Version classiqueVersion mobile

Nouveau voyage aux Indes orientales (1786-1813)

 | 
Pierre Sonnerat

Chapitre III. Des établissements européens sur la côte de Coromandel et des provinces dont ils dépendent

Texte intégral

1/93/ À peine l’esprit de commerce et de conquête se fut emparé des Européens qu’on vit l’océan couvert de vaisseaux et la soif des richesses réunit bientôt, sur les ondes orageuses des mers, des commerçans et des troupes ! Toutes les nations voloient aux découvertes et, sous l’apparence du commerce, elles portoient le fer et la désolation, toutes les horreurs de la guerre dans des contrées éloignées que la nature avoit cru garantir de leur fureur en les séparant d’elles par des abîmes immenses et autant de dangers.

Nations européennes en Inde

2Les Portugais, qui fondoient des colonies partout où l’intérêt de leur commerce l’exigeoit, furent d'abord aussi puissans sur cette côte qu’ils l’étoient dans les autres parties de l’Inde, mais une mauvaise administration, changea leur valeur en incurie et un peuple qui venoit de tout faire pour obtenir sa liberté en devenant leurs concurrens, devoit nécéssairement les détruire entièrement ; aussi les Hollandais n’eurent pas plutôt paru dans l’Inde et désiré y former des établissemens qu’ils chassèrent les Portugais de presque tous ceux qu’ils y avoient faits.

3Les Français acquirent par la douceur de riches domaines, de grands privilèges mais toujours indécis dans leur entreprises, ils ne mirent pas assez de vigueur dans la forme du gouvernement /94/ qu’ils établirent dans leur colonie de l’Inde ; une administration vicieuse les rendit toujours victimes de la guerre et dans l’espace de trente deux années, ils virent leurs établissemens trois fois ruinés.

4Les Danois se maintinrent toujours dans leurs comptoirs parce qu’ils ne portèrent dans l’Inde que l’ambition d’y charger quelques navires, sans avoir celle de devenir conquérants et d'y donner des loix.

5Les Anglais seuls par une fermeté et un courage soutenu, surmontèrent toutes les difficultés. L’activité qu’ils mirent dans leur entreprise, la ruse et les trahisons qu’ils employèrent sans cesse, devoient leur en assurer la réussite, en s’affermissant, ils se firent conquérans, envahirent le commerce et les royaumes. Bientôt on vit leurs comptoirs se changer en forteresses, leurs magasins en arsenaux, leurs facteurs devenir des guerriers politiques et dès lors, ils parvinrent à causer dans ce grand empire les révolutions qui leurs assurèrent la possession tranquille des royaumes qu’ils avoient conquis. L’Indien, ni le Mogol qui s’étoit assis sur le trône des Indiens, n’ayant point l’intrépidité des Européens, il fut facile aux Anglais de subjuguer l’un et l’autre et, de quelques petits établissemens que la Compagnie avoit, elle parvint à donner des loix à presque tous les peuples de l’Inde. On vit une multitude /95/ de souverains asiatiques baisser leurs fronts superbes et recevoir d’impérieuses loix d’une poignée d’Européens.

2. La côte du Coromandel.

Puissance des Anglais

  • 1 Darbār (hind.), cour royale, conseil royal.

6Pour en venir à ce point, les Anglais firent ce que Rome fit pour aspirer à une monarchie universelle ; maîtres des dorbars1, ils divisèrent les princes les uns contre les autres, la seule politique qui pût réussir dans un pays aussi considérable, car si les princes venoient à reconnaître leur puissance et pouvoient s’entendre pour se liguer contre leurs oppresseurs, que deviendraient les Anglais ?

  • 2 Nawāb (hind.), vice-roi, gouverneur.

7Sous le nom de protecteurs des nababs2, ils exercèrent le despotisme le plus dur et commirent les concussions les plus abominables, leur avidité ne leur permit plus d’avoir aucun ménagement et l’on vit dès lors la péninsule qui est en deça du Gange, inondée du sang des propriétaires, les fleuves qui fertilisent cette belle contrée mêloient parmi leurs flots imprégnés de particules d’or, les cadavres déchirés des Indiens ; ce peuple devenu tyran, à mesure que les forces s’augmentoient, dictèrent d’impérieuses loix ; on vit les meurtres les plus affreux affermir leur puissance et l’Inde fumante de ses princes et de ses concitoyens abhorer à jamais l’atrocité de ces insulaires ; les Anglais élevèrent ainsi des barrières insurmontables entre l’amour des peuples subjugués et leur tyrannie.

Tirade hostile aux Anglais

  • 3 Robert Clive, gouverneur du Bengale (1725-1774) ; Warren Hastings, gouverneur général (1732-1818) ; (...)
  • 4 Charles Cornwallis, gouverneur général (1738-1805).
  • 5 George Pigot (1719-1777) ; il fut arrêté en 1776.
  • 6 Thomas Rumbold, gouverneur de Madras (1736-1791).

8Malheureuse Inde, tu nageras donc dans le sang tant que les cruels Européens désireront tes productions. Tu as vu les Clive, les Hasting, les Mornington3 venir de six mille lieues au nom de quelques marchands te souiller de meurtres pour te ravir tes richesses et la liberté ; ceux là seront remplacés par d’autres et je ne vois tes maux que s’accroître. Repassons l’histoire de l’Inde, que d’horreurs, les Anglais n’y ont pas commis. /96/ Il n’y en a pas une seule page depuis leur arrivée dans cette contrée qui ne soit teintée de sang. Clive a été la cause de la mort de près de deux millions d’âmes ; ne pouvant survivre à ses iniquités, il se fait justice lui-même et se coupe la gorge ; Hastings, après avoir détroné des rais et donné des couronnes, est obligé de solliciter des juges et il doit à sa fortune de n’avoir pas subi une mort honteuse ; il n’est pas étonnant que Cornwallis4 à son arrivée en Angleterre ait parlé en sa faveur ; le despotisme sera toujours pour la tyrannie ; Picot5 est mort empoisonné parce qu’il ne se prêtoit pas aux friponneries de ses adhérens ; et Rumbold6, on l'a vu dans Londres rouler dans un char superbe ; il n’avoit été que deux ans gouverneur de Madras et il nageoit dans les richesses, fruits de ses exactions. Anglais ! Ne vous abusez pas sur votre autorité absolue dans l’Inde ; un peuple ne saurait perdre ses droits, nous sommes dans le tems des révolutions ; des hommes poussés à bout brisent enfin leurs fers ; quand Tell leva l’étendard de la liberté, il fut suivi de tous ses concitoyens ; ce fut une caisse de thé qui affranchit l’Amérique de votre joug. Prenez garde que les exactions de vos agens ne vous fassent perdre l’Inde ; chez tous les peuples, la liberté nait toujours du despotisme ; craignez aussi les Français, les amis de la justice et de la liberté ; les Indiens et les Français seront amis et frères ; toutes les marchandises, travail de leur mains, seront pour eux de préférence ; leur liaison rendra leur commerce florissant, et le vôtre alors, Anglais, que deviendra-t-il, que deviendra votre puissance ?

Principautés indiennes avant la domination anglaise

  • 7 Ṣūbahdār (hind.), gouverneur de province.
  • 8 aiyakkāraṉ (tam.), chef local.

9/97/ Onze grandes puissances partageoient il y a soixante ans l’empire de l’Inde ; l’empereur, les soubadars7 de Dékan, d'Oude [Awadh] et du Bengale, Ayder-Ali-Kan [Haidar Ali Khan], les Patanes [Pathans], les Rajepouts [Rajputs], les Djates [Jats], les Marattes [Marathes], les Sicks [Sikhs] et le roi de Candahar [Qandahar]. La Compagnie Anglaise est venue à bout de détruire ou de faire subir son joug aux huit premières, car aujourd’hui on ne peut considérer vraiment comme puissance que la Compagnie Anglaise, les Marattes, les Sicks et le roi de Candahar. Elle tient en tutelle les soubadars du Dékan et d’Oude et tous les rajas qui dépendoient de ces deux princes ; le soubadar du Bengale, les nababs de Surate et du Carnate, sont rayés de la liste des potentats et n’en portent plus que le nom. Chalem II [Shah Alam II] qui régnoit encore en 1806 vivoit, il est vrai, avec son titre d’empereur sans dignité, sans revenu, sans autorité ; son fils qui lui a succédé n’a pas plus de pouvoir. La Compagnie est maîtresse aujourd’hui d’une partie des provinces de Delhy et d’Agra qui étoient leur patrimoine ; le Mayssour qui leur donnoit autrefois tant d’inquiétudes est entre les mains d’un de leur esclaves qui n’a pas même le droit de donner des ordres à un soldat de ses gardes ; les Rajepouts, les Djates, les Patanes ont été tellement dispersés qu’ils ne forment plus de corps de peuples ; les rois de Tanjaour, du Madouré, de Ramanade [Ramanathapuram], du Travancourt, tous les rajas des côtes de Golconde et d'Orissa, tous les Palyagards8, qui vivoient autrefois indépendans, sont détruits ou ne gouvernent leur pays /98/ qu’au nom de la Compagnie Anglaise et sous l’inspection d’un de leurs agens ; tous ces princes, n’ayant plus de trésors et payant chaque année de forts tributs, n’ont plus moyen de réunion et ne peuvent plus donner d’inquiétude aux Anglais ; aussi l’on peut dire qu’ils sont maîtres de presque toute la partie de l’Inde depuis Delhy jusqu’à Cap Commorin, excepté le pays des Marattes ; ces peuples montagnards ont été assez impolitiques de laisser détruire Tipou Sultan [Tipu Sultan], ils doivent craindre, si la puissance des Anglais ne diminue pas dans l’Inde, d’être la victime de leur faiblesse et d’être forcés dans leurs montagnes. Il ne serait pas étonnant, d’après la politique que les désunissent les Marattes et leur désunion entraînera la ruine de leurs Etats ; s’ils ne forment pas ensemble un même peuple, ils sont perdus et leur pays subira le sort du Mayssour. Si les Sickes et le roi du Candahar n’ont rien à craindre des Anglais, ils ne doivent leur sûreté qu’à leur éloignement.

10La domination des Anglais dans l’Inde fait aujourd’huy l’étonnement de l’Europe et elle fera à jamais celui de la postérité, car elle n’a pas d’exemple dans l’histoire des peuples. Dupleix serait sans doute parvenu par son génie à fonder pour sa nation cette domination que les Anglais, toujours habiles à profiter des fautes /99/ des Français, ont fondée depuis.

Impérialisme anglais

11Ainsi aujourd’hui, les Anglais, seuls sur ce grand théâtre se préparent dans le secret et le silence à étendre sans mesure leur domination du Tibet à Ceylan ; leur vues, leurs démarches, et toutes leurs entreprises aboutissent à ce grand objet ; leur plan, tout vaste qu’il est, est formé, les détails en sont arrangés ; leurs opérations suivront avec une célérité sans précédent ; il ont donc saisi l'une après l’autre toutes les puissances de l’Inde par la terreur, les intrigues, les caresses, les promesses et les menaces et, en mettant les trois principaux et les plus puissants chefs Marattes hors d’état de leur nuire à l’avenir, ils n’auront plus aucune peine à remplir le but qu’ils se proposent ; chaque jour les conduit à une nouvelle propriété et il est hors de doute qu’ils regardent comme un dédommagement avantageux de la perte de l’Amérique, l’envahissement de l’Inde entière et un commerce universel de l’Asie.

12Il paroit que la France ne suppose pas jusqu’où peut aller la réalité de ce projet et sans doute elle n’en croit pas la possibilité, il est cependant de l’intérêt général des nations de l’Europe qu’il ne soit pas exécuté dans sa plénitude, il va l’être pourtant, si on n’en prévient tout de suite le danger.

Fragilité de la puissance anglaise

  • 9 Zaman Shah, roi de Kabul et de Qandahar, régna à partir de 1793.
  • 10 Ahmad Shah Abdali régna de 1747 à 1772.
  • 11 Sipāhī (hind.), soldat indien commandé par des officiers européens.

13Mais les Anglais, en envahissant un si /100/ grand empire, n’ont sans doute pas l’espoir de le conserver, ils doivent craindre de le perdre par la suite, l’étendue de la puissance de Rome perdit l’empire romain ; un Zeman cha9, un Abdali10, un conquérant tartare, une nation européenne unie à un prince puissant qu’elle dégageroit de ses fers, peuvent opérer cette révolution. Ainsi les Anglais ne peuvent manquer de perdre en sûreté ce qu’ils gagnent en étendue et leurs forces diminuent en raison de l’agrandissement de leur domaines. On doit croire que les entreprises qu’ils forment tous les jours sont mal calculées avec l’état de leurs moyens, ils envahissent sans cesse et il est vraisemblable qu’emportés par leurs succès, ils entreprendront au-delà de leurs forces, et qu’enfin ils se trouveront accablés sous le poids énorme d’une grandeur qu’ils ne seront plus en état de soutenir ; tel est le mauvais système que la Compagnie Anglaise a accueilli ; elle ne sent pas qu’un agrandissement au-dessus de ses forces ne peut manquer d’entraîner sa destruction et qu’un pouvoir aussi étendu qui a dépassé ses limites doit s’évanouir avec plus de promptitude qu’il s’est élevé. Que le soubadar d’Oude [Awadh], honteux de supporter le joug, cherche à le secouer, ils sont obligés d’envoyer une grande partie de leurs troupes contre lui. /101/ Que les Sickes dans le nord et les Marattes dans le sud fassent des incursions, toutes leurs troupes se trouvent occupées contre ces peuples belliqueux. La puissance européenne qui viendroit alors les attaquer à la côte de Coromandel ne trouveroit pas la moindre résistance ; les troupes trop éloignées ne pourroient porter aucun secours aux établissemens qu’elle attaqueroit. Quoique les Anglais aient investi en quelque sorte l’empire mogol, cette circonvallation ne peut être ni assez serrée, ni assez contigue pour en interdire l’entrée à ceux qui voudront s’y présenter ; en ménageant les ressources intérieures que le pays peut fournir dans le besoin, il est possible de s’en prévaloir un jour contr’eux. Ils prévoyent bien une partie des moyens qui peuvent leur devenir préjudiciables, mais ils ne peuvent les prévoir tous ; ils ne sauraient même se précautionner contre ceux qu’ils connoissent le mieux. En effet, en se dépouillant de tous préjugés et regardant les choses avec un œil attentif, est-il probable que douze à quinze mille Anglais tout au plus, épars et répandus dans un espace de plus de cinq cens lieues, formant un vaste ceintre sur des côtes de huit à neuf cens lieues d’étendue, puissent se porter partout où on peut leur susciter des ennemis. La confiance excessive qu’ils ont dans /102/ leurs forces navales leur fait mépriser plus qu’il ne convient à leurs intérêts les moyens qu’on peut employer contr’eux. Tant d’immenses royaumes enlevés aux princes du pays par la force des armes ou par la trahison, ou usurpés par l’assassinat, la perfidie et l’oppression, leur ont suscité de puissans ennemis. Où pourroient-ils avoir assez d'hommes pour tenir dans la soumission tous les rois qu’ils ont détronés ou qui sont sous le joug, leurs chaînes quoique d’or, n’en sont pas moins pesantes et il n’y a pas de doute que dès qu’ils pourront s’en débarrasser, ils les briseront. Comment pourroient-ils garder des royaumes aussi immenses, à peine peuvent-ils remplacer les soldats qui périssent en grand nombre dans les marches, dans les combats, par l'insalubrité de l’air, par les mauvaises eaux et surtout par les boissons malfaisantes. Les Indiens ouvriront les yeux, le plus léger succès relevera leurs espérances et les Anglais finiront par être les victimes d’un envahissement aussi étendu ; la révolte de Vélour [Vellore], les rumeurs de Palamcotta [Palaiyamkottai], de Madras, de Wallajabad [Walajapet] et de quelques autres places qui eurent lieu en 1807 doivent leur faire craindre des troubles plus sérieux (a) ; [note (a) : Voyez l’histoire des guerres des Européens dans l’Inde, tome III, chap XXVI de cet ouvrage - année 1807.) il est presque sûr que, si dans ce /103/ tems, les cipayes11 eussent eu quelques hommes de tête pour les conduire, les Anglais perdroient peut-être l’Inde pour toujours.

14En effet, comment se fait-il qu’une poignée d’Européens donne la loi à l’Inde entière, en tienne tous les princes dans le silence et la soumission et fasse trembler ceux qui ne sont pas encore sous le joug ; cet effort doit nécéssairement perdre de son activité et on doit croire qu’on peut les attaquer avec avantage dans l’Inde avec des forces bien inférieures à celles qu’ils y ont.

Surveillance du gouvernement anglais

15Il n’en est pas moins vrai que les accroissemens illimités de leur puissance sont très préjudiciables aux autres nations commerçantes et qu’avant le renversement de ce colosse, ils jouiront tranquillement du champ le plus vaste qui ait été ouvert depuis un siècle et demi aux nations de l’Europe dans ces régions orientales. Ils en jouiront vraisemblablement assez longtems pour en tirer des richesses réelles qui les aideront à soutenir pendant une certaine période le rôle principal où plutôt unique qu’ils se sont arrogé dans l’Europe commercante. Les fruits qu’ils en retirent se sont depuis longtems tellement multipliés qu’ils ont mérité l’attention du gouvernement. En effet, c’eût été une chose monstrueuse qu'une simple corporation, comme on dit en Angleterre, eût gardé la possession exclusive de tant d’immenses avantages sans être soumis au moindre examen de la part /104/ du grand Conseil de la nation. Le Parlement d’Angleterre en a bien senti le danger. On sait les dernières mesures qu’il a jugé à propos de prendre ; ce premier pas qui étoit peut-être le plus difficile en annonce d’autres plus importants ; il paraît clair que la législation britannique, accablée sous le poids énorme de la dette publique a regardé les acquisitions de la Compagnie Anglaise dans l’Inde comme une ressource inespérée qui pouvoit sauver l’Angleterre. Le roi d’Angleterre fait présumer qu’il veut s’en emparer ; il y fait sans cesse passer ses régiments ; la Compagnie avoit six régiments ; il en a détruit quatre et les deux qui restent n’ont pas plus de trois cens hommes chaque ; il nomme les quatre gouverneurs principaux, il a gardé Ceylan, l’isle de France [île Maurice] et Java. Ainsi nous verrons peut-être bientôt la Compagnie des Indes si ancienne, si respectable par sa conduite et dont les principes de gouvernement ont été couronnés par les plus grands succès, sacrifiée à cette raison d’Etat. Il est à craindre alors que tout ne tombe dans le désordre. La Compagnie Anglaise est grande, généreuse, hardie, entreprenante, active et ne regarde à aucune dépense pour l’honneur de sa patrie et l’amélioration de ses intérêts ; les agens du roi seront mesquins, timides et n’oseront rien /105/ entreprendre sans des ordres précis.

16La Compagnie française des Indes n’a perdu son activité et n’a commencé à décliner que du moment où le roi s’est emparé du gouvernement de ses établissements.

Etablissements européens

17Jettons un coup d’œil sur les établissemens que les Européens ont fait sur cette côte et sur les avantages qu’ils en peuvent retirer.

Nagapattinam

  • 12 Sur son histoire et ses monuments, voir F.R. Hemingway, Madras District Gazetteers, Tanjore, p. 243 (...)

18La première ville que nous trouvons le plus au sud, à sept lieues dans le nord de la pointe de Calimère est Négapatnam12, ville très ancienne, connue dans l'Antiquité et désignée par Ptolémée, sous le nom de Nigama [Nikama], Les Portugais s’en emparèrent à leur arrivée à cette côte et s’y fortifièrent, mais les Hollandais les en chassèrent en 1658. Ils y trouvèrent une citadelle qui quoique petite étoit forte ; ils y ajoutèrent quelques travaux extérieurs et en firent leur principal établissement de cette côte. Toutes les marchandises que la Compagnie faisoit fabriquer dans l’Inde se rendoient dans cette place et c’étoit de là que les vaisseaux chargés partoient pour leur destination ; Négapatnam a l’avantage d'être arrosé par une des branches du Cavéry ; les vaisseaux de deux à trois cens tonneaux peuvent y entrer et y sont à l’abri dans tous les tems.

