Version classiqueVersion mobile

Le vieux Pondichéry (1673-1824) revisité d'après les plans anciens

 | 
Jean Deloche

Introduction

Texte intégral

  • 1 Elles ont été publiées par l’Institut français de Pondichéry ; voir en particulier A. Bédier & J. C (...)

1Nous nous proposons ici de faire une étude générale sur l’évolution de Pondichéry des débuts de l’occupation française jusqu’au premier quart du XIXe siècle, où la ville a acquis la physionomie qu’elle a aujourd’hui, c’est-à-dire des débuts de l’installation française en 1673 jusqu’en 1824, date à laquelle furent faites les grandes enquêtes statistiques sur les établissements français de l’Inde1.

2L’entreprise n’est pas nouvelle. Madame M.V. Labernadie, dans son célèbre ouvrage sur Le vieux Pondichéry 1673-1815, Histoire d’une ville coloniale, publié en 1936, a tenté de reconstituer la forme de la ville ancienne depuis l’époque de François Martin jusqu’à la fin de l’époque napoléonienne et de nous faire revivre les grands moments de son histoire, à l’aide de documents contemporains, délibérations et correspondances du Conseil souverain, lettres de particuliers, récits de voyageurs, et aussi de plans. Son analyse des sources littéraires est excellente, mais son étude des plans est restée largement incomplète.

3D’abord, parmi le grand nombre de représentations de la ville déposées dans les archives françaises, elle n’en a utilisé que quelques-unes. Il faut dire, à sa décharge, que, jusqu’à une période récente, leur consultation n’était pas aisée ; on pouvait, certes, les voir, mais il était difficile de les reproduire (avec la permission du conservateur, G. Jouveau-Dubreuil avait pu, cependant, calquer quelques plans à la Bibliothèque nationale). Aujourd’hui, avec les CD, on peut avoir à sa disposition, et chez soi, la plupart des plans déposés dans les centres d’archives et ainsi les analyser à loisir, les comparer et en faire une étude systématique.

  • 2 J. Deloche, Origins of the Urban Development of Pondicherry according to Seventeenth Century Dutch (...)

4Ensuite, il y avait une grave lacune dans sa documentation cartographique. En effet, jusqu’à une période récente, on ignorait l’existence des premiers plans de la ville réalisés par les Hollandais et déposés aux Archives nationales de La Haye, qui éclairent d’une lumière nouvelle les origines de Pondichéry, puisqu’ils montrent que le plan en damier de la ville dont, depuis deux siècles, nous nous attribuons avec fierté la paternité, est en fait un projet néerlandais. De plus, si l’on savait qu’un manuscrit intitulé Papier terrier de la ville blanche, daté de 1777, était bien déposé à la bibliothèque municipale de Pondichéry (avant de l’être aux Archives nationales indiennes de Lawspet), le conservateur de ce temps-là n’avait pas pu achever son analyse et établir le plan parcellaire de cette partie de la ville (nous venons de publier ces documents2). Il n’est donc guère étonnant que, dans son étude, Madame M.V. Labernadie n’ait pas pu utiliser plusieurs pièces essentielles montrant l’évolution urbaine de notre comptoir. Il est donc temps de « revisiter » le vieux Pondichéry.

5Pour réaliser notre projet, nous nous proposons de rassembler l’ensemble de la documentation cartographique concernant Pondichéry, aujourd’hui disponible dans les centres d’archives de France, principalement la vaste collection de plans conservés au Centre des archives d’outre-mer, à Aix-en-Provence (on en a compté 279 !) et aussi ceux qui se trouvent à Paris, à la Bibliothèque nationale, aux Archives nationales, à Vincennes, au Service historique de l’armée de terre, enfin à la Bibliothèque nationale de La Haye, aux Pays-Bas.

6La plupart de ces plans sont des représentations de la ville seulement ; certains, cependant, montrent aussi ses environs. Tous ont été réalisés dans des buts précis : les plans hollandais sont des plans d’urbanisme destinés à rationaliser l’usage de l’espace urbain ; les plans français ont aussi cette destination, mais, en plus, ils visent à faire connaître l’évolution du système défensif et montrer les progrès réalisés dans la construction des ouvrages militaires, en particulier durant la seconde moitié du XVIIIe siècle.

7Ils sont de facture assez simple, montrent les axes d’accès et de circulation, rues et ruelles, indiquent avec précision l’emplacement des constructions importantes, édifices publics et jardins. Ils sont généralement (mais pas toujours) accompagnés d’une légende, succincte ou détaillée, qui comporte la liste des signes conventionnels (lettres, chiffres, couleurs) figurant sur le plan où ils peuvent être trouvés (on en a relevé jusqu’à 64 dans certains plans hollandais !).

