Version classiqueVersion mobile

Le vieux Pondichéry (1673-1824) revisité d'après les plans anciens

 | 
Jean Deloche

IX. Dechéance : fortifications et boulevards (1778-1824)

Texte intégral

1La guerre ayant été déclarée entre la France et l’Angleterre, le 2 août 1778, Pondichéry était investi ; le 18 octobre, la capitulation était signée et la ville de nouveau occupée par les Anglais. Elle nous fut rendue le 1er février 1785, resta en notre possession jusqu’au 22 août 1793, puis fut de nouveau occupée par les Anglais jusqu’au 4 décembre 1816, sauf pendant un court intermède, après le traité d’Amiens, où les Français crurent pouvoir s’installer du 15 juin au 6 septembre 1803.

Organes de défense

2Sur cette période, nous disposons de plusieurs plans qui s’échelonnent de 1778 à 1792, tous centrés sur les ouvrages militaires en projet ou en voie de réalisation [fig. 37].

3Notons d’abord qu’on a changé les noms de plusieurs bastions en 1788 : le bastion du Nord-Ouest est devenu bastion du Roi ; le bastion Saint-Joseph a été appelé bastion Dauphin ; enfin, en 1792, on a donné au bastion Sans-Peur le nom de bastion Dupleix.

4Manifestement, on mit beaucoup de temps à réaliser les ouvrages projetés par Bourcet sur le rempart. Entre 1785 et 1788, on travailla aux bastions, aux nouvelles portes, en veillant à ce que les ponts dormants (dont le tablier n’est pas mobile) sur les fossés menant aux demi-lunes, soient solidement établis (CAOM, 34 A 597).

  • 226 M.V. Labernadie, La Révolution et les établissements français, p. 252.

5Rien que pour l’année 1788 on dispose de plusieurs plans, profils et élévation des demi-lunes et portes de Villenour et de Madras (CAOM, 34 A 611, B 609, 612-622, 624, 630-631). Le plan de 1792 montre que les fortifications avaient été théoriquement relevées (CAOM 34 638 bis) ; en réalité, comme l’indiquaient les rapports des chefs de service en 1793, elles n’étaient pas en mesure de tenir une attaque en règle. La situation était tragique226, la catastrophe finale, inévitable.

Fig. 37. Pondichéry (1785), Plan par Marchand (CAOM, 34 A 587).

La ville [fig. 37]

  • 227 43 bâtiments publics avaient été reconstruits après la destruction de la ville en 1761 (ibid., p. 1 (...)
  • 228 Ibid., p. 134.

6A l’intérieur de la ville, en dehors des différents bâtiments publics227 construits autour de la place d’Armes et sur le bord de mer, relevons qu’entre 1785 et 1788, le jardin de l’hôpital fut enfin mis à la disposition de la population qui s’y installa et aménagea les courtes rues qu’on trouve aujourd’hui à cet emplacement ; que l’étang qui bordait cet établissement, à l’est, fut colmaté. Notons aussi qu’on se souciait de terminer la construction du canal séparant les deux communautés puisqu’on décida de démolir « le donjon restant des ruines du vieux fort » et d’en utiliser les décombres pour aménager cette dépression dont les émanations avaient rendu le curage nécessaire. Pour des raisons de salubrité, on transféra l’imprimerie des bords du canal à la rue de la Constitution (François Martin Street)228.

7En 1792, ce canal était fait jusqu’au Gouvernement, c’est-à-dire jusqu’à Nehru Street ; il était enjambé de 5 ponts, du sud au nord : sur Lal Bahadur Sastri, Surcouf, Saint-Ange, Ananda Ranga Pillai et Nehru Streets (mais pas sur Bazar Saint-Laurent Street) ; au nord, on avait prévu les mêmes ouvrages sur les 4 rues suivantes, mais les travaux restaient à faire.

  • 229 M.V. Labernadie, Le vieux Pondichéry, p. 403.

8Parmi les maisons, en 1788, l’hôtel du Contrôle (à l’emplacement du Secretariat), agrandi d’un jardin, était devenu le palais de Justice du Conseil supérieur : on en a un plan et une élévation (CAOM, 34 B, 626, 627) ; l’hôtel de la Marine était devenu l’hôtel du commandant du génie ; quant à l’hôpital en juillet 1792, il était transféré dans la maison des Capucins229.

  • 230 M.V. Labernadie, La Révolution et les établissements français, p. 134.

