Version classiqueVersion mobile

Le vieux Pondichéry (1673-1824) revisité d'après les plans anciens

 | 
Jean Deloche

I. Pondichery avant l’arrivée des Français

Texte intégral

Conditions physiques8 [fig. 1]

  • 8 Sur les conditions physiques de la région de Pondichéry, voir J. Dupuis, op. cit., en particulier p (...)
  • 9 La continuité de ces zones entre la terre ferme et les dunes littorales est telle qu’on a pu les re (...)
  • 10 Ibid., p. 104.
  • 11 C’est bien cette disposition zonale qui a frappé François Martin (Mémoires de François Martin, vol. (...)

1On sait que, tout au long de la côte du Coromandel s’allongent des cordons littoraux bordant, à l’intérieur, une zone continue de lagunes dont le colmatage se poursuit depuis l’époque néolithique9. A Pondichéry, on retrouve cette disposition des terrains et l’on peut distinguer trois bandes longitudinales10 qui, avant l’occupation européenne et le comblement des dépressions, s’inscrivaient beaucoup plus nettement qu’aujourd’hui dans le paysage11.

2A l’est, le cordon littoral, avec ses grandes dunes de sable de 2 à 3 m de hauteur, formait une base saine pour un établissement humain : au bord de la mer, depuis des temps immémoriaux, s’élevaient les villages de pêcheurs ; sur les lignes de dunes, les Européens allaient s’installer.

3La zone médiane déprimée, lagunaire (aujourd’hui remblayée), avec son chapelet d’étangs alimentés par de petits ruisseaux, était moins salubre, mais convenait aux cultures et au jardinage.

  • 12 Dominant la côte, à l’ouest, s’élève le plateau rouge, fait de grès mais formant, grâce à la ciment (...)

4Enfin, succédant à cette déclivité, la zone d’alluvions consolidées qui s’élève légèrement en direction de l’ouest, n’était pas encore asséchée ; par endroits elle restait marécageuse, en d’autres, elle était cultivée en riz, ou était couverte de bosquets d’arbres et de jardins ; elle permettait, cependant, de bonnes installations humaines12.

  • 13 E. Gaudart, Procès verbaux, t. I, p. 75.

5Au sud, la zone médiane s’ouvre sur une lagune plus vaste formée par le delta de la rivière de Senji, faiblement alimentée, dépendant entièrement des pluies locales et ordinairement à sec dix mois de l’an, qui se partage, à 7 km de son débouché, en deux bras : la rivière Chunambar, au sud, et la rivière d’Ariyankuppam qui s’étale vers le nord, entourant l’île aux Cocotiers (Tēṅgāttiṭṭu). A ce dernier bras aboutit un petit cours d’eau, l’Uppar, qui, au début du XVIIIe siècle, suivait en gros la direction du petit canal actuel vers l’est, puis celle du grand canal vers le sud et était, d’après les plans anciens, beaucoup plus important qu’aujourd’hui. C’était, en 1709, à la porte de Goudelour (Cuddalore), au sud de la ville, « une rivière que l’on étoit obligé de passer à gué, laquelle dans le temps des pluyes se débord[ait] de telle sorte qu’on a[vait] peine d’y passer »13. Cet affluent devait jouer un rôle essentiel dans le développement urbain au début de l’implantation européenne, servant de limite aux espaces occupés par les différentes communautés ; il fut ensuite utilisé pour alimenter en eau les fossés du fort Louis (dans le plan de 1748, il est appelé « ruisseau qui forme l’inondation autour de la place »). Aujourd’hui, canalisé, il décrit, à l’ouest de la ville, une courbe vers le sud-est, en direction d’Uppalam et sert d’égoût.

6C’est sur la zone lagunaire de la rivière d’Ariyankuppam que serait né le premier établissement urbain.

Origines de l’établissement

  • 14 Ces études ont paru dans une revue locale, Le Semeur, de 1931 à 1939 (c’est-à-dire avant les campag (...)
  • 15 Comme beaucoup de noms indiens mentionnés par Ptolémée se terminent par kê, il estime que, dans Pod (...)
  • 16 Sur les fouilles effectuées au site d’Arikamedu-Virampattinam, voir L. Faucheux, Une vieille cité i (...)
  • 17 On a en effet dégagé un établissement qui daterait du 1er siècle avant J.-C, puis une nouvelle aggl (...)

