Version classiqueVersion mobile

L’intermède français en Inde

 | 
David Annoussamy

1re Partie : Évolution Politique

Chapitre 3. La révolution

Texte intégral

I. Activités politiques

1Les décisions prises à Paris après le traité de Versailles mécontentèrent profondément la population : Pondichéry réduite au statut de dépendance de l’Ile de France, suppression des forces armées, monopole de la Compagnie sur le commerce ! Alors que les esprits étaient encore agités par ce déclassement, la nouvelle de la Révolution parvint de Madras au début de l’année 1790. Elle était plutôt vague. Inquiétudes et interrogations travaillaient les esprits. Des nouvelles précises arrivèrent le 22 février 1790, quand le bateau portant le nom de « Bienvenue » atteignit Pondichéry. Il y avait aussi des communications officielles, dont la réitération de l’ordre d’évacuer les forces armées de Pondichéry. Dans l’état de surexcitation où elle était, la population décida qu’il fallait désobéir à l’ordre d’évacuation. En revanche, les idées de la Révolution furent immédiatement acceptées et la population française de Pondichéry a voulu qu’elles soient appliquées dans l’Établissement tout aussi bien.

2En effet, les idées libérales des écrivains français du XVIIIe siècle avaient pénétré parmi les colons qui avaient gardé des contacts avec leur famille en France. Même le roi Louis XVI avait fait application des idées d’égalité dans la colonie. Par exemple, lorsqu’il avait été informé des mesures prises à Pondichéry pour la constitution d’une compagnie spéciale de cipayes composée exclusivement de hors-caste, il les avait annulées par l’ordonnance du 28 janvier 1876 en ces termes :

« tous les hommes de toute religion seront admis au service sans distinction ni prééminence d’aucune secte sur une autre. Veut Sa Majesté qu’il n’en soit jamais fait la séparation par secte ou par caste dans la Compagnie mais qu’ils y soient mêlés indistinctement comme soldats loyaux d’un même Roi. »

3Mais l’application des idées révolutionnaires allait poser des problèmes délicats à cause du caractère composite de la population. La majorité était constituée par les Indiens, mais les Français avaient l’initiative. Entre les deux, il y avait des métis, et des topas, terme signifiant « ceux qui portent des chapeaux », c’est à dire ceux qui s’habillaient à l’européenne. Ces deux catégories ont toujours cherché à être assimilées aux Français.

4Juste une semaine après la réception de la nouvelle, une assemblée générale de citoyens fut organisée le 1er mars 1790. Elle fut tenue sur la place du gouvernement et tous firent le serment de fidélité à la nation, au roi et aux lois. L’assemblée générale des citoyens était constituée uniquement de Français et assimilés. Les Indiens chrétiens s’étaient réunis sur la même place du gouvernement pour présenter au gouverneur un mémorandum qui avait recueilli plusieurs signatures. Ils demandèrent à être considérés aussi comme citoyens français et à être toujours protégés comme par le passé. Le Gouverneur accepta de les traiter en citoyens français et les encouragea à apporter toute l’aide nécessaire quand l’occasion se présenterait.

5Le 2 mars, l’assemblée générale des citoyens se réunit à nouveau. Durant cette réunion, les citoyens français décidèrent de faire parvenir à Paris leurs justes réclamations. L’assemblée a choisi à cet effet trois délégués et préparé six memoranda. Le premier de ces memoranda expose la situation des citoyens français dans l’Inde à la date du 26 février 1790. Le second demande le droit d’élire deux représentants à l’Assemblée Nationale. Le troisième traite des avantages et de la nécessité du commerce dans l’Inde. Le quatrième réclame la liberté de commerce comme étant le seul moyen de relever la colonie. Le cinquième demande de mettre fin à la tutelle de l’Ile de France et de restaurer Pondichéry dans son statut de chef-lieu et place forte. Le sixième passe en revue la question des alliances avec les princes indiens. Ce sont de véritables cahiers de doléances à retardement, conservés aux Archives nationales, rue des Francs Bourgeois à Paris.

