Version classiqueVersion mobile

L’intermède français en Inde

 | 
David Annoussamy

1re Partie : Évolution Politique

Chapitre 8. À la fin de la période française

Texte intégral

I. Représentation parlementaire

1Après la guerre, la France se mit à considérer les colonies d’un œil nouveau, car ces dernières l’avaient aidée de façon palpable à libérer son propre territoire des griffes de l’Allemagne. Alors que la métropole était muselée, la France avait continué à vivre et à rayonner dans les colonies. Celles-ci lui fournissaient hommes et ressources dans toute la mesure du possible pour qu’elle soit présente à la libération de son territoire. Aussi, immédiatement après la Libération, des mesures furent prises en faveur des colonies. Une loi du 7 mai 1946 votée par l’assemblée constituante proclame que les ressortissants des territoires d’outre-mer ont la qualité de citoyens français au même titre que les Français de la métropole. Toutes les discriminations disparaissent en droit. Il faudra un certain temps pour que l’administration centrale à Paris et les administrations des colonies en tirent toutes les conséquences et prennent des mesures d’application. Le 7 octobre 1946 fut votée une loi qui donna aux colonies le nom de « territoires d’outre-mer ». Elles font désormais partie intégrante de la République française au même titre que la métropole ; elles cessent d’être la propriété de la métropole en tant que colonies.

2La France conçoit alors l’ambitieux projet d’une vaste union entre les peuples sous son égide. Dans cette perspective, un premier pas est fait dans la Constitution du 2 février 1946, dont le préambule contient une déclaration selon laquelle la France forme avec les pays d’outre-mer une union fondée sur l’égalité des droits et des devoirs, sans distinction de race ni de religion. Une assemblée de l’Union française a été créée.

3D’après cette nouvelle constitution établissant la IVe République, l’Inde française est invitée à envoyer un député à l’Assemblée Nationale, un membre au Conseil de la République et un membre à l’Assemblée de l’Union française. Trois représentants de l’Inde française siègent désormais à Paris.

II. Assemblée Représentative

4Conformément à la loi du 7 octobre 1946, une assemblée représentative fut créée par un décret du 25 octobre 1946 à la place du conseil général qui existait dans les comptoirs français et qui avait déjà joué un rôle non négligeable dans la vie financière des établissements. La nouvelle assemblée se compose de 44 membres, répartis comme suit entre les différents établissements :

Pondichéry : 22
Karikal : 12
Chandernagor : 5
Mahé : 3
Yanaon : 2

5Les membres sont élus pour cinq ans et sont rééligibles. Les élections ont lieu au scrutin de liste majoritaire à deux tours, avec une liste par commune. Nul ne peut être candidat dans plus d’une circonscription ; s’il le fait, il ne peut être valablement proclamé élu dans aucune. Les membres de l’assemblée portent un insigne dont le modèle est fixé par le chef du territoire.

6L’assemblée tient chaque année deux sessions ordinaires dont la durée ne peut excéder un mois. Le secrétaire général ou un autre fonctionnaire désigné à cet effet assiste de droit à toutes les séances en qualité de représentant du gouvernement. L’assemblée peut entendre les chefs de service.

7L’assemblée délibère sur presque toutes les questions intéressant le territoire : domaine, travaux, action en justice et transactions, économie, mesures sociales, fonction publique locale, contributions, finances, etc. Les délibérations sont exécutoires, sauf annulation par une autorité métropolitaine. Toutefois, les délibérations prises sur le mode d’assiette et les règles de perception des impôts, taxes et contributions ne sont applicables qu’après avoir été approuvées par décret en conseil d’État.

8L’assemblée est obligatoirement consultée sur les questions relatives à l’administration, l’enseignement, les professions libérales, le régime du travail et de la sécurité sociale, etc. L’assemblée est souveraine en matière de budget, sauf en ce qui concerne les dépenses obligatoires.

9Une commission permanente, qui prend la place de la commission coloniale du conseil général, veille au respect et à l’exécution des décisions de l’assemblée et décide sur les matières urgentes qui lui sont présentées par l’administration.

