Version classiqueVersion mobile

Nouveau voyage aux Indes orientales (1786-1813)

 | 
Pierre Sonnerat

Chapitre V. Des Cercars du Nord (a)

Texte intégral

  • 1 Sarkār (hind.), parganah (hind.).

1/199/ [note (a) : le mot Cercar signifie proprement gouvernement, province et les paraganés en sont les districts1.)

Les Sarkars

2J’aurais pu joindre ces détails sur les Cercars du nord à ceux du souba d’Aiderabad dont ils sont des provinces, mais comme ils intéressent principalement le commerce par tous les objets que les nations européennes en retirent, j’ai cru qu’ils méritoient un article particulier.

3Une partie de ces Cercars sont sur la côte de Golconde et l’autre sur la côte d'Orixa (b).

  • 2 Pline l’Ancien, Histoire naturelle VI, 2e partie (éd. J. André et J. Filliozat), Paris, 1980, p. 37 (...)
  • 3 Kôkala (McCrindle’s Ancient India, p. 70).

[note (b) : on nomme côte d'Orixa toute l’étendue de celle qui suit immédiatement la côte de Golconde jusqu'à Balassor [Balesvar ou Balasore] ; ses habitants s’appellent Talingas. Cette côte étoit connue des Anciens ; Pline fait mention des Calingas et les place sur le bord de la mer près de l’embouchure du Gange et leur a donné pour cette raison le nom de Gangarida Calingae proximi mari... gente Gangaridum Calingariurn2 ; le promontoire Calingae dont Pline parle paroit convenir à la pointe de Godavery ; on trouve aussi dans Ptolémée le nom d’une ville Cocala3 [Kokala] qu’on reconnaît bien par la position qu'il lui donne être Chicacol et que quelques uns prononcent Sicacola. Cet auteur ancien parle ensuite d’une ville nommée Calingapatnam [Kalingapattanam] qui doit être Visianagar [Vijayanagaram], capitale du Cercar Calingui.]

  • 4 Clive l’obtint du Grand Moghol en 1765, ce qui fut confirmé par un traité avec le Nizam en 1766.
  • 5 Rāja (hind.), roi ; zamīndār (hind.), propriétaire terrien chargé de recueillir les revenus d’un te (...)

4Ils sont dans la possession des Anglais depuis 17634 ; ils ne les gouvernent pas par eux-mêmes ; ils se contentent seulement de tirer des tributs des anciens propriétaires qui, sous le nom de rajas et de zémindars5, ont chacun dans leur canton /200/ tous les droits de souveraineté ; les Anglais se sont cependant réservés quelques districts tels que ceux de Masulipatam, de Nellepili [Nilapalle] qu’ils régissent par des fermiers.

5Les Cercars sont les plus belles provinces du Dekan ; ils sont bornés au nord par le Katek, à l’est par la mer, à l’ouest par des montagnes qui les séparent des terres de la dépendance d’Aïder-abad et au sud par le Condavir [Kondavidul. Ces Cercars sont Masulipatnam, Elour [Elur], Moustafanagar [Mustaphanagar], Rajimindry [Rajamahendravaram], Calingui [Ralinga], Chicacol [Srikakulaml] et Ganjam.

  • 6 Salabat Jang régna de 1751 à 1761.
  • 7 Faujdār (hind.), gouverneur militaire.
  • 8 Jamabandi (pers., ar.), détermination du revenu des terres.

6Les quatres premiers avoient été donnés par Salabet-Zingue6, soubadar du Dékan, à Mr de Bussy pour le payement des troupes que la Compagnie Française entretenoit auprès ce prince ; ces Cercars ne rapportoient pas alors ce que les Anglais en tirent aujourd’hui ; le gouvernement tyrannique des faussedars7, les vexations auxquelles ils se portoient, avoient fait prendre les armes à tous les petits souverains de ces provinces ; leur état habituel étoit en état de guerre, ce n’étoit qu’avec des armées qu’on pouvoit prélever les faibles contributions qu’on en tiroit. La courte durée du gouvenement de Mr de Bussy ne lui permit pas d’y établir l’ordre nécessaire. Les Anglais y ont réussi avec le temps ; le pouvoir arbitraire aboli, les terres ont été mieux cultivées, les fabriques de toile ont été multipliées, les communications devenues libres ont fait fleurir le commerce et les revenus se sont accrus considérablement ; les zémindars n’ont plus besoin de cette troupe d’hommes armés qui les suivoient /201/ et qui fouloient le peuple pour leur entretien. Les tributs se lèvent sans armes. Tous les ans les zémindars s’assemblent au lieu indiqué par les chefs Anglais ; là, ils règlent et arrêtent les comptes de ce qu’ils doivent et fixent le nouveau tribut que ces chefs indiens doivent payer pour l’année où ils entrent Cela s’appelle faire le jamabandi8 C’est avec peu de troupes que les Anglais tiennent dans la soumission ces princes habitués autrefois à se révolter. Masulipatnam et Elour sont les dépôts de leurs forces. Ils y entretiennent un régiment d’Européens composé de quatre à cinq cens hommes et quatre bataillons de cipayes qui fournissent quelques compagnies à Samerlacotta [Samarlakota] ; ces troupes avec le bataillon de cipayes qui est à Visagapatnam [Visakhapattanam] composent toutes leurs forces dans les six derniers Cercars ; ils ont enfin quelques troupes à Ganjam.

7Masulipatnam et ses dépendances

Machilipattanam

  • 9 Ṣūbahdār (hind.), gouverneur de province.
  • 10 Pette, pēṭa (tel.) village où il y a un marché près d’une ville, faubourg. Les Pettes se trouvoient (...)
  • 11 Voir E. Gaudart, Catalogue des anciennes archives de l’Inde française, t. I, p. 72-77.

8Masulipatnam est la capitale des provinces du nord. Les Français en prirent possession, ainsi que de l’isle de Divi, en 1750 en vertu de la concession qui leur fut faite par Salabet-Zingue, soubadar9 du Dékan, mais alors cette ville n’étoit close que par un mur de terre qui tomboit aux grandes pluies. Les Anglais la prirent en 1758 ; par le traité de 1763, les Français y ont conservé une loge, mais, comme on a été longtems sans nommer d’agent, le gouverneur /202/ anglais a trouvé le terrain qu’ils avoient dans le fond à sa convenance et y a fait bâtir des écuries ; les Français ont aussi un grand terrain dans le Pette10 du sud ; Mr Perrichon11 qui y étoit agent en 1777 y fit bâtir une superbe maison de campagne qu’il fut obligé d’abandonner à la guerre de 1778 ; ayant été construite à la hâte, et n’ayant point été entretenue, elle s’est écroulée quatre ans après ; aujourd’hui il n’existe pas une seule brique sur le terrain Français.

