Version classiqueVersion mobile

L’intermède français en Inde

 | 
David Annoussamy

1re Partie : Évolution Politique

Chapitre 5. Peuplement

Texte intégral

I. Évolution démographique

1Il est difficile de connaître les chiffres exacts de la population à différentes époques. Pour la première période, on a des estimations qui ne doivent pas être loin de la réalité. A partir de la deuxième moitié du XIXe siècle, on dispose de chiffres officiels, le recensement ayant commencé en 1842, mais ils ne sont pas rigoureusement exacts. Les agents recenseurs n’effectuaient pas tous leur travail avec sérieux ; la population était réticente pour fournir les renseignements sur leur famille ; mais la qualité des données recueillies s’améliorait à chaque recensement, révélant un accroissement de population plus important.

2La population de la ville de Pondichéry, qui était faible au moment de l’installation de Français, s’est accrue rapidement en raison de l’immigration provoquée par les activités de la Compagnie. D’après les estimations d’Ananda Rangapoullai, la population de la ville de Pondichéry aurait été de : 3000 avant 1760, 50.000 sous Lenoir, 22.000 sous Dupleix. D’après Mme Labernardie, en 1708 il y aurait eu 31.000 habitants. Jusqu’à la Restauration, la ville se vidait à chaque occupation. Ainsi, quand les Français ont repris possession de la ville en 1816 après l’occupation anglaise pendant la période révolutionnaire, il n’y avait que 2000 personnes dont 600 Européens. A remarquer que les Européens étaient moins prompts à quitter la ville. La population désertait aussi pour cause d’actes d’intolérance du gouvernement français en matière de religion ou de marasme économique faute d’exportation pour diverses raisons, notamment les guerres en Europe. Mais la ville se repeuplait rapidement dès que la prospérité revenait. Elle se gonflait aussi quand les territoires voisins étaient ravagés par des invasions mongoles ou mahrattes. Il en vint jusqu’à plus de 20.000 à l’époque de François Martin. La grande partie retournait chez eux quand leur localité avait retrouvé la paix.

3Après la Restauration le total de la population se présente à différentes époques comme suit, en milliers :

4À Chandernagor et Yanaon, la population décroît ; à Karikal et Mahé, il y a une brusque flambée entre 1852 et 1882. À Pondichéry, la population croît régulièrement plus rapidement que dans l’ensemble de l’Inde où elle est restée stationnaire jusqu’en 1921. Cela est dû probablement à l’immigration à partir de l’intérieur. Même après cette date, la population de Pondichéry croît un peu plus rapidement que dans le reste de l’Inde, mettant en évidence la continuation de cette immigration. C’est dans la nature d’une migration vers la ville, phénomène qui se constate aussi dans d’autres villes indiennes.

II. Les divers segments de la population

A. Les Européens

5Depuis l’installation des Français, les deux composantes importantes de la population sont les Indiens et les Européens, essentiellement des Français ; il y avait aussi quelques Hollandais, des Anglais, des Arméniens et beaucoup de Portugais. En plus, il y avait des Maures d’origine pathane ou afghane qui ont appartenu à l’armée mogole. On pouvait encore en rencontrer à Pondichéry il y a une cinquantaine d’années ; ils ont depuis quitté la ville ou se sont fondus dans la population indienne convertie à l’Islam. Mahé de La Bourdonnais avait débarqué des cafres au nombre d’environ 400. C’étaient des esclaves ; on leur a donné une formation militaire et ils étaient très appréciés ; par leur intrépidité, ils effrayaient les troupes ennemies. On ne sait pas très bien ce qu’il sont devenus. Dans tous les cas, ils ne semblent pas avoir laissé une progéniture ici.

  • 1 Marguerite V. Labernardie, Le vieux Pondichéry, 1973-1815, Ernest Leroux, Paris, 1936, p. 86.

