Version classiqueVersion mobile

Nouveau voyage aux Indes orientales (1786-1813)

 | 
Pierre Sonnerat

Chapitre IX. Suite de la côte de Malabar

Texte intégral

Bombay ou Mumbai

  • 1 Voir Gazetteer of the Bombay Presidency, vol. XXVI, Town and Island of Bombay.

1/400/ Bombay1 touche au territoire des Marattes ; il est le principal établissement des Anglais sur cette côte. Ils acquirent cette place en 1662, par le mariage de Charles II avec Catherine, infante de Portugal, et fit partie de son domaine.

  • 2 Mumbai doit son nom à la déesse Mumbadevi qui a son sanctuaire dans la ville (voir Hobson Jobson, (...)

2Bombay est une petite isle étroite qui a au plus sept milles de longueur et qui n'est séparée de celle de Salcette que par un canal étroit ; elle contient une citadelle bien fortifiée, une grande ville très commercante, un arsenal considérable et des chantiers pour la construction des vaisseaux. Bombay a l’avantage d’être le seul bon port de la côte de Malabar et les vaisseaux y sont à l’abri de tous les vents ; son nom Bombay vient d’un portugais corrompu Buhom-Bahia, qui signifie Bonne baye2 ; cependant l’entrée est fort difficile à cause de la quantité d’écueils qui s’y trouvent, et les vaisseaux qui veulent y mouiller sont obligés de prendre un pilote.

3Les Anglais n’ont rien épargné pour le fortifier et le rendre commode ; ils y ont construit trois bassins aussi beaux que ceux de Brest où les vaisseaux, en toute saison, peuvent y caréner. Les bois de teck de cette partie contenant beaucoup plus de résine ne se corrompent jamais à /401/ l’eau et il n’est pas rare de voir des vaisseaux construits à Bombay qui naviguent plus de cent ans. Il est vrai qu’on les enduit d’une galgade qui préserve le bois de l’eau et de la piqure des vers (a).

  • 3 Galgal (hind).

[note (a) : La galgade3, que quelques auteurs nomment gallegalle, est une composition faite avec de l'huile (pour l’ordinaire, on remplit l’huile de moutarde comme la plus commune et la moins chère), dans laquelle on fait fondre du brai sec en quantité égale en poids : on y ajoute de la chaux vive réduite en poudre pour que le tout ait la consistance du mortier ; on l’applique chaude sur le franc-bord d’un vaisseau que l’on galgade ; à l’air, elle sèche bientôt et alors fait corps avec le bois et dure ainsi très longtemps.]

Avantages de Trincomali

4La cession de Ceylan à l’Angleterre va faire abandonner ce port ; les escadres n’auront plus besoin d’aller passer la mauvaise saison à la côte de Malabar ; elles iront hyverner à Trinquemaley où le gouvernement va sans doute établir des chantiers, des bassins et toutes les commodités pour le radoub de ses vaisseaux. L’hyvernage dans ce port leur donne l’avantage de pouvoir prévenir l’ennemi ; les vaisseaux peuvent en sortir à la fin de décembre et se rendre en peu de jours à la côte de Coromandel ; dès lors l’importance du port de Bombay devient nulle et ne sera plus à l’avenir qu’un port marchand.

La baie

5La baye de Bombay est spacieuse et renferme plusieurs isles ; on trouve sur celles de Salcette et d’Eléphante des monuments les plus étonnants de l’industrie humaine ; ce sont des excavations, des temples creusés dans le roc vif, /402/ comme à Mahabalipouram dont nous avons parlé, et le roc est de même un granit très dur.

Elephanta

  • 4 On trouvera une description détaillée des monuments dans le Gazetteer of the Bombay Presidency, vo (...)

