Version classiqueVersion mobile

Nouveau voyage aux Indes orientales (1786-1813)

 | 
Pierre Sonnerat

Chapitre II. De la côte de Coromandel

Texte intégral

Coromandel

1Toute la côte que nous nommons Coromandel formoit autrefois un royaume considérable sous le nom de Soja Mandalam (royaume de Sojan) (a).

  • 1 a-maṇṭalam (tam.).

(note (a) : Cette altération du nom Soja mandalam en Coromandel vient de ce que les missionnaires portugais qui fréquentèrent les premiers cette côte écrivirent ce nom, suivant leur prononciation Chora mandalam, ceux qui vinrent après eux l’écrivirent selon la prononciation latine Co pour Cho, ce qui fait alors Coromandel.]1

2Le Tanjaour, Trichenapaly en étaient des provinces ; le Maÿssour (b) faisoit alors partie du royaume.

  • 2 Maisūru serait une corruption de Mahiāsura, le démon buffle tué par la déesse Durgā.

[note (b) : Son nom lui vient de celui d’un roi géant nommé Mayassourou qui l’avait gouverné dans le premier âge du monde.]2

  • 3 Kiḷḷi (tam.) un des titres des rois cholas.
  • 4 Pāṇḍya, habitant du royaume de Madurai. C’est une désignation ancienne du royaume du sud de la péni (...)

3On compte trois cens soixante deux monarques célèbres qui l’ont successivement gouverné ; le premier s’appelait Nally qui veut dire ami, et régnoit il y a environ cinq mille ans, le dernier se nommoit Kylly3. Ces princes furent très puissans, conquirent presque toute l’Inde ; ils joignirent à leurs domaines tout le pays du Sud jusqu’au Cap Commorin, qu’on appelloit Royaume de Pandy4, dont Maduré était la capitale (c),

  • 5 ṇṭil (tam.) bambou.
  • 6 Vākai (tam.).

[note (c) : Le nom de Pandy lui vient de ce que toute cette partie de l’Inde produit en quantité de l’arbre qu’on nomme pandil5 et qui est aussi connu sous le nom de vaguey6].

  • 7 Karikāla Cōḻaṉ, un des rois cholas semi-mythiques les plus populaires de la littérature du Sangam.

4et un de ces rois nommé Kart Kalut Sojen7 poussa ses conquêtes jusqu’aux montagnes Imayan (Imaus).

  • 8 Ativīrarāmapāṇṭiyaṉ qui régna sur la région de Tenkasi au XIVe siècle.

5Plusieurs de ces princes furent célèbres par leur amour pour les belles lettres et quelques-uns même les cultivèrent ; on estime surtout la beauté de la poésie d'Adivira Rama Pandian8, qui fut le trois cent cinquante septième roi ; ses ouvrages sont en l’honneur de Chiven ; on y trouve d’excellens préceptes et des particularités sur les mœurs et l’amour réciproque des deux sexes.

6Il y a environ neuf cens ans que l’empire des monarques sous le nom de Sojan fut détruit ; les princes de Vigeanagaran (Bisnagar) [Vijayanagar] le conquirent et le conservèrent jusqu’au tems où ils furent chassés par les Mogols et par les Marattes.

Côte basse

  • 9 Aldea (port.).

7Toute cette côte varie peu ; elle est presque de niveau avec la mer et paroit une plaine sans borne, on ne découvre aucune montagne ; celles qui y existent sont trop éloignées dans les terres et pas assez hautes pour être apperçues de la mer ; votre attention n’est détournée que par des groupes de palmiers, par quelques autres arbres isolés et par quelques tours de pagodes qui s’élèvent au-dessus de cabanes bâties en terre et couvertes de chaume, réunies, qui par leur réunion prennent le nom d’aldée9 (d)

(note (d) : Terme que les Portugais ont mis en usage dans l’Inde pour désigner un village.] et on ne commence à appercevoir des montagnes que lorsqu'on approche de Visagapatnam [Vishakapattanam].

8Pour suivre un ordre dans ce qui doit être dit sur ce pays, je parlerai d’abord de son sol, de la composition des montagnes et de quelques objets relatifs à l'histoire naturelle.

Sols

9En commençant par la pointe de Calymère, tous les bords de la mer, jusqu’aux premières chaînes de montagnes sont bas, les terres sont sablonneuses ; elles contiennent aussi beaucoup de parties calcaires, provenant des débris des coquillages que la mer brise dans ses flots et dépose sans cesse en poussière ; ces terres font un peu d’effervescence avec les acides, à l’aide du borax, /34/ elles fondent et donnent un verre sale poreux, mais en entrant dans le Maduré et le Tanjaour, elles deviennent plus propres à la culture, ce qui provient des végétaux qui s’y sont décomposés en plus grande partie ; quoiqu’on ne puisse leur donner d’autre caractère que d’être sablonneuses, cependant elles sont mêlées à un peu de terres argileuses qui leur donnent plus de consistance et leur fait conserver plus longtems l’eau ; ces terres sont grossières, se fondent en desséchant et se fondent à un feu violent en une matière vitreuse noirâtre veinée.

10En se rapprochant des chaînes de montagnes, on commence à s’apercevoir du changement du sol qui devient pierreux, ces pierres dispersées et dont quelques masses assez considérables sont fichées en terre, sont d’un mauvais granit friable ; les terres se trouvent mélangées de toutes sortes de substances et il est facile de distinguer que ces terres et ces sables sont des fragments des pierres de la montagne, attaquées, brisées et réduites en poussière par le frottement, la chute, les éboulemens et par les eaux qui en détachent sans cesse des parcelles ; mais encore par l’action /35/ continue des météores et par des accidens, des révolutions universelles ou locales de la nature.

Roches

11Ces premières montagnes sont composées d’une roche graniteuse de deux substances ; on n’y distingue que le quartz et le schorl, mais en approchant du lit du Cavery vous rencontrez un granit de trois substances : le quartz, le schorl et le mica blanc en paillete ; vous trouvez aussi quelques grandes masses de quartz laiteux gris ; le lit du Cavery est plein d’excavations considérables que ses eaux ont formées et creusent sans cesse dans le temps des débordemens.

Kaveri

  • 10 Pays des Maṟava.
  • 11 Toṇṭamāṉ, titre des chefs de Pudukkottai.

12Il prend sa source dans les Gattes malabares du Canara, passe dans le Maïssour, baigne les murs de Scheringapatnam [Srirangapattana], capitale de ce royaume, se divise en deux branches à Scheringam [Srirangam], isle célèbre par sa pagode dédiée à Vichenou ; la branche nord prend le nom de Colram [Kollidam] et se jette à la mer à Devicotey [Devikottai], l’autre branche conserve le nom de Cavery, arrose une partie du Tanjaour, du Marawa10, du Tonduman11 et se divise ensuite en plusieurs autres branches pour jetter ses eaux à la mer. Les rivières du Négapatnam [Nagappatinam], de Naour [Nakur], Karikal, Tranquebar, etc., sont des branches du Cavery. Ce fleuve roule ses eaux sur un sable qui contient quelques parcelles d’or. /36/ Les eaux du Cavery ont la propriété de pétrifier en peu de tems les animaux qui y meurent ; on trouve en quantité dans les différens bras que forme ce fleuve, particulièrement dans celui de Négapatnam, des crabes pétrifiés que les habitans ramassent et font entrer dans leur médecine ; pulvérisés et mis dans une boisson quelconque, ils leur attribuent la propriété de guérir la pierre, maladie qui produit des calculs, concrétions pierreuses ; ils prétendent aussi qu’ils clarifient et éclaircissent l'eau en attirant autour d’eux toutes les parties terreuses qu’elle contient.

Monts de Senji

13Je suivis exactement toute cette chaîne de montagne jusqu’à Gingy [Senji] où la scène est extrêmement variée, dans quelques endroits, des roches détachées posées les unes sur les autres en forment un sommet ; la plupart de ces roches sont presque rondes de diverses grosseurs, quelques-unes ont quarante et cinquante pieds de large sur un peu moins en hauteur sans la moindre gersure, on trouve de pareils morceaux et aussi considérables sur les flancs de la montagne et dans la plaine qui ont sans doute roullés du sommet. Ces roches sont d’un granit un peu décomposé à leur surface, quelques-unes sont brisées en /37/ grande surface quarrée, mais les cîmes de ces rochers sont éparpillées et forment des ondulations de différentes formes et dans quelques endroits, ils en ont de si particulières que, de loin, on les prendrait pour des châteaux ruinés, dans quelques espaces où un peu de terre y a été abrité des vents et des orages, sortent quelques arbres et abrisseaux dont les vents y avoient apporté des semences, ils poussent le plus souvent à travers les crevasses et sont petits, mal tournés, ne pouvant tirer assez de subsistance de l’élément au-dessus duquel ils semblent être comme suspendus. Plusieurs de ces rochers ont des fractures terribles et portent l’empreinte de grandes marques d’efforts et de violence ; sur le flanc ainsi qu’au bas de ces montagnes, on trouve une pierre calcaire en bloc assez considérable qui entre profondément dans la terre et qui quelquefois fait corps avec la montagne ; sa cassure est grenue, mais son grain est plus fin et elle est plus pesante que celle dont on se sert pour bâtir à Paris ; sa couleur est d’un jaune terne avec quelques veines rougeâtres, on voit en la cassant quantité de points brillants qui sont du spath ; on ne distingue aucune couche dans ces pierres.

Végétation

14Le terrein dans le bas de ces montagnes ne /38/ produit que quelques abrisseaux tels que des agnus-cactus (a),

  • 12 Neycciṭṭi (tam.), Achyranthes aspera L., irésine.

[note (a) : On distingue deux sortes d’agnus-cactus, celui à feuilles blanches et celui à feuilles noires, les Indiens l’appellent netchoti12 ils emploient avec succès cette plante pour les rhumatismes, mais ils préfèrent celles à feuilles noires ; lorsque les feuilles ont bouilli dans l’eau, on y ajoute un peu d’eau de vie et on les applique encore chaudes sur la partie malade. On prétend qu’elles ont les mêmes propriétés pour la goutte.]

15des pignons d’Inde, de grands acacias à fleurs jaunes dont la plupart supportent un convolvulus qui s’empare de tout l’arbre et le garnit entièrement de ses feuilles larges, ovales et de ses fleurs bleues qui s’ouvrent en cloche ; ces fleurs de convolvulus sont quelquefois mêlées à celles du pedamandou (b) qui sont aussi très agréables.

  • 13 Pedda mandu (tel.).

[note (b) : Peda-mandou en talinga, veut dire, grand remède13. Cette plante est le Clitoria tematea de Linné. Il y en a encore deux espèces : celle à fleurs bleues et celle à fleurs blanches ; on emploie avec succès la racine de cette dernière pour les fièvres ; on la met en poudre et on la donne soit en pilules, soit en décoction ; elle est un purgatif plus doux que le jalap.]

16Pl. 2. Clitoria ternatea

  • 14 Āvārai (tam.).

17On y voit aussi grimper le bonduc, amusette des bois (Guilandina bonduc de Lin.), liane dont le fruit à coque épineuse laisse tomber une grosse graine grise que les Indiens emploient pour la guérison des maux vénériens ; sur d’autres, c’est la réglisse sauvage dont les gousses, /39/ lorsqu’elles sont ouvertes, laissent entrevoir plusieurs graines du plus beau rouge avec une tache noire ; c’est cette graine qu’on appelle la graine à chapelet. On y trouve aussi quelques salvias, lycium. antirrhinum, tavaré14 (a).