7G. Jouveau-Dubreuil, dans une série d’articles célèbres, a tenté d’élucider le problème des origines de Pondichéry14. Il a, en effet, suggéré, dès 1938, que le port de Podukê mentionné dans les textes classiques des débuts de l’ère chrétienne (le Périple et la Géographie de Ptolémée) représentait Putuccēri15 ou Putuvai sous sa forme contractée (Pondichéry). La découverte d’une ancienne cité datant du premier siècle de l’ère chrétienne, à quelques km de la ville, à Virampattinam ou Arikamedu, sur les berges de la rivière, en 1939, allait confirmer son hypothèse16, et il est admis aujourd’hui par tous les manuels d’histoire que ces vestiges correspondent au Podoukê mentionné par les auteurs grecs, et que cet endroit, considéré comme un emporion par Ptolémée, était un port ayant une vie commerciale active17. L’abondance des monnaies cōḻa que l’on trouve sur les lieux paraît indiquer que le site ne fut pas abandonné.

  • 18 Ces inscriptions ont été découvertes par G. Jouveau-Dubreuil et le frère Faucheux (voir G. Jouveau- (...)
  • 19 Inscriptions no 423 et 428.

8Il semble qu’une nouvelle ville fut ensuite rebâtie à quelques km au nord. D’après des documents épigraphiques, il existait, entre le Xe et le XVe siècle, une agglomération située sur une zone légèrement plus élevée et plus sèche, entre le village d’Uḻavarkarai ou Oḻukarai (Oulgaret) et la cathédrale18. Deux inscriptions, en effet, mentionnent que le temple d’Agastisvara (Tiruvakattīśvaram-uṭaiyār), appelé Vēdapuri Īśvaraṉ par Ananda Ranga Pillai - qui se trouvait à côté de la cathédrale actuelle et fut détruit en 1748 - faisait partie d’Oḻukarai19. G. Jouveau-Dubreuil en conclut que l’établissement ancien appelé Oḻukarai s’étendait de ce sanctuaire jusqu’au village d’Oulgaret (cela fait 5 ou 6 km !) et que Pondichéry était le faubourg portuaire de cette agglomération.

9On ignore comment s’est développé cet établissement jusqu’à l’arrivée des Européens. En tout cas, au XVIIe siècle, sur cette bande côtière, il existait un lieu d’échanges entre princes locaux et marchands étrangers, animé d’une importante industrie textile, comme aux débuts de l’ère chrétienne, appelé Putuccēri et orthographié de façons différentes suivant les sources.

Arrivée des Européens

  • 20 G. Jouveau-Dubreuil, « Le Puducheira des Portugais au seizième siècle », Revue historique de l’Etat (...)
  • 21 « La fondation du comptoir français de Pondichéry en 1617 », Revue historique de l’Inde française, (...)
  • 22 « Pondichéry en 1618 », ibid., p. 186-189.
  • 23 « La loge hollandaise en 1618 », ibid., p. 164-166 ; voir aussi ibid., p. 210.

10A G. Jouveau-Dubreuil, encore, dans la même série d’articles, on doit d’avoir éclairé les premiers essais d’implantation des Européens. Selon Barros (Da Asia, I, I, p. 9 cap), en 1553, les Portugais étaient installés à Puducheira où ils avaient une feitoria (loge) qu’ils gardèrent jusqu’en 1614, date à laquelle ils furent chassés par le nayak de Senji20. En 1617, un agent de la Compagnie de Saint-Malo, Jean Pépin, aurait obtenu la permission du « nayacq de Pondichéri » de bâtir une forteresse à cet endroit de la côte, mais malheureusement, il quitta les lieux l’année suivante, et il n’y eut plus aucune autre tentative d’installation de la part de cette Compagnie21. Le 9 février 1618, un voyageur hollandais, P. van den Broecke, passa la nuit dans la chaudrie ou gîte d’étape de Polosère22. La même année, un agent de la Compagnie néerlandaise, Simon Joosten, vint se réfugier à Poelisjeri (Pouliseri), où il fonda une loge qui fut rapidement abandonnée. Le nayak de Senji offrit alors la place aux Danois23.