19Les Anglais prirent cette place en 1780 ; ils démolirent la citadelle et abattirent les murs /106/ de la ville ; elle devint dès lors une simple aidée. Par le traité de paix de 1783. Négapatnam resta aux Anglais, ils ne tinrent à la conserver que parce qu’ils pensoient que les Hollandais, regardant cette place comme essentielle à leur commerce, leur donneroient volontiers en échange Trinquemaley [Trincomalee] sur lequel ils jettoient leurs vues pour en faire leur principal arsenal. Cette ville est aujourd’hui déserte, les habitants se sont retirés dans d’autres établissemens hollandais. Les Anglais en ont fait le dépôt de l’artillerie royale.

  • 13 Chīt (hind.), toile de coton ou de lin imprimé.

20On fait dans les environs de Négapatnam, de grosses chittes13, des toiles bleues, quelques toiles à fils plats et de gros mouchoirs façon de Madras, mais dont les couleurs sont fausses.

  • 14 Cette tour fut détruite par les Jésuites lorsqu’ils construisirent St Joseph's College (ibid., p. 2 (...)

21On voit à Négapatnam un vestige remarquable très ancien ; hors de la ville, dans l’enceinte du jardin du gouverneur, il y a une tour cassée dont les ruines annoncent son antiquité, elle est faite à peu près comme celles qu’on voit à la Chine ; elle porte le nom de tour chinoise et de pagode chinoise·, sa base annonce qu’elle devoit être extrêmement haute, la tradition donne peu de détails sur ce monument ; les Anciens disent que ce furent des Chinois qui la construisirent lorsqu’ils venoient eux mêmes dans l’Inde y /107/ faire le commerce et qu’ils avoient formé dans ce même endroit un établissement, mais la tradition ne dit point à quelle époque ils s’y établirent et dans quel tems ils l’abandonnèrent et aucune inscription ne peut nous donner là-dessus des notions sûres14.

Nakur ou Nagore

  • 15 Kauī (hind.) petit coquillage blanc, Cypraea moneta, servant de petite monnaie.
  • 16 Araq (ar.), alcool de distillation de suc de palmier, riz, mélasse.
  • 17 Nagore est surtout célèbre pour sa dargah ou tombe du saint Miran Sahib (voir F.R. Hemingway, op.ci (...)

22Entre Négapatnam et Karikal, on trouve Naour, ville indienne considérable, baignée aussi par une des branches du Cavéry, les vaisseaux des habitans étant de peu de port peuvent y entrer aisément ; il les expédient pour Ceylan, les Maldives et la côte de l’Est ; ils portent à Ceylan et aux Maldives des grains et en rapportent des coris15, du coir, de la raque16, des palmiers et des cocos pour faire de l’huile ; ils portent à la côte de l’Est de grosses toiles, de grosses chittes, du sel et en rapporte des éléphants, du morphyle (ivoire), de la raque, quelquefois des chevaux et un peu d'or en poudre ; voila à quoi se réduit à peu près tout leur commerce17.

Karikal

  • 18 Saiyaji maharaja céda Karikal à Dumas en 1738.

23Karikal appartient aux Français, la Compagnie Française des Indes acquit cet établissement en 1738 ; Cidogi18, roi du Tanjaour, lui en fit don ainsi que du fort de Karkangerie [Karukkancheri] pour quarante et une mille pagodes (369,000 francs) et moyennant une redevance annuelle de deux mille pagodes. On voit encore les restes du fort que les Anglais firent sauter en 1761. Karikal, par sa position, est /108/ plus susceptible que Pondichéry de faire un chef-lieu ; plusieurs aidées considérables en dépendent et son terrain s’étend jusqu’à la rivière de Naour. C’est l’établissement français de l’Inde qui donne le plus de revenus. Au rétablissement de 1767, on avoit commencé à l’entourer pour mettre les habitans à l’abri des pillards indiens qui suivent les armées. Cet ouvrage bien commencé est resté là. Si on se décidoit à faire dans cet endroit le chef-lieu, il pourrait être bien fortifié et il serait facile de conduire les eaux de la rivière dans les fossés ; avec peu de dépenses, on creuserait l’entrée de la rivière et alors les petits bâtiments de trois ou quatre cens tonneaux pourraient y entrer.

  • 19 Guingan, toile dont le tissu est rayé de plusieurs barres étroites.

24On fabrique dans les aidées qui en dépendent des toiles inférieures à celles du nord et à fils plats, de gros mouchoirs, des guingans19, mouchoirs à quatre fils qui sont recherchés par leur beauté et surtout de grosses chittes que les Hollandais viennent acheter pour les porter à la côte de l’Est.

Tarangambadi

25Tranquebar, qui n’est qu’à deux lieues dans le nord de Karikal, appartient aux Danois qui en ont défiguré le nom indien de Tiranghembadi [Tarangambadi] que portoit cet endroit ; ils l’acquirent en 1620 du roi du Tanjaour ; c’est aujourd'hui un joli /109/ établissement ; il y a une petite citadelle à laquelle les Danois ont donné le nom de Dansburg, bonne pour se mettre à l’abri de la cavalerie indienne, mais qui ne tiendroit pas vingt quatre heures contre des Européens. On fabrique aussi à Tranquebar des guingans, de gros mouchoirs, de grosses chittes, mais inférieurs à celles de Karikal.

  • 20 Sur son histoire et ses monuments, voir F.R. Hemingway, op.cit., p. 232-236.

26Les Danois n’avoient jamais été inquiétés par les Européens dans leur établissement de Tranquebar jusqu’en 1801 que leur cohabitation en Europe avec les autres puissances du Nord leur suscita un ennemi. Les Anglais le leur enlevèrent le 13 may de cette même année et le leur rendirent le 17 août 1802, les Danois, ayant refusé d’acquiescer à la demande que les Anglais leur firent en 1807 de remettre entre leurs mains pour garant de leur neutralité tous leurs vaisseaux de guerre ainsi que Copenague [Copenhague], ils reprirent de nouveau Tranquebar le 13 février 180820.

Kaverippattinam

  • 21 Sur son histoire, ibid., p. 256-257.

27Deux lieues environ dans le nord de Tranquebar étoit la fameuse ville de Cavéry-patnam21, (a) [note (a) : Le terme patnam sur la côte de Coromandel désigne une ville en général.] connue des anciens et désignée dans Ptolémée, ainsi que le fleuve de Cavéry, sous le nom de Chabery [Kabheris], Les Français, les Anglais, les Hollandais, et les Portugais y avoient une loge ; ce fut un des premiers établissements que les Français eurent dans l’Inde ; cette ville, d’après la tradition étoit la plus considérable /110/ de toute cette côte ; on y comptait douze pagodes considérables et deux mosquées ; l’étendue de son commerce la rendit florissante ; on voit encore une allée d'arbres très large de multiplians (a)

  • 22 Ficus bengalensis L., banyan.

[note (a) : cet arbre est aussi connu dans l’Inde sous le nom d’arbre de pagode ; il est sacré et donne beaucoup d’ombre, aussi il est rare qu'il n’y en ait pas quelques uns plantés devant les chauderies et auprès des petits pagotins ; on forme autour du pied de l’arbre une banquette en terre à la hauteur de deux pieds, revêtue sur les bords en maçonnerie pour la commodité des voyageurs et pour que ceux qui sont chargés puissent mettre leur charge avec plus de facilité. On appelle cet arbre multipliant, parce que des branches il sort des racines qui, lorsqu’elles sont parvenues à toucher la terre, prennent facilement et deviennent un second tronc ; plusieurs troncs pareils peuvent par leur réunion former un arbre énorme ; on voit quelquefois de ces arbres que dix hommes ne pourraient entourer en étendant les bras et dont les branches s’étendent de chaque côté à plus de soixante pieds. C’est le ficus admirabilis22 de Linné.]

28Pl 4, 5. La chauderie et l'arbre de pagode ou multipliant.

29qui conduisoit de cette ville dans le Tanjaour et à Trichenapaly ; le pays étoit gouverné dans ce tems par une princesse qui avoit beaucoup d’affection pour les Français et les préférait ; son palais étoit superbe, la salle d’audience étoit soutenue par des colonnes revêtues de lames d’argent. Qu’est devenue cette ville ? Elle a disparu. Les eaux de la mer l’ont sans doute minée en dessous ; elle a été engloutie, sans que la tradition /111/ ait laissé aucune trace de cet événement, les vaisseaux qui sont forcés de jeter l’ancre dans cet endroit, mouillent sur des tours de pagodes, sur des pyramides ; les plongeurs qui y descendent n’y voient que des ruines, la plage annonce aussi par les amas de décombres, les restes d'une ancienne ville ; j’ai fait mon possible pour me procurer des indices du tems où les Français s'y établirent et de celui de la destruction de la ville, mais aucun Indien, ni les Danois qui ne sont qu’à deux lieues de cette ville, n’ont rien pû me dire de certain, aucun ouvrage, aucun manuscrit n’ont rien pû m’apprendre ; on sait seulement que plusieurs habitans connus de Pondichéry qui n’existent plus y étaient nés en 1780 : il existoit encore à Pondichéry un vieillard qui se rappeloit d’y avoir été en garnison en qualité de soldat. Le dernier gouverneur ou agent que les Français y ont eus, étoit Mr Lefêvre ; ainsi, par les registres de l’ancienne Compagnie des Indes, on pourrait avoir des renseignements sur cet évènement si extraordinaire.

Royaume de Tanjavur

  • 23 Il n’y a pas de caïman en Inde (seulement en Amérique).

30Ces trois établissemens européens, ainsi que la loge de Cavéry-patnam, dépendoient du Tanjaour, petit royaume le plus fertile de ceux de la presqu'isle de l’Inde : le Tanjaour a au plus quarante lieues de longueur sur seize de large, il est borné au midi par les bois du Tonduman et le Marawa. à l’est, par la mer, à l’ouest par le royaume de Trichenapaly et ses limites au nord /112/ sont le Cavéry qui porte dans ce royaume l’abondance et la fertilité. Les revenus du souverain peuvent aller à dix sept millions de roupies et ses forces militaires consistent en vingt deux mille hommes d’infanterie et autant de cavalerie. Sa ville capitale étoit autrefois un temple, elle a deux enceintes et quelques fortifications européennes. Le fossé est peu profond et souvent sec, l’enceinte intérieure est divisée en partie du nord et du sud, dans la première on avait le palais du prince qui est très médiocre : c’est un quarré régulier flanqué de quatre tours et environné d’un fossé rempli de caimans23 (a).

  • 24 Explication tout à fait fantaisiste.

[note (a) : Connus autrefois sous le nom de crocodiles.) La partie du sud est occupée par un temple dédié à Paria, (b) [note (b) : Ce dieu est le même que Chiven ; on lui a donné ce nom parce que les Tanjaouriens prétendent qu’ils aime beaucoup les parias de leur pays ; c’est d’après cette qualité bienfaisante que ce dieu est représenté dans ce temple avalant un paria24.].

  • 25 Ekkoji ou Venkaji, fils du frère de Sivaji, fondateur de la famille royale de Tanjavur dont il obti (...)

31idole du Tanjaour, la ville peut avoir six milles de tour, elle n’est arrosée que par un petit ruisseau, mais le Viner [Vennaru], une des branches du Cavéry, coule à deux cent toises de ses murs. Les rois du Tanjaour portèrent autrefois le titre de Neayek [Nayaka], qui signifie grand prince ; Ecosi-maharaja25, maratte de nation, subjuga le royaume et /113/ laissa ce titre et le trône à ses enfants.

  • 26 Sur la ville et ses monuments (temple et palais), voir F.R. Hemingway, op.cit., p. 265-275.

32Les Anglais se sont emparés plusieurs fois du Tanjaour ; le prince aujourd’hui ne possède que la forteresse. Les Anglais tirent les revenus de son royaume et lui en donnent la neuvième partie pour subsister26.

Tiruchchirappalli

33Trichenapaly, qui formoit autrefois un royaume est à trente milles dans l’ouest du Tanjaour (a).

  • 27 Etymologie discutée ; ce peut être soit : Tri- ṡira puram, ville aux trois têtes, soit : Tiru-ṡṡila (...)

[note (a) : son nom lui vient du géant Try syren, qui gouvernoit ce royaume. Try syren veut dire homme à trois têtes, pally signifie temple ; le géant faisoit ses prières dans le temple bâti sur la montagne, ce qui lui fît donner le nom de Try syren pally qui veut dire temple de celui qui a trois têtes27 ; les Européens par corruption du mot, l’appellent Trichenapaly.]

  • 28 Voir F.R. Hemingway, Madras District Gazetterers, Trichinopoly, p. 326-341.

34La ville, devant laquelle les Français ont échoué toutes les fois qu’ils l'ont attaquée, est fortifée à l’indienne, elle a mille toises de longueur, sur six cens de largeur, ses doubles murailles sont flanquées de tours rondes ; la première enceinte a dix huit pieds de hauteur sur cinq d’épaisseur, la seconde est haute de trente pieds et fortifiée d’un retranchement de pierres ; elle est environnée d’un fossé de trente pieds de large ; l’intervalle qui sépare les deux murailles est de vingt cinq pieds. Il y a dans la ville un rocher qui forme une petite montagne de cent cinquante pieds de hauteur, près du sommet il y a une pagode autrefois très célèbre28. Les Anglais tiennent toujours à Trichenapaly un régiment européen, un de cavalerie et un d’infanterie native.

35Pl. 6. Le roc de Trichenapaly, vu de la partie du sud.

36Pl. 7. Trichenapaly vu de la partie du nord.

Srirangam

37Près de Trichenapaly, vous trouvez l’isle de Schéringam [Srirangam] formée par le Cavéry qui se partage en deux branches, sur laquelle est bâtie la fameuse pagode de même nom, si revérée /114/ par les sectateurs du dieu Vichenou. Ce temple est environnée de sept murailles qui ont toutes vingt cinq pieds de hauteur et quatre d’épaisseur ; la circonférence de la première enceinte est de quatre milles anglais ; chacune de ces murailles a quatre grandes portes sur lesquelles devoient être des tours élevées qui ne sont pas achevées ; la porte qui conduit à Trichenapaly est surtout remarquable.

38Pl 8. La porte de Schéringam.

  • 29 Girole ou haudah (hind.), siège fixé sur un éléphant.
  • 30 Diodore de Sicile (1er s. av. J.C.), historien grec fixé à Rome. Ouvrage : Bibliothèque historique,(...)

39Cette porte dessous laquelle entrent et sortent tous les jours des éléphans avec leur girole29, assez large pour passer deux de nos élégantes voitures de front, et la longueur de son tambour à peu près de quatre toises, est couverte d’une seule pierre de granit. Ce n’est pas la grandeur de la pierre qui doit surprendre ; on a vu en Egypte et en Grèce des monuments plus considérables d’une seule pièce. On voit dans Diodore de Sicile30 que Sémiramis avoit fait tirer des montagnes d’Arménie une pierre de 130 pieds de longueur et de 25 de largeur et d’épaisseur qu’elle fit traîner jusque dans la Babylonie ; on dressa sur le grand chemin ce monument qu’on mit ensuite au nombre des sept merveilles du monde et auquel on donna le nom d'obélisque à cause de la forme d’aiguille qu’on lui avoit donné (a) ; [note (a) : Voyez liv. II, pag. 238 de la traduction de l'ouvrage.], mais ce qui doit étonner, c’est de concevoir qui a porté là cette pierre aussi énorme par sa grandeur et par son poids ? Comment on l’a voiturée ? De quel levier on s’est servi pour la mouvoir et l’élever ? Les plus savans brames d’aujourd’huy, qui sont bien inférieurs aux anciens Brachmanes, l’ignorent ; les Indiens sont persuadés qu’elle a été portée et mise là par l'ange blanc ; nos vieilles femmes diraient que c’est le diable comme les Liégoises et leurs enfans croient très fermement que St Paul fut dessiné et bâti par un ange. Il y a beaucoup de choses sur le globe dont l’origine est perdue, auxquelles on en donne une surnaturelle.

  • 31 Sur le temple, voir L. Moore, Manual of the Trichinipoply District, p. 337-340.

40Le sanctuaire est dans la dernière enceinte ; ce temple est dédié à Vichenou ; il est un des plus célèbres de l’Indoustan ; autrefois on venoit de toutes les parties de l’Inde y faire des offrandes ; elles étoient si considérables qu’elles suffisoient pour nourrir tous les brames et leur famille qui y demeuraient et qui se montoient à quarante mille personnes31.

Royaume de Madurai

41Dans le sud ouest du Tanjaour, on trouve le royaume du Maduré, borné à l’orient par le Marawa, au midi par le Tinévélly [Tirunelveli|, à l’occident par des terres gouvernées par des Palyagars et au nord il confine au Combétour [Koyamuttur ou Coimbatore] et au Tonduman. Le royaume du Maduré est aussi fertile que celui du Tanjaour ; les princes dans leur splendeur étoient très puissants, ils avoient toujours vingt cinq mille hommes armés ; leurs revenus étoient de dix millions de roupies ; la capitale du Maduré est environnée de deux enceintes fortifiées à l’indienne, avec des tours quarrées et des parapets /116/ garnis d’une nombreuse artillerie ; la forteresse est un parallélograme flanqué de tours, sans ligne de défense, mais entourée d’un fossé large et profond avec escarpe et contrescarpe ; la contrescarpe est sans chemin couvert et, au lieu de glacis, quatre belles rues répondent aux quatre faces de la citadelle.

42Le palais du roi du Maduré est une de ces magnificences asiatiques sans goût, sans délicatesse, et sans choix. On y remarquoit cependant la salle du dorbar qui est extrêmement vaste, dont la voûte étoit soutenue par des colonnes d’un superbe granit qui sont d’une seule pièce et ont quatre vingt pieds de hauteur, mais aujourd’hui, ce palais tombe en ruines ; il est au milieu d'un labyrinthe de rues, d’étangs, de colonnades et de maisons dont on se tire difficilement, quand une fois on y est engagé.

43Pl. 9. La pagode de Maduré.

  • 32 Il y a deux temples : l’un dédié à Śiva, l’autre à Miṉākṣī.
  • 33 Cokkanātaṉ, nom donné à Siva dans le temple de Madurai.
  • 34 Sur la ville et ses monuments, voir W. Francis, Madura Gazetteer, reprint Delhi, 2000, p. 257-278.

44Au midi de ce labyrinthe, on voit un superbe temple dédié à Chiven32, qui est un des plus beaux de ceux bâtis dans la péninsule. Il est entouré de trois enceintes qui forment autour des figures quadrilatères régulières ; de hautes tours pyramidales s’élèvent aux quatre faces du temple. L’art de la sculpture y a rassemblé dans des chefs d’œuvres de patience et d’habileté l’histoire amoureuse de Chacunadon33 (a), [note (a) : c’est le nom sous lequel Chiven est adoré dans ce temple.]. Devant, il y a une chauderie dans laquelle /117/ on compte mille et une colonnes de granit pour servir de refuge aux pélerins que la célébrité du temple y attire. Les Anglais depuis longtems se sont emparés du Maduré et le régissent par leurs collecteurs34.

Tombeau supposé d’Alexandre

  • 35 Sikandar-malai ou montagne de Sikandar. En fait, il s’agirait de la tombe d'un faqir nommé Sikandar(...)
  • 36 Ce tombeau aurait été restauré par Yusuf Khan dans la seconde moitié du XVIIIe siècle (Modave, Voya (...)

