Version classiqueVersion mobile

Le vieux Pondichéry (1673-1824) revisité d'après les plans anciens

 | 
Jean Deloche

III. L’occupation hollandaise (1693-1699) : création d’une nouvelle ville

Texte intégral

1Le 7 septembre 1693, la ville fut prise par les Hollandais et resta cinq ans et demi en leur possession (jusqu’en mars 1699).

Le territoire

2Le territoire qu’ils avaient à gérer était plus grand que celui qu’occupaient les Français car, en août 1693, ils avaient acheté Pondichéry et les villages environnants au raja de Senji pour 25 000 pagodes. Deux plans hollandais de 1693 et 1694 (VEL 1094, 1097) montrent l’étendue des territoires acquis : en gros une surface en demi-lune s’étendant de Kottakuppam à la rivière d’Ariyankuppam et comprenant Pagiranpattu (?), Saram, Tiruvendipakkam (?), Pudupalaiyam, Nariyanur (?) et Ulandai. A quoi s’ajoutèrent les terres situées entre les deux bras de la zone deltaïque, englobant les villages de Virampattinam, Ariyankuppam, Nonankuppam et Ambalatandakuppam (?), établissements tous reliés par des chemins.

Un plan d’urbanisme

3Durant cette période, ils conçurent le projet de transformer l’agglomération principale en une ville stable et définitive, capable d’intégrer de nouveaux habitants et de nouvelles activités économiques. Création systématique et volontaire, résultant d’un dessin tracé sur le papier [fig. 5 & 6], avant de l’être sur le terrain (VEL 1098).

  • 54 Le fait est mentionné dans une lettre de François Martin, citée par P. Kaeppelin, op. cit., p. 443.

4Ils pensaient en effet que la population indienne qui avait fui la ville au début du siège allait revenir et qu’il y aurait un afflux de nouveaux habitants attirés par les perspectives d’emploi offertes par eux54. Ils décidèrent donc de remodeler l’espace urbain et de créer une ville nouvelle, à l’ouest de la dépression

  • 55 Ibid.

5Ils ne modifièrent pas la vieille ville. Ils gardèrent la haie de terre et d’arbres qui la limitaient au nord et au sud. Ils ne démolirent pas le fort et ses ouvrages avancés ; au contraire, ils bouchèrent les brèches faites dans les courtines, réparèrent les tours et l’entourèrent d’une fausse-braie55. Ils relevèrent un temple détruit par François Martin et, s’ils détruisirent l’église des Jésuites, ils n’abattirent pas celle des Malabars ni les magasins et entrepôts construits par les Français ; ils ne rebâtirent pas les maisons en dur rasées sur l’ordre de François Martin pendant le siège. Les rues avaient donc, dans cette zone, sensiblement le même tracé.

Fig. 5 Pondichéry (1694)
Plan d’urbanisme hollandais (d’après VEL 1098)

Fig. 6 Pondichéry
La ville neuve (d’après VEL 1098)

6A l’ouest, en revanche, ils changèrent complètement la structure de la ville.

7D’abord, ils s’emparèrent des propriétés de la Compagnie française et celles des ordres religieux : dans le plan hollandais de 1694, les jardins de la Compagnie au nord du fort et à l’ouest, ainsi que les terrains possédés par les Jésuites, sont tous considérés comme « jardins du Roi » (de Hollande).

8Puis, ils décidèrent de créer une ville nouvelle, comprenant non seulement la partie nord partiellement et irrégulièrement peuplée, mais aussi la partie sud, couverte de champs, de bosquets et de jardins, c’est-à-dire les terres situées de part et d’autre de la rivière Uppar, ce qui était une grande innovation [fig. 6].

9Le plan prévoyait un ensemble de maisons formant des blocs rectangulaires séparés par des rues se coupant à angle droit : structure simple correspondant à une répartition spatiale et fonctionnelle de la population indienne (brahmanes, artisans, tisserands, marchands, cultivateurs) que les Hollandais voulaient installer à cet endroit.

10Dans la partie nord, les brahmanes (brāhmaṇa), qui vivaient principalement près du temple d’Isvaran, restèrent à la même place, avec les pandarams (paṇṭāram), une caste de sivaïtes non brahmanes vendant des guirlandes de fleurs. Tout près, une section de rue était réservée aux devadasis (tēvatāci), danseuses de temple, adonnées à la prostitution (d’où le terme injurieux de putes employé par l’ingénieur-géomètre).

  • 56 Vēḷāḷar, propriétaires terriens, cēṇiyar, tisserands.
  • 57 Akampaṭiyar, caste d’agriculteurs.
  • 58 Une subdivision de cette caste, les tailleurs de pierre, a été omise.
  • 59 Baḍaga (kannada), vaṭakkatiyāṉ (tamoul), habitant du Nord, d’origine télougoue (voir Hobson-Jobson,(...)
  • 60 Mokarir (arabe), employé de bureau, écrivain, scribe.

