanna, à obtenir un lopin dans la Colonie de la Pauvreté. Ce fut elle qui, à son tour, conseilla à un parent, Raje, de Kanakapura, de quitter son village où il ne possédait aucune terre pour venir à Mottahalli. Celui-ci le fit d’autant plus facilement qu’il pouvait compter sur l’assistance du frère de sa femme, qui vivait lui aussi à Mottahalli...

45Au total, il semble difficile d’expliquer ces migrations par la seule situation difficile dans le village de départ. En d’autres termes, la répulsion (le push des Anglo-Saxons) émanant de ces zones dépourvues d’irrigation ne doit pas faire oublier l'attrait des villages alimentés par le barrage de Krishnarajasagar. Il semble même que le phénomène d’attraction (pull) prédomine sur celui de répulsion. Certains micro-propriétaires de parcelles non irriguées dans leur village d’origine ont préféré les vendre pour s’établir définitivement à Mottahalli comme simples journaliers, et se priver du même coup de cette assurance que représentait leur patrimoine foncier. Énorme prise de risque que ces départs, qu’en sens inverse les ouvriers agricoles de Mottahalli ne sont pas prêts à faire. Cela explique qu’il y ait à partir de Mottahalli si peu d’émigration vers les villes de la part de gens qui pourtant, ne possédant que leurs enfants, forment bien un « prolétariat ».

L’émigration hors de Mottahalli : un phénomène mineur

46Pourtant, 2100 habitants représentent une lourde charge anthropique pour 191 hectares irrigués. Avant l’arrivée de l’irrigation, les ouvriers agricoles et les petits paysans avaient pour tradition pendant la morte-saison de partir travailler dans les plantations de café des Ghâts ou sur les chantiers de grands barrages. Mais depuis 1950, ce courant s’est définitivement éteint : un ouvrier agricole gagnant aujourd’hui 2500 Rs par an, analphabète, sans aucune qualification, ne peut espérer gagner plus que ce salaire pourtant misérable dans aucun autre village. Quand bien même il ne trouverait pas d’emploi à Mottahalli pendant la morte-saison, où pourrait-il aller ? Le village est parmi les mieux irrigués du Karnataka. Alors, la ville ? Mandya, toute proche, offre peu d’opportunités par son caractère de « ville rurale » vivant de la canne à sucre (Bhooshan 1984). Partir vers d’autres villes plus lointaines ? On répond : « Comment partir ? La vie y est trop chère, je ne connais aucun métier, je n’ai pas été à l’école... » Des explications qui feraient sourire d’autres paysans du Maidan que l’on rencontrera dans les pages suivantes, mais qui sont pertinentes si on leur ajoute une autre raison, essentielle celle-là : il n’existe pas de circuit migratoire sûr ou traditionnel entre Mottahalli et une ville quelconque. Chez les paysans pauvres sans qualification aucun individu, sauf raisons extrêmes, n’est donc prêt à lâcher la proie pour l’ombre. Le mirage urbain n’existe pas pour eux.

  • 11 En Inde en moyenne, les migrations rurales vers les villes sont plus qualifiées que vers les campa (...)

47Il n’en va pas de même pour les couches socio-économiques favorisées par la possession de terres, par le revenu ou l’éducation. Elles sont amenées parfois à envisager des migrations, non pas vers la campagne, mais vers les villes11. C’est le cas de deux catégories de villageois qui ont misé particulièrement sur l’éducation comme stratégie familiale de développement : il s’agit d’abord de certains grands propriétaires, qui tiennent à envoyer tous leurs enfants à l’école, même les filles. C’est ainsi que la lignée dominante des Vokkaligas Tundageriamma, qui forme 36 % de la population, représente 50 % des diplômes supérieurs ou égaux au SSLC (brevet). L’autre groupe est celui des Harijans, qui profitent des facilités matérielles et financières qui leur sont octroyées par l’administration pour l’école, et par la suite des réservations de places pour les étudiants en université et en foyer.

48Cependant, toute cette population scolarisée demeure au village, puisque même les premières années universitaires peuvent se faire à Mandya, facilement accessible en autocar. Ce n’est qu’ensuite, quand ce capital qu’est l’éducation exigera pour pouvoir fructifier un environnement urbain, qu’on partira pour une plus grande ville. C’est ainsi que ce jeune Modaliar, immigré tamoul, comptable dans une usine de la banlieue de Bangalore, ne rentre à Mottahalli que tous les mois pour aider et revoir sa mère qui vit seule.

49Ce phénomène connaît, à diplômes égaux, une fréquence variable selon les castes : les Vokkaligas émigrent moins que les autres groupes. A cela, trois raisons sans doute : en premier lieu, les Vokkaligas possèdent plus de terres que la moyenne, et il est tentant, même pour un PUC (bachelier), de rester sur l’exploitation afin de faire profiter de ses connaissances une agriculture qui est de plus en plus commerciale et où les contacts avec le monde politique ou urbain se révèlent fort payants. En second lieu, cette importante propriété foncière permet à certains jeunes peu entreprenants de rester au village, théoriquement pour superviser l’agriculture, en fait pour jouir d’un statut de « fils à papa ». Enfin, les mentalités propres à chaque caste font que le Vokkaliga, on l’a dit, se sent avant tout un agriculteur. Le lien qui l’attache à la terre n’est pas seulement économique, il est aussi sentimental et religieux. Rien de comparable chez les autres castes, bien plus ouvertes à la diversification, et donc prêtes à tenter leur chance à la ville, surtout si le migrant potentiel est lui-même fils d’immigré, ou s’il appartient à la caste Harijan qui, méprisée au village, n’a pas grand-chose à perdre en tentant de se fondre dans le (très relatif) anonymat urbain.

50Mottahalli connaît donc un solde migratoire largement positif. C’est l’immigration qui domine largement, une immigration sans laquelle l’économie agricole locale ne pourrait fonctionner. Elle profite avant tout aux employeurs et propriétaires de terres irriguées, en fournissant une main-d’œuvre bon marché. Mais elle fournit aussi aux coolies un revenu qui est important par rapport à la terrible situation des ouvriers agricoles en zones non irriguées. Certes, dans un tel système, les immigrés ne peuvent s’enrichir, et il est impossible que l’on assiste à court terme au « rééquilibrage » entre région de départ et région d’arrivée que décrit le modèle optimiste de Lewis (1961). Exploités, les immigrés ? Sans doute. N’empêche qu’ils immigrent.

Mayagonahalli et Naragalu, villages secs : l’émigration vers la ville

  • 12 On a choisi d’étudier ces deux villages limitrophes à la fois, afin de couvrir une population qui (...)

51Quittons Mottahalli et son canal. A quelques kilomètres au nord-ouest de Mandya, on entre dans une zone qui de février à avril frappe particulièrement par son aridité, l’irrigation par canal y étant absente. Certes, celle-ci se trouve prévue pour un avenir proche dans le cadre de l’utilisation de la rivière Hemavati. Mais au-delà de la petite ville de Nagamangala (14 000 h), le projet n’apportera aucune irrigation. A 11 km de la ville, Mayagonahalli (570 h) et Naragalu (547 h) demeureront des villages secs12 (fig. 7).

Nécessité d’un revenu complémentaire à l’agriculture pluviale

  • 13 La densité de la partie rurale du taluk de Nagamangala est de 136 h/km2 (1981). Il est vrai que po (...)

52Sans le secours de l’irrigation par canal, on ne peut compter que sur les précipitations. Or celles-ci sont encore moindres qu’à Mottahalli (751 mm), et ce n’est pas le petit étang de Naragalu, irriguant chichement 3 hectares, qui peut compenser les irrégularités climatiques : le coefficient de variabilité interannuelle frôle les 30 %, comme dans le Sahel africain (Petit 1988). Tout cela alors que les densités de population supportées par les deux finages s’élèvent à 168 h/km213. En outre, à Naragalu, la moitié du finage est occupée par un inselberg granitique, donc inculte.

53Le calendrier des précipitations, bimodal, connaît deux maxima en mai et octobre : de quoi parfois faire une récolte de sorgho (Jola, Sorghum vulgare) suivie de « grain de cheval » (huruli, Dolichos bifloras), cette séquence culturale couvrant 10 % de la surface cultivée à Mayagonahalli et Naragalu. Mais l’essentiel est consacré à l’éleusine (63 %) en une seule récolte moissonnée en décembre-janvier, avec des rendements dépassant rarement les 10 q/ha et se réduisant parfois à une charrette de paille. Heureusement, une évolution récente est venue atténuer les aléas de l’agriculture pluviale traditionnelle, quoique dans une proportion bien moindre que l’irrigation de Mottahalli. Il s’agit en premier lieu de l’extension des cocoteraies depuis 30 ans (officiellement 12 % de la surface cultivée, chiffre sans doute sous-estimé). La noix de coco, vendue tout juste à maturation, représente un revenu d’appoint intéressant pour le petit cultivateur, et tous les paysans de Mayagonahalli et de Naragalu possèdent au moins un ou deux arbres. Le problème est que le cocotier ne rapporte beaucoup que si la noix est stockée toute une année afin qu’elle devienne copra : une spéculation que les pauvres ne peuvent se permettre.

Figure 7. Mayagonahalli et Naragalu : carte de situation

54Mais au moins la cocoteraie reste-t-elle pluviale et n’est-elle presque jamais irriguée à Mayagonahalli et Naragalu, à l’inverse d’une deuxième ressource apparue en 1978 : la sériciculture, élevage du ver à soie. Moins de 2 % de la surface cultivée est en mûrier, variété améliorée, car cette culture, la plus rentable de toutes, nécessite une irrigation. Or seulement 14 exploitations possèdent des pompes électriques, à peine davantage ont des motopompes. Les plus pauvres ne peuvent se lancer dans cette activité ; le seul bénéfice qu’ils peuvent espérer en tirer réside dans l’augmentation de l’offre de travail (nourrir les vers nécessite énormément de main-d’œuvre). Mais vu la faiblesse des superficies en mûrier, la sériciculture ne procure que 6 % de l’emploi agricole total, contre 55 % pour l’éleusine et 19 % pour les cocotiers (fig. 8).

Les travaux effectués par la main-d’œuvre familiale autant que salariée sont inclus. On a exclu les travaux liés aux soins du bétail.
Figure 8. Calendrier des jours de travail disponibles, par sexe et par mois, à Mayagonahalli et Naragalu

  • 14 La taille moyenne des exploitations est de 1,2 ha à Naragalu, et de 2,2 ha à Mayagonahalli, villag (...)

55Or, si l’on ne compte aucun sans-terre dans les deux noyaux villageois, 66 % des propriétaires ont cependant moins de 2 ha14. C’est pourquoi, les rendements étant faibles, 73 % de la population doit avoir un revenu complémentaire. Le problème est que les chiffres absolus des potentialités d’emploi agricole à Mayagonahalli et Naragalu se révèlent extrêmement bas. Le calendrier agricole, avec son creux accentué au cœur de la saison sèche et l’inégalité en matière d’emploi féminin, donne moins de 50 jours de travail par an à chaque actif, y compris la main-d’œuvre familiale non salariée (les travaux liés à l’élevage n’ont toutefois pas été recensés). Et tout cela quand les gages de la moisson sont de 5 à 8 Rs pour un jour complet de travail, sans repas donné par l’employeur. (A Mottahalli, on donne 8 kg de paddy en nature, soit 16 Rs environ, et toujours au moins un repas.)

56La conjonction de ces éléments fait que le salariat agricole est loin de pouvoir nourrir toute la population. Et les autres sources de revenu locales sont extrêmement limitées. Une diversification économique ? Quelques paysans font de l’embouche avec un ou deux boeufs, d’autres sont menuisiers à temps partiel ou ouvrent un café au bord de la route, mais tout cela ne concerne que quelques individus. L’élevage laitier ne fait que commencer. Le manque de capitaux et d’initiatives individuelles, la faible attraction de la ville de Nagamangala, le caractère économiquement « attardé » (backward) de la région n’encouragent guère une telle diversification. Le salariat non agricole ? Les possibilités d’emploi temporaire par l’intermédiaire d’entrepreneurs en travaux publics ou dans la construction de puits privés sont peu nombreuses, et y travailler est mal considéré par la fière société paysanne.

57Conséquence de tout cela (mais aussi peut-être cause partielle), l’émigration se révèle un complément indispensable à la survie des exploitations. On verra qu’ainsi elle contribue paradoxalement à fixer la population, puisque chaque maisonnée « délègue » un individu, voire un segment de la famille, pour ne pas avoir à émigrer tout entière. (Nous laissons l’étude des migrations matrimoniales pour la fin.)

L’exception : l’immigration aux deux « Portes »

58Commençons par le non-représentatif. Alors que les deux noyaux villageois sont situés tous les deux à 500 m de la route goudronnée, il existe au droit de chacun d’eux, sur la route, deux établissements récents appelés « portes » (gates : le mot anglais est usité) caractérisés par d’importantes singularités. (C’est pourquoi les données chiffrées ci-dessus ne les concernaient pas.) Le premier d’entre eux, la « Porte de Mayagonahalli », est spontané, et a connu, comme le montre la figure 9, une croissance foudroyante en 30 ans. Alors que la « situation » générale est peu attractive, le « site » de carrefour l’est beaucoup, puisque doté d’un arrêt d’autocars et par la suite de nombreux cafés tenus par des habitants de Mayagonahalli et de Naragalu.

59Excepté une maisonnée qui déménagea de Naragalu pour s’installer ici, toutes les neuf familles résidentes sont immigrées : pour la plupart des artisans originaires de villages voisins, attirés aussi bien par le site que par les déficiences en artisans de Mayagonahalli et Naragalu (aucun potier ni barbier n’y vivent) alors que leurs villages de départ en connaissaient souvent pléthore. Cette situation a déjà été rencontrée à Mottahalli : elle est provoquée par les rigidités en matière d’emploi engendrées par le système des castes, rigidités économiques qui engendrent une mobilité spatiale.

  • 15 Scheduled Castes/Scheduled Tribes : dans le vocabulaire administratif en vigueur sc désigne les «  (...)
  • 16 Nom générique définissant un ensemble de castes Harijan originaires du Karnataka.

