Version classiqueVersion mobile

Le vieux Pondichéry (1673-1824) revisité d'après les plans anciens

 | 
Jean Deloche

VII. Pondichéry 1765-1778 : une reconstruction difficile

Texte intégral

1Le 16 janvier 1761, Pondichéry se rendait aux Anglais. Les habitants eurent trois mois pour quitter les lieux et la ville fut démolie méthodiquement : l’enceinte, le fort Louis, avec le palais du Gouvernement et ses bâtiments administratifs, les édifices publics, les églises et maisons de particuliers, tout sauta à la poudre. Il ne restait que des ruines. La ville blanche n’était plus qu’un fantôme. De la splendeur de l’époque de Dupleix il n’y avait plus trace. Livrée à un ennemi implacable, en grande partie abandonnée par ses habitants, traumatisée, Pondichéry avait « perdu son âme ». Pendant trois ans, elle demeura écrasée sous ses décombres.

2En février 1763, le traité de Paris nous rendit nos établissements, mais le nouveau gouverneur, Law de Lauriston, ne put débarquer à Pondichéry qu’en avril 1765. La reconstruction de la ville pouvait alors commencer.

  • 195 AN, Col. C2. Malheureusement, la correspondance du Conseil supérieur de Pondichéry et de la Compagn (...)
  • 196 . Ils sont classés dans les cartons 98-102, sous les no 96-649.
  • 197 Ils sont classés dans les portefeuilles 33 A, B, C, 34 A, B, C.

3Sur cette période nous disposons, outre les lettres des gouverneurs aux ministres déposées aux Archives nationales de Paris195, d’une débauche de documents divers, mémoires, demandes, instructions, observations, lettres, relevés de compte, etc.196, et d’un grand nombre de plans, conservés au Centre des archives d’outre-mer197. Malheureusement, la plupart de ces pièces ne concernent que les fortifications.

Reconstruction de la la ville

  • 198 Les remarques qui suivent sur la reconstruction de la ville sont fondées sur les mémoires et rappor (...)

4A l’arrivée de Law de Lauriston, les Français, dispersés dans le Sud, s’empressèrent de revenir et, déblayant les rues et les terrains ensevelis sous les herbes et les ronces, bâtirent de nouvelles demeures sur les fondations de leurs anciennes maisons198.

Les bâtiments

5Car la cité n’avait pas été complètement rasée. Dans la ville noire, à l’ouest du canal, seules les charpentes des maisons avaient été enlevées, les murs avaient été épargnés (comme nous l’avons noté, la maison d’Ananda Ranga Pillai avait été entièrement conservée, et peut-être quelques autres). Dans la ville blanche, plus systématiquement démolie, les murs avaient été sapés à la hauteur de 3 pieds au-dessus du sol, ce qui simplifiait leur reconstruction, d’autant plus que les décombres pouvaient être réutilisés dans de nouvelles maçonneries.

6Grâce au talent de l’ingénieur Bourcet et à l’énergie du sieur Abeille, inspecteur et contrôleur des travaux civils et militaires de la Compagnie, les travaux allèrent bon train et, en quelques mois, la vie reprit dans cet établissement ruiné.

7Ces travaux de rénovation ne se firent pas sans difficultés car les matériaux de construction manquaient, en particulier la pierre qu’il fallait faire venir de l’intérieur des terres (la région de Gengy), le bois qui était importé par bateau, les briques neuves aussi (ce qui obligeait les maçons à utiliser les vieilles briques, séchées au soleil par les indigènes). Et ces difficultés étaient aggravées par l’indiscipline des habitants qui ne déblayaient pas devant leurs maisons, ne bouchaient pas les “trous à gâcher la chaux”, encombraient les rues de constructions non autorisées.

8Pourtant, le 29 août 1765, soit moins de 5 mois après l’arrivée de Law, on dénombrait déjà “126 maisons de pierre, dont 65 couvertes de tuiles et 51 de paille, 53 petites maisons de blancs couvertes en tuiles, 120 en paille et 1959 maisons malabares” (tamoules).