9Il existait alors dans la ville quantités de terrains vagues, « lieux d’infection servant de retraite à des noirs domestiques » ; on demanda que ces terrains fussent clôturés ou qu’on y bâtît des immeubles ; pour les sans-logis chassés de ces endroits on éleva des paillottes autour des portes de Villenour et de Madras230.

10Notons que, dans un plan de 1788 (CAOM, 34 A 607), le « cimetière de la paroisse » est représenté en-dehors de la ville, au sud des remparts : il correspond manifestement au cimetière actuel d’Uppalam. Cela voudrait dire que le cimetière des Français, situé à l’emplacement de l’Institut français, aurait été abandonné à ce moment-là.

  • 231 Mémoire sur la population de Pondichéry, Karikal, Yanaon et leurs dépendances, Pondichéry, 14 févri (...)

11En février 1791, Pondichéry renfermait environ 34 à 36 000 habitants, soit 500 Européens, 1000 topas, 33 000 Malabars de toutes castes, et à peu près 1000 à 1200 Maures et Persans professant la religion mahométane231.

Achèvement du développement urbain (1816-1824)

12Lorsqu’en septembre 1816, le comte Dupuy débarqua à Pondichéry pour reprendre possession de la ville qui était restée aux mains des Anglais depuis 1793, il ne trouva que ruines et désolation. Les fortifications avaient été démantelées et tout ce qui n’avait pas été détruit était à l’abandon [fig. 38].

  • 232 En 1870, lors de la fondation de l’école Calvé, cet emplacement était connu sous le nom de cimetièr (...)

13Il ne restait plus que 5 édifices publics : l’hôtel du Gouvernement, l’hôtel de la Monnaie, le tribunal de la chaudrie, la maison affectée au Conseil supérieur (ancien hôtel de la Marine, puis du Génie), l’hôtel de la police (ancien palais de Justice), les églises des Jésuites et Capucins, assez délabrées. L’ancien cimetière des Malabars chrétiens (Calvé College)232 existait encore.

14L’ingénieur Spinasse prépara, en 1820, un « plan de Pondichéry avec plusieurs projets d’embellissement », dans lequel les noms de rues sont mentionnés (CAOM, SG Inde 365.d.271) [fig. 38]. Il dessina aussi les plans des ouvrages à rénover : l’hôtel du Gouvernement, le palais de Justice et la prison de la chaudrie (CAOM, 34 A 653, B, 654, 655).

Fig. 38 Pondichéry (1820)
par Spinasse (CAOM, SG Inde 365.d.271)

  • 233 A. Bédier, Cahiers de statistiques, p. 44.
  • 234 Bulletin des actes administratifs des établissements français dans l’Inde, 1827, p. 130 & 131.

15Il proposait d’établir, à l’emplacement des anciennes fortifications, tout autour de la ville, un boulevard planté en porchers et cocotiers, avec une place circulaire, côtés est et ouest. Le projet fut accepté, sans les ronds-points, et, en décembre 1824, il ne restait que quelques parties du boulevard à terminer233. Le 6 juillet 1827 paraissait un arrêté concernant l’établissement d’une promenade sur le bord de mer, « large de 24 m et plantée de 4 rangées d’arbres », appelée cours Chabrol, en l’honneur du ministre de la Marine et des Colonies234.

  • 235 Ibid., 1827, p. 129.

16Le canal séparant la ville blanche de la ville noire, en 1820, n’avait subi aucune nouvelle modification. C’est seulement le 6 juillet 1827, que parut un arrêté portant sur la prolongation du dit canal, ainsi que des deux allées latérales qui le bordaient, depuis la rue du Gouvernement (Nehru Street) « jusqu’à la rencontre des boulevards extérieurs »235.

  • 236 Ibid., 1864, p. 164-165.

17L’établissement d’un « bazar central » (le grand bazar actuel), composé de « 6 hangards couverts », sur l’ancien terrain des Missionnaires, en face de la prison, a été décidé par l’ordonnance du 25 novembre 1826236. Le lecteur doit se souvenir qu’au XVIIIe siècle, le grand bazar était situé, comme nous l’avons vu, près de la chaudrie, au nord (et non au sud) de Nehru Street.

  • 237 A. Bédier, op. cit., p. 43-44.

