Version classiqueVersion mobile

Le vieux Pondichéry (1673-1824) revisité d'après les plans anciens

 | 
Jean Deloche

II. Les débuts de l’installation française (1673-1693)

Texte intégral

La ville : une agglomération d’éléments disparates [fig. 2]

1Grâce aux plans des Hollandais (VEL 1094, 1095, 1096, 1097, 1098, 109) qui s’emparèrent de Pondichéry en 1693, nous connaissons la structure de la ville.

  • 29 La fig. 2 montre, dans la zone basse allongée, les étangs, les champs de riz, les petits jardins de (...)

2Première constatation : elle était encore profondément rurale. Ce caractère agricole se manifeste dans la multiplication des champs de riz à l’intérieur de la dépression médiane, le grand nombre de jardins et de bosquets d’arbres, dans la partie sud de la zone littorale, et surtout, à l’ouest, principalement le long de la rivière Uppar29.

3Quant aux constructions, elles ne couvraient pas toute la ville actuelle et étaient irrégulièrement distribuées suivant les zones. A l’est, celles des Européens occupaient un espace restreint autour du fort barlong, celles des Indiens s’étiraient suivant une direction nord-sud, de part et d’autre de cet organe défensif, disposition qui paraît avoir déterminé les alignements des rues actuelles.

  • 30 F. Martin, op. cit., vol. III, p. 10.

4A l’ouest, seule la partie située au nord de l’Uppar était construite et encore d’une façon irrégulière et anarchique : « les maisons ou cabanes des noirs [étaient] éparses ça et là sans ordre ni alignement »30 et les voies de circulation étaient des venelles bordant des espaces cultivées, formant un ensemble confus d’embranchements, s’adaptant aux irrégularités de la topographie. L’agglomération s’était donc développée au hasard des migrations de population, sans souci d’aménagement véritable.

Fig. 2 Pondichéry (1693)
Principales constructions (d’après VEL 1095)

Fig. 3 Pondichéry (1693)
Répartition des communautés selon les rues (d’après VEL 1095)

Les habitations

  • 31 Ibid.

5Les habitations des Indiens étaient, pour la plupart, bâties en terre « détrempée et soutenue en elle-même par des morceaux de branches d’arbres qui y sont mélés »31, avec un toit de chaume ou de palmes, sauf leurs lieux de culte (temples et mosquées), construits en pierre et en brique.

  • 32 R. Challes, op. cit., t. II, p. 9.
  • 33 F. Martin, op. cit., vol. III, p. 322.

6Quant aux quelques maisons des Français, à l’intérieur du fort et à l’extérieur, elles étaient « assez proprement et commodément bâties d ‘ un seul étage, toutes enduite de chaux »32. « Quelques-unes qui avaient coûté à bâtir 400 et 500 pagodes » devaient être assez imposantes33.

Population

  • 34 « Les Français y sont environ deux cents personnes […]. Il y a plusieurs Français qui sont mariés à (...)
  • 35 Lors du siège de la ville, il remarque que la population était devenue « si considérable qu’il étai (...)
  • 36 R. Challes, op. cit., t. II, p. 130.
  • 37 R. Challes (op. cit., t. II, p. 13) distingue trois classes : les Gentils qui commandent aux autres (...)
  • 38 F. Bertrand, Histoire de la Mission du Carnate, t. I, p. 22.

7C’était alors une agglomération essentiellement indienne. La population européenne, y compris les religieux, soldats et les officiers, ne dépassait pas deux cents personnes34 et représentait donc une petite minorité. En revanche, le nombre des gens du pays était important. François Martin le note lui-même35 et R. Challes dit qu’il vit au bazar principal, le jour du marché, « plus de dix mille noirs »36. Cette population était répartie sur l’ensemble de la zone habitée, car il n’y avait pas encore de séparation entre « ville blanche » et « ville noire ». Elle était essentiellement hindoue, mais elle comprenait aussi une bonne implantation musulmane37. En 1690, on estimait qu’il y avait 60 000 habitants dans la ville, dont beaucoup étaient des réfugiés fuyant les zones d’insécurité contrôlées par les Moghols38.

Les Indiens [fig. 3]

8Les Hindous étaient solidement enracinés autour de leurs temples. On en comptait au moins cinq. L’un, probablement désaffecté au temps de François Martin, car il est mentionné comme étant une « vieille » structure, avec ses mandapas (pavillons à toit plat) et galeries, était utilisé comme résidence par l’adjoint du gouverneur, Jean-Baptiste Martin. Un autre, situé à l’ouest du fort, fut en grande partie démoli par les Français lors du siège par les Hollandais. Plus loin, s’élevait le grand sanctuaire de Vēdapuri Īśvaraṉ (que, probablement, François Martin n’osa pas détruire, de peur de se mettre la population à dos), auprès duquel étaient venus s’installer les Jésuites. Enfin, il y en avait deux autres, bordés d’un étang (kuḷam), au sud-est du grand bazar actuel.

