Version classiqueVersion mobile

Nouveau voyage aux Indes orientales (1786-1813)

 | 
Pierre Sonnerat

Introduction

Texte intégral

1Pl I. La carte de l’Inde jusqu’à Balassor

Ancienneté de la civilisation indienne

  • 1 Muhammad Qasim, vrai nom de l’historien Ferishta (1570-1612 ?) qui écrivit le Tarikh Ibrahimi. Il s (...)
  • 2 Sūbah (pers., hind.), province.
  • 3 Brachmane ou brahmane, membre de la caste sacerdotale. Brachmane est une forme ancienne qui nous vi (...)
  • 4 Apollonios (Ier siècle avant J.-C.), rhéteur grec, maître de Cicéron.
  • 5 Aristote (IVe siècle avant J.-C.), Solon (c. 640 – c. 560 avant J.-C.) ne peuvent avoir connu les é (...)

2On regarde l’Inde comme le pays le plus anciennement habité ; ce nom, selon Mohammed Cassem1 (a) [note (a) : historien persan qui a écrit l’histoire de l’Inde en 1007 de l’Hégire d’après des manuscrits précieux qu’il trouva à Kandès] dans l’histoire qu’il en a écrite lui vint d’Ind qu’il suppose être fils de Cham et petit fils de Noé, qui fixa sa demeure dans cette contrée avec son frère Sind, qui laissa aussi son nom aux pays qui forment aujourd’huy les soubas2 de Tatta et de Moultan /2/ et dont le premier est encore connu sous le nom de Sind ; mais cette définition ne peut être que fausse ; tout, dans ce pays, y annonce une antiquité très reculée. Son origine est égalemment éloignée, curieuse et obscure ; les monumens, la religion et les mœurs des Indiens prouvent qu’ils existent de tems immémorial ; leur histoire qui se perd dans la nuit des tems nous montre ce peuple comme déja très ancien et très instruit longtems avant l’époque où nous fixons la vie de Noè ; il y fut connu des Egyptiens, des Grecs, des Romains et d’autres peuples longtems avant eux ; il étoit alors renommé par ses richesses et la sagesse de ses Brachmanes3 ; mille ans avant J.C., Salomon envoyoit ses flottes dans l’Inde qui lui rapportoient des richesses immenses (a) [note (a) : Ézéchiel chap. 27, vers. 6 et 29] et Moyse ne fit son tabernacle qu’avec l’or qui lui étoit venu de ce pays ; il fut célèbre dans l’histoire des Bacchus, des Sémiramis et des Alexandre ; Pythagore, Démocrite, Anaxarchus, Pyrrhon, Appolonius4 et d’autres phylosophes grecs ne passèrent aux Indes pour s’y instruire que d’après la haute réputation dont jouissoient les Gymmosophistes ; (b) [note (b) : Gymno-sophiste signifie philosophe nud], ils y étudièrent particulièrement la doctrine des Brachmanes qu’ils incorporèrent ensuite dans leur systèmes de philosophie. Pline, Aristote, Solon5, remarquent que Strabon, qui vivoit sous Auguste, fait mention que les vers scientifiques composés – il y avoit déjà /3/ dans ce temps six mille ans – par les Derviches gaulois qui se glorifioient de la plus haute antiquité, contenoient un corpus de doctrine philosophique et religieuse qu’ils tenoient des Gymnosophistes Indiens ; on y trouvoit des détails sur les mouvements des astres et leurs révolutions, sur la figure de la terre ; on y trouvoit une agriculture raisonnée, plusieurs découvertes dans l’histoire naturelle, la médecine et la botanique, plusieurs mots très recherchés, ainsi que l’invention primitive du feu et de ses ravages, ce qui annonce que dès ce tems, les Indiens étoient un peuple très ancien et il n’y a aucun doute qu’ils donnèrent leur religion et les premières sciences, telles que l’astronomie, les arts, la navigation et le commerce à tous les autres peuples ; aussi, dans toutes les histoires, nous voyons que les plus anciens peuples vinrent commercer dans l’Inde et y chercher ses productions ; les Indiens sans ambition ne furent jamais chez d’autres peuples y porter leurs toiles, leurs mousselines, leurs soyeries que toutes les nations s’empressoient de venir chercher chez eux.

