Version classiqueVersion mobile

L’intermède français en Inde

 | 
David Annoussamy

1re Partie : Évolution Politique

Chapitre 2. Expansion manquée

Texte intégral

I. Début d’une nouvelle ère

1Le gouverneur Dumas arrive à Pondichéry en tant que gouverneur en 1735. Il acquiert, le 27 juillet 1738, la dépendance de Karikal, la forteresse de Carclanchéry avec 5 aldées qui en dépendent, vendues par le roi de Tanjore avec l’approbation de Chanda Sahib alors navab des terres de Tanjore et de Trichinapoly.

2Il s’attelle à la tâche de résoudre la question de la frappe de monnaie. Les pièces ou les lingots apportés de France, pour avoir cours dans le pays, doivent être transformées en roupies, frappées à la Monnaie du Mogol à Alamparavé ou à Arcot moyennant un droit de frappe élevé. Dumas obtient le 17 août 1736 un firman du Grand Mogol lui octroyant le droit de frapper à Pondichéry des roupies (monnaie d’argent). Ces pièces doivent avoir le même taux que celles d’Arcot et porter les mêmes inscriptions. Mais ce droit de frappe, outre qu’il procure à la Compagnie une importante source de revenus, augmente l’indépendance de Pondichéry.

3En 1740 se produit un événement qui montre un changement de rapport de forces entre les princes indiens et la Compagnie. Quand le nabab du Carnatic et un de ses fils ont été tués dans une bataille livrée par les Mahrattes, son deuxième fils et son beau-frère Chanda Sahib confient leur famille à la protection des Français. Le général mahratte écrit à Dumas une lettre le sommant de lui livrer la famille avec les éléphants, chevaux et trésors et le menaçant des pires conséquences en cas de refus. Il le presse aussi de payer le tribut dû depuis 40 ans. Dumas répond avec courage et détermination. Il réfute la prétention au tribut, disant qu’il n’en a jamais été question. Il oppose une fin de non recevoir en ce qui concerne les réfugiés et exprime sa décision de défendre la place jusqu’à la dernière extrémité :

  • 1 Citation de Marguerite V. Labernardie dans Le Vieux Pondichéry, 1673-1815, Imprimerie moderne, Pon (...)

« Il n’est pas dans le caractère français d’abandonner des femmes, des enfants pour les voir impitoyablement massacrer. Vous qui êtes Seigneur rempli de bravoure et de générosité, que penseriez-vous de moi si j’étais capable de commettre une pareille bassesse ? La femme et le fils de Chanda Sahib sont à Pondichéry sous la protection du Roi, mon maître ; tout ce qu’il y a de Français dans l’Inde perdrait plutôt la vie que de vous les livrer. »1

4Les Mahrattes appuyèrent leurs menaces de quelques actes militaires. Un détachement de 8.000 cavaliers vint camper à Archivak. Alors, toute la colonie française se mit sur pied de guerre. Une partie des équipages des bateaux en rade fut également réquisitionnée. Un officier mahratte qui vint pour un pourparler en vue d’obtenir satisfaction fut impressionné par la détermination des Français et leur solide état de défense. Leur avant-garde ayant été décimée par les boulets du fort d’Ariancoupom, ils finirent par se retirer. Ils furent par la suite défaits par les forces d’obédience mogole.

5En récompense, Dumas reçut du Grand Mogol plusieurs villages dans les environs de Pondichéry qui rapportaient des revenus de conséquence. Il reçut de plus la dignité de nabab et le titre de mansebdar qui lui permettait de garder en temps de paix 2.000 cavaliers auprès de lui. Dumas eut l’idée lumineuse de demander que ces titres ne lui soient pas personnels et qu’ils soient transmissibles à ses successeurs. Demande agréée. Ainsi le gouverneur de Pondichéry se trouva dans les liens d’une double vassalité. C’est la réalisation d’une certaine façon du condominium dont ont rêvé certains au moment du transfert plus tard.