60En tant qu’artisans immigrés, la plupart sont sans terre. Il en est de même pour la moitié des habitants de l’autre Porte, celle de Kenchegonahalli. Ce lotissement, créé en 1971 par l’administration, ressemble à la Garibi Colony de Mottahalli : même don de lopins pour que des familles défavorisées (ici des SC/ST15) puissent se bâtir une maison, mêmes prêts ou dons de matériaux. Dix maisonnées Adi Karnataka16 sont des transfuges du quartier intouchable de Naragalu, trop congestionné ; mais toutes les autres sont immigrées : Adi Karnatakas, Budubudukes (mendiants et diseurs de bonne aventure) et Idigas (fabricants de toddy, alcool de palme), toutes castes habituées à une certaine mobilité du fait de leur métier traditionnel, issues pour la plupart des environs immédiats de Nagamangala, certaines même de la banlieue de cette ville. Cette immigration n’est guère spontanée, mais elle est un bon exemple des mesures prises par l’administration pour tenter d’endiguer, voire même d’inverser un éventuel mouvement vers les villes. Elle explique en partie Passez fort pourcentage de SC/ST dans la population de Mayagonahalli et de Naragalu : 12 %, contre 69 % de Vokkaligas (et 7 % de Kurubas, caste de bergers à l’origine).

Figure 9. La Porte de Mayagonahalli et sa croissance de 1960 à 1990

Un mode de vie, l’émigration

61Revenons désormais aux deux noyaux villageois. Promenons-nous dans les ruelles étroites de Naragalu le jour de la fête du dieu Borappa, en mars. Le soir, on jouera des scènes du Mahabharata. Nous croisons des jeunes gens dont les habits colorés de citadins, les montres voyantes et les lunettes noires de stars de cinéma tranchent avec l’allure habituelle des villageois. On peut alors avoir visuellement une idée de l’importance de l’émigration à Mayagonahalli et Naragalu. Car tous ces hommes, parfois un peu hâbleurs, entourés souvent de leur femme au sari rutilant et de leurs enfants, ce sont les émigrés de retour le temps de la fête – du moins ceux qui veulent montrer qu’ils ont « réussi ». Seules 20 % des maisonnées n’ont pas un représentant des générations vivantes qui ait, ou qui soit, émigré. Sur 100 maisonnées recensées, on a compté 86 hommes actuellement à l’extérieur, sans compter les propres familles nucléaires de ceux-ci. Au total, un sixième de la population des villages est émigrée. A Mayagonahalli et Naragalu, on vit avec l’émigration, elle fait partie du cycle de vie normal pour un homme. Et tous les villages des environs connaissent une situation semblable : les destinations et les emplois changent, mais partout l’on émigre.

62On n’émigre ni saisonnièrement, ni définitivement, contrairement aux migrants qu’on trouve à Mottahalli. Certes, il existe des exceptions, mais le cas général est représenté par une migration de quelques années : 3, 4, 10 ans. Moins, c’est souvent parce que la migration s’est soldée par un échec. Davantage, c’est parce qu’elle a donné un emploi et une situation remarquables. On a donc affaire à des migrations « temporaires », avec des retours non calqués sur les périodes des travaux agricoles, à tel point que, ironie de cette région au solde migratoire si négatif, des déficits de main-d’œuvre existent en janvier et février ! (La question est de savoir si ce manque d’ouvriers agricoles est véritablement engendré par l’émigration. Il n’est sans doute qu’aggravé par elle, et procède plutôt des caractéristiques propres à l’agriculture tropicale dépendant de pluies rares en quantité et dans le temps, où tout étalement du travail est impossible.)

Émigrer pour quoi ? Filières et circuits migratoires

63Toutes ces migrations sont à de rares exceptions près tournées vers les villes, et le plus souvent des grandes villes. Aucune occurrence de mouvements comme ceux dirigés vers la campagne qui viennent approvisionner en main-d’œuvre les moulins à canne de Mottahalli : pourtant les ouvriers de ceux-ci proviennent de régions fort semblables à celle de Mayagonahalli et Naragalu. On a rencontré un seul migrant saisonnier qui parte dans la zone irriguée de Mandya, près de Mottahalli, participer aux travaux de la riziculture chez des parents. Mais même dans ce cas il ne s’agissait pas de canne à sucre. « Nous, on ne sait pas couper la canne. Nous, on ne connaît personne là-bas... ». Partir à Mandya n’est pas une tradition, la migration manquerait des assurances nécessaires : on n’ira donc pas.

  • 17 L’enquête concerna 50 % des maisonnées.

64Sur les 148 destinations des migrations passées ou présentes qui furent recensées17, 16 mentionnaient Bombay (à un millier de kilomètres de là !), 18 Ooty (Tamilnad), 25 Bhadravati, et 55 (37 % des réponses) Bangalore, à 120 km. La figure 10 montre que les migrants « sautent » la ville de Nagamangala, certes petite mais toute proche (on n’a même pas compté un travailleur pendulaire), sautent Mandya à 50 km (2 migrants seulement), sautent Mysore et ses 650 000 habitants à 90 km de là (2 migrants), pour aller directement à Bangalore ou Bombay. Pas question ici de « migrations par étapes » (step migrations), où le migrant passe de ville en ville en partant de la petite localité proche de son village pour arriver finalement à la lointaine métropole. Mais ce qui apparaît ici comme de l’audace (quitter Naragalu et débarquer à Bombay...) n’est en fait que le résultat de connections bien établies entre ces villes et le village. Et l’on ne peut que souligner combien ne s’appliquent pas ici deux des lois de Ravenstein (1889) : selon l’une d’elles en effet, la distance dissuade de migrer. Or, à Mayagonahalli et Naragalu, c’est l’inconnu qui retient, non l’éloignement. Selon l’autre, la migration se fait par étapes vers des villes de plus en plus grandes. Mais ici, on part directement vers les métropoles, sans aucun séjour à Nagamangala ou Mandya.

Enquête concernant 50 % des maisonnées. Le nombre des migrants est proportionnel à la base des flèches, non à leur volume.
Figure 10
L’émigration masculine à Mayagonahalli et Naragalu

65Le rôle de ces liens est visible également dans les types d’emplois des émigrés. Sur les 148 cas, il y a 30 cas de fonctionnaires. Fonctionnaire... le rêve de tous les migrants par la qualité des salaires, la garantie de l’emploi ainsi que les systèmes de retraite qui y sont attachés. Ils sont secrétaires aussi bien que concierges, militaires ou cantonniers. Douze migrants travaillent en outre dans le secteur public industriel, et notamment dans la sidérurgie de Bhadravati : pour eux aussi, de nombreux avantages sociaux, dont le logement dans des cités ouvrières.

66On compte aussi 27 emplois dans l’agriculture, mais tous, à l’exception des cas de villageois qui ont été adoptés jeunes par des familles sans fils des environs, ont trait à l’environnement urbain : jardiniers affectés aux bungalows des hauts gradés britanniques puis indiens à Ooty, paysans qui ont acheté de la terre irriguée près de Bhadravati après des années passées comme ouvriers sidérurgiques.

67Citons également les sept chauffeurs de poids-lourds, de bus ou d’automobiles, et autres conducteurs d’autorickshaws (petits taxis), avant d’aborder le groupe le plus important, celui des 33 employés dans des cafés ou restaurants (hotels en anglais de l’Inde, mot transformé en kannada en otelu). Ceux-ci ont des situations variables selon qu’ils sont balayeurs, serveurs ou cuisiniers, mais tous en général ont le gîte (ils dorment par terre dans la salle commune) et le couvert assurés en plus de leur salaire. Les gages d’un serveur par exemple, tournent autour de 500 Rs/mois à Bangalore, 600 ou 700 Rs à Bombay, à quoi il faut ajouter les pourboires. Au total, des salaires nettement supérieurs à ceux de Nagamangala (300 Rs), ce qui est une des raisons pour lesquelles il n’y a pas de serveur employé dans cette ville. (L’autre raison tient aux tabous sur la nourriture : nettoyer les reliefs d’un repas ou desservir est considéré comme souillant. On a moins honte de le faire devant des inconnus à Bombay que devant des amis à Nagamangala. D’autre part et inversement, il est mal vu dans l’Inde puritaine de fréquenter des bars : les clients à Nagamangala n’aimeraient pas retrouver comme barman un voisin de Naragalu qui irait ensuite colporter des ragots sur leur compte.)

68Le problème est que beaucoup ne sont que balayeurs, et gagnent presque deux fois moins que les serveurs. A Bombay, résultat de 15 années d’émigration, Tammaiah, un Kuruba de Naragalu gagnait avant de rentrer au village jusqu’à 1000 Rs par mois en vendant dans la rue bajis (beignets de pommes de terre et d’oignons) et idlis (pâte de riz cuite à la vapeur) dans une boutique ambulante. Mais il était à son propre compte, et devait donc payer chaque mois 25 Rs de bakchich à un fonctionnaire de la City Corporation, 100 Rs à cette même Corporation (légalement cette fois, mais il n’obtint des reçus que la dernière année), et des idlis gratuits à un gang de dada-giris (racketteurs) qui lui extorquait en outre 150 Rs lors de la fête du dieu Ganapati.

69Et Tammaiah a mis 15 ans pour trouver ce travail ! Son père avait 1,8 ha, dont la moitié très peu fertile. C’était peu pour deux fils. Aussi à 23 ans, Tammaiah, l’aîné, sauta-t-il dans un bus pour Bombay en compagnie d’un autre villageois qui travaillait déjà là-bas, sans prévenir ses parents qui auraient été affolés. Tammaiah fit toute la filière : au départ, il était plongeur et, raconte-t-il, pendant la vaisselle « lavait ses mains de larmes ». Il ne savait même pas parler marathi, la langue parlée à Bombay, ni l’hindi, qu’il apprit plus tard. Puis, après un séjour à Bangalore comme gérant d’une boutique de rationnement, il revint à Bombay comme serveur avec 500 Rs de gages mensuels et 5 ou 10 Rs de pourboire quotidien, ce qui lui permit d’économiser 500 Rs par mois, et par la suite de se lancer dans cette vente de snacks, couronnement de la migration.

70La filière de la restauration est relativement bien balisée : jeune et célibataire en général, qualifié jamais, le migrant quitte son village pour Bombay ou Bangalore, un ami ou voisin qui travaillait là-bas lui ayant trouvé un emploi de balayeur dans un restaurant. S’il supporte les cadences et cet emploi dégradant, s’il sait se faire des amis, il pourra devenir serveur, d’abord dans un établissement proche du sordide, puis dans des restaurants ou bars de luxe. Une promotion, et il sera chargé de moudre la farine à dosai. Le but suprême : devenir cuisinier.

71Une autre filière bien tracée est celle des transports : selon le même principe, on devient d’abord balayeur dans un dépôt d’autocars (moyen de transport favori de l’Inde du Sud). Puis une place d’aide-chauffeur est disponible : avec un peu de chance ou d’argent, le conducteur enseigne au migrant comment piloter, et si celui-ci connaît un fonctionnaire à la Transport Corporation il pourra vite obtenir son permis de conduire. Quelques années de plus et il sera peut-être conducteur titulaire.

72L’existence de telles filières, reconnues et parcourues régulièrement, ont un effet incitatif au départ. D. Mehta (in Joshi 1987 : 57) distingue deux étapes dans la décision de migrer : d’abord, une évaluation des besoins, d’après laquelle on peut envisager de partir. Mais ensuite, une évaluation des lieux d’arrivée possibles est nécessaire. Or cette seconde étape est immédiate à Naragalu, tant les lieux d’émigration sont balisés ; aussi une simple réponse favorable à la première question décidera-t-elle du départ.

73Ces filières, circuits économiques empruntés par l’émigré avec plus ou moins de succès, sont aussi des circuits géographiques. Bien que réalisé sur des effectifs trop petits pour ne pas devoir être considéré avec précaution, le tableau ci-dessous, portant sur les émigrants des deux villages employés dans la restauration, montre de nettes corrélations spatiales :

Tableau 3. Émigrants de Naragalu et de Mayagonahalli employés dans la restauration

Émigrants provenant de

allant à Bombay
( %)

allant à Bangalore
( %)

Naragalu

66

27

Mayagonahalli

12

70

  • 18 Vingt personnes d’un village tribal voisin de Mayagonahalli et Naragalu ont été arrêtées en 1990 p (...)

74Partant de Naragalu, la filière conduit plutôt à Bombay, tandis qu’elle va à Bangalore au départ de Mayagonahalli. Il en va de même pour les ouvriers d’industrie : à Mayagonahalli, 86 % d’entre eux vont à Bhadravati. A Naragalu, cette ville n’en reçoit que 36 %, car ici le circuit principal conduit aux industries de Bangalore18. Chaque village a ses directions préférentielles et ignore d’autres circuits potentiels : alors qu’on est seulement à quelques dizaines de kilomètres d’une zone irriguée majeure du sud de l’Inde, il n’y a qu’un cas isolé de migration vers la région de Mottahalli. Alors que les paysans pauvres du district voisin de Hassan émigrent en masse dans les plantations caféières des Ghâts, dans les conditions décrites plus loin par B.N. Shivalingappa, personne dans la région de Nagamangala n’y part, saisonnièrement ou non, à l’exception chaque hiver d’un habitant de Naragalu : c’est qu’il est né dans un village éloigné, à tradition migratoire « caféière » et où il a gardé des contacts, même après avoir été adopté à Naragalu.

75La rigidité de ces destinations explique que, si l’on suit d’est en ouest la route qui va de Nagamangala à Shravana Belgola, on puisse noter une tendance : parmi les 28 villages qui bordent cette route, ceux qui sont les plus à l’est migrent davantage vers Bangalore, et plus vers Bombay ceux à l’ouest (fig. 11).

  • 19 Ce qui n’est pas forcément à leur désavantage : sur ces sept émigrés, cinq avaient trouvé un emplo (...)