Invasions du pays

3/4/ Mais dans ces nouveaux siècles, ce pays fut soumis à toutes les vicissitudes de la guerre ; il fut sans cesse la proie des Arabes, des Persans, et des Tartares. L’histoire de l’Inde est celle de tous les royaumes, et dans les tems les plus éloignés, on ne voit que troubles. Ce sont des fanatiques qui veulent lui donner une religion et des loix, des conquérants qui envahissent, des brigands qui pillent ; les guerres détruisirent par le fer et la flamme les peuples, les cités, les monuments des arts et des sciences. Sur des monceaux de morts et de ruines sanglantes s’éleva ce despotisme mogol effrayant, qui a fini par tomber lui-même sous les débris de son trône abhorré. Les Indiens passèrent sans cesse courbés sous le joug de nouveaux maîtres ; leurs villes furent continuellement attaquées, prises et démolies, quelques-unes furent rebaties sur les décombres des anciennes, mais plusieurs furent ensevelies pour toujours dans leurs ruines, et aujourd’huy sur la place des plus célèbres il ne reste pas le moindre vestige de leurs splendeur.

Gaur en ruine

4Voyez l’ancienne Gorr. Cette ville si puissante avant la conquête des Mahométans, la capitale d’un grand royaume qui, selon la tradition indienne, dans les jours de sa gloire, a été célébre par sa splendeur, sa magnificence, son opulence, sa population, /5/ son commerce et par le luxe qui y régnoit, qui a vu une suite de soixante deux rois y faire leur séjour dans ses murs, qu’en reste-t-il ? Des pans énormes de murs en marbre et en pierres de taille très élevés qui appartenoient aux palais des rois, des restes de bastions, des tombeaux brisés, des ruines de temples qui annoncent son antiquité et sa splendeur passée. Ces restes ne sont plus qu’un tableau imposant des ravages de la destruction et du tems (a).

  • 6 Voir Abid Ali Khan, Memoirs of Gaur and Pandua ; W.W. Hunter, Statistical Accounts of Bengal, vol.  (...)
  • 7 Nasrat Shah gouverna le Bengale de 1524 à 1538.
  • 8 Humayun, empereur (1508-1556).
  • 9 C’est Humayun qui renomma la ville Jinnatabad ou « Ville céleste ».
  • 10 Kos (hind.), mesure de distance variable suivant les endroits.

[note (a) : Cette ville est aussi appelée Gaur ou Gour6 ; elle a été aussi connue sous le nom de Laknauti ; ses ruines sont situées sur la rive orientale du Gange à vingt-cinq milles audessous de Rajemal [Rajmahal] par la latitude de 24°53'et par 88°14’de longitude, huit cent ans avant l’ère chr. Cette ville étoit la capitale du Bengale ; on croit qu’elle est la même que Ptolémée nomme Ganga Regia ; le dernier raja nommé Nacil-cha7 étant mort sans enfants en 944 de l’Hégire, Sultan Dumayou8 s’en fit reconnaître souverain et donna à cette ville le nom de Djennadabad9, qui signifie fertilité du paradis. Les ruines présentent une étendue de près de huit cosses de longueur sur trois cosses de largeur, ce qui lui donnerait vingt quatre cosses10 où seize lieues de circonférence ; on y voit encore les ruines d’un grand temple dont l’intérieur est revêtu de marbre blanc travaillé avec le plus grand soin et deux grandes portes larges et très élevées qui paraissent avoir été les portes d’une citadelle. Il y a encore à Mattvaligunge [ ?] une fille qui descend des rois de Gaur, elle est pauvre et vit du produit de quelques terres qui lui sont restées.]

5Mais ces masses de ruines bravant encore la faulx du tems s’avancent journellement à grands pas vers une dissolution totale. Avant peu tout disparaîtra, parce que ceux qui bâtissent à Maulda [Maldah] et à Moxudabad [Murshidabad] abattent ces restes pour en construire de mauvaises cahutes ; ainsi tout change de face dans la nature, là où gissoit une simple cabane s’élève un palais qui à son tour est détruit par le tems. La plus /6/ grande partie de Gorr est aujourd’hui changée en bois épais qui servent de retraites aux animaux féroces de ces contrées. Tyr, Babylone, Persépolis, Athènes, Carthage, la rivale de Rome, la superbe Palmyre, la fameuse Thèbes aux cent portes ont disparu de même, n’ayant laissé de leur splendeur passée que quelques ruines éparses et à moitié enterrées dans des sables arides ; on est même incertain aujourd’hui des véritables places que quelques-unes de ces villes célèbres occupoient. Que nous reste-t-il de l’ancienne Rome ? Ainsi brillent et disparoissent les nations et les empires.

Résistance de la civilisation indienne

6Les Indiens malgré les guerres, l’invasion des conquérants, ont plié sous le joug sans changer de mœurs et de religion et le conquérant, qui portoit le fer et la flamme dans ces contrées enlevoit des trésors, brûloit les cités, détruisoit les temples, renversoit les idoles, massacroit leurs adorateurs, sans pouvoir réussir d’en amener un seul à sa religion ; l’Indien voyoit d’un oeil tranquille les débats de tant d’usurpateurs, attendant sans inquiétude la mort sur les bords du Gange sans crainte de cette éternité malheureuse qui rend à tous les peuples d’Europe leur existence si inquiète et si affreuse dans les derniers moments de leur vie.

