Version classiqueVersion mobile

Nouveau voyage aux Indes orientales (1786-1813)

 | 
Pierre Sonnerat

Chapitre X. De l’isle de Ceylan

Texte intégral

Conditions physiques

  • 1 Voir J. Emerson Tennent, Ceylon, An Account of the Island Physical, Historical and Topographical wi (...)

1/420-421/ L’isle de Ceylan1 est située vers la pointe méridionale de la péninsule de l'Inde et n’en est séparée que par le canal de Manaar, ce qui a fait présumer qu’elle faisoit autrefois partie du continent dont elle avoit été séparée par quelque secousse violente. Je ne puis être de cet avis ; la position de ses montagnes n’indique aucune suite avec celles de l’Inde. Leurs hauteurs sont plus considérables et leurs pics annoncent avoir été des cratères ; elles sont remplies de minéraux que celles de l’Inde ne contiennent pas et les granits qui les composent paraissent tous de seconde formation ; quoiqu’il n’y existe plus de volcan, tout prouve qu’il y en avoit autrefois ; on y trouve du jais, des laitiers, la pierre obsidienne, des pierres ponces et des laves. Ainsi on doit plutôt croire que l’isle de Ceylan, dans quelque grande révolution de la nature, a été projetée au dehors, comme l’ont été toutes les isles de l’océan.

2Cette isle est très grande et peut avoir deux cent soixante lieues de tour ; sa situation relativement aux côtes de Coromandel et de Malabar, au Bengale, au golfe de Perse et à la mer Rouge est très avantageuse pour un grand commerce.

Conquête hollandaise

  • 2 Sur l’histoire des interventions européennes, ibid., vol. II, p. 1-96.
  • 3 Suffren de Saint Tropez Pierre André (1726-1788).

3/422-423/ les Portugais furent les premiers qui s’y établirent en 1506 ; les Hollandais s’emparèrent en 1656 de tous les établissements qu’ils y avoient faits ; mais alors le roi de Candy [Kandy] étoit encore maître des bords de la mer et pouvoit vendre les productions de son pays aux étrangers qui abordoient à ces côtes ; il perdit cet avantage par le traité qu’il fit avec les Hollandais en 1766, en leur cédant tous les bords de la mer jusqu’à trois lieues dans les terres. Dès lors, ce prince, emprisonné dans ses propres Etats, devint l’esclave de ces républicains et fut obligé de leur vendre les denrées de son pays à des prix fixés par l’exclusion. La Compagnie Hollandaise a perdu cette belle possession par sa faute. Les établissements qu’elle y avoit, et particulièrement Trinquemaley [Trincomali]2, étoient comme abandonnés ; les gouverneurs qu’elle y nommoit étoient toujours des hommes sans énergie, n’ayant aucune idée de la guerre, qui ne pensoient qu’à leurs intérêts et à ceux de leurs famille. Il est vrai qu’elle n’avoit eu jusqu’en 1780 de guerre à soutenir que contre les naturels du pays qu’elle avoit toujours su contenir avec le peu de force qu’elle contenoit dans cette isle et elle sembloit ne devoir rien craindre des nations européennes établies aux Indes. Les Français ne se sont jamais assez occupés de leurs propres établissements pour entreprendre de les étendre par de nouvelles /424/ conquêtes, et la Hollande, jusqu’au moment de la révolution en France, avoit avec les Anglais des intérêts mutuels, particulièrement dans les rapports de commerce qui sembloient devoir lier les deux nations d’une manière durable ; la Compagnie Hollandaise s’occupa donc seulement de son commerce, sans s’inquiéter de faire fortifier ses places de guerre et d’y entretenir de suffisantes garnisons qui puissent soutenir leur défense. Telle étoit la sécurité de la Compagnie, lors de la rupture de l’Angleterre avec la Hollande. Les Anglais prirent d’abord Négapatnam à la fin de 1781 ; cette partie fut bientôt suivie de tous les autres établissements de la Compagnie Hollandaise à la côte de Coromandel, ainsi que de Trinquemaley qui étoit sans défense, et s’ils ne prirent pas dans ce même temps les autres établissements de l’isle de Ceylan ; c’est parce que les secours qu’ils attendoient d’Europe n’étoient pas encore arrivés. Heureusement le bailli de Suffren3 reprit le fort de Trinquemaley à la fin de 1782, ce qui remit les Hollandais en possession de cette place à la paix car bien sûrement, les Anglais ne l’eussent pas réduit s’ils en avoient été en possession lors du traité.

Conquête anglaise

4La révolution arrivée en Hollande facilita les Anglais dans l’Inde de s’emparer en 1796 de l'isle de Ceylan avec des forces moindres que celles des Hollandais. Ils prirent successivement Colombo, /423/ Trinquemaley et la perte de ces deux places entraîna celle de toute l’isle, dont ils ont conservé la possession par le traité de paix de 1808, ce qui consolida à jamais leur puissance en Asie. Ils lui donneront sans doute un grand degré de prospérité, ils y mettront de grandes forces, y concentreront tous leurs moyens d’attaque et de défense et ils se trouveront par là hors d’atteinte des entreprises des puissances de l’Europe. Trinquemaley va renfermer des forts redoutables, des arsenaux où leurs vaisseaux de guerre trouveront tout ce qui leur sera nécéssaire. Il est à présumer que les Anglais n’épargneront rien pour en faire un endroit formidable qui deviendra une barrière qui écartera toutes les autres nations du commerce de l’Inde.

Établissements côtiers

5Les principaux établissements de cette isle sont Colombo et Négombo dans le sud ouest ; Galle et Mature [Matara] dans le sud ; Trinquemaley et Jaffnapatnam [Jaffna] dans le nord est ; Manaar [Mannar] dans l’ouest-nord-ouest. Il y a encore, entre Galle et Trinquemaley, plusieurs bayes, mais dans lesquelles on ne peut former des établissements solides ; la plus considérable de ces bayes est celle de Batacalo [Batticaloa] qui est environ à vingt lieues au sud de Trinquemaley ; il y a une belle rivière qui contient assez d’eau pour des vaisseaux, mais dans laquelle ils ne peuvent entrer à cause d’un banc de roches qui en ferme l’entrée ; ainsi on ne doit rien craindre des tentatives de l’ennemi, parce que toute cette partie /424/ /425/ erreur de pagination] /426/ de l’isle, n’étant pas encore habitée, est restée couverte de bois impénétrables.

Colombo

6De Colombo

  • 4 Description détaillée dans J. Emerson Tennent, op.cit., vol. II, p. 151-166.

7Colombo4, qui est le chef lieu, est situé à l’ouverture du canal de Manaar dans un site charmant par la latitude de 6°55’ et par la longitude de 77°. La ville est défendue par des fortifications irrégulières et on estime que son circuit équivaut à celui d’une place régulière de huit bastions. La mer en défend une grande partie et le reste est fermé du côté de terre par trois fronts de fortifications qui sont favorisés par un grand lac qui occcupe une étendue considérable sur les approches. On fait à Colombo une grande quantité d’arack avec le calou tiré du cocotier, l’exportation aujourd’hui en est considérable par la consommation qu’en font les équipages des vaisseaux et même les villes de l’Inde, les parias et quelques Indiens de caste s’étant habitués à cette boisson ; les Anglais ont beau la surcharger de droits, la consommation en est toujours la même ; ces droits sont aujourd’hui exhorbitants, une lègre d’arack qui coûte 26 à 27 pagodes en paye 96 de droits ; et ce cantinier à Madras qui veut mettre une lanterne en haut d’une perche devant sa porte pour qu’on voye de loin sa cantine est obligé de payer deux pagodes chaque jour pour en avoir la permission.

8Pl. 47. Le plan de Colombo.

Galle

9Du port de Galle

  • 5 Ibid., vol II, p. 99-119.