76La migration est un mouvement trop dangereux pour tolérer la solitude. Même si l’on est seul dans l’autocar qui emmène à Bangalore, l’important est que là-bas attendent des amis ou parents qui puissent apporter aide, connaissances et relations. Certes, cette présence ne doit pas être exagérée : aucune association de natifs du district de Mandya ne semble exister dans aucune des grandes villes de destination, et l’on n’a pas comme au Gujarat de villes agissant comme une « antenne villageoise » (Dupont 1990). Mais suivre les voies tracées demeure nécessaire. Mieux encore : il est inconvenant de partir à l’aventure, seul, sans contacts préalables, comme un fuyard. Or l’échelle où se pratiquent le mieux les liens d’amitié et de solidarité est celle du village. C’est pourquoi cette segmentation des champs migratoires est avant tout villageoise. Dans le détail toutefois, elle correspond aussi à la répartition par caste. Ainsi, il est frappant que dans la Porte de Kenchegonahalli, qui se trouve sur le territoire de Naragalu et dont la moitié des habitants est originaire de ce même Naragalu remarquable pour ses migrations vers Bombay, pas un des neuf émigrés SC/ST ne soit parti justement pour Bombay. Ces castes considérées comme intouchables connaissent des destinations différentes de la caste dominante des Vokkaligas. La ségrégation spatiale des SC/ST visible au village, s’imprime également dans les circuits migratoires19.

Figure 11. Émigration vers Bangalore et Bombay au départ des villages de la route de Shravana Belgola à Nagamangala

77L’arbitraire apparent de ces destinations s’explique par les hasards de la première migration, d’un pionnier dont parfois on a oublié le nom, l’époque ou l’origine, mais qui sans le savoir a ouvert des circuits qui se sont maintenus jusqu’à aujourd’hui. Le premier villageois à être parti à Bombay est Bore Gowda, un Kuruba de Naragalu. Mais il ne fut pas un pionnier à proprement parler, puisque c’est en ayant travaillé sur le chantier du barrage de Lokavalli sur la Tungabhadra avec des ouvriers qui connaissaient Bombay et qui provenaient eux-mêmes de villages à l’ouest de Naragalu, qu’il se décida à tenter sa chance dans la métropole, en 1943. Quant au premier à être parti à Ooty, Shivanna, c’est en 1945, à la suite de mauvaises pluies, qu’il a suivi avec quelques autres un recruteur de l’armée, pour aller travailler dans une usine de fusils à Ooty. En 1947, il devint trayeur de vaches pour la caserne. Transféré à Belgaum, puis à Pune et Bangalore, il en a gardé aujourd’hui une retraite de 600 Rs/mois et un certain prestige de savoir prononcer « Good morning ». Là encore, bien que forcée par les mauvaises récoltes, cette migration ne s’est pas faite au hasard : elle était encadrée (par un recruteur) et en groupe. De telles histoires nous donnent en outre des indications chronologiques : les migrations ont commencé à prendre de l’ampleur pendant et après la Seconde Guerre mondiale, alors que la croissance démographique accentuait la faim de terres au village.

Qui émigre ? Caractéristiques des migrants

  • 20 Les effectifs indiqués sont à considérer en valeur relative, car certains questionnaires n’étaient (...)

78Ces émigrés sont tous des hommes, et des hommes jeunes, comme le montre ci-dessous la structure par âge des émigrés des deux villages actuellement à l'extérieur20.

79Quatre-vingt-cinq pour cent des émigrés ont moins de 30 ans. Les plus jeunes ont 11 ou 12 ans, enfants partis en général non pour gagner un salaire, mais pour poursuivre leur scolarité chez un parent qui puisse plus facilement subvenir à leurs besoins. Aucun émigré de plus de 50 ans n’a été recensé. Pourtant, les migrations vers la ville sont un phénomène notable depuis les années 1940. Une telle absence peut venir des défauts de l’enquête, puisque les enfants éventuels de ces émigrés âgés demeurent probablement en ville avec eux, et que leurs parents sont souvent morts, d’où une impossibilité de les recenser au village. Mais il n’empêche que cette absence incite à penser que les retours des émigrés au seuil de la vieillesse sont nombreux.

Tableau 4. Structure par âge des émigrés de Mayagonahalli et Naragalu

≤20 ans

21-30 ans

31-40 ans

41-50 ans

> 50 ans

15 pers.

18

4

2

0

  • 21 On ordonne en Inde les classes en standards, le premier d’entre eux correspondant à la première an (...)

80Ces émigrés sont d’autre part largement éduqués. Selon le recensement de 1981, le pourcentage de population sachant lire et écrire à Mayagonahalli et Naragalu était respectivement de 55 % et 51 % pour les hommes (et 9 et 18 % pour les femmes). Or la population émigrée est plus favorisée, comme on le constate ci-dessous21.

Tableau 5. Niveau d’éducation des émigrés de Mayagonahalli et Naragalu

Tableau 5. Niveau d’éducation des émigrés de Mayagonahalli et Naragalu
  • 22 Cependant, B. Dasgupta (1976) trouvait un taux de 42 % dans une enquête sur les émigrés ruraux qui (...)

81Si l’on admet que toutes les personnes sortant de l’école primaire savent lire et écrire (ce qui n’est pas toujours le cas), on obtient un taux d’analphabétisme extrêmement bas pour la population émigrée : 20 % au lieu de 47 % pour la population totale masculine des deux villages22. L’émigration, qui jusque-là apparaissait comme due à la misère – ce qu’elle est – se montre cependant comme un mouvement sélectif, rejetant les analphabètes et n’autorisant que les individus un tant soit peu scolarisés à partir. Ce ne sont pas les moins qualifiés qui partent, comme les immigrés de Mottahalli, ce sont ceux pour qui l’émigration permettra de faire fructifier leur (léger !) capital éducatif. Une destination rurale comme Mottahalli n’est pas considérée comme difficile pour des analphabètes, alors que le milieu urbain fait peur. Partent non seulement les titulaires du brevet (SSLC) ou du baccalauréat (PUC), comme à Mottahalli à la recherche d’emplois qualifiés, mais aussi émigrent ceux qui sont suffisamment alphabétisés pour ne pas être perdus à Bangalore, pour faire une addition dans un restaurant à Bhadravati ou apprendre rapidement le marathi à Bombay. Typique peut être considérée cette famille de Naragalu où le fils aîné, analphabète (comme beaucoup de fils aînés), aide son père à maintenir l’exploitation de 1,2 ha tandis que le cadet, qui a passé le SSLC, est conducteur d’autorickshaw à Bangalore avec le benjamin, domestique d’un ministre et gagnant 800 Rs/mois.

82Cette situation, qui n’est pas rare en Inde (Ramachandran, in Racine 1989) existe aussi à l’échelle du taluk. Quarante et un pour cent des hommes de la partie rurale du taluk de Nagamangala, qui inclut Mayagonahalli et Naragalu, savent lire et écrire. Avec 37 %, le taux est inférieur dans la partie rurale du taluk irrigué de Mandya (incluant Mottahalli, qui en compte pour sa part seulement 31 %). Cela signifie que la zone d’immigration a un taux d’analphabétisme supérieur à celui de la zone d’émigration. A cela, trois explications possibles : la première, le hasard, qui importe toujours. La seconde : les immigrants définitifs arrivés à Mottahalli sont analphabètes pour la plupart. Troisième explication, l’émigration incite à la scolarisation : pour avoir des chances de réussir sa migration, il faut savoir lire et écrire, aussi accorde-t-on de l’importance à l’école. Au contraire, à Mottahalli, l’agriculture suffit à faire vivre les habitants qui voient moins la nécessité d’une diversification, et partant de la scolarisation. Une preuve en est que les femmes, qui n’émigrent jamais à la recherche d’un emploi, savent aussi peu lire et écrire dans le taluk rural de Nagamangala que dans celui de Mandya (15 % et 17 %).

83Dernière caractéristique, la plus frappante, de ces migrants : leur situation face à la terre. Si l’on ne considère que les exploitations comprenant des émigrés, le rapport entre la superficie en hectares du patrimoine foncier et le nombre de fils héritiers (y compris le migrant) est à Mayagonahalli et Naragalu de 0,84, ce qui est insuffisant pour faire vivre une famille même petite. On comprend qu’il y ait émigration d’au moins un des fils. Mais ce taux est tout de même supérieur à la moyenne pour l’ensemble de la population des deux villages : 0,63 ha par fils ! Alors que la taille moyenne des exploitations s’élève à Mayagonahalli et Naragalu à 1,6 ha, celle des émigrés est de 2,24 ha ! Les émigrés sont paradoxalement plus riches en terre que les autres. D’abord, et c’est peut-être la principale raison, parce qu’ils sont dans certains cas des fils de gros propriétaires étant partis poursuivre leurs études à la ville. Ensuite parce que la faim de terre n’est pas une cause suffisante de migration : presque tous les villageois en manquent, mais les plus pauvres émigrent proportionnellement moins que les autres. On part parce qu’on manque de terre, mais en deçà d’un certain seuil il n’est même plus possible de partir. « L’immobilité est fréquemment la conséquence d’une extrême pauvreté. » (Dasgupta 1976 : 18.) On reviendra sur cet enracinement relatif. Disons dès maintenant qu’il se manifeste parce que les plus défavorisés sont davantage analphabètes, parce qu’ils ont peur de quitter leur village où règne malgré tout une certaine sécurité, parce qu’ils sont parfois liés par des dettes, mais aussi en raison de la taille de leur famille : en effet, à Mayagonahalli et Naragalu on ne part que rarement en abandonnant sa terre derrière soi. Or, en raison de la petitesse de leur exploitation, les plus pauvres vivent en famille nucléaire et jamais en famille indivise (Joint family). D’où des départs plus difficiles.

L’émigré et son village

84Les arrangements entre le migrant et sa famille sont rarement formels et jamais définitifs. En ce qui concerne la terre, il importe, on l’a dit, qu’elle ne sorte pas de la famille. Seuls 13 % des migrants ont vendu leur terre, mais parfois à un parent proche, même à un frère qui vivait séparément. Six pour cent la laissent en jachère, parce qu’elle est peu cultivable, ou parce qu’ils envisagent un retour rapide. Vingt-neuf pour cent la donnent en faire-valoir indirect, là encore bien souvent à un parent proche (cela est cependant interdit par la réforme agraire de 1974). Mais la majorité des cas (52 %) correspond au migrant vivant dans la même maisonnée que son père ou son frère, et qui leur confie sa part de terre. Ceci explique que 60 % des personnes n’ayant jamais migré soient fils uniques. Tammaiah, quand il était à Bombay, avait laissé sa terre à son frère. Mais celui-ci partit le rejoindre un mois de mars, sans prévenir. Alors il le força à rentrer à Naragalu, parce que « les premières pluies allaient venir et que personne ne serait là pour cultiver les terres de notre village natal ». Que des frères « se passent le relais » de la migration arrive parfois, mais presque jamais la terre n’est abandonnée. Les parents du migrant qui restent sur place ont charge de lui donner quand il vient leur rendre visite un pourcentage de la récolte théoriquement proportionnel à sa part de propriété. Mais si l’émigré est riche, s’il a fortement distendu les liens qui l’attachaient à sa famille demeurée au village, ou si les rendements ont été mauvais, ce pourcentage peut être nul (33 % des cas).

85D’autre part, il existe dans ce groupe majoritaire les cas où le migrant laisse la terre à sa femme ou à un vieillard, qui devra cultiver grâce à l’entraide de voisins ou parents, voire en engageant des coolies. Ainsi, le fils du vieil Alisandra vit à Bangalore où il gagne 800 Rs comme employé dans les travaux publics. Alisandra est trop faible pour cultiver leur petit hectare, mais plutôt que de renoncer à cette migration il trouve plus rentable de devoir employer des journaliers pour labourer (il ne possède pas d’attelage et doit donc payer 25 Rs par jour un ouvrier agricole qui vient avec ses bœufs). Concilier propriété foncière et migration est ardu : mais il est essentiel pour les villageois de conserver la terre, si caillouteuse qu’elle soit, car elle représente une assurance, et demeure un espoir. Espoir que de patrimoine elle devienne capital productif. Espoir d’y planter des cocotiers, d’y creuser un puits pour peu que l’émigration rapporte. Peut-être même espoir plus fou que l’irrigation par l’Hemavati atteigne un jour ses champs. Sentimental, l’attachement à la terre ? Pas seulement.

86Le migrant fait des visites à fréquences très variables au village. S’il est célibataire et vit à Bangalore, il peut rentrer une fois par mois. Mais s’il travaille plus loin, à Bombay, ou s’il a sa famille sur le lieu de migration, il ne vient qu’une ou deux fois par an, parfois moins, pour célébrer en famille les fêtes locales. C’est lors de ces visites qu’il prend éventuellement du grain. C’est alors aussi qu’il peut donner de l’argent économisé sur son salaire à sa famille, en plus de ce qu’il a pu envoyer sous forme de mandats.

  • 23 On ne remarque pas, comme l’a fait A.S. Oberai (1983) au Punjab, que les émigrés les plus pauvres (...)

87De l’argent, les émigrés mariés qui ont femme et enfants sur le lieu d’arrivée n’en donnent quasiment jamais. Quant aux autres, leurs parents restés sur place affirment qu’ils en envoient fort peu : un serveur de restaurant célibataire envoie 300 Rs au maximum (la moitié d’un salaire qui n’est pas amputé par le gîte et le couvert, gratuits), parfois rien. La moyenne pour les serveurs est de 100 Rs par mois, ce qui représente quand même 10 ou 15 jours de travail agricole au village. D’autre part, les montants sont sans doute sous-estimés : dans la bouche des émigrés (vantardise ?) ils s’élèvent parfois à 80 % des salaires des célibataires. Mais il est vrai que si beaucoup «migrent avec leurs pieds à la ville et leur cœur au village » (Majumdar 1978 : 167), nombre de migrants découvrant la civilisation urbaine cèdent rapidement aux coûteux plaisirs et turpitudes de la Ville. En tout cas, les envois ne sont jamais réguliers23.

88Cependant, l’envoi d’argent n’est pas la seule contribution apportée au village. On apporte aussi des vêtements de type urbain, une montre, une casquette de cricket, mais surtout, si le père est toujours vivant et que le patrimoine n’a pas été divisé, on contribue financièrement au mariage des frères et sœurs (celui des sœurs est particulièrement onéreux du fait de l’inflation en matière de dot). Une manière, comme l’envoi régulier de mandats, de témoigner son affection, mais aussi de montrer que l’on appartient toujours à la famille et que comme tel on aura des droits sur la propriété paternelle en cas de partage successoral. Manière aussi, en cas de dot somptueuse, d’obtenir un certain prestige parmi les villageois.

