Version classiqueVersion mobile

L’intermède français en Inde

 | 
David Annoussamy

1re Partie : Évolution Politique

Chapitre 1. Installation

Texte intégral

I. Pondichéry avant les Français

A. Cadre physique et culturel

1Bien qu’il y ait des rapports et des cartes mentionnant Pondichéry depuis le milieu du 16e siècle, on ne dispose pas de plan de la ville au moment de l’installation des Français, ni d’une description précise. Les premiers Français qui en ont pris possession se sont contentés de formules laconiques : un village selon Bellanger de Lespinay et un hameau de pécheurs selon François Martin. Cependant un document hollandais antérieur en parle comme d’une ville. Je n’ai pas consulté les documents des autres Européens comme les Danois et les Portugais qui ont fréquenté le lieu avant les Français. Mais on connaît assez bien son cadre physique et culturel ainsi que son évolution.

2Elle est située au croisement de la route côtière et de la route de Vajdaour qui mène à Gingy, ville très importante à l’époque. Elle dispose d’une rade foraine adéquate pour la navigation de l’époque. Elle est flanquée d’un fleuve côtier, Sankaraparani, appelé rivière de Gingy ou rivière de Pondichéry, lequel avait un bassin suffisamment étendu et légèrement en pente. À l’époque des crues, ses eaux augmentées par le torrent Vellavari (Ouppar) qui descendait des hauteurs de Gorimédou créaient près de Pondichéry une embouchure assez profonde et large pour la navigation de cette époque. François Martin déclare l’avoir utilisée au début de son arrivée. C’était une embouchure précaire non utilisable dans les années à pluie déficiente. Comme François Martin a détourné les eaux de l’Ouppar pour remplir les douves creusées autour des murailles de Pondichéry qu’il a fait ériger, ce cours d’eau perdit sa force. Par la suite, le Sankaraparani s’est créé une deuxième embouchure plus au sud connue le sous le nom de Sounambar, ce qui a affaibli davantage le débit de l’ancien bras connu maintenant sous le nom de rivière d’Ariancoupom. Ce dernier est devenu ensuite un bras mort, toute l’eau se déversant dans la mer par le Sounambar. Mais ce dernier n’a pas la force de s’ouvrir une embouchure profonde, à cause des barrages établis par les Français à Souttoukény et à Pillaiyarcoupom. Ceci a été complété par le grand barrage de Vidour établi en amont par le gouvernement du Tamilnadou. L’espoir d’un port fluvial naturel est à jamais perdu. On a créé récemment un petit port de pêche artificiel dans le bras mort de la rivière d’Ariancoupom.

3Au point de vue peuplement, les environs de Pondichéry ont été habités depuis les temps préhistoriques, comme le montrent les résultats des fouilles des sites de Souttoukény. On y a trouvé, entre autres, quelques bijoux en or. Le conglomérat découvert a été emporté en France et après traitement, une partie a été placée au Musée Guimet et l’autre partie a été restituée à Pondichéry. Dans l’Antiquité, il y avait un port florissant non loin de l’embouchure de la rivière de Sankaraparani comme l’attestent les fouilles dans le site connu maintenant sous le nom de Arikémédou. Ce port était en liaison avec les pays méditerranéens, notamment Rome. Le long de la rivière il y avait des ateliers travaillant pour l’exportation. Ce port a été actif à l’époque Chola également comme l’indique l’abondance des pièces de monnaie de cette époque qu’on y trouve. A cette même époque deux villes ont prospéré autour de Pondichéry, Bahour et Tiroubouvané avec leurs établissements d’enseignement supérieur, leurs temples où l’on trouve des inscriptions encore en bon état.

4Bellanger de Lespinay, qui est venu à Pondichéry en 1673 se procurer des approvisionnements pour l’armée française bloquée à Mylapore, déclare qu’on y trouvait en peu de temps, facilement et à bon compte, tout ce qu’on voulait. Donc, existence d’agglomérations riches en artisanat et en cultures dans les environs avec un réseau routier convenable. En effet, il y avait tout près Saram, Olandai, Oulgaret, Mouroungapacom, etc., un peu plus loin Ariancoupom, Villenour, Vajdaour, etc. et plus loin encore Tirouvadigai, Tindivanam, Gingy, etc.

