Version classiqueVersion mobile

La légende de Skanda

 | 
R. Dessigane
, 
P.Z. Pattabiramin

Livre III. Makēntiram

Texte intégral

1. Vīravāku se rend à KantamātaNam

1Kantavēḷ, siègeant sur son trône, dans son temple, dans la grande ville de Centi, se fit les réflexions suivantes : « Les tēvar et les muNi sont les enfants du Maître (CivaN). Il en est de même des avuṇar. Mais châtier les méchants est une règle de justice. Cependant il n’est pas logique de tuer en même temps CūraN et les siens. Envoyons-lui d’abord un messager. S’il l’écoute et met en liberté les amarar, laissons le vivre. S’il refuse, nous irons le tuer, ce sera la voie de l’équité. » (st. 1-5).

2Le dieu armé de javelot (MurukaN) fit part de son intention à Māl et AyaN, qui l’approuvèrent. Il leur demanda ensuite qui pourrait servir de messager. NāNmukaN lui répondit que Vīravāku était plus qualifié que les autres pour cette mission. Ce dernier, sur l’ordre de son maître, partit pour Vīramakēntiram. IntiraN lui conseilla alors d’aller voir en premier lieu CayantaN et les autres célestes en prison, pour les consoler, et d’accomplir ensuite la mission confiée. (st. 6-14).

3Vīravāku, après avoir avisé ses guerriers du rôle qu’il allait jouer à Vīramakēntiram, se rendit dans la direction du sud et arriva au mont KantamātaNam, à proximité du bord de la mer. Il monta sur son sommet. La montagne ne pouvant plus supporter son poids, s’enfonça dans le sol. Les animaux et les oiseaux qui y vivaient se dispercèrent et se sauvèrent. Les soldats de TārakaN qui s’étaient cachés dans les grottes, après s’être enfuis du champ de bataille à la suite d’une guerre, furent tués. (st. 19-29).

4Vīravāku assuma ensuite une forme gigantesque et extraordinaire. De l’endroit où il se trouvait il put alors voir toutes les villes de la terre, ainsi que la grande cité de CūraN. Il voulut allonger ses bras jusque-là et écraser de ses mains tous les ennemis ; mais pensant à tous ceux qui étaient en prison, il s’en abstint. Sa forme était tellement épouvantable que les cittar et les iyakkar, ainsi que le soleil et la lune s’immobilisèrent. Il leur dit de ne rien craindre et de continuer leurs mouvements. Les tēvar et les muNi jetèrent des fleurs à ses pieds et le vénérèrent, (st. 30-48).

5Vīravāku adora un instant le dieu à six visages. Puis, ne voulant pas conserver sa nouvelle forme, de peur qu’elle cause des malheurs à d’autres êtres, il prit une autre forme plus convenable pour l’éxécution de sa mission et s’éleva en l’air dans la direction de Vīramakēntiram. (st. 49-53).

2. Saut par dessus la mer

6VīraN (Vīravāku) dit au mont KantamātaNam de se relever. Aussitôt il se redressa et reprit sa position normale. (st. 1).

7Du sommet de cette montagne, VīraN s’élança en l’air et fit un bond dans la direction de Vīramakēntiram. L’air déplacé par la vitesse de ce bond, arracha les montagnes qui se précipitèrent derrière lui. Les astres perdirent leurs positions. Les étoiles se détachèrent du ciel et tombèrent dans l’océan. Le soleil et la lune se refroidirent ; la terre se fendit. (st. 2-6).

8Son souffle était tellement chaud qu’il pouvait incendier la ville de CūraN. L’éclat des pierres précieuses dont ses bracelets étaient serties, chassait les ténèbres qui enveloppaient le Nēmiyaṅkuvaṭu (Cakkaravāḷakiri). (st. 7-14).

9Lorsque Vīravāku fit le saut rapide au dessus de la mer, son allure était semblable à celle des flammes qui avaient autrefois jailli de la bouche et de l’œil frontal du Grand (CivaN) et à celle de la flèche qu’il avait lancée. (st. 15-18).

10Vīravāku, en sautant et en traversant ainsi la mer, arriva à proximité de la ville appelée Ilaṅkai, située au nord de la cité de CūraN. Un géant du nom de YāḷimukaN en était le gardien. (st. 19).

3. On VīraciṅkaN est tué

11Quand Vīravāku arriva à Ilaṅkai, YālimukaN n’y était pas. Il était allé voir CūraN. AtivīraN, son fils, gardait la ville en son absence. Il avait placé son commandant d’armée VīracinkaN à la porte nord de la ville. Celui-ci aperçut Vīravāku, qui s’avançait rapidement vers Ilaṅkai. (st. 1-3).

12VīraciṅkaN, suivi de son armée, alla au devant de Vīravāku et l’apostropha en ces termes : « Qui es-tu ? Pourquoi viens-tu en ces lieux où personne n’ose accéder ? Sache que ton courage mal placé te coûtera la vie. » A ces mots Vīravāku lui répondit qu’il se rendait à Vīramakēntiram et qu’à son retour il visiterait Ilaṅkai. Il ajouta que personne ne pouvait aller à l’encontre de son intention. (st. 4-6).

13Cette réponse irrita VīraciṅkaN qui donna aussitôt à son armée l’ordre de le tuer. Les guerriers le cernèrent et l’attaquèrent à coups de javelot, de bâton et de massue. Vīravāku, se servant de son épée tua tous ces guerriers. Les autres avuṇar qui étaient avec VīraciṅkaN, prirent la fuite et se sauvèrent. (st. 7-14).

14VīraciṅkaN était seul. Il devint furieux. Ne pouvant dompter sa colère, il lança un javelot contre son ennemi qui le cassa en deux avec son épée. Il lança alors un kulicam (foudre) qui fut également cassé par Vīravāku. Celui-ci s’élança de suite contre VīraciṅkaN et, sans lui laisser le temps de prendre une autre arme, lui coupa les bras. Il trancha ensuite sa tête qu’il jeta dans la mer. Puis il remit son épée au fourreau et quitta la place, fier de cette première victoire. (st. 15-17).

4. Submersion d’Ilaṅkai

15Vīravāku sauta sur la ville d’Ilaṅkai et atteignit une de ses trois cimes, qui était entre les deux autres. AtivīraN et ses compagnons tremblèrent alors de tout leur corps et tombèrent étourdis sur le sol. La ville elle-même s’est engloutie dans la mer, tel le mont Nākavarai (Mainākam) qui s’est enfoncé dans l’océan de peur d’être touché par le kulicam (vaccirāyutam, foudre) de MakavāN (IntiraN). (st. 1-5).

16Vīravāku fut content de voir Ilaṅkai submergée dans la mer avec tous ses habitants, les avuṇar et leurs femmes. Ces derniers furent attaqués dans l’eau par de gros poissons avec lesquels ils luttèrent de toute leur force. Les femmes furent violemment bousculées, tirées d’un côté par les poissons et de l’autre par leurs maris. Cette situation harcelante affligea beaucoup le groupe des avuṇar. (st. 6-28).

