Version classiqueVersion mobile

Le vieux Pondichéry (1673-1824) revisité d'après les plans anciens

 | 
Jean Deloche

V. Pondichéry (1724-1741)98

Texte intégral

A Pondichéry (1724-1733) : priorité au système de défense : l’enceinte de la ville

  • 98 Nous utilisons, pour établir le plan de la fig. 15, trois plans : le premier, Plan des ville et cit (...)
  • 99 Lettre du 27 septembre, citée dans E. Gaudart, Procès-verbaux, t. II, p. 206.

1La période suivante, sous le gouvernement de Lenoir, sera occupée principalement par la mise en place d’un système de défense efficace, la Compagnie ayant ordonné « de donner tous les soins à la construction des murs de la ville et de remettre après que l’enceinte sera entièrement finie l’édification des autres bâtiments »99.

La nouvelle enceinte [fig. 15]

  • 100 Un plan de la ville et de la forteresse de Pondichéry, déposé à la Bibliothèque nationale (BN, Vd 2 (...)

2Jusqu’ici, Pondichéry n’était entourée que de haies, ce qui permettait, certes, de faire face aux attaques des mauraudeurs, mais pas de résister à une armée régulière. Un dernier projet d’amélioration de la vieille clôture se trouve dans un document anonyme, daté de 1721, mais, en fait, antérieur à cette date (CAOM, 32 B15), qui s’inspirait du premier plan de Nyon dessiné en 1700 (supra). Il prévoyait de détruire toutes les redoutes, sauf le fort Sans-Peur, et de faire une nouvelle ceinture autour de la vieille ville, flanquée de « 4 tours bastionnées à la Vauban », c’est-à-dire des bastions à orillons et à flancs concaves100 ; projet qui ne fut pas exécuté, parce que progressivement, la ville s’étant agrandie au sud de l’Uppar, les ingénieurs furent obligés de considérer un système de protection plus vaste.

Fig. 15 Pondichéry (1724-1741)
(d’après V, SHAT, art. 14, 31, CAOM, 32 A, 28, 32 B 20 bis, BN, SHM, port. 204 D.4 1)

Fig. 16. Pondichéry (1739 ?). Plan Anonyme (CAOM, 32 B 20 bis).

  • 101 La Farelle, Mémoires et correspondance, p. 26.

3Avec l’urbanisation de la partie sud-ouest qui se trouvait en dehors de ce système défensif sommaire, la ville qui, selon La Farelle101, comptait alors « plus de cent mille âmes », réparties autour de son impressionnante citadelle, se devait, à ce moment crucial de l’évolution urbaine, de construire une enceinte de maçonnerie enfermant l’ensemble des habitations particulières et des bâtiments publics, afin d’assurer la protection complète des différentes communautés.

  • 102 E. Gaudart, op. cit., t. II, p. 28-31.
  • 103 Le Plan des ville et citadelle de Pondichéri, anonyme, circa 1733 (V, SHAT, art. 14, 5a) mentionne (...)

4Aussi, le 3 juin 1724, Dumas, par ordre du Conseil, fit-il assembler les représentants des différentes castes « pour leur faire voir de quel avantage et utilité il leur seroit que la ville […] fût enceinte de murailles, que cela seroit la sûreté de leurs biens et de leurs familles ». La proposition fut acceptée et les notables consentirent même à participer financièrement aux dépenses occasionnées par cette oeuvre de longue haleine102. L’entreprise devait durer jusqu’en 1733, soit 9 années103.

  • 104 A. Martineau, Correspondance du Conseil supérieur de Pondichéry et de la Compagnie, t. I, 1726-1730 (...)

5Les principales étapes de sa construction sont décrites dans la correspondance échangée entre le Conseil supérieur de Pondichéry et la Compagnie104.

  • 105 A. Martineau, op. cit., t. I. p. 83-84.

6De 1724 à 1728, on construisit, sous la direction du Père Louis, le mur nord sur 420 toises (840 m), depuis le bastion de la nouvelle porte de Madras (Mahatma Gandhi Street) jusqu’à la mer, avec deux bastions, ainsi qu’une caserne dont le second étage servait de magasin de riz et, sur le rivage, une douane et des magasins de marine105. Les travaux furent ralentis en 1727 à cause d’une intervention du nabab d’Arcot qui voulait interdire la continuation de la construction.

