Version classiqueVersion mobile

Nouveau voyage aux Indes orientales (1786-1813)

 | 
Pierre Sonnerat

Preface

Pierre-Sylvain Filliozat

Texte intégral

Portrait de Pierre Sonnerat dans sa jeunesse

1Aventure et science ont fait la gloire de quelques voyageurs du XVIIIe siècle. Le naturaliste Sonnerat est un des derniers de ce siècle, après son parrain et parent Pierre Poivre, après l’astronome Legentil, après l’indianiste Anquetil-Duperron. La première motivation de leur vocation au voyage a été une démarche scientifique et ceci les distingue des missionnaires, militaires, administrateurs et commerçants partis avec de tout autres motivations, même s’ils n’ont pas manqué par la suite de s’intéresser aux pays où se sont déroulées leurs activités et d’y multiplier d’intéressantes observations.

2La recherche de semences et plantules du giroflier et du muscadier a été la première mission de Pierre Poivre. Elle le conduisit à une bataille navale dans le détroit de Malacca où il perdit un bras, à l’exploration de nombreuses terres de l’Océan Indien, à l’administration de l’Île de France, à l’étude et la culture des plantes utiles, finalement à la rédaction de « Mémoires d’un voyageur touchant les isles du détroit de la Sonde, Siam, la coste Coromandel, les isles de France, quelques endroits de la coste d’Afrique, etc. ». Dans ces mémoires le récit des aventures, des voyages, laisse le pas aux observations d’histoire naturelle, à celles des peuples et des coutumes, voire à une philosophie du voyageur. Telle est la carrière type du savant explorateur du XVIIIe siècle.

3Pierre Sonnerat (Lyon 1748-Paris 1814), neveu de Poivre, a suivi l’exemple de son oncle. Disciple de Commerson, correspondant de l’Académie des Sciences auprès d’Adanson, il a toute sa vie fait œuvre de naturaliste. Il a débuté par une participation à des explorations d’histoire naturelle dans les îles de l’Océan Indien, jusqu’en Nouvelle-Guinée, puis a suivi une carrière administrative à l'Ile de France et Pondichéry, sans jamais cesser de répondre à sa vocation scientifique. A l’observation de la nature il a joint celle des peuples, des religions, des arts et métiers des régions qu’il a visitées, principalement le sud de l’Inde. Excellent dessinateur, il a mis son talent au service de l’histoire naturelle et a donné de remarquables tableaux de genre, images de divinités, rites religieux, etc. La durée de son expérience exotique a été très longue. Il a accompli plusieurs longs voyages, le premier de 1771 à 1772 en Nouvelle-Guinée, le second de 1775 à 1781 interrompu par la prise de Pondichéry en 1778 causant son transfert à l'Ile de France, puis son retour en France. En 1786 il retourne à Pondichéry. Il est administrateur de Yanaon de 1790 à 1793, et après la prise de ce comptoir, reste prisonnier des Anglais en Inde pendant quelques vingt années. Il obtient de rentrer en France en 1814 et meurt peu après son arrivée. Il avait acquis de son vivant une certaine notoriété, dès le retour d’un premier voyage, par la publication d’un Voyage à la Nouvelle-Guinée en 1776, puis au retour de son second voyage par un autre ouvrage : Voyage aux Indes Orientales et à la Chine, fait par ordre de Louis XVI, depuis 1774 jusqu'en 1781. Ce livre fut bien reçu et vite épuisé. Les nombreuses illustrations de plantes, animaux, oiseaux, ainsi que de types humains, de métiers, de divinités, etc. ont dû largement contribuer à son succès. Elles étaient issues de ses propres dessins et aquarelles faits sur place. Elles furent gravées finement par Poisson, sans doute excellent artiste. Les originaux de Sonnerat ne nous ont pas été conservés. L’on ne peut leur confronter les gravures, ni dire si le graveur a bien respecté ses modèles. Il est probable que le passage du dessin et de la peinture de l’original à la planche imprimée, le transfert de l’observation directe du sujet à la copie ont introduit quelque déformation et affadissement. Elles n’en dégagent pas moins un charme intense. Il faut ajouter leur nouveauté pour l’époque et un grand progrès d’authenticité par rapport aux images antérieures de la China Illustrata (1667) d'Athanase Kircher, ou aux illustrations des Cérémonies et coutumes religieuses de tous les peuples du monde (1723) de Bernard Picart d'un très grand art, mais informant plus sur l'imagination européenne que sur la réalité indienne. Avec les dessins de Sonnerat un grand pas vers cette dernière est franchi. On ne peut que regretter profondément qu’aucune des œuvres graphiques ou peintes de la main de Sonnerat ne nous soit parvenue. Le dessin a sans doute été une de ses activités favorites. En témoigne son autoportrait de jeune naturaliste exécutant « à l’ombre d’une palme,... l’étude d'un perroquet que lui présente une jeune femme de Nouvelle Guinée ». La jeune femme présente le perroquet dans un geste quelque peu théâtral ; son enfant se serre sur ses genoux et cherche à jouer avec l'oiseau ; son mari tient la palme ombrageant l’artiste. Scène attendrissante qui préfigure très bien celle de l’étranger visitant la « chaumière indienne » de Bernardin de Saint-Pierre. Sonnerat en a fait le frontispice du récit de son Voyage à la Nouvelle Guinée dès 1776.

