Version classiqueVersion mobile

L’intermède français en Inde

 | 
David Annoussamy

Présentation

Texte intégral

1Ce livre, j’y pense depuis longtemps ; j’y pensais chaque fois que je me trouvais en France. Toute personne à qui j’étais présenté, pour établir le contact, se mettait immanquablement à égrener les noms des comptoirs. Certains avaient un trou de mémoire et n’arrivaient pas jusqu’au bout, ce qui est fort excusable. Le souvenir de l’épopée française dans l’Inde est sous-jacent donc dans la conscience collective. Immédiatement après, mon nouvel interlocuteur désirait savoir si l’on parlait encore français dans les comptoirs. Ma réponse invariable était : « On le parle plus qu’avant mais on l’écrit moins ». Cette réponse sibylline le rendait perplexe. Avant que je puisse lui expliquer plus longuement, la conversation tournait sur d’autres sujets. Je me disais qu’il y avait là une curiosité légitime à satisfaire et peut-être à stimuler.

2Cette tâche que je m’étais assignée était reportée d’année en année par d’autres plus pressantes. L’échéance du cinquantenaire du transfert de facto s’est dressée brusquement devant moi. C’est maintenant ou jamais. Le bilan du lien pluriséculaire de la France avec ce coin de l’Inde aurait pu être entrepris au moment du transfert par beaucoup d’historiens français ; mais personne n’a eu l’âme à le faire, ayant le cœur contrit par l’événement sur lequel en revanche on a écrit à profusion. A ce bilan qui reste à faire il faut ajouter maintenant celui du demi siècle de réintégration avec le reste de l’Inde.

3Ayant pas mal lu sur l’histoire des Établissements français dans l’Inde, ayant participé à son histoire pendant environ soixante cinq ans, ayant des souvenirs qui me traversaient la mémoire de temps en temps, je m’imaginais que la tâche serait aisée. Hélas les souvenirs ne sont pas dociles, ils ne se présentent pas à l’appel, ils viennent quand cela leur plaît. Eux que je croyais sûrs, ils n’étaient pas suffisamment nets ; il a fallu les vérifier avec les livres et les documents. J’ai découvert alors qu’il y avait des trous à combler, exigeant des recherches plus poussées. C’était passionnant mais je me rendis compte que l’échéance passerait sans que le livre soit achevé. Je me vis contraint de limiter mes recherches, laissant aux autres le plaisir de les compléter. Le livre dévoile beaucoup de pistes de recherche, chaque chapitre pouvant faire facilement l’objet d’une thèse.

4Un scrupule m’a saisi en cours de route. Est-ce que ce livre est bien nécessaire alors qu’il y en a tant et tant sur Pondichéry ? Je me suis aperçu que je pouvais apporter quand même un supplément utile. Quand le voyageur curieux, rassasié des emplettes, des monuments, des musées, des spectacles, des paysages naturels et humains, se met à se demander pourquoi les choses sont comme elles se trouvent dans ce coin de terre où il a été attiré, il trouvera peut être dans ce livre de quoi satisfaire et parfois attiser sa curiosité. En effet ce livre met l’accent sur les institutions politiques et administratives qui se sont succédées et essaye d’offrir une explication aux événements jusqu’à présent simplement constatés.

5D’une part, ayant été acteur ou témoin proche de bon nombre d’événements, je connaissais des faits qui ne sont pas consignés dans les livres et les documents pouvant être consultés par les chercheurs. Ce livre émaillé de ces souvenirs personnels a donc un double caractère, il se base sur des documents accessibles à tous, il est aussi un témoignage. C’est ce qui fait son originalité bien que cela puisse nuire à son caractère scientifique, dans le sens de vérifiable. Cependant je n’ai pas donné une grande part aux souvenirs ; je n’en ai retenus que les plus significatifs. D’autres plus anecdotiques et qui n’ont pas grande valeur historique ont été omis.

6Pour la commodité de l’exposé, le livre est divisé en deux parties. La première se rapporte à l’évolution politique. La colonisation n’a pas eu son impact ici comme dans d’autres territoires ; elle a pris place non dans un pays neuf mais dans un pays à population dense, de vieille civilisation, avec une organisation sociale fortement établie. Son caractère en a été marqué. Ce que j’ai essayé de mettre en relief c’est le progrès de la démocratie à l’occidentale. Le peuple, qui d’abord n’avait pas voix au chapitre, acquiert progressivement sa participation à la gestion des affaires publiques. Ce ne fut pas une ascension continue, il y eut des périodes de recul. De plus, toutes les couches de la population n’ont pas acquis en même temps les mêmes droits. Ce n’est qu’après la deuxième guerre mondiale que tous sans distinction de race ou de sexe obtiennent les mêmes droits. Toutes les péripéties de cette longue marche sont exposées avec suffisamment de détails.

7D’autre part la décolonisation n’a pas laissé à ce coin de terre la possibilité de devenir indépendant pour pouvoir conserver ce qu’il aurait voulu de son passé colonial et de développer sa personnalité. Elle l’a intégré dans l’Union Indienne, un ensemble colossal qui avait suivi un autre parcours et qui avait acquis une autre physionomie. Quel a été le traumatisme qui s’en est suivi pour la population ? A-t-elle gagné en autonomie ? Ce sont des questions qu’il convenait d’évoquer.