  • 39 Côté nord, « il y avait une grande peuplade de ce côté-là […] ; les tisserands possédaient une gran (...)

9La population locale était installée de part et d’autre de la dépression lagunaire, mais, vers l’intérieur, elle ne dépassait pas l’Uppar qui formait la limite méridionale de la zone construite. Elle comprenait les différents groupes sociaux qu’on trouve généralement dans une agglomération où l’artisanat et le commerce en sont les activités principales39. Ceux qui sont relevés dans les plans hollandais sont aisément identifiables, sauf un. Il s’agit d’une communauté importante que les arpenteurs appellent « bâtisseurs ». Quelle caste pouvait bien correspondre à ce nom ? Comme la plupart des habitations de la ville étaient construites en pisé, nous avons pensé que les Hollandais désignaient par ce terme les « bâtisseurs » de maisons et que, ainsi, ces hommes faisaient peut-être partie d’une caste, peu connue aujourd’hui, celle des oṭṭar, spécialisés dans le creusement des puits et la construction des murs de terre.

10Dans la partie orientale, sur les lignes de dunes, au nord et au sud, étaient établies les huttes des parias (intouchables). Entre les deux, dans le quartier qui devait devenir la « ville blanche », se trouvaient les différents corps de métier répartis d’une manière relativement régulière.

11D’abord, au nord du fort, du côté de la dépression lagunaire, se trouvaient les kammāḷar ou artisans des cinq castes (menuisiers, maçons, orfèvres, forgerons comprenant probablement aussi les chaudronniers), les bâtisseurs et quelques brahmanes ; plus près de la mer, les tisserands, fabricants et peintres de toile de coton (ces derniers ayant un bazar spécial pour leurs activités) ; enfin, sur le littoral, les pêcheurs et les marchands d’arak.

  • 40 Kōmuṭṭi, marchands et boutiquiers d’origine télougoue.

12Au sud, étaient les castes de marchands, négociants en lin, komuttis (kōmuṭṭi)40 et vendeurs de riz, qui disposaient aussi d’un bazar avec des boutiques où ils vendaient leurs produits, bouviers et bâtisseurs établis près d’un marché aux poissons. Et pour faciliter les activités locales et commerciales, à l’emplacement de la statue de Nehru, sur le bord de mer, s’élevait un gîte d’étape destiné aux marchands, autrement dit un cattiram.

13De ce même côté de la ville, tout près des commerçants hindous, on sera étonné d’apprendre qu’était aussi établie une importante communauté musulmane, avec deux mosquées et un mausolée ou dargah.

14Dans la partie occidentale de la ville, au nord de l’Uppar, la répartition de la population était beaucoup moins homogène. Les brahmanes étaient solidement établis près des trois temples que nous avons mentionnés, en particulier à proximité du sanctuaire de Vēdapuri Īśvaraṉ, mais les différents métiers étaient dispersés dans des rues au tracé irrégulier. Les bâtisseurs étaient établis à l’extrémité occidentale, un petit groupe de tisserands et de potiers se trouvaient au centre, enfin les castes marchandes, baniyā ou négociants de l’Hindustan, et les chettis (ceṭṭi) tamouls, avaient leurs boutiques au nord.

  • 41 « Il tenait avec les marchands indigènes au service de la Compagnie de nombreux conciliabules pour (...)

15Quant aux familles de polisseurs de corail installés par François Martin en 168841, elles se trouvaient encore plus à l’ouest, selon un des plans hollandais (au temps de Dupleix, leur quartier, Pavaḷappēṭṭai - pavaḷam, corail, pēṭṭai, faubourg- était situé en dehors des fortifications).

Les employés de la Compagnie [fig. 2]

16Les Européens étaient installés sur le cordon littoral. Le directeur, les principaux officiers et la troupe logeaient dans le fort, mais les employés de la Compagnie demeuraient dans des bâtiments de brique (dont plusieurs furent démolis sur l’ordre de François Martin au moment du siège de 1693), à l’est et au nord de l’ouvrage défensif.