9Le 11 octobre de la même année, on constatait qu’à l’intérieur du fort, un magasin à poudre et un magasin à boissons avaient été bâtis et qu’on était en train de reconstruire les édifices publics dans la ville.

10Nous disposons des plans de la plupart de ces ouvrages : celui du bâtiment pompeusement appelé “temple de la paix”, dans l’espace découvert où était le fort Louis, faisant face au corps de garde et à la douane, sur le bord de mer : édifice rectangulaire renforcé aux angles et recouvert de tuiles (CAOM, 33 C 125) ; celui de l’hôtel de la Marine [fig. 22], au sud, à l’emplacement du tribunal actuel (Sub courts), avec une cour intérieure s’ouvrant sur la rue des Français (Dumas Street) (CAOM, 33 B 115) ; celui de la Monnaie [fig. 23], reconstruit sur ses anciens murs (CAOM, 32 A 149) ; et celui de l’hôpital [fig. 24], au sud-ouest, que l’on avait agrandi en ajoutant, face à la rue de Madras (Mahatma Gandhi Street), de long bâtiments et un cimetière (CAOM, 33 A 151).

  • 199 Godon, forme francisée de godown.

11Nous avons aussi les plans des édifices du quartier Saint-Joseph : celui du bureau des livres [fig. 25], face à la maison de Raja Sahib (sur Mission Street), convertie en caserne (CAOM, 33 C 117) ; celui du godon199 du bétel et du tabac [fig. 26], à l’angle formé par Ananda Ranga Pillai et Mahatma Gandhi Streets, côté est (CAOM, 33 C 118), tous deux bâtiments plus modestes ; et celui de la chaudrie [fig. 27] qui fut rebâtie, et comprenait une “prison des blancs” et une “prison des noirs” (CAOM, 33 C 119, 33 B 156).

12Enfin, nous pouvons nous faire une idée de ce que fut le Gouvernement, construit par Bourcet, à l’emplacement de Raj Nivas [fig. 28]. Nous pouvons même en suivre la construction, parce que nous avons des plans et élévation datant du 15 octobre 1766 (CAOM, 33 B 152 C 153) et du 28 février 1768 (CAOM, 33 A 213, C, 214). Dans les premiers, l’ingénieur Bourcet précise que « tous les bâtiments qui [avaient] été relevés l’[avaient] été sur leurs anciens fondements » (de l’hôtel de la Compagnie) et ne nous montre que la façade du rez-de-chaussée, en précisant que « cette varangue res[ait] à couvrir ». Dans les seconds, dessinés deux ans plus tard, le plan n’a guère changé ; l’élévation de la façade sud, donnant sur le jardin, montre une galerie ouverte à colonnades sur deux niveaux, flanquée de deux ailes sans balustrade. Le rez de chaussée était destiné aux bureaux, le premier étage, à la résidence du gouverneur. C’est un ensemble de bâtiments assez modeste comparé au palais du Gouvernement du fort Louis, avec ses chapiteaux ioniques, ses frontons ornés et sa balustrade ornée de vases. Le temps de la grandeur était révolu !

Fig. 22. Hôtel de la Marine (1766). Plan par Bourcet (CAOM, 33 B 159).

Fig. 23. Hôtel de la Monnaie (1766). Plan par Bourcet (CAOM, 33 A 149).

Fig. 24. Hôpital ancien et hôpital nauf (1766). Plan par Bourcet (CAOM, 33 A 151).

Fig. 25. Bureau des livres (1766). Plan par Bourcet (CAOM, 33 B 155).

Fig. 26. Godon du bétel et du tabac (1765). Plan anonyme (CAOM, 33 C 118).

Fig. 27. Chaudrie (1766). Plan par Bourcet (CAOM, 33 B 154)

Fig. 28. Palais du Gouvernement (1768). Plan par Bourcet (CAOM, 33 C 214, A 213).

  • 200 A. Launay, op. cit., t. I, p. xlii & 127.

13En ce qui concerne les églises, leur reconstruction prit plus de temps. Les Jésuites, en 1763, bâtirent une chapelle provisoire à l’emplacement de Mission Press, puis ils commencèrent à élever leur 4e Notre-Dame de la Conception ; elle était encore en construction lorsque les prêtres des Missions étrangères les remplacèrent en 1776 et ne fut achevée qu’en 1791200.

