Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Paysans de l’Inde du Sud

 | 
Frédéric Landy

Deuxième partie : trois villages

II. Les bases de l'agriculture

Texte intégral

A. L’EAU

  • 1 L'eau à usage domestique, dont l'approvisionnement est à la charge des femmes, ne pose pas de prob (...)

1Dans une région dont la capitale, Mandya, abrite une grande statue de Vishveshvarayya, le créateur du canal qui tient dans sa main une rouge fleur de bougainvillée changée tous les matins avec piété, il est certain que l'eau issue du barrage de Krishnarajasagar doit être considérée comme l'élément dominant du système rural de Mottahalli. Mais dans le système rural pluvial aussi, justement parce qu'elle est rare, l'eau est un élément déterminant. Eau de pluie, eau d'irrigation, eau à boire1. Eau de tank, eau de canal, eau de puits. Chaque système rural est fondé sur la disponibilité d'une ou plusieurs de ces sources, et lui est adapté. Ce qui fait qu’une alimentation du canal déficitaire à Mottahalli peut avoir des conséquences catastrophiques alors même que les quantités d’eau disponibles demeurent largement supérieures à celles du système rural pluvial. De même, de mauvaises pluies en mai peuvent générer des déséquilibres dans ce dernier système, déséquilibres qui seraient au contraire presque insensibles à Mottahalli grâce à la régularité de l’irrigation.

1. Classification des terres

2Ladministration tient dans un but fiscal une classification des terres assez précise en 4 classes, en fonction de l'existence ou non d'irrigation sur la parcelle. Mais pour les villageois, les terres irriguées sont des gadde (ou niravari bhumi). Les terres non irriguées sont des khushki, des hola, ou plus idiomatiquement des gejjal bhumi, des dad gadu - la quasitotalité des terres à Mayagonahalli et Naragalu, à l’exception d'un peu plus de 3 ha irrigués par tank. A Mottahalli au contraire, ce sont les gadde qui forment l'essentiel du terroir cultivé, en surface comme en importance économique. Les ouvriers agricoles sans terres, s'ils sont interrogés sur leur propriété foncière, répondent tristement : « Gaddilla », « Je n'ai pas de terre irriguée », sans même mentionner les terres sèches qui de toute façon ont beaucoup moins de valeur.

3Cette opposition entre gadde et khuski fonde deux systèmes de culture différents : celui des terres irriguées, et celui des terres sèches. Le choix des plantes cultivées s’y fait largement selon leurs besoins respectifs en eau. C'est la canne à sucre qui a les plus gros besoins ; mais étant donné que la culture de celle-ci s'étend sur plus d'une année, en terme de besoins quotidiens c'est le paddy qui se montre le plus exigeant. L'épi de riz doit avoir le pied perpétuellement immergé, tandis que la canne n'a pas ce besoin d'une eau stagnante sur une longue durée. Quant à l'éleusine, même irriguée, elle est la moins exigeante des trois.

4Du coup, à Mottahalli, les terres gadde peuvent être subdivisées selon leur capacité à supporter du paddy. Les meilleures acceptent deux cultures de paddy dans l'année, une en saison des pluies et une en saison sèche. Ce sont des terres irriguées par le canal mais dont l'alimentation passe par le grand tank de Mottahalli : celui-ci est relié au canal et sert de réservoir, permettant une irrigation plus régulière et plus abondante.

5Mais l'essentiel des terres gadde de Mottahalli, non reliées au tank, ne permet qu'une seule culture de paddy, en saison humide. Celle-ci sera ensuite suivie d'une culture peu exigeante en eau, l'éleusine, ou plus rarement canne à sucre. Il y a même des terres dites gadde qui sont si mauvaises qu'elles ne permettent pas la riziculture : on ne peut y cultiver qu'éleusine ou canne à sucre.

6Dans le système rural pluvial, la situation est différente en raison de l'absence d'irrigation par canal. Là, les rares gadde sont irrigués par tanks : or celui de Naragalu est quasiment à sec à partir de février. Cela signifie qu'il n'est pas question d'une deuxième culture, sauf si les premières pluies d'avril-mai sont excellentes, ou si comme souvent à Shivanahalli, village voisin, le tank est suffisamment bien alimenté pour permettre une culture de saison sèche : mais celle-ci ne sera jamais du paddy, réservé à la saison des pluies.

7Quant aux terres non irriguées - l'essentiel de la surface cultivée - elles sont vouées à une seule culture d'éleusine (avec cultures associées le plus souvent), ou’parfois à deux cultures à suivre de sorgho-grain de cheval. Ces terres cependant peuvent bénéficier d'un puits (mais cela ne les empêche pas d'être classées comme khuski par le Village Accountant, car les cultivateurs ne paient aucune taxe fiscale pour l'utilisation de l'eau pompée, au contraire de l'eau de canal. Mais ils paient le prix de l’eau en fonction du compteur électrique de leur pompe et de son débit).

2. Les puits

  • 2 En outre, alors que l’eau du canal est soumise à une taxe payée en proportion de la surface cultiv (...)

8Leur fonction est bien sûr fort différente selon le type de système rural. Dans le village irrigué de Mottahalli, s’ils sont loin d'être méprisés, les puits ne peuvent rivaliser avec les apports d'eau permis par l'irrigation par canal. La plupart donnent assez d'eau pour cultiver des légumes, et même assez pour deux cultures (éleusine puis sorgho, éleusine puis légumes) ; assez même parfois pour de la canne à sucre : mais quasiment jamais pour une seule culture de paddy2.

  • 3 Quatre maisonnées disposent de deux pompes.

9A Mottahalli on compte une trentaine de pompes électriques (appartenant toutes à des Vokkaliga, à l'exception d'un Aradhya), dont trois en construction : 9 % des exploitations possèdent au moins une pompe3. Un essor qui va de pair avec le creusement de puits, permis par les prêts des banques PCARD. Ces puits, dont la profondeur dépasse rarement 9 m, sont situés le plus près possible du canal pour profiter des infiltrations. Mais la loi impose 500 pieds (152 m) comme distance minimale entre puits et canal principal. Certains chanceux ont construit leur pompe au moment où la législation n'imposait que 300 pieds : c’est ainsi que Kempe Gowda, qui vit avec trois fils, dispose aujourd'hui d’un puits creusé dans les années 1970 à 300 pieds du canal Vishveshvarayya, doté de tuyaux subhorizontaux qui viennent collecter les eaux d'infiltration en direction du puits. Près d'un hectare et demi de terres de plateau est ainsi irrigué (Kempe possède en outre 0,6 ha irrigué directement par le canal), ce qui lui permet de cultiver un peu de paddy et d'éleusine, et surtout de la canne à sucre destinée à rentabiliser la construction en 1974 de son moulin à jagre. L'investissement de la pompe est rentable, affirme Kempe, mais il faut compter avec les coupures de courant, la plaie de l’Inde, qui obligent parfois à coucher dehors pour profiter des rares moments d’alimentation électrique. Et l'investissement est très lourd. La pompe lui coûta 16 000 Rs en 1979, couverts par un emprunt bancaire à 6 % dont il n’avait en 1989 remboursé que la moitié du capital.

  • 4 L'exhaure par traction de bœufs a complètement disparu.

10Notons par ailleurs que tous les puits se sont pas munis de pompe électrique : il existe deux motopompes à Mottahalli, ainsi que quelques puits à balancier (« picote » en français pondichérien)4. Et il faudrait distinguer parmi les puits ceux qui sont maçonnés, souvent à poulie et en général construits par l’administration, des puits non empierrés où la roche mère est cependant suffisamment proche pour permettre des profondeurs de 10 m. On compte aussi quelques mares, et de simples trous de 2 à 3 m de profondeur, qui servent à garder quelque temps les eaux de pluie et de ruissellement. Ces rudimentaires modes d'irrigation sont particulièrement sensibles à la faiblesse des précipitations qui peut faire baisser excessivement la nappe phréatique, et ne pas permettre alors des cultures dérobées de légumes en saison sèche. Surtout, étant donné que la plupart des propriétaires mettent l’accent sur la culture de leurs terres irriguées par canal, toutes les potentialités d'irrigation des terres sèches au moyen de mares ou de trous sont loin d'être réalisées à Mottahalli.

11Dans le système pluvial, la situation est différente. L'eau d'un puits, mais aussi d'un simple trou, est encore plus précieuse, et tous les moyens sont mis en œuvre pour tirer parti des moindres sources d'irrigation. Certes, les mares, du moins celles, souvent empierrées géométriquement, qui sont publiques, sont assez peu utiles à l'agriculture car le village interdit qu'on y place une motopompe : outre les utilisations domestiques (pour boire ou laver), il n'est permis que d'en tirer quelques seaux, guère suffisants pour arroser un peu le riz pluvial qu'on aura semé à proximité. Cependant, celui-ci pourra bénéficier des eaux d'infiltration du point d'eau.

  • 5 C'est le propriétaire qui fournit le carburant. Notons par ailleurs qu'au village, personne ne ven (...)

12Si la mare est privée, ou si c'est le paysan lui-même qui a creusé une fosse dans son champ, alors il peut utiliser une motopompe, achetée 5 ou 6 000 Rs ou louée 25 Rs l'heure5. (Il en existe 6 à Naragalu). Certains n'hésitent pas alors à cultiver pendant la saison des pluies du paddy repiqué : soit une variété locale (arkputta batta), soit même une variété nouvelle de type IR 20. Mais la récolte est souvent réduite à de la paille, et de plus en plus il semble que, déçus, les paysans plantent des cocotiers sur ces terres. C'est là finalement la principale utilisation de ces trous : une maigre irrigation d'appoint pour de l'éleusine, du riz pluvial ou des cocoteraies.

13Le tank de Naragalu, lui, est d'alimentation plus assurée, mais il ne représente officiellement que 3 ha irrigués (1,5 % de la surface cultivée de Naragalu) - en réalité un peu plus. Lui aussi est consacré surtout à la riziculture, mais il irrigue également du mûrier. Par ailleurs, ce mûrier dont on a évoqué la croissance au village, spectaculaire tout en restant encore limitée, ne peut que profiter de la multiplication des puits dans le système rural pluvial. En cela, cette région n'est pas différente de la région irriguée, puisque là-bas aussi le crédit offert par les différents organismes financiers - ainsi que, pour les plus riches paysans, leur simple épargne - ont permis le creusement de nombreux puits en une dizaine d'années.

14Ces creusements sont d'autant plus coûteux qu'il faut en général leur ajouter le prix d'une pompe électrique (environ 15 000 Rs avec la construction de l'abri), plus puissante (et moins facile à voler) qu'une motopompe. Seules 8 personnes à Mayagonahalli, et 4 à Naragalu, en possèdent. Si l'alimentation en eau est satisfaisante, elles peuvent ainsi cultiver légumes et surtout mûrier en toutes saisons. Mais tel n'est pas toujours le cas. Décider le creusement d'un puits est en effet un choix extrêmement risqué. Même après un sondage géologique réalisé par l'administration, l'abondance de l'eau ne peut jamais être assurée. Et plus tard, un forage supplémentaire pourra être fait dans un puits déficient sans obtenir pour autant de meilleurs résultats. Dans de telles situations, certains paysans en saison sèche peuvent ne cultiver avec leur puits quasi à sec que du grain de cheval, voire absolument rien, et leur mûrier parfois ne nourrit que deux cycles de vers à soie par an...

15Il conviendrait d'étudier l'évolution de la nappe phréatique en corrélation avec la multiplication de ces puits. Il est possible en effet que les eaux souterraines deviennent excessivement exploitées par exhaure, et que le niveau de la nappe se mette à baisser dangereusement. Bien des chercheurs ont eu l'occasion de souligner la fragilité des ressources aquifères souterraines du Karnataka, même de celles qui ne sont pas fossiles (J. Bandyopadhyay, 1987). On peut même penser que la prétendue « baisse des pluies » dont se plaignent la plupart des paysans (malgré des chiffres de précipitations fort honorables) correspond, du moins en ce qui concerne les puits, à une baisse de la nappe, due à une trop forte consommation plutôt qu'à de trop faibles pluies.

16Il ne faudrait pas que l'irrigation par puits, synonyme de développement de la région, en signifie à long terme la ruine. Or il n'est pas sûr que l'administration indienne, d'un scientisme très optimiste, convaincue des vertus des puits comme des engrais chimiques, des semences améliorées comme des pesticides, soit consciente de la prudence à adopter dans toute politique de développement agricole. L'équilibre du système est pourtant à ce prix.

B. LE BETAIL

17L'Etat du Mysore, et plus exactement la région de Mandya et de Srirangapatna, fut longtemps célèbre pour la race bovine de Hallikar, développée au XVIIIe siècle par Hyder Ali et Tipu Sultan en raison de ses remarquables capacités à tirer chariots et canons, et popularisée sous le nom d’Amrit Mahal. Cette excellente bête de trait est hélas fort rare dans les villages, où prédominent les zébus de race indéterminée (nati dana), issus de siècles d'abâtardissement qui les ont rendus plus petits, moins forts, mais aussi moins exigeants en alimentation et du même coup moins fragiles.

  • 6 Nous laissons de côté les chiens, nombreux au village, affamés, hargneux et méprisés.

18Nos trois villages ne font pas exception. Le tableau ci-dessous y montre la prédominance de tels bovins. Les variétés locales sont légèrement différentes dans les deux systèmes ruraux - le système pluvial ayant des bêtes plus petites, plus chétives, plus peureuses aussi, fuyant devant un scooter ou un pantalon auxquels les bicyclettes et les pagnes villageois ne les ont pas habituées. Le reste du cheptel est composé de bufflesses (Bos bubalis) et de vaches laitières de race améliorée, ainsi que pour le petit bétail de moutons et de chèvres. Des poules complètent le tableau, mais aucun porc (à l'exception de ceux d'une famille de vanniers récemment immigrés à la Porte de Mayagonahalli)6.

Mottahalli

Mayagonahalli

Naragalu

Bœufs

280

112

100

Vaches (race locale)

178

78

44

Vaches (race améliorée)

60

14

0

Bufflesses

274

104

76

Veaux (bufflesses, vaches)

158

96

60

Chèvres

368

104

162

Moutons

226

290

156

Volaille

340

102

62

Rappel : population 1990

2100 hts

570 hts

550 hts

Note : Chiffres extrapolés du recensement au 50 %.
Tableau 5 : Le bétail dans les trois villages.

19Ces animaux sont élevés avec pour objectifs quatre utilisations principales : la traction de l'araire ou de la charrette, le lait, la viande, et la fumure. Des utilisations communes à l'ensemble de ce pays de civilisation agro-pastorale qu'est l'Inde, où les agriculteurs sont presque toujours aussi des éleveurs.

1. Le lait

« O Agni [dieu du Feu], puissé-je avoir par milliers et dizaines de milliers des vaches donnant du lait ! »
Yajur Veda, 219.15

20La production de lait est selon R. Crotty (1980) l'objectif principal de l'élevage de gros bétail en Inde : cas unique selon lui dans le monde tropical, étant donné que partout ailleurs la production de veaux est au moins aussi importante que celle de lait. Quelque contestable que puisse être la typologie de R. Crotty des systèmes d'élevage dans le monde, il est sûr que traditionnellement la fonction de lactation de la « Mère Vache » est un élément important de la vénération qui lui est accordée. Cela dit, il s'agit sans doute de la caractéristique de l'élevage qui a connu les plus grands changements depuis les années 1970.

21Jusque là, les besoins en protéines et en calcium que l'on tire du lait étaient (mal) assurés en milieu rural par l’élevage de vaches de races locales et par des bufflesses. Etant donné que les vaches sont pauvres laitières (en moyenne 2 litres par jour) en raison d'une alimentation déficiente, d'un faible potentiel génétique, et parfois de leur utilisation comme bêtes de trait, il ne reste pas grand chose pour l'homme une fois que le veau a été nourri. Aussi ces vaches ont-elles à mon sens pour vocation, contrairement à ce qu'affirme R. Crotty, de donner moins du lait que des veaux, qui pourront plus tard être attelés.

22Au contraire, les bufflesses, dont le nombre a augmenté plus rapidement que celui des vaches, ont une vocation exclusivement laitière. Leur possession correspond donc à une autre logique. Elles sont nombreuses au village (statistiquement presque une par maisonnée), car elles produisent un peu plus que les vaches (3 ou 4 litres par jour), et plus longtemps - mais elles exigent davantage de nourriture. On ne trouve pas de buffle mâle au village, à une ou deux exceptions qui servent de reproducteurs : à la naissance, les jeunes mâles sont vendus à des marchands musulmans qui les vendront à des abattoirs. Les laisser vivre serait inutile, étant donné que les buffles ne sont pas attelés à l'araire (contrairement à d'autres régions du Karnataka ou de l'Inde, et bien que F. Buchanan ait pu encore en 1807 mentionner que travaillaient les buffles mâles). En outre, les buffles ne sont plus décapités sur l'autel de Mariamma, ainsi que le rapportait encore M.N. Srinivas (1976) en 1948, ce qui témoigne de la « sanscritisation » des vieux cultes villageois, cantonnés aujourd'hui aux basses castes de certaines régions du nord du Karnataka.

23Une bufflesse produit suffisamment pour permettre de garder deux ou trois litres de lait une fois que son petit a têté. Cela permet de fabriquer du beurre clarifié (tuppa, en hindi ghi), du yaourt mais aussi du beurre conservé dans du petit lait : ce beurre est consommé étalé sur les galettes (roti) d'éleusine ou de sorgho, ou bien, notamment dans les villages non irrigués, vendu au marché hebdomadaire voisin (3 litres de lait permettent alors de gagner moins de 10 Rs) ou à un marchand itinérant.

24Ce commerce du beurre appartient cependant de plus en plus au passé. Car ce qu'on a appelé en Inde Operation Flood a touché nos villages : cet ensemble de programmes, lancé en 1970 mais qui n'a véritablement pris de l'importance que des années plus tard, comportait deux volets complémentaires. En premier lieu, il s'agissait d’augmenter la consommation de lait, notamment dans les villes, en créant un circuit de distribution et de commercialisation fondé sur des coopératives laitières dont le modèle fut celle d'Anand, dans l'Etat du Gujarat, créée dès la fin des années 1940. Plus en amont, cela supposait l'augmentation de la production, grâce à la généralisation de vaches laitières issues de croisements entre Bos indicus indien et Bos taurus européen. Objectifs : augmenter les teneurs en calcium et en protéines dans l'alimentation de la population, et diversifier les revenus des ruraux, tout en améliorant la situation des paysans les plus pauvres qui n'avaient pas pu bénéficier autant que les autres de la Révolution Verte ; créer en quelque sorte une diversification économique qui amènerait une homogénéisation sociale.

25La « Révolution Blanche », financée par l'Etat, s'est révélée un succès... du moins en ce qui concerne la production nationale : devenue exportatrice, l'Inde est le troisième producteur mondial de lait. En dix ans, le nombre des coopératives laitières primaires a été multiplié par six.

  • 7 L'IRDP ne fonctionne pas tous les ans clans les villages. Durant cette période, Mayagonahalli fut (...)
  • 8 Le bétail n'est que rarement vacciné, quand bien même les coopératives laitières proposent des vac (...)

26Il est vrai qu’Operation Flood a bénéficié de programmes de développement comme l'Integrated Rural Development Programme, qui se sont surtout traduits par la multiplication du cheptel laitier dans les villages : l'essentiel des crédits, dans le district de Mandya comme dans toute l'Inde, fut consacré par les paysans à l'acquisition de bufflesses et de vaches de races améliorées. A Mayagonahalli, entre 1987 (début du fonctionnement de l'IRDP au village) et 1991, 12 bufflesses et 8 vaches furent ainsi achetées ; à Naragalu, 5 bufflesses et 5 vaches seulement7. A Mottahalli, en 1991-92, pas moins de 30 bufflesses et 7 vaches croisées furent obtenues au titre de l'IRDP. Ces vaches (nommées au village sime hassu, « vache de la ville », car elles existent depuis les années 1950 en milieu urbain) sont pour l'essentiel des croisements de races indiennes avec des Holstein-Frisonnes, et à un degré moindre avec des Jersey (qui sont moins bonnes laitières). Elles produisent théoriquement jusqu’à 5 fois plus que les races locales (seulement 8 litres en moyenne cependant au village), mais coûtent presque trois fois plus cher à l'achat que celles-ci (souvent plus de 3000 Rs), et deux fois plus que les bufflesses. Il leur faut davantage d'hygiène, et être lavées tous les jours8. Surtout, leurs besoins en fourrage sont supérieurs de 60 % à ceux des vaches de race locale.

  • 9 L'importance dans les villages des aliments issus de l'agro-industrie est à souligner, remarque J. (...)

27Ce problème de la nourriture est crucial. Nous verrons plus loin, en abordant les structures agraires et les inégalités sociales, qu'il explique en partie les différences dans le type et la taille des troupeaux en fonction de la classe socio-économique. Mais la situation varie aussi selon le système rural. En système irrigué, les friches sont rares, ou accessibles seulement en faisant traverser au bétail des champs qui sont cultivés presque toute l'année : d'où un danger pour les cultures d'être broutées. En outre, étant donné le peu d'importance de la morte-saison agricole, les bêtes de trait sont intensivement utilisées, ce qui fait qu'on doit souvent les garder à la maison pour les tenir disponibles. Certes, les bufflesses de Mottahalli sont toujours conduites au pâturage en milieu de journée, car on estime qu'elles ont besoin d'herbe fraîche en plus éventuellement d'un quart ou d'un demi-kilo de tourteaux (hindi) d'arachide en soirée. Mais les bovins, eux, demeurent le plus souvent au village, où ils sont nourris d'un ou deux ballots de paille d'éleusine ou de paddy, auxquels on ajoute le soir 1 kg (parfois plus si l'on est en période de travaux agricoles ou si le propriétaire est riche, parfois moins sinon) de tourteaux d'arachide achetés en ville ou à la coopérative laitière, ou parfois du son de paddy (kasse), du « grain de cheval », voire des graines de coton : ceci revient en général à moins d'une roupie par jour et par bête. Les vaches de race locale ont à peu près la même nourriture que les bœufs, surtout si elles servent de bêtes de trait9.

28En système rural non irrigué au contraire, le pâturage, qui était réservé aux bufflesses à Mottahalli, devient la règle : les bêtes de trait sont elles aussi conduites sur les friches, par les femmes, les vieillards ou les enfants, mais également, durant la morte-saison agricole, par les hommes. On leur donnera le soir souvent un peu de paille d'éleusine, ou du grain de cheval après la moisson, ou un kilo de tourteaux d'arachide - même si cela est moins courant que dans le système irrigué. Certains même servent à leurs bêtes la nourriture des hommes : galette ou boulette d'éleusine (ce qui n'est pas plus onéreux que les tourteaux mais n'est sans doute pas plus nutritif).

29Une seule exception à cette pâture généralisée : les vaches croisées, qu'il faut, tout comme à Mottahalli, garder au piquet, et toujours nourrir en partie avec des tourteaux. C'est bien là la principale différence avec les races locales : celles-ci peuvent être alimentées à la rigueur avec les produits issus de l’exploitation agricole elle-même, et à Naragalu elles vont paître un bien public, les communaux ; les bufflesses également peuvent ne coûter que les soins d'un vieillard qui part les conduire paître ; tandis que les races améliorées nécessitent des aliments concentrés, donc des dépenses régulières en numéraire, sans que les coûts en soient « externalisés » comme ils le sont dans le cas d'une alimentation sur pâturages (A. Damodaran, 1987). Il faut leur donner davantage qu'aux bufflesses, en quantité et en qualité, ce que bien peu de paysans, de leur propre aveu, parviennent à faire convenablement. Aussi certaines vaches croisées ne produisent-elles que 4 litres par jour quand en pleine période des labours leur propriétaire doit donner la priorité à l'alimentation de ses bœufs. En revanche, alors qu’une bufflesse immobilise une personne pendant plusieurs heures chaque jour pour paître, la vache croisée peut être nourrie en quelques minutes au piquet : aussi les grandes maisonnées, à l'abondante main-d’œuvre familiale, ne possèdent-elles souvent que des bufflesses (la plus grande maisonnée de Mottahalli, de 18 personnes, élève 4 bufflesses). Alors que les ménages de taille réduite préfèreront plutôt (s'ils en ont les moyens) des vaches ; de même si la maisonnée est nombreuse mais que tous les enfants sont scolarisés, rendus donc indisponibles pour partir aux pâturages (l'éducation est l'ennemie de la bufflesse). Autant de stratégies qui varient selon l'intérêt de la maisonnée.

30R. Crotty (1980), très critique envers Operation Flood, reproche à celle-ci d'avoir amélioré le potentiel du troupeau indien, mais de n'avoir pu réaliser ce potentiel, étant donné le coût trop lourd, à l'achat comme à l'entretien, des nouvelles races de vaches. Bien des paysans acquéreurs d'une vache de race améliorée s'empressent de la croiser avec un taureau de race locale, afin d'obtenir une progéniture moins exigeante et plus robuste. Ils paieront certes pour cela 10 Rs, alors qu’une insémination artificielle au dispensaire vétérinaire de Kottatti serait gratuite (à l’exception de la pièce qu'on glisse au médecin) : mais l'investissement est rentable, tandis qu'une insémination aurait « l'inconvénient » de ne pas diminuer le potentiel génétique de l'animal. Une autre solution fort suivie est l'insémination d'une vache de race traditionnelle avec du sperme de taureau sélectionné : le paysan améliore ainsi la qualité de son cheptel, tout en n'obtenant pas des individus trop fragiles ou exigeants. Les logiques paysannes sont ici l'envers exact de celles de l'Etat...