17Près de la zone des étangs, se trouvaient le cimetière chrétien (qui aurait été situé entre Bharati Park, N.S.C Bose et Ananda Ranga Pillai Streets), le jardin de M. Guesty, formant un rectangle, limité par Nehru Street au nord et s’étendant de part et d’autre du canal, l’hôpital et des jardins ; vers le bord de mer, des magasins ou entrepôts. Un curieux croquis (VEL 1096) nous donne les noms des gens qui vivaient dans le pâté de maisons situé à l’est du fort. Plusieurs d’entre eux, d’ailleurs, se retrouvent dans les documents de l’époque. On note les résidences d’un maître d’hôtel (Nicolas), d’un soldat danois (Bussi Yanes), d’un sergent (Picard), tous deux mariés à des Portugaises, d’un capitaine, membre du Conseil (Michel Angelo), de Guesty, marchand joallier, d’une riche dame portugaise (Donna Paulo), du fondateur de la communauté des Capucins à Pondichéry (le père Cosme), et aussi les maisons du ḥavaldār, représentant le raja de Senji, et de l’ambassadeur brahmane de la Compagnie à la cour du même prince (Viṭhala Appājī) qui, il est intéressant de le noter, logeaient eux aussi dans le quartier européen.

Les ordres religieux : leurs édifices [fig. 2]

  • 42 Quelques Capucins seraient venus à Pondichéry en 1642, mais auraient dû s’en aller rapidement. Invi (...)

18Les ordres religieux étaient établis dans différentes parties de la ville. Les R.P. Capucins, arrivés les premiers42, possédaient, au sud-est du fort, une église construite en 1688 par le père Félix aux frais d’un Hindou converti, Lazare de Motta, qui était aussi le « chef des Malabars ». On l’appelait église Saint-Lazare ou église des Malabars (elle aurait été située au nord du terrain des Capucins, c’est-à-dire à l’intérieur de l’angle formé par Dumas et Surcouf Streets). Ils possédaient un autre terrain au nord du fort sur lequel ils avaient commencé à construire une église et un cloître mais, en août 1686, la Compagnie leur interdit de poursuivre les travaux et leur reprit cet emplacement pour y construire une demi-lune.

  • 43 A. Launay, Histoire des Missions de l’Inde, t. I, p. XXXII-XLVIII ; F. Bertrand, op. cit., vol. I, (...)
  • 44 Selon F. Martin (op. cit., vol. III, p. 149 & 138), les travaux durèrent d’avril-mai 1691 à août-se (...)
  • 45 Les Tamouls l’appellaient Saint-Paul kōvil (temple, église), devenu sampaukōvil et enfin sambakōvil

19Les Jésuites43, venus en février 1689, avaient d’abord reçu l’hospitalité des Capucins. Deux ans plus tard, un certain Tânapamudaliyar leur fit don d’un grand terrain, de l’autre côté de la dépression, le long de Uppar, à côté du temple de Vēdapuri Īśvaraṉ. Ils aménagèrent une grande partie de cet espace en jardin, et le reste en bâtiments. Ils élevèrent ainsi leur première église, dédiée à Notre-Dame de la Conception44 (son entrée donnait sur Sainte-Thérèse Street), puis une maison. Leur tâche principale était de s’occuper des Topas et des Indiens. On notera que, curieusement, l’église des Jésuites fut aussi appelée église Saint-Paul, du nom de leur premier séminaire à Goa, parce qu’ils étaient appelés par la population locale pères de Saint Paul ou Paulistes45.

  • 46 A. Launay, op. cit., p. 7-8.

20En 1689 aussi, les Missions étrangères avaient transféré leur procure du Bengale à Pondichéry. En 1699, elles s’établirent sur un terrain, comprenant un jardin et un puits, situé au sud du grand bazar, qui leur avait été donné par Maria Das, veuve de Couloudeappa (Kuḻutiyappaṉ)46.

Les éléments défensifs : « les barrières de palmistes » et le fort barlong

  • 47 F. Martin, op. cit., vol. II, p. 35 ; vol. III, p. 312. P. Kaeppelin (op. cit., p. 44) et V. M. Lab (...)

21Pour protéger la loge des incursions mogholes ou marathes, François Martin, en janvier 1676, puis en juin 1693, avait fait entourer l’agglomération d’une sorte de haie de terre et d’arbres, « barrières de palmistes, avec des fossés derrière », ouvrages légers, mais bien gardés, qui permettaient de prévenir toute surprise47. Cette clôture entourait un espace compris, en gros, entre Bazar Saint-Laurent et Saint-Gilles Streets, dans la partie est, et entre le petit canal et Calvé Supraya Street, à l’ouest.

