Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Paysans de l’Inde du Sud

 | 
Frédéric Landy

Remerciements

À Valérie, bien sûr.

Texte intégral

1Ce livre est la version abrégée et remaniée d'une thèse de géographie (nouveau régime) intitulée Le choix et la contrainte : les logiques paysannes dans deux systèmes ruraux, irrigué et pluvial, du Karnataka (Inde du sud), et soutenue à l'Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales le 18 janvier 1992, devant un jury composé de MM. Gilles Sautter, directeur d'études honoraire à l'EHESS (président), Jean Racine, chargé de recherches au CNRS, Jean-Pierre Raison, professeur à l'Université de Paris X, John Harriss, senior lecturer à la London School of Economies, et Olivier Herrenschmidt, professeur à l'Université de Paris X.

2Merci à M. Jean Racine (CNRS) qui, alors qu'il était détaché à l'Institut Français de Pondichéry, m'a guidé dans les arcanes de l'Inde du sud avec tout son savoir et sa cordiale amitié. La logistique financière et le statut officiel sans lesquels il n'est pas de recherche de longue durée possible à l'étranger, et encore moins en Inde, c'est également à J. Racine que je les dois en grande partie. Il a accepté de m'intégrer au programme dont il était le responsable, programme qui fut lancé par le Centre d'Etudes de Géographie Tropicale - CNRS (Bordeaux) dirigé par M. Singaravelou. Ce programme avait un volet indien auquel je fus associé, et qui devait répondre à la question Migrer ou pas ? Changement rural, logiques de mobilité et logiques d'enracinement en Inde du sud. Il ne put fonctionner que grâce à l'efficace collaboration de l'Institut Français de Pondichéry. Aussi dois-je particulièrement remercier M. Jean-Pierre Pascal, à l'époque directeur de cet Institut, dont l'assistance scientifique et amicale me fut très utile. Il laissa à ma disposition les remarquables installations (et notamment la bibliothèque) de l'IFP, ainsi que son personnel technique qui me fut d'un grand secours. M. Jacques Pouchepadass, actuel directeur de l'IFP, accepta conjointement avec les éditions Karthala de publier ma thèse.

3Que soient cités l'ensemble des chercheurs, français ou indiens, de l'Institut Français de Pondichéry, et son personnel technique, notamment MM. H. Ram Mohan, K. Ramanujam, V. Sathianarayanin, et les cartographes A. Ramanujam, A. Petrus et R. Anandam, auteurs de la plupart des cartes de ce volume avec Mme Anne-Marie Barthélémy (Université de Paris X). C'est Mme Christine Selvanadin qui fit la mise en page de ce texte. Quant à Mme Doryane Kermel-Torrès (ORSTOM) et M. Pierre-Jean Roca (CEGET), Jean Piwnik (Paris X), Steve Heinrich, Hélène Guétat-Bernard et Yakham Diop, ils savent ce que je leur dois.

4M. Jean-Pierre Raison (Université de Paris X) accepta de diriger mes recherches et put les éclairer d'une perspective "autre" d'africaniste... ainsi que me faire bénéficier des moyens informatiques du Centre d'Etudes Géographiques sur l'Afrique Noire (CEGAN) de Paris X.

5Un grand ouandanegalu à G.D. Ganesha (M.A.), assistant, interprète, et néanmoins ami, grâce à qui j'ai pu pénétrer quelque peu la réalité de la vie paysanne au Karnataka. Sans lui, seraient absentes de cette thèse bien des notations que je crois pertinentes, ainsi que les transcriptions aussi précises que possible des réflexions des villageois interrogés. Sa tolérance et l'humour de son intelligence parvinrent à empêcher tout mal du pays au cours de mes séjours villageois.

6Je n'oublie pas non plus l'aide apportée notamment lors de la sélection des villages par le corps enseignant du Département de Géographie de l'Université de Mysore, en premier lieu celle du Professeur P.D. Mahadev, ainsi que les chercheurs de l'Institute for Social and Economie Change de Bangalore.

7Merci ensuite à tous les fonctionnaires de l'administration ou de la banque que j'ai pu rencontrer, trop nombreux pour pouvoir ici être nommés, et qui, puissants ou misérables, se sont tous montrés prévenants, patients et attentifs, n'oubliant jamais d'offrir le thé avec les statistiques.

8Un mot aussi pour MM. Pierre Arnado (CNRS) et Denis Blamont (CNRS) dont le programme ASVIN m'a inoculé le virus de l'Inde.

9Et je terminerai, last but not least, par Puttaswammy, Tamtnaiah, Shivalingaiah et tous les autres, tous les amis des villages étudiés (sans oublier la malheureuse Kharia), tous ces paysans et paysannes bien malgré eux cobayes, dont le comportement fut scruté sans qu'ils se plaignent alors qu'ils étaient sans doute loin de comprendre le but de mes questions. Eux, qui ont accueilli des mois dans leur village l'étranger riche et blanc qui ne sait pas se tenir, eux, dont la première méfiance a disparu parfois rapidement, et dont l'humour et la finesse ont souvent su détruire la barrière de la langue et de la culture, qu'ils soient tous remerciés. Et qu'ils sachent mes regrets d'avoir dû les considérer trop souvent comme objets d'étude, plutôt que simplement comme amis.

© Institut Français de Pondichéry, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.