Version classiqueVersion mobile

Nouveau voyage aux Indes orientales (1786-1813)

 | 
Pierre Sonnerat

Chapitre XI (= chapitre II du tome II). Religion, moeurs et caractères des Indiens

Texte intégral

Castes

  • 1 Veda.

1/62/ La différence singulière des mœurs et du caractère des Indiens est fondée sur les divers usages qui sont admis dans leur caste ; le fond de la religion est le même chez ces différentes sectes, mais cependant rien de plus opposé que les Rajepouts, les Brames et les autres castes pour les mœurs ; tant il est vrai que la doctrine influe sur le caractère des peuples. Qui croiroit cependant que malgré cette différence d’opinion, le même livre qui indique et fixe à jamais le rang de chaque caste, celui qui imprime à chaque membre particulier l’esprit de la religion qu’il professe, les dogmes qu'il doit suivre, est le même pour tous ? C’est dans le Védam1 ou dans les commentaires de ce livre qu’on trouve l’histoire des choses, les premiers élémens de la matière, les cultes différents qui distinguent chaque caste ; c’est dans ce même livre qu’on trouve l’origine de toutes ces sectes si fort prévenues en leur faveur, qu'elles élèvent des barrières insurmontables à ce qui pourroit les unir entr'elles. C'est encore dans le Védam que le législateur a tracé l'histoire de Brama par laquelle toutes les castes sont supposées tirer de lui leur origine. Selon lui, les brames sont sortis de la tête de Brama, aussi les castes les croyent une émanation de la puissance divine. /63/ elles sont persuadées que le Dieu leur a communiqué son esprit et sa sagesse et qu’il ne les a rendu supérieurs aux autres que pour les instruire.

  • 2 Kṣatriya.

2Les Tchatriers2 qui sont les rajas (a) (note (a) : Tchatriers veut dire hommes qui portent les armes ; tchatriam en langue samscroutam signifie sabre.| sont sortis de ses épaules, allégorie qui annonce la force qu’il leur a donné pour soutenir le poids du gouvernement et pour porter les armes pour la défense de la patrie.

  • 3 Vaiśya.

3Les Vassiers3 (b) [note (b) : Le mot Vassiam dans la même langue veut dire commerçant.] qui sont les marchands, doivent leur origine à son ventre, ce qui désigne l’entretien du corps.

  • 4 Śūdra.

4Les Choutres ou Soudras4 (c) [note (c) : Soutirer veut dire gens de métiers, gens à ressort.] sont sortis des pieds de ce Dieu, voulant marquer par là ce qu’il y a de plus pénible dans la vie, parce que ceux qui composent cette caste étant des artisans et des mercenaires qui vaquent aux offices les plus fatigans, ils doivent par leurs travaux être subordonnés à la tête et aux bras. Cette idée de leur origine rendroit la plus nombreuse classe d’indiens bien à plaindre si l’opinion ne corrigeoit dans les particuliers les désagrémens de leur état.

Classes sociales en dehors de l’Inde

5La plupart des nations étoient divisées de même, l’Égypte avoit sept tribus, Athènes quatre, et l’Arabie trois, entre lesquelles les prêtres étoient les plus considérés, les citoyens se distinguoient à Rome en patriciens en chevaliers et en plébéiens, ces distinctions étoient héréditaires et jamais le chevalier et le plébéien ne pouvoient devenir patriciens. /64/ Les Israëlites étoient divisés en douze tribus ; ils prenoient toujours une femme dans leur tribu et il leur étoit défendu de s’allier avec les nations maudites descendues de Chanaan ; nous avions de même trois classes, que nous appelions les trois ordres, le clergé, la noblesse et le tiers-état, qui étoient eux-même divisés en plusieurs autres ordres qui différoient tous de mœurs, de coutumes, d'habillemens et en quelque sorte de langage.

Brahmanes

  • 5 Satyaloka (skr.).

6Les Brames qu’on a si souvent confondu avec les anciens Brachmanes, dont ils n’ont ni la sagesse ou les lumières, instruisant les autres castes, abusent souvent du droit qu’ils se sont arrogés d’être les interprètes de Brama et de faire parler le ciel en leur faveur ; jamais peut être on ne vit tant d’orgueil joint à tant d’humilité ; un Brame parle aux rois avec toute la fierté et l’arrogance d’un théologien qui dispense à son gré la justice et les biens célestes, l’emploi que le premier législateur lui assigna d’être le médiateur entre les hommes et l’être suprême lui donne des droits fort étendus, ceux de ne s’humilier jamais, d’être exempt de tous actes serviles, de demander et de recevoir l’aumône. Jamais, dit le Védam, tu ne renverras un brame sans lui avoir donné l’aumône qu’il te demandera, mais si tu ne peux la lui donner, tu le mèneras chez ton voisin qui se cotisera avec toi pour l’aider dans son besoin ; celui qui se dépouillera pour enrichir un brame, jouira dans le Satialogon5 (paradis /65/ de Brama) d’un plaisir pur et céleste, celui qui n’auroit pas amassé et gardé de quoi faire l’aumône aux brames, ira se purger sur les bords du Gange de son impuissance.

7Il est défendu de rien demander à un brame, car sa vie et son bien sont à Brama et malheur à celui qui dérobera quelque chose, fût ce même du bétel à un des serviteurs de Brama. Qui ne rougit pas de désespoir en lisant ces cruels devoirs ! Comment l’Indien ne découvre-t-il pas dans ces ordonnances l’auteur qui les a faites ? il s’y soumet cependant et ce joug imposé sur la plus grande multitude ne lui fait jetter ni murmures, ni plaintes.

8Le Védam enseigne aussi la manière dont on doit les saluer et un prince tel puissant qu’il soit, ne peut exiger un salut d’eux. Ils ne doivent pas mettre de la chaux dans le bétel pour le présenter à quelqu’un, fût-ce même au plus grand souverain.

Exécution d'un brahmane

  • 6 Nundcomar Rai, maharaja, qui fut pendu le 5 août 1775.

9Leur personne est si sacrée qu’ils ne peuvent être punis de mort pour quelque crime que ce puisse être. Si quelqu’un d’eux l’a méritée on lui crève les yeux, mais on le laisse vivre. L’exécution du malheureux brame Nundcomar6 que le gouverneur Hastings fit pendre à Calcutta pour un crime supposé, parce qu’il fut son délateur, est peut être le seul exemple d’un brame qui ait été mis à mort pour crime. Il est en même temps un grand exemple du pouvoir abusif que les gouverneurs avoient dans l’Inde, et Hastings chez une nation éclairée et juste a été /66/ lavé de cet assassinat judiciaire.

10On trouve encore dans le Védam que tuer un brame est des cinq grands péchés presque irrémissibles. Quiconque, dit ce livre, insultera un brame doit employer sa vie à réparer son injure ; si un Indien s’est rendu coupable de la mort de l'un d'eux, il fera tous les pélerinages connus de l’Indoustan ; il les fera en demandant l’aumône jusqu’à ce qu’il ait amassé de quoi bâtir une pagode ; si la mort arrêtoit le cours de sa pénitence, son sort est de souffrir dans une autre régénération. Tous ses descendans doivent entreprendre ce qu’il n’a pû achever. Que pourroient dire de plus des peuples ennemis du sang et qui ne conçoivent la destruction d’un être, même criminel, que comme un sacrilège à la divinité.

