Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les attaches de l’homme

 | 
Jean-Luc Racine

I

2. Des systèmes ruraux adaptés aux fortes densités : les terres et les hommes du Sud Karnataka

Pierre-Jean Roca

Texte intégral

1Rural, le sud du Karnataka l’est assurément. Les cinq districts (Dakshina Kannada, Kodagu, Hassan, Mandya, Mysore) qui en font partie – et qui ont été choisis comme cadre de cette étude –, sont densément peuplés (densités rurales oscillant en 1991 autour de 209 h/km2, 23 taluks sur 37 dépassant 200 h/km2, huit d’entre eux dépassant 300 h/km2.

2Voilà les deux traits majeurs dessinant le décor structurel, dans le contexte géographique ici retenu, de la question « migrer ou pas ? ». Autrement dit, qu’est-ce qui fait que ces régions « retiennent » autant leurs populations rurales ? Posé ainsi, le problème pourrait laisser supposer que deux réponses exclusives l’une de l’autre constituent les deux faces d’une alternative : ou bien les campagnes du Sud Karnataka absorbent le croît démographique, ou bien elles « exportent » une partie de leur population. L’observation de la réalité nous montrera que les dynamiques sont plus complexes que ne le font entrevoir des statistiques globalisées au niveau des districts ou des taluks.

3Il serait aussi tentant de partir à la recherche de la cause originelle, de la cause des causes, explicative de la genèse et du maintien des fortes densités rurales observées : force est de constater que l’enchevêtrement des facteurs donne plus à penser à des processus en « boucles » (où la conséquence d’un phénomène « nourrit en retour » la cause qui le provoque, ou l’entretient), qu’à des causalités linéaires où il serait facile d’isoler le pourquoi primitif. Des régions mal dotées en facteurs naturels sont colonisées de longue date, d’autres régions éloignées des riches rizières arrosées par le barrage Krishnarajasagar sont pourtant fort peuplées : point de déterminisme du milieu donc, pas plus que de facteur culturel de « civilisation de la riziculture irriguée ». Aucun déterminant ne peut tout expliquer à lui tout seul.

4Repartir des faits implique de tenter de les serrer au plus près. On a donc choisi de privilégier l’étude de systèmes ruraux tels qu’ils ont été définis chapitre 1. Si le point d’entrée privilégié de l’analyse se situe à hauteur de système rural, cela ne signifie nullement que les autres échelles, où se déploient des acteurs, des flux et des structures propres, soient considérées comme secondaires : dans les niveaux supérieurs, par exemple, les forces du marché, les jeux « du » politique et les tendances et instruments « des » politiques devront être pris en compte. Dans l’État du Karnataka, ces dernières pèsent de toute leur influence tant dans le domaine social (réformes agraires, programmes anti-pauvreté, etc.) que dans celui des infrastructures (électrification, irrigation, etc.)

5Rural n’est équivalent ni à statique ni à stable, et mesurer le poids des héritages – on pense au système des castes – ne revient en aucun cas à sonder les inerties de l’immuable : au contraire, les données des enquêtes de terrain révèlent, en tous lieux, des dynamismes, des évolutions et des mobilités qui s’inscrivent dans le temps. A court terme, la saisonnalité des travaux agricoles cadence le rythme des opportunités d’emplois pour récolter le café dans les Ghâts ou pour couper la canne à sucre dans le Maidan. Dans le temps plus long, les systèmes ruraux franchissent des seuils structurels parfois imperceptiblement en s’adaptant – adoption progressive de nouvelles techniques culturales –, parfois plus nettement en se transformant – forage de puits tubés autorisant la pratique du maraîchage –, parfois enfin brutalement en révolutionnant leur fonctionnement – création d’un périmètre irrigué dans une zone d’agriculture antérieurement pluviale. (Racine, Roca, Landy 1989 : 27-36.)

6Quatre systèmes ruraux, prototypes des intersections possibles des conditions naturelles et des formations sociales rencontrées tout au long du transect étudié – de la côte du Dakshina Kannada au Maidan, seront au centre de l’analyse. Rappelons leur caractère déjà évoqué chapitre 1.

  • un système côtier, marqué par une structure sociale partiellement figée, mais dynamisé par l’axe routier qui va du Kérala à Bombay et, pour une part (mais guère dans les villages-témoins ici retenus), par l’argent envoyé par les migrants partis chercher fortune dans les pays du golfe Persique.
  • un système complexe de plantations (surtout café et cardamome) et d’agriculture vivrière dans les Ghâts occidentaux, appelés ici Malnad.
  • un système d’agriculture pluviale sur le plateau du Deccan ou Maidan. Ici les contraintes du milieu semblent gouverner les chances et les risques d’un paysannat implanté de longue date, sachant différencier ses stratégies pour mieux résister.
  • un système d’agriculture irriguée dans le même environnement naturel que le précédent. La modernisation de l’agriculture, dont l’utilisation de variétés à haut rendement de canne à sucre et de riz est la trace, y progresse à son rythme propre, non sans danger mais toutefois sans grands dégâts sociaux, du genre de ceux qu’entraîne l’exode rural.

7Il faut préciser ici que le système rural, objet géographique, a une inscription spatiale qui fait trace. Toutefois, on ne peut pas avancer pour autant qu’il ait une limite sensible, et en particulier visible : on ne peut toujours dire qu’en-deçà de telle ligne de démarcation on serait dans le système rural irrigué, alors qu’au-delà on se trouverait dans le système rural pluvial... La définition adoptée ici prend plus en compte les fonctions structurantes qui fondent l’identité stable d’un système rural que certains des faits observés bien réels mais peu significatifs des dynamiques globales. Ainsi en va-t-il de quelques parcelles irriguées par pompage au cœur d’étendues sèches dont la logique de conduite culturale s’inscrivant dans des stratégies anti-risque – caractéristiques du système rural pluvial – ne permet pas, malgré l’apport artificiel d’eau, de les rattacher à un « sous-système irrigué » que l’on dénommerait ainsi pour la circonstance. Si elle ouvre la porte à une certaine part d’interprétation, cette définition a l’avantage de ne pas s’arrêter aux apparences. Elle s’enracine dans les fonctionnalités d’un système rural : ce sont ces dernières qui l’individualisent véritablement. Dès lors, l’aire minimale d’étude d’un système rural n’est guère significative de la dimension de celui-ci : il suffit qu’elle permette d’y voir à l’œuvre les variables majeures dans leurs interrelations et les processus auxquels elles participent.

8Les systèmes ruraux que nous allons présenter au fil de ces pages n’offrent pas tous les mêmes tendances par rapport aux questions de migration ou/et d’enracinement. Il faut d’abord envisager milieux naturels et cadre administrativo-politique de l’État qui structurent le champ des possibles. Le fonctionnement des systèmes ruraux sera ensuite précisé.

Une nature multiple et un État unique

9Diversité et homogénéité caractérisent tout à la fois les cinq districts choisis comme zone d’étude. Les conditions naturelles sont extrêmement différentes d’une région à l’autre, des 4 mètres d’eau de pluviométrie moyenne annuelle des rivages de l’océan Indien à la sécheresse du Maidan, en passant par les hautes collines du Malnad plus arrosées encore. Les empreintes de l’homme et les aménagements y ont aussi des histoires diverses. Au carrefour des influences du milieu et des utilisations par les sociétés humaines, les caractéristiques agro-écologiques dessinent, en conséquence, des paysages fort variés.

10Par contre, c’est dans le cadre administratif et politique homogène d’un même État, celui du Karnataka, que se déploie cette diversité. Cet État mène des programmes guidés par des politiques relayées sur le terrain par une structure administrative relativement dense. Loin d’opposer diversité de la nature et homogénéité de l’encadrement étatique, on les rapprochera ici, afin de mieux faire ressortir tant la différence des représentations qu’on peut avoir des systèmes ruraux selon le point de vue adopté, que la tension existante entre l’ordre naturel toujours multiple et les logiques, tendant à être uniformes, des institutions représentant l’État.

Des contrastes naturels marqués.