[note (a) : Le tavaré ou tovary est le Cassia tora L. On l’emploie pour donner cette couleur d’un violet pourpre aux toiles bleues ; les peintres en chitte emploient la décoction des graines pour servir de mordant à leur peintures. Les graines de cette plante ont aussi la propriété de guérir les dartres, on les broye avec un peu de cumin noir, de fleur de soufre et d’alun ; on y ajoute du jus de citron pour en faire une pâte ; on frotte les dartres avec un morceau de drap pour les échauffer et on applique ensuite dessus un peu de cette pâte ; à la troisième ou quatrième fois, elles disparaissent et ne reviennent jamais.]

18casse puante (b),

[note (b) : Cette plante a une odeur fétide ; on lui donne improprement à Pondichéry le nom d’indigo sauvage et de faux séné, elle n’a aucun rapport avec ces plantes et n’en a pas même aucune des propriétés, elle ne donne point de fécules. Elle est un véritable cassia, on la donne en décoction dans les maladies de poitrine : avec le jus des feuilles ou les feuilles même, on fait une espèce d’onguent qui, appliqué sur les plaies ou coupures, les guérissent promptement.]

19indigo sauvage (c),

  • 15 Anil (port.), nīlam (tam.).

[note (c) : Cette plante est un vrai anil15, elle est très commune dans toute l’Inde ; on la laisse venir dans les champs qui reposent pour leur servir d’engrais, ce qui lui a fait donner dans ce pays le nom de fume-terre, on en tire une fécule d’un beau jaune.]

20et quelques palmiers épars. Il y a /40/ beaucoup d’étangs qui ont été formés par les eaux des montagnes, dont les bords sont garnis d’un oxalis et le milieu d’une espèce de nymphoea qui diffère du nelumbo de Linneus, en ce que ses feuilles qu’elle se plaît à étendre horizontalement sur la surface de l’eau se terminent en pointe ; les fleurs sont aussi plus petites, mais je ne crois pas qu’une différence aussi légère dans les caractères suffise pour en faire une espèce particulière ; le fruit est une capsule spongieuse faite en cône renversé qui renferme plusieurs semences que les Indiens mangent ;

Singes

21les singes surtout, les aiment beaucoup ; comme je séjournai quelque tems au bas de ces montagnes pour y herboriser et m’y procurer quelques animaux, j’avois un grand plaisir tous les matins de voir ces habitants des bois descendre la montagne par bandes, venir faire leur récolte de ces fruits qu’ils épluchoient avec dextérité pour en avoir les graines dont ils remplissoient leurs babouines et alloient ensuite les manger à leur aise sur les arbres voisins. Ces singes, que Mr de Buffon appelle guenons, étoient de l’espèce qu’il a décrite sous le nom de macaque. Ils sont d’un gris terreux dont la teinte s’éclaircit sous le ventre, cette espèce est très répandue et se multiplie beaucoup, n’étant jamais inquiétée parce que les Indiens sectateurs de Vichnou vénèrent les singes comme étant une des montures de ce dieu ; dans plusieurs pagodes, les brames leur donnent à manger et c’est un plaisir de les voir se disputer et se mordre pour les derniers morceaux, mais il en est, parmi eux, comme chez les hommes, le plus fort fait la loi ; les tours des temples dédiés à ce dieu en sont toujours remplis et ils y vivent dans la plus grande tranquillité ; c’est aussi cette espèce, comme la moins méchante, que les bateleurs indiens promènent dans les aidées en leur faisant faire des tours pour gagner quelques chose.

22Je mangeai de ces graines, mais je ne leur trouvai pas un goût assez agréable pour m’engager à en manger une seconde fois.

Granit de Senji

23/41/ C’est de la chaîne de montagne de Gingy qu’on a tiré les granits dont on a bâti les pagodes de presque toute la côte : on en enlève des morceaux de quarante, cinquante, et quelquefois quatre vingt pieds de longueur ; ces granits sont en grande masses dans la montagne et il est impossible d’en déterminer la profondeur ; ils sont composés de deux substances, un quartz noir et un schorl de la même couleur, mais d’un noir plus foncé que le quartz et il est facile à distinguer à sa cassure spathique. Cette pierre est très dure et très compacte, le grain en est fin, bien lié, il donne beaucoup d’étincelles de feu sous le choc de l’acier, son opacité et sa dureté le rendent susceptible du plus beau poli et lorsqu’il l’a été, comme le quartz y domine, il paroit une pierre toute noire. La colonnade de la porte marine à Madras est de ce granit ; les Indiens lui donnent le nom de pierre de feu, parce que les ouvriers en le travaillant avec leurs outils de fer en font sortir des étincelles ; on fait aussi avec cette pierre les moulins à bras pour moudre le bled, qui sont les seuls moulins que l'on connoisse dans ce pays.

Ghats orientaux

24Les montagnes derrière Gingy forment une chaîne qui s’étend jusqu’à Rajimendry [Rajamahendravaram] et qui n’est divisée que par quelques sommets plus élevés les uns que les autres ; il y a bien quelques /42/ montagnes telles que celles de Sadras, d’Arcote, de Paliacate [Pulicat], mais je ne les regarde que comme des branches qui ont été séparées de la grande chaîne dans quelques révolutions ; même composé, mêmes pierres, mêmes plantes ; quelques granits seulement diffèrent entr’eux, en ce que quelques-uns tiennent du feldspath en partie décomposé et qui passe à l’état martial ; d’autres forment un granit grossier qui ne pourroit prendre le poli et sont un amas irrégulier de grains de quartz transparent mêlé avec un peu de schorl noir et quelques paillettes de mica enveloppés dans un ciment quartzeux opaque.

Plantes

25On trouve en quantité dans ces montagnes l'arbre de casse ; tout le monde connoit ce purgatif doux et bienfaisant qui n’a pas les inconvénients des autres purgatifs, on employe que la pulpe qui environne les semences ; cette pulpe est sucrée, de couleur noire et enfermée dans les cellules d’une gousse ou silique longue d’un à deux pieds, lorsque ces gousses sont sèches et que le vent les agite, elles font un bruit singulier ; cet arbre fait un très bel effet lorsqu’il est garni de ses longues grappes de fleurs jaunes.

  • 16 Telosma minor (Andrews) Graib.

26C’est parmi ces rochers que j’ai /43/ trouvé une plante assez extraordinaire qui par ses caractères doit faire une espèce nouvelle à la suite des asclepias ; je la nommerai relativement à ses qualités malfaisantes la Vialar venimosa et repens, La venimeuse Asclepias lutea16. Cette plante a tous les caractères des asclepias et elle ne paroit s’éloigner de ce genre que par un filament allongé qui sort d’entre chaque division du calice, mais je ne crois pas que ce caractère suffise pour en faire un genre nouveau ; le calice est à cinq divisions de couleur verte ; les fleurs sont d’un jaune clair, les feuilles sont alternes placées à une grande distance les unes des autres, elles sont lisses d’un verd blanchâtre, et comme farineuses ; il s’en détache, en les secouant, une poussière très caustique ; elles sont portées sur un pédicule long d’un pouce ; à sa base on distingue un gros tubercule ; le fruit est une capsule de couleur verte, lisse, presque ronde, mais se terminant en une pointe qui se recourbe sur elle-même, elle s’ouvre élastiquement par le haut et laisse appercevoir une membrane longitudinale à laquelle est attachée une bourre très blanche, soyeuse comme la houette dans laquelle sont renfermées les semences qui sont rondes et de couleur noire. /44/ Cette plante est si venimeuse qu’elle fait lever des ampoules sur la chair si on la touche, les Indiens craignent de marcher dessus ; elle est laiteuse et son lait est un poison, et si j’avois pu l’analyser, j’aurois sans doute reconnu que toute la plante l'étoit aussi ; la nature semble avoir reconnu combien elle étoit malfaisante en l’éloignant des endroits habités, on ne la trouve que dans les endroits les plus arides, rampant sur la terre et semblant vouloir se cacher sous les roches, si en étendant ses rameaux, elle rencontre quelques arbrisseaux, elle s’y accroche et le fait périr en peu de tems. Pourquoi la nature qui, dans toutes ses productions, montre combien elle est prévoyante, n’a-t-elle pas séparé de même les hommes méchans qui semblent n’être nés que pour faire du mal aux autres ?

  • 17 Nākamalli (tam.). Justicia nasuta L (1753), Rhinacanthus nasuta (L.) Kurz.

27On y trouve aussi communément le cactan et le nagamelli17 (a).

[note (a) : Le nagamelli est le Justicia nasuta de Linné (voyez sa description et ses propriétés à l’article des plantes).]

  • 18 Ancienne unité de poids de 54 mg.

28Le cactan est un convolvulus à fleurs bleues, la graine en poudre et à la dose d’un gros dans un peu d’eau et de syrop est un purgatif doux qui ne donne point de tranchées. Le cactan est commun aussi dans les bois de Calapet [Kalapettai] et d’Alemparvé [Alamparai] ; on a fait /45/ usage avec succès de ce purgatif dans les hôpitaux de Pondichéry, mais les chirurgiens y ajoutoient ordinairement dix huit grains18 de sel de nitre.

[Texte barré : description du nagamelli],

Animaux

  • 19 Melursus ursinus (Shaw, 1791), ours lippu.
  • 20 Hyaena hyena (L.) (1758), hyène rayée.
  • 21 Karati (tam.) signifie ours.

29/46/ On trouve dans ces montagnes une espèce d’ours19 plus petite que celle des Alpes, et une hyène20 que les Indiens appellent correty21 (a), [note (a) : Voyez la description de ces deux animaux à l’article des quadrupèdes.] /47/ Les Indiens craignent les ours qui sont sauvages, et pendant tout le tems que je séjournai auprès de ces montagnes, mes chasseurs faisoient un grand feu devant les chauderies que j’habitois, et toutes les demi heures, ils tiroient quelques coups de fusil pour les éloigner, car nous les entendions toutes les nuits faire des cris horribles. Les Indiens croient que le correty est le pilote du tigre et qu’il n’est pas loin de là lorsqu’on voit le correty, ce qui nous faisoit tenir sur nos gardes toutes les fois que nous en appercevions, /48/ mais il paroit que cette idée est mal fondée, car nous ne vîmes jamais de tigres dans ces montagnes.

30Nous rencontrions souvent les cerfs courant la plaine par troupeaux, ils ne fuyoient même pas en nous voyant, nous regardant fixement en levant la tête, et ils ne s’élançoient que lorsque nous allions sur eux ; ils sont d’une espèce plus petite que celle d’Europe et leurs couleurs sont plus foncées ; on en voit quelquefois parmi eux qui sont presque blancs ; quoique je ne les croye pas d’une espèce particulière, ils pourraient bien être ceux dont les Grecs et les Romains ont fait mention. La chair du cerf dans l’Inde est un mêt dont on fait grand cas.

31Nous voyions aussi les gazelles par bandes de cens, deux cens qui, par des sauts légers, avoient bientôt traversé la plaine et disparu à nos yeux.

  • 22 Chien-marron, ici cennāy (tam.), chien de couleur marron, renard indien, Vulpus bengalis ( ?)

32On y trouve aussi des troupeaux de chacals, d’adives et de renards auxquels les naturels donnent indistinctement le nom de chiens-marrons22. Le chacal et l’adive sont une espèce intermédiaire entre le loup et le chien ; ils diffèrent peu par les caractères et, quoique l’adive soit plus petit que le /49/ chacal, je crois qu’il n’en est qu’une variété ; ils vivent ensemble, se répandent la nuit dans les aidées et parcourent les environs des villes en faisant des hurlements mêlés d’aboiemens et de gémissemens qui effrayent ; on dirait des enfants qui crient, et si un chacal crie, tous les autres lui répondent ; ils vivent de charognes et dévoreraient un enfant qu’ils trouveraient endormi.

33Le renard diffère peu de celui d’Europe, il est plus petit, moins fourni de poils, sa queue est moins touffue ; il vit dans les bois et se creuse un terrier, on les trouve souvent par bandes et quelquefois mêlés avec le chacal et l’adive.