Brahmanes dépositaires des Vedas

11Non seulement, les brames sont de toute ancienneté la première caste des Indous, celle qui est en possession de toutes les fonctions sacerdotales, mais aussi ils réunissent à cet avantage celui d’être dépositaires du Védam ; ils ont seuls le droit de le lire et de l’enseigner à la caste qui les suit immédiatement, car les autres ne peuvent même en prononcer le nom. Ce sont eux qui dictent les changemens relatifs au gouvernement théocratique. Rédacteurs et interprètes nés de toutes les lois et institutions morales et souvent civiles, ils sont juges de tous les différends ; ils persuadent au peuple qu’ils tiennent toutes ces prérogatives de Dieu même, ce qui les fait regarder comme des hommes célestes ; il est évident que le respect que ces privilèges font /67/ naître en leur faveur leur assure pour longtemps le premier rang parmi leurs concitoyens.

Responsables des rites

12Ce sont eux qui sont les chefs des temples ; ils en dictent l’arrangement économique ; ils font les cérémonies du mariage et celles de l’inauguration des temples. Comme les plus instruits, ils font les almanachs, on y voit à quelle heure se lèvent le soleil et la lune, à quelle heure le soleil entre dans chaque signe du zodiaque, ses éclipses, celles de la lune, l’heure du jour à laquelle cette planète entre dans une des vingt sept étoiles, qu’ils appellent ses maisons. On y voit encore le tems où les planètes malfaisantes passent au zénith et enfin tout ce qui a rapport aux fêtes.

Supérieurs aux autres castes

13Chaque jour, les brames vont chez les Indiens qui leur font des aumônes pour leur annoncer les jours heureux ou malheureux et les momens favorables pour chaque entreprise ; ils affectent surtout les maisons opulentes, flattent les préjugés des âmes foibles et leur assurent toujours une heureuse réussite. Les brames sont très attachés aux cérémonies de leurs religion et les observent avec une superstition extrême. Ils regardent tous ceux qui ne sont pas de leur caste, si au-dessous d’eux qu’ils n’ont aucune communication avec les autres classes, aussi lorsqu’un homme de basse caste rencontre un brame, il doit faire un détour pour ne pas s’approcher et, s’il est nécessaire qu’il lui parle, il est obligé de mettre sa main devant sa bouche pour que son souffle ne le souille pas. Ces préjugés pour tout ce qui n’est pas eux font que ce n’est qu’avec beaucoup de peine et de /68/ dégoût qu’ils approchent des Européens.

  • 7 Jésuite, auteur de la carte intitulée “Partie méridionale de l’Inde par les RR.PP. Jésuites”, 1722

14La tribu des Lévites chez les Hébreux peut, à quelque égard, comme l’observe le père Bouchet7, être comparée à la caste des brames chez les Indiens.

Catégorie spéciale

  • 8 Paṇṭitappārppāṉ (tam.), brahmane savant ; titre honorifique donné aux brahmanes Madhva.

15Cependant les Pandidapapans8 qui sont une caste brame, prennent du service chez les princes mahométans et chez les Européens. On les emploie à tenir les comptes. Ce sont eux ordinairement qu’on envoyé en ambassade. Plusieurs sont employés par le gouvernement Anglais comme interprètes et sont le plus souvent leurs espions. Les maisons de commerce en ont chez elles et l’on a la plus grande confiance en eux ; les Indiens riches les emploient aussi pour leurs affaires.

16Par les fonctions qu’ils exercent, ils sont dispensés de celles du sacerdoce, mais leur manière de vivre est la même que celle des autres brames et ils doivent avant de rentrer chez eux déposer leurs habits, se baigner et prendre le costume prescrit.

Brahmanes cultivateurs

17Les brames ne s’occupent pas seulement de la religion et de l’étude des sciences et du commerce ; j’en ai vu conduisant eux mêmes la charrue pour labourer les terres qui leur appartenoient. Il n’est pas étonnant que le premier et le plus utile de tous les arts ne leur paraisse pas au-dessous d’eux.

Absence de prosélytisme

18Les brames, malgré leur orgueil, ont des mœurs douces et innocentes et mènent une vie tranquille. Ils croyent fermement à leur religion, mais ils s’embarrassent peu que d’autres y croyent. Ils n’ont jamais, le fer en main, cherché à inculquer à /69/ d’autres leurs sentimens, et il ne leur est jamais venu dans la pensée de courir la terre et les mers pour faire des prosélytes, comme les ministres du Dieu des chrétiens.

19Quand ces philosophes grecs furent dans l’Inde pour s’y instruire, ils trouvèrent des ministres de la religion indoue qui ne cherchèrent point à les ramener à leurs principes et à les obliger de croire ce qu’ils croyoient, mais ils trouvèrent des hommes qui raisonnèrent avec eux. Aussi les Brames n’ont jamais eu de ces disputes théologiques qui ont produit tant de meurtres chez les chrétiens et n’ont point ensanglanté leur pays pour des opinions différentes de la leur. Ils n’ont jamais accusé d’hérésie aucun de leurs concitoyens, laissant chacun adorer Dieu suivant ses principes. Ils permettent chez eux toutes les religions et ne peuvent concevoir comment en Europe des ministres d’un Dieu bon, qui ne doivent annoncer que la bonté de ce Dieu, ont eu la barbarie dans les derniers siècles de faire brûler à petit feu quiconque ne pensoit pas comme eux. Aussi la religion des brames n’a jamais fait répandre de sang. La religion d’Europe a coûté la vie à plus de deux cens millions d’âmes. Le Brame se croit, il est vrai, au-dessus des rois, mais on ne les a jamais vu les déposer, fouler aux pieds leurs couronnes, délier leurs sujets de serment de fidélité et disposer de leurs royaumes. Ils reçoivent l’aumône, mais ils n’ont jamais mis des impositions sur les empires, comme l’ont fait les évêques de Rome au nom de leur Dieu, ni ne vendirent des indulgences /70/ et la rémission des péchés (a).

[note (a) : Le pape Jean XXII mit une taxe apostolique sur tous les péchés ; il évalua le meurtre, l’adultère, la sodomie, la bestialité. Ce qu’il y a de plus surprenant, c’est qu’il trouva chez les chrétiens des hommes assez simples pour croire qu’il avoit le droit d’absoudre tous ces crimes et cette bulle lui rendit considérablement, ce qui prouve qu’il y a beaucoup de pécheurs. Encore au seizième siècle, les papes vendirent des indulgences et des absolutions ; un meurtrier étoit absous pour environ vingt écus. Un évêque un abbé pouvoit assassiner pour trois cens livres. Toutes les impudicités les plus monstrueuses avoient leur prix fait. On obtenoit même des dispenses non seulement pour des péchés passés, mais pour ceux qu’on avoit envie de faire]

Simplicité de vie

  • 9 Rodrigue Borgia, élu pape en 1492 sous le nom d’Alexandre VI.

20Le brame ne domine qu’à l’autel. Leurs patriarches ou gourous vivent encore dans la simplicité des premiers âges ; on ne les vit jamais entouré du faste et du luxe des souverains, comme le furent la plupart des évêques et des abbés de l’église chrétienne ; ils ne furent jamais ambitieux et sanguinaires et n’ont point eu parmi eux des Alexandre VI9 dont le nom sera en horreur tant que la chrétienneté existera ; leur devoir est de prier pour le peuple, de l'instruire de la religion, de faire les grands sacrifices et d’enseigner aux bramines initiés qu'il n'y a qu'un seul Dieu et qu’ils ne doivent adorer que cet être suprême dans leur culte sacré.

Marques

  • 10 Kuṭumi (lam.).

