Version classiqueVersion mobile

Nouveau voyage aux Indes orientales (1786-1813)

 | 
Pierre Sonnerat

Chapitre IV. Des moussons de l’Inde ; productions de la côte de Coromandel

Texte intégral

Regime des vents

1Les vents de sud à la côte de Coromandel commencent à la fin février mais, en mars, il y a une petite révolution du nord, qu’on appelle la petite mousson qui dure quelquefois quinze à vingt jours ; la mousson n’est bien faite qu’à la fin de mars ; ils durent jusqu’en octobre ; alors les vents soufflent du nord et nord-est. Les courants de la mer changent /166/ avec les moussons et suivent les courans d’air de l’atmosphère ; dans la mousson du nord, ils portent au sud et, lorsque les vents de sud se déclarent, alors les courans changent de direction et portent avec force dans le nord.

2On ne doit pas ignorer qu’au changement de ces moussons, il s’élève aux côtes de Coromandel et de Malabar des orages affreux qui souvent ont garni ces mers des débris des vaisseaux européens. Faible équivalent des maux que ces peuples ont porté dans l’Inde, ces orages si terribles, si violents, ont des périodes contraires sur les deux côtes. La nature semble avoir partagé ces secousses déchirées par les situations ; ainsi dans les mois d’octobre, novembre et décembre, pendant que les orages et les tempêtes les plus affreux défendent la côte de Coromandel de l’approche des Européens, celle de la côte de Malabar voit le calme ouvrir à l’audace des nations commerçantes des routes libres sur des mers paisibles et, à son tour, tandis que la côte de Malabar dans les mois de juillet, août et septembre, est désolée par des ouragans terribles, celle de Coromandel voit la nature sourire, le soleil et les vents s’accorder pour épurer l’air qu’on y respire. Ces révolutions ne sont pas particulières aux Indes, elles sont générales sur ce globe, l’Europe les éprouve de même ; souvent elles y font plus de dégâts encore que dans les mers qui touchent à la ligne équinoxale ; ainsi /167/ la nature et les élémens se vengent quelquefois des victoires que l’homme cherche à remporter sur eux.

Embarcations de la côte

  • 1 Calaṅku (tam), embarcation appelée masula dans les documents anglais.
  • 2 Kayiṟu (tam.), cordage.

3Toute la côte de Coromandel n’est qu’une rade foraine sur laquelle il y a une barre formée par les vagues de la mer qui battent en côte, ce qui empêche de pouvoir se servir des bateaux des vaisseaux pour descendre à terre. Ceux du pays dont on se sert, s’appellent chelingues1, ils sont plats en dessous et n’ont point de quille ; ils sont très élevés sur Peau et les planches sont cousues avec du caire2 pour que le bateau ait assez de flexibilité pour recevoir les coups de la vague sur la barre qui sont quelquefois très violens quand la lame vient de loin et auxquels les bateaux des vaisseaux ne pourraient résister ; ils seraient ou renversés ou brisés sur la terre.

Marée

4Le flux à Pondichéry n’y marne que de deux pieds, mais, plus au nord, à Coringui, il monte de six à sept pieds et dans le golfe sur les brasses de treize à quatorze pieds ; les vaisseaux à Pondichéry sont mouillés à une petite lieue de terre par huit et six brasses ; le fond est assez bon et n’a pas l’inconvénient de celui de la rade de Madras rempli d’ancres qui coupent les cables.

5Les vaisseaux ne peuvent séjourner sur cette côte pendant les mois d’octobre, novembre et décembre, ainsi que dans le mois d’avril (a).

Désastre du 2 mai 1811

[note (a) : Les assurances cessent à Calcutta et à Madras du quinze octobre au quinze décembre. Il est rare que la lune d’avril donne du mauvais temps, cependant les vaisseaux qui ne veulent pas quitter la côte doivent mouiller en grande rade et y passer la lune d’avril ; nos anciens marins qui avoient pour eux l’expérience alloient mouiller par les quinzes et seizes brasses lorsqu’ils se trouvoient forcés de rester pendant cette lune à Madras, à Pondichéry ou le long de la côte. Mr de Moracin, qui étoit directeur de la nouvelle Compagnie dite de Calonne et en même temps ordonnateur à Pondichéry, ne manquoit jamais d’envoyer dès le mois de mars, toutes les frégates du roi et les vaisseaux de la Compagnie qui se trouvoient à Pondichéry à Trinquemaley passer la lune d’avril. Le coup de vent qui eut lieu à Madras le 2 may 1811 prouve combien ces précautions sont nécessaires. Comme depuis quatre vingt ans, on n’avoit eu de coup de vent dans les mois d’avril et de may, tous les vaisseaux à Madras étoient dans la plus grande sécurité, lorsque le 2 may, qui étoit le septième jour de la lune, le tems commença à se charger dès le matin ; les vents sautèrent au nord-ouest, le baromètre baissoit d’heure en heure et descendit à la plus grande tempête ; on ne fit aucun signal du fort pour en /168/ prévenir les vaisseaux ; les vents passèrent successivement au nord, au nord-est et, rendus à l’est, ils soufflèrent avec une telle violence dans la journée que plusieurs petits bâtiments vinrent à la côte, mais à minuit ils redoublèrent avec tant de fureur jusqu’à deux heures que tous les vaisseaux qui étoient en rade au nombre de cent vingt, dont deux frégates du roi, vinrent à la côte ou coulèrent sur leurs ancres. J’étois dans ce moment à Madras, rien de plus déplorable que de voir le lendemain les débris de tant de vaisseaux dont toute la plage étoit couverte depuis le bureau de la douane jusqu’au delà de St Thomé ; trois vaisseaux seulement avoient mis à la voile, le cartel français, la Suzanna, un espagnol et un amériquain ; l’espagnol se perdit à Coblom [Kovalam], sept lieues dans le sud de Madras, les deux autres revinrent mouiller en rade deux jours après. Ce qu’il y eut de particulier, c’est que le coup de vent se fit sentir à Sadras de l’ouest ; un pareil désastre fera sans doute prendre à l’avenir des précautions pour qu’un évènement aussi malheureux n’arrive pas une seconde fois].

Hivernage

6Ils sont obligés de l’abandonner dans ces saisons et d’aller hyverner dans quelque port, ce qui rend Trinquemaley /168/ bien précieux pour les Anglais ; son port placé au centre de l’Asie est le seul qu’il y ait dans cette partie ; la côte de Coromandel n’offre point d’autre asile aux escadres ; les vaisseaux Anglais avoient la ressource d’aller à la côte de Malabar hyverner dans le port de Bombay ; les vaisseaux Français n’avoient d’autre refuge que le port de l’Isle de France où ils avoient encore à craindre les ouragans ; ils pouvoient, il est vrai, aller hyverner à Achem sur la côte de l’Est, mais quel hyvernage que celui où on ne trouve aucune des commodités et des choses nécessaires aux radoubs des vaisseaux et où l’usage de viande de buffle pour les équipages occasionne souvent parmi eux des maladies cruelles. Il y a bien aux Andamans un superbe port où les escadres seraient parfaitement en sûreté et à portée de se trouver sur la côte de Coromandel aussitôt que les mauvais tems seraient passés, mais il faudrait y avoir un établissement solide et à l’abri de toute insulte. Que de tems s’écoulera avant qu’on pense à ces Isles.

7On ne peut revenir de la côte de Malabar qu’en may et de l’Isle de France qu’après une longue traversée, la mousson étant alors contraire ; ainsi les Anglais possesseurs de Trinquemaley seront les maîtres des mers et de leurs opérations pendant six mois /169/ que les vaisseaux Français sont absents, et leurs escadres auront tout l’avantage pour combattre leurs ennemis et intercepter leur navigation ; elles auront un lieu de relâche assuré après les combats, un dépôt où les malheureuses victimes des querelles des rois puissent être soulagées et, dans la position actuelle des Français aux Indes, il n’est pas à présumer qu’ils y ayent jamais des établissemens d’où ils puissent espérer des secours dans ce genre ; leurs faibles possessions détruites à chaque guerre et ouvertes de toute part seront toujours à la merci de leurs ennemis qui trouveront partout des moyens de réparer leurs vaisseaux lorsqu’ils auront souffert.

Températures

8Les chaleurs sont excessives en avril, may, juin et juillet (a).

[note (a) : D’après les observations faites à Madras l’année passée à l’azilune, le thermomètre de Fahrenheit, placé dans une chambre exposée au nord à une température modérée n’a varié en janvier à midi que de deux degrés et a été constamment de 78° à 80°, qui correspondent à 23° et 24° de celui de Réaumur ; en février de 78° à 83° ; en mars de 82° à 85° ; en avril de 85° à 89° ; en may de 88° à 90° ; en juin de 90° à 94°1/4 ; en juillet, il commence à baisser et à varier de 89° à 92° ; en août de 82° à 90° ; en septembre de 90° à 89° ; en octobre de 80° à 86° ; en novembre de 76° à 80° ; en décembre de 74° à 80° A Pondichéry, mon thermomètre de Réaumur, mis à l’ombre en dehors d’une fenêtre n’a été dans les jours les plus froids du mois de décembre à 16° et il est monté dans les jours les plus chauds des mois de may et de juin, a 36° ou 44° du thermomètre de Fahrenheit ; cette différence avec les observations faites à Madras provient de l’exposition du thermomètre, car la températures des endroits est à peu près la même.]

