Version classiqueVersion mobile

La légende de Skanda

 | 
R. Dessigane
, 
P.Z. Pattabiramin

Livre V. Les Tēvar

Texte intégral

1. Voyage à TirupparaṅkuNRam

1Après l’adoration de CivaN, Cevvēḷ quitta Tiruccenti, monté sur son paon. Selon ses instructions, les tēvar et les pūtam le suivirent. La fanfare des troupes, le cri du paon et le chant du coq assourdissaient les oreilles. Le cortège traversa la région montagneuse et arriva à TirupparaṅkuNRam, colline située à l’ouest de Kūṭal (Maturai) (st. 1-22).

2Les six pénitents, fils du sage Parācarar, qui pratiquaient le tavam (tapas) sur cette colline, aperçurent Murukavēḷ. Ils se présentèrent devant lui et le saluèrent. Ils exprimèrent ensuite le désir de le voir résider là-même. Il acquiesça. (st. 23-26).

3L’architecte des dieux y érigea de suite une ville avec de belles rues, de beaux châteaux, des parcs ravissants et un temple magnifique (Voir Pl. XIX Fig. 2). (st. 27-28).

4MurukaN entra dans ce temple et s’installa sur le trône. Puis il donna l’ordre aux tēvar d’aller occuper les châteaux et maisons construits pour eux. (st. 29-31).

5Les fils de ParācaramuNi se prosternèrent devant lui et le vénérèrent. Kumaravēḷ leur enseigna alors les sciences spirituelles, selon la promesse que le dieu à la chevelure rousse (CivaN) leur avait faite autrefois. (st. 32-35).

2. Mariage de TeyvayāNai

6Makapati (IntiraN) voulut marier sa fille Kuñcaram (TeyvayāNai) au dieu armé de javelot (ĀRumukaN), qui lui fit restituer le royaume qu’il avait perdu. Il communiqua son intention à Mālet AyaN qui l’approuvèrent. (st. 1-4).

7Makapati (IntiraN) envoya un émissaire pour ramener sa femme et sa fille qui se trouvaient sur le mont Mēru. Mises au courant de la mort de CūraN et du séjour du victorieux (MurukaN) à TirupparaṅkuNRam, elles quittèrent leur refuge, montées sur l’Airāvatam et arrivèrent à cette colline où elles retrouvèrent avec joie IntiraN et son fils. (st. 5-15).

8L’époux d’Ayirāṇi alla ensuite voir MurukaN et le pria de prendre la main de sa fille, en récompense du bienfait qu’il lui avait rendu. MurukaN accepta son offre. Il lui rappela que sa fille avait fait auparavant une pénitence en vue de devenir son épouse et lui dit que le mariage pouvait être célébré le lendemain même. (st. 16-19).

9IntiraN envoya ses hommes inviter l’empereur MucukuntaN et les autres rois, ainsi que les tēvar et les muNi, à assister au mariage de sa fille avec KantaN. Il ordonna à l’architecte de son monde de construire un salon pour le mariage et des pavillons pour loger les invités et fit faire tous les autres préparatifs. (20-30).

10Jadis AlluRaLmiṭaRRavaN (dieu au cou noir) et Ampikai allèrent se promener un jour dans un bosquet, sur le mont Kayilai. Ils se trouvaient assis au pied d’un arbre Vilvam (crataeva religiosa) lorsqu’un des singes qui se trouvaient sur cet arbre cueillit des feuilles et les jeta sur eux. Cuntari se mit en colère ; mais le Maître l’apaisa. Il fit avoir ensuite la sagesse au singe qui descendit de l’arbre, salua les époux et demanda pardon de son acte. Le Maître lui dit qu’il n’avait commis aucune faute et que le fait par lui d’avoir jeté des feuilles de Vilvam constituait une adoration. Il lui accorda ensuite le don de naître roi dans la dynastie de MaNu et de régner sur tout l’univers. (st. 31-37).

11Le singe exprima alors son désir de le voir tous les jours et de se mettre à son service, au lieu d’être empereur et de posséder des richesses qui ne sont que des choses éphémères. Le dieu le rassura en lui disant qu’il l’accueillerait quand il aurait régné pendant quelque temps sur la terre. (st. 38-40).

12Le singe le pria alors de le faire naître avec son visage de mucu (singe) pour décourager toute sympathie à son égard. AiyaN lui accorda ce don. (st. 41-42).