45Les voyageurs doivent voir la montagne Scander-mally35 (a), [note (a) : mally signifie tombeau, Secander est le nom que les Indiens donnent à Alexandre], qui est à quatre milles dans le sud de la capitale du Maduré, sur le sommet de laquelle on voit un superbe tombeau, tous les habitans des environs sont persuadés que c’est le tombeau d'Alexandre36, mais cette tradition est fausse, car il est bien certain que ce grand roi n’a pas pénétré si avant dans l’Inde, ce que nous savons de précis de son histoire nous apprend qu’il passa les quatre premières rivières du Penje-ab [Panjab], mais qu’il ne fut pas plus loin que l’Hyphase qui est le Béyah [Byas] de nos cartes. Sa curiosité, dit-on, le poussa à voir le Gange, mais ce ne pût être que dans la partie où ce grand fleuve sort des montagnes, à quelque point peu éloigné où il défit Porus, à peu près à cent lieues au nord est de Delhy, vers le pied des montagnes de Cachemire.

46Pl 10. La pagode de Scander-mally.

  • 37 Ce temple, creusé dans le roc et appelé Umaiyantan kōvil, est dédié à Nataraja ; il est décrit dans (...)

47Au pied de la même montagne, on voit /118/ une pagode à plusieurs étages qui est assez considérable, d’un seul morceau de pierre, on dit qu’elle a été taillée dans la montagne et qu’elle en a été ensuite séparée, en enlevant le roc qui forme le vide qu’on voit aujourd’hui entre elle et la montagne ; si cela est vrai, comme il paroit, on ne peut concevoir comment des hommes ont pu entreprendre un ouvrage aussi étonnant37.

Tirunelveli

  • 38 Pāḷaiyakkārar.

48Le Tinévélly, le grand et le petit Marawa sont trois royaumes qui touchent au Maduré ; ils étoient autrefois gouvernés par des Palyagards38. Les Anglais s’en sont emparés ; ils ont placé sur le trône du Marawa un prince qui leur est soumis et qui leur paye de forts tributs ; ils gouvernent eux-mêmes le Tinévélly et ont toujours dans le fort de Palamcotta un gouverneur et un régiment de natifs.

49Pl. 11. La cascade de Cotallam.

  • 39 Bonne description de la ville dans H.R. Pate, Tinnevelly Gazetteer, p. 488-495.
  • 40 Sur la cascade et les activités de Kuttalam, voir ibid., p. 459-465.

50Le Tinévélly [Tirunelveli] est une des plus belles provinces du Sud, à quelques lieues dans l’ouest du coté des montagnes, on y a le plus beau climat de la terre39. Le commandant, le paymaster, le collecteur, et d’autres employés vont ordinairement passer le tems des chaleurs à Cotallam [Kuttalam] qui n’est qu’à dix lieues de Palamcotta ; ils y jouissent d'un climat doux et presque pareil à celui d’Europe : une /119/ cascade qui est tout auprès, dont l’eau sort à gros bouillon de la montagne et tombe par deux sauts de cent cinquante pieds de hauteur rafraîchit l’atmosphère qui l'environne40.

51Pl. 12. La cascade de Papémassam.

52La cascade de Papémassam [Papanasam] qui est à trente milles dans le sud de celle de Cotallam est d’une plus grande étendue, la nappe d’eau qui sort de la montagne est considérable et tombe avec un bruit qui se fait entendre au loin ; elle a creusé dans le bas par la suite du tems un grand bassin qui décharge ensuite ses eaux en formant une rivière.

  • 41 Sur la cascade et son temple, voir ibid., p. 362-365.

53Les Indiens superstitieux regardent les eaux de cette cascade comme sacrées ; ils ont sculpté sur les rochers qui l’avoisinent, des figures de leurs dieux, et ils viennent à différentes époques de l’année y faire leur adoration et se purifier par le bain dans les eaux de la cascade41.

54On tire du Tinévélly une grande quantité de toiles de cal à fils plats qu’on emploie pour les toiles bleues et dont on fait aujourd’hui en Europe une grande consommation pour les toiles peintes et imprimées. On y fait aussi des bétiles brochées, des kimbriks qui sont supérieurs et à meilleur compte que ceux de Madras.

55En tournant à l’ouest et un peu au nord du Maduré, on arrive aux frontières du Mayssour dont le vrai nom est Masheur. Ce royaume que les armées mogoles avoient respecté s’agrandit beaucoup pendant les troubles qui manquèrent de renverser à Delhy les successeurs d’Aurangzeb.

Royaume de Maisur

56Le royaume du Mayssour est gardé d’un coté par le Cavéry, à l’ouest par les hautes montagnes qui partagent les côtes de Coromandel et de Malabar ; une autre chaîne de montagnes le sépare du Carnate. Ces barrières que posa la nature et une milice nombreuse et très aguérrie pour l’Inde assuraient sa tranquillité. C’est en profitant de ces avantages que le roi de Mayssour vit ses domaines s’augmenter et se peupler, par la guerre qu’il fit aux rois /120/ du Maduré et de Gingy ; il démembra de ces deux royaumes plusieurs districts dont il augmenta son pays.

57Les embarras où se trouvoit la cour de Delhy l’empêchèrent de s’opposer aux entreprises du Roi du Mayssour et pendant que toute l’Inde étoit en proie aux horreurs d’une guerre ruineuse dont les traces ne pourront s’effacer, lui seul la faisoit avec avantage et ajoutoit à son royaume des provinces entières qui lui furent ensuite toujours soumises.

58Les anciens rois de Mayssour jouissoient d'un revenu de vingt millions de roupies, ils pouvoient mettre en campagne une armée de vingt mille hommes de cavalerie et de quarante mille d’infanterie ; les Anglais en s’emparant de ce royaume en 1799 ont mis sur le trône un enfant soit-disant parent des anciens rois du Mayssour qu'ils pensionnent et qui est leur esclave.

Srirangapattana

59La capitale du Mayssour est Schéringapatnam [Srirangapattana], ville bien fortifiée sur une isle dont les bords sont baignés par le Cavéry ; les Anglais, en rendant le Mayssour à un descendant de ses anciens rois, ont conservé l'isle de Schéringapatnam et y ont toujours une forte garnison ; ils en ont fait un dépôt d’armes de /121/ toutes espèces et y ont établi des ateliers considérables, où l'on fait des chariots de guerre et d’artillerie.

60Pl. 13, 14, 15. Le plan et les deux vues de Scheringapatnam.

Haidar Ali : ses conquêtes

61C’est dans ce même royaume qu’Ayder Naik, qui changea son nom en celui d’Ayder-ali-kan et ensuite prit le titre de Bahader (a)

  • 42 Haidar Ali, aussi appelé Haidar Naik, souverain du Maisur (1702-1782).
  • 43 Salabat Jang régna de 1751 à 1762 ; Nizam Ali Khan, de 1762 à 1802.
  • 44 Bahādur (hind.), guerrier.

[note (a) : Dans plusieurs mémoires, on nomme prince Haider, Yder, Andernek, etc., mais ce ne sont pas ses vrais noms, il s’appeloit Ayder-naik42 avant qu’il fût nommé nabab de Syra [Sira] par Basalet-zingue, nabab d’Adonis, frère de Nizam-ali-kan43, soubadar du Dékan ; dès lors son bienfaiteur, l’honnora du nom de Bahader44 qui signifie homme victorieux ; Ayder étoit son nom propre ; Naik signifie chef, Ali-kan veut dire seigneur, titre honorifique fort commun chez les Mogols.]

62a porté sa fortune au plus haut degré d’élévation, d’abord simple capitaine et auxiliaire de la Compagnie Française, il fut ensuite commandant d’une partie de l’infanterie noire pour le roi de Mayssour ; profitant des troubles qui régnoient dans le pays, il se fit un parti assez considérable pour s’emparer du royaume. Nous l’avons vu depuis établir une discipline dans ses troupes qui devoit lui assurer des succès ; nous l’avons vu pousser ses conquêtes sur toute la côte de Malabar, s’y faire reconnaître empereur et, sans les Marattes qui s’opposèrent à ses exploits, il aurait soumis l’Inde entière ; nous l’avons vu se mesurer avec les Anglais, ravager toute la côte de Coromandel portant partout le fer et le feu, et sur les glacis de Madras obliger /122/ les Anglais à signer une paix honteuse.

63Par les nouveaux royaumes, tels que le Canara, le pays de Calicut qu'il joignit au Mayssour, il augmenta ses revenus de plus de vingt millions de roupies ; il eut dès lors toujours en armes cent mille hommes d’infanterie et cinquante mille de cavalerie ; des forces aussi considérables, que dans le besoin, il pouvoit augmenter, le rendoient la terreur de toutes les puissances qui l'avoisinoient.

Tipu Sultan : son intolérance

64Si son fils Tipou-Sultan avoit toujours tenu sa conduite et suivi ses exemples, il eût non seulement conservé la puissance de son père, mais il l'eût étendu d’avantage et n’eût jamais éprouvé le sort qu’il a subi, mais avare, cruel, et fanatique, il étoit craint des grands et abhoré de son peuple ; il joignoit à d’aussi mauvaises qualités, surtout dans un prince, celle d’un orgueil insensé ; croyant être invincible, il espéroit pouvoir par les armes établir l’islamisme dans l’univers ; il écrivoit à l'empereur mogol qu'il croyoit être aussi le plus grand et le plus puissant monarque :“Dieu ne nous a donné notre puissance que pour ramener les hommes à la vraie religion, chargez vous de l’Europe, je me charge de l’Inde ; avec nos armes et notre /123/ courage, nous les forcerons en peu de temps à entrer dans la voie du salut et à observer la seule religion que Dieu permette”. Quel discours dans la bouche d’un prince ? Il prouve combien il étoit intolérant et jusqu’où il portoit le fanatisme.

65Les Anglais profitèrent habilement de la haine que lui portoient même ceux qui étoient en place et n’eurent aucune peine à corrompre ses ministres ; par la trahison, ils vinrent à bout de détruire un prince qui pouvoit sans cesse les troubler dans leurs possessions et les forçoit d’entretenir toujours sur la côte de Coromandel de fortes armées pour lui en imposer, ce qui les obligeoit à des dépenses considérables qui surpassoient de beaucoup les revenus des provinces qu’ils étoient obligés de garder.

Chidambaram : son temple

66Après avoir passé le Colram [Kollidam], nom que porte la dernière branche nord du Cavéry, vous trouvez la fameuse pagode de Shidambaram que les Européens nomment Chalembron, temple aussi célèbre qu’ancien, dédié à Chiven, où les malades viennent chercher leur guérison et les pécheurs la rémission des fautes qu’ils ont commises par les ablutions et les offrandes qui enrichissent les brames.

67Les Anglais et les Français se sont alternativement emparés de cette pagode dans /124/ les différentes guerres ; comme les murs en sont très épais en pierre de taille, on les a garnis en dedans de terre-plein, on a ajouté des bastions aux angles, ce qui en faisoit une forteresse.

68Pl 16. La pagode de Chalembron.

  • 45 Description détaillée du temple dans W. Francis, Madras District Gazetteers, South Arcot, p. 266-27 (...)
  • 46 Kōpuram (tam.), gopura (skr.).
  • 47 Aussi appelé “mandapa aux mille colonnes” (ibid., p. 269-270).

69Cette pagode45 est aux sectateurs de Chiven ce que celles de Jagrenat [Jagannathapuri] et de Schéringam sont à ceux de Vichenou ; elle est une des plus belles et des plus considérables de celles qui existent sur toute cette côte. Aux quatre points cardinaux, il y a une porte surmontée d’une pyramide très élevée qu’on appelle cobram46 ; ces pyramides s’apperçoivent de très loin en mer, elles ont sept étages et sont chargées jusqu’à leur sommet de figures représentant l’histoire amoureuse et toutes les aventures du dieu ; la pyramide du nord servoit de poudrière aux Français dans les tems qu’ils en étoient les maîtres ; le tonnerre tomba dessus et mit le feu aux poudres, l’explosion ne fit point sauter la pyramide, mais la fit seulement écarter dans le haut, si bien que les côtés se trouvoient hors de leur aplomb et comme suspendus ; la femme du dobachy d’un Anglais qui est très riche a fait rebâtir à ses frais cette pyramide, mais le couronnement n’est pas achevé et il ne le sera jamais davantage parce que /125/ les brames ont annoncé à cette femme qu’elle mourroit aussitôt que la pyramide serait entièrement achevée ; car tous les Indiens ont cette persuasion qu’ils doivent mourir aussitôt que les maisons et autres monuments qu’ils ont entrepris de bâtir sont terminés, aussi laissent-ils toujours quelque chose à finir dans leurs maisons. On remarque surtout les deux pilastres de cette porte qui sont chacun d’un seul morceau de granit et ont soixante et dix pieds de hauteur ; la pierre qui sert de couronnement à quarante pieds ; l’étang sacré qui sert aux purifications est immense, pavé en larges pierres de taille et garni depuis le haut jusqu’à son fond de marches pareilles ; dans l’enceinte il y a une chauderie qu’on nomme la chauderie des mille colonnes47, dont la couverture, aussi en pierre de taille, est soutenue par neuf cens quatre vingt-dix neuf colonnes de granit d’un seul fût ; autrefois il y avoit un pagotin dont le péristyle étoit soutenu par quelques colonnes liées les unes aux autres par une chaîne de pierres composées de plusieurs anneaux qui tomboit en festons d’une colonne à l’autre, les colonnes et la chaîne tenoient ensemble et avoient été taillées du même bloc de pierre ; les Européens ont détruit cette merveille et aujourd’hui on ne voit plus que quelques morceaux dispersés dans l’enceinte. /126/ D’où a-t-on tiré les pierres qui composent cet immense édifice ? On n’en trouve pas une seule dans les environs et les montagnes qui en contiennent sont à plus de quinze lieues.

Technique pour soulever les pierres

70Quel travail il a fallu pour élever les pilastres et placer les couronnements, car les Indiens n’ayant ni grue, ni autres machines propres à soulever ces masses énormes de pierres, ils étoient obligés à de longs et pénibles travaux, lorsqu’ils avoient de grandes pierres à poser dans des endroits élevés, ils faisoient d’abord une élévation en terre jusqu’à l’endroit où la pierre devoit être posée et qui descendoit en talus ; dans le haut on plaçoit un cylindre tournant et dont les supports tenoient fortement dans la terre, on posoit un câble sur ce cylindre dont un des bouts tomboit jusqu’au bas du talus, on y assujetissoit la pierre qu’on vouloit faire monter, on atteloit en haut à l’autre bout plusieurs éléphans qui en descendant, faisoient monter la pierre qu’on avoit soin de mettre sur des rouleaux pour qu’elle pût monter avec plus de facilité. Quelle patience ! L’esprit s’égare quand on veut remonter au tems où les Indiens ont pu élever ce temple à la divinité, on ignore absolument le tems de sa construction /127/ et les brames d’aujourd’hui ne peuvent plus lire les inscriptions qui y sont, étant écrites dans une langue antérieure à celle du sanscrit.

Portonovo

  • 48 Sur l’histoire de la ville, voir ibid., p. 276-290.

71À quelques milles est Porte-nove [Portonovo], ville indienne qui anciennement étoit extrêmement riche et faisoit un grand commerce avec les isles malaises et la côte de l’Est ; c’est dans cette ville que se rendoient tous les vaisseaux chargés d’éléphants, de morphyle (ivoire). Toutes les nations voulurent partager son commerce ; les Anglais, les Français, les Hollandais, les Danois et les Portugais y eurent une factorie et leur pavillon ; Ayder-ali-kan l’a pillée et saccagée plusieurs fois ; aujourd’hui, elle est déserte et la plupart des maisons tombent en ruines ; c’est à Porte-nove et dans ses environs que se font les toiles bleues du plus beau teint48.

Kutalur ou Cuddalore et Manjakuppam

  • 49 Sur la ville et sur son centre, Manjakuppam, voir ibid., p. 296-311.

72En remontant dans le nord, vous trouvez Goudelour [Kutalur] ou Cuddalore qui appartient aux Anglais49 ; cette ville de peu de conséquence étoit une vaste enceinte entourée d’un mur en briques avec quelques bastions, mais sans fossés, sans ouvrages extérieurs et n’étoit point en état de soutenir une attaque. Goudelour avoit servi de refuge aux Français dans la dernière guerre ; les Anglais, pour ôter à l’avenir à leurs ennemis cette ressource, en ont fait sauter les fortifications, et cette ville aujourd’hui n’est plus qu’une aidée.

73Pl 17, 18. La vue de Goudelour, la vue de la loge anglaise.

74/128/ Le résident, les officiers, les employés demeurent à Mangicoupam [Manjakuppam]qui est à trois milles de Goudelour dans une position charmante. La Compagnie y a une superbe maison et un grand jardin qui fournissoit en quantité les plus beaux fruits et les meilleurs légumes ; elle servoit de maison de plaisance au résident. La salubrité de son air l'a fait choisir par le gouvernement pour y faire le dépôt des cadets qui arrivoient d‘Europe ; ils y furent transférés en 1806 et le jardin dès lors fut abîmé pour y bâtir des baraques pour ces jeunes gens.

75Pl. 19. Vue de Mangicoupam.

  • 50 Basin, tissu fabriqué avec un double fil de coton et présentant un réseau uni.

76Goudelour est renommé par ses bazins50 et ses toiles à quatre fils, on y fait aussi de gros guingans et on y teint beaucoup de toiles bleues.

77Près de Goudelour, vous voyez les restes du fort St David que les Anglais regardoient comme leur boulevard de la côte de Coromandel et que Mr de Lally prit à son arrivée dans l’Inde après quinze jours de tranchée ouverte et qu’il fit sauter.

Pondichéry

  • 51 Voir J. Deloche, Le vieux Pondichéry (1673-1824) revisité d’après les plans anciens.
  • 52 Sivaji.
  • 53 François Martin (1640-1706).
  • 54 Firmān, farmān (hind.), décret, brevet, patente.

78Pondichéry, capitale des établissements français dans l’Inde51, n’est qu’à douze milles de Goudelour. Les Français s’y établirent en 1674, mais dans ce tems, il n’étoit qu’un simple comptoir entouré d’une haie de palmiers et d’acacias, leur chef-lieu étoit /129/ à Surate [Surat] ; ils avoient obtenu cet emplacement du roi de Gingi, mais Sivagy52 poussant ses conquêtes s’empara des Etats de ce prince ; Mr Martin53 qui gouvernoit alors l’établissement de Pondichéry parvint à obtenir de Sivagy de confirmer les Français dans leur possession ; le firman54 expédié en conséquence est daté du mois de juillet 1680 ; les Hollandais prirent Pondichéry le 6 septembre 1693 qui n’étoit défendu que par cinquante hommes ; le traité de Ryswick fit rentrer les Français dans cette place en 1699. Ce ne fut qu’alors qu’elle commença à prendre de l’accroissement et, par la suite, cette ville devint une des plus belles de l’Inde ; le palais que Mr Dupleix fit bâtir passoit pour un chef-d’œuvre ; elle fut rasée entièrement en 1761 par les Anglais et l’emplacement rendu par le traité de 1763 ; on commença à rétablir cette ville en 1767, de superbes maisons s’élevèrent sur les ruines des anciennes, les rues furent alignées et toute la ville noire fut plantée d’arbres ; un magnifique palais bâti pour le gouverneur commandoit à une place d’armes entourée d’un double rang d’arbres de porcher (a).

[note (a) : le porcher est un superbe arbre qui donne beaucoup d’ombre, il vient très vite de bouture et réussit particulièrement dans les terrains sablonneux ; son bois est excellent pour les charonages ; on en a porté à l’isle de France, mais il y a dégénéré ; c’est l'hibiscus populneus de Linné.]

79Les fortifications /130/ n’étoient pas encore achevées quand les Anglais de nouveau les démolirent en 1779.

80Pl. 20 et 21. Vue de Pondichéry du temps de Monsieur Dupleix ; plan de Pondichéry tel qu’il étoit quand il a été pris en 1793.