6A ces mémoires étaient jointes sous le numéro 7 quelques réponses aux objections éventuelles. On y trouve cette phrase qui est encore d’actualité pour tous les Français à l’étranger :

« la Nation, en autorisant les Français à venir s’établir dans ses possessions dans l’Inde, y a sanctionné leur existence et a pris avec eux l’engagement qui, pour être tacite n’en est pas moins valide, de les protéger, de les soutenir, de les avouer, et par conséquent de les faire jouir de tous les droits dont doivent jouir toutes les portions de la Nation. »

7Les Indiens, y compris les hindous, envoyèrent alors une délégation à l’assemblée générale des citoyens avec la requête de les considérer aussi comme membres de l’auguste corps national de Pondichéry. Le président de cette Assemblée exprima son plaisir à propos de leur présence, les remercia pour leur longue patience et leur dit : « nous vous acceptons parmi nous et nous vous demandons toute l’aide pour la cause publique chaque fois que l’occasion s’en présentera ». Ils furent autorisés à présenter un mémorandum à l’Assemblée Nationale française et leur mémorandum, daté du 11 mars, fut emporté en France par les délégués avec les memoranda de la population française. Dans ce mémorandum, les Indiens rappellent la longue histoire de leurs liens avec la France, expriment avec beaucoup d’éloquence leur attachement à la France. Pour ce qui est des revendications, ils reprennent sommairement le contenu des memoranda des colons. Ils y glissent habilement ce qui leur tient le plus à cœur, c’est-à-dire leur admission à l’Assemblée des citoyens de Pondichéry. Ce mémorandum est en langue tamoule, il est accompagné d’une traduction française. C’est un document intéressant, exprimant de façon officielle les sentiments et les aspirations de la population indienne à ce moment et aussi le souvenir qu’ils ont gardé de leur histoire commune avec les Français. Ce mémorandum est reproduit en annexe.

8Les émissaires de Pondichéry furent acceptés par l’Assemblée Nationale en qualité de députés de l’Inde. Leurs mémoires furent pris en compte. A l’exception de la tutelle de l’Ile de France, toutes les revendications des colons furent satisfaites. De son côté l’assemblée nationale a déclaré que les colonies faisaient partie de l’empire français et qu’elle désirait les faire bénéficier des fruits de l’heureuse régénération qui s’opérait dans le pays. Chaque colonie fut autorisée à faire connaître son vœu sur la constitution qui lui convenait (8 et 28 mars 1790).

9La Révolution se répandit aussi aux autres comptoirs. Alors qu’elle fut calme à Pondichéry et Karikal et que les citoyens ont travaillé de concert avec les autorités établies, elle fut plus turbulente dans les autres comptoirs. Le calme revint petit à petit. Mais les autres comptoirs voulaient se soustraire à l’autorité de Pondichéry et correspondre directement avec la Métropole. L’assemblée des citoyens de Pondichéry estima qu’une administration indépendante dans chaque comptoir serait contraire à la Constitution et causerait des désordres et que les comptoirs séparés de Pondichéry seraient trop faibles.

10Elle décida, le 5 juillet 1791, de se constituer en une assemblée coloniale qui comporterait des représentants des autres comptoirs et aurait tous les pouvoirs délégués par l’Assemblée Nationale par son ordonnance du 28 mars 1790. Cette assemblée coloniale représentative des Établissements français dans l’Inde devait être composée de 21 membres : Pondichéry-15, Chandernagor-3, les autres comptoirs un chacun. Cette répartition était basée sur l’importance de la population européenne uniquement. C’est le premier essai de réunion des représentants des citoyens de tous les comptoirs en un seul corps. Jusque là, il y avait seulement un lien purement officiel du gouverneur avec chaque chef de comptoir. Mais cet effort de rassemblement fut un fiasco. Mahé n’envoya pas de représentant et Chandernagor refusa de le faire.

11L’assemblée générale des citoyens avait mis en place un comité de citoyens pour assurer la continuité de la tâche. Parmi les objectifs qui ont reçu l’attention de ce comité, il y avait la réforme du corps municipal. Alors, on reçut de France le 17 août 1790 le règlement daté du 14 décembre 1789 concernant les municipalités. A la réunion suivante du comité, un orateur colon se fit l’avocat de la participation des Indiens dans le nouveau corps municipal. Ce ne fut pas admis par la majorité des citoyens. Cependant, après la réunion de l’assemblée générale du 24 avril 1790, le président appela Thirouvengada Pillai, le chef de la communauté indienne, et deux autres Indiens pour les informer de l’intention de former un corps municipal et leur demander d’inviter les Indiens à élire des députés qui seraient les porte-parole de la communauté indienne. Mais le 6 septembre 1790, le nouveau corps municipal fut créé sans aucune participation indienne. Même les topas, qui avaient été admis à l’assemblée des citoyens depuis le début, furent exclus, ce qui souleva des protestations de leur part.

