Version classiqueVersion mobile

Nouveau voyage aux Indes orientales (1786-1813)

 | 
Pierre Sonnerat

Chapitre XII. (= chapitre III du tome II). Sciences, arts et métiers des Indiens

Texte intégral

Décadence des sciences

1/95/ Si les arts et les sciences chez les Indiens ont été cultivés de tems immémorial, ils ont fait peu de progrès et ils ont presque tous restés au point où ils étoient, il y a cinq mille ans. La division des castes, l’attachement aux usages anciens, la tyrannie des Persans, des Arabes qui ont autrefois subjugués l’Inde, le gouvernement despotique actuel des Mogols qui n’ont jamais aimé, ni cultivé les sciences, ni favorisé et récompensé ceux qui s’y adonnent, ont toujours été un obstacle à ce qu’ils vinssent à un plus haut degré de perfection. Les Indiens, il est vrai, s’occupent peu de science, le caractère essentiel des hommes dans les climats chauds est la paresse d’esprit et de corps. Ils ont eu anciennement, il n’y a pas de doute, des philosophes et des poètes, les philosophes de l’Égypte, de la Grèce ne seroient pas venus s’instruire chez les brachmanes, s’ils n’avoient pas été connus pour des hommes savants et des sages. On en est convaincu en lisant les ouvrages anciens qui respirent la morale la plus pure et renferment des connaissances sur l’astronomie, l’astrologie, la philosophie, la botanique et la médecine. Les Indiens d’aujourd’hui ont bien déchus de ce tems. Il est rare de trouver parmi eux des hommes /96/ instruits et des écrivains que quelques brames, le peuple ne peut même lire leurs ouvrages écrits dans une langue qu’il n’entend pas.

Eloquence

2Il ne paraît pas que les anciens Indiens ayent connu la véritable éloquence, ils n’ont aucun ouvrage qu’on puisse comparer à ceux de Démosthènes et Cicéron. Qui est ce que les brames qui étoient les seuls savans, auraient eu a persuader, tous ceux qui n’étoient pas de leur caste, les regardant comme une partie de l’être suprême, tout ce qu’ils disoient, étoit reçu comme parole de dieu, et ils n’avoient pas besoin d’employer l’éloquence pour être cru.

Poésie

  • 1 Vyāsa, à qui l’on attibue a composition des Vedas.
  • 2 Kambaṉ, auteur de la plus célèbre version tamoule du Rāmāyana ; il vivait aux environs de l’an 100 (...)
  • 3 Kālidāsa, milieu du VIe siècle ap. J.C. ( ?), poète, auteur de Śakuntala et autres ouvrages.

3Ils ont encore quelques poètes, mais dont la poésie, selon l’usage des orientaux, est toujours empoulée, enveloppée d’allégories, et remplie d’emphases gigantesques et extravagantes. Elle consiste, comme la nôtre, dans le nombre des syllabes et dans la rime. Ils ont eu des poètes dans les tems les plus éloignés, Viasser1, Kamban2, Calidasa.3, et d’autres ont laissé des ouvrages en vers très estimés.

4Quelques-uns sont écrit d’un style sentencieux, composés avec beaucoup de méthode et remplis d’images, de pensées nobles et de traits d’éloquence. Quoique ornées de fictions et surtout infestés de l'histoire fabuleuse de leurs divinités, ils ont tous été fait pour exhorter les hommes à pratiquer la vertu et à fuir le vice. Ils ont même quelques poèmes épiques dans lesquels on trouve de l’harmonie et de la chaleur dans les pensées.

Ramayana tamoul

5On admire surtout le Ramayanam, ou l’histoire de Rama ou Raman, une des incarnations de Vichenou, qui comprend quarante huit mille vers, /97/ composé par le fameux Kamban. Il y a des expressions selon eux si sublimes qu’ils l’entendront répéter la centième fois avec le même plaisir que la première et ils le regardent comme un ouvrage si beau que les sectateurs de Chiven le lisent avec plaisir quoiqu’il soit en l’honneur de Vichenou.

Mahabharata tamoul

  • 4 Mahābhārata.
  • 5 Dharma Rāja.
  • 6 Hariścandra.
  • 7 Om (skr.), particule d’affirmation sacrée.
  • 8 Pāṇḍava.
  • 9 Duryodhana.
  • 10 Kaurava.
  • 11 Bharata.
  • 12 Pañcama Veda.

6Ils ont aussi le Baradam4, poème en l'honneur de Darma Raja5, l'histoire d’Arichandra6 et celle de plusieurs autres anciens rois de l’Inde qui, par leur vertu ont obtenu l’apothéose. Le premier a même ses poutcharis, ou prêtres qui s’assoient par terre sur une natte dans les carrefours, une clochette en main et chantent divers passages du Baradam, ce qui attire un concours de monde qui se passerait de manger et de boire la journée entière pour écouter les hauts faits de ce roi vertueux, les plus attentifs lui font l’aumône, sa femme assise à côté de lui, l’accompagne avec des castagnettes et à la fin de chaque verset, elle dit toujours oum7, comme pour applaudir à ce que son mari vient de chanter et assurer que ce qu’il vient de dire est bien vrai. Le Baradam décrit les guerres que Darma Raja, joint à ses frères, dont les partisans se nommoient Pandavers8, eut à soutenir contre Triodanen9 son cousin, dont les partisans se nommoient Kauravers10 pour la succession à la couronne ; on donne à cet ouvrage le nom de Baradam parce que Darma Raja et Triodanen étoient tous deux descendants du roi Baraden11 ; comme le Baradam parle aussi de la divinité, de la création, /98/ du monde, des vertus morales et il est aussi appelé Pandjama Védam12, qui veut dire Cinquième Védam.

7Les Indiens ont aussi des fables qui sont ingénieuses, ont de la naïveté et dont les morales sont très justes. Ils ont aussi quelques livres de sentences.

Théâtre

  • 13 Mahābhārata.
  • 14 Vikramāditya.
  • 15 Bhoja rāja.
  • 16 Kālidāsa

8Ils ont eu de tems immémorial des comédiens, mais il seroit difficile de déterminer l’époque où on commença à jouer des espèces de comédies ou plutôt des drames sur les théâtres dans l’Inde. On voit dans les Pouranons que les héros du Mahabarat13, qui vivoient avec gloire il y a plus de cinq mille ans, faisoient jouer des pièces pour leurs amusemens, mais, pour parler avec plus de certitude, on trouve dans les histoires plus moderne que Vacramadetya14 un siècle avant l’ère chrétienne, Bhoja Raja15, son successeur, tous deux rois de la péninsule renommés par leur amour pour les sciences, par leurs soins à les faire fleurir et leurs libéralité pour attirer auprès d’eux les savants, qui eux mêmes étoient poètes, avoient réuni à leur cour tous les pandits (savans) du pays, dont on voit un Calidasa16 pour le plus renommé. Chacun de ces pandits composoit des pièces dramatiques et les présentoit à leurs princes pour les amuser. Ainsi les Indiens jouoient des actes bien des siècles avant que les nations européennes ayent eu l'idée d’en faire jouer.

