Version classiqueVersion mobile

Nouveau voyage aux Indes orientales (1786-1813)

 | 
Pierre Sonnerat

Chapitre XIII (= livre III). Objets nouveaux relatifs à l’histoire naturelle

Texte intégral

Note liminaire

1Ces descriptions ont été réalisées à partir de notes et croquis dont les pages éparses ont été réunies et fixées ultérieurement dans un album (ML*D83) qui est conservé à la Mitchell Library (State Library of New South Wales, Sydney). Elles sont entièrement de la main de Sonnerat alors que le reste du manuscrit a été exécuté par des scribes. Dans sa dernière lettre à Antoine Laurent de Jussieu écrite de Londres le 29 décembre 1813, Sonnerat précisait « les 3 premiers volumes in-quarto sont entièrement finis... les dessins, les cartes au nombre de plus de cent sont aussi achevés... ». Ces dessins et cartes ont hélas disparu. Cependant nous pouvons nous faire une idée du soin apporté à la préparation des planches définitives en examinant la série de 29 dessins à l’aquarelle de plantes qui sont aussi conservés dans cet album. Ils ont été vraisemblablement exécutés par des artistes indiens dans le « Company style » de l’époque. Six de ces planches ont été choisies par l’auteur pour l’illustration de son ouvrage.

2Ecrivant à A.-L. de Jussieu de Pondichéry le 9 septembre 1816, la fille de Sonnerat, Adelaide Sonnerat-Wilson, son unique héritière, lui annonçait que M Ménissier, le beau-frère de Sonnerat, lui présenterait l’ouvrage dans le but d’une édition.

3Ces peintures portent en effet des diagnoses d’une main étrangère qui a été identifiée par Madame Catherine Hustache, Conservateur à la Bibliothèque Centrale du Muséum national d'histoire naturelle à Paris comme étant celle d’Antoine-Laurent de Jussieu. Nous lui en sommes très reconnaissant ainsi qu’à bon nombre de personnes qui nous ont aidée à reconstituer les faits concernant cet album. Rendons tout d’abord hommage à Madame Margaret Calder, Manager Australian Research Collections and Acting Mitchell Librarían, qui m’a a patiemment soutenue dans la reconstitution de la planification de l'illustration de l’ouvrage, cartes, monuments, scènes de genre, espèces botaniques et zoologiques... ; du regretté Barry Bloomfield, Director Collection Development, Humanities and Social Sciences, British Library, qui s’ingénia à trouver le financement de la photographie des peintures, opération menée à bien par Graham W. Shaw, Deputy Director, Oriental and India Office Collections, British Library, aujouird’hui Directeur du Département Asia Pacific ; enfin à Dan H. Nicholson, Conservateur du Département de Botanique, National Museum of Natural History, Smithsonian Institution, Washington, spécialiste de l’Hortus malabaricus de Hendrick Adriaan van Rheede, qui procéda à la détermination des plantes, et avec beaucoup de générosité assuma la liaison avec ses collègues pour l’étude des spécimens d’histoire naturelle présentés dans le Livre III du Nouveau Voyage aux Indes orientales, 1788-1813.

I. Quadrupèdes1

  • 1 La plupart des déterminations a été effectuée par le Dr Richard Thorington, Conservateur du Départe (...)
  • 2 Bos taurus (Linnaeus, 1758).
  • 3 Probablement Barassette, localité située au sud-sud-ouest de Chandernagor.

4/412/ Le bœuf2 de Balassette3 (Braminé bouh ; Taureau Sacré)

Pl. 62

5Ce bœuf n’a point encore été décrit par aucun naturaliste et aucun voyageur n’en a fait mention ; il ressemble assez par ses proportions et ses formes au zébu de M. de Buffon ; il est en général ramassé, très large à proportion de son corps et il a les jambes courtes ; son poil est d’un gris noirâtre, ses cornes sont petites ; la queue prend très haut sur les reins ; la loupe est très élevée et s’arrondit sur le dos ; mais un caractère qui lui est particulier est un appendice charnu et d’un pied et demi environ de longueur qui ressemble à une longue langue couverte de poils ; il prend derrière les cornes entre les deux oreilles et tombe sur le col ; je ne sais à quoi cet appendice peut lui être utile, il ne peut le faire mouvoir. Quelques-uns, dit-on, en ont deux, mais je ne puis l’assurer, n’en ayant pas vu.

  • 4 Nandi, le taureau de Siva. Une statue géante de l’animal fait souvent face au temple dédié à cette (...)

6Ce bœuf est vénéré4 ; on ne l’assujetit à aucun joug ; il est libre en naissant, va où il veut ; s’il entre dans un champ de riz ou d’autres petits grains, on ne l’en chasse point ; si en traversant un bazard, il lui plait de goûter aux fruits qui y sont étalés, on ne l’empêche point de les manger ; il meurt toujours de vieillesse et c’est un sacrilège de le tuer.

7Le capitaine. Press en a porté en Angleterre sur le vaisseau de la Compagnie le Hawksbury ; j’ignore s’il est arrivé vivant à sa destination.

  • 5 Panthera pardus (Linnaeus, 1758) représente les deux phases : la noire et la tachetée, blanchâtre.
  • 6 Travancore.

8Le léopard noir5 du Travancourt6, vulgairement appelé tigre noir

Pl. 63

9/413/ On a donné improprement à cet animal le nom de tigre noir, il n’a point d’abord la grandeur du tigre, il est même moins grand que la panthère ; il est un vrai léopard, il a trois pieds sept pouces de longueur depuis le bout du museau jusqu’à l’origine de la queue, sur deux pieds six pouces de hauteur ; sa queue est longue à peu près de deux pieds ; il est entièrement noir, mais cette couleur s’éclaircit un peu en brunâtre sur le ventre ; son poil est brillant sur le dos et la tête et il est plus fourni sur le dos ; tout le corps est parsemé de taches d’un noir plus foncé, qui sont très visibles à un certain aspect, ces taches sont séparées et parsemées comme celles du léopard ; celles de la tête, des épaules et des pieds de devant, sont pleines, rapprochées et petites ; celles du corps, du ventre et des cuisses sont en forme de rose ; les poils de la moustache sont durs, roides et longs, d’un noir différent et plus foncé que celui des poils du corps ; les oreilles sont rondes et petites en proportion de la tête ; les yeux sont vifs, très brillans la nuit ; les ongles sont aigus, durs et larges à leur base ; ils sont d’un noir terne.

10Cette même espèce ou peut être une qui a beaucoup de rapport avec celle-ci se trouve au Pégou et dans l’Isle de Java.

  • 7 Panthera pardus (Linnaeus, 1758), représente les deux formes : la noire et la tachetée, blanchâtre.

11Le léopard blanc du Travancourt vulgairement appelé tigre blanc7

Pl. 64

12Ce léopard est de la même grandeur que le léopard noir ; il paroit entièrement blanc, mais en le regardant au soleil, on distingue très bien des taches leopardisées surtout le corps ; le Col. Hall qui commandoit les forces Anglaises dans le Travancourt a eu ces deux espèces vivantes, le léopard noir portoit sur la figure un caractère féroce, il étoit méchant et avide de sang ; il s’échappa de sa cage et retourna dans les bois ; le blanc au contraire étoit doux, on jouoit sans crainte avec lui, il mourut au bout de quelque temps.

13/414/ Le Col. Hall a eu la complaisance de m’envoyer la peau d’un léopard noir qui étoit de la plus grande beauté ; l’amiral Peliou [Pellew] en quittant le commandement de la station de l’Inde, en avoit un blanc vivant a son bord qu’il portoit en Angleterre.

  • 8 Anthony Cheke pense qu’il s’agit de la martre des palmiers en pelage frais de printemps, élevée com (...)

14Le chat de Cachemire8

Pl. 65

15Cet animal ressembleroit au premier coup d’œil à une grande civette, mais par ses caractères et ses habitudes, il est un véritable chat.