12La question des qualifications pour être électeur et éligible donna lieu à beaucoup de controverses. C’était une question d’autant plus difficile qu’elle était loin d’être résolue même en France. Le comité préféra laisser à l’Assemblée Nationale le soin de décider de la question de la citoyenneté et envoya une dépêche en France à cet effet. Il craignait cependant que l’Assemblée Nationale optât pour la parité entre Français et Indiens. Aussi souligna-t-il la grande différence entre les différentes catégories de la population de Pondichéry. Le bateau était à peine parti que les Indiens voulurent connaître le contenu de la dépêche envoyée en ce qui les concernait. Le comité refusa de le dévoiler, ce qui poussa les Indiens à penser que les propositions ne leur étaient pas favorables et causa leur mécontentement.

13L’Assemblée Nationale considéra la question pour l’ensemble des colonies et décida que tous ceux nés de père et mère libres auraient les droits de citoyens. Les députés coloniaux, y compris ceux de l’Inde, se retirèrent de l’assemblée constituante, et menacèrent de se donner à une puissance coloniale étrangère. L’assemblée fut contrainte de faire machine arrière et autorisa le 28 septembre 1791 les assemblées coloniales à se prononcer sur la situation des personnes non libres et les droits politiques des hommes de couleur dans chaque colonie

14Le 1er août 1791, les membres qui représentaient déjà Pondichéry à l’Assemblée Nationale furent élus à la nouvelle Assemblée Législative en France. Quand il fut connu que les membres de l’Assemblée Nationale qui avaient voté la Constitution ne pouvaient pas être élus à l’Assemblée législative, deux nouveaux membres furent élus par les citoyens français et assimilés en mars 1792 pour l’Assemblée Législative.

15L’assemblée coloniale commença à prescrire les règles pour les élections en vue de son renouvellement. Le 9 novembre 1792, la liste des électeurs était établie et les topas y étaient aussi inclus à condition qu’ils soient capables d’écrire et de parler français, les autres conditions étant similaires à celles applicables aux Français. En ce qui concernait les Indiens il était prévu que l’assemblée était tenue de s’adjoindre quatre représentants des Indiens, seulement quand elle traiterait d’affaires les regardant et non pour les affaires relatives à la gestion du territoire. A côté des 21 membres européens il n’y aurait donc que 4 Indiens avec un rôle purement consultatif, même pour les affaires les concernant. Toutefois l’événement a son importance car c’est la première fois que les Indiens sont admis à s’exprimer devant un corps élu de facture française.

16L’assemblée coloniale se mit ardemment à l’œuvre pour prendre des mesures de réforme dans l’esprit de la Révolution. La plus importante est celle concernant les esclaves. Le 1er octobre 1792, elle se prononça pour l’interdiction du commerce des esclaves. Le 2 octobre, elle ordonna le recensement des esclaves : chaque propriétaire était tenu de présenter son titre de propriété avant le 31 octobre ; passé ce délai tout esclave non déclaré serait reconnu comme libre.

17Le 30 mars 1793, des nouvelles de France annoncèrent la suspension du roi et la proclamation de la République. Une vague d’enthousiasme, de fraternité soufflait dans la ville. A la nouvelle de chaque évènement important les gens s’embrassaient. Deux enfants français furent baptisés sous le nom de « Pondichéry ». Abandonnant les formules de révérence alambiquées de l’Ancien Régime pour s’adresser aux autorités, on a commencé par écrire « citoyen gouverneur », « citoyen juge », etc... Au bout d’une semaine, le 9 avril, les Mahanattars (les notables indiens) vinrent à l’assemblée coloniale pour présenter leurs félicitations et exprimer leur bonheur de vivre sous le drapeau français, libres du despotisme auquel les Indiens étaient soumis sous le joug britannique. Il ne fut pas question de leur représentation politique.

18L’assemblée coloniale reprit son travail de réforme avec plus d’ardeur. Elle décida que toutes les fonctions publiques, y compris celles de juges, seraient exercées par des agents élus par les citoyens actifs.