B. La ville proprement dite

5En quoi consistait Pondichéry proprement dite, c’est à dire la surface ovale qui constitue à l’heure actuelle la ville à l’intérieur des boulevards, au moment où les Français s’y établirent ? On en est réduit à des conjectures. Pour arriver à un résultat plausible procédons par étapes. D’abord son nom, Poudou-séry, que nous dévoile-t-il ? Le mot séry était utilisé dans l’ancien temps pour désigner une banlieue habitée par une caste déterminée. Il y avait des brahmana-sérys (banlieue des brahmes), des idaya-sérys (banlieue des bergers), etc. L’emplacement réservé à la colonie romaine dans l’antique Madourai s’appelait yavana-séry, les méditerranéens étant appelés du nom générique de yavanas qui dériverait de Ioniens. Ce sens de banlieue habitée par une communauté ne s’applique maintenant que pour les localités habitées par les hors caste, on les appelle para-sérys ou sérys tout court.

6Il semble aussi qu’à certain moment le mot séry désignait toute banlieue sans qu’elle soit l’habitat d’une caste déterminée. C’est ainsi qu’on dit méla-séry, banlieue ouest, Kija séry banlieue est, Poudou-séry, banlieue nouvelle. Donc le nom Poudou-séry semble suggérer qu’il s’agit de la banlieue d’une agglomération préexistante. Quelle serait cette agglomération ?

  • 1 Jouveau Dubreuil G., Revue de l’histoire de l’Inde française, tome VIII, Pondichéry, 1952, p. 146-1 (...)

7Les travaux acharnés de Jouveau Dubreuil nous éclairent sur ce point. Poudou-séry serait le faubourg d’Oulgaret. Sa conclusion est basée sur les inscriptions des pierres qu’on a trouvées dans le site des bâtiments de l’archevêché de Pondichéry. Ces pierres datant du 10e au 15e siècles ont appartenu à un temple dédié à Agastisvra de la ville Kolatounga Chola Nallour alias Oulgaret. Le temple est aussi décrit dans une inscription comme le Kij-koïl, temple est. Pondichéry se trouvant exactement à l’est d’Oulgaret, l’ensemble des inscriptions justifie la conclusion de Jouveau-Dubreuil.1 Nous savons par ailleurs que les environs de Pondichéry ont fait partie du royaume Chola. Il reste encore des temples de l’époque dans les environs de Pondichéry. Il y avait à cette époque beaucoup de Chola Nallours dans le pays. Certains ont changé de nom, d’autres l’ont conservé comme Panda Chola Nallour, non loin de Pondichéry.

  • 2 Mémoires et correspondance du chevalier et du général De La Farelle, Berger Levrault et Cie, Paris, (...)

8D’autre part, le chevalier De La Farelle signale qu’en compagnie du gouverneur Lenoir (1726-1735) il a assisté à une procession coutumière allant de la pagode de Pondichéry à une pagode située à une lieue et demie qu’il appelle pagode principale et dont il ne donne pas le nom. Par ailleurs il parle de la pagode de Villenour à deux lieues.2 Donc la pagode principale pourrait être celle d’Oulgaret. Mais ce qui reste à Oulgaret n’a rien de la pagode superbe dont il parle. Ravages du temps ? On peut donc retenir la conclusion de Jouveau-Dubreuil jusqu’à plus ample informé.

9L’existence d’une pagode à Pondichéry suppose une agglomération humaine d’une certaine importance. Cette importance a dû considérablement varier avec le temps. Les constructions précaires des villes destinées au commerce comme Pondichéry peuvent disparaître facilement. La population de ces villes, la plupart immigrée, a la propension à quitter la ville à la moindre alerte. Elle était montée à des dizaines de milliers sous Lenoir ; elle était tombée à 3000 en 1760 sous Lally pendant le siège. Avant l’installation des Français, les troupes des royaumes de Golconde et de Bijapour avaient déferlé dans la région se livrant à qui mieux mieux aux pillages et aux destructions au milieu du 17e siècle. Donc les Français ont dû trouver Pondichéry dans un piteux état, ce qui expliquerait leur description peu élogieuse.