Des cultures, des forêts, un plateau et des hommes

11D’ouest en est, le transect recoupe trois grandes régions naturelles, la plaine côtière, le Malnad et le Maidan. A la suite de Bourgeon (1989) et en simplifiant quelque peu sa classification, nous pouvons distinguer une série de paysages :

  • au bord de la mer d’Arabie ou mer d’Oman, on trouve des étendues planes ou peu ondulées, formations fluvio-littorales, largement occupées par des cocoteraies (on y note aussi manguiers et aréquiers) et des jardins (maraîchage). Ces paysages sont très humanisés car la densité y est forte. Faisant transition avec l’escarpement des Ghâts, encore majoritairement forestier, nous trouvons plus en retrait une zone de collines très disséquées et de reliefs résiduels. Quelques forêts secondaires s’y partagent l’espace avec des cultures (riz pluvial et rizières irriguées dans les dépressions, arachides, horsegram (Dolichos biflorus) et des plantations d’anacardiers ainsi que des cocoteraies.
  • après avoir passé l’escarpement des Ghâts, on entre dans la région du Malnad. Le revers des Ghâts se présente là comme un ensemble de relief complexe dont l’altitude va en déclinant de plus de 1 200 m à 900 m. Dans cette région de collines humides, la position morphologique et la pente règlent l’occupation du sol, et donc la physionomie des paysages : les croupes, aux sommets dénudés, sont livrées au pâturage (pelouses et pelouses à bosquets). Les flancs sont le domaine des plantations (surtout du café, mais aussi de la cardamome), des essences forestières replantées (teck, casuarina, acacia, artocarpus, terminalia, etc.) et des forêts secondaires. On note que les interfluves sont pour la plupart violemment érodés avec des décrochements quasi-verticaux ne ménageant aucune forme de transition avec le fond des talwegs, plus ou moins larges, mis en valeur par des rizières.
  • insensiblement, au fur et à mesure que l’on gagne vers l’est, les paysages deviennent de plus en plus secs. La morphologie générale s’adoucit. Seuls quelques inselbergs dominent la monotonie de la vaste pédiplaine affaissée çà et là de quelque dépression aux sols plus fertiles. Sa vocation tout agricole est nettement affirmée. Plus qu’ailleurs, l’homme commande ici aux tonalités des couleurs : en plein mois de janvier, le contraste entre les verts tendres ou soutenus des zones irriguées (par barrages et canaux, par tanks ou par puits) et les jaunes et ocres des zones d’agriculture pluviale est frappant, tant sur le terrain que sur les enregistrements des satellites (où l’irrigué apparaît en rouge). Dans les premières, le riz, la canne à sucre, l’éleusine dominent ; dans les secondes, éleusine, sorgho, horsegram assurent la subsistance. Les villages avec leur habitat groupé présentent selon les cas – la disponibilité de l’eau est globalement la condition modulante – des signes extérieurs de plus ou moins grande « richesse » : maisons et moulins solides couverts de toits de belles tuiles, vergers ou bosquets aux arbres vigoureux, ou au contraire habitat moins bien entretenu avec un couvert furtif d’arbres dispersés.

Des conditions naturelles dont l’homme a su tirer parti

12Quelle que soit l’échelle où l’on se place, la dynamique de l’eau est un facteur d’explication fondamental pour comprendre le fonctionnement et la répartition dans l’espace des systèmes ruraux. Le régime climatique – on est à 13° de latitude Nord – est sur une bonne part du Maidan à deux saisons pluvieuses, une au printemps, l’autre à l’automne (régime de Mysore, total annuel moyen : 755 mm, fig. 1), mais sur la côte sud-ouest, les pluies de mousson viennent augmenter considérablement le pic printanier tant en quantité qu’en durée, ce qui a pour conséquence de faire disparaître les minima estivaux : le régime est alors unimodal (régime de Udupi, total annuel moyen : 4119 mm). La barrière des Ghâts joue un rôle majeur dans l’orientation du gradient des totaux pluviométriques, des pluies diluviennes de la mousson du Dakshina Kannada jusqu’à la semi-aridité du Maidan, en passant par les fortes pluies des Ghâts (régime de Sakleshpur, total annuel moyen 2210 mm). A l’ouest de la ligne de crête, le ruissellement, renforcé par l’imperméabilité de vastes surfaces latéritiques, entraîne des formes d’érosion violente sur les reliefs et l’ablation des couches superficielles du sol dans les parties moins pentues. Tout un ingénieux système de diguettes et « casiers » observable dans les plantations et les jardins de la plaine côtière permet de pallier ces contraintes. A l’est, c’est dans l’immensité des bassins-versants descendant vers le golfe du Bengale, qu’il a été tiré parti depuis fort longtemps – les premiers tanks dateraient de la dynastie des Gangas à partir du ve siècle –, de la fonction de naturel « château d’eau » exercée par les bourrelets bien arrosés des Ghâts : en effet, toute cette eau tombée du ciel n’est pas perdue. Elle est, avec les moyens techniques dont on a pu disposer à chaque époque, utilisée pour desserrer, en aval, l’étreinte de la sécheresse. Le gradient de celle-ci, cartographiée à partir de la définition des « mois secs » de Bagnouls et Gaussen (Pascal 1982) est extrêmement violent : on passe en une centaine de kilomètres de la région des 4 à 5 mois secs annuels sur les sommets dominant Sakleshpur, aux 7 à 8 mois secs des environs de Nagamangala (fig. 2).

13Les sols présentent de multiples facettes dont on ne peut suivre les déclinaisons qu’à grands traits : l’occupation millénaire de l’espace montre, quant à elle, la grande variété des formes d’adaptation des sociétés rurales aux nuances pédologiques. Nulle part dans notre zone d’étude, les qualités chimiques des sols n’opposent au développement rural de contraintes rédhibitoires ; les déficiences sont contournables par des apports d’engrais, jusqu’à ces dernières années subventionnés, et donc à portée de main d’une bonne part des paysans – mais qu’en est-il pour ceux qui n’y ont pas accès ? Par contre, les caractéristiques physiques conditionnent largement les potentialités agronomiques. Sur la plaine côtière et dans le système de collines en bordure de celle-ci, les formations fluvio-littorales et les altérites (altération de la roche en place) ont des RFU (Réserve Facilement Utilisable) moyennes. De même, les aptitudes pour les réserves en eaux de surface et de moyenne profondeur (exploitables par puits) sont assez limitées, surtout quand la latérite n’est qu’à 3 ou 4 m de profondeur. Lorsque celle-ci forme des carapaces en surface, le sol impropre à une exploitation agricole devient un gisement pour la construction de maisons (découpage de blocs d’une quarantaine de centimètres de longueur dans la couche indurée).

Figure 1. La pluviométrie, de la côte au Maidan

14Dans le Malnad, les sols ferrallitiques dominent : bien développés sur les gneiss et granites des collines, ils ont en commun avec les sols sableux des bas-fonds une caractéristique chimique : l’acidité. Seuls, les sommets des croupes ont une RFU très faible ; partout ailleurs, la texture des sols et l’ambiance climatique générale (altitude et totaux pluviométriques) se conjuguent pour que ne soient pas limitées les entreprises agricoles des hommes.

15Dans le Maidan, c’est à partir d’un fond commun d’altération du substrat granito-gneissique que le modelé induit, dans le détail, la répartition des sols : on opposera ainsi grossièrement, les sols « rouges » des glacis (sols fersiallitiques) à la RFU faible ou moyenne, aux sols « noirs » des bassins (sols bruns vertiques et vertisols) plus fertiles et à la RFU moyenne ou bonne.

L’État du Karnataka : un territoire encadré

16L’Inde a une longue tradition d’orientation et de mise en pratique effective des politiques concernant le développement et, de façon plus générale, la vie de la nation. Cela se traduit dans les faits par un encadrement administratif serré qui, de la capitale New-Delhi, descend jusqu’aux plus petits villages, en passant par plusieurs niveaux remarquables : État, district et taluk.

  • 1 Chiffres datant de 1983-84 cités par P. Hanumantha Rayappa et G. Nagaraju (1990).
  • 2 Premiers résultats du recensement de 1991.
  • 3 SRS Data on Infant Mortality Rate, 1989.
  • 4 3 995 Rs/habitant à prix courants en 1989-90 (Estimation de l'Economic Survey, 1989-90).

17L’État du Karnataka n’est pas, par rapport à l’Inde en général, un État « à la traîne » : 35 % de la population en-dessous de la ligne de pauvreté (ensemble de l’Inde : 37,4 %)1, 56 % d’alphabétisés (ensemble de l’Inde : 52 %)2, 89 %o de mortalité infantile dans les zones rurales et 53 %o en zones urbaines (respectivement 98 %o et 58 %o pour l’ensemble de l’Inde)3. Si l’on en juge par le revenu moyen par habitant, le Karnataka4 se situe dans la moyenne de l’Inde en général, mais il est tout de même classé par le gouvernement central, peut-être au regard des indicateurs cités plus haut, dans les États « en avance »...

D’après J.P. Pascal, Bioclimats des Ghâts occidentaux, carte au 1/500 000e, 1982.
Figure 2. Le gradient de la sécheresse au Sud Karnataka

18Sans vouloir nier l’importance de la planification nationale – du ressort de la National Planning Commission –, il faut remarquer qu’au Karnataka les orientations prises au niveau de l’État soulignent nettement la spécificité de ses politiques dans au moins trois domaines : ceux de la réforme agraire, de l’irrigation et de ce que l’Inde appelle la « justice redistributive ». Dès 1974, sous la houlette du ministre-en-chef congressiste de l’époque, Devaraj Urs, la réforme agraire a instauré un plafond de superfcie des terres exploitées : 10 acres irriguées (1 acre = 0,4047 ha) et 54 acres non irriguées. L’interdiction du faire-valoir indirect, combinée avec les redistributions de terres, a abouti à des résultats certes mitigés sur le plan socio-économique (effets pervers de l’émiettement de la propriété et de la suppression des opportunités de certains revenus pour les ouvriers agricoles qui mettaient en valeur les terres des absentéistes), mais indéniables sur les conséquences migratoires : un demi-million de cultivateurs sont devenus propriétaires (Nanjundappa 1976), et donc plus attachés à leur terre.

  • 5 Economic Survey, 1989-90, Planning Department, Government of Karnataka, Bangalore.