11Environ la moitié de cette zone nord était attribuée aux tisserands, comprenant les velala cheniyars (vēḷāḷar cēṇiyar56) ; un quart, aux marchands chettis (ceṭṭi) et komuttis (kōmuṭṭi). Quatre pâtés de maisons étaient prévus pour les cultivateurs : agambadi velalas (akampaṭiyar57 vēḷāḷar) et pallis (paḷḷi). Le reste était assigné à différentes castes d’artisans : kammāḷar, comprenant chaudronniers d’art et orfèvres, charpentiers et forgerons58, presseurs d’huile, kanakars (kaṇakkar) ou comptables de village, barbiers, vendeurs de betel, potiers, ouvriers de fours à chaux, peintres, badaga mokarias (baḍaga59 mokarir ?60) ou scribes, péons ou valets et parias, tous répartis le long du bord occidental. Au milieu de ce quartier se trouvaient le grand bazar et le tribunal hebdomadaire ou chaudrie.

  • 61 Kavarai, marchand d’origine télougoue.
  • 62 Reṭṭi, fermier d’origine télougoue.

12La partie sud (entre la rivière Uppar et le jardin de la Compagnie - devenu jardin du Roi de Hollande (à l’emplacement de Sacré-Cœur Church), se trouvaient les tisserands, comprenant les velala cheinars ; les marchands : chetttis, komuttis, kavarais (kavarai61) ; et les fermiers : velalas, agambadi velalas, badaga velalas (baḍaga vēḷāḷar), pallis et reddis (reṭṭi62) ; auxquels il faut ajouter, installés en désordre, barbiers, joueurs de trompette, marchands de bétel, presseurs d’huile, peintres et, à l’extrémité sud, les kammāḷar et les péons. Il était aussi prévu d’installer là, dans trois rues, des brahmanes et des pandarams.

13Dans ce nouveau dispositif, on note la place importante accordée aux gens d’origine télougoue : kavarais, komuttis, reddis, badagas.

14Afin de protéger la ville nouvelle, les Hollandais projetèrent aussi d’élever une clôture munie d’un parapet, d’un fossé, avec des redoutes en pierre aux endroits sensibles.

Un projet d’aménagement du territoire et un projet de société

15Il s’agit donc d’une création systématique et volontaire pour intégrer la population indienne et ses activités économiques dans une agglomération stable et définitive, dans laquelle les différentes fonctions urbaines (religion, marché, travail, production, commerce) se hiérarchiseraient et se combineraient d’une manière rationnelle. Ce développement de la ville en rues et quartiers bien alignés était une façon de régulariser les échanges, non seulement entre ses habitants et ceux des environs, mais aussi entre ses négociants et les marchands de la Compagnie ; il constituait ainsi une forme essentielle de l’implantation coloniale.

L’origine du plan en damier : un problème résolu

16Le problème de l’origine du plan en damier de Pondichéry, qui a déjà fait couler beaucoup d’encre, est donc résolu et ne doit plus se poser. Jusqu’à maintenant, en effet, deux explications étaient avancées.

  • 63 Voir K.T. Ravindran, Colonial Urbanism : a Cross-cultural Perspective on Pondicherry : « Not only d (...)

17La première, soutenue par certains chercheurs indiens, était que la ville avait été construite suivant les principes des anciens traités hindous d’architecture, en particulier les Śilpa Śāstra, qu’elle était ainsi du type prastara, et que les ingénieurs français du XVIIIe siècle n’auraient rien fait d’autre que d’affiner ce schéma pour modeler leur établissement63 : elle est gratuite et ne repose sur aucun document sérieux.

  • 64 M. V. Labernadie, op. cit., p. 124-126 : « Cette clarté qui nous caractérise et frappe davantage, e (...)
  • 65 P. Pichard (City planning and architecture in Pondicherry, p. 7, et The Case of Pondicherry, p. 3-4 (...)

18La seconde, donnée dans tous les manuels par les historiens français, est que la véritable période d’urbanisme, où l’on se soucia vraiment « de l’ordre et de la régularité », était plus récente, qu’elle se situait entre 1724 et 1735 et que c’était « une réussite de l’esprit français »64, adaptée aux conditions naturelles65.

19La vérité, finalement, comme nous venons de le montrer, c’est que le schéma géométrique n’a pas été conçu par la Compagnie de France, mais par celle des Pays-Bas !

Réalisation du projet

20Les Hollandais, malheureusement, n’eurent pas le temps de réaliser complètement leur projet pendant les cinq ans et demi que dura leur occupation des lieux.

  • 66 Lettres de F. Martin aux Directeurs, datées de juillet et novembre 1699, citées par P. Kaeppelin, o (...)

21L’installation de la population dans les pâtés de maisons prévus par le plan fut très lente, parce que les anciens habitants réfugiés à l’extérieur de la ville, à Goudelour (Cuddalore) en particulier, hésitaient à revenir à Pondichéry, inquiets de l’insécurité qui régnait dans les environs, où Marathes et Moghols se livraient une guerre impitoyable66.

