Version classiqueVersion mobile

Nouveau voyage aux Indes orientales (1786-1813)

 | 
Pierre Sonnerat

Chapitre VIII. De la côte de Malabar

Texte intégral

1/359/ On appelle côte de Malabar celle qui est dans la partie occidentale de celle de Coromandel ; elle court nord-nord-ouest.

Les Ghats

2En approchant du Cap Commorin, vous apercevez le commencement de cette grande chaîne de montagnes connue sous le nom de Gattes, assez haute pour être aperçue de quinze lieues en mer, qui s’étend en formant des ondulations plus ou moins fortes, plus ou moins élevées sur une longueur de plus de six cent lieues, et se termine dans la Tartarie. Les terrains dans le bas jusqu’à Cananor [Kannur] sont taillés en amphithéâtre et présentent un paysage orné de palmiers, de cocotiers et d’autres arbres, parsemés de distance en distance de quelques habitations couvertes de chaume ; différents monticules et quelques montagnes plus rapprochées de la mer rendent l’aspect de toute cette côte fort agréable ; les montagnes dans le lointain en azur reposent l’œil et font ressortir les divers comptoirs et les aidées, ce qui forme un tableau charmant. J’arrivai sur cette côte dans le mois de janvier, mais quelle différence de son climat avec celui de notre Europe ! Ni la neige, ni ces frimats affreux qui désolent la nature languissante /360/ ne sont point connus sous ce beau ciel ; on n’y ressent jamais l’impitoyable hiver mais un printemps perpétuel donne aux habitans d’heureuses récoltes et de plus heureux jours ; un soleil pour mûrir leurs fruits et leurs moissons ; la terre exige à peine quelque soin et a besoin de peu de culture ; elle n’est point assujetie à l’ordre des saisons et donne deux fois ses productions chaque année ; quelques terrains donnent même trois récoltes par an ; le goyavier, l’oranger et le citronnier sont chargés en même temps de fruits et de fleurs qui répandent au loin une odeur suave.

3À Cochin, vous n’apercevez plus les Gattes que dans le lointain, mais à Calicut et à Mahé, elles paroissent se rapprocher des bords de la mer ; mais ces montagnes ne sont pas les grandes Gattes, elles n’en sont qu’une chaîne détachée qu’on connoit sous le nom de montagnes de Cardamome et qu’on confond toujours avec les Gattes ; à mesure que vous remontez dans le nord, elles paroissent s’éloigner davantage de la côte et à Surate, on ne les voit plus.

Mahé

4Je ne pus descendre sur cette côte qu’à Mahé, comptoir français peu éloigné de Calicut ; je n’y restai que le temps nécessaire pour me préparer à un voyage dans les Gattes.

  • 1 Charles Claude Flahaut de la Billarderie, comte d’Angiviller (1730-1809), directeur et ordonnateur (...)

5J’avois des lettres en blanc du ministre de la Marine, de celui des affaires étrangères, de celui de Paris, du contrôleur général, de messieurs /361/ de Buffon, d’Angiviller1 ; j’en présentai une de chaque au gouverneur Français après y avoir mis son adresse. D'après d’aussi fortes recommandations, il n'épargna rien pour me donner toutes les facilités nécessaires pour mes recherches ; il joignit à ma petite caravane quelques chasseurs et un noir pour me guider dans ma marche et surtout dans la conduite que je devois tenir pour ne point manquer aux usages du pays ; messieurs Sebyre et Vautier, officiers de marine marchande, voulurent bien m’accompagner.

Cartenate

  • 2 Cartenate ou Kolastiri ou Cherikel, région située entre la côte de Kannur et les Ghats.

6Nous traversâmes d’abord le Carpnate2 (a) [note(a) : les Français prononcent Cartnate, mais la vraie prononciation est Carpnate.] par des chemins creusés de neuf à dix pieds dans la terre et si étroits qu’un homme seul peut y passer ; ces chemins sont ainsi creusés pour ôter la facilité à un ennemi de s’emparer du pays ; en effet une armée serait longtemps à défiler et il serait facile de l’arrêter à chaque détour.

  • 3 Nair, nāyar (mal.), pluriel de nāyan, chef, śūdra élevé au rang de kṣatriya, soldat.
  • 4 Olle, ōla (mal.), feuille de palmier sur laquelle on écrivait avec un stylet.

7Après six heures de marche, nous nous trouvames devant le fort du roi de Carpnat Plusieurs Nairs3 s’approchèrent de nous et nous engagèrent à aller voir le roi ; nous nous laissames conduire ; on nous fit entrer dans une cour plus basse de huit pieds que la terre qui formoit un mur autour du palais ; le roi parut sur les marches d’une varangue, les mains appuyées sur les épaules de deux noirs ; quarante autres noirs qui lui servoient de gardes se mirent sous les armes et formèrent une ligne derrière nous, ce qui nous étonna un peu /362 mais, comme nous étions bien armés ainsi que nos chasseurs, nous n’eûmes aucune crainte ; seulement nous nous tînmes sur nos gardes ; il demanda à voir nos fusils et, après avoir répondu à quelques-unes de ses questions, nous lui demandâmes la permission de continuer notre voyage et, ayant su que nous n’allions faire qu’une course de curiosité, il nous donna une ollé4 (a) [note (a) : les ollés sont des lames de feuilles de palmier sur lesquelles les Indiens écrivent avec un stilet.] signée de lui et deux noirs de ses gardes pour nous conduire et empêcher qu’on ne nous causât aucun trouble dans notre route ; en prenant congé de lui, il nous engagea à venir le voir à notre retour, ce que nous lui promîmes.

8Avant d’arriver aux pieds des montagnes, nous passâmes dans des vallées charmantes ornées de verdure et de petites pagodes dont le dieu étoit ombragé par de grands arbres de pagodes (b) [note (b) : Voyez la note de la page 83. chap. 3, pl. 7 de ce volume.] qui ont vu plusieurs siècles et dont la plupart sont toujours garnis de milliers de chauve-souris.

Chauves-souris

9Ces chauves-souris si communes à la côte de Malabar sont de l’espèce de celle que Mr de Buffon décrit sous le nom de roussette, mais elles en diffèrent par quelques caractères et par la couleur ; les plus grandes que j’aie mesurées avoient cinq pieds et demi d’envergure et onze pouces de longueur depuis le bout du museau jusqu’à l’extrémité du corps ; /363/ leurs oreilles sont plus longues que dans la roussette ; elles sont d’un cartilage mince comme huilé et de couleur noire ; leur museau ressemble à celui d'un chien et les mâchoires sont garnies de fortes dents, très aigues ; tout le corps est d’un rouge-brun ; la poitrine, le ventre, la partie inférieure du dos et le museau sont noirs ; on les voit passer le soir par bande de quatre à cinq cent, et quelquefois mille ; elles s’attachent particulièrement aux arbres de pagodes, dont le fruit est une petite figue ronde de couleur rouge qu’elles aiment beaucoup ; ces arbres en sont quelquefois tellement couverts qu’on n’aperçoit pas les feuilles ; elles dorment le jour pendues aux branches avec leurs crochets et, la nuit, elles chassent. Quelques personnes les regardent comme un bon mêt ; j’en ai mangé accommodées de différentes manières, mais elles conservent toujours un goût sauvage qu’il est impossible de trouver agréable.

Montagne de Cardamome

  • 5 Amomum cardamomum L. ; Amomum repens Sonn.
  • 6 Māppiḷḷa (mal.)

10Nous n’arrivâmes que le surlendemain aux Montagnes de Cardamome qui tirent leur nom de la grande quantité de cardamome (a) [note (a) : cette plante est l’Amomum repens de Linné.5 Voyez, pour sa description, mon Voyage aux Indes et à la Chine vol. II. page 240. de l’in-4°, pl. 136.] qu’elles produisent et qui est un objet de commerce pour les habitants du Carpnate ; nous ne parvînmes que le lendemain aux pieds des grandes Gattes qui nous parurent très élevées ; nous nous reposâmes un jour chez un Maplet6 (b)

[note (b) : les Maplets sont une caste particulière très répandue à la côte de Malabar ; ils descendent des anciens Arabes venus dans l’Inde avant la conquête des Mogols et qui se sont mariés avec les femmes du pays.]

11qui ne nous laissa pas entrer dans /364/ sa maison ; mais il nous permit de nous établir dans une petite varangue qui étoit en avant de la maison. Nous nous mîmes en route à la pointe du jour ; après une marche pénible et presque perpendiculaire et plus d’une pause pour reprendre haleine, nous arrivâmes au sommet. Nous fûmes huit heures à la monter, ce que nous fit croire que nous avions fait beaucoup de chemin et que nous étions plus élevés que nous ne l’étions véritablement, car mon baromêtre n’avoit baissé que de 51 lignes, ce qui ne donne que 56 toises de hauteur à peu près ; nous fîmes une cabane avec des feuilles de palmiers que nous avions fait transporter ; nous entourâmes notre habitation de beaucoup de bois épineux pour ne point être surpris de nuit par quelques bêtes féroces. Tous les jours nous en parcourions le sommet, chassant et herborisant. Peu de pays offrent un plus beau champ aux naturalistes, les productions étant presque toutes nouvelles. Ces hauteurs ont quelquefois des aspects très sauvages et, dans beaucoup d’endroits, le roc vif sort du sol.