10Le port de Galle5 est situé sur la côte méridionale de l’isle, à vingt quatre lieues au sud de Colombo par la latitude de 6° et par la longitude de 77°. Ce n’est à proprement parler qu’une baye qui peut avoir douze cents toises de profondeur sur huit cents toises d’ouverture, l’accès en est assez difficile à cause de plusieurs bancs et rochers qui sont sous l’eau vers l’entrée et dans son intérieur, lesquels sont des écueils très dangereux. Cette place est peu fortifiée ; il n’y a ni ouvrages extérieurs, ni chemin couvert et le fossé n’est pas entièrement achevé. Sa situation aurait dû engager la Compagnie Hollandaise à faire plus d’attention à un lieu aussi important. Dans la mousson contraire, les /427/ vaisseaux n’ont que ce port pour se réfugier lorsqu’ils veulent aborder dans cette partie ; c’est pour cette raison que la Compagnie Hollandaise y avoit des magasins de préférence à Colombo dont la rade n’est pas sûre dans.la mousson de sud ouest ; c’est de ce port que le gouvernement expédoit les vaisseaux pour l’Europe et les autres parties de l’Inde ; cet avantage qui, dès l’origine de la colonie, aurait dû prévaloir sur toutes les autres considérations, augmente encore de valeur pendant la guerre, parce qu’alors les vaisseaux y sont en sûreté et peuvent servir à défendre la place et la protéger ; les Anglais ne négligeront pas bien surement une position aussi avantageuse.

Trincomali

11Du port de Trinquemaley

  • 6 Ibid., vol. II, p. 482-491.

12Trinquemaley6 est situé sur la côte orientale de l'isle par 8°32’de latitude nord et par 78°52’de longitude orientale du méridien de Paris, prises au mât de pavillon du fort. Son port est le plus beau, le plus sûr et le plus vaste de l’Asie. Il est assez spacieux pour contenir mille vaisseaux qui y sont en sûreté et à l’abri de tous les vents, étant entièrement entouré de terre. Ils peuvent y entrer et en sortir en tout temps avec sécurité ; en avant, il y a la grande baye de Trinquemaley qui a environ deux lieues du nord au sud et autant de l’est à l’ouest entre les pointes. Il s’y /428/ débouche quatre rivières dont la principale est celle de Cottiar [Kottiar] où les vaisseaux envoyent leurs chaloupes faire de l’eau, car celle des puits de Trinquemaley est presque toute saumâtre et celle qui ne l’est pas a toujours une couleur blanchâtre qui ne dépose jamais ; il y a cependant un puit dans le fort dont l’eau est très bonne, mais elle est réservée pour la garnison. Il y a aussi une source d’excellente eau qui sort d’un rocher dans l’anse de Clopenbourg sur le revers de la montagne du fort d’Ostembourg [Ostenburg], mais elle est si faible qu’on ne peut en ramasser chaque jour qu’une très petite quantité et ne peut être une ressource pour les vaisseaux.

13Pl. 48. Le plan de Trinquemaley.

14La passe de la principale entrée du port a environ deux cent quatre vingt toises d’ouverture ; elle est fermée par la montagne du fort d’Ostembourg ou de l’Éléphant d’un côté et par l’isle du Carénage de l’autre, sur laquelle les Français, lorsqu’ils en étoient en possession, construisirent une batterie à fleur d’eau faisant face au passage qui a été détruite par les vagues de la mer ; il y a sur cette isle une anse très profonde où les plus gros vaisseaux peuvent caréner en sûreté dans toutes les saisons de l’année ; on peut y construire des chantiers, des bassins et généralement tout ce qui est nécessaire et commode pour la construction des vaisseaux qui seraient ici bien préférables /429/ à ceux d’Europe, à cause de la qualité supérieure des bois de tek, qu’on peut se procurer facilement.

Négligence hollandaise

15En voyant un si beau port, on est étonné que la Compagnie Hollandaise ait négligé un point aussi important, mais il est aisé de découvrir l’intérêt qu’elle avoit à n’y point faire d’établissement ; c’étoit une pierre précieuse et sans prix qu'elle cachoit soigneusement de peur d’exciter l’envie de quelque connaisseur avide et puissant. Propriétaire exclusif du commerce des productions de Ceylan, elle aurait eu bien de la peine à empêcher que les denrées que lui fournit le roi de Candy ne s’écoulassent par ce canal et dès lors elle eût perdu une des principales branches de ses revenus dans l’Inde.

16Si la Compagnie Hollandaise avoit vu cet établissement sous un autre point de vue, si elle y eut transporté de Batavia trois cent familles chinoises en leur faisant des avantages, elle devoit tout attendre de l’industrie et de la patience de cette peuplade. Son goût pour l’agriculture eût bientot changé la face du pays. Les bois eussent disparus et eussent été remplacés par des productions utiles et nécéssaires.

17Pl. 49. Le plan des forts de Trinquemaley et d’Ostembourg.

18Pl. 50. Les vues du fort de Trinquemaley.

Fort Frederick

  • 7 Il est appelé Fort Frederick.

19Le fort de Trinquemaley7 est bâti sur une montagne qui avance dans la mer ; d’un côté est la baye des Hollandais ou du sud et, de l’autre, la grande baye du nord ; toutes les fois qu’on a attaqué Trinquemaley, c’est toujours dans cette /430/ baye que les troupes ont fait leur débarquement parce qu’elles peuvent le faire hors de la portée du canon.

  • 8 « Monsieur des Roys était un officier de génie qui commandait le détachement de cette arme dans le (...)

20Avec peu de dépenses et de l’intelligence, on pourrait rendre cette place très forte, Monsieur des Roys ou des Rois8, ingénieur Français que le bailly de Suffren avoit laissé pour commander, fit construire devant le front principal qui fait face à la ville noire, une demi lune, un fossé, un chemin couvert et deux petites contre-garde et, du côté de la montagne, plusieurs batteries et retranchements avec un chemin taillé dans le roc pour communiquer de l’un à l’autre ; ces ouvrages, ayant été négligés par les Hollandais, sont presque tous tombés en ruines. Le côté du sud n’a pas besoin de fortifications et se défend par lui-même, étant un rocher à pic, presque aussi haut que la montagne et dont on ne peut approcher. Cependant, on a vu des soldats Français descendre du sommet de ces rochers entre les criques se baigner dans la mer quand elle étoit calme, remonter ensuite aussi facilement par le même chemin.

21Sous le pavillon, il y a une caverne énorme nommée la caverne de la princesse, où la mer vient s’engager avec un murmure effrayant, et on entend dans certains intervalles, un bruit qui ressemble aux plaintes d’une personne affligée.

22On prétend que les matériaux du fort sont les débris de trois pagodes immenses qui existoient autrefois à Trinquemaley et que la superstition des Portugais renversa en 1624. Il est certain qu’on en voit partout /431/ des vestiges et qu’en fouillant les terres pour élever les glacis, on a trouvé quantité d’idoles enterrées.

Fort d’Ostenburg

23Le fort d’Ostembourg est à trois milles de celui de Trinquemaley, bâti sur l’extrémité d’une des pointes de la montagne de l’Éléphant ; il est bien fortifié et ne peut être attaqué que d'un seul côté, où il y a une hauteur éloignée du front principal de cent cinquante toises, qui domine les ouvrages de toute cette partie du fort et sur laquelle les attaquants pourraient établir leurs batteries ; les Hollandais avoient senti la nécéssité de ne pas laisser subsister cette petite montagne ; ils travailloient à la couper, lorsque les Anglais prirent ce fort en 1796. Ostembourg malgré sa position avantageuse sera obligé de se rendre aussitôt que celui de Trinquemaley sera pris, parce qu’alors il est facile de lui ôter toute communication.

24Pl. 51. Les vues du fort d’Ostembourg.

Avantages de Trincomali

25Les Anglais trouveront peut être dans la suite plus avantageux et plus commode de faire de Trinquemaley le chef-lieu de leurs possessions de Ceylan et s’ils vouloient permettre aux nations étrangères d’y entrer pour y faire leur commerce, d’y avoir des magasins d’entrepôt et toutes les autres facilités convenables, ce port deviendrait bientôt le rendez-vous et le centre du commerce de l’Asie. Les navigateurs qui viendraient aux Indes d’Europe et des autres parties éloignées, aimeraient bien mieux payer les marchandises plus chères à cause du /432/ frêt des vaisseaux qui les auraient apportés et des droits que les Anglais y mettraient plutôt que de les aller chercher eux-même dans les endroits où on les fabrique, au risque de perdre beaucoup de temps et de courir des dangers attachés à cette navigation ; ils s’en trouveraient amplement dédommagés en racourcissant considérablement leurs voyages et Trinquemaley deviendrait bientôt l’entrepôt général du commerce de toutes les nations.