Site

9Cette ville est actuellement fermée par une bonne muraille de briques, garnie de bastions et entourée d’un large et profond fossé, revêtu et couvert de glacis, mais sans aucun ouvrage extérieur ; elle est sur un bras de mer à un quart de lieue de son embouchure, les Français ont ouvert une communication entre ce bras de mer et la rivière du Quichena et c’est par cette voie qu’arrivent à Masulipatnam les briques et les bois à brûler. La ville est petite, les Anglais en ont encore diminué la population en élargissant et alignant les rues qui autrefois étoient très étroites et tortueuses ; les habitans dont les maisons se sont trouvées dans les alignements des nouvelles rues qui ont été percées, ont été obligés de quitter la ville et d’aller s’établir dans les faux bourgs immenses qui entourent Masulipatnam du côté de terre et qu’on appelle Pettes (a), [note (a) : on donne généralement le nom de Petles ou Pettalys à tous les faux bourgs qui sont bâtis près des villes fortifiées.]

10Ils en sont éloignés de deux milles /203/. Les Anglais y ont bâti de charmantes maisons de campagne où ils font leur séjour ordinaire, car il n'est pas possible d’habiter la ville dans les chaleurs.

11La plaine qui sépare la ville des Pettes est nue et submergée à toutes les marées, ce qui rendra les approches de la ville toujours difficiles à un ennemi. Les anciennes maisons sont encore en bois, mais les nouvelles sont en briques.

Ancienneté

  • 12 Maisolia, Maisolos.

12Cette ville est très ancienne, on retrouve son nom dans Ptolémée, dans celui de de Masalia, nom qu’il donne aussi à toutes cette contrée de l’Inde et le fleuve Masolus12 dont il l’a fait traverser est bien reconnu être le Quichena.

Revenus

  • 13 Jagīr (hind.), territoire dont le revenu était alloué en récompense par le gouvernement.

13Les revenus de Masulipatnam consistent dans les droits d’entrée affermés vingt deux mille roupies, dans les droits seigneuriaux de la monnoye qu’on estime huit mille roupies, dans sa douane qu’on peut apprécier quatre mille roupies et dans sa ferme de l’araque paria montant à dix huit mille roupies. Mais les terres qui en dépendent sont considérables, elles sont affermées cent sept mille pagodes, sans y comprendre un petit jaguir13 composé de sept aidées tirées de différents zémindars qui rapportent sept mille pagodes.

Importations

14On porte à Masulipatnam des draps, du fer, de l’acier, du cuivre, du fil d’or, des vins et des eaux de vie. Ces deux deniers objets se consomment par les Européens ; les draps s’exportent tous à Aydérabad et dans les autres provinces du soubadar ; le fer se consomme /204/ dans le pays pour les vaisseaux et les maisons ; le cuivre passe en grande partie dans l’intérieur des terres où il s’en fait une grande consommation ; on l'emploie aux vases du culte public, à des ustensiles d'un usage journalier, et à faire des monnoyes qu’il faut renouveler sans cesse parce que le peuple ne montre pas moins d’empressement à les enterrer qu’en ont les personnes riches, pour enfouir des trésors plus précieux. Le fil d’or enfin est employé dans les bouts des pièces de toutes les toiles fines et des mousselines, dans les turbans et dans plusieurs espèces d’étoffes de coton qui servent à l'habillement des gens riches et il s’en consomme une grande quantité.

Productions

15On tire de Masulipatnam du bled et d’autres espèces de grains qui viennent des terres, des chittes, à la façon des Maures et des Arméniens, chappées et peintes à la main, du fil rouge, des guingans qui viennent de Condavir, des tapis de pied de toute grandeur façon de Perse qui se font à Elour, des bétilles, des ouvrages en cuir et en bois peints et vernis qui viennent de Condapélli [Kondapalle] et enfin des mouchoirs dont les plus beaux se font à Ventépalom [Vetapalem], aidée dépendante de Nizampatnam et à Narpelli, aidée du Condavir qui n’est séparée de Ventépalom que par une rue.

Narsapur

16Les Anglais tirent beaucoup de toiles de Narsapour [Narsapur] qu’on nomme aussi Madépalom [Madhavayapalem], aidée dépendante du jaguir de Masuli-patnam ; les Français avoient autrefois une loge avec quelques dépendances. /205/

17Cette aldée étoit le chef-lieu du nord ;Yanaon étoit dans sa dépendance ; par le traité de paix de 1763, les Français devoient rentrer dans cette possession, mais le chef Anglais de Masulipatnam établit des difficultés ; le chef français de la loge de Masulipatnam eut beau protester, les Anglais ne leur ont jamais rendu leur loge, ni leur terrain ; voilà comme, éloigné de la métropole, on se moque des traités lorsqu’on a la force en main.

Kondavidu

  • 14 Cāyavēr (tam.), Hedyotis umbellata.

18Les Anglais ne se sont pas contentés d’envahir les Cercars, ils ont aussi pris sur Basalet-Zingue la province du Condavir dont Gontour [Guntur] est la capitale. Ils furent forcés de l’évacuer pour réunir leurs forces contre Ayder-Ali-Kan. Cette province dès lors rentra au pouvoir du soubadar, mais n’y resta pas longtems ; ils la reprirent en 1790. C’est dans cette province que se fabriquent les plus beaux mouchoirs et tous les guingans qui passent sous le nom de Masulipatnam ; on y recueille le meilleur chir-ver14 (a) ;

[note (a) : le chir-ver est la racine de la plante que Linné a nommé Oldenlandia umbellata ; on l’emploie pour teindre en rouge les toiles et particulièrement le coton avec lequel on fabrique à Nerpelli ces beaux mouchoirs qu’on connoit en Europe sous le nom de mouchoirs de Masulipatnam. On prépare d'abord le coton à l'huile, on le teint ensuite en jaune et c’est avec la racine de cette plante qu’on lui donne cette belle couleur rouge qu’on ne peut imiter ailleurs ; ver veut dire racine, chir est le nom de la plante.]

19le tabac y est supérieur et le commerce en est considérable ; elle est fertile en grains, abonde en paturages et fournit les plus beaux bœufs pour l’artillerie et les charrois ; ses revenus peuvent monter à trois cens cinquante mille pagodes.

