Version classiqueVersion mobile

L’intermède français en Inde

 | 
David Annoussamy

1re Partie : Évolution Politique

Chapitre 4. Nouveau départ

Texte intégral

I. Legs des Anglais

A. Topographie

1Le traité de Paris de 1814 avait scellé le sort de la France dans l’Inde. Les conditions du traité furent très défavorables : Pondichéry ne devait plus avoir ni fortifications, ni armée, ni armements (annexe No I). C’en est fini de son éclat. La France ne pensera plus à aucune action militaire dans l’Inde. Ce que l’Angleterre concède à la France c’est tout juste quelques minuscules localités pour y faire commerce.

2L’exécution du traité fut marquée par la condescendance de la part des Anglais. Le nouveau gouverneur a dû déployer beaucoup d’efforts pour récupérer les territoires selon le traité mais pas toujours avec succès. Les Etablissements furent rendus un à un en 1816. Ils consistaient en cinq comptoirs et huit loges répartis comme suit :

  • sur la côte Coromandel : Pondichéry et Karikal
  • sur la côte d’Orissa : Yanaon et la loge de Masulipatnam
  • dans le Bengale : Chandernagor et les loges de Cassimbazar, Jougdia (aujourd’hui engloutie par le mer), Dacca, Balassore et Patna
  • sur la côte malabare : Mahé et la loge de Calicut
  • dans le Gujerat : la factorerie de Surate.

3Pondichéry a une superficie de 29 145 hectares ; elle comprend, outre la ville, un territoire en dentelles, portions françaises et britanniques s’enclavant les unes dans les autres. Plusieurs villages sont séparés du reste du territoire par des villages du Tamilnadou. Elle est située par 11°55’ de latitude N et 77°29’ de longitude E. La rade présente deux mouillages de 3 à 6 brasses pour les petits navires et de 6 à 9 brasses pour les grands bâtiments.

4Karikal a une superficie de 13 515 hectares ; elle est située par 10°55’ de latitude N et 77°44’ de longitude E ; c’est un territoire compact facile à administrer, arrosé par 6 bras du delta de la Cavéry ; elle est à 132 km au sud de Pondichéry.

5Yanaon a une superficie de 1 429 hectares ; elle est située par 16°43’ de latitude N et 80°95’ de longitude E, entre la rivière Godavéry et son bras Coringuy, à l’endroit du confluent. C’est un territoire tout en longueur ; elle est à 920 km au nord de Pondichéry.

6Chandernagor a une superficie de 940 hectares ; elle est située par 22°51’ de latitude N et 86°1’ de longitude E. C’est une ville bâtie sur la rive droite de l’Hoogly, l’un des bras du delta du Gange. La plus grande longueur est de 5.187 m et sa plus grande largeur est de1.877m ; elle est à 2600 km au nord de Pondichéry, en amont de Calcutta.

7Mahé a une superficie de 5 909 hectares ; elle est située par 11°42’ de latitude N et 73°1’ de longitude E sur la rive gauche et à l’embouchure d’une petite rivière qui porte le nom de Mayaji. Les aldées en dépendant sont séparées de la ville et se trouvent de l’autre côté de la rivière. Elle est située à 640 Km à l’ouest de Pondichéry.

B. Essai de reconfiguration

8Après que la configuration du territoire eût été savamment conçue pour rendre inoffensive Pondichéry, qui l’avait autrefois emporté parfois sur Madras, les Britanniques se sont ravisés et se sont aperçus que le tracé en dentelles qu’ils avaient imaginé pour des raisons stratégiques favoriserait la contrebande ; ils ont proposé une ligne de frontières continue avec une superficie égale, qui avait reçu l’agrément du gouverneur Dupuy. Son successeur, Saint Simon, s’y montra farouchement opposé et a élaboré un autre projet, soit de troquer les trois dépendances lointaines contre un agrandissement substantiel du territoire de Pondichéry avec pour limites Cuddalore, Tiroukoïlour, Polour et Madourandagam. Ce projet trop ambitieux qui avait cependant obtenu l’aval du gouverneur de Madras ne reçut l’assentiment ni de Paris ni de Londres. Le successeur de Saint Simon, Nourquer de Camper, avoua crûment que les habitants qui profitaient du commerce interlope étaient hostiles à la disparition des enclaves. Situation qui continuera jusqu’au transfert et qui perdure encore surtout pour le trafic des boissons alcoolisées.