4Succès donc des deux premiers livres de Sonnerai, mais aussi quelques critiques. On lui reprocha notamment des lacunes dans la description géographique. Il avait conscience de ses insuffisances, quand il partit pour un nouveau séjour qui devait être encore plus long que le précédent. Alors qu'il était retenu prisonnier en Inde, en 1806, son premier Voyage aux Indes Orientales fut réédité par Sonnini, un autre naturaliste et voyageur, particulièrement prolifique. Les circonstances étaient très favorables à la publication et la diffusion d’écrits sur l’Orient lointain. Le début du XIXe siècle a connu le plus grand engouement orientaliste de l’histoire. Sonnini a tiré profit de la conjoncture pour relancer un ouvrage aussi riche d’informations et n’a pas hésité à donner, selon ses propres termes une « nouvelle édition, revue et rétablie d'après le manuscrit autographe de l'auteur, augmentée d'un Précis historique sur l’Inde, depuis 1778 jusqu’à nos jours, de notes et de plusieurs mémoires inédits ». Il déclare publier des manuscrits remis par Sonnerat à lui-même, comme une « Traduction du Charta-Bade ou Charta-Birma » (tome II, chapitre XV), des extraits de divers manuscrits du même auteur ou d’autres. Il ajoute des développements, notes et éclaircissements qui lui sont propres. Cette édition montre une certaine liberté éditoriale, mais surtout la soif de connaissances à l’égard des langues et des civilisations des pays les plus lointains. Sans aller jusqu’à parler d’une Renaissance orientale, comme l'avait fait Raymond Schwab à propos des premiers pas de l’indianisme, il faut reconnaître l’ouverture d’esprit vers les cultures originales de l’Asie. Sonnerat s’inscrit dans ce mouvement. Si l’on en croit Sonnini, il lui aurait confié des textes inédits. Nous ne pouvons le vérifier. Ce que nous savons est que pendant ce temps où il était retenu prisonnier en Inde, il travaillait à l’extension de ses propres connaissances et réflexions et à la rédaction d’un « Nouveau Voyage ». Il obtint son retour en France en 1814. Il s’employait à en préparer la publication. Il mourut prématurément. Son manuscrit disparut pendant près de deux siècles. Il a été retrouvé par Madame Ly-Tio-Fane en Australie.

5Madame Madeleine Ly-Tio-Fane qui a une connaissance approfondie de l’histoire des études d’histoire naturelle dans cette partie du monde, a, en effet, mené des recherches très avancées sur Sonnerat, sa vie, ses relations dans le monde savant du XVIIIe siècle, ses œuvres, son apport scientifique. On lui doit déjà une biographie précise du naturaliste et maintenant avec la collaboration de Monsieur Jean Deloche la réhabilitation de son ouvrage oublié. Elle a assuré l’élucidation du contenu d'histoire naturelle du texte. Jean Deloche s’est chargé de l’édition du manuscrit et de l’annotation générale.

6Rien n’était plus nécessaire pour l’histoire du XVIIIe siècle finissant et du XIXe naissant que la publication de ce manuscrit. Il apparaît comme une étape, un relais entre le voyage savant-héroïque du milieu du XVIIIe et le voyage scientifique-romantique du XIXe. Ce n’est pas une répétition du premier « Voyage aux Indes Orientales et à la Chine ». De la composition de l’un à celle de l’autre il y a une évolution du regard et de la pensée de leur auteur. On pourrait l’appeler « Supplément » plutôt que « Nouveau ». Sonnerat est retourné dans l’Inde qu'il avait déjà vue, parfois simplement entrevue. Mais il a vu plus et autrement. Il a aussi beaucoup lu et sans doute emprunté faits et idées. C’est tout cela qu’il a pris soin de consigner. Les sujets de chapitre sont généralement différents.

