Version classiqueVersion mobile

L’intermède français en Inde

 | 
David Annoussamy

1re Partie : Évolution Politique

Remarques sur la première partie

Texte intégral

1C’est sur invitation d’un prince indien que les Français se sont installés à Pondichéry. Braucoup y ont vécu, procréé, fait des projets grandioses, lutté, emporté des victoires, essuyé des déboires et laissé leurs os. Après plusieurs générations, leur descendance est retournée au pays, non sans regret. L’impact de leur passage est encore présente dans les édifices.

2D’abord dépendance de Surate, Pondichéry en est devenue l’égale, puis fut la capitale des établissements français dans l’Inde. Princes indiens et marchands français se recherchaient mutuellement pour leurs profits respectifs, cependant leurs rapports ont été parfois orageux. Les princes indiens avaient tendance à traiter les marchands français avec condescendance et hauteur et essayaient de soutirer d’eux le plus d’argent possible. Mais ils ont eu l’imprudence de leur permettre des forces armées ; ils en vinrent même à solliciter leur aide militaire dans leurs luttes intestines. Les Européens se rendirent vite compte qu’avec leur supériorité de puissance de feu et leurs troupes bien entraînées et bien disciplinées ils pouvaient triompher des forces indiennes de beaucoup supérieures en nombre. Ils commencèrent alors à faire leur propre choix d’alliances pour asseoir leur suprématie. A ce stade, Français et Anglais étaient seuls en lice. Ces derniers triomphèrent finalement.

3A la fin des hostilités, il revint à la France cinq comptoirs et huit loges. Lambeaux de territoires que les Britanniques ont consenti à laisser à la France, ce qu’ils ont regretté plus tard. Lambeaux que les Français ont ardemment désirés pour pouvoir continuer à faire le commerce aux Indes, cela s’est avéré décevant avec l’évolution commerciale. Les deux parties ont voulu à plusieurs reprises échanger ces territoires contre d’autres situés ailleurs, mais ont été obligées d’y renoncer face à l’opposition obstinée des habitants.

4Ces territoires dispersés, réunis politiquement sous le nom des Établissements français dans l’Inde, ont connu des régimes politiques différents. Au départ, le pouvoir est exercé par la Compagnie considérée comme vassal du roi. Sur place, il y un conseil souverain présidé par un gouverneur. Celui-ci consulte parfois un notable indien nommé par lui, qui acquerra progressivement le rôle de chef des Indiens. Le roi prend par la suite l’administration directe en main. Avec la Restauration, une organisation politique élaborée se met en place. Le gouverneur est la figure dominante, tous les organes auxiliaires qui vont se développer au cours du temps sont déjà présents à l’état embryonnaire. Le territoire a reçu le contre coup des révolutions françaises, mais leur effet fut éphémère. Avec la IIIe République, le peuple fait sentir de plus en plus sa présence dans les instances de décision. Alors, il y a trois pôles de pouvoir : le gouverneur qui est officiellement le dépositaire du pouvoir de la République française, les représentants du peuple au sein du parlement français qui par l’intermédiaire du ministre des colonies influence le gouverneur, et les conseils électifs des Établissements dont les attributions s’accroissent progressivement.

5Le tableau se complique du fait que la population n’est pas homogène. Les Européens veulent accaparer tout le pouvoir pour eux, le gouvernement français ne veut pas se les aliéner car il est obligé de compter sur eux pour le maintien de la présence française. Il imagine alors un système de listes accordant aux Européens qui forment une infime minorité plus de sièges qu’aux Indiens dans les conseils électifs du territoire. Mais il ne veut pas ternir de cette manière discriminatoire la représentation parlementaire. L’élection du député se fait au suffrage universel où la voix d’un Indien compte autant que celle d’un Français. De ce fait les Indiens, qui ont la loi du nombre en leur faveur, ont un député de leur choix. Cela aurait pu conduire à un clash entre Indiens et Européens. Mais, par le jeu de la concurrence inhérente à la politique, Indiens comme Français se sont divisés tous les deux ; il en est résulté deux camps, chacun ayant des Français et des Indiens. Ainsi, la confrontation Européens-Indiens a été évitée pour donner place aux luttes entre partis avec ses programmes. La population européenne restait quand même nantie de plus d’avantages ; mais la situation a évolué en faveur des Indiens sous l’influence de deux facteurs : instruction des Indiens et émigration des Européens.