81Les missionnaires y ont un très beau couvent et une très belle église ; ils appartenoient autrefois aux Jésuites qui, lors de leur destruction en France, furent rejoints dans ce pays aux missionnaires. Parmi ces derniers qui existent aujourd’hui, on voit encore des Jésuites.

82Les Capucins désservent la cure et un d’eux a le titre de préfet apostolique ; aujourd’hui, il n’y a qu’un seul Capucin, et encore a-t-il été envoyé par le couvent de Madras.

  • 55 Il s’agit probablement du temple de Manakula Vināyakar, dédié à Vināyakar, fils de Śiva.

83Dans la ville noire, il y a deux grandes pagodes, l’une dédiée à Chiven et l’autre à Vichenou. Il y a aussi près du gouvernement une petite pagode dédiée à Chiven qui est très ancienne et très renommée, ce qui a empêché sa démolition lors de la destruction de Pondichéry et ce qui la fait tolérer dans le quartier des Européens ; on prétend que c’est cette pagode qui a donné son nom à Pondichéry55.

84Les Français par le traité de paix de 1783 rentrèrent dans Pondichéry. Les Anglais devoient leur rendre leur ancienne possession de l’Inde qui comprenoit le district de Valdaour [Valudavur] qui donnoit quelques revenus, mais ayant affaire à un ministre ignorant, ils changèrent dans le traité de paix le nom de Valdaour en celui de Baour [Bahur], district qui renferme quelques méchantes aidées qui ne /131/ rendent pas de quoi payer les pions du gouverneur ; toute les gazettes retentirent dans le tems des avantages que les Anglais faisoient aux Français en leur cédant dans l’Inde soixante treize aidées qui sont soixante treize amas de paillotes.

Revenus des établissements français

85Pondichéry, malgré le peu de revenus qu’il avoit (a) fut mis dans un état de défense comme /132/ il n’avoit jamais été.

[note (a) : Les revenus des Français dans l'Inde payoient à peine le tiers des dépenses qu’ils étoient obligés de faire avec une garnison et une administration telles qu’ils avoient avant l’évacuation de 1789. Les revenus et droits territoriaux de Bahour et de Vilnour étoient de vingt mille pagodes ; ceux de Pondichéry de dix mille pagodes ; ceux de Karikal et des aidées qui en dépendent de trente cinq mille pagodes ; en tout cinq cens quatre vingt cinq mille francs ; ceux de Chandernagor, en ôtant les revenus de l’opium, du salpêtre, et du sel qui n’étoient pas affectés à cet établissement étoient de vingt mille roupies qui ne suffisoient pas pour payer ses dépenses ; ceux de Mahé, d’Yanaon et des autres loges étoient si peu de chose que l’administration de Pondichéry étoit obligée d’y faire passer chaque année des fonds pour leur entretien. Les fermes de bétel, d’arack, les droits d’entrée pouvoient monter à quatre cens mille francs ; en ajoutant le bénéfice qu’ils faisoient sur l’opium et le salpêtre que les Anglais leur cédoient et la vente des permis pour l’exportation du sel au Bengale, ce qui alloit ordinairement à cent mille roupies ; tous leurs revenus étoient donc de douze cens trente cinq mille francs et encore cette somme pouvoil varier ; leurs dépenses étoient de trois millions cinq cents mille francs. Ainsi la métropole étoit obligée d’y envoyer chaque année deux millions deux cens soixante cinq mille francs.]

  • 56 Thomas Conway, officier de fortune, devenu gouverneur de Pondichéry (1733-1800).

86Les fortifications furent mieux dirigées, treize bastions, des ouvrages avancés garnis suffisamment de canons, une garnison de quatre mille hommes dont deux mille cinq cens Européens le défendoient ; cinquante mille Indiens s’étoient mis sous la protection de ses murs, la douceur du gouvernement français en attiroit tous les jours et sa population fut devenue considérable ; son commerce s’étendoit, le négociant et l’habitant voyoient fructifier leurs travaux et commençoient à oublier les malheurs de l’ancienne guerre lorsque le ministre de la Marine par une de ces innovations absurdes, pour paroitre faire quelque chose pendant le tems de son administration, ordonna, d’après les observations données par le général de Conwai56, l’évacuation de cette ville comme place militaire.

Ordre du ministre de la Marine d’évacuer la ville

87J’étois alors membre du Comité d’administration, le général de Conwai nous communiqua les ordres qu’il venoit de recevoir ; le ministre lui ordonnoit de profiter la mousson de... pour évacuer une partie de la garnison et d’emmener le reste dans la mousson de... suivante ; le ministre avoit laissé les noms en blanc, parce que sans doute il ne savoit pas ce que c’étoit que les moussons de l’Inde (a).

[note (a) : on appelle moussons, des vents périodiques et réglés qui soufflent dans les mers des Indes, six mois de la partie du nord et du nord-est, en octobre, novembre, décembre, janvier, février, mars, et les six autres mois, du sud et sud-est. Voyez le chapitre IV de ce volume.]

88Ainsi les ordres du ministre laissoient au général /133/ de Conwai près d’un an pour faire cette évacuation, ce qui lui donnoit le temps de faire des représentations, s’il eut eu envie de favoriser cette colonie, ou au moins d’attendre si de nouveaux ordres ne détruiraient pas les anciens, mais il sembla mettre un acharnement à accélérer la perte de cette ville. Il frêta à des prix fort excessifs les vaisseaux particuliers qui étoient en rade (a) [note (a) : Le vaisseau, Le Courrier de l’Europe qui alloit être vendu quatre vingt mille francs, fut fretté quatre vingt dix mille, etc.]

  • 57 Fresne de, gouverneur de Pondichéry de 1788 à 1791.

89et y fit embarquer pour l’Isle de France les troupes et les munitions qui se trouvoient dans la place ; il remit le commandement de Pondichéry à Mr le Chevalier de Fresne57, colonel du régiment de Bourbon, officier distingué qui avoit l’amour et le respect des habitans et partit lui-même pour l’Isle de France prendre le commandement général auquel il venoit d’être nommé, laissant ainsi cette pauvre colonie à l’abandon et en proie au premier chef brigand indien qui aurait voulu la mettre au pillage.

Dernière chance de chasser les Anglais perdue

  • 58 Charles Cornwallis (1738-1805), gouverneur général, assiégea Srirangapattana en 1792.
  • 59 Richard Colley Wellesley, gouverneur général (1760-1842).

90Tipou-Sultan sentit bien d’où partoit le coup et dès lors vit la faiblesse du gouvernement Français et combien peu il devoit compter sur de tels alliés. Les Français, ne pouvant croire à une trahison, plaignirent l’ignorance du ministre qui, sous prétexte /134/ d'économies, donnoit des ordres aussi insensés qui laissoient les Anglais maîtres de tout entreprendre, et en admettant qu’il n’y eut pas de trahison, ce dont je suis bien persuadé, cette prétendue économie avoit été bien mal calculée, puisque les troupes qu’on retiroit de Pondichéry étoient portées à grands frais à l’Isle de France où les vivres et l’habillement sont le double plus chers que dans l’Inde. Jamais Cornwallis58 n’eût osé entreprendre d’attaquer Tipou-Sultan, si cette évacuation n’avoit pas eu lieu ; il eût craint de compromettre l’armée Anglaise, tant qu’il aurait vu deux mille cinq cens Européens chez les Français alliés de ce prince, dont la plus grande partie pouvoit le joindre en prétextant une désertion que leur gouverneur pouvoit favoriser. Cet abandon de l’Inde ôta toute inquiétude aux Anglais et leur facilita leurs usurpations ; les provinces et les sommes considérables que Tipou-Sultan fut obligé de leur donner pour obtenir la paix en 1792 l’affaiblit tellement qu’il n’eut plus assez de force pour résister à la nouvelle guerre que lui suscita en 1799 le Marquis de Wellesley59 qui avoit décidé sa destruction, et dans laquelle en effet il succomba. Ainsi, on peut regarder l’évacuation de Pondichéry comme une des principales causes de la perte de ce prince, le seul qui eût pu aider les /135/ Français à rentrer dans leurs anciennes possessions dans l’Inde et en acquérir de plus grandes s’ils eussent jamais voulu s’y établir solidement.

Irresponsabilité de Conway

91Le géneral de Conwai fit imprimer dans ce tems un mémoire pour répondre aux inculpations et justifier l’évacuation de Pondichéry ; il dit qu’en tems de paix l’appareil militaire et le faste de l’administration sont absolument superflus, des bâtimens de guerre naviguant dans les mers de l’Inde paraissant la seule protection efficace que puisse désirer le commerce des Français.

  • 60 Cobdār (hind.), porteur de canne précédant les grands personnages.

92Si Mr de Conwai qui a été gouverneur dans l’Inde n’eut pas crû que le faste et la pompe qui annoncent la richesse et attirent les hommes, eussent été nécessaires, auroit-il eu des gardes, des pavillons qui marchoient en avant de son palanquin avec quantité de pions et des chopdars60.

93Si les Français n’ont que des comptoirs sans défense, quel est l’Indien qui osera se fixer auprès d’eux, s’il voit que son bien n’est pas à l’abri des pillards indiens et s’ils n’ont ni habitans, ni fabriquants où sera leur commerce ? Mais, dit Mr de Conwai, il en résultera une économie de deux millions ce qui n’est pas, puisque ces mêmes troupes coûtent plus à l’Isle de France et, en admettant que cette économie fût vraie, qu’est ce qu’une dépense /136/ de deux millions pour la France qui verrait alors son pavillon sans cesse avili dans l’océan Indien par les entraves que les Anglais ou les princes du pays mettraient continuellement au commerce de ses vaisseaux marchands ; de plus les droits des marchandises que les vaisseaux rapportent ne les payent-ils pas au-delà ; dans le tems de la liberté du commerce, l’induit et autres droits ont donné chaque année plus de quatre millions.

Territoires insuffisants

94Les établissemens des Français aux Indes établis comme ils l’étoient depuis la paix de 1763 ne peuvent plus exister de même, leur subsistance dépendrait encore de la métropole, la perte d’un vaisseau qui leur apporterait les secours qu’ils attendent, un retard les jetteraient dans la plus grande détresse ; si les Français sont réduits à cette même nécéssité et s’ils n’ont des revenus territoriaux qui payent les dépenses militaires et civiles, ils doivent abandonner leurs établissemens. On a cru que la cession du district de Valdaour qui comprend Gingy, Alemparvé et s’étend jusque sur les glacis de Pondichéry, suffisoit pour subvenir à ces dépenses, mais on est dans l’erreur. Ce district rendoit, il est vrai, quand il fut donné à Mr Dupleix cent mille pagodes (900 000 francs) mais depuis ce tems, les cruautés, les /137/ brigandages exercés par les troupes d’Ayder et de Tipou-Sultan, les dévastations faites par les armées Anglaises, ont ruiné tout le Carnate. Les trois quarts des habitants ont fui leur patrie ou ont péri dans les dernières guerres ; les aidées sont tombées en ruines et la moitié des terres est sans cultivateurs ; le district de Valdaour ne rend aujourd’hui aux Anglais que trente cinq mille pagodes (315 000 francs), ce qui, avec les terrains de Pondichéry, Karikal, etc. ne paieraient pas le quart des dépenses auxquelles ils seront tenus s’ils veulent que leurs établissemens soient sur un pied respectable, car alors il ne faut pas moins de trois mille soldats européens, six cens hommes d’artillerie et quatre mille cipayes, un état major, une administration, un Conseil, etc. Une pareille garnison serait respectable dans le cas d’une rupture et hors d’atteinte des efforts de l’ennemi, elle protégerait efficacement leur commerce contre les princes du pays que les Anglais mettent toujours en jeu ; il faut donc, si les Français veulent continuer leur commerce de l’Inde, qu’ils rentrent dans leurs anciennes possessions, qu’ils ayent les quatre Cercars du nord que leur avoit cédé Basalet-Zingue et les mêmes terres qu’ils possédoient en 1754, depuis le Palléar jusqu’au Colram ; ils pourront /138/ alors, avec leurs revenus, fortifier leurs places et avoir un gouvernement militaire ; le titre, le rang du gouverneur et les forces qu’ils commandera, seuls en imposeront et lui obtiendront la considération des gouvernements de Calcutta et de Madras. Une protection maritime ne doit être que secondaire et je suis étonné que Mr de Conwai qui veut économiser demande des vaisseaux de guerre pour protéger le commerce, ce général ne pouvoit ignorer que les dépenses des vaisseaux dans l’Inde sont plus fortes en proportion que celles des établissemens ; il devoit se rappeler qu’avec celles que la frégate La Vénus a faites on auroit construit en Europe quatre frégates pareilles.

Confiance perdue et destructions des Anglais

95Ces revenus assurant la subsistance des troupes, la confiance renaîtra chez les Indiens ; les négocians, les marchands, les ouvriers, déja attachés à leurs intérêts par leurs anciennes relations, se hâteront de porter dans leurs murs leurs talens, leurs arts, leur industrie, s’ils croyent y trouver protection et un asile sûr, les Français, au lieu d’exister dans une situation précaire, auront un commerce florissant, le nom de Napoléon sera vénéré dans toute l’Inde, les Français seront respectés par les puissances indiennes ; ils trouveront alors des ressources /139/ infinies, soit pour les dépenses d’une guerre inattendue, soit pour la levée des troupes noires, soit enfin pour l’aggrandissement de leurs domaines.

96Depuis la Révolution, on ouvrit les yeux sur l’abandon de Pondichéry, on renvoya bien trois cens hommes et quelques munitions et sans doute le projet étoit de mettre cette place sur un pied respectable, mais la guerre déclarée en 1793 mit encore Pondichéry, ainsi que tous les autres établissemens des Français dans l’Inde entre les mains des Anglais, ils ne se contentèrent pas de faire sauter les fortifications, ils abattirent aussi les casernes et les hôpitaux que les nations les plus sauvages ont toujours respectés. Trois fois détruite en trente deux années dans trois guerres différentes, il est difficile de penser comment cette ville a pû conserver sa splendeur.

Ville ancienne enfouie de Virampattinam

  • 61 Déjà à cette époque, on pressentait qu’une ville ancienne importante était enfouie dans les alluvio (...)
  • 62 Māriyāttāḷ ou Māriyammaṉ, déesse de la variole.

97A trois milles dans le sud de Pondichéry, près d’Ariancoupam, on trouve les ruines de l’ancienne ville de Virapatnam [Virampattinam], qui dans quelque bouleversement qu’aura éprouvé l’Inde, aura été engloutie, comme Cavérypatnam dont nous avons déja parlé, mais cet évènement se perd dans la nuit des siècles les plus reculés et cette époque est si éloignée qu’on n’en pas la moindre tradition, il paraît que son /140/ étendue étoit d’environ une lieue ; tous ceux qui bâtissent dans cet espace, en creusant des fondations, y trouvent des pans de murs énormes, très épais, et dont les briques sont plus longues, plus larges, et plus épaisses du double que celles qu’on fabrique aujourd'hui. On y a trouvé quantité de figures en cuivre représentant leurs dieux et différentes monnaies qu’on ne reconnoit point61. Il ne reste de cette immense ville qu’un petit temple dédié à Mariatale62, déesse de la petite vérole ; il n'a pas été assez enseveli pour qu’on ne puisse pas y faire encore des cérémonies, mais pour y entrer, on est obligé de descendre plusieurs marches ; tous lés vendredis, il y a un grand concours de peuples qui y vont implorer les bienfaits de la déesse.

Mariyattal

98Mariatale est la grande déesse des parias, qui la mettent au-dessus des dieux ; ceux qui croyent en avoir reçu des bienfaits font des vœux à cette déesse et pendant le tems que ces vœux durent, ils courent ordinairement les rues au son de tam tams et autres instrumens et, soit hommes ou femmes, ils sont toujours habillés en femmes ; ils portent sur leur tête plusieurs cruches d’eau posées les unes sur les autres qui sont garnies de feuilles de margosier, arbre qui lui est consacré (melia azadirachta L.) en dansant et chantant les louanges de la déesse et faisant des cris par intervalles ; alors tout le monde sort de la maison pour voir Mariatale ; elle passe alors pour devin, comme nos bohémiennes, et tous ceux qui ont perdu quelques effets ou qui veulent savoir l’avenir s’adressent à elle pour les retrouver ou savoir ce qui leur arrivera. J’ai vu des dames françaises assez crédules pour croire à leurs prédictions accourir au-devant de ces hommes, de ces femmes qui se vouent à cette déesse pour leur faire dire leur bonne aventure ou pour retrouver quelques bijoux qu’elles avoient perdu.

Fort de Senji en ruine

  • 63 Zulfiqar Khan, général moghol, qui s’empara de Senji en 1698.
  • 64 Voir J. Dcloche, Senji (Gengi), ville fortifiée du pays tamoul.

99Dans l’ouest de Pondichéry, et environ à quarante cinq milles, on trouve Gingy, autrefois la capitale d’un royaume de même nom ; il fut gouverné par des rois gentils qui furent très puissants jusqu’au tems où il fut conquis par le fameux Sivagy ; mais, après sa mort, Zulfar Kan63, général mogol, la joignit à l’empire. Les Français s’en rendirent maîtres en 1750 et furent obligés de le rendre aux Anglais en 1761 lorsqu’ils eurent perdu toutes leurs possessions de l’Inde. L’aidée de Gingy est agréablement située ; elle est /141/ adossée sur la croupe d’une montagne, quelques pagodes, quelques mosquées éparses dont les tours s’élèvent au dessus des maisons et les couronnent donnent à l’ensemble un coup d’œil pittoresque. En élevant la vue, vous apercevez les forts formidables par leur position : ils sont placés sur trois hautes montagnes également escarpées du côté de la plaine et de l’aidée ; ces montagnes sont unies par un mur épais et fort élevé, dont la maçonnerie résiste aux boulets par la force du ciment qui en lie les pierres ; sur chacune de ces montagnes où l’on monte par des sentiers très difficiles, il y a des tours pratiquées dans le roc et des citernes très profondes qui servent à y renfermer et à y conserver les munitions de guerre et de bouche. Sa situation en rend les approches impossibles, et Gingy pourrait sans contredit être la plus forte place de l’Inde. On voit dans un des forts, trois pièces de canon très anciennes faites avec des bandes de fer jointes ensemble et cerclées comme un barique, leurs bouches sont assez larges pour y mettre des blocs de pierres énormes en place de boulets64.

100On trouve beaucoup de forts dans l’Inde ainsi construits sur les hauteurs. Le gouvernement féodal, qui a toujours subsisté, fit bâtir aux différents rajas qui gouvernoient ce pays des retraites et des forts dans tous les endroits qu’ils croyoient /142/ inaccessibles. Les forts de Gingy aujourd’hui tombent en ruines et la ville est presque abandonnée.

Fièvre de Senji

101Les Anglais ne tiennent point de garnison à Gingy parce que cet endroit est très malsain. Les montagnes contiennent sans doute des mines de cuivre ; les sources qui en découlent sont chargées d’une grande quantité de parties vitrioliques ; j’y laissai trois jours un couteau et la lame au bout de ce tems se trouva entièrement incrustée de cuivre ; c’est à la vapeur de ces mines qu’on doit attribuer les fièvres dont tous ceux qui séjournent quelque tems dans ce pays sont attaquées, auxquelles on donne le nom de fièvre de Gingy et dont on meurt après avoir langui plusieurs mois. Je ne trouvai à ces eaux aucun goût qui décelât leurs qualités vitrioliques. Je n’en bus même pas d’autre pendant un mois que je restai dans les environs sans en être incommodé ; je prenois seulement la précaution de la faire bouillir avant d’en faire usage.

102Les moutons réussissent très bien dans ce canton, lorsqu’ils y ont été engraissés, ils sont autant estimés que ceux du Bengale.

Kunimedu

  • 65 Bonne description des lieux dans W. Francis, op.cit., p. 362-363.