6Pondichéry acquit de plus la réputation de terre d’asile. Elle eut plus tard une autre occasion de le prouver quand les nationalistes indiens, dont Baradi et Sri Aurobindo, au début du 20e siècle se réfugièrent à Pondichéry et que les demandes réitérées des Anglais de les livrer furent rejetées.

II. Succès et revers de Dupleix

7Dupleix fut nommé gouverneur de Pondichéry en 1742. Les premières années de son gouvernement furent paisibles et la ville vivait dans la prospérité. Mais en 1746 Pondichéry fut entraînée dans la tourmente des évènements mondiaux et indiens.

8La guerre de la succession d’Autriche déclarée le 15 mars 1744 fut le signal des hostilités entre La France et l’Angleterre en Inde. L’escadre française commandée par Mahé de La Bourdonnais attaqua la ville de Madras le 16 septembre 1746. Les forces envoyées de Pondichéry tenaillaient aussi la ville. Les Anglais ayant vite jugé qu’une résistance était inutile eurent la sagesse de se rendre dès le 21. Mais par la suite ils sollicitèrent l’aide du nabab d’Arcot pour les délivrer.

9Sur l’instigation des Anglais, le nabab d’Arcot faisait grief aux Français de ne lui avoir pas remis Madras conquis. Les troupes du nabab vinrent camper près de Madras. Elles furent dispersées par les forces françaises à Adyar. Cette victoire fut un important événement militaire. Les Français au nombre de 500 ont défait une armée de 3000 hommes. Cela a eu un double effet : la réputation militaire des Français retentit dans toute l’Inde ; Dupleix de son côté acquit la conviction que les troupes bien entraînées pourraient faire des miracles avec la supériorité de la puissance de feu dont disposaient les Européens. Finie donc l’époque d’humiliations et de tribut.

10Madras resta entre les mains des Français et fut subordonnée à Pondichéry pendant 30 mois. Après la perte de Madras, les Anglais transportèrent leur capitale à Cuddalore. Dupleix fit quatre essais pour s’en emparer mais ce fut en vain. Les Anglais firent à leur tour, en vain, le siège de Pondichéry en 1748. Après cette résistance victorieuse, l’empereur de l’Inde récompensa Dupleix en lui conférant le titre de Khan-Mansoubdar-Navab-Muzaffer-Singh-Bahadour avec le sceau correspondant. Sur les conseils de Bussy, il laissa le titre de nabab à Motiz Ali, beau-frère de Chanda Sahib en précisant que c’était une délégation. Là-dessus survint le traité d’Aix-la-Chapelle en vertu duquel Madras fut rendu aux Anglais.

11En 1749 se produit un événement important dans la carrière de Dupleix qui aura des conséquences dans la politique de la France par la suite. Il est sollicité par deux princes musulmans, Chanda Sahib et Mouzaffer Singh qui se jugeaient injustement dépossédés de leur droit respectivement de nabab du Carnatic et de soubab du Deccan. Dupleix y voit une bonne occasion d’entrer en action. La première rencontre à Ambour (3 août 1749) donne la victoire à ces princes soutenus par les forces françaises. Le roi de Tanjore qui avait pris parti pour le camp adverse fut défait le 31 décembre par les Français. Il paie de fortes sommes d’argent aux forces victorieuses et donne en plus à la France plusieurs aldées autour de Karikal. Le 1er septembre 1750, Mohamed Ali, le rival de Chanda Sahib, est vaincu entre Tirouvadigai et Cuddalore permettant à l’allié des Français de reprendre ses droits à la nababie du Carnatic. Le 11 septembre de la même année, Bussy prend d’assaut le fort de Gingy, jusque là réputé imprenable. La bataille décisive a lieu dans la nuit du 15 décembre1750 à Véllimedoupettai, non loin de Gingy où Nazir Jung, soubab du Deccan, avait pris position. Les Français avec une petite armée attaquèrent les forces beaucoup plus importantes du soubab. Celui-ci, étonné, charge ses généraux de repousser « cette folle équipée de Français ivres ». Mais Nazir Jung est trahi et assassiné. Muzafar Jung, l’allié des Français, est proclamé soubab du Deccan.