Bois pétrifié de Tiruvakkarai

  • 23 Sur Tiruvakkarai, voir la note (Fossil trees) de W. Francis in South Arcot Gazetteer, Madras, 1906, (...)

34À peu de distance de Gingy en venant du côté de la mer, vous trouvez à Trevicarré [Tiruvakkarai]23 un objet digne de l’attention du naturaliste ; sur des montagnes peu élevées et situées près la pagode de cette aidée, on trouve plusieurs grands arbres étendus sur la terre parfaitement pétrifiés ; il y a trente cinq ans je n’en avois compté que sept, mais les eaux dépouillant tous les jours ces montagnes, on en trouve aujourd’hui en quantité et beaucoup de morceaux brisés, quelques-uns sont très longs et très gros ; j’en ai mesuré un qui avoit vingt deux pas de longueur, non compris une partie qui entroit dans la montagne et faisoit corps /50/ avec elle, il avoit à sa base, près des racines, vingt-un pieds de circonférence, mais la plupart ont vingt et vingt-cinq pieds de longueur et dix et onze pieds de circonférence. Deux de ces arbres dans de grands torrents ont été transporté à deux milles de là et se sont fait un lit dans le ravin d’une rivière qui dix mois de l’année n’est qu’un ruisseau ; un incrédule qui croyoit pouvoir douter que ceux des montagnes fussent des arbres, en voyant la forme de ceux qui étoient dans la rivière si bien conservée, les couches concentriques si bien distinctes, les nœuds si marqués, quelques morceaux de branches qui n’avoient point encore été brisés ne pû plus douter que ces productions pierreuses aient été autrefois des arbres. Leur tissu me fit soupçonner qu’ils étoient des tamariniers, en conséquence, je fis couper un de ces arbres et en fit scier une petite planche, cassant ensuite en long un de ces arbres pétrifiés, leur tissu étoit le même et les veines ondulées rouges et jaunes du bois étoient aussi bien conservées sur l’arbre en pierre comme s’il avoit été un arbre verd qu’on viendroit de couper, je conserve l’un et l’autre morceau.

35Tout le cœur de ces arbres est en silex, /51/ agatisé dans les nœuds et les racines, quelques-uns contiennent des pyrites, les écorces manquent et toute la partie extérieure de l’arbre est comme une croûte terreuse qui se brise facilement sous les doigts et qui en se décomposant passe à l’état martial.

36Les brames de la pagode disent que ce pays étoit anciennement la résidence d’une grande princesse favorisée des dieux, à laquelle les géants firent la guerre, dans laquelle ils périrent tous, et ils croient que ces arbres pétrifiés sont les os des géants tués ; ces pétrifications sont donc plus anciennes que leur tradition, ils croient aussi que la terre rouge dont toutes les petites montagnes de cette partie sont composées n’a acquis cette couleur que parce que leur sang l’a coloré ainsi.

37Par quel effort de la nature ces arbres se trouvent-ils là ? Ces pétrifications montrent les milliers de siècles qui se sont écoulés et ceux qui doivent éternellement leur succéder, car ces arbres n’ont pu se pétrifier à l’air libre, mais seulement à l'aide de l’eau, car aujourd’hui il est démontré que, dans toute pétrification, ce n’est point l’animal ou le végétal qui se pétrifient, comme on l’avait cru jusqu’à ce jour, mais qu’elle n’a lieu que lorsqu’il y a une substitution /52/ d’une substance pierreuse à la substance végétale ou animale à mesure qu'elles se décomposent et comme cette substitution ne se fait que successivement, non seulement la forme extérieure est conservée, mais très souvent la forme intérieure, surtout dans les bois ; j’ai vu des morceaux de palmiers pétrifiés du Pégou dans lesquels on distinguoit parfaitement les filaments durs de cet arbre.

Rôle de l’eau dans la pétrification

38Il a donc fallu que l’eau ait couvert ces montagnes et qu’elle ait séjourné assez longtemps sur cette terre pour former ces pétrifications ; les couches successives, parallèles et horizontales qu’on voit dans les terres et les montagnes des environs, annoncent qu’elles ne peuvent être que l’effet d'une action lente des eaux et continuée des siècles ; ainsi les eaux ont couvertes l'Inde jusqu’aux plus hautes montagnes ; les feldspath qu’on trouve bien cristallisé dans les granits de seconde formation, car il n’y a pas de doute que ces grandes masses de granit de première fornation n’ayent été formées par le feu ; les cristaux de roches qui forment les cimes de quelques montagnes, toutes les crystallisations /53/ des différentes substances n’ont pû s’opérer que par l’eau ; les montagnes calcaires, gypseuses et schisteuses n’ont pû être formées que par les eaux ; j'ai trouvé des coquilles marines disposées par bancs près des sommets des Gattes, preuve inconsterstable que la mer a déposé ses productions maritimes sur des terrains qui étoient autrefois les rivages et le fond de l’océan. On dit aussi avoir trouvé dans les montagnes de la Suisse et dans celle de la Norvège, des ancres de vaisseau dans l’intérieur des blocs de pierre ; on trouve cette même observation dans Ovide et il l’apporte en preuve que ce qui fut terre est devenu mer, et vicissim (a) ;

  • 24 Ce texte semble extrait d'un recueil scolaire de fables se trouvant dans l’œuvre d'Ovide. Il n’exis (...)

[note (a) : Vidi ego quod fuerat quondam solidissima tellus esse fretum, vivi factas ex aequore terras, et vetus inventa est in montibus anchora summis et procul a pelago conchae jacuere marinae. Ovid. Fab. 14. lib. 1. J’ai vu des pins flottants fendre le sein des ondes au lieu où végétoient leurs racines profondes / j’ai vu le bœuf lassé sillonner lentement la terre où fut le lit de l’humide élément / sur le sommet d’un roc éloigné du rivage fut découverte une ancre avec des coquillages.]24

39il est certain qu’on a retiré des pierres à plâtre des environs de Paris à une certaine profondeur, du fer qui avoit été travaillé par la main des hommes, on a aussi trouvé des clous de cuivre dans les carrières de Nice.

40Si nous joignons ces observations à la tradition de tous les peuples, qui ont eu leur déluge, on ne peut douter que le globe n’ait été couvert par les eaux, mais il faut que chaque partie l’ait été en différens tems, Vosius, le phénicien Sanchoniathon et plusieurs autres savans ont prouvé que cette inondation n’a pu être générale ; ni Homère, ni Hésiode, ni Hérodote n’ont fait mention de ce déluge universel ; la saine philosophie et la raison ne peuvent l’admettre car, pour que /54/ les eaux eussent pu couvrir entièrement la terre, et même quinze coudées au-dessus, comme cela est rapporté dans le Pentateuque, quel volume d’eau il eût fallu ? car, en supposant que la mer a également partout six cens brasses de profondeur, compensant ce qui est moindre avec ce qui est plus, le Chimborazo dans l’Amérique méridionale, le pic de Ténériffe, le pic d’Adam sur l’isle de Ceylan et plusieurs autres montagnes du Tibet et de la Tartarie, ont plus de trois mille toises de hauteur au-dessus du niveau de la mer ; la sphère en s’agrandissant ayant une plus grande circonférence, il auroit donc fallu huit fois autant d’eau qu’il y en a dans la mer, pour inonder les sommets des hautes montagnes que nous connoissons et quand même il n’en auroit fallu seulement qu’une fois autant, d’où seroit provenu ces eaux ?

  • 25 Dans son ouvrage de 1782, Sonnerat donne cette explication : « Wiston a cru que la terre a été une (...)

41Wiston a fait venir la queue d’une cornête25 qui a versé toute l’eau dont elle étoit surchargée ; quelques-uns ont crû l’avoir expliqué par l’affaissement des grands continents, tels que la grande isle atlantique dont a parlé Platon. Je crois qu’on peut plutôt démontrer ces grandes inondations par un mouvement diurne presqu’insensible qui change la position de l’axe de la terre ; les mers alors changent de place, inondent des contrées entières, tandis qu’elles en laissent d’autres à découvert. Les terres que nous voyons après un laps de tems, abandonnées par la mer pour en couvrir d’autres, le prouvent ; la mer en cinq cens années de tems s’est retirée d’Aimargue [Ayguesmortes], de Fréjus, de Ravenne. /55/ qui étoient de grands ports et a a laissé environ deux lieues de terrain à sec ; Aiguemorte étoit un bon port de mer, profond et sûr, au milieu du treizième siècle, St. Louis s’y embarqua pour ses deux croisades en 1248 et 1269, aujourdh’ui elle est éloignée de la mer de plus d’une lieue ; la mer venoit autrefois jusqu’à Fontenay, neuf lieues de la Rochelle, elle remplissoit les vastes marais où l’on marche maintenant à pied sec ; on dit qu’on vit anciennement des vaisseaux de guerre à Ancenis et la mer ne passe pas aujourdhui Thouarcé ; nous verrons à l’article du temple de Mahabalipouram près de Madras qu’on appelle communément les sept pagodes que la mer est montée sur la côte de Coromandel de trente six pieds perpendiculairement en cinq mille ans et qu’elle a abandonné pendant le même tems un terrain égal sur la côte de Malabar.

42Quant à ce que l’on peut objecter que la figure elliptique ou sphéroïde de la terre plus relevée sous l’équateur, ainsi que le prouvent les observations des académiciens envoyés au Pérou en 1735 pour mesurer les degrés du méridien aux environs de l’équateur et en conclure la figure de la terre, apporte un obstacle insurmontable au changement de la position de son axe, parce qu’alors sa rotation ne pourroit plus avoir lieu, l’équilibre n’existant plus entre les deux hémisphères, si cet axe n’étoit pas un des deux diamètres ; cette élévation vers l’équateur existe-t-elle réellement et quand elle existeroit, elle doit être si peu sensible par rapport à toute la terre qu’on ne peut pas croire qu’elle puisse être un obstacle à sa rotation.

Retrait des eaux

  • 26 Carl von Linné, naturaliste suédois (1707-1778), s’attacha à décrire les êtres vivants en créant un (...)
  • 27 Jacques Alexandre Charles, physicien (1746-1828) ; François Blanchard, aéronaute (1753-1809) ; Nico (...)
  • 28 Charles Antoine Réaumur, physicien et naturaliste (1683-1757).

43Quelques savants dont je respecte l’autorité ont admis que la terre avoit été entièrement inondée au terme de l’Ecriture ; mais alors, que seraient devenues ces eaux ? Le célèbre Linneus26 en attribue la diminution à une évaporation qui les a fait passer dans d’autres globes et de là il conclut que la terre finira par être entièrement dépourvue d’eau, système absolument détruit par les observations et particulièrement par celles que Mrs Charles, /56/ Robert et Blanchart27 ont faites lorsqu’ils se sont élevés dans les ballons à la hauteur de plus de deux mille cinq cens toises au-dessus de notre atmosphère, le thermomètre de M de Réaumur28 est descendu à dix et douze degrés au-dessous de la glace et l’eau qu’ils avoient emportée dans des vases s’y est congelée, à une plus haute élévation, ils n’eussent pû en supporter le froid ; ainsi toutes les eaux qui s’évaporent et qui sont même attirées dans l’atmosphère par la chaleur et autour des montagnes par quelques vertus électriques que nous ne connaissons pas encore, retombent sur la terre, en pluie, neige, grêle, rosée, ou nourrissent les sources.

  • 29 Newton, mathématicien anglais (1642-1727).

44Newton29 explique cette retraite des eaux par la croyance qu’il avoit que l’eau peut se convertir en terre et que sensiblement, le globe augmentera de volume en terre à mesure que les eaux diminueront. Sans doute les eaux contiennent, comme nous l’avons dit, de petites portions terreuses et les eaux les plus pures donnent un résidu terreux, mais la terre ne deviendra jamais de l’eau, comme les eaux ne deviendront jamais de la terre, l’analyse le prouve.