26Lorsque les Hollandais en étoient en possession, on n’y faisoit aucun commerce ; c’est pourquoi, il n’y a point de vaisseaux du pays ; ceux des côtes qui y apportoient des denrées ou des marchandises propres au pays ne pouvoient les vendre qu’au gouverneur qui les revendoit ensuite aux habitants lorsqu'ils en avoient besoin, avec un bénéfice de cent et cent cinquante pour cent.

Avenir du port

27Il n’est pas douteux que ce port, devenant l’entrepôt d’un commerce immense, répandra dans l'isle beaucoup d’argent qui feroit prospérer les établissements et les porteroit bientôt à un état plus florissant ; la nation Anglaise y gagneroit beaucoup parce que la meilleure partie de cet argent reflueroit nécéssairement dans la métropole. Ce port étoit peu connu avant la guerre de 1796 parce que la Compagnie Hollandaise a toujours eu la politique d’écarter les nations étrangères de l’isle pour leur ôter la connaissance de son commerce /433/ de la cannelle et d’empêcher même les habitants d’avoir des liaisons d'intérêts suivies avec le continent voisin. Je doute que cette conduite ait été favorable à son commerce, mais il est certain qu’elle a été nuisible à la population et à la prospérité de la colonie ; le peuple y est si misérable et la terre y est si peu cultivée que la nourriture du petit nombre d'habitants qui y végètent leur est apportée par l’étranger. On ne trouve dans les environs que quelques hameaux dispersés, les plus considérables sont ceux de Cottiar [Kottiar] dans le sud et de Tamelgame [Tampalakamam] dans l’ouest. Les habitants élèvent quelques bestiaux, mais en petite quantité ; ils ne cultivent même pas le bêtel dont ils font usage comme les peuples de l’Inde, il leur vient de Candy.

28Deux Français qui y étoient établis, étoient les seuls qui y ayent cultivé des jardins et quelques champs de neslis ; aussi il est très difficile de s’y procurer des légumes et des fruits.

Faune

29Si ce port s’établissoit au point où il pourroit l’être, s’il étoit fréquenté par les vaisseaux de commerce, le nombre d’habitants, ainsi que leur industrie, augmenteroient et les denrées alors deviendroient communes mais, comme la consommation a été jusqu’à présent bornée à celle de quelques vaisseaux qui y passoient l’hyvernage accidentellement, les soins des habitants auraient été en pure perte, parce que l’espèce /434/ de denrées nécéssaires aux vaisseaux n’est pas propre à leurs usages ; cependant, on y trouve, pour les équipages, du bœuf, du buffle, du cabri, l’espèce de mouton qu’on appelle chien marron, du cochon, mais peu de volailles, canards et oies ; on y trouve aussi en gibier, le lièvre, le chevrotain, le cerf, l’élan et l’espèce de sanglier la même que celle de la côte de Coromandel. Les canards sauvages, la sarcelle, la poule d’eau et autres oiseaux aquatiques, ainsi que le coq et la poule sauvage y sont très communs ; le poisson y est excellent, très abondant et il est d’une grande ressource pour les équipages des vaisseaux qui y viennent hyverner ; pendant six mois de l’année, la sardine vient sur ces côtes par bancs immenses et alors elle est pour rien, elle est d’une espèce différente de celle de la côte de Malabar, beaucoup plus grosse et meilleure.

  • 9 Tripang, holothurie, du latin holothuria, polype marin.

30On trouve en quantité dans le port pendant la mousson du nord, le tripan9, espèce de grand polipe marin, qui est un objet de commerce pour Batavia et que les Chinois recherchent avec avidité parce qu’ils le croyent un grand stimulant pour les plaisirs vénériens ; cet objet pourrait devenir considérable pour la Chine.

Coquillages

31Mr Wansendan, gouverneur à Trinquemaley, m’a assuré qu’on trouvoit dans la baye de /435/ Cottiar des huîtres qui donnoient des perles assez grosses et de belle eau. La baye intérieure est très riche en coquillages. On y trouve, je crois, toutes les espèces de coquilles connues, chaque jour j’en rapporte des paniers pleins, j’ai vu dans la collection de Made Wansendan de superbes amiraux, des marteaux noirs et blancs, l’arrosoir et une squalata plus grande qu’aucune de celles qui existent dans les cabinets d’Europe.

Bois

32On peut faire du bois partout ; les environs du port sont couverts d’arbres de haute futaie, dont plusieurs sont propres à la charpente et au radoub des vaisseaux ; quelques uns sont estimés pour les meubles et la marqueterie, surtout le bois de calaminte ou du commandeur qui est d’un blanc jaunâtre marbré de noir et le bois jaune qui, lorsqu’il est poli, est moiré.

Rôle des Français

33Les Anglais avoient toujours fréquenté ce port dans les saisons dangereuses, mais il ne fut pas assez considéré des Français comme le poste le plus essentiel des Indes. Leurs escadres, après les combats, retournoient à l’Isle de France, et l’on ne peut douter que leurs affaires n’ayent été ruinées dans les mers orientales que parce que leurs escadres, à chaque mousson, étoient obligées d’abandonner la côte de Coromandel. Il étoit réservé au bailli de Suffren d’éclairer sa nation à cet égard et de lui faire sentir qu’avec /436/ de l’activité et de la persévérance, on peut opérer de grandes choses. Il se rendit maître en août 1782 des forts de Trinquemaley et d’Ostembourg en quatre jours. Cette conquête lui assurait le succès de toutes les entreprises qu’il méditoit et qui ne pouvoient manquer d’être funestes aux Anglais, si toutes avoient été dirigées par cet homme supérieur ; il sentoit que ce n’étoit que de ce port qu’on pouvoit ruiner le commerce des Anglais, prendre leurs convois, détruire leurs comptoirs du nord, bloquer Madras par mer, intercepter toute espèce de secours, en même temps qu’une armée aurait pu en faire le siège par terre et enfin peut être ébranler leur puissance dans le Bengale. Mais les Français ne surent pas profiter des moments ; le succès des projets, les mille combines, dépend souvent, il est vrai, d’une suite d’évènements et de causes secondaires que toute la sagesse humaine ne peut prévoir ; la mort d’Ayder Ali arrivée en 1788, le rendez vous donné à Achem par Mr de Bussy et d’autres circonstances, furent une barrière aux projets de ce général actif et entreprenant.

Les moussons

34Le revirement des moussons à Trinquemaley est de même qu’à la côte de Coromandel, précédé d’orages et de tonnerres. On y éprouve généralement de légères indispositions pendant cette période qui dure environ deux mois. La mousson du nord-est y est plus dangereuse /437/, plus meurtrière que celle du sud ouest ; il n’y pleut que dans les mois de novembre, décembre et janvier. Les habitants voyent tomber la pluye avec plaisir, moins parce qu’elle féconde leurs terres que parce qu’elle leur assure la santé pendant l’hyvernage.

35Il est imprudent dans la saison pluvieuse de parcourir les environs de Trinquemaley à quelques lieues de distance ; ils sont marécageux et malsains. On y a aussi à craindre les bêtes féroces et des reptiles dangereux dont les bois de toute l’isle sont remplis ; les couleuvres surtout y sont très communes ; quelques unes sont d’une grosseur énorme, les gazettes de Colombo nous donnèrent au commencement de 1815 la description d’une couleuvre étonnante qui avoit avalé un tigre royal. Plusieurs par leur morsure donnent la mort si on n’y porte un prompt remède.

Sources d’eau chaude

  • 10 A Cannea, selon J. Emerson Tennent, op.cit., vol. I, p. 16, n.l.

36Il y a, à deux lieues dans l’ouest de Trinquemaley10, des sources d’eau chaude ; l’eau sort par trois dalots différents, éloignés de trois pieds les uns des autres. Dans l’un, l’eau y est si chaude qu’on ne peut y tenir la main ; dans le second l’eau est moins chaude mais cependant au-dessous de l’eau tiède ; dans le troisième, l’eau est froide comme dans les sources ordinaires ; on a cru ces eaux thermales propres à la guérison de plusieurs maladies, ce qui engagea la Compagnie Hollandaise à y faire construire des bassins /438/ pour les recevoir, afin que les malades puissent s’y baigner et une chauderie tout auprès pour les loger. L’expérience a prouvé que ces eaux ont des propriétés malfaisantes pour les bains ; plusieurs personnes sont mortes pour s’y être baignées imprudemment et celles qui ont évité le même sort ont éprouvé des maladies vitales et surtout des relâchements considérables. Je ne pus reconnaître par l’analyse ce qui pouvoit leur donner cette mauvaise qualité. Elles ne donnèrent ni vitriols, ni autres minéraux malfaisants. Elles sont claires et n’ont ni goût ni odeur. Quelques gouttes de teinture de noix de galle versées dans une demi pinte de cette eau l’a troublée ; deux heures après, elle a pris une couleur pourpre ; et après vingt quatre heures, elle a donné un dépôt jaunâtre qui étoit un précipité [ ?]