Vents de terre

9Les vents de terre qui soufflent /170/ pendant ces quatre mois y sont un vrai fléau ; les calmes qui surviennent en août et septembre vous ôtent la respiration ; ces vents de terre brûlent tout et remplissent l’air d’une poussière subtile qui s’élève et pénètre jusque dans les appartemens les plus élevés et les plus reculés ; on ne pourrait y revivre si une brise du large, c’est-à-dire des vents d’est et de sud-est qui soufflent souvent dès onze heures du matin, quelquefois plus tard, ne rafraichissoit tous les après-midi l’atmosphère ; une chose particulière, c’est que plus les vents de terre sont forts et brûlants plus l’eau que l’on tient dans des gargoulettes devient froide ; elle est quelquefois à la glace.

  • 3 Pierre Bouguer (1698-175), astronome.

10Il ne doit pas paraître extraordinaire que ce pays placé dans la zone torride soit très chaud, toute la côte étant comme de niveau avec la mer. Cependant je n’ai jamais vu le thermomètre de Réaumur monter plus haut que 36° dans les momens où le soleil étoit perpendiculaire ; c’est sans doute la continuité de la chaleur comme l’a observé Mr Bouguer3 qui la fait paraître si forte ; dans l’intérieur on y jouit d’un climat doux et tempéré.

Durée des jours

11Les jours y sont à peu près égaux ; il n’y a point de crépuscule ; le soleil se lève en juillet à cinq heures et demi et se couche à six heures et demi ; en janvier il se lève à six heures /171/ et demi et se couche à cinq heures et demi ; ses variations n’étant que d’une heure, les nuits y sont presque toute l’année aussi longues que les jours.

Pluies

  • 4 Nellu, nel (tam.), Oryza sativa.

12Il pleut très peu à la côte de Coromandel ; il y a quelques orages dans les mois de juin et juillet ; les pluies d’octobre et novembre sont plus considérables, elles finissent pour l’ordinaire du premier au dix décembre ; leurs eaux sont reçues dans des étangs qui ont été creusés à grands frais par les princes ou par les aldéens ; ce sont des réserves pour les tems de sécheresse ; les Indiens de cette côte ont fait dans ce genre des travaux incroyables ; il y a plusieurs de ces étangs qui contiennent assez d’eau pour arroser pendant un an tous les champs de nellis4 à quatre et cinq lieues aux environs. Le temps le plus beau et le plus serein succède aux pluies ; la fin de décembre, les mois de janvier et février sont purs et sans nuages.

Légumes

  • 5 Ventayakkāy (tam.), fenugrec, Trigonella faenum-graecum.
  • 6 Pappakkāy (tam.), légume.
  • 7 Tuṭṭu (tam.), monnaie de cuivre.
  • 8 Kāṇi (tam.), unité de surface contenant 53 ares 53 centiares.

13Le pays fournit peu de légumes : des pois cassés, des pois sabres, des vandacaies5, des papangayes6, des giromonds, des concombres, de mauvaises carottes, des navets, de la petite salade, quelques brèdes qui sont des amarantes, sont les seuls qu’on puisse se procurer. Quelques particuliers qui peuvent avoir des graines d’Europe, du cap de Bonne-Espérance ou de Aydarabad [Haidarabad] cultivent avec succès dans leurs jardins, des choux pommés, des betteraves, de la laitue, de la chicorée, d’excellentes carottes qui y /172/ viennent de toute beauté, des petits pois, des haricots. Comme les graines dégénèrent, celles qui proviennent de ces plantes ne peuvent plus servir pour l’année suivante. Les Indiens cultivent aussi dans leurs jardins pour leur usage le piment dont ils ne peuvent se passer et qu’ils mettent dans tous leurs ragoûts, ou dont ils font une eau qu’ils mêlent avec leur riz ; la pomme d’amour (Solanum lycopersicum) dont ils font des sauces ; la rave commune dont ils sèment des champs entiers ; elle devient très grosse et sert le plus souvent de nourriture aux pauvres qui en ont 12 et 15 pour un doudou7, les oignons qu’ils mangent cuits avec le riz. Mais, depuis quelques tems, ils en font un objet de commerce ; ils font venir des graines de Bombay, de Surate et d’Hyderabad et ils récoltent alors de très gros oignons et très doux ; ils les vendent aux Européens des divers établissemens cinq roupies le cent ; un canni8 de terre planté en oignons rend quelque fois jusqü’à cent pagodes. Ils ne plantent de maïs que par curiosité.

14On y cultive aujourd’hui la pomme de terre ; elle y vient très grosse, mais elle n’a ni la qualité ni le goût de celle du Bengale ; la peau est très fine d’un blanc pâle, sa chair est trop pâteuse et, lorsqu’elle est cuite, on la met aisément en poussière en la pressant entre les doigts ; cependant celle qu’on cultive dans les terres sont plus jaunes et ont plus de goût ; les pommes de terre de Benguélour [Bengaluru ou Bangalore] et de Nandidroug [Nandidurga] sont les plus estimées et sont même regardées comme supérieures à celles du Bengale.

15On y trouve des ygnames rouges et blancs ainsi que la patate rouge, mais elle n’a pas le goût de celle de nos isles ; elle est trop aqueuse ; la patate jaune n’y est pas connue.

Fruits

  • 9 Āttā (tam.), pomme cannelle.
  • 10 Anacardium occidentale L.

16Les fruits en général n’y sont pas excellens ; les principaux sont la mangue, la goyave rouge et la blanche, plusieurs espèces de bananes auxquelles on donne des noms de figues ; la banane raja, la rouge et celle de Gingy sont assez bonnes : l’ananas qui est un excelllent fruit quand il est cultivé avec soin mais, comme il est indigeste, chaud et fiévreux, pour éviter qu’il ne fasse mal, on le mange trempé dans du vin, comme on mange la pêche en Europe : on croit généralement dans toute l’Inde que ce fruit fait avorter les femmes grosses de deux, trois et quatre mois ; la papaye dont la chair jaune a un peu le goût du melon : quelques personnes estiment beaucoup ce fruit ; l’intérieur renferme quantité de graines qui, lorsqu’on les mâche, ont le goût du cresson ; l'ate9, le cœur de bœuf qui sont deux espèces d’anone, la première cultivée avec soin est très belle et très bonne, aussi les Anglais lui donnent ici le nom de pomme de crême ; le /173/ pamplemousse blanc et le rouge, mais ce dernier est bien préféré ; le citron, le cédra, les oranges : elles sont aigres sur la côte mais, dans l’intérieur du pays, elles sont très douces ; le jacque fruit énorme qui sort du tronc de l’arbre ; son odeur ne prévient pas en sa faveur, mais il est estimé par ses qualités aphrodisiaques, cependant lorsqu’on en mange trop, il donne le flux de ventre ; ses semences grillées sont agréables à manger et ont le goût de la châtaigne ; les matrones se servent des jeunes fruits qui tombent avant leur maturité pour faire avorter les femmes ; la jam-rosade et le jam-malac qui sont deux espèces d'Eugenia : quoique ces deux fruits soient secs, ils sont assez agréables ; le premier a le goût de la rose, le bilimbi, la carambole et le chérimbol qui sont des Averrhoa de Linné ; ces trois fruits sont très acides ; on les confit verds au vinaigre, on en fait des achards et, lorsqu’ils sont presque mûrs, on en fait d’excellentes confitures ; le calac que les jeunes personnes aiment beaucoup à cause de son acidité : on fait avec ce fruit une excellente gelée qui approche beaucoup de celle de groseille ; quelques personnes mangent aussi avec plaisir la longue qui est le fruit du palmier. On commence à y cultiver avec succès le figuier d’Europe et le melon ; la badarne, l’acajou (Anacardium orientale)10, et la pistache de terre (Arachis hypogea) donnent des amandes très agréables. /174/ Aujourd’hui, à Pondichéry et à Tranquebar, on recueille beaucoup de raisins, mais ils sont très acides ; il n’est pas rare de voir un jardin de cents pieds carrés entouré de treilles produire chaque année entre quatre et cinq cent roupies en raisins.

17Pl 25. La branche de chérimbol.

18Pl 26. Le fruit de bilimbi, de la carambole et du chérimbol.