II. Installation des Français

10Les rois possesseurs de terres dans les régions côtières étaient désireux de voir des Européens fonder des établissements commerciaux qui fournissaient un important débouché à l’industrie textile florissante alors. Ce commerce semble avoir commencé à Pondichéry à partir du milieu du 16e siècle avec une factorerie portugaise. Les Portugais, ayant malencontreusement pris parti du mauvais côté dans une guerre de succession des rois de Gingy, furent forcés de quitter Pondichéry. En 1617, Jean Pépin, de la compagnie de Saint Malo, s’arrêta à Pondichéry ; il fut autorisé par le Nayak de Gingy à y fonder un établissement. Mais la guerre de Trente Ans ayant alors éclaté en Europe, ce projet n’a pas eu de suite. Les Hollandais qui arrivèrent en 1618 en repartirent deux ans après. Les Danois, déjà installés à Porto Novo, furent invités à leur place. Ils y firent commerce, de façon intermittente à cause des guerres, jusqu’au milieu du 17e siècle. Ils ont construit près de l’emplacement actuel de l’Eglise de Notre Dame des Anges une vaste demeure se composant de deux grandes cours entourées de quelques bâtiments avec une grosse tour à un angle.

11En 1670, les Français, déjà installés à Masulipatnam (en Andhra Pradesh), furent invités au nom du sultan de Bijapour à ouvrir une loge commerciale à Pondichéry. Le sultan était devenu depuis une vingtaine d’années, à la suite d’une guerre victorieuse, nominalement maître de la région où se trouve Pondichéry. Mais du fait des troubles dans son royaume son pouvoir ne se faisait guère sentir dans ces terres lointaines. Les gouverneurs des forts de Gingy et de Vallikondapouram étaient virtuellement indépendants et souvent en conflit. Le gouverneur de ce dernier fort, Chir Khan Lodi, impressionné par la victoire éclair de De La Haye à San Thomé, lui proposa d’ouvrir un comptoir dans ses terres. Il souhaitait un peu de concurrence aux marchands hollandais installés à Cuddalore dont il avait à déplorer l’âpreté.

12De La Haye dépêcha Bellanger de Lespinay pour prendre possession de la loge de Pondichéry au nom de la Compagnie des Indes Orientales. Celui-ci avait aussi pour mission de négocier avec Chir Khan pour l’obtention d’argent et de troupes. Il alla le rencontrer à Vallikondapouram, et revint prendre possession de Pondichéry en 1673 au nom de la Compagnie ; François Martin le suivit. Leur mission était d’abord de se procurer hommes, vivres et munitions pour la ville de San Thomé où De La Haye se trouvait assiégé à son tour. Après la capitulation de De La Haye, Bellanger de Lespinay rentra en France et François Martin resta à Pondichéry en charge de l’établissement. Il avait avec lui quelques Français dont le nombre a varié avec le temps. Il eut suffisamment d’hommes pour prendre Vajdaour, alors sous la puissance de Gingy, sur la demande de Chir Khan.

13Ce qui a été concédé par Chir Khan, c’était une loge que François Martin s’emploiera à développer en comptoir ou factorerie, puis en ville. D’après les définitions de l’époque, une loge est une installation commerciale dans un endroit dont on n’a pas la propriété, tandis qu’un comptoir est un territoire dont on a la propriété. La concession faite par Chir Khan n’a jamais été officialisée. C’était un transfert de facto comme on dirait de nos jours. Quand la puissance de ce prince était en train de vaciller, François Martin fit une ultime intervention auprès de lui pour obtenir une cession en due forme « pour assurance de sa dette à la Compagnie ». Le prince se déroba encore une fois, disant qu’il prenait cette affaire sur lui et qu’il ferait le nécessaire par la suite.