19Avant que les mesures édictées par l’Assemblée coloniale puissent être mises en vigueur, la ville fut assiégée par les Anglais, le 12 juillet 1793. Après une brève défense elle capitula le 24 août 1793 ; les rêves des uns et des autres s’effondrèrent. Il y eut une lueur d’espoir avec le traité d’Amiens selon lequel les Anglais devaient rendre Pondichéry, mais avant que les Français puissent en prendre possession il y a eu rupture du traité. Sous l’administration britannique la ville s’est vidée. En 1796 on ne comptait plus que 2000 habitants dont 800 Européens. Contrairement aux Hollandais, les Anglais n’ont pas cherché à développer Pondichéry ; ils savaient qu’un jour il fallait la rendre. Ce jour s’est fait attendre.

20Il est intéressant de constater que deux questions qui se poseront constamment avec acuité par la suite se sont manifestées dès que la démocratie a fait son apparition à Pondichéry. Ce sont celles de la représentation politique des diverses catégories de la population et des rapports entre les comptoirs.

II. Actes de révolte des Indiens

21Les nouvelles de la Révolution française et la fièvre politique qui s’était emparée de la population française eut un impact considérable sur la population indienne. Malgré des efforts répétés, elle ne réussit pas à faire prévaloir ses droits. Des assurances ont été données dans des moments d’enthousiasme mais elles ne furent pas respectées. Ceci a créé chez la population indienne une frustration qui s’est manifestée par des actes de révolte.

22Au décès de Tirouvengada Pillai, le gouverneur avait nommé le fils de ce dernier, âgé de 14 ans, comme chef de la communauté indienne, le 13 février 1791. Cette nomination créa un malaise ; elle fut mal ressentie par Belvindra Pillai qui aspirait à ce poste et aussi par la communauté chrétienne qui soutenait sa candidature. Ils élevèrent des protestations et firent valoir que la nomination avait été prise sans consulter les Mahanattars. Le gouverneur, furieux, leur répondit que la nomination du chef des Indiens était sa prérogative exclusive et leur enjoignit de ne plus se permettre de telles protestations à l’avenir.

23Le 6 mars 1791, hindous et chrétiens se réunirent en grand nombre sur la place près de la porte de Villianour. Toutes les boutiques furent fermées. Le gouverneur envoya des émissaires mais ne put rien savoir des motifs de cet attroupement. Excédé par cet événement sans précédent, le Gouvernement fit fermer les quatre portes de la ville ; les bâtiments importants officiels furent placés sous la protection de l’armée, mise en état d’alerte. Le gouverneur, accompagné d’autres officiers, vint sur les lieux et demanda quel était l’objet de cette réunion de masse. Les hindous dirent simplement qu’il y avait eu un appel par voie d’affichage, demandant à chacun de venir à cette réunion. Les chrétiens ne dirent rien. Le gouverneur leur dit que s’ils avaient un sujet quelconque de plainte, ils devaient faire une requête par écrit, que le fait d’avoir causé un tel désordre était répréhensible, qu’il le tolérait pour cette fois et que, si cela devait se renouveler, il aurait alors recours à l’armée pour disperser le rassemblement. Il les invita alors à envoyer des représentants de toutes les castes à sa résidence.

24Le jour suivant, quand les représentants rencontrèrent le gouverneur, Belvindra Pillai parla en leur nom avec beaucoup de conviction et vigueur. Il avait le soutien complet des chrétiens et des hindous des castes de la main gauche. Il faisait figure de premier politicien indien au sens moderne du terme. Il avançait l’idée d’un comité de citoyens indien et d’un corps municipal indien analogue aux corps français similaires pour s’occuper des intérêts des Indiens. Ce n’était pas du goût des Européens, qui demandèrent au gouverneur de proclamer la loi martiale, étant donné que la réunion du 6 mars avait un caractère séditieux. Le gouverneur ne suivit pas ce conseil mais ne tint aucun compte des aspirations clairement exprimées par la communauté indienne en faveur des pratiques démocratiques qui commençaient à s’installer dans la communauté française.

25Deuxième manifestation, cette fois par les militaires. Le matin du 25 avril 1791, 300 cipayes, après avoir déposé leurs armes, sortirent du fort et se réunirent près de Villichetti Chavadi. Le gouverneur, accompagné de deux Européens et de deux Indiens, vint leur demander les raisons de leur désertion. Ils se plaignirent que leur commandant avait l’habitude de les attacher et de les battre pour des peccadilles et qu’il faisait de leur vie une vie d’enfer par des actes quotidiens de dureté. Il leur aurait été agréable d’être traités selon les règles du roi et non selon les caprices et la cruauté de leur commandant. Ils n’avaient pas signé un document par lequel ils auraient consenti à devenir des esclaves. Ils ne serviraient plus dans l’armée, à moins que le commandant en exercice ne soit relevé de ses fonctions ; ils le dirent avec une grande détermination. Le gouverneur leur fit valoir que le commandant ne pouvait être relevé sans un ordre de la France, qu’il y avait une grande faute de leur part d’avoir quitté le fort et qu’ils auraient dû rédiger leurs griefs pour qu’il puisse prendre les mesures appropriées. Les cipayes confièrent en conséquence à des représentants le soin de rédiger leurs griefs.