5. Où AtivīraN est tué

17Lorsque la ville d’Ilaṅkai fut engloutie dans la mer, AtivīraN qui en avait alors la garde, s’affola. Il essaya de comprendre comment et par qui Ilaṅkai avait pu subir ce sort ; mais il ne parvint pas à le savoir. (st. 1-8).

18Il se dit alors que son inaction devant un tel malheur ne se justifierait pas et qu’il serait la risée du public qui l’en rendrait responsable. D’autre part, il craignit des punitions sévères, même la mort, de la part de son père et du roi (CūrapaNmaN) qui ne voudraient jamais lui pardonner. Aussi se décida-t-il à aller à la surface de la mer et à tuer celui qui avait osé noyer la ville. (st. 9-14).

19Suivi de son armée, il sortit de l’eau. Il aperçut devant lui Vīravāku. Reconnaissant à son attitude agressive que c’était lui qui avait causé la destruction d’Ilaṅkai, il s’élança contre lui. Un combat terrible eut lieu entre eux. Les soldats d’AtivīraN cernèrent Vīravāku et l’attaquèrent. Beaucoup d’entre eux furent tués par lui. (st. 15-23).

20Leur chef devint furieux. Il lança un javelot sur son ennemi qui le brisa en deux avec son épée. Il lui lança alors une gourde, qui se cogna contre sa poitrine et tomba par terre en mille morceaux. Il envoya ensuite un trident. Vīravāku l’attrappa et le cassa. (st. 24-28).

21Puis, armé d’une épée qu’il prétendait avoir reçue de NāNmukaN, le guerrier d’Ilaṅkai s’approcha de son antagoniste, tout en faisant des moulinets. Il y eut entre eux un combat à l’épée assez long. Enfin Vīravāku réussit à couper d’abord les jambes d’AtivīraN et à trancher ensuite sa tête. (st. 28-37).

6. Départ pour Makēntiram

22Après la mort d’AtivīraN, Vīravāku remit son épée au fourreau et s’éleva en l’air pour se rendre à Vīramakēntiram. Ilaṅkai, qui se trouvait ensevelie dans les eaux de l’océan, se releva et reprit sa position normale. Vīravāku, après avoir parcouru une distance de mille yōcaNai dans l’air, aperçut les hautes murailles et les grandes tours de Makēntiram. (st. 1-7).

23Au seuil du kōpuram nord se trouvaient deux guerriers, KōraN et AtikōraN, qui en étaient les gardiens. Ils avaient sous leurs ordres les quatre sortes d’armée : chars, éléphants, cavaliers et fantassins. Leur vue impressionna Vīravāku qui hésita à y pénétrer. (st. 8-10).

24Il se dit qu’il faudrait plusieurs jours pour vaincre toutes ces armées ; qu’il aurait ensuite à lutter avec les autres troupes des avuṇar, campées à l’intérieur de la ville ; que cette lutte prendrait un temps assez long ; qu’en supposant même qu’il les ait vaincues toutes, par la grâce de Kantavēḷ, il serait obligé d’attaquer les fils et les amis de CūraN qui sont très forts ; que si ces derniers succombaient, CūraN lui-même viendrait en guerre contre lui ; que ce dernier ayant obtenu des dons directement du dieu des dieux (CivaN), ne pourrait être vaincu ; que seul ĀRumuka N pouvait le tuer et qu’en conséquence il serait prudent de ne point pénétrer dans la ville par cette porte. (st. 11-21).

25Après ces réflexions, il changea de direction et alla à la porte Est de la ville. Là, il trouva deux avuṇar, MētikkaṇṇaN (Mahiṣākṣa) et VīrapāNu, en sentinelle avec leurs sabres. Ils avaient également à leurs côtés les quatre sortes d’armée. Vīravāku s’en étonna et, pensant qu’il serait difficile d’entrer dans la ville par cette porte également, il alla à celle du sud. (st. 22-28).

7. Où KayamukaN est tué

26Le nommé MataṅkamāmukaN (KayamukaN) gardait la porte Sud de Vīramakēntiram. Il avait mille têtes d’éléphant, mille trompes et deux mille bras. Il était de caractère violent et ne reculait devant aucun crime. Enclin à la guerre, il regrettait de ne point trouver d’ennemis. Il tuait et mangeait les animaux féroces et sa bouche était toujours couverte de sang. (st. 1-5).

27Ce gardien aperçut au ciel ViraN (Vīravāku) qui y voyageait. Il devint furieux et alla aussitôt devant lui et lui adressa les propos suivants : « Qui es-tu ? Comment as-tu osé venir ici ? Sache que tu ne retourneras pas chez toi. Tu es venu ici comme une gazelle qui pénètrerait dans la grotte d’un lion cruel. Que comptes-tu faire avec ton épée à la main ? Es-tu par hasard un espion d’IntiraN ? Arrête-toi et réponds. Ton destin t’a amené en cet endroit, tel un brin de coton poussé par le vent vers la flamme. Tu ne pourras donc jamais te sauver d’ici. » (st. 6-19).

28Vīravāku répondit par un sourire ; ce qui excita la colère de KayācuraN (KayamukaN). Celui-ci arracha alors une colline et la lança contre Vīravāku. Le rocher se brisa en morceaux, en se cognant contre sa poitrine. Le méchant avuṇaN lui jeta ensuite d’autres collines qui se brisèrent également comme des pots de terre contre un pilier de granit. Il lança alors une gourde, puis des arbres qu’il arracha du sol. Vīravāku les sectionna avec son épée. (st. 20-41).

29Il s’élança ensuite sur son ennemi et lui trancha les mille trompes. KayācuraN leva alors ses bras pour le saisir. Tous ses bras furent aussitôt amputés. Il essaya donc d’attaquer avec ses épaules. Vīravāku ne voulant plus se servir de son épée, lui donna un coup de pied à la poitrine. KayācuraN tomba sur le sol en poussant des cris de détresse et expira. (st. 42-48).

30Les avuṇar qui avaient vu de loin cette scène, accoururent de toutes les directions, pensant que les gens de leur propre race se battaient entre eux. A leur vue Vīravāku se décida à quitter de suite les lieux en assumant une autre forme, car il estimait qu’il aurait à faire une longue guerre avec eux, ce qui retarderait l’accomplissement de sa mission. Il adora donc par la pensée les pieds de son maître, prit la forme d’un atome et alla se poser sur le sommet du kōpuram Est de la ville. (st. 49-55).

8. Entrée dans la ville

31Vīravāku, se trouvant sur le sommet du kōpuram Est de la cité de Makēntiram, vit l’abondance, la prospérité et le luxe de cette cité. Son étonnement fut si grand qu’il ne cessa de faire l’éloge de tout ce qui tombait sous ses yeux. (st. 1-5).

32Il y vit des armées innombrables : des chars considérables, des éléphants en nombre plus grand que les chars, des chevaux plus nombreux que les éléphants et des fantassins dépassant de beaucoup le nombre des cavaliers. Il y avait toutes les richesses qu’on pouvait trouver dans les mille et huit mondes et rien n’y manquait. Vīravāku constata qu’au milieu de toutes ces richesses, dont les habitants jouissaient jusqu’à satiété, seules la vertu, la sincérité et la sympathie faisaient défaut dans cette grande et opulente ville, hors de pair. (st. 6-17).