  • 106 Ibid., p. 229-232.

7En 1728, ils reprirent du côté nord, sous les ordres de l’ingénieur Deidier. On acheva ainsi de ce côté l’enceinte jusqu’au littoral, 172 toises (344 m), comprenant deux corps de garde, une chambre pour officiers et un bastion qui flanquait l’angle formé par l’enceinte sur le bord de mer ; le mur avait 2 toises 21 pieds, 6 pouces (4,7 m) de hauteur ; côté ouest, on construisit un mur de 8 pieds (2,6 m) de haut sur 60 toises (120 m) seulement, à partir du bastion Sans-Peur, en direction du sud106.

  • 107 Ibid., p. 366-367.

8En 1729, on fit, à partir du bord de mer, 217 toises de murs de 9 pieds (2,9 m) de haut, avec une porte flanquée de deux bastions à l’intérieur desquels furent bâtis deux corps de garde ; on continua les fondations du mur jusqu’au jardin de la Compagnie107. En 1733 (V, SHAT, art. 14, 5a), l’enceinte, terminée, était flanquée d’une suite de bastions et percée de 6 portes, soit, dans le sens inverse des aiguilles d’une montre, en partant du rivage, au nord : le bastion et la porte Saint-Louis, les bastions d’Anjou et d’Orléans, les deux bastions encadrant la porte de Madras (Mahatma Gandhi Street), le bastion du Nord-Ouest ; puis, côté ouest, le bastion Saint-Joseph, les deux bastions flanquant la porte de Valdaour (Nehru Street), laquelle dessinait à l’intérieur un large espace demi-circulaire, le bastion Sans-Peur, la porte de Villenour (Lal Bahadur Sastri Street), aussi protégée par deux ouvrages défensifs, enfin, côté sud, les bastions de la Reine, de l’Hôpital, la porte de Goudelour, la Petite Batterie, la porte et le bastion Saint-Laurent.

9Notons qu’on a retenu les noms des anciennes redoutes de la haie de terre (du fort Saint-Louis au fort Sans-Peur), que les deux portes du bord de mer (Saint-Louis et Saint-Laurent) devaient être des ouvertures secondaires puisqu’elles ne sont pas munies d’ouvrage défensifs.

10Pondichéry était ainsi protégé d’une cuirasse de maçonnerie qui devait se montrer efficace lors des sièges qu’elle allait subir, particulièrement en 1748.

Dégagement des glacis du fort et déplacement des cimetières [fig. 15]

  • 108 E. Gaudart, op. cit., t. II, p. 121-122.

11En même temps, on se souciait de bien dégager les surfaces planes entourant le fort Louis pour qu’en cas de besoin, elles fusssent balayées par le tir des défenseurs. En novembre 1726, le Conseil prit des résolutions importantes. L’une d’elles concernait les talus s’étendant au nord, encombrés de « paillottes et de cases de briques ». On exigea que ces édifices fussent démolis « afin que les glacis de la citadelle [fussent] libres et que les rues [fussent] continuées dans leurs étendues suivant l’ancien plan »108.

  • 109 Ibid., p. 122.

12De plus, le vieux cimetière des Français, établi sur le glacis, bien avant la construction du fort Louis (et que l’on trouve dans les premiers plans de la ville), « n’étant pas convenable à cet endroit », il fut arrêté qu’il serait transporté dans l’enclos des Capucins tout près de leur église (Surcouf Street)109.

  • 110 Ibid., p. 122.

13Il fut aussi décidé qu’il serait fait un autre cimetière « pour les Topas et autres chrétiens, gens du pays, dans un terrain qui a été indiqué par les Révérends Pères Capucins, situé au nord, près le fort Saint-Louis, et que ce terrain seroit enclos d’un mur de brique »110.

14Dans le plan de 1739 (CAOM, 32 B 20 bis), c’est ce dernier cimetière, installé sur le bord de mer, à l’emplacement de l’actuel Institut français (entre Saint-Gilles et Desbassyns de Richemont Streets) qui est appelé cimetière des Français ; dans le plan de 1733 (V, SHAT, art. 14 5a), il est nommé cimetière des Capucins. Vraisemblablement, le petit enclos des Capucins ne pouvant accueillir qu’un nombre limité de tombes (d’ailleurs, il ne contient aujourd’hui que les sépultures de quelques notables de la fin du XVIIIe siècle), on a dû, pour cette raison, utiliser l’autre cimetière.