6Les premiers Français étaient des employés de la Compagnie, soit marchands soit militaires. Ils étaient d’origines diverses y compris des nobles. En effet les nobles avaient été autorisés par le roi à faire le commerce aux Indes sans déchéance de rang. Cette population était presque entièrement masculine et n’avait pas la possibilité de se reproduire. Le Portugal, qui s’était préoccupé de ce problème en ce qui concerne ses sujets, envoyait régulièrement celles qu’on appelait « des orphelines du roi ». C’étaient des personnes de bonne naissance mais ruinées. Elles étaient recueillies dans un couvent à Goa et le Vice-Roi du Portugal leur trouvait des partis convenables.1 De plus, les Portugais se mariaient sans inhibition avec les femmes du pays et les enfants étaient élevés à l’européenne. La colonie française a réussi à faire venir de l’autre côte des Portugaises ou des métisses portugaises. Ainsi apparut la deuxième génération. Par la suite, les Français amenaient leurs femmes avec eux et la reproduction de la population européenne se faisait normalement. Seulement, il y avait encore une insuffisance de partenaires féminines, ce qui provoquait le mariage précoce des jeunes filles européennes à l’instar de la population indienne. Dans les registres des mariages, on a constaté que nombreuses étaient les jeunes filles mariées à 13-14 ans. On en a même rencontré de plus jeunes.

7La population militaire augmente à l’époque de l’expansion française mais Dupleix eut à se plaindre de la qualité des soldats qu’on lui envoyait. Dans son mémoire justificatif du 16 octobre 1753, il déclare que si le contingent qu’on lui avait envoyé avait été pris dans les troupes tout aurait été terminé à l’avantage de la France. Mme Labernardie donne des détails à ce sujet :

  • 2 Idem p. 228

« Des officiers descendons aux soldats. Ils étaient ce qu’ils avaient été, c’est à dire de piètres recrues dont la qualité diminua encore vers la fin du séjour de Dupleix, alors qu’en France le sieur Boucher, racoleur de la Compagnie, se fournissait à Bicêtre de rôdeurs, voleurs à la tire, soldats déserteurs etc... Il y en avait de toutes les nationalités. »2

8A la même époque, la Compagnie a fait venir quelques artisans. Ils ont inauguré ici la tradition de l’artisanat français. Ceux dont l’influence est encore perceptible sont les menuisiers et les boulangers. Une catégorie qui est apparue très tôt, et qui a disparu par la suite, était les perruquiers. Peu de militaires s’installent dans l’Inde ; en revanche beaucoup de marchands et d’artisans, à la fin de leur mission, s’installent dans le pays et font souche. La gamme de la population européenne est donc très variée. Au début de la Révolution, on constate que la population européenne est déjà divisée en deux catégories distinctes :

  • Employés de la Compagnie, y compris les militaires
  • Colons. Ceux-ci sont principalement des anciens employés restés sur place ou leurs descendants ; on les appelait alors les « habitants », et on les appellera plus tard « créoles ». Cette distinction dans la population européenne continuera jusqu’à la deuxième guerre mondiale. Les fonctionnaires français envoyaient leurs femmes accoucher en France pour éviter que leurs enfants ne deviennent des créoles. La population européenne était concentrée à Pondichéry et, en second lieu, à Chandernagor.

9L’évolution de la population européenne se présente comme suit :

101676 - 200, 1706 - 700, 1776 - 1000, 1796 - 800, 1856 - 2000.

11L’immigation a été importante au départ ; elle a diminué par la suite ; elle connut un regain après la perte de l’Alsace-Lorraine par la France et a décliné dans les dernières années du XIXe siècle. Le XXe siècle a assisté à l’émigration progressive de la population européenne qui a fini par déserter complètement le territoire.

B. Les Indiens

  • 3 Idem p. 242.

12Quant aux Indiens, la population rurale était restée celle qui existait avant l’arrivée des Français et elle continue à se perpétuer ici. Il y a, en tête, des grands propriétaires terriens, des Reddis parlant télougou, descendants des anciens officiers de l’armée de l’empire de Vijayanagar qui se sont fait octroyer les revenus des terres puis les terres elles-mêmes (cette catégorie n’existe que dans la région de Pondichéry). Après viennent des petits propriétaires terriens indigènes et des artisans de village, et en bas de la hiérarchie, des ouvriers agricoles de caste ou hors caste. Quant à la ville, elle est surtout peuplée par une population venue des alentours pour chercher du travail ou pour faire commerce. On en connaît à peu près la composition. Quand on voulut entourer la ville d’une muraille dont Dumas, alors conseiller, démontra la nécessité, vers 1720, la population indienne offrit de contribuer à la dépense. On a retrouvé les rôles où figurait la liste des communautés ayant participé à la dépense en 1722 (Annexe). On a une nouvelle liste établie par Ananda Rangapoullai quand il a répertorié les cadeaux reçus par Dupleix à l’occasion de la remise de la croix de Saint Michel en 1747, liste traduite et reproduite par Mme Labernardie.3 On trouve une légère différence qui est appréciable pour une courte période de 25 ans, témoignant l’émergence de nouvelles activités.