12Il vient en personne à Pondichéry avec toute sa suite pour remercier Dupleix. La ville est en liesse, c’est le plus grand jour qu’elle ait connu. Muzafar Jung veut nommer Dupleix nabab des terres du Sud, de la Krishna au cap Comorin, mais celui-ci décline l’offre et fait octroyer le titre à Chanda Sahib. Lui-même se contente des insignes de l’ordre du Poisson, une dignité fort enviée de l’empire, et des revenus à titre personnel du district de Vajdaour. Le roi de France entérine ce droit et le récompense à son tour en le nommant marquis de Vajdaour. La France reçoit trente aldées autour de Bahour, des terres autour de Mazulipatnam et Divy pouvant rapporter des revenus importants. Dupleix obtient de Chanda Sahib le contrôle de quelques places fortes comme Gingy, Alamparavai, etc. La France est sur le point de pouvoir contrôler tout le commerce de la région.

  • 2 A. Martineau, La politique de Dupleix. Pondichéry, Société de l’histoire de l’Inde française, 1927 (...)

13Mais la guerre continuait dans le Carnatic. Dupleix s’était lancé dans cette aventure sans obtenir l’aval préalable de la Compagnie, qui lui demande des explications et lui rappelle sa fonction primordiale de commerce. Il éprouve le besoin de justifier ses actions auprès de la Compagnie française. Il conçoit en même temps l’idée naïve de pouvoir résoudre le problème en persuadant la Compagnie anglaise de son intérêt de cesser les hostilités. Alors il imagine une démarche surprenante : adresser une lettre à Saunders,2 alors gouverneur anglais de Madras, justifiant sa politique et ses actions militaires et envoyer un duplicata de la lettre à la Compagnie d’Angleterre par l’intermédiaire de celle de France, qui étaient en fait les véritables destinataires.

14Cette lettre du 16 février 1752, de 98 pages, est une lettre récapitulative de la correspondance entre les deux gouverneurs. Il relate les événements dans le sud de l’Inde depuis 1749 pour prouver que la conduite tenue par Saunders n’était point selon les lois prescrites par les souverains respectifs des deux nations. La lettre est étayée de nombreux documents dont il se déclare prêt à exhiber les originaux. Il lui reproche de faire tout son possible pour anéantir les établissements français, de susciter des troubles et des ravages dans le Carnatic, d’entretenir Mohamed Ali dans sa rébellion contre ses maîtres, d’avoir attiré encore une fois les Mahrattes dans le Carnatic. Il rappelle aussi les services rendus aux Anglais par les Français en maintes occasions. Des phrases comme celles qui suivent sont directement à l’usage de la Compagnie anglaise :

  • 3 Idem p. 96.

« La misère des peuples ne vous touche guère, au contraire vous cherchez à l’augmenter et vous n’êtes préoccupé que des moyens d’y parvenir. Vous n’êtes pas plus frappé de la perte considérable en hommes que ces troubles occasionnent à l’état d’Angleterre ; vous oubliez le commerce et le crédit de votre nation et vous faites vos efforts pour les anéantir tandis qu’il n’a tenu qu’à vous de les rétablir sur l’ancien pied. »3

15Cette lettre eut l’effet inverse auprès de la compagnie d’Angleterre puisqu’elle a donné des instructions le 24 janvier 1753 à Saunders de contrecarrer énergiquement les entreprises de Dupleix. En voici un extrait :

  • 4 Idem p. V.

« Nous avons de temps à autre placé sous les yeux de Sa Majesté vos avis en ce qui concerne vos rapports avec les Français et nous avons mis en telle lumière les prétentions et les agissements de M. Dupleix que nous espérons le convaincre qu’il nous sera impossible d’exercer notre commerce et même de conserver un pouce de terrain à la côte Coromandel si l’on ne met pas obstacle à ses agissements. »4

16Cette lettre n’a pas convaincu la compagnie française non plus. Elle préférait la paix plutôt que les conquêtes. Entre temps, une coalition formidable se forme contre Dupleix et Chanda Sahib, comprenant les Anglais, Mohamed Ali, le roi de Tanjore, le prince de Mysore et un chef mahratte. L’armée française capitule à Trichinapoly (1752). Chanda Sahib est pris. Son rival, Mohamed Ali, est proclamé nabab du Carnatic à sa place par les Anglais ; Dupleix essaye de gagner à lui le prince de Mysore, le nabab de Vellore et le chef Mahratte. Ce fut en vain, la coalition est finalement victorieuse en 1753.