21Tous les brames doivent toujours avoir la tête et la poitrine nues, ils portent un cordon de fil de coton en écharpe de gauche à droite placé sur la chair. Ils se rasent les cheveux à l’exception d’un petit toupet qu’ils laissent derrière la tête et qu'on /71/ nomme coudoumi10 ; il pend par derrière avec un nœud, il est une marque distinctive des brames d’avec les autres castes. Les sectes se distinguent d’après les marques qu’ils portent au front et sur les bras.

Shivaïtes et vishnouites

22Les brames chivenistes ou sectateurs de Chiven se frottent le front de cendres de bouse de vache brûlée à la pagode. Quelquefois, ils ne forment que deux raies, mais dans l’une et l’autre manière, ils mettent dans le milieu une marque ronde rouge de la grandeur d’un pain en chaux ; ils mettent aussi deux raies de ces mêmes cendres sur les bras, la poitrine et les reins.

23Les brames vichenouvistes ou sectateurs de Vichenou portent au front deux raies blanches qui se prolongent et se réunissent à la naissance du nez, et une jaune ou rouge au milieu ; ils portent la même marque sur les bras, la poitrine, le ventre et les reins.

Rites

  • 11 Cantiyāvantaṉam (tam.).

24Les brames doivent prier continuellement, nommer cent fois, mille fois le Dieu de leur secte, se baigner régulièrement trois fois par jour, le matin et le soir en faisant le sandivane11, et à midi lorsqu’ils vont mettre les signes de sandal au Dieu de leur secte ou l’orner de fleurs. Ils doivent encore se purifier par le bain toutes les fois qu’ils veulent toucher à la figure de leur dieu.

25Ils doivent vivrent sobrement et ne rien manger de ce qui a une vie ; à l'âge de douze ans ils sont /72/ initiés au mystère du sacerdoce ; cette cérémonie est toujours suivie de celle du mariage ; alors on leur passe, avec beaucoup de cérémonies, un nouveau cordon composé de six brins de fil de coton où il y a deux nœuds ; on augmente le nombre des fils et des nœuds à mesure qu’ils ont des enfans, jusqu’au point marqué par le Védam.

Femmes brahmanes

26Les femmes bramines doivent prier, se baigner tous les matins, élever leurs enfants, préparer la nourriture, ne jamais manger en présence de leurs maris et toujours après eux ; ce sont elles qui vont chercher l’eau, qui ne doit être touchée que par elles ; autrement l’eau ne pourrait être bue. Si un individu de toute autre caste y portoit la main, le vase alors doit être brisé s’il est en terre et purifié par le feu s’il est de métal. Si elles perdent leurs maris, elles doivent se brûler avec eux, mais aujourd’hui, ce precepte est peu suivi. La plupart se contente de ne plus se parer de bijoux et de ne porter qu’une pagne blanche qui est le signe du deuil ; elles ne peuvent plus se remarier lors même que le mariage n’a pas été consommé.

Ksatriyas

27La seconde caste, celle de Tchatriers, qui sont les rajas, c’est-à-dire ceux qui descendent des familles royales, quoique professant les mêmes dogmes que les autres castes, n’en n’a nullement les mœurs, car les Rajepouts, les Marattes, les Sickes qui en tirent leur origine se font un jeu de tout détruire. Ce sont autant d’animaux féroces qui habitent avec des hommes qui se /73/ distinguent par leur douceur et leur amour pour l’humanité ; dans la paix, ils se livrent à la politique, cabalent entre eux et forment des projets de destruction. Un simple Rajepout, un Maratte, un Sicke, s’attache quelques uns de ses camarades, s’élève par degrés et devient bientôt un tyran impérieux qui dévaste les campagnes, incendie les aidées et porte partout la désolation, le ravage et la mort ; dans la guerre ils sont cruels. Ceux qui composent cette seconde caste ne peuvent lire le Védam, mais ils ont la prérogative d’en entendre la lecture.

Vaisyas

  • 12 Ceṭṭi, ceṭṭiyār (tam.), marchands tamouls.
  • 13 Komuṭṭi (tel.), marchands et boutiquiers d’origine télougoue.

28La troisième classe, celle des Vassiers est presque éteinte, il n’en reste plus que quelques familles dans le royaume de Ramessouren [Ramesvaram) ; elle n'est pas la même que celle des marchands qui trafiquent aujourd’hui dans toute l’Inde sous les noms de Chétis12 et de Commetis13 qui sont de la classe suivante.

Sudras

29La quatrième, celle des Choutres est la plus étendue ; l’homme qui étudie sans prévention le caractère et les mœurs des Indiens, je parle de ceux qui ne se sont pas corrompus en fréquentant les Européens, ne peut s’empêcher d’admirer cette nombreuse classe d’hommes qui compose cette quatrième caste ; jamais on ne vit plus de vertus morales réunies à tant de superstitions, plus de douceur et d’humanité à tant de faiblesse éloignée par des dogmes de toutes les autres nations ; la charité et la façon d’exercer l’hospitalité la rend frère de tous ceux qui l’environnent. /72/ Les Choutres qui labourent paisiblement les champs que leurs ancêtres ont cultivé ne désirent rien au-delà, insensibles au faste de ceux qui vivent dans les cours, rien n’altère la tranquillité de leurs âmes ; ils voyent avec indifférence les prospérités et les revers ; l’insecte enseveli sous l’herbe trouve en eux des protecteurs qui ménagent son existence et qui se feraient un crime de les fouler aux pieds ; cette douceur rejaillit sur les malheureux que les circonstances ont réduit à vivre d’aumône. Enfin on pourrait dire d’eux, qu’ils vivent encore dans cet âge que tant de poètes se sont efforcés de peindre sous le nom d’âge d’or. Ils n’ambitionnent ni les titres, ni les dignités et refuseraient un empire qui les tirerait de l’état laborieux et tranquille dans lequel ils vivent.

Vie heureuse

  • 14 Rāṇā (hind.).

30/74a/ Avant l’irruption des Arabes ils jouissoient avec tranquillité de la douceur du climat de leur pays ; le travail de leurs mains suffisoit à leur besoin ; les fêtes, les cérémonies religieuses étoient pour eux des spectacles et des plaisirs qui les délassoient de leurs travaux ; ils étoient heureux et pouvoient se dire libres, puisqu’ils étoient gouvernés par des rois qui professoient la même religion qu’eux et qui les aimoient. Ces rois ne voulurent porter d’autres titres que celui de rana14 qui signifie père et la tradition en nomme plusieurs qui ne s’occupèrent que du bonheur de leurs sujets, dont les Indiens vénèrent encore la mémoire et qu’ils ont fini par mettre au rang des demi-dieux.

Chauderies ou gîtes d’étape

  • 15 Piḷḷaiyār (tam.) ou Ganesa.
  • 16 Kāñci (tam.).

31Si leur industrie, le commerce, leur procuraient une fortune au-delà du nécessaire, ils la consacraient à la divinité en lui élevant des temples, où ils l’employoient à des actes de bienfaisance, en construisant sur les routes dans les sables brûlans, des chauderies, asiles où le voyageur trouve un abri pour se loger et se reposer, en creusant auprès des étangs pour qu’il puisse se laver et faire ses ablutions et en bâtissant à côté un petit pagotin ou chapelle dédié à Polléar15 pour qu’il puisse faire les prières et son adoration avant de se mettre en route. D’autres poussoient encore plus loin la compassion pour le voyageur indigent, ils attachoient à ces établissemens un fond pour qu'il puisse toujours y trouver de quoi se désaltérer et se nourrir ; encore aujourd’hui dans la plupart des chauderies, il y a un brame qui en est le gardien, qui dans un pandal à côté de la chauderie donne du cange16 (eau de riz) à tous les voyageurs qui en désirent, parias ou autres sans distinction de caste et distribue du riz aux pauvres. Qu’on imagine cependant la distance qu’un Indien de caste met entre lui et un paria ou un Européen plus dédaigné encore et l’on verra ce que l’amour de l’humanité a opéré parmi ces peuples que nous avons regardé longtemps comme barbares.