33Il scruta davantage. Il vit des palais brillants, construits de pierres précieuses. Sur les terrasses les femmes se divertissaient et buvaient de l’alcool. A l’intérieur des palais le roi des eaux (VaruṇaN) lavait le riz qui devait servir au repas. TiyavaN (AkkiNi) le faisait cuire avec de la viande et les filles célestes le servaient aux avuṇar et à leurs épouses. Hommes et femmes se livraient à toutes sortes d’ébats, à tel point qu’on pouvait dire qu’on était dans le royaume de MataN (MaNmataN). (st. 18-30).

34Pour amuser leurs enfants, les mères montaient sur la terrasse de leurs maisons et saisissaient les nuages et les éclairs, qu’elles leur donnaient comme jouets. Elles en faisaient autant avec les chevaux du soleil. Elles cherchaient encore à les contenter et à les calmer par divers autres moyens. Les femmes des tēvar, qui étaient leurs esclaves, les aidaient dans leurs amusements. (st. 31-44).

35Les cinq arbres célestes, la pierre précieuse (Cintāmaṇi) et la vache (KāmatēNu) allaient chez les habitants de cette ville et leur procuraient tout ce qu’ils désiraient. KālōN (Vāyu) balayait les palais. Le rois des océans (VaruṇaN) aspergeait le parquet avec de l’eau parfumée et VeyyōN (Soleil) le séchait. La Kaṅkai (Gange) et la mer d’eau douce se présentaient dans cette ville sous forme d’étangs et de mares et permettaient ainsi aux habitants de se désaltérer et de se baigner à leur aise. Les enfants fréquentaient tous l’école où les attendaient leurs maîtres et s’instruisaient convenablement. (st. 45-64).

36A vrai dire, pour se rendre compte de toute la beauté et la prospérité de cette ville, deux yeux ne suffisent pas et une langue est insuffisante pour en exposer la grandeur. (st. 65-89).

37L’émissaire d’ĀRumukaN (Vīravāku) pensa qu’il faudrait des jours et des jours pour voir tout ce qu’il y avait dans cette grande cité et que cela l’empêcherait d’exécuter promptement l’ordre donné par son maître. Il quitta donc le kōpuram Est et il alla, voyageant toujours en l’air, au milieu de la ville. Il vit successivement les palais de PāNukōpaN, d’AṅkimāmukaN (AkkiNimukaN), d’ĀṭakaN (IraṇiyaN), de Vacciravāku et des trois mille enfants. Puis il arriva au palais de TarumakōpaN et se posa sur son faîte. De là, il aperçut la prison dans laquelle étaient incarcérés le fils de VacavaN (CayantaN) et les curar. (st. 90-99).

9. Lamentation de CayantaN

38CayantaN, appréhendé et mis en prison, était dans la détresse. Les pieds enchaînés, le corps amaigri et l’esprit en proie à des tourments incessants, il détestait son immortalité. Il ressemblait à une statue d’émeraude couverte de poussière. Il tremblait à la vue des avuṇar qui exerçaient sur lui des sévices. Il pensait à ses jours heureux et se demandait s’il pourrait les retrouver. (st. 1-17).

39Quand l’idée de ses parents lui venait à l’esprit, son cœur était meurtri. Il se reprochait de ne pas s’être enfui comme eux. Il poussait de longs soupirs et se lamentait en s’écriant : « La vertu a-t-elle disparu ? L’équité et la justice ont-elles perdu leur sens ? Que sont devenus les maRai ? Que fait-il CivaN, le dieu miséricordieux ?” Il s’attristait en outre de la situation malheureuse des autres tēvar qui étaient emprisonnés avec lui. (st. 18-41).

40Les gardiens de la prison tels que KaṇṭakaN, UtāvakaN, KarāḷaN, MāpalaN, CaṇṭakaN, IcaṅkaN et CaṅkaN entraient dans les salles où se trouvaient CayantaN et les tēvar et leur demandaient, sous menaces de mort, où étaient allés MakavāN (IntiraN) et son épouse. Quand ils répondaient qu’ils n’en savaient rien, ils étaient l’objet d’injures et de violences de leur part. (st, 42-48).

41Les gardiens se servaient même de leurs armes contre eux. Ils les frappaient à coups de gourdes et de sabres. Mais ces armes n’occasionnaient aucune perte de membre ni d’organe, sauf quelque douleur momentanée, lors de l’attaque. (st. 49-52).

42Les avuṇar s’étonnaient de voir que non seulement les prisonniers ne mourraient pas, mais encore n’éprouvaient aucune souffrance de leurs mauvais traitements. Ils se dirent que les châtiments corporels ne produisant aucun effet, il valait mieux les surveiller tout simplement. (st. 53-56).

43Le fils d’IntiraN (CayantaN) ne cessa de se lamenter. S’adressant à Kaṇṇutal, il implorait sa grâce. Il se demandait pourquoi lui qui avait tiré du malheur un éléphant, un oiseau noir, un serpent et même une araignée, ne daignait pas venir à son secours. « O CivaN ! » criait-il. (st. 57-76).

44Enfin, plongé dans la détresse il tomba sur le sol, évanoui. Les amarar qui étaient avec lui éprouvèrent les mêmes douleurs que lui et s’affaissèrent eux aussi à ses côtés, comme les lianes autour d’un banian qui se déracine. (st. 77-81).

10. Le rêve de CayantaN

45Le dieu KumarēcaN (MurukaN) voulut accorder sa grâce à CayantaN et aux autres célestes qui se trouvaient en prison, dans une situation angoissante. Il apparut donc en songe à CayantaN, dans toute sa splendeur, avec ses six visages souriants et ses douze bras munis de toutes ses armes. (st. 1-4).

46Le fils d’IntiraN fut surpris de l’apparition de ce dieu qu’il n’avait jamais vu auparavant. Il le vénéra et lui demanda qui il était. ĀRumukaN lui répondit : « Je suis le fils du dieu orné de guirlande de KoNRai. Touché de ton sort, je suis venu te faire du bien. Sur la prière de ton père, je suis arrivé sur la terre avec mon armée. J’ai anéanti le mont Kiravuñcam et l’acura TārakaN et me suis installé à Centi, avec PiramaN, Mal et ton père. Ta mère se trouve sur le mont Mēru. J’ai envoyé à CūraN un message par l’intermédiaire de Vīravāku. Celui-ci tuera, dans le courant de la journée, un des fils de CūraN et plusieurs autres avuṇar, détruira cette ville (Viramakēntiram) et viendra me rejoindre à Centi. Dès le lendemain je quitterai Centi et viendrai m’installer non loin d’ici. En l’espace de dix jours, je tuerai CūraN et les avuṇar et vous serez tous libérés. Vous reprendrez ensuite votre vie céleste. Sois rassuré et ne crains rien. » (st. 5-12).

47CayantaN, enchanté d’entendre ces mots, sauta de joie. Il chanta les éloges d’ĀRumukaN et l’adora. Celui-ci disparut après lui avoir dit que son messager viendrait également le voir pour le consoler.