16Il est de la grandeur du chat domestique, mais il est plus alongé, les pieds sont très courts, les moustaches très fortes ; le museau effilé et de couleur noire, les oreilles larges et élevées.

  • 9 Sir William Jones (1746-1794), nommé en 1783 juge de la Cour Suprème à Calcutta, créa l’Asiatic Soc (...)

17Le fond de sa couleur est d’un gris-jaunâtre, marqué sur le dos de trois bandes noires, longitudinales et de quelques taches de la même couleur sur le corps ; mais ces bandes et ces taches ne sont bien distinctes que quand l’animal se tient ramassé ; les yeux sont noirs et changent à différents aspects ; il y a une petite bande noire qui va de l’œil vers l’oreille ; la queue est grêle, aussi longue que le corps et se termine en pointe, elle paroit entièrement noire, mais le poil est gris à son origine. Cet animal a toutes les habitudes du chat, le dos voûté lorsqu’il est accroupi ou qu’il guête quelque chose, lançant le coup de patte comme le chat, sautant de même sur la proie, comme pour le prendre de surprise ; enfin son cri est un véritable miaulement. Mr. Wm Jones9, procureur de la Cour à Calcutta chez qui je l’ai vu, le nourrissoit avec de la viande crue, mais il préféroit les poulets vivans qu’il étrangloit avec beaucoup de dextérité

  • 10 Hyaena hyaena (Linnaeus, 1758), hyène rayée.

18/415/ Le Corréty10

Pl. 66

19Le corréty est une vraie hyène dont il est une variété ; il est plus grand que le loup d’Europe et très haut monté sur ses jambes, il a la tête presque quarrée et très grosse en proportion de son corps ; quatre doigts aux pieds et quatre à ceux de derrière ; les ongles larges, longs, et crochus ; une crinière courte formée de poils très durs ; il est entièrement de couleur fauve qui s’éclaircit sur le ventre, avec des bandes noires, transversales sur le corps seulement, elles prennent vers le dos et se terminent en s’éteignant sur le ventre ; ces bandes diffèrent pour la quantité dans chaque individu.

20Son naturel n’est point aussi féroce que celui de l’hyène d’Afrique ; il fuit au moindre bruit et à la vue de l’homme ; par tous ces caractères, on voit que cette hyène diffère beaucoup de celle décrite par Mr de Buffon.

  • 11 Melursus ursinus (Shaw, 1791), appelé maintenant ours lippu.

21L’ours des Indes11

Pl. 67

22Cet ours est plus petit que celui des Alpes : son museau est plus alongé, ses jambes sont plus basses ; il doit faire bien certainement une espèce différente de celle connue ; il n’a que deux pieds et demi et les plus grands trois pieds de hauteur et quatre pieds et demi et cinq pieds lorsqu’il est debout ; sa marche est lourde et son dos est très arrondi lorsqu’il marche ; tout son corps est garni d’un poil long et fort dur, mais plus long et plus fort sur la face, il a au bas du col, en devant, une bande blanche circulaire qui forme comme la moitié d’un collier ; la queue est petite, dégarnie de poils, les ongles sont blancs, longs et crochus. Lorsqu’on les prend petits, on les élève, et on leur apprend ainsi qu’à ceux d’Europe, à se tenir debout et à faire quelques tours ; cette espèce est très répandue dans toute l’Inde.

  • 12 Paradoxurus hermaphroditus (Pallas, 1777), appelé paradoxure, L’animal ne cause pas de dégâts en dé (...)

23/416/ Le chien d'arbre de la côte de Coromandel12

Pl. 68

24Cet animal est une espèce de furet ; il a dix huit pouces depuis la tête jusqu’à l’origine de la queue ; deux dents incisives à chaque mâchoire ; cinq doigts à chaque pied ; les pieds sont ornés d’ongles longs, crochus et rétractibles, la queue est aussi longue que le corps et se termine en s’amincissant comme celle du chat.

25Il est entièrement gris mais cette couleur est plus foncée sur le dessus de la tête, du col et du dos ; il a sur le dos trois bandes noires longitudinales, et quelques taches rondes de cette même couleur sur le corps qui ne sont pas bien distinctes ; les yeux sont d’un gris-noir, changeant en gris plus clair du plus foncé selon l’aspect du jour.

26Cet animal se tient caché le jour, mais, la nuit, il monte sur les cocotiers et perce les noix pour en boire la liqueur ; il attaque toujours ce fruit vers le pédicule qui le soutient, et tous les cocos qu’il a percé, tombent sur la terre ; dès qu’on en connoit un dans un jardin, on lui donne la chasse, car il est très destructif et perce chaque jour une si grande quantité de cocos qu’il dévaste tous les jardins qu’il fréquente.

  • 13 A. Cheke indique que ce specimen est clairement un albinos et ne pourrait être attribué avec précis (...)

27La mangouste blanche13

Pl. 69

28Je ne sais pas si on doit faire une espèce particulière de cette mangouste ; je n'en ai vu que deux, une chez Mr Thévenin capitaine au régiment de Pondichéry et une chez M. Brossart ; cette mangouste ne diffère en rien par les caractères de celle connue ; elle ne devient jamais aussi grande, elle a aussi la figure plus mignone et est moins vorace. Elle est entièrement blanche, M. Thévenin la nourrissoit avec de la viande crue, elle aimoit beaucoup les œufs frais ; /417/ elle étoit très prisée et venoit à son maître aussitôt qu’il l’appelloit ; il voulut la laver et elle mourut deux jours après.

  • 14 Sonnerat la démarque bien du ‘rat musqué’ Suncus murinus dont il avait envoyé des spécimens à Buffo (...)

29La musaraigne noire à bande blanche des Indes14

Pl. 70

30Cette musaraigne a cinq pouces et demi de la tête à la naissance de la queue ; la queue a un pouce une ligne de longueur ; les yeux sont presque imperceptibles et ne paraissent que comme deux petits points noirs. Elle est en entier d’un beau noir, avec une bande blanche transversale sur le milieu du corps ; tout son poil est soyeux ; la femelle est plus petite et a de même la bande blanche transversale, mais tout ce qui est noir dans le mâle est d’un gris clair dans la femelle.

31Cette musaraigne a la forme et tous les caractères du rat musqué mais elle n’habite point les maisons comme lui et ne répand point d’odeur de musc ; elle est aussi plus grosse ; elle se tient caché le jour dans les trous et ne paroit que la nuit pour chercher sa nourriture ; je l’ai trouvé (sic) dans les champs à quelques lieues de Pondichéry.

  • 15 Loris tardigradus (Linnaeus, 1758), en français actuel : lori.

32Le Loris ou Paresseux de la côte de Coromandel15

Pl. 70

  • 16 Maki, lémur de Madagascar.

33Cet animal n’est pas le même que le Loris de Ceylan, il ressembleroit assez au makis16 s’il avoit une queue ; il lui ressemble par son museau pointu ; ses mains et ses pieds sont à peu prés conformés de même ; mais il en diffère par sa tête qui est ronde, par les yeux qui sont très gros et très rapprochés l’un de l’autre. Les pieds sont longs, mais ceux de derrière le sont plus que ceux de devant ; ils sont grêles, surtout ceux de devant qui paroissent d’une longueur disproportionnée en ce qu’ils sont très minces ; les pieds ont chacun cinq doigte faits de manière à pouvoir saisir.

34/418/ Les ongles du pouce et des trois doigts extërieurs des pieds de derrière sont plats et arrondis comme ceux des singes ; l’ongle du second doigt, c’est-à-dire celui du premier doigt aprè le pouce est long et crochu comme celui des autres quadrupèdes.

35Il a neuf pouces depuis le bout du museau jusqu’à l’endroit où devrait être la queue ; sa grosseur n’est pas en proportion de sa longueur, il n'a point de queue.