Vanité des puissants

32Croyez vous, lecteurs, que ces pyramides élevées aux cendres des rois d’Égypte, ce colosse de Rhodes, dont on ne voit point l’utilité, puissent être mis en parallèle avec les établissemens que conseilla la bienfaisance ? Je ne le crois pas. Laisser à la postérité des marques stériles de sa puissance, ce n’est pas intéresser le cœur, c’est tâcher de survivre à son existence par d’autres moyens que ceux de l’utilité générale. L’Antiquité nous offre bien plus de tyrans, de rois victorieux, d’emblémes de puissance et d'orgueil, que d’actes et de monumens de bienfaisance et d’humanité.

33Leurs femmes ont les mêmes mœurs, elles sont en général laborieuses, très sédentaires dans leur maison, s’occupent de leur ménage et ne sont point accusées de libertinage.

Velalars

  • 17 Vēḷāḷar (tam.), propriétaires terriens.
  • 18 Tiruvaḷḷuvar, auteur du Kuṟaḷ.

34Dans cette quatrième caste, ce sont les Vélagers17 (laboureurs) qui ont le premier rang et tous les écrivains indiens ont mit leur état au-dessus de celui des rois. Voici comment s’exprime le philosophe Tirouvalouven18 dont les écrits respirent la morale la plus pure ; il dit à l’article agriculture : “comme le mouvement de l’univers est le premier et le plus admirable de tous les ressorts de la nature, de même l’agriculture est le premier ressort de la conduite civile. Ceux qui vivent du travail de leur charrue jouissent /75/ du vrai bonheur et de la plus brillante prospérité ; toutes les autres professions ont leur désagréments et leurs inquiétudes. En mettant dans la balance, d’un côté la vie douce d’un Vélager et de l’autre celle d’un roi, on trouvera surement que celle du premier est préférable de toute manière”.

Caste de cordonniers chez les Marathes

35On trouve aussi aux Indes une caste maratte particulière, dont l’humeur diffère beaucoup de celle des autres et dont les mœurs sont absolument contraires à celles de toutes les castes indiennes ; leur métier est de faire cette espèce de souillers qu’on appelle babouches (a)

[note (a) : Les babouches sont des espèces de souilliers sans talon et sans quartier, terminés par une longue pointe qui se recourbe au devant ; elles sont souvent brodées en or, en argent et quelquefois en perles ; ce sont les souilliers dont se servent les seigneurs et princes musulmans.]

36et leur usage est de ne connaître aucun degré de parenté pour les mariages ; le frère s’unit à sa sœur et souvent la fille succède à sa mère et devient l’épouse de son père et elle ne peut s’en exempter. Ces cordonniers de caste maratte sont aussi réprouvés que les parias parce qu’ils touchent du cuir.

Parias

37La caste des parias forme encore une de ces différences singulières et si souvent répétées aux Indes. Ces malheureux regardés comme abjects sont abandonnés à l’exécration publique ; ils ne peuvent même partager les demeures des autres castes. C’est dans de mauvaises cahutes où un homme peut à peine entrer, hors des aidées que les parias ont leur retraite ; il leur est défendu de puiser de l’eau dans /76/ les puits des autres castes. Habitués aux emplois les plus vils, ils sont en horreur à tous les autres Indiens ; aussi jamais un Indou de caste ne voudrait être touché par un paria. Ce serait une profanation inouie qui entraînerait sur lui de grands malheurs, s’il ne se purifioit promptement en se lavant dans des eaux sacrées et par beaucoup de pénitence et des aumônes.

Attitude des souverains moghols

38Toutes ces différences dans les systèmes sociaux n’ont pas peu contribué à faciliter aux Mogols la conquête de l’Inde ; ces Tartares trouvèrent tant d’indifférence dans plusieurs castes pour conserver leur liberté, tant de crainte dans d’autres et si peu de résistance dans celle qui s’opposa à leurs armes que l’Inde fut bientôt subjuguée. En effet, on ne peut voir sans étonnement la multitude de défenseurs qu’avoit ce pays lors de l’irruption des Mogols, si on les envisage du côté du nombre ; mais aussitôt qu’on voit dans cette multitude tant de faiblesse et si peu d'harmonie, l’étonnement cesse et les Indiens ne paraissent plus que des hommes dont le sort étoit d’avoir des maîtres et de recevoir les loix du despotisme.

39Le Mogol en asservissant le peuple indou, lui laissa sa religion, ses loix, ses coutumes, ayant pour principe que, pour régner paisiblement, il ne falloit point changer les mœurs d’un peuple qui s’étoit laissé subjugé, parce que souvent le fanatisme donne de l’énergie à des hommes habitués à la mollesse lorsqu’on veut toucher à leur religion et à leurs /77/ usages, en effet la religion des Indous est merveilleusement accommodée au climat du pays, où elle est née ; elle contient des dispositions sages et politiques parfaitement bien assorties aux mœurs et au caractère des peuples qui la professent.

Maximes des Indous

40Elle a aussi des maximes douces et salutaires. Elle imprime aux obligations de la nature le sceau révéré de la religion ; elle ordonne aux enfans de chérir et de respecter leurs pères et mères ; elle oblige les pères d’aimer leurs enfans et de les élever avec soin et, si par leur pauvreté, ils sont hors d’état de les nourrir, elle impose aux princes et aux magistrats l’obligation d’y suppléer. Elle fait un devoir d’être affable envers ses semblables et surtout d’avoir pitié des malheureux et de les secourir. Elle veut que, conformément au vœu de la nature, les hommes de tous les climats soient égaux et se traitent comme des frères. (a)

[note (a) : Cette obligation de la religion des Indous me rappelle le fameux mandement que l’évêque de Soisson Stuart Fitz-James osa donner en 1754 dans lequel il dit expressément que tous les hommes et les infidèles mêmes sont nos frères et que nous devons également les traiter ainsi. Quelle leçon pour la chrétienneté, si tous les évêques eussent pensé de même, que de massacres et de meurtres de moins, il y aurait eu sur la terre. Que j’aime aussi le testament de Saladin qui eut tant de guerres à soutenir contre les Croisés. Il légua en mourant une somme considérable pour être distribuée en aumônes aux pauvres mahométans, chrétiens et juifs, regardant tous les hommes comme frères et disant que pour les secourir, il ne faut pas s’informer de ce qu’ils croyent, mais de ce qu’ils souffrent.]

41Elle proscrit l’esclavage, elle ordonne aussi de prier pour tous les hommes, même pour ses ennemis, de fuir le mensonge, d’avoir en horreur l’adultère et de supporter patiemment les adversités de la vie.

Superstitions

42L’agriculture est un objet de ses soins particuliers et, comme on abuse des meilleures choses, le respect qu’elle vouloit inspirer pour les bœufs et les vaches dans l’intention de faciliter, /78/ l’agriculture a dégénéré avec le tems en une honteuse superstition. Le bien qu’a fait cette religion ne saurait compenser les maux qu’elle a fait naître, car la religion du vulgaire indou est un amas d’opinions monstrueuses et ses dogmes et ses mystères sont une grande preuve de la misère de l’esprit humain.