Zones alluviales

7Je ne suis point de l’avis de plusieurs /7/ historiens qui pensent que l’Inde, par la douceur de son climat et la fertilité de son sol, a dû être le berceau des premiers hommes. Les observations suivantes ne laissent plus aucun doute que les terres du Bengale et de la presqu’Isle de l’Inde ne soient des terres de dépôts entraînés par les eaux et venus d’un sol plus élevé (a).

[note (a) : J’ai distingué dans le Bengale dix, onze et douze couches de terre diverses dans des étangs creusés de quinze pieds ; ces couches sont bien marquées et posées presque horizontalement les unes sur les autres, mais un peu inclinées du côté du sud ; quelquefois elles sont séparées par des veines d'une terre plus sablonneuse, plus blanche et plus vitrifiable ; à la côte d’Orixa je n’ai trouvé que huit à neuf couches dans un terrain creusé de vingt pieds ; à la côte de Coromandel les couches sont moins distinctes et dans plusieurs terrains creusés de vingt pieds, je n’ai constamment trouvé que quatre, cinq et rarement six couches de terre. Cette diminution dans les couches de terres vers le Sud, serait presqu'une preuve certaine que le Bengale a existé avant les côtes de Coromandel et de Malabar ; elles annoncent aussi qu’elles ont été successivement déposées par les eaux.]

8Ces pays n’ont pu être habités que lorsque les eaux se furent creusé un lit et que le sol eut pris une consistance. Le Tibet étant la terre la plus élevée du globe, comme il est démontré par les observations faites par le baromêtre (b),

  • 11 John Shore, gouverneur en 1793, nommé baron Teignmouth en 1797.
  • 12 Peter Speke.
  • 13 William Cowper (1752- ?), quitta le service en 1801.

[note (b) : il étoit sans doute très intéressant de déterminer la hauteur du Tibet au-dessus des autres terres du reste du globe et d’en connoître la composition des montagnes afin de savoir si réellement ce pays avoit été couvert par les eaux. Enflammé de cette idée et de voir un pays absolument neuf, et je n’avois d’autres désirs que de faire ce /8/ voyage, j’étois prisonnier de guerre à Madras, j’en parlois au gouverneur de cette place qui ne fit aucune difficulté de me permettre de l’entreprendre ; il me donna un passeport comme je le désirais ; seulement il m’étoit enjoint à mon retour de me représenter à Madras. Je partis pour le Bengale à la fin d’août 1794 ; le gouverneur général Mr Shore11, homme instruit, parut s’intéresser à la réussite de ce voyage ; il me donna à entendre qu’étant connu avantageusement, je ne trouverais aucune entrave, mais que je devois avoir l’agrément du Conseil Suprème. Pensant que les Sciences étoient de toutes les nations, j’écris et je demande assistance et protection pour un voyage aussi intéressant : je m’engageois même à remettre à mon retour au gouvernement une copie de mon journal et un double des animaux et des échantillons de plantes que je rapporterais ; Mr Shore étoit malade, MM. Speke12 et Cooper13 formoient seuls le Conseil ; ils prennent ombrage d’un voyage pareil, entrepris par un Français. Après trois tenues du Conseil, ils me signifient qu’on ne peut me permettre de le continuer, et j’en fus pour les dépenses considérables que j’avois déja faites pour le terminer avec fruit. Voilà la liberté dont on jouit chez les Anglais.]

Origine de l'humanité

  • 14 Huang Ho, fleuve Jaune, et Yangtze, fleuve Bleu ou Yang-tseu Kiang.