Sources des grandes rivières

12C’est en haut de ces montagnes que sont les réservoirs de quantité de sources qui se réunissent pour former les rivières qui, d’un côté arrosent la côte de Malabar et, de l’autre, celles de Coromandel et d’Orixa ; ces divers ruisseaux ont sans doute des sources différentes, car ceux qui coulent du côté de la côte de Malabar ne m’ont toujours donné /365/ pour l’analyse qu'un résidu terreux, au lieu que quelques-uns de ceux qui avoient leur cours du côté de la côte de Coromandel me donnèrent un peu de vitriol et d’autres du fer, mais sans doute, ils se purifient en courant sur un sable brillant. Les eaux du Cavery, du Palléar, du Quichena et du Godavry qui sortent de ces montagnes ne m’ont jamais donné du vitriol à l’analyse et quelques-unes faisoient un demi degré et un degré de moins que celles des sources qui sortoient des Gattes.

Paysages

13Dans les endroits découverts d’arbres, nous avions des points de vue très éloignés. Quel spectacle ! D’un côté, nous apercevions le ciel serein, sans nuage, la mer tranquille chargée de navires voguant à pleines voiles avec des vents de nord-est et qui nous paroissoient avec notre longue vue comme un point noir sur la glace azurée, tandis que, de l’autre, des nuages épais s’amassoient au-dessous de nos pieds ; nous voyions l’éclair parcourir en zig zag de feu le nuage jusqu’à ce que la foudre eût trouvé une issue pour se précipiter sur la terre ; alors le tonnerre roulant avec bruit au sein de la montagne par les échos divers, nous en faisoit entendre mille qui sembloient se succéder ; toute la nature paroissoit être dans la plus grande agitation dans l’est, au bas de la montagne, tandis qu’elle étoit calme et riante à son sommet.

Influence des montagnes sur les vents

14En effet, ces montagnes sont une barrière des saisons ; quand l’hiver est d’un côté, l’été règne de l’autre, /366/ ce qui prouve l’influence des montagnes sur les vents, Dans les mois de juin, juillet, août et septembre, les vents soufflent à la côte de Malabar du nord-ouest au sud-ouest avec des orages, des tempêtes et des tonnerres dans l’air comme on n’en voit nulle part ; l’atmosphère est en feu par les éclairs répétés et le tonnerre gronde d’une manière épouvantable ; cette côte n’est pas pratiquable dans ces mois pour les vaisseaux ; les flots tumultueux de cet océan venant alors sans cesse se briser avec effort sur le rivage, y amènent quantité de coquillages brisés, des plantes marines, des bancs de sardine qui, restant à sec sur la plage, lorsque la vague se retire, deviennent la proie des milans, des éperviers, des corbeaux, des corneilles, des oies, des canards, des cochons ; aussi presque tout ce que l’on mange dans ce temps a le goût de sardine.

Roches

15Le noyau de cette chaîne des Gattes est d’un granit de première formation, composé de quartz, de schorl, de feldspath ; il y a des endroits où le schorl est en aiguille bien distincte ; dans d'autres, le feldspath s’y trouve en grands cristaux rhomboidaux d’un blanc laiteux ; quelquefois la roche est nue et en masse énorme ; on ne trouve point de mica dans ce granit des grandes Gattes ; cependant, celui qui forme les petites montagnes secondaires près d’elles en contiennent, mais seulement du mica blanc ; je n’ai trouvé dans aucun granit ni dans aucune terre de l’Inde du mica jaune.

16Ces montagnes sont en général très escarpées et creusées par quantité de torrens qui se forment dans le temps des pluies ; il y a des endroits où l’on voit /367/ de grandes fractures presque perpendiculaires et à pic de plus de cens pieds de hauteur et comme la roche est à nue, on distingue facilement sa composition.

17Ces montagnes étant les plus élevées de l’Inde et très près de la mer, les nuages s’amassent sur leurs sommets et se fondent ensuite en une pluie comme on n’en voit jamais ailleurs ; ces eaux en coulant le long de la montagne forment des torrens qui détachent, par la suite des temps, de grands morceaux du roc et les entraînent avec elles ; aussi, dans le bas et même à plus de trois lieues de la montagne, on trouve des blocs énormes ; il est facile de distinguer par les altérations qu’ils ont éprouvé et à leur surface polie ceux qui ont été roulés ; mais plusieurs de ces roches sont trop fortes pour avoir été entraînées par les eaux ; elles montrent des surfaces fracturées et des parties brisées dont les morceaux ont été détruits par le tems et par là semblent avoir été démembrées de la montagne par quelques secousses violentes ou par des tremblements de terre.

Arbres

18Les montagnes de la côte de Malabar sont mieux boisées et les arbres y sont plus grands et plus gros que du côté de la côte de Coromandel ; les pluies abondantes qui y tombent, leur position près de la mer qui y porte sans cesse une humidité dont l’autre côté ne jouit pas, y rend la végétation plus vive.

19On y trouve de très grands bois de tek ; le sandal blanc et rouge, le bois d’ébène, le bois rouge, le bois /368/ noir, le bois de beesha dont on fait de superbes meubles, le grand acacias, quelques dattiers sauvages, plusieurs espèces de palmiers, quelques fougères dont celle en arbre, la grande et la petite aloès, le cierge épineux et beaucoup d’arbrisseaux qui sont les mêmes que ceux qu’on trouve à la côte de Coromandel ; il y vit aussi des cafés sauvages ; j’en rapportai deux plants a Mahé ; dans un second voyage que je fis à Mahé, ils avoient prospéré ; les fruits qu’ils donnèrent étoient petits, presque ronds et approchoient beaucoup pour leur forme de ceux de Moka ; je n’ai pas su depuis ce que ces plants sont devenus.

Animaux sauvages

20C’est aussi la demeure des tigres, des léopards, des panthères, du chat tigré, des ours, des élans, des cerfs, des chevreuils, des daims et des gazelles ; on dit qu'on y voyoit autrefois des lions dont l’espèce a disparu ; ils étoient plus petits que ceux d’Afrique ; leur crinière étoit plus courte et ils avoient moins de majesté ; ce qu'il y a de sûr, c’est que les Indiens ont connu cet animal ; dans toutes leurs pagodes, on en voit la représentation ; ils croyent qu’ils se sont retirés dans les montagnes éloignés où on trouve aussi des lions noirs. Je joins ici en note une lettre de Hanssy/ ?] qui prouve qu’on a trouvé des lions dans le nord du Bengale (a).

[note (a) : Hanssy, 8 mars 1810. Un cochon ayant été enlevé par un animal qu’on croyoit être un tigre, les aldéens ont été avertir des cavaliers qui étoient dans le voisinage ; cinq se sont rendus aussitôt armés dans l’endroit qu’on leur avoit désigné et, au lieu d’un tigre, ils on trouvé un lion et une lionne qui dévoraient les restes du cochon ; la lionne s'est sauvée lorsqu’on a mis le feu aux herbes, mais le lion s’est avancé avec fierté, la crinière et la queue hérissée sur les hommes qui le poursuivoient ; ils lui lâchèrent ensemble leur coup de fusil et le tuèrent. L’animal a été envoyé ici ; il ressemble absolument au lion d’Afrique ; seulement la couleur de la crinière qui est très épaisse est plus claire. Quelques jours avant, on avoit envoyé d’ici à Calcuta une lionne qui avoit été tuée par un parti de cavaliers, ce qui prouve qu’on trouve des lions en Asie comme en Afrique (Madras Gazette, 14 avril 1810). L’auteur des Essais philosophiques sur les mœurs des divers animaux étrangers dit qu’on trouve des lions dans quelques parties de l'Inde mais qu’ils n’ont pas plus de quatre pieds de haut.]

21Dans la partie du sud, il y a des éléphants, mais moins estimés que ceux de Ceylan et de la côte de l’est, on y trouve aussi le coretty, le chacal, l’adive dont j’ai déja fait mention ; une espèce de loup qui /369/ diffère peu de celle d’Europe, mais moins grande et moins vorace ; une espèce de chien sauvage dont le museau est très allongé et presque pointu ; ses oreilles sont droites et il est très élevé sur ses jambes ; il pourroit bien être l’espèce qu’on appelle dans l’Inde, le chien paria devenu sauvage ; un chat sauvage plus grand que notre chat domestique ; sa tête est très grande à proportion de son corps, sa queue est longue et peu garnie de poils ; le dessus de la tête, du col et toute la partie supérieure du corps sont de couleur fauve, avec des taches rondes d’un brun foncé ; la queue est annellée de brun et de blanc ; la femelle est plus petite ; elle a les mêmes couleurs que le mâle, mais les teintes en sont beaucoup plus faibles ;

  • 7 Panthera pardus (Linnacus, 1758) ; deux phases, la noire et la blanchâtre ou tachetée.