19L’irrigation est un des axes prioritaires de développement du Karnataka et ce, depuis de longues années : les divers plans quinquennaux – le premier date de 1951 – ont repris à leur compte l’impulsion décisive donnée par Vishveshvarayya, diwan du maharaja de Mysore, quand il a lancé la construction du barrage-réservoir dit Krishnarajasagar en 1914. Jusqu’à présent, les efforts de l’État ne se sont pas démentis puisque dans la période correspondante au VIIe Plan, achevé en 1990, l’irrigation occupait le second rang des dépenses5 juste après l’énergie (respectivement 7 976 et 9 149 millions de Rs à comparer aux 3 435 millions de Rs consacrés à l’agriculture et aux 3 675 du développement rural).

Tableau 1. Surfaces irriguées dans le Karnataka (en centaines de milliers de hectares)

Période

Grands et moyens projets

Petits projets

Total

Pré-plan

2,16

4,55

6,71

Ier plan (1951-56)

2,63

4,62

7,25

IIe plan (1956-61)

3,99

4,79

8,78

IIIe plan (1961-66)

5,77

5,34

11,11

IVe plan (1969-74)

7,21

6,96

14,17

Ve plan (1974-79)

8,98

8,08

17,06

VIe plan (1980-85)

11,61

14,13

25,74

VIIe plan (1985-90)

13,16

16,79

29,95

Economic Survey 1989-90, Government of Karnataka.

20Ces chiffres donnent d’ailleurs la mesure de l’intérêt de l’État pour son agriculture et par voie de conséquence, pour les zones rurales : 27 % du budget du VIIe Plan, soit 1,5 milliard de Rs strictement consacré à ce qui constitue le poumon de son économie, sans compter, puisqu’on ne peut pas départager dans le budget général zones rurales et urbaines, ce qui revient aux premières dans les dépenses de santé, de nutrition, d’équipements et de scolarisation...

  • 6 Remplaçant depuis avril 1989, en une seule structure, le National Rural Employment Programme et le(...)
  • 7 Integrateci Rural Development Programme.
  • 8 Ces deux programmes, tout comme l’IRDP (cf. note 7) – mais de moindre portée que ce dernier qui a (...)
  • 9 Rural Employment Guarantee Scheme (REGS).
  • 10 Définis officiellement comme Scheduled Castes, Scheduled Tribes (SC/ST), c’est-à-dire les castes d (...)

21Le troisième exemple d’intervention de l’État est lui aussi lourd de sens au regard des logiques migratoires ou d’enracinement de la population rurale : c’est de façon évidente dans le domaine de la « justice redistributive » que les politiques du Karnataka ont voulu marquer de leur empreinte les processus de développement. Les effets de ceux-ci n’avaient pas « percolé » jusqu’aux couches les plus pauvres de la société. Sur ce sujet, le constat était national. Cette prise de conscience a eu, dans le Karnataka, à partir du Ve Plan quinquennal, un écho particulier. Les pièces maîtresses des politiques sociales ont été les programmes nationaux de lutte anti-pauvreté : qu’ils aient pour but le soutien alimentaire (le Public Distribution System avec ses boutiques ouvertes à deux types de bénéficiaires) ou l’allégement des problèmes de sous-emploi (le Jawahar Rozgar Yojana6), ou encore le soutien direct aux activités agricoles (le Programme de développement rural intégré7 et les différentes structures de crédit rural), ils veulent tous manifester la sollicitude d’un État qui, s’il n’est pas perçu comme sans arrière-pensée, est tout de même ressenti comme proche (Kermel-Torres et Roca s.d.). Et cela, d’autant plus que le Karnataka prend en charge directement (c’est-à-dire sans le soutien du gouvernement central de New-Delhi) certains programmes tels que Anthyodaya et Negalubhagya8 ou encore le Plan de garantie de l’emploi rural9. La perception de la proximité de l’État est aussi renforcée par la diversification des programmes affrontant des contraintes spécifiques : formation professionnelle des jeunes (trysem), déforestation (Western Ghats Programme), sécheresse et érosion (Drought-Prone Area Programme ; actions du Dry Land Development Board), etc. Enfin, on ne peut omettre de citer vis-à-vis des capacités de rétention de leur population tous les villages qui ont bénéficié de la politique d’électrification (réalisée totalement depuis 1988-89) et des projets de construction de maisons pour les Harijans et les tribus10, en particulier dans le cadre du Minimum Needs Programme, cherchant à répondre aux besoins essentiels.

22A partir du Ve Plan, une certaine attention a été portée, en Inde, à l’organisation et à l’administration décentralisée au niveau du district, sans que suite soit toujours donnée aux bonnes intentions. Au Karnataka, c’est en 1987 que la loi de décentralisation a inauguré une nouvelle façon de planifier le développement et de gérer ses fonds à travers les institutions du Panchayat Raj : mandai panchayat élu démocratiquement au niveau du groupe de villages, zilla parishad au niveau du district, deux conseils destinés à faire remonter vers les décideurs l’expression des besoins de la base et à fixer les priorités. Le système du Karnataka est, à cet égard, regardé comme une expérience pilote qui pourrait devenir un modèle pour le reste du pays. (Sreekantaradhya 1991.)

  • 11 On note même un dédoublement de certaines fonctions, introduit par l’entrée en vigueur des institu (...)
  • 12 Fonctionnaire responsable de toute l’administration du taluk. La fonction est ancienne mais son rô (...)

23Des fonctionnaires sont nommés11 pour que la décentralisation soit effective aux niveaux du district et du taluk. En ce qui concerne la mise en pratique des programmes, le taluk constitue toujours l’échelon administratif intermédiaire entre le district et le village. A sa tête, le tahsildar12 occupe aujourd’hui un rôle de premier plan dans l’appel, l’orientation et la canalisation des aides spécifiques. Les rapports entre fonctionnaires, soumis à un système de rotation assez rapide, et les élus formant les mandai panchayats sont parfois complexes, mais c’est dans ces réseaux que les villageois jouent, ou essaient de jouer, la carte des influences politiques et des appartenances de castes. Celles-ci ont vu leur rôle renforcé par les effets imprévus de la loi de décentralisation de 1985 (voir Aziz 1989 : 32-49), dans la mesure où elles dominent de leur ombre portée silencieuse les rapports de force à la base de la société rurale, aux niveaux désormais privilégiés pour l’action et la décision.

Une agriculture diversifiée dans une économie viable : les systèmes ruraux du Sud Karnataka

Pêcheurs, serfs et maîtres : un système rural littoral

24La frange côtière bordant la mer d’Oman et les espaces intérieurs faisant transition avec les Ghâts sont le lieu d’une intense activité rurale marquée par deux polarités inégales et un axe structurant. Le pôle pêche côtière, de faible poids, et le pôle agriculture, gardant quelque chose d’un féodalisme à l’indienne, organisent des faisceaux de relations socio-économiques concentriques – à l’échelle locale et régionale –, recoupés par le grand axe qu’est la route nationale 17, allant du Kérala au Maharashtra et sur laquelle circulent d’importants flux d’hommes et de produits avec un net tropisme pour le nord du Karnataka et Bombay.

25Quatre productions principales dominent l’agriculture de ce système rural : le riz, le cocotier, l’aréquier et l’anacardier. Cultiver du riz peut prendre différentes significations selon les moyens dont dispose l’exploitant et selon les buts recherchés. Ici, il est semé et transplanté en juin et récolté fin octobre, suivi dans le calendrier cultural par de l’arachide ou du horsegram. Là, il est planté en association dans une jeune cocoteraie. Dans une troisième exploitation, deux riz intensifs se succèdent de fin mai à décembre.

26Dans le premier cas, le riz de rendement assez moyen sert surtout, comme céréale de base, à la consommation personnelle du groupe domestique. Seuls les surplus de l’arachide ou d’autres légumineuses (horsegram, redgram, etc.) qui lui succèdent procureront un revenu monétaire. Dans le second cas, le riz n’est que « vivrier », et rend moins longue l’attente de la phase d’exploitation du cocotier (à partir de l’âge de six à sept ans). Dans le dernier cas, la rizière est censée rapporter de l’argent : si le premier riz « couvre » en priorité les besoins quotidiens, le second destiné à la vente est l’objet de soins particuliers. Seuls les exploitants capables d’investir pour contrôler très exactement le niveau de la lame d’eau (dans les deux sens, soit en termes de drainage nécessaire, soit en termes d’apport complémentaire d’eau par pompage), et enrichir suffisamment le sol par des épandages d’engrais et utilisant des variétés à haut rendement, réussissent cette spéculation. De la même façon, les cocoteraies productives sont celles où le propriétaire peut assurer une alimentation en eau régulière par l’utilisation plus ou moins fréquente d’une pompe. L’acquisition de celle-ci est le fait d’exploitants plus « modernes » que les autres : ils se rencontrent surtout sur la bande côtière. Disposer d’un petit pécule provenant de l’épargne accumulée à l’occasion d’une migration dans un des pays du Golfe Persique – que celle-ci concerne l’agriculteur lui-même ou un des membres de sa famille – est alors un atout considérable. Notons au passage que ces circuits migratoires à destination de Dubaï, Bahreïn, Qatar et autres États pétroliers, ont été expérimentés et rodés par des Kéralais : la proximité de la nationale 17, qui vient, on l’a dit, du Kérala, est certainement un facteur favorisant.