13Le singe quitta Kayilāyam, alla au monde terrestre et prit naissance, avec son visage de singe, dans la lignée du roi véridique AriccantiraN. Il fut donc appelé MucukuntaN. (st. 43-44).

14Il régna sur un vaste pays dont la capitale fut Karuvūr. Mais il lut subjugué par CūraN. Quand il apprit la mort de ce dernier, il fut heureux et exerça ses pouvoirs librement et sagement. (st. 45 48).

15Les émissaires du chef des célestes allèrent à la cour de MucukuntaN et l’invitèrent au mariage de TeyvayāNai, L’empereur, enchanté, embrassa les émissaires et leur demanda ce qu’ils désiraient obtenir de lui. Ils se contentèrent de lui répondre que son assistance au mariage suffirait pour leur donner toute la joie qu’ils pourraient espérer. Cela dit, ils prirent congé de lui et allèrent voir les autres rois, les muNi, les gardiens des points cardinaux, etc… (st. 49-59).

16MucukuntaN fit annoncer à ses sujets le mariage du dieu porteur de javelot, par son cornac qui alla de suite sur son éléphant dans toutes les rues et exécuta l’ordre du roi, au son du tambour. Toute la population se réjouit de la nouvelle et partit pour TirupparaṅkuNRam. Les uns allèrent dans des chars, d’autres sur des éléphants, beaucoup d’autres à pied. MucukuntaN voyagea dans un char, entouré de ses parents et de ses ministres. Les tēvar et les muNi qui allaient au mariage par la voie aérienne l’aperçurent et jetèrent sur lui des fleurs. (st. 60-95).

17Les invités, hommes et femmes, arrivèrent tous à ParaṅkuNRam. Ils s’installèrent dans des maisons et des tentes dressées à l’occasion du mariage. (st. 96-113).

18La plupart d’entre eux voulurent se divertir. Ils allèrent les uns se promener dans des bosquets, les autres se baigner dans des étangs. Après s’être ainsi égayés, ils rentrèrent à leurs résidences respectives. (st. 114-146).

19Le soleil se coucha. Au bout de quelques instants la lune fit son apparition. Ce fut une occasion pour les gens rassemblés à TirupTirupparaṅkuNRam de se réjouir encore. Ils se livrèrent à diverses sortes de plaisirs et passèrent gaiement la nuit. (st. 147-162).

20L’empereur MucukuntaN et les autres rois firent un tour de la ville, admirèrent sa beauté et allèrent voir le roi des amarar. Les femmes rendirent visite à Pulōmacai et félicitèrent Teyvatavāraṇam (TeyvayāNai). (st. 163-171).

21Les filles célestes préparèrent le bain de TeyvayāNai, l’habillèrent ensuite de riches vêtements et l’ornèrent de beaux bijoux. (st. 172-185).

22Sur la demande de VāNavarkkiRaiyavaN (IntiraN), ViriñcaN (Brahman) lui dit qu’il était l’heure de commencer les cérémonies. Accompagné de Tirumāl, de NāNmukaN et des autres tēvar, PurantaraN (IntiraN) se rendit au temple d’ĀRumukaN et l’invita à venir au salon de noces. Le fiancé sortit du temple, monté sur le paon. Les tēvar et les pūtam l’entourèrent. Le Soleil et la Lune portaient des parasols. Maruttu (Vāyu) et Calapati (VaruṇaN) agitaient des éventails. MaRaḷi (YamaN) marchait, sabre à la main. Des instruments de musique de diverses espèces retentissaient. Les filles célestes chantaient et dansaient. MurukaN fut reçu à la porte du palais nuptial par les muNi et leurs épouses. Intirāṇi, accompagnée de quelques filles célestes, se présenta devant KumaraN, lava ses pieds avec du lait de vache et y plaça des fleurs. Puis elle passa autour de la tête du fiancé un vase contenant de l’eau de safran (pour le préserver des regards malicieux et jaloux). MurukaN entra dans le salon de noces et s’assit sur le siège splendide qui lui était préparé. Les invités, tels que MucukuntaN et les autres rois, le saluèrent et prirent place sur des sièges à eux destinés. (st. 186-212).