89Quel bilan financier tirer de tout cela ? Il est fort difficile de généraliser, tant varient les situations individuelles. Certains partis à Bombay, dans une ville véritablement étrangère, craquent nerveusement, et rentrent sans aucun bénéfice ; il y a même des cas de disparition complète de migrants dont on n’a plus de nouvelles. Pour d’autres, le bilan est plus mitigé. Pour de rares favorisés enfin, par chance mais sutout par mérite, courage et entêtement, la migration s’est traduite par un relatif enrichissement. Tammaiah estime avoir gagné « 100 000 Rs » (mais à quel prix !) en 15 ans de migration à Bangalore et Bombay : il a pu acheter six ares très bien irrigués par un étang voisin dont il a pu tirer – à l’en croire – cinq quintaux de paddy par récolte (avec parfois deux récoltes par an), 0,6 ha non irrigué de terres publiques obtenues de l’administration (darkhast), et deux pièces d’une grande maison (24 000 Rs), avec un lopin de terre, à la Porte de Mayagonahalli, qu’il donnera à louer. Il a pu planter 30 cocotiers, qui lorsqu’ils seront productifs donneront assez pour qu’il n’ait plus besoin de repartir à Bombay. Du moins le croyait-il. Mais après la naissance d’une quatrième fille en 1990, Tammaiah a dû se résoudre à quitter le village une fois de plus.

Migration, durée et qualification

90Classer les différents types d’émigration à Mayagonahalli et Naragalu peut être fait de deux façons. La première typologie sera construite selon la qualification du migrant :

  • Migration peu qualifiée, visant à soulager l’exploitation familiale de bouches à nourrir :gagner de l’argent à l’extérieur est à la limite moins important que de tenter d’équilibrer le budget domestique en lui ôtant un consommateur. « La rationalité de leur migration n’est pas fondée sur une stratégie de “maximisation” comme [Todaro (1976)] l’affirme, mais sur une stratégie de survie. » (Breman 1985 :219.) De telles migrations concernent maint homme de peine ou balayeur de restaurant, dont les gages sont maigres autant que l’épargne. « Mon père, dit l’un d’eux, m’a envoyé à Bombay à 10 ans travailler dans un café, parce que Vanavasa24 était venu pour nous. » Ce sont des départs individuels, de jeunes gens célibataires. De telles migrations peuvent ne durer que quelques mois ou quelques années, avec toujours une grande mobilité en matière d’employeur à l’intérieur de la même ville. Quand elles durent plus longtemps, elles correspondent alors à l’autre type :
  • Migrations qualifiées, visant véritablement à maximiser le revenu. Si l’on excepte les quelques départs de personnes diplômées qui deviendront cols blancs dans l’administration, ces mouvements concernent des villageois qui ont su acquérir une formation au cours d’une précédente migration du premier type. Ce sont donc des migrations par étapes (step migrations), qui témoignent d’un certain succès. Un Vokkaliga de Naragalu a ainsi commencé balayeur dans un restaurant de Bombay, puis est devenu caissier (il a son SSLC). Là-bas il apprit un peu d’anglais, et par différents contacts (et le déboursement de 20 000 Rs) obtint un emploi à Dubai où il vécut ensuite avec femme et enfants, jusqu’à son retour forcé en 1991 en raison de la guerre du Golfe. Il versait 500 Rs à sa famille avant son mariage, mais n’avait rien donné depuis. Comme il n’était pas rentré depuis 5 ans, sa famille au village ignorait même son emploi actuel à Dubaï. Cette migration, décision au départ collective visant à soulager l’exploitation (1,2 ha pour 3 fils et leurs parents), est devenue par la suite un mouvement pris à son compte par le migrant, et ne profitant plus directement qu’à lui seul. En cela, le fait d’appeler sa femme sur le lieu d’arrivée est un signe de réussite, un signe du passage du premier type de migration au second. Tous n’y parviennent pas, ainsi qu’en témoigne cet extrait de lettre d’un émigré marié, gardien à Bombay, mais dont la femme et les enfants ont dû rester chez ses beaux-parents à Bhadravati :

A ma mère respectée,
Votre cher fils demande votre bénédiction. Par la grâce de Dieu et la vôtre je vais bien. Je crois que vous allez bien aussi. Par votre lettre j’ai appris votre situation. Je n’ai pas envoyé d’argent, voilà d’où viennent vos problèmes. Si j’envoyais 150 Rs, cela n’arriverait pas. Je vais en envoyer 100 ou 200 par mois, promis, à partir de maintenant. Je ne suis pas encore capable de venir vous voir. Et je ne gagne pas assez pour louer une chambre à 250 Rs [pour loger femme et enfants]. Car tous les propriétaires demandent une caution de 8 000 Rs. Pourtant vous m’avez marié devant tout le village, selon les rites, et je ne veux pas souiller votre nom. C’est pourquoi en janvier j’emmènerai ma famille ici (...).

91Si l’on veut préciser la typologie, on peut en esquisser une autre selon la durée de migration :

  • Migrations de misère : ce sont les plus rares, celles provoquées par des crises brutales, comme la sécheresse de 1965-66. On part alors pour une courte durée, individuellement, et ce sont les seules occurrences où l’on prenne parfois un bus « au hasard », poussé par la faim, prêt à accepter tout emploi.
  • Migrations ciblées : pour réunir la somme nécessaire au mariage de sa sœur, pour construire une nouvelle maison, pour payer les traites de l’achat de la bufflesse laitière, un fils part deux ou trois ans pour un emploi en général peu qualifié. C’est ainsi que pour contribuer à payer les dettes de son père qui avait acheté à crédit 45 000 Rs de terre (0,8 ha), ce jeune Vokkaliga, après avoir échoué au SSLC, est parti faire la plonge dans un restaurant de Bombay, y gagne 300 Rs et rapporte environ 1 000 Rs à chacune de ses visites annuelles.

92Mais à supposer qu’il obtienne un meilleur emploi, il pourrait être tenté de rester. Il serait alors un exemple du troisième type de migration :

  • Migrations à long terme : ce sont les conducteurs d’autoricksaw, d’autocar, les serveurs de restaurant, les ouvriers de l’usine de Bhadravati... Leur relatif succès, la qualification qu’ils ont souvent acquise sur le tas, explique qu’ils puissent rester 10 ou 15 ans, voire toute leur vie à l’extérieur. Mais qu’un accident ou une grosse déception survienne, et ce long terme que le migrant prévoyait n’aura été qu’un court terme. Ici se pose le problème de la classification de ces migrations ex post. Quand le migrant quitte son village, a-t-il une idée exacte de la durée de son absence ? Et si oui, cette idée se vérifiera-t-elle dans les faits ? Des migrations ciblées, avec en tête le « mythe chéri du retour » (Dasgupta 1976 : 210), se sont en fait transformées en migrations définitives, soit en raison d’une situation aggravée pour la famille restée au village, soit du fait d’une promotion acquise par l’émigré qui l’a poussé à demeurer en ville.
  • Migrations définitives : le migrant ne rentrera jamais s’établir au village. Il est fonctionnaire, ou ouvrier dans la sidérurgie du secteur public, ou militaire. Sa famille vit avec lui, puisqu’il a un fort bon salaire, comme ce Vokkaliga analphabète qui commença simple maneuvre temporaire à la Régie d’électricité d’Ooty, puis fut titularisé pour travailler sur les lignes électriques et gagne maintenant 2 000 Rs/mois dans une ville voisine de Naragalu. Sans doute le plus bel exemple de promotion par l’émigration, si extraordinaire qu’il en est hélas exceptionnel.

93Ces deux derniers types de migration sont en général des migrations familiales, en raison de la sécurité qui les entoure. Au contraire, les deux premiers types de migration concernent des hommes seuls. Ceci explique qu’on ait à Mayagonahalli et Naragalu respectivement 1 027 et 1 079 femmes pour 1 000 hommes (1 045 dans la partie rurale du taluk de Nagamangala), alors que le village irrigué de Mottahalli, lieu d’immigration masculine, a un taux de 916 (934 pour le taluk rural de Mandya).

94Mais la majorité des émigrés retourne au village après leurs séjours en ville. Il peut s’agir de :

  • Retours forcés : fin d’un chantier de barrage (« quand les émigrés venaient nous rendre visite, ils se pavanaient dans leurs vêtements neufs. Mais quand le chantier a fermé, ils sont redevenus pauvres comme nous ! ») ou problèmes politiques, comme ces mouvements xénophobes des « Fils du Sol » (Weiner 1988) à Bombay en 1974 qui ont forcé ce Lingayat à abandonner son atelier de galvanoplastie pour sauver sa vie.
  • Retours des migrations ciblées, quand la somme recherchée a été atteinte.
  • Retours dus à la déception ou à la lassitude, particulièrement quand l’émigré n’a pas d’emploi qualifié. « Hidiyalilla » – « Ça ne m’a pas pris » est une expression kannada qu’on entend souvent alors.
  • Migrations de retraite : cet ancien caporal de Naragalu jouit d’une retraite de 500 Rs/mois, et il a choisi d’en vivre au village, dans sa belle maison neuve. Même s’il avait tenté de demeurer en ville, le montant de sa pension se serait révélé fort juste pour payer un loyer et surtout la caution s’y ajoutant. A fortiori, les émigrés sans pension, même ayant joui d’un haut salaire durant leur vie active, doivent souvent rentrer au village puisqu’ils se retrouvent désormais sans grosses ressources. Cela explique en partie, on l’a vu, la très faible proportion d’émigrés âgés.
  • Enfin, le plus souvent, retours dus à des facteurs situés non pas sur le lieu d’arrivée, mais au village même, notamment le vieil âge du chef de famille. Si un paysan a deux fils mais non assez de terre pour les faire vivre, l’un, le plus éduqué, devra émigrer. Mais lorsque le père devient trop âgé pour cultiver, ou s’il vient à mourir, le migrant devra rentrer pour aider son frère sur l’exploitation, pour peu que ses gages en ville n’aient guère un fort pouvoir attractif. Aussi importe-t-il de ne pas considérer les retours comme une aberration ou comme forcément un échec cuisant, même si les migrations cycliques sont moins importantes qu’en Afrique où l’on rentre au village souvent « comme le saumon qui fraie ». (Bartle 1981 :107.)

Les migrations matrimoniales

95Au total, chose rare en Inde, tous ces mouvements migratoires masculins, liés à des raisons économiques, sont à Mayagonahalli et Naragalu plus nombreux que les migrations de mariage, représentées sur les figures 12 et 13. On pourrait se demander, en comparant avec la carte des migrations matrimoniales de Mottahalli (fig. 3), qui de l’émigration, prédominante dans nos deux villages secs, ou de l’immigration, prédominante à Mottahalli, crée la plus grande ouverture sur l’extérieur, laquelle multiplie le plus les échanges matrimoniaux avec des régions qui peuvent être fort lointaines. Il est vrai que les natures différentes des migrations dans les deux systèmes ruraux (saisonnières ou définitives à Mottahalli, en majorité à court ou long terme à Mayagonahalli et Naragalu) rendent la comparaison difficile. Disons toutefois qu’à Mottahalli 68 % des mariages ont lieu dans un rayon de 5 km, et 36 % au sein même du village. A Mayagonahalli et Naragalu, les pourcentages respectifs ne sont que de 44 % et 17 %. Ce qui signifie que le village d’immigration vit davantage replié sur lui-même que les villages d’émigration. Les destinations des mariages de Mottahalli sont en outre moins diversifiées que dans le système rural non irrigué.

96On peut également comparer les cartes des mariages de Mayagonahalli et de Naragalu avec celles de l’émigration de ces mêmes villages. Bien des lieux d’arrivée apparaissent alors comme des lieux de relations matrimoniales. Mais les correspondances sont loin d’être exactes. Aucun mariage avec Bhadravati par exemple, et ceux avec Bangalore sont bien moindres que le nombre d’émigrants qui partent vers la capitale du Karnataka. On préfère épouser une fille du pays, et on dédaigne les citadines « qui refusent parfois d’aller chercher de l’eau ».

97En conclusion, quel bilan peut-on tirer de l’émigration à Mayagonahalli et Naragalu ? Il faut sans doute distinguer trois niveaux d’approche. Bien souvent les modèles voulant rendre compte des comportements et des décisions face à l’émigration partent du principe que le choix de migrer dépend d’une décision individuelle – modèles de Lewis (1961), de Todaro (1976) -, alors que leurs critiques, d’origine structuraliste pour la plupart, affirment au contraire qu’il s’agit d’une décision collective, prise en général au niveau de la famille, ou de la caste, l’individu étant en fait prisonnier des structures socio-économico-politiques. On doit admettre, à la lumière de ce qui existe dans nos villages, qu’il est impossible de trancher nettement entre les deux groupes de théories. Les migrations de travail semblent bien en général correspondre à des décisions prises au niveau de la maisonnée (un membre étant envoyé à l’extérieur, pendant que d’autres parfois demeurent sur place pour garder la maison et la propriété familiale). Mais les départs liés à des disputes, à des événements d’ordre souvent extra-économique, sont plutôt des décisions individuelles. Les deux types sont souvent mêlés étroitement. En outre, il peut y avoir conflit entre les deux niveaux de décision, comme par exemple quand une famille a besoin des bras d’un fils diplômé pour s’occuper de l’exploitation, alors que le fils en question préférerait continuer ses études ou trouver un revenu non agricole. Parfois, la décision familiale est la plus forte, et le fils cède. Parfois au contraire le niveau de décision individuel l’emporte, comme chez cet Intouchable illettré de Mottahalli dont les deux fils sont l’un au collège (PUC) et l’autre employé à Bangalore en tant que diplômé en mécanique. Ce qui fait que pour labourer ses deux pauvres acres non irrigués, il en est réduit à employer des journaliers...