27A l’opposé, à l’intérieur des terres, c’est la difficulté de circulation, la dispersion des hameaux et leur relatif isolement qui frappent l’observateur. Jusqu’au riz qui, à l’exception des bas-fonds où il est irrigué – selon des modes identiques à ceux identifiés plus haut – se trouve largement ailleurs sous forme de riz pluvial.

  • 13 Le Karnataka Preservation of Tree Act, datant de 1976, réglemente en principe la coupe du bois sur (...)

28Les spéculations arboricoles (cocotier, anacardier et aréquier) sont en pleine expansion : leur encouragement par le gouvernement ne pourrait pas justifier à lui seul leur succès ; leurs surfaces s’accroissent parce qu’elles constituent une forme d’investissement sur la terre à moyen et long terme qui favorise les intérêts des plus riches. Rapportant plus que le riz, elles nécessitent entre leur mise en place et leur entrée en production une immobilisation de capital que seuls les propriétaires terriens exonérés du souci de la survie quotidienne peuvent se permettre. Toutes ces plantations offrent des opportunités de travail à des journaliers : celles-ci sont très étalées tout au long de l’année ; mais pour les cocoteraies, dominantes sur la côte, les mois de récolte sont surtout ceux d’août, septembre, octobre. L’exploitation de la forêt, bois de feu, bois d’œuvre, mais aussi compostage des feuilles, est soumise à autorisation : les dégâts écologiques constatés sembleraient montrer que la loi13 est souvent tournée.

29Secteur économique ayant subi une mutation vigoureuse, la pêche ne présente plus, dans le système rural étudié, le visage d’activité communautaire socialement structurante qu’elle avait encore dans les années soixante-dix : la pêche sur de petits chalutiers, développée par une nouvelle classe d’entrepreneurs capitalistes dans quelques ports relativement importants (Gangoli, Malpe, Mangalore) a réduit à néant les pêches collectives au filet qui mobilisaient soixante-dix à quatre-vingts hommes d’un village (avec parfois deux à trois « filets communautaires » par village). Désormais, pour se nourrir, leurs habitants en sont réduits à aller chercher des embarquements aléatoires comme ouvrier-pêcheur sur les bateaux des « patrons-armateurs ».

30En ce qui concerne les emplois non agricoles, ce système rural est marqué par un fort déséquilibre entre la côte et l’intérieur des terres. Sur le littoral s’est développée depuis fort longtemps toute une série d’entreprises petites ou moyennes. Les secteurs de la construction et de la charpenterie-menuiserie, des briquetteries et des tuileries emploient bon nombre d’ouvriers au statut précaire selon un rythme annuel complémentaire de celui des travaux des champs. Si le système des castes tendait traditionnellement à orienter (ou à enfermer) les actifs dans une spécialisation professionnelle, on observe aujourd’hui, surtout le long de la nationale 17, que cette reproduction sociale ne se fait plus à l’identique. Si quelques castes (Bunts et Brahmanes en particulier) pèsent toujours lourd dans le monde des propriétaires fonciers, on relève une diversification croissante des artisans vers des métiers de service, comme petits commerçants, gérants de minuscules auberges, etc.

31Il est intéressant de noter qu’il y a encore deux décennies, la morte-saison – novembre à février – était l’occasion de migrations de travail dans les Ghâts : sous la houlette d’un contremaître, intermédiaire entre planteurs et migrants, les ouvriers saisonniers partaient pour ces, quatre mois faire la récolte du café. De nos jours, la diversification économique a réduit l’ampleur et la nature de ce circuit : on peut être occupé tout au long de l’année, du moins sur la côte. Ici, un migrant potentiel n’a plus qu’un seul choix : partir pour une destination lointaine et pour longtemps. Au contraire, dès qu’on s’éloigne d’une quinzaine à une trentaine de kilomètres du rivage, les structures économiques portent la trace des pesanteurs de la reproduction sociale : la diversification des activités n’est pas encore à l’ordre du jour.

32Les structures agraires sont le reflet des structures sociales : la tenure est marquée au sceau d’un système semi-féodal qui a cependant un peu évolué depuis la réforme agraire de 1974 avec, ici encore, de notables différences entre la côte et l’intérieur (voir ci-dessous l’étude de K. Nagaraj). Sur la côte, les propriétaires appartenaient auparavant aux castes supérieures (surtout Brahmanes, et à un moindre degré Bunts, Ganigas, Devadigas, Madivalas, Acharis, etc.), les musulmans étant pour leur part très tournés vers le commerce. Les parcelles étaient louées à des fermiers Billavas et Mogaveeras, ou bien encore à des Harijans ou à des tribaux. Aujourd’hui, les anciens tenanciers ayant pu acquérir des droits sur la terre, les exploitations sont pour la plupart de taille moyenne, entre 5 et 10 acres. A l’intérieur des terres, les grands propriétaires sont restés maîtres du jeu, même si leurs noms n’apparaissent pas toujours clairement sur les registres cadastraux. De nombreux Bunts, traditionnellement cultivateurs, exploitent directement leurs terres tandis que les Brahmanes se sont reconvertis vers d’autres activités. Le système foncier n’évolue ici que très lentement : l’inégalité d’accès à la terre se traduit par un paysage foncier paradoxal, beaucoup de terres semblant sous-exploitées. Du côté des techniques agricoles, on note que la modernisation n’avance qu’à pas comptés. Ces deux faits suffisent à souligner l’inertie sociale de ce monde des collines. Cette inertie est aussi remarquable dans un autre domaine : nombre d’ouvriers agricoles restent asservis ou du moins liés par des relations clientélistes aux maîtres, qui certes les exploitent, mais leur donnent aussi une place pérenne et un statut dans la société rurale. A un moindre degré, les pêcheurs sont dépendants de leurs patrons, et cela à deux titres : opportunités d’embarquement au premier chef, mais aussi crédit usuraire qu’ils obtiennent pour pouvoir passer les deux mois où la pêche est suspendue, lors du pic de la mousson.

33Les infrastructures d’éducation sont, dans la région côtière, plus nombreuses et plus diversifiées – de l’instruction de base aux niveaux universitaires – que partout ailleurs vers l’intérieur ou à plus forte raison dans les Ghâts. Cette caractéristique est fondamentale et constitue un trait véritablement original de la formation sociale de ce système rural. Ceci a un double effet : l’habitude est ainsi donnée aux plus jeunes de quitter leur village pour aller étudier sur la côte, dont la force d’attraction est ainsi renforcée. De façon subséquente, le brassage qui y est ainsi provoqué rend cette société plus mobile et potentiellement moins figée. En second lieu, comme de nombreux auteurs l’ont souligné (Ramachandran 1989 :69-74), l’économie rurale traditionnelle est incapable d’absorber les nouveaux diplômés. Leurs qualifications les prédisposent alors au départ. Ceci a de graves conséquences pour les terres intérieures : le dynamisme des plus entreprenants se traduit par leur volonté de faire suivre à leurs enfants la scolarité la plus poussée possible. Ceux-ci, devenus migrants potentiels ou réels, n’entraînent en rien leur milieu d’origine vers le changement. Il y a là, en quelque sorte, exportation de chances d’évolution, et renforcement du tropisme côtier.

34Le système rural décrit dans les lignes précédentes présente un bel exemple d’antagonisme entre facteurs de rétention et facteurs de mobilité de sa population. L’ensemble des constats faits ici pourrait faire penser à un système très rigide – bien que très hétérogène du point de vue économique et social –, et peu évolutif Pourtant, à la mesure de cette rigidité, des forces de changement minent la stabilité apparente et la fissurent. Diversification économique, renouvellement des courants migratoires et structures de scolarisation sont de ce point de vue autant des symptômes que des causes des dynamiques en cours d’émergence.

Des plantations et des hommes : un système rural au cœur des Ghâts

35Plantations, forêts et riziculture sont les trois piliers de ce système rural, au cœur du Malnad, là où les difficultés de circulation – on est entre 750 et 1500 m d’altitude dans un paysage de hautes collines et de croupes – n’ont pas empêché la mise en valeur, ni la dégradation écologique quand certains seuils ont été ou sont dépassés.

36La définition de ces seuils n’est guère aisée et cela pour plusieurs raisons : la diversité des facettes écologiques se traduit par une extrême variété des niveaux de fragilité de l’environnement. Ici, telles pratiques de cultures sous forêt ou d’abattage sélectif conduiront, après quelques modifications floristiques et structurales, à un milieu métastable, alors que là, à cause d’une pente un peu plus forte ou d’une exposition plus sensible à la mousson, elles aboutiront à une stérilisation définitive. On ne peut donc pas facilement généraliser et classer les pratiques de mise en valeur dans l’absolu.

37Le franchissement d’un seuil écologique est très rarement déterminant : c’est le caractère de réversibilité, ou non, de la nouvelle situation créée qu’il est important de considérer. Pascal (1986) a pu analyser les termes de transition entre les différents types de succession de formations végétales secondaires du sud de l’Inde en montrant bien que les évolutions n’étaient pas univoques et que des phases de recomposition pouvaient succéder à des périodes de dégradation. Malheureusement, en la matière, c’est souvent l’irréversibilité des déséquilibres qui déclenche la prise de conscience de la catastrophe, que marquent appauvrissement édaphique, perturbations graves de l’alimentation en eau des plantes et érosion accélérée.