45Sans entrer dans une plus grande discussion qui mèneroit trop loin, toujours /57/ est-il vrai que tout ce que nous voyons sur la terre annonce que les eaux ont couvert le globe ; et les différentes causes que les physiciens ont assigné à ce phénomène ne sont pas satisfaisantes, ni même raisonnables, il est aisé de faire des systèmes, mais celui qui vient de les établir sur des bases solides ne doit jamais s’écarter des loix de la nature.

46Je demande pardon au lecteur d’une trop longue digression, mais ce n’est qu’en détruisant les préjugés que l’homme pourra connoitre la vérité.

Roches autour de Tiruvakkarai

47Je reviens à Trévicaré. Quelques montagnes de cette partie sont composées de quartz, de feldspath, et de quelques parties ferrugineuses, ce qui auroit formé un granit, si elles fussent mieux aglutinées, mais elles sont presque pulvérulentes et la désunion de chaque partie est facile à faire en les pressant entre les doigts et on ne peut pas dire qu’elles forment une pierre, mais plutôt un amas de graviers légèrement unis ensemble ; la nature semblerait par là en contradiction avec elle-même, car la pétrification des arbres en silex, annonce un séjour immense dans les eaux et /58/ la facilité de désunir les matières qui composent les montagnes sur lesquelles ces arbres sont étendus indique qu’elles n’ont pas séjourné assez dans l’eau pour les agglutiner assez fortement et en faire un granit. On trouve aussi à Trivacarré des roches graniteuses de première formation ; on voit devant une chauderie qui est sur la place de la pagode, plusieurs colonnes d’un superbe granit, le quartz est d’un beau blanc, le feldspath d’un rouge vif et le schorl du plus beau noir ; il y a quelques paillettes de mica d’un argenté blanc parsemées de loin en loin, toutes les matières sont si bien liées que polies, il imite le plus beau porphyre, je n’en ai point vu en roches de pareils dans les montagnes voisines.

Plantes

  • 30 Kacavu (tam), memecylon L., donné par Rheede, kasjavo.
  • 31 Melaleuca leucadendra L., bois blanc.
  • 32 Georg Eberhard Rumpf, connu sous le nom de Rumphius (c. 1628-1702), botaniste employé par la Compag (...)
  • 33 Dodonaea viscosa Jacq.

48Tout le pays est garni d’un taillis, peu élevé parmi lequel on distingue quelques arbres qui s’élèvent au dessus de ces arbrisseaux, tels que des tamariniers, le grand figuier des pagodes à feuilles pointues, de grands acacias, des acajous (anacardium orientale (sic) de Linné) ; quelques massons (rhamnus jujuba de Linné) dont le fruit est très acide, ce qui le fait aimer des Indiens. Les plantes les plus communes qu’on y trouve, sont le memecylon capitellatum de Linné qui /59/ est le cacvau30 des Malabars, le myrtus leucadendra31 qui est l'arbor alba mirisa quae caja hélan de Rumph32 et le dodonia visquosa de Linné33 ; la coloquinte, quelques potentilla, antirrhinum et liserons rampent sur la terre avec le chiendent, on voit sortir des endroits humides quelques arbres de caldeire (a)

  • 34 Piḷḷaiyār.
  • 35 Subrahmaya.

[note (a) : Le caldeire est connu à l’Isle de France sous le nom de vaquois, mais il en est cependant une espèce différente. Mr de Buffon le nomme l’arbre indécent, parce que du tronc, il sort des racines qui s’allongent pour se rapprocher de terre et qui ressemblent parfaitement aux parties naturelles de l’homme, son extrémité forme une espèce de gland très bien marqué ; sa fleur est en grappes et a une odeur assez agréable, mais très forte. C’est cette fleur que les guerriers portent en guirlande lorsqu’ils ont été vainqueurs dans quelque bataille. Les Indiens s’en servent dans les cérémonies qu’ils font à Poolléar34, à Soupremanier35 et à Vichenou, mais jamais dans celles qu’ils font à Chiven (Voyez mon Voyage aux Indes et à la Chine, tome. I, liv. II, page 153 de l’in-4°.]

  • 36 Nellukuruvi (tarn.), Lonchura punctulata, Linnaeus, Spotted Munia, Capucin damier.
  • 37 Miscanthus sinensis Anders, ou Miscanthus japonicus (Thunb.) Anders.
  • 38 Calotropis gigantea (L.) R. Br.
  • 39 Datura metel L., connu à Pondichéry sous le nom de lotro.

49aux feuilles desquelles pendent quantité de nids de nélicourvi36, cet oiseau dont l’instinct est si particulier pour faire son nid, de manière à l’abri des couleuvres et autres reptiles ; tous les soirs il y porte une quantité de mouches brillantes que nous nommons vers luisants pour que ses petits y puissent voir la nuit (b), [note (b) : Voyez pour la description de cet oiseau et la manière dont il fait son nid, mon Voyage aux Indes et à la Chine, tome II, page. 200 de l’in-4°, pl. 112.] Le nélicourvi, pris très jeune, se prise bien, il vient manger sur la table, il donne des baisers ; les bateleurs souvent en élèvent et leur apprennent à attraper au vol un fruit, une petite pièce de monnoye, à porter un morceau de bois allumé pour mettre le feu à des étouppes, etc. mais on a beau en avoir soin et les bien nourrir, quand ils deviennent grands, ils s’en vont dans les bois vivre avec leurs camarades. On y trouve le grand gramen à aigrettes qui imite la plus belle plume ; c’est l'arundo farcta de Rumph37, le grand apocin des Indes (asclepias gigantea de Linné)38, le pavôt épineux des Indes qui est l'argemone de Linné, qu’on appelle improprement dans ce pays /60/ chardon, l’[h]éliotrope, plusieurs espèces d’euphorbe, quelque crotularia à fleurs jaunes, la pomme épineuse à fleurs blanches (datura stramonium Lin.) et celle à fleurs violettes39 ; cette dernière plante par ses excellentes qualités pour l’asme mérite quelques détails particuliers (voyez la description et ses propriétés à l’article des plantes). /61/ /62/ /63/ [pages barrées.]

Animaux

  • 40 L’animal que l’on trouve en Inde est une sous-espèce du sanglier ordinaire : Sus scrofa.
  • 41 Les pigesons verds sont des variétés de Colombars ; les tourterelles grises correspondent à diverse (...)

50Dans les broussailles on trouve en quantité une espèce de sanglier que les Indiens appellent cochon sauvage40 parce qu’/64/ ils sont dans la persuasion qu’il vient de l’espèce domestique, devenue sauvage en vivant dans les forêts, mais cette opinion est fausse, parce qu’il est un véritable sanglier, dont il est une variété plus petite que celle du sanglier ordinaire, sa taille est plus raccourcie que dans celui d’Europe ; la tête est plus grosse en proportion, le boutoir plus allongé, les jambes plus courtes, son poil est fort, rude et d’un noir brillant, plus rude et plus long sur le dos, sa chair est noire et bien meilleure qu’en Europe où l’on ne fait de cas que de la hure ; il hérisse les poils de son dos quand il est en colère, mais il fuit au coup de fusil et ne vient pas sur le chasseur comme celui d’Europe ; cette espèce est très répandue dans toute la presqu’isle et le Bengale, on y trouve aussi des hérissons, des porcs-épics, des lièvres, beaucoup de tourterelles grises, des pigeons verds41, des cailles, des perdrix, des oies et canards sauvages, des sarcelles, des plongeons, des poules d’eau, des râles etc., etc. ; cet endroit est très agréable pour la chasse.

51Les lièvres sont d’une espèce différente de ceux d’Europe ; ils sont moins grands, le poil est plus court ; ils varient peu /65/ pour la couleur, mais ils se distinguent particulièrement par une tache noire triangulaire sur le derrière du col ; ils ne terrent point et tiennent un peu du lapin par la chair qui est blanche ; il paroit que c’est cette même espèce qui se trouve à l’Isle de France qui aura été transportée des Indes dans cette Isle ; cette espèce se trouve aussi au Bengale.

Roches autour de Mailam

  • 42 Temple dédié à Subrahmaṇya (voir W. Francis, South Arcot Gazetteer, p. 363).

52À quelques lieues de Trévicarré en remontant au nord, on trouve à Malléom [Mailam] (a), [note (a) : Sur cette petite montagne il y a une pagode42 qui est en grande vénération, plus de cent mille Indiens s’y rendent dans le tems de la fête du dieu, pour y faire leur adoration.] à Némilie [Nemili], à Pérampacom [Perumbakkam], des petites montagnes d’un granit de première formation pareil à celui de Gingy, mais il est facile de voir que dans la fusion que les matières ont éprouvées, elles ne se sont pas mêlées également ; dans quelques parties de ce granit le quartz domine et dans d’autres c’est le schorl ; quelques roches sortent de terre et s’élèvent à plus de quatre vingt et cent pieds, d’autres sont des roches roulées, j’ai vû quelques-unes, de ces dernières qui avoient cinquante pieds de long, autant de hauteur sur trente pieds de largeur sans aucune gersure et ce sont celles là que les Indiens préfèrent pour /66/ travailler.

Manière de fendre le granit

53Ils emploient une manière simple pour les fendre et en faire des plateaux de l’épaisseur qu’ils veulent ; ils font sur une même ligne des trous un peu profonds au ciseau, ils les remplissent de poudre et les bouchent fortement, laissant cependant une très petite ouverture, ils mettent ensuite sur la pierre une tramée de poudre qui communique à toutes les petites ouvertures et en y mettant le feu, la force de la poudre fait éclater le granit très net, de cette manière ils tirent de très grands plateaux ; quelques-uns cependant se contentent de faire de même au ciseau des trous un peu profonds de distance en distance dans chacun desquels ils mettent un coin de fer, des hommes frappent tous en même tems avec une masse sur les coins, le granit éclate ou plutôt se fend très net, cette opération ne peut se faire sur tous les granits ; mais lorsqu’ils veulent quelques grands morceaux tels que des colonnes, un éléphant, ils les taillent sur la roche même seulement dégrossis et les finissent ensuite sur le lieu où ils doivent être placés.

Banc de pierres coquillères

  • 43 Ces bancs se trouvent au nord-est d’Ariyankuppam (C. Anthony, Gazetteer of India, Union Territory o (...)

54En quittant Trevicarré, Némilie, Pérampacom, et revenant à la mer, vous trouvez dans des bas fonds une carrière /67/ immense ou plutôt un banc de pierres coquillères qui s’étend sur une longueur de trois lieues et peut-être davantage nord et sud43, et dont la profondeur ne m’est pas connue, car j’ai vu des excavations faites pour enlever ces pierres jusqu’à l’eau, sans que cela fût le fond de la carrière, ces coquilles y sont en grande quantité, elles sont entières et conservent encore leur nacre, chaque espèce de coquilles semble avoir été déposée par classe, vous trouvez dans un endroit des nérites sans mélange d’autres coquilles ; dans un autre, ce sont des crêtes de coq qui y sont en plus grande quantité que les autres espèces, dans d’autres, ce sont des vis, des cames, etc. J’y ai reconnu plusieurs lépas qui ne se trouvent qu’au Cap de Bonne-Espérance, des oreilles de mer, les mêmes que celles de la Méditerrannée, des peignes et des hirondelles qui ne se trouvent qu’aux Moluques, des limaçons, des manches de couteau, toutes les espèces d’huitres, la nautille qui paroitroit être celle de la Nouvelle Hollande qu’on nomme la vraie corne d’ammon et beaucoup d’autres coquilles dont les espèces sont perdues ou ne sont pas connues. Cependant, dans quelques endroits, on voit toutes les espèces rassemblées et mêlées et, dans d’autres les coquilles sont en /68/ si grande quantité qu’elles paraissent tenir l’une à l’autre ; elles ont presque toutes la bouche tournée en bas, le ciment pierreux qui les enveloppe est calcaire, pour l’ordinaire de couleur grisâtre, ou d’un jaune terne, quelques parties sont rougeâtres, le grain en est grossier, aussi cette pierre ne pourrait prendre le poli comme les lumachelles ; tous les bords des trottoirs de Pondichéry sont de cette pierre. Cette régularité dans la position de ces coquilles, et la présence d’une seule espèce dans un même endroit, semblent démontrer que ces coquilles n’ont pas été amenées de loin par les eaux, mais qu’elles étaient établies là où, en périssant, elles ont laissé leurs dépouilles. On trouve dans ces mêmes pierres des cavités remplies de cristaux de spath blanc très transparent ; elles feraient de très bonne chaux. Je suis étonné qu’à Pondichéry où on étoit embarrassé pour avoir de la chaux qui ne se fait dans ce pays qu’avec des coquilles qu’on a beaucoup de peine à se procurer aujourd’hui, les Anglais ne permettant plus qu’on en tire d’Alemparvé [Alamparai], qui étoit la seule ressource des Français, on n’ait pas /69/ essayé d’en faire avec ces pierres coquillées. Il faut croire que, lorsque les Français rétabliront leurs comptoirs de l’Inde, que l’administration ayant de grands travaux à faire à Pondichéry, ils emploieront cette ressource, si Alemparvé ne leur appartenoit pas.