9L’échange de territoires avait été déjà suggéré par certains au moment même de la négociation du traité, mais des voix se sont élevées contre l’abandon des comptoirs. Depuis, il fut périodiquement proposé, toujours sans succès, pendant tout un siècle. Les territoires concernés par les projets d’échange étaient soit uniquement les loges, soit Chandernagor, soit les trois dépendances éloignées, soit les quatre dépendances, soit même la totalité des Établissements. Ce qu’on espérait en retour c’était soit l’agrandissement du territoire de Pondichéry, soit la Gambie, ou des territoires au Nigéria, soit l’île Maurice ou les Nouvelles Hébrides.

10L’initiative partait tantôt des capitales européennes tantôt des gouverneurs locaux. Les raisons qui poussaient la France étaient les suivantes : ces comptoirs dispersés ne se prêtent pas à une exploitation rentable ; les Asiatiques sont réfractaires à l’effort civilisateur, le gouvernement démocratique est entravé par les violences électorales impossibles à juguler, l’éparpillement des établissements augmente le coût de l’administration et affecte son efficacité. On mettait l’accent sur l’une ou l’autre de ces raisons selon l’époque.

11Les raisons qui motivaient les Anglais sont nombreuses aussi, dont certaines peu connues. Ils considéraient avec une certaine frayeur les tumultes révolutionnaires français qui se propageaient dans les Établissements. La guerre de 1870 a été pour eux une autre cause d’inquiétude ; ils avaient peur que l’Allemagne ne s’emparât des Établissements. Après la guerre il était question de les céder à l’Allemagne pour obtenir une réduction substantielle de l’indemnité de guerre. Les Anglais veillèrent à ce que cela ne produisît pas. Leurs soucis ont repris quand la lutte pour l’indépendance s’est intensifiée dans l’Inde et que les nationalistes échappaient à leur poursuite en se réfugiant dans les comptoirs d’où ils continuaient le combat par leurs écrits et la fourniture clandestine d’armes. Il y avait en plus les ennuis permanents de la contrebande à plus ou moins grande échelle selon les époques, à partir des comptoirs. Les Anglais avaient consenti à la rétrocession des Établissements au moment du traité de 1814 de façon coutumière. Mais avec les changements de leur position dans l’Inde, ils se mirent vite à considérer les comptoirs français comme des anomalies dans leur empire, position qui sera reprise avec plus de vigueur par l’Inde indépendante.

12Les négociations en vue d’échange de territoires en général n’aboutissaient pas, l’une ou l’autre partie trouvant la compensation inadéquate. Ou bien des événements inopinés, comme la révolte des cipahis (cipayes) ou la guerre de 1870, venaient y mettre fin momentanément. Ou bien c’est l’opinion publique en France comme en Angleterre qui se montrait hostile à ces projets. Dans les rares occasions où ces obstacles ont été surmontés, c’était la population des Établissements qui envoyait des protestations vigoureuses, protestations appuyées depuis la Troisième République par ses représentants en France. Elle ne voulait à aucun prix être livrée aux Britanniques. Elle envoyait des lettres à toutes les instances de la République ; elles étaient d’un ton si pathétique qu’aucun responsable politique en France ne pouvait passer outre. Ci-après en annexes II et III des extraits de deux pétitions des Mahésiens particulièrement émouvantes.

13Les projets d’échange de territoires qui durèrent un siècle ne cessèrent qu’à partir de 1914. Alors l’empire colonial français s’est stabilisé. Les liens entre la métropole et la colonie se sont renforcés. Ceux qui étaient encore partisans d’un échange se rendaient bien compte que ce qui n’avait pas été possible jusque-là le devenait encore moins.

II. Organisation administrative

A. Le gouverneur

14La Compagnie avait une machine administrative élaborée. Quand le roi assuma l’administration directe des établissements, il mit en place un appareil sommaire en raison de la conjoncture peu favorable. Sous la Restauration, plus de conflit avec l’Angleterre. Bien que des échanges de territoires fussent envisagés, il fallait assurer une administration efficace pour tirer le meilleur parti de ce qui restait du rêve d’empire. D’autre part la loi du 5 Fructidor An III avait déclaré que les colonies faisaient partie intégrante de la République et qu’elles étaient soumises à la même loi constitutionnelle. On ne pouvait plus, comme sous l’Ancien Régime, considérer les colonies comme faisant partie du domaine privé de la Couronne.