9Les eaux ont dû s’écouler avec plus /8/ de facilité et il est très probable que le Tibet et la Tartarie furent la première habitation des hommes ; que, de là, ils se sont étendus le long des montagnes de Boutan [Bhutan] et se sont ensuite répandus sur le reste de la terre à mesure que chaque partie devenoit habitable. Mais l’homme dans ces premiers temps avoit /9/ peu de besoins : le cocos, la banane, quelques racines sauvages, telles que Tignarne, la patate, le songe et quelques autres fruits naturels à ces contrées lui servirent assez longtems de nourriture. Par la suite quand il multiplia ces fruits, ces racines ne purent suffire à sa subsistance ; il fut obligé pour ne pas mourir de famine de sillonner la terre pour multiplier les plantes propres à sa nourriture, ce qui a exigé de lui un travail très assidu et très pénible. C’est là le premier degré de la civilisation. Le climat ne l’obligeoit point à avoir des vêtements et nous voyons encore l’Indien, quoique civilisé, passer le jour et la nuit sans se couvrir. On doit concevoir que ces colonies s’établirent sur les bords des grandes rivières, parce que les terrains sont plus fréquemment arrosés. C’est aussi le lieu le plus propre à être cultivé, parce que le sol n’y est pas profond en général et n’exige pas un défrichement pénible comme l’intérieur des terres le demandoit, étant ordinairement couvert de forêts difficiles à exploiter dans un tems où le fer n’étoit pas connu et, en jetant un coup d’œil sur la carte de l’Inde, nous voyons les villes et les aidées anciennes, dont on ignore aujourd’huy le tems de la fondation, établies sur le bord des grandes rivières et que, dans l’intérieur des terres, il y a des pays immenses /10/ déserts et couverts de forêts, aussi il paroit que les premiers peuples s’établirent sur les rives du Gange et des rivières qui y mêlent leurs eaux, dont plusieurs ont leur source dans le Tibet et quelques-unes même dans la Tartarie. Les émigrations qui eurent lieu ensuite suivirent les cours des fleuves Kiang [Huang Ho] et Hoangt14 [Yang tseu Kiang] et s’établirent dans le pays que nous nommons la Chine ; les autres, en suivant l’Indus et les montagnes de Mékram [Makran], habitèrent la Perse et se répandirent de là dans l’Arabie, dans l’Égypte, la Grèce et l’Europe. On ne peut douter que telle a été la marche des premiers hommes ; elle paroit en outre naturelle et rend raison de l’antiquité des Indiens et comment l’Inde a dû être peuplée avant les autres parties du monde, car il est certain que les Indiens sont la société civile la plus anciennement établie sur la terre et que la date de leurs arts, de leur science, de leur religion, remonte au-delà de tout ce que nous connoissons en ce genre ; non seulement leurs monumens, mais leur langue sacrée sont une preuve de cette antiquité ; il y a si longtems qu’elle a cessé d’être vulgaire qu’eux mêmes en ignorent l’origine.

10L’homme alors dans cet état peu différent /11/ du sauvage ne pouvoit apercevoir dans tout ce qu’il voyoit l’ouvrage d’un seul être suprême ; tous les astres le portoient à l’admiration et à la surprise. Il dut croire à des intelligences supérieures qui méritoient son adoration par tous les bienfaits qu’il en recevoit, elles se portèrent d’abord sur des choses sensibles et le soleil, la lune et les autres astres devinrent l’objet de son culte (a).

Adoration des astres dans l’Antiquité

  • 15 Kāfir (ar.), infidèle.
  • 16 Louis Tieck, écrivain allemand (1773-1853)
  • 17 Lakṣmī.
  • 18 Sura, sūrya (skr.), soleil.
  • 19 Śiva, Nārāyaṇa, Viṣṇu.
  • 20 Pokal (tam), action de bouillir le riz.