Poissons

  • 11 Perca maxima = Lates calcarifer (Bloch, 1790).
  • 12 Peut-être des formes de l’espèce Parastromateus niger (Bloch, 1795) ou la blanche Pampus argenteus.
  • 13 = Sillago sp. de la classe des Sciaena.
  • 14 De Georg Marcgraf & Piso, G. ( ?), naturalistes du XVIIe siècle, 1658.
  • 15 Scombresoce.
  • 16 Platax pinnatus (Linn., 1758).
  • 17 Urogymnus asperrimus (Bloch & Schneider, 1801).
  • 18 Vāḷai (tam.).
  • 19 Nom donné aux pêcheurs dans le sud de l’Inde.
  • 20 Neophocaena phocaenoides (G. Cuvier, 1829).

19La côte est fort poissonneuse ; on y pêche le pêche-nair11, espèce de perche qui devient très grande et a quelquefois quatre et cinq pieds de long : c’est un excellent poisson ; le mulet ; la pample blanche et la noire12 que je regarde comme les meilleurs poissons de la côte ; le pêche-bicout (a) [note(a) : pêche-bicout. mot portugais dérivé de bec-acute qui veut dire bec pointu] qu’on nomme aussi pêche-madame 13, de la classe des Sciaena, qui est un poisson très délicat ; plusieurs espèces de maquereaux, plusieurs espèces de soles, le pleuronectes dentatus que l’on appelle à Pondichéry faux-turbot y est très commun ; mais on pêche en plus grande quantité celle qui est longue, qui est le pleuronectes plagusia de Linné ; deux ou trois espèces de sardines dont une grande très bonne qui est le clupea camaripugnaca de margrave14 ; le Clupea chinensis qui a quelquefois un pied et demi de long, le clupea trissa qui est très large ; des aloses qui ont souvent un pied huit pouces de longueur : mais elles ont si pleines d’arêtes que bien peu de personnes osent en manger ; l'aiguillat et le balao qui sont deux espèces de sox15 ; trois espèces /175/ de chaetodon ; l’un que l’on nomme la chauve-souris (chaetodon pinnatus)16, le second, le pavillon, et le troisième le poisson d’argent ; ce dernier est le meilleur, les deux autres ne sont pas très estimés ; le pêche-lait (scomber lacteus Son.) dont le nom désigne la délicatesse ; le rouget qui y est très bon : mais on ne le pêche que dans les mois d’octobre, novembre et décembre ; différentes espèces de raies assez bonnes ; on m’en a apporté une assez particulière qui se rapproche de la raie bouclée17 : elle est la seule que j’aie vû pendant le long séjour que j’ai fait dans l’Inde ; tout le corps, la tête et la queue en dessus sont d’un vert jaunâtre garnis de piquans d’un beau vert, (voyez sa description à l’article des poissons) ; le pêche-roubale ou roi des rougets qui se rapproche du polynemus paradiseus de Linné, dont l’espèce vient très grande et sa chair alors a beaucoup de rapport avec celle de la morue ; le vallai18 ou poisson-sabre (trichiurus lepturus) ; et plusieurs espèces de murenes ; on pêche beaucoup d’autres mauvais poissons que les pauvres seuls mangent. Parmi les poissons que les maquois19 rejettent, on y trouve des bourses, des coffres, des bourses-souffleurs, des chevaux marins, des crapauds de mer, des hirondelles de mer ; on voit souvent sur toute la côte des baleinaux, des requins, des scies, des anges, des marsouins /176/ et des souffleurs20, dont une espèce particulière que je n’ai vu qu’une seule fois ; elle n’a point de nageoire sur le dos ; j’en renvoie la description à l’article sur les poissons. Dans les mois de février, mars, et d’avril, on y prend beaucoup de bonites qui y viennent par bancs.

20On prend quantité de crabes de toutes espèces et de superbes homards dont un peintre aurait peine à rendre les couleurs vives et variées.

21Pl 27. La chauve-souris et le pavillon.

  • 21 Cephalopholis argus (Bloch & Schneider, 1801).

22Pl 28. Le pêche-lait et la vielle à mouches d’or21.

23Les rivières fournissent plusieurs espèces de silures, des mulets, des cabots, des anguilles, dont une espèce très grande, et des chevrettes, que beaucoup de personnes préfèrent aux écrevisses d’Europe.

Gibier

  • 22 Cette bécassine est la même qu’en Europe : Gallinago gallinago, Common snipe, Bécassine des marais.
  • 23 Varaku (tam.), Paspalum scrobiculatum, mil.
  • 24 Probablement Burhinus oedicnemus, Eurasian Thick-knee (Stone Curlew, Stone-Plover), Oedicnème criar (...)
  • 25 Kuyil (tam.), kokila (sk.), Eudynamys scolopacea, [Asían] Koel, coucou koël, coucou indien.
  • 26 La bécasse existe bien en Inde (Scolopax rusticola Linnaeus, Woodcok, bécasse des bois), et c’est l (...)

24La côte de Coromandel fournit peu de gibiers, mais en décembre, janvier, février et mars, après les pluies, on y trouve la bécassine22 qui alors est très grasse que les personnes la croyent même plus délicate qu’en Europe ; des oies sauvages auxquelles on donne improprement le nom d’outardes (a), [note (a) : c’est celle que Mr Buffon a nommé oie de la côte de Coromandel [Hist. nat. des Oiseaux, t. IX, 1784, p. 336], Pl. enluminée 937 et qui est désignée dans l’Encyclopédie par ordre de matières sous le nom de bronzée] différentes espèces de sarcelles et de canards sauvages ; des poules d’eau ; des plongeons, des bécasseaux, des pluviers ; on estime beaucoup la grande espèce qu’on appelle dans ce pays faisan à cause de son plumage ; on lui donne aussi le nom de poule de varagou23 parce qu’elle vit ordinairement dans les champs de ce petit grain ; cet oiseau qui /177/ n’a aucun rapport avec le faisan, ni avec la poule, est le grand pluvier de terre de Mr de Buffon24 [Hist. nat. des Oiseaux, t. IX, 1784, p. 27 et Pl. 919] ; beaucoup d’espèces de hérons, de courlis, de vanneaux, des flamands et des pélicans ou grands gosiers. On y trouve aussi la perdrix, la caille, plusieurs espèces d’alouettes, et des pigeons verts et des tourterelles. On y trouve aussi plusieurs autres espèces d’oiseaux, tels que le rollier, l’anhinga, différents espèces de guépiers, d’hirondelles, de grimpereaux, de martin-pêcheurs, de bergeronnettes, de figuiers, de mésanges, de merles, de loriots, de pie-grièches, de barbus, de pies, de gobe-mouches, de, gros becs, de perruches, de coucous auxquels on donne le nom dans ce pays le nom de couils25. Toutes ces espèces sont connues et ont été décrites. Je n’y ai jamais vu de bécasses26, mais l'Honorable Mr Murray, trésorier général, m’en a montré une empaillée, qu’il avoit tuée aux environs de Madras ; elle diffère peu de celle d’Europe par les couleurs, elle est seulement plus petite.

Moineaux et corneilles

  • 27 Les moineaux sont les plus communs d’Europe · : Passer domesticus, House Sparrow, moineau domestiqu (...)
  • 28 Kākkāy (tam.), kāka (sk.), doit être Corvus splendens, House Crow, corbeau familier.

25Les corneilles et les moineaux y sont très nombreux dans toutes les villes et sont très familiers. Les moineaux diffèrent peu de ceux d’Europe27 ; ils viennent près de vous pendant les repas béqueter les mies de pain que vous laissez tomber ; ils sont toute la journée dans les chambres habitées à gazouiller et s’ils trouvent un peu d’espace sur les corniches qui soutiennent les poutres, ils y font leur nid. La corneille qu’on nomme dans /178/ ce pays graye28 (a) [note (a) par corruption du mot graille] et corbeau, paroit n’être qu’une variété de la corneille mantelée ; elle n’en diffère que ce que les plumes du cou et de la poitrine sont cendrées, au lieu qu’elles sont blanches dans la corneille mantelée, elle en diffère encore en ce que le reste du dessus et du dessous du corps qui est cendré dans la corneille mantelée, est noir dans celle des Indes. On en trouve quelquefois parmi elles, mais bien rarement, qui sont entièrement blanches ; je n’en ai vu que deux, une que me donna l’Honorable Mr Murray, mais si mal préparée que je n’ai pas pu la conserver, l’autre entre les mains de Mr Jones, ministre à Tranquebar. Je pense qu’on ne doit cette couleur blanche qu’à une grande vieillesse ou à quelque maladie particulière. Il est étonnant qu’un oiseau si commun dans toute l’Inde n’ait été décrit par aucun ornithologiste et qu’aucun voyageur n’en ait fait mention.

  • 29 Argamasse, maçonnerie bien stuquée établie sur les poutres qui portent les terrasses.