15Quant au cimetière des Malabars chrétiens, il était toujours à la même place. Il portait le même nom en 1739 (V, SHAT, art. 14 5a) ; dans le plan de 1733, il est appelé cimetière des Jésuites.

  • 111 Ibid., p. 206-207.

16Enfin, pour dégager les glacis du fort du côté sud-est, en novembre 1728, on demanda aux Capucins de détruire la vieille église dédiée à Saint-Lazare (église des Malabars)111.

Aménagement du fort Louis

  • 112 Ibid., p. 351-352.
  • 113 A. Martineau, op. cit., t. I, p. 38-39.
  • 114 Ibid., p. 175, 367.
  • 115 Ibid., p. 175.
  • 116 E. Gaudart, Procès-verbaux, t. II, p. 4-5.
  • 117 A. Martineau, op. cit., t. I, p. 231.

17Quant au fort lui-même, il ne fut pas l’objet de grands travaux, parce que toutes les énergies étaient portées sur la construction de l’enceinte de la ville. On s’inquiétait, cependant, de mieux utiliser l’espace intérieur pour renfermer les marchandises de la Compagnie. Aussi, dès octobre 1722, avait-on décidé de poursuivre la démolition du vieux fort barlong, ainsi que des bâtiments qu’il contenait, et de bâtir, à cet emplacement, trois magasins et deux corps de casernes112 (plan des casernes et magasins exécutés en 1725, in CAOM, 32 B 20). En 1726, deux magasins pour marchandises avaient été construits à côté de la porte Royale ainsi qu’une caserne à un étage113. La même année, une halle voûtée avait été réalisée « pour visiter les marchandises », le pont de la porte Royale avait été rétabli, et, à la fin de 1729, on avait commencé la construction de deux corps de logis en face des deux magasins114. Entre-temps, on avait construit des voûtes sur le bastion de Bretagne « pour y placer la presse à presser les balles de guinée, salampouris et mouchoirs »115. A l’extérieur des murs, les fossés « étant presque à demi comblés de boue et d’immondices et causant une puanteur insupportable », en février 1724, on avait résolu de les curer116. Enfin, vis-à-vis de la forteresse, sur le bord de mer, on avait élevé, à la place d’un abri de feuilles de cocotiers, un bâtiment couvert de tuiles « pour protéger les employés et les marchandises »117.

Autres constructions [fig. 15]

  • 118 Ibid., t. I, p. 176 ; A. Launay, op. cit., t. I, p. xxxvi.

18Dans la ville neuve, deux chantiers seulement sont à signaler. D’abord, la construction par les Jésuites d’une nouvelle église pour remplacer l’ancienne qui tombait en ruines : en mai 1728, sur l’avis de l’ingénieur Deidier, on leur accorda la permission de rebâtir cette église « pourvu qu’elle n’[eût] pas plus de 59 pieds d’élévation et qu’elle [fût] au moins à une distance de 110 toises du fort », afin de ne pas pas nuire à la défense de la citadelle et de la ville qui était considérée comme prioritaire par les autorités118. Cette troisième Notre-Dame de la Conception fut élevée à l’emplacement de la cathédrale actuelle.

  • 119 E. Gaudart, op. cit., p. 205-206 ; A. Martineau, op. cit., t. I, p. 232.

19L’autre initiative fut la rénovation (absolument nécessaire) par la Compagnie du bâtiment de la chaudrie, « endroit où se rend la justice aux noirs dans le grand bazar », qui était dans un état de délabrement total : en novembre 1728, on décida de faire construire, d’après les plans du père Louis, un nouvel édifice contenant des pièces pour loger les écrivains du tribunal et des prisons voûtées pour les prisonniers ; il était presque fini en janvier 1729119.