6L’isle d’Éléphante4 se distingue par la figure d’éléphant de grandeur naturelle qu’on a tiré du roc, d’où l’isle a pris son nom. Le corps est actuellement fendu en deux et il y a des traces visibles que cette mutilation a été faite avec de la poudre à canon. A environ un demi mille de cet animal, vous trouvez une caverne dont la porte est au nord ; en avant, il y a un portique de soixante pieds de long sur seize de largeur ; la caverne a quatre vingt pieds de long du nord au sud et de largeur de l’est à l’ouest soixante dix huit pieds ; sa hauteur est de quinze pieds. Il règne de même autour de la caverne c’est-à-dire au sud, à l’est et à l’ouest des portiques pareils à celui qui est dans le nord ; ainsi, toute la longueur de la caverne, y compris les portiques, est de cent vingt deux pieds et la caverne de cent dix pieds ; le plancher est soutenu par des rangs de colonnes taillées du roc, placés à une distance de quinze pieds les uns des autres et d’une colonne à l’autre. On a sculpté sur le plancher la forme d'une solive. Dans la partie de l’ouest, il y a une chambre de vingt pieds quarrés ayant quatre portes et au dedans une espèce d’autel ; cet endroit étoit sans doute le sanctuaire. A chaque /403/ porte, il y a deux figures gigantesques qui paraissent avoir été mises comme les gardiens de cet endroit. Sous les portiques et dans la caverne, il y a quantité de figures les unes gigantesques, les autres de grandeur naturelle, qui toutes sont taillées du même roc que celui de la caverne et font corps avec lui ; elles sont plus ou moins mutilées, mais on voit qu’elles n’ont pas souffert du temps et que ces mutilations ne proviennent que des gens mal intentionnés et peut être des peuples ennemis qui se plaisoient dans la destruction de morceaux aussi curieux. Les murailles sont garnies aussi de bas-reliefs et, dans quelques endroits, on voit des groupes de trente et quarante figures ; mais la figure la plus remarquable est celle qui est devant la principale entrée de la caverne. C’est un buste énorme ayant quatre têtes, dont l’une se voit de face, deux autres de profil et la quatrième dont on ne voit que la partie des cheveux est dans la roche ; elles ont près de huit pieds du haut du front au bas du menton et sont ornées de casques et de très grands pendants d’oreille ; la largeur d’une épaule à l’autre est de vingt pieds ; elle a huit bras, mais on ne distingue plus ce qu’elle tenoit dans les mains ; seulement, /404/ dans une, on voit une couleuvre capelle ; à côté de ce buste, il y a quantité de figures présentant des offrandes dont une, un poisson.

7À l’est et à l’ouest de la principale caverne, on parcourt un espace ouvert par le haut formant un chemin pratiqué au travers de l’épaisseur du roc qui a été creusé de quarante pieds de profondeur ; ces chemins conduisent chacun à des appartements ornés de même de figures et dans un desquels, il y a un autel ; un des appartements de l’ouest est toujours plein d’eau à la hauteur de trois pieds. Ce qui empêche qu’on ne puisse y entrer, mais il paroit s’étendre intérieurement si loin que l’œil ne peut découvrir où il se termine.

Mandapeshvar ?

  • 5 Il s’agit probablement des grottes de Mandapeshvar, à 13 km environ au sud de Bassein ; voir la de (...)

8La caverne de l’isle de Salcette est à un mille à l’ouest du village d’Ambola5. Après avoir traversé une espèce de caveau de trente pieds de long sur huit de large qui forme l’entrée, vous arrivez à un escalier de sept marches qui conduit à un portique ayant de chaque côté trois rangs de colonnes ; à la porte de la caverne, il y a deux figures qui sont tellement mutilées qu’on ne peut plus les reconnaître. La caverne a quatre vingt pieds carrés, soutenue par six rangs de colonnes qui ont quatorze pieds de hauteur et sont de la même forme que celles d’Éléphante. /405/ Au bout de la caverne, à l’est, il y a trois portes. Celles des côtés conduisent à des portiques munis de colonnes, celle du milieu conduit à une chambre de trente pieds de long garnie de figures gigantesques et d’autres de grandeurs naturelles dont quelques unes sont assez bien conservées et sont bien faites ; sur le haut de la porte, il y a un groupe de plusieurs petites figures assez bien éxécutées ; au fond de cet appartement, vous trouvez encore deux autres petites cavernes qui n’ont rien de remarquables.

9Du côté du sud de la caverne, on entre dans un chemin irrégulier ouvert par le haut pratique comme celui d’Éléphante dans l’épaisseur du roc, il va en montant un peu et vous conduit à une petite chambre dans laquelle il y a quelques figures, mais elle est toujours pleine à la hauteur de quatre pouces d’une eau très claire qui sans doute provient de quelques sources, car elle ne tarit jamais.

Kanheri

  • 6 Kanheri. Voir l’excellente note sur le site, l’histoire et les monuments que donne le Gazetteer of (...)