Plateau rouge

  • 44 Dominant la côte, à l’ouest s’élève le plateau rouge fait de grès formant, grâce à la cimentation l (...)
  • 45 Kāvi (tam.).

55Après cette carrière, on trouve un sol d’une couleur rougeâtre qui en approchant du coteau de Périmbé [Perampai], le devient davantage et la terre de tout le coteau qui est à peu de distance de Pondichéry et qui s’étend sur la longueur de près d’une lieue et demie, est une véritable ochre d'un rouge foncé, due à la décomposition du fer44 ; on trouve cette même couleur à plusieurs toises de profondeur ; elle est pulvérulente dans le bas mais, dans le haut, elle est dure et a un pied de profondeur, on la trouve mêlée à un peu d’argile qui la rend pétrissable, ce qui l’a fait employer par quelques personnes de Pondichéry pour crépir les murs de leur maison en forme de stuc qui prenoit un assez beau poli en durcissant, ce qui leur a fait croire qu’elle était une pouzzolane, mais on doit revenir de cette erreur, parce qu’on sait que la pouzzolane est une cendre de volcan et cette terre n’a aucun indice de cuisson ; la preuve certaine que tout ce coteau n’est qu’une ochre martiale, c’est qu’après en avoir fait chauffer des morceaux, leur couleur devient plus obscure et alors elle fait varier le barreau aimanté. Cette terre ne peut s’employer comme ciment dans l’eau, mais le fer /70/ qu’elle contient en fait un bon ciment pour les murs de maison qui sont en plein air. Cette terre ferrugineuse a beaucoup de ductilité. Mr Vanlo, neveu du célèbre Caries Vanlo, qui étoit modeleur à Pondichéry, se servoit avec succès de cette terre et la préfèroit à l’argile qu’on appelle communément terre glaise en France. On trouve aussi sur ce coteau une terre argileuse d’un rouge très clair et que les naturels du pays nomment cavi45 ; ils s’en servent pour peindre à l’huile en rouge en la mêlant avec une mine de fer en chaux d’un rouge très foncé qui vient d’Ormuz et qu’ils appellent cavi de Surate. J’ai employé cette dernière espèce pour peindre à l’huile et je l’a trouve préférable au rouge brun dont se servent les peintres en France. On trouve dans le cavi de Surate ou plutôt d’Ormuz des morceaux qui ont l’éclat métallique et sont attirables à l’aimant. J’ai fait avec ces deux terres en mêlant trois quart de cavi du coteau de Pondichéry et un quart de terre d’Ormuz broyés avec de l’eau de savon, des crayons rouges parfaits, imitant absolument les meilleurs crayons de sanguine. Plus de trente personnes dans Pondichéry qui apprenoient à dessiner, ne se sont jamais servies d’autres crayons et ce n’est même que depuis que j’ai fait connoître /71/ la composition et la manière de faire ces crayons avec ces terres, qu’on a été à même de pouvoir donner ce talent aux jeunes personnes de ce pays.

56Quel est le principe qui a réduit une mine de fer aussi considérable en chaux ? Je l’ai examiné avec attention, je n’ai point vu qu’elle fût par dépôt, ni mêlée à aucune partie étrangère qui ait appartenue à des corps organisés, seulement au sommet, on trouve dans cette ochre des cailloux transparents de diverses couleurs et roulés, ce qui n’annonce point de résultat des décompositions d’une mine de fer par l’eau et l’on peut croire que l’acide aérien dont l’humidité qui circule dans la terre est toujours imprégnée, lui a enlevé insensiblement son phlogistique et l’a réduit en état de chaux ; on y trouve aussi des morceaux de brèches roulées dont la nature de son ciment est une ochre martiale dure et la nature des substances qui y sont enchassées des grains de quartz, j’ai remarqué dans plusieurs que ce même quartz commençoit à passer à l’état martial.

Importance du fer

  • 46 Romé de Lisie, minéralogiste (1736-1790).

57Seroit-il possible que tout ce qui existe dans la nature eût le fer pour base et que tout retournât à son premier principe ? J’ai remarqué, dans les granits qui n’étoient pas /72/ encore décomposés, que le feldspath passoit d’abord à cet état, ensuite le schorl et enfin ceux qui étoient entièrement décomposés ne formoient plus qu’une masse de roche martiale pulvérulente ; l’on a vu que les arbres pétrifiés en silex de Trévicarré, en se décomposant, passoient à l’état martial ; les basaltes qu’on trouve en masses énormes dans tous les anciens pays volcanisés contiennent beaucoup de fer, puisque sur cent livres, on retire par l’analyse vingt cinq à trente livres de ce métal, ce qui a fait donner vulgairement au basalte le nom de pierre de fer, parce qu’il a la couleur et la dureté de ce métal. Le fer est déguisé dans le sein de la terre sous le plus de formes différentes ; on peut assurer que ses principes sont répandus dans tous les corps de la nature, mais séparés les uns des autres et privés de son phlogistique. Le fer se trouve mêlé à toutes les autres mines métalliques, dont elles pourraient bien n’être que’une modification. On sait aujourd'hui que les diverses combinaisons qu’il forme avec les acides le rend susceptible de prendre des couleurs très variées, toujours essentiellement inhérentes à chaque combinaison ; c’est ainsi qu’après /73/ avoir perdu son phlogistique, il prend avec l’acide igné, la couleur rouge : avec l’acide animal, la couleur bleue, et la jaune avec l’acide végétal. Mr Romé de l’Isle46, dans sa savante cristallographie, remarque avec juste raison que c’est au fer diversement modifié que nous devons les couleurs du rubis, du saphir, de la topaze, le rouge foncé du grenat, le rouge orangé de l’hyacinte et toutes les couleurs que nous voyons dans les cristaux colorés. Il n’y a aucun doute que c’est le fer qui donne les différentes couleurs à toutes les terres et les pierres calcaires et surtout aux marbres, aux albâtres, et aux plâtres colorés ; il y est entré dans les jaspes, les porphyres, les granits ; il n’est peut être aucune pierre, ainsi que d’êtres organisés qui n’en contiennent. C’est vraisemblablement le fer joint à l’acide vitriolique qui donne aux herbes et aux feuilles ce vert si agréable à l’œil et si commun dans toutes les campagnes ; les fleurs en contiennent aussi et elles prennent leurs différentes couleurs selon la proportion et la nature du dissolvant qui l’attaque et selon le mélange de ce métal avec d’autres sels métalliques. Des plantes nourries avec de l’eau distillée donnent du fer à l’analyse ; /74/ l’indigo en donne une grande quantité.

  • 47 Albert von Haller, physiologiste suisse (1708-1777).

58Haller47 a prouvé que le fer entre dans la composition du sang et lui donne la couleur rouge.

  • 48 Jean-Baptiste van Helmont, médecin et chimiste belge (1577-1644).
  • 49 Jean Joachim Bécher, chimiste allemand (1635-1682).

59Van Helmont48 a été plus loin, il a fait du fer avec de l’argile et du souffre, et Bêcher49 en a fait en mêlant de l’huile de lin à une espèce de terre glaise ; ces deux chimistes faisoient des globules qu’ils exposoient au feu. Ces expériences prouvent que le mélange d’une matière inflammable avec des terres argileuses peut produire du fer ; peut-être en produiroit-on avec toutes les terres, si on pouvoit connoître le dissolvant et la quantité de feu fixe qui leur est nécessaire. Enfin, toutes les observations éparses rassemblées sembleroient attester que tout ce qui existe sur le globe ne serait qu’un fer diversement modifié.

60Quoiqu’on ne puisse regarder la qualité des terres du coteau de Perimbé comme très propre à la culture, les palmiers y réussissent très bien ; quelques habitants de Pondichéry ont même établis dans le bas des jardins qui, par la culture, ont très bien réussi. Ce coteau étant le seul terrain élevé de cet endroit de la côte, il peut servir de /75/ renseignement aux vaisseaux qui y abordent.

Fouille de Mme Dupleix

61On prétend que si on creusoit profondément dans le terrain qui comprend tout ce coteau, on y trouverait des diamans, la terre étant la même que celle des mines de Golconde ; on y trouve de même des cailloux colorés. Madame Dupleix fit venir des gens de Golconde pour faire une fouille ; ils firent leur essay dans la partie du sud et creusèrent jusqu’à soixante pieds, on y trouva beaucoup de topazes, quelques émeraudes et peu de diamans, très petits ; on y trouva aussi des paillettes d’or, mais le produit de tout ce qu’on retiroit ne couvrant pas les dépenses, Madame Dupleix abandonna ce travail.

Sites funéraires anciens

  • 50 Sur les urnes funéraires de cette zone voir J.M. Casal et G. Casal, Site urbain et sites funéraires (...)

62Dans un des ravins dans l’ouest de ce coteau, on trouve en quantité de grandes jarres50, la plupart brisées, ce qui me fit croire qu’il y avoit eu dans cet endroit une indigoterie, mais quelques Indiens à qui je demandai ce que ce pouvoit être me répondirent qu’anciennement, lorsqu’un homme ou une femme étoient trop vieux, on les menoit hors de l’aidée dans un endroit destiné à cet objet, après quelques cérémonies, on les mettoit dans une grande jarre qu’on enterroit, laissant seulement en dehors l’ouverture du haut, on plaçoit auprès d’eux une gargoulette pleine d’eau et du riz cuit pour un jour, on allumoit une lampe et on les laissoit /76/ mourir, qu’alors on couvrait le tout de terre. Je trouvai en effet aux environs des morceaux de gargoulette faites différemment que celles d’aujourd’huy et quantité de lampes brisées ; ces jarres étoient remplies de terre et quelques unes avoient été dégradées par les avales d’eau, en ayant trouvé une cassée et les eaux ayant enlevé une partie de la terre dont elle étoit remplie, je fis retirer ce qui restoit et j’y trouvai un crâne ; je m’informai du fait à plusieurs brames instruits, qui me le certifièrent tous ; quelques-uns vouloient même me montrer à Virapatnam [Virampattinam] des jarres pareilles qui avoient anciennement servi de sépulture et qui depuis la grande inondation qui eut lieu en 1790 paraissent hors de terre, mais tous m’assurèrent que cet usage, qui n’existe plus, n’a eu lieu que dans les temps les plus reculés.