Types de roches

37La montagne de Trinquemaley, celle de d’Ostembourg et toutes celles des environs que j’ai pu voir, sont composées de granit grisâtre de seconde formation ; le feldspath y est cristallisé en petits grains d’une couleur rougeâtre transparente qu’on prendrait à la première vue pour un granit mais, en l’examinant, on voit à sa couleur spatique que c’est du feldspath qui tend à un commencement de décomposition : le quartz y est comme grenu de couleur grisâtre et le schorl noir qui n’a souffert aucune altération y brille comme une /439/ matière métallique.

38On trouve sur la montagne du fort d’Ostembourg de grandes masses de quartz laiteux opaque, mais transparent sur les angles. On y trouve aussi de grandes couches de talc grossier qui paroit se décomposer : il est noir, friable, les feuillets se détachent difficilement et ils ne peuvent s’amincir.

39Les gens du pays m’ont apporté des crystaux de borax qu'ils m’assurèrent avoir pris dans des étangs desséchés qui se trouvent aux pieds des hautes montagnes qu’on aperçoit de Trinquemaley ; ce qui prouverait que ce sel est une production naturelle quoique beaucoup de naturalistes l’aient révoqué en doute ; ceux qu’ils m’ont apporté sont en crystaux à six pans dont deux faces sont plus larges avec des sommets à plusieurs faces des deux côtés. Les plus grands avoient un pouce et deux lignes de long ; mais il y en avoit de très petits ; ils étoient d’une couleur blanchâtre et grisâtre comme graisseux en dessous avec une transparence gélatineuse ; ils se sont décomposés après un certains temps.

40De Jaffanapatnam

Jaffna

41Cette place est située sur le bord de la mer dans le canal de Manaar à l’extrémité septentrionale de l'isle, sur la côte occidentale de la presqu’isle de Jaffana, dont elle est la capitale, par la latitude de 9°30' et par 78° de longitude.

Productions

  • 11 Ibid., vol. II, p. 539-548.

42/440/ Jaffana11 étoit autrefois un royaume divisé en quatre provinces. Sa population est à peu près deux cent mille habitants. Ils fabriquent quelques toiles, cultivent beaucoup de riz, ainsi que du tabac estimé par sa qualité supérieure, qui est un objet d'un grand commerce avec la côte de Coromandel. Ils y portent aussi du jagre ; les palmiers sont aussi un objet de son commerce avec les gens de Coromandel et de Malabar ; ils sont noirs, assez durs pour être employés pour la charpente des maisons.

43Le chir-ver de Jaffana, qui est cette racine propre à la teinture rouge dont j’ai déjà fait mention en parlant de la province de Condavir, est très estimé. La Compagnie Hollandaise s’en étoit réservé le privilège exclusif et en transportoit une grande quantité dans toute l’Inde.

Son fort

44Les Portugais y avoient construit un mauvais fort ; les Hollandais, après en avoir fait la conquête, le démolirent /441/ en 1600 pour en construire un meilleur dans le même emplacement. C’est un pentagone irrégulier couronné d’un chemin couvert avec des réduits dans les places d’armes rentrantes qui sont revêtus avec un petit fossé en avant et des communiquations voûtées avec les chemins couverts. Le corps de la place a été solidement bâti avec des souterrains à l’épreuve et des magasins suffisants dans son intérieur pour loger pour la durée d’un siège ; les maçonneries sont faites avec cette terre pierre rougeâtre dont j’ai parlé à l'article de Mahé ; on la tire des environs de Caïts [Kayts] à quatre lieues du fort.

45Jaffanapatnam est le seul établissement de l’isle de Ceylan dont les revenus excédent les frais d’entretien.

Fucus

46Sur les bords de la mer de cette presqu’isle, on trouve un fucus auquel on donne le nom de mousse, qui rend les liqueurs en gelée ; pour cela, on met tremper la moussse le soir dans l’eau ; le lendemain, on jette cette eau et on la lave encore pour lui ôter entièrement son goût de marécage ; pour six tasses de gelée on met une demi pinte d’eau et une forte poignée de mousse que l’on fait bouillir deux heures : on passe ensuite le tout dans une serviette qu’on presse bien pour en extraire toute la liqueur, lorsqu’elle est froide on y met /442/ un blanc d’œuf et on fait bouillir de nouveau la liqueur pour l’éclaircir. On la passe et on verse dedans des cuillerées de liqueur dont on veut que la gelée ait le goût ; on y met aussi un peu de jus de citron ou d’eau de rose ; on verse le tout dans des verres que l’on met dans l’eau pour refroidir la liqueur qui se prend en gelée et remplace ici les glaces d’Europe. Peut être, les fucus des côtes d’Europe ont-ils les mêmes propriétés. La mousse du Japon est préférée parce que sans doute les Japonais lui donnent une préparation avant de l’envoyer, qui lui ôte son goût de marécage.

Mannar

47De l’Isle de Manaar ou Manar

  • 12 Ibid., vol. II. p. 555-556.
  • 13 Rāma sētu.

48Cette isle12 est très remarquable par sa situation à l’extrémité d’un haut fond qui traverse le canal de Manaar qu’on appelle la Chaussée d’Adam et que les Indiens nomment le Pont aux singes13 ; elle joint pour ainsi dire l’isle de Ceylan au continent ; il y a plusieurs endroits où les petites embarquations qui ne tirent que huit pieds d’eau peuvent passer, mais celles qui en tirent plus sont obligées de mettre une partie de leur cargaison dans des bateaux pour passer cette chaussée et de la rembarquer après l’avoir passée. Lorsque l’isle appartenoit à la Compagnie Hollandaise, cet endroit étoit constamment gardé par des sloops pour empêcher la contrebande sur les bancs de perles.

49Cette isle a sept lieues de longueur sur deux de largeur ; son sol est très bas et l’air est malsain. On y compte environ deux mille habitants presque tous pêcheurs.

Son fort

50/443/ la Compagnie Hollandaise y a fait bâtir dans l’est. en 1686, un petit fort sur le bord de la mer pour garder dans cette partie le canal par où passent les embarquations ; c’est d'ailleurs un poste d’observation pour les communiquations avec le continent, qui sert en même temps à couvrir l’isle et protéger les habitants contre les incursions des pillards indiens qui pourroient venir de la côte.

Pêche de perles

  • 14 Références dans J. Emerson Tennent, op. cit., vol. II, p. 563 n. 2.

51Le golfe de Manaar est renommé par les belles perles qu'on y pêche14, cette production si recherchée dans toute l’Inde et à la Chine ; les bancs les plus considérables sur lesquels on pêche les huîtres qui les produisent sont au nombre de trente six. La Compagnie Hollandaise n’en faisoit la pêche que tous les sept ans ; ce qui donnoit le temps aux perles de se former et la pêche étoit toujours bonne ; les Anglais veulent jouir ; ils la font toutes les années dans les mois de mars qui est le temps le plus calme, en observant cependant de la faire chaque année sur différents bancs ; ils l’afferment pour n'avoir aucun embarras ; avant de la mettre à l’encan, on jette plusieurs coups de drague, on examine la qualité et la quantité de perles qu’on a retirées et on établit sur ce produit le prix de la ferme ; on désigne ensuite la quantité de bateaux qui doivent pêcher ; les jours et les heures de la pêche sont fixés ; ceux qui ont la ferme générale afferment ensuite des bateaux aux particuliers qui en désirent ; ceux qui prirent la ferme générale en 1804 et en 1809 perdirent cinquante mille pagodes.