26Le 28 avril, à l’instance du gouverneur, quelques officiers et d’autres cipayes rencontrèrent les déserteurs et les persuadèrent de revenir dans leurs baraquements, en leur donnant l’assurance qu’aucune mesure disciplinaire ne serait prise contre eux. Les paroles de paix finirent par l’emporter. Les cipayes retournèrent dans leurs baraquements. On leur demanda alors de se réunir avec leurs officiers sur la place du gouvernement. Le gouverneur amena le commandant, assura les cipayes qu’ils seraient traités de manière convenable à l’avenir. Il leva son épée et leur demanda si cela était acceptable pour eux. Les cipayes répondirent positivement et répétèrent trois fois : « Vive le Roi ». Le commandant à son tour leur dit alors que tout ce qui avait été fait par lui l’avait été dans l’intérêt du roi et non par méchanceté, qu’il les considérait comme ses enfants et ses amis. Il leur demanda de le considérer comme leur maître et ami et les assura que, dans l’avenir, ils les traiterait avec bonté. Il en fit le serment en levant son épée et leur demanda s’ils étaient satisfaits. Ils approuvèrent. On leur demanda de réitérer leur accord en langue ourdoue, ce qu’ils firent. La réunion se termina par : « Vive le Roi ».

27La dernière et la pire révolte des citoyens indiens de Pondichéry durant la Révolution française eut lieu le 22 juillet 1791. Elle éclata à la suite d’un ordre de l’Assemblée Nationale et de la proclamation royale qui l’accompagnait, enregistrés par le Conseil supérieur de Pondichéry le 19 juillet 1791 en vue de leur mise en exécution. En vertu de cet ordre, une somme de 23.000 roupies avec intérêts devait être récupérée de Arumpathai Sonachalam pour être versée à un certain Nalla Thambira. Ce dernier avait intéressé à son cas un colon en lui promettant une commission sur la somme à recouvrer. Des démarches furent effectuées pour saisir les propriétés de Arumbatthai Sonachalam et les vendre aux enchères.

28Les Mahanattars firent valoir aux autorités que Arumbathai Sonachalam avait consenti un prêt à la Compagnie de 246.024 roupies, que ce montant énorme lui était toujours dû et que, donc, l’adjudication devait être reportée jusqu’à ce que lui-même fût payé de ce qu’on lui devait. On ne tint pas compte de leur avis et il fut procédé à la vente. Cela causa l’indignation dans la population indienne. Quand, le 22 dans l’après-midi, les dernières formalités de la vente étaient en voie d’accomplissement, les boutiques furent fermées et la foule se rassembla sur le lieu de la vente. Le juge civil prit son épée et le colon intéressé, qui était présent, arracha le fusil d’un cipaye et tous deux commencèrent à frapper et à chasser la foule. Celle-ci, devenue furieuse, les attaqua eux et les autres magistrats et les pourchassa jusqu’à leur maison en leur jetant des pierres. Seul le colon se débrouilla pour trouver rapidement un refuge dans la pagode de Kalatheeswaran. Quand le gouverneur fut mis au courant de ces faits, toutes les portes de la ville furent fermées. Il réunit l’armée et se dirigea vers le lieu de l’incident où les Indiens étaient assemblés. Il ordonna aux soldats d’utiliser seulement des balles à blanc, juste pour effrayer la population. Les colons, de leur côté, armés de fusils, d’épées et de bâtons, arrivèrent furieux, par groupes à travers les rues, attaquant sans discernement tous les Indiens qu’ils rencontraient et démolissant les portes de leurs maisons. Une partie de l’armée, sous les ordres de Vernicours, s’avança vers le sud de la ville pour disperser la foule qui s’y était amassée. Un Indien qui s’enfuyait, apeuré, fut pourchassé et tué avec une baïonnette. Tous les Indiens présents sans exception furent arrêtés et jetés en prison. La vente fut achevée le 23 en présence du gouverneur lui-même. Le 25, une enquête fut conduite pour identifier les personnes qui avaient troublé cette vente et elles furent emprisonnées. La loi martiale fut appliquée strictement le 31.