48Le fils d’IntiraN se réveilla et tout content de ce qu’il avait vu en songe, ne cessa d’admirer la clémence du fils de CivaN. (st. 13-23).

49Le Maître (MurukaN) apparut ensuite en songe aux autres célestes à qui il adressa les mêmes paroles de consolation. (st. 24-26).

50A leur réveil, les aṇṭar (tēvar) firent part de leur rêve à CayantaN qui, le trouvant conforme au sien, s’en étonna grandement et attendit impatiemment l’heure de sa délivrance. (st. 27-28).

11. Vīravāku console CayantaN

51Vīravāku voulut voir le fils d’IntiraN (CayantaN) et lui adresser des paroles de consolation. Mais la présence des avuṇar qui gardaient la prison lui était un obstacle. Il pensa donc à KumarēcaN et lui adressa une prière. Grâce à ce dernier, les gardiens furent étourdis et tombèrent sur le sol, perdant connaissance. (st. 1-5).

52Vīravāku profita de cette situation pour pénétrer dans la prison. Il se présenta devant CayantaN tout en prononçant le nom de KumarēcaN. Dès qu’il l’entendit, le fils d’IntiraN courut vers lui, le salua et lui demanda l’objet de sa visite. (st. 6-10).

53Vīravāku commença à parler. Il lui dit : « Je suis le frère cadet d’ĀRumukaN. Je porte le nom de Vīravāku. J’appartiens au groupe des kaṇa, dont le chef est Nanti. Je suis venu ici, comme messager d’ARumukaN, pour solliciter votre libération de CūraN. » (st. 11).

54Ces paroles plongèrent le fils d’IntiraN dans l’extase. (st. 12-13).

55Vīravāku continua : « KumaraN viendra vous accorder sa grâce Vous rejoindrez ensuite votre monde d’or. C’est par sa grâce que je suis venu en ces lieux où aucun homme de bien ne voudrait, ni n’oserait pénétrer. Je suis content de vous voir et de vous annoncer votre prochain bonheur. » (st. 14-18).

56Le fils d’IntiraN demanda ensuite à Vīravāku ce que ses parents étaient devenus. Le messager lui conta leur histoire depuis leur arrivée à Kāli (CikāLi) jusqu’à l’installation de MurukaN à Alaivay (Centi). (St. 19-20).

57Puis il ajouta : « Votre libération n’est pas loin. ĀRumukaN viendra bientôt vous tirer de votre malheur. C’est à cette fin qu’il est venu ici-bas sous le nom de KantaN, avec six visages et douze bras. Vous êtes encore sous le coup de la punition que VīrapattiraN vous avait infligée, parce que vous aviez participé au sacrifice de CiRuviti (TakkaN). ĀRumukaN y mettra un terme. CūraN succombera sous sa lance, mais il aura à lutter avec lui pendant dix jours. Après sa mort et la destruction totale des avuṇar, vous reprendrez votre vie normale. Soyez rassurés » (st. 21-32).

58CayantaN et les imayavar (tēvar) satisfaits des paroles de Vīravāku, lui souhaitèrent victoire dans son entreprise. Ce dernier quitta ensuite la prison. Les gardiens reprirent connaissance et exercèrent une surveillance rigoureuse sur CayantaN et les autres prisonniers. (st. 33-35).

12. L’entrée dans la cour royale

59Vīravāku se rendit au palais de CūraN. Il aperçut sa haute tour gardée par UkkiraN et MayūraN. Voyageant toujours en l’air, il y pénétra. Il vit CūraN assis sur son trône de pierres précieuses, orné de beaux bijoux et vêtu de riches habits. Les filles célestes, porteuses d’éventails, les agitaient devant lui. Le soleil et la lune, munis chacun d’une ombrelle, se tenaient derrière lui. PāNukōpaN et ses frères étaient assis à ses côtés. Les danseuses du monde céleste exécutaient des danses magnifiques. Les musiciens célestes, tels que les KiNNarar, les Cittar, etc., jouaient de la Vīṇā et d’autres instruments de musique. (st. 1-38).

60Tout ce spectacle frappa d’étonnement Vīravāku. Il se dit que personne n’avait eu autant d’abondance et de prospérité ; mais il déplora le sort qu’allait subir bientôt CūrapaNmaN, à cause de ses actes cruels envers les curar. (st. 39-45).

61Vīravāku voulut se présenter devant CūraN. Il arriva donc dans sa cour où il reprit sa forme naturelle. Il lui déclara être le messager du dieu armé du javelot. Sans vouloir prendre un des sièges placés dans la cour, au pied du trône et à ses deux côtés, ce qui lui parut indigne de lui, il pensa à ĀRumukaN. Soudain un nouveau trône serti de pierres, plus brillant que celui de CūrapaNmaN, apparut dans la cour juste au côté opposé du trône royal. Vīravāku y prit place. (st. 46-61).

62Tous ceux qui se trouvaient dans la cour furent surpris de cet évènement. Ils se demandèrent comment le nouveau venu avait pu pénétrer dans la cour. Quelques-uns disaient qu’il était un magicien ou un parent de leur maître ou même un de ses ennemis. D’autres prétendaient qu’il était un des gardiens des points cardinaux ou un des muNi. (st. 62-83).

63Le chef des avuṇar (CūrapaNmaN) s’irrita de l’attitude de Vīravāku. Ses yeux devinrent rouges de colère. Il l’interpella d’un ton menaçant, lui reprocha son audace et lui dit qu’il méritait d’être tué, mais qu’il le laissait en vie parce qu’il se disait un messager. (st. 84-92).

64A ces mots Vīravāku lui dit son nom et ses fonctions et lui déclara qu’ĀRumukaN, après avoir tué TārakaN et détruit la montagne (Kiravuñcam), était venu s’installer à Centi en vue de délivrer les tēvar. Il lui rappela les méfaits qu’il avait commis et lui fit part ensuite de l’objet de sa visite, en lui faisant remarquer que son chef lui pardonnerait s’il mettait en liberté les amarar. (st. 93-111).

65Courroucé par les paroles de Vīravāku, CūraN éclata de rire et manifesta son refus dans les termes suivants : « Sache que j’ai conquis tout univers et que je suis roi des rois. Je n’attends rien de personne ni surtout d’un gamin comme ton chef. Les tēvar ayant autrefois persécuté les avuṇar, je me suis vengé d’eux et mon acte est logique. Grace au don que m’avait accordé le père de ton chef, je suis invincible. J’ai voulu aller en guerre contre lui lorsque j’ai appris qu’il avait tué TārakaN. Je m’en suis abstenu parce que je pensais qu’il était indigne de moi de lutter contre un jeune enfant. Te fiant aux paroles de cet enfant qui ne peut avoir aucune expérience, tu as accepté sa mission. Je ne lâcherai jamais les amarar. Sauve-toi d’ici. » (st. 111-122).

66Vīravaku devint furieux et répliqua qu’ĀRumukaN n’était autre que ῙcaN (CivaN) lui-même, qu’il représentait tout dans l’univers, qu’il était à la fois le Rutilai (Piraṇavam), les vetam, le dieu à trois yeux, le dieu sur le lotus et le dieu armé du disque, etc, et que tout ne dépendait que de lui. Il ajouta que pour son bien il ferait mieux de laisser sortir de la prison tous les imayōr. (st. 123-149).