[note (a) : Les plus anciens peuples vénérèrent les astres parce qu'ils les crurent possédés par des intelligences célestes ; les Égyptiens même pensoient qu’ils étoient des êtres animés ; ils en firent même des dieux. Anubis ou Sirius étoit une de leurs plus grandes divinités ; ils bâtirent la célèbre Héliopolis en l’honneur du soleil qui y avait un temple des plus beaux. Les Phéniciens, les Chaldéens, les Perses, les Grecs, les Romains ; en Amérique, les Péruviens et les Natchez, presque tous les peuples d’Afrique auxquels nous donnons le nom de Caffres15 ont adoré le soleil, la lune et les étoiles ; Ciceron veut qu’on mette les astres au nombre des dieux, parce qu’il est probable qu’ils ont une âme, des sens et de l’intelligence. Consentaneum est iis sensum et intelligentianvinesse ; ex quo efficitur in deorum numerum astra esse ducenda. De natura deor. Lib. 2, cap. 17. Quelques philosophes de l’ancienne Grèce tels qu’Anaxagore, Platon, Zénon et Philon croyoient, comme les Égyptiens, les astres animés ; parmi les chrétiens, Origène, Thomas d'Aquin, Tieck16, Kepler, ont été de ce sentiment, et l’arabe Avicenne pensoit de même. Les Juifs et les Israélites rendirent des hommages au soleil. La secte des Esséniens chez les Hébreux saluoit tous les jours le soleil levant et l’invoquoit le matin pour le prier de se montrer. Dieu défendit expressément cette idolâtrie et voulut qu'on lapidât ceux qui seraient trouvés coupables d’avoir adoré le soleil ou la lune (Deuter. V. 3). (Dans les Livres des Rois, chap. 2, cette idolatrie est rapportée comme la principale cause de la ruine du royaume des Juifs qui fut ravagé par des ennemis que Dieu suscitoit pour servir sa vengeance). Plutarque chercha à détruire ce culte chez les Grecs ; il dit dans son livre d’Isis et d’Osiris, qu’il ne faut pas adorer les éléments, le soleil ou la lune ou d’autres astres, parce qu’ils ne sont que des miroirs dans lesquels on peut reconnaître quelque trait de la sagesse infinie du créateur qui les a fait si beaux et si brillane. Il n’y a pas de doute que le soleil fut l’objet de l’adoration des anciens peuples de l’Inde. On voit cet astre représenté dans toutes leurs anciennes monnayes comme la figure de la déesse Latchimi17 l’est dans celles d’aujourd’huy. (Voyez pl. 30, no 12, 13, 14, 15 et 16.) Les Brames adressent encore tous les matins leur adoration au soleil levant ; ils admettent qu’un rayon de la divinité réside dans cet astre, qui le fait paraître lumineux, aussi ils lui donnent instinctement, suivant leur secte, les noms de Chiva Souria et de Souria Narayana ; Souras ou Souria est le nom du soleil18, Chiva est celui de Chiven et Narayana est un des noms de Vichenou19. Le Pongo20 que tous les Indiens gentils solemnisent dans le mois de janvier, le jour que le soleil entre dans le signe du Capricorne, est une fête générale pour adorer cet astre vivifiant. Les Mahométans dans leur grand jeûne (du Ramadan ou du Ramazan) ne mangent pas qu’ils n’aient vu le soleil pour lui adresser des prières. Enfin, on a vu dans les siècles antérieurs tout un vaste continent n’avoir pas d’autre divinité.]

Adoration du feu

11Le feu, qui fut sans doute apporté sur la terre par la foudre, car l’homme dans ce tems ne /12/ devoit pas encore le tirer du caillou, obtint son adoration comme une chose qu’il pensoit devoir le plus ressembler à la divinité et qu’il croyoit tenir d’elle ; il eut alors le soin de le conserver religieusement et ce culte s’est ensuite perpétué chez tous les peuples (a).

  • 21 Guèbre, nom employé avec mépris par les Musulmans pour désigner les Parsis.
  • 22 Feu Behram, Atesh Berham, feu de l’ange de la réussite.

[note (a) : Le feu fut de toute Antiquité un objet de vénération et presque tous les peuples le conservoient avec une espèce de culte religieux ; quelques uns prétendoient qu’il causa la première idolatrie ; les Indiens, les Perses, les Chinois, les Egyptiens avoient un feu sacré toujours entretenu ; les Grecs en avoient un dans le temple d’Apollon ; les Parsis ou Guèbres21 établis dans le Guzurate [Gujarat], ont des temples élevés au feu Behram22 qui est continuellement entretenu par des prêtres ; à Athènes, la lampe de Minerve étoit toujours allumée et ce feu perpétuel étoit gardé par des veuves ; celui des Romains étoit entretenu par des vierges, qu’on enterrait toutes vives lorsqu’elles le laissoient éteindre ou qu’elles manquoient à la pureté dont le feu étoit pour eux le symbole. L’Ur des Chaldéens étoit ainsi nommé du culte qu’on rendoit au feu comme au symbole de la pureté de l’intelligence et du pouvoir. Les Amalécites adoraient Moloch qui étoit une idole du feu ; les Gaulois avoient une idole semblable nommée Hésus où l’on brûloit, comme chez les Amalécites, des victimes humaines pour apaiser la divinité. Moyse, parmi les cérémonies, ordonna aux Israélites la pratique du feu dans les lieux saints (Lévit. 6, 12 et 13) ; aussi les Juifs avoient toujours sur l’autel un feu perpétuel ; Eusèbe, dans Porphyre, dit que les premiers hommes avoient soin de garder un feu perpétuel dans les temples, parce qu’ils regardoient cet élément comme la cause de la vie, de la destruction et de la renaissance du monde ; le même symbole subsiste encore aujourd’huy dans les temples des Chrétiens qui ont conservé plusieurs cérémonies de l’ancienne religion naturelle ; de ce nombre est le feu nouveau du samedi saint ; les lampes de leurs églises sont des restes de l’ancien culte du feu. Chez tous les peuples lorsque le feu sacré s’éteignoit, c’étoit un présage de toutes sortes de malheurs pour l’Etat.]