14Mais c’étaient des temps troubles : les Mahrattes, nouvelle puissance hindoue venue du Nord-Ouest, semaient la désolation partout où ils passaient et il fallait se garder de leurs attaques. Bien que Chir Khan assurât qu’il n’y avait rien à craindre d’eux, François Martin après avoir consulté « les personnes considérables de la loge » prend des contacts avec Sivaji (le chef Mahratte) et informe son ami Chir Khan de la précaution prise. Son envoyé obtient de Sivaji une lettre en forme de firman à condition que les Français observent une parfaite neutralité. Chir Khan est complètement défait le 6 juillet 1677. François Martin obtient le mois suivant un firman en forme sur ordre de Sivaji pour la sûreté de Pondichéry. Mais ce firman n’était pas explicite sur les droits à payer pour les marchandises. Le gouverneur général mahratte, après négociations et un présent de conséquence, fut d’accord pour délivrer un firman suivant le projet fait par François Martin et conforme à celui que les Hollandais avaient déjà pour Cuddalore. Ce firman fut effectivement délivré le 16 juillet 1680. Cet intéressant document est reproduit en annexe.

15François Martin fut ensuite rappelé à Surate ; il en revint en 1686 avec le titre de « Directeur de la Côte Coromandel, Bengale et lieux du Sud où la compagnie porterait son commerce ». En 1688, François Martin obtient l’autorisation de faire le commerce à Karikal, ville ancienne du delta de la Cavéry, connue dans le pays comme la ville de la poètesse mystique sivaïte, Pounidavadiar, alias Karikal amméar, du 6e siècle. En 1690 est fondé le comptoir de Chandernagor dont le nom original est Chandannagar, « ville-lune », ainsi appelée parce que le fleuve fait en ce lieu une boucle en forme de croissant de lune. En1721, les Français obtiennent la cession d’un terrain à l’embouchure de la rivière de Mahé avec droit d’avoir une garnison. En 1731 un comptoir est créé à Yanaon.

III. Les premier ennuis

  • 3 François Martin, Mémoires, Société de l’histoire des colonies françaises, Paris 1932, Vol. III, p.  (...)

16François Martin eut avis que l’empereur mogol préparait une attaque contre les Mahrattes établis à Gingy dont dépendait à ce moment Pondichéry. Il crut prudent de fortifier la ville. Il obtint de Gingy l’autorisation d’entourer la ville de murailles avec quatre tours aux quatre angles, après de laborieuses négociations et moyennant argent. L’attaque de Gingy par les Maures, bien que non couronnée de succès, a causé des dépenses considérables au prince de Gingy. Celui-ci demanda aux Français de prêter une somme importante ou d’acheter Pondichéry. Ces propositions furent suivies de menaces. Là-dessus intervint la concurrence des Hollandais qui se déclarèrent prêts à acheter Pondichéry. Gingy a déclaré d’abord qu’il donnait la préférence aux Français qui y étaient déjà installés. François Martin hésitait pour la raison qu’après cette vente Gingy n’aurait aucun intérêt à défendre Pondichéry. Il a aussi essayé de faire valoir le firman qui avait été accordé aux Français, mais on n’en fit pas cas. Quand François Martin s’est résolu à accepter l’offre, on augmenta le prix. Il comprit que la cause était perdue et que les Hollandais avaient emporté le marché.3

17Assurés de l’appui de Gingy, les Hollandais débarquèrent à Pondichéry avec des forces importantes le 25 août 1693. La ville, mal fortifiée et disposant de peu d’hommes, capitula le 7 septembre. François Martin fut fait prisonnier et envoyé à Batavia.

18Les Hollandais achetèrent Pondichéry et des terres avoisinantes. Ils en restèrent maîtres jusqu’en 1699. Ils ont effectué beaucoup de travaux ; ils ont consolidé le fort, entouré la ville d’une bonne palissade, et esquissé la forme ovale qu’elle a gardée depuis. Les Hollandais espéraient faire de Pondichéry une base importante pour eux. Ils furent cependant obligés de la rendre à la France à la suite du traité de Ryswick. Alors, il a fallu verser aux Hollandais le prix qu’ils avaient payé aux Mahrattes. Pondichéry est devenue de ce fait propriété de la Compagnie et indirectement du roi de France. La graine de la colonisation était semée.