Nature des perles

52/444/ Les huîtres de Manaar qui renferment des perles différentes de celles des Philippines et des Moluques qui sont très grandes ; celles du détroit de Manaar sont très petites. On sait que les perles sont des excroissances super fines provenues par des maladies de l’animal, telles que la pierre et la gravelle dans les hommes ; ce qui a donné l’idée de prendre de ces huîtres et d’y glisser entre la coquille et l’animal une matière étrangère pour en obtenir plutôt des perles en les mettant ensuite dans des bassins d’où elles ne pourroient sortir ; mais les perles venues de cette manière sont faciles à reconnaître ; elles sont creuses et ne sont jamais d’une belle eau ; les missionnaires y mirent une croix et montrèrent ensuite aux Indiens étonnés combien ils devoient croire aux mystères qu’ils venoient leur enseigner puisque le Christ se manifestoit jusque dans les perles.

Pêche des chanques

53On pêche aussi autour de l’isle le chanque qui est une espèce de buccin. La pêche de ce coquillage est aussi mise en ferme ; il est une branche de commerce pour le Bengale ; les peuples de cette contrée en font divers ornements dont ils se parent ; quelquefois, par hazard, parmi ces chanques, on en trouve un qui a la bouche tournée de droite à gauche ; c’est si rarement qu’il est d’un grand prix. L’Indien superstitieux y attache des propriétés merveilleuses et, lorsqu’il est bien entier, il se vend six cent jusqu’à huit cent roupies.

54Voilà les principaux établissements de cette /445/ grande isle. La Compagnie Hollandaise avoit encore plusieurs petits corps de garde, où elle tenoit un sergent et huit à dix soldats pour garder la côte et s’opposer à la communication des naturels du pays avec les vaisseaux étrangers qui passent.

Immigration

55D’après ce qui vient d’être dit, on doit sentir combien la possession de l’isle de Ceylan est avantageuse et précieuse aux Anglais. Elle leur assure pour toujours celle des riches empires qu’ils ont acquis depuis cinquante ans dans l’Inde. Le seul besoin de cette isle est une plus grande population et, depuis qu’ils en sont maîtres, ils y font passer continuellement des familles considérables d’indiens des côtes de Coromandel et de Malabar pour couper les bois et découvrir le pays. Ils y ont transporté une quantité de caffres tirés de Mozambique pour les armer contre les Chingalais, et il n’y a pas de doute que, dans peu de temps, ils seront maîtres de l’isle entière et l’empire de Candy sera éteint.

Ressources à exploiter

56Les Anglais en retireront par la suite des ressources immenses, s’ils encouragent l’agriculture et s’ils y attirent des tisserands indiens pour y établir des fabriques de toiles ; le sol y est partout excellent, le coton y est de la plus grande beauté ; il est fin, son fil assez long et il est supérieur à celui de Surate. L’isle procure quantité d’objets de commerce et à l’avenir en procurera davantage ; son poivre, quoique moins estimé que celui de la côte de Malabar et son café quoique inférieur /446/ à celui des isles de France et de Bourbon, sont toujours un grand objet d’exportation pour l’Europe. La pêche des perles leur donne chaque année de grands revenus. L’intérieur de l’isle produit du cardamome dont les Indiens font une grande consommation ; aussi la Compagnie Hollandaise s’en étoit réservé le privilège exclusif ; sa qualité est inférieure à celui du Carpnate ; la gousse qui renferme les graines est beaucoup plus grosse. L’indigo y est naturel et les plants sauvages ont quatre et cinq pieds de hauteur. Par la culture, ils acquéreroient encore. Les cannes à sucre y ont neuf et dix pieds de hauteur et elles ne sont pas acqueuses comme celles du Bengale. L'arak étoit aussi un objet important de son commerce ; Colombo, Mature [Matara], Negombo. Batacalo [Batticaloa] et l’intérieur de l’isle en fournissent, mais les revenus de cette branche de commerce sont infiniment diminués depuis que les Indiens des côtes de Coromandel et de Malabar sont habitués à celle de leur pays, plus estimée pour la teinture des toiles, mais beaucoup moins goûtée que celle de Ceylan pour l’usage qu’ils font en la mêlant avec le bétel.

Bois

  • 15 Ibid., vol. I, p. 117-119.
  • 16 Satin-wood, Chloroxylon swietenia, bois de Ceylan très recherché.

57Les forêts15 sont pleines de bois de sapan propre à la teinture rouge et cramoisie ; les Portugais en faisoient des exportations considérables, on y trouve aussi les différentes espèces de bois d’ébène et de satin16 qui pourroient servir d’objet d’échange avec la Chine. Le rotin y vient naturellement et les marais en sont pleins.

Mines

58/447/ Cette isle renferme aussi des mines d’or, d’argent, de cuivre, de fer et de souffre. On y trouve toutes les espèces de pierres précieuses et des crystaux colorés qui les imitent, des opales, des yeux de chat, toutes les espèces d’agates, des crystaux de tourmaline, du verte de volcan et du jais. Elle produit encore en quantité des cocos dont on fait de l’huile ; de la cire et on y fait beaucoup de poisson salé.

Elephants

59Les éléphants y étoient autrefois un objet d’un grand commerce ; on les tiroit des environs de Colombo et de Matura ; ceux des environs de Trinquemaley et de Batacola sont trop petits et rarement dentés et par conséquent peu propres à être vendus, ce qui leur assuroit leur liberté ; mais aujourd’hui, on ne trouve plus à s’en défaire, depuis que les princes de l’Inde n’en font plus usage dans les armées et qu’ils ne sont plus en état d’avoir le même faste qu’autrefois. Ils ont multiplié au point de rendre les chemins difficiles et les Anglais aujourd’hui sont obligés de faire chaque année une chasse générale seulement pour les détruire.

Cannelle

60Mais c’est particulièrement la cannelle, cette production aromatique si recherchée de toutes les nations qui leur assure toujours un grand profit. Ceylan étant le seul pays qui en fournisse comme objet de commerce ; celle de la Cochinchine, quoique supérieure, est peu connue et il est très difficile de s’en procurer. Les arbres qu’on cultivoit à Lisie de France n’ont pas eu le succès qu’on en attendoit. On ne cultive la cannelle que dans la partie du sud ouest et du sud ; les Hollandais en tiroient beacoup aussi de Candy et avoient fixé le prix qu’ils devoient la payer au roi de ce pays.

  • 17 Laurus cinnamomum L.

61La cannelle est le Zelaurus cinnamomum de Linné17 ; elle est appelée curundu en langue chingalaise ; la meilleure et la plus fine est celle qui vient le long des côtes dans /448/ les terrains sablonneux et dans les dunes nommées marendam dont on fait des récoltes de celle qui vient naturellement et sans culture. La première qui est la plus considérable et qu’on appelle la grande saison commence en avril jusqu’en août, et la seconde ou la petite saison se fait depuis novembre jusqu’en janvier. Chaque district dans les terres de la Compagnie Hollandaise étoit obligé de lui livrer une certaine quantité de cannelle dans des magasins situés en différents endroits. Pour qu’elle soit de bonne qualité, il faut que l’arbre ait huit ou dix ans et les branches desquelles on la tire en aient au moins trois. Pour l’envoyer en Europe, on prend les plus longues ; on les met en botte qu’on enveloppe d’un double sac dont celui de dessus en cuir ; chaque botte doit peser quatre vingt cinq livres et elle n’est pesée qu’à quatre vingt livres à cause du déchet ; lorsque ces bottes sont embarquées on a la précaution de remplir les interstices de poivre noir qui est sec et chaud, prend et boit l’humidité de la canelle, la conserve et la perfectionne.

Ventes hollandaises

62La Compagnie Hollandaise, quelque quantité qu’elle reçût de l’isle en Europe, n’en vendit jamais plus de cinq mille balles chaque année, qui étoit la consommation annuelle de l’Europe ; pour lui conserver sa valeur à un ducat la livre, elle la payoit à Ceylan quatre sols Hollandais. Les cinq mille balles lui revenoient à quatre vingt cinq mille florins et elle en retiroit quatre cent mille ducats ou quatre millions deux cent mille [livres], ce qui lui donnoit un bénéfice de quatre millions trente mille livres. Il est vrai que les gouverneurs de Colombo, obligés de couvrir quelque dépenses, portoient dans leurs comptes à six sols la livre et, depuis 1790, le gouverneur Wandgrave, voulant réparer les fortifications de Colombo et la Compagnie ne payant rien pour cet objet, la porta à douze sols ; si le bénéfice que la Compagnie Hollandaise faisoit sur le girofle et la muscade étoit aussi considérable quelle richesse lui procuroit le commerce de ces trois épiceries ?