103La pointe de Conjimère [Kunimedu] à quatre lieues et demie dans le nord de Pondichéry forme avec Archiouac [Archiwac] qui est à deux lieues dans le sud de cette ville, une baye ; aussi la mer est-elle toujours plus tranquille dans la rade de Pondichéry que /143/ dans les autres endroits de la côte. Les Hollandais avoient autrefois à Conjimère un comptoir dont on voit encore les ruines, on y voit aussi les restes d’une loge que les Anglais y avoient et qu’ils ont également abandonné65.

Alamparai

104En continuant de suivre la côte dans le nord, on trouve à quatre lieues de Conjimère, à Alemparvé [Alamparai], où les Français avoient bâti un fort dont on voit encore les restes ; les Anglais le firent sauter en 1761. Cet endroit est renommé pour les huîtres ; c’est avec leurs coquilles et une espèce de came qu’on prend en quantité dans la rivière de Marcane [Marakkanam] qui est tout auprès, qu’on fait toute la chaux qui se consomme à Pondichéry, à Goudelour et dans les environs, car, dans ces pays on ne connoit pas d’autre manière de faire la chaux qu’avec des coquillages, quoiqu’on ait des pierres calcaires tendres très propres à en faire qui vaudrait mieux et coûterait moins.

Sadras

105À peu de distance du Palléar, vous trouvez Sadras qui appartient aux Hollandais. Cet établissement n’a jamais été bien considérable, mais il l’est encore moins depuis que les Anglais en ont fait sauter les fortifications dans la guerre de 1780. Il y a peu de fabriques à Sadras, mais on y fait de belles toiles peintes et de beaux guingans.

Mamallapuram

  • 66 Sur le site, voir N.S. Ramaswami, Mamallapuram ; C. Sivaramamurti, Mahabalipuram ; W.Y. Willets, An (...)

106Peu éloigné de Sadras, vous trouvez les /144/ pagodes de Mahabalipouram ou Mavalipouram [Mamallapuram]66 et que les naturels du pays prononcent Mahivaron. Ces pagodes sont des rochers énormes qui sont sortis isolés de la terre mais qui, sans doute, ont une même base sur une douzaine de rochers qui s’élèvent comme des montagnes de pierre.

Les cinq monolithes ou rathas

  • 67 Ces cinq rathas sont situés au sud du village de Mamallapuram.
  • 68 Dharmarāja et Draupadī.

107On a choisi les cinq plus gros qu’on a taillé, sculpté extérieurement et on les a ensuite creusés intérieurement pour en faire des temples67. On a ménagé en dedans la pierre pour en faire la figure des dieux qui tiennent au roc ; de trois autres rochers on a figuré un éléphant, un lion et un bœuf d’une grandeur étonnante. Aujourd’hui, le bœuf est enterré dans le sable ; on ne voit plus que sa tête et un peu du dos ; l’éléphant et le lion sont si mutilés qu’on distingue à peine la forme de leurs figures ; on voit encore auprès quatre à cinq roches moins considérables qui sortent de la terre et qui n’ont point été taillées. Ces pagodes ont été faites en l’honneur de Darma Raja, de Drobadé68 sa femme, et de ses quatre frères qui étoient rois de tous ces pays, il y a à peu près cinq mille ans, elles sont aujourd’hui abandonnées ; on n’y fait aucune cérémonie et elles n’ont même plus de portes. Quel travail il a fallu pour tailler ces masses énormes de roc de manière à en former des pagodes qui sont assez considérables. /145/ [page barrée]

Ratha de Dharmaraja

  • 69 C’est le ratha de Dharmarāja (op.cit., p. 11-14).

108/146/ Le temple le plus au sud est celui de Darma Raja qui, ainsi que les autres, est d’une seule pierre ; il est quarré, à deux étages et avec un dôme au dessus ; les quatres faces répondent aux quatres points cardinaux ; l’entrée est à l’est, elle est ornée d’un péristile orné de colonnes dont les bases représentent des lions ; il y a aussi plusieurs figures sculptées d’une grande dimension ; l'étage est entouré d’une galerie, autour de laquelle sont sculptées quantité de figures. On avoit commencé à y creuser intérieurement le temple qui devoit renfermer sans doute Darma Raja, mais il n’a pas été fini, et les trois points qui répondent aux autres colonnes du peristile qui devoient former l’entrée du temple ne sont qu’ébauchées ; il y a des inscriptions sur les trois cotés du nord, de l’ouest et du sud ; mais on ne connoit plus aujourd’hui les caractères anciens dans lesquels elles sont écrites et on ne peut les lire69.

Ratha de Bhima

  • 70 C’est le ratha de Bhīma (ibid., p. 14).

109À coté, mais un peu plus à l’est, est le temple de Bermoudou70, second frère de Darma Raja ; il est le plus grand des quatre et il est orné intérieurement de douze colonnes ; le tonnerre est tombé il y a quelques années sur ce temple et il sembleroit que le météore n’auroit du avoir aucune prise sur une roche aussi dure ; il l’a fendu en deux par le milieu et en a même séparé le roc qui formoit l’entrée et qui est encore aujourd’hui entier, étendu à coté, sur la terre, sans qu’aucun morceau de son architecture ait souffert

Ratha de Nahakula-Sahadeva

  • 71 C’est le ratha de Nahakula et de Sahadeva (ibid., p. 16).

110Près de ce dernier, mais un peu à l’ouest, est le temple de Sahedavou ou Sahadeven71, troisième frère de Darma Raja ; l’entrée est au sud ; elle a un péristile orné de deux colonnes ; les figures de ce temple sont si mutilées qu’il est impossible de pouvoir distinguer ce qu’elles représentoient ; c’est devant ce temple de l’ouest que se trouve l’éléphant.

Ratha d’Arjuna

  • 72 Erreur : c’est le ratha d’Arjuna (ibid., p. 14-15).

111A quelques toises de ce dernier est le temple de Nacvoulouden72, quatrième /147/ frère de Darma Raja ; l’entrée est à l'ouest ; il y a des figures taillées sur les murs intérieurs du nord, de l’est, et du sud, c’est devant ce temple à l’ouest que se trouve le lion et, derrière, dans l’est-nord est, le bœuf enterré.

Ratha de Draupadi

  • 73 Le bas-relief représente la déesse Durga (ibid. p. 15-16).
  • 74 Cakra (skr.), disque, roue, arme de Viṣṇu.
  • 75 Śaktī (skr.).
  • 76 Devendra.

112Le temple le plus au nord est le plus petit, il n’est pas sur la même ligne que les autres. C’est celui de Drobadé, femme de Darma Raja73, qui y est représentée debout avec quatre bras, tenant dans une main le chacran74 ; il y a des figures sculptées aux deux cotés de la porte et sur le mur de l’est. Je sais que le brame qui fut envoyé, il y a quelques tems, à Mahabalipouram pour décrire les temples de cet endroit et en donner l’explication, a prétendu que ce dernier temple avoit été dédié à la déesse Sacky75, femme de Dévendran76, roi des demi dieux, parce qu'il y a en dessous d’elle un lion sculpté qui est l’attribut et qui accompagne toujours la déesse Sacky, mais ce lion est plutôt devant le temple de Nacvoulouden que devant celui de Drobade (a).

[note (a). Il n’indique rien, pas plus que l’éléphant et le bœuf qui y sont sculptés et il n’y a pas de doute que c’est la forme du rocher qui a indiqué à l’artiste ce qu’il devoit en faire.]

113Quelle raison aurait on eu de mettre la déesse Sacky avec Darma Raja et ses frères ? Et malgré sa qualité de brame, je croirai toujours que ce temple a été taillé pour Drobadé.

114Pl 22-23. Vue d’une partie de Mahabalipouram de l’est à l’ouest.

Marche sur le feu

  • 77 Mois tamouls de cittirai, vaikāci, āṉi.
  • 78 Pūcāri (tam.), pūjārī (hind.), prêtre de temple hindou.
  • 79 Tāta (tam.), mendiant vishnouite.

115C’est en l’honneur de cette reine qu’on a mis au rang des demi-dieux que se fait la fête de Chitteré ou fête du feu qui se célèbre dans les mois de chitiré, de vayassi et d’ani77 qui sont les trois premiers mois de l’année. Drobadé avoit épousé Darma Raja et ses frères à la fois et, chaque année, elle vivoit avec un d’eux mais, en quittant l’un pour passer dans les bras de l’autre, elle se purifoit par le feu, c’est en mémoire de cette action que ses sectateurs, marchent et traversent un feu ardent (a), [note (a) : Voyez mon Voyage aux Indes et à la Chine, tome I, page 247, pl. 67.]. Ce sont les poutcharis78 de Darma Raja qui président et dirigent la cérémonie ; les brames n’y assistent point ; ils la regardent comme impie ; mais les tadins79, religieux de Vishnou, y abondent ; ils établissent aux environs de l’endroit où doit se faire la cérémonie une espèce d’autel qui est un chandelier de fer élevé de quatre pieds au pied duquel il y a un foyer dans lequel ils entretiennent un feu avec des flammes ; ils dansent et chantent les louanges de Vishnou et de Darma Raja et s’accompagnent en battant sur un petit tambour qui est attaché sur sa poitrine et à la fin de chaque verset, comme un refrain, il bat sur un plateau de cuivre avec une baguette qui se tient dans les deux premiers doigts de l’autre main, pour fixer l’attention et attirer l’aumône des passants qui se rendent en foule à cette cérémonie.

Nature de la roche

116/148/ Ces rochers sont d’un granit très dur composés de trois substances : le quartz y est d’un blanc grisâtre mât, le schorl y est par veines d’un noir louche et le feldspath y est disséminé par petites parcelles, mais il n’y est point cristallisé ; ce granit donne beaucoup d’étincelles dans le choc de l’acier et doit par sa dureté prendre un beau poli, mais les substances qui le composent étant ternes, il ne feroit jamais une belle pierre.

Les sept pagodes : une fausse appellation

117Des travaux aussi considérables annoncent leur antiquité et la persévérance de ceux qui les ont entrepris, car aujourd’hui les Indiens seroient incapables d’entre-prendre des ouvrages pareils. Tous les écrivains, les voyageurs, même ceux qui ont été sur les lieux, ont toujours confondu ces temples avec l’endroit qui est désigné dans les cartes marines sous le nom de Sept Pagodes. D’abord il n'y en a que cinq et ils auraient dû faire attention qu’ils sont sur le revers d’un coteau de sable et qu'on ne peut les appercevoir de la mer ; d’autres disent qu’on a donné à ces temples le nom de Sept Pagodes parce qu’ils étoient dédiés au dieu Siva ou Séven, qui, en Anglais, veut dire Sept, comme si dans le tems qu’on les a construit, la langue Anglaise existoit ; voilà comme souvent on se laisse entraîner à ses idées et qu’on donne aux choses les définitions les plus fausses. Le sable que le vent y apporte continuellement s’accumule dans la partie de l’est et, dans quelques siècles, ces pagodes se trouveront entièrement enterrées.

118Pl 24. Le temple de Mahabalipouram.

Les blocs rocheux du village

119L’aldée de Mahabalipouram est à un mille dans le nord. elle est couverte dans l’ouest par un coteau de roches qui peut avoir un mille de longueur. Il semble être un désordre de la nature, il est composé de masses de roches qu’elle a sans doute jetées en dehors dans quelque grande convulsion qu’elle a essuyée ; il y a de ces roches qui ont cent pieds de longueur sur autant de hauteur hors de terre, mais dont /150/ on ne peut connaître la profondeur, sans aucune gersure. Elles sont diversement situées, quelques unes forment comme des pics, d’autres sont rondes, ovales et se trouvent posées sur les roches qui tiennent au sol, comme si on les avoit placées ; plusieurs paraissent être en équilibre et semblent n’avoir besoin que d’être poussées avec la main pour les faire tomber le long du coteau et sans doute il faudrait des forces aussi considérables que leur pesanteur pour les déranger des aplombs qu’elles ont prises lors du bouleversement qui les a fait sortir de terre il y a des millions de siècles et sans doute elles y resteront inébranlables encore des millions d’années ; il y en a une particulièrement dans le nord de forme ovale qui peut avoir vingt cinq pieds de longueur sur dix huit de hauteur qui se soutient par un point imperceptible et paroit comme suspendue, les brames vous assurent avec leur crédulité religieuse que cette roche étoit une moque de beurre au tems de Quichena dont Drobadé sous la forme d’un chat mangea une partie ; qu’elle s’est durcie par la continuité des années et est devenue pierre. Comment ces deux barres de rochers se trouvent-ils là isolés sans qu’il y ait une seule pierre, ou une seule roche à plus de dix milles aux environs ?

Architecture rupestre

120Les Indiens ont creusé anciennement et taillé dans le rocher plusieurs temples et chauderies ; ils y ont ménagé des rangées de colonnes qui semblent supporter les voûtes ; elles sont de différens ordres analogues au génie indien, et la base de quelques-unes paroitroit imiter des figures de lion ; les chauderies sont abandonnées et servent aujourd’hui d’abri aux bestiaux aldéens. Quelques-unes sont entièrement en ruines et les colonnes en sont brisées.

Mandapa de Krishna

  • 80 Il s’agit de la grotte IV, appelée mandapa de Kṛṣṇa (ibid., p. 20-21).

121Dans l’une, celle qui est derrière la pagode de l’aidée on y voit sculpté en bas relief des femmes de grandeur naturelle, tenant leurs enfans dans leurs bras, des bergères portant des panelles de lait, un berger qui traie une vache, un autre qui joue de la flûte et semble attirer par les sons de cet instrument des hommes80.

Pénitence d’Arjuna

  • 81 C’est le célèbre relief appelé pénitence d'Arjuna ou descente du Gange.

122/150/ [illisible] Près de la chauderie, il y a un rocher énorme qui paraît détaché du coteau, entièrement sculpté ; on y voit un éléphant de grandeur naturelle avec ses petits. Le reste contient une quantité étonnante de figures d’hommes et d’animaux [ ? J représentant Darma Raja, Drobadé sa femme, ses frères et toute leur suite allant faire leur adoration à Vichenou81.

Grotte de Mahishamardini

  • 82 On l’appelle la grotte de Mahiṣamardinī (ibid., p. 18-20).
  • 83 Dharmadeva.
  • 84 Pārvatī.
  • 85 Subrahmaṇya.
  • 86 C’est la représentation de Somāskanda.

123Les cavernes creusées dans la montagne sont aussi ornées de vestibules supportés par plusieurs rangs de colonnes de la même roche. Dans la principale et la plus curieuse qui est près du sommet de la montagne on y voit un sanctuaire82 : Chiven y est représenté ayant quatre bras, posant le pied gauche sur Darmadévé83, le dieu de la vertu, représenté sous la figure d’un taureau ; Parvady84 est à ses côtés tenant son fils Soupramanien85 sur ses genoux ; Brama, avec Vichenou sont derrière Chiven86 ; sur le devant, il y a un petit réservoir pour y recevoir l’eau qui découle de la voûte ; les cotés de ce sanctuaire sont excavés profondément et forment deux appartemens ; il n’y a aucune figure et sans doute ils servoient de logement aux brames.

  • 87 Āticēsa (tam.), ādiśeṣa (skr).
  • 88 Gandharva (skr), êtres semi-divins, musiciens célestes. C’est le relief de Śeṣaśāyī Viṣṇu.

124Sur le mur sud du vestibule, il y a un très beau bas-relief représentant Vichenou sous une figure gigantesque couché sur le serpent Adysséchen87 qui est figuré par une énorme couleuvre capelle qui a cinq têtes repliées au dessus de la tête du dieu de manière à former un dais ; sur le devant on voit trois saints vichenouvites qui sont en adoration ; au-dessus d’eux voltigent des grandouers88.

  • 89 Yama.
  • 90 C’est le relief de Mahiṣamardinī.

125La côté nord représente, je pense, la fin du monde ; on y voit la déesse Dourga (Parvady) montée sur un lion, accompagnée de tous ses satellites et précédée d'Yaman89, le dieu de la mort90.

Mandapa de Varaha

  • 91 On l’appelle mandapa de Varāha (ibid., p. 25-26).
  • 92 C’est Varāha soulevant la terre de l’océan.
  • 93 Varāhasvāmi.
  • 94 Lakṣmī.

126/151/ À quinze à vingt toises au sud de la roche qu’on dit avoir été une [ ?] il y a une autre chauderie91, creusée dans le roc ; sur le mur nord92, il y a un bas relief représentant la 3e incarnation de Vichenou sous le nom de Varaha et que les brames de Mahabalipouram nomment Varahamsouamy93. Le dieu est représenté avec quatre bras et la tête d’un sanglier et marche sur la tête d’un serpent ; il soutient avec deux mains le corps de Latchoumi94 qui est assise sur son genou droit et donne à cette déesse un baiser sur le sein gauche ; dans les deux autres mains, il tient le chacran et le sangou, (a) armes qui sont les attributs de Vichenou et distinguent particulièrement ce Dieu.

  • 95 Caku (tam.), śakha (skr.), conque.

[note (a) : Le chacran est une arme fait en cercles, qui vomit continuellement du l'eu ; le sangou95 est un coquillage du genre des buccins dont les Hindous font des bracelets, et qu’on pêche à Manaar [Marinar] et sur la côte de Coromandel où il est connu sous le nom de chanque.]

127Plusieurs saints vichenouvites l’entourent, dont un sous la figure d’une femme ; un autre tend les bras vers lui comme pour l’implorer ; tous adorent le dieu.

  • 96 C'est Gaja Laksmī assise sur un lotus et baignée par des éléphants.

128Sur le mur de l’est, à gauche du portail96, la déesse Latchoumi est assise sur un trône ; deux éléphants à ses côtés lui jettent de l’eau sur la tête avec leurs trompes ; quatre femmes sont auprès tenant des panelles pleines d’eau pour que les éléphants puissent remplir leur trompes à mesure qu’ils les suivent ; sur le même mur à droite du portail, le bas relief représente la déesse Sacki, femme de Devendren roi des demi-dieux, elle a quatre bras et tient une espèce de parasol ; plusieurs serviteurs l’entourent tenant des sabres en mains ; d’un coté, ils sont accompagnés d’un cerf, et de l’autre d’un lion.

  • 97 Il est appelé bas-relief de Trivikrama.
  • 98 Bali.

129Le bas-relief qui est sur le mur du sud97 représente la 5e incarnation de Vichenou sous la figure d’un brame nain, qu’on nomme Yamen et que les brames de cette aidée nomment [ ?] ; il prit cette figure pour détruire l’orgueil du géant Baly98, lui demandant l’espace de trois pas de terrain pour y bâtir une cabane ; ce que le prince lui ayant accordé, il devint si grand, que d’un pas il mesura la terre et de l’autre le ciel ; il somma Baly de lui tenir parole pour le troisième ; alors le prince reconnut Vichenou, l’adora et lui présenta sa tête pour y poser le troisième (b) [note (b) : Voyez mon Voyage aux Indes et à la Chine, tome I, page 162, pl. 40.] ;

130Vichenou y est représenté avec huit bras dans deux desquels il tient le ciel ; Baly et Brama adorent le pied qui est en l’air ; plusieurs autres figures sont aussi en adoration.

  • 99 Rāma.
  • 100 Hanumān.
  • 101 Rāvaṇa.

131Toutes les images de cette grotte sont peintes de différentes couleurs ; ce qui surprit beaucoup le brame envoyé dans ce pays, parce qu’il prétendoit que les loix des brames leur défendoient expressément de colorier les images des dieux ; comme c’étoit un brame chivaiste, il n’est pas étonnant qu’il ne soit jamais entré dans les temples de Vichenou ; il y aurait vu dans ceux dédiés à Rama99, les figures d’Anouman100 et de Ravenen101, roi de l’Isle de Ceylan peints sur le mur ou leurs tableaux et plusieurs autres dieux qui n’ont point de temples, mais seulement leurs figures peintes dans les temples des grands dieux.