III. Le gouvernement

10L’arrêté du 20.08.1947 institue un commissaire de la République dans l’Inde française à la place du gouverneur. Il est le chef du territoire ; il est le dépositaire des pouvoirs de la République, et représente le président de la République. Il relève directement du ministre de la France d’outre-mer et a seul le droit de correspondre avec lui. Il exerce la haute direction et le contrôle de tous les services civils, préside le conseil du gouvernement. L’ordonnance du 23 juillet 1840 fixant les attributions du gouverneur n’est pas abrogée ; seules les dispositions contraires sont abrogées. Cet arrêté a donc pour effet essentiel de supprimer le terme « gouverneur », qui avait un relent colonial. Les attributions du chef du territoire restent à peu près les mêmes, c’est-à-dire celles de l’ordonnance de 23 juillet 1840, telles qu’elles sont ou seront modifiées par d’autres textes.

11Le décret du 12.04.1947 crée un conseil du gouvernement à la place du conseil privé du gouverneur. Ce conseil a pour mission de donner son avis sur les questions qui lui sont soumises par le gouverneur, devenu par la suite commissaire de la République, et assiste ce dernier toutes les fois qu’il doit décider en conseil. Le nouveau conseil comprend le gouverneur, le secrétaire général, le chef du service judiciaire, le chef du service de l’enseignement, le président de l’assemblée représentative, le président de la commission permanente et le président de la chambre de commerce. Il convient de remarquer que les membres non officiels ne sont plus choisis par le gouverneur lui-même comme pour le conseil privé, mais sont des représentants élus ; toutefois leur nombre reste encore réduit par rapport aux membres officiels. Cependant, c’est un pas en avant.

12Là-dessus, l’indépendance de l’Inde devint imminente, elle a été annoncée pour le 15 août 1947 ; la mesure prise apparut insuffisante au gouvernement français. Aussi, dès le 12 août 1947, un nouveau décret modifie la composition du conseil du gouvernement de la manière suivante :

13Le gouverneur (par la suite commissaire de la République), président,

14Trois membres élus par l’assemblée représentative,

15Trois membres désignés par le gouverneur.

16Un autre pas en avant, le gouverneur renonce à son pouvoir de nommer trois conseillers et invite l’Assemblée Représentative à élire elle même les six conseillers. Le choix de l’Assemblée fait l’objet d’un arrêté d’homologation par le gouverneur. Il n’y a pas de rang entre les conseillers, qui sont classés par ordre alphabétique.

17Le décret prévoit également que le gouverneur peut déléguer la présidence à l’un des conseillers ; il ne l’a jamais fait de façon permanente ; il l’a fait une fois durant son absence du territoire, pendant la période française, au profit du conseiller qui était le chef du parti majoritaire, mais l’expérience n’a pas été renouvelée. Après le transfert de facto, l’administration indienne n’y a pas du tout songé. En cas d’absence du commissaire de la République, la présidence était confiée au secrétaire général qui, en temps ordinaire, prenait rang après les conseillers.

18Le nouveau conseil du gouvernement est chargé de suivre les décisions de l’Assemblée Représentative, il délibère sur les projets d’arrêtés, excepté ceux qui sont pris en application des lois. Les arrêtés ainsi délibérés sont signés par le Président et contresignés par l’un des membres du conseil.

19Le gouverneur peut charger un membre du conseil du gouvernement de la responsabilité d’un service public avec délégation de son autorité, pour diriger ce service avec l’assistance technique du chef de service. Les services dont les dépenses ne sont pas entièrement à la charge du budget local ne peuvent pas faire l’objet d’une telle délégation. C’est une soupape de sûreté que le gouvernement de la métropole s’est réservée et qu’il utilisera en prenant à sa charge les traitements de certains fonctionnaires.