  • 24 « Les origines de Pondichéry », ibid., p. 173-177.

11Ces derniers y développèrent le commerce des toiles, drainant les artisans de la région, si bien qu’en 1632, les Hollandais, acculés à la ruine à cause de cette concurrence, durent s’incliner. Les Danois construisirent une maison en brique, comprenant, « deux grandes cours et un logis tout en terrasse, accompagné d’une grosse tour couverte en voûte de pierre et de brique ». Cette demeure fortifiée fut le premier élément de défense de la ville24.

  • 25 « Décadence de Pondichéry en 1648 », ibid., p. 190-194.

12D’après Vestiges of Old Madras (vol. I, p. 13, 98), en 1637 et 1639, un agent anglais Francis Day visita Pollecheere qu’il considérait comme un des ports principaux de la côte. Malheureusement, la prospérité de la ville ne dura pas, parce qu’en 1648, elle fut dévastée par les armées de Bijapur et par la famine, ce qui la mena au bord de la ruine25.

  • 26 « Pondichéry avant les Français », ibid., p. 178-185.

13Les Danois durent quitter les lieux quelques années plus tard car, d’après des documents hollandais rassemblés par le père Heras (Journal of the Bombay Historical Society, vol. II, No 2, p. 250, 256 ; vol. III, p. 249), par deux fois, en 1661 et en 1664, les représentants de Bijapur, maîtres de Senji, voulant redonner à la ville un lustre nouveau, proposèrent aux Hollandais de quitter Devapatnam pour venir s’installer à Poelesere, épargnée par les pillages, et d’y établir une forteresse. Cette offre fut refusée26.

  • 27 « Les Français à Pondichéry avant 1773 », ibid., p. 195-217.

14Impatient de voir l’industrie des toiles peintes reprendre son essor et le port attirer les navires étrangers, Sher Khan Lodi, alors gouverneur de la région, entra en contact avec François Martin qui accepta le principe d’un établissement français et amorça avec lui une correspondance qui devait durer vingt mois. En décembre 1672, Bellanger de Lespinais rendit visite au chef musulman à Valkondapuram et obtint la cession d’une loge ; en février 1673, il débarquait à Pondichéry ; il en repartit le 6 septembre de l’année suivante, laissant la responsabilité de l’établissement à François Martin qui allait en faire le principal comptoir français en Inde27.

  • 28 « Pondichéry n’était autrefois qu’un hameau de pêcheurs » (François Martin, Mémoires, vol. III, p.  (...)

15Pondichéry, donc, contrairement à ce qu’on croit généralement, n’était pas une localité insignifiante avant l’installation des Européens28. C’était un centre de fabrication des toiles, bien implanté autour de ses sanctuaires, dont le plus vénéré, comme nous l’avons dit, existait au moins depuis le Xe siècle. A l’arrivée des Français, l’agglomération était en pleine activité.

Notes

8 Sur les conditions physiques de la région de Pondichéry, voir J. Dupuis, op. cit., en particulier p. 102-108 ; sur le site portuaire, voir J. Deloche, « Etudes sur la circulation en Inde, IV. Notes sur les sites de quelques ports anciens du pays tamoul, Podouke ou Putucceri… retrouvé », B.E.F.E.O., 1985, p. 144-147.

9 La continuité de ces zones entre la terre ferme et les dunes littorales est telle qu’on a pu les relier facilement par le Buckingham Canal. Leur colmatage est cependant si avancé qu’il ne subsiste plus qu’une seule nappe d’eau importante, le lac de Pulicat, au nord de Chennai (J. Dupuis, op. cit., p. 105).

10 Ibid., p. 104.

11 C’est bien cette disposition zonale qui a frappé François Martin (Mémoires de François Martin, vol. III, p. 337) en août 1693 : « Le côté de la mer est fermé par des grandes dunes de sable que les vents y ont apporté, qui servent comme de rideau pour venir à couvert assez proche de la place […]. Du côté de l’ouest commence une espèce de vallon qui s’étend plus d’une demi-lieue au nord en droite ligne, le fond sont des terres à riz toujours cultivées par l’abondance des eaux que l’on tire de plusieurs sources qui sont des deux côtés ; il a en des endroits jusqu’à 200 pas de largeur, en d’autres moins. Cette espèce de vallon est borné du côté de la terre par une peuplade qui en renferme une partie, le reste par un bois de palmistes [aréquiers] ».