Enquête concernant 50 % des maisonnées. Le nombre des migrantes est proportionnel à la base des flèches, non à leur volume.
Figure 12. Les migrations matrimoniales à Mayagonahalli : lieu de naissance des épouses et lieu de mariage des filles des habitants de Mayagonahalli

Enquête concernant 50 % des maisonnées. Le nombre des migrantes est proportionnel à la base des flèches, non à leur volume.
Figure 13. Les migrations matrimoniales à Naragalu : lieu de naissance des épouses et lieu de mariage des filles des habitants de Naragalu

  • 25 Si les Harijans peuvent boire à l’intérieur des cafés de la Porte, et dans les mêmes verres que le (...)

98Logique individuelle, logique familiale, logique de lignée, logique de caste aussi : autant de niveaux de décision qu’il faut envisager à toutes les échelles sous peine d’avoir une vision réductrice de la réalité. A l’échelle du village tout d’abord, le bilan se révèle positif Certes, toute l’économie ne se trouve pas poussée en avant par les revenus tirés de l’émigration, et celle-ci exige bien des sacrifices, mais il reste que l’émigration, en se comportant comme une soupape de sûreté, permet à une partie au moins de la population de demeurer sur place dans des conditions acceptables. En outre, les inconvénients économiques sont mineurs : l’émigration ne crée de rareté de main-d’œuvre que quelques jours dans l’année, suffisamment toutefois pour favoriser le déclin de l’éleusine face aux cocoteraies, moins exigentes en main-d’œuvre saisonnière... ce qui encourage d’autant l’émigration en réduisant l’emploi agricole potentiel. Mais tout cela demeure d’une ampleur encore très limitée, et les grands changements que connaît le village (essor de l’agriculture commerciale avec la sériciculture et la vente de copra) n’ont presque aucun lien direct avec les migrations. Quant au développement de caractères urbains dans le quotidien villageois (vêtements, radios, mentalités...), il n’est pas sûr que sans migration il serait moins important, puisqu’il est dû surtout à la croissance générale des moyens de communication ou de transport et à l’essor des industries de biens de consommation25.

99Au total, le village ne s’enrichit pas grâce à l’émigration, mais il survit grâce à elle. En cela, l’émigration est fortement conservatrice, puisqu’elle permet de maintenir en partie des structures sociales et des traditions qui sans cela eussent été bouleversées. Elle est ainsi finalement le pendant de l’irrigation à Mottahalli, une solution à la crise démographique et économique qui frappe des villages au croît naturel trop important. Mayagonahalli et Naragalu n’ont pas connu la même diversification économique ni les mêmes changements sociaux que le village, pourtant non irrigué lui aussi, de Dalena, étudié par T.S. Epstein (1962, 1973). Car ce n’est pas parce que Dalena était dépourvu d’irrigation qu’une diversification s’y produisit (ainsi que Epstein semble le croire), mais parce qu’il est situé sur le bord de la route nationale Mysore-Bangalore. Mayagonahalli et Naragalu n’ont pas la chance d’une telle situation ; l’absence d’irrigation n’est pas en soi une cause de changement.

100Un bilan au niveau de la maisonnée, ensuite, est crucial car c’est souvent au sein de la famille que se prend la décision d’émigrer. Ce n’est que rarement un choix individuel, et pas seulement dans le cas des migrations ciblées qui sont plus que les autres des migrations « décidées en association », pour reprendre la distinction mise en avant par B. Dasgupta (1976 : 24). Là aussi, le bilan est positif, puisqu’il rend viables des exploitations qui pourtant étaient trop petites pour nourrir toute la famille. Pour peu que les mandats soient conséquents, le budget des maisonnées s’en trouve souvent équilibré... mais très rarement excédentaire.

101Cependant, si la migration a le plus souvent une utilité maximisée pour la maisonnée, au niveau individuel le bilan est très variable, compte tenu surtout du caractère extrêmement pénible de l’émigration : il va de l’échec total à l’acquisition d’un emploi lucratif et prestigieux. En outre, psychologiquement, le migrant rentré au village peut aussi bien se trouver en situation d’échec, refuser un retour à l’agriculture et traîner dans les cafés de Nagamangala, qu’au contraire, si la migration a réussi, dépenser fièrement son argent dans la construction d’une grande maison aux couleurs vives, ou plus rarement réinvestir, qui dans un élevage de poulets, qui dans un puits, un café, qui dans l’amendement de champs jusque-là incultivables, comme le fait Tammaiah. Mais ces cas ne sont qu’exception : Tammaiah, de retour de Bombay pour un an, met en valeur (illégalement) des friches publiques, fait preuve d’esprit d’initiative, a des projets commerciaux, et a acquis de la terre à Naragalu avant de se décider à retourner à Bombay (il est vrai qu’il a 4 fillettes dont les dots seront plus tard une lourde charge). Mais pour un Tammaiah, combien d’anciens migrants retournent à l’agriculture traditionnelle de leurs ancêtres, sans imaginer aucune diversification ! Certes, beaucoup n’ont pas le choix, car ils sont revenus avec un bien maigre capital. Mais les autres, ceux qui ont profité de l’émigration, se contentent de planter quelques cocotiers, et délaissent rapidement leurs chemises aux éclatantes couleurs de la ville pour réadopter les pâles et ruraux tricots de corps, heureux de retrouver les traditions de leur village, enracinés de nouveau comme s’ils n’étaient jamais partis.

S’enraciner ou pas ?

Je rentre chez moi, dit Visni. Je ne sais pas si je reviendrai la saison prochaine J’ai de la terre à moi. Je pense que c’est mieux de travailler ma terre, même si c’est plus difficile. J’aime les villes, dit Ram Prasad. J’aime les boutiques, le monde, et tous les bruits. Je ne retournerai jamais dans mon village. Il n’y a pas d’argent à gagner là-bas.
Ruskin Bond,
Time stops at Shamli and other stories, p. 96.

102Les choix opposés de ces deux adolescents originaires de villages himalayens et qui travaillaient pendant l’été dans un cinéma de la vallée résument bien le dilemme qui se pose à tout villageois. Migrer ou pas ? Rentrer ou pas ? Mais aussi, s’enraciner ou pas ? Une question que les sciences sociales, elles, posent trop rarement. On a tenté d’expliquer dans les pages précédentes pourquoi les paysans migraient. Considérons maintenant pourquoi ils n’émigrent pas, ou si peu ; tentons d’expliquer, par le petit bout de la lorgnette qu’est l’étude de seulement trois villages du district de Mandya, certes sélectionnés pour leur représentativité, pourquoi les campagnes de l’Inde retenaient encore en 1981 76,3 % de la population totale, et celles du district de Mandya jusqu’à 84,5 %.

L’éponge rurale

103Approchant certes de la saturation en ce qui concerne la population rurale, cette éponge n’est pas encore pressée. Nos deux systèmes ruraux, irrigué et pluvial, ont des densités respectives de 360 et 170 h/km2 (en 1981) : on passe du simple au double en fonction du degré d’irrigation, mais la moyenne demeure cependant très élevée (fig. 14) alors que certains caractères climatiques de la région la rapprochent de pays sahéliens comme le Burkina Faso, aux densités à peine supérieures à 30 h/km2. La figure 15 le confirme : le taux de croissance de la population indienne, urbaine comme rurale (+56 % entre 1961 et 1981), demeure comparable à celui des zones rurales des taluks de Mandya (+54 %) et dans une bien moindre mesure de Nagamangala (+40 %).

104Cela ne signifie certes pas que les villes ne grandissent pas. Mandya comptait en 1901 4496 habitants, et 121 000 en 1991. Pendant la décennie 1961-71, elle a même connu une croissance de 116,36 % ! Elle a acquis récemment le statut de city, réservé, en Inde, aux villes de plus de 100 000 habitants. Mais Nagamangala, dans le même temps, est restée une bourgade. Elle dépassait tout juste 14 000 habitants en 1991, alors qu’elle en comptait 3516 en 1901.

105La figure 16 montre pour sa part qu’après un début de siècle où stagnesance démographique a véritablement commencé après 1931 grâce au déclin de la mortalité, alors même que la région n’était pas encore irriguée. Ce n’est qu’après 1941, quand fonctionne réellement le barrage de Krishnarajasagar, que « décollent » les populations de Mandya et un peu plus tard de Mottahalli : une preuve que si l’irrigation fixe les populations dans les campagnes, elle n’empêche pas la croissance urbaine. La région non irriguée de Nagamangala reste à l’écart d’un tel décollage, même si la croissance existe, et la somme des populations de Mayagonahalli et Naragalu demeure inférieure à la seule population de Mottahalli, ce qui était l’inverse au xixe siècle.

A partir des données du recensement de 1981.
Figure 14. Densité de population (h/km2) par village en 1981

A partir des données du recensement de 1981. La localisation des villages étudiés est indiquée sur la fig. 14.
Figure 15. Croissance démographique, par village entre 1961 et 1981

106Mais l’important pour notre problématique est que la population de Mayagonahalli et Naragalu continue néanmoins d’augmenter (en proportion moindre néanmoins que le croît naturel), alors même que l’absence d’irrigation par canal va à l’encontre d’une forte charge anthropique. L’émigration existe, mais non dans une proportion telle qu’elle vide ou même fasse stagner la population des villages. Bel exemple d’enracinement. A Naragalu vivent des paysans dont les fils ou frères sont à Bangalore ou Bombay, mais qui n’ont jamais vu Mysore ou même Mandya. Le « dehors » (horagade) ne commence pas à la ville voisine de Nagamangala, ni même à des villages éloignés de 5 km, il commence aux limites du finage du huttiduru (village natal). Ces villages de migrants sont peuplés d’esprits casaniers.

107L’espace circonscrit dans les quatre vénérables portiques de pierre (dont certains ont disparu) qui marquent les points cardinaux à l’entrée du village représente un lieu de vie presque matriciel pour les paysans. C’est là véritablement qu’est plantée la racine (beru) de la vie quotidienne, c’est là qu’on aspire à vivre sans devoir émigrer. Si on le peut, on « s’incruste » (beru bittidane). Dans le film kannada Fille du sol, la population d’un village doit se résoudre à émigrer à la suite d’une sécheresse. L’héroïne, en larmes au moment du départ pour Bangalore, prend une poignée de terre et s’exclame, les yeux au ciel, sur fond sonore de force violons déchirants : « O déesse du sol, je suis ta fille, et pourtant je n’ai pas su te servir ! Pardonne-moi, pardonne-moi, je reviendrai. » (Elle reviendra.)

  • 26 Il s’agit d’une high school privée, ouverte en 1984, et qui accueille 135 élèves (dont 40 filles) (...)
  • 27 Lors des fêtes religieuses de Mayagonahalli, les joueurs de tambour sont de caste Vokkaliga, alors (...)

108Cet ancrage concerne seulement le village, et non la région natale ou le « pays » : si le système rural, micro-région, a une identité géographique, s’il existe assurément dans l’espace socio-économique, il n’existe pas dans les esprits. A tel point que l’attachement au village se transforme aisément en esprit de clocher. Mayagonahalli et Naragalu, deux villages limitrophes, se haïssent cordialement alors que (ou parce que) de nombreux champs d’un village appartiennent à des habitants de l’autre, et alors que des intérêts économiques semblables devraient les réunir. Comme les cartes des mariages (fig. 11 et 12) le montraient, ils ont peu de relations matrimoniales, à cause d’une rivalité sans doute ancienne mais qui n’a pu qu’être exacerbée par la croissance de ce qui est appelé de manière controversée la Porte de Mayagonahalli. « De Mayagonahalli ? Pas du tout », protestent en effet les habitants de Naragalu. « Ces commerces, cet arrêt de bus, l’école secondaire26, tout se trouve sur le territoire administratif de Naragalu. A Mayagonahalli le prestige, le pouvoir économique et politique. Mais nous, qu’est-ce qu’on en retire ? » Déjà en 1989, la police a dû intervenir pour chasser des dizaines d’émeutiers venus arracher les enseignes de la Porte qui mentionnaient le nom de Mayagonahalli. Un mariage entre habitants des deux villages s’est lui aussi terminé sous la protection de l’inspecteur de police dans le commissariat local. Le village est donc une entité bien vivante, aux limites sociales clairement définies27.

Figure 16. Croissance urbaine et croissance démographique des villages-témoins dans le district de Mandya

109Cela ne peut que favoriser l’enracinement, et l’attraction du village sur les habitants (comme quoi il existe aussi un pull villageois !). Un enracinement qu’il faut expliquer par des causes socio-économiques, mais aussi par des causes culturelles tenant davantage aux mentalités.

Le législateur et le créancier : causes économiques et sociales de l’enracinement

110Cet enracinement de la population correspond à une activité économique réellement fixée sur place. En effet, nos villages secs sont suffisamment éloignés de la ville pour ne pas représenter de simples réservoirs de travailleurs pendulaires dont le lieu de résidence rural déguiserait mal l’attraction économique urbaine. On n’a pas compté à Mayagonahalli et Naragalu un seul pendulaire travaillant à Nagamangala, sinon des lycéens. A Mottahalli, une dizaine de cas existent pour Mandya : dans un avenir peut-être assez proche, le village irrigué pourrait se trouver inclus dans la couronne de « rurbanisation » autour de Mandya, moins en ce qui concerne le paysage (le ruban discontinu d’habitations qui se déroule depuis Mandya s’arrête à trois bons kilomètres de Mottahalli) que par les types de fonctions, les services et le nombre des migrants pendulaires. Mais la rentabilité de l’agriculture irriguée empêchera toute transformation en simple « village-dortoir ».

  • 28 Un effet pervers de la réforme de 1974 a sans doute cependant découragé quelque peu l’exode rural  (...)

111L’État fait beaucoup pour encourager la rétention de population. En premier lieu en agissant sur la propriété foncière par des réformes agraires : mais celles de 1961 et même de 1974 n’ont guère été suivies d’effets, car peu de villageois possédaient des exploitations dépassant le plafond foncier autorisé28. Sivarame Gowda, un Vokkaliga de Mayagonahalli, possède certes 16 ha, davantage que le plafond légal, mais il n’en a que deux à son nom, le reste étant au nom de sa femme, de ses sœurs ou de ses filles... Son père ne lui avait pourtant légué que 2 ha. Mais Sivarame est l’ami de politiciens locaux, et a su user de ses relations pour acquérir 14 ha de terres darkhast.