6Le suffrage universel sans distinction de race ou de sexe fut accompli après la deuxième guerre mondiale et une nouvelle structure politique de format démocratique a été mise en place. Au moment de l’indépendance de l’Inde, la démocratie était plus avancée à Pondichéry que dans le reste du pays et la France s’employait à l’améliorer sans se préoccuper de ce qui se passait dans l’immense Inde britannique.

7Quand les Anglais ont quitté l’Inde, il apparut évident à tous que la France aurait à en faire autant. Le gouvernement de l’Inde ne tarda pas à le proclamer. La France ne montra pas le même empressement. Elle annonça quand même qu’elle était en faveur de l’auto détermination des établissements par voie de referendum, solution acceptée au départ par l’Inde qui n’y voyait qu’une formalité. Mais, dans les milieux politiques français, il y avait un tiraillement entre ceux qui ne voulaient pas ébranler l’Empire colonial et ceux qui étaient pour le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes.

8Pour les Pondichériens, la tournure des événements posait problème. Ils s’étaient bien habitués à la double appartenance ; elle leur était devenue naturelle. Ils avaient des liens économiques et humains avec la France comme avec l’Inde. La perspective de couper les liens avec la France leur pesait. Ils ont accepté l’idée du rattachement à l’Inde mais désiraient une période de transition pour que l’intégration se fasse en douceur sans qu’aucun groupe de citoyens n’ait à en pâtir. La France songea à en tirer parti pour prolonger sa présence.

9Mais l’Inde ne comprenait pas les réserves des Pondichériens pour rejoindre la mère patrie. Ayant réussi à intégrer d’un coup de baguette plus de 500 principautés, les dirigeants indiens considéraient que les Établissements français devaient suivre la même voie. Ils ne réalisèrent pas que Pondichéry avait vécu une histoire à elle pendant environ trois siècles, qu’elle possédait des institutions différentes fonctionnant dans une autre langue. Excédés par les atermoiements de la France, ils ont décidé de forcer la main en instaurant un blocus autour des Établissements pour les suffoquer. La France dût alors se retirer dans une situation de détresse, sacrifiant ses principes constitutionnels. La manière dont le transfert s’est effectué a laissé auprès de la population une certaine amertume. Les administrateurs indiens, conscients de l’état d’esprit de la population, s’appliquèrent à se faire accepter.

10La tenue à l’écart des Pondichériens dans la négociation des accords entre les deux puissances s’est traduite par l’insuffisance des garanties pour le maintien des institutions. Cette regrettable lacune a permis au gouvernement indien d’accomplir l’intégration politique et administrative à une allure trépidante. Le territoire a été doté d’un statut politique très proche de celui qu’il avait sous le régime français avant le transfert, mais il est appelé à fonctionner dans un contexte tout à fait différent. Dans l’espace de quinze ans l’essentiel de l’héritage français a disparu. Le gros de la population francisée de la population a préféré quitter le territoire. Les établissements sont devenus à peine différents des territoires avoisinants. Les hommes politiques de Pondichéry qui ont laissé faire, pour bien se faire voir à Delhi, se rendirent compte que l’identité politique ne pouvait pas durer sans identité culturelle. Ils s’appliquèrent à en créer une artificiellement.

11L’intégration politique a été complétée par l’intégration démographique. Si l’administration indienne a fait table rase du système français, elle a eu soin de gagner la population en améliorant son bien être matériel. Elle a trouvé dans le développement économique et social un moyen de se faire accepter et y a réussi. Cette politique entraîna un flux de plus en plus grand de la population du reste de l’Inde, et la population locale fut submergée. Les structures politiques prévues pour sauvegarder l’identité locale, Corporation à Chandernagor et Union Territory pour le reste, apparaissent comme des cadres désuets et sans justification. Cette double intégration, qui a gommé l’ancien caractère de Pondichéry, est en train de lui en donner un nouveau, moins prononcé mais visible quand même. Pondichéry est devenu un pôle d’attraction pour les soins médicaux et l’enseignement supérieur. Les hommes d’affaires et de science venus de différents coins de l’Inde en font un foyer d’inter-culturalité.

12La France y apporte sa contribution par les institutions qu’elle y maintient. Les jeunes rêvent d’aller en France et apprennent la langue frrançaise. Quelques Indiens francisés qui sont restés sur place maintiennent le flambeau avec ferveur, et surtout les Pondichériens d’outre mer reviennent périodiquement ranimer la flamme.

© Institut Français de Pondichéry, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search