26Les corneilles affectent plusieurs ensemble une maison particulière et vivent de ce qu’elles peuvent voler ; on les voit sur les toits des maisons, sur les corniches des colonnes guetter tout ce que les cuisiniers jettent et souvent elles enlèvent les viandes, lorsqu’on les sert sur la table, si on ne les veille ; elles se rassemblent en grand nombre dans les maisons où on donne des repas, parce qu’on y dépèce plus de viandes ; aussi au Bengale elles servoient de renseignements à un gourmand pour savoir où il devoit aller dîner ; il montoit sur son argamasse29 et se mettoit en route pour se rendre à la maison où il les avoit vu rassemblées en plus grande quantité.

27Il y a aussi des véritables corbeaux qui se mêlent avec les corneilles et viennent de même dans les maisons, mais on n’en voit jamais qu’un /179/ ou deux ; ils sont faciles à distinguer ; ils sont beaucoup plus gros, ont le bec plus long et plus fort et sont entièrement d’un beau noir.

Oiseaux de proie

  • 30 Bāz (hind.) ; l’oiseau que l’on appelle Shah baz (hind.) et Mor baz (guj.) et que l’on trouve parto (...)
  • 31 Il s’agit sans doute du Haliastur indus, Boddaert, Brahmany Kite, milan sacré. Effectivement il s’a (...)
  • 32 Mathurin Joseph Brisson, naturaliste et physicien français (1723-1828).

28Les oiseaux de proie y sont aussi très nombreux ; vous les voyez planer dans les airs et se précipiter avec une hardiesse et une agilité étonnante sur leur proie ; ils enlèvent même entre les mains des domestiques les viandes qu’ils portent sur des plats s’ils n’ont soin de les couvrir ; on leur donne dans ce pays à tous indistinctement le nom de miotes, quoiqu’il y ait parmi eux des éperviers, des milans, des bases30 ; on donne même ce nom à l’aigle que j’ai nommé le brame31 ; il est vrai qu’on m’a beaucoup critiqué sur ce que j’ai mis Vichenou sur un aigle, tandis que, dit-on, c’est un milan, parce qu’on prétend que les aigles sont bien plus grands ; quoique cet oiseau ne soit pas en effet plus grand qu’un milan, il est un vrai aigle ; Buffon le nomme l’aigle des grandes Indes et Brisson32, l'aigle de Pondichéry (a) ; [note (a) : Buffon, Hist.nat. des Oiseaux, ed. in folio, t. I, Imp. Royale 1771, p. 106 et planches, enluminées n°416, et Brisson tome. I, page 450, planche. 31] je l’ai nommé l'aigle brame parce que les Indiens l’appellent le brame et en effet, les sectateurs de Vichenou le respectent et le regardent comme un dieu servant de monture à Vichenou ; aussi il n’y a pas de doute que le Jupiter des Anciens ne soit le même /180/ dieu que Vichenou (a) ; [note (a) : Voyez mon Voyage aux Indes et à la Chine, tom I, page. 172. de l'in-4°.] ces oiseaux sont si vénérés dans quelques endroits que les brames, à certaines heures, leur donnent à manger ; on les voit accourir au bruit que fait le brame en frappant sur un plat de cuivre qui est le signal qui leur indiquera que c’est le moment où on va leur distribuer le repas.

29On voit aussi plusieurs espèces de vautours dont une petite qu’on appelle dinde sauvage et, en effet, quand cet oiseau est reposé dans les champs, au premier aspect, on le prendrait pour une dinde.

30Il y a peu d’oiseaux de mer sur toute cette côte ; quelques goélans et deux espèces d’hirondelles de mer, la grande et la petite, sont les seuls qu’on y voye ; on y rencontre quelquefois une autre hirondelle de mer avec les ailes grises et la queue blanche, mais elle est très rare ; voyez la description à l’article des oiseaux.

Quadrupèdes, espèces de rats

  • 33 C’est le bandicoot.
  • 34 La musaraigne noire à bande blanche, Diplomesodon pulchellum ?
  • 35 Parodoxurus hermaphroditus, Pallas, 1777.
  • 36 Loris tardigradus, Linnaeus, 1758.

31/180a/ On y trouve peu de quadrupèdes : le chacal et l’adive qui viennent par troupes hurler jusque dans les villes ; le renard, le lièvre ; j’ai déja fait mention de ces quatre espèces ; quantité de rats des champs et de maison, dont une en particulier très grande qu’on appelle rat-perchal ou rat-pershal33, qui est assez forte pour se battre avec un chat ; elle fait des trous énormes dans les jardins et sous les maisons ; le rat-perchal est très commun dans toute l’Inde, ne vivant que de grains et de racines ; on n’a point de répugnance à en manger ; beaucoup de personnes les regardent même comme un mêt très délicat ; le rat musqué, espèce de musaraigne qui a le museau très allongé, de très petits yeux ; aussi ils voyent peu le jour et ne cherchent leur nourriture que la nuit ; quelques-uns sont d’un très beau gris argenté ; les autres sont d’un brun rougeâtre, mais ils ont tous également le poil très doux et comme soyeux ; il répand une odeur infecte de musc partout où il passe, mais celui qui habite les villes et vit dans les maisons a cette odeur bien plus forte ; lorsqu’il a passé sur une bouteille pleine de liqueur, si on n’a pas la précaution de laver la bouteille avant de la déboucher, la liqueur qui est dedans prend le goût de musc et alors il est impossible de la boire ; on rencontre quelquefois avec ces rats musqués une espèce particulière qui a tous les caractères de la musaraigne34, mais elle ne répand pas l’odeur de musc ; elle est aussi plus grosse d’un noir plus brillant avec une bande blanche sur le milieu du corps ; on trouve souvent dans les jardins une espèce à laquelle on donne dans ce pays le nom de chien d’arbre35 qui détruit beaucoup de cocos et un loris ou paresseux36 qui n’est pas le même que celui de Ceylan décrit par les auteurs (voyez la description de ces trois espèces à l’article des quadrupèdes). Mais le quadrupède le plus commun est le rat palmiste (sciurus palmarum Lin.) ; ces animaux ont tellement multiplié que, malgré la chasse qu’on leur fait journellement, ils sont toujours en grand nombre dans tous les jardins où ils font beaucoup de dégâts ; on les voit sans cesse courir sur les murs et sauter de branches en branches avec tant d’agilité qu’on ne peut les suivre des yeux ; j’en ai vu dans la ménagerie du roi de Tanjaour qui étoient entièrement blancs, mais je n’en ai jamais vu de cette couleur sauvages, seulement un qui avoit la queue blanche.

32Les rivières nourrissent beaucoup de caymans, mais je les crois d’une espèce différente du crocodile du Nil ; jamais ils ne parviennent à la grandeur de ces derniers ; les plus grands de cette côte n’ont jamais plus de dix huits pieds.

33On y trouve plusieurs espèces de caméléons et d’autres beaux lézards, des salamandres très recherchées pour faire des bouillons dépuratifs ; différentes espèces de jolies petites tortues de terre et d’étangs ; les endroits marécageux renferment quantité de grenouilles et de crapauds ; on recherche les grenouilles et on les dit aussi délicates et aussi goûtées qu’en Europe.

Cobras et couleuvres

  • 37 Cobra de capello (port.), Naja tripudians, cobra.
  • 38 Sarpa (hind.), carppam (tant.), serpent.
  • 39 Cobra manilla ou minelle, Daboia Russellii, vipère de Russell.

34Parmi les couleuvres qui abondent sur cette côte, la couleuvre capelle37, le char38 que les gens du pays croyent être le mâle de la capelle et qui est bien certainement une autre espèce ; la couleuvre d’eau et la couleuvre verte sont les plus connues ; la morsure des deux premiers est mortelle, celle des deux autres n’est pas dangereuse. La couleuvre manille39 qui donne la mort si promptement y est heureusement très rare ; elle est facile à reconnoitre ; elle est de la grosseur d’un tuyau de plume ; /181/, le corps est rougeâtre, garni de bandes transparentes noires qui forment des anneaux autour du corps ; comme dans l’Inde, on donne aux anneaux qu’on porte aux pieds et aux bras le nom de manille, on a donné ce même nom à ce serpent qui est le plus dangereux qu’on trouve dans l’Inde : si on ne porte un prompt remède à sa morsure, cinq minutes suffisent pour donner la mort ; malgré la quantité de ces reptiles venimeux qui existe dans toute l’Inde, on voit arriver très rarement des accidents.

35C’est la couleuvre capelle que les jongleurs indiens élèvent pour faire danser ; ce serpent a les couleurs les plus brillantes ; au-dessous de la tête, il a une membrane lâche qu’il gonfle à volonté et qu’il peut élargir de quatre pouces, ce qu’il fait toutes les fois qu’il éprouve une sensation, soit qu’il soit excité, soit qu’il soit attiré par le son d’un instrument qui lui plaise ; lorsque cette membrane est étendue, on voit sur un fond jaune doré un croissant allongé d’un beau noir dont les deux pointes se replient en dehors en rond de manière à imiter des lunettes, ce qui lui a fait donner le nom de serpent à lunettes, serpent couronné, serpent à chaperon ; les Portugais à leur arrivée en Inde l’ont appelé cobra de capello parce qu’ils ont /182/ regardé cette membrane comme une espèce de chapeau. Les plus grandes qu’on m’ait apportées avoient sept pieds, mais les gens du pays m’ont assuré qu’on en trouvoit qui avoient dix pieds (a).