13Ces listes ne comprenaient que les castes riches et moyennes capables de faire des contributions. Il faut y ajouter les castes pauvres et les hors caste, et aussi les esclaves ; ce sont soit des prisonniers de guerre, soit des enfants vendus par leurs parents au moment des famines. Ce n’étaient pas de véritables esclaves, considérés comme des choses en droit. Leur sort dépendait du caractère de leurs maîtres et maîtresses. Ils étaient utilisés comme domestiques. Tous les Européens et les riches Indiens en avaient. Cette pratique a continué sous une forme adoucie jusqu’à ces derniers temps. Les parents pauvres confiaient leurs enfants à des familles aisées qui les utilisaient comme domestiques et avaient l’obligation de les établir.

  • 4 L. de Langlard, Leçons de droit musulman, 1887, Imprimerie de C. Rattina-Moudaliar, Pondichéry, pr (...)

14Les hindous constituent la majorité, mais la présence des musulmans et chrétiens n’est pas négligeable. Les musulmans sont ceux drainés par les armées ; il y avait aussi des artisans immigrés. Une grande partie sont des hindous convertis sur place avant l’installation des Français. Ils sont concentrés dans l’établissement de Karikal. On trouve diverses catégories de musulmans comme on peut constater dans l’annexe visé plus haut. Langlard donne une liste détaillée des musulmans à la fin du 19e siècle.4

  • 5 Etudes statistiques de la population des Etablissements de Pondichéry et de Karikal, M. Laude, Pon (...)

15Parmi les chrétiens, on trouve pratiquement toutes les castes y compris les brahmes. La famille la plus riche de Pondichéry se trouvait être catholique. La majeure partie était constituée par les hors caste et les mendiants convertis par la charité des missionnaires et quelques fervents catholiques. Les missionnaires recueillaient les enfants abandonnés dans les temps de disette ; ils prodiguaient tous les soins possibles à ces enfants affaiblis par la maladie et la misère et les baptisaient.5 Cette pratique a été continuée jusqu’à ces derniers temps par les religieuses. Les esclaves étaient en général convertis au christianisme et affranchis au décès du maître. Une ordonnance du 12 janvier 1747 vient renforcer cette action faisant obligation à tous ceux qui ont des esclaves chez eux de les faire instruire dans la religion catholique et de leur faire administrer le baptême dans le délai d’un an.

16Cette tendance des Français, contrairement à celle des Anglais à cette époque, leur sera préjudiciable. Les hindous bien nantis avaient une certaine appréhension à venir s’installer à Pondichéry car, disaient-ils, « Les Français feront de nous des chrétiens. »

C. Distinctions officielles

17Les distinctions sociales entre les races étaient subtiles, sans conflit sauf entre les castes de la main droite et celles de la main gauche à l’occasion de certaines cérémonies. Chacun se contentait de son rang et même en était fier, sauf ceux qui étaient tout en bas de l’échelle. Ces distinctions se reflétaient dans les actes officiels.

18Un règlement du conseil en date du 26 juin 1751 nous donne la classification de la population de façon officielle en indiquant les sommes à consigner pour les aliments des prisonniers pour dettes :

  1. employés de plume, d’épée, de marine et négociants européens, arméniens et maures, 10 roupies par mois
  2. artisans et autres Français, 4 roupies par mois
  3. Malabars et topas, 2 roupies par mois.

19Par la suite, les prisonniers ont été classifiés comme suit : Européens, topas, et Indiens. A partir de 1923, il n’y a plus que deux catégories : Européens, descendants d’Européens et assimilés d’une part et les Indiens d’autre part. Après le transfert, les prisonniers sont classés en catégories A, B et C selon leur statut social, instruction et genre de vie.