20/206/ Les Cercars d’Elour et de Moustafanagar ou Condapelly

21Les dépendances de ces deux Cercars se confondent ; ils étoient anciennement soumis à un faussedar qui faisoit sa résidence à Masulipatnam ; plusieurs paraganés de ces Cercars en ont été détachés pour augmenter le jaguir de Masulipatnam, bienfait que le soubadar Salabet-Zingue avoit accordé aux Français et cette séparation subsiste encore.

Elur et Kondapalle

22Le fort d’Élour est entre les mains des Anglais qui y tiennent une forte garnison sous les ordres d’un colonel qui commande toutes les forces du Nord ; ces troupes étoient auparavant à Condapelly [Kondapalle], place voisine de Bézouara [Bejavada] ; mais aujourd’hui que les Anglais ont des troupes auprès du soubadar, que sous le nom de ce prince, ils exercent la puissance suprême, ils ont évacué une place malsaine pour Elour où ils ont réuni leurs forces ; ils conservent cependant dans Condapelly quelques cipayes à cause de l’importance de la place qui est grande et très forte par sa situation sur le haut d’une montagne, la ville est au bas, elle est renommée par les belles peintures sur bois et sur cuir et par ses fabriques de tapis façon de Perse ; c’est dans le Cercar d’Élour que l’on fabrique les toiles les plus fines, on trouve des mines de diamans dans le Cercar de Condapelly.

23Ces deux Cercars sont gouvernés par dix zémindars /207/ qui payent ensemble trois cens cinq mille neuf cens cinquante pagodes de tribut aux Anglais. Ils entretiennent ensemble six mille hommes armés et peuvent en rassembler trente mille.

Narasimha Appa Rao

  • 15 Narasimha Appa Rao ; sur ses rapports avec la compagnie anglaise, voir Gordon Mackenzie, A Manual o (...)
  • 16 Il débarqua à Porto Novo le 16 décembre 1782 (E. Gaudart, op.cit., p. 125, 128).

24Le premier et le plus puissant d’entre eux est Narsima-Aparao15 ; son domaine est de quatorze paraganés. Ce prince supportoit avec dégoût le joug Anglais ; dès qu'il sçut l’arrivée de M. Duchemin16 à Porte-Nové [Porto Novo] en 1781, il crut la révolution certaine et se hâta trop tôt de lever le masque et de refuser le tribut auquel il étoit taxé ; malheureusement, il se laissa surprendre dans le fort de Noujer, lieu de sa résidence d’où il eut à peine le temps de fuir par une porte de derrière ; ses richesses devinrent la proie des vainqueurs qui rasèrent le fort et se saisirent de ses domaines.

  • 17 Yōgipantulu.

25Le zémindar se sauva sur les terres de Nizam-ali, ramassa des troupes avec lesquelles il faisoit des incursions sur ses anciens Etats ; les récoltes ne pouvoient plus se faire qu’à main armée ; les Anglais, lassés d’une guerre ruineuse, recherchèrent la paix ; ils lui députèrent le brame Jogui-pandolo17, leur divan et le fermier de toutes leurs possessions dépendantes de Masulipatnam ; sa mission étoit difficile ; il falloit sauver l’honneur des armés Anglaises, ménager le prince et paroitre cependant le punir de sa rébellion ; il y réussit, par un accord fait entr’eux ; les Anglais rendirent tous les domaines /208/ aux conditions que ce serait le fils qui paraîtrait gouverner. Son tribut est de cent vingt mille pagodes. Il entretient trois mille hommes d’armes et peut en assembler douze mille ; il y a quelques mines de diamans dans ses domaines.

Palakollu

26Les Hollandais ont dans le Cercar d'Élour la ville de Palacole [Palakollu], à une lieue et demi dans l’ouest de Narsapour ; la loge de la Compagnie hollandaise qui étoit fortifiée a été détruite de fond en combles dans la guerre de 1780. L’aidée de Palacole est considérable ; elle a dans sa dépendance une autre aidée nommée Cautera [Koderu] qui en est à trois cosses ; c’est le lieu où l’on fait les chittes les plus jolies des provinces du nord, on y fait aussi beaucoup de toiles fines ; la Compagnie hollandaise y achète beaucoup de toiles qui s’exportent à grands frais sur le dos des hommes jusqu’à Jaggrenapouron [Jagannathapuram], lieu de leur embarquement ; elle a cependant un terrain dans l’aidée de Narsapour où elle avoit des magasins qui sont à présent détruits, mais par un usage dont on ne peut donner la raison, les vaisseaux hollandais n’y venoient pas chercher les marchandises de la Compagnie, le transport des toiles regarde le second du commandant de Jaggrenapouron et on sait qu’il en retire un grand bénéfice. Palacole est renommé par la bonté de ses fruits.

27Le Cercar de Rajimendry

Zamindars

28/209/ Ce Cercar est divisé en sept zémindars et en six autres petits cantons, indépendants tous les uns des autres et gouvernés par des rajas ou autres Indiens de différentes castes qui payent tribut aux Anglais. Tous ces chefs sont souverains dans leurs pays et pourvu qu’ils payent les sommes auxquelles ils sont imposés, le gouvernement Anglais ne se mêle point de leurs affaires intérieures. Les tributs réunis de ce cercar montent depuis plusieurs années à deux cent soixante quinze mille cent pagodes à trois figures.

29Ce Cercar en général abonde en grains ; il pourrait être encore beaucoup mieux cultivé. Il est le centre des fabriques de toiles ; sa partie qui touche aux terres du soubadar est couverte de montagnes et fournit beaucoup de bois, surtout du tek.

30Les septs zémindars sont le raja de Pédapour [Peddapuram], celui de Pitapour (Pithapuram], celui de Cotta [Kota] et Vélla Cotta [ ?], celui de Goutala [Gutala], celui de Rhedipolaron [ ?], celui de Corconda [Korukonda] et celui de Perouragraron [ ?].

31Les six petits cantons sont Cottapelli [Kottapalle], Totapelli [Totapeta], Talouka, Rajimendry [Rajamahendravaram], Villamapaleon [ ?], Quessavaron [ ?] et Dandamapetta [ ?].

32Le raja de Pédapour a le pas sur les autres rajas de ce Cercar ; il possède dix huit paraganés. Ce prince, beaucoup moins tranquille sous le gouvernement musulman, étoit obligé d’entretenir /210/ toujours seize mille hommes d’armes ; il n'en a plus aujourd’hui que six mille.