36II est d’un gris roussâtre plus foncé sur le dos, la partie inférieure du corps, c’est-à-dire, le dessous de la gorge et du col, le ventre et les parties inférieures des pieds sont d'un blanc jaunâtre. II est couvert d’un poil court, soyeux, doux au toucher, crépu, frisé comme la laine de mouton ; il y a une bande blanche qui prend vers le museau, elle est très mince en passant entre les deux yeux et s’élargit un peu en rond sur le front.

37Cet animal vit de fruits, il est de même que celui de Ceylan très lent dans sa marche.

II. Des Oiseaux17

  • 17 Madame Pam Rasmussen. Smilhsonian Institution, a procédé aux identifications et utilisé entre autre (...)
  • 18 Ducula aenea (Linnaeus, 1766), “Green Imperial Pigeon”, Carcophage pauline.

38Le pigeon ramier verd des Gattes18

Pl. 72

39Ce pigeon ramier est la plus grande espèce que j’aie vu, il est une fois plus gros que le ramier d'Europe et a un pied quatre pouces depuis la pointe du bec jusqu'au bout de la queue ; il a la tête, le col, la gorge, le ventre et les cuisses gris de lin, mais plus clair sur la gorge, la poitrine et le ventre ; le dos, les petites plumes des ailes sont d’un verd brillant ; les moins longues des grandes plumes des ailes sont d’un verd foncé changeant ; les plus grandes sont noires, /419/ les plumes de la queue sont d’un noir bleuâtre foncé, changeant en dessus et grises en dessous, les plumes du dessous de la queue sont d’un roux mordoré ; l’œil est entouré d’un cercle noir, ovale, dont une des pointes vient près de l’angle du bec et de l’autre s’étend par de là l’œil en arrière ; le bec est d’un noir verdâtre, l’iris est rouge ; les pieds sont forts, courts, d’un rouge de carmin foncé et sont couverts de plumes jusqu’à la moitié de la jambe.

40Ce pigeon vit de fruits et particulièrement de cette petite figue ronde de la grosseur d’une noisette que donne le multipliant, connu aussi sous le nom d’arbre des pagodes ; j’ai trouvé la même espèce à Ceylan, le Capitaine Thevenin l’a rapporté aussi du Travancourt ; je la crois très voisine du pigeon ramier mangeur de muscades des Moluques.

  • 19 Eclectus roratus (P.L.S. Müller, 1776), Grand Eclectus. A. Cheke indique que c’est une sous-espèce (...)

41Le perroquet rouge de la côte de l’Est, vulgairement appelé cacatoès rouge19

Pl. 73

42Je n’aurais pas dû porter cet oiseau ici, n’étant pas originaire de l’Inde proprement dite ; mais comme cette espèce n’est pas connue, j’ai crû devoir en faire mention.

  • 20 Ile de Penang, avoisinant la péninsule de Malacca.

43Cet oiseau est presque de la grosseur du perroquet amazone, au premier coup d’œil on le prendroit pour un gros loris ; il en approche, il est vrai, par les couleurs, mais ni ses mœurs, ni son cri ne sont ceux de cet oiseau ; il est aussi plus lourd et son bec est plus épais ; la tête est d’un beau rouge de carmin ; le col, la poitrine, le ventre et le dessous de la queue sont d’un lila violet ; le dos et les petites plumes des ailes sont d’un rouge noir de sang ; les grandes plumes des ailes sont d’un bleu foncé ; les plumes de la queue sont rouges jusqu'à la moitié, leur extrémité est jaune, les cuisses sont rouges, les pieds sont courts et noirs ; le bec est de cette même couleur, l’iris est jaune ; je l’ai vu chez M. de Beausset à Pondichery à qui il a voit été envoyé de Pulo-Pinang20.

  • 21 Anthracoceros coronatus (Boddaert, 1783), “Malabar Pied Hornbill”, Calao de Malabar.

44/420/ Le Calao des Gattes21

Pl. 74

45Ce calao est de la grosseur à peu près du corbeau d’Europe, il a deux pieds trois pouces depuis la pointe du bec, jusqu’au bout de la queue ; la queue a neuf pouces ; le bec est très long, un peu courbé en arc, dentelé le long de ses bords en-dessus et en-dessous ; à la racine du bec en-dessus s’élève une excroissance de même substance que le bec, elle est arrondie à sa naissance et finit en pointe en se prolongeant le long du bec, ce qui lui donne la forme d’un second bec ; aussi les naturals du pays lui donnent-ils le nom d’oiseau à deux becs. La tête, le col, le dos, les petites plumes des ailes sont d’un noir cuivré changeant ; les grandes plumes des ailes, ainsi que celles de la queue, sont noires ; la poitrine, le ventre et les cuisses sont blancs ; le bec est noir avec deux rainures longitudinales rougeâtres ; l’œil est entouré d’une membrane blanche ; les paupières soutiennent des crins noirs très durs, qui forment de véritables cils ; l’iris est d’un jaune ocre de rue ; les pieds sont noirs.

46Cet oiseau, ainsi que tous ceux de ce genre, est très recherché ; les princes et les gens riches le payent très cher ; sa chair est regardée comme aphrodisiaque.

  • 22 Copsychus malabaricus (Scopoli, 1786), “Whiterumped Shama”, Shama à croupion blanc.

47Le gobbe-monche à longue queue du Bengale22

Pl. 75

48Cet oiseau est de la grosseur du merle d’Europe ; il a la tête, le col, la poitrine, le dos, les ailes et les premières plumes de la queue d’un noir d’acier poli, changeant en verdâtre selon l’aspect du jour, le ventre et les cuisses sont aurores ; le croupion est blanc, la queue est plus longue que le corps, elle est par étage, les plumes en-dessus sont les plus longues, et sont entièrement d’un noir changeant, celles de dessous sont d’un gris foncé jusqu’aux trois quarts, /421/ leurs extrémités sont blanches, elles sont placées deux à deux jusqu’aux dernières qui sont les plus courtes ; le bec et les pieds sont noirs ; l’iris est roussâtre.

49Cet oiseau a un superbe gosier, ce qui lui a fait donner le nom de rossignol ; on l'élève dans les maisons ; si on siffle, il se met aussi à siffler et ne décesse plus ; je l’ai dessiné d’après celui qu’élevoit Mr Wm Jones, avocat de la cour, qui le nourrissoit de petites sauterelles et autres insectes.

50J’ai trouvé à Ceylan un gobe-mouche qui ne différoit pas de du Bengale, mais ne l'ayant jamais vu privé, je ne sais si on pourrait lui apprendre à siffler de même.

51J’ai trouvé à Ceylan un autre gobe-mouche qui ne différoit de la précédente qu'en ce que le croupion étoit aurore comme le ventre, et qu’il avait une huppe sur la tête, il pourrait se faire que ces derniers soient l’un le mâle et l’autre la femelle.

52Pl. 76. (indiquée seulement par une ébauche de la tête et de la crête de la femelle)

  • 23 Zoothera citrina (Latham, 1790), “Orange-headed [Ground-]Thrush”, Grive à tête orange. Il existe au (...)

53La grive du Bengale23

Pl. 77

54Cette grive est de la grandeur de celle d’Europe ; la tête, le col, la poitrine, le ventre, les cuisses et le dessous de la queue sont d’un beau jaune aurore, mais plus foncé sur la tête ; les petites plumes des ailes et celles de la queue sont d’un gris argenté ; les grandes plumes des ailes sont noires ; le bec et les pieds sont noirs, l’iris est aurore. J'ai trouvé une autre grive, un peu plus petite que la précédente, mais qui avoit la même forme et n’en diffère qu’en ce que la tête, le col et la poitrine sont d’un gris argenté comme les petites plumes des ailes ; le ventre, les cuisses et le dessous de la queue sont de même d’un jaune aurore ; il pourrait se faire que la première soit le mâle, et celle-ci la femelle.