9Presque toutes les comédies ont rapport à leurs dieu ou à leurs anciens rois déifiés, mais toutes sont pleines de morale et tendent à inspirer des sentimens d’honneur et de vertu. /99/Le maître de danse, le chanteur, les joueurs de fluite, de hautbois, de trompette, du tal, du matalan et du turty (a) suivent toujours les acteurs et font groupe derrière eux.

  • 17 Tāḷam (tam.).
  • 18 Mattaḷam (tam.).
  • 19 Turutti (tam.).

[note (a) : le tal17 est un instrument composé de deux espèces de petits plats dont l'un est d’acier et l’autre de cuivre, cet instrument sert à régler la mesure et les pas des bayadères ; on les fait battre l’un contre l’autre, ce qui rend un son aigre. Le matalam18 est une espèce de petit tambour qu’on porte en travers sur le corps pour avoir la facilité de frapper avec les mains des deux côtés. Le turty ou tourti19 est une espèce de musette qui fait l’effet du basson. Voyez dans mon Voyage aux Indes et à la Chine les figures 11, 12 et 13, pl XVI. tome I.]

10La représentation d’une pièce régulière dure ordinairement deux ou trois soirées à raison du récit toujours fort long des différents personnages et des entre-actes pendant lesquels les bayadères dansent.

11Aujourd’hui les princes sont tellement dans l’avilissement qu’ils ne peuvent plus avoir à leur suite des savans, des poètes et des comédiens.

  • 20 Raghavachari.

12On ne voit plus que quelques baladins courir les villes pour jouer quelques actes ; les bayadères jouent aussi des petites pièces, des pantomines mêlées de chants, mais ce sont toujours des actes d’amour. /100/ Je joins ici en note (a) le résumé d’une pièce que les Indiens aiment beaucoup et que le brame Ragaviah charry20 fit imprimer dans les papiers « Nouvelles de Madras ».

Exemple de pièce

[note (a) : Le seigneur maure dissipateur. Drame. Cette pièce représente les malheurs de la vie dissipée d’un jeune seigneur maure riche qui, donnant tout son temps à ses plaisirs plutôt que l’employer utilement à remplir ses devoirs, finit par tomber insensiblement dans la plus grande misère. À sa première entrée dans le monde, il se lie avec des jeunes gens libertins qui, le sachant riche, le flattent sans cesse, l’entretiennent dans son goût pour la dépense et lui inspirent l’amour du jeu et des femmes ; dès lors, il emploie des émissaires à lui procurer les plus belles, il leur donne des fêtes, il passe ridiculement son temps à donner des repas, à faire danser les bayadères et à fumer le houka ; ses prétendus amis le trompent au jeu et le volent ; chaque jour, il perd beaucoup d’argent. Son divan (intendant) lui apporte ses comptes et veut l’engager à jeter les yeux sur ses excessives dépenses, mais l’infatué seigneur ne veut pas les voir et lui dit qu’il s'en rapporte absolument à sa probité ; son confident le maintient dans ces dispositions pour qu’il ne soit pas effrayé des sommes énormes auxquelles elles se montent, lui observant qu’un grand seigneur comme lui ne peut pas s’abaisser à calculer ses comptes ; le divan n’est pas plutôt sorti, qu’il le fait rappeller ; obligé à de nouvelles dépenses, il lui demande de l’argent pour payer ses extravagances ; le divan lui répond que n’ayant rien pu percevoir sur ses biens, la disette étant générale faute de pluie, il n’a plus un fanon entre ses mains, que jusqu’à présent il avoit trouvé à emprunter en son nom, qu’aujourd’hui, ses amis se trouvant eux-mêmes très génés, ils ne peuvent plus rien lui avancer ; ce qui l’oblige, pour payer/101/ses créanciers qui viennent les uns après les autres, à mettre une partie de ses bijoux en gage et à vendre l’autre. Les usuriers profitent de son besoin pour les avoir au tiers de leur valeur ; mais bientôt il n’a plus cette ressource ; accablé de dettes, il se trouve réduit à la plus affreuse misère ; alors, n’ayant plus rien à donner à ses femmes, il leur distribue son habillement ; à l’une il donne sa robe ; à l’autre, son turban, etc. Enfin il se trouve si bien dépouillé de tout qu’il est réduit à demander l’aumône et il finit par porter le petit manteau d’un faquir, dernière ressource autorisée par Mahomet pour le salut de ses disciples débauchés.

  • 21 Kiruṣṇa vilācam (tam.).

Le brame Ragaviah charry en joignit une autre qui portoit le nom de Quichena valassa21 ou les amusements de Quichena ; elle est plus dans le genre indien, mais elle est trop longue pour être transcrite ici. Semblables aux comédies des autres peuples, ajoute-t-il, nous avons dans les nôtres des bouffonneries, des pointes, des saillies gaies qui amusent beaucoup les spectateurs de ce pays et les incitent à rire. « Courrier de Madras, 24 décembre 1806.]

Tour du bambou

13Pour leurs amusemens, ils ont aussi des baladins, des bandes de vagabonds qui s’associent ensemble en une vingtaine, tant hommes que femmes, et vont courant les villes et les aidées, donnant le spectacle des tours de force, d’agileté et d’adresse infiniment supérieurs à ceux de nos plus habiles Européens dans cette profession. Le tour du bambou est surtout surprenant ; ce bambou qui peut avoir trente-six à quarante pieds de longueur, se pose perpendiculairement dans un trou et il est tenu par quatre cordes. Une des femmes y monte et lorsqu’elle est parvenue à son extrémité, elle y prend différentes attitudes, telles que d’y former le cercle, de s’y tenir sur un pied, sur une main, /102/ de s’y poser horizontalement n’appuyant que sur le nombril sur lequel elle a simplement un morceau de cuir et dans cette position y faire différents gestes des pieds et des mains. Il y a une ancre de bois qui pend le long du bambou et qui est attaché au haut ; tout à coup elle se laisse tomber la tête la première et s’accroche avec un pied à l’une des pattes de l’ancre, ce qui est effrayant pour les spectateurs ; des enfants de huit à dix ans y joignent des tours de souplesse à étonner ; pendant le temps des tours, plusieurs tambours jouent doucement et battent avec plus de célérité et de force verrs la fin de chaque tour comme pour applaudir.