67CūraN s’irrita davantage. Il réitéra son refus et d’un ton effrayant il lui dit : « Tu es insolent et tu parles sans te rendre compte de l’effet néfaste que peut te produire ton langage. Je te dis encore une fois que je ne te tue pas parce que tu es un messager. » Il appela ensuite ses guerriers et leur donna l’ordre de le mettre en prison. Les mille guerriers qui étaient dans la cour se précipitèrent sur lui pour le saisir. Mais Vīravāku les attrappa tous par leurs chignons, les frappa à coups de poing et les tua. (st. 150-156).

68Puis s’adressant à CūraN, il tint les propos suivants : « Tu vas sans nul doute succomber bientôt sous le coup de la lance de mon maître. Avant ta mort, jouis donc par tes cinq sens et jusqu’à satiété, de tout ce que tu désires. » Ceci dit, il quitta la cour ; le trône qui lui servait de siège disparut également. (st. 157-159).

13. Mort de CatamukaN

69Lorsque Vīravāku quitta la cour, CūraN donna l’ordre au commandant d’armée CatamāmukaN de le poursuivre, de l’appréhender et de le ramener devant lui, les bras liés, sans le tuer, parce qu’il était un simple messager. CatamāmukaN, accompagné de ses guerriers qui étaient au nombre de cent mille, se précipita aussitôt dans la direction suivie par Vīravāku. Il le rejoignit et lui dit de s’arrêter. (st. 1-7).

70Vīravāku se retourna et voyant l’attitude hostile de CatamukaN, qui s’apprêtait à l’attaquer, il se décida à entrer en lutte avec lui, à le tuer et à détruire la ville. (st. 8.).

71Un combat éclata entre les deux adversaires. CatamukaN et ses guerriers lancèrent diverses sortes d’armes contre Vīravāku, qui les cassa toutes en morceaux, en un instant. Puis il arracha un château à vingt mille tours et le jeta sur l’armée ennemie. Ce château écrasa presque tous les guerriers et se brisa en pièces en produisant un bruit épouvantable. (st. 9-14).

72CatamukaN se troubla, mais reprenant courage, il lança sur son ennemi des javelots, des tridents, des pilons, etc... Vīravāku arracha alors une haute tour et la jeta sur lui. Il la mit en pièces en envoyant contre elle un millier de flèches. Vīravāku se précipita alors sur CatamukaN et le désarma en lui arrachant son arc des mains. Celui-ci essaya de le saisir et leva ses cent bras vers lui. L’envoyé de MurukaN lui donna alors un violent coup de poing sur la poitrine, le terrassa et, de ses pieds, fit rouler ses têtes sur le sol. Après avoir ainsi tué CatamukaN, il se détermina à détruire la ville, en commençant par le palais de CūraN. (st. 15-21).

14. Massacre des gardiens

73Vīravāku pensa au dieu KumarēcaN et adora ses pieds sacrés. Puis il prit une forme gigantesque, sa tête touchant le monde céleste et ses pieds emplissant le monde terrestre. Le roi des serpents (ĀticēṭaN) et Ātikūrmam qui supportaient la terre tressaillirent sous son poids formidable. (st. 1-3).

74La terre se fendit en maints endroits. L’eau jaillit des fentes et pénétra dans la ville de Viramakēntiram. Le palais fut innondé. Plusieurs bâtiments s’écroulèrent par la force du courant qui entraîna avec lui bon nombre d’éléphants, de chevaux, de chars et de soldats. (st. 4-11).

75Les gardiens du palais de CūrapatmaN, au nombre de cinquante veḷḷam, virent Vīravāku sous sa forme colossale. Ils bouillonnèrent de rage, s’agitèrent avec effervescence et commencèrent à l’attaquer. Ils lancèrent sur lui toutes sortes d’armes. (st. 12-16).

76Vīravāku prit l’offensive ; mais il ne voulut se servir contre eux ni d’épée, ni d’autres armes. De ses pieds il écrasa quelques-uns d’entre eux, pour d’autres il fit rouler leurs têtes sur le sol. De ses mains il saisit quelques-uns et les étrangla ; d’autres eurent le cou tordu. Toute la troupe des gardiens fut de cette façon massacrée en très peu de temps. (st. 17-29).

15. Destruction de la ville

77Vīravāku aperçut une colline devant le palais de CūrapaNmaN. Il l’arracha de sa main et la lança sur la maison royale, en poussant des exclamations de colère. Une grande partie de la résidence du roi fut démolie. Un bon nombre d’avuṇar furent tués, d’autres blessés, beaucoup d’autres quittèrent la ville et se sauvèrent en s’enfuyant dans toutes les directions ; ceux qui ne purent sortir se lamentèrent. (st. 1-9).

78CūraN fit alors appel à sa troupe de mille guerriers avuṇar qui avaient chacun cinq cents têtes et mille bras. Il leur ordonna d’aller appréhender l’envoyé de KumaraN et de l’amener à sa cour sans le tuer, en leur faisant remarquer qu’un messager ne devait pas être tué et qu’il lui infligerait des peines corporelles. (st. 10-13).

79Ils répondirent qu’ils étaient déjà prêts à absorber son sang et sa vie, mais qu’ils attendaient son ordre pour le faire et que maintenant ils iraient le saisir et l’amener devant lui, ainsi qu’il l’avait ordonné. Puis il allèrent tous à l’endroit où se trouvait Vīravāku. (st. 14-15).

80Celui-ci, non content de ce qu’il venait de faire, continua ses exploits. Il erra çà et là et détruisit des châteaux, des tours et des maṇṭapam. Il dévasta des bosquets et des jardins et tua des éléphants et des chevaux en les saisissant de ses mains et en les projetant sur le sol. (st. 16-23).

81Puis il se dirigea vers le palais, déjà à moitié détruit, et démolit les murailles et les tourelles, dont il lança les débris dans tous les sens. (24-47).

82Les avuṇar qui se trouvaient aux endroits où ils retombèrent furent écrasés par leur chute. La ville de Vīramakēntiram perdit toute sa prospérité et tout son luxe. On entendait, même de loin, les lamentations et les pleurs des habitants qui avaient pu survivre. (st. 48-81).

16. Massacre des Cakattiravāku

  • * En sanskrit Sahasrabāhu. (Sahasra = mille ; bāhu = bras.)

83Les cakattiravāku,* guerriers à cinq cents têtes et mille bras, qui étaient à la poursuite de Vīravāku, hésitèrent un instant. Ils se dirent qu’il était indigne d’eux d’aller tous ensemble pour vaincre un simple céleste à une tête et deux bras. Mais quand ils pensèrent à ses pouvoirs magiques, ils résolurent d’aller l’attaquer et le rejoignirent en toute hâte. (st. 1-14).

84Vīravāku éclata de rire. Il arracha un arbre marā (eugenia racemosa) et lit des moulinets avec. Les guerriers à bras multiples lancèrent sur lui diverses armes qui furent mises en pièces par lui à l’aide de l’arbre qu’il tenait à la main. Ils se précipitèrent alors sur lui. Vīravāku, se servant toujours de son arbre, les frappa et les tua tous. Le sang des victimes coula comme une rivière vers la mer. Tous les combattants ayant disparu en peu de temps, Vīravāku resta seul sur le champ de bataille. (st. 15-33).