31Ceci explique en partie pourquoi il n'existe aucune race améliorée à Naragalu, le plus pauvre des villages non irrigués. Une autre raison à cette absence est le peu de liens que ce village entretient avec la coopérative laitière de la Porte de Mayagonahalli. En effet, dans aucun de nos trois villages l'apparition de vaches croisées n'a précédé l'installation de coopératives. Il faut toujours que soit créé pour le lait un débouché assuré et rentable pour que ces vaches aient des chances de se populariser.

32Les villages irrigués furent en cela plus précoces que les autres : en 1976 à Kottatti, en 1979 à Mangala et à Mottahalli, des coopératives furent créées, en général sur l'initiative privée de quelque gros propriétaire. Alors que celle de Mayagonahalli ne fut lancée qu'en 1987, presque dix ans plus tard, là aussi à l'instigation d'un gros paysan propriétaire de 16 ha, Sivarame Gowda, qui apporta les 4/5e de ce qui forme aujourd’hui le capital de la coopérative (5000 Rs), le reste étant apporté par les parts des membres (11 Rs la part). Sivarame, qui dispose d'entregent auprès des milieux politiques locaux, parvint rapidement après un stage à Anand à faire inclure la coopérative dans le réseau de la Karnataka Dairy Development Corporation, qui versa 2000 Rs de subventions : deux fois par jour un camion passe collecter le lait et l'emporte jusqu’au centre frigorifique de Nagamangala, puis à la grande laiterie KMF près de Mandya, d'où les produits partiront ensuite vers les marchés urbains, Bangalore essentiellement. Quotidiennement, entre 300 litres (d’août à novembre) et moins de 100 litres (en fin de saison sèche) sont apportés par les 76 membres de la coopérative, qui pour 41 % d'entre eux viennent de Mayagonahalli. Naragalu ne représente que 20 % des membres, et encore moins de la production de lait : d'une part parce qu'il n'y a là aucune vache de race améliorée et que le village est plus pauvre que Mayagonahalli, et d'autre part parce que bien des producteurs de Naragalu boycottent la coopérative : c'est qu'elle est dirigée par des habitants du village rival, et que, affirme la rumeur en citant un proverbe kannada, « ceux qui extraient le miel des essaims des arbres se sucent souvent les doigts » : on s'étonne (sans doute à tort) que les profits n’aient encore jamais été distribués parmi les associés, alors que la coopérative a déjà fait 18 000 Rs de bénéfice en 16 mois.

33Le système peut pourtant rapporter beaucoup aux producteurs : le litre de lait leur est acheté en fonction du degré de matière grasse (et de l'ajout éventuel d'eau...) : soit en moyenne 3,50 Rs pour du lait de vache, et 4 Rs pour du lait de bufflesse - un peu moins en saison sèche. Ces sommes sont certes à comparer avec les coûts de production : or un kilo de tourteaux d'arachides ne coûte pas moins de 4,20 Rs. Mais il faut également comparer avec les salaires des ouvriers agricoles, activité que pratiquent bien des propriétaires de bétail laitier : 10 Rs pour 6 h de labour, et dans le système rural sec 5 Rs pour toute une journée à faire les moissons. C'est dire la valeur d'un litre de lait, et l'intérêt économique de l’installation de telles coopératives dans les villages. Cela explique qu'en moyenne presque les trois-quarts de la production de Mottahalli et Mayagonahalli soient vendus à la coopérative (sans doute moins à Naragalu, mais les paysans y vendent plus de beurre).

34Ce prix élevé a cependant son revers : la coopérative revend le litre de lait. 5 Rs. Ce qui fait qu'on ne peut imaginer que le village représente pour elle un possible marché. A la coopérative de Mottahalli, environ 15 litres seulement sont vendus quotidiennement. Une famille qui ne produit pas son lait n'en achète quasiment jamais, sauf si elle accueille des invités. Si la bufflesse est grosse et qu'elle ne donne plus, on se contentera de thé ou de café noir, à moins que l'on aille demander à un voisin un fond de gobelet de lait, histoire de colorer la boisson... quitte, une fois que la bufflesse produira à nouveau, à boire pour fêter l'événement des verres entiers de lait pur très sucré à peine coupé d'eau.

35On peut penser ici à une des nombreuses critiques qu'on a pu faire à Operation Flood (S. George, 1985) : en Inde, la production laitière augmente, mais la consommation rurale stagne, ou même diminue puisque les villageois préfèrent vendre leur lait plutôt que le consommer, ce qui accentue la malnutrition rurale. Je ne pense pourtant pas qu'une telle critique soit valide pour aucun de nos deux systèmes ruraux. Là, on garde presque toujours chez soi un peu de lait, au moins pour le café des hommes, ne serait-ce que parce que les voisins iraient sinon jaser sur votre avarice. J'ai trouvé beaucoup de villageois qui consommaient tout leur lait sans en vendre, mais je n'en ai rencontré qu'un seul, à Naragalu, qui vendait tout son lait sans en rien consommer, en raison de la situation très difficile de son exploitation. Si la coopérative n'avait pas existé, il aurait vendu le lait sous forme de beurre et n'en aurait pas bu davantage pour autant. Au total, la consommation de lait au village demeure très faible, mais elle l'était déjà auparavant. En cela, la coopérative ne fait que mettre en lumière des maux socio-économiques, mais ne les aggrave pas. Elle aurait même tendance à améliorer la situation de bien des maisonnées, tels ces salariés agricoles sans terres de Mottahalli, dont l'unique richesse consiste en une bufflesse qui leur rapporte presque autant que leurs deux bras.

36Plus pertinente est sans doute la critique de A. Damodaran (1987) au sujet des pâtures. La multiplication des bufflesses, l'introduction des vaches de race améliorée se traduit par une augmentation du cheptel supporté par le finage, car les paysans, en croisant ces animaux pour diminuer leur potentiel génétique, ont tendance pour compenser à posséder plus d'animaux. Au total, la surcharge des pâturages s'en trouve aggravée, et il est sûr que cela risque de poser problème dans nos trois villages, notamment au coeur de la saison sèche, quand la biomasse végétale est particulièrement faible sur les terres de pâture : elle n'atteint déjà sans doute pas en moyenne dans l'année une tonne par hectare (Y. Monnier et al., 1986). Du coup, l'inconvénient des races améliorées, qui implique au village une alimentation à base de tourteaux, se révèle ici être un avantage, puisqu'il allège d'autant la pression pastorale sur le finage.

  • 10 Il arrive de voir dans la région irriguée des champs d'éleusine ayant versé, en raison de l'excess (...)

37L'accroissement du bétail, combiné avec l'intensification de l'agriculture, a d'ailleurs induit des changements dans les techniques culturales : vers 1970 encore à Mottahalli, la récolte de l'éleusine, irriguée ou non, se faisait en coupant seulement l'épi au sommet de la tige, tandis que les chaumes étaient conservés en terre puis enfouis lors du premier labour. Aujourd'hui, on coupe l'éleusine à la base de la tige - les chaumes ne représenteront donc qu'une très faible biomasse au moment du labour d’enfouissage. C’est que dans l'intervalle, l'utilisation des engrais chimiques s'est généralisée, augmentant les rendements, et incitant (à tort ou à raison) les agriculteurs à réduire la quantité d'engrais organiques apportés au champ. Comme en outre le cheptel du village était en croissance continue, et que les problèmes de son alimentation se faisaient pressants, un fauchage à la base des tiges permettait d'augmenter les quantités de paille disponible pour nourrir le bétail. Perdues pour la fertilisation des champs, les tiges d'éleusine allaient au bétail : mais celui-ci, produisant du fumier, n'est-il pas en retour utile à l'amendement des terres10 ?

38A Mayagonahalli et Naragalu, les pâturages locaux jouent un rôle beaucoup moins négligeable que dans le cas du système rural irrigué, mais demeurent cependant surchargés - Y. Monnier et al. parlent même de « "sahélisation" des secteurs herbacés » (p. 297). Il est évident que les résidus de cultures (paille notamment) et les aliments achetés doivent représenter l'essentiel de l'alimentation du cheptel. Cela explique du même coup le prix élevé de la paille (300 Rs la charretée de paille d'éleusine à Naragalu, 150 Rs celle de sorgho, et à Mottahalli plus de 500 Rs - jusqu'à 900 - celle de paddy). Dans le système rural pluvial, un hectare non irrigué ne peut guère produire plus de 3 charrettes de paille, mais sa valeur dépasse cependant parfois la moitié de celle du grain récolté. Ce bien est donc extrêmement précieux : on rapporte que dans un village près de Mottahalli, des étrangers pris en train de brûler par vengeance la paille d'un paysan furent jugés expéditivement par les villageois et condamnés à être brûlés à leur tour. On peut donc s'interroger également sur l'évolution des cultures dans le système pluvial, où dans les vallons l'éleusine est de plus en plus remplacée par des cocoteraies. Comme ces cocoteraies n'abritent pas toujours d'intercultures, les quantités de paille et de fourrage disponibles pour le bétail risquent de diminuer.

39On voit que l'élevage, s'il peut être une aubaine, représente un risque de déséquilibre du système. De nombreux villageois sont cependant prêts à investir dans une telle activité, et non toujours en vue de la production de lait. C'est ce que révélait Jagune Gowda, qui se plaignait du coût de son cheptel, mais qui ajoutait : « De toute façon, je n'ai pas le choix. J'ai besoin de lait pour ma famille [je ne peux en acheter à 5 Rs le litre], et j'ai besoin d'engrais pour mes champs ». Le bétail laitier n'est donc pas élevé que pour le lait, et joue d'autres rôles au sein du système rural. C'est d'ailleurs là une difficulté supplémentaire pour les pouvoirs publics lors de leur croisade pour la généralisation des vaches de race améliorée : en effet, si une vache croisée donne naissance à une génisse, cela est tant mieux ; mais si c'est un veau, il sera bon pour l'abattoir, vendu à bas prix. Tandis que le petit d’une vache de race locale pourra plus tard, une fois castré, être attelé à l’araire ou à la charrette. Du coup, sur deux générations, la race améliorée peut se révéler moins rentable.

2. L'engrais

  • 11 Il arrive que des galettes de bouse séchée servent de combustible, mais cette utilisation est asse (...)

40Le bétail représente la seule source d'engrais organiques au village, puisque presque personne ne cultive d'engrais vert qui soit enfoui lors des labours (sinon parfois du grain de cheval), et que les excréments humains sont déposés en général sur des friches non cultivées. Traditionnellement les paysans cultivent des légumineuses qui ont un pouvoir fertilisant, et depuis la fin des années 1940 dans le système rural irrigué, depuis la fin des années 1970 dans le système rural pluvial, les engrais chimiques se sont popularisés ; on répand aussi sur les sols trop sableux un peu de terre argileuse du tank ; mais la fumure du bétail demeure cependant le mode de fertilisation le plus employé. Tous les matins, la litière des bêtes est nettoyée, et portée dans un panier plat sur la tête jusqu'au pied d'un cocotier, ou, plus souvent, entassée à quelques mètres de la maison dans une fosse non fermée. Elle sera ensuite répartie sur les différents champs au moment des labours11.

41On sait combien le stockage du fumier, en plein air, exposé à la pluie et au soleil, a un effet néfaste sur ses pouvoirs fertilisants. La fosse à fumier est présente chez tous les agriculteurs du système irrigué, mais dans le système pluvial, les paysans dont la maison - l'étable - se situe près de leurs champs déposent directement l'engrais sur leurs terres, sans l'intermédiaire de la fosse : une pratique très néfaste pour l'efficacité de la fumure, puisque l’on dépose l'engrais souvent très tôt sur les champs, un ou deux mois avant les premiers labours, ce qui lui laisse le temps de perdre de ses propriétés.

42Cet épandage de fumier se fait souvent libéralement, mais de façon irrégulière selon les moyens des paysans et selon les cultures. Bien des agriculteurs ont peine à suffisamment fertiliser leurs champs. Manque de ressources en numéraire, quand il faut acheter des engrais chimiques ; mais aussi manque de fumure, quand manque le bétail. Lorsqu'on a ne serait-ce que deux hectares à fumer, la possession d'un attelage de deux maigres vaches se révèle parfois insuffisante. Cela explique qu'une charretée de fumier coûte au moins 25 Rs au village : ce prix représente d'ailleurs tout à la fois la conséquence de la rareté des déjections animales, et la cause du si petit nombre des transactions sur la bouse. Peu de paysans en achètent, parce qu'elle est trop chère ; et si jamais on en avait les moyens, il serait de toute façon difficile d'en trouver sur le marché.

43Du coup, même les bufflesses et les vaches de race améliorée, bétail à but exclusivement laitier au premier abord puisqu'il n'est jamais attelé, apparaissent liées à un second objectif : produire de l'engrais ; et, en ce qui concerne les bufflesses qui ne sont guère nourries à la ferme, transformer la biomasse de maigres terres de pâture en source de fertilité pour les récoltes représente une faculté majeure.

44De même, moutons et chèvres ont une double fonction : fournir de la viande, mais aussi fumer les champs. Cela est d'autant plus important que les déjections d'ovins et de caprins apportent au sol plus d'azote, de phosphore et de potasse que la bouse des bovins. L'élevage de moutons n'est donc pas seulement le moyen de mettre en valeur des terres à l'herbe si rase qu'elles ne parviendraient pas à nourrir des bovins. On comprend du coup l'intérêt de ces vastes friches qui existent dans le système rural pluvial, et notamment à Naragalu : elles permettent d'entretenir de nombreux troupeaux d'ovins et donc d'obtenir un engrais de qualité.

45Encore faut-il distinguer caprins et ovins : Mottahalli, le village irrigué, a peu de moutons, car faire passer tout un troupeau entre les champs de canne à sucre est loin d'être aisé. Ce village a cependant beaucoup de chèvres, parce que les chèvres ne sont que peu nourries sur pâturage, exigeant des feuilles vertes et de l’herbe qu'on leur apporte à la maison. Sur les finages non irrigués au contraire, l'espace n'est pas rare, d’où proportionnellement plus de moutons au total qu'à Mottahalli.

3. Le trait

  • 12 Un Brahmane du Dakshin Kannad, district côtier du Karnataka, se refusait à me croire quand je lui (...)

46Comme les bufflesses ne sont jamais attelées dans aucun de nos systèmes régionaux, bœufs et vaches de race locale représentent les seules bêtes de trait du village12. Mais vu les surfaces cultivables, on arrive à un nombre de têtes qui dans les deux systèmes ruraux laisse plus qu'une marge de manœuvre en cas de maladie ou de vieillesse des animaux. Au regard des stricts besoins du labour, il existe donc théoriquement un net surplus de bêtes de trait - dans nos villages tout comme à l'échelle de l’Inde, d'ailleurs. Cela est remarquable étant donné les faibles ressources en pâturages des finages, mais s'explique aisément du fait des besoins en engrais, ainsi que pour trois autres raisons : l'impossibilité de prêt d'animaux à certaines époques, le mode d'embauche des ouvriers agricoles, et une conception commerciale de l'élevage.

  • 13 J'utilise le terme « labour » dans un sens très large, alors même qu'un araire ne fait que gratter (...)

47. Qu'un paysan de Naragalu, propriétaire de moins d'un hectare non irrigué, entretienne un attelage arrive souvent. Gaspillage au regard des statistiques : il vaudrait mieux qu’il s'associe avec un autre microfundiaire et qu’il n'élève qu’une seule tête de bétail. Pour la moisson, ne reçoit-il pas l'aide de ses voisins et amis, aide qu'il rendra à son tour avec sa famille quand ceux-ci auront besoin de lui ? Peut-être après tout les paysans sont-ils excessivement individualistes en matière de bétail. Mais le problème est aussi qu'outre les besoins en engrais de l'agriculteur, celui-ci ne peut compter que sur ses propres ressources lors de la période de pointe des labours, quand les premières pluies arrivent enfin et qu'il convient de travailler la terre le jour même, parfois avec plusieurs araires à' la fois sur le même champ pour aller plus vite. A cette époque de l'année, peu d'attelages sont disponibles, et l'on est bien content de posséder le sien. Certes, à Mottahalli, le problème est moindre étant donné un certain étalement des labours permis par l'irrigation13 ; mais il faut compter sur les terres sèches à travailler dès les premières pluies, et sur l'époque de la coupe de la canne à sucre, quand les bœufs doivent être attelés à la charrette pour porter la récolte jusqu'au moulin à jagre, voire jusqu’à la raffinerie de Mandya - ce qui occupe alors au moins une journée.

48Le bétail est un facteur si important, que ce Harijan de Mottahalli, propriétaire d'une pauvre acre non irriguée, avait dû se résoudre à donner sa terre en fermage (150 Rs/an) tant qu'il ne possédait pas d'attelage. Mais son fils reçut une vache par la dot de sa femme : le père en acheta alors une seconde 2000 Rs, et put reprendre son acre.

49. D'autre part, les microfundiaires ne peuvent de toute façon survivre par la seule production de leur terre. Il leur faut donc un revenu complémentaire (parfois supérieur à celui tiré de leur propriété foncière) comme ouvrier agricole. Or, dans le cas d'un labour réalisé par un journalier, le salaire en vigueur est de 10 Rs par jour dans les deux systèmes ruraux (avec souvent un repas dans le système irrigué). Mais si le journalier amène son propre attelage pour labourer, alors le salaire atteint 25 Rs. On conçoit donc qu'il puisse être alors intéressant de possséder un attelage, quand bien même les occasions d'être engagé avec lui sont réservées dans l'année aux périodes de travaux très intensifs, comme à Mottahalli vers août-septembre. A contrario, ces 25 Rs à payer sont un facteur de plus pour inciter à posséder son propre attelage pour ne pas devoir engager celui d'un journalier.

50Dans le même ordre d’idées, le microfundiaire ou le paysan sans terre peut espérer trouver une parcelle à cultiver en faire-valoir indirect : pour cela, la possession d'un attelage est utile. Cela dit, ce dernier facteur est relativement peu important, parce que les accords de métayage ou de fermage ont des durées souvent trop limitées ou trop aléatoires pour que le paysan investisse dans l'achat de bétail (des métayers préfèrent ainsi labourer en employant des journaliers à 25 Rs par jour !), étant donné aussi que la réforme agraire de 1974, bien que souvent contournée, interdit tout faire-valoir indirect.

  • 14 Utilisons le terme, bien qu'il ne puisse guère s'agir d'« engraissement » étant donné les conditio (...)

51. La dernière raison à invoquer pour expliquer le surplus apparent de bêtes de trait est le type d'élevage en vigueur au village. En effet, contrairement au stéréotype du paysan indien attaché à son attelage, l'aimant d'amour tendre et le laissant mourir de vieillesse en le nourrissant jusqu'au dernier jour, l'élevage dans chacun des deux systèmes ruraux a une fonction commerciale. Avant la seconde guerre mondiale, l'élevage était plutôt un élevage naisseur, ce qui explique qu'il y ait eu à l'époque plus de vaches que de bœufs au village. On attendait de l'attelage qu'il se reproduise, pour ensuite vendre les veaux, une fois l'allaitement terminé, à un marché hebdomadaire des environs ou lors d'une grande foire annuelle. Depuis, la situation a changé : il y a davantage de bœufs que de vaches au village, d'une part parce que la multiplication des bufflesses a rendu moins nécessaire l'élevage de vaches pour leur lait, mais surtout parce qu’on pratique l'embouche14, plus rentable avec des bœufs car ils se vendent plus cher : une embouche permise par l'achat d'aliments à l'extérieur, mais aussi par l'accroissement des rendements en paille comme en grains grâce à l'irrigation à Mottahalli, et en raison de l'apparition, plus récente, des engrais chimiques et des semences améliorées à Mayagonahalli et Naragalu.

  • 15 Ce prix oblige à bien des sacrifices pour les petits paysans. C'est ainsi que ce propriétaire de 3 (...)

52Aussi peut-on acheter une paire de jeunes zébus, travailler avec elle pendant un an, et la revendre ensuite parfois le double du prix d'achat. C'est un investissement coûteux, puisqu'un attelage de bœufs coûte entre 2500 et plus de 10 000 Rs, en fonction de leur âge et de leur force, et que deux vaches coûtent encore entre 1000 et 5000 Rs15. Mais c'est un investissement rentable, surtout si l'on parvient à une rapide rotation du capital. En moyenne, on ne garde un attelage que deux ou trois ans, et davantage seulement si l'on est exceptionnellement satisfait des performances de ses bêtes. Mais lorsque le maquignonnage devient un métier, la rotation est plus rapide (une vingtaine de bêtes par an).

53Bien qu'un même bovin puisse être attelé pendant 13 ou 15 ans, il n'est donc pas question de le considérer comme un capital fixe : ce bien circule au contraire très rapidement, surtout dans le système rural pluvial où il représente un complément de revenu important. Dans cette région non irriguée en effet, les activités agricoles sont très réduites durant la saison sèche ; aussi le coût d'opportunité de la conduite des bêtes au pâturage est-il très faible. L'embouche permet l'embauche : elle permet de rentabiliser une main-d’œuvre, inemployée sinon pendant la morte saison. Cependant, l'alimentation représente un goulot d'étranglement, les terrains de pâture se trouvant insuffisants, et la paille en quantité limitée étant donné les faibles rendements d'une agriculture restée pluviale.

54Kottebetta est l'une de ces grandes foires annuelles où se rendent les paysans de Mayagonahalli et Naragalu, à quelques kilomètres à l'est de Nagamangala. Elle a lieu au début de février et dure 9 jours, au moment où les moissons sont presque terminées et que va commencer la saison des fêtes. On y part en famille, son bétail derrière soi si c'est pour vendre : un bétail qui a vu sa ration doubler les jours précédents afin d'en améliorer l'aspect et d'en tirer un prix maximal. Au pied d'un grand inselberg (betta) surmonté d'un temple vishnouite, le long d'un tank (kotte) mis à profit pour l'alimentation des bêtes, se presse la foule de curieux, de clients, de marchands de beignets, d'astrologues, de restaurateurs, de mendiants. Jusqu’à 20 000 têtes de bétail sont vendues les bonnes années, à des prix qui peuvent parfois atteindre 15 000 Rs la paire de bœufs. (Cette année 1990 sera mauvaise en raison des bruits de maladie infectieuse.) Des acheteurs viennent en camion de Kolar, de Tumkur, et même de Hubli, à 350 km de là, et représentent un débouché pour l'élevage de qualité local. Le dernier jour de la foire, jour de pleine lune, ce sera la fête du dieu Venkatarama Swamy dont on promènera le haut chariot dans le village, au grand dam des fils électriques.

55S'il existe un suréquipement statistique en bêtes de trait au niveau du village, ce suréquipement n'existe donc pas à l'échelle de l'exploitation, tant l'utilité de ces animaux est multiforme. Qu'à Mottahalli, la moyenne des bêtes de trait possédées par les paysans propriétaires de terres arables soit de 1,7 tête par exploitation représente en soi un chiffre assez conséquent. Mais 1,7, c'est moins que 2 : l'attelage demeure incomplet.

4. La viande

56Même si les bovins ne sont pas consommés au village, produire de la viande n'y représente pas une fonction négligeable puisque une seule caste, les Lingayat, est végétarienne. Une telle fonction est l'apanage exclusif du petit bétail et des volailles. Les poules ont l'avantage de ne rien coûter, puisqu'elles se nourrissent des déjections domestiques (à l'unique exception d'un élevage de 300 poulets à Mottahalli). Pourtant, on ne les rencontre que chez les basses castes et les Vokkaliga : les Lingayat, les Aradhya ou même les Kuruba (et certains Vokkaliga) n’en élèvent pas parce qu’ils les jugent animaux trop impurs.

57Il n'y a pas de tels interdits de caste pour les ovins et les caprins, qui jouissent d'un statut supérieur. Mais toutes les familles n'en possèdent pas, d'une part en raison de leur prix (environ 400 Rs/tête), d'autre part en raison de problèmes de main-d'oeuvre. Au total, les moutons semblent plus faciles à élever, car ils sont peu difficiles quant à la nourriture, et se déplacent en troupeau qu'on peut plus aisément tenir serré. Mais une chèvre donne souvent naissance à au moins deux chevreaux à chaque fois, contre un seul agneau pour la brebis. Quant au prix de la viande, il est le même pour les deux races (30 Rs/kg). Avantages et inconvénients s’équilibrent donc, et c'est aux exploitations de choisir l'élevage qui leur convient le mieux.

58Certaines de ces exploitations ont des traditions d'élevage. Ainsi, les plus gros troupeaux de moutons rencontrés (jusqu’à 20 têtes) vivaient dans des exploitations où depuis des générations les ovins représentent une activité importante, nécessitant souvent l'emploi d'un jeune adolescent, payé à l'année environ 600 Rs, qui garde le troupeau tout en vivant avec la famille. Mais la taille de ces troupeaux est limitée aussi par un problème de place : construire une étable coûte cher, et presque tous les paysans préfèrent garder leurs bêtes à l’intérieur de leur maison, ce qui ne permet guère des troupeaux de plus de 10 têtes. Peut-être alors peut-on prédire un certain avenir à la race de mouton croisée qui commence à être introduite au village, même si ses inconvénients rappellent beaucoup ceux des « Holstein-Frisonnes » : coût à l'achat (1000 Rs), alimentation au piquet, fragilité...