29Plus tard, l’assemblée coloniale demanda à ses représentants en France d’intervenir auprès des autorités à Paris pour aboutir à une solution de l’affaire de dettes de la Compagnie, compte tenu des conséquences désastreuses pour les créanciers qui ont eu confiance en la Compagnie. L’Assemblée coloniale décida aussi de subvenir aux besoins de la famille de Arumbathai Sonachalam. De son côté, le Conseil supérieur exonéra Ponnaya Pillai, l’héritier de Sonachalam, et les autres Indiens du chef d’accusation de rébellion.

30Ces quelques évènements montrent clairement que les idées de la Révolution française se sont infiltrées rapidement parmi la population indienne. Mais le gouverneur a fait la sourde oreille à ses aspirations. Alors qu’une nouvelle façon de dialoguer plus efficace entre le gouverneur et les Indiens était nécessaire, il est malheureux de constater que même le vieux mécanisme ne fonctionnait plus. Le chef de la communauté indienne, âgé de 14 ans, a brillé par son absence au cours de tous les évènements importants. Le seul moment où il retint l’attention du public fut celui de son fastueux mariage, le 8 juillet 1791, tout de suite après sa nomination. Dans ces conditions, les Indiens, travaillés par l’esprit révolutionnaire, ont commencé à utiliser des nouvelles formes de protestation, soit des rassemblements de masse et manifestations pour revendiquer leurs droits et affirmer leurs opinions. C’est en rupture avec la tradition. Auparavant quand ils n’étaient pas satisfaits du traitement qui leur était infligé par le gouverneur français, ils quittaient la ville ou menaçaient de le faire. Avec le vent de la Révolution, ils se considéraient comme ayant acquis droit de cité. C’est un tournant dans l’histoire politique de la ville.

31Les Européens et les Indiens avaient vécu séparés les uns des autres, n’ayant entre eux que des relations d’argent. La Révolution a modifié les esprits ; les Indiens ont recherché une association avec les Français dans l’exercice du pouvoir accordé au peuple. La colonie française était tiraillée entre les principes révolutionnaires au nom desquels elle voulait exercer le pouvoir et son propre intérêt à ne pas le partager avec les Indiens, et c’est le dernier qui l’a emporté. La communauté française a accaparé à son profit la Révolution. La communauté indienne qui entendait aussi en profiter n’avait pas désarmé. Le conflit fut interrompu par l’irruption de l’ennemi commun, les Anglais.

Annexes

Annexe

Mémoire des Malabars (traduit du tamoul)

C’est avec tout le respect possible et avec une entière confiance que nous, Malabars et habitants de Pondichéry, prenons la liberté de faire nos très humbles représentations à cet illustre et vénérable Corps. Nous ne saurions exprimer le transport de joie que nous ressentons à la nouvelle de la réforme inattendue faite en faveur de l’humanité. Elle nous encourage et nous porte entièrement à nous mettre sous vos auspices. Nous ne voulons pas vous ennuyer aujourd’hui par un long détail de tout ce que nous aurons à vous dire. Nous ne vous exposerons dans ce moment que ce que nous croyons de plus pressé.

Il y a plus de cent ans que nous habitons sous l’ombre du Pavillon blanc. Nous ne nous mêlions d’autre chose que de ce qui regardait nos cultures et nos commerces. Une longue habitude de vivre sous le doux gouvernement français a transformé notre cœur en celui de Français. Nous envisageons le roi de France comme le nôtre. La couleur, l’habit, la langue et certaines lois civiles de nos tribus étaient les seules différences entre les Français et nous. Notre cœur était si attaché et si uni à cette nation que son bonheur faisait le nôtre. Les malheurs arrivés aux Français dans les différentes occasions nous ont aussi accablés de douleurs ; ces malheurs, au lieu de ralentir cet amour, l’augmentaient de plus en plus.

En 1761, nos maisons ruinées de fond en comble, nos biens pillés, tout misérables et dispersés que nous étions, nous ne faisions d’autres vœux, nous n’avions d’autre désir que celui de revoir notre chère nation. Nous pouvions bien nous établir dans d’autres cités et colonies des Indes, mais non, notre cœur rejetait constamment avec horreur cette idée affligeante. Nos compatriotes et même nos propres parents tournaient en dérision un attachement si opiniâtre en nous, nous n’en faisions qu’avaler à longs traits le calice d’amertume.

