Version classiqueVersion mobile

La création d'une iconographie sivaïte narrative

 | 
Valérie Gillet

Remerciements

Texte intégral

1Cet ouvrage est le résultat remanié de presque cinq années de thèse de doctorat à l’Université de la Sorbonne Nouvelle-Paris III soutenue le 27 mars 2006 sous la direction de Madame Nalini Balbir à qui j’exprime ma sincère gratitude pour la confiance qu’elle m’a témoignée tout au long de mon travail.

2Ma démonstration n’aurait jamais atteint la forme qu’elle a aujourd’hui sans le soutien de l’École française d’Extrême-Orient qui, par l’accord répété de bourses au cours de mes années de thèse, m’a permis de poursuivre mes recherches sur le terrain pendant près de deux ans. C’est encore grâce à cette institution, à laquelle je suis rattachée aujourd’hui, que j’ai pu remanier mon travail au cours des deux dernières années afin de combler plusieurs lacunes et remodeler certaines hypothèses.

3Mais ma plus vive reconnaissance va à Madame Charlotte Schmid, membre de l’École française d’Extrême-Orient, qui a toujours suivi mes recherches de près, les a incessamment alimentées de ses remarques justes et bien ciblées. Ses conseils éclairés m’ont permis de continuellement affiner, corriger et approfondir mes hypothèses sur l’art pallava, et c’est en suivant ses traces que j’espère continuer d’améliorer mon travail. Je suis également particulièrement redevable à Monsieur Emmanuel Francis, Docteur de l’Université de Louvain-la-Neuve, qui éclaira mon texte de ses critiques précieuses durant ces nombreuses années. Sa vigilance et sa précision sont à l’origine de mises au point fondamentales. Plusieurs des hypothèses qui apparaissent dans cet ouvrage ont été élaborées à la suite de discussions interminables entre Charlotte Schmid, Emmanuel Francis et moi-même.

4Je remercie chaleureusement encore Monsieur Dominic Goodall, membre de l’École française d’Extrême-Orient et responsable du Centre de Pondichéry, non seulement pour ses encouragements mais également pour ses remarques et ses précisions notamment en ce qui concerne le Śaivasiddhānta, les mouvements Pāśupata et Kāpālika. Je suis aussi reconnaissante envers Madame Eva Wilden qui n’a pas hésité à consacrer un nombre d’heures considérable pour m’enseigner les bases du tamoul classique, ainsi qu’envers les Lettrés du Centre de Pondichéry, Monsieur feu T. V. Gopal Iyer, Monsieur T. Gangadharan, Monsieur Varada Desikan et Monsieur G. Vijayavenugopal, pour leur enseignement des textes tamouls souvent si obscurs.

5Je suis également redevable à Monsieur Bruno Dagens qui, surtout au début de cette entreprise, s’est penché sur mon travail avec attention et a ponctué sa lecture de remarques très utiles.

6Et je n’oublierai pas dans ces remerciements Madame Uthaya Veluppillai qui a souvent relu et commenté les pages que je lui ai soumises, ainsi que Mademoiselle Raphaëlle Mauger et Madame Michèle Ferrand qui ont examiné avec attention les épreuves de cet ouvrage.

7Par ailleurs, je remercie vivement N. Ramaswamy alias Babu, chauffeur-assistant du Centre de Pondichéry, qui a facilité l’accès aux sources en me guidant au cours des missions de terrain.

8Je conclus sur un hommage plus personnel à mes parents qui m’ont soutenue sans relâche au cours de mes longues études et à B. qui continue à me soutenir au quotidien dans l’avancée de mes recherches.

© Institut Français de Pondichéry, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

leslibraires.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search