Version classiqueVersion mobile

Paysans de l’Inde du Sud

 | 
Frédéric Landy

Première partie : deux systèmes ruraux

Deux systèmes ruraux

Texte intégral

1Au cœur du plateau du Dekkan, au sud de l'Etat du Karnataka, le district de Mandya devait paraître relativement homogène aux voyageurs du début du siècle. La platitude de la pédiplaine, à peine troublée par des inselbergs isolés ou des bassins de faible profondeur ; un climat tropical peu différencié régionalement, où tombent bon an mal an environ 800 mm de précipitations pour une latitude de 12,5°N ; une histoire aux nombreux aléas et une société fort diversifiée qui n'en sont pas moins les mêmes pour l'ensemble de la zone : tout promettait aux différentes parties du district une similitude de destin. Or, depuis le début des années 1940, l’irrigation par le barrage du Krishnarajasagar est venue troubler cette homogénéité. Aujourd’hui, deux grandes subdivisions existent - s'opposent, pourrait-on dire : le sud-est, largement irrigué à l'exception de la région de Belakavadi et de l'est de la rivière Shimsha ; et le reste du district, qui demeure soumis aux aléas naturels des précipitations, sauf une frange occidentale irriguée par l'Hemavati (fig. 3).

2La transformation des écosystèmes induite par la mise en irrigation a bouleversé les potentialités régionales. Devenaient envisageables de nouvelles mises en valeur, dans le domaine de l'agriculture, mais aussi dans celui de l'industrie, par l'intermédiaire de l'agro-alimentaire et de l'hydroélectricité. Parmi toutes les nouvelles alternatives qui apparaissaient désormais possibles, des choix ont été faits, plus ou moins explicitement, par les pouvoirs publics mais aussi par les populations. Par ailleurs, d'autres types de mise en valeur, valables avant l'irrigation, se trouvaient dorénavant exclus car impossibles à mettre en œuvre.

3Ainsi, par choix ou par contrainte, ont été transformés les modes de production agricole, le tissu artisanal et industriel (jusqu'alors embryonnaire), les liens entre villes et campagnes, les marchés. Par ces choix nouveaux de mise en valeur propres à la zone irriguée, sont apparues de nouvelles « logiques régionales », différentes de celles de la zone non irriguée, laquelle dans le même temps a connu une évolution propre.

© Institut Français de Pondichéry, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search