14Pl. 56. Baladins faisant des vers.

Astronomie

  • 22 Sūrya Grantha.
  • 23 Candra Grantha.

15L’astronomie est très ancienne dans l’Inde, mais elle y est très bornée, sans instruments ; il leur a été impossible de faire des progrès. Elle n’est connue aujourd’hui que de quelques brames qui y ont joint les erreurs de l’astrologie judiciaire. Ils ont huit à neuf ouvrages d’astronomie célèbres ; parmi eux les plus connus sont le Souria Grandam22, attribué à Sourien qui est le soleil, et le Sandra Grandam23, attribué à Sandren qui est la lune.

16Ils ont encore quelques autres ouvrages qui ne sont que des compilations ou des extraits des premiers et dans lesquels on trouve quelques légers changements dans la manière de calculer.

  • 24 Pañcāhkam (tam.).

17Les brames astronomes emploient aujourd’hui leur pratique sans en connoitre les raisons, mais elle leur sert à calculer avec assez d’exactitude les /103/ éclipses au moyen de formules qu’ils ont en vers énigmatiques, elle leur sert aussi à calculer le cours de la lune et des planètes et à construire leur Pandjangan24 ou almanach que les brames consultent tant pour prédire l’avenir, tirer les augures et les sorts, annoncer les jours heureux et malheureux et même les instants bons et mauvais. Les brames astronomes du Tanjaour suivent pour leurs calculs le Souria Grandam, et ceux de Cangivaron suivent le Sandra Grandam.

Système du monde

  • 25 Meru.
  • 26 Rāhu et Ketu.

18Ils n’ont aucune idée du système du monde. Ils voyent bien la terre ronde dont la montagne Mérou25 est le centre, mais ils la croyent immobile et pensent par conséquent que le soleil, la lune, les étoiles, les planètes décrivent leur orbite autour d’elle et en cela ils ont la même croyance que tous les peuples orientaux. Les Européens sont peut être les seuls qui soient revenus de cette erreur grossière. Ils divisent la terre en huit parties, dont chacune est gouvernée par un demi dieu. Ils sont persuadés que les éclipses sont occasionnées par deux géants Ragou et Quédou26 qui attaquent le soleil ou la lune et qu’ils finissent par les avaler ; aussi, à chaque éclipse, ils vont se baigner au bord de la mer et là avec des poêlons, des chaudrons et autres ustensiles de cuivre, ils frappent dessus avec des instrumens de fer, avec des pierres et joignent leurs cris aigus à ce tintamare pour obliger ces deux génies à quitter prise.

Géographie

  • 27 Akbar.

19/104/ Ils ne connaissent ni géométrie, ni géographie ; ils savent bien qu’il y a tant de cosses de telle ville à telle autre, mais ils n’ont jamais fait de cartes de leur pays, pas même le plan d’une seule ville. L’empereur Agbor27, qui étoit mogol, fut le premier qui, en 990 de l’Hégire (1583 de l’ère chrétienne), fit faire un relevé des pays qui lui étoient soumis, ainsi que celui des revenus et des productions de chaque province.

Histoire

20Ils n’ont point d’histoire de leur pays, mais seulement quelques traditions qui ne sont consignées dans aucun ouvrage. Aussi presque toutes les anciennes sont mêlées de traits fabuleux.

Médecine

  • 28 Kaḷḷi (tam.), Euphorbia antiquorum L., plante succulente.

21La médecine n’est point chez eux une science. Elle consiste dans un nombre de recettes qu’ils tiennent de leurs pères et qu’ils administrent sans aucun égard pour les symptômes particuliers des maladies ; leurs remèdes les plus usités sont presque tous externes, hormis quelques purgatifs et vomitifs, tels que des pillules de pignon d’Inde, de coloquinte, de cali28 (Euphorbia antiquorum L), l’huile de palma christi, etc., et ils emploient presque toujours une excessive diète, mettant le plus souvent le malade pour toute nourriture au cange (eau de riz). Tous les autres remèdes dont ils font usage dans les maladies graves sont ordinairement très chauds et portent l’inflammation dans les intestins ; aussi il est très dangereux pour/105/ les Européens de se faire traiter par un médecin du pays. Les Indiens ont la plus grande confiance dans leurs médecins ; ils meurent tranquilles entre leurs mains. Ils seroient tourmentés jusqu’à la mort ou jusqu’à leur parfaite guérison entre celles d'un médecin européen parce qu’ils croyent qu’il est impossible à un étranger de connaître leurs véritables maux.

22Si vous consultez un médecin indien, il vous tâte d’abord le pouls, voulant faire croire, et peut être même est-il persuadé qu’il connaît toutes les maladies par le pouls, mais jamais il ne s’écarte de ces trois états, que vous avez ou de la chaleur, ou du froid, ou des vents. Les médecins indiens ne connaissent que ces trois états où le corps puisse être.

Chirurgie

23Ils n’ont aucune idée de la chirurgie, ne font aucune opération, ne saignent jamais. L’horreur invincible qu’ils ont du sang leur empêche d’adopter la saignée. Ils n’ont jamais disséqué un corps pour en connaître l’anatomie et les préjugés de leur religion seront toujours un obstacle à ce qu’ils ouvrent un cadavre pour y découvrir les causes des maladies. Ce sont les potiers qui ont la réputation de remettre les bras et les jambes cassés ; les Européens, dans de pareilles circonstances les ont souvent employés avec succès.

Chimie

24Ils ne savent ce que c’est que la chimie. Cependant, des pandarons possèdent quelques secrets tels que de rendre le mercure solide, /106/ d’amalgamer quelques métaux ensemble et de faire quelques essences. Ils font bien de la poudre à tirer, mais grossière, et sans doute ils tiennent la méthode de la faire des Chinois car, de tems immémorial, on voit qu’ils tirent des artifices à leurs fêtes.