  • 24 Bruant à tête rousse, Emberiza bruniceps, Red-headed Bunting, Bruant à tête rousse. A. Cheke note q (...)

55Le Moineau à tête rouge de l’lsle de Ceylon24

Pl. 78, fig. 1

56Cette espèce paroit se raprocher beaucoup du cardinal de Madagascar, il est cependant un peu plus gros ; la tête et le col sont d’un /422/ beau rouge vermillion ; la poitrine, le ventre, les cuisses et le dessous de la queue et les petites plumes des ailes sont d’un jaune clair ; le dos est d’un jaune plus foncé ; dans le milieu des petites plumes des ailes, il y a deux plumes noires ; les grandes plumes des ailes sont noires ; la queue est fourchue à son extrémité, les plumes sont par étage, celles de dessus qui sont les plus longues sont noires, celles de dessous sont d'un jaune clair ; le bec est blanc, mais l’extrémité est noire ; les pieds sont couleur de chair, l’iris est rouge.

57Cette même espèce se trouve à Madagascar, où du moins elle en diffère bien peu ; elle a de même les deux plumes noires sur les petites plumes des ailes.

  • 25 Chlidonias leucopterus (Timminck, 1815), “White-winged Black Tern”, oiseau égaré originaire de la M (...)

58L'hirondelle de mer noire de la côte de Coromandel25

Pl. 78, fig. 2

59Cette hirondelle de mer se trouve rarement aux environs, elle est de la grandeur de la petite hirondelle de mer grise, à tête noire ; la tête, le col, le dos, le ventre et les cuisses sont d’un noir foncé ; les premières petites plumes des ailes sont d’un blanc grisâtre, les suivantes sont d’un gris argenté ; les premières grandes plumes des ailes sont d’un noir grisâtre ; les plus grandes sont d’un gris argenté ; les plumes du croupion et celles de la queue sont blanches ; les pieds sont d’un rouge noir de sang ; le bec est noir ; l’iris est d’un jaune ocre de rue.

III. Des Reptiles

  • 26 Le texte et les croquis ont été étudiés par le Dr Roy Mc Diarmid, Conservateur de la Division des A (...)

60La couleuvre à deux têtes de la côte du Coromandel26

Pl 79, fig. 1

61Cette couleuvre est de l’espèce de celle qu’on appelle amphisbène ou double-marcheur, elle est en entier d’un roux terre d’ombre, plus clair sous le ventre ; /423/ elle a ordinairement vingt à vingt deux pouces de longueur ; tout le corps est couvert de petites écailles, mais elle n’a point de plaques sous le ventre ; le dessus de la tête se prolonge en-avant au delà des mâchoires, ce qui fait paroitre la bouche en dessous ; la queue est aussi grosse que le corps et arrondie comme la tête, à son extrémité, avec une petite tache noire de chaque côté qui imite un œil ; ce qui a fait croire aux Indiens qu’elle avoit une tête à chaque extrémité et ils lui ont donné en conséquence le nom de couleuvre à deux têtes ; ils sont persuadés aussi qu’elle mange et marche six mois de l’année d’un côté et les autres six mois de l’autre.

62Par sa forme et ses habitudes, elle ressemble plutôt à un gros vers qu’à une couleuvre ; on la trouve dans la terre, dans les puits, dans les endroits humides ; on prétend que sa morsure est mortelle.

63Mr. Colin habitant de Pondichéry m’a envoyé une autre espèce d’amphisbène, elle avoit trois fois la grosseur de la précédente et avoit trois pieds quatre pouces de longueur ; la queue étoit aussi grosse que la tête et arrondie de même, mais il n’y avoit point de tâches noires ; elle étoit d’un gris argenté, plus foncé sur le dos ; les écailles étoient si lisses qu’elle ne paroissoit pas en avoir ; la chair étant déjà corrompue, lorsequ’on me l’apporta, je ne pû la conserver.

64J’ai trouvé au Bengale une amphisbène qui ne différait de la première cy-dessus que par la couleur qui étoit d’un brun plus foncé, elle étoit plus grande et la queue étoit terminée par une petite pointe, mais les deux taches noires existoient de même ; les Bengalis regardent de même sa morsure comme très dangereuse.

  • 27 Il est certainement un serpent de mer des côtes de l'Inde appartenant à l’une des espèces (.Hydroph (...)

65Le serpent coutelas des Indes27

Pl. 79, fig. 2

66Ce serpent a six et sept pieds de longeur, son corps est arrondi, menu, moins gros que le petit doigt ; la queue a près de deux pouces de large, elle est plate, tranchante des deux côtés et se termine en spatule ; /424/ le corps est d’un gris foncé sur le dos et blanc sur le ventre, avec des bandes transversales noires, dont les bords sont comme mâchés ; ces bandes se réunissent sur le ventre à une autre bande noire longitudinale comme découpée qui prend depuis la tête jusqu’à l’anus ; la queue depuis l’anus est d’une couleur verdâtre terreuse avec des bandes transversales noirâtres peu marquées qui se confondent presque avec la couleur du fond ; les écailles depuis la tête jusqu’à l’anus sont carrées, elles sont ensuite exagones et diminuent insensiblement de grandeur jusqu’au bout de la queue où elles sont très petites ; cette espèce n’a point de plaque sous le ventre.

  • 28 Nom donné aux pêcheurs de la côte de Coromandel.

67Ce reptile se trouve fréquement à la mer, où elle va à la pêche pour y chercher sa nourriture ; sa queue plate lui sert à frapper le poisson pour l’étourdir et l’avaler ensuite avec plus de facilité. Les Maquois28 qui sont les pêcheurs et les bateliers le craignent beaucoup et prétendent qu’on meurt sur le champ de sa morsure.

IV. Des poissons29

  • 29 Les poissons ont été étudiés par Victor G. Springer, Conservateur de la Division des Poissons du Dé (...)
  • 30 Neophocaena phocaenoides (G. Cuvier, 1829). La détermination de ce remarquable mammifère marin qui (...)

68Le soufleur de la côte de Coromandel30

Pl. 80

69Je n’ai vu qu’une seule fois cette espèce de soufleur ; elle n’a point de nageoire sur le dos. mais la place qu’elle doit occuper est couverte de tubérosités grisâtres comme chagrinée. Ce soufleur a deux pieds quatre pouces de longeur ; il est couvert d’un cuir lisse, également noir partout ; il n’a que deux seules nageoires latérales qui, ainsi que la queue, sont cartilagineuses ; la queue est horizontale et échancrée dans le milieu ; son nez est arrondi et il n’a qu’un seul évent sur le sommet de la tête ; l’œil est très petit ; les mâchoires sont garnies d’un rang de petites dents plates ; /425/ la langue est charnue et très épaisse ; ce soufleur a, comme tous les autres animaux de son genre, un lard ou graisse sur tout le corps de l’épaisseur d'un pouce ; sa chair est rougeâtre.

  • 31 Urogymnus asperrimus (Bloch & Schneider, 1801). Le spécimen présente six branchies au lieu de cinq. (...)

70La raie bouclée de la côte de Coromandel31

Pl. 81

71Cette espèce de raie a deux pieds de longueur non compris la queue et un pied neuf pouces de largeur ; tout le corps en-dessus est d’un verd-jaunâtre, armé d’un grand nombre de tubercules osseux surmontés chacun d'une grosse épine d’un beau verd ; les épines qui se rapprochent du nez et des nageoires sont plus petites ; la nageoire git tout le tour du corps ; elle est blanche avec de petits tubercules d’un verd-jaunâtre ; ses bords formoient un pli qui se replioit en dessus ; les yeux sont très grands, bordés d’aiguillons verds ; la queue a un pied de longeur, elle s’arrondit à son extrémité ; elle est garnie en-dessus et en-dessous de petits tubercules d’un verd-jaunâtre, dont deux rangs en-dessus sont surmontés d’un aiguillon d’un beau verd ; elle est blanche en-dessous et a six trous ou évents de chaque côté, dont l'avant dernier est le plus grand ; la bouche placée en-dessous est très petite ; les mâchoires sont comme pavées de dents plates ; les ouvertures du nez sont très près de la bouche, elles sont très grandes et ont une forme bizarre. Elle pesoit quatre vingt livres ; les Maquois me l’apportèrent gattée ; ce qui m’empêcha de pouvoir en conserver la peau ; je n’ai pu depuis m’en procurer une seconde.