Dieu suprême des brahmanes

43Avec tout cela, elle a formé un peuple doux et plein d’humanité, où peut être mieux encore ce peuple devant ces avantages au climat, elle n’a pas eu la force de détruire ce caractère malgré la dureté de quelqu’unes de ses institutions. Mais le Brame et les gens instruits ne reconnoissent et n’adorent qu’un seul Dieu que les uns nomment Chiven et les autres Vichenou ; ils conviennent tous que sa bonté l’a porté à s’incarner quelquefois et qu’il est descendu sur la terre pour apprendre aux hommes la pratique des vertus (a)

[note (a) : tous les peuples ont eu des dieux qui sont descendus sur la terre pour y faire le bonheur des hommes, pour les civiliser, leur donner des loix, les délivrer de quelques fléaux ou pour combattre des monstres et des géants qui désoloient le genre humain.]

44qu’il a puni les géans qui vouloient se faire adorer (b),

[note (b) : il n’y a pas de doute que c’est d’après cette allégorie des géants révoltés des Indiens contre Dieu que les Grecs ont fabriqué leur fable des Titans qui combattirent contre Zeus, le maître des dieux ; Hercule et d’autres demi-dieux restèrent attachés à Zeus ; les géants furent vaincus et enchaînés. Les Juifs établirent sur cette fable la révolte de Lucifer, de Bélzébut et d’autres anges contre Dieu qui les précipita dans l’abîme ; ce qui a donné lieu à Milton de faire son Paradis perdu.]

45qu’il est le seul qui punit les méchans et récompense /79/ l’homme vertueux en le faisant participer dans son paradis de son bonheur.

  • 19 Kantapurāṇam (tam.), Skandapurāṇa (skr.).

46Tous les autres peuples, ainsi que les Indiens, reconnurent et reconnoissent un seul dieu suprême ; les Romains avoient leur Deus optimas maximus ; les Grecs leur Zeus ; les Egyptiens leur Osiris ; les Chinois leur Tien ; les Siamois leur Sammonocodon, le dieu attendu par les Siamois à la fin des siècles ; les Turcs, les Arabes, les Tartares les Persans ont aussi leur Dieu suprême ; Mahomet n’est regardé par eux que comme un envoyé de Dieu. Si les Indiens ont fait de leur sages et de leurs rois vertueux des dieux subalternes, des demi-dieux, les autres peuples n’ont ils pas des divinités, des saints, des êtres intermédiaires qu’on n’adore point, mais qu’on honore et qu’on prie pour qu’ils intercèdent auprès du grand être ? Les Brames n’élèvent des temples qu’à Dieu seul ; les demi dieux ou les saints n’ont que des petites chapelles ou leurs figures dans le temple du grand dieu ; ils méprisent le culte de ces dieux secondaires auxquels les chantres élèvent des autels tels qu’à Mariatale, déesse de la petite vérole, à Ayenar. On lit dans le Candon19, un des Pouranons qui sont des commentaires du Védam : “les ignorans adressent leurs vœux à des idoles façonnées par la main des hommes, mais le sage adore Dieu en esprit. Ceux qui ne désirent que des biens temporels comme la progéniture, les richesses, la beauté, etc., ne s’adressent et révèrent des divinités particulières, mais ceux qui veulent parvenir à la béatitude ne s’adressent qu’à Dieu seul”. On voit par là que les Indiens ne sont point idolâtres.

Ignorance du peuple

47/80/ Si le culte publique est semé de tant de bizareries, c’est que les brames ont intérêt d’entretenir la commune ignorance qui est favorable à l’autel et leur conserve leur crédit, qu’ils perdront évidemment du moment où les voiles en seront déchirés. Tels étoient dans la barbare antiquité les Druides chez les Gaulois, les Hiérophantes chez les Grecs, les prêtres de Saturne à Rome, les mages parmi les Perses, et tels sont encore aujourd’hui les lamas au Tibet, les bonzes à la Chine et à Siam, les Talapoins au Pégou et les brames aux Indes.

48Les actes extérieurs de religion procurent des offrandes continuelles à la divinité dont les brames profitent, car tous les hommes superstitieux sont portés à lui en faire ; ils croyent pouvoir la gagner comme on gagne souvent les hommes par des présens ; c’est aussi la superstition qui fait faire des vœux. Si on est malade, on fait un vœu pour intéresser Dieu à nous rendre la santé ; l’espérance ou la crainte ont toujours eu sur les hommes le pouvoir de les rappeller à la divinité. Les Anciens, lorsqu’ils échappoient à quelque péril, faisoient à leurs dieux des offrandes proportionnées à leurs facultés ; chez les modernes chrétiens, les tableaux voués, à la Vierge ou aux saints invoqués ont été longtemps en vogue et les murs de quantité d’églises et de chapelles en étoient absolument couverts de bras, de jambes et d’ex voto.

Anecdote

49Je me rappelle à ce sujet un fait qui eut lieu au Bengale ; un Indien puissament riche étant malade très dangereusement promit à Vichenou /81/ de lui construire un char d’or s’il recouvroit la santé, mais elle ne fut pas plutôt rétablie qu’il se repentit de son vœu ; cependant, il vouloit le remplir sans être obligé de dépenser une somme aussi forte qu’il l’eût fallu pour faire un char d’or. Croyant pouvoir tromper Vichenou, il fit faire un char de cuivre qu’il fit dorer, bien persuadé que son dieu ne s’en apercevroit pas et il crut avoir ainsi rempli son vœu.

Solemnité des cérémonies

50Les brames, pour rendre les cérémonies plus solennelles, les firent aux flambeaux ; ils y introduisirent le chant et la danse pour attirer le peuple, ce qui lui servoit de récréations et d’amusement après avoir travaillé toute la journée. Tous les anciens peuples suivirent cet usage de danser devant les dieux pendant le service divin. David dansa et chanta devant l’arche, les Juifs dansèrent devant le veau d’or.

Métempsycose

51Les Indiens admettent tous la métampsycose, dogme simple et naturel généralement répandu dans l’Asie, l’Afrique et dans une grande partie de l’Amérique. Il étoit la base de la religion des Gaulois, de tous les peuples du nord et celle des Juifs au commencement de l’Église. On voit dans Ovide que Pythagore voulut l’introduire chez les Grecs, lorsqu’il leur défend de tuer les animaux et de se nourrir de leur chair et qu’il leur dit : “n’allez point pour vous rassasier, chasser de leurs corps les âmes de vos parents, de vos amis ou de vos concitoyens, ni vous nourrir de leur sang”. Il étoit naturel à l’homme, lorsqu’il put /82/ réfléchir, de penser que les douceurs et les maux de la vie présente étoient la récompense ou la punition de ses actions dans une vie antérieure et il y étoit d’autant plus porté à le croire en voyant la vie douce et agréable dont jouissoient quelques hommes et quelques animaux, tandis que d’autres sans cesse tourmentés par mille maux sembloient n’être nés que pour souffrir toutes sortes de misères. La religion vint au devant de la politique. Elle fit un précepte religieux de ne point attenter à la vie d’aucun animal et particulièrement à celle du bœuf et de la vache si précieux par les services qu’ils rendent, l’un pour le labourage et l’autre surtout par le lait qu’elle donne, qui est une nourriture saine.

Textes sacrés

  • 20 Śāstra, Āgama, Purāṇa.