  • 201 J. Deloche, Le papier terrier de la ville blanche, p. 48-49.

14Quant aux Capucins, eux aussi, se mirent à l’œuvre pour reconstruire leur 3e Notre-Dame des Anges, à l’angle de Dumas et Surcouf Streets ; elle apparaît dans le plan de leur terrain relevé dans le papier terrier de la ville blanche en 1777201.

  • 202 A. Martineau, op. cit., t. VI, p. 471.

15Nous savons peu de choses sur la reconstruction des habitations indiennes Beaucoup de Tamouls hésitaient à rentrer dans la ville, ne sachant pas comment la liquidation des dettes serait effectuée. Un grand nombre de familles expulsées de leurs terrains situés trop près des « fortifications projetées », avaient obtenu la permission de s’établir dans le grand jardin de l’hôpital, à l’emplacement de l’église actuelle du Sacré-Coeur, mais on revint sur cette décision en 1767 en estimant « qu’il n’entrait pas dans les vues de la Compagnie qu’un terrain nécessaire à la convalescence des malades pût être aliéné de son domaine »202.

  • 203 G. Le Gentil, Voyage dans les mers de l’Inde fait par ordre du Roi à l’occasion du Passage de Vénus (...)
  • 204 Une gravure sur bois publiée dans son récit montre des traces de la catastrophe : sur la place dése (...)

16En tout cas, en 1769, le voyageur et astronome français Le Gentil, venu à Pondichéry pour y observer le passage de Vénus sur le disque du soleil203, évoquait des rues « tirées au cordeau » qui, dans la partie indienne, étaient « plantées d’arbres des deux côtés », un quartier européen « très bien et très proprement bâti” », tout en soulignant que, si la reconstruction du Gouvernement était presque achevée, le palais de Dupleix était toujours en ruine (c’est là qu’on fit construire pour lui un observatoire et une demeure), que les églises n’avaient pas été réparées et qu’on s’était contenté de faire bâtir une grande chapelle à côté des ruines de l’église des Capucins204. Il estimait alors la population totale de la ville à 60 000 habitants, dont 1 000 à 1 200 Européens.

Espaces découverts et création de nouvelles rues

  • 205 Pondichéri 1776, Distribution des terreins de la Place, par Cordé (AN, Col. C2 224) ; ce plan a été (...)

17La destruction du fort Louis laissait un grand espace plein de décombres qui progressivement fut déblayé. En 1767, on estimait qu’il ne fallait pas toucher à la partie découverte donnant sur la mer, mais qu’on pouvait construire des bureaux et magasins sur les autres côtés. Pour assainir la zone médiane marécageuse, on envisageait d’établir, à l’est de la propriété des Jésuites (entre Mission Street et le canal) un grand jardin à la française avec des allées se coupant à angle droit (CAOM, 33 A 175). En 1774 [fig. 33], on avait délimité, dans la zone constructible, les parcelles qui devaient être concédées à des particuliers (nous connaissons d’ailleurs les noms d’une bonne partie des bénéficiaires parce qu’ils apparaissent dans un plan de 1776205).

18Ces blocs de maisons allaient délimiter de nouvelles rues et compléter le schéma urbain. A l’ouest du canal, le comblement des étangs permettait aux rues nord-sud : rue de la Pagode (Mission Street), rue Neuve (Cantine Street), rue de l’Egoût (Quay of Ambour), de se prolonger jusqu’au petit canal et au-delà. A l’est, se créaient, d’est en ouest, la rue Royale (Surcouf Street), la rue Dauphine (Caserne Street) et, donnant sur la place, celle qu’on appelle aujourd’hui Mahé de la Bourdonnais Street (CAOM, 33 A 488).

Hâtive et désordonnée remise en état du système défensif

19Du point de vue militaire, la situation était dramatique, car tout était à refaire : les fortifications, les casernes, la poudrière, les arsenaux et les ateliers. L’ampleur des difficultés était telle qu’il fallait envisager une révision totale du système défensif et trouver des solutions nouvelles. Malheureusement il n’y eu aucune continuité ni dans la conception ni dans la réalisation des ouvrages.