33Le raja de Pitapour est après celui de Pédapour, le plus puissant. C’est dans ses terres qu’est situé Samerlacotta [Samalkota], fort que les Anglais ont pris dans la minorité du prince et dans lequel ils gardent quelques compagnies de cipayes qui étoient auparavant en garnison à Rajimendry ; les Anglais ont préféré Samerlacotta comme plus sain ; il est aussi plus voisin de la mer et plus dans le centre du Cercar ; ce fort est à sept lieues dans le nord d’Yanaon.

34Cottapélli [Kotapalle] est un canton couvert de bois et de montagnes ; sa situation favorisoit les révoltes fréquentes du chef qui ne payoit de tribut que lorsqu’il s’y voyoit forcé ; aujourd’hui il est plus soumis et le paye assez régulièrement ; son pays est malsain, ses sujets passent pour des voleurs et ce n’est qu’avec crainte qu’on le traverse, surtout avec des effets précieux.

  • 18 Souillac. vicomte, de (1732-1803), gouverneur général des établissements français au-delà du Cap de (...)
  • 19 Charles Allan Cathcart (1759-1788).

35Les Anglais, par le traité dont je parlerai cy-après, fait en 1786 entre Mr de Souillac18, gouverneur de l’Isle de France et le colonel Cathcard19 envoyé par la présidence de Calcutta, devoient rendre aux Français un terrain dans ce canton, qui leur avoit été donné par Nizam-aly ; mais le commissaire anglais envoyé pour cela engagea le raja à établir des difficultés pour ne pas le leur rendre et en effet ils n’ont jamais pû rentrer dans cette possesion.

Rajamahendravaram

36/211/ Rajimendry étoit autrefois la capitale de ce Cercar ; elle lui en a donné le nom. C’étoit le lieu de la résidence du faussedar que le soubadar envoyoit ; aujourd’hui il n’est plus qu’un jaguir. Les Anglais entretiennent dans la ville quelques cipayes sous les ordres d’un sergent européen.

Aidées de Peddapuram

37Les Anglais possèdent en jaguir dans le pays de Pédapour [Peddapuram] douze aidées qu'ils afferment six mille trois cent pagodes, ces aidées entourent les possessions françaises ; la Compagnie a à Nellépélli [Nilappale], qui est une aidée de ce jaguir, une blanchisserie et des magasins considérables ; elle fait la plus grande partie de ses toiles dans ce pays, et elle y reçoit chaque année deux cent mille balles. Le chef anglais y fait sa résidence, mais il est censé la faire à Ingéram [Injaram] qui est le lieu où il faisoit autrefois sa demeure et où se blanchissoit les toiles de la Compagnie et par un ancien usage, il date toutes ses lettres, les contrats, etc., d'Ingéram.

Korangi

  • 20 Ebenezer Roebuck construisit ce bassin en 1802 (voir F.R. Hemingway, Godavari District Gazetteer, p (...)

38Coringui [Korangi] dépend aussi de ce jaguir ; le chef de Néllépélli y commande ; c’est la seule rade sur toute cette côte où les vaisseaux soient à l’abri des vents de nord et de sud-ouest ; elle mérite sans doute l’attention de la nation qui en est en possession, car elle est susceptible avec peu de dépenses de devenir un port très commode. Mr Roebuck20, capitaine de port, avoit fait construire à l’entrée de la résidence de Coringui, un superbe bassin capable de recevoir le plus fort vaisseau de guerre ; l’amiral Raynier y envoya une prise espagnole pour y être réparée /212/, mais ses dépenses furent plus fortes que celles qu’avait occasionnées un vaisseau construit à neuf. L’amiral promit bien aussi qu’aucun vaisseau anglais n’iroit à l’avenir à se radouber à Coringui si les fortes dépenses qu’occasionne le radoub d’un vaisseau viennent d’un abus du capitaine de port. On peut le corriger. Le fond de ce bassin ayant été mal appuyé et construit sur des sources d’eau qui ont détruit les fondements, il est aujourd'hui en ruine.

Yanaon

39Les Français ont dans la même province Yanaon et l’aidée de Camplépalom [Kapulapalem] qui peuvent contenir ensemble dix mille habitans ; Yanaon n’est séparée de Nelépalé [Nilapalle] que par un canal où il y a fort peu d’eau à marée basse ; la Compagnie Française voulant faire le commerce des toiles du nord n’avoit pu choisir un emplacement plus favorable qu'étoit alors Yanaon. Cette aidée est située à sept milles de la mer sur la rive gauche du Godavry (a),

  • 21 Erreur : la Godavari prend sa source dans les Ghats occidentaux.

[note (a) : on le nomme aussi Godavary, Goudavary, Godavry, Guadavril ; il prend sa source dans les montagnes du Guzurat [Gujarat]21, est grossi par la rivière Ganga [Venganga], traverse la province de Rajimendry et avant de se jeter à la mer, se divise en deux branches dont l'une passe devant le comptoir Français d’Yanaon et se jette à la mer dans la rade de Coringui ; l'autre branche passe devant Narsapour, avant de mêler ses eaux à la mer. Ce fleuve est une des sept rivières sacrées des Indous.]

40belle rivière qui portoit autrefois les vaisseaux de commerce jusque devant l’établissement ; les choses ont changées depuis ; ses débordements en juillet et aoust produisent à présent des éboulemens le long de ses bords qui doivent faire craindre pour l’aidée si on n’y porte un prompt remède ; plusieurs rues ainsi que la chapelle ont déjà. /213/ été englouties.

Projet de digue sur la Godavari

  • 22 Doni (tel.).