Fonte des métaux

25Depuis plusieurs milliers d’années, ils connaissent la fonte des métaux ; ils avoient des cloches dans les temples de Chiven longtemps avant l’arrivée de Vichenou qui date de plus de cinq mille ans et ils ont des monnaies d’or, d’argent et de cuivre frappées au marteau si anciennes qu’on ne peut connaître dans quel tems elles ont été fabriquées, mais il n’est pas rare d’en trouver qui ont plus de quatre mille ans. Il paroit que le métal qui servoit à fabriquer ces diverses monnaies leur étoit apporté par des étrangers ; ils ont bien des mines d’or, d’argent et en quantité de celles de cuivre, mais ils ne les exploitent pas. Le fer est le seul métal qu’ils extraient. Ils en ont, il est vrai, dans presque toutes les provinces d’excellentes mines dont quelques unes sont situées dans les lieux les plus convenables pour en faciliter l’exploitation, étant à portée des bois et des eaux ; ce fer est ordinairement d’une très bonne qualité, aussi doux et aussi malléable que celui de Biscaye. Avec tous ces avantages, l’art des forges est à peu près encore inconnu aux peuples de l’Inde et le temps ne leur a rien appris. Dans les endroits où on fait du fer, ils fondent le minerai, mais /107/ ils ne savent pas la manière de le couler et ils ne le pourroient, vu la mauvaise construction de leurs fourneaux ; ils ne les font que de terre et d’argile mêlées à de la bouse de vache séchée ; ils ont à peu près trois pieds de diamètre et autant d’élévation ; ils en mettent donc trois ou quatre sur la même ligne à proportion de l’importance de la fabrique ou de l’abondance de la mine. Ils jettent le métal et le charbon pêle-mêle dans les fourneaux. On les bouche pour concentrer la chaleur, n’y laissant qu’une petite ouverture pour juger du progrès de la fonte. Les soufflets sont des outres de cuir qu’un homme presse et qui donne assez d’air. L’embout de ces soufflets est de bambou. Tout ce mécanisme est fort grossier et peu expéditif, aussi les Indiens font peu de fer et jamais assez pour leur besoin et cet objet apporté d’Europe est toujours d’un débit sûr. Ils le réduisent en lingots de trois ou quatre livres et c’est ainsi qu’il est transporté et vendu.

Fabrique du verre

26Dans plusieurs endroits, ils fabriquent un verre grossier et ne font guère que des bouteilles de diverses couleurs à long col pour l’eau rose, dont les Musulmans s’aspergent dans toutes les cérémonies et je serais porté par là à croire que c’est aux Mogols et peut être aux Arabes qu’ils doivent la connoissance de faire le verre. Ils fondent aussi des bouteilles /108/ pour la houka et des manilles de diverses couleurs dont les femmes indiennes se parent les bras lorsqu’elles ne sont pas assez riches pour en avoir en or et en argent.

Fabrique du papier

  • 29 Ōlai (tam.).

27C’est aussi aux Musulmans qu’ils doivent la connaissance de la fabrique du papier qui, en général, est toujours très mauvais et d’une couleur jaunâtre. Dans quelques endroits, ils le font avec des chiffons, dans d’autres avec du bambou et d’autres plantes qu’ils laissent macérer et qu’ils pilent pour le mettre en pâte. Le papier ne sert point aux Indiens pour écrire, ni pour l’impression, car ils n’ont jamais connu l’imprimerie, leurs anciens ouvrages et tout ce qu’ils écrivent encore aujourd’hui sont sur des olles29 qui sont des lames de feuilles de palmiers sur lesquelles ils tracent les caractères avec un poinçon et passent ensuite du noir sur les lettres qu’ils viennent de tracer. Ils écrivent des deux côtés de Folle quand ils font ou qu’ils copient un ouvrage. Pour former un livre, ils mettent les olles les unes sur les autres et font à chaque extrémités un trou qui traverse toutes les feuilles, ils y passent un cordon qui réunit ainsi toutes les olles et qui sert à les lier ensemble.

Arts

28Les arts n’ont pas fait plus de progrès que les sciences. Les Indiens, livrés constamment au joug de l’habitude, suivent les traces que la routine leur a marquée ; ils imitent leurs pères et l’habitude perpétue les abus ; cette sujestion [suscite] toujours un obstacle à ce qu’ils parviennent jamais à faire quelque chose au-delà de ce qu’ils faisoient /109/ anciennement, tels ils étoient il y a quatre mille ans, tels ils sont aujourd'hui.

Peinture

29Leurs peintures ne sont de même que les anciennes, que des imitations de mauvaises enluminures, sans dessin et sans composition. Ils ne connoissent ni perspective, ni clair-obscur.

Sculpture

30La sculpture n’est pas plus avancée que la peinture, les statues, les bas reliefs de leurs temples, les décorations des tours qui ornent les portes de ces temples, la sculpture en bois de leurs chariots, cette machine énorme qui porte le dieu le jour de la dédicace de son temple, sont mal dessinés et mal éxécutés ; nulle proportion dans les figures, des draperies roides et des ornemens sans goût, mais cependant faits dans le génie des peuples pour lesquels ils ont été éxécutés.

Architecture

31Leur architecture n’a rien de l’élégance de celles des Européens. Ils n’ont rien changé à la forme ancienne de leurs temples, ceux d’aujourd’hui ressemblent absolument à ceux construits il y a quatre mille ans et ne diffèrent que par la grandeur ; ils ne sont plus assez riches pour en élever d’immenses comme sont les anciens, ces temples, quoique d’un travail surprenant et qui étonne celui qui n’y voit que leur immensité, ne sont que des pierres entassées, des masses énormes qui en imposent à la vue, les colonnes /110/ nombreuses qui en sont l’ornement sont sans grâce et sans proportion, de la même grosseur dans toutes leurs parties et même souvent elles sont plus minces par le bas qu’en haut, les chapiteaux paraissent quelquefois des couronnements énormes pour des colonnes si minces.

Musique

  • 30 Kōval, kōvalan (tam.), berger.
  • 31 Vīṇā (skr.).

32La musique fut connue des Indiens, selon leur tradition, dès le règne de Maradje, fils de Kichen, un des premiers rois de l’Inde et, quoique très ancienne, elle est encore sans méthode et sans principe, leur chant est sans harmonie, l’un chante haut, l’autre bas sur quatre à cinq notes, qui commencent par une espèce de bourdonnement et va en augmentant jusqu’à la fin du verset où ils éclatent ; ils recommencent le verset suivant par le même bourdonnement. Les instruments dont ils se servent pour accompagner la voix n’ont point la douceur des nôtres et la couvrent entièrement. N’ayant point de demi-tons, ils ne peuvent avoir de mineurs dans leurs airs ; cependant quelques brames marattes et d’autres de la caste des kauvals30 qui est celle des musiciens, qui courent les villes pour attirer l’aumône des passans, chantant plusieurs ensemble, des complaintes et des hauts faits de leurs dieux, de leurs anciens rois, en s’accompagnant du vina31, (a) [note (a) : Le vina est une espèce de guitare au manche de laquelle on attache une calebasse pour lui faire rendre un son plus harmonieux ; voyez mon Voyage aux Indes et à la Chine la figure 6, pl. 17, tome I.] sans avoir de variété dans leur chant, mettent /111/ entr’eux assez d’accord pour plaire à l’oreille.