59Sa généralisation reviendrait alors à faire entrer dans le secteur commercialisé un élevage qui ne l'est encore que peu. Poules, chèvres ou moutons sont élevés avant tout pour la consommation familiale. Non que celle-ci soit importante : les castes non-végétariennes ne mangent de la viande qu’une fois par semaine au plus. Mais on n'en achète quasiment jamais, préférant ne compter que sur sa propre production. A l'exception de certains paysans propriétaires de gros troupeaux de moutons, et qui vendent une dizaine de bêtes par an, les animaux ne sont que rarement vendus : ils représentent seulement une assurance, un « capital-tampon », dont la vente éventuelle permettra de répondre financièrement à un accident, à un brusque besoin d'argent, sans qu'il faille vendre du gros bétail - ce qui n'arrive qu'en cas très grave - ni qu'on doive vendre le grain destiné à l'alimentation de la maisonnée - ce qui n’arrive presque jamais.

60Quant aux bovins et buffles, ils ne sont pas consommés au village (sinon discrètement, en ce qui concerne les buffles, par les Harijan). On sait que l'hindouisme, du moins tel qu’il est vécu par les castes non-Harijan, s’y oppose formellement. Les bovins, et la vache en particulier, jouissent d'une place particulière dans cette religion, à tel point que certains auteurs ont pu accorder une large place au facteur religieux dans la description et l'explication des modes d’élevage bovin en Inde.

5. La querelle de la vache sacrée

61Peut-être est-ce une constante de toutes les religions inscrites dans des civilisations à économie agro-pastorale qu'une certaine vénération de la vache, animal aux si multiples fonctions. Aussi l'importance accordée à la « vache sacrée » dans l'Inde hindoue n'est-elle peut-être finalement pas si remarquable : n'est-ce pas miracle en effet que les vaches servent d'attelage et fabriquent de l'engrais tout en étant traites deux fois par jour et en produisant des veaux ? Fonctions de fertilisation, de lactation, de traction, et de reproduction : par sa polyvalence l'animal est bien utile. On comprend que des ethnologues fonctionnalistes puissent justifier économiquement le fait que la vache soit « sacrée ».

  • 16 Ce qui supposerait qu’une situation irrationnelle à l’échelle régionale ou nationale doive obligat (...)

62Pourtant, de nombreux observateurs, occidentaux autant qu'indiens, expliquent par la religion le fait que l'Inde ait le premier troupeau de bovins du monde, tout en ayant une productivité extrêmement faible dans le domaine de l'élevage. Ce serait le tabou sur le sacrifice de la vache, et plus généralement la célèbre « non-violence » (ahimsa) de l'hindouisme, qui expliquerait le « surpeuplement » bovin dans le pays. Le comportement des individus, irrationnel car fondé sur la religion, rendrait compte de l'aspect économiquement irrationnel de l'élevage indien16. Car si les hindous consommaient de la viande de boeuf, si l'on abattait davantage de bovins, la compétition entre hommes et bêtes pour des ressources qui sont limitées tournerait à l'avantage des hommes, dont le niveau de vie pourrait alors augmenter.

63Nous avons vu cependant que ce « surpeuplement » n'était qu'apparent, au moins pour nos trois villages. Les vaches sont peut-être sacrées, mais elles sont surtout utiles. La religion ne fait qu'aller ici dans le sens d'une certaine rationalité économique. D'ailleurs, il faudrait s'entendre sur la « sacralité » de ces animaux, et distinguer les valeurs brahmaniques telles qu'elles sont transmises par la tradition et les textes, de la réalité villageoise contemporaine. A Mottahalli, à Naragalu, la vache est-elle « sacrée » ? Il faut répondre par l'affirmative en ce qu'on accorde un pouvoir purifiant aux produits tirés du corps de la vache, lait (et ghi), bouse, urine. Mais la vie agricole a ses contraintes. C'est ainsi que le lundi est un jour férié dans le système rural pluvial (c'est le vendredi, dans l'irrigué) : on est végétarien ce jour-là, et il est interdit de faire labourer les bovins. Soit. On respecte cet interdit : on n'attelle pas les bœufs à l’araire...mais on les attelle à la charrette.

64Et l’ahimsa, la non-violence ? Elle n'empêche pas de castrer les jeunes taureaux, ni de donner des coups de bâton à une vache qui n’avance pas. Hindou assurément, mais paysan aussi. Surtout, on ne laisse pas vieillir à la ferme les bovins devenus trop vieux : les abattre ? Assurément non ! Mais on les vend à des Musulmans des environs, en sachant pertinemment que leur destin sera l'abattoir. Cela n’est pas de l'hypocrisie, mais le simple respect de la religion : l'hindouisme interdit de tuer de ses mains une vache, mais n’interdit rien de ce que pourra faire un membre d'une autre religion. La vache est un bien trop précieux économiquement pour ne pas représenter un moyen de production et un capital spéculatif plus qu'un objet d'adoration.

I. LE VILLAGE IRRIGUÉ DE MOTTAHALLI

I. LE VILLAGE IRRIGUÉ DE MOTTAHALLI

Témoignage de prospérité, la grosse maison traditionnelle avec véranda et cour intérieure (cf. p. 162). Le nom du propriétaire est peint sur les murs multicolores.

Mariage vokkaliga. Aux côtés de son mari porteur d'un turban, la jeune mariée garde pudiquement les yeux baissés. Les dots sont un important facteur de paupérisation dans la société paysanne actuelle.

Nivellement d'une rizière avant repiquage en pleine saison sèche, permis par le canal d'irrigation. Derrière les arbres (casuarina), canne à sucre et cocotiers.

Devant le moulin à jagre d'un grand propriétaire, la canne à sucre attend d'être broyée par une équipe d'ouvriers agricoles immigrés qui fera bouillir le jus obtenu (cf. p. 94).

II. LES VILLAGES NON IRRIGUÉS DE MAYAGONAHALLI ET NARAGALU

II. LES VILLAGES NON IRRIGUÉS DE MAYAGONAHALLI ET NARAGALU

Vieilles maisons à toit de pierres au coeur du village. A droite, un toit de tuiles industrielles témoigne au contraire de la prospérité de ses habitants.

Moisson à la faucille de l'éleusine (début novembre). Les autres cultures associées (pois, oléagineux et sorgho fourrager) seront récoltées plus tardivement.

Décorticage des noix de coco séchées pour les vendre comme copra (cf. p. 124).

Récolte des vers à soie après que ceux-ci ont été laissés trois jours en plein air, pour le tissage des cocons (cf. p. 130).

C. LES STRUCTURES AGRAIRES

1. Stratification de la propriété foncière

a. Des sans-terres aux « gros propriétaires »

65La terre est rare. Cela n'est guère étonnant, étant donné les fortes densités de systèmes ruraux peuplés essentiellement d'agriculteurs, pour qui la terre représente la richesse essentielle : 323 hts/km2 dans la partie rurale du taluk irrigué de Mandya en 1981, et encore 136 dans le taluk sec de Nagamangala composent ce qu’on a coutume d'appeler des « espaces pleins ». Mais en outre, à l'intérieur du système rural et du village, la terre est inégalement répartie.

Notes : On a utilisé la terminologie officielle de classification des propriétaires fonciers, avec l'équivalence : 1 ha "standard" (sec) = 1/2 ha irrigué. Les totaux ne sont pas égaux à 100 % car on a arrondi les valeurs obtenues. J'ai inclus la population de la Porte de Mayagonahalli dans celle de Mayagonahalli, malgré le cadastre mais en raison du Recensement de 1991 qui fit de même.
Source : Enquête personnelle.
Tableau 6 : Répartition de la propriété foncière.

66C'est dans le système rural irrigué qu'il y a le plus de maisonnées sans terre cultivable (29 % des cas à Mottahalli). Tous les villages irrigués ont en effet accueilli nombre d'immigrants attirés par les potentialités d'emploi permises par la canne à sucre et la riziculture : ceux-ci ont laissé à un frère, à un cousin, voire vendu les quelques pauvres acres sèches qu'ils possédaient dans leur village d'origine, et se sont donc retrouvés sans terre une fois accomplie leur migration. A Mottahalli, ils sont à 85 % dépourvus de toute propriété foncière cultivable (quelques-uns ont cependant bénéficié de l'obtention d'un lopin constructible dans le lotissement de la Pauvreté).

  • 17 Voir le glossaire.

67A Mottahalli, les sans-terres sont donc essentiellement des ouvriers agricoles. Dans le système pluvial aussi, du moins à Naragalu (8 % des maisonnées) : le noyau de ce village ne contient certes aucun sans-terre, mais la Porte de Kenchegonahalli en est peuplée pour moitié, ayant elle aussi attiré des immigrants. Ceux-ci sont cependant, à la différence de ceux de Mottahalli, très typés quant à leur caste : les Adi Karnataka, Budubuduke et Idiga sont tous classés SC/ST17. Ils sont ouvriers agricoles, mais aussi mendiants ou fabricants de toddy, en fonction de l'activité traditionnelle de leur caste.

68Mayagonahalli quant à lui connaît un pourcentage comparable de sans-terres (7 %) : à l’exception d'un forgeron du village trop endetté qui a dû vendre ses terres, ceux-ci se trouvent tous habiter à la « Porte de Mayagonahalli ». Ce sont pour la plupart des artisans au statut relativement plus élevé que celui des castes de Kenchegonahalli. Certains parviennent à gagner leur vie grâce à leur activité traditionnelle, sans devoir compléter par du salariat agricole ou du travail pour les travaux publics.

69A l'autre extrémité de l’échelle sociale se tiennent les gros propriétaires. « Gros » ? Selon la terminologie officielle, qui ne considère sous ce nom que les familles possédant plus de 10 ha, ils se comptent sur les doigts d'une main pour l'ensemble des trois villages. Mais, outre le fait que certains aient pu me cacher une partie de leur propriété, les chiffres concernant le village irrigué dans le tableau précédent devraient sans doute être révisés à la hausse : j'y ai conservé en effet, à des fins de comparaison, la correspondance utilisée d'habitude dans les évaluations réalisées par l'administration, où un hectare irrigué vaut deux hectares secs. Mais à Mottahalli, le revenu net que l'on tire d'une terre irriguée vaut souvent 6 fois celui d'une terre sans irrigation !

70La classification officielle indienne semble encore plus difficile à appliquer pour les niveaux intermédiaires de la stratification sociale : l'utilisation universelle à toute l'Inde de mêmes seuils de propriété chiffrés est certes une approximation nécessaire quand on désire des statistiques valables à l'échelle du pays ; mais il nous est possible d'affiner l'évaluation dans le cadre d'une étude au niveau du système rural ou du village.

71Un seuil essentiel : la superficie minimale qu'il faut posséder pour pouvoir faire survivre une famille de 5 personnes (taille de la famille prise en général comme référence dans les statistiques indiennes). Dans le village irrigué de Mottahalli, une famille consomme environ 1,75 kg d'éleusine et 0,6 kg de riz par jour si elle fait trois repas (ce qui n'est pas toujours le cas) - en outre, les plus pauvres mangent moins de riz et davantage d'éleusine. Soit près de 640 kg d'éleusine et 220 kg de riz par an : avec des rendements moyens de 35 q/ha irrigué d'éleusine et 46 q/ha de riz, 0,2 ha irrigué semblerait suffisant si cette terre est cultivée en éleusine en saison sèche et en paddy en saison humide. Mais il faut compter aussi avec les besoins en légumes et épices nécessaires au saru (sauce accompagnant les céréales), avec des dépenses d'au moins 700 Rs (la valeur de 150 kg de riz) pour se vêtir, et bien d'autres frais encore (logement) qui n'ont rien de superflu. Un demi-hectare irrigué semble donc un seuil minimal à un niveau de vie dépassant quelque peu la survie biologique.

  • 18 La taille moyenne dans le taluk de Nagamangala est de 1.1 ha, et de 0,8 ha dans le taluk de Mandya (...)

72Dans les villages sans irrigation, selon le même calcul, il faut avec un rendement moyen de 10 q/ha d'éleusine cultiver 0,85 ha pour assurer les besoins en céréales de la famille : là, un hectare et demi non irrigué semble représenter le seuil de survie. Or, la surface moyenne des exploitations n'est que de 1,2 ha à Naragalu et 2,2 ha à Mayagonahalli18. Quant au village irrigué de Mottahalli, la moyenne n'atteint pas 1,5 ha - ou 2,5 ha si l'on pondère l'irrigation de la terre, avec 2 ha « secs » pour 1 ha irrigué.

73Un tel critère statistique isole ainsi à Mottahalli tous les paysans « marginaux » (marginal farmers), qui ne peuvent vivre même misérablement de leurs seules terres, et se trouvent sur les « marges » de la société villageoise et du système de production. Dans les villages secs, la limite passe encore plus haut, à près de deux hectares, et recouvre alors presque tous les « petits » paysans (small farmers). Il semble donc que la terminologie officielle pèche par optimisme : les « petits » paysans sont eux aussi en situation de marginalité dans le système rural non irrigué. Comme l’a mentionné B.R. Ghosh (1985), la limite entre « petits » et « marginaux » ne devrait pas être une superficie cultivée, mais plutôt une caractéristique du budget familial. Bien des exploitations qui sont officiellement classées comme « petites » ne parviennent pas à dégager de marge de subsistance, étant donné qu'elles ne produisent pas de surplus. Ne pouvant donc ni investir ni épargner, subissant en plus la dépréciation de leur capital, elles sont en situation de « désinvestissement net ».

74Il faut également compter avec le fait que la taille des maisonnées dépasse parfois les 5 personnes, et que la possession de 2 ha peut ne pas suffire alors. Au total, parmi les propriétaires de terre recensés à Naragalu, seuls 26 % (28 % à Mayagonahalli) vivaient uniquement de l'agriculture : tous les autres devaient être journaliers, pratiquer quelque artisanat, ou envoyer un membre de leur famille en émigration, pour se procurer un revenu d'appoint - lequel pouvait même représenter l’activité principale.

75Quant au village irrigué de Mottahalli, plus du tiers des propriétaires fonciers (36 %) ne peuvent vivre de la seule culture de leurs terres : ce sont eux les vrais « marginaux », et pas seulement les 20 % de propriétaires qui possèdent moins d’un hectare sec ou un demihectare irrigué. Parmi eux, 43 % de Harijan, alors que ceux-ci ne représentent que 13 % de la population totale du village. Toutes ces exploitations, ainsi que l'a calculé K. Hintenberg (1989), n'ont pour superficie moyenne que 0,37 ha. De plus, un quart de ces « marginaux » ne possèdent pas véritablement la terre qu'ils cultivent, soient qu'ils l'aient prise en fermage, soit qu'ils en aient laissé une partie en gage contre un emprunt. Pour les deux-tiers, ils ne possèdent pas de bêtes de trait, et seuls 38 % d'entre eux ont une bufflesse laitière.

  • 19 A Naragalu, la situation est moins nette, car la lignée dominante Borappa ne possède pas plus de t (...)

76Il semble que dans tous les villages il faille accorder une grande importance à la date d'installation de la maisonnée, ou de la lignée, pour expliquer les différences dans la répartition de la propriété foncière. Certes, de grosses inégalités peuvent exister entre des familles aux relations de parenté étroites, entre deux frères, deux cousins germains, mais il existe une hiérarchie foncière qui correspond grossièrement aux subdivisions de la structure en castes et lignées. Ces subdivisions ne sont cependant pas en matière de propriété foncière classées selon la hiérarchie de pureté rituelle hindoue, mais selon le degré d'ancienneté de l'arrivée au village. Ainsi, la caste dominante quant au nombre, mais aussi quant à la terre, se trouve toujours être celle qui a fondé le village : c'est la caste Vokkaliga dans nos trois villages, une caste classée assez bas dans la hiérarchie rituelle hindoue. Au sein de cette caste, c'est la lignée fondatrice qui se trouve la plus riche en terres (en superficie à l'échelle du village comme à celle de la maisonnée) : la lignée Tundageriamma à Mottahalli, et Kalabairava à Mayagonahalli19.

Fig. 22 : Inégalités socio-économiques à Mottahalli

77Ainsi, à Mottahalli, le nombre des sans-terres dans la caste n'a aucune corrélation avec le statut religieux de celle-ci : les Lingayat sont moins bien pourvus en terres que les Harijan. Ce qui compte est la date d'installation au village : la terre est au premier arrivé. Et les Lingayat, immigrés récents, n’ont dû qu’à leur statut de haute caste l'octroi de lopins où établir leur maison ; à quelques exceptions près, ils ne possèdent pas de terre arable pour autant. L'ancienneté prime sur le statut de pureté - étant donné que statut et domination sont des échelles qui de toute façon ne sont pas par définition congruentes.

  • 20 Les Harijan offrent un cas particulier, étant donné les aides publiques dont ils disposent et qui (...)

78La figure 22 présente d'autres indicateurs socio-économiques, qui montrent que les castes ou lignées immigrées depuis peu à Mottahalli possèdent moins de bétail et sont plus souvent journaliers agricoles que les autres. Le taux d'analphabétisme, lui, ne varie guère : mais une étude des diplômes supérieurs ou égaux au S.S.L.C. (brevet) montrerait que les castes non Vokkaliga et non Harijan20, qui se sont installées à Mottahalli depuis l'arrivée de l'irrigation seulement, ne possèdent que 8 % de ces diplômes, alors qu'elles représentent 19 % de la population.

b. Survivance illégale du faire-valoir indirect

79Le faire-valoir indirect peut-il tempérer ces inégalités ? Bien peu, puisque la réforme agraire l'interdit depuis 1974. Mise en place dans le but officiel de lutter contre les grands propriétaires absentéistes et de favoriser leurs tenanciers, elle s'est retournée en partie contre les microfundiaires et les sans-terres dans les régions de petite propriété comme le district de Mandya. Certes, tous les villageois ne semblent pas au courant de cette loi. Mais tous savent que la terre confiée en faire valoir indirect peut être réclamée pour sienne par le tenancier, et qu'il n'y aura alors guère de moyens permettant de la récupérer. Tous savent aussi qu'à l’inverse, le tenancier peut se voir confisquer sa terre par le propriétaire alors même qu'il était sur le point de moissonner. Aussi ce mode ne concerne-t-il qu'environ 10 % des terres des finages, et encore souvent les deux parties sont-elles unies par des liens d'amitié, de parenté, ou de clientélisme, qui permettent une certaine confiance de part et d'autre.

80Il existe trois types de faire-valoir indirect, à peu près aussi courants les uns que les autres : le premier est la mise en gage, contre de l'argent ou du grain. Le preneur sera autorisé à cultiver la terre jusqu’à remboursement de la dette, ce qui peut prendre plusieurs années. Le gage peut s'élever à 25 000 Rs/ha irrigué, ou seulement 300 Rs/ha sec : il n'y a pas de règle. Que la somme soit importante est intéressant à court terme pour le donneur, s'il a un pressant besoin d'argent. Mais il aura ensuite beaucoup plus de mal à rembourser et à récupérer sa terre que si le gage avait été une petite somme. Pour le preneur, en tous les cas, cela est tout bénéfice : ce mode revient en effet à un prêt dont l'intérêt consiste dans l'usufruit de la terre, c'est-à-dire dans sa production ; ce qui revient, dans le cas d'une terre à canne à sucre, à des intérêts tournant autour de 90 % par an...

81Le second mode de faire-valoir indirect est le fermage. Le loyer peut être versé en argent : jusqu'à 9000 Rs pour un hectare bien irrigué à Mottahalli, 800 Rs pour un hectare sec à Naragalu - une somme suffisamment importante dans ce dernier cas pour annuler tout bénéfice au cultivateur en cas de pluies déficientes. Le loyer peut aussi être payé en nature : 7 à 8 palla de paddy, soit environ 700 kg, par acre de paddy à Mottahalli. T.S. Epstein (1962) ne mentionnait que 5 palla en 1955 : une hausse de la redevance qui correspond à la hausse des rendements consécutive à la généralisation des engrais chimiques et des variétés améliorées.

82Le troisième mode, enfin, est le métayage : le métayer doit livrer la moitié de la récolte en grains au propriétaire, mais garde la paille. En outre, dans le cas de la canne à sucre à Mottahalli, le propriétaire doit payer la moitié des engrais chimiques : cette obligation ne vaut pas pour les autres cultures, et témoigne du caractère à la fois récent de la canne à sucre (ce qui lui permet d'avoir un statut particulier) et coûteux en intrants. Notons par ailleurs que souvent, le tenancier préfère être métayer plutôt que fermier : en cas de mauvaise récolte en effet, le métayer ne doit presque rien verser au propriétaire (J. Scott, 1976).

83Si le faire-valoir indirect a un rôle assez peu important dans les structures agraires au niveau du village, à l'échelle de la maisonnée il peut déterminer la viabilité de l'exploitation agricole : la mise en location d'une terre peut avoir des conséquences dramatiques pour une maisonnée. Combien de microfundiaires, ayant dû mettre en gage leur terre pour racheter des bœufs, payer la dot de leur fille ou terminer une année de très mauvaise récolte, se trouvent incapables de réunir la somme nécessaire au recouvrement de leur propriété ? Inversement, pour les sans-terres, la prise en location d'une terre peut se révéler une ressource intéressante. A Mottahalli, Mada Shetty est un immigré venu vers 1968, jeune adolescent alors, pour s'occuper du bétail d'un Vokkaliga chez qui il logeait. Par la suite, il a trouvé 15 ares à cultiver, prêtés par un villageois gratuitement pendant 5 ans, sous réserve qu'il abaisse le niveau de la terre afin de la rendre irrigable : cela lui permit d'obtenir 4 ans de canne à sucre et de paddy, contre l’investissement (coûteux et pénible) de ces travaux de terrassement. Il tenta de faire de même ensuite avec 5 ares, qu'un Vokkaliga lui laissa gratuitement pour 9 ans (par un contrat oral !) selon des conditions identiques : mais après qu'il eut dépensé 2750 Rs en main-d’œuvre pour aménager la parcelle, le propriétaire la reprit sans autre forme de procès. Mada Shetty a aujourd'hui tout perdu, la terre et sa mise de fonds. Il n'a plus d'argent pour reprendre une autre parcelle en faire-valoir indirect. Et comment se rebeller ? « Ce grand propriétaire vit dans le même village que moi », dit-il résigné, sous-entendant qu'il craint des représailles. « Il n'écoutera pas le panchayat, quand bien même celui-ci prendrait ma défense ».

c. Le prix élevé de la terre

  • 21 En moyenne en France, le prix d'un hectare correspond à moins de cinq ans de revenu brut.

84Le faire-valoir indirect serait pourtant un moyen pour les sans terres de se procurer un lopin sans devoir l'acheter. En effet, la terre est un capital qui structure d'autant plus la société villageoise qu'il est extrêmement coûteux, surtout dans le système rural irrigué. Les registres administratifs du taluk de Mandya n'en rendent pas bien compte cependant : comme les droits d'enregistrement sont proportionnels au prix d'achat (13 %), l'acheteur verse toujours en plus au vendeur une somme qui n'est pas déclarée au taluk. Les prix réels sont alors de 1250 à 300 000 Rs/ha si la terre est suffisamment proche du canal pour supporter deux récoltes de paddy par an, 200 000 Rs/ha sinon. Enorme investissement, inaccessible aux sans-terres quand on sait qu'un salarié agricole peut très rarement gagner plus de 2500 Rs/an à Mottahalli, mais justifié économiquement puisqu'il peut être amorti en moins de 12 ou 13 ans compte tenu des profits tirés de la culture de la canne à sucre21.

85Le prix des terres sèches dans ce même village irrigué est proportionnellement bien plus élevé : pas moins de 75 000 Rs/ha, à moins que la terre ne soit quasiment incultivable. Or un champ d'éleusine pluviale, de sorgho ou d'arachide ne peut guère rapporter plus de 1250 Rs/an/ha comme bénéfice net, ce qui fait que l'achat d'une telle terre n'est amortissable qu'en 60 ans ! A vrai dire, l'essentiel de la production de l'agriculture pluviale est autoconsommé : ce qui veut dire que la valeur de cette production n'est pas estimée aux cours du marché, mais seulement en fonction de son utilité, laquelle est très importante puisqu'elle permet fourrage, grains, pois, et pour presque tous les paysans l'autosuffisance en huiles (particulièrement onéreuses sur le marché indien).

86Sans doute le marché des terres non irriguées bénéficie-t-il aussi de l'espoir qu'ont beaucoup de paysans d'installer un puits sur leur parcelle nouvellement acquise ; de la forte demande émanant de près du tiers de la population qui est sans terre à Mottahalli, par rapport à la faible quantité de parcelles disponibles ; des rumeurs courant au sujet d'une nouvelle route que l'Etat construirait entre Mysore et Bangalore et qui passerait par le village ; des possibilités enfin d'y construire une maison d'habitation ou un moulin à jagre. Mais aussi, ce prix élevé reflète l'attrait qu'a tout villageois pour la terre, attrait qui n'est pas qu'économique, attrait sentimental, attrait lié aussi au prestige.

87Dans le système rural pluvial, la terre non irriguée est paradoxalement un peu moins chère, alors qu'elle forme pourtant la quasi-exclusivité du marché foncier. L'hectare y coûte cependant jusqu'à 50 000 Rs, ce qui représente plus de 25 ans de salaire d'un ouvrier agricole du village. Une cocoteraie peut dépasser les 150 000 Rs/ha si elle se trouve dans un bas-fond humide. Au total, une terre en éleusine peut être amortie en 40 ans.