Temple d’Olakkanatha

  • 102 Oḻakkeṇṇēsvaraṉkōvil. Oḻakku signifie mesure d’huile (utilisée pour allumer une lampe), īsvaraṉ, di (...)
  • 103 Liga (skr.), représentation symbolique de Śiva.

132/152/ En dessus de ce [roc] il y a une grande pagode en ruines qui porte le nom de Valacana Essour Covila102 (valaca signifie lumière et covila, pagode). Les brames y percevoient pour le dieu de tous les bazards de la fameuse ville de Mahabalipouram un quart de mesure de riz pour chaque fanon dont il étoit vendu. C’est de là que le dieu de cette pagode porte le nom de Valassana Essour Covila ; il n’y a aucune sculpture ; il y existoit autrefois à ce que disent les brames de l’aidée, un lingam103 que les Français du tems de Mr Dupleix lorsqu’ils étoient maîtres du pays précipitèrent du haut de la montagne en bas dans les bois où il est peut-être encore caché dans les broussailles.

133Pl. 25. Vue du coteau de Mahabalipouram vulgairement appelé Les Sept pagodes prises de l'étang.

Divers

134/153/ Il y a beaucoup d’autres temples creusés dans la montagne dont plusieurs n’ont pas été achevés et qui tombent en ruines [ ?].

135/154/ Beaucoup de figures, particulièrement celles des bas-reliefs sont bien faites ; les animaux tels que les éléphans, les singes, les bœufs sont très naturels, il n’y a que les lions dont les sculpteurs n’avoient pas apparemment d’idée qui n’ont point de rapport avec ces animaux.

136Dans d’autres excavations, il y a le lingam ; ainsi il n’y a pas de doute que tous ces temples excavés étoient dédiés anciennement au dieu Chiven ; dans une des pagodes du lingam, il y a une longue inscription sur le mur, mais en partie effacée, il y en a une autre gravée sur le pavé d’une grande caverne qui sert d’abri aux voyageurs (a) ; [note (a) : cette inscription est gravée dans la planche 51, No 8.] ;

137il y en a encore beaucoup d’autres au-dessus et au-dessous de quelques figures taillées en relief dans le roc, mais les caractères en sont aujourd’hui inconnus.

138Tout le sommet de cette montagne de pierres forme des élévations sur lesquelles on avoit construit anciennement des pagotins qui sont aujourd’hui en ruines. Ce sont ces cinq pagotins et deux rochers qui sont élevés en forme de pics qui ont fait donner par les marins à cet endroit le nom de Sept Pagodes parce que vûs en mer, ils paraissent comme sept pyramides.

Le village

  • 104 Sthalacayana. Il n’y a pas de dieu de ce nom ; on pourrait faire l’hypothèse d’une sthalasayana dev (...)

139L’aldée est aujourd’hui peu considérable ; elle est, ainsi que les temples taillés de Mahabalipouram à un mille de la mer ; elle possède une assez jolie pagode construite avec des pierres tirées de la montagne. Elle est dédiée au dieu Stalasayana104.

Arc de triomphe

140Entre les montagnes et la terre /155/ il y a une espèce d’arc de triomphe en forme de char en l’honneur du dieu ; c’est une espèce de dôme sculpté à la manière indienne, porté sur quatre colonnes sveltes comme cannelées qui ont trente à trente six pieds de hauteur d’un seul jet ; elles sont portées sur une base élevée de plusieurs marches qui semblerait avoir été faite pour figurer un char, car sur chaque côté des marches, on y a sculpté une roue et un homme qui semble les pousser ; ce morceau d’architecture est très élégant.

141Pl 26. L’arc de triomphe de Mahabalipouram.

Etang

  • 105 Kamalam (tam.), Nelumbo nucífera.
  • 106 Sthalapurāa.

142L’étang qui est dans l’est de la pagode est très grand et l'eau y est toujours très claire ; dans le centre, il y a un petit temple qui a quatre colonnes. Les brames vous disent qu’anciennement cette pièce d’eau produisoit des fleurs de camoul d’or (nelumbo de Lin.)105. Il est même mentionné dans le stalapouranam106 ; aujourd'hui il n’y vient que des fleurs naturelles. Les brames vous assurent et sont persuadés que tous ces temples taillés dans le roc ont tous été formés par la puissance divine de Vichenou ; ils devraient cependant bien s’apercevoir par les débris qui en ont été tirés, lorsqu’on les a creusés et qui sont répandus en grande quantité dans toute la montagne et aux environs, qu’ils sont l’ouvrage de tailleurs de pierre.

143Pl 26. L’arc de triomphe de Mahabalipouram.

Légende de la ville engloutie

144Il parait, par l’historique des différens temples dont nous venons de faire mention, que la capitale des Etats de Darma Raja étoit dans cet endroit ; on vous fait voir les débris de son palais, l’endroit où on frappoit les monnoies (a),

[note (a) : le Lt Col. Caldwell, passant par Mahabalipouram et les brames lui ayant montré l’endroit où on frappoit les monnoies, pensa qu’en creusant, il pourrait en trouver quelques-unes ; en effet, à quelques pieds de profondeur, il trouva différentes petites monnaies d’argent et de cuivre qui n’avoient rien de particulier ni d’intéressant, tous les caractères étant absolument effacés.]

145celui où se baignoient les femmes ; mais le morceau le plus intéressant pour la philosophie est une pagode qui se trouve aujourd’hui dans la mer, entièrement entourée d’eau ; les brames m’ont assuré qu’ils tenoient de leurs pères, qu’on voyoit encore de leur tems dans la barre, le haut de plusieurs tours qui dépendoient de cette pagode et plus distinctement lorsque le soleil donnoit sur cet endroit parce que leurs sommets étant plaqués de cuivre doré, on appercevoit comme quelque chose de très éclatant ; il disent qu’il y avoit aussi une grande ville qui est aujourd’hui entièrement ensevelie dans les eaux de la mer. On ne distingue plus rien à présent.

“Shore temple”

  • 107 On l’appelle aujourd’hui le “Shore temple”.
  • 108 Varua.

146/156/ La pagode qui existe à présent est entourée de deux murs ; il paroit qu’anciennement elle avoit sept enceintes dont cinq ont été détruites par les vagues de Ta mer, mais on en voit les vestiges107 ; elle a deux sanctuaires, dans un desquels il y a un lingam brisé ; toutes les sculptures et les reliefs ont été enlevés ou effacés par les vagues ; mais on distingue très bien du côté de l’ouest pusieurs figures quoique bien mutilées, que l’on reconnoit avoir été celle de Chiven et celle de Parvaty tenant sur ces genoux son fils Soupramanien ; Vichenou et Brama debout derrière ; près d’eux il y a deux gardiens ou portiers et deux singes. Dans un petit pagotin séparé, il y a une figure de Vichenou couché. Près de cette pagode, il y a plusieurs rochers dans la mer. On y a creusé dans les plus grands des niches et [ ?] différentes figures des dieux, dont une est très reconnaissable pour être Varuna108, le dieu de la mer, sur les autres rochers moins considérables on a sculpté un lion, la tête d’un cheval et plusieurs têtes d’éléphant.

Essai de datation

147Les brames de l’aidée ne donnent à ces temples ensevelis dans la mer, ainsi qu’à ceux qui sont taillés dans le roc, que dix huit cens ans d’antiquité, mais je pense qu’ils se trompent au moins de mille ans ; ils datent, selon eux, comme nous venons de voir, du règne de Darma Raja qui a été sanctifié et qui a aujourd’hui ses temples et ses poutcharis ou prêtres, cependant ce prince qui en reconnaissance de ce Quichena, alors roi du Maduré, l’avoit toujours soutenu contre ses ennemis, lui éleva un superbe bûcher pour le brûler après sa mort et cette époque remonte à près de cent mille ans ; les inscriptions qu’on y voit sont aussi des preuves de leur antiquité, étant écrites dans une langue antérieure à celle du sanscrit et que les plus savants brames ne peuvent lire.

  • 109 Paraśurāma.
  • 110 Jacques Eugène Louville (1671-1732).
  • 111 Phytéas, géographe grec du IVe siècle avant J.-C.

148Ainsi, en jugeant de l’élévation des eaux de la mer, par la pagode dont je viens de parler et dont tout le toit est submergé, il est aisé de voir qu’elles se sont élevées non pas en minant les terres, comme nous le voyons journalièrement sur les plages, mais perpendiculairement, de trente cinq à trente six pieds depuis l’époque de sa construction. Si nous avons aussi recours à la tradition indienne, elle certifie que la mer anciennement baignoit les pieds des [Gattes] de la côte de Malabar ; des brames de cette côte m’ont montré plusieurs endroits qui étoient baignés par ses eaux, lorsque Vichenou vint sur la terre sous le nom de Parassouramane109, époque qui remonte à quatre mille huit cens ans ; ces eaux aujourd’hui ont leur niveau six à sept toises plus bas que dans ce tems, ce qui correspond assez juste en proportion à l’élévation des eaux de la côte de Coromandel. Ainsi les Gattes dans les endroits où je les /157/ ai mesurées, n’ayant que sept cens soixante et quelques toises d’après un calcul proportionné, seront couvertes par la mer dans trois cens quatre vingt mille années. Il est donc bien certain que les mers se jettent d’orient en occident et qu’elles s’élèvent sur les terres de la côte de Coromandel et abandonnent celles de la côte de Malabar. Ce changement ne peut se faire comme il a déja été dit, que par un mouvement diurne presqu’insensible qui change la position de l’axe de la terre ; lorsque le Ch. de Louville110, astronome, fut envoyé à Marseille en 1714 pour observer si l’obliquité de l’écliptique étoit encore telle qu’elle y avoit été fixée par Pithéas111 environ deux mille ans auparavant, il la trouva moindre de vingt minutes, c’est-à-dire qu’en deux mille ans, l’écliptique, selon lui, s’étoit approché de l’équateur d’un tiers de degré ; ainsi en six mille ans, il doit s’approcher d’un degré entier.

149D’après cette observation, il n’y a pas de doute que la terre, outre les mouvements qu’on lui connoit, en auroit encore un qui la feroit tourner sur elle même d’un pôle à l’autre ; ce mouvement de l’axe de la terre fait nécessairement changer de place à toutes les mers, ainsi dans une période de deux millions cent soixante mille années toutes les terres doivent avoir été tour à tour dans la zone torride et la zone glaciale.

San Thomé

  • 112 Voir la note du Glossary of the Madras Presidency, p. 778.

150Avant d’arriver à Madras, vous trouvez St Thomé112, ville autrefois très puissante lorsqu’elle appartenoit aux Indiens et qui s’appeloit dans ce tems Méliapour [Mayilappur], nom qui signifie Ville des Paons ; les Portugais s’en mirent en possession en 1547, et y bâtirent une forteresse, elle devint par la suite assez considérable pour en faire un siège épiscopal. Les Mogols aidé des Hollandais enlevèrent cette place aux Portugais en 1662, elle leur fut rendue quelques tems après.

151/158/ ,/159/ ,/160/, [erreur de pagination : 3 pages sautées]

152/161/ Les Anglais la détruisirent et en firent sauter la forteresse dont on voit encore quelques restes ; les Portugais n’y ont plus rien, pas même leur pavillon, mais il y a toujours un évêque et plusieurs églises desservies par des prêtres et des moines portugais qu’on envoye de Goa lorsqu’il est nécessaire ; la juridiction spirituelle de l’évêque s’étend sur toute la côte de Coromandel, au Bengale, au Pégou, à la côte de l’Est et à Siam.

Le Grand Mont (Saint Thomas Mount)

  • 113 Ibid.

153De St Thomé, vous apercevez le Grand-Mont113, montagne isolée à trois lieues de Madras, renommée par une chapelle dédiée à St Thomas et par le séjour et les miracles que ce Saint a fait dans cet endroit (a).

  • 114 Pierre Jarric (1566-1617), jésuite et historien des missions de la Société de Jésus, principalement (...)
  • 115 Narasiha.

[note (a) : Jarric114 (livre 1 page 580) dit que les miracles de cet apôtre étoient écrits suides lames de cuivre et conservés dans la ville de Canjivaron [Kanchipuram] lorsque les missionaires jésuites obtinrent des Narsingue115 la permission d’en tirer copie.]

154Le prêtre qui déssert cette chapelle vous fait voir avec enthousiasme l’endroit d’où St Thomas sortit quand il fut poursuivi au Petit Mont (b)

[note (b) : Petite montagne vulgairement appelée mamelon peu éloignée du grand-mont et sur laquelle les Portugais ont bâti une chapelle qui n’est plus aujourd’hui renommée que par quelques neuvaines qu’on y fait ; ce qui attire pendant ces tems une affluence de tous les soi-disans descendants des anciens Portugais, et de tous les chrétiens de Madras.]

155par des hérétiques et qu’il se sauva par un souterrain qu’il trouva/162/creusé dans la terre. Il vous fait voir l’endroit d’où ce même Saint fit sortir de la montagne une source dans un moment où lui et ses disciples manquoient d’eau ; la fontaine, il est vrai, a disparu, mais il vous montre la trace du pied de ce saint qui y resta empreinte lorsqu’il en frappa la montagne. Il vous montre aussi un tableau de la vierge peint par saint Luc d’après nature, lorsque la vierge lui apparut et dont il fit présent à St Thomas ; mais ce qui est en dessous de tout cela, c’est la vue qui est étendue et bien variée ; les environs sont embellis par de superbes maisons de campagne qui sont en partie abandonnées, parce qu’elles se trouvent trop loin de Madras.

Nature de la roche

156Le noyau du Grand et du Petit Mont est d’un granit de couleur louche, dont les matières qui le composent paroissent se décomposer au moins à sa surface, le quartz n’a pas de transparence, il a une couleur jaunâtre et paroit comme une pierre ochracée et le feldspath est d’un blanc mât et a perdu sa cassure spathique. Le schorl seul est encore intact, mais il commence à perdre le br[illant] de son noir ; le granit se lève par écailles et par plaques de forme carrée de six à huit pouces sur une épaisseur d’un pouce. /162 a/ Je pense qu’une telle décomposition n’a lieu qu’à peu de profondeur et sur les parties qui sont exposées aux injures du tems.

Madras

157Madras ou Fort St George est à trente lieues dans le nord de Pondichéry ; il est la capitale des établissemens anglais à la côte de de Coromandel et leur boulevard dans cette partie. Les Anglais s’y établirent en 1671, mais il ne fut longtems qu’une espèce de factorie entourée d’un simple mur avec des créneaux qui existe encore et dans laquelle sont aujourd’hui le gouvernement, le Conseil, et les bureaux des employés et écrivains de la Compagnie.

Fort Saint George

  • 116 Voir This City of Madras, An Illustrated Guide, p. 10-14.

158Ce fort116 est petit, mais bien fortifié ; on l’avoit négligé, mais il a été entièrement réparé dans ces derniers tems ; il est dans le meilleur état possible ; on a ajouté dans le nord qui étoit son côté faible et par où de Lally l’avoit attaqué des ouvrages extérieurs qui en rendent l’approche difficile ; bien différent de ce qu’il étoit en 1747, quand il fut pris par les Français, ce n’est plus qu’avec de grandes forces qu’on pourrait aujourd’hui venir à bout de s’en rendre maîtres.

Ville noire

159La ville noire est dans le nord ; elle est /162 b/ séparée du Fort St George par une esplanade d’environ six cens toises ; elle est entourée d’un mur en briques avec quelques bastions, il n’y a point de fossés ; ces murs suffisent pour la mettre à l’abri de la cavalerie indienne ; elle est considérable aujourd’hui et a augmenté du triple de ce qu’elle étoit il y a trente ans. On y a bâti de superbes maisons, mais comme il n’y a point de police, chacun a bâti comme il a voulu et en prenant sur les autres le terrain qu’il jugeoit à propos, ce qui est une difformité dans toute cette ville, surtout dans les quartiers qu’habitent les indigènes. Les rues sont étroites, malpropres ; point d’alignement, rien qui annonce la splendeur dont cette ville aurait dû être susceptible ; à côté d’une belle maison ornée de colonnes, on voit des masures, aussi la ville noire n’est-elle habitée que par des étrangers, des naturels du pays, quelques marchands et par des Arméniens qui y font un très grand commerce ; ils sont, à Madras, à Calcutta, et en général partout où ils demeurent ce que les Juifs sont en Europe. Aujourd’hui ils forment dans tous les pays où ils sont établis un corps de nation ; quelques uns sont extrêmement riches ; ils voulurent anciennement s’établir à Pondichéry /162 c/ mais Mr Dupleix refusa de les y recevoir ; ce fut alors qu’ils s’établirent à Madras. Je ne crois pas en effet qu’il soit avantageux pour une colonie d’y avoir des Arméniens, ces hommes sobres vivent de peu de choses, ne dépensent rien, accumulent des richesses qu’ils ne remettent point en circulation et que la plupart même font sortir du pays où ils les ont gagné pour les envoyer dans le leur.

160Quelle ville bruyante que cette ville noire, qu’un étranger doit être étonné de ce brouhaha de caresses, de calèches, de charettes, de palanquins, de coulis chargés, d’allants et de venants qui se heurtent sans cesse, de cette agitation sur le port et s’il considère sa rade garnie de deux cens vaisseaux, ceux à la voile, les uns prêts à mouiller, d’autres faisant voile pour le nord, d’autres pour le sud, il ne peut s’empêcher de la regarder comme une ville [de grand] commerce [reste illisible].

161Les grandes fortunes aujourd’hui sont entre les mains des indigènes ; si la paix se fait sous peu de tems, le commerce y reprendra faveur mais si la guerre continue, il n‘y a pas de doute que les négocians seront entièrement ruinés, je crois bien qu’il en est de même au Bengale. La Compagnie contribue encore à détruire le commerce particulier en éloignant le plus qu’elle peut de ses ports les étrangers par les droits exhorbitans qu’elle leur fait payer.

162/162 d/ Les employés de la Compagnie ont leurs bureaux dans le fort qu’ils appellent offices ; les négocians avoient de même leurs offices dans le fort, mais depuis que la douane a été portée dans le nord de la ville noire, ils sont tous obligés d’y bâtir des maisons pour leur commerce ; plusieurs de ces maisons réunies, bâties sur le bord de la mer sur un même plan, ornées de colonnes, de varangues et de balustrades, forment ensemble des corps de bâtimens immenses et superbes qui ont plutôt l’air de palais que de maisons de particuliers. Il n’y a pas de doute que, dans peu d’années, cette ville noire changera de forme, qu’alors elle sera habitée par tout ce qui est négociant et deviendra une des plus belles villes de l’Inde.

163Ces employés et ces négocians n’habitent leurs offices que pour le tems de leurs affaires ; ils s’y rendent tous les matins après le déjeuner, à dix ou onze heures, vaquent à leurs affaires jusqu’à six heures du soir et retournent à cette heure dîner dans leurs jardins ; une fois sortis de leur office, il n’est plus question d’aucune affaire ; ils ne pensent qu’à jouir avec leurs amis et à se délasser des fatigues de la journée.

Environs

164En général, les environs de Madras sont embellis par de charmantes maisons, appellées improprement jardins, car dans la plupart, on n’y voit qu’un gazon et quelques arbres couverts de poussière, mais on y respire un air plus pur et il n’y a pas un Anglais avec la plus petite fortune qui n’ait son jardin.

Old Government House

  • 117 C’est aujourd’hui la Old Government House, derrière les bâtiments de l’Assemblée (ibid., p. 30-31).
  • 118 George Macartney, gouverneur de Madras de 1781 à 1785.
  • 119 Pagode, monnaie d’or ; il y en avait différentes espèces qui variaient dans leur valeur.