33Les autres instrumens dont on se sert dans les pagodes, dans la marche des princes, dans le mariage et autres fêtes, sont des trompettes, des espèces de hauts bois, des timbales, des tam tams, etc. ; tous instruments très durs qui, lorsqu’ils jouent ensemble font un vacarme horrible et ils ne pourroient noter les airs qu’ils jouent de routine.

Danse

34La danse n’est pratiquée que par les bayadères ; comme on ne donne aux autres femmes ni éducation, ni liberté, on a été nécessairement obligé de séparer une classe particulière de femmes élevées pour le plaisir du public et son amusement.

  • 32 Ḥavaldār (hind.), qui a un poste de confiance, commandant de fort.
  • 33 Nazar (ar.).

35Les bayadères sont pour la plupart des orphelines ; les ouvriers particulièrement les tisserands destinent ordinairement à cet état la plus jeune de leurs filles et l’envoyent à la pagode avant qu’elle soit nubile. Ces jeunes filles dès lors se consacrent à honorer les dieux qu’elles suivent dans les processions en dansant et chantant devant leurs images. Les brames leur donnent des maîtres de danse et de chant. Ils cultivent avec soin leur jeunesse dont ils délobent les prémices ; quand elles ont perdu leur fraîcheur, elles deviennent femmes publiques ; alors elles forment un corps entr’elles et s’associent avec des musiciens pour aller danser et amuser ceux qui les font appeler. C’est avec les bayadères que les avaldares32 donnent le nazére33 ou présent aux officiers de marque qui passent chez eux ; c’est aussi la première cérémonie qui se pratique /112/ à la réception des commandans ou à leur fête. Ces bayadères viennent avec les chefs des noirs en nombre de dix ou douze accompagnées de tous les instruments de la ville et de quantité de banderolles et de pavillons. La première danseuse porte un plat plein de bétel et d’aréque et dans le milieu de ce plat est le nazére qui doit toujours être impair ; il ne peut être moins de onze roupies mais, pour l’ordinaire, il est de cent onze roupies ou cent onze pagodes, et lorsqu’on veut que le nazère soit un cadeau, on le met de onze cent une pagodes d’or. Après que la bayadère a présenté le nazére, elle rejoint ses compagnes et alors la musique et le chant se font entendre et la danse commence. Elle est fort simple et consiste à présenter les mains ouvertes devant ceux à qui elles rendent hommage, à frapper des pieds en cadence et à précipiter l’action ; mais, lorsqu’on les fait appeler dans des divertissements particuliers, alors elles quittent toute pudeur, leur danse respire la plus grande volupté et elles savent l’inspirer aux spectateurs par leurs pas et leurs gestes lascifs.

36Elles ne dansent ordinairement que l’une après l’autre, à moins que leurs danses ne soient des entr’actes de pantomines ; alors elles dansent plusieurs ensemble. Un vieux malabar, dont l’emploi est de battre la mesure avec le tal qui anime la danseuse, la met en action et règle ses pas, se penche de son côté et semble lui communiquer, par la manière dont il frappe, la passion qu’elle met dans ses gestes/113/ et dans ses postures. Il l’excite à la danse en chantant et répétant sans cesse ta, thé, mais avec plus ou moins de vivacité et en montant le ton progressivement du plus bas au plus haut ; il y met quelquefois tant action qu’il entre dans des convulsions affreuses. La bayadère suit en doublant ses pas le son du tal, ses mains semblent flotter en avant de son corps, son attitude, ses mouvemens représentent chacun une action ; sa tête se penche négligemment, le son du tal s’adoucit, les yeux de la danseuse se ferment à demi, elle se presse le sein, tout en elle alors annonce la plus grande volupté. Si la danse est une pantomine de quelques scènes amoureuses, elle joint sa voix à celles de quelques-unes de ses compagnes et chantent des complaintes. Plusieurs hommes faisant groupe derrière chantent en cœur le refrain de chaque verset.

37Pl.. 57. La danse des bayadères avec un groupe derrière le Tal.

38Les bayadères sont ornées d’une manière qui paroit bizarre à l’Européen qui les voit pour la première fois. Elles ont grand soin de se parer quand elle sont appelées, de se parfumer et comme leurs profits sont immenses, elles sont richement vêtues, mettent des habits de tissus d’or et d’argent et leur habillement laisse voir tous les contours du corps ; elles sont quelquefois couvertes de pierreries et de bijoux, mais, si ceux qui les appellent l’exigent, elles ne font aucune difficulté et n’ont point de répugnance à se dépouiller de tous leurs habillemens.

39Elles ont ordinairement les cheveux bien peignés et ramassés dans une grosse tresse longue qui leur descend jusqu’en bas des reins, au bout de cette tresse /114/ elles portent un gland d’or assez massif pour en être incommodées dans leurs exercices. Elles ont sur le front une plaque d’or de la grandeur d’une piastre, très souvent enrichie de pierreries et derrière la tête, elles en ont une beaucoup plus large ; elles portent au nez un anneau de filigrame d’or dans le milieu duquel il y a le plus souvent une très belle perle ; leurs oreilles sont percées en plusieurs endroits et sont chargées de pendans d’oreille d’or, garnis de perles ou de diamans ; leurs bras et leurs pieds sont ornés de manilles de même métal ; celles des pieds se portent au-dessus de la cheville ; elle se ferment à ressort et sont creuses, de sorte que, très souvent, on y met de petites pierres comme dans les grelots et dont le bruit marque la mesure dans la danse. Pour augmenter la vivacité de leurs yeux, elle tracent autour, des cercles noirs avec un pinceau qu’elles trempent dans de la poudre d’antimoine calciné.

40Les bayadères sont sous la protection publique, elles sont honorées et jouissent des plus grands privilèges, mais elles sont obligées de se prêter aux caprices de tous ceux qui les demandent ; une bayadère ne peut refuser un brame, un pandaron, un rajepoute et tout autre Indien de caste, qui pour prix de ses complaisances ne lui doit qu’une feuille de bétel. On trouve de ces filles dans toutes les aidées un peu considérables, mais elles sont en plus grand nombre dans les villes et surtout aux environs des pagodes qui ont quelques renommées.