20Puisque nous en sommes aux terrains et bâtiment, notons aussi quelques renseignements fournis par les plans de l’époque. Ils montrent que les brahmanes, voisins des Jésuites, possédaient deux jardins avec étang, à l’ouest et au nord de la propriété de ces derniers, et que la Compagnie et les Capucins avaient eux aussi chacun un jardin (CAOM, 32 A 20 bis). Ils nous indiquent, de plus, où habitaient, en 1733, quelques employés influents de la Compagnie : le sieur Dumas (qui allait devenir gouverneur) avait une maison justement dans ce jardin de la Compagnie, situé à l’ouest du jardin des Jésuites (c’est-à-dire à l’ouest de Bharati Street, entre Sainte-Thérèse et Tambu Naicker Streets) ; le sieur Mollandin habitait à l’emplacement de Raj Nivas, côté nord ; le sieur Lenoir (le gouverneur), sur le terrain du Dining hall de l’ashram, et le sieur Delorme, là où se trouve le General Post Office (V, SHAT, art. 14 5a).

Hiérarchisation des rues

21Lors de la construction de l’enceinte, le père Louis avait conçu une nouvelle porte de Madras, flanquée de deux bastions, avec des corps de garde, et, à l’extérieur, il avait fait creuser deux étangs pour les blanchisseurs de toile. Cette ouverture était devenue la porte principale de la ville. Il n’est donc pas étonnant que des changements aient alors eu lieu dans l’importance relative des rues et que des mesures aient été prises pour régulariser la circulation par souci de simplification.

22Dans la ville neuve, si l’axe est-ouest, c’est-à-dire la rue de Valdaour (Nehru Street) n’avait pas changé, en revanche l’axe nord-sud (la rue de Madras) s’était déplacé vers l’ouest (de Mission Street à Mahatma Gandhi Street) où il était désigné par le nom de rue de la Porte Neuve de Madras. L’échiquier pondichérien était désormais orienté selon ces deux pivots orthogonaux.

  • 120 E. Gaudart, op. cit., t. II, p. 121.

23En novembre 1726, le Conseil prit une résolution importante concernant précisément ces deux voies. On décida, pour des raisons esthétiques et pratiques « pour la décoration de la ville et rendre les emplacements à bâtir plus commodes », de « continuer d’ouvrir et percer » ces deux rues, ainsi que « les trois autres rues des tisserands qui sont parallèles, conformément à l’ancien plan » c’est-à-dire de dégager ces passages de tout ce qui obstruait la circulation120.

  • 121 La Farelle, op. cit., p. 83.

24Même préoccupation d’ordre et de régularité, en dehors des remparts, où « les chemins [n’étaient], à proprement parler, que des allées d’arbres avec des bosquets de distance en distance »121.

25Ainsi, à l’intérieur de l’enceinte ellipsoïdale, le tissu urbain, intégrant la masse d’habitations et d’activités économiques dues à l’augmentation de la population, s’insérait dans un dessin architectural rigide qui ne devait alors plus changer.

B. Pondichéry (1733-1741) : les bâtiments à destination administrative

26Après avoir fixé les voies qui ont créé l’infrastructure propre à la circulation et aux échanges et achevé les murs de l’enceinte qui ont fixé les limites de l’agglomération, la Compagnie allait pouvoir se consacrer, outre quelques aménagements mineurs, aux ouvrages d’art et assumer avec éclat sa fonction politique par la construction d’édifices publics indispensables.

  • 122 A. Martineau, op. cit., t. II, p. 12-13.
  • 123 Ibid., t. III, p. 11, 61.

27C’est aussi durant cette période que les territoires de la Compagnie s’agrandirent. En juillet 1738, le gouverneur Dumas obtint du raja de Tanjavur la cession de Karikal, de la forteresse de Karkalangeri et de 5 aldées122 ; et, en 1740, la concession personnelle, par Safdar Ali, fils de Dost Ali Khan, d’Archiwac, au sud-ouest d’Ariyankuppam et de Tondamanattam, à l’ouest du Grand Etang ; aldées qu’il rétrocéda à la Compagnie123.

Perfectionnement de l’enceinte : les couronnements et les fossés [fig. 15]

  • 124 Ibid., t. II, p. 20, 42, 96 ; t. III, p. 208.
  • 125 Dans sa lettre du 25 novembre 1741 (ibid., t. III, p. 460-463).
  • 126 Ibid., t. III, p. XXVIII.
  • 127 Ibid., t. III, p. 148, 340.