17Tant que les opérations de guerre se soldaient par des victoires procurant argent et territoires, le reproche à Dupleix de mener une politique de guerre plutôt que de s’intéresser au commerce de la Compagnie était tamisé. Après la série de revers, le mouvement d’opinion en France contre Dupleix s’intensifie et il est finalement destitué.

18Godeheu prend en charge les fonctions de Commissaire du roi et de commandant général des Établissements avec mission de vérifier la gestion de Dupleix, sur qui pesait le soupçon d’avoir détourné à son profit les revenus de la Compagnie. On a voulu quand même épargner à Dupleix l’humiliation et on lui a suggéré de dire qu’il partait en congé sur sa demande. Dupleix n’accepta pas la proposition et prit le bateau le 15 octobre 1754, sûr de faire prévaloir ses vues et de récupérer ses avances de fonds à la Compagnie. Il n’a rencontré que des déboires.

III. La pensée politique de Dupleix

19Les vues de Dupleix sont originales pour l’époque ; elles constituent les premiers linéaments importants de la politique coloniale. Heureusement, nous en avons un exposé complet et systématique dans son mémoire à la Compagnie daté du 16 octobre 1753. La Compagnie, dont le but premier est de réaliser des profits de commerce, s’inquiétait de la politique de conquête de Dupleix et des dépenses qu’elle entraînait. Dupleix s’applique à démontrer avec des faits à l’appui que son choix est le meilleur et expose en détail ses vues pour justifier ses actions. Ce ne sont pas des considérations d’un penseur politique tranquillement installé à son bureau dans la capitale. Ce sont des convictions d’un homme de terrain confronté journellement aux difficultés de toutes sortes.

20En effet, Dupleix était au service de la Compagnie depuis 1722, d’abord comme conseiller à Pondichéry, puis comme directeur au Bengale. Il a beaucoup réfléchi sur les buts de la Compagnie et sur les résultats obtenus. Il a également étudié les affaires des autres compagnies, les causes de leurs succès et de leurs pertes. Il a acquis une bonne connaissance de l’Inde et appris les langues des régions où il a travaillé. Il a réagi aux événements avec les moyens dont il disposait et avec son flair. De cette riche expérience s’est esquissée dans sa tête une politique différente de celle de la Compagnie, qui s’est de plus en plus précisée. Il sollicitait des forces supplémentaires pour parachever son entreprise. Mais quand ce mémoire parvint à la Compagnie, celle-ci avait déjà décidé de sa destitution et Godeheu, qui devait enquêter sur son administration et le remplacer, était déjà embarqué.

21Même si la lettre était parvenue plus tôt, il n’est pas sûr que cela ait changé la décision de la Compagnie. Les vues de Dupleix étaient trop éloignées de celles de la Compagnie alors. Mais par la suite la couronne de France les fit siennes. Puisqu’elles sont à la base des visées coloniales, bien que le mot ne soit pas encore prononcé, il est intéressant d’analyser l’exposé de la politique de Dupleix tel qu’il est dévoilé dans son mémoire.

22Dès le début il expose ses vues en résumé :

  • 5 Idem p. 99.

« La diversité des sentiments dans lesquels je vois que sont mes compatriotes et même les personnes chargées de la régie de la Compagnie des Indes, sur ce qui se passe dans l’Inde, m’oblige à mettre au jour des vérités qu’une longue expérience m’a présentées et dont je vais faire voir l’évidence ; ces vérités sont :
Que toute Compagnie de commerce, quelle qu’elle soit, ne peut se soutenir par le simple bénéfice de son commerce, qu’il lui faut un revenu fixe et assuré, surtout lorsqu’elle a des grands établissements à soutenir.
Que toute Compagnie doit éviter autant qu’il lui est possible l’export des matières d’or et d’argent. »5

23La deuxième proposition est bien connue pour qu’il soit besoin de s’y arrêter. Il est étonnant que, dans leur compétition de commerce aux Indes, les nations européennes aient pour quelque temps oublié cette vérité. Il convient de souligner que Dupleix, tout en accordant la prééminence aux intérêts de la France, envisage la question d’un point de vue européen.