Musique et danse

41/115/ L’art de la musique et celui de la danse furent portés au plus haut degré de perfection dans les règnes des anciens rois de Trichenapaly, de Tanjaour, de Maduré, du Tonduman, ainsi que chez quelques Paliagards. Ces princes cultivèrent ces arts amusans et sacrifièrent leur fortune à les faire perfectionner, mais depuis que leurs descendans ont été subjugués, qu’on leur a enlevé leurs richesses et qu'on leur laisse à peine de quoi vivre, ils ne sont plus en état de soutenir et de payer des écoles de musique et de danse où puissent se former des sujets.

Les bayadères

42Je joins ici un extrait d’une dissertation sur les bayadères que le même brame Ragaviah Charry fit imprimer dans la gazette de Madras, le lendemain d’une superbe fête qu’il donna aux principaux habitants de Madras, dans laquelle les bayadères se distinguèrent.

  • 34 Kaikkōḷaṉ (tam.).

43Les bayadères, dit le brame, tirent leur origine de la tribu des Kicolas34 ou tisserands qui, par un usage attaché à leur caste, dédient dans chaque famille une de leurs filles au service des temples et du public. Il est à présumer que dans le principe, il y eut certainement des institutions établies qui régloient leur conduite, car quoique femmes publiques, plusieurs ont donné des preuves d’attachement et de fidélité. Les mœurs sont aujourd’hui si corrompues que la plupart se livrent publiquement au premier venu.

Différentes classes

44Les bayadères sont divisées en trois classes. La première est celle qui est employée au service /116/ des temples où la danse a lieu à des heures réglées ; il n’est pas nécessaire qu’elles soient remarquables par leur beauté, leurs maîtres, les mages du temple, ne sont pas difficiles sur ce point.

45La seconde est plus recherchée, plus à la mode. Les femmes qui la composent doivent être jolies et exceller dans la musique, dans la danse et surtout dans l’art enchanteur de la volupté ; celles-ci vivent dans une grande aisance ; ce sont celles de cette seconde classe qui sont toujours appelées dans les divertissemens et qui amusent leurs bienfaiteurs par des représentations théatrales.

46La troisième classe est composée de femmes dont la jeunesse est passée, qui se livrent sans honte à tout le monde et n’ont pour vivre que le métier vil auquel elles se livrent.

Apprentissage

  • 35 Dravida, pays où le tamoul est parlé.

47Les filles qu’on destine à cet état, doivent être jeunes, belles et bien portantes, les Pouranons disent que les femmes de Johorjara et de Sourastra (Bengale et Cachemire) sont les plus propres, parce qu’elles sont de la plus grande beauté ; que les femmes du Dravida35, sans être aussi belles que les précédentes sont charmantes et excellent dans les tours de force ; que les filles du Carnate virata n’ont ordinairement pour elles que l’amabilité. Nous sommes malheureusement placés, dit le brame, dans cette dernière division ; ainsi il n’est pas étonnant que nos danseuses ne soient pas remarquables par leur figure.

48/117/ Lorsqu’elles ont cinq à six ans, on les envoie à l’école de danse ; à huit ans, on leur apprend la musique, soit vocale, soit instrumentale, selon le goût qu’elles montrent. Quelques-unes d’elles font de grands progrès dans la danse, les autres dans le chant, mais le premier talent est limité ; à un certain âge il n’est plus possible d’outrepasser le point où on est parvenu, car pour bien danser dans le genre indou, il est indispensable d’avoir beaucoup d’agileté et de force de constitution ; il est reconnu qu’une femme passée vingt-cinq ans n’est plus susceptible de bien danser et ne doit plus s’attendre à des applaudissemens et à faire des conquêtes.

Récitals

49Quand la jeune fille est parvenue au degré de perfection nécessaire pour paroitre en public, alors les amis et les parents de la femme agée qu’on appelle la vieille mère sous la direction de laquelle elle doit entrer, sont réunis pour juger de ses talens, et après quelques formalités et quelques cérémonies religieuses, la jeune écolière est introduite dans l’assemblée devant laquelle elle danse et chante. Si ses talens ont mérité l’approbation générale, elle est aussitôt associée à d’autres qui sont déja sous la direction de la vieille mère et ensemble, forment une troupe qui est regardée comme devant mériter les applaudissemens du public et dès lors, elle est demandée pour célébrer les mariages et les autres fêtes.

  • 36 Śambhu ou Śiva.
  • 37 Pratap Singh (1739-1763).
  • 38 Tuljaji (1763-1787).

50Lorsque la troupe est appelée, en entrant dans la maison du maître de la fête, elle fait une invocation à Brouma, une à Poulléar, une à Rama. Elle chante ensuite une hymne en l’honneur de Sambho36, le premier inventeur de la musique et une /118/ en l’honneur de Pratapar Rudra, roi fameux du Carnate, de Yam Ranga, poleagard, de Pratapa Sinha37 et de Tolaga38, tous deux rois du Tanjaour ; ces quatre princes sont regardés comme ayant été de leur vivant les dieux de la musique. La troupe prend ensuite un peu de repos et règle pendant ce temps l’harmonie et les airs qu’elle doit jouer pour la danse.

51La bayadère entre sur la scène et par des pas variés, justes et mesurés, suit le son du tal ; bientôt un certain mouvement rapide, une flexibilité, une attitude molle, des tours de bras voluptueux, des pas languissans, la font admirer. Le natwa alors, double la mesure et prononce d’une voix rude thá thá, dindá thá, thá thá, thá thá, dindá thá ; et il finit ces syllabes fortement dans le moment où la bayadère fait un tour de force, la position de ses mains, l’attitude de sa tête, les mouvemens de ses yeux doivent exprimer ses idées et ses pensées, le spectateur doit par là connoitre tout ce qu’elle a envie de représenter.

Vie personnelle

52Les bayadères doivent leur fortune à leur qualité de femmes publiques. Lorsqu’une de ces jeunes filles devient en âge de puberté, elle est livrée à un homme qui ordinairement donne une forte somme qu’elle emploie pour acheter des bijoux. 11 lui fait en outre une pension qui est payée chaque mois. Cette jeune fille change de protecteur ou plutôt d’amant aussi souvent que cela peut convenir à ses intérêts et procurer quelqu’avantage à la vieille mère.