38Néanmoins, sans vouloir ignorer ni les seuils ni les différences de sensibilité des milieux, on peut classer la multiplicité des exploitations des ressources observée sur une échelle de gravité des risques : celle-ci sera modulée par deux facteurs, qui peuvent d’ailleurs jouer de façon antinomique. Le premier d’entre eux concerne la « puissance technique » des groupes sociaux d’utilisateurs : les bûcherons à la recherche de Calophyllum polyanthum au fût si droit et si résistant (Pascal 1984) qu’on ne lui connaissait pas de concurrent pour en faire des mâts de bateaux sont somme toute moins « dangereux » que les industriels du contre-plaqué fabriqué à base de Dipterocarpus indicus, Calophyllum polyanthum, Vateria indica, Palaquium ellipticum, etc. En second lieu interviennent les intérêts, plus ou moins grands, que ces groupes d’utilisateurs ont vis-à-vis de la reproduction in situ des ressources du milieu, ou au minimum de leur non-disparition à un rythme trop rapide : on peut noter que des méthodes empiriques d’enrichissement volontaire et de régénération en espèces « utiles » ont été pratiquées très tôt par les forestiers. Pour les paysans il en va tout autrement, car ils n’ont guère les moyens d’inverser le sens des évolutions induites par leur exploitation des ressources.

39Les forêts méritent d’être citées au rang des structures productives tant la reproduction du système rural en dépend. Depuis le temps des premiers essartages – les kumris, parcelles de culture en forêt, héritage des droits de culture itinérante, ont été abolis en 1890 –, les paysans n’ont jamais cessé d’avoir sur la forêt des droits d’usage. Avec une belle continuité, et ce depuis le temps de la présence britannique, la législation a toujours tenté de placer les forêts sous contrôle de la puissance étatique. Mais les pratiques locales ont toujours été plus fortes : le pâturage du sous-bois, la collecte du bois de feu, l’abattage du bois d’œuvre et la récolte du feuillage – utilisé sous forme de fourrages ou d’engrais vert –, surtout en juin, juillet et en janvier, février, ont fait évoluer le paysage forestier vers une mosaïque complexe que les prélèvements permanents rendent de plus en plus déséquilibrée.

  • 14 Programmes de « foresterie sociale » lancés à partir de 1986.

40Les programmes de reboisement, menés sur les terres publiques, ont longtemps échoué à endiguer la dégradation du couvert arboré. Les paysans n’ont pas bien accueilli les mises en défens de parcelles de reforestation monospécifique. Par contre les mélanges d’espèces à croissance rapide pour certaines, et lente pour d’autres14, et donc à multiples usages, semblent mieux correspondre aux utilisations habituelles de ces espaces, où agriculture et forêts forment avec l’élevage une totalité qui a ses cohérences et sa logique.

  • 15 Il faut rappeler que les caféières du Karnataka représentent 60 % de l’ensemble des surfaces plant (...)

41Le café domine l’économie des plantations15. Cultivé comme culture commerciale depuis la moitié du xixe siècle, il a tendance, avec le déclin de la cardamome (Elettaria cardamomum), à gagner du terrain. Planté sous ses deux modalités (variétés Robusta et Arabica), on ne le trouve guère en tant que monoculture que dans les grands domaines qui dépassent 100 voire 500 acres. Les agriculteurs, en majorité des Lingayats et des Vokkaligas, essaient de tirer parti de la diversité méso-écologique et de limiter les risques qui seraient inhérents au choix d’une culture unique : leurs exploitations ont en moyenne entre 5 et 10 acres et leur économie repose aussi sur la cardamome, l’aréquier, le riz, le piment et l’élevage. La gestion de la caféière s’intègre alors forcément tant au calendrier de travaux qu’au choix des investissements (concurrence pour les engrais) ; outre la récolte des cerises du café, les paysans coupent régulièrement les arbres d’ombrage (bois de feu) et abattent les arbres trop vieux (bois de charpente).

42Plusieurs facteurs ont concouru à la décroissance des surfaces occupées par la cardamome : après son âge florissant, de 1930 à 1960, la culture de la cardamome est devenue plus risquée par fatigue des sols, dégradation de l’ambiance microclimatique (dégradation du couvert arboré aggravant de courtes phases de sécheresse auxquelles la plante est très sensible), et aussi à cause d’attaques virales. Néanmoins les plantations de cardamome conservent une place importante, notamment en association avec l’aréquier qui sert alors de tuteur et d’arbre d’ombrage. Les périodes de travail, du fait de la récolte, s’étalent de fin juillet à janvier.

43L’élevage est pratiqué avec un triple objectif : force de traction (buffles), lait (d’abord autoconsommé), et restitution de matière organique (parfois envisagée comme une véritable production, puisqu’elle peut être vendue). Le transfert de fertilité se fait des pâturages et des sous-bois vers les rizières et les plantations où le fumier est répandu. La diminution des surfaces pâturables (mises en défens plus strict des réserves forestières par exemple, et/ou expansion des plantations) pourrait amener une baisse du nombre total de bovins et par conséquent une hausse de l’utilisation des engrais chimiques.

44La riziculture, enfin, est à la base de l’économie vivrière de ce système rural. Même si le riz pluvial est encore présent, c’est surtout la riziculture de bas-fonds irrigués qui est au centre des préoccupations des paysans : la transplantation se fait en juillet-août et la récolte commence au plus tôt à la mi-novembre. Là encore, on note une bonne intégration des différents éléments des systèmes de production (fig. 3).

45Ceci a évidemment des conséquences sur l’étalement des travaux, et donc sur les capacités de ce système rural à offrir de façon continue des opportunités de revenus quotidiens réguliers : les cendres domestiques sont utilisées comme apports minéraux ; les limons des étangs artificiels (les tanks) et les composts de feuilles viennent enrichir la rizière. La paille de riz est récupérée. Mélangée aux déjections animales elle sert de fumure dans les plantations. Alors que seules ces dernières étaient à la base des rentrées monétaires des exploitants, une nouvelle culture commerciale, celle du piment – succédant au riz dans le calendrier cultural – ne cesse de faire de nouveaux adeptes.

F Floraison
P Pépinière
r café robusta
T Transplantation
a café arabica
R Récolte
Figure 3. Le calendrier agricole dans le Malnad

46Dans ce système rural, les activités non agricoles sont peu nombreuses : salariés de l’État et commerçants mis à part, les emplois sont tout de même liés à des fonctions économiques ayant des relations étroites avec l’agriculture ou la forêt. Les chantiers d’infrastructure de circulation, le creusement et l’entretien de mares artificielles, le creusement de canaux d’irrigation dans le Maidan tout proche, sont de celles-là.

47La formation sociale, tant dans son état actuel que dans son développement historique, est marquée par l’économie du café, moteur principal de la reproduction des exploitations. Le monopole de la commercialisation en revient au Coffee Board, l’État étant attentif aux politiques de développement des caféières. Bien que la catégorie des paysans-planteurs soit très diverse du point de vue des moyens investis et du capital foncier, une certaine communauté d’objectifs les réunit dans le maintien de la pérennité de leur exploitation, ce qui a pour conséquence de solidifier le lien qu’ils ont avec leurs terres. Celles-ci appartiennent surtout à des Lingayats, et à un moindre degré à des Vokkaligas, deux castes composées majoritairement d’agriculteurs.

Les contrastes du « pluvial » et de l’irrigué : les systèmes ruraux du Maidan

48Au fur et à mesure que l’on gagne vers l’est, les paysages accusent de plus en plus les coups de la sécheresse, tandis que facteurs anthropiques (jouant depuis plus d’un millénaire) et facteurs climatiques concourent à une certaine raréfaction de la strate arborée. Alors que l’on se trouve dans un milieu physique homogène, quoique marqué par un gradient d’aridité croissanté du nord-ouest au sud-est, un élément discriminant fondamental va permettre de distinguer deux environnements différents : il s’agit de l’irrigation par grands barrages et canaux – à l’exclusion, donc, des puits équipés ou non, et des retenues plus ou moins modestes que sont les tanks.

Le système rural pluvial

  • 16 On sait depuis les travaux de Franquin, que si la pluviométrie de la période considérée (décade ou (...)