20Un arrêté du 30 décembre 1769 interdit aux Européens de se rendre adjudicataires d’immeubles situés dans la ville noire. Le règlement du 25 janvier 1778 relatif à la chaudrie réitère cette disposition en précisant que les Européens ne pourront à l’avenir acquérir aucun immeuble appartenant à des non Européens. Un règlement du 16 novembre 1769 précise que les Indiens sauf les topas doivent faire exécuter leurs actes devant le tabellion et non devant les notaires qui devaient officier seulement pour les Européens. Le règlement susvisé du 25 janvier 1778 précise que cette disposition est prescrite sous peine de nullité. Il ajoute qu’en cas de transaction entre un Européen et un non Européen, l’acte sera reçu par un notaire européen et un tabellion malabar, lesquels doivent garder séparément minute dans leur langue. Les tabellions ont été supprimés par décret du 2 août 1887 qui a établi un notariat unique. Mais la population indienne jusqu’à la deuxième guerre mondiale continuait à dire qu’« elle allait à l’étude du tabellion » quand elle allait chez le notaire.

21Il y avait une juridiction séparée pour juger les Indiens jusqu’à la réunification des juridictions en 1827. Mais il y avait deux ordres de conseillers pour plaider devant les tribunaux, un pour les Européens, un autre pour les Indiens. Cette distinction a été supprimée par décret du 25 août 1883.

22Le collège royal était d’abord réservé aux Européens puis ouvert aux descendants d’Européens et par la suite seulement aux Indiens.

23L’accès aux fonctions publiques était en principe ouvert à tous mais, comme les nominations se faisaient sur recommandation, ce sont les Européens et descendants d’Européens qui en étaient les plus gros bénéficiaires, sauf pour les postes qui ne les intéressaient pas. La fonction publique deviendra vraiment ouverte à tous seulement quand les recrutements seront effectués sur concours écrits et que les Indiens auront acquis une connaissance suffisante de la langue française

24Des cimetières séparés avaient été aménagés pour les différentes religions, sectes et castes, comme suit :

Européens : catholiques, protestants séparément
Indiens : hindous par groupes de castes,
Chrétiens, gens de caste et hors castes séparément
Musulmans

III. Relations entre les deux communautés

A. Relations sociales

25Les relations entre Indiens et Français étaient au départ des relations d’affaires, relatives à la fourniture des articles, ou de relations de travail. Ces relations quand elles étaient continues créaient des liens qui se manifestaient au moment des événements familiaux. Les Français étaient invités aux cérémonies et aux repas chez les Indiens. Ceux-ci n’étaient pas invités chez les Européens en semblables circonstances et ne tenaient pas à l’être ; ils se contentaient d’offrir des cadeaux.

26On trouve chez Ananda Rangapoullai beaucoup de détails résultant du choc de civilisations. Ainsi les Européens qui se moquaient des habitudes indiennes, furent ébranlés quand une épidémie de variole sévissait dans la région. Ils se mirent à attacher des feuilles de margousier à leurs portes et même à leur coiffure et à faire des offrandes de farine et de riz cuit à Mariatta, déesse de la variole, tout comme les Indiens. Les conversations en toute confiance entre Dupleix et Ananda Rangapoullai permettent de sentir comment les deux communautés se percevaient. En voici deux exemples.

27Rangapoullai croyait, comme les autres Indiens, que les Européens en bloc étaient des êtres supérieurs ; il revient sur cette opinion et ouvre son cœur à Dupleix :

  • 6 The Private Diary of Ananda Rangapoullai. 12 volumes, Madras 1904-1928, Vol. V, 462.

« Je pensais que les Tamouls étaient très stupides et qu’ils croyaient tout ce qu’on leur disait mais que les Européens étaient différents. Maintenant je découvre qu’il y a beaucoup d’Européens comme Plaisance aussi stupides, aussi bourriques et plus sots que les Tamouls. Le gouverneur dit tout en riant que les Européens ne savaient rien des coutumes du pays. Je répondis que même ceux qui vivaient ici depuis, quinze, vingt ou même trente ans, avaient encore l’air bien bornés. »6

28Une autre fois, c’est Dupleix qui ouvre son cœur sur la manière défavorable dont les Français étaient perçus par les Indiens :

  • 7 Idem Vol. VIII, 72.