Astronomie

12Bientôt, il déifia les rivières ; les cérémonies légales furent simples dans leur origine parce qu’elles furent fondées sur des besoins physiques, mais lorsque l’homme fut entraîné au-delà /13/ de ses besoins et qu’il se livra à la réflexion, alors il commença à raisonner et il devint philosophe ; il observa que les astres avoient chaque jour le même mouvement, le même cours, car ces anciens philosophes indiens, n’ayant pas pénétré avant dans la physique, ont toujours cru et croient encore que c’est le soleil et les autres astres qui tournent autour de notre globe ; ces observations donnèrent naissance à l’astronomie et elle fut sans doute la première science que les hommes cultivèrent parce qu’ils rapportèrent les divers événements et toutes leurs sensations aux astres et à leurs mouvements. L’homme, dans ces tems éloignés, ne vivant que de végétaux, fut affecté plus particulièrement par les uns que par les autres ; il reconnut des propriétés sensibles à quelques plantes, ce qui donna lieu à la médecine et à la chimie ; il fut d’abord dans l’erreur parce qu’il est guidé par ses sens qui le trompent et par ses premières impressions qui sont toujours fausses (a).

Superstitions

  • 23 Rāhu et Ketu.
  • 24 Hur (ar.), beauté céleste que le Coran promet aux musulmans fidèles dans le paradis d'Allah.

[note (a) : Comment l’homme isolé n’erreroit-il pas puisque des nations entières civilisées depuis plusieurs milliers d’années sont encore conduites par l’erreur ; les Chinois croyent que le crapaud à trois pattes avalera un jour le soleil et la lune ; les Indiens sont persuadés que deux géants, Ragou et Quédou23, attaquent ces deux astres dans le tems des éclipses et qu’ils finiront un jour par les avaler ; les Mahométans croyent que le /14/ paradis de Mahomet est rempli de belles filles, qu’ils appellent houris24 qui resteront toujours vierges malgré les jouissances qu’elles procureront ; au moins ceux-ci se sont-ils donné un paradis où ils pourront avoir des plaisirs dans une autre vie. Les Égyptiens, les Grecs et les Romains remplirent leur cosmogonie d’absurdités. Les peuples qui vinrent après renchérirent sur eux. L’Amériquain croyoit bien faire de terminer les jours de son père courbé sous le poids des années ; les Mexiquains étoient persuadés que la meilleure manière d’adorer Dieu était de lui sacrifier des victimes humaines et le temple de Mexico était orné de vingt mille crânes ; les Chrétiens croyent que leurs prêtres ont reçu de Dieu le pouvoir de les absoudre non seulement de leurs fautes, mais même des plus grands crimes s'ils leur en font la confession. Les Sicks, peut-être plus sages, pensent qu’ils sont une portion de la divinité ; d’après ce principe, ils ne lui élèvent point de temple et ne lui adressent jamais de prières, persuadés qu'en rendant un culte à Dieu, ce seroit en rendre un à eux-mêmes et tant d’autres erreurs qui sont inculqués aux hommes dès l’enfance. C’est ainsi que les opinions et les préjugés ont toujours conduit les hommes et si nous commençons en Europe à ne plus être guidés par eux, nous le devons à des sages qui ont bien voulu nous éclairer.]

Origine des religions

13/14/ Ce ne fut que lorsque la population s’accrut que les hommes eurent besoin d'être gouvernés, ce fut alors qu’une religion fut imaginée. Il n’y avoit dans ce tems que des astrologues qui prédisoient l’avenir et annonçoient les bons et mauvais jours ; comme ils passoient pour des savants et des hommes au-dessus des autres, ils furent choisis pour faire les prières et les /15/ cérémonies aux dieux. Le culte assemblé en rapprochant les hommes les civilisa et leur fit perdre cette dureté de l’homme sauvage ; les hommes en se voyant souvent apprirent à s’aimer, ils devinrent humains, se secoururent et s’aidèrent mutuellement ; ce fut le second degré de civilisation. Mais, par la suite, les prêtres, pour devenir plus puissants, firent une classe séparée des autres hommes ; ils sçurent interpréter en leur faveur quelques phénomènes de la nature et dès lors on les crut inspirés de la divinité. Une fois qu’ils se furent constitués les organes et les interprètes des dieux, ils devinrent législateurs, sacrificateurs, prophètes ; ils réglèrent le présent, l’avenir et devinrent les arbitres de tous les différens. Connaissant le peuple qu’ils gouvernoient, ils savoient que son apathie ne le porteroit jamais à approfondir les causes du bien et du mal ; ils lui donnèrent la croyance qu’ils voulurent ; le peuple, incapable d’énergie, crut tout ce que lui dirent des gens qu’il croyoit les interprètes du ciel. Les prêtres, pour achever d’étendre leur pouvoir, inspirèrent la terreur pour qu’on eût recours à eux et firent croire qu’on ne pouvoit implorer le ciel que par leur secours ; les prêtres partout furent des despotes iniques qui se firent descendre des dieux ou qui émanoient /16/ d’une partie de l’être suprême pour en imposer à un peuple ignorant.