  • 206 Ils ont été excellemment analysés par M. V. Labernadie (op. cit., p. 336-342), puis par F. L’Hernau (...)

20Jusqu’en 1771, différents projets furent alors soumis au Gouvernement, dont certains complètement extravagants206. Dès 1763, de Guerville, lieutenant d’artillerie, avait soumis un plan géométrique ne tenant aucun compte de la réalité [fig. 29] : une enceinte formant un demi-cercle tourné vers la mer, jalonnée de bastions et bordée d’un fossé, englobant, côté est, des blocs en damier autour d’une place et, côté ouest, des rues rayonnant à partir d’un point central (CAOM, 333 B 100). Gilbert de Ranger, second ingénieur, en septembre 1767, proposait de diviser la ville en deux par un canal et de construire une citadelle au nord de la ville (CAOM, 33 B 187). En 1768, un auteur anonyme [fig. 30] proposait de remodeler la ville autour d’une grande place carrée, de l’entourer d’une enceinte jalonnée de bastions, avec d’énormes demi-lunes, un ouvrage à cornes au nord-ouest et de “transposer la citadelle dans l’angle du bastion de l’Hôpital” (CAOM, 33 B 233). Bourcet en février 1768, avait songé à renforcer la défense en construisant au nord, au bord de la mer, une citadelle qui aurait été reliée à l’enceinte par un mur aboutissant au bastion du Nord-Ouest, et en élevant, au sud un mur prolongeant l’enceinte, du bastion de la Reine à la rivière d’Ariyankuppam (CAOM, 33 B 204). Les ingénieurs Fourcroix et Leveux [fig. 31], jugeant indéfendable la place de Pondichéry, préconisaient de déplacer la ville vers le sud et de l’établir dans l’île aux Cocotiers, située à un quart de lieue sur un terrain vaseux à l’eau saumâtre (CAOM, 33 B 397). Enfin, Charpentier de Cossigny et le comte d’Estaing, plus conservateurs, considéraient qu’il fallait restaurer la citadelle pentagonale, chère à Dupleix. Aucun de ces projets ne fut pris en considération. Comme Bourcet, plus raisonnable, entendait tirer parti de ce qui existait et proposait de reprendre le tracé des anciennes fortifications, c’est à lui que les travaux furent confiés.

Fig. 29. Projet de reconstruction de la ville (1763). Plan par Guerville (CAOM, 33 B 100).

Fig. 30. Projet de reconstruction de la ville (1768). Plan anonyme (CAOM, 33 B 233).

Fig. 31. Projet de reconstruction de la ville (1771). Plan par Fourcroy & Le veux CAOM, 33 B 397).

Fig. 32. Projet de port artificiel (1765). Plan par Bourcet (CAOM, 33 A 105).

Fig. 33. Pondichéry (1774). Plan par Bourcet (CAOM, 33 A 488) ; noter les parcelles concédées dans la zone de l’ancien fort Louis.

21Son plan ayant été accepté par le Conseil le 29 février 1768, il reconstruisit dès l’année suivante les bastions du nord (d’Orléans, d’Anjou et de Madras), ceux de l’ouest et celui de la Reine, au sud. Mais son oeuvre fut critiquée, jugée trop coûteuse, aussi fut-il remplacé par Desclaisons qui exigea la destruction des ouvrages de son prédecesseur. Le gouverneur, indigné de ce retournement total, occasionnant un gaspillage éhonté, en 1774, fit rappeler Bourcet qui reprit ses activités et rebâtit, à l’ouest, les bastions de Valdaour, de Saint-Joseph et, au sud, celui de Saint-Laurent [fig. 33].

  • 207 La rivalité entre les deux ingénieurs nous vaut une masse de mémoires conservés au CAOM : on en a c (...)