112Ces terres darkhast représentent pour le gouvernement du Karnataka un autre moyen, lancé en 1969, de modifier les structures agraires dans un sens favorable aux pauvres... à moins d’être détourné de sa vocation initiale. Il s’agit de terres publiques vendues à bas prix pour les propriétaires de moins de 4 ha secs. A Mottahalli, pas un cas n’a été recensé, mais à Mayagonahalli et Naragalu, presque tous les villageois ont au moins un demi-hectare de darkhast. Et même si beaucoup de ces terres, anciennes pâtures rocailleuses, sont fort peu fertiles, voire incultivables, elles représentent un facteur de fixation non négligeable, tenant autant à la valeur sentimentale de ces terres que les paysans sont fiers de posséder qu’à leur valeur strictement économique.

113Aussi importants sont les programmes publics (lancés par le gouvernement de l’Union cette fois) qui visent à donner un emploi sur place aux villageois. Certains, tel le National Rural Employment Programme, fournissent seulement un travail temporaire (construction de l’école de Mayagonahalli, empierrage d’un chemin) contre des salaires en partie payés en nourriture. D’une autre ampleur est l'Integrateci Rural Development Programme, qui vise (depuis 1984 ici) à diversifier l’économie rurale en créant au village des emplois pour la plupart non agricoles. Ainsi, prêts et subventions ont permis qu’aujourd’hui, ou puisse compter en moyenne près d’une bufflesse par famille, à Mottahalli comme à Naragalu et Mayagonahalli : le lait est apporté à la coopérative laitière locale, créée, elle, sur initiative privée. Même si une bufflesse ne donne pas plus de quatre litres par jour, même si les trois villages ne comptent au total que 37 vaches de race améliorée, plus productives, l’élevage laitier représente un revenu d’appoint non négligeable, un litre de lait étant vendu entre 2,5 et 4,5 Rs.

  • 29 D. Kermel-Torres relève que l’exode rural s’est particulièrement développé en Afrique et en Amériq (...)

114Quand on aura mentionné les différents programmes visant à développer les cocoteraies et la sériciculture (le Karnataka fait l’objet d’un projet de la Banque mondiale) à Mayagonahalli et Naragalu, à encourager à Mottahalli la canne à sucre aussi bien que les plantations d’eucalyptus, et d’une manière plus générale tous les prix de soutien à la vente et les subventions aux intrants qui font de l’agriculture indienne une agriculture en partie assistée, on aura une idée des millions de roupies qui sont dépensées chaque année dans le Karnataka rural, et qui, parfois détournées, souvent gaspillées, n’en constituent pas moins un facteur de fixation de la population au village. En outre, au-delà de ces programmes qui doivent fournir des biens de production aux paysans, il existe des mesures d’ordre quasiment caritatif, dont la plus importante est la création du système de distribution publique (Public Distribution System) qui approvisionne ce qu’on appelle en Inde les boutiques à prix contrôlés (fair price shops). Du riz, de l’huile et du blé notamment sont vendus à bas prix pour tous les ruraux, et à un prix encore inférieur pour les titulaires d’une carte de rationnement verte, réservée (théoriquement !) aux plus défavorisés. Même si la nourriture de base de la région, l’éleusine, n’est quasiment pas disponible par ce circuit, même si la qualité et la quantité offertes laissent beaucoup à désirer, il s’agit néanmoins d’une bouée de sauvetage pour les villageois les plus misérables, d’autant plus importante pour l’enracinement rural que de telles distributions n’existent pas encore de manière semblable à la ville29.

115C’est un fait que la révolution verte, dont on a un exemple à Mottahalli, a accentué l’écart entre ceux qui disposaient d’assez de capital pour profiter des potentialités de l’agriculture nouvelle, et les autres, qui ont donc souffert d’une paupérisation relative. Pourtant, les microfundiaires se maintiennent au village. J. Harriss l’a noté au Tamilnad, État voisin du Karnataka : la prédiction de Lénine, selon laquelle la modernisation de l’agriculture engendrerait la prolétarisation puis la disparition des micro-propriétaires n’a pas été vérifiée en Inde (Hariss 1982). En partie, on l’a vu, grâce à l’action des gouvernements, mais aussi grâce à l’ensemble des réseaux socioéconomiques qui existent au sein d’un village, liens de solidarité autant que de dépendance et de clientélisme, qui tous contribuent à attacher (dans tous les sens du mot) le paysan à son lieu de vie.

116Ainsi du crédit, qui peut apparaître sous deux aspects, tous deux fixateurs de population : le crédit, c’est d’abord l’endettement, les créances à lourd intérêt, ou les avances sur salaires à Mottahalli, qui lient le débiteur au village dans l’attente du remboursement. Mais il existe aussi la facette positive du crédit facile, de la demi-roupie ou de la boulette d’éleusine que le paysan riche glisse au mendiant de passage, ou à son voisin plus pauvre en échange d’un service futur. « Au village, on trouve toujours de quoi ne pas mourir de faim, disent les sans-terre. En ville au contraire, tout se paie, et comptant ! » Et puis, être sous la dépendance d’un « patron » représente tant d’avantages ! Celui-ci, outre le crédit, peut apporter toute son influence auprès de l’administration locale pour faire attribuer des terres darkhast à ses « clients », régler des querelles en leur faveur (Srinivas 1976), ou même procurer des emplois temporaires dans une ressource non négligeable au village, surtout à Mayagonahalli et Naragalu : l’engagement par un entrepreneur de travaux publics. Une journée sur le chantier d’une route ou d’un canal rapporte 15 Rs pour les hommes, 13 pour les femmes (sans repas), presque deux fois plus qu’un salaire agricole habituel : pendant la morte-saison de l’été, voilà qui peut décourager de partir tenter sa chance à la ville. Et pourtant – nouvel exemple de l’esprit casanier des paysans – si le chantier se trouve éloigné de plus de 2 km du village, il est de bon ton de ne pas s’y faire employer (à moins que tout un groupe n’y soit engagé). Quitter seul les limites du finage pour aller quémander un travail « à l’extérieur », c’est se comporter en mendiant, devenir la honte du village, et l’on s’y refuse toujours, un peu comme ces hoberaux misérables de l’Ancien Régime français qui préféraient souffrir de la faim plutôt que de « déroger ».

  • 30 Expression consacrée (mais malheureuse) pour un hindou n’étant pas Harijan.

117L’étude des filières et des destinations apparaît ainsi sous un jour différent. Que tous les habitants du hameau de Kuderu partent travailler à Mottahalli, et à Mottahalli seulement, – parcours balisé – s’explique certes par le besoin de sécurité, mais aussi parce que cette migration de groupe est devenue une tradition, ou du moins un donné social et non plus seulement un acquis, un phénomène reconnu par la société villageoise et accepté, « honoré » comme tel. Au contraire, qu’un migrant parte seul à Coimbatore, destination sans aucun précédent, il serait jugé non seulement téméraire mais aussi « anormal », comme s’excluant de la norme, ayant perdu son gaurava (mot kannada signifiant l’amour-propre aussi bien que le respect porté par les autres, la dignité). Du même coup, partir avec d’autres balayer les ordures d’un café louche de Bangalore est mieux considéré que creuser un canal d’irrigation à 6 km de chez soi. Non pas tant à cause du prestige de la ville, sûrement pas parce que les reliefs d’un repas ne sont pas polluants rituellement pour un hindou « de caste »30, mais simplement parce qu’il s’agit d’une migration en groupe, au contraire d’une migration individuelle faite au hasard et manquant de dignité.

118Aussi convient-il d’aborder le problème des migrations et de leurs éventuels substituts sous un angle anthropologique, faisant la part belle aux mentalités.

Les hommes, la maison et les dieux : causes culturelles de l’enracinement

119Bien des habitants de Mayagonahalli et Naragalu, ou des villages de la zone d’émigration vers Mottahalli, pourraient faire leur le proverbe javanais cité par A.H. Richmond : « Manger ou crever de faim n’importe pas du moment que nous sommes ensemble. » (Richmond 1976 :114.) C’est ainsi, a-t-on pu dire, que les forces centrifuges, qui poussent à l’émigration, sont en général fondées sur des décisions d’ordre économique, tandis que les forces centripètes, qui elles retiennent au village, tiennent aux caractères structurels de la société où vit l’individu (Bartle 1981 : 114). Les pages précédentes ont montré que dans le Maidan une telle opposition était exagérée. Il reste que l’enracinement ne peut s’expliquer sans une approche structuraliste de la situation des migrants potentiels, prisonniers d’un tissu social élaboré par l’histoire.

120On ne reviendra pas sur ce que représente la terre pour des « paysans de caste » comme les Vokkaligas : elle est leur vie quotidienne aussi bien que leur dharma. Inutile non plus d’insister sur le plaisir qu’il y a à vivre au village, à se réunir tous les soirs sur la place centrale de Naragalu, pour y discuter dans la fraîcheur d’une véranda. Or, pour contrebalancer cela, les prétendues « lumières de la ville » n’existent guère. Certes, tel jeune émigré à Bangalore dira tout le bien qu’il pense de la vie en ville (non pas à cause du monde, du commerce ou des buildings, mais parce qu’on peut y gagner de l’argent). Pourtant, pour la majorité, la ville offre moins d’attraits qu’on pourrait attendre. C’est que la plupart des villageois se caractérisent par la petitesse de leurs besoins, la frugalité de leur vie quotidienne. L’un des plus gros propriétaires de Mottahalli vit avec sa famille de 13 personnes dans une seule grande pièce misérablement éclairée par une ampoule de 40 W, mange à même le sol son riz ou son éleusine tout juste agrémenté d’un saru fort pauvre, simple sauce claire pimentée souvent sans aucun légume.

  • 31 Les distances des trois villages à la ville qui leur est la plus proche sont représentatives des m (...)

121Une telle « rusticité » fait que les richesses que pourrait proposer la ville ne tentent guère une population qui se satisfait des cinémas et des autres services de Nagamangala ou de Mandya, à quinze minutes d’autocar31. De plus, il reste toujours au fond des esprits, même parmi les plus éduqués, un fond de culpabilité morale à aller en ville. Dans cette Inde demeurée profondément puritaine, la ville c’est là où l’on boit, où l’on joue. Pour les habitants de Mottahalli, la ville de Mysore rime avec Sodome et Gomorrhe (cf. Srinivas 1976 :113). Que « civilisation » (nagarikatte) ait la même racine que « cité » (nagara) n’est qu’un fait étymologique, auquel s’opposent des mentalités pour lesquelles la seule vie valable demeure celle de la campagne.

122Cette morale tire sa source d’un hindouisme interprété de manière puritaine. Mais la religion est également source d’enracinement en raison des tabous sur la nourriture. Cet Achari de Mottahalli travailla une semaine en saison sèche dans une petite usine de menuiserie de Mysore. Il y gagnait 20 Rs/jour, ce qui est bien... « mais il fallait manger dans un café ». En effet, en raison notamment des interdits de caste qui prohibent par exemple pour un Vokkaliga les mets préparés par un Harijan, rien n’est plus sensible à la pollution rituelle, rien ne risque plus de souiller que la nourriture. Si l’on ajoute à cela l’hygiène toute relative de bien des petits restaurants, les rumeurs de poison courantes au sujet des Lingayats, on comprendra que pour des raisons où se mêlent pureté et propreté, la seule cuisine sûre et bonne soit, par peur de l’Ailleurs que chez soi, celle de la mère ou de l’épouse.

123La religion ancre d’autre part le villageois à sa terre en ce qu’elle le lie par l’intermédiaire de la maison aux dieux. Lors de l’inauguration d’une nouvelle maison, une puja est célébrée par un prêtre qui fait l’offrande de fleurs aux sept dieux de la semaine. Le propriétaire ensuite fait de même, donne aux quatre coins de la maison une poignée de riz pour les divinités, jette une pièce à Surya le dieu du soleil, enfonce trois clous dans le seuil sur lequel on brise des noix de coco, fait l’offrande du feu, puis du lait. Le soir, presque tout le village sera invité à un grand festin végétarien. Cette maison, que le paysan a présentée aux dieux, est alors placée sous leur bénédiction. Leurs images fixées au mur montrent qu’elle leur a été dédiée. La quitter, émigrer, ne se fera donc pas sans peine.

124La maison familiale est la première amarre qui vienne fixer le villageois. Mais il existe en fait quatre lieux, parfois distincts, parfois les mêmes, où le paysan garde quelque attache. Le premier est le lieu de naissance : c’est le moins important quand il n’est pas le village où l’individu a passé toute son enfance, c’est-à-dire quand la mère est partie comme beaucoup d’Indiennes accoucher chez ses parents à elle. Le second est le lieu où l’individu a passé l’essentiel de sa vie. Le troisième est le lieu d’origine des parents et grands-parents, qui n’est pas nécessairement identique au précédent si l’individu a émigré. Le quatrième lieu, enfin, est celui où vit le mane devaru, le « dieu de la maison » : chaque lignée en effet est protégée par un dieu ou un couple de dieux tutélaires, qu’il convient de célébrer régulièrement par une fête. Le lieu où est vénéré le mane devaru indique l’origine géographique des ancêtres fondateurs de la lignée, l’endroit dont ils sont partis il y a des siècles pour venir souvent fonder le village actuel. Ainsi a-t-on vu qu’à Mottahalli la déesse mane devaru de la lignée de Tundageriamma se trouve à Belakavadi, à une centaine de kilomètres de Mottahalli. Un autre exemple est celui de Sidda : fils de migrant originaire de Mayagonahalli, il est né à Bhadravati, où son père, dont il reprit ensuite le travail, était ouvrier sidérurgique. Mais son mane devaru, Kalabhairava (Siva), se trouve à Adichinchungiri, à une trentaine de kilomètres de Mayagonahalli. Trois lieux différents où Sidda a des attaches, trois lieux qui circonscrivent un espace où le religieux se mêle à l’économique et au sentimental.