14Suprême auteur de la nature, hâte ce temps heureux de lumière et de paix, où nous verrons une sainte union réunir tous les hommes, où nous les verrons éclairés et vertueux ! Depuis assez longtems la superstition, des préjugés insensés, les ont fait errer. Exauce mes vœux, que les doux liens d’une bienveillance universelle les unissent à jamais, que la vérité brille enfin sans nuages et détruise à jamais le fanatisme qui fut toujours une barrière à leur amour ; qu’ils aient tous les mêmes mœurs, les mêmes usages, les mêmes loix, le même culte et que leur union prouve qu’ils émanent tous de toi.

15Mais les hommes en se réunissant en sont-ils plus heureux ? Comparez l’état de ces grandes sociétés de singes qui, après avoir butiné en ordre, n’ont plus d’autres occupations que celle de la jouissance, avec celui de cet ambitieux rongé de désirs qui porte l’ennui jusque dans les plaisirs ; de cet avare occupé jour et nuit de son or ; /17/ de ce magistrat imbécile qui, après avoir passé sa jeunesse à étudier quelques mots barbares, vient s’ennuyer et s’endormir dans les bras d'un fauteuil dans l’enfance de sa vieillesse, et enfin de ce laboureur excédé tous les jours de travail pour obtenir le nécessaire et qui souvent en manque ; dites-moi de quel côté est le bonheur ? Le sage seul peut être heureux s’il grave bien dans son cœur les loix que lui dicte la nature.

Diversité des créatures

16Je sais que le philosophe ne peut point admettre ces émigrations sorties d’un même peuple ; il observera avec raison qu’un Caffre habitant de la côte d’Afrique ne peut descendre d’un habitant du Tibet ; que ce n’est ni le climat, ni ses mœurs, ni sa nourriture qui a pu changer sa structure ; elle est dans lui ; deux Caffres mâles et femelles transportés en Chine ne produiront jamais que des êtres à cheveux crépus et si leurs /18/ descendants ne se mêlent pas, ils ne produiront jamais, après mille générations, des êtres avec la figure d’un Chinois (a).

[note (a) : On remarque en cet effet une grande différence dans la structure des os de la tête des divers peuples ; c’est cette structure qui donne à chacun ce caractère propre par lequel nous reconnaissons un Chinois d’un Amériquain. J’avais entrepris de compléter une suite de squelettes de tête des différens peuples, j’en avois déja rassemblé vingt-deux, mais je fus obligé d’abandonner ce travail qui inspiroit de la terreur à une femme et à des enfans, j’en fis présent au célèbre Buffon qui en faisoit beaucoup de cas. On voyoit une différence très grande de l’Européen à l’Hottentot, de l’Hottentot au Caffre ; celle de l’Indien, du Chinois, du Malais et de l’Amériquain étoit très prononcée.]

17Il me dira qu’il est impossible de pouvoir persuader à l’homme qui raisonne, que le reptile qui rampe dans les isles de la mer du Sud ait été produit par le reptile qui fut conservé dans l’arche. En admettant cette hypothèse, il faudrait donc croire à autant de créations qu’il y a de peuples et admettre que la base de tout ce qui existe sur notre globe n’est qu’une terre diversement modifiée, ce qui paraît /19/ naturel. L’histoire de Prométhée qui formoit des hommes avec de la terre après le déluge ne serait-elle pas une allégorie ingénieuse des Anciens pour faire voir l’historique sous l’écorce de la fable (a).

[note (a) : On lit dans l’écriture sainte : formavit igitur hominum de limo terra et inspiravit in faciem ejus spiraculum vita, gen., C. I. V. 26. C. II. V. 7 = Il forma donc le corps de l’homme du limon de la terre et il répandit sur son visage un souffle de vie.]

18Sans doute la terre a été la matrice de tous les êtres, la terre végétale qui couvrait la surface du globe étoit le dépôt des molécules organiques qui donnoient naissance aux différens animaux et aux diverses plantes ; elle étoit le réservoir qui entrait dans la composition des minéraux ; la grande chaleur de la terre et des eaux, dans les tems postérieurs, mettoit en activité tous les principes de la fécondation ; le globe se refroidissant journellement, les mêmes combinaisons ne purent plus avoir lieu et la même fécondation cessa. Au surplus, nos connoissances sont trop bornées dans la science de la nature pour espérer de pouvoir jamais découvrir son premier principe.