49Il repose sur une agriculture à trois éléments principaux avec des cultures annexes qui n’en sont pas pour autant secondaires, comme on le verra plus loin. Le quotidien est assuré par du jowar, variété de sorgho, du ragi ou éleusine (Eleusine coracana de la famille des millets), et par du riz. Le horsegram (mais aussi d’autres légumineuses), les légumes (tomates, choux, piments, etc.), le mûrier et le cocotier viennent en renfort, jouant chacun un rôle particulier. Le calendrier cultural montre une grande adaptation de ces systèmes de culture non seulement à la zone agro-écologique prise dans sa globalité (pluviométrie moyenne annuelle tournant autour de 900 mm), mais aussi aux variations inter-annuelles qui sont très grandes. Celles-ci peuvent être caractérisées par les courbes d’évolution des quartiles de pluviométrie mensuelle (fig. 4), indiquant combien on a de chances d’avoir au moins une valeur pluviométrique donnée. Les intersections de ces courbes avec celles de l’évapotranspiration (etp) et de la demi-ετρ16 dessinent un calendrier des risques : on voit sur la figure 5 que la pluviométrie qui assurerait des cycles culturaux des céréales (sorgho et éleusine) à peu près normaux correspond à la courbe « q2 ». Malheureusement ces pluviométries mensuelles ne se produisent qu’une année sur quatre. On peut étendre ce raisonnement à l’évolution des probabilités d’avoir des pluviométries supérieures soit à l’etp(notée p1) soit à la demi-etp(notée p2) : les résultats de cette analyse sont résumés en figure 5 : on prend ici toute la mesure du risque qu’encourent les agriculteurs notamment en juin, juillet et août puisque les probabilités d’être en période semi-humide sont inférieures à 0,4, soit quatre années sur dix où cet « événement » a des chances de se produire, alors que les probabilités d’être en période humide (nécessaire pour un développement végétatif assurant le meilleur rendement), sont toutes inférieures à 0,1, soit une année sur dix...

50La réponse paysanne à ces contraintes sévères se traduit dans le calendrier cultural, remarquable exemple de stratégie anti-risque. On observe en effet que le jowar vient en tête des deux systèmes de culture les plus fréquents : sa maturation et sa récolte – période de besoins en eau faibles – interviennent pendant le « creux » de juillet alors que la phase de plus grande sensibilité au stress hydrique – durant la floraison – est calée sur le mois de mai, moment où le risque est le plus faible (fig. 6). Si la culture du jowar « donne » bien, le paysan et le groupe domestique auquel il appartient auront une bonne partie de leur sécurité alimentaire assurée pour l’année. Sinon, et mis à part le recours à des réserves ou à des revenus extérieurs à l’exploitation, il leur reste encore une chance de tirer parti des pluies d’arrière-saison.

q1 pluviométrie atteinte exceptionnellement (1 année sur 45)
q2 une année sur quatre cette pluviométrie sera atteinte
q3 une année sur deux cette pluviométrie sera au moins atteinte
q4 trois années sur quatre cette pluviométrie sera au moins atteinte
Figure 4. Probabilité de la pluviométrie dans le Maidan : calendrier des risques climatiques selon les quartiles Relevés effectués sur 45 années à Mandya

Figure 5. Calendrier des probabilités de dépassementde ETP et de ETP/2 à Mandya : les risques encourus en juin, juillet, août

p pépinière
t transplantation
r récolte
Figure 6. Le calendrier agricole dans le système rural pluvial, près de Nagamangala

51Succédant au jowar, on trouve soit du horsegram (ou du redgram) soit de l’éleusine. Chacun dans leur registre, ils sont irremplaçables, les légumineuses (grams) apportant un complément protéique à la ration journalière, et l’éleusine étant un aliment calorique sans lequel les habitants de cette région ne conçoivent pas un repas. Ces deux cultures ont leurs périodes de sensibilité hydrique calées sur septembre, octobre et novembre : les risques graves sont limités, huit années sur dix permettent une récolte, alors que les conditions véritablement favorables ne se rencontrent qu’une année sur deux.

52Un autre indice vient à l’appui de l’interprétation des choix des paysans dans le sens d’une stratégie anti-risque, de préférence à celle qui maximiserait le profit. Il s’agit des cultures associées rencontrées fréquemment dans ce système rural : en particulier celles en bandes alternées (intercropping), associant par exemple dans une même parcelle, niger (Guizotia abyssinica), cowpea (Vigna sinensis) et éleusine.

53Tous ceux qui ont pour principale activité l’agriculture ne sont pas, face à ces risques, sur un pied d’égalité. En particulier, les plus entreprenants des propriétaires d’exploitations moyennes ou même petites, acquièrent des pompes les autorisant à gagner, pour l’installation d’une pépinière de riz, jusqu’à quatre semaines sur le retour des pluies abondantes en août-septembre, moment auquel ils effectuent la transplantation. Mais le pompage dans la nappe phréatique permet surtout de faire du maraîchage. Ces systèmes de culture s’étalent de février à octobre-novembre : forte utilisation d’intrants modernes (semences sélectionnées, engrais, pesticides) et emploi de main-d’œuvre étrangère à l’exploitation agricole les caractérisent. Le visage offert par ces parcelles est alors, plus que précédemment, celui d’une agriculture commerciale. Pourtant, que l’on ne s’y trompe pas, il n’y a pas d’exploitant agricole qui s’y consacre totalement. Tous gardent une marge de sécurité en continuant à produire jowar et éleusine.

54L’élevage bovin et buffalin s’inscrit lui aussi dans ces stratégies : ses performances ne sont pas bien impressionnantes en termes quantitatifs, mais sa cohérence avec le reste des objectifs paysans et leurs moyens, que ce soient en termes de savoir-faire techniques ou de capitaux, témoigne qu’il est bien intégré aux systèmes de production. Le jowar est non seulement cultivé par certains comme un fourrage, mais encore tous récupèrent les pailles et les mélangent aux déjections animales pour fumer les champs. Les animaux fournissent aussi force de traction (charrettes et labours) et lait (pour l’auto-consommation ou pour la vente à la coopérative de ramassage).

  • 17 Signalée par F. Landy 1992.

55L’élevage « à la ferme » du ver à soie, nourri des feuilles de mûrier, est une activité d’appoint encouragée par les structures de vulgarisation agricole. Le cocotier est aussi une spéculation complémentaire. Il a ceci en commun avec le mûrier d’être cultivé sur les terres au-delà du seuil vivrier. Les noix de coco, tout comme les cocons, peuvent être vendus tout au long de l’année, mais deux différences sont à souligner. La cocoteraie procure de bons revenus mais nécessite investissement et immobilisation de capital – sept ans de soins avant la première récolte et 8 à 10 mois de séchage du copra avant la vente –, alors que la sériciculture traditionnelle, guère dévoreuse de fonds, est astreignante du point de vue du travail quotidien, alors même que les bénéfices sont parfois incertains à cause des variétés locales de vers et des irrégularités de la production en zone non irriguée. Ces deux activités ne vont donc pas être accessibles aux mêmes catégories d’agriculteurs : la tendance générale est tout de même à l’extension des cocoteraies en système rural pluvial17.

56Même si cette agriculture est marquée au double sceau de la pression sur la terre (densité de population rurale pour le taluk d’Arsikere de 187 h/km2 en 1991, de 151 h/km2 pour celui de Nagamangala) et de l’inégalité foncière – les « grands » propriétaires ont plus de 10 ha et au bas de l’échelle les paysans sans terre représentent un pourcentage non négligeable de la population rurale, jusqu’à 15 % dans certains villages –, il n’en reste pas moins vrai que la structure du calendrier de travail et donc la demande de main-d’œuvre « extérieure » ont une fonction de répartition et de redistribution de la richesse produite. Les pics de cette demande suivent le calendrier cultural : avril, mai et juin pour la mise en place des cultures (labours, plantations et premiers sarclages), décembre, janvier et février pour les récoltes et le battage. Landy estime que pour ces moments où tout le monde a besoin de main-d’œuvre en même temps, les ouvriers agricoles trouvent à s’employer dans leur propre village (Landy 1992) : ce n’est que pour des travaux un peu exceptionnels qu’ils se déplacent de quelques kilomètres. Outre le creusement d’un puits, la construction d’une maison ou le curage d’un tank (dont le limon va être réutilisé pour l’amélioration des terres cultivées), il leur arrive de participer à des chantiers organisés par l’État (programmes anti-érosifs, creusement de canaux pour l’extension de la zone irriguée toute proche puisque spatialement parlant les systèmes ruraux pluviaux et irrigués s’interpénètrent pour une part).

  • 18 Un journalier peut gagner jusqu’à 25 Rs par jour de travail (cas du laboureur venant avec son atte (...)

57Ce système rural n’est pas figé : il est en voie de modernisation notamment par l’utilisation d’intrants produits industriellement et par la multiplication du nombre de puits qui permet l’accroissement des surfaces maraîchères et l’irrigation du mûrier. Parce qu’elle est progressive, et parce qu’elle ne remplace pas les bras par des machines – ou pas encore ? –, cette modernisation soutient l’utilisation sur place d’une partie de la main-d’œuvre, contribuant ainsi à la fixer. Néanmoins, elle est loin d’avoir une totale capacité d’absorption du croît démographique et le sous-emploi est généralisé pendant la morte-saison. Il faut dire aussi que 8 Rs gagnées par jour de travail – pour des travaux courants de sarclage ou de battage18 –, ne sont guère équivalents qu’à 3 ou 4 kg d’éleusine (prix 1990). Tous comptes faits, comme l’explique Landy ci-dessous, l’émigration est devenue, pour ce système rural pluvial, « un mode de vie ».

Le système rural irrigué

58Un autre monde et pourtant la même terre... ! Il s’agit bien des mêmes conditions écologiques, de données culturelles identiques, et pourtant le système rural irrigué est si différent de son jumeau « le pluvial » ! Autant ce dernier connaît le risque climatique, et réunit les hommes sous cette contrainte, autant le premier libère de l’enjeu de survie et autorise la diversité des trajectoires, donc l’accroissement des distances qui les séparent.