[note (a) : coluber naja Linn. amphib. serp.. serpent à lunettes, Daubenton, Encyclopédie méthodique, serpent à lunettes des Grandes Indes ou le naja, Lacépède, Hist. Nat. des serpens. serpent à lunettes ou serpent couronné. Valmont de Bomare, Dict.d’hist. nat.]

  • 40 Nallapāmpu (tam.), cobra.
  • 41 Āticēsaṉ (tam.), ādiśea (skr.), serpent aux mille têtes sur lequel Viṇu est couché.

36La couleuvre capelle est un objet de vénération pour les Indiens qui la regardent comme un dieu : aussi jamais ils ne tuent celles qu’ils rencontrent sous leur pas, même celles qui entrent dans leurs maisons ; ils les appellent nallapambou40, qui veut dire bon serpent ; dans tous les temples de Vichenou, on voit la figure de ce dieu couché sur le serpent Adisseshen41 qui est représenté comme une couleuvre capelle à mille têtes.

Charmeurs de serpents

  • 42 Pāmpāṭṭi (tam.), celui qui fait danser les serpents.

37Les jongleurs indiens qu’on nomme Panbatis42 ont trouvé le moyen de dompter ce reptile terrible et dangereux ; lorsqu’ils en ont pris une, ils lui ôtent son venin en lui faisant mordre fortement des toiles ; tous les jours ils répètent cette opératon et l’habituent à se redresser et à se balancer au son du magoudi (b).

  • 43 Makuṭi (tam.), hautbois ou flageolet de charmeur de serpent.

[note (b) : Le magoudi43 est un instrument à vent composé d'une calebasse au bout de laquelle sont adaptés deux roseaux joints ensemble sur lesquels il y a des trous qui donnent les différents sons ; voyez mon Voyage aux Indes et à la Chine, tome I, page. 101 de l'in-4°, fig. 7 ; pl. 17.]

38Pl. 29. Panbati faisant danser une couleuvre.

39Ces jongleurs viennent dans les villes /182 a/ habitées par les Européens montrer le spectacle de la danse de la couleuvre. Après qu’ils ont joué un air, ils ouvrent le panier dans lequel la couleuvre est renfermée ; elle se dresse aussitôt, fait briller des yeux étincellans et gonfle ses membranes ; le jongleur continue de jouer et l’irrite en lui présentant le poing couvert d’un morceau de drap rouge qu’il fait aller horizontalement d’un coté à l’autre ; la couleuvre qui sans doute craint d’être surprise, suit en agitant le corps et la tête, les mouvemens de la main, ce qui donne à ce balancement l’apparence d’une danse ; il semblerait cependant que certains airs joués sur le magoudi charment toutes les espèces. Lorsqu’on sait qu’il y en a une dans une maison, on fait venir le Panbati, il joue d’abord un air très bas, augmente insensiblement le son de son instrument et bientôt après on voit sortir la couleuvre du trou où elle s’étoit cachée qui paroit être attirée par cette musique ; le Panbati se recule lentement jusqu’à ce qu’il l’ait éloignée suffisamment de sa retraite et lorsqu’il voit sa belle, il se jette sur elle, la saisit par le col et la met dans ses paniers ; le lendemain, elle est apprivoisée et danse avec les autres. Ces Panbatis sont aussi escamoteurs ; ils sont d’une adresse à étonner et font quantité de tours qui surprendraient en Europe ; /183/ leur adresse est d’autant plus surprenante qu’ils n’ont ni tablier, ni gibecière ; il est vrai qu'ils travaillent autant des pieds que des mains ; le tour le plus surprenant est celui d’avaler un sabre dont la lame est plate et n’a point de tranchant ; ce tour est pénible à voir, car il est rare que celui qui le fait ne crache pas le sang après avoir retiré le sabre.

Antidote contre les morsures

40Parmi ces gens, il y en a qui ont de légères connaissances dans la botanique et la médecine ; ils vendent ordinairement une composition, qu’on appelle pierre à couleuvre qui n’est autre chose que de la corne de cerf brûlée et taillée ; elle passe pour un sûr antidote contre la morsure des couleuvres et la piqure des scorpions. On applique le côté plat de la pierre sur la plaie ; elle s’y colle aussitôt d’elle même et ne s’en détache, à ce qu’on prétend, que lorsqu’elle est chargée de venin ; on la lave dans du lait et on la remet sur la plaie ; ce que l’on réitère autant de fois que cela est nécessaire et jusqu’à ce que la pierre ne s’y attache plus, ce qui est une preuve qu’il ne reste plus de venin et assure la guérison. Je n’en ai pas vu faire l’essai pour la morsure des couleuvres, mais je l’ai vu employer plusieurs fois avec succès pour la piqure des scorpions.

  • 44 Bernard Germain Lacépède, naturaliste et écrivain français (1756-1825).
  • 45 Amphisbène, Typhlops acutus ?
  • 46 Coutelas ou serpent de mer, l’une des trois espèces (deux d'Hydrophis ou une d’Enhrydrina) communes (...)

41/184/ J’ai trouvé sur cette côte deux autres couleuvres particulières qui n’ont point été décrites par Mr Delacépède44 et dont il n’a pas fait mention ; l'une est une amphisbène45 ou double marcheur ; comme la queue est aussi grosse que le corps et arrondie à son extrémité avec un point noir de chaque coté qui imite un œil, on lui a donné le nom de couleuvre à deux têtes. Je ne trouve pas de nom qui convienne mieux à l’autre que celui de coutelas46 ; elle va à la mer et (je renvoie la description de ces deux couleuvres à l’article des reptiles).

42/185/ Heureusement, tous ces reptiles vénimeux ont dans le pays une grande quantité d’ennemis qui les détruisent et les empêchent de se multiplier ; les oiseaux de proie en sont très friands ; fondant sur eux, ils leur cassent les reins avec leur bec pour qu’ils ne puissent se retourner pour les mordre lorsqu’ils les enlèvent.

Insectes

43Les insectes y sont en grand nombre ; les scarabés, les capricornes, les richards couleur d’or, les cakerlas, les charançons, les punaises rouges et les punaises d’or, les grillons, les cigales, les mantes, les sauterelles, etc., y sont très communs ; il y a un scarabé qui fait beaucoup de tort aux cocotiers ; il se loge dans le tronc de l’arbre qui périt si on n’y porte pas un prompt remède ; ce scarabé est d’abord un très gros vers, on s’aperçoit qu’il y en a un dans l’arbre quand il suinte, alors on fait une grande entaille dans cet endroit et on le remplit de chaux vive ; d’autres se contentent de percer l’arbre d’outre en outre avec une forte vrille en plusieurs endroits, et en différens sens et de mettre dans les trous des chevilles d’un bois très dur que le vers ne peut percer et il périt.

  • 47 Kaṟaiyāṉ (tam.), fourmi blanche.

44Quelques insectes tels que le scorpion et le cent pieds occasionnent de grandes douleurs, l’un par sa piqure et l’autre par sa morsure ; les ruisseaux et les endroits marécageux sont remplis de sangsues ; on est dévoré dans les maisons par les moustiques et les fourmis ; il y a une petite fourmi rouge qui fait beaucoup de mal par sa morsure ; mais l’insecte le plus incommode et qui occasionne le plus de dégât est le caria47 ou fourmi blanche. Les carias vivent en famille ; ils sont dans toutes les campagnes, toutes les terres en sont infestées ; pour construire leur demeure, ils portent en dehors la terre de l’intérieur, ce qui forme souvent des élévations ou des monticules quelquefois de douze et quinze pieds de hauteur ; dans chaque fourmillière, il n’y a qu’une mère caria, qui ne diffère en rien par la tête des autres carias, mais son corps est d’une énorme grosseur, ce qui lui donne quelque ressemblance avec une grosse chenille ; elle a son appartement particulier dans lequel elle ne peut bouger, elle est couverte de points noirs par lesquels elle rend continuellement de petits œufs que /186/ les autres carias ne sont occupés qu’à transporter dans de petites cellules. La peau des carias est si fine et leur corps si délicat que l’air les fait périr ; aussi lorsqu’ils veulent ronger un arbre, ou une poutre dans une maison, ils font, jusqu’à ce qu’ils aient atteint l’objet qu’ils veulent dévorer, une traînée de terre pétrie, creuse par où ils se rendent, sans être affectés par l’air, jusqu’au sommet des arbres les plus hauts. Si on laisse une malle à terre, en une seule nuit dans une chambre, quoiqu’elle soit carrelée, le lendemain elle est en partie dévorée, ainsi que tout ce qu’elle renferme ; les carias sont surtout très friands du bois de sapin.