Salaires

53La troupe gagne toujours beaucoup, quand elle est appelée dans les fêtes ; le maître du festin donne trois cens et quelquefois cinq cens roupies pour danser et chanter deux ou trois jours ; tous les amis invités /119/ donnent aussi quelques pagodes, soit par générosité, soit par vanité. Cette dernière libéralité n’est point entière pour les danseuses ; elle est répartie entre les membres de la troupe, ainsi qu’il suit : on retire d’abord la dixième partie pour les pauvres ;ce qui reste est divisée en deux parts ; une est pour les danseuses, l’autre part est divisée en six dont une et demie pour la natwa, une et demie au pataca, une et demie au pillangola, une et demie au matalan ou maddalagar ; le trutyman (a) a une demie part, mais elle est toujours payée par les danseuses sur leur propre part.

  • 39 Naṭṭuvāṉ (tam.).
  • 40 Paṭakaṉ (tam.).
  • 41 Pullānkuḻal (tam.).
  • 42 Mattaḷam (tam.).
  • 43 Turutti (tam.).

[note (a) : le natwa39, est le maître de danse, celui qui bat du tal pour diriger la mesure et les pas de la danseuse. Le pataca40 est le chanteur, le pillangola41, le joueur de flûte, le matalan42, celui qui bat du tamtam, le trutyman, celui qui joue du turty ou tourty43, espèce de musette.]

54Je n’entrerai pas dans le détail des tons, des tems, des idées, comme le fait le brame Ragaviah charry, cela pourroit être ennuyeux (b) [note (b) : Gazette de Madras, 6 décembre 1806.].

Agriculture

55La nécéssité de subvenir à leur subsistance a forcé les Indiens à s’adonner à l’agriculture, aussi ils connaissent parfaitement la culture du riz, celle des petits grains et celle des grains dont on tire de l'huile ; les arbustes et les plantes qui fournissent des récoltes pour leurs fabriques et leur commerce, tels que le coton, l’indigo, le bétel, la canne à sucre, le tabac, etc. sont aussi cultivés avec beaucoup de soin, mais ils auraient /120/ pu faire davantage pour améliorer leurs champs en transportant des terres et en mêlant celles qui sont trop fortes à des terres sablonneuses ou en ajoutant à celles qui sont maigres des terres fortes et grasses ; jamais ils n’ont eu seulement pensé qu’on pût les améliorer par un pareil mélange.

Arrosage : la picote

  • 44 Picota (port.), appareil de puisage composé d’un balancier articulé sur un poteau vertical fixé da (...)

56Les terres dans un climat aussi sec et aussi brûlant ayant besoin continuellement d’eau, ils ont donné tous leurs soins à leur arrosement et ils ont fait, comme je l’ai déja dit, des travaux incroyables pour creuser des étangs qui puissent contenir assez d’eau pour arroser une année entière tous les champs de neslis à quatre et cinq lieues aux environs et, si les pluies ont été assez abondantes pendant l’hiver pour remplir les étangs, ils sont sûrs de leurs récoltes. Ils se servent pour arroser leurs champs de la picote44 qui est une espèce de bascule au bout de laquelle, il y a un seau de cuir ou de fer battu, mais quand l’eau des étangs est au niveau du champ, ils se servent simplement de paniers (a) [note (a) : voyez, pour la description de la picote et la manière de se servir des paniers pour arroser les terres, mon Voyage aux Indes et à la Chine, tome 1, page. 107, pl. 23 et 24. ]

57Ces deux manières donnent promptement beaucoup d’eau ; avec peu de travail et en très peu de tems, le champ en est couvert.

Jardins

58Ils ne sont point jardiniers, ne connaissent point la greffe et ils n’ont rien fait pour améliorer les fruits que la nature a fait croître dans leur pays. Ils ne cultivent même que les légumes à leur [usage]. Leurs jardins ne consistent que dans des carrés de brèdes, des béringèdes, de petits oignons, des giromons, /121/ et quelques plantes légumineuses dont ils font leurs caris.

Artisans

59Les artisans sont ceux qui réussissent le mieux ; s’ils n’approchent pas des Européens pour l’invention et la perfection des ouvrages, au moins ils réussissent à imiter parfaitement les modèles qu’on leur donne. Ils ne peuvent devenir plus parfaits parce qu’il n’y a point chez eux d’émulation ; on paye le meilleur ouvrier deux fanons (12 sols) et fît-il des chefs-d’œuvre, il n’auroit l’avantage que d’avoir la préférence, sans en avoir plus de profit. Il est vrai aussi qu’ils sont très mal montés en métiers et en outils, et il est même étonnant qu’avec aussi peu de moyens, ils puissent faire les ouvrages qu’ils nous vendent ; mais ils ont l’avantage sur l’ouvrier européen d’employer dans leurs travaux les doigts des pieds comme ceux des mains.

Tisserands

60Voyez la simplicité du métier du tisserand. Il le monte le matin devant sa porte, sous un arbre et il le démonte au soleil couchant. Il consiste en deux rouleaux portés sur quatre morceaux de bois plantés en terre ; deux bâtons qui traversent la chaîne et qui sont soutenus à chacune de leurs extrémités, l’un par deux cordes à une branche de l’arbre à l’abri duquel le métier est placé ; l’autre par deux autres cordes attachées au pouce de chaque pied de l’ouvrier, donnant à celui-ci la facilité d’écarter les fils de la chaîne pour y passer la trame ; et c’est sur un métier aussi informe qu’il fait ces belles toiles batardes, ces belles mousselines fines, ces beaux mouchoirs qu’on ne peut imiter en Europe. Le métier, pour la /122/ fabrique des étoffes de soie, est aussi informe et, cependant on connaissoit les étoffes de soie de l’Inde longtemps avant qu’on connût celles de la Chine.

Forgerons

61Le forgeron porte toujours avec lui son fourneau, sa forge, ses outils et travaille partout où on veut l’occuper. Il établit sa forge devant la maison ou dans la cour de celui qui l’appelle ; avec de la terre pétrie, il forme un petit mur devant lequel il place son foyer ; derrière ce mur sont deux outres de cuir qui font l’effet de soufflet et qui donnent beaucoup d’air, leurs embouts sont placés dans deux trous pratiqués dans le mur de terre qui communiquent au foyer. Un petit garçon apprenti presse alternativement sur l’un et sur l’autre outre, de cette manière, il anime le feu. La pierre lui sert d’enclume, ses seuls outils sont une pince, un marteau, une masse et une lime.

Orfèvres

62L’orfèvre indien établit de même son atelier chez celui qui le mande. Son fourneau est une panel le de terre cassée, un tuyau de fer lui sert de soufflet, une pince, un marteau, une lime et une petite enclume sont ses seuls outils. Il fait sur le champ ses creusets avec de la terre glaise mêlée de poudre de charbon et de bouse de vache séchée et avec d’aussi mauvais outils, il fait des chaînes d’or, des ouvrages en filigrane que nous admirons ; mais ils n’ont pu parvenir encore à polir l’or et l’argent et à imiter les différents ors de couleur.