59Le projet de barrage sur la Kaveri lancé en 1914 par M. Vishveshvarayya avait deux objectifs : fournir de l’hydro-électricité et augmenter la superficie irriguée dans des zones chroniquement affectées par la sécheresse. A l’époque près de 500 000 ha étaient déjà sous irrigation dans l’État voisin du Tamilnad alors que seulement 47 000 ha l’étaient dans le Karnataka. La mise en service du barrage dit Krishnarajasagar (KRS), agrandi jusqu’en 1931, a provoqué une véritable révolution culturale, voire culturelle, en bouleversant le rythme ancestral lié au retour annuel des pluies. L’aire d’influence de cette révolution n’a cessé de croître au fil des années : en 1967, 44107 ha étaient déjà irrigués. A l’heure actuelle plus de 80 000 ha le sont par les eaux issues directement du KRS (l’objectif étant d’atteindre les 120 000 ha), et 67 000 par des canaux qui prennent sur la Kaveri plus en aval. D’autres systèmes de moindre importance ont été réalisés et continuent d’être développés à partir de barrages édifiés sur les rivières Hemavati, Harangi, Kabini et Yagachi (fig. 7).

Noter l’imbrication croissante des systèmes ruraux sec et irrigué autour de Mysore.
Figure 7. L’extension des périmètres irrigués dans le bassin de la haute Kaveri

CS Canne à sucre
P Pépinière
El Eleusine
T Transplantation
Leg Légumes
R Récolte
Figure 8. Le calendrier agricole dans le système rural irrigué, près de Mandya

60Conséquence directe de cette progression : dans les aires concernées par les « grands » projets, les tanks sont de plus en plus délaissés voire abandonnés, ce qui ne va pas sans poser de problèmes d’équilibre écologique (recharge de la nappe phréatique). Alors que l’irrigation par tanks et par puits ne faisait qu’atténuer en durée la longueur de la saison sèche, celle pratiquée à partir des barrages et canaux a ouvert la voie à une nouvelle agriculture, inconnue jusque-là dans ces régions. Ce faisant, l’eau n’est devenue ni illimitée quantitativement ni bornée géographiquement : la déforestation dans les Ghâts et les variations interannuelles de la pluviométrie obligent l’État à intervenir pour rationner les débits fournis et instaurer une rotation. Les conflits d’utilisation de l’eau du haut bassin de la Kaveri avec l’État voisin du Tamilnad sont récurrents depuis 1913 (Soulancé 1991), dès l’élaboration du projet du KRS. A juste titre puisque la Kaveri continue son cours jusqu’au delta de Thanjavur, irrigué, lui, depuis deux millénaires.

61La production agricole de ce système rural est basée sur la canne à sucre et le riz, secondairement sur l’éleusine irriguée. Le calendrier agricole (fig. 8) montre que les paysans savent exploiter au mieux les ressources offertes par l’irrigation : les combinaisons possibles sont multiples et la variété des systèmes de cultures rencontrée n’est le fruit ni du hasard, ni de la fantaisie des agriculteurs. Trois familles de contraintes non indépendantes les unes des autres, interviennent : eau, capital et main-d’œuvre. Paradoxalement, en zone irriguée, l’eau n’est pas disponible partout, ni tout le temps. Si l’eau n’arrive que peu ou mal, ou même n’arrive pas pendant de longues semaines en saison sèche, le choix du paysan va se porter sur des cultures telles que l’éleusine irriguée ou les légumes, moins demandeuses en eau que le riz ou même la canne. Du côté du capital, si la canne est d’un bon rapport, le temps de réalisation du bénéfice (12 à 13 mois) est plus long que celui du riz (de 100 à 145 jours). Elle est donc la spéculation préférée de ceux qui peuvent attendre, mais aussi de ceux qui, créanciers à leurs trousses, sont obligés de prendre des risques pour rembourser leur dette en espèces. De la même façon, la main-d’œuvre est soit « achetée », soit disponible gratuitement (famille élargie). Il s’agira alors d’un choix négatif en fonction des disponibilités de chacun, et de sa marge de manœuvre : tel donnera la priorité à ses propres cultures, maîtrisant ainsi son calendrier cultural en respectant, par exemple, le temps que doit passer le riz en pépinière ; l’autre, au contraire, n’aura pas cette possibilité et sera obligé de rembourser son créancier en travaillant pour lui, se mettant en retard pour ses propres parcelles. Il sera alors amené à choisir une variété d’éleusine pas trop exigeante sur les façons culturales... En résumé, cela dépend beaucoup de la manière dont chacun estime les moyens à sa disposition pour assurer d’abord la reproduction de son exploitation et de façon plus large la reproduction sociale du groupe domestique auquel il appartient : quand la survie n’est plus un défi quotidien, situation de nombre d’exploitants en système rural irrigué, le calcul de rentabilité financière peut faire partie des objectifs d’une vie réussie.

  • 19 F. Landy 1992 avance un revenu net autour de 9 000 Rs/acre pour deux récoltes de paddy par an (30 (...)

62Dans les systèmes de culture à base de canne à sucre, celle-ci vient en tête de toutes les rotations observées : plantée de juin à novembre, le calendrier de coupe est lié à la période de fonctionnement de l’usine de Mandya de juillet à décembre (les moulins artisanaux, crushers, commençant à travailler dès la mi-avril). Viennent ensuite soit du riz, soit de l’éleusine profitant de la pluviométrie d’août à novembre. A ce stade de déploiement des différents systèmes de culture possibles, on rejoint la palette des choix de ceux qui ne plantent pas de canne ou seulement accessoirement : le riz peut succéder au riz, l’éleusine au riz, les légumes peuvent précéder le riz. Le pivot commun à l’ensemble de ces systèmes est le riz, souvent des variétés améliorées, cultivées avec épandage d’engrais de synthèse : l’enjeu en vaut la chandelle car l’investissement est rentable19, et le risque de mauvaise récolte peut être amorti sur plusieurs cultures tout au long de l’année. Contrairement à ce qui se passe dans le système rural pluvial on n’a pas ici de « cultures associées », même avec l’éleusine. Enfin, le tableau de cette diversification ne serait pas complet sans citer le mûrier irrigué – culture pérenne au moins sur dix ans, excluant pour la parcelle concernée tout objectif vivrier ou d’autosuffisance alimentaire – et les légumes – à cycles culturaux courts mais, hormis le piment, destinés entièrement à la vente. Ces deux spéculations rejoignent par bien des aspects la canne à sucre : ce sont en effet des logiques commerciales qui les sous-tendent.

63L’ensemble de ces productions fait appel à une main-d’œuvre numériquement importante et cela pratiquement tout au long de l’année ; on note seulement un tassement de la demande durant les mois de mai et de juin. La canne à sucre et sa transformation dans les moulins à jagre (le sucre non raffiné) est la grande pourvoyeuse d’emplois, mais les façons culturales du riz – labours, repiquage, sarclages et récolte – n’arrivent pas très loin derrière. Les conséquences de cette situation qui s’est mise en place dans les années quarante avec les débuts de la grande irrigation, et donc ceux de la canne, sont schématiquement de deux ordres :

  • premièrement, l’installation permanente d’immigrés venus là pour travailler et qui ont fait souche, a contribué à augmenter la densité rurale ; celle-ci fait maintenant atteindre des limites à ce système qui doit pour continuer à évoluer, entrer en mutation, que ce soit en termes de services à distribuer (scolarisation, politique de santé, politiques alimentaires, etc.) ou que ce soit encore dans les niveaux de productivité à accroître pour « moderniser» la production tout en conservant un haut niveau d’emploi rural.
  • deuxièmement, cette agriculture commerciale qui a pu démarrer sur appel à main-d’œuvre extérieure, a transformé profondément la structure sociale. S’appuyant sur les repères traditionnels des castes, tout en les remodelant, elle a su se servir de la « faim de travail » des migrants pour faire accepter une plus complexe stratification sociale où la diversité des objectifs concernant l’avenir masque mal l’accroissement des inégalités.

64La prédominance des agriculteurs Vokkaligas, la possibilité qu’ont eu les plus gros de s’enrichir, leur statut de caste dominante dans le sud du Karnataka (contrairement au nord, où cette position est occupée par les Lingayats), sont autant de facteurs qui dévaluent les activités rurales non agricoles : pourtant elles existent aussi dans ce système rural, qu’elles soient occasionnelles (creusement de puits, de fondation, terrassements de route, en particulier par la caste (migrante) des tailleurs de pierre Voddas), ou habituelles (activités statutaires de « services » de castes de vieille implantation villageoise : brahmanes, barbiers, orfèvres...).

65« Migrer ou pas ? » est une question qui se pose donc dans les quatre systèmes ruraux que nous venons d’étudier, à la fois de façon différente dans chacun d’eux mais aussi, d’un certain point de vue, de manière identique partout. En effet, les conditions globales dans lesquelles se pose la question particulière de la migration ou de l’enracinement sont assez homogènes dans le sud du Karnataka. Elles peuvent être regroupées en trois séries de facteurs :

  • ceux qui appartiennent au registre socio-culturel : les liens à la terre, la position dans le groupe familial et les stratégies qui se « jouent » à ce niveau, les comportements démographiques, la transformation des savoir-faire et des mentalités par les structures éducatives, le fonctionnement des circuits pré-existants de migration, etc.
  • les conditions économiques des environnements proches et lointains : la création d’un marché de l’emploi dans les villes, ou à l’étranger ; les fluctuations des cours des produits « exportés » hors des systèmes ruraux ; l’évolution des termes de l’échange entre villes et campagnes, etc.
  • les politiques de l’État : le plus ou moins grand intérêt porté par celui-ci à la vie rurale, les programmes d’infrastructure, les politiques agricoles et alimentaires, les politiques éducatives et de santé rurales, etc.