  • 22 Sans vouloir établir une corrélation stricte entre densités de population et prix de la terre, on (...)

88Dans les deux systèmes ruraux, le prix élevé de la terre s'explique par les densités de population comparées aux terres disponibles22. Le marché est saturé : l'exode rural, très limité dans le village irrigué, plus développé dans les villages secs, ne libère pas de terres car le migrant laisse sa propriété aux membres de sa famille demeurant sur place.

89Au total, s'il y a moins de sans-terres dans les villages secs qu'à Mottahalli, c’est moins en raison d'un prix de la terre plus accessible qu'en raison de l'absence d'immigration : à Mayagonahalli et Naragalu, la plupart des habitants sont nés au village même, et disposent donc d'un patrimoine foncier. A Mottahalli, les immigrés gagnent trop peu par le salariat agricole pour pouvoir acheter de la terre par la suite : je n'en ai rencontré que deux qui aient pu épargner suffisamment pour le faire, et encore dans l’un des cas s'agissait-il de terres sèches achetées dans son village d'origine.

d. Castes et classes : le cas du bétail et des communaux

90Un premier élément déterminant des structures agraires tient donc aux différences de propriété foncière, d'autant plus que la hausse de la productivité de la terre engendrée à Mottahalli par l'irrigation, et plus généralement dans les deux systèmes ruraux par l'introduction de variétés améliorées et d'engrais chimiques, a comme on le verra accentué les écarts de revenu entre les paysans « marginaux » et l'autre extrémité de l'échelle sociale. Il reste cependant à prouver qu’une « polarisation » comparable à ce qui a été relevé dans des régions touchées par la Révolution Verte (F.R. Frankel, 1971) existe à l'identique dans nos deux systèmes ruraux. Il peut sembler exagéré ici d'affirmer comme le fait A. Béteille (1974, p. 94) que de plus en plus en Inde on passe d'un « système hiérarchique » (celui des castes) à un « système de stratification » (celui des classes). N’a-t-il pas en effet depuis longtemps existé des inégalités socio-économiques, des villageois devant travailler comme ouvriers agricoles pour d'autres qui étaient mieux lotis en terres ? D'autre part, on a vu combien les inégalités de propriété foncière coïncidaient avec certaines divisions de castes et de lignées, quand bien même la hiérarchie religieuse se trouvait parfois renversée par rapport à l'échelle des propriétés. Il y a brouillage partiel, voire inversion de la structure traditionnelle des castes, mais non un total effacement. Enfin, il resterait à prouver que la « classe » est ici une classe « pour soi », et non seulement « en soi », c'est-à-dire qu'elle a conscience d'être telle. Nous verrons que ce n'est pas le cas : gardons donc le terme de « classe », mais dans son acceptation la plus large.

91Caste et classe entretiennent des rapports complexes, ainsi que le montre une rapide étude de la répartition du bétail possédé, non plus à l'échelle seulement villageoise telle qu'on l'a déjà faite, mais en s’attachant aux inégalités pouvant exister entre les maisonnées. En premier lieu, certains caractères de cette distribution correspondent à des facteurs de caste, lesquels ont tendance à limiter l'accumulation des biens de production par les classes sociales supérieures. Ainsi, cette veuve de tailleur Brahmane de Mottahalli possède une belle maison, ses fils sont tailleurs ou Village Accountants dans les environs, son frère épicier à Bangalore lui envoie régulièrement de l'argent : elle vit seule dans une relative aisance. Mais elle se trouve dépourvue de tout bétail laitier, n'ayant pas même une bufflesse. « Comment aurais-je le temps de la soigner ? » explique-t-elle... alors qu'elle reste complètement oisive. Partir dans les pâturages avec sa bête, faire comme les paysannes Vokkaliga, ne semble pas digne de son statut.

92Cependant, de telles différences de comportement s'expliquent souvent aussi par la classe sociale ; c’est ainsi que dans les maisonnées aisées les femmes doivent demeurer relativement oisives. Cela explique que ces exploitations ne possèdent pas plus de bufflesses que les autres, car la main-d’œuvre manque pour s'en occuper et l'on rechigne à en employer. De fait, plus on est riche, moins paradoxalement on peut maximiser son revenu par la possession de bétail laitier.

93Certains caractères de la distribution du bétail au village correspondent donc à des facteurs « de classe ». C'est ainsi qu'à Mottahalli aucun paysan « marginal » (possédant moins d'un hectare) n'élève de vache de race améliorée. De même, les paysans pauvres ont, comparés aux riches, proportionnellement davantage de vaches que de bœufs pour tirer leur araire : cela parce qu'une vache coûte moins cher à l'achat, moins cher à nourrir, qu'elle peut éventuellement produire un veau et du lait.

94Autre inégalité, importante surtout pour le système rural sec, où les moutons ont une grande importance économique : les gros propriétaires ont en proportion davantage de moutons que les autres. A. Damodaran (1987) en suggère une explication dans le cas d'un village proche de Bangalore : leurs nombreuses terres exigent un engrais particulièrement fertilisant, ce qui est le cas des déjections ovines. D'autre part, comme l'entretien d'un tel troupeau exige beaucoup de main-d’œuvre, ils sont les seuls à pouvoir payer les ouvriers agricoles nécessaires, ou à disposer d'une main-d’œuvre familiale suffisante en raison notamment du maintien des familles indivises chez nombre de gros propriétaires. Ce qui du même coup leur procure un avantage non négligeable dans la lutte pour les pâturages, d'une part parce que leurs troupeaux peuvent aller plus loin sur les « communaux » (en fait des terres appartenant à l'Etat) puisque leur berger en a le temps, et d'autre part parce que leurs moutons se satisfont d'herbe plus rase et l'arrachent. Pauvres microfundiaires, qui passent ensuite avec leur bufflesse sur une terre où est passé un troupeau d'ovins...

95Il semble donc, du moins en grande partie, que cela soit la structure de classes plus que de castes qu'il faille envisager pour aborder le problème des lieux de pâture. En effet, sans doute comme dans la plupart des villages de l'Inde (A. Damodaran, 1987), les petits paysans se trouvent posséder davantage de gros bétail que les grands propriétaires proportionnellement à leurs terres. L'alimentation des animaux pose donc un problème : ceux qui en possèdent proportionnellement le plus sont ceux qui ont le moins d'argent pour acheter de la paille ou des tourteaux, ceux qui ont le moins de terre pour nourrir leurs bêtes de résidus de culture. On conçoit donc combien sont importants pour eux les « communaux » du village, ces terrains de pâture qui appartiennent théoriquement à l'Etat et sur lesquels ils peuvent mener gratuitement leurs troupeaux, tout comme ils peuvent extraire du bois de chauffage sur les friches des forest lands pour peu qu'elles n’aient pas été constituées en réserves par l’administration (A. Agarwal, S. Narain, 1992). Dans le système rural pluvial, beaucoup de ces terres n'attirent guère de convoitises, étant donné leur caractère stérile. Il reste que des compétitions peuvent naître si les pouvoirs publics décident de reboiser ces terres (souvent en eucalyptus), ce qui implique de les mettre en défens un certain temps. On ne peut que penser à ce qui se passe déjà au Karnataka dans le district montagneux du Dakshin Kannad, où les reboisements de l'Etat ont pris une telle ampleur sur les zones de pelouse que de nombreux paysans ont des parcelles encloses avec du barbelé, qui leur servent de pâturage privé. Je n'ai cependant rencontré qu'un seul cas semblable dans les trois villages.

  • 23 Du persan darkhwast, « requête ».

96Egalement peu important encore quant à ses conséquences sur les pâturages est l'attribution des terres darkhast23 par l'administration. Il s'agit de friches publiques (gomal) distribuées jusqu'à concurrence de 2 ha aux propriétaires de moins de 4 ha (non irrigués). Priorité est donnée aux sans-terres, aux SC/ST, et aux natifs du village. Le prix est défini en fonction de la pauvreté de la maisonnée bénéficiaire, mais dépasse souvent les 7500 Rs/ha, ce qui est relativement important étant donné la très faible fertilité de la plupart de ces terres.

97Le mouvement a commencé officiellement en 1969 (Karnataka Land Grant Rules), et s'est terminé en 1987 dans le taluk de Nagamangala. Je n'en ai pas trouvé trace dans le système rural irrigué, peut-être parce que les friches de cette sorte sont beaucoup moins nombreuses : des parcelles y ont cependant été données ou vendues par les pouvoirs publics à des sans-terres qui les réclamaient ou les cultivaient illégalement, mais sans qu'il s’agisse véritablement de darkhast. Dans nos deux villages non irrigués au contraire, les darkhast représentent environ un quart de la superficie cultivée-ce chiffre incluant sans doute quelques terres données en réalité au titre de la réforme agraire de 1974 (fig. 14). C'est l'une des raisons pour lesquelles il y a si peu de paysans sans terre dans ces villages, d'autant plus qu'aujourd'hui encore, il arrive que des agriculteurs, qui ont défriché illégalement des communaux en bravant la menace de l'amende de 500 Rs par acre et par an, se voient finalement accorder la propriété officielle de cette terre.

98L'attribution de ces terres n'a pu que rétrécir la surface pâturable au sein du finage, puisqu'elles sont passées du statut de communaux à celui de terres cultivées. Cela dit, l’administration avait prévu la conservation d'un certain potentiel pâturable en imposant une superficie de communaux non aliénable de 30 acres pour chaque centaine de têtes de bétail vivant au village. En outre, bien des darkhast trop stériles ont été plantés en eucalyptus par leurs nouveaux propriétaires, soit avec des plants offerts par l'administration, soit entièrement de leurs propres deniers. Ces plantations, plus abondantes dans le système rural pluvial que dans le système irrigué, peuvent représenter plus de 1,5 ha sur une seule exploitation : terres de pâture potentielles alors, pour un bétail qui ne peut faire le difficile en fin de saison sèche. Mais les voisins de la parcelle darkhast s'opposent parfois à ces plantations s'ils ont leurs propres champs de céréales à côté, car les feuilles d'eucalyptus, qui « ont de la température », créent « de la chaleur » préjudiciable à l'éleusine ou au sorgho.

99Ce n'est pas seulement pour cette raison que bien des terres darkhast demeurent en friche alors qu’elles ont été vendues à des cultivateurs : elles sont tout à la fois trop éloignées du village, trop stériles, trop proches des forests où vivent toutes sortes d'animaux prédateurs des récoltes ou des jeunes plants d'arbres... et trop voisines aussi des terres de pâture restées bien commun, où le bétail n'est pas toujours bien gardé. Il se produit parfois des querelles entre propriétaire de darkhast brouté et propriétaire de vache brouteuse. Mais il n'y a pas d'antagonisme à l'échelle du village, pour la bonne raison que presque tout le monde possède des vaches, et presque autant des darkhast - la limite du plafond de 4 ha étant on le verra peu respectée.

  • 24 On ne peut que s'en étonner : cela représente une perte en bonnes terres cultivables, pompe l'eau (...)

100Plus révélateur des tensions agraires à l’intérieur du village sont les querelles concernant l'utilisation des terres en bordure des tanks. Au nord de celui de Naragalu, l'Etat a reboisé en eucalyptus une parcelle (publique) qui était très humide une bonne partie de l'année24 : je n'ai pas eu d'écho d'éventuelles protestations de la part des éleveurs qui avaient coutume d'y faire paître leur troupeau (mais ce n'est pas pour cela qu'il n'y a pas eu de querelles). Dans le village irrigué de Mottahalli cependant, le tank est cette fois l'objet d’une compétition ouverte. Les camps en présence ne sont pourtant pas ceux auxquels on pouvait s'attendre.

101En 1980, ce sont des Harijan, donc des microfundiaires (même s'ils sont loin de représenter le groupe le plus pauvre du village, car ils comptent seulement une minorité de sans-terres), qui se sont mis à défricher et cultiver les riches pâturages publics le long du tank, si bien alimentés en eau qu'ils purent faire deux cultures de paddy par an. Pendant quatre ans, ils parvinrent à tenir tête aux autres castes et à certains notables du village, qui réclamaient le retour à la libre utilisation de ces pâturages. Le panchayat s'adressa finalement aux pouvoirs publics, se plaignant d'un assèchement progressif du tank, du danger menaçant les cultures et les besoins en eau de la vie quotidienne, tout autant que de la perte de pâturages. L’administration entendit ces doléances : elle interdit la mise en culture, fit clore les terres disputées par du fil de fer barbelé, et fit même planter quelques jeunes arbres (que brouta rapidement le bétail).

102Certes, ici encore, le facteur de caste demeure présent. Seuls des Harijan ont tenté la mise en culture, sans le concours d'autres microfundiaires, sans doute parce que le tank n'a pas pour eux la même fonction que pour les autres castes (rappelons que les Harijan n'ont pas le droit d'utiliser l'eau du tank à des fins domestiques). Mais au total, il semble que le facteur de classe prévale dans l'explication de cette querelle. Ce sont les microfundiaires qui recherchent un surcroît de terres à cultiver, ce sont les paysans plus aisés qui protègent les pâturages publics. (En cela, la distribution des darkhast risque aussi de dresser ces deux groupes l'un contre l'autre, puisque les darkhast ne sont censés profiter qu'aux plus pauvres).

103Si le ratio bétail/terre est plus élevé pour les petits que pour les gros propriétaires, A. Damodaran (1987) n'en a donc pas pour autant raison d'en déduire que les microfundiaires vont systématiquement rechercher des pâturages à tout prix. L'exemple de Mottahalli semble prouver que souvent la priorité est donnée à la mise en culture des friches, plutôt qu'à leur utilisation en terre de pâture. L'alimentation des hommes passe avant celle du bétail, pourrait-on dire - si les résidus de culture, paille et chaumes, ne jouaient un aussi grand rôle dans la nourriture des bêtes.

104Cependant, les inégalités dans le contrôle des terres n'impliquent pas en soi qu'il y ait de véritables rapports d’exploitation au sein de la société villageoise. « On ne peut parler de classe que lorsqu'il y a inégalité en matière de contrôle sur les personnes et non seulement en matière de possession de biens » (A. Béteille, 1974, p. 120). Une telle définition est vérifiée ici par le fait que les paysans sans terres sont obligés de travailler comme ouvriers agricoles pour les autres villageois, que donc la « possession de biens » est indissociable d'un « contrôle sur les personnes ». Il faut par conséquent dépasser l'étude des inégalités foncières, pour aborder les luttes pour le contrôle de la main-d’œuvre agricole et pour l'appropriation des nouveaux pouvoirs liés à l'encadrement administratif et politique du village.

2. L'importance du salariat agricole

  • 25 Alors qu'on aurait pu attendre que l'étalement des travaux agricoles permis par l’irrigation soit (...)

105Pour bien des maisonnées, la bonne marche de l'exploitation agricole ne se conçoit pas sans l'engagement de main-d'oeuvre salariée (kuli). Cela est vrai dans le système rural pluvial : à Naragalu, 44 % des maisonnées doivent employer de temps à autre des journaliers, alors même que leur exploitation demeure de superficie très limitée (la taille moyenne des exploitations de Naragalu est 1,5 ha). Et dans le village irrigué de Mottahalli, 99 % des propriétaires ont recours à de la main d'oeuvre salariée : l'irrigation permet en effet des itinéraires techniques fondés sur le repiquage (de l'éleusine aussi bien que du paddy) et des cultures comme la canne à sucre dont la coupe requiert un grand nombre de bras. Les rendements y sont en outre supérieurs à ceux du système pluvial, ce qui fait que la moisson des céréales exige presque toujours elle aussi le recours à des journaliers. En outre, l'entraide entre villageois est moins courante dans la zone non irriguée25.

106Il est difficile de définir une superficie cultivée au-delà de laquelle le recours à des journaliers devient nécessaire. Ceux-ci en effet ont pour substituts la main-d’œuvre familiale aussi bien que l'aide de voisins, parents ou amis, entraide gratuite et fondée sur la réciprocité. Or ces substituts dépendent de nombreux facteurs, internes ou non à l'exploitation :

  • l'âge et la santé des membres de la maisonnée. Un homme peut le plus souvent encore labourer à 60 ans si besoin est. Ensuite il se contente de soigner le bétail. A 14 ans un adolescent est déjà capable de labourer, et j'en ai vu à 12 ans remplacer leur père et pousser un araire (de bois il est vrai, et dans un sol de cocoteraie déjà labouré).
  • la scolarisation des enfants. L'exploitation ne peut pas véritablement compter sur le travail d'un adolescent fréquentant le collège, quand bien même celui-ci peut travailler à la terre de retour de classe, ou même éventuellement « sécher » l'école en période de travaux agricoles particulièrement intensifs. Quand il ne s'agit « que » d'école primaire, le taux d'absentéisme est bien supérieur, mais là encore l'enfant ne peut accomplir autant de travail que s'il n’était pas scolarisé.
  • le rang social de la maisonnée. Etant donné la structure par castes relativement peu hiérarchisée dans les deux systèmes ruraux, il n'est pas de travail agricole jugé indigne pour un homme quelque soit sa caste ou sa classe (sinon le repiquage et à un degré moindre le désherbage à la main du paddy, réservés aux femmes26) : je n'ai rencontré que quelques Vokkaliga de Mottahalli, gros propriétaires, éduqués, et souvent jeunes, pour se refuser à travailler la terre de leurs propres mains. Pour la femme au contraire, il existe toute une hiérarchie d'activités plus ou moins nobles, qu'elle peut accepter (ou qu'on lui dise) d'effectuer, en fonction « du revenu de la maisonnée et du degré de sanscritisation de son style de vie » (M.N. Srinivas, 1976, p. 137). Le premier de ces deux facteurs, le revenu, est prépondérant dans nos trois villages. Les femmes qui vivent dans une exploitation suffisamment riche pour engager de la main-d’œuvre restent à la maison toute la journée.

107Elles sont rares cependant : la plupart des femmes s'occupent du bétail, et notamment des bufflesses qu'il faut aller faire paître. Mais ce sont seulement les moins fortunées qui doivent travailler dans les champs. Cependant là encore il existe une distinction entre ses propres champs, où il est relativement bien considéré de travailler, et ceux des autres, où l'engagement comme ouvrière agricole est signe de bas statut social. Quant aux travaux de la terre, ils sont eux-même hiérarchisés en fonction des salaires et du caractère pénible de la tâche, surtout dans le système rural irrigué : travailler dans un moulin à jagre est ainsi jugé l'activité la plus dégradante ; la coupe de la canne à sucre vient ensuite, puis la moisson des céréales ou le repiquage, suivis enfin du sarclage et désherbage qu'une femme accomplira plus volontiers.

108Peut-on trouver des raisons objectives à ces différences de statut ? Assez peu. Ainsi, le caractère pénible de la coupe de la canne à sucre est comparable à celui du repiquage du paddy : dans un cas, les feuilles coupantes de la canne ; dans l'autre, la position pliée en deux dans la boue. Les salaires aussi sont comparables : 6 ou 7 Rs pour 5 h de repiquage, contre 10 ou 12 Rs pour 8 heures de coupe. Le repiquage est payé par contrat forfaitaire collectif en fonction de la taille du champ, la coupe de la canne est rémunérée proportionnellement au nombre de brassées coupées : avantage sans doute ici au repiquage, moins pénible par rapport à la coupe de la canne dont la rémunération est toujours proportionnelle à la fatigue. Mais la principale raison au statut supérieur du repiquage par rapport à la coupe de la canne est sans doute que le premier représente une activité traditionnelle (dès avant l'irrigation par canal, on pratiquait la riziculture irriguée par tank), tandis que la seconde sous sa forme salariée est née après 1940 : « couper la canne, c'est un travail de kuli ». De plus, (conséquence autant que cause des différences de statut), le repiquage n'engage bien souvent que des travailleurs du village, tandis que la canne à sucre nécessite des saisonniers originaires des environs, ou de villages parfois distants de plusieurs dizaines de kilomètres : se mêler à ces migrants, c'est donc déchoir quelque peu.

109. Un autre facteur de variabilité est la place de la maisonnée dans les réseaux de solidarité de caste, de lignée, de voisinage ou de parenté. Cette place définira l'ampleur de l'entraide gratuite sur laquelle elle pourra compter, et par conséquent le nombre de journaliers qu'elle devra employer le cas échéant. Notons aussi que souvent la part de l'entraide est réduite dans les grandes exploitations, d'une part parce qu'on a les moyens de payer des journaliers, d'autre part parce que les membres de la maisonnée ont trop à faire sur leurs terres pour pouvoir ensuite travailler sur celles des autres, enfin parce que leur statut social là encore leur interdit parfois d'excessivement travailler de leurs mains.

110. Enfin, les rendements des champs de l'exploitation définissent le volume de main-d’œuvre nécessaire à la moisson. Selon la situation des terres, selon les quantités de pluies reçues dans l'année, selon tout ce qui peut faire varier la production, les besoins en journaliers pourront donc varier énormément d'une année ou d'une saison à l'autre.

111Compte tenu de toutes ces remarques, on peut penser que l'emploi ou non de salariat agricole n'est pas un critère très significatif d’aisance. C'est ainsi, on l'a vu, que tous les paysans du système rural irrigué emploient des journaliers. Le critère ne devient dans une large mesure pertinent que si l'on ne considère que l'emploi destiné aux labours. Certes, il arrive que certains microfundiaires doivent engager des journaliers pour labourer leurs quelques ares, car ils ne possèdent pas d'attelage. Mais cette situation est relativement rare en raison du « suréquipement » en bêtes de trait dans les villages. Pour le reste, l'engagement de laboureurs est un signe de rareté de la main-d’œuvre familiale, et témoigne donc en général de propriété foncière importante, même si l'on ne peut établir de stricte corrélation entre l'emploi de journaliers et une surface labourable. A Mottahalli, telle maisonnée avec 3 hommes adultes engage parfois des journaliers pour labourer 0,8 ha irrigués, tandis que telle autre exactement dans les mêmes conditions n'en emploie jamais.

112L'engagement de journaliers pour labourer est cependant généralement le signe d'une surface cultivée importante : en effet, le labour est une activité qui demande peu de main-d’œuvre (5 personnes jours/ha), par rapport au repiquage par exemple (plus de 30 personnes jours/ha). C'est en outre une activité très importante pour le paysan, qu'il souhaite réaliser lui-même, avec ses propres bœufs, même s'il a les moyens financiers de le faire accomplir par d'autres. Enfin, l'engagement de laboureurs salariés est coûteux par rapport aux autres travaux (10 Rs pour 6 heures de travail, avec en plus un repas dans le système irrigué).

  • 27 J. Roemer, A General Theory of Exploitation and Class, Cambridge, Harvard University Press, 1982, (...)

113Autant de raisons qui font que l’on n'engage des laboureurs que si l'on y est forcé, et pas seulement si on en a les moyens. C'est donc seulement ce type d'emploi qu'il faudrait considérer si l'on voulait reprendre la typologie proposée par J. Roemer27, qui classifie les différentes exploitations en fonction du type de main-d’œuvre employé.

A

B

C

« Propriétaires capitalistes »
(capitalist landlords)

non

oui

non

« Riches agriculteurs »
(rich farmers)

oui

oui

non

« Agriculteurs indépendants »
(family farmers)

oui

non

non

« Paysans pauvres »
(poor peasants)

oui

non

oui

« Ouvriers sans terres »
(landless labourers)

non

non

oui

A. Emploi de main-d’œuvre familiale
B. Engagement de main-d’œuvre salariée.
C. Engagement comme salarié.

114Il faudrait discuter ailleurs de l'utilisation des termes de « landlord », de « farmer » et de « peasant ». Disons cependant que si l’on admet une telle classification, il n'existe que trois « propriétaires capitalistes » dans nos trois villages, tous, comme ce professeur de collège habitant Mottahalli, se refusant à labourer eux-mêmes alors qu'ils sont chefs d'exploitation. Sinon, tous les autres agriculteurs travaillent eux-mêmes la terre.

115Le graphique (fig. 23) construit à partir de la typologie de Roemer pour les trois villages (en ne considérant que l'engagement de journaliers pour le labour), montre l'importance de l'« étalement » social du village irrigué, avec ces deux pôles que représentent d'une part les « riches agriculteurs » (28 %) et d'autre part les ouvriers sans terres (28 %). Cela contraste avec le « resserrement » plus égalitaire de la population de diversification économique : certaines maisonnées n'ont pu du coup être incluses dans le décompte. Comment classer cette usurière de Mottahalli, veuve et sans terre ? ou ces familles de Mayagonahalli dont les fils émigrés à Bangalore gagnent 600 Rs par mois mais qui ne possèdent qu'un hectare non irrigué ?

116En outre, le fait que bien des « paysans pauvres » engagent des journaliers non seulement pour la moisson, mais aussi parfois pour labourer s'ils manquent de bêtes de trait, crée une intrication des relations de main-d’œuvre qui ne peut déterminer des classes aussi bien marquées que celles proposées par Roemer : les rapports d'exploitation de la main-d’œuvre, quels qu'ils soient, ne peuvent qu'en être adoucis. En effet, même si les salaires des journaliers sont bas, les petits paysans, qui en pâtissent quand il leur faut travailler comme ouvriers agricoles, en bénéficient à leur tour quand ce sont eux qui engagent de la main-d’œuvre salariée. Bien des petits paysans, qui emploient bien plus qu'ils ne sont employés, se trouveraient dans une situation critique si les salaires des journaliers étaient plus élevés.