52Le Védam est le guide des Indiens dans leur religion. Ce livre, selon eux, saint par excellence, est une émanation de dieu ; les Shastas ou Shasters, les Yagamons et les Pouranons20 en sont des commentaires qui sont regardés aussi comme livres sacrés. Ils font aujourd’hui règle de foi et quand on les cite sur quelque difficulté relative à des points de religion, tout doute est lavé et la question est résolue.

53Le Védam s’exprime sur la création, à peu près, comme le fait le Pentateuque au premier livre de la Genèse. On y lit que Brama sépara la matière, qu’il créa les élémens, le monde, la multitude des globes et d’étoiles qui roulent dans les /83/ airs, qu’il créa les hommes et qu’assujettis à sa puissance, leur destinée dépend de lui. Mais quelle différence entre notre créateur et Brama ! Quelle sublime majesté l’auteur sacré observe dans la succession des tableaux qu’il présente ! Quelle force nous entraîne vers le Dieu que nous adorons ! Quand au contraire toute l'élégance de la diction orientale noie dans un océan d’obscurités et la création de leur premier principe et leur Brama. Le Védam qui n’est à bien prendre qu’un tissu de fables et de singularités orientales pleines d’allégories et d'obscurités impénétrables, mais dans lequel il existe un ordre singulier et des préceptes excellens, a bien une autre autorité chez les Indiens que l'Evangile parmi les chrétiens. Cependant, nous trouvons dans l’Evangile une morale douce, une vertu aimable et la conduite du divin législateur se conformant à la doctrine qu’il prêchoit, mais ce tableau frappant de la vie la plus exemplaire est du reste bien loin dans la pratique des chrétiens. Par quelle fatalité une morale singulièrement pure, attrayante par le rapport de ses préceptes aux devoirs sociaux, est elle abandonnée à quelques membres, tandis que la plus grande partie ou les néglige ou doute ? Tout nous porte à aimer, à chérir un Dieu bienfaisant, tout paroit conspirer au contraire contre les dieux des Indiens et cependant jamais un Indien n’a eu le moindre doute sur tout ce que renferment ses livres sacrés.

Physique des Indiens

54/84/ Je me garderai bien de suivre dans ses longues rêveries le singulier livre du Védam ; il me suffira d’ajouter que la croyance des brames et le principe physique qu’établit le Védam sur la conservation du monde est d’imaginer quatre âges dont trois ont été détruits, le premier par l’air ou par les orages, le second par l’eau ou le déluge, le troisième par la terre qui s’est entr’ouverte et brisée, et finalement celui-ci qui sera détruit par le feu. Ainsi l’écrivain du Védam a mis dans la composition de l’univers les quatre élémens que nous y mettons. Notre physique est elle meilleure que celle des Indiens ou plutôt ne partageons nous pas avec eux une ignorance commune ?

55Tous les peuples ont attendu de même cette fin au bout de certains cycles. Ovide nous dit qu’il y aura un tems où la mer, la terre, le ciel et la masse entière de l’univers seront dans la convulsion et l’embrasement.

Ainsi l’ont ordonné les destins implacables.
L’air, la terre et les mers et les palais des dieux,
Tout sera consumé d’un déluge de feu.
Lucain s’exprime de même :
Le feu consumera le ciel, la terre et Fonde
Tout deviendra bûcher, la cendre attend le monde.

56Newton a dit qu’avec le tems, les mouvemens diminueront, les irrégularités des planètes augmenteront et l’univers périra. Il tire cette conjecture de ce que l’homme et les autres êtres qui sont l’ouvrage de la sagesse de Dieu périssent, ainsi que tout ce qu’il a créé doit périr de même. Les chrétiens attendent à la fin du monde un ange exterminateur.

Ressemblance entre l’hindouisme et le judaïsme

57Enfin, ce serait sans peine qu’une imagination peu vive trouverait une ressemblance tant soit peu /85/ supportable du culte des Indiens avec celui de la religion juive et entre leur histoire et celle des Hébreux. C’est ainsi que le célèbre Père Bouchet de la Compagnie de Jésus s’en explique dans sa lettre à l’évêque d’Avranche. Ce jésuite expliquoit tous les mystères, tous les dogmes des Indiens par le Pentateuque ; il n’est pas le seul qui ait trouvé cette ressemblance et qui ait prétendu que les Indiens ont puisé leur religion dans l’Ancien Testament ; mais certainement la lettre du Père Bouchet contient trop de bévues pour croire un instant qu’il ait raison et, quoique dans le culte indien, il entre plusieurs rites judaïques, ainsi que les bains, les purifications de souillures légales etc, ces cérémonies se pratiquoient par les anciens avant la loi de Moïse et il est à présumer qu’ils les tenoient des Indiens ; ainsi nécéssairement ces derniers ont du puiser dans une source plus ancienne.

Sobriété des Indiens

58Les Indiens, en général, sont sobres ; du riz cuit à l’eau, des herbages, des légumes, du laitage et quelques fruits sont leur nourriture ordinaire. S’ils veulent se régaler, alors ils augmentent leur repas de biscuit au lait saupoudré de sucre et des gâteaux cuits dans le beurre ou dans l’huile ; ils ont en horreur toute liqueur ou boisson forte capable d'enivrer, mais il y en a bien peu dans les établissemens d’Européens qui suive cette maxime, presque tous boivent aujourd’hui de l’eau de vie et /86/ de l'arrack.

59Pl. 54. Indiens et indiennes de la secte de Chiven avec des sandales.

60Pl. 55. Brames et bramines de la secte de Vichenou avec la chaussure en bois.

Habillement

61Leur habillement consiste en une pagne ou toile qui leur fait le tour du corps au-dessus des hanches, un des bouts se relève entre les cuisses et tombe devant ; un autre morceau de toile de sept à huit coudées leur sert à leur entourer le corps en différentes manières. Ils ont la tête couverte d’une toque, espèce de turban ; quelquefois leur habillement est encore plus simple. Il n’est pas rare de voir des Indiens dont tout le vêtement n’est qu’un morceau de toile qui sert à cacher les parties naturelles, et ils sont presque tous ainsi dans leur maison.

Chaussures

62La plupart vont nuds pieds ; quelques uns portent une espèce de sandale en cuir semblable à celles que les Romains portoient ; le pouce est fixé à un anneau de cuir et deux courroies viennent se nouer dessus le coup de pied ; cette chaussure est particulièrement affectée pour les voyages : d’autres portent une chaussure en bois de la forme du pied élevée de terre de deux pouces et soutenue par trois pieds ; il y a un bouton assez gros en bois qui se passe entre le pouce et le second doigt, c’est par ce seul bouton que cette chaussure tient aux pieds ; les brames qui répugnent à toucher tout ce qui est cuir, s’en servent beaucoup. Les missionnaires des terres pour les imiter l’ont adoptée ; les autres castes ne s’en servent que dans l’intérieur de leur maison, ou lorsqu’après la pluie, les rues sont pleines d’eau ; d’autres portent des babouches dont nous avons /87/ déjà parlé, mais quelque chaussure que les Indiens portent, lorsqu’ils entrent chez un Européen, chez un seigneur maure, ou une personne de haute caste, ils la quittent à la porte et ne la reprennent qu’en sortant.

Femmes

63Les femmes ne mangent jamais avec leurs maris ; elles ont tant de respect pour eux qu’elles n’oseroient prononcer leur nom. Si vous demandez à une femme comment s’appelle son mari, elle vous répondra : le maître de la maison ; ce sont elles qui font tout, jusqu’au manger.