10Mais la plus considérable de ces cavernes est à Canara6, plus dans la partie du nord qu’Ambola ; la montagne de cette partie est presque totalement excavée ; on voit que l’ouvrage n’a pas été achevé ; il y a quantité de cavernes très petites, mais quelques unes sont aussi profondes que celles d’Éléphante et d’Ambola et ont plus de trente pieds de /406/ hauteur ; elles sont garnies de même de vestibules ornés de colonnes ; dans un de ces vestibules, on voit des statues détachées du roc, placées dans des niches qui ont vingt pieds de hauteur et sont bien proportionnées ; mais on ne leur voit aucun des attributs des dieux des Gentils ; dans la principale caverne, il y a une inscription assez longue, mais les caractères dans lesquelles elle est écrite sont inconnus et n’ont aucun rapport avec ceux des langues d’aujourd’hui, ni aucun avec ceux des langues savantes anciennes ou sanscrites ; voyez no 2 de la planche 51.

Grottes d’Ellora

  • 7 Voir la description de J. Burgess, Report on the Elura Cave-Temples and the Brahmanical and Jaina (...)
  • 8 Grotte 33, dite Jagannātha Sabhā.
  • 9 Pierre Puge, sculpteur (1620-1694).

11Toutes les excavations dont nous venons de parler ainsi que celles de Mahabalipouram, ne sont rien auprès de celles d'Ellora ou Illoura7 près de Dowlatabad [Daulatabad] à quinze lieues d’Aurengabad [Aurangabad]. Elles offrent un travail des plus étonnants que l’homme puisse concevoir. Quand on examine avec attention les cavernes considérées, les temples, la quantité de figures et de colonnes taillées du même roc, on ne peut croire qu’ils soient faits par la main des hommes ; aussi les peuples d’aujourd’hui croyent qu'ils sont l'ouvrage des génies. On est ravi d’admiration en examinant les détails de ce magnifique ouvrage ; ce temple des Jugnath8, qui n’en est qu’une partie, porté par cette multitude d’éléphans, est une idée vraiment grande et sublime ; l’illusion est fort bien conservée. Cette masse énorme semble reposer sur le dos de ces puissans animaux quoiqu’en effet, elle porte sur sa propre base ; on est frappé de l’exécution /407/ d’un tel édifice. Ce n’est pas le ciseau de Puget9 mais, enfin, on a très bien rendu l’idée de l’invention. Cependant ces énormes travaux ne paraissent pas avoir d’objet et semblent n’être l’effet que de quelques caprices bizarres. Quoi qu’il en soit, il paroit certain qu’un examen réfléchi de ces différents ouvrages mènerait infailliblement à une connaissance parfaite de la religion des anciens indous plus facilement et plus promptement qu’on ne saurait y parvenir par l’étude de leurs livres.

12On doit sans doute se faire une grande idée de l’immensité de ce travail, les difficultés qu’il a fallu surmonter étonnent l’imagination, car les Indous connaissent peu les mécaniques. Ils n’employent guère les machines et, par une suite de cette ignorance, ils ne se servent que d’un très petit nombre d’outils ; ces énormes ouvrages n’ont donc été exécutés qu’à force de tems et de patience par le seul jeu du marteau et du ciseau.

  • 10 Mahādeva.

13Les murailles de ces grandes salles et galleries sont ornées de niches dans chacune desquelles il y a une statue colossale d’une divinité, mais la plus grande partie des figures se rapporte à Mahadew10 qui est Chiven, auquel le temple paroit dédié ; ces statues paraissent au premier coup d’œil être des pièces de rapport mais, en les examinant, on voit qu’elles tiennent au roc ; on ne leur a donné que la saillie nécessaire, suivant les règles d’optique pour bien représenter l’objet auquel chacune d’elle /408/ étoit destinée ; ces statues pour être un peu grossières ne sont cependant pas mal exécutées ; leurs attitudes varient à l’infini ; le ciseau des bas-reliefs est meilleur que celui des grandes figures, les proportions sont plus justes et plusieurs de ces pièces plairaient même à des connaisseurs.