  • 32 Polynemus, espèce non déterminée.

72Le pêche-mangue32

Pl. 82, fig. 1

73Ce poisson est du genre des Polynemus, les plus grands n’ont que dix pouces de longeur ; il diffère peu par ses caractères du Polynemus paradiseus de Linné, il a de même des appendices où filamens séparés auprès des nageoires de la poitrine, mais le poisson de paradis en a sept bien distincts, tandis que le pêche-mangue /426/ n’en a que six ; ces filamens où rayons n’ont pas une ligne de diamètre à leur base et vont toujours en diminuant jusqu’au bout qui est comme un fil ; le premier et le deuxième ne dépassent pas l’anus et peuvent avoir trois pouces de longueur ; le troisième est long de six pouces ; le quatrième et le cinquième sont une fois plus longs que le corps ; le sixième est moins long que les deux précédens et a ordinairement huit à neuf pouces ; cette longueur dans les filamens n’existe pas dans le poisson de paradis, le museau est épais, charnu et arrondi en forme de nez ; tout le corps est couleur d’or, plus foncé en bleu et verd doré sur le dos ; le ventre est d’une couleur jaune clair doré ; les nageoires ventrales et celle de l’anus sont de la même couleur ; les nageoires pectorales sont rougeâtres ; celles du dos et de la queue sont ombrées de gris mêlé de jaune (a) ;

[note (a) Dans la description des poissons dont je ferai mention, je ne donnerai pas le nombre des rayons qui existe dans chaque nageoire, ayant eu l'attention de le bien marquer dans les gravures.]

74la nageoire de la queue est profondément échancrée et a un côté plus long que l’autre ; le corps, les ouies et le museau sont couverts de petites écailles ; la ligne latérale prend de la couvertures des ouies et se termine à la queue en traversant le corps en ligne droite ; les mâchoires sont garnies de petites dents qui forment la râpe ; l’œil est très grand et très près du nez, il est irisé et a la couleur et les reflets de l’opale.

75La chair de ce poisson est très délicate ; c’est un met recherché et qui se paye très cher en octobre, novembre et décembre, ce poisson ne remontant jamais la rivière dans ces mois.

  • 33 George Edwards (1758-1764). Gleanings of natural history, exhibiting figures of Quadrupeds, Birds, (...)

76Edward33, glané, part iv, pl. 108, a voulu sans doute décrire le même poisson sous le nom de poisson-mango, qui a en effet beaucoup de rapport avec le pêche-mangue, mais il lui donne pour caractère d’avoir sept filets ou filamens comme dans le /427/ Polynemus paradiseus de Linné et le pêche-mangue n’en a constament que six, ce que j’ai vérifié sur plus de cent individus.

  • 34 Eleutheronema tetradactylum (Shaw, 1804).

77L’espèce de Polynemus qu’on trouve à la côte de Coromandel où on lui donne le nom de pêche-roubale34, se rapproche du Polynemus paradiseus de Linné, mais elle diffère beaucoup de celle qui vient d’être décrite ; elle devient très grande ; la nageoire pectorale est placée plus basse que dans le pêche-mangue ; l’appendice qui est au dessous de cette nageoire est composé de quatre rayons réunis ensemble et sa longueur n’excède pas celle de la nageoire ventrale ; les autres caractères sont les mêmes mais sa couleur et le goût de sa chair sont bien différents ; il est en entier d’un blanc grisâtre argenté, plus foncé sur le dos ; on le sale comme la morue à laquelle on la compare, et dont en effet il approche alors beaucoup pour le goût ; on en pêche qui ont jusqu’à trois pieds de longueur.

  • 35 Sillago sp.

78Le pêche-bicout de la côte de Coromandel35

79Ce poisson est du genre des Sciaeno ; le caractère de sa tête allongée dont la bouche se termine en pointe, lui a fait donner par les Portugais le nom de Pêche-bicout (poisson à bec pointu) ; le corps est long, en entier d !un blanc jaunâtre, couvert jusque vers la bouche de petites écailles ; la bouche est garnie de dents très aiguës ; la ligne latérale prend vers les couvre-ouies et suit une ligne droite jusqu’à la queue qui est un peu échancrée et le côté supérieur est plus long que l’inférieur. On en trouve qui ont un pied et demi de longueur ; sa chair est très blanche délicate et un excellent manger ; on lui donne à Pondichéry le nom de Pêche-madame, parce que la femme d’un gouverneur de cette ville, vouloit en avoir tous les jours, le préférant à tous les autres poissons.

80Pl. 83, fig. 1

  • 36 Sillaginopsis panijus (Hamilton-Buchanan, 1822).

81/428/ Le Pèche-bicout du Bengale36, a la même forme que celui de la côte de Coromandel ; il n’en diffère qu’en ce que le premier rayon de la première nageoire du dos se termine par un long filet qui se prolonge jusqu’au delà de la queue, cette même nageoire n’a que sept rayons et celle de celui de la côte de Coromandel en a onze ; il diffère aussi en ce que le corps et les nageoires sont rougeâtres ; les autres caractères sont les mêmes. Ce poisson est aussi très estimé au Bengale,

  • 37 Peut-être une forme de Parastromateus niger (Bloch, 1795).

82La pample blanche37

Pl. 84

83Ce poisson est du genre des chaetodon ; il a une peau extrêmement fine qui au premier coup d’œil paroit lisse, mais en l’examinant avec attention on voit qu’elle est couverte de très petites écailles jusqu’aux couvre-ouies ; ces petites écailles couvrent une partie des nageoires du dos et de l’anus et la moitié des rayons de la nageoire de la queue, qui est profondément échancrée ; la tête est lisse, sans écailles. Sa couleur est d’un gris argenté sur le dos et d’un blanc brillant comme l’argent sur le ventre ; la ligne latérale prend vers les couvre-ouies, suit la courbure du dos et se termine en formant une éminence relevée près de la queue ; la bouche est garnie de très petites dents aiguës ; l'œil est très gros, près de la bouche ; l’iris est couleur d’or.

84La chair de ce poisson est blanche, très délicate ; il est selon moi, le meilleur poisson que l’on pêche sur la côte de Goromandel ; on en prend quelque fois qui ont un pied et demi de longeur, alors il a l’apparence d’un turbot auquel bien des personnes le comparent pour sa bonté.

85Il y a une autre pample blanche moins commune qu’on appelle moga, qui ne diffère de la précédente /429/ qu’en ce qu’elle est plus épaisse et qu’au sortir de l’eau, elle a comme des taches d’or sur le dos qui disparoissent en même temps que la peau perd son humidité ; peut-être ces deux pamples sont elles mâle et femelle.

  • 38 Même espèce.

86La Pample noire38

Pl. 84

87Cette pample noire ne diffère de la précédente qu’en ce que la peau est plus épaisse, d’un noir brunâtre ; la queue a moins d’envergure ; les écailles sont plus distinctes ; elle diffère aussi en ce que les nageoires du dos et de l’anus ont quelques rayons ramifiés de plus que dans la blanche ; elle est aussi plus grasse, les gourmands la trouvent mieux gouttée et la préférent à la blanche. Les deux espèces sont très communes sur toute la côte de Coromandel, mais on l’y trouve en plus grande quantité dans les mois de juin, juillet, août et septembre.