8La deuxième partie est consacrée au droit et à la justice. En un premier temps l’évolution de l’administration de la justice et du droit est retracée. On peut voir comment, à partir du droit hindou, on en est venu au droit anglo-indien après avoir baigné dans le droit français au point d’en être bien imprégné. Le flux et le reflux des lois françaises offrent un champ d’observation où il est possible de déceler ce qui pénètre facilement et ce qui résiste avec succès. Ce droit a en effet laissé des vestiges. Il s’ajoute à ceux laissés par les droits hindou et musulman qui n’ont pas été complètement évincés non plus. La population n’a qu’une idée vague de cette pluralité de lois qui lui offre un choix de lois dans certaines matières importantes ; les fonctionnaires intéressés en sont parfaitement au courant. De plus dans chaque groupe endogamique il y a des personnes de nationalité et de statut personnel différents. Il en résulte de nombreux cas relevant du droit international privé. Les problèmes se résolvent en général à l’amiable sans que les intéressés cherchent à connaître exactement leurs droits. Ils sont délicats à trancher quand par hasard les tribunaux sont saisis soit en France soit en Inde.

9Sur les matières d’intérêt actuel pour la population on peut trouver dans le livre un exposé sommaire mais suffisant pour prendre les décisions correctes au moment propice. On trouvera peut-être rébarbatifs ces chapitres si on se met à les lire d’affilée ; on les trouvera utiles si on les consulte quand l’intérêt s’en révèle. Le vocabulaire technique y a été conservé dans la mesure du nécessaire, et les mots pouvant poser problème ont été expliqués en passant.

10De même dans la partie historique, le vocabulaire de chaque époque a été conservé toutes les fois qu’il était assez aisément compréhensible et cela pour deux raisons. Primo pour ne pas modifier tant soit peu le sens et secundo pour transporter le lecteur dans le passé, ce qui lui procurera du plaisir. D’autre part tout au long du livre certains mots sont employés dans des sens différents pour des raisons pratiques. Ainsi le mot Pondichéry est utilisé dans les sens de la ville, du territoire de Pondichéry ou des établissements français dans l’Inde. Le contexte révèlera facilement le sens attribué au mot sans que cela pose problème.

11C’est un livre qui ne peut pas se lire comme un roman ; il se peut qu’il s’écoule un certain temps entre la lecture de deux chapitres ou qu’on soit tenté de ne pas suivre l’ordre dans lequel ils se présentent ; pour ces raisons j’ai veillé à ce que chaque chapitre se suffise à lui même autant que possible. Cela entraîne nécessairement des redites qui pourraient gêner le lecteur qui parcourt le livre d’affilée. Je sollicite son indulgence.

12En écrivant ce livre, j’avais en vue des publics très différents ; j’ai pris le parti de ne décevoir personne au risque d’ennuyer parfois les autres. Ceux-là connaissent bien la technique de sauter les passages, quitte à y revenir en cas de besoin. Mon premier public, ces sont mes co-citadins, les Pondichériens, établis à Pondichéry ou en France ou ailleurs, qui désirent en savoir plus sur le passé de leur petite patrie, qui cherchent à comprendre pourquoi ils se trouvent là où ils sont et dans la situation qui est la leur. En deuxième lieu les Français, qui n’ont pas oublié les comptoirs, pourront en avoir une meilleure connaissance même si leur curiosité n’est pas assouvie. Les descendants des Indiens installés dans les îles de l’Océan Indien et aux Antilles ne sont pas indifférents au passé et au présent de ce coin de terre qui a vu partir leurs ancêtres, je ne les avais pas oubliés. J’avais constamment à l’esprit les spécialistes : anthropologues du droit, politologues, historiens et juristes des pays d’outre mer, et comparatistes à qui j’ai fourni des données pouvant nourrir leur réflexions.

13Le livre est complété par une chronologie des événements marquants auxquels on peut se rapporter quand on est en train d’étudier un fait pour le placer dans son cadre historique. Une bibliographie sommaire est indiquée pour permettre à ceux qui le veulent de prolonger les recherches ; je n’y ai pas reproduit les livres et revues cités en bas de chaque chapitre, sauf les plus importants. Un index sommaire complète l’ouvrage, pour permettre de trouver le renseignement désiré sur le moment.

14Avant de terminer, je prends plaisir à remercier tous ceux qui m’ont encouragé à mener à bonne fin cette tâche et plus spécialement MM. Jean-Pierre Muller, Charles de Lespinay, Laurent Sermet, Jean-Claude Bonnan, ceux qui m’ont aidé dans mon travail de recherche : M. Doré Siva à Pondichéry, M. Charles Cadoux, M. et Mme Antonin André à Aix-en-Provence et M. Jean Deloche qui a pris soin de préparer les cartes.

15Le 15 Septembre 2004
59, rue Laporte
Pondichéry

© Institut Français de Pondichéry, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search