7On en note un qui se redouble : la description de la fête de Pongal (dans le premier voyage tome II page 27 de l’édition Sonnini ; dans le nouveau folio 354). Pongal est un nom tamoul. Lui correspond dans les autres parties de l’Inde le terme makarasaṃkrānti, inversion de la course du soleil vers le nord. C’est le nom d’une fête pan-indienne, sociale autant que religieuse qui célèbre le changement du cycle solaire et le temps de la moisson. On y fait des cadeaux, riz bouilli au Tamilnadu, sésame et sucre ailleurs. On y organise des lâchers des bœufs domestiques dans le sud de l’Inde, on les bénit. Sur la côte plus est au nord on fait des offrandes au dieu Indra, gardien de Test. Chaque région a son mode de célébration. Dans son premier voyage Sonnerat décrit la célébration tamoule avec citation de quelques mots de cette langue. Dans le nouveau voyage il reprend nombre d’éléments de sa première description, mais il l’insère dans un chapitre sur les fêtes du Bengale tout en disant que c’est une fête de toute l’Inde, donne le nom makarasaṃkrānti et mentionne un rite d’offrande de riz et lait bouilli à Indra. Visiblement ses observations se sont accrues et il énumère tout ce qu’il sait, mais sans respecter les frontières des langues et des coutumes locales. Finalement, sa description n’est pas incorrecte. On ne parle peut-être pas de pongal au Bengale, mais à Yanaon on pouvait peut-être déjà vénérer Indra comme cela se faisait sur la côte plus au nord et employer encore un mot tamoul venu du sud.

8Son regard est celui du naturaliste, celui du dessinateur qui ne s’attarde pas à noter un trait spécifique du spécimen qui est devant ses yeux, mais à rendre les caractères communs à tous les individus de l’espèce. Il a une grande acuité d’observation, accompagnée de généralisation. Il étend son regard d'abord aux oiseaux, aux animaux, aux plantes, ce qui est sa vocation première, mais aussi à toute la nature, à tous les éléments du paysage. Jean Deloche a raison d’insister sur ce point et représente avec justesse Sonnerat comme un « éveilleur d’idées » ouvrant « les voies à la géographie physique (morphologie, climatologie, étude des sols, hydrographie) et à la géographie humaine en montrant les rapports de l'homme indien avec les conditions du milieu dans lesquelles il se trouve et en étudiant les ressources agricoles, industrielles et commerciales des régions qu’il habite et du parti qu’il en a tiré, ainsi que son organisation sociale et politique ». Car dans la nature il y a l’homme qui y vit et qui l’ordonne. Sonnerat, aidé par son expérience d’administrateur à Yanaon, dans son nouveau voyage a mieux su décrire le peuple indien dans son milieu. Dès lors, il préfigure le géographe du XIXe siècle.

9Une autre originalité du Nouveau Voyage par rapport au premier est l’apparition d’un plus haut degré d’objectivité. Dans le premier voyage on note quelques remarques de portée générale, quelquefois de véritables préjugés. Tout européen était dépendant du cercle où il devait vivre, donc de son époque. Et le XVIIIe siècle a créé la plupart des poncifs de toute la période coloniale. Nul auteur de récit de voyage n’y échappe. Il en apparaît toujours quelques-uns dans tous les écrits. Même le grand Anquetil Duperron s’est laissé prendre à parler du « Lingam sur lequel les jeunes brahmines perdent leur virginité » (Voyage, p.91 à propos du Liṅga du temple de Tiruvakkarai, où il n’a pu voir que la première enceinte !). C’est ce que toute la société de colons se complaisait à répéter pour exprimer son mépris à l’égard du « culte des idoles ». Pierre Poivre s’était déjà appesanti sur ce sujet vers 1747, exprimant son mépris sur deux pages de ses Mémoires d’un voyageur (pages 87-88). Le neveu n’a pas repris le discours de l’oncle et cela est quasi exceptionnel pour son époque. Dans son premier Voyage il parle du Liṅga comme « la forme la plus sacrée sous laquelle on adore Chiven ». Il relate le mythe de la chute de l’organe sexuel du dieu par l'effet d’une malédiction, de l’embrasement de l’univers qui s’ensuit, et que Siva apaise à condition qu’il soit adoré sous cette forme phallique. Ceci est un mythe purāṇique authentique que Sonnerat avait dû entendre raconter — nous ne savons malheureusement pas par quelle source. Sonnerat accepte l’interprétation phallique du Liṅga et en compare le culte à celui d’Athys, Priape et autres cultes égyptiens etc. Autrement dit il ne parle du Liṅga que par ouï-dire et après des lectures. Dans le Nouveau Voyage l’observation est directe et beaucoup plus fine. Il a vu le Liṅga dans le sanctuaire de temples, notamment à Māmallapuram. Il a approché des paṇḍāram tamouls qui sont des religieux sivaïtes non-brâhmanes. Il indique leur signe distinctif, le port d’une image dans une boîte d’argent. Il décrit le Liṅga des temples avec son piédestal. Il souscrit toujours à l’idée de la représentation sexuelle et ajoute : « quelques-uns ont des échancrures profondes tout autour ; quelques écrits ont dit que c’étoit sur ces éminences que les bayadères qui se consacraient au culte de Chiven s’effloroient, mais cela est faux ; les bramanes ont trop d’intérêt à avoir leurs prémices pour autoriser une pareille absurdité ». Il y a là un démenti juste, avec une touche de mépris à l’égard des prêtres. Le reste de son information est très exact, quand il montre que les trois parties de l’objet de culte, Liṅga proprement dit, bassin de réception des eaux d’ablution et piédestal, représentent la trinité indoue, Hara, Hari, Brahman.