Charpentiers

63Le charpentier ne connaît d’outils que le rabot, les ciseaux, le vilebrequin, le marteau et une espèce de /123/ de hache. La terre lui sert d’établi et son pied de valet ; mais il emploie un mois au même ouvrage que nos ouvriers font en trois jours. On a beau lui montrer la manière la plus prompte et la plus aisée de scier le bois, il aime mieux s’en tenir aux procédés vicieux qu’il a reçu de ses pères que d’en adopter de plus commodes qui sont nouveaux pour lui.

64Le scieur dresse sa pièce de bois entre deux solives plantées en terre et assis nonchalamment sur un petit banc, il emploie trois jours à faire avec une scie une planche qui ne coûteroit à nos ouvriers que deux heures de travail.

65Le forgeron, l’orfèvre, et le charpentier ainsi que quelqu’autre caste, ont le droit de porter la ligne ou cordon comme les brames, mais elle contient moins de fils et n’est pas conférée avec les mêmes cérémonies.

Cordonniers

66Jusqu’au cordonnier dont tous les outils ne valent pas vingt quatre sols, il ne se sert que de l’aléne et du couteau. Il n’a qu’une forme qu’il augmente en y collant des morceaux de cuir où qu’il diminue selon le modèle que vous lui donnez, car il ne prend jamais mesure sur les pieds. Quand vous lui commandez une paire de souliers, il faut la payer d’avance ; de l’argent qu’on lui donne il achète le chien marron (a) [note (a) : mouton à longs poils et à oreilles pendantes dont j’ai déja parlé dans le premier volume. Chap II] dont la peau doit servir pour cet objet ; il le tue /124/, prépare la peau dans la nuit et le lendemain, vous apporte vos souliers que vous ne lui payez souvent que douze sols la paire.

67Les cordonniers sont de la caste la plus vile en raison de ce qu’ils travaillent en cuir et parce qu’ils mangent de la viande et boivent des liqueurs ; ils sont méprisés des autres Indiens et regardés comme les derniers des hommes ; leurs cahutes sont dans des quartiers séparés, hors des villes et des aidées dont les autres Indiens n’oseroient approcher ; ce sont eux que l’on charge dans les établissements européens de l’odieux ministère des exécutions.

Conclusion

68De tout ce que j’ai dit on peut conclure que si les arts, malgré leur ancienneté dans l’Inde, n’ont pas fait de grands progrès, c’est que la mollesse du climat affaiblissant le caractère des hommes, lui ote l’énergie qui donne la force d’esprit. En effet, l’Indien en général est très paresseux ; il passerait des jours entiers assis ou couché à dormir ou à végéter. Un certain calme de la nature analogue à leurs [esprits] sans passion, est peut être la cause de cet attrait pour un genre de vie dont l’uniformité serait insuportable à tout autre.

69Les Musulmans ont poussé encore plus loin la mollesse. Il est rare d’en voir quelques uns s’adonner /125/ à aucune espèce de travail. Sans les Indiens, les ateliers seraient abandonnés ; les boutiques désertes et les terres en friche ; eux seuls entretiennent le peu d’industrie qui existe aujourd’hui dans l'Indoustan. Les grands ne connaissent que la fainéantise et la volupté ; voici un trait qui nous montre jusqu’où va leur ignorance.

Anecdote de Muhammad Ali Khan

  • 45 Muhammad Ali Khan, nawab de 1750 à 1795.

70Le roi d’Angleterre avoit envoyé en présent à Mahomet ali kan45, nabab du Carnate, un globe terrestre et une sphère. Mr Topin, astronome, fut chargé de les lui présenter. Je le priai de me permettre de l’accompagner ; le présent fut reçu avec de grande démonstration de joie. Mr Topin lui fit voir sur le globe le pays dont il étoit roi ; il lui donna ensuite quelques explications sur la sphère qui commencoit à l’ennuyer ; enfin, comme Mr Topin lui démontroit comment la terre et les autres planètes tournoient autour du soleil, il l’interrompit par une exclamation et lui dit : « qu’est ce que cela me fait tout cela ; quand mon cuisinier me sert un roti bien cuit, je ne m’inquiète pas s’il a tourné la broche à droite ou à gauche ». Le pauvre Topin fut atterré et ne put proférer un mot.

Notes

1 Vyāsa, à qui l’on attibue a composition des Vedas.

2 Kambaṉ, auteur de la plus célèbre version tamoule du Rāmāyana ; il vivait aux environs de l’an 1000.

3 Kālidāsa, milieu du VIe siècle ap. J.C. ( ?), poète, auteur de Śakuntala et autres ouvrages.

4 Mahābhārata.

5 Dharma Rāja.

6 Hariścandra.

7 Om (skr.), particule d’affirmation sacrée.

8 Pāṇḍava.

9 Duryodhana.

10 Kaurava.

11 Bharata.

12 Pañcama Veda.

13 Mahābhārata.

14 Vikramāditya.

15 Bhoja rāja.

16 Kālidāsa

17 Tāḷam (tam.).

18 Mattaḷam (tam.).

19 Turutti (tam.).

20 Raghavachari.

21 Kiruṣṇa vilācam (tam.).

22 Sūrya Grantha.

23 Candra Grantha.

24 Pañcāhkam (tam.).

25 Meru.

26 Rāhu et Ketu.

27 Akbar.

28 Kaḷḷi (tam.), Euphorbia antiquorum L., plante succulente.

29 Ōlai (tam.).

30 Kōval, kōvalan (tam.), berger.

31 Vīṇā (skr.).

32 Ḥavaldār (hind.), qui a un poste de confiance, commandant de fort.

33 Nazar (ar.).

34 Kaikkōḷaṉ (tam.).

35 Dravida, pays où le tamoul est parlé.

36 Śambhu ou Śiva.

37 Pratap Singh (1739-1763).

38 Tuljaji (1763-1787).

39 Naṭṭuvāṉ (tam.).

40 Paṭakaṉ (tam.).

41 Pullānkuḻal (tam.).

42 Mattaḷam (tam.).

43 Turutti (tam.).

44 Picota (port.), appareil de puisage composé d’un balancier articulé sur un poteau vertical fixé dans le sol.

45 Muhammad Ali Khan, nawab de 1750 à 1795.

© Institut Français de Pondichéry, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search