Sacrifices humains

14Ce temple sert aujourd’hui de demeure à quelque cent pandarons qui y vivent dans l’oisiveté. On prétend qu’ils sacrifient chaque année un d’eux à leur dieu et le fait m’a été certifié par des brames qui avoient fait un long séjour à Ellora. Il a pu se faire qu’anciennement, dans les temps où tous les peuples croyoient ne pouvoir mieux témoigner leur amour à la divinité qu’en lui faisant des sacrifices humains, les prêtres de ce temple aient sacrifié des hommes à Chiven et que cette tradition soit restée. Je ne crois pas ces pandarons assez zélés aujourd’hui pour faire de pareils sacrifices.

Antiquité de l’architecture

  • 11 Elu (autorité)-ūru (agglomération) (tel.), vrai nom d’Ellora.
  • 12 Kailāsa.

15Ces monuments sont des preuves certaines de l’antiquité des arts chez les Indous et peut être même que cette assertion pourrait être portée plus loin, car on peut en conclure qu’ils en sont les premiers inventeurs aussi bien que des sciences ; car l’un ne marche pas sans l’autre. Selon la tradition, on croit qu’Eloory11 qui les fit commencer vivoit il y a sept mille neuf cent ans, et quel temps il a fallu à ces peuples pour arriver au point d’imaginer d’élever un /409/ temple pareil à la divinité ; ce Raja ayant eu une maladie dans laquelle les vers sortoient vivans de toutes les parties de son corps, il vint se laver dans l’eau qui sortoit des montagnes dans lesquelles le temple est aujourd’hui bâti et qui passoit pour sacrée ; les premiers bains firent périr les vers. Il y fit alors construire une citerne et par la suite, ayant obtenu son entière guérison, il fit travailler aux temples et commença par celui de Kaylas12. La citerne existe encore dans la ville d’Ellora et les eaux ont conservé toute leur sainteté ; on y vient en pélerinage des pays les plus éloignés. Il paroit donc que c’est l’effet d’un vœu qui a fait entreprendre ces travaux incroyables qui n’ont pû être achevés que par les descendans très éloignés du raja Eloory car, en comparant les travaux qu’on peut faire chaque année dans ce genre, en y employant le plus de monde possible, on ne peut croire qu’il ait fallu moins de mille ans pour les achever ; ils sont donc le fruit d’une longue et infatigable persévérance et le triomphe de l’oisiveté, alimenté et soutenue par l'activité de la superstition. Aussi tout me porte à croire qu’ils ont été construits par une autre race d’hommes que celle des Indiens actuels ; l’ouvrage est si supérieur à leur industrie présente qu’il n’y a pas d’apparence qu’ils eussent pu exécuter des ouvrages pareils d’un travail aussi considérable ; les sculptures de leurs nouvelles pagodes sont grossières, sans grâce, ni proportions. /410/ Celles de ces cavernes, au contraire, sont naturelles et celles qui paraissent monstrueuses par leur grandeur sont bien proportionnées ; il est naturel de croire aussi que les artistes de ce tems donnoient à leurs figures les traits qui caractérisoient chez eux le beau et aucun trait des figures d’Ellora n’a rapport à ceux des habitans actuels de l’Inde ; toutes les figures ont la forme générale du corps plus robuste ; elles ont le visage plus large et plein avec un nez plat ; les lèvres, particulièrement l’inférieure, sont grosses. Les Pyramides d’Égypte tant vantées sont de bien faibles monumens en comparaison de la pagode d’Ellora. Les Pyramides n’ont demandé que peu de tems, les pagodes d’Ellora semblent avoir exigé des moyens au-dessus de l’esprit et de la constance des hommes.

Fureur iconoclaste d’Aurangzeb

16Il n’y a pas une seule figure à Ellora qui ne porte des marques de cette superstition si honteuse dont Aureng-Zeb se laissa guider ; l’une a l’œil crevé ; l’autre le nez coupé, celle-ci le poignet cassé, cette autre le pied, etc. Sans doute que l’ordre d’Aurang-Zeb étoit encore plus rigoureux et que les brames gagnèrent les exécuteurs qui, moyennant quelque argent, ne portèrent pas le dégât aussi loin que ce prince l’avoit ordonné.

Zèle des premiers chrétiens

17Au commencement du christianisme, le zèle de nos premiers évêques détruisit de même tout ce qu’il trouva sous la main des restes du paganisme sans faire grâce ni aux plus beaux morceaux d’architecture, ni aux plus précieux /411/ monumens de littérature. St Bernard met au nombre des plus belles actions de St Martin celles d’avoir détruit les temples, renversé les statues, coupé les bois sacrés, etc.

18Pl 46. Les inscriptions.