Fig. 23 : Stratification sociale des trois villages selon la typologie de J. Roemer

117Du point de vue des sans-terres enfin, et de tous ceux pour qui le salariat agricole procure un revenu supérieur à l'exploitation de leur peu de terres, il est intéressant de calculer dans quelle mesure ils peuvent être sous-employés. Or on se trouve dans une de ces campagnes asiatiques dont les caractéristiques de « productivité marginale de travail égale à zéro », d’« offre de travail illimitée », liées à de fortes densités de population et à l'intensivité de l'agriculture, ont souvent été évoquées dans la littérature. On peut cependant se demander, avec K. Ahuja (1978), si cela l'a toujours été à juste titre : qu’est-ce qu'un « surplus » de main d'œuvre ? Qu'est-ce qu'un travailleur sous-employé (J. Connell et al., 1977) ? Il faut assurément faire intervenir dans toute analyse certains critères, tels que :

  • le temps : on doit distinguer le nombre d'heures de travail par jour, le nombre de jours par saison, mais aussi la quantité de travail possible selon le sexe de l'individu, le type de travail (salarié ou à domicile), le statut socio-économique et religieux de la maisonnée...
  • la productivité : le niveau de la productivité détermine au moins en partie celui des salaires, et donc du même coup la quantité de travail minimale nécessaire à la survie.
  • la disponibilité de l’individu, c'est-à-dire son désir de travail. Seuls ceux qui voudraient travailler doivent être comptés comme sous-employés : or il est particulièrement difficile de savoir si une réponse telle que : « Non, je ne veux pas travailler davantage » est véritablement invoquée en raison de la satisfaction des besoins, ou plutôt parce qu'il n'y a pas de toute façon d'autre travail disponible - ou qu'il en existe, mais trop mal payé, ou excessivement lié à des entrepreneurs véreux. Le désir de travail n'est donc pas qu'un critère subjectif et individuel, il correspond aussi à une situation générale objective : bas salaires, segmentation du marché du travail due aux facteurs de caste, due au clientélisme...28

a. Dans le système rural non irrigué : sous-emploi, faibles salaires

118Les salaires indiqués ci-dessous doivent être comparés avec le salaire minimum légal officiel en Inde : 11 Rs par jour en 1990. Seule la rémunération du labour respecte ce minimum, puisque le journalier reçoit en général 10 Rs pour une demi-journée de travail (5 ou 6 heures) - et 25 Rs s'il laboure avec son propre attelage, ce qui arrive rarement. Travail exclusivement masculin bien sûr, alors que le repiquage de l'éleusine ou du paddy, peu courant dans cette région très peu irriguée, ne concerne à de rares exceptions près que la main-d’œuvre féminine : celle-ci est payée 5 à 8 Rs par jour (3 Rs pour une matinée).

119Les autres salaires sont de cet ordre : battage, sarclage, vannage, ou transport d'argile du tank pour amender les champs, sont rémunérés entre 5 et 8 Rs par jour, quelque soit le sexe du journalier. Très rarement, un repas est donné en sus, d'une valeur d'environ 1,5 Re. Au total, une journée de travail permet donc de s'acheter seulement 3 ou 4 kg d'éleusine. Elle est mieux rémunérée (parfois 20 % en plus) si l'ouvrier travaille hors de son village, traduisant en cela une forte demande de travail sur le lieu d'emploi ; mais cela n'arrive que rarement.

120La main-d’œuvre est-elle sous-payée ? Les employeurs dégagent-ils une plus-value, au sens marxiste du terme, dans l'exploitation d'un salariat mal rémunéré ? Il est sûr que la masse salariale versée à l'équipe des moissonneurs ne représente que 3 % de la valeur en grains d'une récolte moyenne d'éleusine, voire 2 % si l'on évalue la paille. Cela est fort peu. Pour le Languedoc céréalier du début du XVIIe siècle, E. Le Roy Ladurie (1966, p. 50) relevait le chiffre de 6 %, soit le double, en soulignant pourtant que la faiblesse des salaires des moissonneurs entraînait une paupérisation de la main-d’œuvre.

121Faiblesse des salaires il y a. Mais au bénéfice de qui ? Pas seulement des gros propriétaires, puisqu a Naragalu, 44 % des paysans emploient des salariés pour la moisson, ce qui implique que même des propriétaires de moins de 2 ha doivent recourir à des journaliers - tout en étant parfois journaliers eux-mêmes le surlendemain. Même des petits propriétaires peuvent donc bénéficier du bas niveau de ces gages. Il reste que c'est tout un ensemble de paysans sans terres et de microfundiaires « marginaux » possédant moins d'un hectare et n'employant jamais de main-d’œuvre, qui se trouve défavorisé par la faiblesse de ces salaires.

  • 29 On a pris pour base un « jour » de travail de 6 heures.

122Le calendrier du travail agricole disponible dans les deux villages de Mayagonahalli et Naragalu (fig. 24) explique en partie la faiblesse des salaires, en mettant en lumière un excès de l'offre de travail par rapport à la demande. Il montre clairement le faible potentiel d'emploi sur place pour les journaliers - d'autant plus que le graphique, s'il ne prend pas en compte les nombreux travaux liés aux soins du bétail, inclut tout aussi bien les activités de la main-d’œuvre familiale que celle des salariés29.

  • 30 La saison des mariages dure cependant jusqu'à ta mi-juin comme dans le reste de l'Inde, alors que (...)

123Deux enseignements peuvent en être tirés : le premier est la relative concentration du travail sur les mois de décembre à février, période des moissons et du battage des grains. Le reste de l'année, le nombre des jours de travail disponibles demeure assez faible. Surtout, apparaît clairement l'inégalité en matière de travail entre hommes et femmes. Celles-ci n'ont que 34 % des possibilités d'emploi, en raison notamment du caractère exclusivement masculin des labours. Pire : après le pic de janvier-février, où l'on peut dire que le plein-emploi est réalisé pour les deux sexes, l’engagement de femmes devient négligeable, et il faut attendre septembre (sarclage, récolte du sorgho) et surtout décembre (moisson) pour qu'il atteigne plus de 500 jours sur le graphique. Ce n'est que si les femmes possèdent du bétail qu'elles sont occupées, à partir des premières pluies de la fin avril, à le mener paître sur les terres verdissantes. Tandis que pour les hommes, le déclin d'après moisson et battage est beaucoup plus lent grâce aux labours qui doivent reprendre dès les premières pluies de la fin avril : seul mars est un mois creux pour eux. Au total, même si la morte saison coïncide avec la saison des fêtes et des mariages30, le sous-emploi demeure une terrible réalité pour les petits paysans de Mayagonahalli et Naragalu.

On a inclus les travaux agricoles effectués par la main-d’œuvre tant familiale que salariée. Les travaux liés aux soins du bétail sont exclus.
Fig. 24 : Calendrier du travail agricole à Mayagonahalli et Naragalu

  • 31 Ne nous fixons pas, pour évaluer le taux d'inactivité, sur le recensement indien de la population (...)

124On peut déduire du calendrier une moyenne théorique de 48 jours de travail par an et par personne valide de plus de 15 ans31 ; mais en comptant le travail de la main-d’œuvre familiale non salariée ! Certes, tous les actifs théoriques ne travaillent pas aux champs, et les soins portés au bétail n'ont pas été comptabilisés : mais ce total reste très faible, explicable sans doute, si on le compare aux terroirs africains, par l'importance des façons effectuées à l'araire, beaucoup plus rapides qu'à la houe.

125Si l'on admet que les plus riches paysans travaillent assez peu de leurs mains sur leurs propres champs et préfèrent engager des kuli, le sort des ouvriers agricoles est un peu plus enviable que ne le révèlent ces chiffres, d'autant plus que bien des Vokkaliga considèrent le travail de journalier comme déshonorant et laissent donc des possibilités d'emploi aux autres castes. Mais on ne peut sans doute pas tabler quand on est journalier sans terre sur 80 jours de travail agricole salarié dans l'année.

126En outre, phénomène aggravant, pour ceux qui possèdent quelque lopin la terre qu'on a passe avant celle des autres : on n'ira pas travailler comme journalier tant que sa propre récolte n'aura pas été engrangée. Demande-t-on au paysan microfundiaire pourquoi, en janvier, alors que règne le plein emploi, il ne va pas faire des « journées », il répond : « J'ai mon grain à battre d'abord ». Mais quand son battage sera terminé, l'emploi ne sera-t-il pas plus difficile à trouver ? « Tant pis. Si je n'engrange pas tout de suite ma récolte, le bétail va la manger ». Quand bien même il serait sûrement possible de s'arranger, de confier à un enfant la garde de l'aire de battage pendant que son père va travailler comme kuli une demi-journée, la récolte de son champ a la priorité, aussi pauvre soit-elle. La morte saison viendra, les possibilités d'emploi seront moindres, mais la prudence, le désir chez certains de s'approcher le plus possible de l'autosuffisance, et surtout la fierté de battre enfin son propre grain, sont les plus forts.

127J'ai pu voir en janvier un Vokkaliga de Naragalu, qui possède 30 ares irrigués par le tank voisin de Shivanahalli, arpenter les deux villages pendant toute une matinée à la recherche de journaliers pour aider à la moisson de son paddy : en vain. Il existe donc une période, à la fin de la moisson de son paddy : en vain. Il existe donc une période, à la fin de la saison des pluies, où apparaît un déficit de main-d’œuvre. Ironie du sort dans cette région au solde migratoire négatif, que l'on quitte parce que la demande de travail agricole sur l'année est trop faible ! Mais ce manque de main-d’œuvre n'est sans doute pas engendré par l'émigration ; il n'est qu'aggravé par elle, et procède plutôt des caractéristiques propres à une agriculture tropicale pluviale dépendant de précipitations rares en quantité et dans le temps, où tout étalement du travail est impossible.

128Est-il également aggravé par les innovations qu'a connues l'agriculture du système pluvial depuis deux ou trois lustres ? Cela est possible, bien qu'un bilan là-dessus doive être fortement nuancé. On a vu plus haut le rôle jusqu'ici quelque peu décevant de la sériciculture dans l'extension des possibilités d'emploi agricole, mais aussi le dynamisme de ce système rural qui, bien que n'étant pas irrigué par un canal, a su adopter en quelques années les engrais chimiques, des variétés à haut rendement, et multiplier le creusement de puits. Cet ensemble de facteurs a agi positivement sur l'emploi. Les puits créent une demande de main-d’œuvre en pleine saison sèche, pour récolter les feuilles de mûrier aussi bien que les légumes. Les variétés améliorées, avant tout l'éleusine, prolongent en augmentant les rendements la durée du travail nécessaire à la moisson et au battage de la récolte, mais aussi aux semailles puisqu'elles excluent quasiment de simples semailles à la volée, et exigent d'être semées en ligne.

129Nous avons vu cependant (p. 127) que l'extension des cocoteraies aux dépens de l'éleusine avait un impact plutôt négatif sur les potentialités d'emploi des journaliers. Au total, la situation des ouvriers agricoles dans le système rural pluvial est loin d'être satisfaisante. Une courte période de deux mois de plein emploi est suivie de deux mois presque totalement dépourvus de travail, le reste de l'année ne procurant pas assez de possibilités pour l'ensemble des petits paysans, hommes ou femmes, qui ont besoin de louer leurs bras pour survivre. La situation est bien différente dans le système irrigué : là-bas, l'irrigation permet un étalement du travail relativement plus facilement ; mais surtout, le manque de main-d'oeuvre existe bien toute l'année en raison de cultures très exigeantes en bras, telles que le paddy ou la canne à sucre.

b. Dans le système rural irrigué : les effets pervers du plein-emploi

130Le calendrier des travaux agricoles pour Mottahalli (fig. 25) a un profil en effet bien différent. Un creux est visible en mai et juin, mais il est bien moins accentué que celui correspondant à la morte saison dans le système pluvial. Pour une population qui n'est pas le double de celle de Mayagonahalli et Naragalu, seul le mois de mai ne propose pas 1000 jours de travail (et encore, seulement pour les femmes) : situation qui dans le système non irrigué survenait 5 mois pour les hommes, et 9 mois pour les femmes. D'autre part, l'égalité entre emplois masculins et féminins est davantage respectée à Mottahalli, surtout si l'on ne compte pas le travail dans les moulins à jagre : 47 % des journées de travail sont pour les femmes (40 % si l’on inclut les moulins). Cela est dû au fait que l'irrigation permet la culture de canne à sucre et de paddy, dont les nombreux travaux de sarclage, de désherbage et de repiquage sont le plus souvent assurés par de la main-d’œuvre féminine. Cela peut en outre expliquer en partie l'importance de l'immigration familiale à Mottahalli, où sont venus s'installer des sans-terres souvent accompagnés de leurs femme et enfants.

131Sans surprise, c'est la canne à sucre qui assure la majorité des emplois : 56 % des jours de travail disponibles (contre 36 % pour le paddy), et même 67 % si l'on ajoute le travail dans les moulins. C'est grâce à elle qu'un ouvrier agricole de Mottahalli peut compter sur un emploi d'au moins 150 jours par an. C’est à cause d’elle, on l'a vu, qu'une importante immigration a eu pour destination les villages de la zone irriguée par le canal Vishveshvarayya. C'est aussi l’irrigation qui explique l'existence dans le système rural irrigué de trois formes de salariat agricole.

Le salariat libre

  • 32 Le travail se fait également souvent en équipe, rémunérée d'une somme globale proportionnelle à la (...)

132Comme dans le système rural pluvial, les ouvriers peuvent être contactés chez eux par l'employeur, la veille ou plusieurs jours à l'avance, pour venir travailler sur ses champs. Les salaires y sont supérieurs à ceux de Mayagonahalli et Naragalu : pour les désherbages ou repiquages, les femmes gagnent en 6 heures 6 à 7 Rs, avec parfois un repas en plus32. La moisson et le battage sont payés en nature : 4 seers d'éleusine (environ 3,8 kg) pour la récolte de ce millet, de valeur dépassant les 7 Rs, avec souvent un repas (ce qui ne semble cependant pas trop cher payé, étant donné que le battage se pratique souvent en mars, alors que le thermomètre peut frôler les 40°C à l'ombre - et que les travailleurs sont au soleil) ; pas moins de 8 seers de paddy (plus de 16 Rs) avec 2 repas pour le riz, et de plus en plus 10 seers (avec 2 repas s'il s'agit du battage) ! Quant à la coupe de la canne à sucre, elle est payée au tonnage : en 6 heures de travail, un bon ouvrier peut gagner 15 ou 16 Rs. Labeur extrêmement pénible certes : les femmes doivent revêtir pardessus leur pauvre sari de coton une vieille chemise à manches longues de leur mari, pour se protéger des feuilles coupantes de la canne. Mais c'est tout de même une possibilité de salaire agricole tout à fait inconnue en zone non irriguée.

133Le cas du labour est particulier, puisqu'il n'est pas mieux rémunéré que dans le système pluvial (10 Rs) : seul un repas donné par l'employeur arrive plus fréquemment que là-bas. Plus qu'à une faible demande de main-d’œuvre à Mottahalli qui serait due à la mécanisation (il n'existe que 5 motoculteurs et un tracteur, qu'en outre tous leurs propriétaires ne donnent pas en location), cela est sans doute dû à la situation particulière du système rural sec : là-bas en effet, le labour doit souvent se faire juste après les premières pluies, dans un laps de temps très court, et cette tâche ne peut être faite que par des hommes : aussi la main-d’œuvre se fait-elle rare pendant plusieurs jours, en journaliers autant qu'en bêtes d’attelage - ce qui fait que la paie à Mayagonahalli et Naragalu est aussi élevée que dans le système irrigué.

134Mais laissons de côté l'exception du labour : en comparant avec la situation des salaires en zone sèche, on pourrait en déduire que la mise en irrigation a permis la croissance des salaires : on gagne davantage à moissonner le paddy à Mottahalli qu'à Naragalu. Cependant, les relevés faits par T.S. Epstein (1973) dans un village voisin de Mottahalli apportent un jour quelque peu différent : en 1955, le salaire d’un laboureur y était de 1,25 Re sans repas, ce qui permettait d'acheter 2,8 kg de riz. Mais en 1970,1e salaire s'élevait à 2 Rs, ce qui ne correspondait plus qu'à un pouvoir d'achat de 1,7 kg de riz du fait de l'inflation. Certes, aujourd'hui la situation s'est améliorée puisque les 10 Rs actuelles (sans compter l'éventuel repas) permettent l'achat de plus de 2 kg de riz de qualité moyenne (Epstein ne précise malheureusement pas de quel type de riz il s'agissait en 1970). Il reste cependant sur 35 ans une forte baisse du salaire en valeur réelle. Sans doute certes celui-ci avait-il fortement augmenté entre les débuts de l'irrigation (1940) et 1955 ; l'évolution demeure cependant inquiétante.

NB : On a indus les travaux agricoles effectués par la main-d’œuvre familiale et salariée. Les travaux liés aux soins du bétail sont exclus. L'échelle de Taxe des ordonnées est différente de celle de la fig. 24.
Fig. 25 : Calendrier du travail agricole à Mottahalli

135Soit, dira-t-on, mais il s'agit justement des salaires du labour, qui ne sont pas plus élevés que dans le système rural pluvial ; ceux de la moisson, eux, rémunèrent bien davantage les journaliers. Cela est vrai : mais dans le même temps, la mise en irrigation a multiplié les rendements du paddy par 6 ! Les salaires sont loin d’avoir connu une telle hausse. Buchanan écrivait en 1807 (t. I, p. 125) que les salaires de la moisson dans la région de Srirangapatna (région irriguée par tanks ou par canaux raccordés à la Kaveri) étaient, à 25 km de Mottahalli, de 6 seers de paddy : soit seulement 25 % de moins qu'aujourd'hui. Les revenus tirés de l'amélioration de la productivité de la terre sont allés davantage aux propriétaires qu'aux salariés agricoles. Comme bien des régions de l'Inde touchées par la Révolution Verte, le sort des ouvriers agricoles s'est amélioré (G. Etienne, 1982), mais dans le même temps l'écart entre les deux extrémités de l'échelle sociale a été accru.

136Quant au producteur de canne à sucre, il dégage une plus-value importante grâce au faible niveau des salaires journaliers. Même si une partie des ouvriers agricoles ne sont pas sans terres, et possèdent souvent eux-mêmes un petit lopin cultivé en canne à sucre, une telle situation salariale ne peut que générer de forts contrastes sociaux.

L'ouvrier permanent

137Le kaiamalu, sorte de valet de ferme, se nourrit et souvent dort chez l'employeur, vit avec la famille, et se trouve parfois traité comme un membre à part entière de la maisonnée. Son salaire est faible : 5 à 8 Rs par jour, mais il faut y ajouter 3 repas quotidiens (d'une valeur totale approchant les 5 Rs). Surtout, la durée de sa journée de travail est extrêmement longue, commençant souvent avant l'aube et se terminant à la nuit noire. Il a du travail presque toute l'année, soit à peu près 300 jours, et certains employeurs affirment même offrir des repas les jours chômés (mais les ouvriers osent rarement les accepter). Soit au total environ 3000 Rs de gains par an, et surtout l'assurance de ne pas chômer. Certes, le travail est dur ; l'ouvrier permanent qui laboure pour son employeur gagne moins par heure de travail qu'un journalier (mais davantage par an), et il ne peut être engagé auprès d'un autre employeur qu'avec l'accord de son patron. Il représente « un coût fixe pour l'employeur » (U. Patnaik et al., 1985, p. 18) que celui-ci veut amortir en le faisant durement travailler. Mais il a la sécurité de l'emploi ; il sait également que son employeur pourra le cas échéant avancer, voire donner, l'argent nécessaire pour payer des médicaments ou parer à quelque accident dans sa famille.

138Une variante de cette forme de salariat concerne de jeunes adolescents, voire des enfants, qui sont ainsi engagés à l'année chez un employeur qui se trouve souvent être un parent. Celui-ci fournit le gîte et le manger, souvent les vêtements, en plus d'une somme de 300 à 600 Rs par an selon l'âge de l'employé et la générosité de l'employeur. A 8 ans, on peut déjà être utile sur une exploitation, en particulier en ce qui concerne les soins du bétail.

139Le plein emploi est donc quasiment assuré aux « ouvriers permanents ». Un autre avantage - qui peut se révéler être un inconvénient - consiste dans l'avance sur salaires que prend toujours le kaiamalu adulte (non les enfants), car elle est sans aucun intérêt. Mais l'ouvrier devra l'avoir remboursée s'il veut recouvrer sa liberté. C'est ainsi que Kempe Gowda, kaiamalu chez un grand propriétaire de Mottahalli, a pris en 1986 une avance de 2500 Rs, qui lui servit à payer des dettes et des dépenses de consommation. L'avance est remboursable par déduction de quelques roupies du salaire quotidien, mais dans un délai très variable, dépassant souvent plusieurs années. Ce n'est qu'en 1989 que Kempe a commencé à rembourser : il lui faudra plus d'un an pour s'acquitter de sa dette en n'ayant plus pour salaire que les trois repas par jour, l'intégralité de sa paie allant au remboursement de l'avance. Finalement, Kempe se retrouvera libre : mais il a déjà décidé de rester kaiamalu au service du même propriétaire. En effet, tout en se plaignant de la longueur de la journée de travail (il arrive qu'il rentre chez lui à 10 h du soir), Kempe reconnaît que c'est un système qui permet de gagner relativement bien sa vie alors même qu'on ne possède que peu de terre. En outre, comme il ne possède pas d'attelage, il peut emprunter gratuitement les bœufs de son patron pour labourer ses 20 petits ares. Le seul problème est l'avance : sans intérêt certes, mais représentant cependant un capital qu'il faut bien rembourser. Aussi Kempe se promet-il de ne pas en reprendre. Mais pourra-t-il tenir parole ? Sa femme, sa tante travaillent comme ouvrières agricoles, il possède une bufflesse dont il vend le lait. Cela suffira-t-il à éviter la nécessité d'un emprunt, que sa gratuité apparente ne rend que plus attirant ?

140Une telle forme d'emploi représente un piège pour le petit paysan sans le sou. Il y voit la promesse d'un crédit gratuit et de travail toute l'année, et se trouve en fait lié de longues années à un patron qui n'est pas forcément très accommodant avec ses serviteurs. Mais en contrepartie, que l'employeur y gagne tant n'est pas certain : contre l'assurance d'une main-d’œuvre pendant les périodes de travaux intensifs, il y a ce coûteux entretien d'un ouvrier qu'il faut nourrir et payer. Cela explique sans doute qu'il y ait de moins en moins de kaiamalu à Mottahalli. Car aujourd'hui, le bétail est de plus en plus souvent nourri à la ferme, avec des aliments achetés : il y a donc de moins en moins besoin de main-d’œuvre pour conduire les troupeaux au pâturage. De plus, la taille des maisonnées et des exploitations se réduit, le nombre des « familles indivises » diminue ; or quand on partage une exploitation lors d'une succession, il n'est pas possible de diviser aussi le valet de ferme qui y travaillait, lequel n'apparaît alors plus rentable sur une seule partie de l'exploitation. Enfin, le développement de l'immigration, avec l'afflux d'une main-d’œuvre disponible qui a tendance à comprimer les salaires, est une incitation supplémentaire à se garder d'engager des ouvriers permanents.

141Le phénomène est déjà bien plus avancé dans le système rural pluvial. Là-bas, pas de kaiamalu. Non qu'ils n'aient jamais existé, mais l'absence d'irrigation, la petitesse de plus en plus accentuée des exploitations, font qu'il ne demeure plus comme valets de ferme que quelques jeunes adolescents en charge du bétail, parfois engagés plus pour décharger leurs parents dans le besoin que par véritable nécessité.

  • 33 M.N. Srinivas (1976, p. 13) considère qu'un ouvrier jita n'a pas nécessairement toujours d'intérêt (...)

142Le plus frappant est la disparition dans les deux systèmes ruraux de l'ouvrier jita (mot signifiant « endettement »), cet ouvrier permanent qui lui aussi travaillait pour rembourser une avance. Sa situation correspondait à un véritable servage, car l'avance était chargée d'un intérêt trop lourd pour que le jita puisse un jour rembourser le capital33 ; en outre, la dette était transmissible héréditairement, ce qui rendait le fils du débiteur esclave à son tour du créancier. N.D. Kamble (1982) a relevé des situations dans le district de Tumkur, voisin de celui de Mandya, où les maîtres imposaient droit de cuissage et autres exactions à des jita auxquels ils ne versaient même pas de salaire. Et dans le village voisin de Mottahalli, T.S. Epstein (1973) relevait encore un tel système, quoique sous une forme adoucie. Il a disparu aujourd'hui, de même que le système des hale makkalu (« vieux enfants ») : cette fois, il s'agissait de liens héréditaires entre familles de caste Harijan et grands propriétaires, correspondant davantage à un classique clientélisme qu'à une exploitation servile. Contre la réalisation de travaux agricoles et diverses tâches rituelles que les Harijan devaient accomplir pour la famille créancière, celle-ci devait donner du grain à la moisson, des vêtements, et prêter secours à ses clients dans le besoin. La perte d'une certaine liberté était le prix à payer pour obtenir la sécurité.