165La maison du gouverneur117 se trouvoit dans le jardin de la Compagnie où tout le monde pouvoit aller se promener. Le lord Macartney118 trouva cette position agréable, il fit construire un étage sur /162 e/ la maison qui y étoit ; les gouverneurs qui lui succédèrent l’augmentèrent, l’un d'une aile, l’autre d’une varangue. Aujourd’hui, ce gouvernement est immense, commode, et quoique près du fort, jouit d’un aspect agréable et d’un air très sain ; mais il est écrasé par la salle de bal que le lord Clive a fait bâtir auprès. C’est un bâtiment immense qui a cent vingt pieds de long, sur soixante dix de longueur et à peu près autant de hauteur ; il porte sur une base massive où sont les logemens des domestiques ; on y monte par deux rampes d’une vingtaine de marches chaque, le dehors est éclairé par une quantité de globes de verre tenus par des poteaux de fer placés tout au tour sur la base, l’intérieur est garni de colonnes qui supportent une galerie tournante ornée de balustrades ; c’est dans cette galerie qu’on sert le souper ; ce bâtiment est lourd, sans aucun goût en dehors, il est si élevé qu’il s’aperçoit de tous les environs de Madras ; il a coûté, dit-on, cent mille pagodes119. C’est un argent mal employé, car on n’ose plus y donner des fêtes, une partie du plafond des galeries étant déjà tombée.

Panthéon

  • 120 La propriété était située à l’emplacement des bâtiments appelés aujourd’hui Museum Buildings, sur P (...)

166Les Anglais ont une autre salle de bal qu’on appelle le Panthéon120, où ils s’assemblent pour se divertir et danser. Ils ont fait construire à côté une charmante salle de spectacle qui est vraiment un bijou ; des amateurs y jouent une fois tous les mois.

  • 121 Charles Cornwallis, gouverneur général (1738-1805).

167Tous les chemins des environs de Madras, sont larges, bien entretenus, bordés d’arbres pour la commodité des piétons ; il y a de superbes ponts partout où il faut passer une rivière, un ruisseau ; aussi tous les chemins indistinctement étoient autrefois les promenades des habitants de Madras ; aujourd’hui on ne suit plus que celui du Grand-Mont qui conduit au cénotaphe que l’amour propre des habitants de Madras a élevé à la /162 f/ mémoire du Marquis de Cornwallis121. Cependant, personne ne se soucie de lui ; la plupart ne l’ont ni vu, ni connu, mais le gouverneur a mis son nom sur la liste de souscription ; on a voulu le singer et la souscription est montée à soixante dix mille pagodes (675 000 francs). Les voitures s’y rendent tous les soirs avec affluence ; elles font deux ou trois fois le tour du cénotaphe qui leur a coûté si cher, et de là on va dîner. Quel jugement la postérité va t-elle porter sur cet officier général, en Amérique où il commandoit dans la guerre de 1780, il s’y est fait détester par son orgueil et ses cruautés ; dans l’Inde, on le déifie et on élève un temple à sa bonté et à sa bonhomie.

Cénotaphe de lord Cornwallis

  • 122 Ce cénotaphe se trouvait, au temps de Sonnerat, à mi-distance entre Fort Saint George et Saint Thom (...)

168Ce monument122 est placé dans une rotonde entourée d’une grille de fer qui a quatre portes pour entrer dans l’intérieur. L’ingénieur qui en a imaginé le plan et l’a construit ne s’est pas distingué ; c’est un bâtiment sans goût et sans grâce ; il est élevé sur une large base de maçonnerie quarrée, de quatre à cinq pieds de hauteur ; cette base, ainsi que le monument sont bâtis de gros quartiers de granit blanchâtre tirés du Petit-Mont ; le monument forme une octogone soutenue dans ses angles par trois colonnes de granit noir ; les huits faces sont percées par des arcades dont les bordures sont noires ; les couronnemens sont aussi en pierre noire ; une double muraille en dedans ayant de même huit arcades qui correspondent à celles du dehors soutient le dôme qui est peint en blanc ; ce dôme a paru si écrasé à l’ingénieur qui a remplacé celui qui avoit eu l’entreprise de ce monument, qu’il y ajouta, croyant lui donner plus de majesté, une pyramide de pierre noire qu’il plaça à son extrémité, ce qui me parut bien extraordinaire ; sur les quatre côtés principaux du nord, du sud, de l’est et de l’ouest, au-dessus des couronnemens, il y a une grande pierre noire qui n’embellit pas le monument, sur chacune desquels est écrit, en gros caractères, le nom de Cornwallis ; sur l’une en anglais, sur les autres en persan, en langue maratte et en tamoule ; l’intérieur est stuqué ; on y voit divers ornemens guerriers, des urnes etc ; sur les deux portes nord et sud sont les armes de Cornwallis avec cette inscription au bas : Virtus vincit invidiam. /162 g/ Au lieu d’élever un monument aussi mesquin qui n’atteste que l’orgueil, n’eût-il pas été préférable d’employer en son nom une aussi forte somme à des établissemens utiles qui eussent consolé l’humanité souffrante et perpétué sa bienfaisance ; ils eussent sans doute plus honoré sa mémoire.

169Pl 27. Le cénotaphe de Cornwallis à Madras.

Société anglaise

170Les Anglais à Madras, comme dans toute l’Inde, sont d’une grande somptuosité, mais comme les fortunes ne se font plus aussi rapidement qu’anciennement, et que les dépenses ont augmenté, on en voit fort peu de très riches. Tous leurs plaisirs consistent en de grands dîners, assommants pour des étrangers ; point de société et les femmes n’en font point l’ornement comme chez les Français ; on ne les voit qu’un moment à dîner, au dessert elles sortent de table ; alors les hommes se rapprochent et politiquent plusieurs heures autour d’une bouteille ; les femmes y font si peu l’agrément de la société qu’il y a peu d’hommes non mariés qui ne vivent avec une mauresse.

Arbitraire du gouverneur

  • 123 Hobard, lord, gouverneur de Madras de 1794 à 1798.

171Les habitans de Madras, ainsi que ceux de Calcutta, sont quelquefois cruellement vexés, comme il est sensé qu’il n’y a que les employés de la Compagnie qui peuvent résider dans les établissemens et autres lieux de la dépendance et que les négocians et autres habitans non employés ne sont que tolérés, le gouverneur, s’il lui plait, ou s’il veut opprimer un habitant qui lui aura déplu, peut lui ordonner de quitter la colonie sous vingt quatre heures et le renvoyer en Europe. En 1794, lors de l’arrivée du lord Hobbart123 en qualité de gouverneur de Madras, on fit signer à tous les habitans de cette place une convenante dans laquelle ils s’engageoient à ne rien faire contre les intérêts de la Compagnie, à être toujours à ses ordres, à ne point l’attaquer sous/162 h/ aucun prétexte, ni la poursuivre pour quelque molestations que ce fût ; enfin par cet écrit, ils s’ôtoient tout droit de former aucune plainte, ni avoir son recours contre elle, quand même elle eût pris leur bien ; on les a forcés en outre de donner une caution de mille livres Sterlings et de payer cinquante pagodes pour l’expédition de cette convenante qu’on les forçoit de prendre ; ces cinquante pagodes allèrent dans la poche du secrétaire qui partit trois mois après pour l’Europe avec la fortune que lui avoient valu les expéditions des convenantes. Et les Anglais se disent libres et c’est ainsi que les philosophes anglais profanent le mot de liberté dans tous leurs écrits.

Conseil

172Le Conseil de Madras peut terminer tous les différés d’administration, mais il ne peut disposer des revenus, ou troupes en tems de guerre, sans un ordre de celui de Bengale ; il ne peut non plus faire la guerre ni traiter de la paix avec les puissances indiennes.

Tribunaux

173La Cour du maire dans cette place remplaçoit la Cour suprême de Calcutta, mais ne jugeoit pas en dernier ressort ; le particulier qui avoit quelque différend se voyoit souvent obligé d’aller plaider une seconde fois à la Cour Suprême de Calcutta après avoir gagné à la cour du maire, lorsque celui qui avoit perdu en vouloit rappeler, ce qui entraînoit presque toujours la ruine des deux plaideurs. Le roi d’Angleterre, pour obvier à cet inconvénient, y établit en 1799 une cour souveraine à l’instar de celle de Calcutta, dont on ne peut appeler de ses jugements /162 i/ qu’en son Conseil.

Initiatives de particuliers : cotonneries, indigoteries

174Quelques particuliers commencent à former à Madras des établissements qui, par la suite, feront de cet endroit une colonie principale ; Mr. Popham y avoit établi deux cotonneries considérables. Depuis sa mort, je ne sais pas si on aura continué de les cultiver ; le coton que j’en ai vû tirer étoit supérieur à tout celui de l’Inde ; il avoit l’éclat et le soyeux de celui de l’Isle de France qui, comme l’on sait, passe pour le plus beau connu ; je crois le fil plus court mais, par une culture suivie, on pourrait l’obtenir aussi beau ; il avoit tiré les graines de l’Isle de France.

175Mr. Roebuck y avoit établi des indigoteries, qui avoient parfaitement réussi, plusieurs particuliers après lui ont fait dans les environs de très bel indigo.

Soieries

  • 124 James Anderson, chirurgien et botaniste ( ?-1809).

176Mr le docteur James Anderson124, aussi instruit dans la physique et l’histoire naturelle que dans son art, qui travailla avec un zèle égal à ses talents et dont les travaux furent dirigés à procurer à ses concitoyens les avantages d’une culture lucrative, y éleva des vers à soie et fit voir qu’on pouvoit faire sur cet objet un commerce avantageux, j’ai vu les soyeries qu’il a fait fabriquer, imitant nos taffetas, supérieures à toutes celles qui nous viennent du Bengale ; les broderies faites avec cette soye avoient l’éclat de la soye crue de la Chine que nous /162 j/ appelons improprement soye de Nankin ; il cultiva plusieurs espèces de muriers et prouva qu’on pouvoit les multiplier sans beaucoup de peines ; il cultiva aussi la cochenille qu’il vouloit y naturaliser, mais cet insecte se multiplia tellement qu’il se répandit bien sur toute la côte. La cochenille fut, pendant un moment, dans les années 1796 et 1797, un objet de commerce pour quelques particuliers de Pondichéry, ils l’achetoient vivante des indiens trois quarts de roupies la livre ; ils la préparaient, la faisoient sécher et la vendoient ensuite une pagode la livre à la Compagnie qui voulant favoriser cette nouvelle branche de commerce, s’étoit engagée à prendre à ce prix toute la cochenille qu’on pourrait lui fournir, mais, comme le nopal sur lequel vivoit la cochenille étoit plein d’épines (a) [note (a) : le nopal de la cochenille est le cactus opuntia de Lin. ; les Français lui ont donné le nom de raquette ; dans la colonie, on lui donne aussi le nom de figuier d’Inde.] les Indiens qui la recueilloient coupoient la plante avec le pied pour avoir plus de facilité d’en détacher l’insecte ; dans l’espace d’un peu plus d’une année, ces plantes furent entièrement détruites sur toute la côte et l’insecte fut perdu. Cette cochenille ne fut jamais bien belle, /162 k/soit qu’elle ne fût pas la bonne espèce du Mexique, soit que le nopal de l’Inde ne fût pas la plante qui lui convenoit.

Arbres

  • 125 Guazuma ulmifolia Lam. (Sterculariaceae).

177Le docteur James Anderson a multiplié aussi dans son jardin toutes sortes de plantes. On y trouvoit ensemble les arbres fruitiers et les plantes utiles de tous les pays. Il donna surtout ses soins à un arbre qu’on appelle improprement cèdre à Madras (a) : [note (a) : c’est le Theobroma gazuma de Linné125 qui a été apporté de la Jamaïque.] il peut être dans ce pays de la plus grande ressource pour les bestiaux ; ses feuilles très abondantes peuvent remplacer le pâturage pendant les tems de sécheresse qui durent souvent plusieurs mois dans l’année ; les vents chauds, pendant ce tems, brûlent toutes les tiges des plantes faibles qui sortent de la terre ; les habitans s’efforceront sans doute de multiplier un arbre qui peut leur être si utile. Le docteur James Anderson en mourant en 1809 a été regretté de tous les habitans de Madras.

178Le gouvernement donnera sans doute quelque émulation à des cultures et des établissemens qui ne peuvent être que très avantageux pour la colonie et qui feront naître chez les Indiens une industrie qui leur sera favorable ; il doit savoir que ce n’est qu’en mettant à profit les connoissances des hommes instruits qu'il réussira à porter la colonie au plus haut degré d’élévation.

Carences de l’administration

179Mais ce qui nuira toujours aux affaires de la Compagnie et à ses établissemens de l’Inde, c’est que les administrateurs ne paraissent pas avoir de plan fixe et suivi pour l’amélioration de ses intérêts ; ils envoyent un gouverneur dans l’Inde, à peine commence-t-il à connoître les avantages qui peuvent être favorables aux affaires de la Compagnie qu’il est relevé, la Compagnie ayant adopté pour règle de ne pas laisser en place un gouverneur plus de trois ans. Celui qui le remplace est obligé, avant de rien entreprendre, de travailler longtems pour établir son plan d’administration, car il se garderait bien de suivre celui de son prédécesseur ; il faut qu’il innove pour paraître vouloir faire quelque chose et les innovations sont toujours très dangereuses ; il semble que la Compagnie n’envoye dans l’Inde des gouverneurs que pour y faire fortune et non pour y travailler à ses intérêts. En quarante cinq ans, /162 l/ Madras a eu successivement vingt deux gouverneurs.

Hommage à deux gouverneurs anglais

  • 126 George Hilaro Barlow, gouverneur de Madras en 1807 ; il mourut en 1846.
  • 127 Cet ordre de chevalerie fut institué en 1399 par Henry IV, roi d'Angleterre.

180Sir George Barlow126, chevalier de l’ordre du Bain127, qui remplaça le Lord Bentink en qualité de gouverneur de Madras à la fin de 1807 (a) connoissoit parfaitement tous les genres d’industrie et tous les avantages que la Compagnie pouvoit en retirer.

  • 128 William Cavendish Bentinck (1774-1839), gouverneur de Madras de 1803 à 1807.

[note (a) : Je me fais un devoir d’être ici l’interprète des sentiments de reconnaissance qu’une grande partie des habitants de Pondichéry doivent au Lord Bentink128 et à Sir George Barlow. Ces gouverneurs ne regardant plus les Français soumis comme des ennemis de leur patrie, leurs âmes fut émues de la misère qu’ils virent répandue dans Pondichéry après seize et dix huit années de guerre ; ils firent éclater la bonté de leur cœur et rendirent la subsistance à plusieurs Français prisonniers dont l’âge ou les infirmités ne leur permettoient pas de passer en Europe et qui avoient perdus les droits qu’ils y avoient en ne profitant pas des avantages que leur accordoit la capitulation de 1803 ; ils en accordèrent aussi à des familles infortunées et vinrent toujours au devant de l’indigent ; il suffisoit d’être malheureux pour les intéresser ; c’est avec satisfaction que je paye à ces gouverneurs généreux et bienfaisants le tribut de ma vive et profonde admiration.]

181Le système de finance qu’il avoit adopté devoit le faire regarder comme un des plus grands administrateurs qui fut venu dans l’Inde ; c’étoit vraiment le gouverneur qui convenoit à la Compagnie pour voir prospérer ses affaires ; il fit dans les premières années de son gouvernement de si grandes épargnes qu’elles lui facilitèrent les expéditions de l’Isle de France et de Java ; mais la malheureuse affaire qu’il eut avec les militaires ne permettoit pas qu’il restât plus longtems en place ; il n’usa pas assez de politique envers eux et il aurait du les ménager.

Militaires lésés

182Il fit des retranchemens aux chefs, qui furent approuvés par les directeurs qui agirent aussi dans cette affaire bien impolitiquement, ils devoient se rappeler ce que les Anglais étoient autrefois dans l’Inde, que par leur patience et leur persévérance, ils y ont formé un nouveau royaume, et ils ne doivent pas ignorer que c’est aux militaires, à ce qu’ils ont souffert et à leur courage que la Compagnie doit sa puissance, que c’est d’eux que dépend la suite de ses succès et qu’un officier qui perd peut-être pour toujours sa patrie, qui quitte sa famille, ses amis pour l’aider à augmenter ses richesses et ses conquêtes, doit au moins dans les pays éloignés /162 m/ où elle le transplante, y jouir d’une aisance qui puisse le dédommager en partie, des sacrifices qu’il a fait et des maux qu’il est dans le cas de souffrir. Ce n’étoit donc point aux militaires qu’il devoit d’abord faire des retranchemens, mais aux civiliens qui ont de forts appointements, n’exposent ni leur vie, ni leur santé et qui avec une signature gagnent plus qu’un officier général dans une Compagnie. On verra dans le troisième volume combien ces retranchements sur le militaire qui causèrent quelques propos, occasionnèrent de troubles qui manquèrent d’être funestes à la Compagnie et de lui faire perdre l’Inde pour toujours.

Retards des flottes de l’Inde

183La Compagnie a encore un objet sur lequel elle ne fait assez attention et qui lui occasionne souvent de grandes pertes ; c’est le départ de ses flottes de l’Inde ; celle dite de janvier ne quitte ordinairement la rade de Madras que du premier au dix mars et souvent plus tard, elle est obligée d’aller à Galle joindre les vaisseaux qui étoient partis quelques jours avant, pour aller finir leurs chargements en cannelle, ce qui lui fait perdre encore huit à dix jours ; cette flotte en arrivant près du Cap, trouve la mousson renversée, reçoit sans cesse coups de vent sur coups de vent, battue par des lames creuses et des vagues qui s’élèvent comme des montagnes, dont une seule seroit capable d’engloutir un bâtiment si elle tomboit perpendiculairement dessus ; elle est bientot dispersée et chaque vaisseau, après avoir bataillé quelque fois plus d’un mois contre des vents fous d’ouest et de nord-ouest, est bien heureux s’il n’en est quitte que pour des avaries. La Compagnie en quatre ans a perdu douze vaisseaux richement chargés qui, en les estimant chacun à cent cinquante mille livres Sterlings, font quarante millions de francs, sans compter la perte des hommes, et il faut qu’une Compagnie soit bien riche pour ne pas souffrir d’une perte aussi considérable.

Incurie des bureaux

184Si la Compagnie rendoit ses agens du Bengale responsables, ils mettroient plus d’empressement et plus d’activité dans les expéditions, mais ils travaillent avec tant de lenteur qu’on ne termine rien. Les capitaines ont beau presser, crier, écrire, les bureaux n’en vont pas plus vite ; les chefs de bureaux de traite et revenus ne viennent à leurs /162 n/ bureaux que les jours de comité et, si vous ne saisissez le moment où ils y entrent, il n’est plus possible de leur parler ; vous écrivez, vous ne recevez la réponse que vingt ou vingt cinq jours après, quoique cette réponse soit datée du lendemain de votre demande. J’ai connu un capitaine de vaisseaux de la Compagnie qui avoit une demande essentielle à faire qui regardoit le chargement de son vaisseau et qui exigeoit une prompte décision ; ne pouvant voir le chef de bureau de traite, le secrétaire du Comité lui dit d’écrire, qu'il aura réponse tout de suite ; il écrit, il attend inutilement plusieurs jours, va dans les bureaux, ne trouve personne ; enfin, après, vingt jours, il retourne pour la dixième fois au secrétariat pour écrire de nouveau et est tout étonné de voir sa demande sur le bureau qui n’étoit pas encore décachetée. La Compagnie paye cependant assez bien les agens et employés pour être bien servie. À Madras, les bureaux sont mieux montés ; vous trouvez les chefs de bureaux, les secrétaires du gouvernement à toute heure ; le gouverneur même ne quitte le travail qu’à six heures ; aussi on termine à Madras plus d’affaires en un jour qu’en un mois au Bengale.

Nonchalance des matelots indiens

  • 129 Laskhar (hind.), matelot non européen.