125Les liens qui y rattachent sont élastiques, certes, et n’empêchent pas l’émigration. Mais il est significatif que les migrants de Mayagonahalli et Naragalu préfèrent revenir au « pays » pour les fêtes locales célébrant le dieu propre au village, plutôt que pour participer aux grandes fêtes pan-indiennes que sont Sankranti (Pongal) ou Dipavali. C’est au village que sont enterrés (plutôt qu’incinérés) les aïeux. C’est aussi au village que résident les devva, ces esprits bons ou mauvais qu’il convient de ne pas laisser sans culte de peur d’encourir leur courroux. C’est donc toute une géographie mythologique et religieuse qui est inscrite dans les esprits, et que seuls quelques jeunes diplômés, porteurs d’écharpes fluorescentes, et d’idées favorables à la « modernité » occidentale, font mine de dédaigner.

126Il est vrai que toutes ces généralités laissent de côté les spécificités individuelles. Or J. Wolpert (1965) est l’un des premiers à avoir signalé combien les migrations sont fonction de trois facteurs : l’attractivité du lieu d’arrivée potentiel bien sûr, mais aussi l’information à son sujet, qui ne peut qu’être subjective, et le caractère propre à l’individu, sa personnalité. Car l’analyse structuraliste a ses limites, et ne peut rendre rationnels des individus qui comme tout être humain sont soumis à leurs passions. Tel paysan que tout poussait à rester au village a émigré. Tel autre que rien ne devrait retenir n’est pas parti. Nanjappa, un Vokkaliga de Naragalu âgé de 45 ans, est de ceux-là. Sur sa minuscule exploitation de 0,4 ha, il tente de vivre avec sa femme et ses deux fils dont l’un est adulte. Il n’a d’autre attelage que deux veaux trop jeunes pour tirer un araire (que de toute façon il ne possède pas). Pas d’autre bétail, pas même une chèvre, « la maison est trop petite ». Tous les membres de la famille doivent travailler comme ouvriers agricoles et sur divers chantiers. Mais il n’a jamais émigré malgré sa misère et bien qu’il ait des parents à Ooty ou à Bombay : « Je ne sais ni lire ni écrire », dit-il. Certes, mais ses relations en ville auraient pu l’aider ? « Ici, j’ai ma terre. » Le fils aîné a été au collège, lui aurait pu partir ? « Oui, mais je me fais vieux, comment alors cultiver seul la terre ? » Pourtant Nanjappa a un frère à Naragalu, Giriappa, qui ne possède que 0,5 ha, et à qui il aurait pu demander de l’aide ? « Cela ne s’est pas fait. » Et Giriappa lui-même, pourquoi n’est-il pas parti ? « Parce que s’il partait, les voisins penseraient qu’il a peur de ne pas avoir assez d’argent pour marier ses quatre filles. » Fierté et crainte se conjuguent pour refuser l’émigration. Ce paysan depuis toujours en situation d’échec, pauvre, fils de pauvres, est trop habitué à sa misère, psychologiquement affaibli par elle, pour tenter de s’y arracher.

127Un tel cas montre bien la nécessité de distinguer avec RJ. Pryor (1975 : 12) trois aspects de l’enracinement. Un paysan qui se refuse à migrer a pu en effet prendre cette décision à la suite de trois conclusions fort différentes. Soit : « Je reste ici, mais je pense peut-être partir ultérieurement. » Enracinement bien timide, dont font montre des villageois qui n’attendent qu’une occasion (un emploi trouvé pour eux par un ami déjà sur place) pour émigrer. Soit : « Je reste ici, rien ne m’a fait penser vraiment sérieusement à partir. » Soit enfin, et c’est le cas de Nanjappa : « Je reste ici, et j’ai définitivement rejeté l’idée d’un départ. » Des raisonnements différents peuvent donc expliquer une même sédentarité.

L’émigration, un déchirement ?

128Il est facile de juger trop peu audacieux un Nanjappa. On n’aurait pourtant garde d’oublier le caractère souvent tragique de la décision de migrer, de quitter son village et les êtres qu’on aime pour l’inconnu d’une grande ville ou d’un village irrigué. Il est sûr qu’il y a un certain prestige à travailler dans une métropole comme Bangalore, mais on a vu comme cela était contrebalancé par d’autres attitudes vis-à-vis de la ville. Peut-être les émigrés ont-ils tendance à se vanter, à présenter sous un jour favorable la réalité de leur vie là-bas, mais notre enquête n’a guère permis de s’en rendre compte. Bien des émigrés racontent au contraire une vérité sordide, et les mères et les épouses et les fils et les filles des absents ont du mal à se résoudre à leur départ. « C’est la fatalité, il est parti... Quand le bétail du village va en forêt, il ne sait pas s’il va trouver à paître ni à boire. Mais il part... Qu’y puis-je si je m’ennuie ? Il le fallait bien, on n’a pas d’irrigation ici. » Un paysan de Naragalu, dont la famille est vierge de toute migration, s’exclame même : « A Bombay, il n’y a qu’une place pour les gens comme nous, c’est l’égout. Il n’y a que des égouts dans cette ville. Mieux vaut être ici avec deux chèvres et son attelage, et planter des cocotiers. Après être partis, ils le regrettent au bout de deux jours ! Ils ne connaissent pas le monde et ils veulent partir à Bombay ! Ici on peut vivre avec sa famille, là-bas on est seul dans l’égout. »

129Ainsi, le meilleur facteur d’enracinement est sans doute tout simplement le coût psychologique de l’émigration, sa dureté quand les migrants se retrouvent à la ville « nus au milieu du mépris des étrangers sur lesquels ils peuvent voir les riches vêtements, les brocards de la continuité » (Ruhdie 1984 :72). Et Tammaiah d’ajouter : « A Bombay, les émigrés du Karnataka sont tous traités de « Madrasi » par les habitants. On n’est que des ploucs du Sud. Alors que certains habitants de Bombay se comportent comme de vrais kirukula (tortionnaires). »

130Rupture que l’émigration, mais non rupture franche ni totale. La nourriture urbaine est différente de celle du village, même à Bangalore, mais pour changer du riz et des idli on se retrouve parfois avec des amis ou des voisins du village pour manger dans de petites gargotes des boulettes d’éleusine, comme au pays. Le cas du barbier montre bien qu’il n’y a pas de véritable déchirement : au Karnataka, les mariages se célèbrent avec le barbier qui traditionnellement joue du shenai (instrument à vent) lors des noces. Or, bel exemple de continuité, celui de Mayagonahalli et Naragalu suit les migrants en allant célébrer des mariages de natifs du village jusqu’à Bhadravati. D’autre part, traditionnellement, le villageois doit après avoir eu ses cheveux coupés chez le barbier (tâche éminemment polluante dans l’hindouisme) se laver entièrement de retour chez lui. Mais sa maison sera elle-même souillée s’il y entre directement : aussi, sur le seuil, se fait-il apporter de l’intérieur un broc d’eau (qu’il ne peut toucher vu son état de pollution). On l’asperge alors trois fois, avec en plus quelques gouttes d’urine ou de bouse de vache (l’animal sacré et purificateur). Le voilà suffisamment débarrassé de la souillure pour entrer prendre son bain.

131Or les émigrés en ville ne respectent plus ces rites : ils entrent directement dans leur logement urbain se laver, sans la triple aspersion préliminaire. Car en ville, la maison est moins « fragile », moins sujette à la pollution qu’au village : on peut par exemple cuire de la viande dans la cuisine, alors qu’au village les mets non végétariens doivent être préparés dehors ou dans une pièce spéciale. Mais quand l’émigré urbain revient au village, il se remet à respecter le rite de la purification sur le seuil après la coupe de cheveux, ainsi que l’interdit de la cuisine non végétarienne. Dans son esprit, aucune contradiction, ni hypocrisie. Il n’y a pas que la peur des ragots pour expliquer ce changement ; pour lui, deux lieux, ce sont deux rites, deux règles. Par cette détermination géographique, on peut ainsi définir deux « espaces rituels » coexistant dans une même religion, une même société, et des possibilités de circulation de l’un à l’autre sans troubles de conscience ni rupture. Une telle souplesse permet le maintien des traditions villageoises si le migrant revient définitivement s’installer à Mayagonahalli et Naragalu.

  • 32 De fait, Chame prépare son arrivée au village en ayant des liens étroits avec sa famille sur place (...)

132Les retours définitifs d’émigrés en sont ainsi facilités. Ils peuvent même avoir lieu alors que le migrant aurait pu se sentir a priori complètement étranger au village. Chame Gowda, par exemple, est actuellement gardien de nuit dans une administration de Bangalore et gagne à 42 ans 1 200 Rs par mois, de quoi bien faire vivre sa femme et son enfant. Pour quelqu’un qui a étudié jusqu’en classe de 5e, il se trouve satisfait de sa réussite. Mais quels liens peuvent l’attacher à Naragalu ? Il n’y est même pas né, puisque son père était lui-même migrant au moment de sa naissance, à Ooty. Sa vie s’est passée dans des villes : Ooty pendant 23 ans, Bangalore ensuite... Et pourtant, pour sa retraite, Chame viendra s’établir à Naragalu, et mourra sur la terre de ses ancêtres32.

133Migration n’implique donc pas nécessairement déchirement. La rupture n’est jamais définitive avec le lieu d’origine, ce qui permet des retours et contribue au maintien global d’une partie de la population rurale, quand bien même comme à Mayagonahalli et Naragalu le solde migratoire est largement négatif. Cela est d’autant plus important que cette souplesse laisse ouvert l’avenir, et rend possibles toutes sortes d’évolutions. Il importe en effet de considérer les choses sous un angle dynamique. Mottahalli, lieu d’émigration il y a encore 50 ans, accueille désormais une importante population saisonnière, et fut jusqu’à peu la destination de migrations définitives. Pourquoi ne pas envisager qu’à Mayagonahalli et Naragalu l’irrigation par l’Hemavati de villages proches ne vienne bouleverser les circuits migratoires et créer des mouvements saisonniers à partir de ces villages qui n’en connaissent pour l’instant quasiment aucun ? Peut-être même que la croissance des cocoteraies et de la sériciculture pourrait, sinon tarir les circuits migratoires vers Bangalore, Ooty ou Bombay (cela reste peu probable étant donné la rigidité des filières et l’importance des traditions), du moins accentuer encore la rétention de population au village.

134Cet enracinement ne saurait toutefois être que relatif. Il ne semble pas qu’à court terme le Maidan puisse se distinguer de l’évolution propre à l’Inde en son entier – une proportion de ruraux lentement mais régulièrement déclinante par rapport au pourcentage de population urbaine. Cependant, un véritable exode rural, d’une violence comparable à celui que connaît l’Amérique du Sud par exemple, paraît improbable. On n’efface pas d’un coup 2 000 ans de civilisation agraire.

Bibliographie

Références bibliographiques

Bartle, Ph., 1981, «Cyclical Migration and the Extended Community: a West African Example», in R.B. Mandai (éd), Frontiers in Migration Analysis, New Delhi, Concept Publishing Company: 105-139.

Bhat, C., 1984, Ethnicity and Mobility. Emerging Ethnic Identity and Social Mobility Among the Waddars of South India, New Delhi, Concept Publishing Company.

Bhooshan, B.S., 1984, «Agricultural Development and the Growth of Towns. A Case Study from South India and some Hypotheses », Habitat International, Oxford, Pergamon, vol. 8, no3/4: 193-221.

Breman, J., 1978, «Seasonal Migration and Cooperative Capitalism. Crushing of Cane and of Labour by Sugar Faetones of Bardoli», Economic and Political Weekly, Bombay, juin: 1317-1360.

– 1985, Of Peasants, Migrants and Paupers. Rural Labour Circulation and Capitalist Production in West India, Delhi, Oxford University Press.

Census of India 1981, Series 9, part V (A and B), 1987, Migration Tables, Karnataka, Bangalore.

Dasgupta, B. (éd), 1988, Urbanization, Migration and Rural Change. A Study of West Bengal, Calcutta, A. Mukerjee & Co.

– 1988, «Fighting for Migrant Labourers», Economic and Political Weekly, Bombay, 3 septembre: 1843-1846.

Dasgupta, B., Connell, J., Laishley et R., Lipton, M., 1976, Migration from Rural Areas. The Evidence from Village Studies, Institute of Development Studies (University of Sussex), Delhi, Oxford University Press.

Duponty, V. et Lelièvre, E., 1990, « La ville antenne villageoise. Observations indiennes », Séminaire international de l’Aidelf : Croissance démographique et urbanisation, Rabat 15-17 mai, multigr.

Epstein, T.S., 1962, Economie Development and Social Change in South India, Manchester, Manchester University Press.

Harris, J.R., 1973, South India. Yesterday, Today and Tomorrow, Londres, Macmillan.

– 1982, Capitalism and Peasant Farming, Bombay, Oxford University Press.

Harris, J.R. et Todero, M.P., 1970, «Migration, Employment and Development: a Two Section Analysis», American Economie Review, Nashville, no60: 126-142.

Jackson, J.A., 1986, Migration, Londres, Longman.

Joshi, V. (éd), 1987, Migrant Labour and Related Issues, New Delhi, Oxford and IBH.

Kermel-Torres, D., 1987, « Disponibilités et disparités alimentaires en Inde : l’impact du Public Distribution System », in D. Kermel-Torres et P.J. Roca (éds), Terres, comptoirs et silos, Paris, ORSTOM : 235-256.

Landy, F., 1992, « Le choix et la contrainte. Les logiques paysannes dans deux systèmes ruraux, irrigué et pluvial, du Karnataka », Paris, doctorat de l’EHESS.

Lewis, W.A., Ranis, G. et Fei, J.C.H., 1961, «A Theory of Economie Development», American Economie Review, Ithaca (New York), vol. 51, no4, sept.: 533-565.

Majumdar, PS. et Majumdar, I., 1978, Rural Migrants in an Urban Setting, Delhi, Hindustan Publishing Company.

Mandai, R.B. (éd), 1981, Frontiers in Migration Analysis, New Delhi, Concept Publishing Company.

Oberai, A.S. et Manmohan Singh, H.K., 1983, Causes and Consequences of Internai Migration. A Study on the Indian Punjab, Delhi, Oxford University Press.

Pesneaud, F., 1984, « Migration et société en Inde », Recherches géographiques à Strasbourg, Université de Strasbourg, numéro spécial 25-26 : 175-187.