45Dans les jours de calme, les petits insectes viennent le soir en si grande quantité autour des lumières que les verrines en sont plein ; on en voit de toutes les espèces ainsi que de petits papillons.

Culture du riz

  • 48 Campa (tam.), Oryza sativa, riz de première qualité.
  • 49 Kār (tam.) ; Oryza sativa, gros riz d’inférieure qualité.

46La culture du riz à la côte de Coromandel n’y est pas aussi générale qu’au Bengale et celui que l’on recueille ne suffit pas pour la nourriture de ses habitants ; le Tanjaour, le Bengale, le Katek leur en fournissent et les petits grains qui forment une grande partie de la subsistance du bas peuple y supploient aussi. Le riz chamba48 qui est la première qualité se sème en juin dans un champ particulier et un mois après, on le transplante dans des terrains labourés, préparés et divisés par carrés avec des rebords battus pour y pouvoir conserver toujours un demi pied d’eau. On fait des trous dans la terre à huit pouces de distance, et on met cinq et quelquefois sept de ces jeunes plants ensemble dans chaque trou ; si la sécheresse ne permet pas cette transplantation, alors, en juillet, on sème le riz dans des champs préparés comme on sème le bled en Europe ; il se coupe en janvier et février. On prépare le champ tout de suite et on y sème du nesly /187/ car49 ou du neslis maninkaty ; le premier donne un gros riz rouge et le second un gros riz noir ; ces secondes qualités se coupent en may et juin ; quelques champs dont la terre est excellente et continuellement arrosée donnent trois récoltes par an.

  • 50 Kampu (tam.), Pennisetum typhoides, millet.
  • 51 Cōlam (tam.), Sorghum vulgare, sorgo.
  • 52 Nacciṉi (tam.), Eleusine coracana, éleusine.
  • 53 Varaku (tam.), Paspalum scrobiculatum, mil.
  • 54 Tiṉai (tam.), Setaria italica, millet.
  • 55 Cāmai tarn.), Panicum miliare, graminée.
  • 56 Kāṭaikkaṇṇi (tam.), Panicum miliaceum, variété de millet.
  • 57 Āi (tam.).
  • 58 Poṅkal (tam). action de bouillir le riz, fête de.
  • 59 Satyabhāmā, épouse favorite de Krishna.
  • 60 Bhūmidevī, déesse de la terre.

47Les petits grains tels que le cambou50, le solon51, le natchini52, le varagou53, le tini54, la samai55, le cadakani56 se sèment toute l’année, mais plus particulièrement en juin et juillet ; ils se récoltent en septembre et octobre ; on sème ces mêmes grains en décembre après les grandes pluies et on les récolte en mars et avril ; lorsque les semailles sont entièrement finies, les cultivateurs font, le dix huit du mois addi57 qui répond au trente un juillet, Pongol58 à Satiabama59 ou Boumidevi60, déesse de la terre pour la prier de répandre ses bienfaits sur leurs champs ; c’est un jour de réjouissances ; les familles se rassemblent et se régalent.

48On fume les terres où on doit planter le riz en y faisant coucher les troupeaux plusieurs jours dans différentes places ; on y met enfin différents feuillages qui sont propres à cet objet ou du fumier ordinaire ; on prend moins de peine pour les terres où on doit semer des petits grains.

Récoltes

  • 61 Kāṇi (tam.), unité de suface se divisant en 100 kuḻi.
  • 62 Kui (tam.).
  • 63 Paam (tam.), monnaie d’argent.
  • 64 Pagode, monnaie d’or.

49Le laboureur paye sa redevance pour un /188/ cani61 (a) [note (a) : le cani est de cent cougis62 carrées et le cougi de trente pieds carré ; ainsi la mesure du cani est de cinquante toises carrées ; deux mille cinq cent toises de superficie.] planté en neslis, dix huit pagodes et quelque fois vingt, selon la tonte du terrain et sa position auprès de quelques rivières ou de grands étangs ; la dépense pour le labourer, le fumer, l’ensemencer, le transplanter et ôter les mauvaises herbes lorsqu'il commence à grandir est de cent quatre vingt quatorze fanons63 ; la seconde récolte demande la même dépense ; ainsi un champ d’un cani, trente deux ou trente quatre pagodes64.

  • 65 Kalam (tam.), mesure de capacité.
  • 66 Marakkāl (tam.), mesure de capacité dont la valeur variait suivant les régions.

50La première récolte rend ordinairement par cani [ ?] galons65 de nesli (b), [note (b) : le galon contient douze markal66, le markal quatre mesures ; la mesure en riz pèse une livre et demi.]

51En supposant que le nesli se vend six mesures pour un fanon, il aura 800 fanons. Il retire aussi quatre vingt paquets de paille qui ne peut servir qu’à nourrir les bestiaux, n’étant pas propre à couvrir les maisons

parce qu’elle pourrit très vite

80 fanons

La seconde récolte lui rend soixante galons de gros nesli car ou maninkaty qui, vendus à huit mesures pourun fanon, doit lui donner

360 fanons

Plus cinquante paquets de paille

50 fanons

Total

1290 fanons

qui font

46 pagodes

52Le laboureur n’a donc que quatorze pagodes pour/189/ses peines et quelquefois moins si le nesli et la paille sont à meilleur marché.

53Si son champ est propre à être semé en petits grains, la dépense pour le labourer, l’ensemencer, est de quatre-vingt quatre fanons, et le double s’il fait une seconde récolte ; il paye de redevance deux, trois et quatre pagodes selon la qualité du terrain ; il retire à chaque récolte, si la saison a été très pluvieuse, cent galons de grains, mais on ne peut compter, année commune, que sur quatre vingt galons ; les deux récoltes lui donneront cent soixante galons ; ces petits grains se vendent huit mesures pour un fanon ; ainsi son cani peut lui rendre neuf cens soixante fanons ou trente quatre pagodes, ce qui lui donnera vingt cinq pagodes de bénéfice, et seulement onze pagodes s’il ne fait qu’une récolte, car il est rare qu’on fasse deux récoltes de ces petits grains.

  • 67 Bar, param (tam.), bahar (ar.), unité de poids pour peser les denrées en gros.

54Les habitans de la côte de Coromandel cultivent aussi l’indigo, la canne à sucre et un peu de coton. L’indigo se sème en décembre après les pluies et la première coupe se fait en avril et mai ; on réserve un coin du champ qu’on ne coupe point pour donner des graines ; la seconde coupe se fait en juin et la troisième en juillet ; aussitôt après, on passe la charrue sur ce même champ pour y semer des petits grains dès que la saison le permet. Les dépenses et la redevance /190/ pour un cani de terre planté en indigo sont de sept pagodes ; il donne deux bars67 et demi d’indigo, ce qui donne vingt pagodes et demi.

Préparation de l’indigo

  • 68 Kaḷimaṇ (tam.), argile utilisée comme mortier.

55La manière dont les Indiens de la côte de Coromandel font l’indigo est très simple. Après avoir coupé les branches, ils les étendent sur un terrain battu, exposées toute la journée au soleil et le soir, à coup de baguettes, ils enlèvent les feuilles ; ils ramassent ces feuilles dans des panelles et tous les matins, ils les mettent au soleil jusqu’à ce qu’elles soient sèches ; elles sont ensuite mises en magasin et foulées avec les pieds ; elles se conservent ainsi très longtemps ; lorsqu’ils veulent faire de l’indigo, ils prennent la quantité nécéssaire de ces feuilles sèches qu’ils mettent dans de grandes jarres remplies d’eau et, lorsqu’ils voyent que l’eau s’est chargée de la fécule, il la versent dans d’autres jarres, ayant eu la précaution de lier une toile sur les ouvertures pour que les feuilles ne passent pas avec l’eau ; ils expriment bien les feuilles qui restent et joignent le marc qu’ils en retirent à la première eau d’indigo, ils battent le tout une demi-heure, quelquefois plus longtemps, jusqu’à ce que l’écume qui s’élève déborde de ces jarres ; alors ils détrempent du caliment68 (espèce de terre glaise) dans de l’eau et, après l’avoir passée, ils répandent cette eau glaisée sur la surface des jarres ; le caliment en se précipitant entraîne avec lui la fécule qui restoit suspendue dans l’eau ; lorsque tout l’indigo est précipité, ils ouvrent une /191/ ouverture pratiquée dans le bas des jarres pour en laisser écouler l’eau ; ils ramassent ensuite l’indigo qu’ils mettent sur des nattes ou des toiles pour le faire sécher, mais avant qu’il ait acquis de la dureté, il le pétrissent bien dans leurs mains pour lui donner du lustre et afin que les parties du caliment qui y sont méléees soient assez divisées pour qu’on ne puisse les distinguer, il le mettent ensuite en boules.