64Leur habillement est une simple toile, qu’on appelle pagne, dont elles font deux ou trois tours autour du corps et qui les couvre depuis la ceinture jusqu’aux pieds ; un bout de cette même toile après avoir passé sur les épaules leur couvre la gorge et s’assujetit en le faisant entrer dans la ceinture.

Leurs bijoux

65Elles aiment beaucoup les joyaux ; elles en portent de plus ou moins riches, selon leur faculté, aux oreilles, aux narines, au col, aux doigts des mains et des pieds ; leur bras, leurs jambes sont garnis de manilles. Celles des jambes sont toujours de métal d’or, d’argent ou de cuivre. Celles des bras peuvent être aussi d’ivoire, de corail ou de verre. Ces dernières sont des anneaux très déliés et de toutes sortes de couleurs ; les Indiennes en ont quelques fois jusqu’à vingt à chaque bras. Rien de plus singulier que la façon dont ceux qui les vendent ramassent les doigts et rapetissent la main pour /88/ les faire passer ; elles ne les quittent plus et elles ont tant d’adresse ou de précaution qu’elles les portent fort longtemps sans les briser.

Nubilité

66Les Indiennes sont nubiles très jeunes ; elles sont en état d’avoir des enfans à douze et treize ans ; en général, elles accouchent très facilement. La chaleur excessive du pays produit un relâchement de tout leur corps qui en est sans doute la cause. C’est aussi peut-être la raison qui leur fait perdre de bonne heure leur beauté et leur fraîcheur ; elles n’ont jamais autant d’enfans que les femmes en Europe ; elles en font rarement à trente ans ; à cet âge, une femme est entièrement passée et on lui en donneroit cinquante. Les femmes qui ont leur règles sont impures et souillées ; tout ce qu’elles touchent dans cet état est regardé de même, ce qui les oblige de vivre pendant tout ce temps séparées de la société ; elles sont alors reléguées dans un appartement éloigné, pratiqué à cet effet, et, elles ne rentrent chez elles qu’après s’être purifiées par des bains et des breuvages.

Veuvage

67Les veuves ne se remarient jamais, toutes vierges que soient celles qui perdent leur mari avant d’être en état de remplir le vœu de la nature, la superstition les condamne à un éternel célibat. Elles quittent les joyaux et ne portent plus qu’une simple toile blanche qui fait le tour du corps et dont l’un des bouts passe de droite à gauche, leur couvre le sein et revient sur l'épaule droite après avoir passé sur la tête.

Maisons

68La plupart des maisons des Indiens sont petites et peu commodes. Celles des riches, plus grandes, n’ont d’ornemens que dans l’intérieur qui consistent dans quelques tableaux de leurs dieux, quelques nattes plus fines, quelques vases de cuivre, et le philosophe que se promène dans une aidée cherche en vain les hommes qui ont pu construire les temples immenses qui l’avoisinent.

69Cependant, dans les établissemens européens, ceux qui ont gagné une fortune par le commerce ont de très belles maisons, et ils mettent de l’orgueil à /89/ avoir le plus beau stuc (a) qui est d’un aussi beau poli que le marbre.

[note (a) : Le stuc dont on crépit les appartemens et les colonnes se fait en mèlant à de la chaux de coquillage bien fine, du sable blanc ou des cailloux réduits en poudre et bien tamisés ; on le pétrit bien avec de l’eau dans laquelle on a délayé des blancs d’œufs bien battus, du jagre et de l’huile de gengeli. Mr Abeille, habitant de Pondichéry, employoit, au lieu de cailloux des morceaux de porcelaine cassée et son stuc avoit plus d’éclat.]

Faste des cérémonies

70Si les Indiens sont simples dans leur habillement, dans leur logement, dans tout ce qui regarde leur vie privée, ils étalent le plus grand faste dans les mariages et les funérailles. Les mariages surtout sont souvent la ruine des familles. Ils poussent jusqu’à l’extrême leur délicatesse sur la virginité et épousent les filles à l’âge de quatre à cinq ans ; ils les prennent toujours dans leur famille et, s’il n’y en avoit pas, il faut absolument qu’ils les choisissent dans leur caste ; on assure qu’ils ne les prennent si jeunes que parce que la première nuit appartient aux brames ; l’âge tendre de l’enfant l’empêche de jouir de ce privilège. On a connu en Europe, on le voit même encore dans quelques endroits de la Flandre autrichienne, un droit à peu près égal qu’on nomme jambage. Le flambeau de la philosophie n’éclaire pas également tout notre hémisphère. On voit encore des esclaves à Moscou et dans plusieurs provinces de la Pologne où le droit de la nature n’a aucune force pour le faible ; encore avant la révolution de France, des moines sécularisés de St Claude dans /90/ la Franche Comté, faisant profession d’humilité et de pauvreté, avoient des serfs dans leurs domaines du mont Jura dans un royaume dont les sujet sont libres.

Talismans

  • 21 Tāli (tam.), joyau nuptial.

71Quoique les Indiens soient peu inquiets sur la vie future. car ils meurent assez tranquilles, cependant, la crainte d’être malheureux dans celle ci les rend si superstitieux qu’ils n’entreprennent rien sans avoir consulté l’astrologue ; ils ne croyent pas seulement à l’influence des astres, mais ils attachent des pronostics aux moindres évènemens de la vie ; ils vont jusqu'à donner aux regards un caractère maléfique, qu’ils s’empressent, lorsqu’ils en ont la crainte, d’en détourner l’effet par beaucoup de cérémonies. Ils portent toujours sur eux des amulettes, des talismans conservateurs et en mettent à leurs enfans en naissant sur les parties naturelles ; ils les regardent comme des préservatifs contre les enchantements et les maladies. Le taly21 qu’ils attachent au col de leurs épouses en se mariant est une espèce de talisman. Les Anciens pendoient de même des talismans au col des enfans comme préservatifs pour les garantir de tout ce qui pouvoit leur être nuisible. On attachoit au col des rois d’Égypte un talisman qui devoit avoir la vertu de le détourner de toute sorte d’injustice. Un athlète à Rome se croyoit invincible et à l’abri des charmes et des sorcelleries lorsqu’il étoit pourvu d’amulette ; les Arabes mettent des talismans dans de petites poches de cuir et les suspendent au col de leurs chevaux pour les préserver de l’enchantement. On voit aujourd’hui dans les cabinets des antiquaires /91/ de ces plaques ou amulettes dans lesquelles les anciens mettoient une si grande confiance, qui portent des empreintes astronomiques qu’ils regardoient comme magiques.

72Les reliques que les dévots superstitieux portent sur eux pour les préserver du tonnerre ne sont-elles pas des amulettes ? Lorsque le grand Condé fit frotter son chapelet à la chasse de Ste Geneviève avant de le porter, ne croyoit-il pas posséder un talisman qui devoit lui faire gagner des batailles ? Enfin le sachet d’arnou ne doivent-ils pas être regardés comme des talismans qui empêchent les attaques d’apoplexie ?