22En ce qui concerne la forme et la disposition des ouvrages, nous ne reviendrons pas sur les innombrables projets et contre-projets des deux ingénieurs207. Notons seulement que les bastions n’ont pas tous été rebâtis sur leurs fondements (puisque Bourcet s’est cru obligé de signaler que celui de Goudelour l’avait été), que celui de Saint-Louis n’avait pas été reconstruit, qu’entre ces organes, on prévoyait des demi-lunes triangulaires, devant les courtines, du nord jusqu’au sud, c’est-à-dire du bastion d’Orléans à celui de l’Hôpital, et puis (ce que personne n’a fait remarquer), on décida de déplacer les portes : celle de Madras, un peu vers l’est, presqu’en face de Mission Street ; celle de Valdaour, vers l’ouest, entre Vellala et Nidarajappa Iyer Streets ; celle de Villenour, vers le sud, face à Thillai Maistry Street ; enfin, celle de Goudelour, vers l’est, face à l’actuelle Goudelour Street (CAOM, 33 A 175, 488).

Projet d’un port artificiel

  • 208 F. Martin, op. cit., vol. II, p. 16.
  • 209 La Farelle, Mémoires et correspondance, p. 8.
  • 210 A. Bédier, op. cit., p. 29

23On notera avec intérêt un dernier projet « pour le rétablissement de Pondichéry », celui de créer un port artificiel à l’embouchure de la rivière d’Ariyankuppam [fig. 32]. On sait que la zone lagunaire formée par le delta de la rivière était, à cette époque, utilisée comme abri par les marins indiens. A la fin du XVIIe siècle, les bateaux indigènes pouvaient se réfugier derrière le grau qui se trouvait près de l’actuel parc des sports, et c’est par là qu’en avril 1675, on fit entrer une frégate, nous dit François Martin, qui ajoute « si la rivière s’étoit entretenue de même, Pondichéry auroit été le poste le plus avantageux de la côte »208. Dans la première moitié du XVIIIe siècle, cet abri devait être assez considérable pour que le navire qui portait le chevalier La Farelle pût y entrer le 19 mai 1728209. Il n’est donc pas étonnant que Bourcet, en 1765, ait songé à créer un abri aménagé pour recevoir les navires sur ce bras de la rivière qui, à l’époque, était plus important qu’aujourd’hui, et ainsi rendre cette surface d’eau à la vie maritime par le creusement d’un chenal et des dragages. Dans son plan il prévoyait alors, à l’emplacement du quartier musulman, un vaste bassin entouré de quais, qui aurait été relié à la rivière par le chenal de l’Uppar régularisé (CAOM, 33 A 105). Le projet nous paraît peu réalisable, pourtant, en 1824, A. Bédier, dans son enquête sur Pondichéry, notait encore qu’il serait possible de « rendre plus profond » le lit de la rivière, mais que « les frais d’entretien et de curage annuels et les travaux de maçonnerie […] ne seraient pas dans un rapport avantageux avec l’utilité qui en résulterait »210.

Notes

195 AN, Col. C2. Malheureusement, la correspondance du Conseil supérieur de Pondichéry et de la Compagnie, arrêtée pendant 7 années, reprise au 15 octobre 1766, s’arrête au 16 mars 1767, et encore, dans les documents conservés, on ne trouve qu’une seule lettre concernant la situation de la ville (A. Martineau, op. cit., vol. VI, p. xiv-xv, 470-477).

196 . Ils sont classés dans les cartons 98-102, sous les no 96-649.

197 Ils sont classés dans les portefeuilles 33 A, B, C, 34 A, B, C.

198 Les remarques qui suivent sur la reconstruction de la ville sont fondées sur les mémoires et rapports divers utilisés par M.V. Labernadie dans Le vieux Pondichéry, (p. 318-348), pour montrer les étapes de cette renaissance.

199 Godon, forme francisée de godown.

200 A. Launay, op. cit., t. I, p. xlii & 127.

201 J. Deloche, Le papier terrier de la ville blanche, p. 48-49.

202 A. Martineau, op. cit., t. VI, p. 471.

203 G. Le Gentil, Voyage dans les mers de l’Inde fait par ordre du Roi à l’occasion du Passage de Vénus sur le Disque du Soleil, le 6 juin 1761 et le 3 du même mois 1769, Paris, 1779-1781.