17. Mort de Vacciravāku

85Les émissaires de CūraN, qui circulaient en l’air, assistèrent à la bataille des guerriers à mille bras avec Vīravāku. Constatant leur défaite, ils se rendirent auprès de leur roi et lui dirent que Vīravāku avait tué tous ses soldats, en se servant d’un arbre qu’il avait arraché. Cette nouvelle le fit enrager, parce que l’acte de l’envoyé d’un petit enfant d’Umai (Voir Pl. XVI Fig. 1) lui faisait perdre toute sa réputation. (st. 1-4).

86Le fils cadet du roi des avuṇar, le nommé Vacciravāku qui avait dix têtes, essaya de calmer son père et s’offrit pour aller appréhender le messager. Le père le félicita et l’autorisa à exécuter son dessein. (st. 5-7).

87Vacciravāku, accompagné d’une troupe de guerriers, alla vers l’ennemi. Mais en chemin il eut de très mauvais présages. Il entendit des corbeaux, des milans, des hiboux pousser des cris plaintifs, l’arc qu’il tenait à la main glissa et tomba sur le sol, les étendards qui ornaient son char se détachèrent et se répandirent par terre. (st. 8-36).

88Vacciravāku ne fit cas d’aucun de ces augures et continua à marcher. Il arriva enfin à l’endroit où se trouvait Vīravāku. Celui-ci, l’apercevant de loin, bondit de colère et poussa des exclamations terribles qui firent trembler les avuṇar. Vacciravāku demanda au conducteur de son char, VicayaN, d’où provenaient ces cris épouvantables. Il lui répondit que c’était le messager qui faisait ce tapage, prêt à l’attaque. Immédiatement les guerriers tāNavar (acurar) lancèrent sur lui toutes espèces d’armes. (st. 37-52).

89Vīravāku se précipita sur la troupe des tāNavar. Il saisit quelques-uns des soldats par leurs chignons et les projeta tantôt sur le sol, tantôt sur les collines. A coups de pied il fit rouler par terre les autres guerriers ainsi que les éléphants et les chevaux et mit en pièces les chars. Les amis du fils du roi des avuṇar qui étaient avec lui, coururent attaquer Vīravāku. Ce dernier, se servant du tronc de l’arbre qu’il avait arraché, les frappa tous mortellement. (st. 53-73).

90Voyant cela, Vacciravāku alla droit vers l’ennemi, lui enjoignit de venir avec lui au palais de son père et lui dit que sans cela il l’appréhenderait et l’emmènerait de force devant le roi, en ajoutant qu’il n’avait pas à tirer vanité d’avoir tué toute la troupe de ses guerriers, (st. 74-81).

91Vīravāku l’invita, sans lui dire autre chose, à lutter avec lui. Un combat terrible eut lieu entre les deux adversaires. Ils se battirent à coups de flèches, de lances, de massues, de sabres etc. Enfin, Vīravāku trancha les dix têtes de Vacciravāku et le tua. Le soleil se coucha alors, se disant que le chef des avuṇar (CūrapaNmaN) le châtierait s’il parvenait à savoir qu’il était resté sur le champ de bataille et avait assisté avec joie à la victoire de Vīravāku. (st. 82-101).

18. Mort de YāḷimukaN

92Après la défaite du fils du roi des avuṇar, Vīravāku ne vit aucun avuṇar à sa poursuite. Comme il commençait à faire sombre, il traversa la ville de Makēntirapuram en toute hâte, conservant toujours son attitude agressive. Il s’éleva ensuite en l’air et arriva sur une montagne d’Ilaṅkai. (st. 1-9).

93Le nommé YāḷimukaN, très robuste et très fort, gardait cette montagne. Il avait mille têtes et deux mille bras, avec des bouches béantes et des yeux luisants. Il était le père d’AtivīraN. Rentré chez lui le matin, après une visite à CūraN, il avait appris la mort de son fils et s’était lamenté toute la journée. Il venait à peine de se consoler lorsqu’il vit Vīravāku passer en l’air. Il s’étonna de son attitude téméraire et demanda à ses serviteurs qui il était. L’un deux répondit qu’il était le meurtrier de VīracinkaN et d’AtivīraN et qu’il revenait de Makēntirapuram, après y avoir tué plusieurs personnes et causé beaucoup de dégâts. (st. 10-27).

94En entendant ces mots, YāḷimukaN devint furieux. Il s’élança vers Vīravāku l’épée à la main et l’apostropha. Celui-ci lui dit qu’il le tuerait en tranchant ses mille têtes, s’il l’empêchait de continuer son chemin. (st. 28-33).

95Sur ces entrefaites, les guerriers de YāḷimukaN cernèrent Vīravāku et lancèrent sur lui leurs armes. L’envoyé d’ARumukaN se précipita alors sur la troupe et tua bon nombre de guerriers en les frappant avec son épée. YāḷimukaN fit un bond vers son ennemi et lui porta des coups violents avec mille de ses poings. Vīravāku saisit ces mille bras et les coupa avec son épée. Se servant de ses mille autres bras, il arracha les collines voisines et en frappa Vīravāku. Ces collines se brisèrent en morceaux, en se heurtant contre le corps de ce dernier qui, d’un coup de son épée, trancha ensuite les mille têtes de YālimukaN. (st. 34-43).

19. Retour de Vīravāku

96Après avoir tué YāḷimukaN, Vīravāku regagna Centi. Les kaṇa l’accueillirent avec joie. Les chefs des kaṇa l’embrassèrent et le félicitèrent. Il se rendit avec eux au temple de KumaraN, où il lui fit trois fois ses révérences. (st. 1-10).

97KumaraN lui demanda de lui rendre compte de sa mission. Vīravāku lui fit connaître que, malgré son insistance, CūraN avait catégoriquement refusé de mettre en liberté les célestes. (st. 11-13).

98Le dieu omniscient lui demanda ensuite de relater ce qu’il avait fait au cours de son voyage, feignant de n’en rien savoir. L’émissaire lui conta tous ses exploits. (st. 14-15).

99KantaN le félicita. Puis il lui exprima ses regrets pour la peine qu’il s’était donnée à cause de lui. S’adressant ensuite à MayavaN, TicaimukaN et au roi du ciel, il leur dit que, par son refus d’accorder la liberté aux tēvar innocents, CūraN cherchait sa propre destruction et que, puisque tel était son destin, il n’y avait qu’une seule solution : aller en guerre contre lui dès le lendemain. (st. 16-19).

100Les célestes satisfaits de la décision du dieu à six têtes, pensèrent qu’elle mettrait un terme à leur malheur. (st. 20).

101Vīravāku fit part ensuite au roi des célestes de sa visite à CayantaN et des paroles de consolation qu’il lui avait adressées. (st. 21).