20Les conseillers ont été effectivement investis de leurs fonctions respectives par arrêté du gouverneur. Cela rendit délicate la position des chefs des services. Ils devaient suivre les instructions du conseiller, mais pouvaient être entendus par le conseil du gouvernement sur les affaires entrant dans leurs attributions respectives et cela avec l’autorisation du gouverneur. D’autre part, certains conseillers étaient des fonctionnaires de l’administration locale et à ce titre soumis au contrôle hiérarchique d’un chef de service. Cette anomalie a vicié le système et a causé des inconvénients fâcheux. Le commissaire de la République n’a pas songé à redresser la situation.

21Pendant les sessions de l’assemblée représentative, le gouvernement continuait à être représenté par le secrétaire général et non par les membres du conseil. Il semble que les membres du conseil ne soulevèrent aucune objection à cette pratique : ils la trouvèrent bien commode, ils allaient siéger avec les autres membres de l’assemblée sans se rendre compte que cette pratique nuisait à leur autorité en tant que conseillers et que c’était à eux de justifier les décisions prises par eux et non au secrétaire général. De même, les chefs des services étaient entendus par l’assemblée dans les matières de leurs attributions, alors qu’ils étaient devenus de simples assistants techniques des conseillers qui prenaient toutes les décisions et devaient en assumer la responsabilité pleine et entière devant l’assemblée qui les avait élus, ayant au besoin le chef de service à leur côté.

22On est passé à côté d’un gouvernement responsable devant une assemblée élue par le peuple. Les dispositions du décret du 1er août 1947 sont laconiques et ne définissent pas clairement les attributions des uns et des autres. Le gouverneur aurait pu prendre l’initiative de combler cette lacune une fois qu’il avait invité l’assemblée à élire les six conseillers. Il n’a pas joué franchement le jeu. On a l’impression que la France a voulu doter la colonie de l’autonomie mais s’est arrêtée à mi-chemin. Le président de l’assemblée représentative de l’époque avait critiqué cet état de choses par une formule bien connue : « donner et retenir ne vaut ». Cette défectuosité sera relevée par l’administration indienne de facto, mais elle a préféré continuer les mêmes errements car l’ambiguïté qui en résultait lui convenait bien.

23L’institution d’un conseil du gouvernement, composé de membres élus par l’assemblée, et la délégation de la responsabilité d’un service à un conseiller constituaient des mesures qui allaient dans le sens du transfert de pouvoir aux représentants du peuple. Mais il semble que le gouvernement français craignait que l’administration du territoire ne lui échappe totalement. Il a voulu se réserver le contrôle des postes clés. Une loi est intervenue le 6 septembre 1947, pour prendre à la charge de l’État les traitements du chef du territoire, des hauts fonctionnaires de l’administration, des fonctionnaires de l’organisation judiciaire et des officiers supérieurs de la police, qui émargeaient jusque-là au budget local. De ce fait, l’assemblée représentative était dans l’ignorance de leur nombre et des dépenses relatives à leurs traitements. Les services où ils travaillaient ne pouvaient pas être placés sous le contrôle d’un conseiller du gouvernement. Ainsi les services de la justice et de la police échappaient totalement aux conseillers.

IV. Les Municipalités

24Le texte important en la matière est le décret du 12 mars 1880, qui a connu par la suite des modifications de détail. Il s’inspire de la législation métropolitaine. Mais au lieu d’ériger chaque agglomération en une commune, il réunit plusieurs villages en une seule commune. Après le décret modificatif du 21 février 1908, le territoire de Pondichéry est divisé en 8 communes, celui de Karikal en 6, Chandernagor, Mahé et Yanaon constituant chacun une commune. Chaque commune de Pondichéry et Karikal compte 15 à 25 villages. Le décret de 1880 contient cependant une disposition intéressante pour la bifurcation des communes. D’après ce décret, lorsqu’une section de commune désire être érigée en commune distincte, elle doit s’adresser au maire de la commune intéressée qui, en consultation avec le conseil municipal, règle toutes les modalités de l’opération de bifurcation et transmet le projet au conseil général. Mais aucune bifurcation n’a eu lieu depuis 1908. Les raisons sont imputables au manque d’intérêt des conseillers municipaux et à la pénurie de ressources.