56Dans quelques endroits, au lieu d’eau glaisée, ils se servent d'eau de chaux pour former leur précipité ; dans d’autres, ils font bouillir les feuilles dans de grandes panelles évasées, pour que l’eau se charge de toute la fécule, mais l’indigo fait de ces manières est très inférieur et toujours mêlé à de la terre ; ils l’employent dans le pays qui en fait une grande consommation par la quantité de toile bleue qu’on y teint ; on sait qu’il n’y a aucun pays où on réussisse si bien à cette teinture.

Indigoteries européennes

57Les Européens qui ont établi des indigoteries le long de la côte ne cultivent point la plante qui donne l’indigo ; ils font un contrat avec le cultivateur qui la sème dans ses champs et leur livre ensuite l’indigo effeuillé ; il donne ordinairement cent galons de feuilles pour dix pagodes ; les cent galons rendent cinquante à cinquante deux livres d’indigo ; à ce prix, chaque livre, en ajoutant les autres dépenses de manipulation, revient au fabriquant à une roupie ; elle est vendue en Europe dix à onze francs /192/ et à Madras deux roupies ; un bénéfice aussi considérable a engagé plusieurs particuliers à établir des indigoteries. Le Lt Colonel Cullen en avoit six à Ariancoupam [Ariyankuppam], à Valavanour [Valavanur], à Kéridi [ ? J, à Candía [ ?], à Mangicoupam [Manjakuppam). Il avoit ainsi divisé ses différents établissements pour pouvoir se procurer dans une même saison plus de feuilles ; ce qu’il n’eut pu faire dans un seul ; il employoit de même que les Indiens les feuilles séchées et son indigo étoit aussi beau que celui du Bengale. Il espéroit pouvoir faire chaque année cent milliers d’indigo ; la mort a mis fin à ses grands projets.

58Cette manière d’employer les feuilles sèches paroit préférable à celle d’employer les feuilles fraîches. Tous les Européens qui ont établis des indigoteries sur cette côte assurent qu’elle est la meilleure, que la fermentation se fait avec plus de facilité, et que l’indigo qu’on obtient a plus d’éclat ; on a, de plus, l’avantage en employant les feuilles sèches de pouvoir faire dans le tems de la récolte de grands amas de feuilles que l’on conserve autant qu’on veut dans des magasins et que l’on peut employer ensuite dans le tems où la plante d’indigo ne donne pas ; l’indigotier par ce moyen peut faire de l’indigo presque tous les jours de l’année, hors le tems des pluies. Depuis que St Domingue ne fournit plus d’indigo, le commerce de cette denrée dans l’Inde va prendre une grande extension ; le Bengale, les côtes d’Orixa et de Coromandel, Ceylan, remplaceront /193/ dans cette production cette isle que la liberté mal calculée a peut-être fait perdre pour toujours à la France.

Coton

  • 69 Tūkku (tam.), unité de poids, = 1,699 kg.

59Le coton n’est pas à la côte de Coromandel un objet de commerce ; il rend peu et ne paye pas la peine du cultivateur ; les tisserands tirent presque tout celui qu’ils employent de l’intérieur des terres, où cet arbrisseau vient mieux et donne davantage ; il se sème en septembre et on commence à le récolter en mars, le même pied donne trois ou quatre ans ; mais les premières cueilles donnent le plus beau coton ; les dépenses et la redevance pour un cani de terre planté en coton sont d’une pagode et un quart, il donne cent trente touckês de coton en bourre ; la touckê69 qui est de trois livres et demi, se vend un fanon et un quart, ce qui ne donne au cultivateur que quatre pagodes trois quarts de bénéfice.

Canne à sucre

  • 70 Jagra (port.).

60La canne à sucre ne s’y cultive pas en grand comme au Bengale ; elle est un roseau dans les fibres duquel circule une eau douce qui, à l’évaporation, donne un sel végétal qu’on nomme sucre ; plusieurs gramens contiennent de même une eau sucrée, mais pas en assez grande quantité pour être extraite et en faire un objet de commerce. On l’emploie à la côte de Coromandel à faire /194/ du jagre70 qui est un sucre brut très noir, où la canne est vendue en morceaux dans les bazards ; on la plante en décembre et on la coupe six mois après ; il y en a de deux espèces : la blanche et la rouge ; la blanche ne se coupe qu’une seule fois ; il sort des pieds de la rouge des rejetons qu’on coupe trois mois après ; les dépenses et la redevance pour un cani de terre planté en canne à sucre sont de vingt cinq pagodes et demi ; la canne qu’on en retire rend un bar de jagre qui se vend cinquante cinq pagodes ; ce qui donne vingt sept pagodes et demi de bénéfice ; il serait plus considérable si le cultivateur pouvoit vendre la canne en détail. Le canni donne vingt charges de bœufs qui sont vendues chacune quatre pagodes, il aurait alors cinquante quatre pagodes et demi de bénéfice, mais il ne trouverait jamais la défaite d’une aussi grande quantité de canne, aussi ne la cultive-t-il pour la vendre en détail que dans des jardins.

61Le bétel et le tabac sont aussi des objets d’une grande culture ; la consommation en est si considérable que ces deux productions sont mises à ferme dans les villes et le cultivateur ne peut y en porter, mais dans les aidées tout le monde peut les cultiver.

Bétel

  • 71 Kalakam (tam.), mortier de chaux.

62Le bétel est la feuille d’une plante aromatique du genre du poivre ; elle a aussi la forme de celle du poivrier, mais elle est plus tendre, moins nerveuse et d’un vert plus clair ; la plante qui la produit est sarmenteuse comme lui ; elle est un grand produit /195/ de l’Inde, car il n’est pas un seul Indien qui n’en fasse usage ; lorsqu’on la mâche, on y mêle un morceau d’arèque qui est la noix d’un palmier et un peu de kalacambe71 qui est un extrait concret de l’arèque fraîche ; on y joint de la chaux préparée, faite de coquillages brûlés ; quelques Indiens y ajoutent des feuilles de tabac ; tous les habitans de l’Inde, indous et musulmans, hommes, femmes et enfans en mâchent continuellement, mais ne l’avalent point ; leur palais se trouve agréablement flatté du jus qu’ils en expriment et qui a un petit goût piquant ; ils prétendent qu’il fortifie l’estomac ; le bétel fait beaucoup saliver, conserve les dents et rend l’haleine agréable. Les gens riches mettent du luxe à avoir une belle boite à bétel ; c’est un usage général dans toutes les cérémonies et les visites de présenter le bétel.

Préparation du bétel

  • 72 Mamaṭṭi (tam.), houe.
  • 73 Akatti (tam.), Sesbania grandiflora L.
  • 74 Murukai (tam.), Moringa pterygosperma.
  • 75 Śāstra (skr.), traité religieux.

63Les terres des jardins à bétel doivent être choisies et sont préparées avec beaucoup de soin au mamouty72 ; on plante le bétel en avril, may et juin ; il demande un soin particulier dans sa culture et doit être continuellement dans l’eau ; on plante auprès un agati73, un tchimbé ou un mourong74 pour l’y faire grimper ; le jardin doit être entouré de haies élevées et épaisses pour que les plans soient à l’abri des grands vents, surtout ceux de nord-est qui brûlent tout ; cet entourage est ordinairement fait avec du pékarombou qui veut dire fausse canne à sucre /196/ ; et en effet ce gramen lui ressemble beaucoup ; on y met aussi des agatis et des tchimbés ; on empêche les femmes d’entrer dans les jardins de bétel, de crainte qu’elles n’aient leurs règles ; une femme dans cet état est souillée et il est défendu dans le Shastah75 aux personnes souillées d’entrer dans ces jardins parce que cette plante est regardée comme sacrée et que la moindre impureté lui est funeste et l’empêche de croître.

64Ce n’est qu’après dix huit mois de dépenses qu’on commence à recueillir ; il donne ensuite pendant dix huit mois seulement et, après ce tems, il faut absolument former un jardin dans un autre terrain.

65La dépense pour établir un jardin à bétel d’un cani et l’entretenir pendant les trois ans est de cinq cent trente six pagodes ; il paye de redevance pour les trois années quatre vingt dix pagodes ; ainsi la dépense totale est de six cent vingt six pagodes ; la récolte après les dix huit premiers mois qui n’ont rien donné est de quarante paquets par jour, qui contiennent chacun mille feuilles ; le paquet est vendu un fanon, ce qui donne quarante cinq pagodes par mois, et huit cent dix pagodes pour les dix huit mois ; le bénéfice est donc de cent quatre vingt quatre pagodes pour les trois ans. Les fermiers de bétel gagnoient autrefois considérablement ; le paquet de mille feuilles qui se paye un fanon, étoit vendu six, sept et jusqu’à huit fanons ; il n’y avoit pas un Indien qui n’achetât tous /197/ les matins pour deux fanons de bétel. La misère est si grande aujourd’hui partout qu’il se contente d’en prendre chaque jour pour deux doudous (a),

[note (a) : Le fanon est une petite monnaye d’argent qui varie pour la valeur selon les différents pays ; il faut huit fanons de Pondichéry pour une roupie, il en faut douze et quelque fois treize de ceux de Madras etc. Le doudou est une monnaye de cuivre. ; il en faut quatorze et quelques fois quinze pour un fanon (voyez mon Voyage aux Indes et à la Chine tome 1, page 146. de l'in-4°, pl. 30.),

66ce qui a diminué beaucoup la valeur de cette denrée. La dépense pour la préparation et l’entretien d’un cani planté en tabac est de vingt pagodes ; il paye cinq pagodes de redevance ; le champ donne trois cent touckês ou mille cinquante livres de tabac ; la livre se vend un fanon et un quart ; ainsi les trois cent touckês rendront mille trois cent cinquante fanons ou quarante huit pagodes, ce qui donne vingt trois pagodes de bénéfice.