15Adoptant une solution de compromis, les chartes du 4 juin 1814 et du 14 août 1830 déclarent que les colonies seront régies par des lois et règlements particuliers. Une telle loi, celle du 23 juillet 1840, vient préciser que les Établissements français dans les Indes orientales continueront à être régies par ordonnances du roi. En application de cette loi, le roi a publié le 23 juillet 1840 une ordonnance qui est un document détaillé de la constitution de la colonie, couvrant 43 pages du bulletin officiel. Elle va régir le territoire pendant plus d’un siècle avec des modifications tendant à restreindre progressivement le pouvoir exorbitant attribué au gouverneur par l’ordonnance.

16L’ordonnance confie le commandement et la haute administration des Établissements français dans l’Inde à un gouverneur nommé par le roi et résidant à Pondichéry. Les Établissements de Chandernagor, Karikal, Mahé et Yanaon seront administrés par des chefs de service, plus tard appelés administrateurs, placés sous les ordres du gouverneur. Le gouverneur est nanti de pouvoirs absolus dans tous les domaines. Il exerce le haut commandement en matière militaire. Il a la direction supérieure des différentes branches de l’administration. Il arrête, en conseil, après examen du conseil général (différent de celui créé plus tard sous le même nom), l’état des dépenses à faire pour les services à la charge de la métropole, le projet de budget des recettes et dépenses locales.

17Il pourvoit à la sûreté et à la tranquillité de la colonie. Il lui incombe de maintenir les habitants dans la fidélité et l’obéissance qu’ils doivent à la Métropole. Il a dans ses attributions les mesures de haute police. Il a le droit de mander devant lui, lorsque le bien du service ou le bon ordre l’exige, tout habitant, négociant ou autre individu, qui se trouve dans l’étendue du territoire. Les administrateurs ont les mêmes pouvoirs dans leurs circonscriptions respectives.

18Le gouverneur communique directement dans les matières concernant les Établissements avec les gouverneurs des possessions étrangères dans l’Inde. Sur autorisation, il négocie les conventions commerciales ou autres.

19Les textes à caractère législatif rendus exécutoires dans la colonie par ordre du roi sont promulgués et enregistrés par le gouverneur. Il peut prendre des arrêtés et des décisions pour l’exécution des textes métropolitains et aussi pour régler les matières d’administration et de police. Il prépare en conseil d’administration les projets d’ordonnances royales et les transmet au ministre.

20Le gouverneur possède en outre des pouvoirs extraordinaires pour parer aux circonstances particulières. Il peut dans ces cas modifier le budget arrêté par le ministre. Il peut prendre à l’égard des individus qui troublent la tranquillité publique des mesures d’exclusion de la colonie. Il peut également prendre des mesures provisoires à l’encontre des fonctionnaires nommés par la métropole. Il doit évidemment rendre compte au ministre des mesures prises dans l’exercice de ses pouvoirs extraordinaires.

21L’ordonnance a conféré au gouverneur des pouvoirs importants en matière judiciaire dans ses articles 28 à 35, lesquels ont été modifiés par le décret du 5 mars 1927. Elle consacre tout un chapitre aux attributions du procureur général. Ces deux questions seront traitées dans le chapitre « Évolution judiciaire »

B. Organes auxiliaires

22Le gouverneur est assisté dans ses tâches administratives par le chef du service administratif, plus tard le secrétaire général. Il a pour l’éclairer un conseil d’administration. L’inspecteur colonial veille sur son action. Les aspirations de la population sont censées lui parvenir à travers le conseil général lequel dispose d’un délégué pour le représenter auprès du ministère.

23Le conseil d’administration se compose du gouverneur, du chef du service administratif, du procureur général, de l’inspecteur colonial et de deux notables colons ou indigènes. Les matières sur lesquelles il doit être obligatoirement consulté sont indiquées dans l’ordonnance elle-même et dans d’autres textes. Le gouverneur a la faculté de le consulter sur d’autres affaires d’intérêt général sur lesquelles il éprouve le besoin d’être éclairé. Le conseil se réunit le premier de chaque mois, délibère à la pluralité des voix. Une expédition du procès-verbal est adressé au ministre. Il sera remplacé par la suite par le conseil privé par décret du 24 juin 1879, lui-même modifié par décret du 7 février 1935. Ces modifications ne sont pas très importantes.