[note dans la marge : C’est dans les Gattes près du Travancourt qu’on a trouvé en 1809 deux animaux qui n’avoient pas été vus jusqu’alors auxquels on a donné improprement les noms de tigre noir et de tigre blanc (voyez leurs descriptions à l'article des grands quadrupèdes sous les noms de léopard noir et blanc.]7

22des singes de plusieurs espèces dont quelques uns très grands et très forts : on y trouve aussi plusieurs espèces d’écureuils et entr’autres celle que Mr de Buffon a nommé le polatouche et qu’on nomme dans le pays chat-volant parce qu’il a une membrane qui prend des pattes de devant à celles de derrière, ce qui lui donne la facilité de sauter d’un arbre à un autre, même de très loin ; des furets, des civettes et particulièrement la mangouste appelée par les Anciens, rat de pharaon, l’ennemi juré de la couleuvre et qu’on devrait suivre après un de ses combats avec ces reptiles pour connoitre la plante sur laquelle elle se frotte et sans doute dont elle mange /370/ pour se guérir des morsures mortelles de son ennemi (a) ; plusieurs espèces de rats dont quelques-uns très gros ;

Combat d'une mangouste et d'une couleuvre

[note (a) : J’ai vu un de ces combats d’une couleuvre capelle avec une langouste privée ; la pieds de longueur et sembloit [note (a) : J'ai vu un ces son ennemi. elle se mit à courir, de combats d’une couleuvre capelle couleuvre avoit près de six devoir par sa force terrasser en un instant Aussitôt que la mangouste aperçut la couleuvre, en décrivant un cercle autour d'elle et, à mesure qu'elle continuoit sa course, elle augmentoit le cercle flairant continuellement les herbes qui étoient autour d'elle ; la couleuvre au contraire, en apercevant la mangouste, se roula en formant plusieurs tours et sa queue étoit relevée de manière qu'elle couvrait sa tête. La mangouste, voyant que la couleuvre ne bougeoit plus et ne lui laissoit par sa position aucune prise pour la saisir au col, s'éloigna un peu ; lu couleuvre, ne sentant plus son ennemi auprès d’elle, se déroule et cherche à fuir ; la mangouste aussitôt court sur elle, mais la couleuvre reprit la même position en se roulant ; la mangouste aussitôt la saisit par la queue et la secoue vivement ; la couleuvre, forcée sans doute par la douleur de s’étendre, s’élance avec fureur sur son ennemi et le mord à différentes reprises, mais la mangouste, profitant d’un moment où la couleuvre reprenoit haleine, la saisit par le col et l’étrangle. Ce combat dura près d'un quart d'heure ; la mangouste étoit tout en sang et, si le combat eut duré encore quelque temps, elle eût succombé. Son maître la rappella et la caressa ; il la fit laver et bassiner avec de l’eau tiède dans laquelle il mit quelques gouttes d’alkali volatil et, le lendemain, il n'y paraissoit plus. La manière dont la mangouste avoit flairé autour d’elle avant de livrer le combat à la couleuvre, comme si elle eut cherché un antidote aux morsures qu’elle devoit lui faire, nous fit espérer que nous trouverions la plante sur laquelle on prétend qu'elle se vautre lorsqu’elle a été mordue ; mais nous visitâmes inutilement l’endroit où le combat avoit eut lieu ; nous ne trouvâmes dans tout l’espace du long circuit que la mangouste avoit fait que du chiendent.]

23[/371/ [page barrée]

Reptiles

24le pangolin que l’on nomme dans ce pays biche-yergoguhose (bête honteuse) ou lézard-écailleur, /372/ singulier par les écailles ou armures qui le couvrent depuis la tête jusqu’à la queue ; c’est sa seule défense ; il n’oppose à son ennemi que de se tourner sur lui-même et de se mettre en boule, et son armure l’entoure en tout sens, et ses muscles ont une telle force qu’il est impossible à aucun ennemi de le dérouler ; on dit que c’est un excellent mangeur de crapauds, de plusieurs espèces, dont quelques-uns effroyables pour leur grosseur ; ils sont presque tous de couleur roux-jaunâtre plus ou moins foncé et se logent dans les grandes pierres qui conservent un peu d’humidité à la terre ; plusieurs espèces de très jolies petites tortues dont quelques-unes ont des dessins très variés ; quantité de grands et de petits lézards et celui qu’on appelle dragon-volant ; des caméléons de plusieurs espèces ; des couleuvres dont quelques unes sont énormes et dont plusieurs sont très venimeuses ; la couleuvre manille dont la morsure est si cruelle y est très commune.

Oiseaux

  • 8 Selon la terminologie actuelle le condor ne se retrouve qu’en Amérique.

25Les oiseaux y présentent de grandes variétés dans la forme et le plumage particulièrement dans les perroquets et les perruches, mais je ne pus m’en procurer que deux espèces nouvelles, un pigeon ramier et un calao ; j’en renvoie les descriptions à l’article sur les oiseaux. /373/ [page barrée] /374/ Le paon et le coq sauvage et primitif y sont très communs ; j’ai donné la description de ce dernier oiseau dans mon voyage aux Indes et à la Chine (a) [note (a) : Voyez mon Voyage aux Indes et à la Chine tome II, page 148 de l’in-4°, pl. 94 et 95.], mais depuis, j’ai trouvé dans les bois de l’isle de Ceylan, du côté de Trinquemaley, un coq sauvage ; il tient un peu de celui des Gattes, mais il n’a pas le brillant de ses couleurs ; on voit cependant que c’est le même qui a dégénéré par le changement du climat et peut être par celui de nourriture ; je me suis procuré au Bengale, un coq sauvage qu’on trouve dans les bois venus sur les ruines de Gorr mais, par son chant et son plumage, il est facile de voir qu’ils sortent des races domestiques qu’on élevoit dans cette ville et qui sont devenus sauvages par la suite ; ils n’ont ni cette forme, ni cette beauté de plumage de celui des Gattes qui annoncent la souche primitive. On y voit beaucoup d’oiseaux de proie parmi lesquelles j’ai aperçu une espèce qui paraissoit très grande mais, n’ayant jamais pu la voir d’assez près, je ne puis assurer qu’elle soit un aigle, par sa grandeur et la longueur de ses ailes, elle pourroit bien être une espèce de condor8, la même que celle qui fut tuée /375/ à Dindigul en 1808 dont je joins ici la description en note (a).

Espèce de condor géant

  • 9 Charles Marie La Condamine, mathématicien (1701-1774).

[note (a) : Dindigul, le 6 9bre 1808. On vient de tuer dans ce pays un oiseau d’une grandeur extraordinaire ; il a quatre pieds trois pouces de longueur depuis la pointe du bec jusqu’au bout de la queue ; les ailes étendues ont sept pieds et demi d'envergure ; la tête, le col et le devant de la poitrine, le dos et les petites plumes des ailes sont d’un brun foncé, mais les plumes de sa tête et du col diffèrentes de celles du reste du corps, sont très fortes et imitent le duvet ; les grandes plumes des ailes sont noires ; la queue est de même d’un brun foncé avec des barres et des taches grises cendrées foncées, les cuisses sont très courtes ; elles sont, ainsi que le ventre, d’un jaune terne ; les doigts sont armés de formidables griffes dont celles du milieu ont deux pouces de longueur ; le bec est de couleur bleu clair ; il est très fort et a trois pouces de longueur ; l’œil est noir, l’iris de couleur noisette très brillant ; il paroit, dit le gazetier, que cet oiseau est une petite espèce de condor en le comparant avec la description de celui que le célèbre La Condamine9 a donné dans ses voyages dans le sud de l’Amérique (Courrier de Madras, 9bre 1808).]

Divers

26On trouve sous les rochers dans les réduits qui ont conservé de l’humidité des vers de terre très gros et longs de plus d’un pied, des yules d’un rouge carminé très foncé, se roulant et formant l’anneau comme celui d’Europe, mais ils sont plus gros que le doigt et long de six pouces ; j’ai trouvé cette même espèce d’yules dans plusieurs isles du détroit de Malaca et des Philippines ; des scorpions noirs d’une grandeur démesurée ; j’en ai mesuré un qui avoit dix pouces de la tête à la pointe de son aiguillon ; on les dit très venimeux et on croit leurs piqûres mortelles si on n'y portoit promptement le même remède que pour la morsure de la couleuvre ; on en trouve aussi d’une espèce plus petite qui ne devient jamais /376/ bien grande ; ces petits scorpions sont blanchâtres, mais ils sont différents de ceux de cette même couleur qu’on trouve dans les papiers et les hardes ; des cent pieds ou scolopendres énormes, des mouches de toutes les espèces et, en plus, grand nombre de celles à miel qui y viennent en famille établir des ruches sur les arbres ; plusieurs espèces de sauterelles dont quelques-unes très grandes d’un beau rouge avec des crochets énormes aux pattes ; des mantes surtout celles qu’on appelle mante-feuille ; quantité de cigales dont nous entendions la nuit le bruit qu’elles font, et le jour nous ne pouvions en découvrir ; des fourmis grosses comme la moitié du petit doigt ; enfin des araignées noires très grosses avec des taches d’or sur le dos formant des toiles d’un arbre à l’autre dont les fils sont très forts et difficiles à casser.

Minéraux

27Je n’ai trouvé en minéraux dans ces montagnes que des terres ochracées qui annonçoient un fer décomposé, un quartz imprégné de vert-de-montagne par une décomposition du cuivre, et quelques pyrites martiales et cuivreuses ; elles renferment sans doute quelques mines d’or puisque plusieurs rivières et ruisseaux en roulent des parcelles.