19Quand François Martin revient comme gouverneur de la ville, son souci majeur, tiré de l’éviction par les Hollandais, sera de faire de Pondichéry une ville forte, à l’abri des aléas de ces temps troublés. Ce sera chose faite à sa mort. L’eau de Vellavari et des autres ruisseaux descendant des collines au nord, sera utilisée pour inonder les fossés autour des murailles. Le fort à la Vauban qu’il édifia devait résister à plusieurs sièges. François Martin remplit sa mission avec zèle, explora les diverses possibilités commerciales, mit en place l’exportation des produits locaux, textiles pour l’essentiel. Il réussit à attirer des négociants en perles et coraux, des tisserands, leur alloua des terrains pour leurs maisons.

20Les Hollandais avaient frappé à Pondichéry des « caches », monnaie de cuivre portant d’un côté la figure de Kâli, de l’autre le nom de Poudouchéry. François Martin reprit cette pratique mais remplaça Kâli par la fleur de lys. Puis il frappa aussi des fanons d’argent avec sur chaque face une fleur de lys. Ces pièces de petite monnaie n’avaient cours qu’à Pondichéry. Puis il passa aux pagodes d’or qui avaient cours sur toute la côte. Il y mit sur une face la figure de Laxmi, comme dans les pagodes frappées ailleurs, pour qu’il n’y ait pas de problème de circulation. Objections de la part du clergé local contre la figure de la divinité hindoue : le clergé porta l’affaire jusqu’à Paris et obtint l’interdiction par ordre du roi. On remplaça Laxmi par la fleur de lys. Par la suite on revint à la figure de Laxmi, utilisée par les Anglais aussi, pour des raisons pratiques. Pondichéry était devenue une ville qui comptait. Lorsque François Martin mourut en 1706, il avait réalisé son rêve. Il avait doté la France d’une colonie et l’Inde d’une nouvelle ville.

IV. Organisation politique

21Le commerce fut le principal mobile de la création de la Compagnie Royale des Indes orientales, fondée par l’édit d’août 1664. Mais les tentatives dans l’Inde et ailleurs ont démontré qu’un appui militaire était souvent nécessaire. Dans le récit de ses voyages, Bernier qui fut médecin d’Aurangzeb avait averti de la rapacité des gouverneurs locaux et de leurs subalternes. Aussi les légistes du 17e siècle ont-ils conçu la Compagnie comme un vassal du roi, avec droit d’avoir des établissements, des troupes, de faire la paix et la guerre. Donc, dès le départ il y avait l’idée d’installation territoriale, d’actions militaires éventuelles en vue de créer, d’agrandir et défendre les établissements. Mais ce devait être limité aux besoins de la protection du commerce et des cargaisons des navires.

22La Compagnie fondée en 1664 fut réunie par l’édit de mai 1719 à la Compagnie d’Occident fondée en 1717, pour constituer la Compagnie des Indes, par lettres patentes de Sa Majesté en forme d’édit. Un édit de juillet 1720 la déclare Compagnie Perpétuelle des Indes. Un édit de juin 1725 vient confirmer les privilèges et concessions accordées à la précédente.

23Dès 1701, l’importance de Pondichéry est reconnue ; elle devient un chef-lieu. La Compagnie, considérant qu’en raison de l’augmentation de l’étendue de son commerce et du nombre des ses établissements le conseil souverain établi à Surate ne suffisait pas à la tâche, en créa un autre indépendant à Pondichéry. Sa juridiction s’étendait aux comptoirs d’Hoogly, Balassore, Cassimbazar, Cabripatnam (sic), Mazulipatnam et tous les autres que la Compagnie pourrait établir dans le royaume du Bengale et le long de la côte Coromandel. Le conseil devait se composer des directeurs généraux de la Compagnie au cas qu’il s’en trouve et, en leur absence, du directeur général du comptoir et des marchands de la Compagnie. En cas d’absence ou d’empêchement légitime, les négociants français capables, de probité, pouvaient être appelés pour les remplacer. D’après les termes de l’édit, les attributions du conseil étaient de rendre la justice, avec cinq membres en matière criminelle et trois en matière civile.