20. Reconstruction de la ville par CūraN

102Les serviteurs de CūraN lui rapportèrent tristement la mort de Vacciravāku et lui annoncèrent le départ de Vīravāku. Le roi en fut affligé ; il se lamenta, il pleura son fils. Ses parents et ses amis partagèrent sa douleur. Patumakōmaḷai éclata en sanglots et, cheveux épars, se frappa la poitrine. Les autres femmes de la cour commencèrent à pleurer. A la place des exclamations de joie, on n’entendait partout que des pleurs et des lamentations. (st. 1-7).

103A ce moment le nommé TarumakōpaN, un mauvais conseiller du roi, vint à la cour. Il essaya de calmer et de consoler CūraN. Il lui fit remarquer qu’il avait sous son autorité les mille huit mondes d’une opulence considérable, qu’il était très fort, très puissant, d’une durée de vie indéterminée et que dans ces conditions, il était indigne de sa part de s’affliger de la mort de son fils, qui devait mourir, si tel était son destin. (st. 8-16).

104CūraN réfléchit ; il se consola. Il demanda à ses serviteurs s’ils avaient vu le malfaiteur quitter la ville ou s’ils savaient quelque chose. Ils confirmèrent qu’ils l’avaient vu de leurs yeux partir vers Ilaṅkai. Il leur ordonna alors d’aller chercher TicaimukaN (Brahman). Ils lui apprirent qu’ils avaient entendu dire que NāNmukaN était descendu avec le roi des tēvar sur la Terre pour voir ĀRumukaN qui s’y trouvait installé avec ses kaṇa. (st. 17-21).

105Cette nouvelle étonna CūraN qui, sans tarder, donna l’ordre d’amener l’AyaN d’un autre monde, ce qui fut fait immédiatement. CūraN lui demanda de reconstruire sa ville qui venait d’être détruite. Le nouveau NāNmukaN se mit aussitôt à la tâche et refit en un instant toute la ville avec ses murailles, ses rues, ses bâtiments, ses tours, ses bosquets, son palais royal etc. CūraN les vit. Le cœur joyeux, il entra dans le palais et prit place sur le trône serti de pierres précieuses. (st. 22-27).

106Il congédia ensuite le dieu qui a pour monture le cygne (Brahman), lequel retourna à son monde. (st. 28-29).

21. Conférence de CūraN avec ses ministres

107Pendant que le roi des avuṇar se trouvait encore sur son trône, les espions qu’il avait envoyés auparavant à Centi pour recueillir des renseignements sur KantaN se présentèrent devant lui et lui rapportèrent que le fils du dieu se trouvait campé dans la ville de Centi avec ses armées, comptant deux mille pūtam, cent mille neuf guerriers et cent huit commandants d’armée, que son émissaire après avoir détruit Ilaṅkai et tué YāḷimukaN avait regagné la ville et qu’il se proposait de venir à Vīramakēntiram pour livrer bataille avec lui. (st. 1-5).

108Après avoir entendu ses espions, CūraN fit venir à sa cour ses ministres, ses commandants d’armée, ses frères et ses fils. Il leur raconta tout ce qui s’était passé dans son royaume, depuis qu’il avait incarcéré les tēvar jusqu’au compte-rendu que lui avaient fait ses espions. Il ajouta qu’il s’était abstenu d’aller lui-même en guerre contre le fils du dieu à la gorge noire, étant donné que c’était un petit enfant et qu’il n’y avait aucun mérite pour lui, dont la bravoure et la puissance étaient très grandes, à lutter avec lui. Il demanda ensuite à chacun d’eux d’exprimer son opinion. (st. 6-22).

109Le ministre MakiṭaN se leva et dit qu’il ne fallait jamais juger sur son âge et son apparence l’ennemi, qui était assez fort pour tuer TārakaN, qu’il ne fallait jamais considérer comme un simple émissaire celui qui avait détruit la ville et tué Vacciravāku, que le roi avait manqué l’occasion d’attaquer le fils de Purāri dès le début, qu’il fallait savoir qu’une étincelle non éteinte dès sa naissance deviendrait par la suite flamme immense, capable de détruire le monde entier, que tout cela était dû au manque de délibération préalable et qu’il ne restait plus qu’à aller immédiatement en guerre contre le fils de Kaṇṇutal (st. 23-35).

110Le ministre TurkkuṇaN prit la parole. Il conseilla au roi de ne pas aller lui-même attaquer un enfant, car il n’avait jamais osé engager en personne un combat, même avec MāyaN ou un autre dieu et il avait toujours envoyé ses frères pour les vaincre. Il lui fit remarquer que ce serait faire injure à sa pénitence, sa vaillance et sa force que e se mesurer avec un petit enfant et qu’il était préférable de dépêcher les commandants d’armée contre l’ennemi et ses kaṇa. (st. 36-40).

111TarumakōpaN s’exprima ainsi : « O Roi ! Prendre vous-même les armes contre cet enfant, c’est labourer une terre en friche avec une charrue d’or incrustée des neuf sortes de pierres précieuses. Cet enfant n’est ni le dieu qui a avalé le poison, ni Mal, ni AyaN, ni KālaN (YamaN). Lutter avec quelqu’un qui n’est pas son égal, n’est pas le propre des grands. Lui et sa troupe ne peuvent jamais égaler l’un de vos fils ErimukaN (AkkiNimukaN) et IraṇiyaN. Vous l’estimez peutêtre parce qu’il a tué TārakaN et détruit le mont Kiravuñcam. Ce ne sont pas des hauts faits. TārakaN est mort parce qu’il n’a pas lancé une arme convenable contre celle dont l’ennemi s’est servi pour le frapper et la montagne (Kiravuñcam) est détruite non à cause de lui mais à la suite de la malédiction de KuRumuNi. Vacciravāku a été tué parce qu’il n’avait pas de bonne armure. Inutile d’en parler maintenant. Envoyez contre MurukaN, un de nos commandants d’armée avec sa troupe. Il le vaincra sans faute. » (st. 41-53).

112Un autre ministre, du nom de Kalacittu, dit au roi qu’une conférence n’était pas nécessaire, qu’il n’avait pas été consulté lorsque le père de VayantaN (Tirumāl), VācavaN (IntiraN) et CayantaN avaient été vaincus et qu’il irait, s’il l’autorisait, lier le fils de ParamaN et ses kaṇa avec sa pācam (corde) et les amener devant lui (st. 54-58).

113A ces mots le ministre CaṇṭaN se présenta devant le roi et se fit fort de tuer les pūtam et de vaincre KumaraN. (st. 58-61).

114Puis le commandant d’armée ANali fit remarquer au roi qu’il devait aller attaquer de suite son ennemi, quand même celui-ci ne serait qu’un enfant, sans perdre son temps à conférer avec les uns et les autres, (st. 62-63).

115CinkaN, un autre commandant, déclara qu’il était capable de tenir tête à n’importe qui dans ce monde et sollicita l’autorisation d’aller sans tarder attaquer les ennemis. (st. 64-67).