8Quant au papier terrier de la ville blanche, c’est un plan cadastral, réalisé à très grande échelle, indiquant les diverses parcelles, identifiées chacune par un numéro permettant de les délimiter avec précision.

9A ces pièces ajoutons les nombreux plans d’architecture (plans, élévations et coupe) présentant les différents ouvrages de la ville (palais, bâtiments administratifs, hôpital, etc.).

10Parmi ces documents nous classerons les plus représentatifs, et nous en ferons l’analyse critique, ce qui nous fournira un moyen d’interpréter les représentations enregistrées, de les comparer et de trouver entre elles des rapports significatifs, éclairant l’évolution de la vie urbaine.

  1. L’assemblage chronologique des différents plans, en effet, nous permettra, d’abord, d’expliquer l’origine et le développement du plan d’urbanisme adopté à Pondichéry, de montrer comment (car on peut en suivre les étapes, parfois année après année, particulièrement au début du XVIIIe siècle), cet établissement a évolué à partir d’un simple agglomération d’artisans pour devenir une métropole structurée selon un plan d’urbanisme rigoureux, un schéma géométrique, établi d’une manière rationnelle et permanente.

  2. Il nous montrera aussi comment s’est développé le système défensif de la place, du modeste fort barlong de François Martin au fort Louis et à la grande enceinte du temps de Dupleix, jusqu’à la décrépitude de la fin du XVIIIe siècle, et comment il a été oblitéré pour laisser place aux boulevards périphériques.

  3. Enfin, il nous amènera, au-delà de la présentation des constructions (terrains et bâtiments), à considérer toutes les possibilités de rapprochement cartographique et à analyser d’autres aspects de la vie urbaine. Nous tenterons ainsi de déterminer les rapports entre le substrat naturel et le developpement des différentes parties de la ville, d’éclaircir des phénomènes particuliers de société, comme les mouvements de la population à l’intérieur de la ville et de montrer comment se répartissaient les hommes. Bref, par ce travail de recherche et de critique érudite, nous chercherons à lire, comme en filigrane, les épaisseurs du passé de Pondichéry.

Une représentation scientifique

  • 3 C’est l’avis de G. Jouveau-Dubreuil (Revue historique de l’Inde française, vol. VIII, 1952, p. 260) (...)

111. Première difficulté. Les arpenteurs du XVIIIe siècle n’ayant pas le souci de rigueur des géomètres modernes, les plans dont nous disposons sont de qualités variables. Les plans hollandais paraissent avoir été réalisés avec beaucoup de soin et de précision dans les mesures, une volonté de bien déterminer les alignements. Leur plan d’urbanisme (à l’ouest du grand canal d’aujourd’hui) est remarquable. En revanche les plans français du début du siècle (jusqu’en 1733), qui témoignent surtout du souci de rénover les moyens de défense (modifications de la clôture, création du fort Louis), sont moins précis et souvent inexacts sur plus d’un point dans leur représentation du tissu urbain, sauf pour la partie ouest de la ville neuve où ils recopient les plans hollandais. Ce sont des schémas sommaires mal mesurés et mal levés qui, dans la vieille ville (à l’est de la dépression) montrent de simples rectangles de part et d’autre du fort barlong et, donnent, pour la zone sud-ouest, pas encore urbanisée, des détails complètement fantaisistes3.

12Il nous reste, à partir de ces représentations, à faire des plans scientifiques avec des mesures et des alignements corrects.

132. Tous les plans français antérieurs à 1733 doivent donc faire l’objet d’une observation critique très attentive.

14a. Pour la vieille ville (plus tard dite blanche) et la zone médiane, les emplacements de la plupart des éléments urbains (espaces cultivés, jardins, constructions, bâtiments, cimetières, bassins, rues, etc) varient selon les plans. Or, il est bien évident qu’ils n’ont pas changé en quelques années. Il nous faut donc les situer exactement sur le terrain et, pour cela, corriger les relevés approximatifs des arpenteurs, en fonction des points de repère fixes et sûrs dont nous disposons, ce qui nous permettra de surimposer les plans anciens sur le plan moderne.

  • 4 G. Jouveau-Dubreuil, « Plan de Pondichéry en 1699 », Revue historique de l’Etat de Pondichéry, vol. (...)
  • 5 Une copie de ce plan à l’échelle 1/1000 est déposé à la bibliothèque du centre E.F.E.O. de Pondiché (...)

15Grâce aux travaux de G. Jouveau-Dubreuil qui fit l’analyse critique de plusieurs plans des Archives nationales de Paris et dégagea, sur la place du Gouvernement, la porte Royale4, grâce surtout au grand plan réalisé par le frère Faucheux montrant le fort Louis (englobant à l’origine le fort barlong de François Martin5, nous connaissons la localisation exacte des constructions de cet ensemble. Ce document qui constitue un repère précis et reconnu va nous permettre de trouver les alignements corrects des rues et des blocs de maisons de la ville blanche.