28Les Gattes, un peu plus au nord, dans le pays des Marattes et vers Surate, sont un cabinet de minéralogie ; on y trouve les plus beaux jaspes, des calcédoines ; des sardoines, des cornalines, des opales, des yeux de chat, des cristaux de roche /376 a/ de toutes les couleurs, imitant les pierres fines. C’est aussi de ces montagnes qu’on retire ces belles et grandes agates orientales [ ?] et arborisées.

Pénitents

  • 10 Kolastri ou Cartenate.

29Après un séjour très agréable d’un mois sur les Gattes, nous retournâmes à Mahé mais nous prîmes notre route par le nord pour visiter des pénitens regardés comme saints, qui avoient fait leur demeure près d'un petit pagotin célèbre dédié à Polléar sur les frontières du pays de Kolastri10.

30Pl. 41,42. Le pénitent et la main.

31Pl. 43. L’autre pénitent.

  • 11 Pandal (hind.), abri temporaire fait d’un toit de bois et feuilles.

32Ils étoient trois établis sous une espèce de pandal11 fermé du côté du nord, mais entièrement ouvert du côté du sud ; dans certains temps de l’année, on accouroit de tout côté pour leur faire des offrandes et leur demander le bonheur ; la superstition avoit fait de leur cabane un temple et d’eux des divinités qu’on devoit invoquer. Ils étoient entièrement nuds, tous trois assis sur des peaux de tigre ; l'un avoit les jambes croisées sur ses deux cuisses, les bras élevés perpendiculairement au-dessus de la tête et joignant les mains ; les nerfs s’étoient tellement durcis qu’ils formoient des calus aux jointures et, quand il aurait voulu, il n’auroit pû baisser ses bras ; ils étoient ainsi que les mains comme desséchés et devenus paralytiques par cette attitude forcée et ne recevoient de nourriture que ce qui leur étoit nécessaire pour ne pas tomber en mortification. Un autre avoit les jambes dans la même position, mais il avoit les bras croisés sur sa poitrine et des deux mains se serraient les bras. /376b/ Les ongles sales et malpropres que les pénitents et les pandarons ne coupent jamais traversoient la chair et se contournoient de l’autre côté en corne de bélier. Le troisième étoit aussi assis, les pieds étendus et le dos appuyé contre la muraille ; il avoit deux chaînes de fer tenues par un anneau commun qui traversoit le prépuce ; au bout de chaque chaîne étoit attachée une pierre pesant au moins deux livres qu'il traînoit, nous dit-on, plusieurs heures dans la journée mais, pendant tout le temps que nous fûmes près d’eux, il resta toujours assis. Je voulus voir de près la forme des ongles de celui qui avoit les bras au-dessus de la tête ; il fit un mouvement d’impatience et me fis prier de ne pas le toucher ; lui ayant fait dire que je me garderais bien d’aller contre leurs usages, il parut tranquille et me dit que je pouvois le regarder d’aussi près que je voudrais et le dessiner ; des femmes des environs venoient dévotement leur donner à manger et les nettoyer ; ces malheureux avoient fait vœu de passer ainsi leur vie ; ils avoient adopté ces suplices effrayants pour imiter les anciens pénitents célèbres dans l’antiquité indienne dont leurs livres sacrés donnent l’histoire, qui ont obtenu de Chiven des grâces particulières pendant leur vie et après leur mort le caïlasson sans passer par différentes trans-migrations (a).

  • 12 Kailācam (tam.), Kailāsa (skr.), paradis de Śiva.
  • 13 Vaikuṇṭam (tam.), Vaikuṇtha (skr.), paradis de Viṣṇu.
  • 14 Cattiyalōkam (tam.), Satyaloka (skr.), monde de Brahma.
  • 15 Corkkam (tam.), Svarga (sk.), paradis d’Indra.

[note (a) : le Caïlasson12 est le paradis de Chiven, le Vaïcoudon13, le paradis de Vichenou, le Satialogon14, celui de Brama, et le Sorgon15, celui de Dévendren, roi des demi dieux ; voyez mon Voyage aux Indes et à la Chine, tome I, page 269 de l'in-4°.]

33/377/ Mais ces pénitences ne sont rien auprès de celles que quelques victimes du fanatisme exercent sur eux dans le Bengale, où les Européens n'ont pas autant porté le trouble et la souillure dans les temples ; mais la plupart sont des fourbes orgueilleux qui se soumettent aux épreuves les plus rudes pour obtenir, par ces sanglantes pratiques, une grande réputation de sainteté sous le voile duquel ils couvrent le plus souvent tous les désordres d’une vie libertine, car les femmes croyent faire une bonne action de tout leur accorder. Quand un homme se voue à ces pénitences austères, il secoue dès lors tous les préjugés et les usages et travaille à endurcir son corps aux rigueurs auxquelles il va s’assujetir ; errant sans patrie, luttant sans cesse contre la faim, vivant de ce que les âmes charitables veulent bien lui donner, il se plaît à effrayer les yeux par le spectacle volontaire des maux qu’il va s’imposer ; l’orgueil le soutient au milieu des douleurs. Ces pénitents sont absolument nuds, pour désigner qu’ils ont quitté les fastes du monde ; ils se frottent le corps de cendres, de bouse de vache par humiliation ; leurs cheveux qu’ils ne peignent jamais se brouillent, formant de longues mèches et sont toujours remplis d’une grande quantité de vermines qui multiplient à l’infini, ne pouvant les détruire ; les seuls /378/ meubles qu’ils puissent avoir sont un lingam (a)

Adoration du lingam

  • 16 Liga (skr.), likam (tam.).
  • 17 Hari (Viṣṇu) - Hara (Śiva) – Brahma.

[note (a) : Ce lingam16 des pandarons, et que tous les sectateurs de Chiven portent attaché au bras ou pendu à leur col, est une petite idole en pierre ou en argent renfermé dans une petite boite de ce dernier métal ; il représente les parties naturelles de l’homme et de la femme réunies. Celui des pagodes est un cylindre de pierres noires de la longueur de deux à trois pieds et qui a depuis six pouces de diamètre jusqu’à un pied et demi suivant sa longueur ; il est arrondi par son extrémité ; le bas est assujetti perpendiculairement sur un bassin rond creusé au plus d’un ou deux pouces de profondeur et qui a depuis deux jusqu’à quatre pieds et demi de diamètre suivant la grandeur du cylindre ; quelques-uns ont des échancrures profondes tout autour ; quelques écrits ont dit que c’étoit sur ces éminences que les bayadères qui se consacroient au culte de Chiven s’effloroient, mais cela est faux ; les bramanes ont trop d’intérêt à avoir leurs prémices pour autoriser une pareille absurdité ; il y a, au bassin, une petite rigole pour laisser couler l’eau des cocos lorsqu’on en casse dessus ou l’huile lorsqu’on en frotte le lingam ; le tout est porté sur un piedestal ; le cylindre est l’image des parties de Chiven, dieu destructeur ; le bassin de celle de Vichenou et le piedestal représente Brama ; ainsi le lingam est la représentation de la trinité des Gentils qu’ils appellent Sari-ara-brama17 ; les brames dans les pagodes ont deux manières d’adorer le lingam ; la première est d’embrasser le pied en récitant des prières, la seconde est de se tirer du sang des yeux pour le mettre au lingam, ayant un pied qui le touche ; cette manière est très usité parmi eux ; les plus fervents font leur adoration entièrement nuds. St Augustin et St Epiphane disent que les sectes des Adamistes, des Abéliens chez les Juifs se dépouilloient de même de tous leurs habits pour adorer dieu ; coutume qu’ils avoient peut être pris des Indiens. Voyez mon Voyage aux Indes et à la Chine, tome I, page 179. de l’in-4°, pl. 54.]

34auquel ils offrent continuellement leur adoration et une peau de tigre, de cerf ou d’axis sur laquelle, ils s’assoient et se couchent.

Austérités

35Les uns se déchirent à coups de fouet ; d’autres se cisèlent le corps avec des pointes de fer ; d’autres se tiennent plusieurs heures dans la journée sur un seul pied, les yeux fixés sur le soleil et considèrent cet astre avec une grande contention d’esprit ; d’autres font un trou dans la terre et s’y enterrent pour n’en plus sortir ; beaucoup s’assoient dans une situation. /379/ contrainte pour ne plus se relever ; d'autres ont fait vœu d’aller de tel endroit à tel temple en se roulant sur un sable brûlant, sans que les cailloux, les ordures ou les épines puissent les arrêter, ni leur faire changer leur route dans leur trébuchement ; plusieurs se font attacher au pied d’un arbre par une chaîne que la mort seule peut briser ; d’autres enfin se font percer les joues et la langue par un fer qui est vissé de chaque côté de la joue à un autre morceau de fer qui forme un cercle par dessous le menton (a), [note (a) : Voyez mon voyage aux Indes et à la Chine, tom. 1. page 262 de l’in 4°, pl. 79.]