Inscriptions

19On trouve plusieurs inscriptions gravées dans quelquesuns des temples qui donneraient sans doute quelque éclaircissement sur le tems où ils furent batis ; mais on ne peut les lire, les caractères dans lesquels elles sont écrites n’ont même aucun rapport avec ceux des inscriptions du temple de Mahabalipouram et des excavations de Salcette.

  • 13 Jean Thévenot fut le premier européen à décrire les grottes d’Ellora ; Anquetil Duperron les visit (...)

20On trouve une description très détaillée du temple d’Ellora avec les plans et les vues dans le sixième volume des mémoires de la Société asiatique de Calcutta. Thevenot en a fait mention aussi dans ses voyages13.

Autres sites

21On voit aussi à Pattala et à Betalvari dans le souba de Bérar, à Carly [Karle] près de Ponnah [Pune] et dans quelques autres endroits, des pagodes taillées pareillement dans le roc vif, mais aucune n'approche, pour la grandeur et l’immensité du travail au temple d’Ellora.

Bassein

  • 14 Voir la description qu’en donna Anquetil Duperon en novembre 1760 (Voyage en Inde 1754-1762), p. 3 (...)

22Je reviens à la côte de Malabar. Vous trouvez sur la pointe du continent vis-à-vis l’extrémité septentrionale de Salcette, à onze lieues de Bombay, Bacaim ou Bassim [Bassein]14. Cette ville est défendue par une bonne forteresse, elle appartenoit autrefois aux Portugais ; les Marattes la leur enlevèrent. Les Anglais la prirent aux Marattes en 1760 et la leur /412/ rendirent à la paix qu’ils firent avec eux en 1783.

Daman

  • 15 Ibid., p. 390.

23Vingt lieues plus au nord à peu près, est la ville de Daman15 appartenant aux Portugais ; cet établissement est aussi considérable ; il s’y fait un grand commerce particulièrement en coton ; il y a une rivière dans laquelle les vaisseaux de quatre cens tonneaux peuvent entrer un peu légers ; ils y trouvent toutes les commodités, d’excellents bois pour y carenner ; on y construit de très beaux vaisseaux.

Surat

  • 16 Sur l’histoire de Surat, voir ibid., p. 299-305 ; Gazetteer of the Bombay Presidency, vol. II. p.  (...)
  • 17 Muzaffar Shah.
  • 18 Sīdī (hind.), nom honorifique donné dans l’Inde occidentale à des musulmans d'origine africaine oc (...)

24Surate [Surat]16 termine ce qu’on appelle la côte sud ; mais elle n’est pas une vieille ville ; elle étoit même peu de chose avant que Sultan Mouzafer Cha17 eut bâti en 944 de l’Hégire (1550 de l’ère chr.) le fort de Surate pour s’opposer aux incursions que faisoient les Portugais dans le pays. Les Anglais s’en emparèrent en 1759 sous le prétexte de délivrer le port et la ville des oppressions des Sidées18 qui exigeoient de tous ceux qui y venoient commercer des contributions exhorbitantes ; depuis ce temps, les Anglais sont maîtres de Surate, en retirent tous les droits, mais pour ne pas paraître usurpateurs, ils permettent au nabab de placer son pavillon à côté du leur dans la citadelle. Leurs troupes gardent l’intérieur et celles du nabab occupent le dehors.

25Lors de la splendeur de Delhy, Surate étoit, dans le rapport au commerce, la plus importante ville de l’Inde ; des caravanes considérables partoient chaque année pour porter dans cette capitale, les étoffes d’or et d’argent du Guzurate dont s’habilloient /413/ les seigneurs, les draps, les velours, les galons et fils d'or et autres marchandises, ainsi que les cafés et parfums d’Arabie.

Son port

  • 19 Voir Hobson-Jobson, p. 706, 708, s.v. nicannées, bajutapauts, neganepauts.

26Ce port étoit sans doute autrefois essentiel puisque la Compagnie en avoit fait son chef lieu. En effet, on peut s’y procurer tous les objets qu’on trouve à la côte de Coromandel tels que toiles blanches propres à l’impression, mousselines, toiles bleues nekanias (ou nécanées), bajoutapaux, néganepaux19 et autres articles propres pour la traite ; tous ces objets, il est vrai, sont inférieurs en qualité à ceux de la côte de Coromandel, mais aussi ils y sont à bien meilleur compte. Outre tous ces avantages, cette ville étoit en possession par l’étendue de sa navigation de transporter à Jeda [Jeddah] presque tous les musulmans des Indes, qui vouloient visiter les lieux saints. Surate a été pendant cent ans une des plus opulentes villes maritimes de la terre. On assure que, dans le temps de sa splendeur, la population de cette ville alloit à deux cent mille âmes.