41Les dégradations furent si considérables dans les premières années de mon commandement que je cherchai à remédier promptement au mal ; le moyen qui me parut le plus convenable et le moins dispendieux fut d’y établir une digue qui auroit pris diagonalement de la pointe ouest d’un banc qui s’est formé depuis quelques années dans le milieu de la rivière et se seroit terminé au delà de l’établissement. Le gouverneur de Pondichéry me donna pleine liberté de tout faire pour le bien de l’aidée, mais il exigea que je fus autorisé par le gouvernement Anglais et ne voulut faire aucune démarche pour cela, de crainte d’essuyer un refus, ce qui m’obligea d’envoyer au Conseil de Madras mes plans et des représentations sur la nécessité de parer à l’anéantissement de ce comptoir. Je mis tant d'ardeur dans ma demande que le Conseil envoya un ingénieur sur les lieux pour lui faire un rapport sur la situation d’Yanaon et sur les dommages que les débordemens de la rivière pouvoient occasionner à cet établissement. L'ingénieur resta quelques jours chez moi, il approuva mon projet et m’avoua que le moyen que je voulois employer étoit le seul qui pût convenir ; le rapport qu’il fit fut si favorable que, quelques jours après, le chef Anglais d’Ingéram reçut l’ordre de me faciliter les travaux que je voulois faire pour empêcher l'éboulement des /214/ terres occasionné par le Godavry ; le Conseil exigeoit seulement que, de concert avec le chef d’Ingéram, je marquasse bien les limites françaises pour qu’il n’y ait point de discussion à l’avenir, ce que nous exécutâmes en présence de deux officiers anglais et deux officiers français, et en dressâmes procès verbal. Le gouverneur de Pondichéry n’ayant voulu entrer dans aucune dépense pour cet objet, j’ouvris une souscription qui, jointe à quelques légers droits que les habitans s’étoient imposés sur la sortie de chaque balle, devoit suffire ; j’avois déja arrêté douze donis22 (grands bateaux pontés du pays) que j’aurois coulé, remplis de pierres dans l’endroit pour former une digue qui aurait fait prendre au courant de la rivière une direction opposée, mais la révolution qui venoit de s’opérer en France, s’étant fait sentir dans ses désordres jusqu’à Yanaon, les habitants qui venoient de s’établir une municipalité crurent que cette entreprise dépendoit de leurs pouvoirs et voulurent en être chargés. Persuadé de l’activité qu’ils alloient mettre à ce travail, je leur remis mon projet et mes plans, mais aucun d’eux n’y comprenant rien, l'ouvrage est resté là. Je joins ici le plan projeté pour qu’on puisse éxécuter cet ouvrage lorsque les Français rentreront dans cette possession, c’est le seul moyen de la mettre à l’abri de sa perte.

42Pl. 30. Le plan du Godavery et de la digue.

Canal de Nilapalle

43Ces débordemens périodiques ont aussi amené de /215/ loin des terres et ont formé des bancs à l’embouchure du Godavry qui rendent aujourd’hui son entrée difficile, même pour les plus petits vaisseaux ; on est obligé actuellement de les décharger dans la rade de Coringui et de les faire monter légers et dégagés par le canal de cette dernière place qui communique à Yanaon avec le Godavry ; ce canal est aussi connu sous le nom de canal de Néllépélli ; il est étroit et tortueux et on y est échoué à toutes les marées ; c’est dans ce canal que tous les vaisseaux du pays se retirent pour hyverner.

44Pl. 31. Le plan de la rade de Coringui.

Bassins de radoub

  • 23 Gudi (beng.).

45Les propriétaires forment sur les bords une espèce de bassin qu’ils appellent goudy23 ; ils y font entrer leurs vaisseaux dans les grandes marées, les accorent des deux cotés avec des madriers et, lorsque la marée est basse, ils ferment l’entrée avec un treillage de bambou et autres bois attachés à des pieux fichés en terre ; on mastique le treillage avec de la terre glaise pour empêcher l’eau d’entrer dans le goudy, on vuide ce qui reste d’eau avec des paniers et le vaisseau se trouve à sec ; il est facile alors d’y faire les réparations dans son fond, ainsi que dans ses hauts, comme dans le meilleur bassin. Dans les mois de mars, avril, et may, vous rencontrez en allant d’Yanaon à Coringui quelquefois jusqu’à trois et quatre cens vaisseaux du pays qui sont renfermés de même dans ces goudys ; il en sortent dans le mois de juin /216/ pour mettre en mer en juillet et août et profiter de la mousson pour porter du sel au Bengale. Ceux qui ne peuvent pas charger de sel y vont sur leur lest ; ils reviennent tous en janvier et février avec un chargement de riz pour la consommation des habitans de toute cette contrée, car les récoltes du pays ne suffisent pas pour les nourrir.

Etablissement

46Yanaon, lors de son établissement, étoit sous la protection du soubadar et ne consistoit que dans l’emplacement de la loge ; ce ne fut que successivement que les Français en obtinrent la propriété et des dépendances ; devenus maîtres dans la suite de toute cette partie de l’Inde et plus occupés alors d’étendre leurs domaines que de leur commerce, ils ne regardèrent plus Yanaon comme un objet de conséquence ; il fut donné en régie à des fermiers et le chef fit sa résidence à Narsapour à environ quinze lieues dans le sud.

Dépendances

47Les dépendances d’Yanaon dont les Français jouissent aujourd’hui sont très peu de chose ; elles consistent en une demi-lieue de terres labourables dans la partie de l’ouest qui se joignent à l’aidée de Camplépalom, en une presqu’isle à l’est qui a environ une lieue de longueur dont le tiers est de friches. Les deux autres tiers sont couverts de mauvais bois qu’on appelle bois salés, parce que le terrain est submergé dans les grandes marées ; cette presqu’isle a toujours été un objet de grande discussion, soit avec /217/ les Anglais, soit avec les princes du pays ; elle leur fut disputée en 1792 par le raja de Pedapour qui s’en empara pendant que j’y commandois ; je marchois avec deux pièces de canon pour les chasser lorsqu’une protestation des habitants qui, craignant que le raja ne se vengeât en pillant la nuit leurs blanchisseries, m’obligea d’employer la voie des négociations, et ce ne fut qu’après une année de démarches auprès du gouvernement de Madras et une grande fermeté que je parvins à la faire rendre ; il y a aussi dans le nord d’Yanaon des salines qui rendoient autrefois trois mille roupies de revenus mais, dans le coup de vent de 1789 dont j’ai parlé, elles essuyèrent un tel bouleversement que le terrain n’est plus propre ni à des salines, ni à être labouré.

Revenus

48Les revenus que les Français retirent aujourd’hui d’Yanaon suffisent à peine pour payer les dépenses de cet établissement ; l’isle d’Elcatipa [Iskitippah] à l’embouchure de la rivière et la pointe de Godavry faisoient autrefois partie des dépendances d’Yanaon, mais lorsque les Français rentrèrent dans leurs possessions en 1765, les Anglais refusèrent de leur rendre ces deux derniers endroits.

Toiles

49Yanaon est très bien située pour le commerce des toiles ; il est dans le centre des fabriques, mais la concurrence des Anglais qui, aujourd’hui exportent une grande quantité de toiles fera toujours /218/ beaucoup de tort au commerce des Français ; les Anglais étant les maîtres du pays, ils sont craints, peuvent punir et obligent les tisserands à travailler pour eux ; il leur est même arrivé souvent de faire couper sur le métier des pièces contractées par des marchands d'Yanaon. Les Français n’ayant pas même le droit de représentations, puisqu’elles seroient inutiles, sont obligés de prendre ce que leurs marchands leur présentent. Ils ont bien le droit du choix, mais s’ils étoient trop rigoureux, ils perdraient en tems ce qu’ils gagneraient en qualité et ils ne pourraient jamais avoir les toiles qu’ils auraient contractées pour le tems du départ des vaisseaux.