Petit, M, 1988, « Rythmes et irrégularités des précipitations sur le Ghât occidental et sa retombée orientale : exemple du pays Coorg et Maidan », in Climats et climatologie, Hommage au Professeur P. Pagney, Dijon, Université de Bourgogne : 397-403.

Pryor, R.J. (éd), 1975, The Motivation of Migration, Canberra, Australian National University.

Racine, J. (éd), 1989, Rural Change in Karnataka, Pondy Papers in Social Sciences, no 2, Institut français, Pondichéry.

Raison, J.P., 1986, « L’enracinement territorial des populations Merina (Hautes Terres centrales malgaches) », L’Espace géographique, Paris, no 3, t. XV : 161-171.

Rao, M.S.A., 1986, Studies in Migration, New Delhi, Manohar.

Ravenstein, E.G., 1889, «The Laws of Migration», Journal ofthe Royal Statistical Society, Londres, vol. 52, juin: 241-301.

Richmond, A.H. et Kubat, D. (éds), 1976, Internai migration. The New World and the Third World, Londres, Sage Publications.

Srinivas, M.N., 1976, The Remembered Village, Delhi, Oxford University Press.

Weiner, M., 1988, Sons of the Soil. Migration and Ethnic Conflict in India, Delhi, Oxford University Press.

White, P. et Woods, R. (éds), 1980, The Geographical Impact of Migration, Londres, Longman.

Wolpert, J., 1965, «Migration as an Adjustment to Environmental Stress», Journal of Social Issues, New York, 22: 92-102.

Notes

1 Ces lignes sont écrites après 11 mois passés dans les deux villages étudiés. Je remercie particulièrement mon assistant de terrain G.D. Ganesha pour l’aide précieuse qu’il m’a apportée, ainsi que les habitants de Mottahalli, Mayagonahalli et Naragalu pour leur gentillesse et leur patience.

2 Cette étude de Mottahalli reprend en partie, après révision, l’article de l’auteur : «Migrationstions de population et enracinement dans un village irrigué de l’Inde du Sud : Mottahalli », Cahiers d’Outre-Mer, 44 (174), avril-juin 1991, pp. 129-166.

3 Les noms de villages sont authentiques mais les noms de personnes sont des pseudonymes.

4 Langue du Karnataka.

5 La taille moyenne des exploitations est de 1,5 ha.

6 Devoir, loi religieuse.

7 C’est très rarement le marié qui part vivre dans le village de ses beaux-parents, sauf si ceux-ci n’ont pas de fils, ou s’ils possèdent beaucoup de terres alors que les parents du marié en manquent cruellement. Reste que dans les ragots du village un tel départ est souvent qualifié de « manque de virilité ».

8 Une roupie valait 0,33 F à la mi-1990. Un repas complet végétarien dans un restaurant de classe moyenne vaut entre 4 et 6 Rs.

9 B.N. Shivalingappa note plus bas qu’au contraire, dans les régions de plantations de café des Ghâts, la morte-saison agricole dans la région d’origine des saisonniers coïncide avec la période de plein emploi pour la récolte du café (décembre-mars).

10 Ceci explique l’importance des pèlerinages propres à chaque lignée, les Tundageriammas se rendant chaque année à Belakavadi, les Borappas partant eux à Pihalli, à 5 km de Mottahalli. Toute lignée garde ainsi ses attaches avec son village d’origine.

11 En Inde en moyenne, les migrations rurales vers les villes sont plus qualifiées que vers les campagnes (Dasgupta 1976).

12 On a choisi d’étudier ces deux villages limitrophes à la fois, afin de couvrir une population qui puisse être comparée à celle de Mottahalli. La taille moyenne des villages du système rural irrigué autour de Mandya est en effet bien supérieure à celle des villages du système rural pluvial autour de Nagamangala.

13 La densité de la partie rurale du taluk de Nagamangala est de 136 h/km2 (1981). Il est vrai que pour le taluk de Mandya elle est de 330, du fait de l’irrigation.

14 La taille moyenne des exploitations est de 1,2 ha à Naragalu, et de 2,2 ha à Mayagonahalli, village plus riche.

15 Scheduled Castes/Scheduled Tribes : dans le vocabulaire administratif en vigueur sc désigne les « castes répertoriées » et ST les « tribus répertoriées », c’est-à-dire en fait les Harijans et les tribus aborigènes, ayant droit à des mesures particulières de protection et de promotion sociales.

16 Nom générique définissant un ensemble de castes Harijan originaires du Karnataka.

17 L’enquête concerna 50 % des maisonnées.

18 Vingt personnes d’un village tribal voisin de Mayagonahalli et Naragalu ont été arrêtées en 1990 pour contrebande de bois de santal qu’elles se procuraient à Bombay et passaient en fraude dans l’État du Karnataka jusqu’à Bangalore. Est-ce un hasard si ce circuit occulte correspond aux directions majeures des flux migratoires de la région ?

19 Ce qui n’est pas forcément à leur désavantage : sur ces sept émigrés, cinq avaient trouvé un emploi de fonctionnaire ! Les réservations d’emploi à leur profit dans le secteur public semblent efficaces. Du même coup, ils n’ont pas intérêt à quitter le Karnataka, car s’ils s’établissent dans un État de l’Inde où leur caste n’est pas classée comme scheduled, ils ne bénéficieront pas des avantages réservés aux SC/ST.

20 Les effectifs indiqués sont à considérer en valeur relative, car certains questionnaires n’étaient pas exploitables pour cette question.

21 On ordonne en Inde les classes en standards, le premier d’entre eux correspondant à la première année de l’école primaire. Deux examens sanctionnent l’enseignement.

22 Cependant, B. Dasgupta (1976) trouvait un taux de 42 % dans une enquête sur les émigrés ruraux qui date il est vrai de presque 20 ans (le taux d’analphabétisme en Inde a baissé depuis ce temps).

23 On ne remarque pas, comme l’a fait A.S. Oberai (1983) au Punjab, que les émigrés les plus pauvres envoient davantage d’argent du fait d’une situation plus risquée qui les pousserait à assurer leurs arrières et leur réinsertion au village.

24 « La vie en forêt » : livre 3 du Mahabharata, marqué par l’exil des Pandavas. Synonyme ici de période difficile.

25 Si les Harijans peuvent boire à l’intérieur des cafés de la Porte, et dans les mêmes verres que les autres castes (ce qui leur est interdit à Mottahalli), c’est moins parce que les interdits socio-religieux auraient évolué plus vite qu’à Mottahalli en raison des contacts avec la civilisation urbaine à travers l’émigration, que parce que la Porte, de création récente, se trouve à l’extérieur du village traditionnel, sur une route passante.

26 Il s’agit d’une high school privée, ouverte en 1984, et qui accueille 135 élèves (dont 40 filles) dans des classes correspondant à nos 4e, 3e et seconde (classes dites VIII à X).

27 Lors des fêtes religieuses de Mayagonahalli, les joueurs de tambour sont de caste Vokkaliga, alors que taper sur du cuir est d’habitude réservé aux Harijans et aux barbiers, donc à de basses castes. Mais Mayagonahalli n’a pas d’intouchables, et ceux habitant à Naragalu se refusent à célébrer les fêtes du village ennemi.

28 Un effet pervers de la réforme de 1974 a sans doute cependant découragé quelque peu l’exode rural : l’interdiction du faire-valoir indirect. Un émigrant, ou un père d’émigrant trop âgé pour cultiver lui-même, ne peuvent donc plus laisser une terre en fermage ou métayage. Il leur faut soit la vendre, soit la laisser à un parent, soit prendre le risque de la donner illégalement en faire-valoir indirect avec le danger que le tenancier, fort de la loi, refuse ensuite de la rendre.

29 D. Kermel-Torres relève que l’exode rural s’est particulièrement développé en Afrique et en Amérique latine à partir des années 1950, au moment même où l’on lança en Inde, par l’intermédiaire du Panchayat Raj, le premier train de mesures destinées à venir en aide au monde rural. La conjonction chronologique n’est sans doute pas un hasard (Kermel-Torres 1987).

30 Expression consacrée (mais malheureuse) pour un hindou n’étant pas Harijan.

31 Les distances des trois villages à la ville qui leur est la plus proche sont représentatives des moyennes pour les taluks respectifs.

32 De fait, Chame prépare son arrivée au village en ayant des liens étroits avec sa famille sur place : il vient tous les mois à Naragalu avec 300 ou 400 Rs pour son père (lui-même rentré au village devenu vieux), et rapporte à Bangalore sa part de grains, soit un quart de la récolte puisqu’il a deux frères.

Table des illustrations

Légende Figure 1. Mottahalli : carte de situation
URL http://books.openedition.org/ifp/docannexe/image/5079/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 337k
Légende Les travaux effectués par la main-d’œuvre familiale autant que salariée sont inclus. On a exclu les travaux liés aux soins du bétail.Figure 2. Calendrier des jours de travail disponibles, par sexe et par mois, à Mottahalli
URL http://books.openedition.org/ifp/docannexe/image/5079/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 317k
Légende Enquête concernant 50 % des maisonnées. Le nombre des migrantes est proportionnel à la base des flèches, non à leur volume.Figure 3. Les migrations matrimoniales à Mottahalli : lieu de naissance des épouses et lieu de mariage des filles des habitants de Mottahalli
URL http://books.openedition.org/ifp/docannexe/image/5079/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 337k
Légende Le nombre des migrants est proportionnel à la base des flèches, non à leur volume.Figure 4. Lieux d’origine des immigrés saisonniers employés dans les moulins à canne de Mottahalli
URL http://books.openedition.org/ifp/docannexe/image/5079/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 445k
URL http://books.openedition.org/ifp/docannexe/image/5079/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 51k
Légende Recensement par échantillon de 50%.»Figure 5. Lieux de naissance des chefs de famille immigrés installés définitivement à Mottahalli
URL http://books.openedition.org/ifp/docannexe/image/5079/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 249k
Légende Figure 6. Le rôle des alliances matrimoniales dans les migrations en chaîneCommentaire Figure 6Kempamma, une Vokkaliga, est née dans un village près de Kanakapura. Elle fut mariée à Nanje Gowda et vint donc vivre chez lui à Arsikere. Elle y eut un fils. Mais (magie noire selon elle, simple histoire d’adultère selon d’autres), Nanje disparut un jour. Aussi rentra-t-elle chez sa mère, à Kanakapura, où elle passa un an comme ouvrière agricole.Par ailleurs, sa mère avait un frère, Shivanna, qui vivait à Arthakallu (Taminad) avec ses deux autres frères sur seulement 2,4 ha secs. L’exploitation étant trop petite, Shivanna vint trois années de suite travailler pendant la saison du jagre à Karasavadi et, tout près, à Mottahalli – où vivait son beau-père. Puis, la distance à parcourir tous les ans étant grande, il décida de s’établir définitivement à Mottahalli, pour y travailler dans des moulins à canne et comme salarié agricole.C’est de Mottahalli qu’il invita ensuite sa nièce Kempamma à venir s’établir avec son enfant au village. Il s’engageait à lui trouver du travail dans un moulin pour la saison du jagre. Ce qui fut fait. Elle parvint même, tout comme Shivanna, à obtenir un lopin dans la Colonie de la Pauvreté. Ce fut elle qui, à son tour, conseilla à un parent, Raje, de Kanakapura, de quitter son village où il ne possédait aucune terre pour venir à Mottahalli. Celui-ci le fit d’autant plus facilement qu’il pouvait compter sur l’assistance du frère de sa femme, qui vivait lui aussi à Mottahalli...
URL http://books.openedition.org/ifp/docannexe/image/5079/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 94k
Légende Figure 7. Mayagonahalli et Naragalu : carte de situation
URL http://books.openedition.org/ifp/docannexe/image/5079/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 271k
Légende Les travaux effectués par la main-d’œuvre familiale autant que salariée sont inclus. On a exclu les travaux liés aux soins du bétail.Figure 8. Calendrier des jours de travail disponibles, par sexe et par mois, à Mayagonahalli et Naragalu
URL http://books.openedition.org/ifp/docannexe/image/5079/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 259k
Légende Figure 9. La Porte de Mayagonahalli et sa croissance de 1960 à 1990
URL http://books.openedition.org/ifp/docannexe/image/5079/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Légende Enquête concernant 50 % des maisonnées. Le nombre des migrants est proportionnel à la base des flèches, non à leur volume.Figure 10L’émigration masculine à Mayagonahalli et Naragalu
URL http://books.openedition.org/ifp/docannexe/image/5079/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 186k
Légende Figure 11. Émigration vers Bangalore et Bombay au départ des villages de la route de Shravana Belgola à Nagamangala
URL http://books.openedition.org/ifp/docannexe/image/5079/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 155k
Titre Tableau 5. Niveau d’éducation des émigrés de Mayagonahalli et Naragalu
URL http://books.openedition.org/ifp/docannexe/image/5079/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 54k
Légende Enquête concernant 50 % des maisonnées. Le nombre des migrantes est proportionnel à la base des flèches, non à leur volume.Figure 12. Les migrations matrimoniales à Mayagonahalli : lieu de naissance des épouses et lieu de mariage des filles des habitants de Mayagonahalli
URL http://books.openedition.org/ifp/docannexe/image/5079/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 226k
Légende Enquête concernant 50 % des maisonnées. Le nombre des migrantes est proportionnel à la base des flèches, non à leur volume.Figure 13. Les migrations matrimoniales à Naragalu : lieu de naissance des épouses et lieu de mariage des filles des habitants de Naragalu
URL http://books.openedition.org/ifp/docannexe/image/5079/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 222k
Légende A partir des données du recensement de 1981.Figure 14. Densité de population (h/km2) par village en 1981
URL http://books.openedition.org/ifp/docannexe/image/5079/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 622k
Légende A partir des données du recensement de 1981. La localisation des villages étudiés est indiquée sur la fig. 14.Figure 15. Croissance démographique, par village entre 1961 et 1981
URL http://books.openedition.org/ifp/docannexe/image/5079/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 608k
Légende Figure 16. Croissance urbaine et croissance démographique des villages-témoins dans le district de Mandya
URL http://books.openedition.org/ifp/docannexe/image/5079/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 103k

© Institut Français de Pondichéry, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.