24La fonction assignée à l’inspecteur colonial mérite attention. Il a la charge de requérir en cas de besoin l’exécution des lois, ordonnances et règlements. Il a la surveillance générale de toute l’administration. Il inspecte et contrôle les recettes et dépenses en deniers, matières et vivres. Il vérifie les opérations de la comptabilité générale, engage des poursuites contre les débiteurs de la colonie. Il adresse aux chefs de service toutes les représentations qu’il juge nécessaires sur la régularité de l’administration de leurs services respectifs. S’il n’y est pas fait droit, il en informe le gouverneur. En cas d’absence d’action par ce dernier, il adresse une copie au ministère. Il fonctionne en toute indépendance de toute autorité locale, mais ne peut diriger lui-même aucune opération ni suspendre aucune action entreprise par d’autres. Cette fonction d’inspection a été imaginée, semble-t-il, comme contrepoids aux pouvoirs exorbitants du gouverneur. Elle sera remplie par la suite par un trésorier payeur responsable des deniers publics et par une équipe d’inspecteurs coloniaux attachés au ministère et qui circulent de colonie en colonie.

25Le conseil général siégeant à Pondichéry et les conseils d’arrondissement siégeant à Chandernagor et Karikal donnent leur avis sur les affaires qui leur sont communiquées et peuvent faire connaître les vœux et les besoins de leurs territoires respectifs. Il est obligatoirement consulté sur le budget de la colonie. Il se compose de 10 membres, élus par une assemblée de notables, eux-mêmes choisis par le gouverneur en conseil parmi les habitants et les fonctionnaires. Les conseils d’arrondissement sont élus de la même manière. La durée de leur mandat est de 5 ans.

26La première assemblée de notables constituée après l’ordonnance se composait de 55 membres dont 22 fonctionnaires. On comptait parmi eux seulement 5 Indiens dont les castes sont précisées dans l’ordonnance elle-même : 1 tolouvavellaja (propriétaire citadin), un cavoundan (agriculteur), 1 commoutty (marchand), un yadav (pâtre), un reddy (propriétaire terrien). Parmi les dix membres élus au conseil général par la première assemblée de notables, il y avait 6 colons, trois fonctionnaires et seulement un seul Indien. Le conseil général deviendra par la suite un corps entièrement élu par la population et jouira de pouvoirs importants, surtout en matière de budget, dont il sera pratiquement le maître. Il en sera question dans le chapitre « Expérience de la démocratie ».

27Le conseil général nomme un délégué tenu de prendre résidence à Paris. Il est chargé de donner au gouvernement de la métropole les renseignements relatifs aux intérêts généraux de la colonie et de suivre auprès de lui l’effet des délibérations et des vœux du conseil général. Il sera remplacé par la suite par le sénateur.

28On s’aperçoit que l’ordonnance contient en embryon toutes les institutions politiques qui vont se développer au cours d’environ un siècle. Le double but de l’ordonnance est exprimé clairement dans son article 58 § 1er qui prescrit au gouverneur de proposer dans son rapport annuel ses vues sur tout ce qui peut intéresser le bien de la métropole ou tendre à la prospérité des habitants.

III. Évolution économique

29La période d’avant la Restauration fut marquée par quatre occupations : 6 ans à partir de 1693, 5 ans à partir de 1761, 5 ans à partir de 1778 et 23 ans à partir de 1793. Sauf la première période d’occupation par les Hollandais qui fut fructueuse, les autres ont été des périodes de détresse entraînant l’exode de la population car les Britanniques ne voulaient rien entreprendre dans les territoires destinés à être restitués un jour. Après la dernière occupation de 23 ans, la ville était à peu près déserte et il fallait lui insuffler une nouvelle vie. Le siècle et demi qui va de 1816 au transfert à l’Inde va être une période d’administration française continue, favorable au développement dans tous les domaines.

30L’esprit du traité de rétrocession est qu’à partir de ces comptoirs la France puisse continuer le commerce des produits de l’intérieur du pays vers le monde extérieur comme ce fut le cas au moment de l’installation. Mais l’Angleterre y mettra des obstacles toutes les fois que son intérêt sera en jeu. D’autre part, dans la nouvelle politique coloniale de la France, les Établissements sont classés dans la catégorie de colonie d’exploitation. L’objectif a changé. Pour la métropole, il s’agit de tirer le meilleur parti possible des lambeaux de territoires qui lui sont restés, de ses ressources naturelles et humaines. Les initiatives ne manquèrent pas ; on a fait des tentatives dans plusieurs sens. Mais le développement harmonieux du territoire est gêné par plusieurs facteurs dont en premier lieu la réglementation économique.