  • 24 Kuñcam (tam.), puñjamu (tel.).

50Les sortes françaises sont différentes de celles Anglaises ; les Français comptent par 12, 15, 19, 23 conjons24 ; chaque conjon composé de cent vingt fils ; les Anglais comptent par 14, 16, 18, 22 conjons, ils payent leurs toiles plus chères que les Français, mais elles sont toujours de bonne qualité ; celles qu’on appelle toiles de Compagnie ont 72 coudées de longueur sur 7/8 de large et les conjons doivent exister dans leur sorte, si bien que les Français prennent le 14 conjon de Compagnie rebuté pour du 19 ; ainsi il n’est pas étonnant qu’ils les ayent à meilleur compte ; pour l’ordinaire, les toiles Françaises n’ont jamais plus de 68 coudées sur 5/6 de large.

Kopudarudu ou copdars

  • 25 Nattamu (tel).
  • 26 Kōpudārudu (tel.), copedaur en anglo-indien.

51Les aidées des tisserands sont établies dans les cercars qui appartiennent aux Anglais, elles sont divisées par nattes25 ; plusieurs aidées forment /219/ une natte, nom qui n’est employé que pour désigner les habitations des tisserands. On est obligé pour contracter d’avoir recours à des copdars26, qui sont des gens de différentes castes, soit brames, talingas ou autres ; ils avancent de l’argent aux tisserands qui s’engagent à leur remettre les toiles qu’ils fabriquent et, comme ces copdars ne quittent jamais leurs aidées et que rarement, ils sont connus, les commissionnaires Français se servent des marchands établis à Yanaon, auxquels ils confient leur argent et qui en répondent : par cette cascade indispensable, ils payent les toiles plus chères que s'ils les contractoient avec le tisserand ; mais alors ils courraient des risques de non valeur et seroient obligés de payer quantité de pions pour surveiller les tisserands et les faire travailler ; il faut sans doute que cette marche ait été regardée comme trop pénible à des Européens, ou peut-être elle est trop dispendieuse, puisque les Anglais qui pourraient seuls le faire se servent aussi des marchands qui traitent ensuite avec les copdars.

52Le copdar prend 10 % pour la peine et le marchand 2 1/2 de sorte que ce qu’on appelle toiles de la première main, coûtent 121/2 pour % plus chères que les tisserands ne les vendent.

Commerce des Français

53Les Français font ordinairement chaque année deux mille cinq cens à trois mille /220/ balles de toiles à Yanaon ; ils en exportèrent en 1792, d’après le rapport du chef anglais qui prend une note exacte de tout ce qui s'embarque à Coringui, quatre mille cinq cens balles.

54Les Anglais prétendent que la concurrence des comptoirs français fait plus de tort à la Compagnie et à son commerce que tous les autres établissemens de l’Inde ensemble, mais, lorsqu’ils voudront, ils empêcheront des exportations aussi considérables car, lorsque les chefs anglais d’Ingéram, de Visagapatnam ou de Narsapour veulent mettre des entraves au commerce des Français dans cette partie, ils font arrêter en route les toiles et autres marchandises sous le nom de quelques rajas ; les réclamations entraînant du temps et en rendant enfin la communication libre, ils n’en ont pas moins fait beaucoup de tort à leur commerce en empêchant les comméttans de remplir leurs contrats pour le départ des vaisseaux.

Températures

55Les chaleurs à Yanaon, ainsi que dans toute cette partie du nord, y sont insupportables et s’y font sentir le jour et la nuit. Les jours y sont si brûlants que souvent en prenant un verre à la main, il se brise ; les globes, les verrines ne résistent point à cet air brûlant de l’atmosphère et s’en vont en éclat ; souvent le frottement des feuilles des palmiers donnent des étincelles qui embrasent en un instant l’arbre entier, les terres dans ces /221/ temps se fendent et par leur retraite laissent des trous énormes. Le thermomètre de Fahrenheit y monte dans les mois de juin et de juillet à 112 et 114 degrés qui correspondent à 40 et 41 degrés du thermomètre de Réaumur. Je ne l’ai jamais vu dans les plus grands froids plus bas que 68° de Fahrenheit ou 18°de Réaumur.

Possessions hollandaises

56Les Hollandais ont, dans le même Cercar, mais dans le district du raja de Pittapour, Jaggrenapouron [Jagannathapuram) dont le fort a été détruit par les Anglais dans la guerre de 1780 ; ils tiennent aussi de ce raja l’aidée de Golapaleon [Gollapalem] qui est peu éloignée de Jaggrenapouron et pour laquelle ils lui font toutes les années un présent de deux cens cinquante pagodes ; ils ne gardent cette aidée que pour le blanchissage de leurs toiles ; on y fait de jolies chittes et les couleurs y sont aussi belles qu’à Palacolle. Jaggrenapouron n’a d’autres territoires que quelques salines, dont le produit, joint aux autres droits, monte à cinq cent pagodes par an ; ils afferment Golapaléon quatre cens pagodes.

57Les Cercars de Calingui [Kalinga] et de Chicacol [Srikakulam]

Kalinga et Srikakulam

  • 27 Vijayaram raja.
  • 28 En 1758 (voir T.J. Maltby, Ganjam Manual, p. 102-103).
  • 29 Tāluk (hind.), subdivision d’un district.
  • 30 Thomas Rumbold (1736-1791), gouverneur de Madras de 1778 à 1780.

58Ces deux Cercars sont soumis au même prince /222/ Viséram-Raja27, le premier est connu sous le nom de Royaume de Visianagar [Vijayanagaram] ; le prince qui le gouverne est sans contredit le plus puissant des rajas du nord ; il fut autrefois très attaché aux Français. Ce fut à sa prière que Mr De Bussy prit d’escalade le fort de Bobely [Bobbili]28 dans lequel tous les habitans, décidés a ne pas survivre à leur défaite, après avoir égorgé leurs femmes et leurs enfans, vinrent périr les armes à la main sur les murailles du fort (a) [note (a) voyez Histoire des guerres des Européens dans l’Inde. Chap. IV, fol. 27-28 de cet ouvrage], Viséram-Raja méconnut dans la suite ce bienfait ; voyant le peu de succès des Français dans la guerre de 1758, il les abandonna et se joignit aux Anglais auxquels il fut très utile. C’est en reconnaissance des services qu’il leur rendit lorsque leur domination fut solidement établie, qu’ils lui affermèrent le Cercar de Chicacol et le district de Cachimcotta [Kasimkota] qui y est enclavé, l'un et l’autre pour trois cent quatre vingt mille roupies ; dès lors les zémindars du Cercar de Chicacol furent dépouillés et leur pouvoir anéanti ; ce prince a payé longtemps pour le royaume de Visianagar et le talouca29 de Paécrao [ ?] cinq cent mille roupies. Le gouverneur Rumbold30 fit augmenter son tribut de cent mille roupies, de sorte qu’il paye aujourd’hui neuf cent quatre vingt mille roupies.