Au retour de la nation en 1764, notre cœur épanoui de joie, nous chantions l’éloge de la nation. Nous attendions la même exaltation de Pondichéry. Mais hélas ! notre ville retombe une seconde fois dans l’abaissement. C’était l’époque terrible de notre détresse inexprimable ; une continuelle frayeur nous accablait ; nous étions nuits et jours dans une désolation affreuse, nous fuyions les Anglais, nous fuyions Bahder tour à tour. Nous n’avions d’autre refuge que de nous retirer au bord de la mer, pour que nos femmes et nos enfants puissent trouver le moyen de conserver leur honneur en abandonnant leur vie à la merci des flots. C’est l’état déplorable où nous nous trouvions pendant plus de deux ans. Nous aurions encore bien d’autres détails affligeants à vous dire, le temps nous presse.

Une nouvelle entreprise résolue en 1782 nous a promis monts et merveilles de la part de l’armée de MM. Duchemin et Bussy. Tout fut réduit en fumée.

Si la nation s’était dans tous temps comportée ici comme font quelques colonies européennes, il n’y aurait à attendre ni gloire ni humiliation. Aucune puissance de l’Europe ne tournerait leurs armes contre cette ville, les habitants vivraient toujours dans une situation égale et tranquille, comme les heureux habitants de Trinquebar ; mais non, le sort a voulu tout autrement.

L’illustre Dumas et le célèbre Dupleix, deux instruments glorieux ont mis le fondement de l’agrandissement de la nation dans l’Inde. Ils ont été honorés du titre de nabab et de mansobdar. La ville de Pondichéry a servi longtemps d’asile à des illustres infortunés. Ce temps heureux est donc évanoui comme un songe ? Comment est-ce donc que cette cité qui était naguère si brillante soit tombée dans l’opprobre ? La reine des nations est-elle donc devenue semblable à une veuve destituée de tous secours ? Comment se peut-il que l’on ait perdu son éclat, que sa vive couleur soit changée ?

Comment donc que la nation française reconnue pour la plus brave des nations fut contrainte de succomber si souvent dans l’Inde ?

M. De Lally descendit à Pondichéry avec une armée formidable ; il était brave, la mésintelligence a gâté tout. Les provinces que nous possédions dans ce temps pouvaient fournir pour soutenir une armée plus grande que celle de M. De Lally, si on avait su en profiter.

Nos ennemis qui étaient jaloux de notre agrandissement étaient faibles, un seul coup de main les aurait terrassés ; cependant par une politique prudente et consommée, ils ont mis au néant toute notre bravoure.

L’armée française qui s’était emparée de Goudelour en 1782, aidée par les armées de Bahder était redoutable. Mais bientôt, elle s’était réduite à rien. Oserons-nous dire que ce malheur était la suite d’une conduite mal entendue ?

Enfin le mal est arrivé, ce qui est fait est fait. Nous attendions quelqu’autre événement heureux qui puisse réparer les fautes passées et remettre la ville dans son ancienne splendeur.

Tout à l’imprévu, il y eut un ordre d’évacuer Pondichéry, le commandant obéit à cet ordre, laissant la ville dans une consternation perpétuelle. C’est aujourd’hui que nous pouvons dire en toute vérité que nous sommes entre l’enclume et le marteau.

La guerre est allumée entre deux puissances dans l’Inde, nous nous imaginons que cette partie de l’Inde va bientôt être le théâtre d’une tragédie sanglante. Notre ville sans défense sera en proie dans le conflit de deux armées. En attendant ce temps de désolation nous sommes déjà harcelés honteusement par les almadars et par les juncannaires du nabab. Ils défendent l’entrée des vivres à Pondichéry ; ils imposent des droits arbitraires à leur fantaisie ; surtout l’arrogance et la hauteur avec laquelle ils nous commandent, révoltent les gens les plus modérés, nous sommes obligés de présenter nos joues à celui qui veut les frapper et il nous couvre d’injures. Sans la sagesse et la prudence politique du gouvernement actuel, nous nous trouverions engagés dans la catastrophe la plus embarrassante.