36Ces hommes ignorans, superstitieux, insensés, ceux qui sont de bonne foi, pensent que leur dieu reçoit comme une offrande agréable l’abnégation entière des jouissances de la vie ; ils se condamnent à ces austérités, à ces tourments dans la persuasion que la divinité se plaît aux souffrances des hommes ; et nous, qui nous croyons plus sages, n’avons-nous pas eu nos flagellés ; encore aujourd’hui, on se mortifie, on jeûne, on porte des cilices, on se fustige pour plaire à Dieu ; on croit que, pour jouir du bien céleste dans une autre vie, il faut souffrir dans celle-ci, comme si Dieu, qui nous a formé pour être heureux, pouvoit aimer les tourments volontaires d’aucune de ses créatures. Nous avons tous été barbares, et on pourroit se demander de combien peu nous avons rabattu sur bien des choses.

  • 18 Yogī (skr.).

37Le peuple, persuadé de leurs vertus, les regarde comme des saints et pense que, par des pénitences aussi austères, ils obtiennent du Dieu tout ce qu’ils lui demandent ; chacun, croyant faire une œuvre très pieuse, s’empresse à leur porter à manger, à mettre les morceaux dans la bouche de ceux qui se sont interdit l’usage de leurs mains et à les nettoyer ; quelques-uns cependant ont des disciples qui leur donnent à manger et à boire ; les femmes stériles croyent que leurs prières sont efficaces contre les vices de leur tempérament ; elles vont avec beaucoup de recueillement et de respect baiser leurs parties naturelles et les adorer, tandis que le pénitent est dans l’état de contemplation et ce qu’il y a de plus singulier dans ce monstrueux abus d'indécence et de crédulité, c’est que si un de ces enthousiastes se trouvoit sensible à ces attouchements, il serait massacré comme un fourbe et un /380/ séducteur. On prétend qu’ils ont la précaution, lorsqu’ils se montrent en public, de passer un anneau de fer étroit en dessous du gland sous le prépuce, ce qui les fait paraître incapable de tout commerce avec les femmes. Ces joguis18 étoient connus des anciens ; Strabon, Pline et plusieurs autres en parlent, mais ils les confondoient avec les brames qui n’ont aucun rapport ni par leur mœurs, ni par leur manière de vivre avec ces fanatiques.

Côte connue des Anciens

38Toute la côte de Malabar depuis le Cap Commorin et même en remontant jusqu’à l’Indus, a été connue des Anciens. Le Cap Commorin est nommé par Ptolémée Comarie [Komari] et il donne le nom de Limyrica [Limyrike] à la côte de Malabar, Pline dans plusieurs passages de ses ouvrages parle de cette côte ; il n’y a pas de doute que les peuples anciens venoient y commercer.

Monnaies romaines

  • 19 Voir S.P. Kandaswami, “The Kongu and the Roman Coins”, Journal of the Numismatic Society of India, (...)

39On a trouvé en 1805, en labourant la terre dans divers endroits de la province de Coimbatour, quantité de monnaies d’or et d’argent romaines, qui sans doute ont été portées dans ce pays par les Romains dans le temps où ils faisoient le commerce dans l’Inde19 ; toutes celles que j’ai vues étoient des Nérons, des Césars Auguste, des Trajans, des Tibères et quantités d’autres dont l’écriture étoit effacée ; les trois premières ont été trouvées à Carour [Karur], à cinquante milles /381/ de Trichenapally. Les Tibères ont été trouvées à Dorapouran [Darasuram], toutes celles de Néron avoient la figure coupée en deux par un coup de poinçon, comme on fait dans l’Inde à toutes les monnaies qui ne sont pas de bon alloi pour qu’elles ne puissent plus avoir cours dans le commerce. J’ai vu enfin, cette même année 1805, un vase de bronze qui avoit été trouvé dans la terre aux environs de Pondichéry avec différentes figures indiennes. Ce vase étoit bien sûrement égyptien ; les brames m’assurèrent que jamais les Indiens ne s’étoient servi de vase pareil ; il y avoit aussi un grand plateau de cuivre pareil à ceux qui servent encore aujourd’hui aux brames pour mettre les offrandes qu’ils font à leurs dieux ; il étoit couvert de vert-de-gris et rongé par cette rouille de cuivre ; on a calculé par la manière dont il étoit rongé qu’il falloit qu’il y eut plus de deux mille ans qu’il fût dans la terre ; le vase étoit absolument intact, quoique couvert de même de vert-de-gris. On prétend qu’on y trouve aussi une grande quantité de monnaies diverses en or ; il eût été intéressant de connaître chez quel peuple elles avoient cours, mais ceux qui avoient fait cette découverte les cachèrent pour qu’elles ne devinssent pas la proie du collecteur anglais ; en effet, il s’empara du vase et des figures et les envoya à la grande pagode de Pondichéry.

40Pl. 44. Les monnayes.

Etats sur la Côte de Malabar

41La Côte de Malabar, avant l’invasion d’Ayder /382/ Aly Khan et des Anglais, étoit divisée en plusieurs royaumes qui, défendus par les Gattes, n’avoient pas subi le joug des Mogols comme les autres états de la presqu’isle. Les principaux sont le Travancourt [Travancore], les royaumes de Cochin et de Calicut, le Carpnat [Cartenate], le Cananor, le Chariqual [Cherikel], le Canara, le Sonda [Sounda] le Bonzala [Bhonsla], les Marattes et les Mogols.

  • 20 Cette ligne fortifiée aurait été construite par le général Eustache de Lannoye (voir Anquetil Duper (...)

42Les Etats du roi de Travancourt commencent au Cap Comorin ; ils sont séparés du Tinévéli [Tirunelveli] et du royaume de Cochin par des montagnes inaccessibles fermées dans les gorges où on pourrait passer par des murailles en pierres de taille qui ont douze pieds de large ; on les appelle les lignes du Travancourt20 ; elles peuvent avoir quatre vingt lieues de tour ; on ignore absolument le temps où elles furent élevées ; pareilles aux murailles de la Chine, on y voit un ouvrage étonnant, mais ce boulevard, fait dans un temps de barbarie, qui mettoit ce royaume à l’abri de la cavalerie, n’a pas empêché Tipou sultan d’en faire la conquête qu'il fut ensuite obligé d’abandonner.

  • 21 Araq (ar.).

43Le Travancourt produit du poivre, du cardamome, de la raque21, du gingembre, des bois de sandal, plusieurs bancs qui dépendent de ce royaume donnent des perles.

  • 22 Eliza Draper, née à Anjengo le 5 avril 1744, immortalisée par les lettres d’amour que lui adressa S (...)

44Les Anglais ont dans ce royaume le petit établissement d’Anjinga [Anjengo] qui n’est célèbre que par ce qu’en a dit Raynal comme étant la patrie de /383/ l'aimable et charmante Elisa Draper22

Conquête du Travancore en 1809

45Les Anglais avoient seulement un résident auprès du roi du Travancourt qui étoit chargé de recevoir les tributs de ce prince et de veiller sa conduite mais, en 1809, sous le prétexte qu’il s’étoit révolté et avoit voulu secouer le joug, ils lui déclarèrent la guerre ; deux batailles où ils furent victorieux les rendirent maîtres de ce royaume. Ainsi le roi du Travancourt subit le sort de la plupart des princes de la péninsule et devint comme eux leur esclave et leur prisonnier jusqu’à sa mort qui arriva peu de temps après ; ils forcèrent une princesse qui leur étoit dévouée sur le trône et c’est elle qui règne aujourd’hui (a) [note (a) : Voyez mon histoire des guerres des Européens dans l’Inde, vol. III, chap. XXVI de cet ouvrage année 1809.]

Royaume de Kochchi

46Le royaume de Cochin [Kochchi] qui touche au Travancourt s’étend depuis Coislan [Kollam] jusqu’à Paniani [Ponnani] ; ce qui forme à peu près une étendue de quarante huit lieues de côte. Les Portugais s’y établirent d’abord et y construisirent un fort, les Hollandais le leur enlevèrent en 1663 ; les Portugais y ont toujours conservé un évêque qui relève de Goa.

Le port

47Cochin est le principal établissement des Hollandais sur la côte de Malabar ; cette ville étoit bien fortifiée ; elle est bâtie à l’embouchure d’une rivière dans laquelle on peut construire des vaisseaux de trois et quatre cent tonneaux ; comme il n’y a que quatorze pieds d’eau sur la barre, on est obligé d’alléger un peu les vaisseaux de ce port pour les sortir de la rivière, ainsi que ceux que l’on veut y faire entrer. Outre les établissements de Coislan et de Paniani, les Hollandais ont encore celui de Calicoulan [Kayankulam] dans le /384/ sud et celui de Cranganor [Kotunnalur] dans le nord qui dépendent de Cochin.

Conquête anglaise

48Les Anglais prirent Cochin en 1796 et, pour qu’à l’avenir il ne pût servir de refuge à leurs ennemis, ils en démolirent les fortifications ; ainsi Cochin n’est plus aujourd'hui qu’une aldée.

49Le royaume de Cochin n’a point subi le sort des autres états de cette côte ; il n’a été pris ni par Ayder, ni par Tipou Sultan et c’est sans doute à l’alliance des Hollandais que le prince doit de n’avoir point été attaqué.