204 Une gravure sur bois publiée dans son récit montre des traces de la catastrophe : sur la place déserte, autour d’un mât de pavillon où s’accroche un drapeau dérisoire, on voit la citadelle démantelée, le Gouvernement éventré, les bâtiments des Capucins mutilés. Cette gravure, reproduite par M.V. Labernadie, op. cit., f.p. 316, porte en effet la date de 1769. P. Bourdat (op. cit., p. 82-83) fait remarquer que la date est probablement erronée et que cette vue de la ville aurait été réalisée lors de son premier séjour dans la ville en 1761. Pourtant, elle montre des ouvrages reconstruits (atelier d’artillerie, magasin général).

205 Pondichéri 1776, Distribution des terreins de la Place, par Cordé (AN, Col. C2 224) ; ce plan a été reproduit dans J. Deloche, Le papier terrier de la ville blanche de Pondichéry 1777, p. 60-61.

206 Ils ont été excellemment analysés par M. V. Labernadie (op. cit., p. 336-342), puis par F. L’Hernault, « Pondicherry in the Eighteenth Century : Town Planning, Streetscapes and Housescapes », in K.S. Mathew and J.S. Stephen (ed.), Indo-French Relations, p. 178-198, fig. 10, 13, 14 & 15).

207 La rivalité entre les deux ingénieurs nous vaut une masse de mémoires conservés au CAOM : on en a compté 112 envoyées par Bourcet et 188, par Desclaisons !

208 F. Martin, op. cit., vol. II, p. 16.

209 La Farelle, Mémoires et correspondance, p. 8.

210 A. Bédier, op. cit., p. 29

Table des illustrations

Légende Fig. 22. Hôtel de la Marine (1766). Plan par Bourcet (CAOM, 33 B 159).
URL http://books.openedition.org/ifp/docannexe/image/417/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 404k
Légende Fig. 23. Hôtel de la Monnaie (1766). Plan par Bourcet (CAOM, 33 A 149).
URL http://books.openedition.org/ifp/docannexe/image/417/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 428k
Légende Fig. 24. Hôpital ancien et hôpital nauf (1766). Plan par Bourcet (CAOM, 33 A 151).
URL http://books.openedition.org/ifp/docannexe/image/417/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
Légende Fig. 25. Bureau des livres (1766). Plan par Bourcet (CAOM, 33 B 155).
URL http://books.openedition.org/ifp/docannexe/image/417/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 336k
Légende Fig. 26. Godon du bétel et du tabac (1765). Plan anonyme (CAOM, 33 C 118).
URL http://books.openedition.org/ifp/docannexe/image/417/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 308k
Légende Fig. 27. Chaudrie (1766). Plan par Bourcet (CAOM, 33 B 154)
URL http://books.openedition.org/ifp/docannexe/image/417/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Légende Fig. 28. Palais du Gouvernement (1768). Plan par Bourcet (CAOM, 33 C 214, A 213).
URL http://books.openedition.org/ifp/docannexe/image/417/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 576k
Légende Fig. 29. Projet de reconstruction de la ville (1763). Plan par Guerville (CAOM, 33 B 100).
URL http://books.openedition.org/ifp/docannexe/image/417/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 596k
Légende Fig. 30. Projet de reconstruction de la ville (1768). Plan anonyme (CAOM, 33 B 233).
URL http://books.openedition.org/ifp/docannexe/image/417/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 580k
Légende Fig. 31. Projet de reconstruction de la ville (1771). Plan par Fourcroy & Le veux CAOM, 33 B 397).
URL http://books.openedition.org/ifp/docannexe/image/417/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 792k
Légende Fig. 32. Projet de port artificiel (1765). Plan par Bourcet (CAOM, 33 A 105).
URL http://books.openedition.org/ifp/docannexe/image/417/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 456k
Légende Fig. 33. Pondichéry (1774). Plan par Bourcet (CAOM, 33 A 488) ; noter les parcelles concédées dans la zone de l’ancien fort Louis.
URL http://books.openedition.org/ifp/docannexe/image/417/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 254k

© Institut Français de Pondichéry, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search