Vous voyez bien, Messieurs, ce qu’un citoyen dont le cœur est sensible doit sentir et ce que nous en sentons effectivement. Il est à conclure enfin que l’honneur et l’intérêt de la nation demandent le rétablissement de Pondichéry dans son ancien éclat. Ce n’est pas à nous à insister sur cet article à une nation dont la délicatesse sur le point d’honneur est parfaite. Ce point d’honneur n’exige-t-il pas de nous montrer (sic) et de nous remettre dans la même splendeur dont nous sommes privés ? Nous présumons que toutes les puissances européennes et indiennes et tout l’univers attendent de prononcer un arrêt définitif de notre exaltation ou de notre humiliation fixe et permanente.

Faisons voir à toute la terre notre courage et notre valeur, portons nos vues aussi loin que nous pourrons et autant que la justice nous permettra. Ne pensons pas aux dépenses que demanderait cette entreprise honorable ; nous en aurons au-delà de notre attente, pourvu que l’administration des affaires soit réglée prudemment.

Il est à discuter ici fort brièvement sur l’article de commerce. La nation anglaise, qui a été très faible dans le commencement, est actuellement très puissante ; elle qui a des possessions immenses, qui en aura encore dans l’Inde n’a pas négligé les affaires de commerce ; des vues de son étendue sur ces deux objets... dans lesquels elle prospère également. Pourquoi n’en ferions-nous pas autant ? Ne sommes-nous pas au moins aussi belliqueux et aussi riches qu’eux ? Dirons-nous que l’industrie nous manque ?

Notre intention n’est pas d’exciter une guerre injuste : la sagesse et la probité dont nos voisins font gloire, leur feront voir que notre plainte est fondée. L’union et la paix qu’ils désirent conserver entre eux et nous et leur propre intérêt les engageront sans doute à nous rendre notre part sans litige.

Si l’illustre Assemblée Nationale trouve notre discours hardi, elle sait aussi que c’est le langage de l’attachement et de l’amour pour elle. Que ce sont des enfants apprentis qui n’ont pas une connaissance parfaite de la valeur des termes d’une langue étrangère.

Quant à ce qui nous regarde particulièrement dans les circonstances actuelles, nous demandons instamment de confirmer notre réception comme faisant membre de l’Assemblée des citoyens de Pondichéry. Nous ne saurions exprimer la bonté et la douceur avec lesquelles nous avons été accueillis dans ce vénérable Corps, tant par M. le président que par d’autres illustres personnes qui le composent. (mis en gras par l’auteur)

Nous espérons, d’un autre côté, que vous ne manquerez pas d’envoyer avec célérité quelques troupes, aussi bien qu’un ordre pour achever les fortifications.

Cette précaution nous paraît très nécessaire à tout évènement. Il peut arriver une rupture à l’imprévu entre les couronnes. Que feront pour lors les habitants de Pondichéry ? La ville mal fortifiée, sans troupes, sans armes, sans munitions, ils seraient contraints de se livrer à la merci du vent qui souffle avec impétuosité.

Après ces précautions prises pour la sûreté de Pondichéry il serait absolument nécessaire de travailler à établir de bonnes lois concernant le commerce. La première règle fondamentale est de rendre le commerce libre. Il fut un temps à Pondichéry où tous les habitants eurent cette liberté : c’est alors qu’on y a vu une affluence extraordinaire de négociants, que l’émulation, l’honneur et l’intérêt ont engagé à sortir d’un état d’engourdissement où ils se trouvaient dans le temps de la Compagnie. Il ne serait pas nécessaire de dire que le grand commerce enrichit l’État.

Voilà, Messieurs, ce que nous avons cru le plus nécessaire à vous dire dans cette présente occasion, en attendant de vous faire un récit plus long et plus détaillé dans la suite. Nous espérons avec une confiance ferme et constante que vos bontés et bienveillances vous porteront à écouter favorablement nos très humbles et très respectueuses salutations.

A Pondichéry, le 11 mars 1790.

Signés par les députés de l’Assemblée des citoyens malabars de Pondichéry.

Nainate

Paranjoty

Maridas

Nida Rajapa

Nallatamby Belvendren

Appasamy

Sourassamy Abraham

Ponnaya

Pounnapachitty

Xavéry

M. E. Moutayen

Souncou Sechachelou

Anandou1

Vencatapaty

Notes

1 La lettre du CIDIF, No 24, p. 65 et suivantes. Original aux Archives nationales, rue des Francs Bourgeois, Paris.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/ifp/docannexe/image/3017/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 194k

© Institut Français de Pondichéry, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search