  • 39 Chaetodon pinnatus, probablement Platax pinnatus (Linnaeus, 1758).

88La chauve-souris de mer (chaetodon pinnatus)39

Pl. 85

89Ce poisson est aussi du genre des chaetodon ; on le prendrait au premier coup d’œil pour une pample ; il devient de la même grandeur, mais il en diffère beaucoup ; son dos est plus relevé ; ce qui forme une bosse vers le commencement de la nageoire dorsale, cette nageoire ainsi que celle de l’anus sont plus prolongées en forme d’ailes et sa chair n’est pas la même. Il est d’un brun foncé, sur le dos et d’un brun clair et argenté sur le ventre ; il a le corps couvert d'écailles qui recouvrent une partie des nageoires du dos, de l’anus et de la queue ; la tête est lisse, sans écaillés et la partie supérieure est comme chagrinée ; la nageoire ventrale a huit rayons dont le premier est aigu, le suivant se prolonge en un long filet, qui a deux fois la longueur de la nageoire, la ligne latérale prend vers les couvertures des ouies, suit la courbure du dos et se termine à la queue ; la bouche est garnie de très petites dents fines et réunies comme une vergette ; l’œil est très grand et son iris est d’un jaune terne ; la chair est blanche d’assez bon goût, mais n’approche pas pour la délicatesse de celle de la pample.

  • 40 Chaetodon ciliaris, Pomacanthus annularis (Bloch, 1787).

90/430/ Le chatodon doré (chaetodon ciliaris)40

Pl. 86

91Ce poisson est presque rond dans sa forme, mais il n’a pas plus de deux pouces d’épaisseur ; le corps a la couleur brillante de l'or qui se brunit en couleur ocre de rue vers le dos, sur la tête et sur les nageoires du dos, de l’anus et ventrales ; la nageoire pectorale est d’un jaune clair, la queue est blanche ; il a sur le corps sept bandes de la largeur de deux lignes d’un beau bleu d’azur. Elles se courbent vers le ventre et cette courbure remonte sur la nageoire dorsale ; le corps et la tête sont couverts d’écailles ; les nageoires du dos et de l’anus sont aussi couvertes d’écailes jusqu’à leur extrémité, mais très petites et presque imperceptibles ; la nageoire du dos est composée de douze rayons aigus et de vingt deux ramifiés, le cinquième des rayons ramifiés se prolonge en un long filet qui dépasse la queue ; la nageoire ventrale a six rayons dont le premier est aigu, le second se prolonge de même en un long filet qui dépasse les premiers rayons de la nageoire de l’anus ; la ligne latérale n’est visible que près de la queue ; les bords des couvertures des ouies sont découpés en scie et leur extrémité est terminée en un long aiguillon qui se recourbe et se prolonge jusqu’à la nageoire pectorale ; la bouche est garnie de dents longues, fines et multipliées en vergette ; l’œil a la couleur brillant de l’or. On pêche rarement ce poisson, j’en ai mangé plusieurs fois et je l’ai trouvé assez bon.

  • 41 Cephalopholis argus (Bloch & Schneider, 1801).

92La vielle à mouches d’or41

Pl. 83, fig. 2

93Ce poisson n’a jamais plus de sept à huit pouces de longueur. Le corps est lisse, sans écailles ; sa couleur est gris argenté, plus foncé vers le dos ; il a sur le corps, la tête et la queue des bandes d’un bleu foncé ; celles du corps se prolongent en nuages sur les nageoires du dos et de l’anus ; les nageoires pectorales et ventrales sont jaunâtres. /431/ Le corps, la moitié de la tête et la nageoire du dos sont couverts de petites taches rondes de couleur d’or, parsemées inégalement ; il n’y en a point sur le ventre, la queue, les nageoires pectorales et ventrales et sur celle de l’anus ; la ligne latérale est fortement marquée, elle prend vers les couvertures des ouies et se termine à la queue en suivant la courbure du dos ; la bouche est garnie à sa mâchoire supérieure de dents longues et très aiguës ; celles de la mâchoire inférieure sont très petites ; la prunelle est entourée d’une petite bande de couleur d’or ; l’iris est d’un gris clair argenté ; ce poisson est commun à la côte d'Orixa. dans la baye de Coringuy ; il n’est pas très estimé.

  • 42 Lates calcarifer (Bloch, 1790).

94Le pêche-nair (Perca maxima)42

Pl. 87

95Ce poisson est une espèce de perche qui devient très grande ; on en prend qui ont quatre pieds et demi de longeur ; son nez est un peu relevé et sa bouche n’a pas de dents ; il est couvert en entier de grandes écailles d’un gris noir de charbon vers le dos et d’un brillant d’argent sur le ventre ; la ligne latérale prend vers les couvertures des ouies et se termine à la queue en suivant la courbure du dos ; l’œil est d’un jaune terne. Ce poisson est regardé par bien des personnes comme le meilleur poisson de l’Inde ; il fait d’excellente carvatte (poisson salé).

96On lui donne le nom de pêche-nair parce qu’à la côte de Malabar, où il est moins commun qu’à celle de Coromandel, lorsqu’un pêcheur prend un de ces poissons, il est obligé de le porter au raja ou au chef de l’endroit.

  • 43 Famille des Exocoetidae.

97Le grand poisson volant de Ste. Hélène43

Pl. 88

98Cette espèce est la plus grande que j’ai vue ; l’individu sur lequel j’ai pris les mesures que je donne avoit vingt cinq pouces de longueur de la tête à l’extrémité de la queue ; on m’a assuré qu’il y en avoit de beaucoup plus grands ; les nageoires pectorales sont transparentes et très étendues, ce qui donne beaucoup de facilité à ce poisson pour se lancer très loin /432/ hors de l’eau lorsqu’il veut éviter ses ennemis qui le poursuivent et il peut prolonger son vol tant que ses nageoires sont mouillées ; ces nageoires ou ailerons ont de leur naissance vers la poitrine jusque leur extrémité dix pouces et demi et mesurées de l’extrémité de l’un à l’extrémité de l’autre ; elles ont vingt deux pouces et demi d’envergure, elles sont composées chacune de douze rayons dont le premier est aigu, les autres sont ramifiés ; les nageoires ventrales sont placées au milieu du corps, elles sont composées de six rayons ramifiés et sont de même transparentes, très étendues et ont six pouces de longueur ; la queue est profondément échancrée et ses deux côtés sont inégaux, le supérieur, plus petit, a trois pouces de longueur et l’inférieur cinq ; la mâchoire inférieure dépasse un peu la supérieure ; le dessus de la tête est plat. La partie supérieure de son corps est d’un gris noir bleuâtre, la partie inférieure est d'un blanc argenté ; tout le corps est couvert de grandes écailles ; il n’y en a point sur la tête ; l’œil est très grand et d’un gris argenté.

99Ce poisson est commun dans les mers qui environnent l'Isle de Ste. Hélène ; sa chair est très blanche et très délicate ; il est très estimé et se paye plus cher en proportion que les autres poissons.

V. Des plantes

  • 44 Justicia nasuta (L.). a. Détermination de Dan H. Nicholson : Acanthaceae : Rhinacanthus nasuta (L) (...)

100Le nagamelly (justicia nasuta Lin.)44

Pl. 89

  • 45Lanceolato-ovatis integerrimus ; Pedune dichotomis (pourait se traduire par [feuille] lancéolée, [ (...)

