Version classiqueVersion mobile

Vâdivâçal

 | 
Cinnamanur Subramaniam Chellappa

Note liminaire

Texte intégral

1Le récit proposé ici n’est pas ordinaire. Brève nouvelle ignorée lors de sa première parution en 1947, elle prit en 1959 dans une publication indépendante la dimension de ce qu’on désigne sous le nom de ‘novella’ un roman court. Mais l’auteur insiste pour garder la désignation de katai, une ‘histoire’, ou un ‘récit’, dont il proclame, sans fausse modestie et d’ailleurs à juste raison, qu’il est son chef-d’œuvre (‘master piece’ dit-il dans un texte tamoul) ; il conserve ainsi toute l’ambiguïté d’une fiction dont la vérité remarquable fait croire à une histoire vraie…

2L’originalité de cette histoire, et sa difficulté pour le lecteur étranger, est qu’elle se déroule sur deux plans étroitement fusionnés : la vérité ethnographique minutieuse d’un jeu populaire millénaire, aujourd’hui en voie d’extinction, et la vérité humaine profonde qui lie à un taureau exceptionnel l’honneur de deux générations, père et fils, de ‘tombeurs de taureaux’. Le lecteur est conquis par la qualité exceptionnelle du documentaire autant qu’il est pris par l’émotion que dégage l’histoire. La vision très mobile oscille, par un effet de zoom permanent, entre le spectacle panoramique de la présence festive d’une tradition populaire et la concentration dramatique sur le duel entre l’homme et l’animal, où l’empathie de l’auteur avec l’un comme avec l’autre se donne libre cours. La foule, indispensable et complice, est omniprésente, mais l’essentiel se joue dans le corps à corps entre l’homme et la bête. Tout le peuple de la cité, un village rural du Sud, tourne autour de la lice où va se dérouler un combat singulier que l’auteur a chargé de noblesse : « Il a ça dans le sang ! » crie le zamindar à propos du jeune héros Picci dont il a perçu d’emblée la maestria.

3Sauf qu’il n’y a pas de lice, d’arène moins encore, et que le lecteur étranger qui songe inévitablement à la corrida doit d’abord oublier tout souvenir des arènes et accepter une autre règle du jeu. De celle-ci l’auteur ne nous laissera rien ignorer et accompagnera tout le récit d’un commentaire technique dont l’introduction a dû exposer les bases et rappeler les racines culturelles, cependant que l’actualité récente surgit soudain, plus d’un demi-siècle plus tard, et impose de donner finalement in extremis au jeu, le jallittattu, et à son contexte socio-historique brûlant une place exceptionnelle autant qu’inattendue.

4Pourtant, il ne faut pas s’y tromper, c’est essentiellement à l’œuvre de C.S. Chellappa que cette publication veut rendre hommage et à la réussite unique de l’écrivain qui a su décrire en profondeur le folklore populaire d’un monde rural en symbiose avec son cheptel, et révéler aussi la touchante humanité d’une histoire où les valeurs humaines imposent leur noblesse par-delà les barrières sociales.

5Si le jallikkattu doit ne rester qu’un nom dans le répertoire du folklore tamoul disparu, la littérature tamoule, elle, ne perdra jamais le souvenir de C.S. Chellapa et de son Vâdivâçal. Et puisque C.S. Chellappa n’avait jamais séparé de son texte-culte une autre histoire de taureaux et d’affrontements humains, Kûduçâlai, très voisine d’inspiration et d’écriture, nous en publions aussi la traduction en appendice.

© Institut Français de Pondichéry, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search