  • 6 Idem p. 129.

« Je crois pouvoir dire qu’il serait bien à désirer qu’on ne les (or et argent) porte ni chez nos voisins ni dans l’Inde et que s’il y avait quelque avantage à espérer de ces transports ce serait de les porter chez nos voisins, puisque par d’autres canaux il en reviendrait quelques parties dans le royaume au lieu que le transporter aux Indes et la Chine occasionne une vraie perte pour l’Europe entière. »6

24La première proposition, qui est le fruit de son expérience et de ses réflexions, mérite une présentation plus ample, pour ceux qui n’auraient pas accès au document, lequel mérite une étude approfondie pour qui s’intéresse à l’histoire coloniale. La première constatation de Dupleix c’est que les comptoirs exigus ne sont pas rentables ; l’agrandissement du comptoir diminuerait la proportion des frais généraux. Le grand nombre d’établissements donne l’illusion de succès mais ils absorbent les capitaux.

25En réponse à la demande pressante de ballots en plus grand nombre par la Compagnie il fait remarquer que le commerce des Indes à lui seul n’est pas payant à cause de la concurrence, sans compter les pertes occasionnées par les avanies. Par suite de cette concurrence les prix de vente en Europe tombent et la qualité des produits qu’on se procure dans l’Inde baisse.

26Après avoir passé en revue les vicissitudes des différentes compagnies européennes, il conclut que le bénéfice du seul commerce ne peut suffire à couvrir les frais immenses à supporter et les pertes considérables à essuyer et que tôt ou tard les compagnies qui n’ont que ce bénéfice absorbent entièrement les capitaux. Donc, pour pouvoir soutenir la concurrence avec succès, il faut soit l’exclusivité soit un revenu fixe. Ce terme de revenu fixe revient comme un leitmotiv tout au long du mémoire. Il fait voir comment la Compagnie de Hollande reste prospère en profitant de l’exclusivité du commerce des épices à cette époque.

  • 7 Idem p. 102.

« Ce dernier article qui est le principal une fois entamé par quelqu’autre nation, on verra cette compagnie (hollandaise) tomber dans le plus triste des états et accablée par sa puissance même, puisqu’elle ne pourra plus fournir aux dépenses énormes et inutiles qu’elle a faites jusqu’à présent pour les soutenir. »7

27Or, dans les circonstances où était placée la France, il n’y avait aucune possibilité d’exclusivité. Le deuxième moyen pour avoir un revenu fixe est d’avoir des possessions, toujours à l’exemple de la Hollande. Cela procurerait des revenus des terres et éventuellement le monopole du commerce qui éviterait les inconvénients de la concurrence. Or ce sont les guerres qui donnent des terres soit par occupation soit par les dons des princes locaux qu’on aura aidés dans leurs opérations militaires. Sur ce point, il s’enhardit à donner des leçons à la Compagnie ; il se place à un point de vue qui surplombe les intérêts de la Compagnie ; il espère se faire écouter par le ministre :

  • 8 Idem p. 125.

« L’on a ajouté à cette jalousie des autres nations que toute compagnie de commerce ne doit songer qu’à faire venir des ballots et ne point faire de guerre. Cette raison qui paraît spécieuse et fait le fort de quelques personnes qui n’ont de vues que pour le présent est cependant susceptible de bien de réflexions... la guerre convient à la compagnie, lorsqu’elle lui procure, sans frais de sa part que quelques avances dont elle est remboursée, une consistance qu’elle n’avait jamais eue, à laquelle elle ne devait point s’attendre et qui peut rendre la nôtre la plus puissante de celles qui subsistent en Europe ; un tel point de vue aura lieu de satisfaire pour peu que l’on ne soit pas prévenu contre le bien général de la patrie qui ne trouve pas toujours le zèle que des citoyens lui doivent. »8

28Ces guerres, il ne les recherche pas, il ne les provoque pas. Ce sont les guerres en Europe entre la France et l’Angleterre, les dissensions entre les princes indiens qui l’y entraînent ou lui en donnent l’occasion.