Huiles

  • 76 Girgelim (port.), Sesamum indicum L, sésame.
  • 77 Iluppai (tam.), Madhuca longifolia ou Madhuca latifolia (Roxb.) Macbrede, bassie à longues feuilles

67Les habitans de la côte de Coromandel cultivent aussi différents arbres et plantes pour les graines seulement dont ils font de l’huile, tels que le gingeli76 dont l’huile fraîche est très bonne ; les Indiens s’en servent pour leurs ragoûts et leurs patisseries ; ils employent aussi celle de l’illipé77 ; c’est cette dernière huile que les brames brûlent dans les lampes des pagodes ; ils s’en servent aussi pour faire des onctions aux dieux ; à défaut de celle d’illipé, ils employent celle de gengeli et si cette dernière manque aussi, /198/ ils la remplacent par l’huile de cocos ; mais ils ne peuvent se servir d’autres huiles.

  • 78 Piṉṉai (tam.), Calophyllum inophyllum L., laurier d'Alexandrie.
  • 79 Ricin.

68L’huile de moutarde et celle de pinai78 ne s’employent qu’à brûler ; celles du margosier et du palma-christi79 se brûlent aussi, mais elles entrent dans la composition de plusieurs remèdes ; la préparation d’un cani planté en gingeli coûte quatre pagodes, la redevance deux pagodes ; il rend vingt galons ou deux cent quarante markals de grains qui donnent trois cent soixante livres d’huile, qui, vendues un fanon et un quart la livre, rendront quatre cens cinquante fanons ou seize pagodes ; ainsi, le cultivateur a dix pagodes de bénéfice ; il en aurait davantage s’il faisoit lui-même l’huile, mais il est obligé d’avoir recours à ceux qui ont des moulins pour cet objet ; l’usage est que pour un markal de grains, l'huilier lui rend une mesure ou une livre et demi d’huile, sans avoir rien à payer.

69La moutarde, le pinai et le palma-christi coûtent et rendent à peu près autant que le gingeli ; on ne peut faire aucun calcul sur le margosier et l’illipé parce qu’on recueille les semences sur des arbres plantés en divers endroits.

Notes

1 Calaṅku (tam), embarcation appelée masula dans les documents anglais.

2 Kayiṟu (tam.), cordage.

3 Pierre Bouguer (1698-175), astronome.

4 Nellu, nel (tam.), Oryza sativa.

5 Ventayakkāy (tam.), fenugrec, Trigonella faenum-graecum.

6 Pappakkāy (tam.), légume.

7 Tuṭṭu (tam.), monnaie de cuivre.

8 Kāṇi (tam.), unité de surface contenant 53 ares 53 centiares.

9 Āttā (tam.), pomme cannelle.

10 Anacardium occidentale L.

11 Perca maxima = Lates calcarifer (Bloch, 1790).

12 Peut-être des formes de l’espèce Parastromateus niger (Bloch, 1795) ou la blanche Pampus argenteus.

13 = Sillago sp. de la classe des Sciaena.

14 De Georg Marcgraf & Piso, G. ( ?), naturalistes du XVIIe siècle, 1658.

15 Scombresoce.

16 Platax pinnatus (Linn., 1758).

17 Urogymnus asperrimus (Bloch & Schneider, 1801).

18 Vāḷai (tam.).

19 Nom donné aux pêcheurs dans le sud de l’Inde.

20 Neophocaena phocaenoides (G. Cuvier, 1829).

21 Cephalopholis argus (Bloch & Schneider, 1801).

22 Cette bécassine est la même qu’en Europe : Gallinago gallinago, Common snipe, Bécassine des marais.

23 Varaku (tam.), Paspalum scrobiculatum, mil.

24 Probablement Burhinus oedicnemus, Eurasian Thick-knee (Stone Curlew, Stone-Plover), Oedicnème criard que l’on rencontre partout en Inde dans les champs.

25 Kuyil (tam.), kokila (sk.), Eudynamys scolopacea, [Asían] Koel, coucou koël, coucou indien.

26 La bécasse existe bien en Inde (Scolopax rusticola Linnaeus, Woodcok, bécasse des bois), et c’est la même qu’en Europe.

27 Les moineaux sont les plus communs d’Europe · : Passer domesticus, House Sparrow, moineau domestique.

28 Kākkāy (tam.), kāka (sk.), doit être Corvus splendens, House Crow, corbeau familier.

29 Argamasse, maçonnerie bien stuquée établie sur les poutres qui portent les terrasses.

30 Bāz (hind.) ; l’oiseau que l’on appelle Shah baz (hind.) et Mor baz (guj.) et que l’on trouve partout en Inde est le Spizaetus cirrhatus, Crested Hawk-Eagle, aigle huppé.

31 Il s’agit sans doute du Haliastur indus, Boddaert, Brahmany Kite, milan sacré. Effectivement il s’agit d’un milan et non d’un aigle.

32 Mathurin Joseph Brisson, naturaliste et physicien français (1723-1828).

33 C’est le bandicoot.

34 La musaraigne noire à bande blanche, Diplomesodon pulchellum ?

35 Parodoxurus hermaphroditus, Pallas, 1777.

36 Loris tardigradus, Linnaeus, 1758.

37 Cobra de capello (port.), Naja tripudians, cobra.

38 Sarpa (hind.), carppam (tant.), serpent.

39 Cobra manilla ou minelle, Daboia Russellii, vipère de Russell.

40 Nallapāmpu (tam.), cobra.

41 Āticēsaṉ (tam.), ādiśea (skr.), serpent aux mille têtes sur lequel Viṇu est couché.

42 Pāmpāṭṭi (tam.), celui qui fait danser les serpents.

43 Makuṭi (tam.), hautbois ou flageolet de charmeur de serpent.

44 Bernard Germain Lacépède, naturaliste et écrivain français (1756-1825).

45 Amphisbène, Typhlops acutus ?

46 Coutelas ou serpent de mer, l’une des trois espèces (deux d'Hydrophis ou une d’Enhrydrina) communes sur les côtes de l’Inde.

47 Kaṟaiyāṉ (tam.), fourmi blanche.

48 Campa (tam.), Oryza sativa, riz de première qualité.

49 Kār (tam.) ; Oryza sativa, gros riz d’inférieure qualité.

50 Kampu (tam.), Pennisetum typhoides, millet.

51 Cōlam (tam.), Sorghum vulgare, sorgo.

52 Nacciṉi (tam.), Eleusine coracana, éleusine.

53 Varaku (tam.), Paspalum scrobiculatum, mil.

54 Tiṉai (tam.), Setaria italica, millet.

55 Cāmai tarn.), Panicum miliare, graminée.

56 Kāṭaikkaṇṇi (tam.), Panicum miliaceum, variété de millet.

57 Āi (tam.).

58 Poṅkal (tam). action de bouillir le riz, fête de.

59 Satyabhāmā, épouse favorite de Krishna.

60 Bhūmidevī, déesse de la terre.

61 Kāṇi (tam.), unité de suface se divisant en 100 kuḻi.

62 Kui (tam.).

63 Paam (tam.), monnaie d’argent.

64 Pagode, monnaie d’or.

65 Kalam (tam.), mesure de capacité.

66 Marakkāl (tam.), mesure de capacité dont la valeur variait suivant les régions.

67 Bar, param (tam.), bahar (ar.), unité de poids pour peser les denrées en gros.

68 Kaḷimaṇ (tam.), argile utilisée comme mortier.

69 Tūkku (tam.), unité de poids, = 1,699 kg.

70 Jagra (port.).

71 Kalakam (tam.), mortier de chaux.

72 Mamaṭṭi (tam.), houe.

73 Akatti (tam.), Sesbania grandiflora L.

74 Murukai (tam.), Moringa pterygosperma.

75 Śāstra (skr.), traité religieux.

76 Girgelim (port.), Sesamum indicum L, sésame.

77 Iluppai (tam.), Madhuca longifolia ou Madhuca latifolia (Roxb.) Macbrede, bassie à longues feuilles.

78 Piṉṉai (tam.), Calophyllum inophyllum L., laurier d'Alexandrie.

79 Ricin.

© Institut Français de Pondichéry, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search