101Le nagamelly est un petit arbrisseau qui se trouve à la côte de Coromandel et au Bengale ; dans le premier endroit on l’y cultive simplement comme plante médicinale ; dans le Bengale on en orne les jardins, on la taille comme nous taillons le buis et il fait de charmantes charmilles. Cet arbrisseau s’élève à la hauteur de sept à huit pieds. /433/ Son calice est petit, découpé profondément en cinq divisions ; il est de couleur verte et couvert d’un duvet blanc, au-dessous du calice, il y a quelques feuilles qui forment comme un second calice ; la corolle est attachée sur l’ovaire, son tube est d’un verdâtre clair et les pétales blancs avec quelques taches d’un rouge cramoisi ; deux étamines attachés au haut du tube ; un pistil surmonté d’un long stil, terminé par un stigmate ; les feuilles sont [blanc]45, l’ovaire une baie à deux loges qui renferment chacune une semence.

  • 46 De « trochée » (ancien français), troche, touffe, grappe.

102La racine de cette plante est efficace et renommée dans l’Inde pour la guérison des dartres ; elle est recouverte d’une écorce épaisse, rougeâtre, d’une substance pâteuse quand elle est fraîche ; on la fait sécher, on la pile dans un mortier pour la mettre en poudre et avec de l’eau ; on en forme une pâte dont on forme des trochisques46 de la grosseur du bout du doigt et lorsqu’ils sont secs, on les dore, on les argente, et on les serre dans des flacons pour s’en servir dans le besoin.

103Lorsque veut s’en servir, on réduit quelques trochisques en poudre, on coupe un limon en deux et après avoir ôté les graines, on en exprime le suc sur la poudre de nagamelly, ce qui fait une espèce de pâte ; on met un peu de cette pâte sur un des morceaux de limon que l’on vient de presser et on frotte quelques minutes la dartre qui passe après avoir fait cette même opération cinq à six jours, c’est-à-dire cinq à six fois. Il faut avoir eu l’attention auparavant de faire les remèdes usités et se purger après, pendant quelque tems ; pour empêcher l’humeur de se porter sur quelques parties intérieures.

  • 47 Datura lotro. Détermination de Dan H. Nicholson : 3 espèces de Datura, souvent confondues, croissen (...)

104Le stramonium à fleurs violettes (Datura lotro)47

Pl. 89

  • 48 Umattai (tam.), stramoine, Datura ; vellumattai (tarn.), Datura stramonium.

105Cette plante ne diffère du Datura stramonium de Linné qu’en ses fleurs et sa tige sont violettes ; j’ignore d’où lui vient le nom de lotro sous lequel on connoit cette plante a Pondichéry, /434/ les Indiens la nomment cara-omté, elle est moins commune que celle que l’on nomme Vélé-omté (a) [note (a) cara veut dire noir et vêlé blanc ; omté est le nom de la plante48], mais dans ces deux plantes ce sont le même port, la même grandeur et la même forme dans les feuilles ; les fruits sont absolument semblables ; il y a des pieds où les Leurs sont double c’est-à-dire qu’elles ont deux tubes placés l'un dans l’autre. Les effets de cette racine sont étonnants pour l'asme ; elle ne guérit pas le malade, mais elle lui procure un grand soulagement ; ce qui doit la rendre précieuse, c’est que la médecine n’a point encore de remède contre cette cruelle maladie ; les palliatifs qu’on a employé jusqu’à ce jour, sont moins surs et n’agissent pas aussi efficacement que le lotro.

106L’usage du stramonium à fleurs violettes dans les crises d’asme vient des Indiens ; il m'a été impossible de savoir depuis quand il est connu ; ils n’emploient que celui-ci et défendent expressément celui à fleurs blanches.

  • 49 Curuttu (tam.), rouleau (de tabac), cigare.

107On n’emploie que la racine doit on fait des chirouttes49, aussitôt que le malade se sent oppressé ; il doit en fumer une et avaler la fumée car s’il la fumoit simplement comme une chiroute de tabac, il n’obtiendroit aucun bien ; ce n’est que lorsque la fumée de cette racine a pénétré dans la poitrine et les poumons qu’il obtient du soulagement ; pour l’ordinaire à la troisième ou quatrième gorgée qu’il a avalé, il survient une toux, quelquefois assez violente, mais nécessaire pour diviser les humeurs qui obstruent les bronches des. poumons et interceptent le passage de l’air ; aussi dès que le malade a expectoré, sa respiration devient libre, il peut se coucher et dormir, ce qu’il n’eut pû faire avant, ; si la crise revient on fume une nouvelle chiroute.

108Pour préparer les racines de cette plante, on doit attendre /435/ qu’elle ait huit à dix mois, peut-être en Francee où la végétation est moins vive, demanderoit-elle de n'être cueillie qu’au bout d’un an, ou quinze mois ; alors on l’arrache de terre, on la coupe vers le tronc des racines et on jette la tige comme vénéneuse ; on fait ensuite des paquets des racines et on jette la tige comme vénéneuse : on fait ensuite des paquets des racines que l’on lie avec de la ficelle, on suspend ces paquets sous une porte ou une fenêtre dans un courant d’air, ayant attention de les placer dans un endroit où le soleil ne pénètre pas ; lorsque les racines sont bien séchées on les coupe de la longueur de six à sept pouces et on les bat sur une pierre ou une planche avec un marteau pour les réduire en filasse ; elles se séparent alors en filamens ; on en réunit une assez grande quantité pour former des chiroutes de la grosseur d’un pouce, que l’on couvre si l’on veut d’une feuille de tabac et on les renferme pour s'en servir dans le besoin (a).

[note (a) : La feuille de tabac n'est point nécessaire ; on ne l'emploie que pour donner la forme d’une chiroute ; l'usage de la racine de latro dans l'asme venant, comme je l'ai dit, des Indiens qui ne fument jamais le tabac qu'en chiroute, a été probablement la cause qui a fait adopter cette manière à ceux qui l’ont conseillé, et e pense qu’on pourrait la fumer dans une pipe avec autant de succès.]

  • 50 Boileau John Peter, conseiller anglais à Machilipattanam en 1785.
  • 51 Violette, commisaire de l’assemblée nationale à Pondichéry en 1793.

109On doit avoir attention que ies racines ayant séchées au moins deux mois avant de s’en servir, car si on le faisoit plus tôt en les fumant, le malade sentirait des malaises, de l’assoupissement et aurait des nausées et des étourdissemens. Messieurs Boileau50, Brenier et Violette51 qui en faisoient usage a Pondichéry dans des oppressions les plus fatigantes se trouvoient soulagés tout de suite.

110Monsieur Violette voulut essayer de fumer des racines de la blanche, c'est-à-dire du datura stramonium de Linné, mais des médecins indiens l’empêchèrent d’en faire usage, lui assurant que cet essay lui ferait beaucoup de mal. Comme cette plante est commune en France, il sera facile de faire des épreuves pour savoir si ses propriétés diffèrent de celles à fleurs violettes.

111La quantité de graines que j’ai envoyées en France a dû sans doute rendre cette plante assez commune pour que les herboristes puissent avoir toujours des racines préparées et qu’ils pourront donner assez bon marché afin que le pauvre même puisse faire usage de ce remède.

Notes

1 La plupart des déterminations a été effectuée par le Dr Richard Thorington, Conservateur du Département de Zoologie, Smithsonian Institution, qui trouva parmi d'autres l’ouvrage de référence le plus utile The Mammals of the Indomalayan Region : A Systematic Review de G.B. Corbett et J.E. Hill, Oxford University Press, 1992. Trois des spécimens ont été étudiés par Anthony Cheke, spécialiste de l’écologie des Mascareignes.

2 Bos taurus (Linnaeus, 1758).

3 Probablement Barassette, localité située au sud-sud-ouest de Chandernagor.

4 Nandi, le taureau de Siva. Une statue géante de l’animal fait souvent face au temple dédié à cette divinité.

5 Panthera pardus (Linnaeus, 1758) représente les deux phases : la noire et la tachetée, blanchâtre.

6 Travancore.

7 Panthera pardus (Linnaeus, 1758), représente les deux formes : la noire et la tachetée, blanchâtre.

8 Anthony Cheke pense qu’il s’agit de la martre des palmiers en pelage frais de printemps, élevée comme un animal familier, de la même espèce que le chien d'arbre de la côte du Coromandel Parodoxurus hermaphroditus (f. 416, Pl. 68) décrit en pelage épais et grisâtre d’hiver, qui lui est considéré comme une peste des vergers.