  • 48 En juillet 1688, il sollicita du raja de Senji la permission de construire un mur autour de la loge (...)
  • 49 R. Challes, op. cit., vol. II, p. 9.

22A l’intérieur, François Martin, avait, en 1689, fait construire un fort dit barlong (quadrilatère irrégulier avec un côté plus long que l’autre), dont les quatre tours d’angle étaient disposées au sol comme les étoiles de la Grande Ourse48. Il était « bâti de brique couverte d’une espèce de chaux »49.

  • 50 Jusqu’à maintenant on ne disposait que des « plans particuliers » du fort Louis réalisés par Nyon, (...)

23Grâce aux plans hollandais encore (VEL 1094, 1099), on dispose de renseignements détaillés sur les ouvrages de défense et sur les bâtiments situés à l’intérieur50 [fig. 4].

  • 51 F. Martin, op. cit., vol. III, p. 141.
  • 52 Ibid., vol. III, p. 312 & 322.

24On sait maintenant que les quatre tours s’appellaient bastions ou rondelles : Le Bazar, Le Jardin, Le Directeur, Le Marchan[d]. La courtine sud était protégée par une sorte de redoute nommée bastion Sans-Peur, construite sur les ruines de la maison des Danois, avec, de chaque côté, une palissade fortifiée. La partie nord était défendue par un petit bastion pentagonal appelé Le Cornar[d], construit en 1676, et par une demi-lune, bâtie en février 169151. Enfin, sauf sur le côté est, le fort était entouré d’une sorte de fausse-braie (enceinte basse) en terre et d’un fossé construits à la hâte en juin et août 169352.

Fig. 4 Pondichéry (1693)
Le fort barlong sans les ouvrages extérieurs (d’après VEL 1099)

25A l’intérieur de l’enceinte, se trouvaient les bâtiments de la loge. Au nord-ouest, derrière le petit bastion, près des casernes, s’élevaient l’église, ainsi qu’une grande maison avec plusieurs pièces et une cuisine. Au nord-est, était la résidence du gouverneur avec un grand jardin, un puits, des dépendances comprenant des magasins, un lavoir, les logements des serviteurs et un abri à bestiaux. Au sud de la place d’Armes et du puits public, se trouvaient les galeries et les mandapas d’un vieux temple hindou avec des pièces voûtées qui avaient été cloisonnées. Une partie, comprenant plusieurs chambres et une cuisine, était utilisée comme résidence par le commandant en second, Jean-Baptiste Martin. Les autres servaient de magasins, d’abris, de dépôts de munitions, de forge, de cellules pour prisonniers et d’abris à bestiaux. Au coin de ce bloc d’habitations, était le mât. Côté sud-est, étaient des magasins contenant de l’équipement (poudre, armement), un corps de garde et un puits. Finalement, à l’extrême sud, s’alignaient casernes, entrepôts, cuisine et toilettes.

  • 53 R. Challes (op. cit., p. 140-141) l’a noté en 1690.

26Bien que les ouvrages de défense fussent peu efficaces (le gouverneur en était conscient53), ils avaient au moins l’avantage de protéger les bâtiments principaux de la loge contre les incursions des maraudeurs.

Absence d’urbanisme

27Pondichéry était donc, en 1693, une ville typiquement indienne, avec un assemblage d’habitations disposées le long de rues irrégulières, où se groupaient les différents corps de métier (artisans, marchands) et les castes, comprenant quelques temples, deux mosquées, des ateliers, des boutiques et plusieurs marchés spécialisés. Sur ce lâche tissu urbain, se greffait un élément étranger : la petite communauté européenne installée près du fort barlong, qui assurait la protection de sa loge.

28Ainsi, jusqu’à l’arrivée des Hollandais, les Français n’avaient nullement songé à réorganiser l’agglomération et imposer un plan d’urbanisme.

Notes

29 La fig. 2 montre, dans la zone basse allongée, les étangs, les champs de riz, les petits jardins des Hindous, celui de la Compagnie française et, au-delà, les grands vergers et les cocoteraies des particuliers indiens et des Jésuites. François Martin (op. cit., t. III, p. 322) et Challes (Journal d’un voyage fait aux Indes orientales, t. II, p. 9) insistent sur l’importance des jardinages : « c’était l’endroit de la côte où l’on trouvait le plus de sortes d’herbages et de légumes et en abondance », « le jardin (de la Compagnie) […], c’est proprement un potager & une gueuserie pour nous ».