143On a donc assisté à la disparition de certains de ces liens d'exploitation plus ou moins dure - liens que l'on pouvait qualifier de « traditionnels » en sachant que F. Buchanan (1807, t. I, p. 124) en avait attesté l'existence pour le XVIIIe siècle. A cette disparition on peut avancer trois raisons : plutôt qu'à un hypothétique relèvement du statut des Harijan, qui aurait expliqué la disparition des hale makkalu et de certaines relations jita nouées entre Harijan et castes supérieures, il faut sans doute faire une large place à l’amenuisement des exploitations, qui ont rendu moins utile et plus coûteux la « possession » d'une telle main-d’œuvre. Pensons également à l'ouverture croissante des villages, qui a pu permettre aux ouvriers asservis de fuir vers des terres ou des villes afin de rompre le lien qui les attachait. Enfin, il faut faire aussi intervenir la législation sociale. Interdit théoriquement par la Constitution de 1951, le « travail asservi » (bonded labour) l'est définitivement pour toute l'Inde par la loi de 1976 (Bonded Labour System Abolition Act). Non que cette loi soit tout à fait appliquée dans son intégralité. Combien d’ouvriers permanents savent même qu'elle existe ? Mais ils savent que des bruits courent au sujet d'employeurs soumis à une amende, de kaiamalu ayant retrouvé leur liberté sans avoir remboursé leur dette. Dès lors, la perpétuation du système devient difficile.

144Elle demeure possible toutefois. C'est ainsi qu'existe au village une troisième forme de salariat, qui tombe elle aussi sous le coup de la loi étant donné qu'elle correspond à une forme de travail asservi - quoique très atténuée.

Le travail asservi

145Il a deux visages. Le premier concerne les habitants de Mottahalli, hommes et surtout femmes, qui prennent une avance (autour de 500 Rs) auprès de quelque gros propriétaire en s'engageant à travailler pour lui quand il en aura besoin. Il s'agit du type d'ouvrier « obéissant au doigt et à l'oeil » (beck and call labourer) défini par D. et A. Thorner (1962, p. 33). Bien souvent, ils ne sont appelés que pour la coupe de la canne. S’il s'agit donc pour le propriétaire de l'assurance d'une main-d'oeuvre disponible au moment où celle-ci est rare au village (de juillet à septembre notamment), le travailleur quant à lui n'y gagne qu'un crédit gratuit, et non la garantie d'un emploi : en effet, pendant la période de la coupe, il serait sûr de toute façon de trouver du travail, même sans avoir pris d’avance. Et passée cette période, le créancier ne fera appel à lui, en priorité sur les autres journaliers potentiels, que lorsqu'il aura besoin de lui : autant dire que pendant la morte-saison, l'avance ne sert à rien contre le chômage.

146Le deuxième visage de cet engagement contre avance concerne non pas des autochtones, mais des saisonniers. On a vu que des immigrants de certains villages non irrigués viennent chaque saison à Mottahalli pour couper la canne à sucre et surtout travailler dans les moulins à jagre. Or cette migration n'est qu'en partie libre. En effet, la plupart des ouvriers des moulins, qui gagnent entre 10 et 17 Rs par jour en fonction du jagre produit, ont en général emprunté auprès de leur employeur une somme dépassant parfois 1000 Rs en tant qu'avance sur salaire, qu'à la fin de la saison ils n'ont bien souvent pas pu, ou pas voulu rembourser. Le propriétaire du moulin insiste d'ailleurs rarement quant au remboursement régulier de cette dette, car il a intérêt à se lier ces saisonniers pour plusieurs années, dans le contexte de main-d’œuvre rare prédominant dans le système rural irrigué. Tout ouvrier n'ayant pas remboursé son avance se voit en effet obligé de revenir l’année suivante travailler pour le même patron.

147Servitude ? C'est pourtant pour l'avance, bien plus que pour les pauvres salaires, que les saisonniers quittent leur village. Dans une région où les taux d'intérêt octroyés par les prêteurs ruraux sont de type usuraire, une avance faite sans intérêt, remboursable sur plusieurs années par déduction des gages, apparaît comme une aubaine pour des paysans à qui le court terme se présente comme la principale menace, et qui n'ont pas les moyens de se prémunir contre le fardeau de ce que représentera le long terme. La sécurité contre la liberté : on peut penser au loup et au chien de la fable.

148Les ouvriers ont souvent le choix du montant de l'avance : une somme importante est pour eux attirante, car elle est sans intérêt. Mais elle signifie l'endettement pour plusieurs années, l'obligation tous les ans de faire des dizaines de kilomètres pour quitter son village et travailler dans un moulin. D'un autre côté, on ne peut guère demander une faible somme, car celle-ci est toujours empruntée sous une certaine contrainte, celle de l'achat de nourriture, de vêtement, dans une période (juin) où la soudure est depuis longtemps commencée pour les microfundiaires des régions non irriguées.

149C'est d'une autre alternative qu'il s'agit pour le propriétaire du moulin. Accepter de donner une grosse avance est un moyen de s'assurer de la main-d’œuvre pour plusieurs années. Mais cela représente une grosse dépense, surtout quand elle est multiplié par 6 ou 7 - le nombre des employés dans le moulin. Et le risque est grand que parmi ces saisonniers, il y en ait un qui disparaisse sans laisser d'adresse, ou meure : il sera alors bien difficile de récupérer sa mise de fonds...

150Reste pour les saisonniers une question : pour une année de soulagement financier, combien ensuite d'années de travail forcé ? Certes, à ce « travail asservi » n'est attaché aucun intérêt usuraire ni transmission héréditaire. Il n'est donc pas comparable avec la situation de bien d'autres régions de l'Inde productrices de jagre, tel le Gujarat où J. Breman (1978) a pu évoquer « l'écrasement de la canne et de la main-d’œuvre». Il reste que ce travail contre avance se fait dans l'illégalité, tant la définition officielle du « bonded labour » est large (I. Munshi Saldanha, 1989). Mais la justice ferme les yeux, étant donné que ce type d'immigration permet la survie de zones sèches laissées pour compte dans le développement du sud du Karnataka, et que surtout, nouvel exemple de la puissance politique du paysannat de Mandya, l'économie de la région sucrière repose largement sur un tel système. Capitaliste, cette agriculture ? Certes. Les variétés améliorées, les engrais chimiques, voire pour les plus gros propriétaires l'utilisation d'un motoculteur nécessitent l’immobilisation ou le roulement d'importants capitaux. Mais une bonne part de cet argent est en fait employée à financer ces avances sur salaire, qui n’ont rien de « capitaliste » au sens banal du terme.

151Ainsi, Dodda Sanne Gowda, l'employeur de Kempe Gowda, qui ne possède pas moins de 5 ha irrigués et un hectare sec, doit tenir immobilisées plus de 28 000 Rs en avances versées au salariat agricole - alors qu'il est propriétaire d'un motoculteur et d'un tracteur. Il emploie en effet 2 ouvriers permanents, qui ont pris une avance de 2000 et 2500 Rs. Il a également donné 2000 Rs à 4 ouvriers « libres », qui ne sont pas des valets de ferme comme les deux précédents, mais qu'il emploie presque autant (250 jours par an) et qu'en contrepartie il rémunère peu (7 Rs pour un jour de labour) - alors qu'en général au village, ce type d'ouvrier gagne autant qu'un journalier non endetté. Comme Dodda Sanne le dit lui-même cyniquement : « 7 Rs, c'est peu, et cela ne suit pas la hausse des prix. Mais ils restent quand même à mon service, à cause de l'avance ». Il a versé en outre un total de 12 000 Rs à 12 femmes, qui sont employées seulement le temps de la coupe de la canne à sucre, et 8000 Rs au contremaître de son moulin à jagre, à charge pour celui-ci de répartir cette somme aux ouvriers qu'il recrutera pour faire fonctionner le moulin.

  • 34 Le système de l'avance, signe de rareté de main-d’œuvre, se retrouve également dans les zones café (...)

152L'agriculture de Mandya, de type Révolution verte, s'est donc greffée sur de vieilles structures du marché du travail (le travail asservi) qu'elle a modifiées pour mieux les remettre en vigueur. En effet, hors les kaiamalu et les ouvriers jita, le système des avances n'existait pas avant l'arrivée de l'irrigation. C'est l'accroissement de la productivité de la terre et des besoins en main-d’œuvre qui a rendu nécessaire la distribution d'avances, afin de s'assurer, dans un marché du travail saisonnièrement très tendu, de la disponibilité d'ouvriers souvent immigrés, originaires pour la plupart de quelques villages non irrigués bien particuliers : des ouvriers au départ attirés par les besoins en main-d’œuvre des moulins, puis par la coupe de la canne, et de plus en plus aujourd’hui par la riziculture34. Clientélisme, segmentation sociale aussi bien que géographique : à bien des égards, le marché du travail est tout sauf libre. La « modernité » de l'agriculture locale est à ce prix.

153En raison de l'irrigation qui a créé une « gentry » rurale (G. Timmaiah, 1983), la partie rurale du district de Mandya est la 6e du Karnataka (sur 19 districts) pour les inégalités en matière de revenu. Il est vrai que le coefficient de Gini demeure assez faible : 0,32 (ibid., p. 24). Mais dès 1970, T.S. Epstein (1973) relevait pour le village voisin de Mottahalli des écarts de budgets familiaux impressionnants, entre les « magnats », dont certains disposaient d'un revenu mensuel allant jusqu'à 202 Rs, les « paysans moyens » dont le budget était de 26 Rs seulement, et les « pauvres » (19 Rs).

154Deux groupes sociaux semblent clairement définis par leurs contrastes. D'un côté, les gros propriétaires : ils sont une quinzaine à Mottahalli, possèdent scooter, moulin à jagre, aussi bien que radiocassettes... Ils sont tous Vokkaliga, tous appartenant aux lignées les plus anciennes ; mais non tous alliés : ils se font concurrence pour la main-d’œuvre, pour l'approvisionnement en canne à sucre de leur moulin, pour le pouvoir au sein des assemblées locales. Vus du bas de l'échelle sociale, ils peuvent apparaître cependant comme un bloc, unis par les mêmes privilèges et la même richesse. Les jeunes gens fils de ces riches cultivateurs ne partent-ils pas régulièrement dans le circuit touristique organisé par le village, qui tous les deux ans permet de visiter pendant trois semaines Bombay, Calcutta et Delhi ? Coût du voyage : 1500 Rs. Plus de la moitié du salaire annuel d'un journalier sans terre.

  • 35 Les habitants immigrés de ce lotissement, qu'ils soient Vokkaliga ou Lingayat, n'ont pas droit au (...)

155De l'autre côté, les sans-terres et les paysans « marginaux ». Ils ne sont pas Vokkaliga, ou du moins appartiennent à une lignée secondaire, en général immigrée depuis peu. Ils vivent pour la plupart dans le lotissement de la Pauvreté, à l'écart du village aussi bien géographiquement que socialement35. Ce quartier de pauvres, souvent déracinés, a les caractéristiques communes à bien des quartiers de ce type dans le monde : alcoolisme, jeu, adultère... Certains destins individuels sont hauts en couleurs, tels celui de Range Gowda, un jeune Vokkaliga né à Kanakapura, à 70 km de Mottahalli. Quand il avait 3 ans, son père Sidda disparut : selon sa mère, ce sont les frères de Sidda qui lui ont jeté un mauvais sort (mata) pour lui prendre sa part de terre. Selon les autres, Sidda est parti avec une autre femme. Quoi qu'il en soit, la mère dut retourner vivre un temps dans son village natal, puis s'installer à Mottahalli où avait déjà migré le grand-oncle de Range. Elle y vécut de son travail dans un moulin à jagre, puis acquit un terrain gratuit du lotissement. Aujourd'hui elle ne fait plus de « journées », et peut se permettre de prendre en gage des terres (à 5 % par mois) que Range cultive, grâce à l'appui financier d'un riche Vokkaliga que l'on dit être son amant. Range quant à lui travaille comme ouvrier agricole, mais passe plus de temps à discuter dans les cafés qu'à battre l'éleusine ou couper la canne. Certains jours, il se pavane avec deux ou trois montres au poignet, ses derniers gains aux cartes. Parfois aussi, il peut perdre 600 Rs en un jour. Il avoue aller à Mandya une fois par semaine ; l'autocar, le cinéma, le « brandy », la nourriture : c'est souvent plus de 25 Rs qu'il dépense ainsi, et davantage encore s'il a été heureux au jeu les jours précédents.

  • 36 Dans le lotissement de la Pauvreté, on peut même voir lors de la fête d'Ugadi des femmes jouer aux (...)

156La population du lotissement passe sur ces frasques, assez courantes dans un tel environnement. Mais ce qu'on ne supporte pas, ce sont les fréquentations amoureuses de Range. Qu'il initie bien des jeunes adolescentes du lotissement, passe encore : on est bien loin de vivre avec la même pureté morale (ou du moins on affecte moins de le faire) que ceux de l'autre côté du canal, ceux du noyau villageois, les propriétaires36. On fréquente autant les temples, on participe autant aux fêtes religieuses que les riches, mais on respecte moins les interdits du puritanisme hindou contemporain. Que Range ait acquis le surnom de Kamadeva (dieu de l'Amour) fait donc sourire bien du monde. Mais là où il a dépassé les limites, c’est en prenant pour maîtresse une jeune musulmane du quartier : scandale aux yeux des hindous, scandale aux yeux des deux familles musulmanes de Mottahalli. Comme il n'était pas possible de barrer l'entrée de tous les champs de canne à sucre pour empêcher leurs ébats, on se décida à les marier chacun de leur côté avec un corréligionnaire. L'amant de la mère de Range paya dit-on les 9000 Rs de sa noce. Mais quelque temps plus tard, la jeune musulmane quittait le village de son nouvel époux et rentrait à Mottahalli pour retrouver son premier amour. « Peut-on faire tenir droite la queue d'un chien en l'attachant à un morceau de bambou ? » dit le proverbe kannada. Range se remit alors à la fréquenter, tout en faisant un fils à sa jeune épouse bien obligée d'accepter un ménage à trois qui ne se cache plus guère. Bien que l'arc de Kama, le Cupidon indien, soit fait de canne à sucre, l'amour a un goût parfois bien amer.

157De telles horreurs ne se produiraient assurément pas dans le noyau villageois. Ce sont deux mondes qui vivent de part et d'autre du canal. Entre les deux existent des groupes moins caractérisés socialement, des petits propriétaires qui parfois travaillent comme ouvriers agricoles autant qu'ils en engagent pour leurs propres· terres. Peut-on parler, pour ces deux extrémités de l’échelle, de « classes » sociales ? Oui, si l'on pense qu’il y a bien à Mottahalli, selon la définition donnée plus haut par A. Béteille, non seulement « possession de biens », mais également « contrôle de personnes » par la couche sociale dominante. On pourrait cependant ajouter, en reprenant la fameuse expression sartrienne, que « les classes ne sont pas, on les fait » : il faut sans doute en effet qu'il existe une véritable conscience de classe pour que la classe acquière une existence autre que théorique. Or on a souvent dit que les facteurs de solidarité de caste, de lignée, ainsi que le clientélisme, réalisaient des segmentations verticales au cœur de la société qui empêchaient au moins partiellement la cristallisation de solidarités horizontales en classes (A. Carter, 1975 ; P. Bardhan, 1982). Et les travaux sur la région de M.N. Srinivas ou de T.S. Epstein ont montré combien les rivalités à l'intérieur d'une même « classe » peuvent être puissantes. En outre, l'introduction du suffrage universel dans des campagnes sans tradition véritablement démocratique n'a pu qu'accentuer le phénomène de clientélisme vertical, chaque « patron » comptant sur ses clients pour s'assurer une réserve de voix, une « vote bank » qui lui permette d'être élu au mandal panchayat ou de monnayer son soutien à quelque candidat à la députation.

158Un seul exemple pour Mottahalli : la rivalité qui oppose deux « coqs de village », Gatti Sidde Gowda à Ninge Gowda. Le second, « gros » propriétaire foncier (officiellement 4,8 ha irrigués), possède la rizerie du village ainsi que les deux petits moulins-décortiqueurs de Mottahalli : il a donc le monopole du décortiquage au village, et pour y échapper il faut aller à Kottatti, à 3 km de là, où se trouvent 4 rizeries. Or l'une d'entre elles travaille de concert avec son ennemi juré, Gatti Sidde Gowda, gros propriétaire lui aussi. Les deux factions correspondent en fait à deux circuits économiques parallèles du paddy : souvent par des avances sur le prix de la vente, Ninge Gowda achète leur production à des paysans qui composent sa « clientèle », puis il traite ce paddy dans sa rizerie ; Gatti Sidde, lui, achète de même (semble-t-il avec un plus important réseau d'intermédiaires, qui peuvent acheter jusqu'à 25 km à la ronde) à ceux dont il est le « patron », puis fait décortiquer le paddy à la rizerie de Kottatti à qui il en revend une petite partie, et qui en retour le met en relation avec des acheteurs de tout le Karnataka auxquels il pourra vendre le reste de son riz.

159Les deux notables s'appuient sur des bases différentes : Ninge, parent du chef traditionnel de Mottahalli et de son représentant au mandal, a pour lui les pouvoirs locaux ; Gatti Sidde s'appuie sur les notables de Kottatti, où se trouve justement le siège du mandal, tout en étant allié économiquement et matrimonialement à la famille de Dodda Sanne Gowda, le plus gros propriétaire de Mottahalli, professeur au collège de...Kottatti (les deux hommes sont les co-fondateurs de la coopérative laitière de Mottahalli, et contrôlent de ce fait la commercialisation du lait). Deux factions, qui ont leur identité économique (deux filières du paddy), politique (les clans au mandal), et familiale (un des chefs est de la lignée Borappa, l'autre est Tundageriamma) : voilà le village divisé en deux - voire davantage car il existe d'autres clivages. Une ligne verticale oppose les deux factions, deux pyramides dont la composition est sans doute commune à tout le sud de l'Inde : au sommet, une élite rurale composée de l'association des gros paysans avec les meuniers et les grossistes en grains ; au milieu, les nombreux courtiers, qui sont souvent de petits paysans travaillant eux-mêmes avec avances données par leur patron ; et à la base, la masse des producteurs, qui pour une raison ou une autre doivent vendre du paddy (J. Harriss, 1982). D'où une intrication complexe de réseaux locaux, qui contribuent à définir bien des stratégies paysannes. Pas un villageois qui ne se trouve attaché par ces nœuds : soit qu'il ait emprunté, et qu'il doive désormais compter avec son patron créancier ; soit au contraire qu’il ait prêté de l'argent, notamment sous forme d'avances sur salaire, et qu'il ne soit donc pas tenté de moderniser son exploitation puisqu'il dispose de main-d’œuvre assurée.

160Malgré ces rivalités, il existe assurément une conscience de classe en ce qui concerne les gros propriétaires, même si elle n'est pas toujours traduite politiquement. Dans leur tenue (l’impeccable dhoti blanc de certains vieillards), dans leur langage, dans leurs mœurs affichées, il y a souvent le souci de se démarquer des sans-terres du lotissement de la Pauvreté. Certes, certains gros propriétaires s’habillent comme des journaliers, boivent et jurent presque comme eux : mais une fois passé l'âge de la vie active dans les champs, ils tiennent souvent à exhiber les signes attestant leur rang social, tant dans leur costume que dans leurs mœurs. Il y a bien sanscritisation des Vokkaliga aisés, mais une sanscritisation doublée d'un volet parfaitement profane, un peu comme ces membres de la bourgeoisie française qui affectent d'aller à l'église mais qui en outre s'achètent la voiture qui sied à leur rang. Cela ne signifie pourtant pas que ces gros propriétaires n'aident jamais les défavorisés : ils offrent souvent l'hospitalité d'une grange ou d'une véranda aux immigrés récents, prêtent de l'argent, donnent même un terrain pour un Lingayat ou un Arodhya en vertu du haut statut de caste de ceux-ci. Mais telle générosité n'est pas toujours désintéressée : ces immigrés, ils seront employés sur leur exploitation ; cet Arodhya, il sera le prêtre domestique (purohit) de leur maisonnée. Et tous de colporter les mêmes ragots sur le lotissement des immigrés : « Ces gens-là sont paresseux. Je dois engager des saisonniers de l’extérieur sinon mon moulin ne fonctionne pas convenablement. Ils ne pensent qu'à jouer et à s'enivrer... » Et Dodda Sanne Gowda de me chuchoter, très grave : « 90 % de leurs femmes sont des prostituées. »

  • 37 A. Rudra, « Einerging Class Structure in Indian Agriculture », in T.N. Srinivasan, 1988, pp. 483-5 (...)

161En face, la conscience de classe est moins visible, du moins dans son sens actif de « revendication de classe ». On récrimine sur la hausse des prix davantage que sur la stagnation des salaires. Pas plus d'une petite majorité des habitants du lotissement ne se plaint des jugements du conseil de village qui seraient biaisés en faveur des riches. Il est sûr qu'ici la solidarité de caste joue son rôle, et qu'un Vokkaliga microfundiaire ou sans terre peut se sentir plus proche d'un riche propriétaire de la même caste, que d'un Harijan ayant pourtant aussi peu de terres que lui. Alors que la morgue avec laquelle un riche Vokkaliga peut s'adresser à un ouvrier agricole de sa caste est rarement moins méprisante que celle qu'il réserve à un journalier Harijan. On pourrait donc discuter du bien fondé à parler ici de « classe » des ouvriers agricoles. Si, comme l'écrit A.Rudra37, une « classe » sociale regroupe des individus « qui n'ont pas de "contradictions" entre eux mais qui ont des "contradictions" avec les membres d’autres classes » (p. 485), alors les ouvriers agricoles de Mottahalli ne représentent pas une véritable classe : les clivages entre les réseaux de clientélisme, ou entre les villages, sont souvent plus forts que les oppositions entre les groupes sociaux.

162Cette faiblesse des revendications peut venir également de la crainte de représailles (auquel cas la conscience de classe existerait sourdement) ou encore d'un certain respect envers les gros propriétaires et leur richesse (la conscience disparaît alors presque totalement). Il est bien difficile ici de faire la part des deux. Mais on peut également avancer une autre hypothèse : s'il n'y a guère de conscience de classe, c'est parce qu'il n'y a pas de véritable prolétarisation.

163Entendons nous : « prolétariat » il y a, si l'on considère en suivant l’étymologie tous ceux qui n’ont que leur descendance pour richesse (ces enfants qui peuvent très tôt apporter un petit salaire). T.S. Epstein (1973) a même noté qu'entre 1955 et 1970, l'écart des ressources entre les maisonnées les plus riches et les plus pauvres s'était énormément accentué. Mais s'il s'est produit un phénomène de « prolétarisation », ce ne fut pas exactement par une exploitation économique au sens marxiste. La canne à sucre, ou plutôt l'irrigation, n'a pas appauvri, mais enrichi ceux qui n'avaient rien (grâce à des possibilités d'emploi accrues) ou qui avaient peu (grâce à la multiplication de la productivité de leur terre). D'où le développement d’une différentiation sociale, selon le schéma décrit par C.C. Deere et A.de Janvry (1979). Certes, les salaires en vigueur ne permettent que la survie à court terme des exploitations « marginales », sans la possibilité d'un investissement autre qu'une bufflesse ou que l'achat encore plus rare d'une terre non irriguée. Pourtant, l'immigration n'est pas parvenue à comprimer totalement les salaires, qui demeurent plus élevés que dans les systèmes ruraux secs : les revenus des journaliers sont donc supérieurs à ceux de leurs collègues des zones sèches, par an aussi bien que par jour. Les sans-terres de Mottahalli gagnent même davantage que les microfundiaires de Mayagonahalli et Naragalu. Ils n'ont pas bénéficié de l'irrigation autant que les gros propriétaires, mais ils en ont bénéficié quand même. On peut même ajouter cyniquement que la meilleure preuve que leur situation s'est améliorée, c'est que les immigrés demeurent dans le lotissement de la Pauvreté et ne repartent pas dans leur village d'origine, alors même bien souvent qu'un lopin de terre sèche les attend là-bas, eux, les sans-terres de Mottahalli.

  • 38 En Inde rurale, tous les fils héritent d'une part égale du patrimoine (et les filles n'ont rien - (...)

164S'il y a prolétarisation, ce n’est que dans deux significations bien particulières du terme. Il est sûr, en premier lieu, que bien des paysans « marginaux » ne peuvent assurer l'avenir en raison de leur incapacité à investir. Quand bien même l'exploitation est viable à court terme, elle ne peut se reproduire socialement : car pour peu qu'il y ait deux fils, le maigre lopin qui existe ne pourra suffire une fois divisé à nourrir deux maisonnées38. Les deux héritiers se retrouveront donc chacun à la tête d'un patrimoine amoindri par rapport à celui dont disposait leur père. En ce sens on peut bien parler de prolétarisation : mais elle est provoquée par le mode d'héritage en vigueur dans le droit hindou, davantage que par le système économique prévalent, qui ne représente qu'une cause indirecte (mais sans doute aussi fondamentale en fait). Avec la croissance démographique, ceux qui avaient quelque chose ont moins ; mais avec l'irrigation, ceux qui n'avaient rien (les sans-terres) ont plus.

165Il y a prolétarisation aussi en ce que 29 % des habitants de Mottahalli sont sans terre, alors qu'avant la mise en irrigation des années 1940, leur nombre était négligeable. Mais le fait qu'il existe désormais un tel prolétariat constitue plutôt un élément « positif », si l'on ose dire, de l'irrigation, puisque celle-ci a attiré toute une population immigrée qui a considéré cette mobilité comme facteur d'amélioration de son niveau de vie. En cela, une part de la prolétarisation du village s'est faite grâce à l'irrigation de l'agriculture, plutôt qu'à cause de l'exploitation « capitaliste » de la force de travail. Pour les immigrés, la pauvreté ici est moindre que la misère là-bas : c'est là pour eux un moindre mal, et ils ne se voient pas d'autre choix.