Infinité de l’espace

19Nature puissante, mon âme étonnée cherche en vain à te deviner, mon esprit se brise contre cet écueil, mon âme /20/ sensible s’étonne à chaque pas. Si je lève les yeux au ciel, je vois des milliers de sphères célestes, des amas d’étoiles et de mondes répandus dans l’univers tracer dans un cours régulier leurs orbites immenses. Mes regards se portent-ils dans les eaux, j’y vois des milliards d’êtres de toutes formes y nager, et quel étonnement ne dois-je pas éprouver en voyant à travers la lentille du microscope, dans une seule goutte d’eau, des milliers d’animalcules, dont cent mis les uns sur les autres ne pourraient pas égaler le diamètre d’un grain de sable ; ces atomes qui échappent à ma vue ne peuvent échapper à la vie, à l’amour ; dans cet atome, il est un cœur sensible comme le mien, dans lequel tu fais palpiter le désir et tressaillir la jouissance. Et cette fleur, dont les couleurs charment ma vue, et dont l’odeur suave et tendre porte dans mon âme un calme délicieux, qui reçoit dans son sein cette poussière féconde qui lui fait produire un fruit dont le goût Hatte si agréablement mon palais, elle n’a pu produire sans éprouver un doux frémissement, non, il n’est pas possible que cet arbre dont la graine si petite se développe, ouvre pour ainsi /21/ dire son âme, pour laisser sortir des racines qui iront chercher les sucs de la terre pour les porter dans une tige majestueuse qu’il élèvera dans les airs, qui se couvrira de rameaux et donnera des fruits délicieux non, il n’est pas possible que cet arbre n’ait pas une sensation.

20Ainsi, sans nous laisser séduire par les vains systèmes que les savants ont imaginés, convenons que tout se fait par un progrès régulier et conforme à l’ordre ordinaire de la nature, elle est un modèle de perfection qui ne s’égare jamais, quoique variant sans cesse, mais son secret sera toujours enveloppé d’un voile épais que l’homme par la faiblesse de ses organes ne pourra jamais soulever.

Notes

1 Muhammad Qasim, vrai nom de l’historien Ferishta (1570-1612 ?) qui écrivit le Tarikh Ibrahimi. Il semblerait que Sonnerat se soit trompé dans la datation (1007 + 622 = 1629).

2 Sūbah (pers., hind.), province.

3 Brachmane ou brahmane, membre de la caste sacerdotale. Brachmane est une forme ancienne qui nous vient des auteurs grecs (Hobson-Jobson, p. 111).

4 Apollonios (Ier siècle avant J.-C.), rhéteur grec, maître de Cicéron.

5 Aristote (IVe siècle avant J.-C.), Solon (c. 640 – c. 560 avant J.-C.) ne peuvent avoir connu les écrits de Strabon (58 avant J.-C. – 21 ou 25 de notre ère) ; Pline l’Ancien (23-79 de notre ère), auteur d’une Histoire naturelle, périt lors de l’éruption du Vésuve.

6 Voir Abid Ali Khan, Memoirs of Gaur and Pandua ; W.W. Hunter, Statistical Accounts of Bengal, vol. I, p. 51-65 ; J.C. Sengupta, West Bengal District Gazetteers, Malda, p. 229-249.

7 Nasrat Shah gouverna le Bengale de 1524 à 1538.

8 Humayun, empereur (1508-1556).

9 C’est Humayun qui renomma la ville Jinnatabad ou « Ville céleste ».

10 Kos (hind.), mesure de distance variable suivant les endroits.

11 John Shore, gouverneur en 1793, nommé baron Teignmouth en 1797.

12 Peter Speke.

13 William Cowper (1752- ?), quitta le service en 1801.

14 Huang Ho, fleuve Jaune, et Yangtze, fleuve Bleu ou Yang-tseu Kiang.

15 Kāfir (ar.), infidèle.

16 Louis Tieck, écrivain allemand (1773-1853)

17 Lakṣmī.

18 Sura, sūrya (skr.), soleil.

19 Śiva, Nārāyaṇa, Viṣṇu.

20 Pokal (tam), action de bouillir le riz.

21 Guèbre, nom employé avec mépris par les Musulmans pour désigner les Parsis.

22 Feu Behram, Atesh Berham, feu de l’ange de la réussite.

23 Rāhu et Ketu.

24 Hur (ar.), beauté céleste que le Coran promet aux musulmans fidèles dans le paradis d'Allah.

Table des illustrations

Légende 2. L’Inde
URL http://books.openedition.org/ifp/docannexe/image/4102/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 214k

© Institut Français de Pondichéry, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search