« Quant à vous, vous mangez, n’est ce pas, à une table comme un Européen, et vous êtes assez intelligent pour penser que vous ne faites pas une entorse à vos coutumes. J’en suis heureux pour vous. Depuis le temps que les Tamouls vivent parmi nous, ils maintiennent que cela est contraire à leurs usages et ils parlent mal de nous et dans leur ignorance crasse nous assimilent aux parias. »7

29Ainsi, à part quelques rares liens individuels d’amitié, les deux communautés vivent en vases clos. La ville est séparée en ville noire et ville blanche. La séparation devient plus apparente quand, en 1827, le cours nord-sud de l’Ouppar (aujourd’hui desséché) fut prolongé jusqu’au boulevard nord et appelé grand canal, coupant la ville en deux ; le parcours ouest-est de l’Ouppar, situé au milieu de la ville noire jusqu’au grand canal, a été appelé petit canal. Ainsi la population européenne paraissait posée sur le sol de Pondichéry comme une goutte d’eau sur une feuille de lotus (une perle sans adhérence).

B. Métissage

30Bien que les deux populations se soient considérées mutuellement comme intouchables, les pulsions naturelles ont inévitablement conduit certains Français à avoir des relations sexuelles avec leur servantes indiennes. Au début les pères ne reconnaissaient pas les enfants ; ils étaient élevés par leur mère avec le soutien financier du père. Ils étaient habitués à un mode de vie différent de celui des Indiens et s’habillaient à l’européenne. Ils ont été soumis aux lois françaises dans leurs actions civiles. On les distinguait des Indiens surtout par leur chapeau, aussi les a-t-on appelés « topas », signifiant gens à chapeau. Ils n’étaient pas admis parmi les Indiens ; ils ne le désiraient pas non plus. Ils n’étaient pas admis par les Français et ils en étaient malheureux. On trouve des topas adultes dès 1690 soit environ 25 ans après l’arrivée de François Martin avec ses hommes.

31A partir de l’époque de Dupleix, les Européens se marient régulièrement avec des Indiennes avec qui ils ont vécu maritalement. Ce sont le plus souvent des femmes de condition modeste, des domestiques. Les enfants sont d’abord appelés « fils de l’Inde », puis « métis », puis « créoles » quand les vrais créoles, c’est à dire des Européens nés dans la colonies, ont considérablement diminué. Ils étaient connus officiellement sous le nom de « descendants d’Européens ». En milieu indien, ils étaient connus sous le nom de « sattaikars, » hommes à habit.

32Les Topas ont cherché à entrer dans la catégorie des descendants d’Européens et y ont réussi. Les descendants d’Européens se mariant avec des Indiennes parfois sur deux ou trois générations, il en résultait des sujets de plus en plus noirs qui ne se distinguaient pas extérieurement des Indiens. Il s’est établi alors parmi les descendants d’Européens une hiérarchie de couleur qui correspondait en général à leur niveau de fortune et d’instruction. Les plus blancs parlaient français et connaissaient un peu une langue indienne ; les autres ne connaissaient pas bien le français et parlaient mal la langue indienne de la région, vivant en marge de la société française et se tenant à l’écart de la communauté indienne.

33Les quelques Indiens qui ont été de façon prolongée en France pour études supérieures avant la deuxième guerre mondiale ont épousé des Françaises. Ils se sont abstenus de revenir au pays. Aucun mariage d’une Indienne avec un Français ne s’est produit. Un ou deux professeurs français du collège ont demandé en mariage leurs élèves à la fin de leurs études, mais les familles des jeunes filles se sont montrées intransigeantes et se sont empressées de les marier dans la caste.

IV. Émigration

A. 1re période

  • 8 Mémoires de François Martin. Société de l’histoire des colonies françaises, Paris, 1932, Vol. II, (...)

34Si Pondichéry a été essentiellement une terre d’immigration, elle a aussi alimenté l’émigration. L’envoi d’esclaves à Achem et ailleurs semble avoir commencé très tôt, bien que les princes indiens l’aient interdit, comme l’atteste le firman donné à François Martin qui est une réplique de celui donné aux Hollandais. François Martin rapporte que les Anglais et les Danois faisaient un grand commerce d’esclaves et en tiraient un grand profit. En 1687, il estime le nombre de personnes transportées par eux à Achem (Atjeh au Sumatra) en deux ans entre 15 et 20 milles. Quand ce commerce lui fut proposé, François Martin rebuta la proposition, la trouvant indigne de la Compagnie.8 Malgré l’interdiction, ce commerce recommençait sans cesse à la faveur des occasions.