28Il restait à aménager les parties hautes de l’enceinte et à l’entourer de fossés pour améliorer la défense et protéger entièrement la ville du côté de la terre. Jusqu’en 1740, on travailla aux plates-formes, parapets et merlons des bastions et on construisit des corps de garde124. Les ouvrages les plus significatifs furent faits aux portes de Madras, de Valdaour, de Villenour et de Goudelour (BN, SHM, port. 204, D. 4 4). Puis, bien que la Compagnie y fût opposée125, le Conseil décida de faire creuser des fossés pour créer un obstacle supplémentaire et, en même temps, régulariser l’écoulement des eaux de l’Uppar. Pour des raisons de sécurité il fit raser les maisons et jardins qui se trouvaient autour de la ville126. Il pensa aussi au bord de mer qui n’était pas protégé (l’ouvrage à cornes collé sur le côté est du fort Louis que montre encore le plan de 1741, mentionné supra, n’était probablement pas encore démoli ?) et fit exécuter des travaux qui, mal conçus, furent détruits par les flots en 1740127.

29De toute façon, du côté de la terre, la ville était bien défendue : « la Compagnie y entretenait une garnison de 7 ou 800 hommes » et « il y a[vait] sur la citadelle et sur les portes qui défendaient les murs plus de 300 pièces de gros canon et mortier bien montés » (BN, SHM, port. 204 D.4 4).

Travaux d’utilité publique

  • 128 E. Gaudart, op. cit., t. III, p. 69-70 ; A. Martineau, op. cit., t. III, p. 95.

30Dans la partie sud-ouest de la ville, il y avait encore un espace imparfaitement urbanisé, entre l’endroit où s’étaient installés les Musulmans et l’Uppar (petit canal) : c’était la parcherie ou quartier des parias. En janvier et juillet 1737, le Conseil décida de le faire « nettoyer » pour y loger, suivant les plans du père Louis, les ouvriers, « orfèvres et autres gens », de l’hôtel de la Monnaie qui venait d’être créée. La valeur des 94 paillotes établies à cet endroit fut l’objet d’une estimation faite par les maîtres charpentiers et maçons, et leurs propriétaires furent indemnisés par la Compagnie128. Ce quartier est représenté dans le plan de 1739 (CAOM, 32 B 20 bis) [fig. 15].

  • 129 E. Gaudart, op. cit., t. III, p. 43.
  • 130 A. Martineau, op. cit., t. II, p. 97.

31Et, justement, pour faciliter les déplacements entre ce nouvel établissement et la Monnaie, on avait envisagé dès juillet 1736 de reconstruire le pont sur l’Uppar, en face de l’ancienne porte de Goudelour, de le faire « solide, en pierre de taille et brique »129. En octobre 1738, le Conseil pensait exécuter les travaux130.

  • 131 Ibid., t. III, p. 95.

32Et, pour en finir avec les problèmes de circulation, les pluies ayant rendu impraticable le chemin de Valdaour, qui représentait « le principal abord des terres », il fut réparé en juillet 1737131.

  • 132 M.V. Labernadie, op. cit., p. 139.

33Autre disposition, celle-là concernant l’assainissement de la zone basse médiane. Lorsque les fossés de l’enceinte furent creusés, on utilisa les terres excavées pour niveler le terrain, boucher les creux remplis d’eau, à l’ouest du fort, le long des propriétés des Jésuites, et cet espace, réglé au cordeau, fut réservé à 1000 ou 1200 Malabars, dont on avait rasé les cases, à l’extérieur des remparts, pour dégager les glacis132.

  • 133 E. Gaudart, op. cit., t. III, p. 205.
  • 134 Ibid., t. III, p. 10-11.

34Petits changements prévus pour faciliter la fabrication des toiles. D’abord dans la partie ouest de la ville, en mars 1738, on envisagea la construction d’une nouvelle batterie des toiles à un endroit situé derrière l’ancienne, jugée trop petite, qui se trouvait au nord de l’église des Jésuites (Mission Street) (mentionnée supra). Ensuite, au nord de l’enceinte, devant la porte de Madras, les six chaudries (ou abris) des blanchisseurs « qui leur serv[ai]ent à serrer leur toile la nuit et dans les mauvais temps » étant presque en ruine, le Conseil décida, en mai 1739, de les rebâtir à neuf et d’y mettre des ouvriers133. Enfin, pour des raisons de salubrité, il fut délibéré, en octobre 1735, que, sur les fossés du fort Louis, les latrines fussent vidées et nettoyées134.