25Les membres du conseil municipal sont élus au scrutin de liste pour toute la commune ; le gouverneur peut en conseil privé constituer à cet effet des sections de commune. Ils sont élus pour six ans, et sont constamment rééligibles. Il y a quelques incompatibilités entre certaines fonctions administratives et celles du conseiller municipal. De plus, certaines catégories de personnes ne peuvent être élues comme membres : les domestiques attachés à la personne, les individus dispensés de subvenir aux charges communales ou ceux qui sont secourus par les bureaux de bienfaisance, ceux qui ne savent ni lire ni écrire le français ou la langue native.

26Les conseils municipaux peuvent être suspendus ou dissous par arrêté du gouverneur en conseil ; le gouverneur doit en rendre compte immédiatement au ministre. Dans ces cas, une commission nommée par le gouverneur est chargée de remplir les fonctions du conseil. La durée de la suspension ou de la commission ne peut excéder six mois. À l’expiration de ce délai, la suspension cesse d’avoir effet ou, en cas de dissolution, il est procédé à de nouvelles élections.

27Les conseils municipaux s’assemblent en session ordinaire quatre fois l’année pour une période pouvant aller jusqu’à dix jours. Dans les communes autres que celles de Pondichéry, Karikal et Chandernagor, les délibérations ont lieu dans la langue native de la localité ; une traduction en français est alors remise à l’administration. Tout habitant de la commune a le droit de demander communication des procès-verbaux des délibérations, sans déplacement. Le maire préside le conseil et a voix prépondérante en cas de partage. Dans les séances où les comptes d’administration du maire sont débattus, le conseil désigne un président ad hoc. Le maire peut assister aux délibérations et doit se retirer au moment du vote. Le président adresse directement son rapport au gouverneur.

28Les conseils municipaux ont des attributions vastes sur tout ce qui intéresse la commune : administration des biens, tarifs à percevoir, ouverture de rues et places publiques, les projets d’alignement, la voirie municipale. Ils délibèrent sur toutes ces questions, et leurs délibérations sont sujettes à l’approbation du gouverneur.

29Le conseil municipal délibère sur le budget de la commune. Les dépenses de la commune se divisent en dépenses obligatoires et en dépenses facultatives ; les premières ont été fixées par le décret susvisé. Les recettes se divisent en recettes ordinaires et en recettes extraordinaires. Celles–ci résultent d’actes d’aliénation, d’emprunts, de recouvrement de capitaux ou de dons et legs ; elles sont destinées à faire face aux dépenses extraordinaires. Le budget proposé par le maire, voté par le conseil, est définitivement approuvé par le gouverneur en conseil qui peut y apporter des modifications s’il y a violation de règlements. Les comptes des maires pour l’exercice clos sont présentés au conseil avant la délibération du budget. Le budget et les comptes de la commune restent déposés à la mairie où tout contribuable a droit d’en prendre connaissance.

30Le conseil municipal élit le maire et les adjoints parmi ses membres au scrutin secret, pour une période de 6 ans. Les maires et les adjoints peuvent être révoqués par le gouverneur. Ils peuvent également être suspendus pour une période ne pouvant excéder six mois. Un délégué particulier, choisi parmi les conseillers municipaux, est alors nommé par le gouverneur pour remplir leurs fonctions.

31Le maire a de multiples fonctions. En plus de la gestion des affaires de la commune et de l’administration municipale, il a la charge de la publication, de l’exécution des lois et règlements, de la sûreté générale, de la police municipale. Il doit prendre des mesures propres à prévenir et à arrêter les accidents et fléaux calamiteux. Il doit veiller à la salubrité des denrées, boissons mises en vente et à la fidélité de leur débit. Pour l’exercice de ses attributions, il peut prendre des arrêtés, lesquels seront soumis à l’approbation du gouverneur. Dans les cas où le maire faillirait à ses obligations, le gouverneur, après l’en avoir requis, pourra y procéder d’office.

32Les communes ne peuvent introduire une action en justice qu’avec l’autorisation de l’autorité de tutelle. Tout contribuable a le droit à ses frais et risques, avec la même autorisation, d’intenter les actions que la commune aurait refusé ou négligé de faire. La commune doit alors être mise en cause et la décision qui intervient a effet à son égard.