24Mais ce conseil a été appelé à exercer d’autres attributions que celles prévues dans l’édit. Il représentait la Compagnie dans les Indes ; il gouvernait, il administrait en son nom, il faisait toutes les affaires commerciales. Il était investi de l’ensemble des pouvoirs ; il était à la tête de la colonie et imprimait la vie et la direction à tous les membres épars de ce grand corps. Il faisait des règlements et en assurait l’application. Le directeur général du comptoir, qui présidait le conseil, prenait en général le titre de gouverneur. Il était garde des sceaux et commandant des troupes. Il était assisté de conseillers. Les conseillers avaient chacun un département à sa charge : le premier conseiller était juge à la chaudrie, le deuxième commissaire des troupes, le troisième garde-magasin, le quatrième chargé des armements, le cinquième procureur général, etc….

25Le secret exigé par ces attributions a empêché d’y appeler des négociants comme assesseurs, leurs intérêts pouvant être parfois opposés à ceux de la Compagnie. On a alors eu recours à des conseillers en titre payés par la Compagnie. On en a compté jusqu’à 12 avec 12 conseillers adjoints. Les membres du conseil étaient nommés par le secrétaire d’État à la marine en accord avec les directeurs ; ils recevaient l’investiture royale.

26Il n’existe aucun texte permettant une telle extension de pouvoirs du conseil. La pratique qui s’est instaurée a été avalisée par la déclaration du roi du 30 décembre 1772 dont le préambule constate que

  • 4 Arrêts du conseil supérieur de Pondichéry, analysés par Gnanou Diagou, Tome 2, p. 381.

« la Compagnie des Indes a jugé convenable pour le bien de ses affaires, de faire du conseil de justice, un conseil d’administration dans lequel devaient être discutés tous les objets relatifs à son commerce et aux défenses de ses comptoirs. »4

27Bien avant la création du conseil souverain, François Martin tenait toujours conseil avec ses collaborateurs immédiats quand il y avait une décision importante à prendre. Ce devait être une pratique prescrite par la Compagnie dans tous ses établissements.

28Le conseil ne consultait pas les Indiens. Les Indiens influents avaient des relations avec les conseillers pour obtenir d’eux individuellement ou du conseil, des fermes, licences ou des faveurs pour leur commerce. Le directeur général consultait les notables indiens en cas de nécessité et surtout le courtier qu’on appelait doubash, c’est à dire connaissant deux langues. C’était l’intermédiaire entre le gouverneur et la population indienne et il sera considéré plus tard comme le chef des Indiens.

29Les rapports entre le gouverneur et le doubash dépendaient des circonstances, des besoins du gouverneur, de la personnalité respective des deux. Le premier tandem fut De Lespinay et Modéna. Les transactions se bornaient alors à l’achat de vivres et munitions. Ils furent à leur apogée entre Dupleix et Ananda Rangapoullai qui joua un rôle de conseiller. Après le départ de Dupleix, Ananda Rangapoullai fut destitué par son successeur. Il y eut aussi un conflit désastreux entre Hébert et Naniappa. Sur la pression des jésuites, Hébert voulut se débarrasser de Naniappa. Leurs relations s’envenimèrent. Hébert fit condamner Naniappa par le Conseil souverain à cinquante coups de fouet, une amende de 8800 pagodes, à trois ans de prison et au bannissement. La demande de révision du procès n’aboutit pas rapidement. Les biens de Naniappa furent confisqués et vendus. Il n’eut pas à subir la peine de bannissement, étant mort en prison au bout d’un an. Son fils, Gourouvappa, se rendit en France pour obtenir la réhabilitation de son père. Il en appela à la justice du Régent. Le jugement de Hébert fut cassé. Le produit de la vente des biens de son père fut remboursé. Hébert à son tour fut arrêté et interné dans le fort. Gourouvappa fut nommé doubash.