  • 9 Orsay M. Gobalakichenane, Articles parus dans le journal tamoul, Sentamij Selvi, numéros de septem (...)

35Par la suite, quelques ouvriers spécialisés ont été emmenés aux Iles dans la première partie du 18e siècle. Une intéressante tentative est celle du bailli de Suffren qui avait conçu l’idée d’emmener une équipe de tisserands et de filandières pour former des ouvriers en France et produire sur place les cotonnades tant recherchées. Il mit son idée à exécution et emmena en 1783 une soixantaine de personnes, accompagnées d’un interprète, Louis Pregassin avec un contrat de 3 ans. Le Journal de Lyon raconte leur passage à travers la ville et la curiosité des habitants à regarder ces gens à la peau brune et hommes et femmes avec des bijoux en or. L’entreprise reçut la bénédiction du roi. Elle fut installée à Thieux, à 25 kilomètres de Paris. Les migrants ont eu une alimentation à base de riz ; mais ils reçurent également de temps en temps du pain et du vin. D’après le registre des salaires, on compte 16 hommes et 31 femmes dont les noms et les salaires sont connus. Au départ, il y eut une douzaine d’apprentis français, mais le nombre diminua progressivement. L’équipe fut rapatriée au terme convenu et on compta une cinquantaine de personnes à l’arrivée. L’entreprise ne fut pas un succès, on ne put produire des tissus de qualité à cause du mauvais choix des ouvriers et des matières premières. On n’avait pas effectué les études préliminaires nécessaires pour monter en France une entreprise d’un genre tout nouveau. Ce qui mérite d’être signalé, c’est le grand nombre de femmes migrantes et du traitement humain qu’ils ont tous reçu contrairement à ceux qui sont partis vers d’autres destinations le siècle d’après.9

36A l’époque révolutionnaire, l’assemblée coloniale de Pondichéry avait supprimé l’esclavage, mais il reprit à la Restauration et ne fut supprimé définitivement qu’après la Révolution de 1848 sur l’initiative de Victor Schoelcher. A la suite de cette mesure, un autre trafic s’instaure, c’est celui des coulys qu’on commence à envoyer d’abord aux îles de l’océan indien à partir de Pondichéry et Karikal. En effet, à partir de l’abolition de l’esclavage, le besoin de main d’œuvre dans les champs de canne à sucre se faisait sentir cruellement. On préférait les ouvriers indiens à ceux d’autres pays qui étaient disponibles.

37Le départ des coulys aux Iles puis aux Antilles et même la Guyane, qui fut intense jusqu’en 1885, entra en déclin après, quand les besoins des pays d’accueil furent saturés. Le nombre total des ouvriers embarqués est évalué à 150.000 personnes, la Réunion en ayant reçu la part la plus importante. Les personnes engagées étaient surtout des hommes, mais on comptait aussi quelques femmes et enfants. Les conditions de voyage étaient détestables, celles de l’emploi guère meilleures. Ce qui différenciait leur sort de celui des esclaves, c’est qu’ils étaient considérés juridiquement comme des personnes par l’administration. Mais l’attitude des employeurs a mis du temps pour changer.

38Les coulys embarqués dans les comptoirs étaient en grande partie des sujets venus de l’intérieur tout comme les esclaves auparavant. Localement on n’arrivait pas à trouver beaucoup de volontaires pour quitter le pays vers une destination inconnue avec un avenir incertain. Les agents recruteurs n’hésitaient pas à avoir recours à des rafles pour compléter le contingent. Le souvenir en est resté dans la mémoire collective. Au début du siècle encore, les familles ne laissaient pas sortir les jeunes quand un bateau était en rade. L’administration, justement alarmée par les ravages de ce trafic, a réglementé soigneusement l’émigration des travailleurs. La justice de son côté s’est montrée vigilante. Mais elle n’a pas pu prévenir tous les abus. Il y avait des intérêts en jeu, certains bâtissant leur fortune sur ce trafic. Si les conditions de recrutement et de voyage devenaient humaines, leur profit serait entamé.