166Cela explique du même coup que la situation sociale soit bien moins polarisée dans le système rural pluvial, puisque là l'absence d'irrigation par canal a empêché l'arrivée d’immigrants sans terre. Mieux, elle a favorisé l'émigration de nombre de personnes qui, sans représenter la couche la plus misérable de la population (J. Racine éd., à paraître), appartenaient cependant à des exploitations qui sans le départ d'un de leurs membres se seraient sans doute trouvées non viables. L'absence d'irrigation a en ce sens paradoxalement limité la prolétarisation des villages.

Pour Mottahalli :
1er et 2ème quintile : exploitations sans terre
3ème quintile : exploitations mixtes (agriculture + salariat agricole)
4ème quintile : moyens propriétaires avec famille indivise, ou petits propriétaires à famille nucléaire.
5ème quintille : "gros" et moyens propriétaires
Fig 26 : Pyramide des revenus par maisonnée dans les trois villages

167La polarisation par le haut de la société a également été réduite, puisque les gros propriétaires n'ont pas bénéficié de la manne d'un canal comme ceux de Mottahalli. Le principal facteur de différenciation économique reste donc la possession de terres, et - ce qui lui est souvent lié, car il convient d'avoir un minimum de propriété foncière pour pouvoir en construire - la disposition d'un puits et d'une pompe. Mais même ainsi l'éventail social demeure moins ouvert que dans le système irrigué, sans doute aussi parce qu'il y a peu de population sans terre. Certes, avec un hectare non irrigué une famille ne peut survivre ; mais elle peut compléter par des travaux non agricoles qui représentent un apport notamment pendant la morte saison.

168De ces écarts sociaux moins marqués que dans le système irrigué, mais de la plus grande pauvreté générale aussi, la figure 26 témoigne assez clairement. Cette pyramide des revenus par « unité de consommation » (U.C.), qui a été construite selon les principes exposés en Annexe 1, montre qu'il existe à Mottahalli une « petite bourgeoisie » disposant de plus de 10 points par U.C., quasi absente dans les villages non irrigués. Quant au bas de la pyramide, il est à peu de choses près symétrique dans les deux systèmes ruraux. C'est la même grande pauvreté qui frappe les deux premiers quintiles dans chaque moitié de pyramide. Le village irrigué est plus riche, mais n'est guère moins pauvre que les villages non irrigués.

3. Le salariat non agricole

169S’il existe bien comme on l'a vu une gradation des travaux salariés en fonction de leur statut, si couper la canne est moins digne que repiquer le paddy, assurément les travaux non agricoles sont classés tout en bas de la hiérarchie. Un paysan, et a fortiori un agriculteur de caste comme les Vokkaliga, ne s'y résoudra que s'il ne trouve pas d'autre moyen de survie.

170Cela ne vaut bien sûr que pour les travaux temporaires, de kuli. Un emploi à temps plein est bien mieux considéré : évoquons ici les quelques fonctionnaires qui habitent au village, maître d'école, assistant agricole, ou même ce secrétaire à temps partiel de la coopérative laitière de Mayagonahalli, qui gagne 250 Rs par mois pour 3 heures de travail quotidien. Ce sont des emplois « nobles », qui ne font pas honte à leur titulaire car ils exigent un certain niveau d'éducation. Etre ouvrier non plus n'est pas si dégradant : les industries rurales sont très rares, mais certaines comme les rizeries emploient un ou deux ouvriers pendant toute l'année. Il est vrai cependant que, pour des journées de travail de 10 heures, les salaires sont faibles, descendant jusqu'à 160 Rs par mois à la Porte de Mayagonahalli, dans le petit centre, fièrement baptisé « Rice Floor (sic) Mill », qui décortique ou moud les grains de paddy, éleusine, sésame ou moutarde.

171Il est cependant des activités non agricoles dégradantes, quand bien même elles seraient faites à temps plein : il s'agit de la plupart des professions des castes traditionnelles d'artisanat ou de service, comme les blanchisseurs, qui sont considérées comme inférieures par la caste d'agriculteurs des Vokkaliga. Aussi ces activités ne sont-elles jamais pratiquées, du moins en zone irriguée ; dans le système rural sec toutefois, certaines activités sont considérées comme permises aux Vokkaliga, et bien des microfundiaires ne peuvent y échapper, afin de gagner le complément de revenu nécessaire au maintien de leur exploitation.

172Certes, là encore il existe une hiérarchie pour ces activités. C'est ainsi que les travaux de menuiserie (réservés aux Achari dans le système rural irrigué) sont pratiqués sans honte par bien des Vokkaliga de Mayagonahalli et Naragalu, qui cependant restent agriculteurs pour l'essentiel. On gagne en général 10 Rs par jour, mais la tâche est plus souvent rémunérée à la pièce. Une spécificité du système rural non irrigué est aussi le nombre de cultivateurs qui sont scieurs de long à temps partiel (une vingtaine au total pour Mayagonahalli et Naragalu) : la présence de bois dans les fonds de vallée (cocotiers) et également dans une moindre mesure sur les interfluves (eucalyptus) peut l'expliquer en partie.

173D'autres activités sont plus dégradantes, notamment celles qui concernent l'extraction et l’excavation de terre ou de pierre. On ne rechignera certes en rien à soi-même aller chercher une charretée de vase du tank pour l'épandre sur ses champs, ni à casser une pierre qui gêne le passage de son attelage : il s'agit là de travail sur sa propre exploitation, et ce serait se faire traiter de paresseux que de ne pas l'accomplir, sauf si l'on est vraiment si fortuné que l'on puisse engager des salariés. Mais lorsqu'il s'agit d'accomplir ces mêmes tâches pour les autres, contre un salaire, l'optique est différente. Ne risque-t-on pas en effet de ressembler alors à ces Vodda, caste de tailleurs de pierres et puisatiers, classée tout au bas de la hiérarchie au Karnataka puisqu'elle a le statut officiel de SC/ST ? Le travail des Vodda, socialement déconsidéré, est pourtant économiquement qualifié : il s'agit d'un savoir ancestral, bien rétribué notamment parce qu'il est dangereux (un puits peut s'effondrer, et le travail dans les carrières de pierres nécessite l'utilisation d'explosifs). Les Vodda sont payés par contrat forfaitaire (par exemple 6000 Rs pour creuser un puits, étant donné qu'il faut engager jusqu'à 25 ouvriers) ou par salaires quotidiens : un puisatier ou un tailleur de pierres peut alors gagner 15 Rs et 2 repas par jour, parfois 30 Rs si la tâche est délicate. Les femmes travaillent aussi à transporter terre ou cailloux, et gagnent 10 ou 12 Rs par jour.

  • 39 La caste joue aussi dans un autre sens : un Vokkaliga qui creuse un puits dans son champ fera souv (...)

174Certains de ces travaux ne peuvent être accomplis par les autres castes, en raison de leur spécialisation. Mais les autres tâches (transport de terre, casse de pierres à la masse...) sont techniquement accessibles au reste de la population. Pourtant, de tels travaux salariés ne sont pratiqués qu'en dernier recours par un Vokkaliga. Les Harijan sont moins réticents en raison de leur plus bas statut, mais même eux n'y travaillent qu'en désespoir de cause. Il y a bien là une résistance due à la caste. De même que les Vodda, du moins les hommes, ne sont jamais ouvriers agricoles, de même que les Vokkaliga travaillent très rarement sur les champs d'un Harijan (« Ils préfèreraient mendier au village plutôt que d'être engagé par moi ! » dit un Harijan), de même les castes autres que Vodda dédaignent le salariat temporaire non agricole39.

175Les ressources du système pluvial sont si limitées qu'il y a quand même 8 % de la population à travailler comme salarié non agricole, généralement des sans-terres ou des microfundiaires (H. Guétat-Bernard, 1992). D'autant plus que la saison sèche, si elle représente la morte saison pour les travaux agricoles, est au contraire le temps des creusements de puits ou des constructions de routes, étant donné que les pluies, souvent torrentielles, ne peuvent venir gêner l’avancement des travaux. Encore faut-il distinguer trois types parmi les salariés non agricoles : ceux qui sont manœuvres pour d'autres paysans ; ceux qui travaillent dans le cadre de programmes d'emploi rural mis en place par l'administration ; et ceux qui sont salariés d'un entrepreneur en travaux publics : trois facettes d'un même travail, le terrassement - dont les statuts sont différents aux yeux des villageois.

176Le premier type, le mieux considéré non seulement parce qu'il est souvent le mieux rémunéré mais aussi parce qu'il se pratique entre personnes de connaissance, souvent entre amis, est le forage d'un puits, le creusement de fondations, l’aménagement d'un chemin, pour le compte d'un villageois. La plupart de ces travaux sont de faible ampleur, mais non tous : ainsi, certains gros puits (de 10 m de large !) nécessitent parfois la location d'une grue. Ce qui veut dire que les gages versés aux ouvriers, qui sont plus élevés que ceux donnés d'habitude aux journaliers agricoles, ne représentent pas un frein à la mécanisation lorsqu'il s'agit de gros ouvrage : la machine est plus rentable que l'homme pour certains travaux non agricoles. Il y a donc là un danger pour les paysans pauvres, danger qui n’est pas compensé par la croissance certaine du nombre des puits qui sont creusés depuis quelques années, tant dans le système rural sec que dans l'irrigué, grâce notamment aux prêts des banques PCARD.

177Le second type de travail de terrassement est lié à l'administration. Il concerne deux programmes officiels fonctionnant dans toute l'Inde, le National Rural Employment Programme (NREP) et le Rural Landless Employment Guarantee Programme, fusionnés à partir de 1989 dans le Jawahar Rozgar Yojana (JRY). Le but : donner du travail à des villageois pauvres, tout en les employant à la construction ou à l'amélioration des infrastructures rurales. C’est ainsi que dans le village irrigué de Mottahalli, 18 personnes ont été employées au titre du NREP en 1987 ; que dans chacun des deux villages de Mayagonahalli et Naragalu, en 1988-89 pour le premier, l'an d'après pour le second, une somme de 5000 Rs a été débloquée pour des salaires consacrés à l'amélioration des routes, ainsi qu'à la plantation d'arbres en bordure de celles-ci. Les gages sont de 12 Rs par jour (8 Rs en argent, et 1,5 kg de riz de mauvaise qualité), et les ouvriers chargés de déblayer des rochers à l'explosif gagnent 14 Rs : cela n'est pas négligeable par rapport à la situation régionale des salaires agricoles, et vient faire ici mentir les critiques faites d'habitude (D. Bandyopadhyay, 1988) contre le bas niveau des salaires que l'administration proposerait en vue de détourner de ces emplois de manœuvre tous ceux qui n’en ont pas absolument besoin pour assurer la soudure.

178Certes, ce programme ne fonctionne pas tous les ans dans chaque village. Et ce n'est au total qu'une année de travail, environ 360 jours, qui se trouve ainsi créée par l'administration dans chacun des deux villages du système rural pluvial. Soit seulement deux semaines de travail pour 25 personnes en saison sèche dans chaque village, ce qui n'est pas grand chose à l’échelle de Mayagonahalli ou de Naragalu, mais qui représente beaucoup tant à l'échelle familiale (cela permet de soulager temporairement une maisonnée dont l'un des membres est employé) qu'à l'échelle régionale, en termes d’emplois mais aussi de fonds, lorsque la même année c'est la moitié des villages d’un taluk ou d’un district qui est à la fois assistée. D'autant plus qu'il faut ajouter pour 1991 un Scarcity Relief Scheme qui bénéficie de 10 000 Rs (coût des salaires et des matériaux) pour aménager la middle school de Mayagonahalli : avec des salaires quotidiens de 12 Rs, ce seront encore 130 jours de travail au total distribués aux habitants de Mayagonahalli ou Naragalu.

179Troisième possibilité d'emploi temporaire non agricole : l'emploi auprès d'un entrepreneur de travaux publics (contractor). A 5 km de la Porte de Mayagonahalli, Suresh, un entrepreneur d'origine Andhra est en train de faire passer sous la route de Nagamangala un tronçon du canal du futur projet d'irrigation de l'Hemavati (fig. 3). Le chantier est ouvert ici depuis un an, mais risque de se prolonger encore deux années étant donné que l'Etat du Karnataka, dont les caisses sont peu remplies, paie avec de nombreux retards l’entrepreneur qui doit donc souvent arrêter le travail. Sur ce chantier travaillent 28 ouvriers « étrangers » (du Tamii Nadu, d'Andhra Pradesh, et du Karnataka) et 20 locaux (10 hommes et 10 femmes), ces derniers originaires des 4 villages les plus proches du chantier. Les « étrangers » sont payés 20 Rs par jour (9-16 h) pour les hommes et 15 Rs pour les femmes, plus an repas, plus le voyage pour rentrer chez eux une fois par an, plus un mouton pour 25 personnes lors des fêtes, plus une avance sur salaire sans intérêt qui dépasse souvent les 800 Rs par tête, et qui est remboursée par déduction progressive des gages - certains travaillent depuis plus de 10 ans pour Suresh.

180Les ouvriers locaux, eux, ne sont payés que 15 Rs pour les hommes (20 Rs, seulement s'ils travaillent le ciment) et 13 Rs pour les femmes, sans aucun repas. On leur refuse une avance dépassant les 500 Rs. Aussi, excepté pour certains travaux qui demandent une certaine qualification, l'entrepreneur préfère-t-il de beaucoup employer des autochtones, qui lui reviennent moins cher - d'autant plus que les non-locaux prennent parfois la fuite. Suresh raconte même que des manœuvres attachèrent un jour le gardien du campement pour parvenir à partir avec leur avance et quelques sacs de ciment dérobés ; quand l'entrepreneur tenta de les arrêter à la gare, ce fut pour se faire rosser.

181Au total, il donne donc la priorité à l'emploi des travailleurs locaux. Or il existe en ce début de mai 1990 à peu près 60 chantiers dans le taluk de Nagamangala, soit 1200 emplois effectifs s'ils sont tous de cette taille - et plus du double si les entrepreneurs n'employaient que des locaux. Cela reste évidemment très faible, mais peut cependant représenter une aubaine pour ceux qui sont engagés. Pourtant les entrepreneurs, qui tous affirment ne jamais refuser la main-d’œuvre locale, connaissent un déficit de bras. C'est pour cette raison qu'ils doivent engager autant de manœuvres « étrangers ». Pourquoi donc n'y a-t-il pas plus d'offre de travail de la part des ouvriers locaux potentiels, alors qu’en saison sèche certains microfundiaires ont du mal à assurer deux repas par jour ?

182Kempamma, une habitante de Naragalu, travaille cette même semaine au creusement d'un puits pour un villageois. Elle gagne 10 Rs par jour, soit 30 % de moins que ce que paierait Suresh. Et elle n'a pu prendre qu'une avance de 100 Rs du propriétaire du puits, pour un travail qui durera au total sans doute une cinquantaine de jours seulement. Mais elle ne regrette pas de ne pas travailler pour l'entrepreneur : « Ce qui compte, c'est d'être près du village ». Le coût de l'autocar pour se rendre au chantier de Suresh ? A 0,75 Re, il laisserait rentable le travail pour l'entrepreneur. Un travail moins pénible au village, sans la surveillance d’un contremaître ? Sans doute. Mais c’est la proximité qui demeure le facteur essentiel. Non pas tant parce qu'il est moins pénible de faire un court trajet, que parce qu'il paraîtrait indigne de faire tant de chemin pour un travail que beaucoup dédaignent. Cela ne serait convenable que si d'autres allaient avec Kempamma ; or il faudrait au moins 3 ou 4 autres femmes, ou bien un homme, pour que cela semble correct. Et personne ne semble près à déroger à cette règle, à partir travailler seul comme un mendiant dans un chantier, fût-il éloigné de seulement 5 km. Il y a donc peu de courants de main-d’œuvre journalière entre villages au-delà d'un rayon de 3 km : d'autant plus que ce qui est vrai pour le travail non agricole l'est aussi (à un degré moindre) pour le salariat agricole, et qu'il est là aussi mal vu de faire les moissons dans un village relativement éloigné.

183Que ces mêmes paysans pauvres, qui refusent un travail à une demi-heure de marche, se décident ensuite à partir à Bangalore ou parfois Bombay pour devenir serveur dans un restaurant de bas étage n'a rien de contradictoire : ils partent dans ces grandes villes selon un circuit balisé, reconnu par plus d'une génération de migrants, un circuit qui au village est « honorable », appartient aux normes. Le travail pour un entrepreneur inconnu, lui, est considéré comme « anormal ». Qu'il rapporte moins qu'une migration dans un restaurant de Bangalore ; qu'il représente un labeur pénible ; mais que d'un autre côté ramasser les reliefs des repas dans un restaurant soit fort dégradant pour un hindou ; tout cela n'a finalement guère d'importance. En exagérant quelque peu, on pourrait dire qu'un travail n'est jamais dégradant en soi, mais toujours parce qu'il est considéré comme tel par la société villageoise : ce qui compte est de suivre les règles inscrites dans le comportement de la majorité. Règles de la décence : on ne peut partir travailler seul, « ça ne se fait pas ». Ce serait prêter le flanc à de nombreux et cruels ragots (« bisi bisi » en kannada, langue souvent très évocatrice). Règles de la fierté aussi, qui empêchent de travailler à un labeur jugé dégradant. Au total, il faut bien faire intervenir le concept de gaurava, mot kannada que l'on peut traduire par « honneur » et dont il se rapproche par sa riche polysémie. L’honneur occupe décidément une large place dans les logiques paysannes. Certes, devant ces villageois qui préfèrent chômer au village plutôt que de travailler dans des chantiers, on pourrait crier à la paresse. Mais n'y a-t-il pas quelque beauté dans cette fierté, ce désir de respect de soi-même, parfois aussi fou en soi que la volonté coûte que coûte de ne pas « déroger » des hobereaux misérables de l'Ancien Régime français ?

184De telles remarques apportent aussi des informations sur le niveau de vie de la population. Dans le cadre d'une recherche où l'on a peiné pour obtenir et calculer des chiffres de revenu, où la quantification et même l’évaluation qualitative de la satisfaction des besoins a rencontré des difficultés, il est précieux de trouver de tels comportements, qui agissent comme des indicateurs : en effet, si certains villageois peuvent se permettre de parfois refuser un emploi pendant la morte-saison, c'est qu'ils vivent dans la misère mais non dans la faim. C’est que le minimum vital est suffisamment assuré pour qu'on pense aussi à assurer un « minimum social » de respect des règles émises par la société.

185En conclusion, c'est peut-être ce mépris pour le salariat non-agricole allié au refus de s'éloigner de son village qui explique les rémunérations proposées finalement assez élevées par rapport aux salaires agricoles : la main-d’œuvre locale est rare, il convient donc de l'attirer par une bonne paie. Mais la principale raison de ces gages relativement élevés est l'importance du rôle de l'Etat dans ce domaine : c'est l'Etat en effet qui fixe les salaires proposés dans le cadre du JRY, qui impose un salaire minimum aux entrepreneurs de travaux publics. Au total, quand on aura ajouté l’impact des banques de crédit agricole, toutes publiques, dans l'essor du creusement de puits privés, le rôle de l'Etat paraîtra déterminant dans la multiplication actuelle des emplois temporaires non agricoles ; emplois qui sont loin d'être suffisants pour empêcher toute émigration dans le système rural pluvial, mais qui représentent toutefois un revenu non négligeable pour ceux qui en bénéficient.

  • 40 En outre, relève K. Ahuja, comme le sous-emploi agricole correspond toujours en fait à des période (...)

186Il reste que si les programmes lancés par l’administration pour l'emploi rural ont eu des résultats souvent décevants dans toute l'Inde, ce n'est pas seulement comme on a souvent pu le dire un manque d'organisation qui doit en être tenu responsable. Ce sont bien plutôt, ainsi que l’exemple de Mayagonahalli et Naragalu l'a montré, et comme le relevait déjà K. Ahuja (1978), les a priori sur quoi ces programmes sont fondés qui doivent être remis en cause. Non, des travaux de terrassement ne peuvent résorber à eux seuls le sous-emploi qui frappe des paysans tournés avant tout vers la culture de la terre. Non, la disponibilité de la force de travail n'est pas strictement proportionnelle au degré de sous-emploi. Les structures de caste, les préférences des travailleurs, la distance du chantier au village, les valeurs attachées à l'emploi et à l'espace, autant de facteurs qui empêchent un chômeur d'être toujours un manœuvre en puissance40.

4. Le village et l'administration

187Comme dans toute l'Inde, mais plus encore que dans bien d'autres régions en raison du caractère assez efficace des pouvoirs publics au Karnataka, le village se trouve encadré par une structure administrative qui fait remonter vers l'Etat des flux financiers (impôt foncier) ou en nature (grains achetés par l'Etat au titre du procurement), tandis qu'en contrepartie descendent des flux encore plus importants. Rappelons en effet qu'il existe autour d’un simple village (fig. 8) :

  • une structure de vulgarisation agricole dépendant du ministère de l'Agriculture, avec un Agricultural Assistant qui encadre 2 à 10 villages ;
  • une structure administrative de plus en plus chargée du développement, au niveau du canton (mandal) et du district (zilla parishad), qui concurrence maintenant l’échelon du « bloc de développement » (cf. p. 73) ;
  • une structure fiscale, avec le Village Accountant, puis le niveau intermédiaire du hobli, puis celui du taluk.
  • une structure politique, avec la double représentation d'un député à l’assemblée d'Etat (M.L.A.) et à l'assemblée nationale (M.P.) ;
  • une structure de crédit (cf. p. 74) : banques et « coopératives » de crédit agricole ;
  • une structure commerciale enfin, avec les « marchés réglementés » du copra et du jagre, ainsi que la sucrerie de Mandya.
  • 41 Indian Express. 8.6.1990.
  • 42 Soulignons cependant que les statistiques indiennes sont excessivement pessimistes, en ce qu'elles (...)

188Toutes ces structures sont contrôlées directement par l’Etat, et par elles circulent des sommes énormes. Rien qu'au titre du crédit agricole délivré par les institutions « coopératives », l'Etat du Karnataka a déboursé en 1989-90 1,9 milliards de roupies pour le crédit à court terme, et 78 millions pour le crédit à long terme !41 Le fait que le taux de recouvrement de ces prêts n'ait pas atteint 13 % donne une idée des pertes et des fuites d'un tel système, ainsi que des enjeux, en matière d'argent et de pouvoir, du contrôle d'un au moins des maillons de la chaîne administrative. Il montre aussi que les agriculteurs, principaux bénéficiaires de ce crédit, ne remboursent guère les prêts accordés.42

189Avant d'aborder dans la troisième partie les logiques individuelles ou familiales des villageois face à ces structures, on voudrait se contenter ici d'évoquer la place de l'administration et des actions des pouvoirs publics dans les structures agraires et leur rôle dans le caractère stratifié de la société villageoise.

190Ainsi de la dévolution (à titre onéreux) de terres darkhast publiques (cf. p. 232) à des paysans qui sont supposés manquer de terres - le plafond de propriété pour pouvoir en bénéficier est de 4 ha, superficie qui n'est déjà pas négligeable. Nul doute que ces mesures ont contribué à faire accéder à la propriété foncière des familles qui ne possédaient rien, ou fort peu. En cela, elles ont quelque peu comprimé la hiérarchie sociale en hissant les plus pauvres vers le haut. Mais en retour, les nombreuses irrégularités qui ont entaché l’attribution des darkhast ont contribué au maintien d'inégalités. En effet, bien des gros paysans du système rural pluvial ont avancé de l'argent à des microfundiaires : ceux-ci, simples hommes de paille, ont alors acheté des darkhast qu'ils leur ont donnés ensuite.

191D'autres ont usé de procédés différents. Sivarame Gowda, lui, n'était pas à l'origine un gros propriétaire. Vokkaliga de Mayagonahalli, il était même dans les années 1970 considéré comme un « sans-terre » par l'administration, étant donné que son père ne vivait plus avec lui et avait gardé toutes les terres de la famille (2 ha). Sivarame a donc fait acte de candidature pour obtenir des terres darkhast : le voilà, depuis 1979, à la tête de 16 ha ! Mais 2 ha ne représentaient-ils pas légalement la quantité maximale dont pouvait bénéficier un individu ? Certes, explique Sivarame avec un petit sourire. Il n'a bien que 2 ha à son nom. Mais tout le reste est au nom de sa femme, de ses trois sœurs mariées à des fonctionnaires de Bangalore ou de Bhadravati qui ne reçoivent rien de la production de ces terres, au nom aussi de ses deux filles, également mariées, dont les maris ne reçoivent rien non plus. Ainsi, la loi indienne, qui théoriquement donne aux femmes un droit sur la terre mais qui n’est jamais respectée en réalité, est pour une fois ici invoquée : mais c'est seulement pour cacher une simple opération de prête-nom.

192Ces terres ont coûté officiellement à Sivarame 1225 Rs/ha ; en fait le double, au titre de dessous de table. Il lui a donc fallu de l'argent, que lui ont prêté des parents et amis : Sivarame avait d'autres atouts dans son jeu. Il est parent du chef du village, et appartient à la lignée dominante Kalabairava des Vokkaliga. N'étant allé que 3 ans à l'école, il ne sait lire que les caractères imprimés ; mais cela ne l'empêchait pas d'être à l'époque un des directeurs de la coopérative (PACS) de Kelagere - dont dépend le village de Mayagonahalli. Bref, comme il le dit, « il avait des amis au Taluk Office... » Et depuis, Sivarame a fait son chemin : il a accueilli dans sa propre maison la première anganavadi (école maternelle), est vice-président de la nouvelle high-school dont il a offert le terrain, et a créé la coopérative laitière de Mayagonahalli dont il est le directeur. Bref, il pose (sincèrement) au bienfaiteur du village, tout en ne cachant pas son pouvoir et son enrichissement. « Je voulais utiliser mes relations pour en faire profiter mes concitoyens ». Mais à qui profiteront les 16 ha de darkhast ?

