Version classiqueVersion mobile

Les légendes çivaïtes de Kāñcipuram

 | 
R. Dessigane
, 
P.Z. Pattabiramin
, 
Jean Filliozat

64 – Le mariage

Texte intégral

1Le dieu de Tiruvēkampam (Civa) ordonna à MāyōN de faire les préparatifs de son mariage. Sur les instructions de ce dernier, les architectes du monde des deva se mirent à orner toute la ville (de Kāñci), tandis que les autres deva allèrent chercher tout ce qui était nécessaire pour les cérémonies du mariage : divers objets de valeur, ustensiles, vases, provisions etc. (st. 1-4)

2Dans le salon du palais fut installé un dais en or, serti de pierres précieuses et sous ce dais, un siège splendide incrusté de diamants, destiné aux époux, (st. 5-18)

3Tous les habitants de la ville se rejouirent de cet évènement. Ils furent donc en fête pendant neuf jours, (st. 19-27)

4Le dixième jour le dieu armé de la conque (Tirumāl) aida CivapirāN à prendre son bain purificateur et l’habilla de riches vêtements. Sa femme Malarmakaḷ (Lakṣmi) fit autant pour Kavuri. (st. 28-52)

5CivapirāN amené sous le dais par Tirumāl, prit place sur le siège de noces. Malarmakaḷ y amena ensuite Umai qui s’assit à côté de lui. (st. 53-57)

6Les instruments de musique de toutes sortes retentirent. Les deva firent pleuvoir des fleurs sur les fiancés, alors que leurs femmes chantèrent leurs louanges. (st. 58-62)

7On commença les cérémonies. PaṅkayakkiLavaN (Brahman) servant d’officiant, alluma le feu sacré. AṅkaṇaN (Civa) attacha alors au cou de Malaimakaḷ (Kavuri) le maṅkalanāṇ (cordon de tāli, signe du mariage). (st. 63-64) (voir Planche XLVI. Fig. 2. Planche XLVII. Fig. 1 et 2. Planche XLVIII. Fig. 1 et 2. Planche XLIX. Fig. 1).

8Les deux époux montés sur les taureau, allèrent ensuite en procession dans les rues (de Kāñci). (st. 65-69)

9Le mariage entre CivapirāN et Umai ayant eu lieu de cette façon, à Kāñci, les vœux de Kavuri et d’Akattiyar furent exaucés et le bonheur régna dans le monde entier. (st. 70-78).

***

10Turkkai, qui est née de la couleur noire de Kavuri, se présenta un jour devant Ekāmparar, le pria de la prendre aussi comme son épouse. Il se maria donc avec elle et la plaça à Kāñci, comme garde cette Ville, qui prit également le nom de KaNNikkāppu.

***

11Les acura CumpaN et NicumpaN causaient sans cesse de la peine aux hommes et aux deva. Ampuyakkaṭavuḷ (Brahman) alla alors s’en plaindre auprès d’Aṇṇal (Civa). Celui-ci donna l’ordre à Kavuciki d’exterminer ces acura. Kavuciki se rendit au mont Vintam, où elle rencontra et tua CumpaN et NicumpaN. Elle retourna ensuite à Kāñci et continua à garder cette ville, (st. 81-82)

© Institut Français de Pondichéry, 1964

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search