33Si plusieurs communes possèdent des biens ou des droits par indivis, le gouverneur constitue une commission composée des délégués des communes intéressées. Cette commission est présidée par un syndic, nommé par le gouverneur et choisi parmi les membres de la commission. Les délibérations de la commission sont soumises à toutes les règles établies pour les délibérations de conseils municipaux. Lorsqu’il s’agit d’un travail intéressant plusieurs communes, les conseils municipaux intéressés sont appelés à délibérer sur leurs intérêts et contributions respectifs. En cas de désaccord, le gouverneur décide en conseil.

34D’un autre côté, lorsque les habitants d’une aldée, d’un village ou d’un hameau appartenant à une même commune possèdent des droits exclusivement attachés aux habitants du territoire de cette agglomération, celle-ci pourra être constituée en une section de commune pour la seule fin de l’administration de ces droits. La gestion de ces biens reste soumise au contrôle du conseil municipal de la commune, mais les recettes et dépenses y afférentes pourront constituer un budget distinct du budget municipal.

V. Villes libres

35Le mouvement en faveur de la réunion avec l’Inde fut très fort dans l’établissement de Chandernagor immédiatement après l’indépendance de l’Inde. Pour calmer la population, le gouvernement français a érigé cet établissement en ville libre, dotée de l’autonomie administrative et financière, par décret du 7 novembre 1947. D’après ce texte, la ville doit être gérée par une assemblée municipale de 25 membres, élue au suffrage universel, qui doit tenir chaque année quatre sessions. L’assemblée est placée sous le contrôle du conseil du gouvernement siégeant à Pondichéry.

36Conformément au décret, l’assemblée délibère sur toutes les questions concernant la gestion administrative et financière de la ville y compris le budget, sauf en ce qui concerne les dépenses obligatoires. Ces délibérations sont exécutoires, sauf recours par le président du conseil du gouvernement auprès du conseil du contentieux administratif siégeant à Pondichéry. Le contrôle du budget est effectué par le Trésorier Payeur des Établissements français dans l’Inde agissant par l’intermédiaire de son préposé à Chandernagor.

37Le président de l’assemblée et les vice-présidents, au nombre de six, constituent le conseil d’administration de la ville. Le conseil assure l’exécution des délibérations de l’assemblée, règle les affaires qui lui sont renvoyées par l’assemblée municipale. Il se réunit une fois par mois pour le nombre de jours qu’il détermine lui-même. Le président est ordonnateur du budget de la ville.

38Cette constitution fut bien accueillie par les habitants de Chandernagor. Elle a été abolie après l’intégration avec l’Union indienne ; la population s’en est souvenue longtemps avec nostalgie.

39La France voulait procéder de la même manière pour les autres comptoirs. Par quatre décrets en date du 17 novembre 1947, la France a érigé Pondichéry, Karikal, Mahé et Yanaon, en villes libres indépendantes les unes des autres. Ces décrets leur conféraient une autonomie complète pour l’administration interne et les plaçait sous l’autorité commune du commissaire de la République siégeant à Pondichéry. C’était un pas décisif en avant sur le plan de l’autonomie et de la mise en place d’une administration plus adaptée à ces territoires dispersés. On pouvait penser que cette mesure serait accueillie avec joie dans chacune des dépendances comme ce fut le cas à Chandernagor. Mais les habitants n’eurent même pas connaissance de ces importants textes puisque le commissaire de la République a sursis à leur promulgation. Le contenu des décrets ne fut l’objet d’aucune analyse dans la presse locale pour susciter un débat sur cette question importante. Ils n’ont pas été soumis non plus à l’assemblée représentative pour recueillir son avis. Ils furent simplement relégués aux oubliettes.

