Version classiqueVersion mobile

La légende de Skanda

 | 
R. Dessigane
, 
P.Z. Pattabiramin

Préambule

Texte intégral

1. Invocation

1A Vikaṭacakkara Kaṇapati (voir Pl. I Fig. 1), Cevvēl (Subrahmaṇya) (voir Pl. I Fig. 2 et Pl. II Fig. 1 et 2).

2Avantage tiré de la lecture du purāṇam. (st. 1-5).

2. Louanges

3De CivaN, de la déesse (Civacakti) (voir Pl. III Fig. 1), du dieu au visage d’éléphant, de VaṭukaN (VairavaN), du tueur de TakkaN (VirapattiraN), d’ĀRumukaN, de Nanti, de TamiL VirakaN (TiruñāNacampantar), de Collaracar (Tirunāvukkaracar), de CuntaraN, du sage qui fit parler le muet (Māṇikkavācakar), des dévots saints et de Vaṇi (Sarasvatī). (st. 1-25).

3. Apologie

4Modestie de l’auteur, (st. 1-20).

4. La rivière

5Du sommet de la montagne appelée Nanti, descend la rivière PāliyāRu, qui coule vers la mer, rendant fertiles les régions qu’elle traverse. (st. 1-39).

5. Le pays

6Riche en culture de toutes espèces de céréales, notamment de riz, il est très prospère et les habitants mènent une vie heureuse, sans souci. Les bestiaux en grand nombre et d’une belle apparence leur rendent service. Les vaches donnent du lait à profusion. Le pays possède de belles villes avec des édifices très hauts, où hommes et femmes vivent gaiement. Tel est ce pays qu’on appelle Toṇṭaināṭu. (st. 1-57).

6. La ville

7Dans le pays Taṇṭakanāṭu (Toṇṭaināṭu) est située la ville de Kāñci, entourée de hautes murailles flanquées de tours au sommet desquelles flottent des drapeaux. A l’intérieur de la ville on voit des palais et de beaux bâtiments en nombre considérable. Des étangs de lotus rehaussent la beauté de la ville. Dans ses longues et larges rues vivent toutes catégories de gens. Le quartier des marchands est toujours animé. Cette ville de Kāñci est également appelée Piraḷayacittu, Civapuram, Viṇṭumāpuram, Tirimūrttivācam, Piramapuram, Kāmapīṭam, Tapōmayam, CakaRcaram, Cakalacitti, KaN Nikāppu, Tuṇṭīrapuram et Taṇṭakapuram. Des sept villes sacrées, elle est la plus célèbre, car elle accorde la béatitude même à ceux qui pensent à elle. Il existe dans cette ville une multitude de temples qui sont également renommés. Le plus important de ces temples est appelé Kumarakōṭṭam. (st. 1-109).

***

8Le dieu sur la fleur de lotus (Brahman) et son épouse Nāmakaḷ se trouvaient une fois dans le temple de MukkaṇṇāyakaN (Maître aux trois yeux), adorant celui-ci. Des muNi y vinrent et demandèrent au créateur des sept mondes (Brahman) de leur indiquer une forêt convenable pour leur pénitence. Le dieu prit alors une herbe taruppai (darbha, Saccharum spontaneum), en fit un cercle et le laissa rouler sur le sol, leur disant que l’endroit où ce cercle s’arrêterait et tomberait serait propre à leur ascèse. Les muNi suivirent le cercle qui s’arrêta dans une forêt laquelle prit le nom de Naimicāraṇiyam. Ils s’y installèrent et pratiquèrent leur pénitence.

9Un jour le sage CūtamuNi (voir Pl. III Fig. 2) étant venu dans cette forêt, les muNi le prièrent de leur raconter l’histoire de celui qui avait tué les acurar (MurukaN). Le sage consentit et raconta cette histoire qui fut appelée Kantapurāṇam, (st. 110-124).

7. L’histoire du purāṇam

10Jadis la vertu fit défaut dans les trois mondes. Les gens devinrent vicieux, commettant des méfaits. Le dieu qui avait absorbé l’univers (Viṣṇu) et le dieu sur le lotus (Brahman), accompagnés du roi des célestes (IntiraN) allèrent voir Kannutal (CivaN) et lui exposèrent la conduite détestable de ces gens. (st. 1-30).