Huile de cannelle

63Les débris des bottes servent à faire l’huile de cannelle ; on met pour l’ordinaire cent livres de ces débris dans un grand vaisseau ; on laisse macérer dans l’eau sept ou huit jours et on les distille après. /449/ Cette opération dure vingt quatre heures. Il est difficile de savoir combien cent livres de cannelle donnent d’huile essentielle. Ceux qui sont chargés de la distillation ne le divulgeront jamais pour ne pas perdre leur profit ; ce qu’il y a de sûr, c’est que la cannelle doit donner bien peu d’huile en proportion de ce que donne la muscade et le girofle ; aussi préfère-t-on la tirer à haut prix de Ceylan plutôt que d’en distiller en Europe. L’once se vend à Ceylan neuf rixdales et coûte ordinairement en Europe quarante florins (a) [note(a) : Le rixdale représente cent sols ; le florin vaut deux livres tournois et le ducat dix livres dix sols.]. Les Chingalais font aussi de l’huile de cannelle, mais ils la retirent par un autre procédé ; ils la recueillent de l’arbre même en le perçant et enfonçant dans le tronc un tuyau de métal par lequel il s’égoute chaque jour quelques gouttes d’huile qu’ils ramasssent, mais cette huile n’est ni aussi pure ni aussi bonne que celle qu’on obtient par la distillation de la cannelle.

Indolence des habitants

64Par le détail des productions de cette isle, on voit qu'elle pourrait devenir le pays le plus riche, mais les peuples ont besoin d’encouragements. Ils sont en général d'un caractère paresseux et point cultivateurs. La nature leur a fait les plus beaux présents. Ils ont su les apprécier et ils en jouissent ; ceux qui habitent la partie de l'isle couverte de cocotiers et de jagriers vivent dans une indolence dont on n’a point d'idée ; ces arbres précieux fournissent absolument à tous leurs besoins et sans travail de manière qu’à couvert de leur ombre bienfaisante ils passent la vie la plus douce et la moins troublée par des désirs étrangers à la nature.

Cocotiers

65/449a/ La nature semble avoir favorisé l’indolence de ces peuples en leur donnant cet arbre, car rien n'est au-dessus de l’avantage et de l’utilité qu’on peut retirer du cocotier. Les cocos renferment une eau douce, fraîche et agréable à boire ; cette eau se convertit d’abord en une espèce de gelée qui tapisse l’intérieur de la noix. Ensuite en vieillissant elle se durcit et forme alors ce qu’on appelle la noix de coco ; dans cet état elle est très nourrissante et elle entre dans tous les ragoûts et les caris des Indiens ; quand elle vieillit, l’huile se concentre et alors on en tire une huile claire et bonne à manger employée dans leurs ragoûts et leurs fritures, quand elle est fraîche et c’est la meilleure huile pour brûler. Du régime et du fruit il sort une liqueur excellente et bienfaisante qui, en la distillant, donne une espèce d’eau de vie qui est l’arrak dont nous avons parlé et dont on fait du jagre, du sucre en y mêlant de la chaux et la faisant boullir ; du brou des cocos qu’on appelle cair on obtient un un fil dont on fait des cordages et des câbles qui sont supérieurs, préférés à ceux de chanvre et se conservent plus longtemps ; les feuilles entrelacées servent à couvrir leurs paillotes [9 lignes illisibles] ; on voit par là qu’il n’est peut être pas dans le monde, un arbre aussi utile et aussi productif.

66Dans la partie septentrionale où les cocotiers sont plus rares, les naturels se nourrissent d’igname, racine farineuse très grosse qui y est très commune et le goût approche de celui de la patate. D’autres sont absolument frugivores et ne vivent que de bananes, de jacques et de quelques autres fruits ; ces nourritures leur conviennent sans doute, car ils vivent très vieux, surtout les hommes. Il n’est pas rare d’en voir qui ont quatre /450/ vingt dix ans ; les femmes vont rarement jusqu’à soixante.

Présence chinoise ancienne

  • 18 Martini Martino (1614-1661), jésuite, vécut en Chine et donna en latin une Histoire de la Chine tra (...)
  • 19 En fait, cingalais serait dérivé de sinhala (habitat des lions) (Hobson-Jobson, p. 838-839).

67On prétend que les Chinois anciennement avec le secours de la boussole naviguoient jusqu’à Lisie de Ceylan, qu’ils y avoient établis une colonie et qu’ils alloient même plus loin. Thévenot et quelques autres sont de cette opinion. Les deux voyageurs mahométans (a) [note (a) : Relation des Indes et de la Chine de deux voyageurs mahométans qui y allèrent dans le 9ème siècle, pag. [ ?] de la préface.] marquent avec détail que les vaisseaux chinois alloient jusqu’à Siraf, ville maritime du golfe de Perse. Ils disent qu’il paroit certain que les Chinois ont peuplé une partie de Ceylan et que le nom de Chingalais ou Chíngalas que portent les peuples de cette isle vient d’une colonie chinoise établie à la pointe de Galle par des Chinois qui y furent jetés par une tempête. Le Père Martini18 semble vouloir confirmer cette opinion, en disant que Cingala signifie Sinarum Syrtes, à cause qu'il y périt une flotte qu’un empereur y envoya pour s’en rendre maitre et que Ceylan ou Sinlan signifie les Chinois19.

Taprobane

  • 20 Corsali André, voyageur italien du XVIe siècle ; il visita l’Inde en 1516.
  • 21 Pigafetta Français Antoine, voyageur italien du XVIe siècle, fit partie de l’expédition de Magellan
  • 22 Anciennes relations des Indes et de la Chine : de deux voyageurs Mahométans qui y allèrent dans le (...)

68On ne peut douter que Ceylan ne soit la Taprobane des Anciens ; d’après ce que l’on lit dans Ptolémée, il dit que, devant la Taprobane, il y a une grande quantité d’isles dont on fait monter le nombre à trois cent soixante dix huit, qui sont bien certainement les Maldives et je suis étonné que, vu la position que Ptolémée donne à la Taprobane, quelque savants aient été la chercher dans Sumatra parce qu’on en retiroit beaucoup d’or. C’est l’opinion de Maxilien Transilvain, d'André Corsali20 de [ ?] /451/ de Gaspard Barrayros, de Pigaffetta21 et de plusieurs autres auteurs (a) [note (a) : Relation des Indes et de la Chine de deux voyageurs mahométans qui y allèrent dans le 9e siècle, page 135.]22. Quoique l'or soit plus commun à Sumatra, il est possible qu’on apporte de ce pays et des isles qui l’avoisinent l’or à Ceylan pour l’échanger contre ses productions, et il ne peut plus y avoir d’incertitude lorsque Ptolémée la met séparée du Cap Comaria, qui est le Cap Comorin, par le golfe Colchique, où se fait la pêche des coquillages dont on tire des perles, Colimbasim pinnici, et si l’étendue que donne Ptolémée à sa Taprobane est bien plus considérable que celle de Ceylan, c’est parce qu’on n’avoit pas de son temps les notions que nous avons aujourd’hui sur cette isle.

Lanka dans les textes indiens

  • 23 Rāvaṇa.
  • 24 Sītā.

69Les livres sacrés des Indiens parlent souvent de Ceylan sous le nom d’isle Languei et Lanca [Lanka], elle est célébrée dans l’histoire de Rama, (b) [note (b) : une des incarnations de Vichenou, voyez mon Voyage aux Indes et à la Chine, tome. 1, page 163 de I’in-4°, pl. 41.] On voit ce dieu y porter la guerre pour venger l’affront que lui avoit fait Ravanen23, roi de cette isle, en lui enlevant Sidé24, son épouse. Ce Ravanen est peint avec dix têtes et vingt bras, emblème de sa force et de sa puissance, et on donne à Rama pour l’attaquer une armée de singes. Pour montrer combien il employa de ruse pour le vaincre, on suppose que c'est lui qui éleva la chaussée du détroit de Manaar et qu’on nomme encore dans le pays /452/ le Pont aux singes. Enfin, Ravanen vaincu, les peuples furent forcés d’adopter la religion que Rama voulut leur donner et qui s’y sont conservés jusqu'à ce jour chez les Chingalais de la secte des Boudistes. Il est impossible de ne pas reconnaître Vichenou dans leur dieu Bouda. En effet, leur religion ne diffère de celle des Indiens, sectateurs de Vichenou, que par des localités et parce que les peuples de Ceylan sont moins civilisés ; ils conservent aussi quelques usages qu’ils tenoient de leurs pères et longtemps avant que Vichenou sous son incarnation sous le nom de Rama y apporta son dogme.