  • 9 Idem p. 131.

« L’on a saisi toutes les occasions qui se sont présentées ; j’eusse été blâmable de n’en point profiter, étant convaincu, comme je le suis, qu’il est absolument nécessaire que notre compagnie ait un revenu qui puisse l’indemniser des frais immenses qu’elle a faits et qu’elle a encore à faire... »9

29Dupleix sait que les revers ont l’effet inverse. Parlant de l’Angleterre, il déclare que la nouvelle de la perte de Madras et du peu de succès de leurs escadres auraient dû diminuer les actions et que cela a été évité parce que :

  • 10 Idem p. 106.

« des gens apostés et toujours prêts à se prêter aux vues du gouvernement les soutinrent... on ne l’a pu attribuer qu’à une politique à laquelle la nation en général se prête dès qu’il est question de soutenir son crédit ou à un aveuglement qui ne laisse point la liberté de faire les réflexions les plus ordinaires. Les gazettes ont soin d’entretenir cet aveuglement. »10

30Donc, Dupleix était parfaitement conscient que ses revers ne recevraient pas le même traitement à Paris. Mais il a confiance en son étoile et dans la puissance militaire française. Il se plaint qu’il n’est pas convenablement aidé par la Compagnie dans sa tâche. Il souligne le mauvais choix des hommes qu’on lui envoie. Il a besoin d’hommes de troupes bien entraînés pour mener à bien sa tâche. Il affirme que si les hommes qui lui ont été envoyés les deux dernières années avaient été pris dans les troupes, tout aurait été terminé et la compagnie jouirait de plus de dix millions de revenus.

31Dupleix donne ensuite le répertoire des acquisitions faites et des revenus qu’elles procurent soit cinq millions qui pourraient être portés à dix. Persuadé d’avoir bien agi, il déclare :

  • 11 Idem p. 132.

« Je ne prétends dans ce projet que l’on peut regarder comme nouveau et digne de l’attention du roi, du ministère et de tous les états du royaume, que le mérite d’avoir procuré à ma patrie, je pourrais dire malgré elle, un bien auquel elle ne pensait pas, et que l’on a même encore bien de la peine à se persuader ; on n’en sera pas cependant convaincu avant peu, ainsi que de la nécessité de conserver un aussi beau fleuron. »11

32En effet, c’est une nouvelle politique que Dupleix instaure et demande à la Compagnie et au roi d’avaliser. Mais à Paris les esprits ne sont pas mûrs pour l’accepter d’emblée. Pourtant très vite elle fait son chemin dans les esprits et les événements vont contraindre la France à la prendre à son compte.

IV. Tentatives postérieures

33La France n’approuva pas le traité de paix signé par Godeheu avec le gouverneur anglais Saunders, le 11 février 1755, en vertu duquel la France se retirerait de la lutte. Le successeur de Godeheu, Duval de Leyrit, se rendit compte que la politique de non intervention préconisée par Godeheu n’était pas praticable et intervint contre les Anglais à Vellore en 1756, un an après le traité de Godeheu. Par ailleurs, la France fut entraînée dans la guerre coloniale par la rivalité des colons anglais et français en Amérique. La lutte reprit dans l’Inde aussi. Les Anglais s’emparèrent de Chandernagor le 23 mars 1757 et le rasèrent. La France était préoccupée par la guerre de Sept ans en Europe à laquelle elle consacrait l’essentiel de ses forces. Cependant elle décida d’envoyer une expédition dans l’Inde sous les ordres de Lally Tollendal, qui s’était distingué sur les champs de bataille en Europe. Il fut nommé Commandant en chef et Commissaire du roi pour toutes les possessions françaises en Orient. C’était un Irlandais catholique émigré en France à cause des persécutions religieuses. Il vouait une haine personnelle aux Anglais et s’est donné pour devise de les éliminer de l’Inde.