Etrangers

27Surate est encore aujourd’hui considérable ; la seconde enceinte peut avoir cinq lieues de tour et contient six cens mille habitans de tous les pays et de toutes les religions ; on y trouve des Persans, des Turcs, des Grecs, des Arabes, des Abyssins, des Tartares, des Gentils, des Mogols, des chrétiens, des Arméniens et des Juifs. Les Parsis ou Guèbres, descendans des anciens disciples de Zoroastre, qui adorent le feu, y ont un temple. Ils ont conservé la douceur des mœurs et le culte de leurs pères ; le feu sacré est continuellement entretenu par des prêtres ; dans une fête annuelle ils éteignent tous les feux de leurs maisons pour en aller chercher de nouveau dans leur temple qu’ils reçoivent de la main de leurs prêtres. Ce serait pour eux un présage de malheur /414/ s’il venoit à s’éteindre. Les chrétiens y ont trois églises desservies par des carmes et des capucins.

Commerce

  • 20 Kimkhwab, du persan modifié par le gujarati, soie damassée (Hobson-Jobson, p. 484, s.v. kincob).

28La position de Surate à l’entrée du golfe de Cambaye, peu éloigné de celui de Perse, de la mer Rouge, rend cette ville une des plus commerçantes et des plus riches de l’Inde. Elle est l’entrepôt des cotons du Guzurate, de Cambaye et des environs. Elle est aussi celui de toutes les marchandises de l’Indoustan et d’une partie de celles de Cachemire et du Bengale que les Arabes, les Persans, les Turcs et les Abyssins viennent chercher. Les Arabes et les Persans y apportent des dattes sèches, des raisins et autres fruits secs, de l’assafoetida, de l’aloès, des parfums, des esssences, de l'eau de rose, diverses gommes, de l’encens et du benjain dont les Indiens des deux sexes font une grande consommation, se parfumant toutes les fois qu’ils sortent du bain et ils emportent des soyeries du pays, des draps d'or, des étoffes de soie et or, des mousselines et toiles brodées en or ou en argent, de ces belles étoffes or et argent qu’on appelle kimbab gur-nati20, dont toutes les personnes riches de l’Indoustan s’habillent et ornent leurs maisons, des challes qui viennent de Cachemire, de grosses mousselines rayées et quelques toiles diverses fabriquées dans le pays ; ils se fournissent aussi de plusieurs objets de Chine apportés à Surate par des vaisseaux marchands Anglais. /415/

29Les Européens y portent des piastres, des draps légers, du fer, de l’acier, du cuivre, du fil d'or, du corail, des vins et des eaux de vie qu’ils échangent contre des cotons et des draps d’or qu’ils portent à la Chine. Ils prennent aussi de grosses mousselines et toiles du pays, un peu de soie crue qui n’est pas de bonne qualité, du borax, du musc, de la laque et quelques challes pour l’Europe.

30Il s’y fait un grand commerce de perles, de diamants et autres pierres précieuses et de toutes sortes d’agate, dont quelques-unes par leur beauté, leur grandeur et l’arborisation si bien formée sont très chères. J’en ai vu une entre les mains de madame Anquetil qu’on vouloit vendre douze mille roupies (trente mille francs). On construit beaucoup de petits bâtiments dans la rivière avec les bois de tek qu’on tire des Gattes ; mais on est obligé de leur faire passer la barre légers et sans gréemens

31Les Français, les Hollandais et les Portugais y ont une loge. Les Anglais y ont une présidence et un conseil.

Navigation

32Les murs de la citadelle de Surate sont baignées par le Taphti [Tapti], grande et belle rivière qui, avant de remplir les fossés de ce fort, a arrosé et fertilisé toute la contrée. Les vaisseaux ne peuvent entrer en rivière, comme l’ont avancé MM. Prévôt, d'Orville et Raynal ; ils sont même mouillés très loin, à sept lieues de la ville et à /416-417/ trois de la côte, ce qui rend le battelage très incommode par les bancs qui sont dans rivière On est obligé d’attendre les marées soit pour entrer, soit pour sortir et souvent les bateaux de charge qui portent les objets de cargaison pour les vaisseaux sont plusieurs jours à se rendre à bord.