30La France, bien qu’elle ait été invitée instamment à s’installer à Pondichéry, a eu à surmonter bien des épreuves pour asseoir sa présence. La Compagnie a eu néanmoins des satisfactions au point de vue commercial, ce qui était son principal objectif. Les relations avec la population furent faciles sauf sur le chapitre de la religion. Les hindous tenaient à leurs fêtes et processions ; les autorités étaient disposées à les tolérer ; les jésuites, qui disposaient de puissants appuis en France, s’y sont montrés obstinément hostiles. Cela ne facilitait pas la tâche des gouverneurs.

Annexes

Annexe

Traduction du Caoul ou Firman de RAGARNAT PENDIT,
Général pour le Raïa Sivagy, dans le Carnatte.
A la Roïale Compagnie de France établie à Pondichéry.

RAGARNAT PENDIT, Général pour le Raïa Sivagy dans le Carnatte, SALUT : Vitulos Pendit, Brame, & Tanapa, Interprète, sont venus de votre part vers moi me demander un Firman ou Caoul pour l’établissement que vous avez à Pondichéry, & sur la venue des Navires que vous attendez, ce que je leur ai accordé.

Tous les Marchands, Tisserans, Peintres & tous autres qui serviront ladite Compagnie, demeureront libres à Pondichéry, sans qu’ils soient obligés de payer aucun des droits que les Habitants païent au Divan.

La Compagnie pourra faire porter, rapporter, vendre & débiter, toutes sortes de marchandises dans tous les lieux & dépendances du Gouvernement de Gingy, sans qu’aucun Officier du Divan y puisse mettre empêchement. Elle pourra aussi acheter toutes sortes de marchandises du Païs, comme Toiles, Indigo, Salpêtre, Ris, & généralement tout ce que le Païs produit, pour être porté où bon lui semblera sans que les dits Officiers le puissent empêcher.

La Compagnie pourra faire débarquer toutes les marchandises qui lui viendront par mer, sans que l’Avaldar puisse faire ouvrir les balles, coffres ni aucune autre sorte d’emballage, seulement il lui fera permis d’en d’écrire le nombre, & lorsqu’elles se vendront, le dit Avaldar sera appelé pour retirer les droits du Marchand qui les achètera.

La Compagnie pourra faire embarquer toutes ses marchandises dans tel Vaisseau que bon lui semblera, sans que les Officiers du Divan puissent les visiter, ni faire ouvrir aucune balle, coffre & généralement tous autres emballages, seulement la dite Compagnie sera obligée de déclarer de bonne foi, la quantité & qualité des marchandises suivant ses livres. Les Marchands & autres apartenans à la dite Compagnie, jouiront des mêmes privilèges.

La Compagnie pourra négocier à Portonovo, Tevenepatam, ou Goudoulour ; & généralement dans toute la côte dépendante de Gingy, & les marchandises des dits lieux transportées à Pondichéry, sans que personne y puisse mettre empêchement.

La Compagnie, suivant le présent Caoul, païera un & demi pour cent de toutes les marchandises qu’elle fera embarquer, & celle qu’elle fera débarquer lorsqu’elles se vendront. Les Marchands païeront le même ; pendant l’espace de cinq années, lesquelles expirées, payera deux & demi pour cent pour toujours, moïennant ce elle est exempte des autres droits comme Paliagars, Talias, Peseurs & généralement de tous.

Répète le dit Caoul, que les Avaldars ou autres Officiers du Divan, ne pourront pour quelque prétexte que ce soit, faire ouvrir aucune balle, coffre ou autre emballage qui s’embarqueront ou débarqueront ; seulement la dite Compagnie déclarera le nombre & qualité des marchandises qu’elle fera embarquer ; & de celle qu’elle fera débarquer, l’Avaldar sera appellé pour retirer les droits du Marchand qui les achetera.

Si quelque Officier du Divan, de quelque qualité qu’il puisse être, achète quelque marchandise de la Compagnie ou de ses Marchands, faute de païement le dit Divan sera obligé de faire païer.