34Lally arrive à Pondichéry en 1758. A peine débarqué, il se précipite sur le fort Saint David, à Cuddalore, le prend et le détruit de fond en comble. Puis il marche sur Tanjore mais se voit obligé de lever le siège. Il entreprend son grand projet de s’emparer de Madras. Après deux mois d’escarmouches, quand une escadre anglaise fait apparition devant le port, Lally doit lever le camp. Il est défait à Vandavasi par les forces anglaises. On peut encore trouver un grand canon placé devant le fort aujourd’hui en ruines de cette ville, que les gosses sont fiers de montrer aux rares touristes sous le nom de « canon de Lally ».

35Encouragés par ce succès, les Anglais se dirigent sur Pondichéry ; après 40 jours de siège, Lally se rend aux Anglais (17 janvier 1761). Le gouverneur de Madras, Lord Pigot, un huguenot français émigré en Angleterre, fait raser la ville blanche, les habitants doivent partir. Une dame de la ville a fait constater la démolition de sa maison par un acte notarié du 24 novembre 1775. En voici un extrait :

  • 12 Annuaire des Établissements français dans l’Inde, 1935, p. 78.

« qu’aussitôt après la prise de cette place, les Anglais en ont chassé les habitants sans aucune exception et se sont occupés de la destruction entière d’icelle ; qu’après avoir fait abattre toutes les fortifications et autres bâtiments appartenant à la Compagnie des Indes, ils ont fait réduire en poussière toutes les églises et toutes les maisons des différents particuliers ; que la maison du feu sieur Aubert a subi le même sort ; que les Anglais en ont fait enlever tous les bois de charpente, de menuiserie, portes, fenêtres, ferrures, et généralement tout ce qui a pu être emporté, excepté le gravois, etc. »12

36On n’avait pas assisté à de pareils actes jusque là. Ce sont les Anglais qui ont commencé à Chandernagor, Lally les a imités à Cuddalore, les Anglais se sont dépassés à Pondichéry. On voit que maintenant Français et Anglais agissent comme ils entendent sans se soucier des princes indiens.

37En 1763, avec le traité de Paris, c’est le triomphe de l’Angleterre dans les colonies. Les possessions françaises dans l’Inde furent réduites aux cinq comptoirs. Les Anglais, maîtres des terres avoisinantes, interdisaient tout commerce avec les Comptoirs sous peine de graves sanctions.

38En août 1770, le privilège de la Compagnie est suspendu et par la suite le commerce des Indes déclaré libre. En 1776, le roi prend en charge l’administration directe des comptoirs. Le gouverneur est doublé d’un intendant doté de larges fonctions administratives et financières. Il ne reste plus au gouverneur que l’orientation politique et les relations avec les princes indiens. En la même année le conseil supérieur est reconstitué, déchargé de toute fonction administrative et confiné aux seules fonctions judiciaires.

39Rebondissement de la situation en 1778, la France soutient les colons d’Amérique en révolte. Les comptoirs sont assiégés par les Anglais par représailles et capitulent un à un. La ville de Pondichéry se rend en dernier lieu le 15 octobre 1778.

40Une nouvelle tentative est faite par la France pour reprendre sa place dans l’Inde avec le concours d’Hyder Ali, roi de Mysore, ennemi juré des Anglais. Mais les efforts de l’escadre de Suffren et de l’armée commandée par Bussy, vieilli, n’obtiennent aucun résultat décisif faute de coordination entre eux et avec les princes du pays. Entre temps, la paix est signée à Versailles en 1783 reconnaissant l’indépendance des colonies américaines.

41Quand les Français reprirent possession de Pondichéry le 1er février 1785, en application du traité de Versailles, quelques décisions importantes furent prises en France en ce qui concerne Pondichéry qui furent dures à avaler pour la population. Le conseil supérieur fut supprimé. Pondichéry n’allait plus être une capitale, mais placée sous les ordres du Gouverneur général des établissements français au-delà du cap de Bonne-Espérance, siégeant à Maurice (Ile de France). Elle était réduite au statut d’installation commerciale sans aucune force armée. Une nouvelle Compagnie des Indes orientales était créée avec un droit de monopole sur le commerce en Inde. Ces décisions affectaient directement les strates officielles et commerciales de Pondichéry qui constituaient les deux secteurs d’influence.