16En ce qui concerne les emplacements des autres ouvrages disparus, l’examen approfondi des différents plans dont nous disposons nous oblige à différer légèrement des identifications de Jouveau-Dubreuil (cimetière des chrétiens ou des Français, église Saint-Lazare, en particulier).

17b. Pour le reste de l’agglomération, à l’ouest de la dépression et au nord de la rivière Uppar, tous les plans français suivent les plans hollandais où les terrains possédés par les communautés religieuses (Jésuites, Capucins, Missionnaires), le grand bazar, sont correctement situés. Le frère Faucheux les a utilisés dans les plans sommaires qu’il a préparés pour le livre de M.V. Labernadie sur Le vieux Pondichéry.

18c. Autre problème, certains plans ne figurent que de simples projets qui n’ont pas été réalisés, d’autres reproduisent des éléments tirés de plans divers. La comparaison systématique des documents, généralement datés, nous permettra d’identifier ceux qui correspondent à une réalité historique véritable.

19Il sera ainsi possible de distinguer, dans ces plans, ce qui a été réellement construit de ce qui a été seulement prévu, car les ouvrages projetés à une date donnée n’apparaissent plus dans les plans postérieurs s’ils n’ont pas été exécutés.

  • 6 Plan de la ville et de la forteresse de Pondichéry en 1688, BN, Vd 25-fol. Topographie de l’Asie, t (...)

20Nous pourrons ensuite éliminer les documents fabriqués. Exemple, un plan de Pondichéry de la Bibliothèque nationale6, daté de 1688 ?] montre en détail les ouvrages du fort Louis (construit entre 1702 et 1705) et incorpore des éléments d’un plan de 1721. Un examen rapide de la représentation fait vite apparaître la supercherie.

  • 7 J. Dupuis (Les Ghat orientaux et la plaine du Coromandel, p. 108) précise que « ce mouvement de sub (...)

21d. Dernière remarque dont on doit aussi tenir compte : il est quasi certain qu’au XVIIIe siècle, la ligne du rivage se situait à des dizaines de mètres à l’est du rivage actuel, car dans certains plans (CAOM, 32 B 15), il est signalé qu’on projette d’aménager une rangée de maisons supplémentaire, entre Goubert Avenue et le « le quay proposé » du bord de mer7.

22Les problèmes que posent les plans établis dans ce premier quart du XVIIIe siècle doivent donc être résolus, si l’on veut essayer de montrer les différentes étapes du développement urbain de Pondichéry pendant cette période cruciale de l’histoire de la ville. C’est la raison pour laquelle nous proposons des « restitutions » de ces plans anciens, en mettant les éléments urbains identifiés à leur véritable emplacement sur un plan moderne.

Notes

1 Elles ont été publiées par l’Institut français de Pondichéry ; voir en particulier A. Bédier & J. Cordier, Statistiques de Pondichéry (1822-1824).

2 J. Deloche, Origins of the Urban Development of Pondicherry according to Seventeenth Century Dutch Plans ; Le papier terrier de la ville blanche de Pondichéry 1777.

3 C’est l’avis de G. Jouveau-Dubreuil (Revue historique de l’Inde française, vol. VIII, 1952, p. 260), qui les a consultés dans nos archives : « ces cartes sont déplorablement erronées [...] ; très souvent [elles] ont été faites avec un dédain complet des proportions et de l’exactitude ».

4 G. Jouveau-Dubreuil, « Plan de Pondichéry en 1699 », Revue historique de l’Etat de Pondichéry, vol. IX, 1955, p. 259-264.

5 Une copie de ce plan à l’échelle 1/1000 est déposé à la bibliothèque du centre E.F.E.O. de Pondichéry.

6 Plan de la ville et de la forteresse de Pondichéry en 1688, BN, Vd 25-fol. Topographie de l’Asie, t. 10, P. 186871.

7 J. Dupuis (Les Ghat orientaux et la plaine du Coromandel, p. 108) précise que « ce mouvement de submersion semble s’être poursuivi au XIXe siècle dans la région de Pondichéry. Mgr Léveillé (1890) notait qu’à la fin du XVIIIe siècle, la mer était assez éloignée de Pondichéry, mais qu’elle avait gagné 200 m en 60 ans, c’est-à-dire depuis 1830 environ. La même tendance se manifeste de nos jours, où la digue du cours Chabrol (Goubert Avenue) est sapée par les flots ».

© Institut Français de Pondichéry, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search