Revenus

59Ce prince est très riche ; les deux Cercars lui rendent, déduction faite de ce qu’il paye aux Anglais, quarante lacs de roupies ; son pays est /223/ très fertile ; c’est de là que l’on tire la plus grande partie des toiles de douze et de quinze conjons ; il fait sa résidence à Visianagar, ville fortifiée, et entretient ordinairement quatre mille hommes, habillés, armés, et disciplinés comme les cipayes Anglais, mais il peut mettre sur pied quarante mille hommes.

Visakhappattanam

60Les Anglais possèdent, dans le Cercar de Calingui, la ville de Visagapatnam qu’ils gouvernoient autrefois par un Conseil, mais, depuis 1793, ils ont détruit tous les conseils du nord pour éviter les frais considérables qu’ils exigeoient ; ils n'ont plus à Visagapatnam et Masulipatnam que des agents de commerce qui reçoivent leurs ordres du Conseil de Madras.

61Le territoire de Visagapatnam et les droits rapportent annuellement cinq mille pagodes ; les Anglais y entretiennent un bataillon de cipayes qui fournit quelques compagnies à Chicacol sous le prétexte de donner main forte au raja. Ce qu’on appelle la ville blanche de Visagapatnam est entourée de murailles de briques avec des bastions sans fossés. Cette ville a été construite à quelque distance de l’ancien fort détruit par Mr de Bussy et qui n’a pas été relevé. Les Hollandais ont dans ce même Cercar la ville de Bimilipatnam qui n’a aucun territoire et qui est à quatre lieues dans le nord /224/ de Visagapatnam ; c’est l’endroit où l’on est le plus à portée pour contracter des toiles.

62Le Cercar de Ganjam

  • 31 Narāyaa Dēva.

63Le Cercar joint le Katek [Katak] ; il portoit autrefois le nom d’Itchapour [Ichchapuram] et étoit le lieu de la résidence du faussedar ; ses revenus montent à six lacs de roupies. Les rajas Narainadeo31 et Tealjégadeo [ ?] sont les deux seuls zémindars qui gouvernent aujourd’hui une partie de cette province. Le premier paye aux Anglais cent quarante mille roupies de tribut et le second en paye soixante mille. Les terres des autres zémindars, ou chassés ou morts sans postérité, sont régies par des fermiers qui payent à la Compagnie anglaise quatre cent mille roupies. Le grand produit de cette province est en grains de toute espèce.

Ganjam

  • 32 Voir T.J. Maltby, op.cit., p. 40-42.

64La ville de Ganjam32, quoique peu de chose, est un poste important pour les Anglais. Il s’y fait un grand commerce. On fabrique dans ses environs de grosses toiles et des bétilles très fines unies et à fleurs qui imitent le linon d’Europe. On y fait aussi du sucre en poudre et en pierres et une grande quantité de bougies. Les Français ne tirent de ce Cercar que des grains.

Valeur des Cercars

65Par la description que nous venons de donner /225/ des Cercars du nord, on peut se former une idée des revenus considérables que les Anglais y perçoivent et qui se montent ensemble, en y comprenant ceux de la province de Condavir, à cinq millions huit cens cinquante sept mille quatre cens roupies (quatorze millions six cens quarante trois mille cinq cens francs) ; si, à cette somme, on y joint les fortunes immenses que les employés de la Compagnie font journellement dans cette partie, les regrets des Français doivent s’augmenter d’avoir laissé échapper de leur mains des provinces aussi riches.

66Ces provinces étant mieux gouvernées et mieux administrées pourraient être d’un plus grand rapport. Je les ai traversées en partie ; j’y ai vu des terres mal cultivées et la misère la plus grande : les aidées les plus considérables ne sont qu’un amas de chaumières que les propriétaires sont toujours prêts à quitter ; le peuple, quoique malheureux, est sans cesse dans l’inquiétude pour les différens qui peuvent survenir entre leurs princes ; il n’a pour ainsi dire aucune patrie, il abandonne facilement les anciens foyers pour aller s’établir ailleurs ; rien ne le retient dans les lieux où il fait sa demeure, il courrait risque de perdre ce qu’il possède, s’il vouloit faire un établissement solide ; la guerre des princes n’est entr’eux /226/ qu’une guerre de pirates ; jamais leurs armées ne se présentent les unes devant les autres ; elles ne cherchent qu’à piller les récoltes et à incendier les aidées de leurs ennemis ; le peuple qui n’ignore pas cette façon de faire la guerre abandonne, à la première nouvelle d’une rupture, sa chaumière et va en construire une nouvelle dans la province voisine.

Indolence des gens

67Les habitans de la côte d’Orissa n’ont pas l’industrie des peuples du sud ; ils vivent dans une indolence unique, sans s’embarrasser de quoi ils vivront le lendemain ; ils n’ont fait aucuns travaux pour conserver les eaux pour les tems de sécheresse et ne connoissent même pas la picote pour les arrosemens ; ils attendent paisiblement que les inondations, qui ont lieu toutes les années dans le mois d’aoust viennent arroser leurs terres ; si l’inondation manque, la misère et la famine sont une suite de leur nonchalance et, dans les meilleures années, ils ne retirent jamais qu’une récolte, tandis que dans le sud, l’Indien intelligent qui arrose les terres qu’il cultive fait au moins deux récoltes de riz.

Jagannatha

  • 33 Paṇṭāram (tam.), religieux shivaite non brahmane dans le sud de l’Inde.
  • 34 Ce vol est mentionné par Anquetil Duperron dans le récit de son voyage à Jagannatha Puri (Voyage en (...)
  • 35 Diamant qui fut acheté par Thomas Pitt pendant son séjour à Madras comme gouverneur ; le régent de (...)