B. 2e période

39Quand cette émigration fut sur le point de cesser, une autre commença à une échelle plus modeste, de nature tout à fait différente. Il s’agit de l’émigration vers l’Indochine. La France qui s’était installée en Indochine avait besoin d’auxiliaires fiables pour administrer cette nouvelle grande colonie. Elle y attire les jeunes Pondichériens sans emploi, ayant fait des études françaises. Les plus nombreux à répondre à cet appel sont les renonçants catholiques, dont la plupart émigrés de Karikal à Pondichéry.

40Avec la première guerre mondiale cette émigration connaît un regain d’activité. Ceux qui ont été mobilisés ont été dépaysés de force. Ils ont pris goût à un autre genre de vie, ils n’ont pas envie de retourner au pays ; l’Indochine leur paraît un pays idéal où s’installer. Par la suite l’Indochine est devenue un pays familier pour les Pondichériens où chaque famille a son représentant. Celui-ci fait venir les siens, ceux qui ont raté leurs études aussi bien que ceux qui ont fait des études supérieures (droit surtout). Les jeunes Pondichériens brillants passent le concours d’entrée au prestigieux Service Civil d’Indochine. Il faut signaler aussi l’émigration de quelques commerçants, surtout des musulmans. Ainsi la population émigrée qui a fait souche et les nouveaux arrivants constituent une communauté importante qui se sent chez elle en Indochine et qui acquiert une identité particulière. Les hommes n’hésitent pas à contracter mariage avec les femmes de leur pays d’adoption.

41Cette émigration avantageuse fut interrompue abruptement par la deuxième guerre mondiale. Les Établissements s’étaient rangés du côté de De Gaulle alors que l’Indochine s’est placée sous Vichy ; la coupure fut nette et absolue. Après la guerre, il y a eu un gros retour des émigrés. Ils sont repartis par la suite vers d’autres colonies ou ont pris leur retraite sur place.

42Mais bientôt de nouveaux départs ont lieu. Après l’indépendance de l’Inde les créoles et les descendants d’Européens sentent que l’ère de leurs privilèges est en train de prendre fin. Ils partent vers la France ou l’Indochine. Mais leur séjour dans ce dernier pays sera de courte durée ; ils se dirigent vers la France ou d’autres colonies quand la guerre a commencé à faire rage et massivement après Dien Bien Phu.

43La population qui avait émigré en Indochine revenait périodiquement au pays ; dès lors Pondichéry est devenue une étape importante sur la route maritime de l’Extrême Orient. Mais le voyage en bateau posait quand même un problème pour les dames indiennes. Elles n’étaient pas admises avec le sari à bord, elle n’osaient pas paraître en robe à Pondichéry. Pour sortir de ce dilemme, elles allaient en sari jusqu’à l’église de Notre Dame des Anges, non loin du port, et se mettaient en robe pour l’embarquement. Elles en profitaient pour se recommander à Dieu. Opération inverse au retour.

44Les jeunes filles créoles n’ont pas pu résoudre aussi facilement leurs problèmes. Le départ en masse des jeunes gens mobilisés en 1914 et leur installation ailleurs les a condamnées au célibat, car il n’était pas question pour elles de se marier hors de leur « caste ». La plupart sont restées sur place jusqu’à la fin de leur vie avec les biens laissés par leurs parents. On pouvait en rencontrer encore un certain nombre dans les années 1940.

45Les Indiens renonçants étaient considérés en Indochine comme des Français à part entière et payés comme tels. Vivant à l’indienne ils pouvaient faire des économies substantielles. Ces migrants ne manquaient pas de faire étalage de richesse quand ils venaient passer leur congé dans le pays. Parmi les banlieues de Pondichéry, celle de Reddiarpaléam, qui s’est vite mise à l’éducation française, fournit un fort contingent d’émigrés. On peut y voir encore les bâtiments opulents érigés par ceux qui se sont enrichis en Indochine. Elle a reçu de ce fait le nom de Petit Saïgon tout comme Saïgon lui-même avait acquis le nom de « Paris de l’Orient ».