Mariages

70Un usage particulier dans les mariages fait voir combien les Chingalais sont encore éloignés des peuples un peu civilisés. Les pères qui ont le plus d'enfants mâles sont les plus estimés et, à concurence pour la demande d’une fille en mariage, le fils de celui qui en a plus a la préférence ; la fille est toujours mariée à l’aîné, mais les autres frères vivent aussi avec elle et lorsque l’un d’eux vient la voir ; il pend sa pagne au-dessus de la porte, signe qui annonce à ses autres frères, s’ils se présentoient, de ne pas entrer. Si l’aîné vient à mourir, sa femme est obligée d’épouser le second et ainsi des autres jusqu’au dernier si elle leur survit.

Sainte-Hélène : situation

71De l’Isle de Sainte Hélène

72/453/ L’isle de Ste Hélène n’est qu’un point sur la terre, mais sa position par les 15° de latitude et par 7°43’de longitude, presque à moitié chemin de la route des Indes en Europe la rend utile aux Anglais, surtout avant qu’ils fussent possesseurs du cap de Bonne Espérance. Sa rade étoit le point de réunion de leurs flottes des Indes et de la Chine qui y trouvoient des vaisseaux de guerre envoyés d’Angleterre pour les convoyer jusqu’à leur destination et, si par le traité de paix, ils restent en possession du Cap, ils pourront bien diminuer les dépenses d'administration et militaires de cette isle ; mais elle sera toujours une relâche pour leurs flottes qui partent des Indes dans le mois de mars et qui atteignent le cap à la fin de may, ne pouvant dans cette saison mouiller à d’autre bay.

Mouillage

73Les vaisseaux peuvent mouiller très près de terre ; ils y sont parfaitement à l’abri des vents généraux qui par cette latitude règnent constamment de la partie du sud-est ; deux hautes montagnes qui s’élèvent perpendiculairement au-dessus de la rade les abritent des rafales.

Alimentation en eau

74Les vaisseaux y trouvent peu de rafraîchissements pour leurs équipages, mais ils y font de l’eau que l’on regarde comme excellente ; pour moi, je ne l’ai pas jugée de même ; je l’ai trouvée bien mauvaise. Celle que les vaisseaux prennent, vient d’une source qui descend des montagnes. Elle est trop vive et toujours d’une couleur blanchâtre comme si on y avoit dissout du savon ; les eaux des jardins viennent aussi des sources ; elles y sont très claires, il est vrai, mais elles y sont de même trop vives et trop crues et il est absolument nécessaire d’y éteindre un fer rouge. Les vaisseaux, cependant, peuvent s’y procurer quelques légumes, des pommes de terre surtout, quelquefois du poisson pendant qu’ils sont en rade, et en partant on leur donne à chacun deux bœufs.

Géologie

75/454/ L’isle de Ste Hélène, ainsi que toutes les isles de l’océan, a sans doute été projetée hors de l’eau par l’explosion d’un volcan qui a brûlé longtemps et dont le feu, faute de nourriture, est éteint depuis des milliers de siècles. Tout y est pierres calcinées, laves et basaltes imprégnées de fer ; les terres mêmes par leur couleur noire annoncent qu’elles sont le détritus des laves et des basaltes que l’immensité du temps a détruit et mis en poussière ; [3 lignes illisible] et liquides couloient ; la mer, les eaux les ont creusées et élargies. L’établissement est dans une des principales gorges, au nord de l’isle ; il paroit aussi qu’il y avoit un cratère dans le fond de l’établissement. On distingue très bien dans les montagnes contre lesquelles les maisons sont en partie adossées que cette bouche jetoit au dehors de son foyer ses cendres et ses laves ; également à droite et à gauche ; la stratification en est très marquée par des couches alternatives de différentes matières volcaniques diverses si distinctives dont les montagnes sont composées et leurs inclinaisons sont différentes, d’un côté très inclinées vers la mer vers l’ouest, tandis que de l’autre côté, son inclinaison jusqu’à la mer est fortement prononcée dans l’est.

Paysages

76Lorsque vous approchez de l’isle de Ste Hélène, l’aspect en est à pic ; ce sont des montagnes escarpées, arides et brûlées, formant des remparts à pic qui sont perpendiculaires jusqu’à la mer ; ils sont de plus sillonnés de ravins qui sont des détriments de toutes sortes de matières volcanique ; on n’y voit ni arbres, ni arbrisseaux, pas même un brin d’herbe et cet aspect m’a paru si affreux que je croirois assez que si les anciens eussent connus cette isle, ils en eussent fait l’entrée de leur Tartare.

Etablissement

77L’établissement est peu de chose ; il consiste d’abord dans une grande rue qui se sépare dans le haut en deux, formant à peu près l'Y ; les maisons y sont propres, bien bâties, touchant les unes aux autres comme dans les villes d’Europe et beaucoup sont à plusieurs étages.

78Les rues sont pavées de morceaux de basalte roulés que nous appelons /455/ galets ; ils forment des cailloux ronds, quelquefois plats et tranchants, mis à coté les uns des autres, aussi les gens qui viennent des Indes et qui ont toujours marché dans des chemins sablés et unis doivent trouver le pavé de Ste Hélène bien dur et bien fatigant ; toutes les dames de notre vaisseau avoient des ampoules sous la plante des pieds le lendemain du jour qu’elles descendoient à terre. Pour moi, je fus si fatigué pour avoir marché seulement de l’endroit où l’on débarque jusqu’à la maison où j’allois loger que je fus vingt jours sur mon lit et en convalescence plus de deux mois ; il est vrai que je n’étois pas alors encore bien remis d’une attaque de goutte que je venois d'avoir. Toutes les cours des maisons sont pavées des mêmes cailloux.

Forts

79Il y a des forts sur presque toutes les montagnes qui bordent la mer, mais le fort principal est celui qui est sur la crête de la montagne à l’ouest de l’établissementt, il bat la rade et paroit contenir une vingtaine de pièces de canon ; c’est aussi sur cette montagne qu’on fait les signaux ; il y a un télégraphe.

Cultures

80Les habitants ont bâti des jardins sur les montagnes qui sont dans le fond de l’établissement ; on les dit très agréables et bien cultivés ; je ne pus en voir aucun, ne pouvant, comme étranger, sortir des limites.

81La grande culture de cette isle est en pomme de terre qu'on y a introduit depuis quelques années ; elle y a très bien réussi, y vient très grosse et on l’y recueille aujourd’hui en abondance ; la Compagnie en a semé des champs où tout les monde peut aller en acheter, mais on est obligé de la récolter ; quoique plusieurs personnes paraissent la préférer à celle du Bengale, je la regarde comme bien inférieure pour le goût et pour la qualité ; elle a la peau très fine, l’intérieur d’un blanc fade et trop aqueux ; on y cultive aussi quelques légumes, des choux, des haricots, des carottes, des navets, de la salade qui y viennent très bien ; quant aux fruits, il y en a fort peu et ils ne valent rien ; /456/ des oranges aigres, de mauvaises bananes, des pommes et des poires qui n’en ont que le nom ; mais on leur apporte du Cap de très bonnes oranges, des amandes, des noix, des raisins secs et des figues et il arrive par les vaisseaux de Chine le thé, le sucre et quelques confitures, tels que gingembre, poires et oranges tapées.

Absence de commerce

82Cette isle n’a aucune espèce de commerce, mais tous les habitants en général reçoivent chez eux les passagers et les états-majors des vaisseaux qui mouillent dans leur rade, ce qui met quelque argent dans la colonie ; autrefois on ne payoit qu’une guinée par jour. Les habitants ont sans doute trouvé que ce n’étoit pas payer assez cher le plaisir de séjourner dans leur isle ; on paye aujourd’hui une guinée et demie.

Prix des denrées

83Les habitants qui ont un jardin gagnent aussi quelque chose à élever des volailles, des oies, des canards, des cochons et à cultiver des légumes qu’ils vendent aux vaisseaux, mais tout y est si cher qu’ils prennent que ce qui leur est absolument nécessaire ; une volaille se vend cinq schilings (6 francs), une dinde, trois guinées, les pommes de terre qui y sont si communes se payent seize schilings le sac de 100ll qui ne coûteroit au Bengale qu’une roupie.