68Sur la côte d’Orixa, un peu au delà de Ganjam, à trente lieues environ dans le sud du cap des Palmiers, on trouve le temple de Jagrenat [Jagannatha] auquel les livres sacrés donnent /227/ plus de quatre mille huit cens ans d’antiquité. Il est un des plus considérables de tous ceux qui ont été construits dans les tems les plus éloignés. C’est dans ce temple qu’on voit l’égalité la plus parfaite, toutes les sectes, toutes les castes y sont melées, le chiveniste et le vichenouiste y viennent également prier le Dieu et lui faire ses offrandes. C’est pour eux une expiation d’avoir été à Jagrenat dans les temps d’une des deux grandes fêtes qui s’y célèbrent. La première se fait le jour de la pleine lune de may ; tous les peuples du Bengale qui ne peuvent pas s’y rendre font des ablutions dans le Gange ; la seconde est celle de la dédicace du temple, ou fête du chariot, qui arrive le second jour de la nouvelle lune de juin, et dure dix jours ; celle-ci surtout est au-dessus de tout ce qu’on peut imaginer ; les brames, les pélérins, les pandarons33, les tadins, s’y rendent ainsi que les peuples des pays les plus éloignés ; il n’est pas surprenant d’y voir trois cent mille personnes qui y apportent des offrandes ; aussi dans ce temps, les brames de la pagode font une récolte immense qui les met à même de vivre agréablement toute l’année ; les yeux du dieu étoient deux superbes diamants ; un hollandais parvint à en voler un34 qu’on croit être le Pit35, qu’on nommoit aussi le Régent, qui fait partie des pierreries de la Couronne de France ; depuis ce temps, le dieu est resté borgne. Les peuples d’aujourd’hui n’ont point eu assez de ferveur /228/ pour lui remettre un autre œil qui leur coûteroit une somme considérable.

Balesvar

69Après avoir doublé le cap des Palmiers, vous trouvez Balassor [Balesvar] qui dépend de la province de Katek ; cette ville est peu considérable et assez mal bâtie, mais elle pourroit être un point important pour le commerce en devenant l'entrepôt de celui du Bengale, de celui d’Arakan, et de celui du Pégû ; les vaisseaux qui y viendroient prendre des cargaisons n’auroient plus à courir les risques de la navigation du Gange et éviteroient les frais exhorbitants auxquels ils sont obligés pour remonter et descendre ce fleuve.

70On fabrique à Balassor et dans tout le district du Katek de très belles toiles ; elles sont renommées et de la plus grande beauté ; on y cultive le riz et le bled dont l’excédent de la consommation des habitants est transporté à la côte de Coromandel et à Ceylan. Les Français y ont une loge, les Hollandais s’y étoient établis les premiers en 1603, mais quand ils eurent fait des établissements sur les rives du Gange, ils abandonnèrent celui qu’ils avoient à Balassor.

Katak

  • 36 Madhoji Bhonsla.
  • 37 Sindhya.

71Le Katek appartenoit au prince maratte Moodagée Bonsloh36, raja de Berar, mais, quand il entra en 1803 dans la coalition avec Scindia37 pour faire la guerre aux Anglais, il fut obligé par le traité de paix qu’il fit avec eux, signé /229/ le 17 décembre 1803 de leur donner le Katek qu’ils convoitoient depuis longtemps, cette province étant la seule qui interrompoit sur les côtes la continuité de leurs possessions de Calcutta au Cap Commorin.

72Ainsi, aujourd'hui les nations qui auraient des vues pour s’établir à Balassor ne doivent plus espérer d’y faire à présent le moindre commerce un peu lucratif.

Notes

1 Sarkār (hind.), parganah (hind.).

2 Pline l’Ancien, Histoire naturelle VI, 2e partie (éd. J. André et J. Filliozat), Paris, 1980, p. 37 ; The Classical Accounts of India, p. 350.

3 Kôkala (McCrindle’s Ancient India, p. 70).

4 Clive l’obtint du Grand Moghol en 1765, ce qui fut confirmé par un traité avec le Nizam en 1766.

5 Rāja (hind.), roi ; zamīndār (hind.), propriétaire terrien chargé de recueillir les revenus d’un territoire.

6 Salabat Jang régna de 1751 à 1761.

7 Faujdār (hind.), gouverneur militaire.

8 Jamabandi (pers., ar.), détermination du revenu des terres.

9 Ṣūbahdār (hind.), gouverneur de province.

10 Pette, pēṭa (tel.) village où il y a un marché près d’une ville, faubourg. Les Pettes se trouvoient à 2,5 km au nord-ouest du fort auquel ils étaient reliés par un pont de bois qui fut remplacé par une chaussée.

11 Voir E. Gaudart, Catalogue des anciennes archives de l’Inde française, t. I, p. 72-77.

12 Maisolia, Maisolos.

13 Jagīr (hind.), territoire dont le revenu était alloué en récompense par le gouvernement.

14 Cāyavēr (tam.), Hedyotis umbellata.

15 Narasimha Appa Rao ; sur ses rapports avec la compagnie anglaise, voir Gordon Mackenzie, A Manual of the Kistna District, p. 298-300.

16 Il débarqua à Porto Novo le 16 décembre 1782 (E. Gaudart, op.cit., p. 125, 128).

17 Yōgipantulu.

18 Souillac. vicomte, de (1732-1803), gouverneur général des établissements français au-delà du Cap de Bonne Espérance de 1785 à 1787.

19 Charles Allan Cathcart (1759-1788).

20 Ebenezer Roebuck construisit ce bassin en 1802 (voir F.R. Hemingway, Godavari District Gazetteer, p. 211-212).

21 Erreur : la Godavari prend sa source dans les Ghats occidentaux.

22 Doni (tel.).

23 Gudi (beng.).

24 Kuñcam (tam.), puñjamu (tel.).

25 Nattamu (tel).

26 Kōpudārudu (tel.), copedaur en anglo-indien.

27 Vijayaram raja.

28 En 1758 (voir T.J. Maltby, Ganjam Manual, p. 102-103).

29 Tāluk (hind.), subdivision d’un district.

30 Thomas Rumbold (1736-1791), gouverneur de Madras de 1778 à 1780.

31 Narāyaa Dēva.

32 Voir T.J. Maltby, op.cit., p. 40-42.

33 Paṇṭāram (tam.), religieux shivaite non brahmane dans le sud de l’Inde.

34 Ce vol est mentionné par Anquetil Duperron dans le récit de son voyage à Jagannatha Puri (Voyage en Inde, 1754-1762, p. 137).

35 Diamant qui fut acheté par Thomas Pitt pendant son séjour à Madras comme gouverneur ; le régent de France (duc d’Orléans) l’acheta en 1717 ; il est aujourd’hui au Louvre.

36 Madhoji Bhonsla.

37 Sindhya.

© Institut Français de Pondichéry, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search