10Les auteurs de voyage du XVIIIe siècle ont souvent voulu philosopher. Ils ont vécu une expérience d’aventure, de dépaysement, de découverte. Cela attise la réflexion. Sonnerat a quelques remarques intéressantes dans le premier Voyage, peut-être empruntées à ses lectures plus qu’à ses expériences. Il n’échappe pas à la règle dans son Nouveau Voyage. Jean Deloche a relevé avec justesse les excursus les plus originaux, l’appel aux « principes de raison, tolérance, humanité » et « en même temps toute la sensibilité passionnée des écrivains de la seconde moitié du XVIIIe siècle ». Le sens de l’humain et la sensibilité, traits de son caractère personnel, expliquent cette tendance. On doit remarquer que cela s’exprime plus dans le Nouveau Voyage que dans le premier. Sonnerat a dû aussi répondre à des influences extérieures. C’est un homme de son temps. Il a pensé cet ouvrage lors de son troisième voyage entre 1786 et 1814. Il n’a pas assisté à la Révolution, dont l’effet s’est pourtant fait sentir à Yanaon. Si éloigné qu’il ait été, il a été informé de la proclamation des Droits de l’homme et il s’indigne du commerce d’esclaves qui subsiste encore dans une année de famine en 1791-92 : « ce qui paraîtra singulier, c’est que ce trafic honteux qui ravissoit la liberté à des milliers de naturels, se faisoit dans toutes les colonies Françaises au-delà du Cap de Bonne Espérance, dans le même tems où les Français en Europe se rendoient libres et rendoient la liberté aux esclaves de leurs colonies occidentales ». Il revient souvent sur l’horreur de l’esclavage et il y assimile toute atteinte à la liberté. Pour lui le jeune roi de Mysore installé par les Anglais après leur victoire en 1799 n’est que leur esclave.

11Il ne manque pas d’occasion de vanter l’égalité et l’amour entre tous les hommes, la douceur, l’affabilité dans leurs rapports. Il prône un idéal de paix, de bonheur, de respect des hommes et de la nature, qu’il voit réalisé dans la classe la plus humble de la société indienne, les śūdra : « l’homme qui étudie sans prévention le caractère et les mœurs des Indiens, je parle de ceux qui ne se sont pas corrompus en fréquentant les Européens, ne peut s’empêcher d’admirer cette nombreuse classe d'hommes qui compose cette quatrième caste ; jamais on ne vit plus de vertus morales réunies à tant de superstitions, plus de douceur et d’humanité à tant de faiblesse éloignée par des dogmes de toutes les autres nations ; la charité et la façon d'exercer l'hospitalité la rend frère de tous ceux qui l’environnent ». Sonnerat avait-il lu Bernardin de Saint-Pierre ? Il y a une sensibilité commune entre les deux écrivains : attirance de l’exotique et désir d’immersion dans la nature. A-t-il lu Rousseau ? Ce dernier qui ignorait le voyage et l’exotisme a pu lui inspirer plutôt la recherche de la vertu dans la nature. Cependant ni l’auteur de La chaumière indienne, ni celui des Rêveries d’un promeneur solitaire n’ont eu de préoccupation scientifique. Sonnerat reste l’explorateur naturaliste, le géographe, l’administrateur. Il a des épanchements de sensibilité et des mouvements d’âme en faveur des deux sujets constants de son étude, la nature et les hommes.

Table des illustrations

Légende Portrait de Pierre Sonnerat dans sa jeunesse
URL http://books.openedition.org/ifp/docannexe/image/4087/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 828k

© Institut Français de Pondichéry, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search