66A l’opposé de ces facteurs d’homogénéité du contexte, les systèmes ruraux offrent une remarquable diversité : à partir d’un milieu physique aux facettes écologiques multiples, des sociétés humaines ont pu, au fil des siècles, aménager leur cadre de vie en y développant des formations sociales et des agricultures suffisamment adaptées pour que la densification de la population se fasse sans grande crise. De ce point de vue, les valeurs absolues des densités observées ont moins de signification que les seuils qui, s’ils sont franchis, entraînent des effets de restructuration du système rural. Ainsi en est-il des deux systèmes ruraux du Maidan qui, sous des conditions de milieu physique uniformes, ont des situations et des évolutions migratoires et d’enracinement très différentes puisque l’irrigué a subi en cinquante ans une mutation structurelle radicale.

67Mais vis-à-vis de ces seuils, la question de l’avenir est posée. Que se passera-t-il si, la population continuant de croître, l’agriculture, première activité productive des systèmes ruraux, se voit obligée d’être modernisée par une « technicisation » qui supprimerait trop d’emplois ? Le sud du Karnataka suivrait-il alors sans dommage les voies ailleurs banales d’une urbanisation accélérée ? Le futur de ses systèmes ruraux passe inévitablement par la réponse à ces questions.

Bibliographie

Références bibliographiques

Aziz, A., 1989, « District Plan Processi the Karnataka Case », in A. Aziz et J. Racine, « About Decentralization : Two Studies on Multi-level Planning in South India », Pondy Papers in Social Sciences, no 1, Pondichéry, Institut français : 32-49.

Bourgeon, G. 1989, Explanatory Booklet on the Reconnaissance Soit Map of Forest Area (Western Karnataka and Goa), Pondichéry, Institut français.

Government of Karnataka, 1989, Economic Survey 1989-90, Bangalore, Planning Department.

Hanumantha Rayappa, P. et Nagaraju, G., 1990, Poverty Alleviation Programme in India : an Inventory for the Southern States of Karnataka, Kerala, Tamilnadu and the Union Territory of Pondicherry, Bangalore, Institute for Social and Economic Change.

Kermel-Torres, D. et Roca, P.J., Diversifier les risques et survivre aux crises : les politiques alimentaires nationales et leur influence sur la dynamique des systèmes ruraux, à paraître.

Landy, E, 1992, Le choix et la contrainte : les logiques paysannes dans deux systèmes ruraux, irigué et pluvial, du Karnataka, Paris, EHESS, thèse de doctorat.

Pascal, J.P., 1982, Bioclimates of the Western Ghats (2 cartes au 1/500 000e), Pondichéry, Institut français.

– 1984, Les forêts denses humides sempervirentes des Ghâts occidentaux de l'Inde, Pondichéry, Institut français.

– 1986, Explanatory Booklet on the Forest Map of South India, Pondichéry, Institut français.

Racine, J. (éd.), 1989, Rural Change in Karnataka, Pondy Papers in Social Sciences, no 2, Pondichéry, Institut français.

Racine, J., Roca,P.J. et Landy, F., 1989, « Rural Systems and the (Almost) Elusive Quest for a Representative Village », in J. Racine (éd.) 1989 :27-36.

Ramachandran, H., 1989, « Education and Rural Out-migration », in J. Racine (éd.) 1989 :69-74.

Soulancé, D, 1991, Le barrage Krishnarajasagar sur la Kavéri : conséquences économiques et sociales, Université de Bordeaux III, thèse de géographie.

Sreekantaradhya, B.S., 1991, « The New Phase in Decentralized Planning in Karnataka », in R. Prasad (éd.), Decentralized Planning, New Delhi.

Notes

1 Chiffres datant de 1983-84 cités par P. Hanumantha Rayappa et G. Nagaraju (1990).

2 Premiers résultats du recensement de 1991.

3 SRS Data on Infant Mortality Rate, 1989.

4 3 995 Rs/habitant à prix courants en 1989-90 (Estimation de l'Economic Survey, 1989-90).

5 Economic Survey, 1989-90, Planning Department, Government of Karnataka, Bangalore.

6 Remplaçant depuis avril 1989, en une seule structure, le National Rural Employment Programme et le Rural Landless Employment Guarantee Programme.

7 Integrateci Rural Development Programme.

8 Ces deux programmes, tout comme l’IRDP (cf. note 7) – mais de moindre portée que ce dernier qui a concerné 1,3 million de ménages alors que Anthyodaya et Negalubhagya touchaient respectivement 83 000 et 24 000 familles pendant la même période (1980 à 1989) – sont à ranger dans la catégorie des actions planifiées ayant pour objectif crédit rural et distribution de moyens de production.

9 Rural Employment Guarantee Scheme (REGS).

10 Définis officiellement comme Scheduled Castes, Scheduled Tribes (SC/ST), c’est-à-dire les castes d’ex-Intouchables et les tribus dûment répertoriées par l’administration et considérées par elle comme socialement attardées.

11 On note même un dédoublement de certaines fonctions, introduit par l’entrée en vigueur des institutions du Panchayat Raj, en particulier à la tête de l’administration des districts.

12 Fonctionnaire responsable de toute l’administration du taluk. La fonction est ancienne mais son rôle est accru aujourd’hui.

13 Le Karnataka Preservation of Tree Act, datant de 1976, réglemente en principe la coupe du bois sur les propriétés privées.

14 Programmes de « foresterie sociale » lancés à partir de 1986.

15 Il faut rappeler que les caféières du Karnataka représentent 60 % de l’ensemble des surfaces plantées en café en Inde.

16 On sait depuis les travaux de Franquin, que si la pluviométrie de la période considérée (décade ou mois) est supérieure à la demi-ΕΤΡ, on est en régime hydrique favorable pour le démarrage ou l’achèvement du cycle cultural d’une plante annuelle (période semi-humide) ; certaines phases cruciales du cycle cultural (par exemple la floraison des céréales) doivent, sous peine de chute importante du rendement, se dérouler pendant la période humide, c’est-à-dire lorsque la pluviométrie est supérieure à l’ETP.

17 Signalée par F. Landy 1992.

18 Un journalier peut gagner jusqu’à 25 Rs par jour de travail (cas du laboureur venant avec son attelage), mais jamais plus.

19 F. Landy 1992 avance un revenu net autour de 9 000 Rs/acre pour deux récoltes de paddy par an (30 q/acre et 25 q/acre de rendements), prix de 1989.

Table des illustrations

Légende Figure 1. La pluviométrie, de la côte au Maidan
URL http://books.openedition.org/ifp/docannexe/image/5064/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 150k
Légende D’après J.P. Pascal, Bioclimats des Ghâts occidentaux, carte au 1/500 000e, 1982.Figure 2. Le gradient de la sécheresse au Sud Karnataka
URL http://books.openedition.org/ifp/docannexe/image/5064/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 422k
Légende F FloraisonP Pépinièrer café robustaT Transplantationa café arabicaR RécolteFigure 3. Le calendrier agricole dans le Malnad
URL http://books.openedition.org/ifp/docannexe/image/5064/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 83k
Légende q1 pluviométrie atteinte exceptionnellement (1 année sur 45)q2 une année sur quatre cette pluviométrie sera atteinteq3 une année sur deux cette pluviométrie sera au moins atteinteq4 trois années sur quatre cette pluviométrie sera au moins atteinteFigure 4. Probabilité de la pluviométrie dans le Maidan : calendrier des risques climatiques selon les quartiles Relevés effectués sur 45 années à Mandya
URL http://books.openedition.org/ifp/docannexe/image/5064/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 101k
Légende Figure 5. Calendrier des probabilités de dépassementde ETP et de ETP/2 à Mandya : les risques encourus en juin, juillet, août
URL http://books.openedition.org/ifp/docannexe/image/5064/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 107k
Légende p pépinièret transplantationr récolteFigure 6. Le calendrier agricole dans le système rural pluvial, près de Nagamangala
URL http://books.openedition.org/ifp/docannexe/image/5064/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 91k
Légende Noter l’imbrication croissante des systèmes ruraux sec et irrigué autour de Mysore.Figure 7. L’extension des périmètres irrigués dans le bassin de la haute Kaveri
URL http://books.openedition.org/ifp/docannexe/image/5064/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 225k
Légende CS Canne à sucreP PépinièreEl EleusineT TransplantationLeg LégumesR RécolteFigure 8. Le calendrier agricole dans le système rural irrigué, près de Mandya
URL http://books.openedition.org/ifp/docannexe/image/5064/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 103k

Auteur

Ingénieur agronome et géographe, ingénieur de recherche au CNRS, membre de l'umr regards, cnrs-orstom, Bordeaux

© Institut Français de Pondichéry, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.