9 Sir William Jones (1746-1794), nommé en 1783 juge de la Cour Suprème à Calcutta, créa l’Asiatic Society of Bengal en janvier 1784 et la présida jusqu’à sa mort.

10 Hyaena hyaena (Linnaeus, 1758), hyène rayée.

11 Melursus ursinus (Shaw, 1791), appelé maintenant ours lippu.

12 Paradoxurus hermaphroditus (Pallas, 1777), appelé paradoxure, L’animal ne cause pas de dégâts en détruisant les fruits du cocotier (Cocos nucifera), mais va boire la sève qui découle des blessures faites aux inflorescences par les Indiens qui la recueillent dans des pots suspendus aux arbres. Cette sève constitue un vin naturel ; fermenté il est connu comme « arak ».

13 A. Cheke indique que ce specimen est clairement un albinos et ne pourrait être attribué avec précision à une espèce. Il pense qu’étant petite, elle pourrait appartenir à l’espèce Herpestes auropunctatus.

14 Sonnerat la démarque bien du ‘rat musqué’ Suncus murinus dont il avait envoyé des spécimens à Buffon qui publia ses notes en 1789 (Hist. Nat. Gen., Supplément 7). Aurait-il donc trouvé quelque chose de nouveau ? Anthony Cheke remarque que la seule musaraigne connue avec pelâge noirâtre et une bande blanche sur le dos est le Diplomesodon pulchellum, animal distribué dans l’Asie centrale (Kazakstan, Uzbekistan, Turkmenistan). Quoique proche, la description de Sonnerat ne concorde pas en tous pointss avec celle de Diplomesodon, mais toutes ses descriptions dans ce livre manquent quelque peu de précision. Aurait-il reçu un spécimen de l’Asie centrale ? Ou s’agirait-il d’une espèce éteinte puisqu’il indique qu’il l’a trouvée dans les champs à quelques lieues de Pondichéry.

15 Loris tardigradus (Linnaeus, 1758), en français actuel : lori.

16 Maki, lémur de Madagascar.

17 Madame Pam Rasmussen. Smilhsonian Institution, a procédé aux identifications et utilisé entre autres Ripley S.D. II, A Synopsis of the Birds of India and Pakistan, Natural Historical Sociey, Bombay, 1961. A. Cheke a complété ses notes.

18 Ducula aenea (Linnaeus, 1766), “Green Imperial Pigeon”, Carcophage pauline.

19 Eclectus roratus (P.L.S. Müller, 1776), Grand Eclectus. A. Cheke indique que c’est une sous-espèce E. r vosmaeri du nord et du centre des Moluques et qui aurait été envoyé de P. Pinang.

20 Ile de Penang, avoisinant la péninsule de Malacca.

21 Anthracoceros coronatus (Boddaert, 1783), “Malabar Pied Hornbill”, Calao de Malabar.

22 Copsychus malabaricus (Scopoli, 1786), “Whiterumped Shama”, Shama à croupion blanc.

23 Zoothera citrina (Latham, 1790), “Orange-headed [Ground-]Thrush”, Grive à tête orange. Il existe aussi un Turdus obscurus. Eyebrowed Thrush, Merle olbscur.don’t la description pourrait se rapprocher de la seconde grive observée.

24 Bruant à tête rousse, Emberiza bruniceps, Red-headed Bunting, Bruant à tête rousse. A. Cheke note qu’il se reproduit en Asie centrale et passe l’hiver dans le nord et l’ouest de l’Inde, oiseau captif d’une grande popularité, il aurait pu être vendu à Ceylan.

25 Chlidonias leucopterus (Timminck, 1815), “White-winged Black Tern”, oiseau égaré originaire de la Méditerranée.

26 Le texte et les croquis ont été étudiés par le Dr Roy Mc Diarmid, Conservateur de la Division des Amphibies et Reptiles. En raison de certaines imprécisions des descriptions il n’a pu que suggérer que la couleuvre à deux têtes appartiendrait à l’espèce Typhlops acutus. Celle envoyée par M. Colin de Pondichéry (c’est peut-être un spécimen recueilli ailleurs qu’à Pondichéry) pourrait être de la famille Uropeltidae. Le troisième amphisbène pourrait être aussi de la même famille, mais les uropeltidae ne se rencontrent pas au Bengale.

27 Il est certainement un serpent de mer des côtes de l'Inde appartenant à l’une des espèces (.Hydrophis cyanocinctus ou H. spiralis, Enhydrina schistosa).

28 Nom donné aux pêcheurs de la côte de Coromandel.

29 Les poissons ont été étudiés par Victor G. Springer, Conservateur de la Division des Poissons du Département de Zoologie des Vertébrés.

30 Neophocaena phocaenoides (G. Cuvier, 1829). La détermination de ce remarquable mammifère marin qui se rencontre de la Baie du Bengale au Japon a été faite par James G. Mead, Conservateur du Projet des Mammifères marins du Département de Zoologie des Vertébrés. Il conjecture que Cuvier aurait pu décrire ce mammifère d’une source secondaire.

31 Urogymnus asperrimus (Bloch & Schneider, 1801). Le spécimen présente six branchies au lieu de cinq. Serait-ce un spécimen aberrant, ou s’agirait-il d’un poisson non décrit jusqu’ici. Le spécimen était déjà gâté, ce qui expliquerait certaines difficultés de la description.

32 Polynemus, espèce non déterminée.

33 George Edwards (1758-1764). Gleanings of natural history, exhibiting figures of Quadrupeds, Birds, Insects, Plants, etc. (English & French).

34 Eleutheronema tetradactylum (Shaw, 1804).

35 Sillago sp.

36 Sillaginopsis panijus (Hamilton-Buchanan, 1822).

37 Peut-être une forme de Parastromateus niger (Bloch, 1795).

38 Même espèce.

39 Chaetodon pinnatus, probablement Platax pinnatus (Linnaeus, 1758).

40 Chaetodon ciliaris, Pomacanthus annularis (Bloch, 1787).

41 Cephalopholis argus (Bloch & Schneider, 1801).

42 Lates calcarifer (Bloch, 1790).

43 Famille des Exocoetidae.

44 Justicia nasuta (L.). a. Détermination de Dan H. Nicholson : Acanthaceae : Rhinacanthus nasuta (L) Kurz ; b. aussi de Hooker : Rhinacanthus communis Nees ; Pul-colli Rheede, Hort. Malab. 9 : 135, t. 69, 1689 (malayalam : puzhu, ver, kolli, tueur = vermifuge).

45Lanceolato-ovatis integerrimus ; Pedune dichotomis (pourait se traduire par [feuille] lancéolée, [fleur] ovaire parfaitement ovale – pédoncule dichotomique) ; notation en marge du texte, probablement d’Antoine Laurent de Jussieu.

46 De « trochée » (ancien français), troche, touffe, grappe.

47 Datura lotro. Détermination de Dan H. Nicholson : 3 espèces de Datura, souvent confondues, croissent dans le sud de l’Inde : a. Datura innoxia Mill ; b. Datura metel L. ; c. Datura stramonium L. Dan H. Nicholson pencherait pour une forme du Datura metel L., Sonnerat n’ayant décrit aucun des caractères du fruit.

48 Umattai (tam.), stramoine, Datura ; vellumattai (tarn.), Datura stramonium.

49 Curuttu (tam.), rouleau (de tabac), cigare.

50 Boileau John Peter, conseiller anglais à Machilipattanam en 1785.

51 Violette, commisaire de l’assemblée nationale à Pondichéry en 1793.

© Institut Français de Pondichéry, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search