12 Dominant la côte, à l’ouest, s’élève le plateau rouge, fait de grès mais formant, grâce à la cimentation latéritique, une carapace dure qui culmine à 55 m. Ce plateau, bien visible du large, est un trait morphologique frappant de la plaine littorale (J. Dupuis, op. cit., p. 77, 81, 85, 88, 96).

13 E. Gaudart, Procès verbaux, t. I, p. 75.

14 Ces études ont paru dans une revue locale, Le Semeur, de 1931 à 1939 (c’est-à-dire avant les campagnes archéologiques faites au site d’Arikamedu) et ont été reproduites commodément dans la Revue historique de l’Inde française, vol. VIII, 1952, p. 143-237, et dans la Revue historique de l’Etat de Pondichéry, vol. IX, p. 233-237.

15 Comme beaucoup de noms indiens mentionnés par Ptolémée se terminent par kê, il estime que, dans Podoukê, Podou correspond au tamoul Putu, “nouveau”, et kê, suffixe grec, aurait été mis à la place de cēri (« Podouké-Pondichéry », Revue historique de l’Inde française, t. VIII, p. 151-157).

16 Sur les fouilles effectuées au site d’Arikamedu-Virampattinam, voir L. Faucheux, Une vieille cité indienne près de Pondichéry, Virapatnam, 19 p. ; P.Z. Pattabiramin, Les fouilles d’Arikamedou (Podouke), 56 p., XXXI pl. ; R.E.M. Wheeler, « Arikamedu : an Indo-Roman Trading Centre on the East Coast of India », Ancient India, No 2, 1946, p. 17-124 ; J. M. Casal, Fouilles de Virampatnam-Arikamedu, 71 p., XXIV pl. ; V. Begley & collab., The Ancient Port of Arikamedu, New Excavations and Researches, 1989-1992, vol. I.

17 On a en effet dégagé un établissement qui daterait du 1er siècle avant J.-C, puis une nouvelle agglomération établie dès le 1er siècle après J.-C., comprenant une sorte d’entrepôt, des bacs de teinture, qui témoignent d’une activité textile. Les trouvailles que l’on y a faites (poterie d’Arezzo, poterie roulettée, intailles, stylets) prouvent que cette station avait des rapports avec le monde occidental, en particulier, avec l’empire romain, et renforcent ainsi les raisons données par G. Jouveau-Dubreuil pour assimiler le site à Podoukê.

18 Ces inscriptions ont été découvertes par G. Jouveau-Dubreuil et le frère Faucheux (voir G. Jouveau-Dubreuil, « Une découverte toute d’actualité : Pondichéry faubourg d’Olugarai », Revue historique de l’Inde française, t. VIII, 1952, p. 146-150). Elles sont en voie de publication (Inscriptions de Pondichéry, I.F.P., en préparation, tirage 27 octobre 1999, vol. IV, p. 446-469.

19 Inscriptions no 423 et 428.

20 G. Jouveau-Dubreuil, « Le Puducheira des Portugais au seizième siècle », Revue historique de l’Etat de Pondichéry, vol. IX, 1955, p. 235-238.

21 « La fondation du comptoir français de Pondichéry en 1617 », Revue historique de l’Inde française, vol. VIII, 1952. p. 167-172.

22 « Pondichéry en 1618 », ibid., p. 186-189.

23 « La loge hollandaise en 1618 », ibid., p. 164-166 ; voir aussi ibid., p. 210.

24 « Les origines de Pondichéry », ibid., p. 173-177.

25 « Décadence de Pondichéry en 1648 », ibid., p. 190-194.

26 « Pondichéry avant les Français », ibid., p. 178-185.

27 « Les Français à Pondichéry avant 1773 », ibid., p. 195-217.

28 « Pondichéry n’était autrefois qu’un hameau de pêcheurs » (François Martin, Mémoires, vol. III, p. 333.

Table des illustrations

Légende Fig.1
URL http://books.openedition.org/ifp/docannexe/image/396/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 743k

© Institut Français de Pondichéry, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search