42Même dans cette situation désespérée pour la France, Tippou Sultan, fils de Hyder Ali, qui est le dernier grand prince indien à lutter contre les Anglais dans le sud, sollicite l’appui de la France. Le maréchal de Castries écrit au gouverneur en février 1787 d’informer Tippou Sultan du désir du roi de coopérer avec lui pour empêcher que les Anglais ne restent maîtres de l’Inde et de lui demander d’attendre. Tippou Sultan lui envoie des ambassadeurs en juillet pour le presser d’intervenir. Louis XVI compte sur une alliance avec la Hollande avant d’entreprendre une action efficace. Un ultime effort sera envisagé plus tard par Napoléon, mais la défaite d’Aboubakir le persuade d’abandonner ses projets.

43En résumé, au cours de la période qui va du milieu du 17e siècle jusque vers la fin du 18e siècle, l’évolution dans l’Inde et en Europe s’effectue en sens inverse : décomposition politique et stagnation technique dans l’Inde, renforcement de l’État et progrès techniques constants en Europe. Au début, les commerçants européens sont à la merci des caprices des princes indiens, puis victimes des guerres incessantes entre princes indiens et assurant leur propre défense, ensuite auxiliaires recherchés des princes indiens pour leur supériorité militaire tenant à la puissance de feu et à l’entraînement rigoureux. Dans une deuxième phase ce sont les Européens qui prennent des initiatives pour régler le sort des princes indiens, et finalement éliminent l’autorité politique indienne. Tel est le chemin parcouru que ni les uns ni les autres n’ont entrevu au départ.

44Dans ce parcours il y avait deux concurrents, la France et l’Angleterre. Celle-ci l’a emporté. On a beaucoup épilogué en France sur les erreurs et les fautes des uns ou des autres et imaginé l’histoire qui aurait pu être, soit un empire français dans l’Inde méridionale. Des défaillances individuelles, il y en a eu de l’autre côté de la Manche aussi. Les Anglais n’ont pas obtenu que des victoires. L’explication de la suprématie anglaise semble résider ailleurs. Au point de vue art militaire la France était certainement aussi avancée que l’Angleterre sinon plus ; beaucoup de hauts faits d’armes l’ont démontré. Mais celle-ci avait sacrifié son roi et déclaré les droits de l’homme un siècle plus tôt ; elle a instauré un régime démocratique dans lequel triomphaient les intérêts de la bourgeoisie commerçante. De plus, l’Angleterre avait pris de l’avance dans les domaines vitaux d’une nation qui sustentent les opérations militaires : révolution agricole, essor démographique, découvertes techniques. Il y a aussi d’autres facteurs qui ont joué en faveur de l’Angleterre : l’ardeur religieuse des agents de Sa Majesté Très Chrétienne a aliéné les castes élevées de la population indienne alors que, pendant cette période, les Anglais sont restés très discrets sur le chapitre de la religion ; en dernier lieu, la France engageait l’essentiel de ses forces dans les guerres européennes, alors que l’Angleterre n’avait pas le même enjeu en Europe.

Notes

1 Citation de Marguerite V. Labernardie dans Le Vieux Pondichéry, 1673-1815, Imprimerie moderne, Pondichéry, 1936, p. 158.

2 A. Martineau, La politique de Dupleix. Pondichéry, Société de l’histoire de l’Inde française, 1927, p. 1-98.

3 Idem p. 96.

4 Idem p. V.

5 Idem p. 99.

6 Idem p. 129.

7 Idem p. 102.

8 Idem p. 125.

9 Idem p. 131.

10 Idem p. 106.

11 Idem p. 132.

12 Annuaire des Établissements français dans l’Inde, 1935, p. 78.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/ifp/docannexe/image/3014/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 147k

© Institut Français de Pondichéry, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search