185Un autre inconvénient qui peut porter souvent de grands préjudices à la Compagnie, et pour lequel elle devrait demander protection ; un de ses vaisseaux arrive à Madras ou dans un autre établissement ; un vaisseau, une frégate du roi sont mouillés dans la même rade ; les capitaines envoyent un officier à bord prendre ses meilleurs matelots, sans que le capitaine du vaisseau de la Compagnie puisse faire la moindre représentation. Ce vaisseau, pour retourner en Angleterre, est obligé de les remplacer par des lascards129 (matelots indiens) qui n’ont ni la force, ni le courage, ni l’activité de l’Européen ; le vaisseau reçoit un coup de vent, ces matelots indiens travaillent /162 o/ avec une si grande nonchalance, craignent le vent, la pluie et sont si peureux que la manœuvre ne peut se faire avec assez de promptitude ; le mât vient à bas ; le capitaine, les officiers ont beau crier, donner des ordres, ils n’en vont pas plus vite ; le mât bat contre le flanc du vaisseau, l’ouvre et le vaisseau périt faute de bons matelots. Combien de vaisseaux ont été engloutis de même sans qu’on ait sçu comment ils avoient péris. Un vaisseau de la Compagnie est assez riche pour qu’on ait égard à un objet d’une aussi grande importance.

Manque de numéraire

186Madras, malgré ses richesses, manque souvent d’argent ; il est quelquefois si rare qu’il y porte alors un intérêt de dix et douze pour cent par an. Le gouvernement, pour supléer à ce manque de numéraire et animer la circulation, a établi des banques pareilles à celles de Calcutta dont les billets et obligations ont cours comme monnoye dans le pays ; mais, au moindre événement, à la moindre crainte, ils perdent considérablement.

Tissus fabriqués

  • 130 oriyā (hind.), sorte de mousseline et d’organdi.

187On fabrique à Madras, des perkals, des kimbriks qui imitent la batiste, des organdis, des bétilles, de grosses doréas130, de superbes mouchoirs qui imitent ceux de Paliacate, des mouchoirs à vignette, des chittes fines, dont la vivacité des couleurs les rendent supérieures à toutes les autres que l’on fait dans l’Inde.

Pulicat

188Paliacate [Pulicat] n’est qu’à vingt milles du Fort St George, il y avoit une citadelle qui étoit peu de chose ; lorsque les Hollandais eurent perdu Négapatnam, ils firent de ce comptoir le chef lieu de leurs établissemens de la côte de Coromandel et leur dépôt général. Cet endroit est peu considérable et n’a aucun revenu, les possessions Hollandaises ne s’étendent pas au delà de ses murs ; le jardin /162 p/ du gouverneur qui n’est qu’à deux milles de cette place est bâti sur les terres du nabab.

189Paliacate est renommé par ses mouchoirs ; on y fait aussi des perkals, des kimbriks et des bétilles. Les Anglais se sont emparés de cette place, ainsi que de tous les autres établissemens hollandais en 1796. Ils en ont fait sauter les fortifications et Paliacate n’est plus aujourd’hui qu’une petite aidée.

Province du Carnate

  • 131 Muhammad Ali Khan, nawab du Carnate, mort en 1795.
  • 132 Umdat-ul-Umara succéda à son père en 1795 et mourut en 1801.
  • 133 Azim ud-daulah devint nawab en 1801 et mourut en 1819.

190Les établissements dont nous venons de faire mention /163/ dépendent de la province du Carnate dont un descendant de Mahomet-Ali-Kan131 est censé souverain. Cette province rendoit au nabab quatorze lacks de pagodes (douze millions six cent mille francs) sur lesquels il étoit obligé d’en donner quatre aux Anglais mais, à la mort d’Omdat-al-omrah132, fils de Mahomet-Ali-Kan, arrivée le 15 juillet 1808, les Anglais se mirent en possession du Carnate pour le régir par eux-mêmes et donnèrent à Azim-il-adaoula133, fils d’un des frères du défunt à qui ils ont donné le droit de se faire appeler nabab, une somme de cinq mille pagodes par mois (quarante cinq mille francs). Ainsi, aujourd’hui, le nabab dépend de la Compagnie pour sa subsistance et n’est plus qu’un esclave couronné. Le projet de la Compagnie est même de n’en plus nommer lorsque celui-ci n’existera plus.

191La province du Carnate est entourée à l’occident par une chaîne de montagnes où il n’y a que quelques gorges pratiquables qui peuvent être défendues très facilement contre les armées les plus nombreuses ; elle est bornée au nord par la rivière du Quichena, au sud par le Colram et la mer la termine au Levant ; on peut compter du nord au sud une distance de cent vingt lieues sur une profondeur de trente à quarante.

192Le Carnate anciennement renfermoit tout le pays qui est à l’est des Gattes depuis le Quichena jusqu’au détroit de Manaar ; le Tanjaour, le Maduré, le Marawa, le Tonduman, et le Tinévélly en faisoient partie, mais les princes qui gouvernoient ces pays s’étant rendus indépendants /164/ on n’entend plus par le Carnate que les pays dont nous venons de parler.

193C’est à peu près dans le centre de cette province qu’on trouve Arcate [Arcot], capitale de la province du même nom et autrefois le séjour ordinaire des nababs. Les Anglais forcèrent Mahomet-Ali-Kan de se fixer près de Madras, pour avoir toujours l’œil sur lui. Depuis ce tems, cette ville est presque abandonnée. Elle est baignée par le Palléar ; elle est grande, mal bâtie ; excepté le palais du prince et une pagode, toutes les maisons sont en terre, les fortifications tombent en ruines et n’offrent rien moins qu’une retraite sûre contre les coups fréquents des Marattes.

  • 134 Mc Crindle’s Ancient India as described by Ptolemy, p. 64-65, 162.
  • 135 Ibid., p. 54, 63-64.
  • 136 Kṛṣṇa.

194Arcate est une ville très ancienne, elle étoit connue dans l’Antiquité ; Ptolémée la désigne : Arkaton rasileion sôra = Arcati Sojamandalum134, d’où, par corruption, on l’a appelé Choromandel et ensuite Coromandel. Il désigne aussi le pays maritime de cette province sous le nom de Paralia-Soretanum135. Il marque même une ville nommée Brachme, entre Arcate et la côte qui étoit le séjour de quantité de brachmanes, ce qui s’accorde avec la situation de Canjivaron [Kanchipuram], ville qui a toujours renfermé beaucoup de brames et où étoit une de leurs grandes écoles ou universités de l’Inde, regardée, avec raison, comme plus célèbre et plus ancienne que celle de Bénarès. /165/ Elle fût fondée par Kichen136 un des premiers rois connus de l'Inde ; les brames possèdent sans doute des manuscrits précieux dans lesquels on trouveroit peut-être l’origine de la religion des Indes.

195Les autres établissements européens qui suivent la côte sont Masulipatnam [Machilipattanam], Narsapour [Narasapur], Coringui [Korangi], Ingéram [Injaram], Visagapatnam [Vishakhapattanam], Chicacol [Srikakulam] et Ganjam [Ganjam], aux Anglais ; Yanaon, aux Français ; Palacote [Pulicat], Jaggernapouram [Jagananathapuram] et Bimilipatnam [Bhimunipattanam] aux Hollandais. Comme ces établissemens dépendent tous des Cercars du nord, nous en ferons mention dans un autre chapitre, chacun à l’article du Cercar dont il dépend.

Notes

1 Darbār (hind.), cour royale, conseil royal.

2 Nawāb (hind.), vice-roi, gouverneur.

3 Robert Clive, gouverneur du Bengale (1725-1774) ; Warren Hastings, gouverneur général (1732-1818) ; Mornington, lord, nommé marquis de Wellesley en 1792.

4 Charles Cornwallis, gouverneur général (1738-1805).

5 George Pigot (1719-1777) ; il fut arrêté en 1776.

6 Thomas Rumbold, gouverneur de Madras (1736-1791).

7 Ṣūbahdār (hind.), gouverneur de province.

8 aiyakkāraṉ (tam.), chef local.

9 Zaman Shah, roi de Kabul et de Qandahar, régna à partir de 1793.

10 Ahmad Shah Abdali régna de 1747 à 1772.

11 Sipāhī (hind.), soldat indien commandé par des officiers européens.

12 Sur son histoire et ses monuments, voir F.R. Hemingway, Madras District Gazetteers, Tanjore, p. 243-248.

13 Chīt (hind.), toile de coton ou de lin imprimé.

14 Cette tour fut détruite par les Jésuites lorsqu’ils construisirent St Joseph's College (ibid., p. 248).

15 Kauī (hind.) petit coquillage blanc, Cypraea moneta, servant de petite monnaie.

16 Araq (ar.), alcool de distillation de suc de palmier, riz, mélasse.

17 Nagore est surtout célèbre pour sa dargah ou tombe du saint Miran Sahib (voir F.R. Hemingway, op.cit., p. 242-243).

18 Saiyaji maharaja céda Karikal à Dumas en 1738.

19 Guingan, toile dont le tissu est rayé de plusieurs barres étroites.

20 Sur son histoire et ses monuments, voir F.R. Hemingway, op.cit., p. 232-236.

21 Sur son histoire, ibid., p. 256-257.

22 Ficus bengalensis L., banyan.

23 Il n’y a pas de caïman en Inde (seulement en Amérique).

24 Explication tout à fait fantaisiste.

25 Ekkoji ou Venkaji, fils du frère de Sivaji, fondateur de la famille royale de Tanjavur dont il obtint la possession en 1678.

26 Sur la ville et ses monuments (temple et palais), voir F.R. Hemingway, op.cit., p. 265-275.

27 Etymologie discutée ; ce peut être soit : Tri- ṡira puram, ville aux trois têtes, soit : Tiru-ṡṡilapalli, ville au roc sacré (voir Hobson-Jobson, p. 938-939).

28 Voir F.R. Hemingway, Madras District Gazetterers, Trichinopoly, p. 326-341.

29 Girole ou haudah (hind.), siège fixé sur un éléphant.

30 Diodore de Sicile (1er s. av. J.C.), historien grec fixé à Rome. Ouvrage : Bibliothèque historique, travail de compilation pour une histoire universelle, « fruit de lectures faites avec intelligence notamment par un essai constant de vérification et d’éclaircissement auprès des savants romains et surtout égyptiens ».

31 Sur le temple, voir L. Moore, Manual of the Trichinipoply District, p. 337-340.

32 Il y a deux temples : l’un dédié à Śiva, l’autre à Miṉākṣī.

33 Cokkanātaṉ, nom donné à Siva dans le temple de Madurai.

34 Sur la ville et ses monuments, voir W. Francis, Madura Gazetteer, reprint Delhi, 2000, p. 257-278.

35 Sikandar-malai ou montagne de Sikandar. En fait, il s’agirait de la tombe d'un faqir nommé Sikandar (ibid., p. 279-280).

36 Ce tombeau aurait été restauré par Yusuf Khan dans la seconde moitié du XVIIIe siècle (Modave, Voyage en Inde, p. 140).

37 Ce temple, creusé dans le roc et appelé Umaiyantan kōvil, est dédié à Nataraja ; il est décrit dans W. Francis, op.cit., p. 280-281.

38 Pāḷaiyakkārar.

39 Bonne description de la ville dans H.R. Pate, Tinnevelly Gazetteer, p. 488-495.

40 Sur la cascade et les activités de Kuttalam, voir ibid., p. 459-465.

41 Sur la cascade et son temple, voir ibid., p. 362-365.

42 Haidar Ali, aussi appelé Haidar Naik, souverain du Maisur (1702-1782).

43 Salabat Jang régna de 1751 à 1762 ; Nizam Ali Khan, de 1762 à 1802.

44 Bahādur (hind.), guerrier.

45 Description détaillée du temple dans W. Francis, Madras District Gazetteers, South Arcot, p. 266-275.

46 Kōpuram (tam.), gopura (skr.).

47 Aussi appelé “mandapa aux mille colonnes” (ibid., p. 269-270).

48 Sur l’histoire de la ville, voir ibid., p. 276-290.

49 Sur la ville et sur son centre, Manjakuppam, voir ibid., p. 296-311.

50 Basin, tissu fabriqué avec un double fil de coton et présentant un réseau uni.

51 Voir J. Deloche, Le vieux Pondichéry (1673-1824) revisité d’après les plans anciens.

52 Sivaji.

53 François Martin (1640-1706).

54 Firmān, farmān (hind.), décret, brevet, patente.

55 Il s’agit probablement du temple de Manakula Vināyakar, dédié à Vināyakar, fils de Śiva.

56 Thomas Conway, officier de fortune, devenu gouverneur de Pondichéry (1733-1800).

57 Fresne de, gouverneur de Pondichéry de 1788 à 1791.

58 Charles Cornwallis (1738-1805), gouverneur général, assiégea Srirangapattana en 1792.

59 Richard Colley Wellesley, gouverneur général (1760-1842).

60 Cobdār (hind.), porteur de canne précédant les grands personnages.

61 Déjà à cette époque, on pressentait qu’une ville ancienne importante était enfouie dans les alluvions de la rivière. Sur les fouilles effectuées au site d’Arikamedu-Virampattinam, voir L. Faucheux, Une vieille cité indienne près de Pondichéry, Virapatnam, 19 p. ; P.Z. Pattabiramin, Les fouilles d’Arikamedou (Podouke), 56 p., XXXI pl. ; R.E.M. Wheeler, « Arikamedu : an Indo-Roman Trading Centre on the East Coast of India », Ancient India, no 2, 1946, p. 17-124 ; J.M. Casal, Fouilles de Virampatnam-Arikamedu, 71 p., XXIV pl. ; V. Begley & collab., The Ancient Port of Arikamedu, New Excavations and Researches, 1989-1992, vol. I. On a en effet dégagé un établissement qui daterait du 1er siècle avant J.-C. puis une nouvelle agglomération établie dès le 1er siècle après J.-C., comprenant une sorte d’entrepôt, des bacs de teinture, qui témoignent d’une activité textile. Les trouvailles que l’on y a faites (poterie d’Arezzo, poterie roulettée, intailles, stylets) prouvent que cette station avait des rapports avec le monde occidental, en particulier, avec l’empire romain.

62 Māriyāttāḷ ou Māriyammaṉ, déesse de la variole.

63 Zulfiqar Khan, général moghol, qui s’empara de Senji en 1698.

64 Voir J. Dcloche, Senji (Gengi), ville fortifiée du pays tamoul.

65 Bonne description des lieux dans W. Francis, op.cit., p. 362-363.

66 Sur le site, voir N.S. Ramaswami, Mamallapuram ; C. Sivaramamurti, Mahabalipuram ; W.Y. Willets, An Illustrated Annotated Annual Bibliography of Mahabalipuram on the Coromandel Coast of India (1582-1962).

67 Ces cinq rathas sont situés au sud du village de Mamallapuram.

68 Dharmarāja et Draupadī.

69 C’est le ratha de Dharmarāja (op.cit., p. 11-14).

70 C’est le ratha de Bhīma (ibid., p. 14).

71 C’est le ratha de Nahakula et de Sahadeva (ibid., p. 16).

72 Erreur : c’est le ratha d’Arjuna (ibid., p. 14-15).

73 Le bas-relief représente la déesse Durga (ibid. p. 15-16).

74 Cakra (skr.), disque, roue, arme de Viṣṇu.

75 Śaktī (skr.).

76 Devendra.

77 Mois tamouls de cittirai, vaikāci, āṉi.

78 Pūcāri (tam.), pūjārī (hind.), prêtre de temple hindou.

79 Tāta (tam.), mendiant vishnouite.

80 Il s’agit de la grotte IV, appelée mandapa de Kṛṣṇa (ibid., p. 20-21).

81 C’est le célèbre relief appelé pénitence d'Arjuna ou descente du Gange.

82 On l’appelle la grotte de Mahiṣamardinī (ibid., p. 18-20).

83 Dharmadeva.

84 Pārvatī.

85 Subrahmaṇya.

86 C’est la représentation de Somāskanda.

87 Āticēsa (tam.), ādiśeṣa (skr).

88 Gandharva (skr), êtres semi-divins, musiciens célestes. C’est le relief de Śeṣaśāyī Viṣṇu.

89 Yama.

90 C’est le relief de Mahiṣamardinī.

91 On l’appelle mandapa de Varāha (ibid., p. 25-26).

92 C’est Varāha soulevant la terre de l’océan.

93 Varāhasvāmi.

94 Lakṣmī.

95 Caku (tam.), śakha (skr.), conque.

96 C'est Gaja Laksmī assise sur un lotus et baignée par des éléphants.

97 Il est appelé bas-relief de Trivikrama.

98 Bali.

99 Rāma.

100 Hanumān.

101 Rāvaṇa.

102 Oḻakkeṇṇēsvaraṉkōvil. Oḻakku signifie mesure d’huile (utilisée pour allumer une lampe), īsvaraṉ, dieu et kōvil, temple ; c’est-à-dire temple du seigneur à la mesure d’huile. Il est appelé aujourd'hui temple d’Olakkanatha.

103 Liga (skr.), représentation symbolique de Śiva.

104 Sthalacayana. Il n’y a pas de dieu de ce nom ; on pourrait faire l’hypothèse d’une sthalasayana devata, c'est-à-dire de la divinité locale.

105 Kamalam (tam.), Nelumbo nucífera.

106 Sthalapurāa.

107 On l’appelle aujourd’hui le “Shore temple”.

108 Varua.

109 Paraśurāma.

110 Jacques Eugène Louville (1671-1732).

111 Phytéas, géographe grec du IVe siècle avant J.-C.

112 Voir la note du Glossary of the Madras Presidency, p. 778.

113 Ibid.

114 Pierre Jarric (1566-1617), jésuite et historien des missions de la Société de Jésus, principalement en territoire portugais. Histoire des choses plus mémorables advenues tant aux Indes orientales que autres païs de la descouverte des Portugais, en 3 parties, publiées c. 1600, 1610, 1614.

115 Narasiha.

116 Voir This City of Madras, An Illustrated Guide, p. 10-14.

117 C’est aujourd’hui la Old Government House, derrière les bâtiments de l’Assemblée (ibid., p. 30-31).

118 George Macartney, gouverneur de Madras de 1781 à 1785.

119 Pagode, monnaie d’or ; il y en avait différentes espèces qui variaient dans leur valeur.

120 La propriété était située à l’emplacement des bâtiments appelés aujourd’hui Museum Buildings, sur Pantheon Road (This City of Madras, An Illustrated Guide, p. 48).

121 Charles Cornwallis, gouverneur général (1738-1805).

122 Ce cénotaphe se trouvait, au temps de Sonnerat, à mi-distance entre Fort Saint George et Saint Thomas Mount ; il fut transféré en face du Port Office au courant du XIXe siècle (Higginbothmam's Guide of the City of Madras, p. 20).

123 Hobard, lord, gouverneur de Madras de 1794 à 1798.

124 James Anderson, chirurgien et botaniste ( ?-1809).

125 Guazuma ulmifolia Lam. (Sterculariaceae).

126 George Hilaro Barlow, gouverneur de Madras en 1807 ; il mourut en 1846.

127 Cet ordre de chevalerie fut institué en 1399 par Henry IV, roi d'Angleterre.

128 William Cavendish Bentinck (1774-1839), gouverneur de Madras de 1803 à 1807.

129 Laskhar (hind.), matelot non européen.

130 oriyā (hind.), sorte de mousseline et d’organdi.

131 Muhammad Ali Khan, nawab du Carnate, mort en 1795.

132 Umdat-ul-Umara succéda à son père en 1795 et mourut en 1801.

133 Azim ud-daulah devint nawab en 1801 et mourut en 1819.

134 Mc Crindle’s Ancient India as described by Ptolemy, p. 64-65, 162.

135 Ibid., p. 54, 63-64.

136 Kṛṣṇa.

Table des illustrations

Légende 2. La côte du Coromandel.
URL http://books.openedition.org/ifp/docannexe/image/4111/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 192k

© Institut Français de Pondichéry, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search