63Les terres qui avoisinent le bord de la mer sont mêlées de sables imprégnés continuellement d’eau saumâtre, ce qui rend le sol acide, mais dans presque tout cet espace qui est entre la mer et le coteau, on trouve, en creusant dix huit à vingt pieds, un tuf marneux de couleur noire, cette couleur est due à la décomposition des végétaux qui y ont pourri ; on y trouve des morceaux de bois qui se brisent facilement sous les doigts ; ce tuf noir paroit en plusieurs endroits comme /77/ feuilleté et lui donne alors quelque ressemblance avec le schiste nouvellement tiré hors de terre, il s’enflamme au feu et exhale une odeur bitumineuse ; lorsqu’il a séjourné quelques jours à l’air, il ne brûle plus et perd une partie de son odeur et même de sa couleur noire ; j’ai essayé d’en faire des crayons, ils marquoient d’abord très bien, mais ils graissoient tellement le papier qu’il étoit impossible de repasser une seconde fois dessus. On y distingue en le cassant quelques paillettes de mica blanc ; on y trouve aussi des veines de gros sable blanc très transparent.

Pays de la Palar

  • 51 Pāl +āṟu (tam.).
  • 52 Chien marron, ici cemmaṟi (tam.), mouton à laine brune.
  • 53 La Palar prend sa source au Karnataka.

64Lorsque vous approchez de la rivière du Palléar (a), [note (a) : Palléar ou Pallar, ce nom désigne la bonne qualité de ses eaux ; Pall signifie lait et ar, rivière51.] le pays est plus découvert, quelques parties sont cultivées ; sans doute qu’on réserve celles qui sont en friche pour la nourriture des bestiaux ; les habitants élèvent quelques bœufs et quelques moutons, qu’on appelle vulgairement chiens marrons52, à cause du caractère de ses oreilles qui sont pendantes et qu’il est plutôt couvert de poils que de laine, c’est l’adimain de Mr de Buffon. Le Palléar prend sa source dans les Gattes marattes53, passe à Arcote, à Canjivaron [Kanchipuram] et vient se jeter à la mer près de Sadras.

Côte orientale

65/78/ [Une partie de la page est barrée]

66Toute la côte jusqu’au Quichena (Krishna] est une terre basse, sèche, sablonneuse, seulement dans l’ouest de Palliacate [Pulicat] et tout le long de la côte jusqu’à Ballassar [Balesvar], il y a quelques montagnes secondaires étalées, qui par leur position paraissent comme une chaîne interrompue. Ces montagnes sont /79/ de granit comme celles des grandes chaînes, mais, presque tous ont le grain grossier, l’œil accoutumé peut seul distinguer le quartz du feldspath qui sont tous deux mates, le feldspath ayant perdu, par un commencement de décomposition, sa cassure spathique ; le schorl y est distribué par veines et sans ordre et n’est pas d’un noir net, mais terne, le mica y est par grosses paillettes rougeâtres ; ces granits ne paraissent pas susceptibles de prendre le poli et étincellent peu sous le choc de l’acier, il semblerait même qu’ils commencent à se décomposer, du moins ce qui est exposé aux injures de l’air, car toute leur surface s’enlève par écailles. Malgré tous ces défauts, ils doivent être regardés comme de première formation, s’ils eussent été formés par les eaux, le schorl y serait net et cristallisé.

Cours et régime de la Krishna

  • 54 Erreur : Mangalore est situé bien au sud.

67Le Quichena [Krishna] (a) [note (a) : on l’appelle aussi Chrisna, Kistnah ; Quichena est la prononciation tamoule et chrisna la prononciation talinga.] a sa source dans les Gattes marattes et dans celles de Mangalor54 ; il arrose le royaume de Golconde et la province de Condavir [Kondavidu] et se jette à la mer près de Masulipatam [Machilipattanam] ; son cours serpente en contournant des promontoires et des montagnes, il est empreint des marques de sa violence dans ses débordements à laquelle rien ne résiste ; il entraîne souvent avec lui des aidées entières ; partout on voit des amas de sable stérile et de graviers qu’il a jeté à droite et à gauche de ses rivages dans ses accès d’emportement, /80/ détruisant et enlevant des portions de terre en culture d'un côté, pour en laisser de l’autre d’arides ; il roule dans ses eaux un peu de sable d’or et quelques cailloux colorés ; ses eaux à mon pèse-liqueur donnèrent douze degrés et demies ; elles sont un peu fades, ce qu’on appelle crues, qualités qui leur viennent sans doute, de ce qu’elles tiennent en dissolution du gypse ou de la sélénite ; je n’ai cependant point rencontré ce sel neutre dans les montagnes des environs, mais bien quelques bancs de pierres calcaires grises qui renferment des fragments de coquilles.

68Le Quichena, ainsi que le Palléar et le Cavéry, se débordent au-dessus de leur lit dans les mois de juin et juillet et dans les mois de novembre et décembre, ce qui provient des pluies qui tombent à la côte de Malabar, mais leurs eaux ayant un cours rapide à la mer s’assèchent presque entièrement dans les grandes chaleurs et on ne voit plus dans leurs lits énormes creusés par la suite des tems qu’un petit ruisseau d’eau courante et quelques marres.

69On trouve dans les montagnes qui avoisinent le Quichena de superbes granits qui sont marbrés de noir et de blanc, d’autres sont composés de schorl noir, de feldspath rougâtre et de quartz gris-blanc, ce qui le fait paroitre comme moucheté de noir, de rose et de gris ; celui /81/ dont la pagode de Sandol [Tsandavolu] était bâti, prend un beau poli et par ses couleurs imite le plus beau marbre.

Famine de 1791-1792 et commerce des esclaves

70Les environs du Quichena annoncent encore la misère que les peuples ont essuyé pendant plusieurs années ; le gouvernement de Madras a pris tous les moyens pour conduire des canaux du Quichena qui puissent arroser le pays sec et prévenir par là des famines pareilles à celles de 1791 et 1792. Ce fléau fit pendant ces deux années des ravages horribles depuis la côte d’Orissa jusqu’au cap Commorin qui firent périr un million d'Indiens.

Rôle des Français

71Ils venoient se rendre esclaves et vendoient leurs enfants pour une poignée de riz ; des Français mercenaires profitèrent de cette misère pour les arracher impitoyablement à leur pays et à leurs familles et les transporter à l’isle de France où leur cupidité se trouvoit satisfaite en les vendant jusqu’à trois et quatre mille francs ; mais les Français ne furent pas les seuls ; quelques Anglais, malgré les ordres précis qui leur étoient enjoints, les enfreignirent, en enlevèrent aussi et les vendoient à Ceylan ; ce qui paraîtra singulier, c’est que ce trafic honteux qui ravissoit la liberté à des milliers de naturels, se faisoit dans toutes les colonies Françaises au-delà du Cap de Bonne Espérance, dans le même tems où les Français en Europe se rendoient libres et rendoient la liberté aux esclaves de leurs colonies occidentales. Cette misère se fit sentir dans toute la presqu’Isle.

Incurie anglaise

  • 55 Dobhāī (hind.), homme qui connaît deux langues, interprète.
  • 56 Charles Oakeley (1751-1826).
  • 57 Sadleir, « chef » à Machilipattanam en 1787 (renseignement fourni par Tim Thomas, British Library, (...)

72Le gouvernement Anglais ne fit pas ce qu’il devoit dans cette /82/ circonstance ; c’étoit ses peuples, il devoit les faire travailler et les nourrir ; il faisoit bien distribuer du riz cuit dans quelques aidées, mais un sac devenoit à rien par la manière dont il étoit distribué, dobachis55, écrivains, pions, ceux qui le faisoit cuire, ceux qui le distribuoient, s’enrichirent ; le gouvernement Anglais envoya des ordres et écrivit aux différens chefs d’empêcher ce trafic sans leur en procurer les moyens ; toutes les belles délibérations et proclamations pleines d’humanité des différens conseils, les belles phrases des Oakley56 et des Sadleir57 (a)

[note (a) : Oakley était gouverneur de Madras et Sadleir gouverneur de Masulipatam, ils m’envoyèrent officiellement leurs proclamations, je les lus avec attendrissement par ce que tout y peignoit la sensibilité affectée de leur âme et je fus dès lors persuadé que les premiers mouvements de leur cœur seroient pour soulager des malheureux, mais quel fut mon étonnement, aucun secours ne suivit leurs délibérations. C’étoit un secrétaire qui les avoit rédigées ; Oakley et Sadleir n’y étoient que pour leurs signatures leurs cœurs n’y étoient pour rien]

73ne soulageoient pas et ne donnoient pas à manger à des malheureux qui aimoient mieux devenir esclaves que de mourir de faim et ils ne purent empêcher les exportations qui se faisoient dans leurs propres ports.

Disculpation de Sonnerat

74Je commandois dans l’établissement Français d’Yanaon dans ce tems de misère et comme la plus grande exportation /83/ d’esclaves se faisoit à Coringui [Korangi], le gouvernement Anglais voulut inculper mon administration, il fut même jusqu’à porter des plaintes au gouverneur de Pondichéry. Je dois saisir l’occasion qui se présente de rendre publique ma conduite dans cette circonstance ; j’écrivis deux fois au gouverneur de Madras à ce sujet et ce ne fut qu’à la seconde lettre que j’en reçus une du secrétaire du Conseil qui me marquoit que M le gouverneur en Conseil avoit reçu mes deux lettres, mais qu’il ne pouvoit me faire de réponse, parce que je ne les lui avois pas fait parvenir par la voie d’usage ; comme si un homme qui vient faire entendre ses plaintes et demander justice devoit se servir d’autre voie que celle qui est la plus directe. Je joins ici en note ma première lettre (a).