18En 1824, selon l’enquête de Bédier237, il y avait 432 maisons construites en briques et le plus grand nombre argamassé dans la ville blanche, 3 131 maisons en brique et 672 en chaume dans la ville noire. On relevait dans cette dernière 2 mosquées, 2 grandes pagodes ou temples, dédiés à Perumāḷ et à Īśvaraṉ Dharmarājā, et 14 pagodins ou petits temples. Les rues de la ville blanche avaient de 10 à 15 m de largeur, étaient pavées avec des morceaux de brique liés par du caliman (argile utilisée comme mortier) ; celles de la ville noire, de même largeur, étaient bordées, de chaque côté, de porchers ou de cocotiers qui formaient des allées couvertes, bien protégées de la chaleur.

  • 238 Ibid., p. 55-60.

19Quant à la population238, au 31 décembre 1823, on comptait dans la ville blanche 787 blancs, 461 Topas et, dans la ville noire, 21 834 Indiens. Les noms des rues n’avaient presque pas changé dans la première ; en revanche, dans la seconde, on note que plusieurs noms de notables de l’époque de Dupleix ont été remplacés par ceux de nouveaux personnages, et que les noms de temple ont supplanté les vocables d’artisans [fig. 38 & appendice].

20La structure du “vieux Pondichéry” n’allait plus changer, sauf sur des points de détail. Les boulevards recouvrent toujours l’ancienne enceinte ; les grandes artères nord-sud et est-ouest n’ont pas bougé ; les maisons des Capucins et des Missions étrangères (relayant les Jésuites) sont au même endroit ; les organes de l’administration indienne utilisent toujours les anciens bâtiments publics : Raj Nivas (le Gouvernement), P.W.D. (l’hôtel de la Monnaie), Secretariat (le palais de Justice), Sub Courts (l’hôtel de la Marine), Police (le magasin de la Marine).

Conclusion

21Ainsi s’achève cette étude dans laquelle nous avons essayé d’identifier tous les éléments de la vie urbaine de Pondichéry à travers son histoire, de définir les conditions d’’habitation et de logement, de préciser, pour chaque ouvrage, son emplacement probable ou certain ; de montrer par où passaient les rues anciennes, où se trouvaient les édifices publics et privés, églises, temples, mosquées, bâtiments administratifs, maisons particulières, les cimetières, les jardins ; enfin, de déterminer les transformations que ces différents ouvrages ont subies pendant près de deux siècles.

22Ce travail permettra, du moins nous l’espérons, de répondre aux multiples questions qui nous sont régulièrement posées par tous ceux (et ils sont nombreux : architectes, urbanistes, historiens, hommes de loi, médecins, etc), qui s’intéressent au passé de Pondichéry.

Notes

226 M.V. Labernadie, La Révolution et les établissements français, p. 252.

227 43 bâtiments publics avaient été reconstruits après la destruction de la ville en 1761 (ibid., p. 133).

228 Ibid., p. 134.

229 M.V. Labernadie, Le vieux Pondichéry, p. 403.

230 M.V. Labernadie, La Révolution et les établissements français, p. 134.

231 Mémoire sur la population de Pondichéry, Karikal, Yanaon et leurs dépendances, Pondichéry, 14 février 1791, cité par A. Launay, op. cit., vol. I, p. 488. On trouvera, dans M. V. Labernadie, La Révolution et les établissements français (append. I), la liste des citoyens actifs, électeurs et éligibles de la ville pour l’assemblée primaire du 2 décembre 1792. On y relèvera beaucoup de noms qui figurent dans le papier terrier de la ville blanche de 1777.

232 En 1870, lors de la fondation de l’école Calvé, cet emplacement était connu sous le nom de cimetière Saint-Michel (A. Launay, op. cit., t. IV, p. 175).

233 A. Bédier, Cahiers de statistiques, p. 44.

234 Bulletin des actes administratifs des établissements français dans l’Inde, 1827, p. 130 & 131.

235 Ibid., 1827, p. 129.

236 Ibid., 1864, p. 164-165.

237 A. Bédier, op. cit., p. 43-44.

238 Ibid., p. 55-60.

Table des illustrations

Légende Fig. 37. Pondichéry (1785), Plan par Marchand (CAOM, 34 A 587).
URL http://books.openedition.org/ifp/docannexe/image/423/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Légende Fig. 38 Pondichéry (1820)par Spinasse (CAOM, SG Inde 365.d.271)
URL http://books.openedition.org/ifp/docannexe/image/423/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 350k

© Institut Français de Pondichéry, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search