Version classiqueVersion mobile

Les légendes çivaïtes de Kāñcipuram

 | 
R. Dessigane
, 
P.Z. Pattabiramin
, 
Jean Filliozat

67 — Civapuṇṇiyam (Actes vertueux en l’honneur de CIVA)

Texte intégral

1Le civatarumam (culte ou service de Civa), observé à Kāñci, donne un résultat immédiat et précieux. Voici en quoi consiste ce Civatarumam. (st. 1)

2Installation des liṅkam et des statues de CivaN, construction ou réparation des temples de CivaN, célébration des cérémonies religieuses civaïtes, organisation des fêtes en l’honneur de CivaN, offrandes et oblations, entretien des dévots civaïtes etc. (st. 2)

3L’érection des Civaliṅkam écarte les péchés et fait obtenir le salut. L’installation des statues du dieu, de la déesse et de leur enfant (Cōmāskantar), du dieu danseur (Naṭarācar), de NāripākaN (Arttanārīcar) etc. etc. donne un bonheur parfait et une prospérité sans bornes. Ceux qui installent dans les temples de CivaN, les statues de Nanti et des gardiens de porte, se rendent aisément à Civapuri (monde de Civa). L’installation d’une statue de Nāyaki (Umāi) rend la vie heureuse au milieu des parents. Il faut dire également que ceux qui récitent la formule des cinq syllabes, tout en aimant CivaN d’un amour fou, tirent le même profit que ceux qui installent ses statues. (st. 3-48)

4La construction d’un Civālayam (temple de CivaN) assure aux auteurs l’accès au mont Kayilai.

5La réparation ou la reconstruction d’un temple donne un résultat quatre fois plus grand que celui de la construction.

  • 1 Austérité qui consiste à prendre, pour tout aliment, une poignée de riz le lendemain de la nouvell (...)

6L’effet de balayer le temple est égal à celui de dix mille Cāntirāyaṇam1. (st. 49-57)

7Cet effet devient cent fois plus grand quand on barbouille le sol du temple avec de la bouse de vache ou de la pâte de santal. (st 58)

8Le fait d’offrir une guirlande de fleurs au dieu à l’œil frontal (Civa) est mille fois plus important que le balayage du temple. (st. 59-64)

9Ceux qui donnent de l’huile ou du beurre et font allumer des lampes dans le temple de Tiruvēkampam s’en vont, après leur mort, au mont Kayilai, où ils jouissent d’un bonheur éternel, (st. 65)

10Une ablution à CivaN avec de l’eau parfumée est égale à mille parimētam (acuvamētayākam). (st. 66-67)

11Ceux qui offrent à CivaN du santal, des parfums, des vêtements de soie etc., se rendent au Paradis et délivrent en même temps de l’enfer tous leurs parents, quelque soit leur nombre. (st. 68-69)

12Ceux qui organisent des fêtes de différentes sortes en son honneur sont sûrs de leur salut. Sont sûrs également de leur salut, tout en assurant celui de leurs parents, tous ceux qui célèbrent des fêtes annuelles. (st. 70-90)

13Ceux qui font don d’éléphants, de chevaux, de vaches, de terrains etc. à Tiruvēkampar, séjournent longtemps sur le mont Kayilai. Il en est de même de ceux qui copient les maRai et les autres écritures saintes et qui livrent ces copies au temple de Kampar (Civa), pour y être gardées, (st. 91-94)

14Ceux qui volent les objets du temple vont en enfer, avec tous ceux qui leur sont chers, (st. 95)

15A Kacci (Kāñci), le creusement des étangs, le forage des puits, la création des bosquets et la fourniture d’aliments aux pauvres, assurent à ceux qui les entreprennent, un avenir très heureux.

16Enfin le fait de rester à Kāñci, ne fut-ce qu’un jour, assure la béatitude, (st. 96-99)

17CūtamuNi continua à Parler. Il dit : “Dans la présente ère du Kaliyukam, le culte de CivaN n’est pas régulièrement observé. Les règles relatives aux quatre classes de la société sont négligées. La sagesse et la moralité font défaut. Le monde traverse donc un âge de misère". (st. 100-106)

18A ces mots, les sages qui l’écoutaient, lui demandèrent de leur parler de la nature du Kali et de l’inefficacité de son pouvoir à Kāñci.

19CūtamuNi reprit : “CivaN, en créant les mondes, créa aussi les quatre éléments essentiels du bonheur de l’homme : la vertu, la richesse, le plaisir et la félicité. Il créa également les quatres âges (kirētāyukam, tirētāyukam, tuvāparayukam et kaliyukam). (st. 108-110)

20Ces âges adorèrent Kampanāyakar (Civa) en installant un liṅkam à Kāñci, au nord d’ANanta PaRpaNāpēcam et lui demandèrent de leur accorder le don de régner sur le continent appelé Pāratavaruṭam. (st. 111-113)

21Civa leur accorda ce don, mais il leur dit : “Entre deux déluges l’âge de la terre est de 4.320.000 ans. Cette durée étant divisée en dix parties égales, vous exercerez votre autorité, selon vos degrés de supériorité, en prenant respectivement quatre, trois, deux et une parties. Les trois premiers d’entre vous, seront guidés respectivement par AmpuyattōN (Brahman) Iravi (CūriyaN) et Māl. Le Kaliyukam étant rempli de méfaits et de dépravations, je lui servirai moi-même de guide. J’ajoute que Kāñci, lieu préféré de ma demeure, sera en dehors de votre autorité et de votre pouvoir”, (st. 114-120)

22CūtamuNi raconta de cette façon aux sages (de la forêt Naimicāraniyam), ce qu’il avait appris lui-même de ViyātaN, qui le tenait de CaNaRkumāraN, à qui NantipirāN l’avait jadis narré, (st. 121)

Notes

1 Austérité qui consiste à prendre, pour tout aliment, une poignée de riz le lendemain de la nouvelle lune, deux poignées le jour suivant, trois le troisième jour et ainsi de suite jusqu’au jour de la pleine lune en augmentant d’une poignée par jour et à diminuer ensuite d’une poignée par jour jusqu’à la nouvelle lune suivante.

© Institut Français de Pondichéry, 1964

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search