31Il est vrai que le pacte colonial (Cf. note) n’a pas été appliqué dans toute sa rigueur. Pondichéry ayant été déclaré port franc dès 1817, il n’est pas question de commerce exclusif avec la métropole. Mais le monopole de pavillon, instauré par l’acte de navigation de 21 septembre 1793, est maintenu jusqu’en 1869, date à partir de laquelle les bateaux de tous pays ont été autorisés à toucher le port.

32Autre restriction, c’est le système de chasse gardée au profit des entrepreneurs français. Le but recherché est le retour en France des bénéfices réalisés. Ce but n’a pas été atteint puisque la plupart des entrepreneurs venus de France ou de la Réunion ont préféré rester dans la colonie, où ils pouvaient vivre comme des princes. Ils ont contribué à l’industrialisation des Établissements, surtout de Pondichéry. La population autochtone ne se plaignait pas du traitement de faveur accordé dans ce domaine aux entrepreneurs français ; elle n’était pas intéressée à cette époque à se lancer dans les entreprises, qui ne lui étaient pas familières.

33Par la suite, les capitaux français ayant été jugés insuffisants, on a ouvert la colonie aux capitaux britanniques dont l’usine textile Anglo-French est la plus grande réalisation. En définitive, la réglementation visant au monopole de toutes sortes au profit de la métropole n’a pas été étouffante en raison des exceptions apportées dès le départ et de la disparition progressive du reste des règles.

34En revanche, la réglementation douanière a eu un impact considérable sur l’économie de la colonie. Cette réglementation a beaucoup varié avec le temps car elle visait à satisfaire quatre intérêts souvent contradictoires : intérêts de la France en métropole, intérêts de la France dans les colonies, intérêts des autres colonies, et enfin les intérêts de la colonie elle même.

35Sous la Restauration, les intérêts de la colonie ont été complètement sacrifiés. Les produits entrant en France étaient lourdement taxés. Ceux qui étaient destinés aux autres colonies devaient nécessairement transiter par la France où ils étaient taxés. Les produits des Établissements étaient rangés dans la catégorie des produits étrangers pour la détermination du tarif douanier. Il est vrai aussi qu’une bonne partie provenait de l’intérieur du pays. À partir de 1845, on a réussi à réduire en partie les tarifs pour les produits originaires de Pondichéry avec l’institution du certificat d’origine.

36Sous le Second Empire, le libre-échange s’instaure et de façon concomitante la navigation à vapeur, qui diminue considérablement la durée du trajet et facilite les transports. Les produits peuvent entrer en franchise de droits en France à partir de 1862 ; mais les colonies qui étaient les principaux pays de destination des produits des Établissements ont acquis le droit d’imposer des droits d’entrée et ne s’en sont pas privés. En 1892, on revient au protectionnisme, mais adouci : droits au tarif minimum pour l’entrée en France. Fort heureusement, cela s’accompagne d’une dispense de droits pour le commerce de colonie à colonie. En raison de ces changements en matière de droits de douane et en raison des guerres, les exportations connurent des périodes de prospérité comme des périodes de crise. Les principaux articles d’exportation ont été les cotonnades, l’indigo et les oléagineux ; l’importation consistait en vins, spiritueux, pétrole et produits manufacturés.

37Un autre changement s’opère. Les ports français qui commercent avec les Établissements ne sont plus ceux de la Bretagne. Bordeaux et Marseille prennent la relève, la première pour l’envoi de produits finis et la seconde pour la réception de matières premières. Leurs représentants appuient les efforts de ceux de Pondichéry en matière de droits de douane. À Marseille on eut même recours à des manifestations pour que les arachides de Pondichéry entrent en franchise de droits. Résultat, vers la fin du dix neuvième siècle Pondichéry fournissait environ 40 % du besoin en arachides des usines de Marseille, le premier envoi ayant commencé en 1878.