116Le rival du soleil (PāNukōpaN) intervint. Il exhorta au calme les commandants et adressa les paroles suivantes à son père : « Vous n’avez pas pensé, mon père, à m’envoyer en guerre contre KumaraN, le jour même où il a triomphé de la montagne (Kiravuñcam) et de votre frère (TārakaN). Vous n’avez non plus demandé mon opinion à cette occasion. Vous avez donc envoyé un petit garçon Vacciravāku, contre un individu venu comme émissaire et le résultat fut désolant. Nous avons perdu Vacciravāku et notre ville a été détruite. Il est indigne des grands d’agir sans réflexion et de se repentir ensuite. Si vous voulez savoir la puissance de celui qui a anéanti la montagne et tué votre frère, et la force des pātam, j’irai les lier tous avec ma pācam (corde) et je les amènerai ici. Laissez-moi partir. » (st. 68-75).

117Un autre fils, le nommé IraṇiyaN, fit remarquer à son père que s’il attachait une importance quelconque à la vaillance d’un petit enfant, les tēvar n’auraient aucun respect envers lui, qu’il n’était pas davantage digne de lui d’envoyer son frère aîné (PāNukōpaN) contre lui et qu’il irait lui-même vaincre les ennemis le soir même, (st. 76-80).

118ErimukaN (AkkiNimukaN), frère cadet d’IraṇiyaN parla à son tour. Il dit : « Ecoutez, mon père. Vous êtes roi des mille huit mondes. Vous avez maintenant un frère, Vīrakēcari (VīraciṅkaN), dont le nom fait frémir qui l’entend. Vos enfants sont nombreux, vos armées sont immenses, vos armes sont innombrables, votre char Intirañalam est capable de faire le tour des mille huit mondes en un kaNNal (nāLikai, soixantième partie d’un jour, vingt-quatre minutes), vous avez en outre un lion incomparable comme monture et par dessus tout vous possédez un pouvoir magique que Viṇṭu (Tirumal) lui-même peut envier. Dans ces conditions, il n’y a rien à craindre. Moi, votre fils, je suis sans doute en mesure de vaincre KumaraN. Muni des armes qui m’ont été données par le Créateur, j’irai l’attaquer dès maintenant. Je n’attends que votre ordre. » (st. 81-88).

119CiṅkamukaN se leva et exposa sa pensée qu’il croyait très juste. « O Frère, dit-il, tes ministres, tes commandants d’armée et tes fils n’ont fait valoir que leur bravoure, sans te donner les sages conseils qu’il faut en cette occurence. La colère d’un individu qui est dans l’opulence s’accroît très vite. Avant qu’elle ne dépasse ses bornes, ses proches qui lui veulent du bien, doivent lui faire connaître la vérité et le ramener à la raison. Ceux qui partagent entièrement son avis, sans aucun examen, sont des personnes plus redoutables que ses propres ennemis. Il faut donc dans toute chose envisager les conséquences. Cœur dur, tu tortures les tēvar sans motif. As-tu oublié que PiññakaN (CivaN) t’a accordé une vie longue de cent huit yukam seulement. Cette durée va bientôt finir. Ecoute-moi, mon cher frère, laisse sortir les célestes de la prison. KumaraN en sera content et retournera immédiatement au mont Kayilai. Si tu ne le fais pas, il anéantira certainement toute notre race. » (st. 89-105).

120En entendant ces mots, CūraN devint très furieux. Il réprimanda son frère. Il lui fit remarquer que grâce aux dons que Kaṇṇutal lui avait accordés, il était invincible et que KumaraN ne pourrait jamais résister contre lui. (st. 106-116).

121CiṅkamukaN reprit : « Calme-toi, mon frère. Content de ta pénitence rigoureuse, ParaN t’a bien accordé des dons, mais ne te souviens-tu pas qu’il a également déterminé la durée de leur effet ? Au lieu de te prévaloir de ses dons pour de bonnes actions, tu t’es appuyé sur eux pour accomplir des actes ignominieux. Tu as emprisonné les amarar et tu les maltraites encore. C’est pour cette raison que ῙcaN (CivaN) cherche maintenant ta fin. Ne voulant pas mettre lui-même à exécution son dessein, il fit sortir de son œil frontal un enfant avec six têtes et douze bras qui va te tuer sûrement. Ne le considère pas comme un enfant ordinaire. Il représente tout et possède tous les pouvoirs de son père. Ne fais aucune différence entre lui et AmalaN (CivaN). Réfléchis un instant. Pour te sauver et sauver également notre race, mets de suite en liberté tous les tēvar. » (st. 117-142).

122Cette réplique de CiṅkamukaN excita davantage la colère de CūraN. D’une voix bruyante il lui dit : « Comment crois-tu que MurukaN équivaut CivaN ? Poussé par le vent, chauffé par le feu, secoué par la Kankai, agité par les vagues de Caravanam, nourri du lait de femmes dont aucune n’était sa mère, pleurant et s’amusant comme tout autre enfant, ce MurukaN ne peut jamais représenter l’Etre Suprême. Tel le soleil unique qui reflète son image dans plusieurs pots remplis d’eau, le Piramam unique se répartit dans tous les corps qui se présentent sous des formes variées. L’air contenu dans un vase s’intègre dans l’atmosphère quand le vase se casse. De même quand un corps perd sa forme le Piramam absorbe en lui son reflet ou l’Etre qui se trouve dans ce corps. Donc tous les êtres sont Piramam et ils sont tous égaux. Mais les êtres les plus actifs deviennent supérieurs aux autres. Moi, par ma pénitence et mes efforts, je suis grand et immortel. ĀRumukaN est très petit. Je le vaincrai sans nul doute. Châtier les amarar pour la faute qu’ils ont commise en cherchant la mort de plusieurs d’entre nous, n’est pas chose blâmable. Il faut qu’ils subissent leur peine, donc je ne les élargirai pas. J’arrêterai aussi PākacataNaN (IntiraN) et le mettrai avec eux en prison. Toi, mon propre frère, tu parles en faveur de nos ennemis, Cela m’étonne. Que faut-il de plus pour te considérer comme un ennemi plus terrible qu’eux ? C’est en vain que tu as mille têtes de lion et deux mille bras. Tu as perdu ton honneur et ta bravoure, ainsi que les caractères et les mœurs afférents à notre race. Rejette les armes que tu as dans tes mains et sors d’ici. Je suis assez fort pour remporter la victoire sur mes ennemis. » (st. 143-160).

123A ces mots, CiṅkamukaN ne sut que faire. Il hésita un instant. Il se dit qu’il était inutile de lui donner des conseils, que la plante strychnos ne pourrait jamais produire des fruits sucrés, alors même qu’on l’élèverait en l’arrosant de miel, que personne ne pourrait aller à l’encontre du destin et que la mort de CūraN étant fatale, mieux valait mourir avant lui. (st. 161-168).

124Ayant pris cette résolution, CiṅkamukaN demanda à son frère de l’excuser et lui dit qu’il était prêt à aller combattre les ennemis. (st. 169-171).

125CūraN, content de l’entendre parler ainsi, l’embrassa, fit son éloge et lui dit qu’il l’aviserait dès que KumaraN viendrait assiéger la ville. CiṅkamukaN le salua et se rendit à son palais. (st. 172-178).

126Le roi leva ensuite la séance. (st. 179).

Notes de fin

* En sanskrit Sahasrabāhu. (Sahasra = mille ; bāhu = bras.)

© Institut Français de Pondichéry, 1967

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search