Sa lettre au gouverneur anglais

[note (a) : A son Excellence Sir Charles Oakley, baronet, gouverneur en Conseil de Madras ; Yanaon, ce 29 janvier 1793.
Monsieur le gouverneur.
D’après la lettre que j’ai reçu hier du gouverneur de Pondichéry, je vois que vous lui avez renvoyé des plaintes portées par votre chef d’Ingéram [Injaram] concernant des naturels que quelques particuliers ont transporté hors de leur païs sans doute comme esclaves, et je me vois forcé de mettre ma conduite à découvert pour vous prouver que je suis loin de tolérer ce trafic avilissant. Tout ce qu’on vous a écrit a été fort exagéré : un enfant, supposé enlevé, fut une fable inventée pour avoir un prétexte de crier ; le passage de votre résident dans l’établissement Français d’Yanaon, au moment où l’on me portoit des plaintes étoit projeté, mais rien ne peut excuser la démarche indécente qu’il fit en venant à trois heures du matin dans notre établissement avec une foule de peuple pour me forcer de venir visiter avec lui quelques maisons de particuliers, démarche qui dégradoit son caractère, et comme il n’entrera jamais dans le mien de souffrir que le chef d’une nation étrangère /84/ vienne faire la loi dans un pays où je commanderai, la conversation que j'eus avec lui n’a pu qu’être très vive et manqua de devenir funeste puisque je me vis forcé de faire mettre sous les armes le peu de Cipayes et charger à mitrailles cinq pièces de canon que j’avois dans cette place pour arrêter les cris de la populace qui l’avoit suivi. La menace qu’il me fit d’écrire au Conseil de Madras tout ce qui venoit de se passer entre nous, loin de m’intimider, ne pouvoit que m’engager à être plus sévère ; je respecterai toujours le Conseil de Madras, mais je commande à Yanaon, comme il commande à Madras, et il n’a rien à voir à mes actions ; j’en suis responsable à ma nation seule et elle n’aura jamais à me reprocher d’avoir souffert une humiliation ; je vais cependant convaincre votre excellence que j’ai fait tout ce qu’il étoit en mon pouvoir pour empêcher ce commerce infâme et que j’ai dénoncé comme tel dans mes anciens ouvrages. Indigné de voir quelques Français profiter de la misère qui régnoit dans tout le nord pour enlever des malheureux à leur patrie et à leur famille, nos lois ne défendant pas ce commerce, j’engageai Messieurs les citoyens d’Yanaon à m’autoriser par une délibération à le défendre ; j’envoyai dans le temps au Conseil de Masulipatnam et au chef d’Ingéram copies des délibération et déclarations de M et Mrs les citoyens d’Yanaon ainsi que de la proclamation que je fis ; depuis ce moment, toutes les fois que j’ai été instruit où on en rassembloit, je les ai fait saisir et les ai envoyé à votre chef d’Ingéram ; sur la fin d’octobre, je lui en ai envoyé cent dix, le deux du mois de novembre, je lui en fis remettre dix-huit et seize le dix-neuf du même mois, le treize décembre je lui en remis vingt un et quelques jours après douze que j’avois pris à un capitaine Anglais ; qu’arrivoit-il de là ? Vôtre résident, aussitôt qu’il les recevoit, les renvoyoit au lieu de leur donner à manger pendant quelques jours, et ces malheureux venoient d’eux mêmes se remettre dans les fers chez les mêmes personnes qui leur donnoient du riz. Les limites d’Yanaon et mes moyens sont trop restreints pour pouvoir faire plus que je n’ai fait ; tant que le gouvernement Anglais ne mettra pas des forces à Coringui, qu’il n’en mettra pas à Bimilipatnam [Bhimunipattanam] et dans quelques autres endroits de la côte pour empêcher ces exportations, on verra toujours quelques particuliers sans délicatesse, avides et attirés par l’appas du gain, entreprendre cet honteux trafic, persuadés que je n’ai aucun droit sur eux. Lorsqu’ils sont en rade de Coringui, et que les Anglais n’ayant pas de forces pour leur empêcher de le faire, ils sont sûrs de l’impunité ; mais de toute manière, s’il y a quelqu’un qui doive être responsable, c’est votre chef d’Ingéram, qui seul a tous les moyens. Rien ne peut sortir d’Yanaon qu’il n’en ait connaissance, et il sera impossible, quand il le voudra qu’on puisse faire sortir de Coringui un seul noir comme esclave ; je joins ici copie de deux lettres que je lui ai écrites, ainsi qu’à l’officier commandant à Coringui qui sont ma profession de foi, et viennent à l’appui de tout ce que j’avance. Si, d’après tout ce que je viens de dire, j’ai été assez heureux pour vous convaincre du zèle que j’ai mis à empêcher quelques Français de se dégrader en faisant un trafic aussi honteux et ce que l’humanité réclamoit, je suis satisfait, je suis avec respect etc...]

75par laquelle on verra que le /84/ gouvernement Anglais seul fut coupable puisque lui seul pouvoit empêcher ce trafic infâme ; il n’y a peut-être pas une seule famille /85/ habitante des bords de la mer qui n’ait aujourd’huy quelques parents esclaves aux isles et qui n’ait droit de lui faire des reproches de ce qu’ils sont dans les fers.

Effroyable mortalité

76Les Anglais semblent ne plus reconnoitre l’esclavage, mais ne peut-on pas donner le nom d’esclaves à ces Indiens qu’ils forcent à quitter leur famille pour les envoyer au loin travailler à des chemins, à percer des montagnes, et enfin, tous ceux qu’ils exportent à Ceylan, à Bancoul, et dans leurs autres colonies où ils périssent misérablement ? Je frisonne en pensant à l’affreuse misère qui ravagea pendant quelques années tout le nord ; je fis enterrer dans l’année 1792 trois mille corps, tous gens chassés des aidées voisines par des rajas impitoyables et qui venoient mourir dans les rues d’Yanaon ; dans quelques aidées on ne prenoit pas la précaution de les enterrer, on portoit les corps dans une espèce de voirie où ils étoient dévorés par les chiens marrons et les vautours ; je suis saisi d’horreur en pensant à ce que je vis à celle de Néllépally [Nilapalle] où je passois ; deux hommes portoient une femme attachée par le col et les genoux à un bambou à la voirie, quoiqu’elle remua encore et qu’elle sembla par le mouvement de ses jambes demander encore des secours ; des scènes pareilles font frémir et sont des leçons bien expressives pour l’être qui les voit passer sous ses yeux.

Terrible cyclone de 1787

  • 58 Voir une autre description de ce cyclone dans A. Martineau, les cyclones du Godavéry, Revue histori (...)

77Les environs d’Yanaon souffrirent d’autant plus que les habitants ne s’étoient pas encore relevés d’une inondation terrible qui y avoit eu lieu quelques années auparavant et qui avait submergé toute cette partie ; ce désastre arriva le 20 may 178758 ; le temps avoit été extrêmement couvert pendant plusieurs jours, l’air étoit chaud, toute la nature étoit dans un état de stagnation, on ne voyoit pas une feuille d’arbre en mouvement ; la veille on entendit à plusieurs reprises comme un bruit sourd qui sembloit sortir de la terre, dans la nuit le temps devint /86/ très sombre, des nuages s’amassèrent de plus en plus et semblèrent se réunir pour ne former qu’une nuée noire qui remplissoit tout le ciel ; l’atmosphère paraissoit en feu, le temps éclata sur les deux heures de la nuit : le vent, la pluie, les tourbillons, les éclairs et le tonnerre se succédèrent violemment et sans interruption, les élémens parurent être déchaînés, il sembloit qu’un bouleversement de la nature alloit engloutir la terre. L’orage fut si violent que les plus anciens ne se rappelloient pas d’en avoir jamais vu de pareil ; il dura ainsi sans se ralentir pendant douze heures, la mer sortit de ses bornes, se développant de loin et s’avançant comme des montagnes animés et mouvantes qui s’élevoient au dessus des eaux ; ces vagues impétueuses parurent venir ainsi que les nuages de la partie du nord-est ; leur violence éclata vers la pointe de Godavry où trouvant là une résistance, elles se brisèrent avec éclat et se répandirent dans tout le pais comme un torrent mugissant, déracinant les arbres, entraînant des parties de sol et dévastant tout dans leur passage : Jaggernapour [Jagannathapuram], Coringui, Yanaon, Ingéram et toutes les aldées des environs furent ensevelis sous leurs eaux ; les vaisseaux qui étoient en rade ne pouvant résister à leur violence, rompirent leurs câbles et entraînés par leurs mouvements terribles, quelques-uns furent portés à plus de quatre lieues dans les terres ; les bestiaux furent emportés et périrent et plus de cinquante mille âmes perdirent la vie.

Nature bouleversée

78Ces lames mouvantes et salées se répandirent /87/ au loin et bouleversèrent toutes les terres ; on trouva de très hautes élévations dans les terrains les plus unis par les amas qu’elles amoncelèrent au même point ; elles remplirent les étangs et les puits ; depuis ce temps, leurs eaux n’ont pu se régénérer ; le meilleur puits ne donne plus que de l’eau saumâtre et les terrains qui furent couverts de leurs eaux perdirent leur fertilité. Ce coup de vent se fit sentir jusqu’à Ponada [ ?] dans le nord et jusqu’à Ramayapatnam [ ?] dans le sud où la rivière qui roule ses eaux sur un sable rouge, ce qui lui a fait donner le nom de Rivière rouge, se gonfla tellement qu’elle emporta toutes les aidées de ses bords. Vingt mille âmes y périrent et plus de cent mille bêtes à cornes. Les oiseaux effrayés s'éloignèrent de ces cantons et n’osèrent s’en approcher qu’au bout de deux mois, excepté les vautours qui y vinrent en quantité dévorer les cadavres épars de tous côtés.

79Le calme qui survint le lendemain dévoila cette horrible scène et montra dans toute son étendue les ravages de ce jour de désastre, la mer étant rentré dans son lit naturel fit voir sur le sable des milliers de cadavres qui pourrirent sur la terre et infestèrent l’air, et ce n’est qu’au bout de trois ans que cet air s’est trouvé un peu régénéré.

  • 59 Tila (hind.), habitant de la côte orientale du Dekkan.

80Les Talingas59 (a) [note (a) : les Talingas sont les peuples de la côte d'Orissa.] prétendent qu’un évènement pareil a lieu tous les cinquante ans.

81D’où a pu venir ces tempêtes dans les airs et dans /88/ la mer dans cette seule partie ? Lors du tremblement de terre à Lisbonne en 1795, le même effet eut lieu à Cadix, on vit venir de loin une lame qui s’élevoit sur les eaux et paraissoit comme une montagne, les habitans effrayés craignirent d’être submergés dans la ville, ils en sortirent en foule, le gouverneur plus prudent qu’eux, voyant leur erreur, en fait fermer les portes pour les empêcher de courir à une mort certaine ; cette vague énorme se brise enfin sur la terre et se répandant dans tous les environs, elle entraîne avec elle tous ceux qui avoient voulu fuir et qui avoient eu à peine le tems de passer la chaussée de St Sébastien ; le petit-fils du célèbre Racine fut du nombre des victimes ; la ville fut garantie par ses murs et ses ouvrages extérieurs.

Autres exemples de catastrophe

  • 60 Le Gentil de la Galaisière, Voyage dans les mers de l’Inde fait par ordre du roi, 1761 & 1769, Pari (...)
  • 61 Atlandide, île légendaire que les auteurs anciens ont placée à l'ouest de Gibraltar. Dialogue de Pl (...)

82Qui peut soulever la mer dans un seul point pour former une vague aussi haute et aussi terrible ? Sans doute, ces lames n’ont pu s’élever ainsi que par quelques explosions intérieurs du globe, ou peut-être par un tremblement de terre éloigné, car tout dans la nature peut être troublé par les tremblements de terre surtout s’ils s’étendent à une grande distance, celui de Lisbonne se fit ressentir jusqu’à Lima, l’eau remonta à leur source dans toutes les rivières de l’Europe ; la Seine monta de douze pieds à Paris. Celui de la Calabre en 1783, ébranla l’Islande et occasionna la sortie d’une isle du milieu des flots dans cette partie et j’ai remarqué que depuis ce désastre de la Calabre, les moussons, les vents et les courans de la mer ont éprouvé un changement et une /89/ variation. À Manille en 1780, après un furieux tremblement de terre, on vit sortir du milieu d’un grand lac situé dans le nord-est et à quelques lieues de Cavite, une isle avec un volcan. Mr Le Gentil60 dans son voyage, nous dit que le grand lac qui est à quatre à cinq lieues de Manille et qu’on appelle la Laguna a été formé par les tremblements de terre et les affaisements qui en ont été les suites. Nous avons plusieurs exemples de semblables projections et affaisements ; les isles Atlantides61 dont parle Platon pourroient bien avoir été englouties dans la mer par l’effet de quelques violents tremblements de terre. Le Monte-Nuovo, voisin du Vésuve, s’est élevé en 1538 à la hauteur de mille pieds sur une circonférence d’une lieue à sa base ; il sortit du milieu des eaux du lac Lucrin avec un bruit horrible ; le village de Tripergole fut abimé par cette éruption. Les habitants de Pouzol [Pouzzoles] prirent la fuite et une partie de ce lac, célèbre par la pêche qu’on y faisoit autrefois, fut desséchée et remplie par la nouvelle montagne (a).

  • 62 Joseph Pitton de Tournefort, botaniste (1656-1708).

(note (a) : Ce ne sont pas les seuls exemples qu’on ait sur des effets semblables de volcans ; on trouve dans l’histoire de l’Académie pour 1708 le détail de la nouvelle isle formée dans l’archipel auprès de celle de Santorin au mois de juillet 1709 à la suite d’un tremblement de terre. Voyez aussi le voyage de Τοurnefort62 et l’histoire de l’Académie pour 1722 sur la nouvelle isle des Açores.]

  • 63 Marie Gabriel Choiseul Gouffier, érudit et explorateur (1760-1817).