Climat

33Le climat à Surate y est extrêmement chaud, mais il est tempéré par des pluies douces qui y tombent dans la saison où le soleil a le plus de force, par des vents du large qui soufflent tous les jours depuis midi et par des rosées très fortes qui humèctent toutes les plantes, ce qui rend ce pays extrêmement fertile. Le riz, le bled et quantité de petits grains y croissent en abondance car, outre la consommation qui doit être considérable pour une population immense, produite non seulement par ses habitants, mais par ceux que le commerce attire dans cette ville, on en transporte encore toutes les années plusieurs cargaisons, surtout du bled qui surpasse celui de toute l’Inde par sa grosseur et sa [saveur].

Danseuses

34Les bayadères de Surate sont renommées par leur beauté et leur danse. A mon arrivée dans cette ville, je fus à même d’en juger. Le nabab donnoit une fête dans un de ses jardins peu éloigné de la ville au commandant d’un vaisseau de guerre Portugais, commandeur /418-419/ de l’ordre du Christ, homme d'une grande naissance ; tous les Européens y furent invités. Après une collation splendide, vinrent une vingtaine de bayadères suivies de quantités d’instrumens. Elles étoient en général bien faites, toutes jeunes, habillées magnifiquement et quelques-unes avoient des traits très agréables. Mais combien peu elles me retraçoient ce tableau charmant que nous en fait l’auteur de l’histoire politique et philosophique ; elles dansèrent, jouèrent des scènes d’amour et des pantomines depuis huit heures du soir jusqu'au lendemain au jour, sans paraître fatiguées. De temps en temps, cependant, elles s'absentoient les unes après les autres, parcouraient les jardins pour trouver quelques Européens qui voulussent bien augmenter le bénéfice de leur journée.

Notes

1 Voir Gazetteer of the Bombay Presidency, vol. XXVI, Town and Island of Bombay.

2 Mumbai doit son nom à la déesse Mumbadevi qui a son sanctuaire dans la ville (voir Hobson Jobson, p. 102-103).

3 Galgal (hind).

4 On trouvera une description détaillée des monuments dans le Gazetteer of the Bombay Presidency, vol. XIV, Thana, p. 59-97 ; voir aussi Fergusson & Burgess, Cave-Temples of India.

5 Il s’agit probablement des grottes de Mandapeshvar, à 13 km environ au sud de Bassein ; voir la description du site dans le Gazetteer of the Bombay Presidency, vol. XIV, p. 223-227.

6 Kanheri. Voir l’excellente note sur le site, l’histoire et les monuments que donne le Gazetteer of the Bombay Presidency, vol, XIV, p. 121-190.

7 Voir la description de J. Burgess, Report on the Elura Cave-Temples and the Brahmanical and Jaina Caves in Western India, Archaeological Survey of Western india, vol. V.

8 Grotte 33, dite Jagannātha Sabhā.

9 Pierre Puge, sculpteur (1620-1694).

10 Mahādeva.

11 Elu (autorité)-ūru (agglomération) (tel.), vrai nom d’Ellora.

12 Kailāsa.

13 Jean Thévenot fut le premier européen à décrire les grottes d’Ellora ; Anquetil Duperron les visita en 1758 et le comte de Modave, en 1776.

14 Voir la description qu’en donna Anquetil Duperon en novembre 1760 (Voyage en Inde 1754-1762), p. 394-395.

15 Ibid., p. 390.

16 Sur l’histoire de Surat, voir ibid., p. 299-305 ; Gazetteer of the Bombay Presidency, vol. II. p. 70-71, 301-302, 314-315.

17 Muzaffar Shah.

18 Sīdī (hind.), nom honorifique donné dans l’Inde occidentale à des musulmans d'origine africaine occupant des postes importants. Sur les Sidis de Surat, voir Anquetil Duperron, op.cit., p. 311, 321-323.

19 Voir Hobson-Jobson, p. 706, 708, s.v. nicannées, bajutapauts, neganepauts.

20 Kimkhwab, du persan modifié par le gujarati, soie damassée (Hobson-Jobson, p. 484, s.v. kincob).

© Institut Français de Pondichéry, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search