Les gens de la Compagnie demeurans à Pondichéry, pouront aller & venir dans toutes les terres de Gingy, sans que personne y puisse mettre empêchement, ni être visité par aucun Officier du Divan, même des Corps de garde.

La Compagnie pourra prendre à son service le nombre de Lascars & serviteurs qui lui sera nécessaire pour son service.

L’Avaldar ni autre Officier ne pourra empêcher à la dite Compagnie de prendre le nombre de Masoulis, Coullis & autres personnes dont elle aura besoin pour son service en les païant, & pour envoïer les dits Masoulis à bord des Navires toutes & quantes fois qu’elle voudra, sans qu’elle soit obligée d’en demander la permission à aucun Officier.

S’il arrive que quelques serviteurs ou autres dépendants de la Compagnie aïent quelque démélé avec les gens du Divan ou autres sujets de Sivagy, & qu’ils méritent châtiment, la dite Compagnie fera justice, sans qu’aucun Officier du dit Divan en puisse connoître.

Si la Compagnie est volée ou ses Marchands, serviteurs, tant à Pöndichery qu’en autre part de Gingy, le Divan sera obligé de faire satisfaire.

Lorsque les débiteurs de la Compagnie s’enfuiront dans les terres, la dite Compagnie les pourra faire prendre & conduire à Pondichéry, pour les faire païer ; & si quelque Officier du Divan y vouloit mettre empêchement, il en répondra en son propre & privé nom.

Si quelque Bâtiment de la Compagnie ou des gens appartenans à elle, se perd à la côte dépendante de Gingy, la dite Compagnie & les autres Propriétaires pouront retirer tout ce qui leur appartiendra.

Les Marchands de la Compagnie pouront acheter dans toutes les terres qui font sous le gouvernement de Gingy, toutes sortes de marchandises, sans que personne y puisse mettre empêchement.

Si aucun Serviteur ou Esclave de la Compagnie fuit dans les terres, des Tailliars seront obligés de les remettre.

La Compagnie ne pourra empêcher aucun bâtiment de quelque Nation qu’il soit, de mouiller devant Pondichéry ; & si c’est quelqu’un des ennemis de la Compagnie, le Divan la secourra autant qu’il le poura ;

La Compagnie ni autres apartenans à elle, ne pourra faire embarquer aucun esclave pour être porté vendre ailleurs.

Les Marchands de la Compagnie ne paieront pour droit de Vilele-vous que trois quarts de Fanon de chaque quatre-vingt pachvolan des toilles.

Aucune nation comme Anglois, Danois, Portugais, & tous autres, ne pourront négocier à Pondichéry, sans permission de la. Compagnie ; & si quelqu’une des dites Nations venoit mouiller devant le dit Pondichéry, ne pourront débarquer aucune marchandises sans la même permission ; & au cas qu’il leur soit accordé le Divan tiendra les conditions dont la dite Compagnie sera demeurée d’acord.

La Compagnie demeurera en possession de la Maison de Pondichery comme elle l’a été par ci-devant ; & si elle souhaite bâtir ailleurs des Magazins, elle le poura tant à Pondichery, qu’en tous autres lieux dépendans du gouvernement de Gingy.

Le présent Caoul vaudra pour toujours suivant sa teneur. Fait le 15 Juillet 1680.5

Notes

1 Jouveau Dubreuil G., Revue de l’histoire de l’Inde française, tome VIII, Pondichéry, 1952, p. 146-150.

2 Mémoires et correspondance du chevalier et du général De La Farelle, Berger Levrault et Cie, Paris, 1896, p. 673.

3 François Martin, Mémoires, Société de l’histoire des colonies françaises, Paris 1932, Vol. III, p. 322-328.

4 Arrêts du conseil supérieur de Pondichéry, analysés par Gnanou Diagou, Tome 2, p. 381.

5 La lettre du C.I.D.I.F. No 21, Août 1999.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/ifp/docannexe/image/3011/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
URL http://books.openedition.org/ifp/docannexe/image/3011/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 152k

© Institut Français de Pondichéry, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search