Chrétiens schismatiques

  • 23 Canarin, kannaa.

50Lorsque les Portugais abordèrent à cette côte, ils trouvèrent des chrétiens et un archevêque envoyé par le patriarche d’Antioche qui faisoit sa résidence à Cranganor ; les Portugais, voyant faire à ces chrétiens le signe de la croix et dire la messe comme eux, les crurent des chrétiens orthodoxes. Ce ne fut que lorsqu’un dominicain qu’ils avoient amené avec eux eut appris parfaitement la langue du pays qu’ils virent qu’ils étoient schismatiques ; le pape Alexandre VII obtint avec beaucoup de peine du patriarche d’Assyrie de qui dépendoit cet archevêché, d’envoyer des missionnaires pour ramener ces chrétiens à l’Église romaine ; il y envoya d’abord des Carmes déchaussés qui furent remplacés en 1599 par des Jésuites ; le dernier prêtre étoit de cette congrégation et cette mission ne faisant que végéter, à sa mort il n’a point été /385/ remplacé, et même aujourd’hui, il n’y a plus auprès de ces mauvais chrétiens que quelques prêtres canarins23.

Privilèges des Hollandais

51Les Hollandais ont obtenu du roi de Cochin le privilège exclusif des productions de son sol ; il ne peut les vendre qu’à eux seuls, surtout le poivre qu’ils payent une roupie les cinq livres. C’est pour empêcher la fraude que le prince pourroit faire en le vendant plus cher à des étrangers qu’ils ont quelques troupes à Coislan, à Calicoulan, à Cranganor et à Paniani où le prince pourroit le faire sortir avec facilité par le moyen des rivières ; ils entretenoient aussi toujours quelques chaloupes armées pour arrêter les bateaux qui viendroient en enlever en contrebande.

Juifs

52Il y a beaucoup de Juifs blancs à Cochin qui sont brocanteurs comme dans tous les pays qu’ils habitent. Ils ont la folle prétention de s’y être établis au temps de la captivité de Babylone ; ce qu’il y a de certain, c’est qu’ils y sont depuis très longtemps ; ils possèdent des anciens manuscrits qu’ils emportèrent, mais ils n’ont jamais voulu en donner connaissance à personne malgré les offres qu’on leur a faites.

Arabes

  • 24 Cair, kayiṟu, cordage fait avec l’écorce du coco.

53Les Arabes y font un commerce très considérable ; ils y portent du bled, des dattes, les drogues médicinales de leur pays et de l’argent et ils emportent du riz, du cardamone, du /386/ poivre, du sandal, des cocos, de l'huile de cocos, du cair24 et quelques toiles qui se fabriquent dans le pays. Ils construisent avec les bois de teck que l’on retire des montagnes des bombaras de 50 à 300 tonneaux, construction arabe qui approche de celle des galères, pour les revendre dans leur pays.

Maladies

54Les habitants de Cochin et des environs sont sujets à deux maladies particulières du pays. Leur jambes enflent considérablement, ce qui a fait nommer cette maladie le mal d'éléphant ou mal de Cochin ou ils ont le goître ; on ne sait à qui attribuer ces infirmités, car si c’étoit aux sang[sues] qu’ils la dussent, les Européens y seroient de même assujettis et jamais ils n’en ont été attaqués.

Kolikkotu

  • 25 Samorin, sāmūtiri (mal.), roi de la mer, titre porté par les souverains de Calicut.

55Le royaume de Calicut [Kolikkotu] étoit considérable quand les Portugais abordèrent à cette côte en 1498 sous la conduite de Vasco de Gama ; Calicut, la capitale, étoit la ville la plus florissante et l’entrée principale du commerce de l’Inde, de la Perse, de l’Arabie, de l’Abyssinie, de la Turquie ; elle réunissoit alors les commerçants de l’Orient et de l’Occident ; les marchands de toutes les nations se rendoient dans cette ville pour acheter les productions de l’Inde et sa rade étoit toujours garnie de quantité de vaisseaux ; le Samorin25 qui régnoit étoit reconnu comme empereur par tous les autres souverains de cette côte qui lui payoient tribut ainsi que le roi des Maldives ; les établissemens mêmes que les Européens firent sur cette côte y /387/ attirèrent les commerçans, Calicut dès lors perdit sa splendeur. Les guerres que le Samorin a du soutenir ruinèrent son royaume qui finit par devenir la proie d’Ayder-Ali-Khan et ensuite des Anglais. Le Samorin, lors des invasions d’Ayder, se retira dans le Tranvancourt. Le roi lui donna quelques arpens de terre et quarante roupies par mois, exemple des viscissitudes humaines. Les quatre nations européenes qui commercent dans l’Inde y avoient une loge devant lesquelles elles arboroient leur pavillon, mais, depuis que les Anglais, l’une d’elles, sont maîtres du pays, les trois autres nations sans doute n’y entretiendront plus de consuls.

Cartenate

56Le Carpnate est un petit royaume qui a tout au plus quatre lieues de côte ; les Français y ont Mahé et les Anglais Talichéry [Talashsheri]. Les Français s’étoient d’abord établis à Talichéry qu’ils abandonnèrent en 1682 ; les Anglais s’y sont établis depuis et y ont bâti un petit fort mais, cet établissement leur coûtant beaucoup, ils l’on comme abandonné et n’y tiennent plus qu’un employé. La Compagnie Française des Indes se vit par la suite dans la nécessité d’avoir un établissement sur cette côte. Mr de Labourdonnais s’empara en 1725 de l’endroit que les Français nomment aujourd’hui Mahé du nom de /388/ Mr de Labourdonnais.

Mayyali

  • 26 Coringote ou Coyonnaire, nom donné par les Français au prince possédant le pays d’Iruvelinad, situé (...)

57Mahé [Mayyali] n’est qu’à dix lieues de Calicut ; il est le principal établissement des Français sur la côte de Malabar. Il étoit défendu par plusieurs forts que les Anglais ont entièrement détruits en 1778 quand ils s’en emparèrent. Les Français ont de l’autre côté de la rivière la montagne verte que l’on nommoit le grand Calais sur laquelle ils avoient bâti aussi un fort ; ils avoient obtenu le terrain du prince Coringote-nair26 dont le petit Etat tient à Mahé et qui est pour ainsi dire enclavé dans le royaume de Cananor, au moyen de cette cession qui mettoit les Français à même de rendre Mahé très fort ; ils s’étoient engagés de défendre le prince Coringote-nair contre les autres princes qui auroient voulu l’attaquer, ce qu’ils ne firent pas ; Ayder prit son pays et le fit pendre ; les Etats de ce prince n’avoient pas quatre lieues d’étendue et ses revenus ne passoient pas quarante mille roupies.

Commerce du poivre

58Mahé est bien situé pour le commerce de poivre, à l’entrée d’une rivière où les bateaux peuvent remonter trois lieues dans les terres ; les vaisseaux de deux et trois cent tonneaux peuvent y entrer légers pour y caréner, car il n’y a pas dix pieds d’eau sur la barre ; son ouverture est large et on pourrait avec un peu de dépenses y former un port en faisant sauter une roche qui est à l’entrée.

59/389/ Le poivre du Carpnate est supérieur à celui de toute la côte ; les Français en avoient le commerce exclusif ; le prince, par un traité fait avec eux, s’étoit engagé à leur fournir tout le poivre de son pays et on pouvoit en tirer à peu près quatre millions de livres ; les Français retirent aussi de ce pays du cardamome, du gingembre et des bois de sandal qu’ils portent en Chine.

Loutres

60On trouve sur les roches qui sont à l’entrée de la rivière des loutres qui diffèrent peu de celles que nous connaissons en Europe, seulement celles de Mahé sont plus petites ; leur tête est plus forte en proportion, leur poil est plus court et plus rude ; il est d’un gris-brun sur le dos et d’un gris-argenté sous le ventre ; leur chair est très huileuse, les habitants n’en mangent point, ils ne le chassent pas et elles multiplient beaucoup. On leur donne dans ce pays le nom de chat de rivière. On trouve la même espèce au Bengale et en grand nombre dans les étangs des ruines de Gorr.

Latérite

61On trouve à Mahé et tout le long de la côte des carrières immenses d’une terre-pierre rougeâtre, qui est une mine de fer décomposée ; les rochers des bords de la mer sont de cette même terre-pierre ; dans la carrière, elle est très tendre, se coupe comme du savon et on l’exploite avec des haches. Lorsqu’elle a resté quelque temps à l’air, elle devient très dure ; les maçonneries faites avec cette pierre sont très bonnes, aussi toutes les maisons de Mahé sont très solides ; elles aurait un grand avantage /390/ pour la construction d’une forteresse, parce qu’elle opposerait une longue résistance à l’effet du canon, le boulet ne pouvant y faire que son trou sans éclat ; le fort de Jaffenapatnam [Jaffna] dans l’isle de Ceylan est construit entièrement avec cette pierre.

62Ces pierres sont d’un rouge plus ou moins foncé ; lorsqu’elles ont été à l’air, il se forme à la surface une efflorescence rosâtre qu’on croirait d’abord être des fleurs de cobalt ; on trouve en dedans des petits coquillages et quelquefois de la chaux ; ce qui peut bien provenir de la décomposition des coquillages.