83Mr le Cte de Choiseul-Gouffier63, dans son voyage, parle des isles de Santorin qui se sont abîmées dans la mer et d’autres qui se sont élevées au-dessus de la terre. Mr de Buffon pense de même /90/ que l’Etna dont la hauteur est de plus de dix huit cens toises et la circonférence à la base de près de cinquante toises, ne s’est élevé que par la force des foudres souterraines. Peut-être toutes les isles ont-elles été projetées ou soulevées du fond de la mer par la même force et par conséquent portent sur des cavités dont la capacité est au moins égale en volume de leur projection ; ainsi un nouveau feu peut les affaisser et les abîmer dans la mer dont elles sont sorties. Ce qu’il y a de certain, s’est qu’il est des effets dans la nature dont l’homme ne pourra jamais connaître les causes.

Sols et végétation

  • 64 William Roxburgh (1751-1815), surintendant du Jardin botanique de Samalkotta (1781-1793), surintend (...)

84Les terres depuis Masulipatam jusqu’à Vizagapatnam sont maigres, elles contiennent un sel marin qui nuit beaucoup à la végétation, aussi les plantes et les arbres y sont chétifs ; ces terres s’aglutinent difficilement et la cuisson ne fait adhérer que légèrement les parties, les briques, même qu’on fait avec, ne sont jamais dures et il est facile de les briser entre les doigts ; si on les pousse à un feu violent, elle donnent un verre compact d’un noir terreux. Mais en s’éloignant des bords de la mer, vous trouvez une excellente terre. Le Docteur Roxburgh64 avoit établi à Samalcota [Samalkotta] qui n’est qu’à huit lieues de la mer un jardin de botanique qui réussissoit très bien ; entr’autres plantes curieuses qu’il y cultivoit, on y voyoit le caffé et le poivre, ainsi que deux /91/ arbres très précieux naturels du pays et pris dans les bois ;

85Pl. 3. Nerium tinctorium

86l’un est le nerium tinctorium de Linné, qui par la macération donne une couleur bleue pareille à l’indigo ; l’autre peut remplacer le quinquina, son écorce est amère et un excellent fébrifuge, le docteur Roxburgh a eu occasion d’en faire usage ; et il en a obtenu de meilleurs effets que s’il avoit employé le quinquina (a).

[note (a) : je n’ai vu que l’écorce et j’ai pensé que c’étoit celle du margosier sauvage (Melia azadirachta de Linné).]

87Dans l’intérieur des terres la végétation est très vivace, les arbres des forêts de Rajimendry y son très hauts et énormes pour la grosseur.

Roches

88On trouve dans les montagnes plusieurs espèces de granit pareilles à celles que j’ai déja décrites, des mines de fer, de cuivre, qu’on n’exploite pas ; on y trouve aussi des pyrites cassées ferrugineuses auxquelles les Indiens attachent de grandes propriétés ; ils s’en servent particulièrement pour en faire accoucher les femmes sans douleur, en leur en attachant une sur la cuisse, le plus près possible des parties naturelles ; ils prétendent qu’elles attirent l’enfant au-dehors. J’ai connu plusieurs dames de Pondichéry qui avoient la même croyance et qui conservoient avec soin ces pierres pour les faire servir dans le besoin. Ces pyrites ont cependant une propriété assez particulière que je leur ai reconnue, qui est celle /92/ de tourner continuellement d’elles-mêmes en les posant sur l’ongle du pouce et posant légèrement l’ongle de l’autre pouce dessus. Ces mêmes pyrites se trouvent en quantité dans le bas des montagnes de Caopet [ ?] ; mais dans ce pays elles sont incrustées dans une stéatite d’un vert jaunâtre mêlé de mica blanc.

89Près de Rajimendry, on trouve au pied d’une petite montagne, à six pieds de profondeur dans la terre, une mine de soufre dont la substance est répandue dans une pierre calcaire grise, on ne l’exploite pas, mais les habitants en cassent des morceaux pour les porter dans les bazards éloignés et on l’achète seulement pour l’employer dans des remèdes.

90Les rivières qui descendent des montagnes roulent dans leurs eaux de l’or, des morceaux de jaspe vert, sanguin et veiné, des agates, des calcédoines, des sardoines, du jade et en quantité des cailloux et des cristaux colorés, mêlés à des débris de quartz et de granit qui forment la masse de montagnes où elles prennent leur source.

91Je ne donnerai pas ici de plus grands détails sur ces pays, parce que j’aurai occasion d’en parler encore dans l’histoire des Cercars du nord.

92Sur cette côte sont situés les établissements européens dont nous allons parler dans le chapitre suivant.

Notes

1 a-maṇṭalam (tam.).

2 Maisūru serait une corruption de Mahiāsura, le démon buffle tué par la déesse Durgā.

3 Kiḷḷi (tam.) un des titres des rois cholas.

4 Pāṇḍya, habitant du royaume de Madurai. C’est une désignation ancienne du royaume du sud de la péninsule.

5 ṇṭil (tam.) bambou.

6 Vākai (tam.).

7 Karikāla Cōḻaṉ, un des rois cholas semi-mythiques les plus populaires de la littérature du Sangam.

8 Ativīrarāmapāṇṭiyaṉ qui régna sur la région de Tenkasi au XIVe siècle.

9 Aldea (port.).

10 Pays des Maṟava.

11 Toṇṭamāṉ, titre des chefs de Pudukkottai.

12 Neycciṭṭi (tam.), Achyranthes aspera L., irésine.

13 Pedda mandu (tel.).

14 Āvārai (tam.).

15 Anil (port.), nīlam (tam.).

16 Telosma minor (Andrews) Graib.

17 Nākamalli (tam.). Justicia nasuta L (1753), Rhinacanthus nasuta (L.) Kurz.

18 Ancienne unité de poids de 54 mg.

19 Melursus ursinus (Shaw, 1791), ours lippu.

20 Hyaena hyena (L.) (1758), hyène rayée.

21 Karati (tam.) signifie ours.

22 Chien-marron, ici cennāy (tam.), chien de couleur marron, renard indien, Vulpus bengalis ( ?)

23 Sur Tiruvakkarai, voir la note (Fossil trees) de W. Francis in South Arcot Gazetteer, Madras, 1906, p. 18-19. Ces bois pétrifiés ont été décrits par le capitaine John Warren dans Asiatic Researches, XI, I, en 1810.

24 Ce texte semble extrait d'un recueil scolaire de fables se trouvant dans l’œuvre d'Ovide. Il n’existe pas de Fabulae parmi les œuvres connues d’Ovide. Le texte cité est une transcription de quatre hexamètres du 15e livre des Métamorphoses d’Ovide (vv. 262-265, avec une inversion des vers 264 et 265). L’original se lit comme suit : 262 Vidi ego quod fuerat quondam solidissima tellus / 263 Esse fretum, vivi factas ex aequore terras, / 264 Et procul a pelago conchae jacuere marinae, / 265 Et vêtus inventa est in montibus anchora summis. Sens : J’ai vu ce qui jadis avait été terre des plus imbougeables (solides) devenu mer, j’ai vu des contrées terrestres nées aux lieux de ce qui avait été océan et loin de la haute mer gisaient des coquillages marins, et tout vieillie une ancre fut trouvée parmi les montagnes (commentaire de Michel Roussel, Université d'Ottawa).

25 Dans son ouvrage de 1782, Sonnerat donne cette explication : « Wiston a cru que la terre a été une comète qui conserve encore un noyau brûlant, autour duquel est un abyme d’eau, sur quoi nage la terre » (t. I, p. 280, note (a).

26 Carl von Linné, naturaliste suédois (1707-1778), s’attacha à décrire les êtres vivants en créant un système de nomenclature binomiale jetant ainsi les bases de la taxonomie biologique moderne. Publications clé : Systema naturae (1735) ; Genera plantarum (1739) ; Species plantarum (1753).

27 Jacques Alexandre Charles, physicien (1746-1828) ; François Blanchard, aéronaute (1753-1809) ; Nicolas Louis Robert, inventeur (1761-1828).

28 Charles Antoine Réaumur, physicien et naturaliste (1683-1757).

29 Newton, mathématicien anglais (1642-1727).

30 Kacavu (tam), memecylon L., donné par Rheede, kasjavo.

31 Melaleuca leucadendra L., bois blanc.

32 Georg Eberhard Rumpf, connu sous le nom de Rumphius (c. 1628-1702), botaniste employé par la Compagnie hollandaise des Indes (V.O.C.) à Amboine. Son « Herbier d’Amboine », Herbarium Amboinense, fut publié en 1741.

33 Dodonaea viscosa Jacq.

34 Piḷḷaiyār.

35 Subrahmaya.

36 Nellukuruvi (tarn.), Lonchura punctulata, Linnaeus, Spotted Munia, Capucin damier.

37 Miscanthus sinensis Anders, ou Miscanthus japonicus (Thunb.) Anders.

38 Calotropis gigantea (L.) R. Br.

39 Datura metel L., connu à Pondichéry sous le nom de lotro.

40 L’animal que l’on trouve en Inde est une sous-espèce du sanglier ordinaire : Sus scrofa.

41 Les pigesons verds sont des variétés de Colombars ; les tourterelles grises correspondent à diverses variété de tourterelles ; les poules d’eau peuvent être des Marouettes, des Talèves, des Gallinules ou des Foulques.

42 Temple dédié à Subrahmaṇya (voir W. Francis, South Arcot Gazetteer, p. 363).

43 Ces bancs se trouvent au nord-est d’Ariyankuppam (C. Anthony, Gazetteer of India, Union Territory of Pondicherry, vol. I, p. 32).

44 Dominant la côte, à l’ouest s’élève le plateau rouge fait de grès formant, grâce à la cimentation latéritique une carapace qui culmine à 55 m.

45 Kāvi (tam.).

46 Romé de Lisie, minéralogiste (1736-1790).

47 Albert von Haller, physiologiste suisse (1708-1777).

48 Jean-Baptiste van Helmont, médecin et chimiste belge (1577-1644).

49 Jean Joachim Bécher, chimiste allemand (1635-1682).

50 Sur les urnes funéraires de cette zone voir J.M. Casal et G. Casal, Site urbain et sites funéraires des environs de Pondichéry : Virampatnam, Mouttrapalon, Souttoukeny, 1956.

51 Pāl +āṟu (tam.).

52 Chien marron, ici cemmaṟi (tam.), mouton à laine brune.

53 La Palar prend sa source au Karnataka.

54 Erreur : Mangalore est situé bien au sud.

55 Dobhāī (hind.), homme qui connaît deux langues, interprète.

56 Charles Oakeley (1751-1826).

57 Sadleir, « chef » à Machilipattanam en 1787 (renseignement fourni par Tim Thomas, British Library, Londres).

58 Voir une autre description de ce cyclone dans A. Martineau, les cyclones du Godavéry, Revue historique de l'Inde française, vol. I, 1916-1917, p. 204-212.

59 Tila (hind.), habitant de la côte orientale du Dekkan.

60 Le Gentil de la Galaisière, Voyage dans les mers de l’Inde fait par ordre du roi, 1761 & 1769, Paris, 1779-1781.

61 Atlandide, île légendaire que les auteurs anciens ont placée à l'ouest de Gibraltar. Dialogue de Platon (IVe siècle av. J.C.), Le Critias, dans lequel est décrit le mythe de l’Atlandide, ennemie d’Athènes et finalement engloutie.

62 Joseph Pitton de Tournefort, botaniste (1656-1708).

63 Marie Gabriel Choiseul Gouffier, érudit et explorateur (1760-1817).

64 William Roxburgh (1751-1815), surintendant du Jardin botanique de Samalkotta (1781-1793), surintendant du Jardin botanique de Calcutta, Botaniste en chef de l’East India Company de 1793 à 1813. Publications : Plants of the Coast of Coromandel, 3 vol., London, 1795-1815 ; Hortus bengalensis, Serampore, 1814 ; Flora indica (ed. by N. Wallich), Serampore, 1820-1824.

© Institut Français de Pondichéry, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search