  • 135 Ibid., t. III, p. 230-231.
  • 136 A. Martineau, op. cit., t. III, p. 337-338.
  • 137 Ibid., t. IV, p. 140.
  • 138 Ibid., t. V, p. 323.

35Il faut ajouter qu’en 1739 les Capucins demandèrent la permission de construire une nouvelle église, celle qu’ils avaient bâtie en 1707 « étant trop petite et menaçant ruine de tous costés », et aussi un nouvel hospice, l’ancien tombant « pareillement en ruine ». En août 1739, le Conseil exigea que le site choisi pour la seconde Notre-Dame des Anges fût à une distance plus grande du bastion de Bretagne, c’est-à-dire sur un terrain situé au sud, en achetant deux parcelles appartenant à des particuliers ; l’hospice placé devant devait être construit jusqu’à la rue des Français (Dumas Street)135 ; en mars 1740, la hauteur de l’église fut arrêtée à 35 pieds. Les Capucins, cependant, mirent des années à bâtir leur église, la Compagnie interdisant de faire des constructions qui pussent gêner la vue du fort ou la défense de la ville. En effet, en février 1741, l’édifice ne dépassait pas 17 pieds136 ; en janvier 1746, les Capucins attendaient encore la permission de « continuer leur église dont la hauteur n’é[ait] plus tant à craindre depuis que la ville é[tait] fermée »137 ; finalement, l’interdiction fut levée en janvier 1758 et l’église put être achevée138.

Bâtiments majeurs

36Les grandes réalisations furent, outre l’édification de la nouvelle église des Capucins, la construction d’un hôpital, de l’hôtel de la Monnaie et d’un nouveau palais du Gouvernement.

  • 139 M.V. Labernadie, op. cit., p. 146 ; en revanche sa description détaillée des lieux est excellente ((...)
  • 140 E. Gaudart, op. cit., t. III, p. 31, 76, 137 ; A. Martineau, op. cit., t. II, p. 11, 96, 212 ; t. I (...)

37On commença par l’hôpital [fig. 24], qui fut bâti dans la partie est du jardin de la Compagnie (dont les limites correspondaient à Mahatma Gandhi Street à l’ouest, Subbaiya Salai, au sud, et Raja Saheb Street, au nord) ; il n’était pas situé à l’emplacement de l’église du Sacré-Coeur, comme le dit M. V. Labernadie, mais à l’est de cet édifice139. Sa construction débuta en 1734. Le plan envoyé en 1732 et celui que proposa la Compagnie en 1733 n’ayant pas été suivis, on confia la tâche au père Louis. Son projet étant mal conçu, des déboires l’attendaient ; de plus, on avait des difficultés à obtenir le bois de teck en provenance du Pegu et on ne trouvait pas sur place suffisamment de chaux pour blanchir. Aussi notre architecte a-t-il « fort mal réussi dans cet ouvrage qui [était] vilain et mal construit et auquel il a été obligé de faire partout des contreforts pour soutenir les murs qui n’étoient pas capables de résister aux arcs surbaissés qu’il a[vait] faits pour parer la charpente et les terrasses ». En 1738, on comptait faire crépir les murs et placer portes et fenêtres ; enfin, en janvier 1742, on envoya à Paris le plan de l’ouvrage établi par Paradis (CAOM, 32 A25-27)140.

38Ce plan montre que l’hôpital était situé à l’intérieur d’un enclos rectangulaire en maçonnerie. La porte d’entrée débouchait sur un espace ouvert rectangulaire bordé, à l’intérieur, d’une galerie donnant, au nord et au sud, sur les chambres de l’économe, des officiers malades et des chirurgiens. Suivait un ouvrage décrivant un T qui comprenait 3 salles, bordées d’une galerie à l’extérieur, et reliées à 4 chambres destinées à la distribution des remèdes et aux convalescents. A l’intérieur de l’enclos, le long des murs, se trouvaient, au nord et au sud, une série de pièces, servant de magasins, de cuisine, de pharmacie ou de simples chambres.

  • 141 E. Gaudart, op. cit., t. III, p. 69-70 ; A. Martineau, op. cit., t. II, p. 11, 96, 212.