Augures en Inde

73Continuellement agités par les désirs ou par la crainte, les Indiens ont des brames qui leur annoncent tous les matins les jours heureux et malheureux et ils ne sortent jamais sans avoir consulté le vol des oiseaux ; quelques-uns courent le matin dans les champs jusqu’à ce qu’ils aient rencontré l'aigle brame, ce qui est alors le présage d’un heureux jour ; la rencontre d’un brame désigne du malheur, celle de deux brames désigne du bonheur ; touché par un corbeau, une graille annonce le plus grand bonheur. Ils ont aussi des astrologues, des devins qui leur prédisent l’avenir, et ils ne regardent l’astronomie comme la science la plus élevée que parce qu’ils la confondent avec l’astrologie. Ils ont en outre des magiciens et des sorciers qui font trouver les effets perdus ou volés. Tous les hommes, même les souverains dans tous les siècles ont toujours témoigné du faible pour les chimères de l’astrologie ; ce goût du merveilleux fut commun à presque toutes les nations ; toutes ont eu leurs magiciens, leurs devins et leurs oracles ; /92/ de là, les augures, les auspices, les prophètes, car c’est une ambition commune à tous les hommes de vouloir lire dans les tems à venir, ce qui doit s’y passer. Elle a été le principe de la réputation que les astrologues se sont acquise pendant les siècles d’ignorance au dépens de la crédulité du peuple.

Dans le monde occidental

74Les Juifs ne furent pas exempts de cette superstition. Moïse, dans le Lévitique, défend expressément de consulter les devins (liv XX, p. 16). On voit dans l’histoire que c’étoit eux qui étoient en possession de vendre aux dames romaines des filtres pour se faire aimer. Alexandre ne marcha jamais sans ses devins qu’il consultoit avant que d’entreprendre une expédition et lorsqu’il vouloit attaquer une ville.

75Lycurge, ce grand législateur d’une république éclairée, par une de ses loix, défendit aux Lacédémoniens de combattre avant la pleine lune. Les Comices de Rome ne s’assembloient que les jours que les augures avoient prédits favorables. Le sénat d’Athènes s’assembloit tous les jours, exceptés les jours de fêtes et les jours regardés comme funestes. Les Égyptiens avoient des jours où ils n’osoient rien entreprendre et l’étude de leurs prêtres, ainsi que chez les Grecs et les Romains, étoit de lire dans les planètes les bons et les mauvais jours. Délos, Delphes eurent des oracles qu’on consultoit dans les grandes entreprises. Les Gaulois consultoient aussi les devins ; ils observoient les augures et n’osoient sortir certains jours de la lune et de la semaine. Tibère, Caligula, Domitien, au rapport de Lucien et de Suétone, n’entreprenoient rien que guidés par les astrologues.

  • 22 Siri Vittorio, publiciste italien (1610-1685).

76/93/ L’histoire nous représente le pape Paul III comme très versé dans l’astrologie judiciaire. Les dames de la cour de Catherine de Médicis consultoient sur toutes leurs démarches les astrologues, qu’elles appeloient leurs barons. Henri IV ordonna au docteur La Rivière qui se donnoit pour astrologue de travailler à l’horoscope du Dauphin qui fut depuis Louis XIII, et Vittorio Siri22 auteur contemporain, dit qu’on lui donna dès son enfance le surnom de juste, parce qu’il étoit né sous le signe de la balance. Michel Morin, médecin, mathématicien et astrologue, tira l'horoscope de Louis XIV.

  • 23 Gaufridi Louis (1562-1611).
  • 24 Grandier Urbain (1590-1634).

77Le goût qui s’étoit introduit dans ces temps pour l’astrologie judiciaire, faisoit aussi croire aux possessions et aux sortilèges. En 1609, six cens soi-disant sorciers furent comdamnés dans le ressort du parlement de Bordeaux et la plupart brûlés. Il y eut dans la Lorraine neuf cens arrêts rendus en quinze ans contre des sorciers. Le curé Louis Gauffredi23, qui fut brûlé à Aix en 161 1, ne méritoit que d’être traité comme fou puisqu’il avouoit lui même qu’il étoit sorcier. Le cardinal de Richelieu fit condamner au feu comme magicien Urbain Grandier24, curé de Loudun et la maréchale d’Ancre fut brûlée en place de grève comme sorcière pour avoir tué un coq blanc dans la pleine lune. En 1603, Simon Mozin fut brûlé vif par arrêt du Parlement de Paris [reste illisible].

78Les Chinois, les Persans, les Pégouins, les Siamois, les Africains, les Amériquains, les habitants de l’isles de Madagascar consultent les astrologues dans toutes leurs entreprises et, chez la plupart de ces peuples, toutes les affaires se décident par des observations astrologiques.

Astrologie condamnée en Europe

79Ce ne fut que vers 1560 que les prédictions en France /94/ furent interdites par les ordonnances d’Orléans, Celles de Blois en 1579 enjoignent aux juges de procéder extraordinairement et par punition corporelle contre les auteurs des prédictions. Le concile provincial de Bordeaux de 1503 défend de lire et de garder les livres qui traitent des prédictions ; celui de Toulouse de 1590 fait les mêmes défenses et ordonne l'exécution d’une bulle de Sixte Quint de l’année 1506 qui enjoint aux évêques et aux inquisiteurs de punir selon les constitutions canoniques tous ceux qui se mêlent de prédire l’avenir. On voit par là que l’astrologie judiciaire fut la superstition de tous les peuples. On la trouve dans la plus haute Antiquité et elle a infecté même dans ces derniers siècles les pays les plus policés. Les peuples dans toute l'Europe y croient encore parce que les sortilèges ont toujours séduit la crédulité du vulgaire ; mais ces sottises enfantées par la superstition n’ont jamais été dans l’Inde la cause de la mort d’un seul homme et les Indiens n’ont jamais élevé de bûchers pour y précipiter ceux qui passoient pour des astrologues et des sorciers. Heureusement ces temps d’horreur où on commettoit tous ces meurtres en Europe, au nom de Dieu, n’existent plus. Le progrès qu’on a fait dans les sciences et les travaux des académiciens ont inspiré la douceur des mœurs et adouci cette férocité du fanatisme. Les erreurs se sont dissipées peu à peu ; on est enfin sorti de l’abime de superstitions horribles où l’ignorance avoit plongé les hommes et tout doit nous faire espérer enfin, qu’après tant de siècles d’horreur et de persécutions, les opinions, les préjugés, les hérésies, les absurdités et les violences n’opprimeront plus les hommes à l’avenir ; qu’on ne croira plus aux sortilèges, aux possessions, aux convulsions, et qu’on ne brulera plus personne pour avoir fait pacte soi disant avec le diable.

Notes

1 Veda.

2 Kṣatriya.

3 Vaiśya.

4 Śūdra.

5 Satyaloka (skr.).

6 Nundcomar Rai, maharaja, qui fut pendu le 5 août 1775.

7 Jésuite, auteur de la carte intitulée “Partie méridionale de l’Inde par les RR.PP. Jésuites”, 1722.

8 Paṇṭitappārppāṉ (tam.), brahmane savant ; titre honorifique donné aux brahmanes Madhva.

9 Rodrigue Borgia, élu pape en 1492 sous le nom d’Alexandre VI.

10 Kuṭumi (lam.).

11 Cantiyāvantaṉam (tam.).

12 Ceṭṭi, ceṭṭiyār (tam.), marchands tamouls.

13 Komuṭṭi (tel.), marchands et boutiquiers d’origine télougoue.

14 Rāṇā (hind.).

15 Piḷḷaiyār (tam.) ou Ganesa.

16 Kāñci (tam.).

17 Vēḷāḷar (tam.), propriétaires terriens.

18 Tiruvaḷḷuvar, auteur du Kuṟaḷ.

19 Kantapurāṇam (tam.), Skandapurāṇa (skr.).

20 Śāstra, Āgama, Purāṇa.

21 Tāli (tam.), joyau nuptial.

22 Siri Vittorio, publiciste italien (1610-1685).

23 Gaufridi Louis (1562-1611).

24 Grandier Urbain (1590-1634).

© Institut Français de Pondichéry, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search