40Les nationalistes de Pondichéry, soutenus par le parti du Congrès de l’Inde, semblent avoir eu vent de la mesure. Partisans du rattachement immédiat des comptoirs à l’Union indienne, ils y virent un sinistre dessein de la part de la France de créer en permanence des entités autonomes avec allégeance à la France à l’intérieur de l’Union indienne. Cela ne pouvait pas avoir grand effet sur le commissaire de la République. Mais les conseillers du gouvernement ont réagi très vivement contre les décrets et ont même menacé de démissionner. Ils ont soulevé des objections de forme et de fond. Au point de vue forme, ils considéraient comme un affront l’absence de consultation de l’assemblée représentative et du conseil du gouvernement avant de prendre une décision de cette envergure, ce en quoi ils avaient raison. Au fond, ils craignaient que cette mesure ne conduisît à la dislocation et à la disparition de l’Inde française telle qu’elle était. Les comptoirs, formant un ensemble soudé, auraient davantage de poids et seraient mieux en mesure de négocier les conditions de leur avenir avec la France et l’Inde plutôt que de se présenter en ordre dispersé, pensaient-ils. Cette mesure réduisait à néant les attributions de l’assemblée représentative et du conseil du gouvernement, objectaient-ils enfin. Cette dernière raison était pleinement fondée, mais c’était la conséquence naturelle de la décentralisation envisagée par les nouveaux décrets qui aurait pu tout aussi bien abolir ces deux institutions.

41La réorganisation envisagée aurait été acceptable aux honorables conseillers si elle devait prendre effet à la fin de leur mandat. Mais les auteurs des décrets, qui y voyaient une solution au problème devenu pressant de l’Inde française, ont voulu lui donner effet immédiatement. Ce n’était pas réaliste. On ne pouvait pas demander aux conseillers d’abdiquer ainsi en cours de mandat sans raisons contraignantes ou sans contrepartie. Les rédacteurs des décrets, pensant que cette mesure qui pratiquement accordait l’autonomie à chaque comptoir serait accueillie avec enthousiasme, n’ont pas prêté attention au sort de ceux qui étaient en selle. C’est ce qui a causé la faillite d’une mesure qui avait ses mérites. Le gouvernement français a échoué dans sa tentative de résoudre seul le problème de l’Inde française.

VI. Bilan des liens avec la France

42La présence du pouvoir français et l’association progressive des habitants à ce pouvoir a créé des liens humains qui feront sentir leur effet sur la tournure des événements. Pendant la période d’installation et d’expansion, bien qu’il y ait eu des relations individuelles étroites entre Français et Indiens, les rapports entre communautés étaient restés très distants : acheteurs-vendeurs, gouvernants-gouvernés, employeurs-employés.

43Au moment de la révolte des cipahis en juillet 1857 dans l’Inde anglaise, une vague d’insécurité s’est emparée des Anglais dans l’Inde. L’événement a donné aussi quelques frayeurs au gouverneur de Pondichéry. À cette occasion, la population française et la population indienne lui ont envoyé des adresses. Celle signée par les Européens, au nombre de 61, lui demande armes et munitions pour organiser une milice contre l’éventuelle invasion de la ville par des bandes de pillards. Celle des Indiens comportant 440 signatures exprime une complète solidarité ; elle est reproduite en annexe.

44Avec la Révolution, les rapports changent et ce sont les Indiens qui en prennent l’initiative. Ils veulent être reconnus comme membres à part entière de la cité. Leurs représentants demandent à ceux des Européens de les accepter parmi eux. Ils rencontrent plus d’une fois le gouverneur. Ils lui expriment leur fidélité et soutien dans ce moment de tumulte et font part de leurs revendications.

45La représentation parlementaire tentée sous la IIe République et réalisée sous la IIIe République est la première expression tangible de la volonté de la France d’avoir un lien démocratique avec la colonie. La population l’a bien payée de retour. Chaque fois qu’il a été question de transfert des Établissements, des voix se sont élevées avec vigueur pour s’y opposer et exprimer le profond attachement de la population à la France.

46Malgré leurs maigres ressources, les Établissements ont envoyé une aide financière à la métropole pendant la guerre de 1870 et celle de 1914. De même, la France a donné de l’argent quand de grands cataclysmes naturels tels que les cyclones, la disette avaient dévasté le territoire.