193Ici, l'administration est responsable de deux scandales : d'une part, l'attribution à une seule personne de 8 fois la quantité de terres autorisées. Et d'autre part, l'état de friches de la moitié de ces terres. Sivarame, faute de main-d’œuvre et de temps, ne cultive en effet que 50 % de ses champs. Dans une région où la terre est si rare, de telles friches ne peuvent qu'être choquantes. L'administration, censée redistribuer des biens, les concentre sur un seul homme. Censée favoriser une agriculture plus intensive et productiviste, elle ne fait que permettre l'extensif. L'abandon de ces terres est d'autant plus grave que d'un autre côté la loi interdit depuis 1974 de les cultiver en faire-valoir indirect : preuve que lorsqu'une loi est détournée, les autres lois se révèlent parfois nocives. Quant aux perdants, ce sont toujours les mêmes : ceux qui se trouvent loin des puissants.

194La décentralisation réalisée depuis 1987 au Karnataka ne peut d'ailleurs qu'aggraver ces injustices, en accentuant le pouvoir de certains notables locaux sur l'administration. Ainsi, c’est au niveau du canton (mandal) ou du district, par exemple, que se décide la sélection des villages qui bénéficieront de l'Integrated Rural Development Programme. Celle-ci doit se pratiquer par rotation des villages chaque année. Mais est-il légitime que Mottahalli n'ait bénéficié de ce programme qu'en 1991, et que Mayagonahalli, village pourtant plus riche que Naragalu, ait été sélectionné deux années (peut-être grâce à l'intervention de Sivarame Gowda) alors que Naragalu ne l'était qu'une seule fois ?

195La politique est un autre domaine où le bien public est parfois détourné au profit d'individus. Mais le suffrage universel permet bien des contrôles, et les faibles ne sont pas toujours des victimes. Ils connaissent leurs droits, et gardent la mémoire des promesses faites en temps d'élections. Il est peu de dire que le village s'intéresse à la politique. En période d'élections, toute la région est couverte d'affiches portant le symbole du candidat (un vélo, un éléphant, une voiture...) aisément reconnaissable même pour des analphabètes ; les hauts-parleurs résonnent au maximum de leur puissance, clamant au loin les promesses de tel homme politique aussi bien que les derniers succès des comédies musicales kannada ; les pandals apportent un peu d'ombre aux tribunes dressées aux carrefours ruraux ; des voitures Ambassador ou Matador sillonnent les routes, arborant des drapeaux aux couleurs d'un candidat. Non, la politique n'existe pas que dans les villes de l'Inde. Certes, tout cela pourrait ne signifier que la prodigalité de quelques candidats ; mais c’est en fait presque toute la population du village (ou du moins les hommes) qui se trouve concernée. Il faut voir comment dans un café les conversations s'arrêtent quand la radio annonce le décès d’un candidat d'un autre taluk. Parmi les habitants que j'ai pu interroger, la plupart des analphabètes savaient parfaitement à quels partis appartenaient des hommes politiques de premier plan au Karnataka tels que Ramakrishna Hegde ou Gundu Rao. Certes, s'ils savaient bien sûr qui était la mère de Rajiv Gandhi, ils ignoraient souvent qui était le père d'Indira... Mais cela ne fait que témoigner d’un intérêt tourné en priorité vers les affaires de l'Etat du Karnataka, qui les concernent plus (ou du moins le croient-ils) que celles qui se passent à New Delhi.

  • 43 Des acteurs plus inattendus peuvent également jouer leur rôle dans l'arène politique. Pensons à l' (...)

196Les paysans connaissent le pouvoir d'un bulletin de vote. Ils acceptent encore parfois de vendre leur voix à un parti (100 Rs, m’a-t-on dit, données en 1989 par le Congrès-I) ; mais c'est souvent pour empocher l'argent et voter pour le candidat adverse. Cela dit, le choix du vote ne se fait pas toujours selon des critères « politiques » au sens occidental, mais bien souvent sur des critères de caste. C’est ainsi qu’aux élections régionales de 1989, à Mayagonahalli et Naragalu, le candidat indépendant (dissident du Congrès) a pu être élu grâce au vote Vokkaliga, caste dont il était issu. Tandis que son principal adversaire, un Kuruba membre du Congrès, ne pouvait quant à lui compter que sur les voix des minorités. Certes, la caste a souvent une signification socio-économique, on l'a vu : voter pour un Vokkaliga, c'était voter pour la caste dominante, c'était sans doute faire un choix conservateur. Il reste que les votes reflètent bien souvent (et peut-être de plus en plus) une appartenance de caste plutôt que de classe43.

197Cela explique la stratégie populiste de la plupart des candidats. Tel militant de Mayagonahalli, cuisinier au chômage, a reçu 5000 Rs en cadeau qui l'aideront à ouvrir un café. Tel autre organise d'immenses banquets au nom de son candidat, et promet aux villageois d'intervenir auprès de l'administration au sujet de quelque prêt en suspens. La classe politique peut faciliter l'établissement d’une école ou d'un arrêt d'autocar, elle peut favoriser l'ascension sociale de quelques individus. Mais elle ne peut - ni ne veut - atténuer une hiérarchie sociale dont elle même occupe le sommet : les plus pauvres ne peuvent guère être candidats, en raison des sommes énormes qui sont nécessaires pour se présenter aux élections avec quelque chance de succès.

198Il convient cependant de ne pas dresser un trop sombre tableau : la corruption n'est pas partout. Le système fonctionne, mal mais il fonctionne ; et si les pertes et les fuites sont nombreuses, il y a toujours une part de ce qui était destiné aux plus défavorisés qui parvient à destination. J'ai pourtant peur de n'avoir vu en fait que la partie émergée de l’iceberg.

199Certes, dans le système rural pluvial, les électeurs sont pauvres, et la région est peu développée ; l'argent a tendance à circuler difficilement. Peu importante est en général l'ampleur de ces « presse-papier », selon l'expression courante au Maharashtra (D. Blamont, 1979), qu’on dépose sur la table du fonctionnaire pour éviter que la requête ne s'envole sous le ventilateur. Mais dans le système irrigué, l’argent est bien plus disponible, et les occasions d'achat, d'électeurs aussi bien que de fonctionnaires, sont plus courantes. Je ne pense cependant pas que la situation de Mottahalli soit comparable à ce que R. Wade (1982, 1984) a pu découvrir lors d'une enquête assurément audacieuse dans un Etat du sud de l’Inde qu'il a la pudeur de ne pas nommer. Il s'agit essentiellement dans ce cas d'exactions accomplies par les services du Département de l'Irrigation (parfois en combinaison avec le M.L.A.) pour extorquer de l’argent aux paysans, en position de faiblesse puisqu'ils ont besoin de l'eau du canal. Mais comme le dit Wade, ce n'est qu'en condition de rareté que les extorsions sont maximales (ce qui fait que les fonctionnaires tentent parfois de créer la rareté et l'incertitude en matière d'alimentation en eau). Or à Mottahalli, l’eau est si abondante que le pouvoir de chantage des administratifs est assez limité. Il reste qu’assurément, même ici, « la distinction entre un pot-de-vin, offert par les agriculteurs pour inciter le fonctionnaire à faire quelque chose qu'il ne devrait pas, et de l'argent extorqué, exigé par le fonctionnaire pour l'annulation d'une amende, est souvent difficile à réaliser en pratique ».

  • 44 Précisons cependant que l'ordre des personnes avait aussi ses « régies ».

200C'est là la transcription du passage encore très imparfait d'un type de société à une autre ; comme l’a noté A. Béteille (1974, p. 94), il est bien difficile de passer d'un ordre social gouverné par des personnes (dans une société agraire traditionnelle où le paternalisme, la parenté, le voisinage sont autant d'occasions de relations personnelles), à un ordre social gouverné par des règles (dans une société « industrielle » où les relations avec l'administration, même en milieu rural, devraient être fondées sur l'anonymat et la loi)44. Dans la réalité la distinction n'est pas nette, et les deux ordres sociaux se superposent : leur combinaison additionne leurs inconvénients, et en crée même de nouveaux qui sont les moteurs de la corruption, puisque les « règles existantes sont détournées au profit des « personnes ».

201Et les remèdes employés jusque là sont d'une efficacité limitée, avec parfois des effets pervers qu'on ne prévoyait pas. C'est ainsi que les fonctionnaires sont soumis à une très rapide rotation de leurs postes, essentiellement pour que des liens de corruption n'aient pas le temps d'être tissés. Mais qu'un directeur de succursale bancaire rurale soit muté après 6 mois alors qu'il serait bon qu'il connaisse les villages dont il a la responsabilité en matière de crédit et de développement, que le taluk de Mandya n’ait pas vu passer moins de 3 tahsildars à sa tête pendant l'année 1989, ne peut qu'engendrer une relative ignorance de certains dossiers, génératrice de graves conséquences. Problème épineux donc, qui ne pourra être résolu à court terme par les seules libéralisation et désétatisation de l'économie indienne telles qu'elles ont été relancées en 1991.

Notes

1 L'eau à usage domestique, dont l'approvisionnement est à la charge des femmes, ne pose pas de problèmes à Mottahalli grâce à la présence du canal ou, si celui-ci est fermé, du tank. Dans les villages non irrigués au contraire, la situation est plus difficile au cœur de la saison sèche, quand le tank de Naragalu et la plupart des mares sont presque entièrement vides. Il y a heureusement des pompes à bras installées au village par l'administration, mais à Mottahalli elles dépendent d'un puits tubé souvent arrêté, ce qui crée de longues queues de femmes attendant leur tour pour remplir leurs pots.

2 En outre, alors que l’eau du canal est soumise à une taxe payée en proportion de la surface cultivée, l’eau de pompe-électrique l’est en fonction du débit réellement utilisé : ceci explique que les paysans, même quand leur puits est bien alimenté, l'utilise de manière moins prodigue que l'eau issue du canal.

3 Quatre maisonnées disposent de deux pompes.

4 L'exhaure par traction de bœufs a complètement disparu.

5 C'est le propriétaire qui fournit le carburant. Notons par ailleurs qu'au village, personne ne vend de l'eau de son puits.

6 Nous laissons de côté les chiens, nombreux au village, affamés, hargneux et méprisés.

7 L'IRDP ne fonctionne pas tous les ans clans les villages. Durant cette période, Mayagonahalli fut couvert effectivement deux ans par le programme, et Naragalu seulement une année. Je n'ai trouvé aucune trace à Naragalu des 5 vaches croisées que mentionnent pourtant les statistiques de l'IRDP. Après leur acquisition, il est vraisemblable que leurs propriétaires les ont revendues rapidement - à moins qu'elles ne soient mortes.

8 Le bétail n'est que rarement vacciné, quand bien même les coopératives laitières proposent des vaccinations gratuites. Il n'est jamais assuré. Contre les maladies, on ne va souvent qu'à la dernière extrémité consulter le vétérinaire du village voisin (qui est gratuit, mais non les médicaments qu'il prescrit) : on se contente parfois de verser du riz sur la tête de l'animal pour le protéger du mauvais œil, ou d'utiliser du jagre et des feuilles de margosier, arbre sacré (bevu, en hindi nim, Melici azadirachta). Lors de la naissance d'un veau, le prêtre domestique (purohit) vient célébrer une puja, dédiant souvent l'animal à Shaineshvara (Saturne).

9 L'importance dans les villages des aliments issus de l'agro-industrie est à souligner, remarque J.P. Raison. Comparés à bien des terroirs africains en cours de modernisation, nos paysans utilisent peu d'intrants du type herbicides ou insecticides (peu utiles vu la relative abondance de main-d’œuvre), mais achètent davantage de tourteaux : la transition technique vers la modernisation, déterminée largement par les différences de densité de population, ne se fait pas sur les mêmes points dans les deux continents.

10 Il arrive de voir dans la région irriguée des champs d'éleusine ayant versé, en raison de l'excessive longueur des tiges : en général, l'agriculteur a utilisé trop d'engrais chimiques. Mais c'est là un signe qu'entre une grande quantité de paille (au risque qu'il y ait verse) et une bonne récolte en grains, on préfère miser sur la paille.

11 Il arrive que des galettes de bouse séchée servent de combustible, mais cette utilisation est assez rare dans le sud du Karnataka rural.

12 Un Brahmane du Dakshin Kannad, district côtier du Karnataka, se refusait à me croire quand je lui disais que les vaches étaient attelées à Mandya, et se trouvait proprement scandalisé que l’on fasse ainsi travailler « Mother Cow ». Il est vrai que dans sa région, on n’imposait pas le joug aux vaches, mais aux bufflesses (sans doute parce qu'il y existe une longue tradition de rizières inondées, plus facilement labourables avec des buffles qu'avec des bovins).

13 J'utilise le terme « labour » dans un sens très large, alors même qu'un araire ne fait que gratter le sol, sans le retourner, sans donc le « labourer ».

14 Utilisons le terme, bien qu'il ne puisse guère s'agir d'« engraissement » étant donné les conditions locales : il s'applique assez bien à cet élevage où l'on achète des bêtes souvent encore jeunes pour les revendre plus robustes.

15 Ce prix oblige à bien des sacrifices pour les petits paysans. C'est ainsi que ce propriétaire de 35 ares irrigués à Mottahalli, qui avait deux vieilles vaches, se retrouva criblé de dettes à la fin de la campagne 1988 car l'eau avait manqué pour sa canne à sucre, située sur une parcelle en bout de canal d'amenée. Il dut alors vendre son attelage 1000 Rs. Mais depuis, il n'a plus les moyens d'en racheter, et doit donc engager des journaliers pour qu'ils labourent sa terre, au prix de 25 Rs par jour, ce qui, cercle vicieux, limite d'autant sa capacité à épargner et à racheter un attelage dans un avenir proche.

16 Ce qui supposerait qu’une situation irrationnelle à l’échelle régionale ou nationale doive obligatoirement être attribuée à un comportement irrationnel de tous les acteurs pris individuellement... (S.M. Batra, 1986).

17 Voir le glossaire.

18 La taille moyenne dans le taluk de Nagamangala est de 1.1 ha, et de 0,8 ha dans le taluk de Mandya. (Ces chiffres n'incluent que relativement peu de terres non cultivables, car celles-ci sont en général classées comme publiques).

19 A Naragalu, la situation est moins nette, car la lignée dominante Borappa ne possède pas plus de terre par maisonnée que la lignée Kalabairava. En outre, la caste Lingayat a su acquérir une importante allocation foncière (kodje) en raison de sa fonction sacerdotale et de son statut élevé de pureté : ce sont les Lingayat qui aujourd'hui possèdent le plus de terres par maisonnée.

20 Les Harijan offrent un cas particulier, étant donné les aides publiques dont ils disposent et qui incitent à la scolarisation.

21 En moyenne en France, le prix d'un hectare correspond à moins de cinq ans de revenu brut.

22 Sans vouloir établir une corrélation stricte entre densités de population et prix de la terre, on peut cependant remarquer que dans les zones montagneuses du Dakshin Kannad, aux densités voisines de seulement 100 hts/km2, un hectare de café ne vaut guère plus de 75 000 Rs B.N. (Shivalingappa, in J. Racine, à paraître,) soit le prix de la terre dans le système rural pluvial : pourtant le café rapporte bien plus que de l'éleusine non irriguée.

23 Du persan darkhwast, « requête ».

24 On ne peut que s'en étonner : cela représente une perte en bonnes terres cultivables, pompe l'eau disponible, et contribue à partiellement stériliser les champs avoisinants.

25 Alors qu'on aurait pu attendre que l'étalement des travaux agricoles permis par l’irrigation soit favorable à l'entraide. C'est peut-être une preuve que les habitants de Mottahalli sont extrêmement occupés sur leurs champs en raison de l'intensivité de leur agriculture, et surtout, le signe d'une économie de plus en plus « marchande » : ils préfèrent compter sur la main-d'oeuvre salariée, d'autant plus disponible qu'elle a pris une avance sur salaire.

26 Encore quelques rares hommes journaliers m'ont-ils dit repiquer parfois le paddy.

27 J. Roemer, A General Theory of Exploitation and Class, Cambridge, Harvard University Press, 1982, cité par P. Bardhan, 1982, et M.V. Nadkarni, 1987.

28 Certains auteurs insistent en outre sur le fait que la malnutrition réduit la capacité de travail, et donc limite (d'une certaine façon...) le « sous-emploi » (K. Ahuja. 1978, p. 6).

29 On a pris pour base un « jour » de travail de 6 heures.

30 La saison des mariages dure cependant jusqu'à ta mi-juin comme dans le reste de l'Inde, alors que les travaux agricoles reprennent dès la fin d'avril. Ce décalage est dû à l'absence de la mousson proprement dite dans le Maidan, qui arrive en juin dans l'Inde mais qui ignore le Karnataka intérieur, lequel n'est donc arrosé que par des pluies de convexion plus précoces.

31 Ne nous fixons pas, pour évaluer le taux d'inactivité, sur le recensement indien de la population qui a pour inconvénient, commun à bien des recensements agricoles du monde, de sous-estimer le travail des femmes, des enfants, et des vieillards. Selon lui, il y a ainsi une majorité de la population masculine qui est inactive à Naragalu (53 %) (et 41 % à Mayagonahalli, 37 % à Mottahalli)...

32 Le travail se fait également souvent en équipe, rémunérée d'une somme globale proportionnelle à la taille du champ à repiquer, sur laquelle on se met d'accord avant de commencer le travail et qui sera ensuite partagée entre les différents membres, avec une prime à la meneuse de l'équipe.

33 M.N. Srinivas (1976, p. 13) considère qu'un ouvrier jita n'a pas nécessairement toujours d'intérêts à rembourser, au contraire de T.S. Epstein (1962. p. 75). Je suis la définition d'Epstein, car celle-ci est plus restreinte. Mais au village, le mot « jita » est souvent utilisé au sens large, comme synonyme d'ouvrier permanent.

34 Le système de l'avance, signe de rareté de main-d’œuvre, se retrouve également dans les zones caféières des Ghâts : la récolte du café y attire de nombreux saisonniers, qui lit aussi prennent une avance, en général sans intérêt (B.N. Shivalingappa. in J. Racine, à paraître).

35 Les habitants immigrés de ce lotissement, qu'ils soient Vokkaliga ou Lingayat, n'ont pas droit au cimetière local traditionnel.

36 Dans le lotissement de la Pauvreté, on peut même voir lors de la fête d'Ugadi des femmes jouer aux cartes !

37 A. Rudra, « Einerging Class Structure in Indian Agriculture », in T.N. Srinivasan, 1988, pp. 483-500.

38 En Inde rurale, tous les fils héritent d'une part égale du patrimoine (et les filles n'ont rien - ce qui est désormais illégal).

39 La caste joue aussi dans un autre sens : un Vokkaliga qui creuse un puits dans son champ fera souvent appel avant tout à des Vokkaliga pour l'aider. C'est ainsi que certaines castes peu représentées au village, telles que les blanchisseurs Madival de Mayagonahalli, se trouvent défavorisées, car on leur propose de ce fait peu de travail. Elles se trouvent en quelque sorte à l’écart des circuits d'emploi temporaire local.

40 En outre, relève K. Ahuja, comme le sous-emploi agricole correspond toujours en fait à des périodes de travail très irrégulières, il faut que les travaux non-agricoles proposés par l'administration aient une forme très souple, permettant une rotation des bénéficiaires. Or cela n'est pas vraiment le cas pour le JRY, ni a fortiori pour un entrepreneur qui doit justement verser des avances pour tenter de prévenir l'absentéisme - mais qui tolère souvent cependant un roulement des travailleurs lorsqu'ils s'entendent avec d'autres habitants de leur village pour se faire remplacer.

41 Indian Express. 8.6.1990.

42 Soulignons cependant que les statistiques indiennes sont excessivement pessimistes, en ce qu'elles considèrent, dans le décompte des manquements aux engagements des débiteurs, aussi bien les simples retards que les défaillances définitives.

43 Des acteurs plus inattendus peuvent également jouer leur rôle dans l'arène politique. Pensons à l'influence, en ce qui concerne les mots d'ordre ou les financements électoraux, des « matts » (monastères) Lingayat, particulièrement dans le nord du Karnataka (J. Assayag, 1986). Mais citons surtout le Swamiji (saint homme) qui dirige l'ashram (communauté) d'Adichunchangiri, au nord de Mayagonahalli. Par sa puissance religieuse (même des Musulmans viennent le vénérer) et économique (l'ashram possède en plus des installations d'Adichunchangiri un hôpital et un medical college sur la roule de Hassan, des écoles jusqu'à Mysore, et des intérêts dans diverses activités industrielles), le swamiji dispose d'une puissance politique qu'il utilise en général au soutien du lobby Vokkaliga, caste dont il est membre - encore que parfois, affirment certaines mauvaises langues, il lui arrive de donner sa « réserve de voix » au plus offrant.

44 Précisons cependant que l'ordre des personnes avait aussi ses « régies ».

Table des illustrations

Titre I. LE VILLAGE IRRIGUÉ DE MOTTAHALLI
Légende Témoignage de prospérité, la grosse maison traditionnelle avec véranda et cour intérieure (cf. p. 162). Le nom du propriétaire est peint sur les murs multicolores.
URL http://books.openedition.org/ifp/docannexe/image/4960/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
Légende Mariage vokkaliga. Aux côtés de son mari porteur d'un turban, la jeune mariée garde pudiquement les yeux baissés. Les dots sont un important facteur de paupérisation dans la société paysanne actuelle.
URL http://books.openedition.org/ifp/docannexe/image/4960/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 342k
Légende Nivellement d'une rizière avant repiquage en pleine saison sèche, permis par le canal d'irrigation. Derrière les arbres (casuarina), canne à sucre et cocotiers.
URL http://books.openedition.org/ifp/docannexe/image/4960/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 351k
Légende Devant le moulin à jagre d'un grand propriétaire, la canne à sucre attend d'être broyée par une équipe d'ouvriers agricoles immigrés qui fera bouillir le jus obtenu (cf. p. 94).
URL http://books.openedition.org/ifp/docannexe/image/4960/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 396k
Titre II. LES VILLAGES NON IRRIGUÉS DE MAYAGONAHALLI ET NARAGALU
Légende Vieilles maisons à toit de pierres au coeur du village. A droite, un toit de tuiles industrielles témoigne au contraire de la prospérité de ses habitants.
URL http://books.openedition.org/ifp/docannexe/image/4960/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 384k
Légende Moisson à la faucille de l'éleusine (début novembre). Les autres cultures associées (pois, oléagineux et sorgho fourrager) seront récoltées plus tardivement.
URL http://books.openedition.org/ifp/docannexe/image/4960/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 459k
Légende Décorticage des noix de coco séchées pour les vendre comme copra (cf. p. 124).
URL http://books.openedition.org/ifp/docannexe/image/4960/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 255k
Légende Récolte des vers à soie après que ceux-ci ont été laissés trois jours en plein air, pour le tissage des cocons (cf. p. 130).
URL http://books.openedition.org/ifp/docannexe/image/4960/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Légende Notes : On a utilisé la terminologie officielle de classification des propriétaires fonciers, avec l'équivalence : 1 ha "standard" (sec) = 1/2 ha irrigué. Les totaux ne sont pas égaux à 100 % car on a arrondi les valeurs obtenues. J'ai inclus la population de la Porte de Mayagonahalli dans celle de Mayagonahalli, malgré le cadastre mais en raison du Recensement de 1991 qui fit de même.Source : Enquête personnelle.Tableau 6 : Répartition de la propriété foncière.
URL http://books.openedition.org/ifp/docannexe/image/4960/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende Fig. 22 : Inégalités socio-économiques à Mottahalli
URL http://books.openedition.org/ifp/docannexe/image/4960/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Légende Fig. 23 : Stratification sociale des trois villages selon la typologie de J. Roemer
URL http://books.openedition.org/ifp/docannexe/image/4960/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 83k
Légende On a inclus les travaux agricoles effectués par la main-d’œuvre tant familiale que salariée. Les travaux liés aux soins du bétail sont exclus.Fig. 24 : Calendrier du travail agricole à Mayagonahalli et Naragalu
URL http://books.openedition.org/ifp/docannexe/image/4960/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 190k
Légende NB : On a indus les travaux agricoles effectués par la main-d’œuvre familiale et salariée. Les travaux liés aux soins du bétail sont exclus. L'échelle de Taxe des ordonnées est différente de celle de la fig. 24.Fig. 25 : Calendrier du travail agricole à Mottahalli
URL http://books.openedition.org/ifp/docannexe/image/4960/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 231k
Légende Pour Mottahalli :1er et 2ème quintile : exploitations sans terre3ème quintile : exploitations mixtes (agriculture + salariat agricole)4ème quintile : moyens propriétaires avec famille indivise, ou petits propriétaires à famille nucléaire.5ème quintille : "gros" et moyens propriétairesFig 26 : Pyramide des revenus par maisonnée dans les trois villages
URL http://books.openedition.org/ifp/docannexe/image/4960/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 127k

© Institut Français de Pondichéry, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.