11Le Maître (CivaN) dit à Tirumāl d’aller naître sur Terre en un muNi, sous le nom de ViyātaN (Vyāsa) et d’enseigner aux habitants de la Terre les quatre maRai (Veda). Il ajouta : “J’avais une fois conté les dix-huit purāṇam à Nanti qui les répéta à CaNaRkumāraN. Adresse-toi à celui-ci pour les connaître”. (st. 31-37).

12PakavaN (Tirumāl) devint fils de ParācaraN (Voir Pl. IV Fig. 1) et de son épouse YōcaNakanti. Il prit le nom de VātarāyanaN, étant né dans la forêt de VatarikāvaNam. Il fut appelé ensuite ViyātaN ayant divisé et compilé les Veda en quatre groupes. CaNaRkumāraN lui enseigna les dix-huit purānam. Les sages Payilar, VaicampāyaNar, CayimiNi et Cumantu, qui avaient appris de lui les Veda, les enseignèrent à leurs disciples, en même temps que les dix-huit purāṇam qui sont répartis comme suit : dix à NampaN (CivaN), quatre à NāraṇaN, deux au dieu sur le lotus (Brahman), un à Aṅki(AkkiNi) et un à Cutar (Soleil), (st. 38-53).

13Les dix purāṇam de CivaN sont : Caivam, Paviṭiyam, Mārkkaṇṭam, Ilmkam, Kāntam, Varākam, VāmaNam, Maccam, Kūrmam et Piramāṇṭam. Les quatre purānam d’Ari sont : Kāruṭam, Nāratam, Viṇṭu et Pākavatam. Les deux purānam du dieu sur le lotus sont : Piramam et Patumam. Celui d’ALal(AkkiNi) s’appelle Akkinēyam et celui du Soleil se nomme Piramakaivarttam. (st. 54-55).

14L’histoire de MurukaN se trouve dans le Kāntam, un des dix purāṇam de CivaN. (st. 56).

15Victimes des méfaits des acurar, les tēvar voulurent avoir la grâce de CaṅkaraN. Celui-ci était en méditation. Pour l’en détourner ils envoyèrent Kaṇaivel (MaNmataN) qui fut réduit en cendres par le feu qui jaillit de son œil frontal. Il accorda ensuite sa grâce aux tēvar et se rendit avec ses kana au mont Imayam en vue d’épouser Parāparai (Pārvatī). La terre bascula, la partie septentrionale s’étant abaissée en raison de l’affluence nombreuse des assistants. Pour rétablir l’équilibre CivaN envoya KaṭamuNi (AkattiyaN) vers le Sud. Il se maria avec Malaimakaḷ (Pārvati) et ressuscita Matavēḷ (MaNmataN). D’une étincelle de son œil frontal il créa CaravaṇapavaN et fit naître cent mille neuf kana qu’il plaça sous ses ordres. (st. 57-66).

16MurukaN prit pour sa monture le bouc qui sortit du feu d’un sacrifice accompli par NārataN. PiramaN ayant été indifférent à son égard, il l’emprisonna, mais le remit en liberté sur l’intervention de son père. (st. 67-68).

17ῙcaN (CivaN) donna l’ordre à KumaraN (MurukaN) de tuer les acurar qui persécutaient les tēvar. Accompagné de ses kaṇa, il vint sur Terre. Il tua TārakaN et visita ensuite les lieux sacrés de CivaN et partit en guerre contre les acurar. CīyamukaN (CiṅkamukācuraN) succomba. Son frère CūraN (CūrapatmaN) eut la poitrine fendue. Il assuma alors la forme d’un paon et d’un coq et attaqua KumaraN. Celui-ci attrapa les deux oiseaux qui devinrent respectivement sa monture et son drapeau. (st. 69-75).

18KumaraN alla ensuite à ParaṅkuN Ram (TirupparaṅkuN Ram) et se maria avec TeyvayāNai. Puis il se rendit au monde céleste où il couronna IntiraN roi de ce monde. Après quoi il alla à Kayilai pour saluer son père. De Kayilai, il partit pour KantaveRpu, où il s’installa. Quelque temps après, il alla à Taṇikai et épousa, sur les conseils de NārataN, la fille de la caste des chasseurs (Vaḷḷiyammai). Il regagna ensuite, avec celle-ci, KantaveRpu et consola TeyvayāNai qui, depuis longtemps, souffrait de la séparation et de la solitude. (st. 75-80).

19CūtaN ayant fait cet exposé succinct, les muNi lui demandèrent de conter en détail le Kantapurāṇam. Le sage commença à le relater. (st. 81-82).

© Institut Français de Pondichéry, 1967

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search