30 F. Martin, op. cit., vol. III, p. 10.

31 Ibid.

32 R. Challes, op. cit., t. II, p. 9.

33 F. Martin, op. cit., vol. III, p. 322.

34 « Les Français y sont environ deux cents personnes […]. Il y a plusieurs Français qui sont mariés à des filles portugaises qui ne sont pas noires, mais métisses ou mulâtres » (Challes, op. cit., p. 10).

35 Lors du siège de la ville, il remarque que la population était devenue « si considérable qu’il était bien difficile de démolir tout ce qui nous nuirait » (F. Martin, op. cit., vol. III, p. 322).

36 R. Challes, op. cit., t. II, p. 130.

37 R. Challes (op. cit., t. II, p. 13) distingue trois classes : les Gentils qui commandent aux autres, les Mores et les esclaves ou lascaris.

38 F. Bertrand, Histoire de la Mission du Carnate, t. I, p. 22.

39 Côté nord, « il y avait une grande peuplade de ce côté-là […] ; les tisserands possédaient une grande maison bâtie en forme de halle du côté de l’ouest, matérielle par ses murs qui servaient à battre les toiles » (F. Martin, op. cit., vol. III, p. 33, 338).

40 Kōmuṭṭi, marchands et boutiquiers d’origine télougoue.

41 « Il tenait avec les marchands indigènes au service de la Compagnie de nombreux conciliabules pour régler les ventes de corail et les achats de toiles […], leurs livraisons de toiles devinrent régulières. […] A ce moment, Martin établit un chef de cent polisseurs de corail avec leurs familles auxquels il distribua des terrains » (P. Kaeppelin, op. cit., p. 263).

42 Quelques Capucins seraient venus à Pondichéry en 1642, mais auraient dû s’en aller rapidement. Invités plus tard par François Martin à s’installer dans la ville, ils furent chargés de veiller aux besoins spirituels des ressortissants français, des chrétiens d’origine portugaise, des Topas et des Indiens convertis. Dans les années 1674-1677, le père Cosme de Gien fut l’aumonier de la petite colonie française. En 1688, arrivèrent trois nouveaux missionnaires, les pères Jacques de Bourges, Laurent d’Angoulême et Léon (P. Celestine, Early Capuchin Missions in India, p. 14-19).

43 A. Launay, Histoire des Missions de l’Inde, t. I, p. XXXII-XLVIII ; F. Bertrand, op. cit., vol. I, p. 5-31.

44 Selon F. Martin (op. cit., vol. III, p. 149 & 138), les travaux durèrent d’avril-mai 1691 à août-septembre 1692.

45 Les Tamouls l’appellaient Saint-Paul kōvil (temple, église), devenu sampaukōvil et enfin sambakōvil.

46 A. Launay, op. cit., p. 7-8.

47 F. Martin, op. cit., vol. II, p. 35 ; vol. III, p. 312. P. Kaeppelin (op. cit., p. 44) et V. M. Labernadie (op. cit., p. 57) ne signalent pas cette clôture, mais seulement celle que les Hollandais construisirent en 1695.

48 En juillet 1688, il sollicita du raja de Senji la permission de construire un mur autour de la loge. En septembre-octobre de la même année, l’autorisation lui fut accordée de bâtir une clôture avec « quatre tours de hauteur déterminée » ; finalement en octobre 1689, le principal de l’ouvrage était terminé (F. Martin, op. cit., vol. II, p. 552–553 ; P. Kaeppelin, op. cit., p. 261).

49 R. Challes, op. cit., vol. II, p. 9.

50 Jusqu’à maintenant on ne disposait que des « plans particuliers » du fort Louis réalisés par Nyon, datés du 9 février 1704 et du 15 février 1709 (CAOM, 32 B, 8-9, 32 A 10), dans lesquels le fort barlong est représenté d’une façon assez sommaire.

51 F. Martin, op. cit., vol. III, p. 141.

52 Ibid., vol. III, p. 312 & 322.

53 R. Challes (op. cit., p. 140-141) l’a noté en 1690.

Table des illustrations

Légende Fig. 2 Pondichéry (1693)Principales constructions (d’après VEL 1095)
URL http://books.openedition.org/ifp/docannexe/image/402/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 612k
Légende Fig. 3 Pondichéry (1693)Répartition des communautés selon les rues (d’après VEL 1095)
URL http://books.openedition.org/ifp/docannexe/image/402/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 512k
Légende Fig. 4 Pondichéry (1693)Le fort barlong sans les ouvrages extérieurs (d’après VEL 1099)
URL http://books.openedition.org/ifp/docannexe/image/402/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 305k

© Institut Français de Pondichéry, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search