23Le dieu et la déesse (CivaN et Umai) arrivèrent. ĀRumukaN les aperçut. Il se leva de son siège, s’avança vers eux et les salua. Tirumāl, NāNmukaN et IntiraN en firent autant. Les parents embrassèrent KumaraN qui les conduisit au salon de noces. Un trône magnifique descendit alors du ciel et se posa dans le salon. CivaN et Umai se placèrent sur ce trône. NāNmukaN exprima sa joie de les voir assister au mariage de leur fils qui venait de sauver les tēvar en exterminant les acurar. Sur l’ordre d’ῙcaN (CivaN) on commença les cérémonies. (st. 213-227).

24IntiraN amena TeyvayāNai au salon du mariage. Nāmakaḷ et Intirai (Ilakkumi) l’accompagnèrent. Les muNi poussèrent des vivats. On fit asseoir TeyvayāNai à côté de MurukaN. Intirāṇi versa de l’eau dans les mains d’IntiraN qui lava les pieds du Maître (MurukaN) et les orna de fleurs. Puis saisissant la main de TeyvayāNai, il la plaça sur celle de MurukaN tout en disant : « Je vous donne ma fille en mariage ». (st. 228-246). (Voir Pl. XX. Fig. 1 et 2).

25NāNmukaN créa par sa pensée un maṅkalanāṇ (cordon de tāli, signe du mariage) et le remit à MurukaN qui l’attacha au cou de TeyvayāNai. Diverses espèces d'instruments de musique retentirent, Les invités se réjouirent. NāNinukaN qui servait d’officiant demanda aux époux de faire le tour du feu sacré qu’il alluma et accomplit ensuite toutes les autres cérémonies afférentes au mariage. Le dieu à la lance brillante se prosterna, avec TeyvayāNai, aux pieds de ses père et mère qui les bénirent. Les tēvar et les muNi présentèrent leurs respects aux époux et leur adressèrent des félicitations. Le mariage étant terminé, le dieu à la gorge noire et Kavuri disparurent. (st. 247-257).

26Māl et les autres tēvar prirent congé de Kumaravēḷ et rentrèrent à leurs demeures respectives. ĀRumukaN, accompagné de TeyvayāNai, quitta le salon de noces (Voir Pl. XXI. Fig. 1) et alla à son temple. MucukuntaN et les autres rois à qui PurantaraN fit cadeau de riches habits et bijoux, retournèrent dans leur pays. MakavāN (IntiraN) resta avec son épouse à TirupparaṅkuNRam pendant quelques jours. (st. 258-268).

3. Retour au monde céleste

27KumaraN voulut que le roi des célestes et les tēvar regagnassent le monde d’or. Il sortit de son temple accompagné de son épouse. Les tēvar et les pūtam poussèrent des exclamations. VaNacamēlavaN (Brahman), MālavaN (Viṣṇu) et Makapati (IntiraN), attirés par ces cris de joie, vinrent auprès de MurukaN. Celui-ci donna l’ordre de lui amener son char. ĀcukaN (Vāyu) l’apprêta aussitôt. ĀRumukaN y monta avec la fille de VācavaN (IntiraN) et quitta TirupparaṅkuNRam, après avoir dit aux tēvar et aux kaṇa de les suivre. Tout le cortège arriva par la voie aérienne à PoNNakar (Amarāvati). (st. 1-8).

28Kumaravēḷ voulut restaurer cette ville. Sur son ordre, l’architecte des tēvar commença immédiatement le travail de la reconstruction. Les murailles d’enceinte, les tours, les châteaux, les palais, les maisons, les bosquets, les étangs furent tous rénovés. Des résidences spéciales furent construites pour IntiraN, Māl et AyaN (NāNmukaN). Un temple magnifique fut érigé pour ĀRumukaN. (st. 19-29).

29Les dieux et les tēvar admirèrent l’œuvre de l’architecte céleste et le félicitèrent. CaṇmukaN lui accorda sa grâce. Il entra dans la ville avec toute sa suite. Il descendit de son char et alla à son temple avec TeyvayāNai. Il fit venir ensuite Alaripputtēḷ (NāNmukaN) et les tēvar et leur ordonna de faire les préparatifs pour le couronnement du roi des célestes. Celui-ci fut couronné. Les tēvar et les muNi le saluèrent et chantèrent ses louanges. (st. 30-41).