22Aussi, quatre ans plus tard, lorsque les Français revinrent prendre possession de la ville, trouvèrent-ils de grandes zones vides, inoccupées, principalement tout l’espace situé au sud de la rivière Uppar où se trouvaient encore jardins et champs cultivés. Au nord du cours d’eau, en revanche, le plan d’urbanisme avait été réalisé en bonne partie. La compagnie française allait reprendre ce grand programme et le mener à son terme.

Adoption du projet par les Français

  • 67 G. Jouveau-Dubreuil, faisant l’analyse d’un plan sans date ni signature (mais probablemnt réalisé e (...)
  • 68 Abbé Guyon, Voyages aux Indes Orientales, cité par M. V. Labernadie, in op. cit., p. 126.

23L’examen des premiers plans français datant du début du XVIIIe siècle (CAOM, 32 A 5, 7 bis, BN, SHM, port. 204 2 D), le prouve. Sauf pour la zone située au sud de l’Uppar, qui n’était pas encore peuplée et était restée à l’état naturel de « campagne », les cartographes français ont clairement suivi le modèle hollandais, représentant le même quadrillage, qui correspondait au même projet, à la même volonté de rationalisation urbaine. Il est d’ailleurs significatif de relever que l’échelle du premier plan daté de 1700 est de « 100 perches de Hollande à 10 pieds de France la perche »67 ! On notera avec surprise que nos documents d’archives glorifient nos gouverneurs qui ont tout fait pour « conserver les alignements convenables à la beauté de la ville soit pour percer des rues soit pour en construire d’autres dans leur étendue suivant l’ancien plan »68, mais ne mentionnent nulle part nulle part que cet ancien plan est hollandais !

Notes

54 Le fait est mentionné dans une lettre de François Martin, citée par P. Kaeppelin, op. cit., p. 443.

55 Ibid.

56 Vēḷāḷar, propriétaires terriens, cēṇiyar, tisserands.

57 Akampaṭiyar, caste d’agriculteurs.

58 Une subdivision de cette caste, les tailleurs de pierre, a été omise.

59 Baḍaga (kannada), vaṭakkatiyāṉ (tamoul), habitant du Nord, d’origine télougoue (voir Hobson-Jobson, s.v. badega, p. 46).

60 Mokarir (arabe), employé de bureau, écrivain, scribe.

61 Kavarai, marchand d’origine télougoue.

62 Reṭṭi, fermier d’origine télougoue.

63 Voir K.T. Ravindran, Colonial Urbanism : a Cross-cultural Perspective on Pondicherry : « Not only does the geomety of the local settlement structure correspond to the prastara form of Vedic town, also the street network and its community structure correspond to the prescription in the Vrat Samhita ».

64 M. V. Labernadie, op. cit., p. 124-126 : « Cette clarté qui nous caractérise et frappe davantage, en un pays plus éloigné encore de la France par la pensée qu’il ne l’est par l’espace, explique ce fait, à vrai dire un peu paradoxal, que Pondichéry évoque même aujourd’hui, dans son renoncement pour ne pas dire son avilissement, quelque chose de Versailles ».

65 P. Pichard (City planning and architecture in Pondicherry, p. 7, et The Case of Pondicherry, p. 3-4) pensait que la direction en droite ligne du rivage et de la zone basse inondable située en arrière des dunes avait déterminé l’orientation des rues nord-sud, puis des rues est-ouest perpendiculaires à la mer et que leurs alignements avaient été améliorés, au cours des années. Il s’étonnait, cependant, que ce plan en damier n’eût pas été adopté dès les débuts de l’installation française, mais seulement après 50 ans d’occupation, grâce à une volonté suivie et tenace.

66 Lettres de F. Martin aux Directeurs, datées de juillet et novembre 1699, citées par P. Kaeppelin, op. cit., p. 343.

67 G. Jouveau-Dubreuil, faisant l’analyse d’un plan sans date ni signature (mais probablemnt réalisé en 1699), qu’il considère comme « le plan le plus ancien que nous possédons », écrit, dans un article intitulé : « Plan de Pondichéry en 1699 » (Revue historique de l’Inde française, vol. IX, p. 259-264) que, dans une lettre du 14 septembre 1699, on signale que « le chevalier des Augiers emporta avec lui une carte qui est tirée sur une que les Hollandais ont dessinée de l’étendue des retranchements de l’enceinte de la peuplade » ; il en conclut que le plan en question est donc bien « la carte tirée par des Augiers sur celle des Hollandais » ; il fait aussi remarquer que l’échelle est en perches de Hollande.

68 Abbé Guyon, Voyages aux Indes Orientales, cité par M. V. Labernadie, in op. cit., p. 126.

Table des illustrations

Légende Fig. 5 Pondichéry (1694)Plan d’urbanisme hollandais (d’après VEL 1098)
URL http://books.openedition.org/ifp/docannexe/image/405/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 580k
Légende Fig. 6 PondichéryLa ville neuve (d’après VEL 1098)
URL http://books.openedition.org/ifp/docannexe/image/405/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M

© Institut Français de Pondichéry, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search