39On entreprit de construire l’hôtel de la Monnaie [fig. 23], après avoir obtenu de l’empereur moghol la permission de battre des roupies en août 1736. Il n’était pas possible de l’ériger à l’intérieur du fort Louis « tant à cause de l’incommodité de la fumée des dragues qui servent à la fonte de matières d’or et d’argent qu’à cause du peu de terrain qu’il y a[vait] pour la bâtir ». Aussi fut-il arrêté de le construire, suivant un plan du père Louis, près de la porte de Goudelour, à l’emplacement actuel du P.W.D (sur Lal Bahadur Sastri Street). Le bâtiment fut achevé en septembre 1738141. Les plans de l’ouvrage dont nous disposons ont été établis une trentaine d’années plus tard, entre 1765 et 1768, c’est-à-dire au moment où on les reconstruisait (CAOM, 32 B2 15, 33 A 114, 149). D’après le plan de la ville de Paradis de 1743 (CAOM, 32 A 28), il était bâti à l’intérieur d’un espace rectangulaire, la porte d’entrée, côté sud, donnant sur une première cour barrée par un édifice derrière lequel se trouvaient trois rangées de bâtiments.

Fig. 17. Eglise du fort Louis (1722). Plan anonyme (CAOM, 32 B 18, 17).

Fig. 18. Palais du Gouvernement (1755). Plan par Dumont (CAOM, 33 A 80, 85).

  • 142 Ibid., t. III, p. 115.
  • 143 Ibid., t. II, p. 96-97.
  • 144 Ibid., t. III, p. xxviii ; t. IV, p. xxi.

40Le palais du Gouvernement prit plus de temps. La maison du fort Louis qui servait de logement au gouverneur tombant en ruine, le Conseil décida en octobre 1737 de démolir ce bâtiment et de louer pour trois ans la maison de M. Février où seraient transférés la Chambre du Conseil, les bureaux du secrétariat et du greffe142. Au début de 1738 furent jetés les fondements du nouvel édifice143. On prévoyait, selon les plans copiés par Gerbault (CAOM, 32 B21-22), une entrée sur escalier donnant sur une première galerie avec un vestibule central menant à une seconde galerie au milieu de laquelle était le perrron d’un grand escalier à double rampe menant au premier étage ; entre les galeries se trouvaient différentes pièces (bureaux pour le garde-magasin, le caissier, les écrivains noirs, chambre pour le courtier, etc). Les travaux commencés furent interrompus plusieurs mois au moment de l’arrivée de Dupleix. Ils ne furent terminés qu’en 1752144 [fig. 18] (voir infra, p. 65).

41Au nord du fort, la maison qu’habitait le sieur Mollandin en 1733, à l’emplacement de Raj Nivas, était devenue, en 1739, l’hôtel de la Compagnie (CAOM, 32 B 20 bis).

42Ainsi, grâce à une période de paix relative, à la sagesse et l’habileté de ses gouverneurs, Lenoir et Dumas, « cette ville [était] devenue très considérable, on y compt[ait] plus de 130 000 habitants, malabars et mahométans », en 1741 (BN, SHM, port. 204 D.4 4).

Notes

98 Nous utilisons, pour établir le plan de la fig. 15, trois plans : le premier, Plan des ville et citadelle de Pondichéri, anonyme, circa 1733 (V, SHAT, art. 14, 5a) ; le second, Plan des ville et citadelle (le fort Louis) de Pondichéry, anonyme, 1733 ; ce dernier est manifestement plus tardif, puisqu’il mentionne l’hôpital construit en 1734 et l’église neuve des Capucins commencée en 1739 ; nous le daterions de 1739 ; le troisième, Plan de Pondichéry en 1741 telle que cette place étoit sous le gouvernement du sieur Dumas, anonyme, 1741 (BN, SHM, port. 204, D.4 4). Notons que ces plans sont les premiers à donner des alignements corrects.

99 Lettre du 27 septembre, citée dans E. Gaudart, Procès-verbaux, t. II, p. 206.

100 Un plan de la ville et de la forteresse de Pondichéry, déposé à la Bibliothèque nationale (BN, Vd 25-fol. Topographie de l’Asie, t. 10, P. 18687), faussement daté de 1688 (mentionné supra note 6), s’inspire manifestement des mêmes sources que ce plan daté de 1721 : il prévoit de construire une enceinte de ce type, mais n’entourant que les deux villes basses, flanquée de 4 tours au nord et au sud, et reliée aux bastions Dauphin et de Berry, à l’ouest. Il n’envisage pas de modifier la haie qui limite la ville haute.