47Sur ce fond de liens croissants, est intervenue la mobilisation générale durant la guerre de 14. Les Pondichériens ont combattu avec des Français pour défendre la mère-patrie. Le jour de l’armistice, ils ont participé en commun à l’allégresse générale. Les militaires pondichériens ont été embrassés par des parisiennes. Tous ceux qui ont pris part à la guerre n’étaient plus les mêmes hommes à leur retour. La France n’était plus pour eux un pays mythique dont on étudie l’histoire et la géographie dans les livres, c’était devenu un peu leur pays, dont les hommes et les paysages remplissaient leurs souvenirs.

48Au début de la Seconde Guerre mondiale, on avait décrété à nouveau la mobilisation générale et les mesures préparatoires pour envoyer les hommes étaient en cours quand la nouvelle de la capitulation est parvenue, qui a provoqué la consternation générale. Dès que les forces françaises libres se sont mises en place, un grand nombre de volontaires s’y engagèrent et ont combattu au Moyen Orient et en Tripolitaine.

49L’histoire commune, de près de trois siècles, avec des relations politiques et économiques, a donc créé des liens individuels d’amitié entre les habitants des Établissements et les Français. L’enseignement français a modelé l’esprit de l’élite locale. Ainsi, quand l’Inde recouvre son indépendance, les Établissements sont très soudés sentimentalement et intellectuellement à la France.

50Et aussi très soudés à l’Inde viscéralement et culturellement. De plus, les Établissements ne pouvaient se suffire en produits essentiels ; ils dépendaient pour tout de l’Inde et vivaient en symbiose avec elle. Des services essentiels comme les Postes et les Télégraphes étaient entre les mains de l’Inde. Les médias étaient tous indiens.

51Cette double appartenance était bien connue de la France ; elle a misé sur les sentiments pro-français quand elle a voulu prolonger un peu sa présence. Mais les autorités indiennes étaient complètement ignorantes de la réalité et ne pouvaient pas comprendre que les habitants de l’Inde française puissent hésiter un seul instant à se fondre dans l’Inde. Ne se rendant pas compte que l’Inde devenue indépendante restait encore anglaise à maints regards, elles étaient agacées par le désir des habitants de l’Inde française de garder leur aspect français le temps d’une génération. Ce fut la cause principale des inutiles et désagréables péripéties du transfert.

Annexes

Annexe

Monsieur le gouverneur

Les soussignés, notables habitants de toutes castes de Pondichéry, ont l’honneur de vous exposer qu’ils ont appris avec le plus vif regret les événements qui viennent de se produire dans le nord de l’Inde. Ils espèrent encore que la révolte ne franchira pas les limites dans lesquelles elle s’agite en ce moment ; mais s’il en était autrement et si, se propageant vers le sud, elle arrivait jusqu’au territoire français, ils viennent vous assurer qu’en toutes circonstances, vous pouvez compter sur leur concours pour maintenir la tranquillité si elle était troublée et pour repousser toute attaque qui viendrait de l’extérieur. Vous n’avez point attendu cette manifestation de leurs sentiments pour prendre les mesures qui doivent assurer leur sécurité et les préserver eux et leurs familles, des attaques des agitateurs. Aussi viennent–ils vous remercier avec effusion de cette nouvelle marque de sollicitude et vous assurent qu’ils ne demandent qu’à vivre paisiblement, comme par le passé, sous l’égide d’un gouvernement qui a tant fait pour leur bien-être matériel et intellectuel. Ils seront sobres de paroles qui ne sauraient prouver plus que ce qu’ils pensent et que ce qu’ils feront à l’occasion. Dans tous les cas vous trouverez en eux des administrés reconnaissants des bienfaits qu’ils ont reçus de la France, sous l’autorité et les lois de laquelle ils ont toujours trouvé la plus stricte justice et une constante prévoyance pour leurs intérêts. (Annuaire des Établissements français dans l’Inde, Année 1935, p. 119)

© Institut Français de Pondichéry, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search