38La vie économique des territoires ne dépendait pas uniquement de la France, tant s’en faut. Il leur était matériellement impossible de vivre coupés du reste de l’Inde, étant donné leur configuration. De leur côté, les autorités britanniques avaient à faire face aux problèmes posés par les ports francs français dans leur empire. Dès la rétrocession ils érigèrent en 1817 des barrières douanières tout autour des comptoirs. Tout produit entrant dans leur territoire ou en sortant était assujetti à un droit de 16 % ad valorem. Cela s’appliquait même pour les produits en provenance de leur territoire s’ils y entraient à nouveau. C’était le cas de certains produits comme les tissus que les fabricants indiens du voisinage avaient coutume d’envoyer à Pondichéry pour la teinture à cause de la bonne qualité de l’eau de Pondichéry.

39Il y avait un produit pour lequel le cordon douanier était inefficace, c’était le sel qui était assujetti dans l’Inde à une taxe. On se souvient de la fameuse campagne menée par Gandhi pour sa suppression. Pour couper court à la contrebande, le gouvernement britannique proposa à la France de fournir à la colonie tout le sel qui lui était nécessaire au prix coûtant. En contrepartie, il fallait renoncer à la fabrication et au commerce du sel ce qui affecterait le budget du territoire, les saliniers et les ouvriers. La France accepta néanmoins la proposition moyennant une compensation annuelle de 400 000 roupies. Cette rente n’a jamais été revalorisée pour tenir compte de la dévaluation progressive de la roupie et de la hausse du prix du sel.

40La protection douanière britannique s’assouplit à partir de 1848 : tarif uniforme dans tous les points d’entrée en Inde et aux produits de tous les pays y compris ceux de l’Angleterre. Les tarifs ont varié avec le temps, mais ils sont restés modérés jusqu’en 1927 où ils ont fait un bond. De ce fait les activités de contrebande ont repris de plus belle. Chose curieuse, droits de douane ou pas, les articles traversaient les frontières mais ce n’étaient pas les mêmes produits ni les mêmes individus qui en profitaient. Le gouvernement britannique qui était fort agacé par les activités de contrebande à partir des territoires français profita de l’effondrement de la France en 1940 pour proposer un accord d’union douanière moyennant le versement d’une somme de 620 000 roupies aux comptoirs, ce qui à ce moment de cessation du commerce maritime était tout à l’avantage des comptoirs. En vertu de cet accord signé le 28 janvier 1941 les postes de douanes furent déplacés des frontières terrestres des comptoirs au front de mer.

41Dans l’ensemble, le commerce avec l’intérieur, lui aussi soumis à des variations, est toujours resté important. L’arrière-pays a d’abord fourni les matières premières pour l’industrie locale et des débouchés pour les produits importés ou fabriqués sur place. Puis il a assuré le ravitaillement nécessaire pour l’exportation massive, comme par exemple les arachides. A certains moments, les territoires britanniques voisins ont utilisé les facilités offertes par le port de Pondichéry pour exporter directement leurs produits vers les pays lointains. Le nombre des navires britanniques qui fréquentaient le port était parfois aussi important que celui des navires français.

42En dépit des difficultés, des aléas, des moments de crise, les Établissements se sont développés pendant cette période. Une industrie textile moderne a pris place à côté de l’artisanat. Pondichéry a même fait figure d’un des ports les plus importants de l’empire français. Son commerce avec la France a été, proportionnellement à sa population, beaucoup plus fort que celui des autres parties de l’Empire, cela s’expliquant par ses liens avec l’arrière-pays et son statut de port franc. Ce statut a mis les produits étrangers à la portée de la population locale, ce qui faisait l’envie des villes des alentours.

43Cette situation relativement prospère lui a aussi porté préjudice. Sous prétexte que les Établissements arrivaient à équilibrer le budget, ils ne recevaient aucune part de la subvention que l’État versait aux colonies. Pire encore, la rente du sel, qui avait été consentie par les Britanniques pour compenser le manque à gagner pour la colonie résultant de la cessation de la fabrication du sel, a été détournée par la Métropole et distribuée aux colonies déficitaires. Elle ne sera rendue à la colonie qu’en 1932 quand elle sera passablement dépréciée par l’inflation. Si néanmoins les Établissements arrivaient à équilibrer le budget, c’était en taxant fortement les agriculteurs, ce qui affectait l’essor du secteur rural et en ajournant continuellement les travaux d’amélioration du territoire et les investissements en matière d’instruction et de santé. L’issue possible était de réduire le nombre des fonctionnaires des cadres métropolitains dont les salaires élevés grevaient lourdement le budget. Le Conseil général y était enclin mais s’est toujours heurté à l’opposition du gouverneur. L’État a enfin consenti à subventionner la colonie pour l’aider à repayer l’emprunt qui a été contracté pour les grands travaux en 1925.