101 La Farelle, Mémoires et correspondance, p. 26.

102 E. Gaudart, op. cit., t. II, p. 28-31.

103 Le Plan des ville et citadelle de Pondichéri, anonyme, circa 1733 (V, SHAT, art. 14, 5a) mentionne expressément que « la nouvelle enceinte [fut] finie en 1733 ».

104 A. Martineau, Correspondance du Conseil supérieur de Pondichéry et de la Compagnie, t. I, 1726-1730, p. 54-56 (introd.), 36-41, 83-84, 174-176, 229-232, 313-316, 366-367 ; cette documentation a été reprise par M. V. Labernadie, op. cit., p. 120-124.

105 A. Martineau, op. cit., t. I. p. 83-84.

106 Ibid., p. 229-232.

107 Ibid., p. 366-367.

108 E. Gaudart, op. cit., t. II, p. 121-122.

109 Ibid., p. 122.

110 Ibid., p. 122.

111 Ibid., p. 206-207.

112 Ibid., p. 351-352.

113 A. Martineau, op. cit., t. I, p. 38-39.

114 Ibid., p. 175, 367.

115 Ibid., p. 175.

116 E. Gaudart, Procès-verbaux, t. II, p. 4-5.

117 A. Martineau, op. cit., t. I, p. 231.

118 Ibid., t. I, p. 176 ; A. Launay, op. cit., t. I, p. xxxvi.

119 E. Gaudart, op. cit., p. 205-206 ; A. Martineau, op. cit., t. I, p. 232.

120 E. Gaudart, op. cit., t. II, p. 121.

121 La Farelle, op. cit., p. 83.

122 A. Martineau, op. cit., t. II, p. 12-13.

123 Ibid., t. III, p. 11, 61.

124 Ibid., t. II, p. 20, 42, 96 ; t. III, p. 208.

125 Dans sa lettre du 25 novembre 1741 (ibid., t. III, p. 460-463).

126 Ibid., t. III, p. XXVIII.

127 Ibid., t. III, p. 148, 340.

128 E. Gaudart, op. cit., t. III, p. 69-70 ; A. Martineau, op. cit., t. III, p. 95.

129 E. Gaudart, op. cit., t. III, p. 43.

130 A. Martineau, op. cit., t. II, p. 97.

131 Ibid., t. III, p. 95.

132 M.V. Labernadie, op. cit., p. 139.

133 E. Gaudart, op. cit., t. III, p. 205.

134 Ibid., t. III, p. 10-11.

135 Ibid., t. III, p. 230-231.

136 A. Martineau, op. cit., t. III, p. 337-338.

137 Ibid., t. IV, p. 140.

138 Ibid., t. V, p. 323.

139 M.V. Labernadie, op. cit., p. 146 ; en revanche sa description détaillée des lieux est excellente (ibid., p. 145-147).

140 E. Gaudart, op. cit., t. III, p. 31, 76, 137 ; A. Martineau, op. cit., t. II, p. 11, 96, 212 ; t. III, p. xxviii, 339-340, 396.

141 E. Gaudart, op. cit., t. III, p. 69-70 ; A. Martineau, op. cit., t. II, p. 11, 96, 212.

142 Ibid., t. III, p. 115.

143 Ibid., t. II, p. 96-97.

144 Ibid., t. III, p. xxviii ; t. IV, p. xxi.

Table des illustrations

Légende Fig. 15 Pondichéry (1724-1741)(d’après V, SHAT, art. 14, 31, CAOM, 32 A, 28, 32 B 20 bis, BN, SHM, port. 204 D.4 1)
URL http://books.openedition.org/ifp/docannexe/image/411/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 488k
Légende Fig. 16. Pondichéry (1739 ?). Plan Anonyme (CAOM, 32 B 20 bis).
URL http://books.openedition.org/ifp/docannexe/image/411/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 760k
Légende Fig. 17. Eglise du fort Louis (1722). Plan anonyme (CAOM, 32 B 18, 17).
URL http://books.openedition.org/ifp/docannexe/image/411/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 488k
Légende Fig. 18. Palais du Gouvernement (1755). Plan par Dumont (CAOM, 33 A 80, 85).
URL http://books.openedition.org/ifp/docannexe/image/411/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 819k

© Institut Français de Pondichéry, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search