Poisson

84Le poisson y est très bon ; peut-être que si nous eussions pu le comparer à une pample, un pêche-lait, un pêche-bicout de l’Inde, nous n’eussions pas trouvé ce poisson de Ste Hélène si excellent. On pêche surtout en quantité le maquereau qui abonde autour de l’isle ; il est le même que celui d’Europe.

Nourriture

85Les habitants qui ont un jardin, peuvent y vivre assez agréablement parce qu’ils jouissent de ses productions, mais les habitants qui n’en ont point vivent misérablement. On n’y tue jamais de bœuf ; ils ont introduit dans leur colonie des moutons du Bengale, du Cap et même /457/ d’Angleterre, mais ils y ont tous dégénéré et se rapprochent beaucoup alors de cette espèce montée sur de hautes jambes qu’on appelle dans l’Inde chien marron, et il y est toujours si dur qu’il est impossible d’en manger ; ils n’ont même pas du poisson quand ils veulent ; les pêcheurs ne peuvent leur en vendre, ainsi qu’aux vaisseaux, que lorsque la garnison s’est pourvue de ce qu’elle a besoin ; aussi une grande partie des habitants de la ville ne mangent que de la viande salée qu’on leur apporte d’Europe ou du Cap.

86Le pain y est excellent et je le préfère à celui que l’on fait dans l’Inde. Ils tirent le bled et la farine du Cap, car le pays ne produit aucune espèce de grains. Un pain de deux livres se paye 1 schiling (1 fr 4 c).

Cherté des services

87Les habitants ne pouvant y introduire des esclaves pour défricher l’intérieur et y établir une culture commerciale, cette colonie ne sera jamais bien considérable, ni d’aucun rapport ; les Européens coûtent trop pour les employer à ce travail ; le moindre ouvrier se paye 8 schilings (9 fr 12 c) et vous en obtenez peu de travail ; presque tous ceux qu’on employé comme journaliers commencent ordinairement leur journée par se soûler ; un soldat qui porte un paquet de l’endroit où l’on débarque à votre maison exige 2 sch ½ (3 fr) ; tout se paye dans ces mêmes proportions ; mais ce qui m’étonna le plus, ce fut mon barbier. Lorsqu’en partant, je voulus le payer, il me demanda 2 sch ½ pour chaque fois qu’il m’avoit rasé ; cependant par accommodement, comme je l’avois employé près de deux mois, il consentit à ce que je le paye pour chaque barbe deux schilings (2 fr 8 c).

88La population n'y est pas assez considérable pour devenir jamais une colonie principale ; elle ne va pas à trois mille personnes, non compris la garnison qui peut être de six à sept cent hommes.

Faune

  • 25 Il n’y a pas de perroquets en Inde, et hirondelles de mer est une expression populaire. Il s’agit d (...)

89On ne trouve dans l’intérieur de l'isle, aucune espèce d’oiseaux naturels au pays, les habitants y ont introduit des faisans et des perdrix, mais ils /458/ ont peu multiplié ; on voit sur le bord de la mer quelques perroquets et hirondelles de mer25.

90Il n’y a en quadrupèdes que des rats qui y ont tellement multiplié qu’ils dévastent aujourd’hui tous les jardins ; ce qui a dégoûté beaucoup d’habitants d’en cultiver, le produit par les dégats qu’ils y font ne payant pas le plus souvent les frais d’entretien.

Flore

  • 26 William Roxburgh, botaniste (1751-1815) ; il est l’auteur de Plants of the Coast of Coromandel, de (...)
  • 27 Banks sir Joseph (1743-1820), explorateur, botaniste, président de la Royal Society de 1778 à 1820, (...)

91Le docteur Roxburg26, célèbre botaniste qui travaille à un superbe ouvrage sur les plantes des Indes, dont Sir Joseph Banks27 est le directeur, que j’y ai trouvé, m'a assuré que dans toute l’isle, on ne trouve pas plus de cent cinquante espèces de plantes et qu’il n’avoit pu, à cause de la difficulté d’en parcourir les montagnes escarpées, s’en procurer encore qu’une trentaine d’espèces. Ne pouvant aller herboriser, vu ma qualité d’étranger, j’envoyai plusieurs fois un homme dans les champs pour m’en rapporter les pierres, laves et toutes les plantes sauvages qu’il rencontreroit, en différentes fois ; il ne me rapporta que douze espèces de plantes ; un Solanum épineux qui est très commun dans l’Inde, la bourrache, la même que celle d’Europe, le Stramonium à fleurs blanches et celui à fleurs violettes et un capre qui ne diffère en rien de celui de nos boutiques.

Notes

1 Voir J. Emerson Tennent, Ceylon, An Account of the Island Physical, Historical and Topographical with Notices of its Natural History, Antiquities and Productions, 2 vol.

2 Sur l’histoire des interventions européennes, ibid., vol. II, p. 1-96.

3 Suffren de Saint Tropez Pierre André (1726-1788).

4 Description détaillée dans J. Emerson Tennent, op.cit., vol. II, p. 151-166.

5 Ibid., vol II, p. 99-119.

6 Ibid., vol. II, p. 482-491.

7 Il est appelé Fort Frederick.

8 « Monsieur des Roys était un officier de génie qui commandait le détachement de cette arme dans le petit corps expéditionnaire placé sous l’autorité du général Duchemin. Suffren, après la prise de la base de Trincomalé le 31 août 1782, lui confia le commandement de la place jusqu'à la fin de la guerre ». Cette note nous a été aimablement communiquéee par le Contre-amiral Rémi Monaque que nous remercions vivement. Il ajoute que les relations entre Français et Hollandais furent harmonieuses. Le gouvernement civil de la ville fut confié à un administrateur hollandais, M. Van Seuden. Suffren conserva le plein commandement opérationnel d’une base devenue vitale pour la sécurité, le ravitaillement et l’entretien de son escadre. Il eut des relations excellentes avec le gouvernuer hollandais Willem Falk. Ils parvinrent ainsi à organiser une coopération très efficace entre les deux nations.

9 Tripang, holothurie, du latin holothuria, polype marin.

10 A Cannea, selon J. Emerson Tennent, op.cit., vol. I, p. 16, n.l.

11 Ibid., vol. II, p. 539-548.

12 Ibid., vol. II. p. 555-556.

13 Rāma sētu.

14 Références dans J. Emerson Tennent, op. cit., vol. II, p. 563 n. 2.

15 Ibid., vol. I, p. 117-119.

16 Satin-wood, Chloroxylon swietenia, bois de Ceylan très recherché.

17 Laurus cinnamomum L.

18 Martini Martino (1614-1661), jésuite, vécut en Chine et donna en latin une Histoire de la Chine traduite et publiée à Paris en 1692 par l’abbé Le Pelletier. En 1655 le père Martini avait publié à Anvers le Novus Atlas Sinensis, le premier atlas européen de la Chine.

19 En fait, cingalais serait dérivé de sinhala (habitat des lions) (Hobson-Jobson, p. 838-839).

20 Corsali André, voyageur italien du XVIe siècle ; il visita l’Inde en 1516.

21 Pigafetta Français Antoine, voyageur italien du XVIe siècle, fit partie de l’expédition de Magellan.

22 Anciennes relations des Indes et de la Chine : de deux voyageurs Mahométans qui y allèrent dans le neuvième siècle : traduites d’Arabe : avec des remarques des principaux endroits de ces relations. A Paris : chez Jean-Baptiste Coignard, MDCCXVIII.

23 Rāvaṇa.

24 Sītā.

25 Il n’y a pas de perroquets en Inde, et hirondelles de mer est une expression populaire. Il s’agit donc de variétés de perruches et de sternes.

26 William Roxburgh, botaniste (1751-1815) ; il est l’auteur de Plants of the Coast of Coromandel, de Hortus Bengalensis et de Flora Indica.

27 Banks sir Joseph (1743-1820), explorateur, botaniste, président de la Royal Society de 1778 à 1820, assura le rôle international de Kew Gardens (voir Sir Joseph Banks a Global Perspective, ed. R.E.R. Banks, Kew, The Royal Botanic Garden, 1994).

© Institut Français de Pondichéry, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search