44L’attitude de la métropole s’explique. La colonisation n’est pas une entreprise philanthropique, elle est par définition dans l’intérêt de la Métropole. Cela a été officiellement déclaré dans l’ordonnance de 1840. Il faut néanmoins convenir que la politique d’exploitation s’est adoucie avec le temps sous l’influence d’un certain paternalisme. Il y a même eu un revirement complet après la deuxième guerre mondiale. La loi du 30.04.1946 a autorisé le financement par l’État des plans d’équipement et de développement des territoires d’outre-mer, dont les comptoirs. Le décret d’application est sorti dès le 16.10.1946 créant un Fonds d’investissement et de développement économique et social au profit des territoires d’outre-mer, connu surtout par son sigle, FIDES. La colonie en profita mais ce fut pour une courte durée de 1948 à 1954. D’autre part, à la même époque, la France prit à sa charge les salaires de la plupart des fonctionnaires des cadres métropolitains ce qui soulagea d’autant le budget de la colonie.

45Bien que la pente de développement ait été dure à gravir, le sort de Pondichéry n’a été défavorable ni par rapport au reste de l’Inde ni par rapport aux autres colonies françaises.

Annexes

Annexes

I. Extrait du traité de Paris (30 mai 1814)

Art. 11.-Les places et les forts existant dans les Colonies et Établissements, qui doivent être rendus à S. M. Très Chrétienne, seront remis dans l’état où ils se trouveront au moment de la signature du présent traité ;

Art. 12.-S. M. Britannique s’engage à faire jouir les sujets de S. M. Très Chrétienne, relativement au commerce et à la sûreté de leurs personnes et propriétés dans les limites de la souveraineté britannique sur le continent des Indes, des mêmes facilités, privilèges et protections qui sont à présent ou seront accordés aux nations les plus favorisées. De son côté, S. M. Très Chrétienne s’engage à ne faire aucun ouvrage de fortification dans les Etablissements qui lui doivent être restitués, et qui sont situés dans les limites de la souveraineté britannique sur le continent des Indes, et à ne mettre dans ces Etablissements que le nombre de troupes nécessaires pour le maintien de la police.

II. Extrait de la lettre du 5 Janvier 1912

À Monsieur le Président de la République Française, Messieurs les Ministres, Messieurs les Sénateurs et Députés

Signée par les élus de Mahé (pour la plupart d’origine française).

Un traité peut livrer le sol français, mais est-il capable de changer nos cœurs ? Et dès lors, quelle terrible destinée va être la nôtre ! Pour rester Français, nous devrons nous expatrier, chose matériellement impossible pour beaucoup d’entre nous ; d’autre part, c’est un sacrifice qu’on ne peut exiger de nous sans commettre une grande injustice ; car la Patrie n’est pas seulement pour nous le sol de la France, mais, c’est aussi l’Inde française, cette terre qui nous a vus naître et grandir où nous désirons mourir et reposer auprès de nos pères qui ont été les zélés et dévoués serviteurs de la Mère-Patrie.

III. Extrait de la lettre du 26 Janvier 1912

À Monsieur le Ministre de la Marine Paris.

Signée par un grand nombre d’originaires de Mahé dont les signatures ont été légalisées par le maire.

Si malgré les doléances que nous nous avons exposés (sic) plus haut et sans en avoir le moindre égard, vous voulez céder à l’Angleterre nos territoires de l’Inde, nous vous prions très humblement, Monsieur le Ministre, de nous faire tuer jusqu’au dernier par des balles françaises et remettre ensuite le foyer de nos pères aux Anglais, afin que nous n’en subissions pas la honte.

Note : Il est convenu d’appeler pacte colonial un ensemble de principes adoptés unilatéralement par les puissances coloniales et qui imposent aux colonies les obligations suivantes :

  1. ne pas manufacturer ses matières premières
  2. les acheminer exclusivement vers la métropole
  3. s’approvisionner en produits manufacturés exclusivement en métropole
  4. utiliser uniquement la marine de la métropole pour le transport des marchandises

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/ifp/docannexe/image/3020/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 83k
URL http://books.openedition.org/ifp/docannexe/image/3020/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 199k

© Institut Français de Pondichéry, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search