30IntiraN alla ensuite au temple du Maître, lui présenta ses respects et témoigna sa gratitude. ĀRumukaN lui accorda sa grâce et invita tous ceux qui s’étaient groupés à rentrer chez eux. (st. 42-43).

31Puis, il rentra lui-même dans son sanctuaire avec son épouse. Le chef des tēvar (IntiraN) retourna à son palais avec Caci (Intirāṇi). Les tēvar reprenant leur ancien train de vie passèrent paisiblement et gaiement leur temps. (44-46).

4. L’arrivée à KantaveRpu

32Après un séjour de quelques jours dans le monde céleste, Cevvēḷ (MurukaN) le quitta pour se rendre au mont KantaveRpu. VētaN (NāNmukaN) et les autres tēvar vinrent le saluer. (st. 1).

33Après avoir conseillé au chef des habitants du ciel (IntiraN) de régner paisiblement sur son pays, il monta avec TeyvayāNai sur le char que conduisit Vīravāku. Suivi de ses guerriers et de ses pūtam, il arriva au mont Kayilai. (st. 2-3).

34Là, il présenta ses respects à MukkaṇvāNavaN (CivaN) et à sa mère. Ceux-ci l’ayant béni, il continua son voyage et atteignit KantaveRpu, où il s’installa avec son épouse et toute sa suite. (st. 4-6).

5. Intirapuri

35Un jour VācavaN (IntiraN) pensa au malheur qu’il eut sous l’influence des avuṇar. Il prit alors en aversion sa vie conjugale avec Caci (Intirāṇi). Il voulut faire des pénitences et obtenir ainsi le bonheur éternel. Curakuru (Prakaspati) le sut. Il chercha à faire revenir IntiraN sur sa décision. (st. 1-7).

36Il alla le voir et lui dit : « O roi ! L’idée des souffrances dont tu as été l’objet de la part du roi des avuṇar (CūrapaNmaN) te pousse à renoncer à ta vie conjugale. Sache que c’est la souffrance qui engendre la délivrance. La loi de la nature impose à tous la vie conjugale. Nul ne peut se passer de la femme. Les muNi, les tēvar et même les Mummūrti n’y ont pas fait exception. D’aucuns disent qu’on peut avoir le bonheur éternel par la répression des sens et par des austérités sévères. Mais où en est la preuve plausible ? Le vrai bonheur est celui qu'on obtient par des rapports qu’on a avec la femme. Elle donne tout. Réfléchis bien avant de prendre une décision. » (st. 8-16).

37Ces paroles bouleversèrent le jugement du roi muni de Kulicam (IntiraN). Il demanda à son guru pourquoi il ne lui avait jamais parlé de la grandeur des femmes et le pria de lui enseigner l’art érotique. (st. 17-18).

38Le guru lui dit que la science de la luxure ne pourrait être enseignée aux gens qu’au moment où ils deviendraient propres à cet effet et ajouta qu’il allait lui en parler, puisqu’il désirait l’apprendre. Il lui dit : « Les religions sont nombreuses, celle qui accorde le plus grand bonheur a pour nom Ulōkāyatam. D’après cette religion les hommes obtiennent sûrement le Paradis et ils l’obtiennent par le truchement des femmes. » Le guru exposa ensuite les règles relatives aux rapports des hommes avec les femmes, notamment celles établies par le Vēḷnūl (MataNanūl, science de l’amour). (st. 19-50).

39Cet enseignement nouveau changea l’idée de PurantaraN. Il déclara à son guru qu’il aimait bien la vie conjugale et qu’il allait jouir de tout le bien que pouvait lui procurer cette vie. (st. 51-52).

40Il fit venir son fils CayantaN, lui confia tous ses pouvoirs et le fit roi du monde céleste. Il s’installa ensuite avec Intirāṇi dans son palais, où il mena une vie de plaisirs. (st. 53-61).

41Un jour CayantaN demanda à son précepteur quelles étaient les causes de la décadence des tēvar et de leurs souffrances de la part de CūraN. Le guru lui dit que leur malheur était dû à leur participation à un sacrifice pratiqué par TakkaN et auquel il n’avait pas invité le dieu incendiaire de Muppuram. CayantaN le pria alors de lui conter l’histoire de TakkaN et de son sacrifice. Le guru commença à lui en parler. (st. 62-66).

© Institut Français de Pondichéry, 1967

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search