Kannur

63Le petit royaume de Cananor est peu considérable et dépendoit anciennement de celui de Calicut ; il est gouverné par une princesse à qui on donne le titre de reine ; les Hollandais ont à Cananor un établisssement défendu par un petit fort.

Cheriquel

64Le royaume de Chériquel tient à celui de Cananor et au Canara ; on le nomme improprement le Kolastri, ce terme est un titre qu’on donne au prince et non à ses Etats ; le mot de kolastri signifie grand patriarche, il est peut être le seul prince de caste brame qui gouverne un état, Ayder en s’emparant de son royaume, lui fit subir le même sort qu’au prince Coringote-nair.

Les Nairs

  • 27 Duprat, colonel, commandant en second à Mahé.

65/391/ Les peuples de cette côte sont, de même que ceux de Coromandel divisés en castes ; les Nairs sont les militaires ; leurs armes qu’ils portent toujours les distinguent des autres ; on les reconnaît aussi à leur insolente fierté. Mr le Comte Duprat commandant à Mahé en 1778 fit envers eux une [ ?] vigueur qui prouve qu’ils ne sont pas aussi braves qu’ils sont insolens. Ils venoient dans l’établissement français par bandes ; ils se trouvoient quelquefois deux mille et, comme ils étoient tous armés, Mr le Comte Duprat27 ne laissoit pas d’avoir chaque jour de l’inquiétude ; il voulut les forcer de quitter leurs armes aux postes de la ville ; on lui représenta que cet usage existoit de tout temps, qu'on ne pourrait exiger d’eux une chose qui déshonorerait la caste et que cela occasionnerait du trouble. Mr Le Comte Duprat n’en rendit pas moins une ordonnance par laquelle ils devoient quitter leurs armes aux portes de Mahé s’ils vouloient y entrer ; il mit double garde aux portes, et les Nairs, malgré leur fierté et leur amour pour leurs privilèges, furent obligés d’en passer par là.

66Les Nairs ont le droit de jouir de toutes les femmes de leur caste ; aussi les enfants n’héritent jamais de leur père ; en naissant, ils appartiennent au frère de la mère et /392/ deviennent les héritiers légitimes de tous ses biens, même de la couronne s’il est roi.

67Un paria n'oseroit approcher d’un Nair ; dans les chemins si un Nair apperçoit un paria, il fait un cri qui l’avertit de ne pas se trouver sur son passage et le paria est obligé de s’éloigner aussitôt hors de sa vue ; si quelqu’un de ces malheureux touchoit un Nair par mégarde, le Nair a le droit de le tuer.

68Les filles vont la gorge nue jusqu’à l’âge de puberté ; alors elles la couvrent, mais quand elles passent devant un Européen ou une personne d’une caste au-dessus de la sienne, elles la dévoilent par honnêteté : les femmes mariées l’ont toujours découverte.

Canara

69Le Canara est le plus beau royaume de la côte de Malabar. Ayder s’en étoit emparé par trahison et avoit nommé Biddner [Bednur], la capitale, Ayder nagar (ville d'Ayder).

Mangalore

  • 28 J. Sturrock, Madras District Gazetteers, South Canara, part I, p. 6, 13.
  • 29 Manchua (port.), mañji (mal.), bateau de charge.

70Mangalor28 sur la côte étoit le dépôt de ses forces maritimes ; cette ville est défendue par une bonne forteresse bâtie à l’entrée d’une rivière qui a une barre sur laquelle il n’y a que treize à quatorze pieds d’eau ; les bateaux du pays qu’on appelle manchoues29 la franchissent facilement, mais les vaisseaux de trois à quatre cent tonneaux ne peuvent y entrer que légers. Les Portugais y avoient une loge qui est comme abandonnée.

71/393/ Lorsque les Anglais eurent détruit Tipou Sultan le 4 may 1799, ils mirent bien sur le trône de Mayssour un descendant des anciens rois mais ils gardoient pour eux le Canara.

Honavar et Karvar

  • 30 Gazetteer of the Bombay Presidency, vol. XV, Kanara, part II, p. 305-315.

72À trente deux lieues dans le nord de Mangalor est Onor [Honavar]30, ville indienne très considérable qui dépend du Canara ; elle est située à l’embouchure d’une rivière d’eau salée dans laquelle les bateaux du pays entrent avec facilité et y sont parfaitement à l’abri ; ses habitants jouissent en général d’une grande aisance, quelques uns même sont très riches par le commerce étendu qu’ils y font.

  • 31 Ibid., part I, p. 1-6, part II, p. 318-319.

73Les Anglais ont à quinze lieues d’Onor, le petit comptoir de Carwar31.

Goa

  • 32 J.N. Fonseca, Historical and Archaeological Sketch of the City of Goa.

74Le premier établissement que nous trouvons après est Goa32, capitale de ceux que les Portugais ont conservé dans l’Inde ; Alphonse Albuquerque s’étoit d’abord emparé de l’isle de Goa en février 1510, mais il en fut bientôt chassé par les princes du pays ; ce ne fut qu’en revenant avec des forces plus considérables qu’il s’en empara de nouveau en 1511. Les Portugais parurent dans ce tems dans l’Inde avec éclat ; ils formèrent des établissemens partout où le commerce étoit florissant et bâtirent des forts pour protéger le leur ; ils sçurent vaincre par leurs armes presque toutes les nations de l’Inde, mais, voulant par /394/ des cruautés ramener à la religion chrétienne les Indous qu’ils regardoient comme des idolâtres, ces peuples dévastèrent tous les pays où ils étoient établis et aussitôt que les Hollandais parurent sur la côte et ensuite les Anglais et les Français, ils se réfugièrent auprès d’eux, sûrs d’y trouver la tolérance. L’Inquisition, établie à Goa, chez des peuples qui n’étoient pas de leur religion, est un de ces exemples les plus frappants où peut conduire le fanatisme mal entendu. Leur commerce dès lors souffrit ; ils perdirent presque tous les établissements qu’ils avoient faits dans l’Inde et ne purent conserver que Goa et Daman sur la côte de Malabar et Diu à l’extrémité sud du Guzurate.

75Goa est le siège d’un archevéché ; c’est un vicaire qui y commande ; les vaisseaux de guerre ne peuvent entrer dans la rivière, n’ayant que vingt deux pieds d’eau sur la barre, mais les frégates viennent jusque sous les murs de la ville. Les vaisseaux de guerre mouillent devant le fort de la goade où d’Algueda qui est au nord de l’entrée de la rivière de Goa, mais ils ne peuvent y rester dans l’hivernage, n'étant point à l’abri des vents d’ouest et de sud-ouest. Quatre provinces dépendent de Goa et donnent assez de revenus pour payer toutes les dépenses de cet établissement.

Craintes anglaises

76Les Anglais prenant toutes les précautions /395/ possibles et craignant lors de l’expédition des Français en Égypte qu’ils ne vinssent et s’emparassent des établissemens portugais à la côte de Malabar, s’empressèrent de mettre une garnison dans Goa et Daman ; le vice roi de Goa reçut deux régiments européens et deux compagnies d'artillerie sans nulle difficulté ; un régiment se présenta devant Daman avec une lettre du vice-roi, mais le gouverneur de cette place dit au colonel Anglais, qu’étant indépendant de Goa, il ne pouvoit recevoir dans le fort des troupes Anglaises jusqu’à ce qu’il eût reçu des ordres du roi de Portugal, que, cependant, voyant bien qu’il venoit comme allié et protecteur, il vouloit bien lui permettre de mettre ses munitions dans la citadelle, que de là il feroit tirer à toute volée un boulet de vingt quatre et que l’endroit où le boulet s’arrêterait, serait celui désigné pour établir son camp. Ne voulant entendre d’autres propositions, le colonel Anglais fut obligé de s'y soumettre. Mais en janvier 1808, les Français s’étant emparés du Portugal, les Anglais marchèrent aussitôt qu’ils apprirent la nouvelle sur Goa et Daman et y arborèrent le pavillon britannique à la fin de may de la même année.

Les Angrias

  • 33 Gazetteer of the Bombay Presidency, vol. X, Ratnagiri, p. 374-378.
  • 34 Angrias, Aṅgre (mar.), famille d’amiraux marathes.
  • 35 Gurāb (mar.).

77Un peu plus au nord, vous trouvez les Isles brûlées (Vengurla Rocks]33 au nombre de onze qui servent de ports à ces pirates marattes plus connus des Européens sous le nom d’Angrias34, d’où ils sortent en foule sur des /396/ prames pour attaquer tous les vaisseauxs de quelle que nations qu’ils soient. Ces prames ont leur proue effilée comme les galères ; elles vont à la rame et montent un canon sur l’avant ; mais ils ont quelques autres bâtimens qu’ils nomment grabs35 qui portent huit, douze et quelquefois seize canons ; ils sortent au nombre de deux cens, trois cens et exercent la piraterie depuis Bombay jusqu’au Cap Commorin dans la saison où cette partie de la mer des Indes est pratiquable, c’est-à-dire depuis le mois d’octobre jusqu’au commencement de may. Ils sont presque sûrs, par la multitude, de prendre à l’abordage dans les tems de calme, les bâtiments de commerce les mieux armés et ils ont souvent eu l’audace d’attaquer et le bonheur de prendre de gros vaisseaux des compagnies européennes. Je les ai vu en 1771 venir au nombre de trois cent attaquer le vaisseau de Compagnie française L’Indien de douze cent tonneaux dans la rade de Mahé et, sans une forte brise qui s’éleva et le mit à même de manœuvrer, de faire feu tribord et bas-bord et de s’éloigner de la côte, il eût été pris.