46En Indochine, les migrants avaient quand même adopté certaines habitudes de vie française et, par leur intermédiaire, la civilisation française pénétrait dans la ville noire qui n’avait pas osé l’emprunter directement à la ville blanche cependant séparée tout juste par un canal. Dans certaines de ces familles il y avait du vin en tonneau. Ils ont également introduit ici certaines préparations culinaires françaises et indochinoises. Ils étaient connus en ville non plus sous le nom de leur caste d’origine mais sous le nom tamoul de « saïgonar ».

47A cette émigration vers l’Indochine française, il faut ajouter celle vers la Malaisie et Singapour. Elle a été moins nombreuse mais non négligeable. Les navires de la ligne maritime Singapour-Madras touchaient régulièrement Pondichéry. Les migrants étaient surtout de semi-lettrés, chrétiens et musulmans. Le pays leur paraissait proche et familier car, dès le départ, ils se retrouvaient avec ceux d’autres villes du pays tamoul avec lesquels ils formaient une communauté non négligeable. Ils n’étaient pas considérés aussi bien qu’en Indochine française. Ils formaient une catégorie intermédiaire entre les indigènes et les Anglais. Ils se faisaient moins remarquer quand ils venaient en congé ; ils se sont moins européanisés. Ils n’ont pas contracté mariage avec la population locale. Après la guerre ils sont restés sur place, l’indépendance ayant été acquise de façon moins traumatisante. Ils se trouvèrent assez nombreux pour prendre une part importante dans la vie politique de ces pays. Le président actuel de Singapour est un tamoul. La langue tamoule y est maintenant une des langues officielles, elle est enseignée dans les écoles, et largement utilisée dans les médias. Cependant ils ne s’y trouvent pas parfaitement à l’aise. Certains commencent à émigrer vers des pays anglophones, notamment l’Australie et la Nouvelle Zélande.

48Pondichéry, au cours de sa courte histoire, a vu évoluer sur son sol des peuples de pays divers. Elle a connu des périodes d’expansion démographique brusque comme des périodes de vide aussi brutal. Elle a été pour beaucoup un lieu de passage. D’autres, venus y chercher fortune, y ont fixé leur demeure. Beaucoup de ceux qui y sont nés vivent maintenant éparpillés à travers le monde. Ce qu’il y de constant, c’est qu’elle a toujours été cosmopolite et que son destin a été entre les mains de ceux qui sont venus d’ailleurs.

Annexes

Annexe

Vellala

(Cultivateurs propriétaires)

Cavarei

(Marchands ambulants, caste venue du nord)

Agambady

(Probablement subdivision des Vélalas, ce que nous appèlerions aujourd’hui moudaliars)

Tisserands

Tisserands de bétilles

(Mousselines rayées)

Cometty

(Marchands venus du Nord, race télougou)

Chetty

(Marchands venus du Sud)

Tisserands de guingan

Huiliers

Jageir

(Peut être des cordonniers)

Pally

(À l’origine, des soldats se disant descendants des pallavas-cultivateurs)

Batteurs et nettoyeurs de coton (Musulmans)

Maures

Potiers

Pêcheurs

Blanchisseurs

Orfèvres

Charpentiers

Serruriers

Cuivriers10

Notes

1 Marguerite V. Labernardie, Le vieux Pondichéry, 1973-1815, Ernest Leroux, Paris, 1936, p. 86.

2 Idem p. 228

3 Idem p. 242.

4 L. de Langlard, Leçons de droit musulman, 1887, Imprimerie de C. Rattina-Moudaliar, Pondichéry, préface.

5 Etudes statistiques de la population des Etablissements de Pondichéry et de Karikal, M. Laude, Pondichéry, Imprimerie du Gouvernement, 1868, page 8.

6 The Private Diary of Ananda Rangapoullai. 12 volumes, Madras 1904-1928, Vol. V, 462.

7 Idem Vol. VIII, 72.

8 Mémoires de François Martin. Société de l’histoire des colonies françaises, Paris, 1932, Vol. II, p. 493.

9 Orsay M. Gobalakichenane, Articles parus dans le journal tamoul, Sentamij Selvi, numéros de septembre et octobre 1999.

10 Le vieux Pondichéry, par M. V. Labernardie, p. 121.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/ifp/docannexe/image/3023/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 89k

© Institut Français de Pondichéry, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search