  • 36 Gazetteer of the Bombay Presidency, vol. X, Ratnagiri, p. 378-383.

78Leur principal port est sur la pointe de Vigiagor [Devagad ?] à neuf lieues des Isles brûlées où ils ont un fort assez considérable ; un peu plus au nord, ils ont aussi la citadelle de Vizindrouk [Vijayadurga]36, leur capitale.

Intervention anglaise

79Le brigandage des Angrias avoit excité tant /397/ de plaintes que l’Angleterre fit de grands efforts pour les extirper. L’amiral Watson attaqua, prit et détruisit quelques uns de leurs meilleurs établissemens maritimes. Il brûla leurs vaisseaux, mais cet hydre a repoussé tout de suite, et ils continuent aujourd’hui comme auparavant à exercer leur piraterie et à nuire au commerce de cette côte. Ces pirates sont sujets et payent tribut au Maharaja.

80Le pays des Angrias étoit connu dans l’Antiquité sous le nom de Muziris, Ptolémée indique cette nation qu’il appelle Andronpeiraton ; il paroit que ces peuples ont été de tous temps des pirates et connus pour tels par les Anciens ; on voit dans Pline qu’il donne avis aux navigateurs commercant dans l’Inde d’éviter cet endroit à cause du voisinage des pirates.

Autres ports

  • 37 Ibid., p. 341-342, 357-362.

81Au nord de Vigiagor est la ville de Jaitapour [Jayatapur]37 où les Français avoient en 1682 un établissement qu’ils ont ensuite abandonné.

  • 38 Ibid., p. 320-323.

82À vingt lieues de Vizindrouk, les Anglais ont un petit établissement défendu par le fort Victoire [Fort Victoria]38 ; il est étonnant que les Anglais aient choisi cet endroit de préférence à Undérajapouri [Rajapuri] qui en est peu éloigné et a un beau port en état de recevoir des vaisseaux de toutes grandeurs ; je suis aussi surpris que les autres nations européennes qui fréquentent cette côte n’aient /398/ pas cherché à s’y établir d’après sa position avantageuse pour le commerce.

  • 39 Ibid., vol. XI, Kolaba, p. 269.

83Un peu plus au nord, on trouve le port de Chaul39 appartenant aux Marattes et dont les Français seroient maîtres si leur ministre de la Marine avoit mis de l’activité à remplir le traité que le chevalier de Saint-Lubin, envoyé auprès d’eux en 1776, avoit fait et qu’il fut obligé d’abandonner quelque temps après, le ministre de la Marine n’en ayant pas rempli les conditions.

84Il y a un fort sur une pointe isolée, mais bâti à la mauresse qui ne résisteroit pas longtemps à une attaque européenne.

Limites de la puissance marathe

  • 40 Peśva (mar.), premier ministre.

85Les Marattes sont sans contredit le peuple le plus brave et le plus belliqueux de l’Inde ; ils gouvernent aujourd’hui un pays considérable ; maîtres du royaume de Vizapour [Bijapur], leur puissance s’étend jusqu’au delà de Delhy ; rivaux des mogols, ils ont été souvent les arbitres des Européens dans les différends qui s’élèvent sans cesse entre des sujets rebelles et puissants et un maître despote, souvent trop faible pour s’opposer à leurs progrès. Mais cette puissance, depuis ses troubles intérieurs, a beaucoup déchu ; le Pechwa40 d’aujourd’hui n’a ni mérite, ni assez de fortune pour avoir la prépondérance ; Scindia, Holkar et d’autres chefs plus puissans que lui se sont emparés du pouvoir suprême et gouvernent ses Etats. /399/ Cependant, les Marattes réunis forment le corps de peuple le plus puissant de l’empire, et il n’y a pas de doute, s’il y avoit entr’eux de l’union, qu’aucune puissance ne pourrait leur résister et qu’ils chasseraient même bientôt tous les Européens de l’Inde s’ils le désiraient.

Illusions des Français à leur sujet

86On est dans l’erreur en France de croire que les Marattes peuvent devenir les alliés des Français et qu’ils s’empresseront de se liguer avec eux pour faire la guerre aux Anglais. Si les Français veulent les payer, ils se joindront à eux, espérant que cette réunion leur procurerait des facilités pour leur brigandage, mais jamais il n’entrera dans leur idée de prendre à leur solde une armée française pour faire des conquêtes. Les Français doivent donc être bien persuadés que si jamais ils vouloient faire quelque attaque sur l’Inde et s’unir avec les Marattes, qui sont le seul peuple qui ne soit pas encore sous le joug des Anglais, ils doivent porter avec eux assez d’argent pour assurer non seulement la subsistance de leurs troupes, mais celle de leurs alliés pour deux campagnes.

Notes

1 Charles Claude Flahaut de la Billarderie, comte d’Angiviller (1730-1809), directeur et ordonnateur des bâtiments du Roi, intendant du Jardin du Roi en survivance de Buffon, patron de Sonnerat qui lui dédia son Voyage aux Indes Orientales et à la Chine, 1782.

2 Cartenate ou Kolastiri ou Cherikel, région située entre la côte de Kannur et les Ghats.

3 Nair, nāyar (mal.), pluriel de nāyan, chef, śūdra élevé au rang de kṣatriya, soldat.

4 Olle, ōla (mal.), feuille de palmier sur laquelle on écrivait avec un stylet.

5 Amomum cardamomum L. ; Amomum repens Sonn.

6 Māppiḷḷa (mal.)

7 Panthera pardus (Linnacus, 1758) ; deux phases, la noire et la blanchâtre ou tachetée.

8 Selon la terminologie actuelle le condor ne se retrouve qu’en Amérique.

9 Charles Marie La Condamine, mathématicien (1701-1774).

10 Kolastri ou Cartenate.

11 Pandal (hind.), abri temporaire fait d’un toit de bois et feuilles.

12 Kailācam (tam.), Kailāsa (skr.), paradis de Śiva.

13 Vaikuṇṭam (tam.), Vaikuṇtha (skr.), paradis de Viṣṇu.

14 Cattiyalōkam (tam.), Satyaloka (skr.), monde de Brahma.

15 Corkkam (tam.), Svarga (sk.), paradis d’Indra.

16 Liga (skr.), likam (tam.).

17 Hari (Viṣṇu) - Hara (Śiva) – Brahma.

18 Yogī (skr.).

19 Voir S.P. Kandaswami, “The Kongu and the Roman Coins”, Journal of the Numismatic Society of India, vol. 46, p. 39-44. En 1800 on découvrit à Pollachi un pot contenant des monnaies d’argent d’Auguste et de Tibère ; en 1896, d’autres monnaies datant de la période d’Auguste, de Tibère et de Claude furent trouvées à Karur, et en 1807 on mit à jour un véritable trésor de monnaies à Savadipalaiyam (F.A. Nicholson, Madras District Manual Coimbatore, vol. II, p. 415, 385, 407.

20 Cette ligne fortifiée aurait été construite par le général Eustache de Lannoye (voir Anquetil Duperrron, Voyage en Inde, p. 200 n. 1).

21 Araq (ar.).

22 Eliza Draper, née à Anjengo le 5 avril 1744, immortalisée par les lettres d’amour que lui adressa Sterne en 1765 (Innes C.A. Madras District Gazetteers, Malabar and Anjengo, vol. I, p. 504-505).

23 Canarin, kannaa.

24 Cair, kayiṟu, cordage fait avec l’écorce du coco.

25 Samorin, sāmūtiri (mal.), roi de la mer, titre porté par les souverains de Calicut.

26 Coringote ou Coyonnaire, nom donné par les Français au prince possédant le pays d’Iruvelinad, situé entre Talashsheri et la rivière de Mahé.

27 Duprat, colonel, commandant en second à Mahé.

28 J. Sturrock, Madras District Gazetteers, South Canara, part I, p. 6, 13.

29 Manchua (port.), mañji (mal.), bateau de charge.

30 Gazetteer of the Bombay Presidency, vol. XV, Kanara, part II, p. 305-315.

31 Ibid., part I, p. 1-6, part II, p. 318-319.

32 J.N. Fonseca, Historical and Archaeological Sketch of the City of Goa.

33 Gazetteer of the Bombay Presidency, vol. X, Ratnagiri, p. 374-378.

34 Angrias, Aṅgre (mar.), famille d’amiraux marathes.

35 Gurāb (mar.).

36 Gazetteer of the Bombay Presidency, vol. X, Ratnagiri, p. 378-383.

37 Ibid., p. 341-342, 357-362.

38 Ibid., p. 320-323.

39 Ibid., vol. XI, Kolaba, p. 269.

40 Peśva (mar.), premier ministre.

© Institut Français de Pondichéry, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search